Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 4. L'espace public à l'épreuve de sa mise en scène

Chapitre 15. Espaces publics et mise en scène de la ville touristique

Vincent Vlès

Texte intégral

1Les aménageurs et urbanistes touristiques s’intéressent désormais à la mise en intrigue du cœur des villes et des stations. Ils mettent en scène, dans ces nouveaux théâtres et agoras que sont devenues rues et places, les populations qui y circulent, y travaillent, y résident, y voyagent et créent, pour l’expérience ordinaire du citadin et extraordinaire du touriste, des situations normales ou perturbées censées donner une âme à la cité. La question de la fabrication de ce récit n’est pas tranchée. Comment donner au lieu un aspect narratif ? Traditionnellement, on pensait qu’il revenait à l’aménageur d’imaginer la composition des lieux touristiques. En conséquence, durant les trois dernières décennies, l’urbaniste a offert au tourisme de masse et à ses grandes migrations des destinations banalisées, aux différences gommées ; les places, les rues des villes et des stations sont ainsi devenues stéréotypées et ont été insérées dans un mode de consommation uniformisé. Ce phénomène a fréquemment produit des sites de séjours où se côtoient le conformisme et la banalité : même mobilier urbain, systèmes et signalétiques de circulation normés, structures paysagères reproduites à l’infini, absence d’identité et d’originalité.

2Au contraire, en ce début de millénaire, la recherche par les clientèles touristiques d’une confrontation permanente à la nouveauté a mis en avant la mise en récit des lieux et la participation du citoyen, de l’habitant. Dans cette perspective, l’aménagement prend plutôt la place d’une proposition, d’un guide de formes urbaines ouvertes à des usages inusités : l’habitant y est invité à y produire du sens. La place du tourisme dans l’évolution de cette conception de l’aménagement, ce glissement d’une production dirigiste, souvent fonctionnelle, à une autre, plus ouverte sur la société, sont encore mal connus et méritent qu’on développe ici quelques hypothèses sur ses fondements, ses modes de traitement, les logiques d’acteurs qui les portent.

UN IMAGINAIRE AU CŒUR DE L’ORDINAIRE

  • 1 J.-D. Urbain, Secrets de voyage, Menteurs, imposteurs et autres voyageurs invisibles, Paris, Payot (...)
  • 2 N. Bouvier, L’usage du monde, Paris, Payot, 2001, p. 434.

3Les productions urbaines modernes semblent faire écho à la mauvaise réputation du touriste présenté souvent comme un voyageur myope, un visiteur pressé, un itinérant indifférent ou, pire, inculte. Mais l’étude des pratiques touristiques et de la villégiature, la théorie du mouvement social que l’analyse des vacances nous révèle montrent au contraire que le caractère persistant du touriste est de s’affranchir du quotidien, « d’importer un imaginaire au cœur de l’ordinaire1 » ou dans ce qui est inhabituel. La quête de lieux préservés dans leur vie sociale, la recherche de la différence, de réels contacts avec la population fondent la mobilité et les choix des destinations de découverte : le voyageur veut « comprendre » les lieux sociaux de sa découverte, les vivre concrètement au quotidien. « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait2 ». Le voyageur va de ville en ville pour l’usage du monde, à la recherche de sources d’inventions et de nouveautés. Non pour retrouver, ailleurs, les mêmes hommes, les mêmes paysages, les mêmes services, les mêmes comportements que chez lui. Le séjour est vécu comme une intrigue, une façon de voir, de sentir, de projeter qui permettent de comprendre, de défricher ou d’expliquer le monde. Moyennant quelques précautions, le voyage est d’abord une idée, un scénario dont le déroulement entretient avec le réel une distance qui est le fruit de l’imaginaire.

  • 3 J. D. Urbain, op. cit., p. 29.

4Dans la ville touristique, les espaces publics se déclinent comme ailleurs sous différentes formes : rues, avenues, marchés, squares, boulevards, jardins, places, fronts de mer, chemins… Ces lieux sont certes soumis à un statut juridique particulier (lieux ouverts au public et non détenus par des propriétaires privés), mais le concept fait également explicitement référence à la présence du politique et de la société civile dans leur organisation et dans leur vie. Un espace touristique n’acquiert le statut de « public » que lorsque son ouverture à la société civile le constitue comme tel. Pour les cités touristiques, la question de la production, de l’aménagement et du fonctionnement des lieux ouverts au public s’avère donc fondamentale : c’est une mise en intrigue. Elle porte à la fois sur les fondements de la « cité » (civitas ou polis, le lieu où s’exprime la citoyenneté) et sur la structure de ses usages, sur les pratiques qu’en font voyageurs et touristes. Leur organisation physique, paysagère, fonctionnelle est d’abord une production de la société locale, de ses modes de régulation, de ses politiques, de la gestion de son territoire. L’aménagement des espaces publics fonde en conséquence l’invention du lieu touristique et donne son originalité, son caractère à la destination. Comment croire que le visiteur qui parcourt une ville, un site, un lieu de villégiature n’a ni mémoire ni onirisme ? Il apprécie et agit en fonction de processus psychologiques inconscients, de réflexes acquis au cours d’expériences de voyages urbains antérieurs. L’analyse du paysage de la ville touristique dépend de ce qu’on a devant les yeux, certes, mais aussi de l’héritage « affectif » individuel. Le touriste attend d’un lieu une découverte, une ouverture nouvelle sur le monde, en tous cas quelque chose de différent de ce qu’il connaît déjà : « Inventer du voyage, c’est en proposer des usages nouveaux afin que le voyage demeure garant de sens ou d’exotisme quand ceux-ci ne sont plus donnés mais à retrouver ou à susciter »3. Certes, l’oisif balnéaire, indifférent au monde, ne peut se prévaloir de mobiles humanistes ou de l’impératif de l’utilité. Mais l’oisif balnéaire est minoritaire et rien, en conséquence, ne permet aux urbanistes de traiter le voyageur avec le seul outil de l’analyse fonctionnaliste.

  • 4 P. Pinon, Lire et composer l’espace public, Paris, Éd. du STU (Ministère de l’Équipement, du Logem (...)
  • 5 V. Vlès (dir.), Ateliers et projets opérationnels du D.E.S.S. Aménagement et gestion de stations t (...)

5À l’intention du touriste autant que de l’habitant, la valorisation de l’espace public touristique par la composition urbaine4 est aussi devenue un enjeu politique : elle produit une représentation, une image de sa ville que l’on souhaite donner au monde. L’intervention ne touche pas seulement les métropoles : la petite station de ski, par exemple, est tout autant concernée par ce phénomène. Ce lieu construit, aménagé pour permettre la pratique des sports d’hiver, d’été et l’hébergement des vacanciers devient, par le traitement de ses espaces publics, une ville. Les aspects matériels et la fonctionnalité du site doivent désormais y être rigoureusement repensés. La qualité de l’accueil, même dans un site de moyenne montagne (on citera ici, parmi tant d’autres stations, les travaux de la municipalité sur Super-Besse dans le Massif du Sancy5), est liée à son environnement, à l’esthétique et à la lisibilité de ses paysages. Les mettre en conformité avec les attentes du voyageur suppose de réviser le plan de circulation automobile et piéton, réfléchir au stationnement et étudier les interactions entre l’espace public et les espaces de loisirs. Améliorer l’environnement et la lisibilité des paysages induit une signalétique adaptée, oblige à l’harmonisation des enseignes, à l’intégration du mobilier urbain dans le paysage, à la végétalisation des bordures. Les dimensions « neige » et « nature » qui ont motivé le séjour doivent trouver un écho dans la forme de l’espace public de la station et produire un imaginaire de nature intacte, immaculée, appelant le ressourcement personnel, aidant à l’oubli du monde quotidien, éveillant de l’intérêt pour la contemplation des paysages, de la faune, de la flore. Même les aménagements sportifs sont aujourd’hui conçus avec le souci d’appeler au rêve et à l’harmonie : de grands espaces, une nature préservée. Cette préoccupation a manqué aux premiers aménagements de Super-Besse, mais également à tant de stations de la même génération.

6Le défi est de taille : le patrimoine ouvert au regard du voyageur (désormais plus de 40 % des Français visitent au moins un site par an) s’est élargi considérablement ces dernières années. Au-delà des monuments ou des quartiers historiques proprement dits, il englobe désormais un ensemble de biens immobiliers, paysagers, naturels et de vie quotidienne qui légitiment promenades, sens de la découverte et motifs de séjours. L’espace de la rencontre, l’événement, l’invocation de la multi-culturalité, l’appréciation de l’espace public et de ses qualités sensibles font l’objet de mises en scènes touristiques, de travaux sur la composition, la lumière, l’ambiance sonore, destinés à mettre en valeur pour attirer. C’est cette dimension « scénographique » des espaces urbains, tournée vers l’action créative de l’imaginaire, qui en fait des espaces de rencontres d’un type nouveau, socialement organisés par des mises en exposition ou des cheminements d’évitement pour délivrer au monde une empreinte locale flatteuse.

  • 6 V. Vlès (dir.), op. cit., t. 2 : « Cap sur Bordeaux ».

7L’aménageur a pris conscience qu’un espace public n’est pas seulement un espace libre (ouvert) fonctionnel, simple dégagement ou prolongement de l’espace privé, ni même seulement un espace de communauté de voisinage. Le touriste ne déambule pas machinalement : il entend se déplacer d’une émotion à une autre. Au cours de son voyage, il va découvrir ce qu’il connaît déjà, au moins dans sa configuration essentielle, mais il cherche également à saisir des atmosphères liées aux endroits, des lieux qui lui évoquent divers sentiments (la nostalgie, par exemple), les secrets des scènes cachées. Les enquêtes sur le tourisme à Bordeaux ont confirmé que les grandes villes motivaient la recherche, chez les voyageurs, de quartiers insolites6. L’espace public touristique y est envisagé comme une aire d’émotions collectives. C’est un réceptacle de sentiments : mélancolie, gaieté, action, effort, déception ou émerveillement. La mise en scène de ces espaces vise à mettre en avant leurs caractères essentiels, à distinguer l’essence même des secteurs urbains pour pouvoir créer un circuit de découverte en adéquation avec la thématique choisie.

COMMENT LE TRAITEMENT DE L’ESPACE PUBLIC FORGE-T-IL L’ESSENCE DES LIEUX TOURISTIQUES ?

  • 7 V. Vlès (dir.), op. cit., t. 3 : « Valorisation de l’imaginaire touristique du quartier de Vésone (...)

8L’étude du quartier de Vésone à Périgueux montre que la ville offre une image collective qui est la résultante, l’enveloppe d’un grand nombre d’images individuelles7. La réalisation d’un musée, confiée à Jean Nouvel, dans ce quartier historique (bâti autour de ruines romaines), mais totalement laissé à l’abandon dans un paysage urbain sans intérêt ni structure, pose avec acuité le problème de la contemporanéité des principaux espaces publics touristiques. La construction et la diffusion d’une nouvelle « image de marque » d’un site n’est pas possible par l’édification d’un équipement sans le traitement global de son environnement immédiat. La représentation que s’en fait le touriste est influencée par l’expression du quartier, sa représentation sociale, sa fonction, son histoire ou même son nom. Le rôle de l’urbanisme touristique est de mettre à jour, de modifier, de rendre lisible ou de renforcer cette signification.

  • 8 V. Vlès (dir.), op. cit., t. 4 : « Les espaces publics touristiques du centre ville de Biarritz », (...)
  • 9 C. Ghorra-Gobin, « Réinvestir la dimension symbolique des espaces publics », dans Réinventer le se (...)
  • 10 I. Joseph, Prendre place. Espace public et culture dramatique, Paris, Éd. Recherches - Plan Urbain (...)

9D’autres travaux montrent comment l’aménagement des espaces publics est le premier facteur de la production touristique8 : c’est à lui qu’il revient de restituer, de représenter, de raconter, d’interpréter et donc de donner un sens à l’organisation spatiale de la réalité9. Pour ce faire, il met en scène les espaces publics en « racontant » le patrimoine culturel, économique, social et architectural. La mise en tourisme implique concrètement de dramatiser10 le lieu, de le mettre en perspective. Donc de s’affranchir de la seule représentation utilitaire du fonctionnement urbain.

10Celle-ci considère l’espace public en tranches organisationnelles : circuler, se repérer, stationner, habiter, se divertir, s’équiper,… Mais la rue, la place disposent d’une âme et d’un mode de fonctionnement spécifiques, ceux d’un lieu composite qui répond à la superposition des usages parfois contradictoires qui en sont faits et des publics variés qui le fréquentent. Une gare, une station de métro, un marché sont réputés attractifs non seulement par la qualité architecturale ou fonctionnelle de leurs bâtiments mais également par leur capacité à articuler des visibilités et des signes de pratiques quotidiennes de l’espace, par les annonces, les invites et les interdits qui en rythment le mouvement : ces espaces de convergences, de rencontres, d’émotions collectives, sont des lieux où s’expriment des liens affectifs.

  • 11 K. Lynch, L’image de la Cité, Paris, Dunod, 1998.

11L’invention du territoire touristique se fait aujourd’hui à partir de la gestion scénique des places, des voies, des limites, des nœuds, des points de repère qui vivent comme un ensemble des lieux ouverts à tous11. Ce sont des espaces formels, espaces en creux, définis par les bâtiments qui les bordent, mais aussi des espaces de vie, de socialisation où se déroulent les activités propres à la vie collective locale. Leurs gestionnaires, qu’ils aient pour mission d’accueillir, d’assister, de contrôler les usages et les flux, savent que leur qualité d’accessibilité et d’interpellation est liée à la lisibilité de leur « mode d’emploi » et des prestations qu’ils offrent. Concevoir un espace public dans une logique de découverte collective, c’est concevoir une forme, ses pleins, ses creux, mais également concevoir un ou des scénarios, avec ses mises en scène, ses décors, ses acteurs.

12La « mise en tourisme » a ceci de positif qu’elle place l’espace social du lieu sous le regard de l’autre, du spectateur, du touriste, de l’étranger. Il n’est donc plus possible d’appréhender son fonctionnement simplement par la transmission d’une mémoire, comme on le fait pour les monuments patrimoniaux. On doit également pouvoir en saisir les liens de dynamique sociale qui en font l’unité et l’unicité et que l’on peut énoncer comme suit.

13Le traitement des voies, ces chenaux le long desquels l’observateur se déplace habituellement (les rues, allées piétonnes, voies de métro, canaux, chemin de fer…) transforme l’image de la station ou du site touristique puisque les autres éléments sont disposés et s’animent à partir de ces voies. Lorsqu’on interroge le touriste, on s’aperçoit que l’image première qu’il se fait de sa destination est celle qu’il a perçue de ses voies. Ce sont les espaces premiers du site, surtout lorsqu’on le découvre. Les urbanistes peuvent les utiliser comme potentiel d’identification et d’effet théâtral. Car si les qualités spatiales spécifiques renforcent l’image de certaines voies (extrême largeur ou étroitesse renforcées par la hauteur des bâtiments, importance des foules ou des circulations, caractéristiques particulières des façades), là où les voies manquent d’identité, si elles se confondent facilement les unes avec les autres, si elles manquent d’esprit propre, toute l’image de la ville de séjour est en difficulté. Et, en conséquence, sa notoriété touristique, sa valeur en tant que destination et lieu de séjour s’en trouvent altérées.

14La mise en forme des limites urbaines, frontières plus ou moins franchissables entre espaces physiques et sociaux différenciés, joue un rôle important dans l’organisation des pratiques de découverte. On est appelé à franchir ces éléments linéaires pour découvrir un quartier qui paraît différent - ou qui en a la réputation. Le franchissement des limites est tangible pour le touriste qui découvre le quartier Saint-Pierre à Bordeaux : l’organisation de la forme urbaine à l’intérieur des anciennes limites médiévales est totalement différente de celle de l’extérieur. Ce franchissement, au contraire, est indistinct à Biarritz où seules les places, points de repères et nœuds rythment le temps de la découverte de la station. Les limites les plus fortes sont celles qui non seulement prédominent visuellement mais aussi ont une forme continue et sont impénétrables aux mouvements transversaux. On les trouve dans les enfermements de clôtures laissées par l’histoire, notamment militaire (Saint-Malo, Mont-Louis, Besse-et-Saint-Anastaise, Carcassonne, les bastides du Sud-Ouest, etc.). Le cas des rivages des stations littorales ou des quais dans certaines villes montre que même si les lignes du rivage sont effacées ou modifiées, le dessin persiste dans l’imaginaire. Par exemple, dans les stations où le front de mer a été redessiné ou dans les villes qui, comme à Lyon, à Bordeaux, à Nantes, on a traité les quais par curetage et ouverture du paysage sur le fleuve, l’urbaniste n’a pas pu effacer la limite - peut-être même l’a-t-il renforcée en détruisant les hangars ou bâtiments fluviaux abandonnés. L’impression de coupure par l’eau était moins nette avant le déblaiement car la ligne de partage du paysage y était obscurcie par de nombreux bâtiments et la vie s’était éloignée des anciennes activités portuaires. La reprise de l’espace public pour sa mise en valeur paysagère a un impact fort sur la puissance des ruptures créées par les limites et peut rendre impénétrables des secteurs entiers de la ville touristique. Au contraire, les coutures poreuses qui permettent continuité et visibilité ont un effet réel sur l’attractivité du lieu et assurent son homogénéité identitaire, sa variété et son attractivité.

15À l’intérieur de ces limites, les quartiers offerts à la découverte sont des parties de la cité que le visiteur doit pouvoir identifier facilement quand il y pénètre. On entre aussi dans l’espace public touristique par la projection, et on y découvre une qualité interne qui lui est propre. L’absence d’éléments marquant cette identité dans l’espace, comme dans le cas du quartier romain de Vésone à Périgueux, délaissé malgré son riche patrimoine millénaire, peu mis en valeur et aux axes et perspectives sans hiérarchie, provoque une frustration chez le visiteur, un sentiment même de trahison. Ne s’attendait-il pas à fouler un reflet de la Rome antique, comme lui laissait espérer une documentation touristique trop flatteuse ? Des villes à la structure complexe, comme Toulouse, Strasbourg, Lyon, Bruxelles, Rome offrent, à cause du caractère contrasté de leurs différents quartiers à l’identité bien valorisée, une qualité qui supplée tout à fait l’absence de clarté des réseaux de voies. Au contraire, des cités à l’identité floue comme Perpignan ou Clermont-Ferrand, les stations de montagne de la seconde et troisième génération (comme Saint-Lary, Les Corbiers, Gourette), les constructions parfois malheureuses du littoral (comme Royan, Saint-Jean-de-Monts, La Grande Motte), la prolifération banalisée de la maison individuelle dans les lotissements de la côte basque ou landaise présentent peu d’intérêt : on y cherche vainement la texture du bâti, les espaces ouverts, les formes harmonieuses, les détails et les symboles de façades, la variété dans les types de construction, une affectation fonctionnelle claire, la propreté par l’entretien… Dans une métropole à la construction dense (Paris, Barcelone, Lyon, Genève), l’homogénéité des façades, le matériau, la décoration, la couleur, la modénature (le profil des moulures), la découpe sur le ciel et les percements sont des indications fondamentales servant à identifier les principaux quartiers. Mais les connotations à caractère social sont plus significatives encore pour l’image du quartier (quartiers typés du XIIIe arrondissement de Paris, de Soho, du Bronx, ou encore, moins connus, de Vlaardingen à Rotterdam, de New Town à Edimbourg).

16Les places jouent un rôle fondamental dans la construction de l’imaginaire du voyageur : le traitement de ces nœuds est fondamental pour la découverte de la station, de la cité touristique, car ce sont des points de jonction, de rassemblement, des endroits où le voyageur change de système de transport, des croisements ou des points de convergence. Certains nœuds, particulièrement dans les villes qui n’ont pas été percées à nouveau depuis l’origine du quartier, en offrent un résumé, sur lequel rayonne leur influence et où ils se dressent comme un symbole. Point de jonction et point de concentration, la place tient un rôle prédominant dans la rupture des rythmes de la découverte, par arrêt ou changement sensible de direction ou dans le continu d’un mouvement. Son traitement est fondamental pour la mise en tourisme, car elle contraint le voyageur : c’est là qu’il décide de visiter la ville. Les éléments qui sont situés à proximité acquièrent automatiquement une importance particulière du fait de leur localisation. Un grand nombre des qualités des nœuds peuvent être résumées à travers deux exemples italiens. Hautement différenciée, riche et compliquée, la place Saint-Marc de Venise contraste nettement avec le caractère général de la ville et avec les espaces étroits et tortueux qui l’entourent immédiatement. Cependant, elle est très liée à la principale caractéristique de la ville (le Grand canal) et sa forme est orientée, ce qui rend claire la direction par laquelle on y pénètre. Sa structure est elle-même diversifiée et structurée en deux espaces (Piazza et Piazzetta) et par de nombreux points de repères distincts (Duomo, Palazzo Ducale, Campanile, Libreria). Au contraire, l’homogénéité et la circularité de la Piazza del Campo de Sienne est le reflet fidèle, la synthèse même de l’ensemble de la ville.

17Dans ces composantes des espaces publics des villes touristiques, les points de repère constituent un autre type de référence important pour l’imaginaire, mais dans ce cas, le touriste n’y pénétrant pas toujours, ce sont des objets physiques externes qui ont une position spatiale prédominante (immeuble, enseigne, boutique, montagne, monument) : la Tour Eiffel, le State House de Boston, le Dôme de Florence sont des signaux qui fondent l’image commune à la plupart des observateurs car ils permettent au touriste d’identifier, de repérer et de structurer sa découverte.

18On le voit, loin du musée figé ou du paysage banalisé, ces espaces publics sont aussi pour le tourisme des lieux composites vivant de la superposition d’usages parfois contradictoires et de la variété des publics qui les fréquentent : satisfaction des usages économiques (services, commerces, travaux, artisanat), relations sociales spontanées et libres (rencontres programmées ou dues au hasard, échanges d’information touristique, attente, flânerie, culture, spectacles, jeux, etc.), satisfaction de besoins sensoriels et psychologiques (surprise des formes, des événements), imaginaire original qui combat l’ennui, permet d’accéder au plaisir, à la rêverie, à la découverte, à la promenade, à la tranquillité, au mouvement, à l’histoire, aux symboles…, déplacements utilitaires.

  • 12 V.Vlès, Service public touristique local et aménagement du territoire, Paris, L’Harmattan, 2001.

19Les travaux récents de mise en scène des villes touristiques réactivent les proximités professionnelles et culturelles de la ville découverte comme un théâtre, vision traditionnelle depuis la Renaissance mais dont le siècle qui commence réaffirme la dramaturgie. L’aménagement touristique de l’espace public n’est pas à proprement parler celui du lieu de rassemblement (place publique) mais plutôt celui de l’espace visible, praticable, de passage et de rencontres. L’architecte et l’urbaniste n’interviennent plus seuls dans la conception de ces espaces. Le recours aux sciences sociales et humaines, et notamment aux sciences de l’espace et aux sciences de gestion qui concourent à la mise en marché du service touristique local (par l’Office de tourisme), montre clairement l’inévitable imbrication des métiers et des savoirs à l’œuvre dans le processus d’invention du lieu touristique, de la conception jusqu’à l’usage en passant par l’exploitation12.

DES ACTEURS MULTIPLES

20Les urbanistes, médiateurs du patrimoine et ingénieurs du tourisme travaillent dorénavant de concert sur ces lieux vulnérables et fragiles en y favorisant la liberté de circulation et le mouvement. Car concevoir l’usage touristique de la ville, c’est nécessairement gérer des publics immergés dans des cultures différentes ; c’est travailler sur l’objet architectural en prenant en compte les usages de l’exploitant, ceux du voyageur, les conditions de fonctionnement, de durabilité et la maintenance des lieux. C’est aussi s’interroger sur les effets attendus en matière de maîtrise du territoire, d’efficacité et de confort, sur l’articulation ville-transports, sur le parti pris esthétique, la fonctionnalité, les pratiques.

  • 13 V. Vlès, « De la station touristique à la ville émergente », communication aux Journées thématique (...)
  • 14 Le ministère de la Culture et de la Communication assure depuis 1985 la mise en œuvre d’une politi (...)

21Les mises en relation entre ces savoir-faire, entre ces métiers sont parfois encore difficiles13. Leurs cultures différentes, faites d’ingénierie territoriale pour les urbanistes, d’histoire de l’art pour les animateurs du patrimoine, de gestion des rapports du visible et de l’invisible pour les gestionnaires du marché touristique, les opposent parfois encore. L’exemple des 130 villes et pays du réseau des Villes d’Art et d’Histoire montre ces difficultés de compréhension de logiques différentes14. On a su, pourtant, y préserver l’authenticité du lieu et travailler à sa médiation par la mise en place d’ateliers pédagogiques, d’expositions, de lectures guidées du paysage urbain, d’une signalétique du patrimoine, de la mise en lumière des monuments. Trois exemples différents peuvent illustrer cette mise en récit : Saintes, racontée grâce à l’initiative de l’État, dont les travaux ont été supervisés par l’Architecte des Bâtiments de France et la Ville, les Bastides, à l’initiative des Régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Angoulême, enfin, mise en scène à l’initiative d’un Pays.

22Cette progression du dialogue entre des acteurs que presque tout oppose à l’origine a permis à des villes comme Angoulême, Rochefort, Saintes, Poitiers, Figeac, Sarlat (pour ne citer que des cités du Sud-Ouest français dont certaines étaient, il y a quarante ans, si peu touristiques), d’offrir un assemblage étroit de forte originalité, combinée à un grand éventail de ressources mis en valeur par l’urbanisme. Le service public touristique local y puise la matière à production d’un aménagement territorial qui répond à de nouvelles requêtes. Celle du lieu où la mise en forme de la différence tient une place de choix.

23La pluralité, la diversité des situations et la différenciation des expériences de conduite du développement touristique urbain ou en station, les particularités avec lesquelles les mises en valeur des espaces publics y sont conduites, la variété des modes juridiques de gestion des organismes et des projets montrent que deux facteurs permettent de travailler l’image touristique d’une ville. D’abord, bien entendu, l’intervention sur la forme physique externe des lieux pour les rendre agréables aux sens. Mais également, pour développer l’image, l’éducation du regard est tout aussi importante que le remodelage de ce qu’on regarde : c’est ici qu’intervient le traitement de l’espace public par la signalétique et l’information culturelles. Ces deux modes d’intervention sont liés, ils forment ensemble un processus circulaire, une spirale : l’éducation visuelle pousse le voyageur à agir sur le monde qu’il voit, et cette action le conduit à voir de manière encore plus aiguë ce qu’il découvre ailleurs.

24Urbanisme, tourisme, mise en valeur du patrimoine agissent ici de pair en direction de publics dont il devient de plus en plus vain de savoir s’ils sont citoyens locaux, usagers ou touristes. Car il est difficile, dans le cadre du tourisme polarisé, de différencier ce qui relève de l’embellissement à destination des touristes de ce qui relève de l’action à destination des habitants permanents. Pour les nouveaux territoires touristiques qui se découvrent, il ne s’agit pas « d’ethniciser » la ville, mais de rendre hommage, dans le traitement des lieux collectifs, aux situations particulières qui fondent des échanges concrets entre des cultures variées.

CONCLUSION

25Ces données fondamentales de la production de l’aménagement touristique permettent de saisir en quoi la dimension narrative de l’espace public est importante pour les pratiques touristiques locales : elle seule peut exprimer la rencontre des cultures du quotidien, du compromis et des expressions de soi. Elle fait de l’espace touristique un lieu où ces mélanges culturels deviennent ouverture sur le monde, sur l’universalité des modes de vie et de la conscience humaine.

26L’introduction du récit dans le lieu du loisir, sa mise en tourisme (son interprétation), sa recomposition par les pouvoirs locaux dans un « récit » (un agencement, une lecture paysagère, une interprétation racontée au passant) assurent à une stratégie d’intervention son potentiel d’efficacité, son effet démultiplicateur. Longtemps sous-estimé, parfois oublié, le traitement des espaces publics les plus usuels (places, rues, jardins, plages, ports, rivages lacustres, sentiers, chemins, voies d’eau, etc.) revêt donc une importance capitale dans la politique publique de développement local. Qui plus est, il présente moins de contraintes, y compris foncières et financières, que l’intervention sur les espaces privés, surtout s’ils sont peu ou pas construits. Leur fréquentation socialement et culturellement très diversifiée, qu’une réglementation minimale suffit généralement à garantir, en fait un des points forts de la production touristique. Celle-ci associe les aspects les plus quotidiens de l’identité collective aux processus d’explication et de découverte qui révèlent les formes les plus universelles de la conscience de soi et des autres.

27Tournant le dos aux processus d’acculturation provoqués par le tourisme non maîtrisé, l’aménagement de l’espace public est l’occasion d’affirmer l’identité collective du lieu et de renouer avec des processus culturels et des rapports sociaux qui en sont le fondement.

Notes

1 J.-D. Urbain, Secrets de voyage, Menteurs, imposteurs et autres voyageurs invisibles, Paris, Payot, 1998, p. 120.

2 N. Bouvier, L’usage du monde, Paris, Payot, 2001, p. 434.

3 J. D. Urbain, op. cit., p. 29.

4 P. Pinon, Lire et composer l’espace public, Paris, Éd. du STU (Ministère de l’Équipement, du Logement, des Transports et de la Mer).

5 V. Vlès (dir.), Ateliers et projets opérationnels du D.E.S.S. Aménagement et gestion de stations touristiques, t. 1 : « La valorisation des espaces publics sportifs de Super-Besse comme outil de construction d’un imaginaire nouveau, et Fonctionnalité et lisibilité de l’espace public de Super-Besse », Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2002.

6 V. Vlès (dir.), op. cit., t. 2 : « Cap sur Bordeaux ».

7 V. Vlès (dir.), op. cit., t. 3 : « Valorisation de l’imaginaire touristique du quartier de Vésone par l’aménagement des espaces publics ».

8 V. Vlès (dir.), op. cit., t. 4 : « Les espaces publics touristiques du centre ville de Biarritz », t. 5 : « Hossegor : valoriser les espaces publics urbains afin que le centre-ville apporte une plus-value à l’offre touristique » ; V. Vlès, Un projet pour Monségur (projet pour la commune de Monségur, Gironde, lauréat du concours organisé par la Région Aquitaine dans le cadre du programme régional « bastides »), Bordeaux, Commune de Monségur/Université de Bordeaux III/Rébus, 1991, multigraphié ; V. Vlès, Un projet de ville pour Saint-Émilion : Tourisme, culture et économie du patrimoine, pour la ville de Saint-Emilion et le Ministère de la Culture (DRAC Aquitaine), Bordeaux, 1995, 2 t. ; V. Vlès et al., Projet d’aménagement et de développement de la Ville de Rions, 1995-1999, Étude préalable, projet opérationnel d’aménagement de la Commune de Rions (Gironde), 1997, 2 t.

9 C. Ghorra-Gobin, « Réinvestir la dimension symbolique des espaces publics », dans Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 5-15.

10 I. Joseph, Prendre place. Espace public et culture dramatique, Paris, Éd. Recherches - Plan Urbain, 1995.

11 K. Lynch, L’image de la Cité, Paris, Dunod, 1998.

12 V.Vlès, Service public touristique local et aménagement du territoire, Paris, L’Harmattan, 2001.

13 V. Vlès, « De la station touristique à la ville émergente », communication aux Journées thématiques du GDR-CNRS Tourisme : lieux et réseaux, Saumur, déc. 2001.

14 Le ministère de la Culture et de la Communication assure depuis 1985 la mise en œuvre d’une politique d’animation et de valorisation du patrimoine en partenariat avec les collectivités territoriales qui se concrétise par l’attribution d’un label « Villes et Pays d’Art et d’Histoire ». Cet engagement est fixé par une convention élaborée avec la Direction de l’architecture et du patrimoine, les Directions régionales des affaires culturelles et les collectivités concernées. Cette convention implique un soutien financier et technique de la part du ministère et comporte l’obligation, pour les collectivités, de recourir à un personnel qualifié et agréé par le ministère. Pour obtenir ce label, il faut disposer d’une offre patrimoniale (bâti, savoir-faire et traditions…) et touristique de qualité (visites découvertes, visites à thème, visites explorations), développer un ensemble d’actions de sensibilisation auprès de la population locale (expositions temporaires et permanentes, animations) et du jeune public (ateliers et classes du patrimoine), mettre à la disposition de la population un « lieu d’interprétation et de mémoire » (V. Vlès, Politiques publiques d’aménagement touristique, Pau, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2002, p. 286).

Auteur

IUP Aménagement et Développement territorial, Université de Pau et des Pays de l’Adour, et Laboratoire SET (CNRS UMR 5603)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search