Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 4. L'espace public à l'épreuve de sa mise en scène

L'espace public à l'épreuve de sa mise en scène

Texte intégral

1Nous savons que les espaces publics véhiculent des valeurs et du sens. C’est pour cette raison qu’ils constituent des enjeux stratégiques ou tactiques qui peuvent faire l’objet de rivalités, voire de luttes, entre différents acteurs qui cherchent à utiliser à leur profit cet espace de communication. Le moyen privilégié pour intervenir sur le sens de l’espace public repose sur la mise en scène de son contenu, c’est-à-dire, à bien des égards, sur sa mise en image et sa mise en mots.

2La disposition physique des objets, leur composition spatiale et la manière avec laquelle ils sont reliés entre eux ou interagissent les uns avec les autres, sont autant d’éléments constitutifs de sens. Ils contribuent ainsi à redéfinir les territoires dans lesquels ils se trouvent. En tant que texte ou en tant que contexte - c’est-à-dire comme narration ou scénario - l’organisation physique de l’espace permet de requalifier et de recadrer certaine pratiques sociales ou culturelles. Ce faisant, on assiste à l’émergence de nouveaux lieux, c’est-à-dire de nouveaux espaces investis et porteurs de sens.

3Jusqu’à quel point et à quelles conditions l’aménageur peut-il promouvoir, façonner, développer l’espace public ? Comment aménager l’espace physique de sorte qu’il permette le déploiement d’un nouveau récit sur le milieu ? Les stations touristiques fournissent un excellent terrain pour évaluer les possibilités et les méthodes de ce type d’action volontariste. Quant aux démarches plus empiriques commencées au XIXe siècle pour modifier l’image d’un lieu, elles méritent d’être réexaminées afin d’enrichir le questionnement sur la capacité de l’espace public à être mis en scène. Comme le montre l’exemple de la requalification radicale de Pau, l’image ne suit pas nécessairement l’aménagement, car c’est l’inverse qui peut se produire. La mise en scène de la ville se fait en interaction avec la mise en image et la mise en mots, et l’espace public ainsi aménagé induit un nouveau regard sur les autres et sur la nature. Ne doit-on pas alors accorder à la dimension rhétorique la place qui pourrait lui revenir pour instituer ce qui peut faire espace public ? C’est sur ce questionnement, et cette ouverture, illustrés par l’exemple de Recife, que se termine cet ouvrage.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540