Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 3. L'espace public à l'épreuve des limites du modèle classique

Chapitre 14. Espaces Publics Numériques en France : des lieux pour des liens

Nicole Lompré, Laurent Despin et Marylène Lamigeon

Texte intégral

1L’expression « espace public numérique » a été employée en France par la Mission pour l’Accès Public à la micro-informatique, à Internet et au multimédia (MAPI), dont l’objectif est de rassembler toutes les informations sur les lieux d’accès publics à Internet. On compte ainsi, en 2003, environ 3 000 lieux d’accès public à Internet, dont un tiers est déjà labellisé « espace public numérique, ou EPN » (voir tableaux 1 et 2). Cette initiative en matière de développement et de normalisation des techniques d’information et de communication pose question : quelle est la pertinence du label EPN au regard de la notion d’espace public ? Dans quelle mesure les EPN contribuent-ils effectivement ou potentiellement à la fabrication d’espaces publics ? Est-ce que, par leur mission de développement de la culture numérique en général et d’Internet en particulier, ainsi que par les interactions qu’ils génèrent, les EPN favorisent la revitalisation de l’espace public ?

2Pour aborder ce questionnement, nous présenterons de façon critique dans une première partie la diversité des lieux d’accès publics à Internet et nous discuterons la pertinence du label EPN. Dans une deuxième partie, nous explorerons quelques sites Web de ces espaces afin de repérer s’ils sont porteurs de débats. Enfin, dans une troisième partie, la question centrale de la pertinence de l’espace public dans l’initiative EPN du gouvernement sera approfondie : comment les outils Internet sont-ils mobilisés ? Dans quels buts ? Quels sont les moyens mis en œuvre pour redéfinir la démocratie locale et faire participer les citoyens de ces espaces publics ?

DIVERSITÉ DES LIEUX D’ACCÈS PUBLIC À INTERNET ET LABELLISATION EPN

  • 1 Cahier spécial « La société de l’information », La lettre du gouvernement, 24 janvier 2002, 12 p. (...)
  • 2 http://archives.internet.gouv.fr/francais//textesref/cisi100700/1.HTM et Grandes Villes Hebdo, no  (...)
  • 3 En France 27 % des ménages étaient équipés en ordinateurs, contre, respectivement, 47 %, 60 %, 65  (...)

3La plupart des lieux d’accès publics à Internet ont été soutenus par le programme d’action gouvernemental pour la société de l’information (PAGSI) qui prévoit, dès janvier 1998, de bâtir une société de l’information pour tous afin de rattraper le retard estimé pour la France dans le domaine de l’Internet. Les enjeux du programme sont précisés selon deux points : (1) construire une société de l’information solidaire en s’engageant sur six chantiers prioritaires (Enseignement, Culture, Administration, Commerce, Innovation-Recherche-Développement et Sécurité) ; (2) ouvrir un débat public, pour associer la société civile au développement de la société de l’information1. Outre la réduction de la fracture numérique, c’est aussi pour faciliter l’interrogation des services en ligne proposés par l’administration que le gouvernement décide de développer un grand nombre de lieux d’accès publics à Internet. Ainsi, le comité interministériel pour la société de l’information vise en juillet 2000, la création de 7 000 lieux d’accès publics à Internet dans les agences pour l’emploi, les bibliothèques, les centres d’information jeunesse, etc2. L’objectif affiché est de « ne pas accentuer des clivages existant, qu’ils soient de nature sociale, culturelle ou liés à des disparités géographiques, ou même à en créer de nouveaux, notamment entre générations3 ».

4Les initiatives foisonnent, si bien que repérer un lieu d’accès public à Internet peut devenir difficile. Ainsi, la terminologie utilisée pour nommer ces types d’espaces dépend des régions ou des départements : on note déjà vingt-deux libellés sur le site de la MAPI (tableau 1). De plus, il n’y a pas d’homogénéité entre les différents lieux. Les Cyberpostes et les Points Cyber Jeunes dominent nettement. Il faut aussi distinguer les simples accès individuels (comme les Cyberpostes ou les Points d’Accès Permanent à Internet dits PAPI, par exemple), des espaces d’accès collectifs (Points Cyber Jeunes ou Espaces Culture Multimédia, par exemple). La répartition de ces espaces sur le territoire est inégale : certaines régions, en fonction de leur politique incitative, en comptent nettement plus que d’autres. Même si le nombre actuel de lieux d’accès publics aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) peut sembler important (près de 3 000), il est en réalité très faible ramené à la population par régions : en moyenne on compte cinq points d’accès à Internet pour 100 000 habitants (tableau 2).

  • 4 Cf. B. Van Bastelaer, « Les villes virtuelles : définition et historique », dans B. Van Bastelaer, (...)
  • 5 http://accespublic.internet.gouv.fr/EPN.htm

5En somme, comme en ce qui concerne les villes équipées (en anglais digital city, virtual city, wired city, city of bits, web city, webbed city, electronic city, ou en français, ville digitale, ville virtuelle, ville électronique, ville numérisée, ville cablée, ville interactive…4), la dénomination spontanée des lieux d’accès publics est très variée. Néanmoins, en juillet 2000, un label est proposé par les pouvoirs publics : « Un Espace Public Numérique ou EPN, c’est un point d’accès à Internet, ouvert au public » qui répond à une charte comprenant six articles : (1) Ouverture au public : « L’espace public numérique est ouvert au grand public. Il facilite l’accès aux technologies de l’information et aux différents usages qui leur sont associés » ; (2) Initiation gratuite : « L’espace propose une sensibilisation à Internet sous la forme d’un accès gratuit de deux heures. L’espace doit consacrer au minimum, quatre heures par semaine, ou 10 % de son temps d’ouverture hebdomadaire » ; (3) Attestation de savoir-faire : « L’espace délivre le Passeport pour l’Internet et le Multimédia (PIM) » ; (4) Caractère public : « L’espace mène une activité à caractère non commercial. Il respecte une parfaite neutralité à l’égard des différents opérateurs agissant dans le domaine de la micro-informatique » ; (5) Animation/Équipement : « L’espace met à la disposition de ses usagers une équipe comprenant au moins un animateur multimédia qualifié pour initier, accompagner et assurer une première formation. L’espace est équipé d’au moins cinq ordinateurs multimédias connectés à Internet » ; (6) Réseau d’animation : « L’espace adhère au réseau animé par la MAPI. Le réseau assure l’information des membres et facilite les échanges d’expérience. Il peut mener des actions et projets communs. Il définit le référentiel permettant la délivrance du passeport pour l’Internet et le multimédia ». Enfin, la circulaire du 23 août 2001 précise les conditions de mise en œuvre de ces espaces : « Les espaces publics numériques ne sont pas une structure propre à l’État. Il s’agit d’un label visant à reconnaître les initiatives prises par les services de l’État, les collectivités locales, les établissements publics ou les associations […]. Les organismes assurent entièrement la responsabilité des prestations ou des formations qu’ils délivrent […]. L’octroi du label a pour corollaire la participation de l’EPN à un réseau national, lui permettant de bénéficier de l’expérience des autres acteurs et de participer à des actions communes5 ».

Tableau 1 - Dénomination des points d’accès publics à Internet (données calculées à partir du site MAPI : avril 2002)

Tableau 1 - Dénomination des points d’accès publics à Internet (données calculées à partir du site MAPI : avril 2002)
  • 6 P. Sansot, « Autour de l’accessibilité aux espaces publics », Espaces et Sociétés, 62-63, 1990, p. (...)

6Ainsi, les EPN visent principalement le développement de la culture numérique et l’appropriation des outils techniques. L’EPN, tel que défini par le label, ne comporte pas de volet « démocratie participative » ou « démocratie locale ». De plus, lorsque l’on confronte la définition des EPN aux questions d’accessibilité, d’appropriation, de publicité et de censure6, indissociables de la notion d’espace public, plusieurs écueils apparaissent, apportant des restrictions à la fréquentation des EPN. Le coût des connexions peut se révéler trop élevé, les deux heures gratuites semblent insuffisantes, la répartition hebdomadaire de ces heures offertes, couplée aux horaires d’ouverture, peut ne pas convenir à tous. Les EPN sont considérés en libre accès et des formations peuvent y être délivrées ; mais tout repose sur la volonté des personnes à participer. Or, nombreuses sont celles qui expriment encore des réticences face aux technologies de l’information et plus nombreuses encore, certainement, celles qui sont mal ou ne sont pas du tout informées de leur existence. De plus, la faiblesse du nombre des EPN et leur répartition inégale sur le territoire français, engendrent des disparités quant à leur accessibilité. Les questions de censure de l’espace public apparaissent également en filigrane : l’obligation de passer par des opérateurs pour accéder à Internet confère à ces derniers un pouvoir de contrôle sur la circulation des informations.

Tableau 2 - Nombre de lieux d’accès publics à Internet par région (données calculées à partir du site MAPI : avril 2002)

Tableau 2 - Nombre de lieux d’accès publics à Internet par région (données calculées à partir du site MAPI : avril 2002)
  • 7 Le comité interministériel de juillet 2003 propose un nouveau label, « Netpublic », commun à tous (...)

7Au vu de ces quelques constats, il apparaît que beaucoup d’éléments des EPN ne correspondent pas à ce que l’on désigne habituellement sous les termes d’espaces publics7. Cependant, dans certaines conditions, des formes d’espace public ne peuvent-elles pas émerger ?

SITES WEB DES EPN ET ESPACES DE DÉBATS

  • 8 Délégation interministérielle à la ville, Internet dans les quartiers, Espaces publics numériques (...)
  • 9 http://www. mairie-brest.fr/cnt/ et http://www.a-brest.infini.fr/

8Dans le cadre de la politique de la ville, un plan pour financer mille lieux d’accès publics dans les quartiers prioritaires a été lancé dès 1998, puis cette action a été renforcée en en finançant quatre cents autres en partenariat avec les collectivités locales dans les territoires ruraux. Un premier bilan permet d’identifier les contributions que les nouvelles technologies peuvent apporter à la politique de la ville en termes d’usages et de relations entre les acteurs et partenaires8. Les auteurs constatent que les projets sont organisés selon deux modèles déterminés en fonction du contexte et des contraintes : (1) un modèle à dominante publique émanant d’une volonté politique forte produisant des projets dans un esprit de service public, (2) ou un modèle à dominante partenariale, organisé autour d’une multiplicité de ressources et d’acteurs, produisant des projets très ouverts sur la société locale, les associations, les citoyens, les entreprises. Ainsi le maillage en réseau des acteurs pourrait favoriser l’appropriation des nouvelles technologies, comme c’est le cas pour la ville de Brest qui vise à activer la citoyenneté autour de nombreuses expérimentations. Quatre thématiques y ont été mises en place : éducation, associations, accès publics, et accès au droit et à l’emploi. Le groupe de réflexion, constitué de 27 acteurs fin 1996, compte aujourd’hui 244 membres. Le site Web « Citoyenneté et Nouvelles Technologies » s’est transformé progressivement en « site participatif et débats de citoyenneté et nouvelles technologies9 ».

  • 10 http://www.laposte.net

9De son côté, La Poste a mis à disposition du public 800 terminaux d’accès à Internet (Cyberpostes) sur l’ensemble du territoire, en zone rurale comme en ville. La rubrique « Échanger » est bien mise en valeur. Sur son site Web, La Poste favorise clairement un espace de forums : « Coups de cœur, coups de gueule, conseils, protestations, renseignements, témoignages… Les Forums de laposte.net permettent de communiquer en toute liberté, dans les limites de la bienséance et du respect d’autrui, bien sûr ». Les forums, organisés selon sept thématiques et trente-cinq sous-thématiques rassemblaient en juillet 2003, plus de 48 000 messages dont les rubriques « Fans de » (chanteurs ou acteurs) représentent 49 % des échanges, « Vie de famille » 13 %, « Bons Plans Loisirs » 8 %, puis en moindre nombre, « Lecture », « Sport », « Études-Formations » et « Football10 ». Dans ces espaces, si le débat est bien présent, en dehors de toute censure, il est principalement orienté vers les passions et préoccupations de la vie courante des citoyens.

  • 11 Espaces culture multimédia, no 43, 17 février 1999 et no 78, 26 mars 2001.
  • 12 http://fr.groups.yahoo.com/group/espaces-publiques-multimedia/

10Le Ministère de la Culture et de la Communication a développé, quant à lui, un programme Espaces Culture Multimédia (ECM) « véritables plate-formes pour favoriser la création », contribuant à l’émergence d’une culture multimédia au sein d’organismes existant visant à devenir des lieux majeurs de l’appropriation culturelle des technologies de l’information par le public : bibliothèques, médiathèques, structures culturelles ou socio-culturelles. Ces espaces veulent valoriser une dimension culturelle des technologies, à la fois comme outils d’accès à la culture et au savoir et comme outils d’expression et de création (sensibilisation, initiation, formation au multimédia à partir de contenus culturels, éducatifs et artistiques et de projets d’usages de ces technologies, animations et ateliers). 150 lieux sont opérationnels en 2002. Le programme associe mise en réseau (liste de discussion, rencontres des animateurs, centre de ressources en ligne) et observations des usages11. Un premier bilan montre que l’on répond pour l’instant aux demandes de base du public : sensibilisation et initiation aux nouvelles technologies. La mise en place d’ateliers et d’animations commence à peine à se développer : créations de sites Internet, créations graphiques, ateliers d’écriture, musique assistée par ordinateur, etc. Sur le plan des débats, ce n’est qu’en septembre 2000 qu’une liste de discussion est mise en place par le responsable de l’espace multimédia de la médiathèque municipale du Plessis-Trévise (Val-de-Marne). Cette liste, ainsi détachée du contexte local des bibliothèques ou médiathèques, est créée directement sur un autre site, au sein des groupes des news de yahoo12. Mais on constate depuis peu, que cette même liste va se fondre en tant que rubrique « réseau » sur le site de la MAPI. Notons que sur cette liste de discussion, ouverte à tous, de nombreux échanges sont effectués chaque jour (plus de 1 600 inscrits). Les échanges sont principalement centrés sur le partage d’expériences dans les espaces multimédias ou l’aide à la résolution de problèmes techniques. Néanmoins, une thématique « débats » s’est récemment ouverte. À cette liste, s’ajoute une revue, Des EPM et des liens, qui paraît deux fois par mois depuis juin 2002. Comme la liste de discussion, cette revue est maintenant disponible sur le site de la MAPI depuis octobre 2002.

  • 13 Instruction no 01-105 JS du 31 mai 2001 et http://www.jeunesse-sports.gouv.fr/jeunesse/pointcyb.as
  • 14 http://www.conseilsdelajeunesse.org/ et http://www.educ-pop.org/

11Du côté des jeunes, le Ministère de la Jeunesse et des Sports a prévu la création de six cents cyber-jeunes (rebaptisés point-cyb-espace jeune numérique), dans les structures du Réseau Information Jeunesse13. Ces espaces proposent un accès en libre service au matériel informatique et au réseau Internet, avec un accompagnement selon la demande (recherches, ateliers d’initiation à la bureautique, à Internet ou au multimédia, conseils personnalisés pour la conception et la réalisation de projets individuels ou collectifs). Par ailleurs, il existe des sites Web dédiés à l’expression des jeunes : celui des Conseils de la Jeunesse et celui pour l’Éducation populaire14. C’est ce dernier qui met nettement l’accent des « Forums-débats », mais s’ils enregistrent 680 messages (commentaires ou questions) depuis fin décembre 2000 sur des sujets libres, il est à remarquer que peu reçoivent des réponses ou réactions, et ce, même si le site a été fréquenté par 200 000 visiteurs depuis janvier 2003.

12Pour sa part, France Telecom met en place les « Espace Multimédia dans la Ville (EMV) » en coopération avec les villes et les départements. Le réseau national comporte actuellement trente-deux espaces s’articulant autour de cinq principes : accueil personnalisé des publics ; accompagnement ; appropriation des technologies par les usages ; ancrage dans la vie locale et appartenance au réseau national. Un forum de discussion est disponible depuis septembre 1999. Les initiatives locales s’enrichissent donc autour du partage d’expériences à travers la dynamique du réseau national.

  • 15 http://www.cyber-base.org

13Enfin, la Caisse des Dépôts et Consignations, mandatée par l’État, a développé avec plusieurs partenaires (Jeunesse et Sports, Culture et Communication, Cité des sciences et de l’industrie, Éducation nationale, ville) le projet cyber-base en commençant par six lieux expérimentaux15. Les cinq objectifs d’une cyber-base sont : s’approprier les nouvelles technologies à l’aide d’une boîte à outils, développer les usages, favoriser les initiatives locales, susciter la participation autour d’animations thématiques, accompagner les animateurs dans leurs missions. On constate aujourd’hui un développement assez lent des cyber-bases (6 en 1998, moins d’une trentaine en 2003) mais, les collectivités bénéficiant d’un financement, un total de quatre cents cyber-bases devrait être atteint d’ici fin 2004. Notons que même si ce site favorise comme les autres lieux d’accès publics, un espace « forums et débats », le portail d’accès aux cyber-bases est restreint aux seuls adhérents, et seule la partie démonstrative, est accessible au grand public, ce qui limite forcément les discussions possibles entre les usagers d’Internet.

  • 16 S. Deshayes, J. Le Marec, S. Pouts-Lajus, S. Tiévant, Observation et analyse d’usages des réseaux,(...)
  • 17 http://www.123interview.com/Rapport-EPM. D’après cette enquête, notons que les jeux en réseaux ne (...)
  • 18 J.-F. Loué, R. Heitzmann, « L’internet avance : les jeunes poussent », Les 4 pages des Statistique (...)

14De ces quelques constats, il ressort que des espaces de débat sont bien prévus dans tous les espaces numériques, mais peu d’observations ont été faites à ce jour. En effet, la plupart des observations dans les lieux d’accès publics à Internet portent essentiellement sur les usages, et l’on a pu distinguer trois catégories : usages d’initiation, usages en ligne (recherches sur le Web, téléchargement, courrier électronique, forums, chats), usages hors-ligne (production de documents ou jeu). Cette catégorisation permet de dégager huit groupes d’usages : initiation, autoformation, documentation, communication, téléchargement, bureautique, création, jeu.16 Cette classification mériterait d’être développée si l’on souhaite observer plus en détails les différents intérêts des utilisateurs au travers de la rubrique « communication ». Une enquête plus récente sur les usages dans les espaces publics multimédia montre que les applications les plus appréciées des usagers sont le surf sur le Web (79,2 %), la messagerie électronique (63,3 %), le chat (42.6 %), les jeux en réseaux (18,7 %), la création de site Web (14,6 %) pour les plus significatifs17. Les trois premières catégories mériteraient d’être plus détaillées, car les besoins en communication semblent importants. Paradoxalement, on peut noter que les prestations proposées dans les espaces diffèrent des besoins des usagers : accompagnement à la création de sites Web (47,2 %), ateliers de photos numérique (49,6 %), ateliers de publication assistée par ordinateur (41 %), etc. D’ailleurs, une autre étude montre que pour plus des trois quarts des internautes européens, Internet est d’abord un moyen de communication, un outil d’information et de renseignements, alors que dans les pays du Sud (Italie, Espagne, Portugal), Internet est souvent considéré comme un moyen de se former18.

  • 19 M. Arnaud et J. Perriaut, Les espaces publics d’accès à Internet : réalités et devenir d’une nouve (...)

15Au travers de ces six exemples d’espaces publics mis en place par la politique de la ville, on constate que tous permettent d’ouvrir des discussions ou débats à travers Internet. Si ces lieux permettent de créer de nouveaux liens sociaux, « par opposition à la consommation à domicile, individualiste ou isolante »19, peuvent-ils être, pour autant, source de participation des citoyens à la vie de la cité ?

DE L’AGORA AUX CYBER-FORUMS

  • 20 M. Castells, La galaxie Internet, Paris, Fayard, 2001, p. 194.
  • 21 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la socié (...)
  • 22 Pour une discussion critique de ces espoirs, voir E. George, « Dynamiques d’échanges publics sur I (...)
  • 23 J. Habermas, « Rencontre avec Habermas », Le monde des livres, 10 janvier1997.

16Au-delà de la mission d’acculturation numérique qui domine les pratiques en vigueur dans les lieux d’accès publics à Internet (réduire la fracture numérique, favoriser les usages), la question de la requalification de l’espace public persiste avec d’autant plus d’acuité que les nouvelles technologies ont rapidement été perçues comme un moyen pour pallier le malaise démocratique caractéristique des sociétés modernes, même si « Internet ne saurait fournir de remède technologique à la crise de la démocratie20 ». Si l’analogie avec l’agora athénienne et le forum romain est souvent reprise pour fonder une version moderne de l’espace public, son application aux lieux d’accès publics numériques reste à débattre. On sait par ailleurs l’insistance de J. Habermas sur la nécessité de la discussion publique de questions d’intérêt commun pour fonder la démocratie21. Or, dans le contexte actuel de crise de la représentation démocratique, Internet suscite l’espoir d’une redéfinition des systèmes politiques par une participation accrue des citoyens à la vie de la cité, parce qu’il permettrait une liberté d’échanges réciproques qui limiterait la manipulation de l’opinion par certaines catégories de population22. Lors d’une entrevue, Habermas souligne aussi le potentiel des nouvelles technologies pour l’espace public : « Si les médias exercent un nouveau type de pouvoir, qui demande évidemment à être contrôlé, ils ont en même temps l’avantage de rendre possible la communication simultanée d’un nombre infini de personnes qui ne se connaissent pas et sont très éloignées les unes des autres23 ».

  • 24 B. Corbineau, G. Loiseau et S. Wojcik, « L’invariance de la démocratie électronique municipale », (...)

17D’autres applications prétendent à la requalification du couple citoyenneté et démocratie : sites Web des collectivités locales et territoriales, institutions politiques en ligne, vote électronique, cybermilitantisme, etc.24 Sans entrer dans une analyse critique des limites et des ambiguïtés de ces applications, on peut cependant souligner les acquis et les potentialités liés à Internet : information distribuée vers les citoyens, plus grande transparence de l’action publique, diversification des sources d’information, communication mondiale pouvant échapper au contrôle des autorités politiques, mobilisations publiques et actions politiques facilitées.

  • 25 Parmi les expériences intéressantes, on peut mentionner les sites du Sénat : par exemple, le débat (...)

18Si ces pratiques ne sont pas généralisées, elles constituent depuis plusieurs années, et de manière croissante, des espaces d’expression disséminés, qui - à l’instar de l’agora athénienne - forment des lieux de débats, des cercles d’influence ou des groupes de pression. C’est d’ailleurs pourquoi on trouve de plus en plus des forums sur le site Web des communes, dont l’intérêt dépend évidemment de la compétence et de la neutralité politique des personnes qui animent ou interviennent dans les débats. Même si on ne sait pas qui répond réellement aux questions ou aux doléances des citoyens, ces sites permettent néanmoins de collecter les revendications de la population et d’amorcer un dialogue avec des élus25.

  • 26 Voir http://www.usenet-fr.net/et aussi J.-C. Patat, « Internet et WWW », 2000, dans http://www.jcp (...)
  • 27 Page 17 de S. Proulx, « Mondialisation et mouvements d’affirmation identitaire : expressions possi (...)
  • 28 Les messages restent enregistrés et on peut retrouver les discussions à partir des moteurs de rech (...)
  • 29 P. Flichy, « Télécommunications. Usages des outils de communication », Encyclopedia Universalis, 2 (...)

19Mais en France, depuis 1993, les débats se font surtout à travers les groupes de discussion du système Usenet. Les 331 listes des communautés, dites virtuelles, traitent librement de n’importe quelle question ou sujet. Elles sont accessibles par l’intermédiaire d’un fournisseur d’accès, indépendant des sites et de leur orientation26. Selon S. Proulx, « les listes et les forums de discussion permettent d’approfondir les débats démocratiques autour d’enjeux sociopolitiques ou du choix stratégique de luttes pertinentes27 ». Contrairement aux chats en communication synchrone, les groupes de discussion sont asynchrones et permettent de temporiser la réflexion dans un débat. Dans ces groupes, ouverts à tous, les messages sont publics, le médium échappe à la censure, la participation reste libre et volontaire28. P. Flichy en souligne deux fonctions essentielles profondément liées : « D’abord au niveau individuel, l’utilisateur peut conserver dans son ordinateur les messages envoyés et reçus, mais aussi au niveau collectif, les mailing lists ou les dispositifs de groupware permettent de constituer un savoir commun29 ». Les groupes de discussion apparaissent donc en théorie, comme le moyen de communication le plus adapté pour restaurer l’idéal démocratique de la souveraineté populaire par la participation citoyenne. Aussi, n’est-il pas étonnant de constater l’investissement massif du média Internet par les groupes d’intérêts ou les associations. Aujourd’hui, des mouvements idéologiquement proches ou voisins parviennent à se relier par le Web au mépris des frontières et constituent des communautés d’opinions transnationales. Les solidarités mobilisées contre les sommets de Seattle (1999) ou Davos (2001) transcendent les limites des communautés virtuelles en organisant des manifestations dont les médias classiques se font largement l’écho. S’il paraît prématuré de parler de l’émergence d’une société civile internationale, on peut cependant observer la conjugaison croissante de l’expression et de l’action de la société civile, à la fois dans l’espace public virtuel et dans l’espace public physique.

LES ESPACES PUBLICS NUMÉRIQUES : DE NOUVEAUX LIEUX POUR CRÉER DES LIENS

  • 30 J.-F. Ferraille, « Utilité sociale des Espaces Publics Multimédia et reconnaissance du métier d’an (...)

20Nous avons vu, d’une part, que l’appropriation par l’État de la notion d’espace public dans la labellisation EPN visait principalement le développement de la culture numérique, et que d’autre part, il existait des amorces de débats publics au travers de sites Web. Au travers de groupes de discussion, Internet semble pouvoir contribuer à revitaliser la sphère publique. Quelle pourrait alors être la place, dans l’espace public, des lieux d’accès à Internet ? Il faut en effet souligner que, quel que soit l’usage que les personnes font de l’espace numérique, les EPN demeurent des lieux physiques avec des ordinateurs en libre accès où les individus se rencontrent. En cela, parce qu’ils visent un usage public de nouvelles technologies, les EPN favorisent les interactions nécessaires au développement de l’espace public. Surtout, « ils permettent à des personnes d’être plus autonomes, favorisent la participation des personnes à la société ou suscitent des dynamiques collectives et territoriales30 ».

  • 31 H. Rheingold, Les communautés virtuelles, Paris, Addison-Wesley, 1995. (http://www.lumbroso.fr/lio (...)
  • 32 E. Neveu, « Les sciences sociales face à l’espace public, les sciences sociales dans l’espace publ (...)

21Les EPN constituent potentiellement un lieu favorable de diffusion d’une formation civique en mobilisant les outils techniques, par l’intermédiaire d’Internet et des groupes de discussion, comme la liste utilisée par les animateurs multimédia, pour réinjecter de l’espace public au niveau local. Cette perspective de fonctionnement rejoint certaines conclusions de H. Rheingold lorsqu’il constate que « les communautés virtuelles sont des regroupements socioculturels qui émergent du réseau lorsqu’un nombre suffisant d’individus participent à ces discussions publiques pendant assez de temps en y mettant suffisamment de cœur pour que des réseaux de relations humaines se tissent au sein du cyberespace31 ». Les EPN peuvent être ainsi des lieux de liens sociaux, catalyseurs de développement local ; mais, pour qu’il y ait espace public à cette échelle, il faudrait que la dynamique EPN soit territorialisée à partir des initiatives et des projets locaux, parties prenantes du débat politique. L’incitation à une participation croissante des personnes privées et des associations dans la démocratie locale peut dans cette optique favoriser l’éveil d’une meilleure prise de conscience publique, comme nous l’avons vu sur la ville de Brest. Pour E. Neveu, l’opacité des politiques publiques peut être un « des facteurs explicatifs du réinvestissement des énergies civiques vers d’autres espaces publics partiels, où les résultats de l’engagement retrouvent lisibilité : le local, le caritatif32 ».

  • 33 Terme utilisé par D. Wolton, « Les contradictions de l’espace public médiatisé », Hermès, 10, 1991 (...)

22En conclusion, la question de la pertinence de l’idée d’espace public dans le projet de labellisation des lieux d’accès publics à Internet amène à constater que les actions prioritaires de l’État visent principalement la réduction de la fracture numérique et une certaine normalisation de l’offre en matière de création des lieux d’accès et de l’information diffusée. La politique de l’État en tant que processus d’institutionnalisation « descendant » n’encourage pas pour l’instant la revitalisation de la démocratie, mais plutôt la généralisation et la banalisation de la culture multimédia. Ainsi, l’objectif de mise à niveau par acquisition de compétences techniques ne comprend pas pour l’instant, l’ouverture du débat public sur la participation locale ou l’expression citoyenne. L’appropriation de l’idée d’espace public par le gouvernement semble contribuer à la fabrication d’un objet technique relativement contrôlé, là où pourrait émerger un véritable espace public de réflexion au sein même des lieux publics, rapprochant au sein du territoire élus et citoyens dans ces nouveaux lieux, créant ainsi des « espaces publics médiatisés33 ». Mais pour cela, il faudrait prévoir conjointement le développement de la maîtrise technique et celui de l’initiative publique qui se réapproprie l’espace réel et virtuel pour créer de nouveaux liens sociaux. Néanmoins, on a pu observer à travers les différentes initiatives des collectivités territoriales, de l’État et des opérateurs privés, que certains espaces publics numériques, au-delà de l’idée de la culture numérique pour tous, favorisaient d’autres formes de participation et affichaient clairement sur leurs sites Web des procédures d’échanges et de forums ouverts à tous. L’espace public médiatisé pourrait ainsi permettre, du niveau local à l’échelle internationale, de porter le débat public, l’initiative populaire et l’opinion dans la sphère de l’action.

Notes

1 Cahier spécial « La société de l’information », La lettre du gouvernement, 24 janvier 2002, 12 p. et http://www.internet.gouv.fr/francais/textesref/pagsi.htm

2 http://archives.internet.gouv.fr/francais//textesref/cisi100700/1.HTM et Grandes Villes Hebdo, no 435, 2001 (http://www.grandesvilles.org/2002/GVH/GVH2001.php).

3 En France 27 % des ménages étaient équipés en ordinateurs, contre, respectivement, 47 %, 60 %, 65 % et 69 % en Allemagne, Suède, Danemark et Hollande (Source : OCDE, base de données TIC, juillet 2001). En juillet 2003, 42 % des ménages français sont équipés en ordinateurs, alors que la moyenne européenne est de 55 % (http://www.ddm.gouv.fr/dossiers_thematiques/documents/cisi2003g1.html).

4 Cf. B. Van Bastelaer, « Les villes virtuelles : définition et historique », dans B. Van Bastelaer, L. Henin et C. Lobet-Maris, Villes virtuelles. Entre communauté et cité. Analyse de cas, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 25-26.

5 http://accespublic.internet.gouv.fr/EPN.htm

6 P. Sansot, « Autour de l’accessibilité aux espaces publics », Espaces et Sociétés, 62-63, 1990, p. 77-82 ; A. Querrien, « La génération de l’espace public, un entretien avec A. Battegay », Annales de la recherche urbaine, 27, 1985, p. 5-7 ; C. Descamp, « Espace public et communauté », Hermès, 10, 1991, p. 18-22 ; W.-P. Prado, « Le partage de la sensibilité », Hermès, 10, 1991, p. 71-84.

7 Le comité interministériel de juillet 2003 propose un nouveau label, « Netpublic », commun à tous les espaces adhérents à la charte, afin que l’accès à un espace public numérique soit aussi naturel et facile que l’accès à une bibliothèque.

8 Délégation interministérielle à la ville, Internet dans les quartiers, Espaces publics numériques et politique de la ville, 2001, p. 51.
(http://www.ville.gouv.fr/pdf/editions/internet-quartiers.pdf).

9 http://www. mairie-brest.fr/cnt/ et http://www.a-brest.infini.fr/

10 http://www.laposte.net

11 Espaces culture multimédia, no 43, 17 février 1999 et no 78, 26 mars 2001.

12 http://fr.groups.yahoo.com/group/espaces-publiques-multimedia/

13 Instruction no 01-105 JS du 31 mai 2001 et http://www.jeunesse-sports.gouv.fr/jeunesse/pointcyb.asp

14 http://www.conseilsdelajeunesse.org/ et http://www.educ-pop.org/

15 http://www.cyber-base.org

16 S. Deshayes, J. Le Marec, S. Pouts-Lajus, S. Tiévant, Observation et analyse d’usages des réseaux, Ministère de la Culture, 1998 ; S. Pouts-Lajus, S. Tiévant, N. Palomino, C. Rolo, A. Alves, Observation et analyse d’usages des réseaux dans des centres d’accès publics en France, en Espagne et au Portugal, CE DG XIII - Programme ISPO, PACE 97204, 1998 ; S. Pouts-Lajus et S. Tiévant, ECM et Politique de la ville, Ministère de la Culture et de la Communication, 2000 (http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/bibliothèque/ddf).

17 http://www.123interview.com/Rapport-EPM. D’après cette enquête, notons que les jeux en réseaux ne sont pas autorisés dans la moitié des espaces.

18 J.-F. Loué, R. Heitzmann, « L’internet avance : les jeunes poussent », Les 4 pages des Statistiques industrielles, SESSI, Ministère de l’Économie des Finances et de l’Industrie, no 172, 2003.

19 M. Arnaud et J. Perriaut, Les espaces publics d’accès à Internet : réalités et devenir d’une nouvelle géographie des territoires et des réseaux, Paris, PUF, 2002, p. 100.

20 M. Castells, La galaxie Internet, Paris, Fayard, 2001, p. 194.

21 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978 et Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, 1987, 2 t.

22 Pour une discussion critique de ces espoirs, voir E. George, « Dynamiques d’échanges publics sur Internet », dans F. Jauréguiberry et S. Proulx (dir.), Internet, nouvel espace citoyen ?, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 49-80.

23 J. Habermas, « Rencontre avec Habermas », Le monde des livres, 10 janvier1997.

24 B. Corbineau, G. Loiseau et S. Wojcik, « L’invariance de la démocratie électronique municipale », F. Jauréguiberry et S. Proulx (dir.), Internet, nouvel espace citoyen ?, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 81-108. Les auteurs montrent néanmoins une certaine pauvreté de la rubrique « Dialogue Élus-Citoyens », hormis le « courrier à la mairie » dont disposent plus des villes de l’échantillon étudié.

25 Parmi les expériences intéressantes, on peut mentionner les sites du Sénat : par exemple, le débat du sénateur Yves Fréville sur le recrutement et la gestion des enseigants-chercheurs a enregistré 1 446 contributions (www.senat.fr). Voir également les sites www.doleances.org, www.agoranet.org, www.place-publique.fr et, très récemment, www.telecomville-debat.org.

26 Voir http://www.usenet-fr.net/et aussi J.-C. Patat, « Internet et WWW », 2000, dans http://www.jcpatat.net/index2.html.

27 Page 17 de S. Proulx, « Mondialisation et mouvements d’affirmation identitaire : expressions possibles de la société civile internationale », dans F. Jauréguiberry et S. Proulx (dir.), Internet, nouvel espace citoyen ?, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 13-30.

28 Les messages restent enregistrés et on peut retrouver les discussions à partir des moteurs de recherche.

29 P. Flichy, « Télécommunications. Usages des outils de communication », Encyclopedia Universalis, 2002, DVD version 7.

30 J.-F. Ferraille, « Utilité sociale des Espaces Publics Multimédia et reconnaissance du métier d’animateur multimédia », 3èmes Rencontres de Saint-Laurent de Neste, 2002 (http://www.chez.com/scopsi/saint-laurent3/actes/ferraille.doc).

31 H. Rheingold, Les communautés virtuelles, Paris, Addison-Wesley, 1995. (http://www.lumbroso.fr/lionel/03_Plume/VC_sommaire.htm).

32 E. Neveu, « Les sciences sociales face à l’espace public, les sciences sociales dans l’espace public », dans I. Pailliard (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, 1995, p. 37-64.

33 Terme utilisé par D. Wolton, « Les contradictions de l’espace public médiatisé », Hermès, 10, 1991, p. 95-114.

Auteurs

Laboratoire SET (CNRS UMR 5603)

Laboratoire SET (CNRS UMR 5603)

Laboratoire SET (CNRS UMR 5603)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search