Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 1

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 1. École et rites virils

Les loisirs et actes de chalandise des collégiens : des espaces-temps de construction des identités sexuées

Angélique Landais, Olivier David et Raymonde Séchet

Texte intégral

  • 1 Dans le texte : enquête CHAL réalisée à Laval et TEMPS LIB en Ille-et-Vilaine.
  • 2 Nous adhérons ici à la définition du genre comme « système de bicatégorisation hiérarchisé entre l (...)

1Support et contexte des relations qui se tissent entre les individus, l’espace est pratiqué, construit, vécu selon des normes (hétéro) sexuées. À l’image de travaux récents en sciences humaines et sociales, les deux recherches qui alimentent notre propos (Landais, 2012 ; David, 20101) convergent pour souligner d’importantes différences dans les pratiques sociales et spatiales des filles et des garçons (Delalande et al., 2010). Considérant la différenciation des pratiques spatiales entre filles et garçons comme des construits sociaux et non comme des phénomènes naturels2, ces travaux interrogent ce qui « pèse » sur les unes et les autres. Nous nous concentrerons ici sur les différences garçons/filles comme révélatrices de ce qui est communément défini comme relevant du masculin en interrogeant les actes de chalandise et les activités de loisirs qui participent de la construction des identités de genre et de sexe masculines comme féminines. Tout comme les filles, les garçons sont amenés à répondre à des attentes sociales (et donc spatiales) en lien avec leur assignation à une certaine masculinité transmise par différents canaux au cours de leur socialisation. Toutefois, d’autres facteurs, comme la classe sociale, l’origine ethnique, l’environnement de vie, entrent en interaction avec le sexe et le genre, ce qui complexifie la mise en évidence des constructions genrées, d’autant plus que les normes de sexe et de genre sont le plus souvent impensées voire niées par les personnes elles-mêmes au nom de l’essence naturelle ou plutôt biologique des différences de sexe.

2L’étude des espaces-temps quotidiens des enfants et des adolescents permet d’interroger une mixité présentée comme évidente mais qui ne se vérifie pas dans les faits. La première partie présente nos résultats sur les différences entre garçons et filles qui participent à la construction des identités sexuées en même temps qu’elles en sont le résultat, les deux parties suivantes interprétant ces différences sous l’angle de l’influence des familles, de leurs structures ainsi que de l’environnement de vie.

La fabrique des garçons au filtre des loisirs et des actes de chalandise

Enfance et adolescence

3Comme l’ont montré, dès 1960, les travaux de l’historien Philippe Ariès ou, plus récemment, ceux du sociologue Olivier Galland (2004 ; 2009), l’enfance comme l’adolescence ne sont pas des catégories universelles mais des constructions socio-historiques. En outre, chaque individu a son propre rythme qui ne permet pas de fixer des frontières d’âge.

4Alors que la dépendance économique, matérielle, relationnelle, affective à la famille ou aux adultes légalement responsables est une caractéristique de l’enfance (Galland, 2004, p. 24), l’adolescence se distingue graduellement par des gains d’autonomie dans les déplacements, la gestion des relations amicales, les choix d’activités et l’emploi du temps. Sylvie Octobre et al. (2010) montrent que les modifications « d’agendas sont parallèles au changement de statut de l’enfant au sein de la famille sur plusieurs registres » et donnent en exemple le passage de « l’emploi du temps stable à l’école primaire à une flexibilité plus grande au collège ». Le changement d’établissement induit également un élargissement progressif de l’espace de vie quotidien des enfants et des jeunes, avec une dissociation croissante entre lieu de résidence et lieu de scolarisation au fur et à mesure de l’avancée en âge des enfants.

5L’entrée au collège marque une transition vers une autonomie des déplacements et correspond au temps des premières sorties sans adultes responsables, alors que les pairs prennent une part de plus en plus importante dans la vie des adolescents. Ces constats sont à analyser au prisme des acquis des travaux sur la socialisation des enfants et des jeunes. Celle-ci est à la fois verticale (influence des institutions de socialisation : famille, école, animateurs, travailleurs sociaux…) et horizontale (influence des pairs, de la fratrie), chaque individu étant lui-même actif au sein de ce processus.

La différenciation marquée entre garçons et filles dans les activités de loisirs

6Le sexe est une variable centrale dans la compréhension des pratiques sociales développées dans le cadre du temps libre. Les différences de socialisation entre filles et garçons dès la prime enfance ont été mises à jour, y compris dans l’évaluation des politiques publiques (Georges, Gresy, 2012). Les activités encadrées proposées aux enfants et adolescent(e) s contribuent à la construction des rôles sociaux de sexe, à la distinction des pratiques des lieux et à la différenciation sexuée des normes spatiales.

  • 3 La danse est une activité citée par les familles aussi bien au titre de la pratique sportive que c (...)

7Les garçons déclarent beaucoup plus fréquemment pratiquer un sport que les filles, avec un écart de 20 points (enquête TEMPS LIB) alors que c’est l’inverse pour les activités culturelles. 77 % des garçons pratiquent un sport contre seulement 57 % des filles, et 35 % des filles participent à une activité culturelle contre 21 % des garçons. Ces données reflètent le choix des enfants et des parents. La nature des activités dans chacun des domaines constitue également un autre élément de différenciation (fig. 1). Dans le champ sportif, les garçons pratiquent à 38,74 % le football ; viennent ensuite le basket, le tennis et le judo. Les filles déclarent en premier lieu la danse3, suivie de la natation, devant le basket, la gymnastique, l’équitation et le tennis. La concentration des effectifs en fonction des activités est beaucoup moins forte chez les filles que chez les garçons pour qui prime le football. Il est possible de distinguer des sports de garçons (le football, le judo) et des sports de filles (la danse, les sports d’eau, la gymnastique, l’équitation). La mixité caractérise néanmoins certains sports tels que le basket et le tennis.

8Les différences de genre sont également sensibles en ce qui concerne les activités non encadrées. Si la télévision est une activité de premier plan pour les filles comme pour les garçons, les garçons sont davantage mobilisés que les filles par l’ordinateur et les jeux vidéos, avec 16 points d’écart (86 % contre 70 %) et quasiment une heure de différence dans la semaine. Il semble donc bien y avoir une spécificité masculine que l’on retrouve également en ce qui concerne les activités de plein air.

Les actes de chalandise : des activités très différenciées et différenciantes

9Environ 80 % des collégiens enquêtés (CHAL) participent occasionnellement à la réalisation des courses alimentaires. Seuls 6 % y participent toujours contre 13 % jamais. Derrière ces chiffres, se dissimulent les organisations familiales, les concordances d’emplois du temps, les circuits de mobilité liés au travail des parents. 4 % déclarent ne pas apprécier cette activité, l’ennui étant la justification la plus courante des filles et garçons. Toutefois, l’absence chez les filles des justifications exprimées par quelques garçons en classe de 3e (fatigue/perte de temps) suggèrent un désintérêt masculin plus fort pour ces activités. Certains énoncent d’ailleurs que cette activité ne les concerne pas.

Figure 1 - Les cinq premières activités de loisirs déclarées par les enfants et les jeunes

Figure 1 - Les cinq premières activités de loisirs déclarées par les enfants et les jeunes

Source : O. David, 2010.

10Près des deux tiers des collégiens ont des pratiques de shopping sans adulte responsable. C’est au sein de cette pratique libre que les différences sexuées semblent les plus marquées et contribuent à construire des identités de genre en même temps qu’elles en sont le résultat. Ceux qui ne pratiquent jamais le shopping sans adulte sont à 72,2 % des garçons et plus de la moitié d’entre eux sont en classe de 6e. Les filles qui ne le pratiquent pas sont exclusivement en classe de 6e. Les gains d’autonomie de déplacement sont en effet en partie corrélés à l’âge. Pratique sociale et spatiale motivée par l’acte de consommation, le shopping revêt de fait de multiples facettes : « shopper », c’est se promener dans la ville ou la galerie, se mettre en scène (Germès, 2007). « Shopper » participe d’une certaine affirmation de soi (Goffman, 1973) et de la fabrication de son image pour soi et pour autrui (Dubar, 2002). Les temps de parcours effectués à pied permettent aux collégiens d’appréhender pleinement l’espace du centre-ville ou d’une galerie marchande : les jeunes qui apprécient le shopping soulignent que cette activité permet de « sortir », de « se balader », que ce soit entre ami(e)s ou en famille.

11Les loisirs pratiqués, les activités de chalandise mobilisent des lieux, des espaces où chacun entre en scène sous le regard de l’autre (du même sexe ou non) et où les rôles sociaux assignés aux femmes et aux hommes influencent la pratique dans l’espace. Les collégiens participent à ces représentations et s’y construisent. Ces différents registres d’action qui sont « fortement empreints du genre, système normé basé sur des codes appris et respectés conformes à la valence différentielle des sexes » (Maruéjouls, 2011), sont cependant également influencés par les structures familiales.

Des constructions des masculins influencées par la famille et sa structure

La construction d’expériences spatiales par des pratiques sociales comme reproduction de modèles dominants

12Les courses alimentaires relèvent d’une tâche très majoritairement sous responsabilité féminine (CHAL).

Figure 2 – Qui réalise les courses alimentaires au sein de ton foyer ?

Figure 2 – Qui réalise les courses alimentaires au sein de ton foyer ?

Source : A. Landais, 2012.

  • 4 Tous les prénoms ont été modifiés pour conserver l’anonymat des jeunes enquêtés.

13Au sein des familles des collégiens enquêtés, les mères sont présentes dans 88,5 % des cas et plus de 52,5 % des courses alimentaires sont réalisées par les mères seules. Lorsqu’une seule personne était désignée comme étant en charge des courses alimentaires (63 réponses sur 99), les collégiens ont répondu à une question ouverte : « Pourquoi est-ce ta mère (ou belle-mère) ou ton père (ou beau-père) qui fait le plus souvent les courses ? » 47 explications ont été proposées pour les mères. Pour dix d’entre eux, leur mère effectue toujours les courses car elle vit seule. Dix autres jeunes (six filles et quatre garçons) soulignent que leurs mères sont plus disponibles. Certaines mères travaillent à temps partiel et utilisent les demi-journées ou journées ainsi libérées pour effectuer des tâches de reproduction domestique telles que les courses alimentaires. Valerian4 explique que sa mère ne travaille pas le mercredi après-midi et que les courses sont toujours réalisées à ce moment de la semaine. D’autres jeunes insistent sur le fait que leur mère a plus de temps (« elle est plus libre » ; « elle n’a que cela à faire » ; « elle est plus à la maison » ; « elle ne travaille pas »,…). Pour les jeunes dont la mère est sans activité professionnelle, il semble totalement naturel qu’elle soit en charge des courses. La réponse de Fatia (« elle n’a rien d’autre à faire ») montre que, pour elle, cette tâche n’est pas valorisée. Alors que les tâches de reproduction au sein de la famille ne sont pas considérées comme un travail, le travail rémunéré dans la sphère publique est très présent dans les réponses des collégiens : six jeunes indiquent que leurs pères travaillent ou ne sont pas disponibles et Mathieu a inscrit : « mon père travaille trop, il n’a pas le temps ».

Une « incompétence » masculine ?

14L’argument d’une certaine incompétence masculine est mis en avant dans environ 15 % des réponses. Ingrid écrit que son père « se trompe tout le temps », Florent que son père « a peur d’oublier des choses donc sa mère préfère y aller ». Ces jeunes ont déjà intégré le présupposé d’un savoir-faire féminin ou d’une incompétence masculine pour les courses alimentaires. Deux jeunes associent également cette activité au fait de faire la cuisine dans et pour le foyer.

15Quatre collégiens (trois garçons et une fille) ont répondu que leurs « pères n’aiment pas faire les courses » voire, comme Tim, que son « père déteste faire les courses ». Sonia, élève de troisième, va plus loin : « mon père n’aime pas faire les courses et c’est le rôle de ma mère ».

16Ces justifications mettent à jour des visions traditionnelles et socialement construites de compétences féminines et masculines où se dessine nettement un clivage entre les activités de la sphère domestique qui relèveraient de compétences féminines et celles de la sphère publique où le travail prendrait plus de temps aux hommes. Le même phénomène est observable en ce qui concerne l’accompagnement des jeunes pour leurs activités de loisirs (Dodier, 2007). Si une très grande majorité des enfants et des jeunes est accompagnée par l’un des deux parents, l’implication du père ou de la mère n’est pas la même en fonction de l’âge et du sexe des enfants. En effet, l’accompagnement des enfants est avant tout assumé par les femmes. Dès lors qu’il s’agit d’éducation, les mères de famille sont beaucoup plus fréquemment sollicitées. La mobilisation des femmes est beaucoup plus élevée que celle des hommes lorsque les enfants sont jeunes (TEMPS LIB). L’implication des pères s’accroît très légèrement ensuite, notamment parce que les activités et les mobilités afférentes se diversifient. Ils sont en outre plus engagés dans l’accompagnement des garçons que dans celui des filles.

Des pratiques sociales et spatiales liées à des structures familiales « différentes » ?

17Les jeunes interrogés construisent, pour partie, leur propre identité de genre en observant la division du travail entre les adultes du foyer. Ces premiers résultats mettent à jour des logiques de reproduction des normes par socialisation familiale mais sans qu’il y ait uniformité.

  • 5 Au sein des 21 familles monoparentales (21,2 % de l’échantillon), 19 sont gérées par des mères, 1 (...)
  • 6 Entretien exploratoire du 16 janvier 2013, famille monoparentale féminine, trois garçons (Yvan 13  (...)

1860 % des familles des adolescents enquêtés (CHAL) répondent au schéma traditionnel, celui d’un couple et son (ses) enfant(s) vivant sous le même toit. Pourtant, les situations parentales sont très variées puisque 19 jeunes vivent au sein de familles recomposées et 21 au sein de familles monoparentales à 95 % féminines5. Les contraintes temporelles et les nécessités d’aménagement des emplois du temps sont renforcées pour les familles monoparentales. Malgré le nombre limité d’enquêtés, un cas6 permet d’éclairer des normes genrées au cours des pratiques de chalandise.

Question : Pour les courses alimentaires, ils t’accompagnent ?

C : Alors ouais, et même ils le font, des fois à ma place, moi je fais, enfin j’estime qu’on ne va plus dans les grandes surfaces depuis pas mal d’années. Donc je fais un peu le marché et la coop bio. Donc le marché c’est moi qui m’en occupe, parce que c’est juste à côté, je fais à pied, et euh, la coop c’est quand je vais à Rennes, je prends des trucs, et sinon il y a un petit Carrefour qui a ouvert là, dans notre rue, donc j’envoie parfois les gars chercher les trucs, Yvan il est plus fort que moi maintenant, c’est lui qui ramène les packs d’eau (Rires). Donc ils participent pas mal. Ludovic il va chercher le pain tous les jours presque.

1914,3 % des jeunes qui accompagnent leurs parents pour faire les courses déclarent le faire dans le but d’apporter une aide, le plus souvent à leur mère. Si l’effectif de filles et de garçons est équivalent, seuls ces derniers ont développé leurs réponses et donc éprouvé le besoin de se justifier. Naël souligne que cela permet de gagner du temps ; Florent, Germain, Boris, qu’ils aiment ranger les courses ; Paolo et Martial, qu’ils portent les courses. Cette justification de l’aide apportée par des actions se référant en majorité à un présupposé de force physique ou de qualité d’organisation renvoie aux idées préconçues sur les différences de genre. En apportant de l’aide lors des actes de chalandise, ces jeunes garçons construisent une part de leur identité masculine et se sentent valorisés dans un certain savoir-faire tout en intégrant un partage des tâches très marqué entre ce qui relèverait du féminin et du masculin.

  • 7 Enquête CHAL.
  • 8 Quelques exemples peuvent illustrer ce propos : Léa rend visite à son père militaire en Alsace une (...)
  • 9 Rennes se situe à une heure en train ou automobile de Laval, Paris à une heure trente en TGV.

20La présence d’un beau-père ou d’une belle-mère ne remet pas en cause la place du parent qui ne réside pas la majorité du temps avec l’enfant. Quelques enquêté(e)s soulignent que l’achat de vêtements ou de chaussures est une occasion de vivre un moment avec le parent dont ils ne partagent pas le quotidien. Dès lors, l’acte de chalandise revêt une dimension supplémentaire en termes d’affect et de pratique spatiale. Le lieu de résidence de l’autre parent est un territoire de découvertes et de pratiques qui peuvent diverger de celles réalisées au quotidien. Néanmoins, plus la résidence de l’autre parent est éloignée de Laval7, plus les visites sont espacées et correspondent à des périodes de vacances qui n’impliquent pas une réelle découverte du lieu d’habitation du parent visité8. En revanche, les jeunes dont le parent réside à Rennes ou Paris9 vont régulièrement passer les week-ends et vacances dans ces villes et les connaissent donc bien.

21Au total, les expériences vécues en famille ou lors de visites aux proches (grand frère, sœur, l’autre parent, grands-parents) amènent les adolescents à découvrir des lieux, à s’approprier des modes de transport et à intérioriser des normes et valeurs valorisées par leur famille.

Des constructions des masculins influencées par l’environnement de vie

Vêtements, chaussures : donner son corps à voir, performer dans l’espace social ?

22Vêtements et chaussures participent à la construction de l’image de soi, à la présentation de soi (Goffman, 1973) aux regards et évaluations des autres, phénomènes visibles à tous les âges mais exacerbés pour des adolescent(e)s.

23Filles et garçons préfèrent être accompagnés par des personnes de sexe féminin, en arguant du « bon goût » de leur mère. Ce qui laisse entendre que les femmes seraient les gardiennes d’une certaine bienséance, détentrices d’un savoir-faire et être en société. De manière inconsciente, ces collégiens montrent que, pour eux, ce qui relève du corporel serait associé au féminin. L’apprentissage de la fabrication d’une certaine image de soi relèverait-il d’une compétence pensée comme spécifiquement féminine ?

24Certains magasins sont évités par les parcours familiaux car ils sont perçus comme en inadéquation avec la « position sociale » de la famille, qu’ils s’agissent de lieux jugés comme relevant d’une catégorie sociale supérieure (les prix sont trop élevés) ou au contraire relevant d’une catégorie sociale inférieure (qualité moindre, styles différents). Des parcours de chalandise se dessinent où les chemins choisis sont jalonnés de boutiques prisées et d’autres évitées. Les différences de revenus, qui ont un impact conséquent sur les pratiques de consommation, tracent des itinéraires différents dans la ville. Néanmoins, il ne faudrait pas enfermer les pratiques dans l’étau des ressources. En effet, les jeunes parcourent aussi des lieux où ils ne consomment pas forcément, à Laval et ailleurs : 72 % des collégiens fréquentent d’autres villes (Rennes, Paris, Angers, Le Mans).

Différenciations sexuées et genrées des pratiques de shopping sans adulte responsable

25En classe de troisième, le shopping sans adulte responsable est généralisé pour les filles alors qu’il est encore absent pour certains garçons comme si l’enfance des garçons était globalement plus longue que celle des filles.

2617 filles de troisième sur 19 déclarent faire occasionnellement du shopping avec un groupe d’amies. Elles s’organisent pour se retrouver au centre-ville ou dans la galerie marchande d’un des hypermarchés, afin de « faire » des boutiques ou d’échanger leurs avis. Cette pratique semble valorisée et relever d’un passe-temps reconnu par les familles. Par groupes de 3 à 10, ces jeunes filles se confrontent aux regards des autres, aux évaluations de leurs pairs et déclarent prendre du plaisir. Il semble exceptionnel que les groupes soient mixtes.

27En revanche, parmi les garçons de troisième pratiquant le shopping sans adulte responsable, 5 le réalisent avec un groupe d’amis, 5 avec un seul ami, 4 préfèrent la solitude et 3 leur frère. Les pratiques de chalandise des garçons sont distinctes de celles des filles, les groupes sont plus rares ou alors il semble s’agir davantage de « couples » d’amis. Toutefois, on retrouve ici une non-mixité similaire à celle relevée pour les jeunes filles.

28Comment appréhender cette absence de mixité au sein des premières pratiques d’actes de chalandise hors du cercle familial ? S’agit-il, lors de la construction de son identité genrée, de s’affirmer avec des jeunes du même sexe pour confirmer ses propres choix, d’entrer dans une certaine norme ? S’agit-il d’une forme d’entre-soi permettant de se construire vis-à-vis de l’autre sexe ? Le shopping permet-il d’appartenir à un « clan », à une communauté se reconnaissant à des styles vestimentaires, des modes ? Cette pratique du shopping, entre filles ou entre garçons, est-elle caractéristique de ces jeunes adolescents ou s’agit-il d’un phénomène plus largement observable ? Ces pratiques, non mixtes, permettent-elles de s’affranchir pour un temps de ce que Goffman nomme « l’arrangement des sexes » ?

  • 10 Guillaume a trois sœurs, il est le second de la fratrie.

29Même si cela ne concerne que trois jeunes de troisième, il est pertinent de souligner que la dimension fortement sexuée des boutiques pratiquées semble gêner quelques adolescents et susciter un malaise : celui de ne pas être à l’endroit qui conviendrait à leur sexe. Guillaume10 déclare ne pas se sentir à l’aise dans les boutiques pour filles. La situation inverse est soulignée par sa sœur et une autre adolescente. Est-ce le peu de présence de l’autre sexe à l’intérieur de la boutique qui les gêne ? Si Guillaume et Marie perçoivent cette dimension de transgression lorsqu’ils effectuent du shopping entre frère et sœur, cela signifie que leurs parcours dans l’espace vont peu à peu se différencier en fonction de leur sexe. Certaines boutiques seraient en quelque sorte interdites, non pas de manière catégorique mais par la construction de la bienséance. Peut-être que plus l’identité genrée des deux jeunes se marque, plus les parcours de shopping se séparent, et plus s’affirme un clivage des lieux pratiqués par les filles et par les garçons.

Pistes de réflexion sur la fabrique des garçons

  • 11 Seuls 6 jeunes accompagnent toujours, dont 5 garçons.

30Parmi les jeunes qui accompagnent toujours pour les « grosses courses », les garçons dominent à plus de 80 %11. À l’inverse d’une représentation préconçue qui aurait été de laisser penser que les jeunes filles étaient plus souvent accompagnantes, ne faut-il pas voir dans ce chiffre un phénomène lié au souci d’une surveillance plus étroite des garçons accompagnants ? Les familles laissent-elles plus facilement une jeune fille à la maison sans adulte, ou appellent-elles ces jeunes garçons pour aider les mères dans la manutention de produits lourds ?

31Dans les parcours réalisés à l’intérieur d’une grande surface, filles et garçons ne sont pas sollicités de la même manière. Léo ne fait pas le tour complet du magasin mais stationne dans un ou deux rayons ayant de l’intérêt pour lui.

32En outre, parmi les garçons ayant déclaré apprécier participer aux courses, l’idée de recevoir une récompense (livres, jeux vidéos) a été mise en avant par 9 garçons dont 7 en classe de sixième ainsi que par 2 filles. Ces petits cadeaux sont-ils seulement des caprices d’enfants ou des dédommagements pour le temps passé à réaliser les courses, se traduisant plus souvent pour les jeunes garçons par une acquisition vouée à leurs plaisirs et à leurs loisirs ?

  • 12 Enseigne nationale comptant deux boutiques à Laval.

33Une enseigne retient particulièrement l’attention des jeunes enquêtés : Buxy12, que plus du quart des collégiens fréquentent pour l’achat de chaussures et près d’un cinquième pour les vêtements. Cette boutique attire davantage les garçons que les filles, les troisièmes que les sixièmes : une seule fille de sixième la cite contre huit pour les garçons du même âge ; 52 % des garçons de troisième y achètent leurs chaussures contre « seulement » 29 % des filles. Comment comprendre cet « effet Buxy » dans les pratiques de consommation des jeunes collégiens lavallois ? Sommes-nous devant une offre conforme aux attentes propres de ces jeunes ou devant l’influence des pairs ? Acheter ses chaussures dans cette boutique permet-il aux garçons de troisième de se reconnaître comme appartenant à un même groupe ? Est-ce, pour ces jeunes garçons, un marqueur d’identité sociale ou le simple reflet d’un choix limité dans les boutiques lavalloises ?

Conclusion

34Loisirs et actes de chalandise sont des pratiques (sociales et spatiales) variées mais où des différenciations sexuées et genrées apparaissent. Il n’y a pas émergence d’un mode spécifiquement masculin de « shopper » mais au contraire une pluralité de possibilités. Toutefois, la construction de l’apparence est guidée par les mères. Elles initient au shopping, accompagnent les premiers achats, conseillent ou s’opposent au choix des vêtements lors des essayages. Le choix des vêtements est influencé par de nombreux autres facteurs tels que le budget, les modes (véhiculées par les médias), les pairs (être reconnu comme appartenant au groupe) qui mènent à des parcours différenciés dans l’espace de chalandise. Ces vêtements, eux-mêmes, influencent les postures corporelles selon leur degré de confort, les mouvements qu’ils permettent et les regards qu’ils attirent ou non. Garçons comme filles, au quotidien et plus encore lors des premières sorties en l’absence d’adultes responsables, mettent en scène leur appartenance de sexe. Ces adolescents performent dans l’espace selon leur sexe et leur genre. Il n’existe pas de modèle masculin ou féminin figé, néanmoins la non-mixité des premières pratiques libres suggère un entre-soi et des frontières tacites entre les sexes. L’espace devient un cadre d’imposition de normes sexuées et genrées, où chacun tient des rôles sociaux qui déterminent plus ou moins les activités pratiquées et les lieux fréquentés.

Bibliographie

Bibliographie

Ariès Philippe (1960), L’Enfant et la Vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon.

Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, Revillard Anne (2012, 2e éd. [2008]), Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck.

David Olivier (2010), Le Temps libre des enfants et des jeunes à l’épreuve des contextes territoriaux, H.D.R Géographie, Université Rennes 2.

Danic Isabelle, David Olivier, Depeau Sandrine (dir.) (2010), Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Delalande Julie (2010), La Cour de récréation. Contribution à une anthropologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dodier Rodolphe (2007), « Temporalités périurbaines : des navettes pendulaires à la fluidité et au conflit », Espace populations sociétés, 2-3, p. 305-316.

Dubar Claude (2002), La Socialisation, Paris, Armand Colin.

Galland Olivier, (1984), Les Jeunes, Paris, La Découverte.

——— (2004, 3e éd. [1991]), Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Georges Philippe et Gresy Brigitte (2012), Rapport sur l’égalité entre les filles et les garçons dans les modes d’accueil de la petite enfance, Inspection générale des affaires sociales.

Germès Melina (2007), Expériences vécues et espaces du shopping dans l’agglomération bordelaise, sous la dir. de Di Méo Guy, thèse de doctorat, Pessac, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Goffman Erving (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit.

——— (2002 [1977]), L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute.

Landais Angélique (2012), Construction d’identités genrées et pratiques spatiales : une étude par l’analyse des actes de chalandise, mémoire de Master 2, Rennes, Université Rennes 2.

Maruéjouls Édith (2011), « La mixité à l’épreuve des loisirs des jeunes dans trois communes », Agora Débats/Jeunesses, no 59, p. 79-91.

Octobre Sylvie, Détrez Christine, Mercklé Pierre, Berthomier Nathalie (2010), L’Enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence, Paris, La Documentation française.

Notes

1 Dans le texte : enquête CHAL réalisée à Laval et TEMPS LIB en Ille-et-Vilaine.

2 Nous adhérons ici à la définition du genre comme « système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (hommes-femmes) et entre les valeurs et représentations qui leurs sont associées (masculin-féminin) » proposée par Bereni et al., 2012.

3 La danse est une activité citée par les familles aussi bien au titre de la pratique sportive que culturelle.

4 Tous les prénoms ont été modifiés pour conserver l’anonymat des jeunes enquêtés.

5 Au sein des 21 familles monoparentales (21,2 % de l’échantillon), 19 sont gérées par des mères, 1 famille est en garde alternée à la semaine (au moment de l’enquête l’adolescent habitait pour la semaine avec son père), une seule famille est réellement monoparentale masculine suite au décès de l’épouse. Ces chiffres sont supérieurs aux données de l’INSEE : en 2005, 17,7 % d’enfants de moins de 25 ans vivaient dans une famille monoparentale, dont 85 % comptaient la mère comme adulte responsable.

6 Entretien exploratoire du 16 janvier 2013, famille monoparentale féminine, trois garçons (Yvan 13 ans, Paul 11 ans et Luc 9 ans), petite ville bretonne.

7 Enquête CHAL.

8 Quelques exemples peuvent illustrer ce propos : Léa rend visite à son père militaire en Alsace une semaine à chaque période de vacances scolaires ; Max retrouve son père à Toulouse deux fois par an.

9 Rennes se situe à une heure en train ou automobile de Laval, Paris à une heure trente en TGV.

10 Guillaume a trois sœurs, il est le second de la fratrie.

11 Seuls 6 jeunes accompagnent toujours, dont 5 garçons.

12 Enseigne nationale comptant deux boutiques à Laval.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les cinq premières activités de loisirs déclarées par les enfants et les jeunes
Légende Source : O. David, 2010.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 2 – Qui réalise les courses alimentaires au sein de ton foyer ?
Légende Source : A. Landais, 2012.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/1014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search