Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 3. L'espace public à l'épreuve des limites du modèle classique

Chapitre 13. Géographie et violence urbaine : une réflexion sur la guerre pour l’espace dans la ville de Rio de Janeiro

Rodrigo Ramos Valverde

Texte intégral

1En 1995, le metteur en scène américain Spike Lee vint au Brésil afin de filmer un vidéoclip pour le fameux chanteur Michael Jackson. Il avait l’intention d’utiliser une favela, comme scénario qui illustrerait l’injustice sociale dans le monde, au travers de la chanson They don’t really care about us. Le problème qui se posa alors fut de garantir la sécurité de tous, dans un milieu où les trafiquants de drogues exerçaient une influence importante. Lee n’hésita pas : il s’adressa au trafiquant contrôlant l’endroit, qui établit un accord garantissant la sécurité des participants au vidéoclip. Le gouverneur de l’état de Rio de Janeiro, Marcelo Allencar et la presse n’apprécièrent pas cette initiative et la prirent comme une offense de la part de Lee. Celui-ci rétorqua qu’il n’avait fait que s’adresser à ceux qui détenaient effectivement le pouvoir sur cette zone…

2Cette anecdote est un bon exemple de la lutte en cours pour le contrôle des espaces publics de la ville de Rio de Janeiro. Il s’agit en effet d’une lutte qui dure depuis une vingtaine d’années, si bien qu’aujourd’hui personne ne conteste la croissance absolue de la violence dans la ville de Rio de Janeiro et sa diffusion dans la ville entière. Malgré la difficulté d’établir une analyse de l’évolution de la violence (les chiffres officiels sont biaisés par la corruption des organismes publics), les signes concrets et symboliques de cette diffusion sont visibles. Plus que jamais, les agressions, les vols, les kidnappings, les assassinats et la corruption font partie du quotidien de la ville, au point que la préoccupation pour la violence est le thème le plus fréquemment soulevé lors des élections de l’état de Rio de Janeiro. La presse locale lui consacre aussi une grande partie de ses colonnes.

3Il est donc naturel et salutaire que le problème de cette hausse de la violence urbaine renouvelle l’intérêt de porter un regard géographique sur les dynamiques spatiales du crime et sur ses conséquences dans l’organisation sociale. Si l’espace public constitue encore une catégorie spatiale, en principe, liée à la construction politique et à la vie en société des habitants de la ville, le sentiment d’existence d’un « état de guerre » dans la ville de Rio de Janeiro ne correspond-il pas à sa détérioration physique et symbolique qui accompagne la dégradation du pacte territorial en vigueur ?

LA VIOLENCE URBAINE COMME PHÉNOMÈNE TERRITORIAL

4L’urbanisation accélérée et non planifiée des villes brésiliennes, à partir des années cinquante, a entraîné une série de problèmes pour l’organisation de l’espace urbain. Ce processus migratoire a été favorisé par la politique industrielle. À cette époque, la population urbaine ne représentait que 36 % du total. En 1970, elle atteignait déjà 57 %. Par ailleurs, le processus d’agglomération urbaine s’est accompagné d’un processus de métropolisation, car les villes de destination des migrants étaient surtout des capitales régionales de 100 000 à 1 000 0000 d’habitants. Parallèlement, le taux de croissance de la population s’est élevé lui aussi, atteignant les 4 % par an. Il s’est stabilisé à 2 % dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix et, depuis lors, la tendance est à une lente diminution.

  • 1 Il s’agit de quartiers illégaux, composés de maisons et de petits immeubles, fruits de l’auto-cons (...)

5En 1991, près de 77 % de la population se concentrait dans les villes. Or, l’incapacité du marché urbain brésilien à absorber une telle quantité de main-d’œuvre et à offrir des conditions minimales d’infrastructures sont à la source de la grande expansion des quartiers d’habitations irrégulières, les favelas1. Les problèmes relatifs à la pauvreté sont devenus plus cruciaux encore en raison des carences des politiques sociales. C’est exactement dans ce contexte de chute de la qualité de vie, que nous assistons ces vingt dernières années à une dissémination de la violence. Cependant, il ne suffit pas de porter un simple regard historique : les groupes territoriaux qui agissent de manière criminelle dans la ville de Rio de Janeiro sont très différents des petits malfaiteurs qui habitent les favelas.

  • 2 C. Amorim, Comando Vermelho, Rio de Janeiro, Record, 1994.

6Pour comprendre ces différences, il est important de retracer l’émergence des organisations de trafiquants de drogues telles que le Comando Vermelho, la première grande faction du crime organisé à Rio de Janeiro. Son origine fait polémique, car nombreux sont ceux qui l’associent au contact et aux échanges d’informations entre les criminels de droit commun et les prisonniers politiques du régime militaire (1964-1984). Selon ce point de vue, défendu par C. Amorim2, les prisonniers politiques auraient enseigné les stratégies de guérilla et les principes de l’organisation aux criminels. Les actions territoriales pratiquées par les trafiquants, justement à partir des années quatre-vingt et de leur prétention à « se substituer à l’État », confirment ce genre d’interprétation : à partir du moment où ils ont implanté des postes fixes de vente de drogues au sein des favelas de Rio de Janeiro, ils ont contrôlé l’accès à celles-ci et y ont stipulé des changements dans les règles de la vie de ces communautés. C’est ainsi que les limites de ces unités spatiales ont pris l’aspect d’un nouveau pacte territorial.

7Durant ces vingt années d’existence des organisations de trafiquants, la violence urbaine s’est accrue de manière si rapide et tellement diversifiée que les modèles explicatifs classiques utilisés pour son interprétation se révèlent insatisfaisants. Aujourd’hui, la criminalité ne reflète pas seulement des problèmes socio-économiques ; elle produit et reproduit ces problèmes au travers de son mode d’intervention spatiale dans la ville, sous la forme du contrôle territorial. De nouvelles frontières, de nouvelles limites et par conséquent, de nouvelles relations d’échanges transforment progressivement l’espace vécu.

8Il faut donc analyser l’impact de la violence territoriale dans la constitution de la collectivité politique de la ville de Rio de Janeiro, car elle agit comme un vecteur de transformation des espaces publics. Dans cette optique, nous pouvons affirmer que la croissance accélérée de la violence urbaine dans la ville de Rio de Janeiro impose de nouveaux défis à la géographie brésilienne. Pour comprendre comment cette poussée de la violence modifie les relations spatiales, il faut reprendre le concept de territoire qui aborde les questions relatives au contrôle physique ou symbolique d’une aire déterminée.

  • 3 Par exemple, R. Sack, Human Territoriality, its Theory and History, Cambridge, Cambridge Universit (...)

9On peut concevoir le territoire comme une aire définie et délimitée par et à partir des relations de pouvoir3. Cette approche permet de comprendre le territoire comme une aire de domination par un groupe et, par le biais de celle-ci, la possibilité de contrôler ou d’influencer le comportement des autres. Il est intéressant de rappeler les anciennes limitations de la géographie qui pendant longtemps ont restreint le concept de territoire à l’échelle nationale, concentrant l’attention sur les pouvoirs publics, unique source durable du contrôle spatial. Pour que la géographie puisse contribuer effectivement à l’étude des villes, elle doit d’abord flexibiliser la conception classique du territoire. En effet, la compréhension de l’action complexe des groupes organisés exige une approche dans laquelle la ville est perçue comme un objet de conflits, écartelée par différents phénomènes territoriaux qui peuvent se superposer dans le temps et/ou l’espace. Aujourd’hui, le territoire urbain doit être entendu comme un champ de forces, un réseau de relations sociales qui peuvent agir dans différents points séparés de la ville, uni par des flux divers de marchandises, de personnes et d’informations.

10Un autre aspect de la notion de territoire qui doit être repensé, est celui du rôle des frontières, en ce sens qu’elles révèlent l’appropriation et l’exclusion. Grâce à cette préoccupation, nous verrons que la dynamique du territoire produit des changements constants de frontières qui surgissent et disparaissent, s’étendent et se rétractent, et s’organisent hiérarchiquement. Ainsi, la dynamique de la constitution et de la destruction journalières d’innombrables territoires dans l’espace de la ville de Rio de Janeiro semble symptomatique du rapport complexe entre la politique et l’espace. C’est pourquoi la notion de territoire peut apporter des éléments de grande valeur dans la construction d’une nouvelle conception des villes : dans notre cas d’étude, les conflits dûs aux tensions entre territoire légal et territoires de la marginalité interfèrent directement sur le quotidien de la ville et ont pour principales conséquences le recul de la citoyenneté et les transformations de l’espace public.

LA GUERRE POUR L’ESPACE

11L’identification des acteurs de cette guerre n’est pas chose facile, car tous les citoyens peuvent adopter des attitudes territoriales dans leur quotidien, qu’il s’agisse de stratégies de survie ou de participation dans les groupes sociaux. Nous nous concentrerons ici sur deux agents de la transformation des espaces publics à Rio de Janeiro : les organisations de trafiquants de drogues et la police. Comme nous le verrons, ces deux groupes antagoniques dans leur lutte pour la maîtrise de l’ordre social adoptent des stratégies similaires de contrôle de l’espace.

  • 4 Bien que la Zona Sul et une partie de la Zona Norte (Tijuca) et de la Zona Oeste (Barra da Tijuca) (...)

12Le trafic de la drogue se divise, à Rio de Janeiro, en quatre grandes factions qui dominent les buttes (où se trouvent les favelas) et se disputent l’hégémonie sur le trafic : le Comando Vermelho, le Terceiro Comando, les Amigos dos Amigos, et le Comando Vermelho Jovem. Pour se protéger de leurs adversaires, ils ont formé deux alliances : Comando Vermelho-Comando Vermelho Jovem, et Terceiro Comando-Amigos dos Amigos. La structure spatiale de ces groupes correspond bien au modèle du territoire reposant sur la concurrence de pouvoirs. Les territoires de ces groupes fluctuent selon leur capacité à envahir les territoires ennemis et à protéger les territoires alliés, et ils forment des réseaux de circulation de drogues, d’armes, de vendeurs et de consommateurs. Sur la carte (fig. 1), on peut observer que les points de vente répertoriés par la police en janvier 2002 sont plus concentrés dans la Zona Sul et dans la Zona Norte de la ville. C’est aussi dans ces zones que les conflits territoriaux sont les plus fréquents, car il s’agit de se disputer les points de vente les plus lucratifs4.

  • 5 En référence aux émanations des cigarettes de drogue.

13Le Comando Vermelho compte aujourd’hui près de 7 000 « soldats » distribués dans 91 favelas sous son contrôle. Considérant que les trois autres groupes sont un peu moins importants, on peut estimer que près de 20 000 personnes sont enrôlées dans ces forces, dont les chiffres se rapprochent de ceux de la police militaire de Rio de Janeiro. Chaque groupe de trafiquants se divise en différents niveaux hiérarchiques, qui vont de fonctions simples comme le contrôle de l’accès aux favelas, assigné aux jeunes « soldats » et « artificiers », à des fonctions correspondant à différents niveaux d’administration (les « propriétaires », les « gérants » et les vapores5), en passant par les responsables des flux commerciaux (les « avions »). Il est important de rappeler que nous ne nous référons ici qu’aux groupes qui commercialisent la drogue sur le marché du détail, largement dominé par les jeunes, et non aux grands trafiquants du commerce international qui se maintiennent à l’abri des actions policières et s’occupent des flux de marchandises illicites dans les circuits de l’importation et de l’exportation.

14Les stratégies de contrôle territorial, les flux de marchandises, les fonctions de chaque membre de ces groupes, la communication entre alliés, les attaques contre les ennemis et le vocabulaire propre utilisé, tout évoque la guerre. Sur les buttes ou dans les autres enclaves du trafic, les points de « deal » sont des postes fixes où les drogues sont vendues. Ils sont contrôlés par un « gérant » qui s’occupe de la comptabilité pour les « propriétaires ». Ceux-ci sont très souvent absents. Les « soldats » sont chargés d’assurer la sécurité et le contrôle du territoire. Ils sont aidés par les « artificiers » qui travaillent comme des sentinelles aux limites du territoire et qui avertissent l’arrivée des chargements de drogues ou les possibles incursions de la police, au moyen de feux d’artifice et de téléphones mobiles.

15Les « avions » s’occupent de la distribution de la drogue aux consommateurs qui ne vont pas aux points de « deal ». Leur rôle est devenu fondamental pour le maintien du flux de marchandises, car la police a adopté comme politique de combat l’occupation des favelas. Les nombreux petits trafiquants et les points de vente éparpillés dans la ville entière ont donc diversifié le flux de marchandises et facilité la vie des consommateurs. Les bondes (« tramways ») sont des actions visant la fourniture d’armes et de drogues aux enclaves des favelas, par des groupes fortement armés qui circulent dans les rues de la ville en suivant un trajet précis et en formant une colonne de plusieurs voitures. Cette pratique est parfois précédée d´un signal d´alarme afin que le chemin soit libéré par les habitants de la ville.

Fig. 1 : Points de vente de drogues dans le municipe de Rio de Janeiro (janvier, 2002)

Fig. 1 : Points de vente de drogues dans le municipe de Rio de Janeiro (janvier, 2002)

Sources : Annuaire statistique de la ville de Rio de Janeiro, Police Civile et Jornal do Brazil

16La fréquence et l’ampleur de ces pratiques qui affectent les rues de la ville font réfléchir sur la qualité des services de sécurité publique : le taux de violence ne diminue pas malgré des investissements annuels croissants, effectués par les diverses sphères du gouvernement. Mais le problème de la compétence policière est loin de se limiter à la question des investissements. La corruption, les exactions et le manque de préparation technique font que les policiers sont vus, à Rio de Janeiro, comme une autre source de ségrégation : les stratégies adoptées pour maintenir l’ordre ressemblent souvent à celles qui sont utilisées par les trafiquants. Effectivement, on peut constater la similarité des actions des trafiquants et des policiers lorsque l’on analyse les deux principales stratégies de contrôle de la violence à Rio de Janeiro : les blitz et l’occupation des favelas. Ces deux pratiques spatiales s’inscrivent dans une politique de sécurité qui, apparemment, n’est pas associée à une politique sociale et culturelle d’intégration de la société. Ces deux pratiques apparaissent comme les préférées du gouvernement de l’État de Rio, malgré le manque de résultats.

17Les blitz ont surgi dans les années quatre-vingt, comme des actions policières destinées à contrôler la circulation des citoyens et des véhicules. Elles permettaient de surprendre des flux de marchandises illégales et d’arrêter des personnes suspectées de crime. Le succès de ces initiatives provenait du fait qu’elles étaient rapides et que les lieux et acteurs n’étaient pas connus de la population. Le nom donné à ces actions policières renvoie clairement à la blitzkrieg allemande de la Deuxième Guerre mondiale, c’est-à-dire à une action militaire rapide et intense dont l’objectif est de désarticuler n’importe quel type de structure de contrôle territorial ennemi. Mais aujourd’hui, comme les blitz ont toujours lieu aux mêmes heures et aux mêmes endroits de la ville, les trafiquants n’ont plus qu’à prendre leurs précautions et emprunter d’autres itinéraires pour garantir le flux de leurs marchandises. Le blitz s’est donc réduit à un type ostentatoire d’action policière. De plus, la valeur de cette pratique est assombrie par la corruption de la police qui la transforme en une nouvelle forme d’extorsion. Et les trafiquants eux-mêmes utilisent cette pratique depuis quelque temps déjà ! Ils volent des voitures ou d’autres biens de leurs victimes, comme cela s’est produit sur les diverses autoroutes qui relient les Zones Nord, Sud et Ouest de la ville.

18De même, aussi bien les policiers que les trafiquants procèdent à l’occupation des favelas. Leur objectif commun est d’empêcher l’entrée des groupes rivaux. Il est clair que l’intérêt des trafiquants est de s’assurer le bénéfice de leur commerce illégal et que celui des policiers est ou devrait être de permettre que les lois du pays soient appliquées à tous. Mais, si l’action de l’État se résume à récupérer le contrôle sur des aires qui étaient sous le contrôle d’autres groupes ou qui étaient dégarnies, elle se révèle inefficace à long terme car elle n’empêche pas la restructuration physique et symbolique du trafic. Le pouvoir de répression de la police s’avère nul, tandis que sa présence spatiale prend un caractère purement scénographique.

19En tant qu’outils du travail policier, le blitz et l’occupation des favelas peuvent être utiles lorsqu’ils sont associés à des projets de réorganisation sociale. Comme bases d’une politique de sécurité, ces pratiques servent surtout à renforcer l’imaginaire spatial d’une guerre. Et c’est justement cette pratique d’isolement spatial qui oriente les stratégies d’action de la force policière de Rio de Janeiro, clairement identifiées aux stratégies utilisées par les gouvernements autoritaires. L’apogée de cette période date des années quatre-vingt-dix, avec une loi populairement connue comme « la gratification faroeste » de la Police Militaire et avec l’Opération Rio II. Ces deux grandes actions de la haute direction de la police de Rio de Janeiro montraient explicitement une ville en guerre, séparée par différentes tranchées.

20La « gratification faroeste » était une récompense en argent remise aux policiers qui participaient à des échanges de tirs et parvenaient à tuer des criminels. Le problème est que cette récompense n’a nullement amélioré l’efficacité du travail policier. En effet, si une grande quantité de balles ont été tirées, cela n’a pas servi à mieux combattre les stratégies des trafiquants. La corruption au sein des services de police et les contacts avec la population restent problématiques. L’occupation d’une favela s’est transformée en une action rigoureusement semblable à l’invasion d’un territoire ennemi par un groupe de trafiquants. Le nombre de personnes innocentes, blessées ou tuées par des balles perdues ou par une erreur d’interprétation de la police, s’est élevé de manière incroyable.

21« L’Opération Rio II » était une opération militaire qui utilisait l’armée et tout son apparat (armes, tanks, soldats, etc.) dans les rues de Rio de Janeiro avec pour objectif de capturer tous les grands chefs du trafic et d’occuper les favelas. Par l’invasion des favelas et la saisie des drogues et des armes, les autorités espéraient en finir avec ce commerce illicite. Le contrôle de l’accès aux favelas et aux grands ensembles a été réalisé de manière peu méthodique ou structurée, de sorte qu’il n’a fait que renforcer le rejet des forces de police par la population locale. Le résultat global est que, sans la confiance de la population et sans le contrôle de la corruption, l’opération a amplifié les conflits pour la maîtrise des territoires.

22Aujourd’hui, ce que l’on voit clairement, c’est que, d’une part, le quotidien de la ville est devenu insupportable et, d’autre part, que le crime ne peut être résolu dans une perspective de guerre. Le phénomène urbain reposant sur les échanges, la circulation des personnes, des idées et des marchandises, la guerre urbaine apparaît comme la négation de la richesse de la vie en commun. Sans vouloir diminuer la complexité du problème de la violence urbaine, il est important quand même de dénoncer les faiblesses d’une politique strictement militariste et de souligner que, pour combattre effectivement cette réalimentation du système criminel, des politiques sociales et culturelles devraient être créées pour offrir aux jeunes des options symboliques et concrètes pour un retour à la citoyenneté.

  • 6 « O feriado do terror » (Le congé de la terreur), O Globo, 1.10.2002.

23Pour terminer, nous citerons un autre exemple d’un épisode de la guerre pour l’espace : le 30 septembre 2002, quelques dizaines des trafiquants ont envahi les rues de quarante quartiers de la ville et ont ordonné la fermeture des commerces, en une manifestation de deuil obligatoire pour la mort et l’emprisonnement de quelques membres de leur groupe. Au même instant, les forces publiques ont placé dans les rues 40 000 hommes pour garantir l’ordre, affirmant qu’il n’y avait aucune raison d’avoir peur. Mais la panique devant la possibilité d’un affrontement armé a fait que la ville s’est arrêtée : 2 000 autobus ont cessé de circuler, laissant 800 000 personnes privées de ce service ; 235 écoles ont fermé leurs portes et libéré 50 000 enfants ; les postes de santé, les banques et les supermarchés ont également arrêté leurs activités ce jour-là6.

CONSIDÉRATIONS FINALES

24Nous pouvons donc conclure que le renforcement de pouvoirs territorialisés à Rio de Janeiro comme logique prédominante de l’utilisation des espaces publics a atteint un tel niveau qu’il entraîne et stimule des transformations dans la géographie de la ville. Parallèlement à cette guerre, le mépris manifeste et croissant vis-à-vis des normes de la vie en commun dans l’espace public, aggrave encore la situation. Ainsi, certaines règles de civilité sont abandonnées peu à peu, au profit de stratégies de survie, tandis que des usages inappropriés des espaces publics gagnent de nouveaux agents. Le sentiment d’insécurité devient inévitable devant les dynamiques territoriales de la violence. Le premier symptôme de cette situation apparaît sous la forme de barrières placées dans la ville : les condomínios fechados sont de plus en plus fréquents, des guérites sont installées et des agents de sécurité contrôlent l’accès des passants dans les rues, les places pour garer la voiture, ainsi que toutes les autres pratiques spatiales qui interfèrent dans le quotidien de l’espace vécu.

25Il est bon de rappeler que l’expérience, relativement récente, des condomínios de Rio de Janeiro ne permet pas de justifier la banalisation de cette pratique spatiale. Même dans les condomínios les plus sûrs et les plus recherchés, certains types de vols demeurent communs (vols de voitures, cambriolages d’appartements) ainsi qu’une grande quantité d’actes de vandalisme, souvent pratiqués par les habitants eux-mêmes. Ainsi, même cette tentative de construire « une ville dans la ville » (par la construction de super condomínios équipés de magasins, écoles et installations de loisirs) ne semble pas capable d’éviter les problèmes. Les murs de ces constructions semblent représenter des barrières beaucoup plus significatives contre le droit de circuler librement (souvent violé par les guérites particulières) et contre la construction de la collectivité politique que contre la criminalité qui, elle, dénote une incroyable capacité à s’adapter aux difficultés que lui posent les systèmes de sécurité.

  • 7 A. Garotinho, Violence et criminalité, Rio de Janeiro, Hama, 1998, p. 87.

26De la même manière, l’expansion des entreprises de sécurité privées est un autre signe de la faiblesse de nos liens démocratiques et de l’inefficacité des forces policières. Dans divers condomínios, ces gardiens sont présents et, souvent, ils recourent à des pratiques illégales pour garantir un contrôle plus efficace, exigeant des visiteurs qu’ils présentent leurs documents d’identité, les fouillant, etc. Si l’on compare le nombre des agents de sûreté publique avec celui des gardes privés impliqués dans cette guerre urbaine, on constate la montée des forces privées. En 1985, les pouvoirs publics (Police Militaire, autres corps de police et organismes techniques, Corps des Pompiers, fonctionnaires du système pénitencier) comptaient 387 580 agents ; ce nombre s’est élevé à 557 565 en 1995, soit une augmentation de 43,9 %. Les forces privées (entreprises de vigilance et de garde ; autres gardiens et vigiles) comptaient 640 539 personnes en 1985 et sont passées à 1 000 297 en 1995, soit une augmentation de 56,2 %7.

  • 8 Il s’agit d’épisodes bien connus au Brésil : un jour d’été typique à Rio de Janeiro, la plage d’Ip (...)

27Ces pratiques de production et d’utilisation de l’espace révèlent un nouveau caractère de la circulation dans les espaces publics : la crainte du contact avec la violence conduit à une diminution de la communication entre les citoyens. Lorsque l’on en arrive à considérer l’isolement des différences dans la société comme l’unique manière d’éviter la violence ouverte, la signification de la ville et de ses rues change et se limite au mouvement de ses habitants. Ce mouvement prend le sens d’une fuite puisque le simple fait de s’arrêter peut signifier un risque pour la sécurité personnelle. La recommandation du gouvernement de l’État aux conducteurs de ne pas s’arrêter aux feux de signalisation après minuit, traduit bien cette préoccupation. La mairie adopte des politiques semblables dans les espaces publics : elle est responsable, par exemple, de l’installation de grilles autour des places publiques et de la limitation de leurs horaires d’utilisation. Le commerce informel y est contrôlé de même que l’accès des passants et les activités politiques. Les lieux de rencontre des jeunes sont supprimés car, selon la vision du pouvoir municipal, ces lieux seraient parfaits pour camoufler des actions criminelles. Même les accès aux autobus sont contrôlés par la police dans le sens Zona Sul-Zona Norte et Zona Oeste-Zona Sul, les jours de beau temps, pour éviter les fameux « arrastões » des étés 1992 et 19938. Le droit démocratique d’accès aux plages de la Zona Sul (Ipanema et Copacabana) est donc lui aussi lésé.

28Lorsque l’on interprète l’isolement et le mouvement de fuite comme deux caractéristiques structurantes de notre organisation actuelle de l’espace, on signale ainsi que la ville s’organise pour la guerre. Les groupes territoriaux, tout comme le pouvoir public et la population en général, semblent confondre les graves et complexes problèmes sociaux avec la présence d’un grand ennemi, ce qui ne fait qu’alimenter le processus de différentes manières. Les espaces publics et de rencontre de la ville deviennent des espaces morts ou ségrégués. Nous comprenons que ces initiatives correspondent à un effort pour diminuer l’incidence de la criminalité et que souvent ces mesures sont prises à cause de la pression populaire. Mais nous voulons attirer l’attention sur le fait que cette stratégie de contrôle spatial ne fait que contribuer à un plus grand fractionnement de la ville et au renforcement de la tendance à former des corridors. Dans la meilleure des hypothèses, ces corridors sont comme des no man’s lands dans lesquels la vitesse et la fluidité de la circulation sont des facteurs fondamentaux de sécurité. Les condomínios, la garde privée, les grilles autour des places publiques sont, en ce sens, une ultime tentative de préserver les paramètres de la paix perdue, comme les dernières tranchées. Mais, si cette alternative de survie s’avère insuffisante pour contrôler le crime, elle est aussi néfaste pour la vie collective. D’une manière générale, nous pensons qu’il revient à la géographie de souligner que les différents changements dans l’organisation de l’espace urbain ont des conséquences qui dépassent les problèmes relatifs à la fonctionnalité de la gestion de la ville. Ils représentent très souvent des changements dans la signification de la vie collective.

Notes

1 Il s’agit de quartiers illégaux, composés de maisons et de petits immeubles, fruits de l’auto-construction, ne suivant pas les normes urbanistiques en vigueur dans le reste de la ville et se concentrant sur les pentes de collines ou au bord de rivières.

2 C. Amorim, Comando Vermelho, Rio de Janeiro, Record, 1994.

3 Par exemple, R. Sack, Human Territoriality, its Theory and History, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

4 Bien que la Zona Sul et une partie de la Zona Norte (Tijuca) et de la Zona Oeste (Barra da Tijuca) soient constituées par des quartiers au profil socio-économique plus aisé que quelques quartiers de la Zona Oeste (Santa Cruz et Bangu), il y a des favelas dans toute la ville, formant des îlots de pauvreté dans des quartiers de classe élevée.

5 En référence aux émanations des cigarettes de drogue.

6 « O feriado do terror » (Le congé de la terreur), O Globo, 1.10.2002.

7 A. Garotinho, Violence et criminalité, Rio de Janeiro, Hama, 1998, p. 87.

8 Il s’agit d’épisodes bien connus au Brésil : un jour d’été typique à Rio de Janeiro, la plage d’Ipanema fut la scène de bagarres entre différents jeunes et de petits vols. Cette action a entraîné la panique parmi les habitués de la plage qui se sont retirés rapidement.

Auteur

Département de géographie, Université Fédérale de Rio de Janeiro

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search