Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 3. L'espace public à l'épreuve des limites du modèle classique

Chapitre 12. Escher comme source d’inspiration ?

Dimension physique de l’espace public et accessibilité dans la favela de Rocinha

Luciana da Silva Andrade  

Texte intégral

  • 1 Maurits Cornelius Escher, en explorant les illusions d’optique dans une grande partie de son œuvre, (...)

1Une lithographie connue de M.C. Escher - « Relativité » - représente des escaliers qui s’orientent selon différents plans de référence1. Cette image ne peut-elle servir de métaphore pour exprimer une partie du quotidien des habitants de la plupart des favelas de la ville de Rio de Janeiro et pour traduire une condition de citoyenneté infériorisée par rapport à celle des habitants des aires formelles de la ville ? La nécessité qu’ont ces habitants d’affronter jour après jour des obstacles architectoniques et urbanistiques pour rentrer et sortir de chez eux, la difficulté de circuler avec des objets de grande taille et l’aspect dramatique de certaines situations d’urgence qui exigent l’évacuation ou le transport de personnes, ces problèmes, parmi tant d’autres, mettent en question les caractéristiques physiques des voies d’accès dans un type d’établissement humain devenu important dans le contexte urbain du Brésil.

2L’objectif de cet article est de s’interroger sur l’existence d’un espace public dans les favelas, du point de vue de l’accessibilité, considérant qu’un des éléments producteurs de l’espace public est l’égalité d’accès à tous, sans discrimination. Pour traiter cette question, nous avons choisi de travailler sur la favela de Rocinha, dans la ville de Rio de Janeiro. Cette favela présente une grande diversité interne qui la rend représentative des différentes conditions d’accessibilité rencontrées dans plus de six cents favelas de la ville.

  • 2 P.C. da Costa Gomes, A condição urbana : Ensaios de geopolítica da cidade, Rio de Janeiro, Bertrand (...)

3Dans un premier temps, nous montrerons, de manière très simplifiée, quelques caractéristiques socio-spatiales de la favela de Rocinha. Ensuite, nous décrirons les conditions de différents parcours à l’intérieur de la favela. Enfin, à la lumière des débats contemporains sur l’espace public2, nous analyserons les conditions de vie des habitants, imposées par l’espace physique. Notre analyse est centrée sur la lecture de la qualité des voies de circulation des personnes et des marchandises dans la favela de Rocinha, étant donné que nous abordons la favela comme le résultat morphologique de pratiques de construction et d’urbanisme informelles. En d’autres termes, nous comprenons la favela comme un établissement humain généralement dépourvu de plans, projets ou règlements urbanistiques et architectoniques formels, appuyés sur des normes générales et régulières.

  • 3 Le concept de justice spatiale est traité, entre autres, par E. Soja, Postmetropolis : Critical Stu (...)

4Nous insistons donc sur l’espèce de dichotomie qui existe au niveau des formes urbaines entre les parties légales et illégales des villes brésiliennes - du point de vue de la propriété et de la réglementation de l’usage du sol. Dans le premier cas, quoique sous forte pression de la spéculation immobilière, la ville est construite selon des connaissances systématisées et une législation spécifique formalise et applique ces connaissances. Dans le deuxième cas, qui relève de la ville informelle, les favelas sont construites et reconstruites selon des règles non écrites et non explicites ; cette construction ne se base pas sur des connaissances techniques accumulées et systématisées sur l’art de construire les bâtiments et les villes. Nous montrons ainsi qu’au-delà de la question historique de la localisation urbaine et des aspects quantitatifs qui définissent l’Indice de Développement Humain élaboré par l’ONU, la qualité des espaces physiques constitue aussi un indicateur important des conditions de vie de la population. Plus encore, nous défendons l’idée que, si l’espace physique, contrairement à ce qu’avançait l’urbanisme moderniste, ne détermine pas la transformation sociale, la justice spatiale ne pourra se passer de la démocratisation des connaissances architecturo-urbanistiques3.

LA DIVERSITÉ INTERNE DE ROCINHA

5Avec d’une population supérieure à celle de nombreuses villes brésiliennes - plus de 50 000 habitants selon les données du recensement de 2000 - la favela de Rocinha présente une grande hétérogénéité interne qui, d’une certaine manière, définit différents secteurs. Il y en a plus de dix et ils révèlent différentes caractéristiques spatiales et socio-économiques ainsi qu’une importante diversité d’usages.

6Le grand vecteur de la différentiation de la qualité des aires et des immeubles dans la favela correspond à l’accessibilité aux autres quartiers de la ville. Plus les secteurs sont proches de voies qui permettent l’accès des véhicules - autos, motocyclettes et autobus -, plus ils sont valorisés du point de vue économique et social. Les parties de Rocinha proches des quartiers aisés de la ville de Rio de Janeiro sont les plus valorisées car elles bénéficient d’une meilleure facilité d’accès vers l’extérieur. Il y a en effet un grand nombre de lignes d’autobus circulant sur ces voies. Le long de celles-ci, on observe une activité commerciale intense et facile d’accès, même si l’offre de transport est plus limitée que dans la partie basse de Rocinha. De ces voies partent quelques rues, peu nombreuses, qui représentent elles aussi des axes de valorisation à l’intérieur de Rocinha. Quant aux secteurs plus distants des points accessibles aux véhicules motorisés, ils tendent à être plus précaires que ceux qui sont proches des grandes artères de circulation (Estrada Lagoa Barra et Estrada da Gávea). Enfin, d’autres facteurs de différentiation interne de Rocinha sont le temps d’occupation du secteur, le stade de précarité (en termes d’urbanisation), la qualité de l’espace bâti, l’usage du sol, la densité des constructions, et la nature des espaces collectifs - largos, ruelles, rues et places.

  • 4 R. Delson, Novas vilas para o Brasil colônial : Planejamento espacial e social no século XVIII, Bra (...)

7Il est intéressant de s’arrêter ici sur les concepts de largos, ruelles, rues et places. Bien que les largos et les places aient été l’objet de planification dans les villes coloniales brésiliennes4, dans la favela ils ont surgi suite à l’occupation non planifiée de l’espace. Le largo, comme son propre nom l’indique, est un espace plus ample que la ruelle, limité par les constructions qui le forment. Également définies par les constructions, les ruelles (becos) sont des espaces étroits, au tracé irrégulier, et qui dans bien des cas ne permettent le passage que d’une seule personne à la fois. Contrairement au beco de la ville coloniale, le beco des favelas n’est pas nécessairement une impasse. Les rues et les places, quant à elles, sont des espaces formés à partir de l’intervention du pouvoir public. La rue est caractérisée par son caractère linéaire - rectiligne ou non - et par la possibilité de circulation de véhicules motorisés. Les places quant à elles, ont le caractère d’espaces de loisirs ou de repos, lorsqu’elles sont aménagées pour les personnes âgées et des enfants ou pour des activités sportives. Les ruelles des favelas ne sont pas nécessairement planes et peuvent être formées par des escaliers, lorsque la favela se situe dans une zone de topographie accidentée. Parmi les ruelles de Rocinha, on observe deux sous-catégories : celles qui sont définies par la projection d’un espace bâti et celles qui comportent des espèces de « tunnels » formés par la jonction des parties supérieures des constructions.

8En rapport avec la diversité spatiale de Rocinha, la qualité des voies de circulation à l’intérieur de cette favela est aussi différenciée. Les conditions de l’accessibilité interne y sont extrêmement complexes, comme nous allons le montrer.

LES PARCOURS DE ROCINHA

9Nous avons pu vérifier combien le problème de l’accessibilité est lié à la forme urbaine et marque les différences fondamentales entre la ville formelle et la ville informelle (fig. 1). Dans les favelas situées sur les collines, la difficulté d’accès représentée par le tracé étroit et irrégulier des ruelles est aggravée par la présence de longues distances en escaliers. Qui plus est, dans la plupart des cas, ces escaliers ne possèdent pas les dimensions adéquates.

10La collecte des ordures est compliquée et, dans les secteurs où elle existe, elle est effectuée par un système communautaire d’éboueurs. En cas d’urgence médicale, les malades ne peuvent pas être transportés en ambulance ou dans un autre véhicule motorisé et doivent recourir à l’aide d’autres personnes pour les acheminer de leur maison au véhicule qui les transportera. Les problèmes qui exigent l’intervention des pompiers, sont également compliqués : en cas d’accidents graves, le secours sera toujours retardé à cause de la difficulté d’agir dans ce type de contexte. Le courrier n’est pas distribué jusque chez le destinataire. L’entreprise des Postes et Télégraphes (ECT) choisit des points de distribution dans la favela et les habitants doivent aller chercher leurs plis au milieu de tous ceux qui ont été laissés à cet endroit. Ce n’est qu’en 2001 que la Poste a recommencé à travailler avec ce qu’ils appellent « la poste enfantine » : des jeunes de la communauté, mineurs, sont recrutés pour distribuer la correspondance au domicile des gens. Ce programme avait déjà été expérimenté antérieurement mais, selon les fonctionnaires de la Région administrative, il avait été interrompu en raison de son coût élevé. On remarquera qu’il existe une forte relation entre la forme physique de la ville et la possibilité d’élaborer un système d’adresses. La morphologie des villes formelles permet d’établir un système de référence, tout aussi formel, qui se passe de relations personnalisées pour être efficace. En ce sens, les adresses constituent un important indicateur de l’accessibilité physique et symbolique d’un quartier ou d’un établissement humain.

11Il est donc intéressant d’analyser les adresses de Rocinha. Elles sont extrêmement complexes car elles mélangent une logique cartésienne - à notre avis, inadéquate pour répondre au tracé complexe des ruelles - avec des logiques personnalisées. Deux adresses (qui n’existent plus) serviront d’exemples : « rue 2 no 169, près de l’ancienne boulangerie du Batista, en allant par le largo dos Boiadeiros » et « campo da Esperança, ruelle 156, maison no 7, près de la maison de Madame Joana qui est décédée ». Il ne faut donc pas être surpris de la difficulté rencontrée par la compagnie des Postes pour distribuer la correspondance à ces adresses. Il est important cependant de rappeler que le prix payé pour distribuer la correspondance est le même pour tous. Les habitants de la ville formelle ont plus de garanties contre les pertes car le facteur y remet la correspondance au concierge d’un immeuble ou à la personne du condomínio chargée d’assurer la distribution du courrier.

12Le problème est également grave en ce qui concerne la comparaison entre les droits des habitants des quartiers formels et ceux des habitants des quartiers informels. On peut le vérifier lors de l’achat d’équipements électroniques, de mobilier ou d’autres produits importants. Les entreprises qui vendent ces produits ne les expédient pas au domicile des habitants des favelas. Ceux-ci doivent attendre le camion du magasin à un endroit facile d’accès. Cette attente peut durer une journée entière, car les entreprises n’indiquent que le jour et non pas l’heure de la remise du produit. S’il s’agit d’un objet de plus grande dimension, le consommateur doit encore louer les services d’aides pour déplacer sa nouvelle acquisition, de l’endroit où il a été laissé par l’entreprise jusqu’à sa maison. Toute avarie qui pourrait se produire pendant ce parcours sera à sa charge. Cette situation témoigne bien de la condition de citoyen de deuxième catégorie à laquelle l’habitant de la favela est soumis. Si le prix du produit est le même pour tous, le service fourni par l’entreprise est différent selon le lieu d’habitation. Cet exemple est assez représentatif de la condition de l’habitant de la favela.

Fig. 1 : Détail de l’implantation informelle des constructions à Rocinha.

Fig. 1 : Détail de l’implantation informelle des constructions à Rocinha.

Dessin d’Arthur Rodrigues Pereira Junior

13Dans ce contexte où l’accessibilité est extrêmement compromise, nous avons noté que la continuité des dalles de ciment (qui servent de toit) constitue un parcours possible. Très souvent, pour déplacer un objet de plus grande dimension, l’habitant opte pour le transporter par-dessus les dalles, car il serait très difficile de porter le produit en passant par un escalier irrégulier. Ces dalles de ciment finissent aussi par représenter une opportunité de fuite, ou d’invasion des domiciles, ce qui augmente encore l’insécurité des personnes qui vivent dans les favelas. Le fait que ces dalles soient devenues une possibilité de parcours implique une autre géographie pour les espaces collectifs de la favela, augmentant l’imprécision physique des limites entre le public et le privé.

  • 5 Comme le montre Gomes, op. cit.
  • 6 Sur les notions de tactiques et stratégies, voir M. de Certeau, L’invention du quotidien. I. Arts d (...)

14La question de l’accessibilité, pour Rocinha comme pour d’autres établissements humains informels, acquiert une complexité d’autant plus grande que les pratiques spatiales tendent à contourner les voies de circulation formelles. Si l’informalité est présente dans le scénario de la vie urbaine brésilienne5, c’est dans les espaces des favelas qu’elle assume des proportions inimaginables, et ce, en particulier en ce qui concerne les systèmes de circulation. Nous avons trouvé à Rocinha, des tactiques de survie - ainsi que des stratégies d’accumulation de capital6 - surprenantes, comme les motocyclettes utilisées comme taxis, les « moto-taxis ». Il y a plusieurs arrêts pour ce type de transport, répartis dans la favela. L’usage des moto-taxis comme système de transport a lieu principalement à l’intérieur des favelas, mais il est possible de se rendre vers d’autres endroits de la ville pour un prix préfixé. Il est important de rappeler l’existence d’un tarif pour ce service : si un habitant des quartiers formels désire se rendre au centre-ville en autobus, il utilisera seulement une ligne. Les habitants des parties hautes de Rocinha, même s’ils sont proches des principales voies internes, devront recourir à deux lignes, ce qui augmente leurs dépenses.

15Finalement, nous soulignerons qu’alors que dans la ville formelle la circulation au travers des différents quartiers est libre et impersonnelle, l’accès à la plupart des favelas de Rio de Janeiro est contrôlé par les trafiquants de drogues qui déterminent qui peut y entrer et où il pourra circuler. Sur la base de certains codes, les trafiquants de la favela reconnaissent si la personne qui y circule est un habitant ou un « étranger ». Celui-ci est obligé de soumettre ses objectifs et parcours à un groupe quelconque ou institution locale, généralement l’association des habitants.

  • 7 Favela Bairro est un des programmes d’aménagement de la Mairie de Rio de Janeiro, commencé en 1993, (...)

16Ainsi, malgré la localisation privilégiée de Rocinha et des conditions meilleures que dans d’autre favelas et zones pauvres de la ville, les faits cités ci-dessus montrent combien la question de l’accessibilité interne est y problématique. L’urbanisation - type de solution adopté actuellement par les pouvoirs publics pour minimiser le problème des favelas - peut résoudre les problèmes d’assainissement, de distribution régulière d’énergie, d’éclairage public, etc., même s’il s’agit d’une tâche très complexe. Cependant, l’urbanisation ne peut pas beaucoup réduire les problèmes liés à l’accessibilité, car le tracé des espaces collectifs englobe des ruelles et des escaliers qui ne seront pas éliminés par les programmes généralement préconisés, comme celui de Favela Bairro7.

ACCESSIBILITÉ ET ESPACE PUBLIC

17Les observations sur les caractéristiques des voies de circulation de Rocinha sont très emblématiques du problème de l’accessibilité pour ses habitants. Elles montrent que leur liberté d’aller et venir diffère de celle dont bénéficie l’habitant de la ville formelle (fig. 2 et 3). Par sa dimension extrêmement fonctionnelle, même si quelque part il englobe aussi une dimension symbolique, nous comprenons que le problème de l’accessibilité et de la circulation dans la favela est celui qui représente le mieux les restrictions imposées par l’espace physique à la constitution d’espaces réellement publics. En ce sens, il convient de rappeler que la morphologie des villes évolue en fonction des nécessités imposées par les dynamiques socio-spatiales.

Fig. 2 : Dessin d’un escalier dans une ruelle de Rocinha

Dessin d’Arthur Rodrigues Pereira Junior

  • 8 Cf. Sennett, op. cit.
  • 9 P. Gomes, op. cit.

18Ainsi, la simple existence d’un espace physique, comme une place, est la condition indispensable, bien que non suffisante, pour la réalisation de pratiques publiques. En réalité, aux différents moments de l’histoire, les lieux publics ont toujours été appropriés pour les manifestations populaires, et une des façons de réprimer les insurrections consistait à réaménager ces espaces en conséquence8. D’un autre point de vue, les pratiques socio-spatiales sont réinventées, à Rocinha, pour résoudre le quotidien des habitants. La circulation au-dessus des dalles de ciment et la création de systèmes alternatifs de transport, la collecte des ordures et la distribution de la correspondance sont des solutions et, dans certains cas, des tactiques de survie, qui contribuent dans une certaine mesure à résoudre les problèmes des habitants. En se référant à P. Gomes9, nous pouvons affirmer que la configuration physique des accès à Rocinha oblige à des pratiques socio-spatiales qui n’existent pas dans la ville formelle. Les liens étroits entre l’espace physique et la citoyenneté sont donc clairs.

19Les dimensions des ruelles, l’existence d’escaliers inadéquats, les tracés difficiles à lire et le manque d’universalité du système d’adresses, sans compter l’imprécision entre le public et le privé comme en témoigne le parcours possible par-dessus les dalles des maisons, entraînent une série de problèmes pour les habitants. Ces problèmes varient depuis la difficulté d’établir un système efficace de collecte des ordures et de distribution du courrier, jusqu’à l’impossibilité de réaliser une évacuation sûre en cas d’urgence, en passant par le traitement différencié des consommateurs pour la livraison de produits de grandes dimensions et le transport de personnes ayant des problèmes de santé.

Fig. 3 : Dessin d’un enfant, habitant de Rocinha. Observer l’escalier d’accès à la maison

Fig. 3 : Dessin d’un enfant, habitant de Rocinha. Observer l’escalier d’accès à la maison

20En ce qui concerne les aires accessibles aux véhicules motorisés, le caractère public de l’espace dépend du tracé des voies (sinuosité et déclivité), de leur usage (stationnement illégal, occupation de certaines parties pour l’exposition des marchandises, dimension des véhicules) et des systèmes informels de transport. Bien qu’il s’agisse de solutions tactiques et créatives, l’absence de réglementations a des implications sur la régularité des services, le coût et la sécurité des usagers.

  • 10 Carr et al., op. cit.
  • 11 Comme le réclame P. Gomes, op. cit.

21Ainsi, qu’il s’agisse des habitants des aires accessibles aux automobiles ou, plus encore, des habitants des ruelles, tous subissent les problèmes causés par l’accessibilité limitée, ce qui compromet l’existence de l’espace public. Pour être susceptibles de devenir des espaces publics, les espaces physiques doivent fournir aux habitants un confort matériel et psychologique en plus de garantir l’accessibilité et la liberté d’action10. La description de l’accessibilité à Rocinha confirme l’absence de tels attributs dans ses espaces. Même si nous ne pouvons affirmer que les espaces collectifs non bâtis de la ville formelle répondent pleinement à ces conditions, leur comparaison avec la situation dans les favelas nous conduit à constater de telles différences que, rien que du point de vue de l’accessibilité, il ne peut exister de pacte social valable à l’échelle de la ville de Rio de Janeiro11.

22Ces différences, à l’instar de ce qui se produit dans le cas des problèmes d’infrastructure des services urbains, ont des implications aggravées sur le quotidien des habitants les plus fragiles physiquement ou socialement. C’est-à-dire que les femmes, les enfants, les personnes âgées, les handicapés, les noirs - ceux-ci constituant la majorité de la population des favelas - sont encore plus affectés par les conditions physiques des espaces de Rocinha.

  • 12 N. Oliveira, « Segregação em favelas e mobilização política : um estudo comparativo de raça e class (...)

23L’analyse de l’espace public dans les favelas est donc paradigmatique en ce sens qu’elle montre la violence implicite de sa dimension physique. On peut même ajouter que le manque de visibilité et de lisibilité de ces espaces entraîne une réduction de la perspective de libération de ces groupes par l’espace public12. Il convient de souligner que, même si elle ne détermine pas l’action des trafiquants, la morphologie de Rocinha (le labyrinthe des ruelles associé à la continuité des dalles de ciment) la facilite.

  • 13 Comme le suggère MacDowell, op. cit.

24De plus, si les caractéristiques du réseau de la voirie démontrent la présence limitée d’un espace public, on peut également observer que les pouvoirs publics jouent un rôle fondamental dans tout cela13. Tout d’abord, par leur incapacité de fournir à la totalité de la population une maille urbaine permettant l’accès aux véhicules motorisés, compatibles avec le développement technologique actuel. Ensuite, lorsqu’à la fin des années soixante-dix, l’État est intervenu à Rocinha, il a préféré faire table rase d’une trame urbaine qui se consolidait, et il a limité son action à ce qui, pour lui, représentait l’espace public, c’est-à-dire en oubliant que la configuration de l’espace collectif non bâti s’était constituée à partir de la délimitation des espaces occupés par les habitations. Enfin, une autre faiblesse dans l’action de l’État provient de ce qu’il n’a pas pu compter sur des services compétents pour élaborer une réglementation avec les habitants et la fiscaliser effectivement.

25En même temps qu’elle révèle comment les personnes vivent dans les espaces collectifs non bâtis, la question de l’accessibilité explique comment la dynamique sociale de Rocinha est non seulement productrice mais aussi produite par l’espace physique. Ainsi, si nous considérons les aspects qui caractérisent l’espace public - démocratie, citoyenneté et droits humains - nous comprenons que la question de l’accès physique à l’intérieur de Rocinha est très révélatrice de l’engagement de la dimension publique dans les espaces collectifs non bâtis. En d’autres termes, ce n’est pas seulement la localisation et l’absence d’infrastructure urbaine qui causent les injustices mais aussi la forme urbaine, dans ses moindres détails, comme le tracé des voies ou la dimension des escaliers. Par conséquent, la question de l’accessibilité révèle un aspect important de l’espace public, en particulier si l’on considère qu’il existe des principes et des normes pour la conception des voies, des accès, des escaliers, etc., conçus à partir de la systématisation des connaissances et visant à plus de sécurité et de confort pour ceux qui y circulent.

26À partir de l’analyse de tous ces aspects, nous percevons la distance qui sépare ceux qui peuvent profiter de l’accès à des espaces conçus selon des principes techniques systématisés et ceux qui restent à la merci d’une prétendue sagesse populaire dans le processus de construction physique des espaces. En ce sens, mais sans prétendre arriver à une réponse définitive, notre analyse sur l’accessibilité à Rocinha indique la nécessité de questionner l’existence d’espaces publics dans les favelas ou dans d’autres aires dotées de caractéristiques morphologiques semblables. Il serait certes exagéré d’affirmer que les habitants de la favela de Rocinha sont comme les personnages de la lithographie d’Escher, qui se déplacent sans orientation. Mais nous avons vu que l’accessibilité impose aux habitants des favelas et à leurs visiteurs une série de limitations qui s’opposent à leur liberté d’aller et venir, ce qui représente une violence à l’un des principes fondamentaux de l’espace public.

Notes

1 Maurits Cornelius Escher, en explorant les illusions d’optique dans une grande partie de son œuvre, est l’auteur de gravures qui représentent des situations qui, bien qu’elles semblent possibles, sont irréelles : B. Ernst, O espelho mágico de M.C. Escher, Berlin, Taschen, 1991.

2 P.C. da Costa Gomes, A condição urbana : Ensaios de geopolítica da cidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 2002 ; R. Sennett, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Le Seuil, 1979 ; L. MacDowell, Gender, Identity and Place : Understand Feminist Geographies, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1999 ; J. Gulick, « The “disappearance of public space” : an ecological Marxist and Lefebvrian approach », dans A. Light et J. Smith (dir.), The Production of Public Space, New York, Rowman & Littlefield, 1998, p. 135-155 ; S. Carr et al., Public Space, New York, Cambridge University Press, 1995.

3 Le concept de justice spatiale est traité, entre autres, par E. Soja, Postmetropolis : Critical Studies of Cities and Regions, Oxford, Blackwell, 2000.

4 R. Delson, Novas vilas para o Brasil colônial : Planejamento espacial e social no século XVIII, Brasília, Ed. Alva-Ciord, 1997.

5 Comme le montre Gomes, op. cit.

6 Sur les notions de tactiques et stratégies, voir M. de Certeau, L’invention du quotidien. I. Arts de faire, Paris, UGE, 1980.

7 Favela Bairro est un des programmes d’aménagement de la Mairie de Rio de Janeiro, commencé en 1993, qui vise à urbaniser les favelas en les intégrant à la trame formelle de la ville, à partir de la construction ou de l’amélioration des infrastructures et de la démocratisation de l’accès aux services.

8 Cf. Sennett, op. cit.

9 P. Gomes, op. cit.

10 Carr et al., op. cit.

11 Comme le réclame P. Gomes, op. cit.

12 N. Oliveira, « Segregação em favelas e mobilização política : um estudo comparativo de raça e classe », dans Colóquio Arquitetura brasileira redescobertas, Cuiabá, XVI Congresso Brasileiro de Arquitetos/IAB, 2000, s. p. (CD-ROM).

13 Comme le suggère MacDowell, op. cit.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Détail de l’implantation informelle des constructions à Rocinha.
Légende Dessin d’Arthur Rodrigues Pereira Junior
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Dessin d’Arthur Rodrigues Pereira Junior
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 3 : Dessin d’un enfant, habitant de Rocinha. Observer l’escalier d’accès à la maison
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10132/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

Auteur

Département d’aménagement et urbanisme, Université Fédérale de Rio de Janeiro

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540