Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 3. L'espace public à l'épreuve des limites du modèle classique

Chapitre 10. L’espace public entre univocité et contradictions dans la ville arabo-islamique

Mohamed Ghomari

Texte intégral

1Ce qui semble être relativement évident dans le cas des villes contemporaines occidentales en terme d’appropriation et d’organisation de l’espace ne l’est pas nécessairement lorsqu’il s’agit d’analyser la ville arabo-islamique. C’est notamment le cas à propos de l’espace public. Ainsi, d’un point de vue occidental classique, le passage de l’espace privé à l’espace public est considéré comme un continuum, avec pour transition des modèles de construction liés à des catégories d’ordre juridique : public, semi-public, semi-privé, privé. Or, un tel principe de gradation entre espace public et espace privé s’avèrerait très réducteur de ce qui s’observe dans les villes de culture arabo-islamique.

AMBIGUÏTÉS

  • 1 D. Abdelkafi, La médina de Tunis, Paris, Ed. du CNRS, 1989 ; J. A. Akbar, Imarat el ardh fiel isla (...)
  • 2 Page 16 de la préface de J.-C. Depaule dans M. Kerrou (dir.), Public et privé en Islam, op. cit., (...)

2Des travaux récents mettent en lumière la difficulté de cerner la notion d’espace public et de l’appliquer aux mondes musulmans1. Ainsi, « les sociétés musulmanes du passé et celles d’aujourd’hui mettent à l’épreuve les catégories public/privé telles que nous avons pris l’habitude de les utiliser : la grille de lecture que celles-ci paraissent nous fournir semble se brouiller »2.

3A priori, on qualifie souvent de public tout espace existant en dehors de la sphère privée et accueillant des usages publics. Or, cette généralisation est abusive. En effet cette approche revient à considérer que, de la rue à la place en passant par les équipements publics, jardins, squares, etc., nous sommes en présence d’un même type d’espace « public ». Cette absence de nuance entre les différents types d’espaces qui prétendent au qualificatif de public, est porteuse d’amalgames, et donc sujette à de multiples interprétations. Les ambiguïtés sont aggravées par une autre tendance, celle de vouloir retrouver les qualités et les conceptions de la ville ancienne en lui empruntant des qualificatifs des espaces qui la composaient, tels que le forum dans la ville grecque, la place du marché dans la ville médiévale, la rue marchande de la ville islamique. De là, surgissent des problèmes d’interprétation qui, en fait, posent des interrogations d’ordre culturel et social.

  • 3 F. N. Bouchanine, « Espaces publics des villes marocaines », Annales de la recherche urbaine, 57-5 (...)

4Il n’est donc pas possible de généraliser à propos de l’espace public, comme l’a bien souligné F. N. Bouchanine3. Quel que soit l’espace public considéré et existant au-delà de la limite physique constituée par les murs des habitations, il est soumis à différents ordres cohérents qui définissent des zones de passage hiérarchisées entre les grands espaces publics et les espaces immédiatement adjacents aux logements. Ce phénomène de gradation d’un espace vers un autre correspond au passage de l’inconnu au connu, d’un mélange social assez général à un mélange très relatif, et d’une polyvalence élargie à une polyvalence restreinte et davantage codifiée.

  • 4 I. Billiard, « L’espace public », Annales de la recherche urbaine, 32, 1986, p. 87-94 (p. 89).

5Comme le remarque I. Billiard, sous le vocable d’espace public nous sommes en présence d’une « gradation d’espaces publics, communautaires, privés-communautaires, espaces intermédiaires soumis à des tendances plus ou moins appropriatives et dont le degré de flexibilité ou de rigidité dépend de la conception, de la composition sociale des groupes usagers, mais aussi de l’articulation avec d’autres espaces »4. Les espaces publics sont donc porteurs de spécificités définies par des paliers, ou niveaux, dans la gradation, ce qui les rend totalement divers bien que portant le même qualificatif. La place, la rue et l’entrée d’un logement, qui sont des espaces publics parce que situés en dehors de l’espace privé, illustrent parfaitement l’ambiguïté qui peut naître devant la volonté de généraliser la notion d’espace public comme désignant l’ensemble des espaces ouverts à l’usage public.

  • 5 Ibid.

6Dans le cadre de la conception des formes urbaines, le principe admis est celui de supposer qu’un « espace est public quand tout un chacun peut y être physiquement présent et y circuler librement. A contrario, il serait privé quand son accès est contrôlé et réservé à une certaine population »5. C’est le principe de domanialité publique qui le définit, en garantissant à tous les individus la satisfaction d’un usage public par des aménagements spécifiques. Cependant il n’est pas rare de constater que, devant l’absence d’affectation du sol, l’espace devient le support d’un usage privé, et que même face à une volonté d’aménagement spatial l’espace public s’en trouve détourné au profit d’un autre type d’usage ou alors complètement abandonné.

  • 6 F. N. Bouchanine, « L’espace limitrophe : Entre le privé et le public, un no man’s land ? La prati (...)
  • 7 Billiard, op. cit., p. 90.
  • 8 Cour ou extension, il est désigné par les juristes comme l’espace qui s’étend autour d’une constru (...)
  • 9 S. Denoix, « Les notions de public et de privé dans le monde musulman sunnite médiéval », dans M. (...)

7La catégorisation juridique des espaces publics ne suffit pas à rendre compte des appropriations dont ils font l’objet. En effet, et souvent aux abords des logements, « un véritable marquage du territoire consiste à prendre des dispositions, matérielles ou non, pour soustraire cet espace limitrophe à l’usage que pourraient en faire les autres : usage physique, bien sûr, mais aussi usage visuel ou phonique ».6 Toutes ces manœuvres se déroulent dans une sphère publique qui côtoie une sphère privée et qui initialement devait accueillir des usages publics. I. Billiard note que « le schéma idéal d’un espace public est celui de n’avoir aucune fonction particulière, d’être accessible au plus grand nombre de rôles et de conduites possibles »7 Or, cette qualité est très souvent remise en cause par des pratiques d’appropriation tendant à le clore et à le privatiser. Certains équipements désignés comme publics contiennent des espaces dont l’accès est strictement réservé à certaines catégories de population et qu’il serait approprié de qualifier de collectifs plutôt que de publics. Cette nuance peut être retrouvée dans les espaces communs de l’habitat vertical en Algérie. Le vestibule d’entrée, la cage d’escalier et les espaces annexes sont autant d’espaces qui ne sont ni du domaine privé ni du domaine public, mais dont la jouissance est réservée à l’ensemble des locataires dans un cadre réglementaire. Cependant, il n’est pas rare de constater des dispositifs suggérant, d’une manière ou d’une autre, des appropriations d’espace tel que le palier intermédiaire, ou de détournement de fonction de locaux supposés être collectifs. Il est donc clair que les espaces qualifiés de collectifs n’échappent pas à ce phénomène d’appropriation, même si de prime abord l’habitat de type vertical ne semble pas s’y prêter facilement. Ce phénomène se retrouve aussi dans les villes traditionnelles, où le finâ8 illustre parfaitement la difficulté à pouvoir appréhender un espace qui n’est ni public ni collectif, qui « relève d’un usage collectif mais n’appartient pas à ses usagers » : « le finâ a un statut particulier, où ce n’est pas la propriété du fond qui importe, mais l’usage du bien sans réelle appropriation »9.

L’APPROPRIATION DE L’ESPACE, UNE LOGIQUE RELIGIEUSE

8Dans son ouvrage consacré à l’urbanisation des villes islamiques traditionnelles et à l’occupation du sol, J. A. Akbar, après une remise en question des différentes théories et approches relatives à la formation des villes islamiques traditionnelles, tente à travers une problématique de l’usage du sol et des rapports sociaux de démontrer que les villes islamiques se sont constituées sur la base du respect fondamental des principes d’occupation et d’appropriation individuelle dictés par les lois et les prescriptions islamiques relatives aux rapports de l’individu avec son environnement socio-spatial. Il différencie ainsi deux processus urbanistiques.

9Le premier correspond aux mécanismes de production de la ville contemporaine, qui font intervenir de façon inégale divers acteurs, dont le plus important est la structure administrative, technique, politique ou autre qui décide des choix de développement du tissu urbain. Le deuxième processus se rapporte aux phénomènes d’appropriation et d’occupation du sol dans les villes islamiques, où l’individu demeure le principal intervenant et acteur de la formation du tissu urbain. L’individu s’appuie, dans son action, sur des règles et principes du respect des droits d’autrui contenus dans les préceptes islamiques. Ainsi, tout nouvel occupant est contraint de se plier aux décisions et désirs des habitants qui l’ont précédé dans l’occupation du sol. Ceci expliquerait en partie la dynamique et l’aspect vernaculaire du tissu urbain traditionnel. Il est évident que, dans cette manière d’appréhender les phénomènes d’appropriation du sol, l’espace public en général et l’espace extérieur limitrophe n’échappent pas à cette logique. En effet, nos études ont permis de relever une grande variété de manières d’investir les espaces publics, qui sont liées à des interprétations ayant une dimension spécifiquement religieuse.

10Une brève visite de la ville qualifiée de traditionnelle fait apparaître une succession de trames vernaculaires caractérisées par des voies sinueuses et étroites, par des rues et places commerciales et par des voies sans issue (ou impasses), le tout donnant une fausse impression de désorganisation et de non-planification (en comparaison avec les autres établissements humains dits planifiés). Dans cet ensemble, l’espace public, lieu de toute une diversité d’appropriations et d’usages, peut être subdivisé en trois grandes catégories.

11La première catégorie concerne l’espace extérieur contigu à l’habitation, qui couvre l’ensemble des espaces libres jouxtant la construction ou l’une de ces parties (qu’elle soit affectée à l’habitat ou à une activité commerciale). Sans se limiter uniquement à l’accès à la construction, ce type d’espace s’étend autour d’elle pour accueillir des us et usages relatifs à sa destination. Des difficultés d’appréhension de ces types d’espace public apparaissent dès que l’on s’intéresse aux aspects relatifs à leur nature juridique, aux modes d’appropriation dont ils font l’objet, et aux différents usages dont ils sont le support. Ils varient en fonction de leurs caractéristiques spatiales et des différents types de marquage dont ils sont porteurs. On distinguera ainsi les espaces extérieurs bordant une grande rue et ceux attenant à une rue étroite ou à une impasse, ceux dont l’accès ou l’utilisation est contrôlé par un système de symboles et de dispositifs de marquage qui définissent les niveaux d’intervention des autres usagers, et ceux qui sont totalement ouverts au public. En effet, on peut s’appuyer sur des citations du prophète Mohamed pour justifier que l’espace extérieur soit utilisé pour se reposer ou se protéger du soleil, y vendre sa marchandise ou y déposer ses bagages, laisser sa monture ou y pratiquer tout autre usage tout en se gardant de gêner les passants et les voisins.

  • 10 S. Mouline, « La ville et la maison arabo-musulmane, La ville et l’espace urbain », Bulletin écono (...)

12Cette conception, qui devrait être sans pertinence pour une ville contemporaine où l’espace extérieur appartient juridiquement à la collectivité publique, semble toutefois jouer un rôle déterminant dans l’urbanisme de la ville islamique traditionnelle. Même si certains théologiens musulmans considèrent que l’espace public est la propriété de la communauté musulmane, nous penchons plutôt pour l’idée que le plein droit de jouissance de cet espace revient, en premier lieu, au propriétaire de la maison qui lui est mitoyenne. Ainsi, nous pouvons faire l’hypothèse que les impasses - deuxième grande catégorie d’espace public, très répandue dans la ville traditionnelle - auraient pour origine, soit une volonté délibérée de créer des dispositions spatiales afin de préserver l’intimité des espaces privés, car « ces impasses ne sont pas le résultat d’une croissance anarchique et incontrôlée mais elles étaient consciemment planifiées »10, soit la conséquence de l’installation successive de plusieurs occupants qui, à travers le temps, ont tenu à préserver l’accès à leur habitation. Ce processus expliquerait en partie les logiques d’appropriation et d’utilisation des impasses, et les relations qu’elles ont en tant qu’espace public avec l’espace privé de l’habitation qui en est l’aboutissement. La configuration spatiale de l’impasse contribue aussi à désigner les individus ou le groupe intervenant sur l’espace. Présentant une configuration générale en forme d’entonnoir, l’impasse aboutit à un espace très réduit donnant accès à une ou deux habitations. Elle peut aussi aboutir à un espace en forme de cour sans issue, plus large en comparaison avec l’entrée de l’impasse, et dans laquelle s’ouvrent plusieurs accès de maisons. Aucun membre du groupe associé à cette pratique d’utilisation (c’est-à-dire ayant droit de passage) ne peut se prévaloir d’investir l’impasse pour un autre usage que celui qui est reconnu dans l’espace extérieur limitrophe, sans accord préalable de l’ensemble des utilisateurs. C’est notamment le cas pour l’ouverture d’une fenêtre sur l’impasse.

13Les rues et places - dernière catégorie de l’espace public - semblent être exclusivement publiques. Il n’en demeure pas moins qu’elles sont le théâtre d’une multitude de pratiques individuelles ou collectives qui empiètent sur l’espace qu’elles couvrent. Sans entrer dans le débat sur la primauté de la rue ou de la construction lors de l’établissement de la ville traditionnelle, il est à retenir que les rues et les places sont considérablement différenciées selon leur largeur, la hauteur des bâtiments qui les bordent, le type et le nombre de commerces qu’elles comportent, la position urbaine qu’elles occupent (centre ou périphérie) et selon le nombre de passants qui les empruntent. Ces critères de différenciation sont importants, car ils contribuent à distinguer les phénomènes d’appropriation d’une portion de la rue ou de la place, souvent limitrophe de l’habitation ou du local commercial. Selon J. A. Akbar, les places et les rues sont la propriété des musulmans qui les occupent, et elles sont utilisées dans les limites du droit islamique (aucune opposition d’un tiers, dimension suffisante de la rue, et aucune nuisance pour tout habitant ou passant). Ainsi, les pratiques d’appropriation d’espace de la rue pour des usages prolongeant la fonction commerciale, et qui deviennent par la suite partie intégrante de l’habitation, sont une caractéristique de la dynamique de l’espace public de la ville traditionnelle.

LE SACRÉ AU CŒUR DE LA DIALECTIQUE ESPACE PUBLIC-ESPACE PRIVÉ

  • 11 Ensemble des préceptes dictés par l’islam.
  • 12 D. Abdelkafi, op. cit., p. 41.

14D. Abdelkafi, dans son ouvrage consacré à la Médina de Tunis, aborde les aspects de l’espace public à travers l’organisation spatiale de la ville. À l’opposé de la thèse avancée par J. A. Akbar, l’auteur estime qu’en fait la notion générale du haram (l’interdit), qui est contenue dans la charia11 et qui définit le sacré et l’interdit, pose le principe d’intimité, à la source des espaces clos et introvertis des habitations autour d’un patio symbole du harim ed dar (l’intimité de la demeure) : « C’est en fait la partie inviolable de la demeure, celle où la pudeur est préservée des regards »12.

  • 13 Ibid., p. 42.

15Reconnue donc comme principe générateur de l’espace privé, l’intimité est au cœur de la dialectique qui oppose l’espace intérieur à l’espace extérieur. Des dispositifs spatiaux tels que les impasses, les chicanes, l’agencement des espaces intérieurs, permettent de gérer le brutal passage d’un monde spécifiquement public à un autre intimement privé. Dans cet ensemble, les rues et les impasses qui entourent ou bordent la construction, sont totalement résiduelles et ne font aucunement partie de l’habitation. Elles peuvent être utilisées d’un commun accord entre les habitants : « Alors que l’espace domestique est farouchement protégé, l’espace de la ville accessoirement utilisé n’est qu’un extérieur »13.

16Dans son analyse, l’auteur qualifie l’urbanisme de la médina comme un urbanisme d’intimité dont les principes sont inscrits dans la loi religieuse et sont respectés par l’ensemble des habitants. Toute forme d’espace public en est exclue. L’organisation des quartiers résidentiels avec le principe de hiérarchisation des espaces et celui de leurs cloisonnements marque en fait l’urbanisme des villes islamiques (tout en gardant à l’esprit que la maison à patio n’est pas une unité d’habitation spécifique à la médina).

  • 14 L’équivalent des caravansérails.

17À travers cette vision de l’espace extérieur de la ville islamique, l’auteur affirme que l’espace public représenté par les rues et les places est inexistant en comparaison avec ce que l’on trouvait dans la ville hellénistique. La principale fonction de la rue se limiterait uniquement au cheminement et au passage, aucune autre fonction liée à l’activité économique ne devant y être permise. Ce sont en fait des lieux spécialisés tels que le souk et les foundouks14 qui accueillent les fonctions de négoce et de commerce.

  • 15 Espace non bâti destiné pour les grandes prières occasionnelles.
  • 16 L’équivalent du chef de tribu.
  • 17 D. Abdelkafi, op. cit., p. 42.

18La place, quant à elle, est inexistante dans la structure spatiale de la ville. Fermée par des remparts, et cloisonnée à l’intérieur, la ville se compose d’espaces domestiques afin d’éviter que les activités privées ne débordent sur l’extérieur. Ainsi, et pour des raisons politiques et religieuses, les espaces de rassemblement tels que les places et les forums ont été de tous temps écartés de la configuration urbaine de la ville. Seuls la cour de la mosquée et le muçella15 en dehors du rempart permettaient les rassemblements à caractères religieux. « L’extérieur, espace résiduel qui comprend les rues et les impasses, ne saurait répondre au concept d’espace public contrôlé et géré par une institution communale. C’est le rôle du « Cheikh El Mdina »16 de faire respecter l’utilisation de cet espace résiduel selon la tradition et les coutumes prônant l’obéissance des citadins aux principes religieux »17.

L’ESPACE PUBLIC, UN ESPACE COMMUNAUTAIRE SPÉCIFIQUE

  • 18 A. Raymond, op. cit., p. 196.

19A. Raymond affirme que l’urbanisme musulman traditionnel se base principalement sur l’utilisation de l’impasse comme élément structurant la médina. Elle devait assurer l’isolement de la vie privée des habitants, qui s’organisait autour d’une cour intérieure et qui ignorait la façade. L’absence d’espaces de rassemblement à l’intérieur de la ville et la disponibilité de vastes zones d’espaces libres à la périphérie dont certains étaient réservés aux cimetières et aux muçellas, a provoqué le déplacement des activités de détente et de loisirs vers la périphérie : « A Tunis à l’époque Hafside, l’esplanade qui s’étendait entre le mur de la ville et la lagune était fréquentée par toutes sortes de bateleurs qui amusaient les badauds »18.

  • 19 Ibid., p. 198.

20Concernant la coexistence de l’espace privé avec l’espace public, le même auteur19 souligne l’imbrication de multiples espaces publics et privés à des niveaux très divers de la structure urbaine. Cela est à l’origine de l’irrégularité des structures physiques dans les villes arabes. L’exemple le plus édifiant demeure en fait l’utilisation du finâ. Situé en dehors de l’espace privé, il peut devenir un prolongement de l’espace domestique dans la mesure où cela ne peut nuire ni aux voisins ni aux passants. Même la construction de structures avançant ou couvrant la rue y est autorisée (sous réserve de prévoir une hauteur suffisante permettant le passage d’une personne sur une monture, un chameau, ou un âne). Ainsi, la distinction entre l’espace domestique et l’espace public demeure à la fois vague et incertaine lorsqu’on évoque le finâ, qui autorise une appropriation matérielle et fonctionnelle d’une partie de la voie publique comme prolongement de l’espace privé. Seul le préjudice porté à autrui peut être une entrave à ce type de comportement.

21Par son organisation spécifique interne, l’espace public dans la ville traditionnelle est donc communautaire ou potentiellement propice à une privatisation. Entre une vision qui lui ôte toute forme de similitude avec la ville occidentale, et une approche historique sacralisée qui en fait une catégorie menacée, l’espace public de la ville traditionnelle semble échapper à une définition consensuelle. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, il est toujours un espace convoité pour être le support de pratiques qui tendent à lui ôter ses particularités spatiales et sociales originelles, à savoir être un lieu ouvert à des usages publics.

22Il est évident qu’à la lumière des quelques éléments développés précédemment, aucune des définitions de la notion de l’espace public ne peut se suffire à elle-même et qu’il est difficile d’en privilégier une en particulier. Elles sont en fait étroitement interdépendantes, et gardent une part d’autonomie qui interdit de les réduire les unes par rapport aux autres. En théorie, l’espace public est censé être conçu et aménagé en fonction, d’une part, d’une dimension politico-urbaine qui témoigne de l’efficacité des gestionnaires politiques, et, d’autre part, d’une dimension socioculturelle qui lui procure les attributs d’un espace de cohésion, d’identité sociale, de culture et d’échanges, et d’un support de réseaux de sociabilité.

  • 20 Billiard, op. cit., p. 87.
  • 21 Ibid.

23À ces deux dimensions correspondent deux types d’interprétation de l’espace public. L’interprétation juridico-spatiale s’intéresse à l’organisation des espaces urbains selon les principes architecturaux et les théories urbanistiques qui ont prévalu à chaque période et qui opposent la propriété privée à la propriété publique, le statut privé au statut public et enfin l’usage privé à l’usage public. L’interprétation socio-historique relève d’un ordre social qui codifie et réglemente les rapports entre sphère publique et sphère privée et où l’individu est reconnu comme élément fondamental, participant à la composition de l’espace public. Espace de la « régulation et de la médiation symbolique de l’échange social en référence aux différentes dimensions de l’identité collective »20, l’espace public fait appel, à chaque époque, à un certain nombre de « valeurs symboliques par rapport auxquelles se définit la conformité des conduites. Ces valeurs sont révélatrices de la nature du lien social, garantes de la séparation du privé et du public, elles constituent la clé de la mise en scène de la représentation sociale »21. Si séparément ces paramètres sont quantifiables, leur interpénétration fait toute la complexité de la définition des espaces et des rapports qu’ils entretiennent entre eux. Le degré de complexité se trouve accru lorsque nous replaçons l’ensemble de ces paramètres dans un contexte historique, culturel et socio-économique précis. C’est en fait une difficulté qui est inhérente à la diversité des enjeux dont l’espace public fait l’objet.

Notes

1 D. Abdelkafi, La médina de Tunis, Paris, Ed. du CNRS, 1989 ; J. A. Akbar, Imarat el ardh fiel islam (L’occupation du sol dans l’Islam), Amman, Dar El Bachir, 1991 ; A. Raymond, « Espaces publics et espaces privés dans les villes arabes traditionnelles », Maghreb-Machrek, 123, 1989, p. 194-201 ; J.-C. Depaule, À travers le mur, Paris, Ed. Centre G. Pompidou, 1985 ; M. Kerrou (dir.), Public et privé en Islam, Paris, Maisonneuve & Larose, 2002 ; F. P. Lévy et M. Segaud, Anthropologie de l’espace, Paris, CCI, 1983.

2 Page 16 de la préface de J.-C. Depaule dans M. Kerrou (dir.), Public et privé en Islam, op. cit., p. 15-17.

3 F. N. Bouchanine, « Espaces publics des villes marocaines », Annales de la recherche urbaine, 57-58, 1992, p. 184-190.

4 I. Billiard, « L’espace public », Annales de la recherche urbaine, 32, 1986, p. 87-94 (p. 89).

5 Ibid.

6 F. N. Bouchanine, « L’espace limitrophe : Entre le privé et le public, un no man’s land ? La pratique urbaine au Maroc », Espaces et Sociétés, 62-63, 1991, p. 135-157 (p. 140).

7 Billiard, op. cit., p. 90.

8 Cour ou extension, il est désigné par les juristes comme l’espace qui s’étend autour d’une construction et dans les impasses.

9 S. Denoix, « Les notions de public et de privé dans le monde musulman sunnite médiéval », dans M. Kerrou (dir.), Public et privé en Islam, op. cit., p. 133-151 (p. 144).

10 S. Mouline, « La ville et la maison arabo-musulmane, La ville et l’espace urbain », Bulletin économique et social du Maroc, 147-148, p. 124-131 (p. 129).

11 Ensemble des préceptes dictés par l’islam.

12 D. Abdelkafi, op. cit., p. 41.

13 Ibid., p. 42.

14 L’équivalent des caravansérails.

15 Espace non bâti destiné pour les grandes prières occasionnelles.

16 L’équivalent du chef de tribu.

17 D. Abdelkafi, op. cit., p. 42.

18 A. Raymond, op. cit., p. 196.

19 Ibid., p. 198.

20 Billiard, op. cit., p. 87.

21 Ibid.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search