Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 3. L'espace public à l'épreuve des limites du modèle classique

L'espace public à l'épreuve des limites du modèle classique

Texte intégral

1L’approche théorique de l’espace public a tendance à insister sur la cohérence et la logique des modèles proposés, qui servent ensuite à fonder des modalités d’action en aménagement. Invariablement, l’application du modèle à des situations concrètes se heurte à des difficultés. Or, on constate souvent que, plutôt que de conduire à la remise en cause du modèle théorique, ces difficultés sont minimisées ou réduites à de simples écarts par rapport à celui-ci, qu’il suffirait de modifier à la marge.

2Les textes de cette troisième partie ne cherchent pas à réduire les observations à un modèle théorique. En partant de l’analyse et de l’observation de cas que l’on peut qualifier de « limites » - en rapport au modèle républicain classique - comme la ville arabo-musulmane, la ville d’extrême-orient ou encore la favela brésilienne, ces textes nous amènent à nous interroger sur la pertinence même de la notion d’espace public pour comprendre ces réalités. Il s’ensuit alors tout un travail de reformulation et de questionnement autour de la notion d’espace public.

3On s’interrogera aussi dans cette partie sur le sens de la notion dans un monde dominé par les organisations en réseaux. Elle doit être revisitée dans le contexte d’un univers d’échanges et de liens, y compris virtuels, ce qui invite à confronter les lieux et les liens. Les exemples d’organisation illégales comme le trafic de drogue ou les réseaux criminels qui en viennent actuellement à dominer certains territoires urbains, nous conduisent à nous demander si ces nouvelles organisations territoriales ne sont pas en train de remettre en cause la notion même d’espace public qui est censée instituer la ville.

4La question posée par ces textes est, au fond, celle de savoir jusqu’à quel point et dans quelle mesure la notion d’espace public reste un outil pertinent et cohérent pour comprendre des situations échappant à la modernité ou marquées par des avatars récents de celle-ci. Le modèle républicain classique est-il aussi universel qu’on a pu le penser ? À quelles conditions ou selon quelles modalités demeure-t-il recevable ? S’adaptera-t-il à des mutations territoriales qui le mettent en cause ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540