Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 2. L'espace public à l'épreuve de la représentation politique

Chapitre 9. Les dialogues de l’espace public et de l’espace médiatique

Marc Brosseau et Anne Gilbert

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour son appui financier.

  • 2 Nous pensons ici à V. Berdoulay, « Le lieu et l’espace public », Cahiers de géographie du Québec, 1 (...)

1Au sein des discussions récentes sur l’espace public, on a beaucoup insisté sur les clivages importants qui existent entre les conceptions strictement politiques et urbanistiques du terme. Il y aurait d’une part un espace relativement abstrait de débats où les idées se rencontrent (acception politique, philosophique voire sociologique de la notion) et d’autre part, un ensemble de lieux publics concrets où les gens se rencontrent (acception urbanistique ou aménagiste de la notion). Entre les deux, on a tenté de problématiser les convergences en montrant l’intérêt de ne pas séparer le social et le politique du spatial. Ces réflexions ont mis en lumière la pertinence d’une conceptualisation de l’espace public en termes plus géographiques2.

2Notre intention, ici, est de contribuer à cette réflexion sur les dialogues entre espace public (spatialement concret) et sphère publique (politiquement et sociologiquement connotée) en montrant comment elles s’articulent l’une à l’autre et s’informent mutuellement. Notre discussion sera élaborée à partir d’un exemple particulièrement évocateur de lieu public ayant fait l’objet de débats houleux dans la sphère publique et plus particulièrement dans l’espace médiatique. Nous chercherons dans un premier temps à montrer comment, par le biais des représentations et des récits, espace public et espace médiatique s’interpellent mutuellement d’un point de vue plutôt politique. Dans un deuxième temps, nous tenterons de montrer comment le milieu social particulier au sein duquel ces dialogues entre espace public et médiatique se sont déployés a contribué à la structuration des positions des uns et des autres engagés dans le débat public.

LA STRIP DE HULL COMME ESPACE PUBLIC

  • 3 Pour une présentation plus détaillée du lieu (maintenant inclus dans la nouvelle municipalité de Ga (...)
  • 4 Sur la dialectique de l’ordre et du désordre dans les lieux publics, voir J. Faget, « La place d’Yo (...)
  • 5 Vincent Berdoulay, Iná Castro et Paulo C. da Costa Gomes, op. cit., p. 418.
  • 6 M. Légère, Mémoire de la ville de Hull à la Commission sur l’avenir politique et constitutionnel du (...)

3Entre les années 1980 et le tournant des années 2000, la rue principale du centre-ville de Hull (Québec) - la Promenade du Portage - a été l’objet, la scène et le contexte de débats intenses au sein de la sphère publique régionale3. Devenue, à la suite des réaménagements importants du centre-ville au cours des années 1970, le lieu de rencontre nocturne de prédilection pour les jeunes et moins jeunes de la région de la capitale nationale canadienne - une vingtaine de bars et de discothèques sur un segment de rue de guère plus de 400 mètres -, la Promenade du Portage, aussi connue sous le nom de Strip, est aussi devenue le théâtre de désordres urbains récurrents qui en ont fait un des lieux les plus criminalisés au Canada4. Accessible à tous et très largement fréquentée par des jeunes souhaitant voir et être vus, la Promenade du Portage a été « un lieu de conflits, de problématisation de la vie sociale » et « un espace où les problèmes sont signalés et signifiés ». En cela, elle a projeté « le spectacle de la tension entre différence et cohabitation »5. En effet, lieu de rencontre des jeunes anglophones et francophones, Québécois et Ontariens, mais aussi de la jeunesse multiethnique de la région, la Promenade du Portage a aussi rendu publique les relations dysphoriques que ces groupes entretiennent entre eux et avec les forces de l’ordre. Il n’y a pas si longtemps, le maire de Hull écrivait que « l’Outaouais et Hull plus particulièrement constituent le point de jonction, l’interface géopolitique, le microcosme des tensions entre le Québec et le reste du Canada »6. Pôle de rencontre caractérisé par sa grande hétérogénéité culturelle, la Promenade du Portage a, en quelque sorte, été le spectacle un peu extrême de ces tensions.

  • 7 B. Debarbieux, « L’espace public ou l’heuristique heureuse », dans C. Ghorra-Gobin (dir.), op. cit. (...)

4Par-delà la dialectique de l’ordre et du désordre, qui caractérise d’ailleurs la dynamique de plusieurs lieux publics, la Promenade du Portage a constitué, à notre avis, un espace public selon les deux grandes acceptions du terme. Ce double caractère se révèle à travers « le débat même dont elle est l’objet et l’analyse qui peut en être faite »7. Lieu de tension et de régulation, elle a provoqué des débats intenses sur la scène municipale auxquels les médias, représentants, s’il en est, de la sphère publique, ont pris une part très active. La source même de ces débats, la violence et les nombreux méfaits - banals ou plus sérieux - dont elle a été la scène, montrent aussi comment elle a cessé de bien fonctionner à titre d’espace public à partir du moment où les codes d’usage et de conduite n’ont plus été respectés par ses différents usagers. Or, il est impossible de bien comprendre comment ce lieu spécifique a bel et bien constitué un espace public révélateur de tensions sociales plus générales, sans se pencher sur le contenu des débats - les représentations et les récits qui les ont rendu signifiantes - dont il a fait l’objet dans l’espace médiatique. En résumant la teneur de recherches plus étoffées, nous tenterons d’illustrer différents aspects de ce dialogue entre les aspects spatialement concrets de l’espace public et les débats auxquels il a donné lieu dans l’espace médiatique.

LIEU DE CONFLITS ET ESPACE DE DÉBATS : LA STRIP ET LE DROIT

  • 8 Voir Ville de Hull, Rapport du groupe de travail sur la situation des débits de boisson à Hull (Rap (...)

5L’histoire et la géographie ont concentré sur la rive québécoise de la région d’Ottawa un nombre imposant de lieux de consommation publique d’alcool, ce qui a entraîné son lot de désordre, de débordements festifs et d’activités « criminelles » variées (allant du simple tapage nocturne à des actes de violence sur la personne en passant par le trafic de drogue, le jeu illégal et la prostitution). La frontière politique et l’attitude plus permissive du Québec en matière de consommation d’alcool ont ainsi fait de Hull, et plus particulièrement de son centre-ville, un espace chaud à l’échelle régionale depuis le tournant du siècle. Les autorités municipales ont souvent pris des mesures destinées à changer la vocation du lieu. Mais rien ne semble y faire et le cycle se répète : attitudes permissives - concentration des bars - accumulation des problèmes - campagnes d’assainissement des mœurs - accalmie relative. La première de ces accalmies a coïncidé avec la montée des mouvements de tempérance en Amérique du Nord autour des années 1919-20, période où Hull s’est brièvement mis à l’heure ontarienne en votant la prohibition qui ne devait durer que quelques mois. À la fin des années trente, après un retour en force des débits d’alcool et des activités « criminelles » diverses (jeu illégal, prostitution, corruption et autres délits), la ville devait de nouveau mettre en branle un vaste entreprise de nettoyage dans un centre-ville alors qualifié de « Petit Chicago ». Un troisième cycle vient tout juste de s’achever. Après la transformation du centre-ville de Hull au tournant des années 1970, et le déplacement du pôle d’attraction nocturne un peu plus au nord, la Strip allait redevenir le lieu de prédilection des fêtards de la région au cours des années 1980. À la faveur de règlements de zonage favorisant l’ouverture de bars et de discothèques, du vide laissé par les commerces ayant déserté le centre-ville, Hull allait de nouveau être la proie d’une sur-concentration de débits d’alcool et donc, encore une fois de son lot de problèmes sociaux : tapages nocturnes, méfaits divers, ivresses et actes de violence, etc. Devant le non respect des codes d’usage de l’espace public, on a d’abord cherché des solutions conciliantes (concertations entre les divers intervenants), qui auraient permis le maintien des activités festives et de leurs retombées économiques, tout en amenuisant les externalités négatives liées à la sur-concentration de fêtards. L’échec relatif des mesures alors préconisées devait conduire à un durcissement des solutions envisagées8 : d’une part, adoption d’une campagne de « Tolérance zéro » à l’égard des écarts de conduite des fêtards et augmentation de la présence policière et, d’autre part, identification des tenanciers comme des acteurs plus ou moins indésirables et multiplication des démarches auprès de la Régie des alcools et des jeux pour ne pas renouveler les permis d’alcool, les révoquer, et enfin harmonisation des heures de fermeture des débits de boisson avec l’Ontario en 1997. Quelque cinq ans après ce changement qui mènera à la disparition de la plupart des « bars à problèmes », le « renouveau » du centre-ville n’en demeure pas moins fragile.

6Les médias, et plus particulièrement Le Droit, seul quotidien de langue française de la région de la capitale nationale, ont prêté beaucoup d’attention à la Strip. Ce dernier lui a consacré en tout ou en partie non moins de 1127 articles dans la seule période 1980-1999. Chemin faisant, le journal s’est rapidement positionné dans le dossier, en encourageant puis en adoptant la ligne dure visant à rétablir l’ordre. Par le récit qu’il a constitué des événements dont la Strip était le lieu, Le Droit a en effet offert une image du centre-ville qui a marqué de façon significative les décisions qui seront prises par les instances municipales quant à son aménagement, et qui témoigne du rapport étroit qu’entretiennent l’espace public et l’espace médiatique. En fait, ce n’est bien que par l’entremise du débat dont il a fait l’objet dans l’espace médiatique que ce lieu public acquiert son statut de véritable espace public. L’examen de sa couverture du dossier en lien avec les décisions politiques entourant la Promenade du Portage et ses usages au cours de cette période, nous a permis de le démontrer.

7Le Droit s’est intéressé à la Strip pour différentes raisons depuis 1980, de la violence et ses diverses manifestations jusqu’à ses usages et les conflits qui les sous-tendent. L’image même de la ville associée aux événements et à leur représentation est un enjeu dont traite le quotidien. En un sens, les représentations médiatiques contribuent à façonner cette image de la ville comme lieu de tous les excès, image qui deviendra elle-même objet de débat au même titre que les tensions « effectives » sur le terrain. Ce problème d’image n’est pas sans appeler un changement de vocation du centre-ville, qui figure aussi parmi les principaux thèmes abordés. Ces différents sujets ont suscité, selon les moments et les besoins créés par l’évolution du dossier au plan politique, un intérêt bien différent. Ainsi, au début de la période qui nous intéresse, soit de 1980 à 1983, la Promenade du Portage ne suscite pas une couverture importante, comparativement aux années subséquentes. Néanmoins, divers événements isolés, pour la plupart de nature « criminelle », retiennent déjà l’attention. On soulignera bientôt leur co-occurrence dans un même lieu, co-occurrence qui appelle, d’après certains édiles municipaux que Le Droit ne manquera pas de citer, certaines mesures préventives (fig. 1).

Fig 1 : Couverture médiatique de la Strip de Hull. Le Droit et The Ottawa Citizen : 1980-2000

Fig 1 : Couverture médiatique de la Strip de Hull. Le Droit et The Ottawa Citizen : 1980-2000
  • 9 Périodiquement, le doigt sera toutefois pointé sur les acteurs : « Le crime à Hull : des auteurs qu (...)

8La couverture des événements qui marquent l’histoire de la promenade du Portage augmentera significativement à compter de 1984. On compte plus de 46 articles qui abordent la question du centre-ville et ses usages en 1985, parmi lesquels neuf éditoriaux ou caricatures. Les photographies se font plus nombreuses à partir de 1988, l’année où le journal est devenu tabloïd. La criminalité reste le sujet principal des articles. Les données générales sur la criminalité dans le centre-ville ont toutefois remplacé les événements ponctuels comme thèmes des articles, avec comme effet de transformer le fait divers en véritable « problème », et qui appelle des solutions : « Hull toujours capitale du crime… et a besoin d’aide », de titrer Le Droit, le 24 septembre 1986. La mise en place de mesures plus sévères pour contrer la violence en 1986 n’empêche pas celle-ci de dominer l’actualité locale. Les coûts associés à ces incidents sont au cœur du débat. Un article sur quatre y réfère en 1985, ce qui n’est pas sans alimenter la vision selon laquelle des mesures rigoureuses doivent être prises pour ramener le calme sur la promenade : fermeture des bars à 1 h du matin, limitation du nombre de débits de boisson, etc. font l’objet de discussions intenses au Conseil municipal de Hull, qui invite par ailleurs l’Assemblée nationale du Québec à légiférer en ce sens. Le Droit couvre abondamment le dossier. La question de l’image de la ville retient aussi l’attention. Si elle n’est pas toujours abordée explicitement, elle sous-tend plusieurs des articles publiés au cours de la période, si bien que l’idée s’impose peu à peu d’un lieu criminogène. Enfin, Le Droit évoque aussi la dimension culturelle du dossier, mais avec plus de prudence : associant périodiquement les anglophones ontariens aux problèmes reliés à la Strip québécoise, il cherchera plutôt à inscrire les déboires de la ville dans une problématique plus neutre en délestant l’essentiel du blâme non sur les acteurs mais sur le lieu comme tel9.

  • 10 Ville de Hull, Rapport d’étape du comité du renouveau de la promenade du Portage (Rapport Bonhomme) (...)

9La Promenade du Portage est un point de mire en septembre 1991, alors que les caméras de la télévision sont témoins de l’exécution d’un chien par des policiers visiblement nerveux et ayant agi avec une violence inexpliquée. L’événement suscite des réactions nombreuses et parfois virulentes. Bien que la ville ait toujours prétendu qu’il n’y avait aucun lien entre cet événement hautement médiatisé et la mise en application d’une nouvelle politique sévère, le programme « Tolérance zéro », dont le nom est directement inspiré de la guerre contre la drogue en cours aux États-Unis, est lancé quelques jours plus tard, dans le but de mettre fin au « désordre » qui règne sur la Promenade. Le Droit, après avoir signifié sans hésitation son appui aux policiers de Hull dans l’affaire du chien Cerborus, accorde beaucoup d’attention à la campagne, publiant tous les lundis les résultats des arrestations de la fin de semaine. Le ton était définitivement donné à la couverture qui serait la sienne dans les années à venir : le désordre qui règne sur la Promenade devait cesser et toutes les mesures nécessaires étaient à prendre pour changer la vocation du centre-ville. Dans un éditorial sans équivoque paru le 30 septembre, Le Droit conclut : « Redéfinir la vocation du secteur par la modification du zonage, l’expropriation, obtenir de Québec de réglementer les heures de fermeture, voilà toutes des mesures de longue haleine sur lesquelles devra se pencher le nouveau conseil ». Dès lors, le journal ne manque pas de rapporter tout événement qui a cours sur la Strip : descentes, bagarres, etc. Le nombre d’articles, dont plusieurs avec photos, en témoignent. Plusieurs éditoriaux lui sont aussi consacrés, et des commentaires, recueillis auprès des politiciens et autres acteurs éminents dans le dossier, sont publiés en page éditoriale. C’est ainsi que le premier rapport du Comité du renouveau de la promenade du Portage rendu public en février 1992, qui recommande des mesures sévères auxquelles s’opposeront farouchement les tenanciers, telle la fermeture des bars à 1 h du matin et qui sera adopté à l’unanimité par le conseil municipal, sera hautement défendu par Le Droit10. Le journal défendra aussi le second rapport du comité, déposé en 1993 et qui va encore plus loin que le premier, bien qu’il ait été débouté par le maire et la plupart des membres du conseil. Ce que d’aucuns croient comme ayant pu jouer dans le fait que ce dernier soit revenu sur sa décision pour accepter finalement d’agir dans la direction proposée par le comité. Dès lors, personne ne s’opposera plus à la politique de la ligne dure préconisée par la ville. Le journal informe ses lecteurs avec diligence du progrès réalisé sur le front de la Promenade : poursuites, révocations de permis et fermetures de bars, baisse de la « criminalité »… Jusqu’à l’ultime victoire remportée en 1997, soit l’harmonisation des heures de fermeture des bars du centre-ville de Hull avec celles de l’Ontario, qui, en effaçant à toutes fins pratiques la frontière entre Hull et Ottawa, a constitué le dernier clou enfoncé dans le cercueil de la Strip.

  • 11 Le Droit, 2 octobre 1996, p. 12.

10Dans la première moitié des années 1990, la « criminalité » et les façons d’y remédier retiennent encore une grande partie de l’attention, alors que l’on discute abondamment des mesures à prendre pour contrer la violence et ramener le calme sur la Promenade. Le débat prend toutefois une toute autre tournure à partir de 1993, alors que l’on commence à s’interroger sur les moyens de revitaliser le secteur. Exaspérés, les édiles municipaux adoptent en effet à cette période une nouvelle stratégie en cherchant à attaquer le problème à la source, c’est-à-dire, à la vocation de Hull qu’il faut à leur avis de toute évidence changer. Le Droit participe activement à ce revirement de perspective. Le nombre des articles décroît en 1994 et en 1995, alors que l’attention se tourne vers la revitalisation urbaine, et leur caractère change : la nouvelle se fait moins visible, les photos moins nombreuses, comme si le lieu avait quelque peu perdu de son intérêt. Les éditoriaux aussi se font moins fréquents. Un seul en 1994 et l’année suivante alors que six avaient porté sur le centre-ville et ses usages en 1993. Mais certains événements raviveront l’intérêt envers le centre-ville, parmi lesquels au cours de l’été 1996, une importante bagarre et une scène diffusée à la télévision particulièrement disgracieuse au cours de laquelle un jeune homme a été sauvagement battu. La violence sur la Strip fait à nouveau couler beaucoup d’encre à la faveur de ces deux événements, qui font qualifier les émeutiers ontariens par le maire de Hull « d’émeutiers indésirables », propos rapportés à la une du Droit, le 20 août 1996. Dix éditoriaux lui sont consacrés en 1996 seulement, sans compter les nombreux autres articles, dont plusieurs avec photos. Une couverture que dénoncent certains édiles municipaux qui reprochent aux médias d’accorder trop d’importance aux événements qui se déroulent sur la Promenade11. Le journal semble en prendre bonne note. Si les articles restent nombreux en 1997 et 1998, le contenu est nettement différent alors que le journal ne traite plus que de changement de vocation, de « métamorphose ». Espace public et espace médiatique se rejoignent définitivement, autour du consensus qu’ils ont construit ensemble quant au besoin de reconstruire le lieu afin d’en évacuer les tensions. Avec comme effet que l’intérêt du journal pour le centre-ville diminue rapidement, celui-ci, il faut bien le dire, lui offrant de moins et moins de sujets d’articles « chauds ». Certains journalistes dépêchés sur les lieux pour la nuit du 31 décembre 1999 s’en attristeront presque, en suggérant avec nostalgie que Hull n’est plus que l’ombre d’elle-même. Alors qu’ils s’attendaient aux pires débordements, la Strip reste calme…

  • 12 Sur cette question, voir V. Berdoulay et N. Entrikin, « Lieu et sujet : perspectives théoriques », (...)

11Il est clair que Le Droit a participé au débat quant aux usages de la Promenade du Portage. Le nombre imposant d’articles, de gros titres à la une, de prises de positions résolues en page éditoriale, en constitue à lui seul une preuve incontestable. L’analyse de son contenu formel, la mise en lumière des positions spécifiques qu’il a adoptées à travers le temps et l’identification de la charge idéologique de son discours sont tout aussi révélatrices de son engagement dans le dossier. De la chronique qui accumule les « faits » divers à un récit qui incite à l’action politique, voire qui la rend nécessaire, les enjeux politiques de la représentation médiatique du lieu sont manifestes. Tout au cours des vingt dernières années, le journal et les instances municipales se sont informés mutuellement, dans un processus où les images véhiculées par l’un a alimenté les décisions des autres, eu égard à son aménagement. Le dialogue a duré autant et aussi longtemps qu’il y a eu débat politique entourant les usages du lieu. Il n’a plus été nécessaire à partir du moment où la Strip comme espace public de rencontre et d’interaction sociale a quitté l’espace du débat public au gré d’un consensus, fût-t-il temporaire, qui semble avoir gagné tous les acteurs du centre-ville. Autrement dit, le dialogue est devenu vain à partir du moment où l’unanimité s’est faite autour de l’idée que la Strip était devenue le lieu de trop de désordre et qu’il fallait y contraindre beaucoup plus fortement les usages, et donc la faire disparaître en tant qu’interface entre les différentes cultures présentes dans l’espace régional. La mise à mort du centre-ville comme lieu concret de rencontre des groupes qui se partagent le territoire de la ville (de l’espace public, dans son sens urbanistique), a en effet sonné ici le glas du débat politique quant à son usage (de l’espace public, dans son sens politique), autre exemple de l’impossibilité, pour bien comprendre le lieu géographique, que l’on tienne compte de l’un sans l’autre, l’un n’existant pas sans l’autre12.

LA GÉOGRAPHIE STRUCTURE L’ESPACE MÉDIATIQUE : LE DROIT ET THE OTTAWA CITIZEN

12Le dialogue entre espace public et espace médiatique se manifeste aussi sur un autre plan. Les tensions dont la Promenade du Portage fut la scène ont aussi capté l’attention de l’espace médiatique anglophone de la région. Nous avons analysé la couverture qu’en a fait le principal quotidien de langue anglaise de la région, The Ottawa Citizen. La comparaison des deux couvertures médiatiques permet de voir comment les particularités frontalières de l’espace régional - deux provinces, deux villes, deux langues, deux cultures, etc. - a informé les positions des uns et des autres dans le dossier. Si la géographie et l’histoire permettent de comprendre pourquoi Hull a été la scène récurrente de tensions liées à la consommation publique d’alcool, les contrastes et les différences dans le traitement que ces deux quotidiens ont réservé à la Strip sont aussi à comprendre dans le contexte socialement asymétrique de ce milieu frontalier.

  • 13 Les auteurs tiennent à souligner l’importante contribution de Richard Dugas dans la collecte et l’a (...)

13Examinons à grands traits les différences fondamentales (cf. fig. 1)13. Entre 1980 et 2000 Le Droit a non seulement publié deux fois plus d’articles que le Citizen (1127 contre 523), mais près de trois fois plus souvent en première page (78 contre 28). Les tensions liées à la Promenade ont fait l’objet de pas moins de 55 éditoriaux dans les pages du Droit (seulement 7 dans le Citizen). Enfin, les lecteurs du Droit ont écrit 95 lettres d’opinions (contre 7 dans le Citizen). Même à ce degré de résolution, il nous est possible de considérer Le Droit comme un observateur engagé (pour des lecteurs préoccupés). The Ottawa Citizen, de son côté, fait plutôt figure d’observateur distant (pour des lecteurs plutôt indifférents…). En somme, la Strip ne représente pas un espace public pour la communauté ontarienne anglophone : un espace ludique, une source de curiosité locale, mais pas un enjeu politique ou social. De ce point de vue, une analyse de contenu systématique révèle aussi des différences importantes. Bien que le thème de la « criminalité » soit par exemple de loin le plus important (près de 70 % des articles dans les deux quotidiens en font état), Le Droit s’est montré deux fois plus préoccupé par la recherche de solutions aux problèmes de désordre sur la Promenade que son vis-à-vis anglophone (5 % contre 2 %). On notera d’ailleurs que seul Le Droit a continué de suivre avec assiduité le dossier de la revitalisation du centre-ville de Hull, bien après 1996 et 1997, alors que les fêtards avaient cessé de fréquenter la Strip en grand nombre.

  • 14 Le Droit, 19 septembre 1991, p. 20.

14La charge idéologique et identitaire est aussi bien contrastée. De façon lapidaire, on pourrait résumer les positions comme suit : pour Le Droit, « Nous avons un problème chez nous, à Hull » ; pour The Ottawa Citizen : « Ils ont un problème chez eux, à Hull ». Cette dialectique simple du ici/là-bas, nous/eux, a pour césure cette frontière à la fois politique et culturelle. Au fur et à mesure que la saga de la Promenade se dessinait dans les pages des deux quotidiens, les différences sont devenues plus claires. Alors que chaque nouvel événement se produisant sur la Promenade du Portage était inscrit dans un récit de plus en plus téléologique selon lequel il convenait au nom du bien commun (le nôtre) de fermer la Strip dans les pages du Droit, le Citizen accumulait les faits divers des déboires de la ville de Hull (les leurs) en prise avec son incapacité de contrôler la situation. Ces deux prises de position ont des répercussions dans le traitement réservé à différents dossiers. Dans le cas de l’incident évoqué plus tôt, au cours duquel un chien a été abattu en pleine rue, ces différences sont devenues manifestes. D’un côté, Le Droit a privilégié la version officielle (policière) des faits en qualifiant l’événement d’incident déplorable qui « ternit malheureusement l’excellente réputation de la police de Hull qui, il importe de le reconnaître, accomplit chaque nuit et spécialement les fins de semaine un travail remarquable dans un quartier qui, la nuit venue, devient socialement insalubre »14. En bout de ligne c’est le lieu lui-même et l’atmosphère de violence qui y règne qui sont les véritables causes du problème et non le comportement (individuel) des policiers ou des jeunes. De l’autre, le Citizen s’est montré beaucoup plus critique à l’égard des policiers et a privilégié la version de la victime (le propriétaire du chien) et des différents témoins. Le comportement des policiers fut clairement mis en cause, plutôt que le lieu et ses usages - et donc les mesures à entreprendre pour gérer la crise.

  • 15 Pour une présentation plus complète de la région de l’Outaouais et de ses rapports avec Ottawa, voi (...)

15En un sens, le statut d’observateur distant, et donc la relative indifférence politique du Citizen dans l’ensemble du dossier, rendait possible un discours critique à l’égard des autorités municipales (et de leurs politiques de plus en plus sévères) et des forces policières (et de leurs pratiques musclées sur le terrain). L’implication politique du Droit rendait cette distance critique plus problématique. Le lectorat des uns et des autres était différemment affecté par ce qui se passait sur la Promenade (en termes concrets ou en termes d’image). Le Citizen a pu diffuser une image du centre-ville de Hull, comme une destination ludique, un espace de débandade nocturne de l’autre côté de la rivière pour un lectorat anglophone nettement majoritaire régionalement. En revanche, bien que Le Droit ait un lectorat minoritaire, son efficacité politique a été plus grande, en partie grâce à son monopole dans le champ médiatique francophone, en partie parce que c’est dans ses pages que le dédoublement de l’espace public en espace médiatique s’est effectué. Il est aussi intéressant de se demander si, dans le récit élaboré par Le Droit, la caractérisation du lieu comme étant criminogène, qui a comme corollaire l’hésitation, toute relative soit-elle, de « personnaliser » les causes des problèmes (les jeunes Ontariens anglophones), ne s’explique pas en partie par le fait qu’il s’agit d’un journal francophone dans une région outaouaise dominée culturellement et économiquement par la majorité anglosaxonne15. Dans un contexte de plus grande parité culturelle, il y a lieu de croire qu’il aurait pu être aussi ouvertement critique du comportement des jeunes Ontariens anglophones que le Citizen l’a été du comportement des policiers hullois. Ainsi, pouvons-nous dire que l’espace régional avec ses caractéristiques frontalières et culturelles a contribué à structurer les positions des uns et des autres au sein de l’espace médiatique au sujet de ce lieu sous tension.

16Cet exemple illustre à quel point il est fertile de penser l’espace public en termes géographiques. Pour ce faire, l’idée de dialogue s’avère un opérateur prometteur. C’est bien le dialogue entre le lieu public (concret) et la sphère publique (politique), décrit ici à partir d’une analyse des médias, qui est constitutif de l’espace public au sens fort ou géographiquement intégré du terme. C’est au sein de l’espace médiatique que s’est jouée une bonne partie du sort politique du lieu. L’espace médiatique contribue ainsi à la structuration du lieu. Dans ce processus, ce sont autant les événements concrets sur le terrain que leurs représentations qui ont été porteurs de débats. Enfin, nous avons lancé l’idée selon laquelle l’espace même au sein duquel les débats ont pris naissance structure les positions des uns et des autres. Ainsi, lieu public et espace médiatique sont-ils mutuellement structurants et structurés. Le concept d’espace public permet de mettre en lumière ce dialogue.

Notes

2 Nous pensons ici à V. Berdoulay, « Le lieu et l’espace public », Cahiers de géographie du Québec, 114, 1997, p. 301-309 ; V. Berdoulay, Iná Castro et Paulo C. da Costa Gomes, « L’espace public entre mythe imaginaire et culture », Cahiers de géographie du Québec, 126, 2001, p. 413-428 ; et Paulo C. da Costa Gomes, « L’espace public métropolitain et le recul de la culture civique : l’exemple du Brésil », dans C. Ghorra-Gobin (dir.), Réinventer le sens de la ville : Les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 233-244.

3 Pour une présentation plus détaillée du lieu (maintenant inclus dans la nouvelle municipalité de Gatineau) et des enjeux sociaux et politiques dont il a fait l’objet, voir M. Brosseau et A. Gilbert, « La Strip de Hull, Québec : problématique pour un lieu frontalier », Géographie et cultures, 17, 1996, p. 75-90 ; M. Brosseau et A. Cellard, « Dualité culturelle et consommation publique d’alcool à Hull », dans J.-P. Augustin et C. Sorbets (dir.), Sites publics, lieux communs. Aperçus sur l’aménagement de places et de parcs au Québec, Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2000, p. 211-224 ; A. Gilbert et M. Brosseau, « Le journal, acteur ou agent urbain ? Le Droit et la vocation du centre-ville de Hull », Recherches Sociographiques, XLIII, 3, 2002, p. 517-548 ; et M. Brosseau et A. Cellard, « Un siècle de boires et de déboires : Hull aux prises avec son histoire et sa géographie », Cahiers de géographie du Québec, 130, 2003, p. 7-34.

4 Sur la dialectique de l’ordre et du désordre dans les lieux publics, voir J. Faget, « La place d’Youville à Québec. Scène d’une dialectique du désordre et de l’ordre », dans J.-P. Augustin et C. Sorbets (dir.), Sites publics, lieux communs, op. cit., p. 201-209.

5 Vincent Berdoulay, Iná Castro et Paulo C. da Costa Gomes, op. cit., p. 418.

6 M. Légère, Mémoire de la ville de Hull à la Commission sur l’avenir politique et constitutionnel du Québec (Commission Campeau-Bélanger), Hull, Conseil Municipal, 1990, p. 2.

7 B. Debarbieux, « L’espace public ou l’heuristique heureuse », dans C. Ghorra-Gobin (dir.), op. cit., p. 19.

8 Voir Ville de Hull, Rapport du groupe de travail sur la situation des débits de boisson à Hull (Rapport Tassé), 1986, 39 p. ; et Ville de Hull, Rapport d’étape du comité du renouveau de la promenade du Portage (Rapport Bonhomme), 1992, 23 p.

9 Périodiquement, le doigt sera toutefois pointé sur les acteurs : « Le crime à Hull : des auteurs qui viennent d’ailleurs », Le Droit, 25 septembre 1986, à la une.

10 Ville de Hull, Rapport d’étape du comité du renouveau de la promenade du Portage (Rapport Bonhomme), op. cit., 23 p.

11 Le Droit, 2 octobre 1996, p. 12.

12 Sur cette question, voir V. Berdoulay et N. Entrikin, « Lieu et sujet : perspectives théoriques », L’Espace géographique, 2, 1998, p. 111-121.

13 Les auteurs tiennent à souligner l’importante contribution de Richard Dugas dans la collecte et l’analyse de la couverture médiatique des deux quotidiens (cf. R. Dugas, Who framed the Strip ? A cross-cultural comparison of the newspaper coverage of La Promenade du Portage in Hull, 1980-1995, Ottawa, Université d’Ottawa, Thèse de maîtrise non publiée, 1999).

14 Le Droit, 19 septembre 1991, p. 20.

15 Pour une présentation plus complète de la région de l’Outaouais et de ses rapports avec Ottawa, voir le numéro spécial des Cahiers de géographie du Québec, 89, 1989 ; C. Gaffield et al. (dir.), Histoire de l’Outaouais, Québec, IQRC, 1994 ; et F. W. Boal « One foot on each bank of the Ottawa », Le Géographe canadien, 37 (4), p. 320-332.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search