Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 2. L'espace public à l'épreuve de la représentation politique

Chapitre 7. Espaces publics : entre publicité et politique

Iná Elias de Castro

Texte intégral

1Les espaces publics ont été débattus sous différents points de vue. Ce que nous proposons ici est une réflexion sur la possibilité d’analyser ces espaces à partir de deux dimensions fondatrices : la visibilité et l’action. La première leur attribue le caractère de publicité et la seconde rend ces espaces politiques par excellence, en incorporant au concept les tensions inhérentes aux transformations sociales matérialisées dans le territoire. Notre démarche se définit à partir des questions relatives aux différences entre les limites de la visibilité et celles de l’action : Y a-t-il des différences entre les conditions de publicité et celles d’action dans le territoire ? Quelle est la signification du passage du public relatif à la publicité, c’est-à-dire du voir et d’être vu, vers le public politique, c’est-à-dire les normes qui définissent les conditions de cette publicité ? Quelles sont les conséquences de ces différences ?

2Ces questions émergent de la nécessité de séparer analytiquement des territoires institutionnalisés, appropriés par des hommes libres et différents, et ceux des hommes libres et égaux. Il est en effet possible de distinguer un espace public fondé sur la liberté et la différence - condition sine qua non de la vie démocratique - et un autre type d’espace, celui de gens libres et égaux, qui peut potentiellement devenir un espace d’exclusion et de tyrannie, de la majorité ou d’une minorité.

  • 1 Pour M. Maffesoli, La transfiguration du politique, Paris, Grasset, 1992, « l’institué n’est rien (...)

3Une perspective d’analyse qui incorpore quelques notions centrales de science politique nous paraît ici utile pour deux raisons : elle permet de considérer les espaces publics comme des espaces institutionnalisés par excellence et d’identifier la manière selon laquelle s’organise la tension entre l’institué et l’instituant1 dans le territoire, à partir d’une lecture géographique de cette institutionnalisation. Pour mieux développer cet argument, trois points seront successivement abordés. Nous reviendrons tout d’abord sur la conception de la politique et de ses institutions comme espace d’exercice des libertés, malgré les distorsions auxquelles a été soumise la pratique de la liberté dans la politique. Nous aborderons ensuite les institutions politiques de la modernité, en cherchant à les envisager comme problématiques géographiques. En fonction de ces éclairages, nous chercherons finalement à identifier l’espace public comme possible champ d’analyse géographique, afin de pouvoir l’aborder comme expression de la territorialisation de la politique et lieu de son objectivation.

LA POLITIQUE COMME RECOURS ANALYTIQUE

4Une perspective possible sur l’espace public revient à s’appuyer sur la notion de sphère publique telle que fondée dans l’institutionnalisation de la politique moderne. Deux problèmes sont implicites dans cette perspective : un qui renvoie aux conditions fondatrices de la politique et l’autre qui distingue les caractéristiques de ses institutions. L’idée est que l’analyse des espaces publics des démocraties contemporaines peut reposer sur une approche capable de réfléchir aux fondements de la politique, de sa territorialisation et de son institutionnalisation.

5La discussion sur la notion de politique, terme polysémique y compris dans l’usage commun, requiert deux distinctions dans le but d’établir les limites des arguments qui seront ici présentés. La première renvoie à la polémique intellectuelle sur les limites du concept de politique tel que défini par les philosophes libéraux du XVIIIe siècle. La seconde vise à préciser l’essence du politique pour mieux en explorer les conséquences dans le monde contemporain, sans l’emprisonner dans la tyrannie des intérêts égoïstes inhérents à la nature humaine comme le prétendaient quelques philosophes des Lumières, ni la disperser dans le communautarisme romantique et non moins tyrannique des courants critiques.

  • 2 A. Touraine, Pourrons-nous vivre ensemble ?, Paris, Arthème Fayard, 1997.
  • 3 Maffesoli, op. cit.
  • 4 J. Habermas, L’espace public, Paris, Payot, 1978.
  • 5 A. Abranches, « Uma herança sem testamento », dans H. Arendt, A dignidade da Politica, Rio de Jane (...)

6La première distinction s’appuie sur la force de la critique faite aux libéraux, comme quoi le désenchantement de la politique serait le résultat de la subordination de l’intérêt du bien commun à l’individualisme qui soumet la vie publique aux exigences du monde matériel et à la logique du profit et de la consommation. Ce désenchantement, toujours selon cette critique, révèle le vide éthique et moral auquel sont exposées les relations sociales dans un univers d’intérêts particuliers où l’inégalité des moyens de réalisation est fortement génératrice d’injustices. Un corrélat de ce vide est la perte de l’utopie originelle contenue dans l’idée d’une société politique composée d’individus libres et capables de formuler des normes pour obtenir le bien commun. Dans ces conditions de démodernisation2, d’implosion de la société programmée3, d’expansion démesurée de la sphère publique4 ou d’annonce de la fin de la pensée politique occidentale, la politique est vue comme un conflit d’intérêts égoïstes5 et paradoxaux qui conduisent nécessairement à la tyrannie ou à l’anomie. Ce courant critique dénonce la faillite de l’utopie la plus chère aux penseurs de la modernité, c’est-à-dire l’élévation de l’individu à la condition d’un être rationnel, capable de projeter son destin de façon juste et solidaire, même dans une ambiance de concurrence.

  • 6 Voir A. Heller, Uma teoria da história, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1993, p. 356-359 e (...)
  • 7 Heller, « Uma crise global da civilização e os desafios futuros », op. cit., p. 17.
  • 8 Ibid., p. 21.
  • 9 P.C. da Costa Gomes a incorporé cette perspective dans son analyse de la géographie moderne dans G (...)

7En contrepoint à cette première distinction, nous considérons nécessaire la récupération du projet de la modernité, encore inachevé, et la poursuite des possibilités ouvertes par les transformations en cours. Nous suivrons ici la démarche proposée par A. Heller6 dans sa tentative de comprendre la dynamique moderne qui, pour elle, se caractérise par la négation et la juxtaposition, la critique et l’idéalisation. Ainsi, le monde moderne n’est pas détruit, mais maintenu par la négation7. En comparant l’organisation politico-institutionnelle de la modernité avec les hiérarchies sociales fermées du monde pré-moderne, l’auteur attire notre attention sur l’aspect traumatisant de la modernité en raison des possibilités qu’elle ouvre aux individus et des difficultés de prévision des conséquences. Ainsi, « dans le monde pré-moderne tous pouvaient imaginer comment leurs petits-enfants vivraient et ce qu’ils feraient. Aujourd’hui, aucun de nous ne sait grand chose sur nos petits-enfants. Vivre dans l’incertitude est traumatisant »8. À partir de ces constatations l’auteur émet des doutes sur l’idée de crise, si présente dans la pensée contemporaine, et se demande si celle-ci ne serait pas en réalité le modus operandi du propre monde moderne9. L’argument d’Heller sur l’inadéquation de l ´ idée de crise pour décrire les problèmes surgis lors des changements socio-politiques de la modernité européenne a un grand avantage : il permet d’ouvrir un espace de discussion au sein de la pensée monolithique affirmant le désenchantement de la politique et de ses institutions modernes, tout en ayant de forts échos pour la production géographique. Ce peut être une alternative pour définir un parcours capable de récupérer la politique du champ des impossibilités dans lequel elle a été reléguée par la pensée critique contemporaine, et pour en refaire une volonté « instituante » de l’espace concret des relations sociales.

  • 10 H. Arendt, O que é politica, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 1998, p. 21-23.

8La deuxième distinction mentionnée ci-dessus se réfère au besoin d’une plus grande précision du concept de politique. Prenant comme point de départ une formulation minimale, on peut définir la politique comme une possibilité de coexistence entre des êtres libres et différents. C’est justement cette possibilité qui permet de distinguer la polis des autres formes de cohabitation sociale dans le monde grec. Deux dimensions fondatrices de la politique émergent lorsqu’on se réfère à la polis : un ordre nécessaire à l’exercice de la liberté et un espace dans lequel cet ordre est valide. H. Arendt explique avec clarté le problème quand elle indique que « les hommes s’organisent politiquement pour certaines choses en commun, essentielles dans un chaos absolu, ou à partir du chaos absolu des différences »10. De cette manière, la politique se fonde sur la pluralité des hommes et surgit de la relation entre eux et des options historiquement prises pour que ces rapports puissent se réaliser - la différence entre les hommes étant la condition fondatrice de la politique. Mais l’auteur rappelle que la politique n’appartient pas à l’essence de l’homme, son rôle étant d’organiser les relations entre les hommes. Pour elle, c’est seulement quand les hommes se rassemblent que se produisent et se règlent toutes les affaires humaines. Autrement dit, la politique est fondamentalement relationnelle, mais c’est dans l’espace - à ses différentes échelles - qu’elle acquiert épaisseur et visibilité sociale.

9Cependant, l’impossibilité de prévoir les résultats de la cohabitation entre individus différents crée le besoin de renoncer à une liberté absolue en faveur de normes qui font de la liberté une condition sociale, et non individuelle. L’ordre est donc institué comme contrôle des facteurs d’insécurité du monde social et comme conséquence de son imprévisibilité. En somme, la condition d’exercice de la liberté dans la société est instituée par la nécessité de passer outre la tyrannie des plus forts, qu’ils soient une minorité ou une majorité, dans le territoire où se confrontent les différences. C’est en ce sens que Arendt pense que la politique est l ´ exercice de la liberté.

  • 11 I.E. de Castro, « Geografia política. Território, escalas de ação e instituições », Rio de Janeiro (...)

10Pour synthétiser les deux distinctions proposées ci-dessus, le mot politique - politikos - possède à l ´ origine comme références centrales le social, le public et le civil, par opposition aux formes d’organisation sociale non commandées par les possibilités légitimes d’égalité dans la coexistence d’individus différents. Si l’on avance l’idée de polis comme référence aux limites territoriales du politikos, il est possible de percevoir comment les règles nécessaires à l’ordre social, institué afin de surpasser la précarité des conditions qui surgissent de la cohabitation entre individus libres et différents, sont aussi des conditions fondatrices de l’espace politique. Celui-ci, de façon préliminaire, peut être défini et délimité par les règles de l’interaction sociale, instituées par le consentement à acquérir de la prévisibilité11.

LE PROJET DE LIBERTÉ ET DE JUSTICE - UNE PROBLÉMATIQUE POUR LA GÉOGRAPHIE

11La discussion qui suit propose de revisiter quelques-unes des grandes réflexions théorico-conceptuelles sur les rapports entre la politique et la société, afin de dégager les dimensions spatiales qui leur sont inhérentes. Nous cherchons par là à clarifier le seuil analytique et conceptuel nécessaire qu’il faut atteindre pour élaborer une problématique géographique dans le domaine des relations politiques et pour fournir les éléments de base d’une notion d’espace politique qui soit opérationnelle pour la recherche en géographie. De fait, la question qui est débattue par la pensée politique, aussi bien classique que moderne ou contemporaine, est celle de la meilleure façon de définir un arrangement institutionnel qui garantisse, dans la vie en société, trois conditions : liberté, droits et prévisibilité. Dans les limites de notre texte, nous cherchons à récupérer ces notions en prenant comme point de départ les débats qui ont eu lieu au sein de la pensée politique européenne des Lumières, à mettre en évidence leurs échos et prolongements dans les réflexions actuelles, et à les incorporer dans une problématique géographique.

  • 12 Cf. Hobbes, Locke, Hume, Bentham, Rousseau, etc.
  • 13 W.G. dos Santos, Paradoxos do liberalismo, Rio de Janeiro, Revan, 1999.

12En commençant par la question de la liberté comme condition préalable pour la vie en société, la tension centrale a toujours été la difficile conciliation entre un ordre libre et un ordre juste. Question amplement débattue, la solution apportée par les courants libéraux du XVIIIe siècle part de la prémisse de la nécessité d’un pouvoir souverain. Celui-ci, en même temps qu´ il limitait la liberté absolue de l’état de nature, s’imposait comme recours nécessaire face à la menace de mort violente, corollaire des contingences imposées par les passions et les intérêts égoïstes. En se basant sur le droit naturel, la justice serait garantie par l’égalité devant la loi12. Mais le problème jamais résolu par ces courants, et source de critiques postérieures, était la difficile conciliation entre la défense des libertés fondamentales de la société (la majorité) et la délégation de pouvoirs au souverain - l’État (la minorité). Dans les courants libéraux du XIXe siècle, le problème s’est inversé et la question est devenue : comment tracer les limites de l’intervention légitime des majorités, via l’État, dans la vie privée des individus (la minorité) ?13

  • 14 Habermas, op. cit. ; A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.

13Du point de vue de l’espace, au XVIIIe siècle, la liberté de circulation des marchandises (le laisser-faire) a manifesté le besoin d’adapter les normes de la vie sociale aux possibilités ouvertes par les nouveaux types de relations sociales et les nouveaux territoires produits par celles-ci. Au siècle suivant, l’accroissement de la centralité territoriale de l’État, renforcé par le recours à l’idéologie nationaliste, a réduit les espaces privés aux limites de la maison, elle-même soumise aux normes de la majorité. Ainsi, le principe de liberté politique du libéralisme n’a pas seulement politisé l ´ ensemble de la vie sociale, mais il a aussi réglé normativement l’utilisation de ses territoires. Soumis au pouvoir du souverain - l’État -, tout l’espace du quotidien est devenu politique, même celui de la sphère privée14.

  • 15 Abranches, op. cit.
  • 16 W.G. Santos, op. cit., p. 12.

14Malgré la vigueur de la pensée critique, surtout celle qui s’affirme par la négation des présupposés du libéralisme classique, nous considérons qu’il est ici important de souligner l’affirmation des principes de liberté et des limites de la tyrannie dans ce courant philosophique. Et ce, même si, au contraire de certains de ses fondateurs, cette affirmation est vue comme un mal non nécessaire, comme un conflit permanent entre intérêts égoïstes, comme une source permanente de corruption, ou comme une ambition démesurée et vaniteuse pour le pouvoir15. Parmi ces principes, soulignons la liberté de croyance, la libre expression de la pensée et le droit de libre association politique, comme le proposaient Emmanuel Kant et Wilhelm von Humboldt qui reconnaissaient à chacun le droit de réaliser le plus librement et différemment possible sa personnalité sans porter atteinte à la liberté des autres, ou encore Cesare Beccaria quand il déclarait « que tout exercice superflu de pouvoir est tyrannique »16.

  • 17 Ibid. Cf. les réflexions aussi diverses que celles de Norberto Bobbio, Robert Nozick ou John Rawls

15De fait, la question qui se pose encore à la pensée politique est de savoir comment concilier les principes d’un ordre libre avec les principes d’un ordre juste17. Ses conséquences pour la problématique spatiale du fait politique sont importantes : comme nous tenterons de le montrer plus loin, l’organisation de l’espace, en incorporant l’exercice de la justice et celui de la liberté, leur confère une plus grande visibilité. N’importe quel modèle analytique qui privilégie plus un exercice que l’autre, pourra favoriser la tyrannie, contrairement à ce qu’apportent conjointement les deux.

  • 18 Ibid.

16Passons maintenant à la deuxième condition de vie en société qu’est le droit. Le terme est ici utilisé pour indiquer tant le droit à être égal que la liberté d’être différent. Nous optons pour cette solution afin d’éviter les confusions liées au poids idéologique des termes d’égalité, inégalité et différence. Dans les limites de l’approche du problème en géographie, nous avons eu recours à ce que W.G. Santos appelle les contingences sociales, c’est-à-dire « l’ensemble de dimensions socialement distribuées » telles que les biens matériels, immatériels et de pouvoir. Dans sa discussion sur la question de savoir comment concilier les principes d’un ordre libre avec ceux d’un ordre juste, l’auteur part de la prémisse qu’il existe une égalité morale entre les êtres humains. Parallèlement, il accepte « comme plausible l’hypothèse de l’inégalité minimale, dérivée de l’incompatibilité indestructible entre la variété individuelle et l’uniformisation intégratrice, ce qui permet de généraliser la thèse et soutenir que la cohabitation sociale, imposée par la division sociale du travail, implique à des degrés divers une inégale distribution des biens matériels, immatériels et de pouvoir, lequel dans sa définition minimale correspond à l’autorité d’imposer obéissance aux principes de l’intégration »18. De cette manière, la diversité de l’espèce humaine, associée à la structure prédominante de division sociale du travail, exige toujours des règles d’intégration dont l’application produit une distribution inégale des contingences sociales. Pourtant, cette inégale distribution empêche le droit de chacun de se réaliser de façon complète et (inégalement) différente, ce qui la rend injuste.

  • 19 Ibid., p. 21-26.

17À ce propos, l’auteur attire l’attention sur le fait que les principes d’intégration de n’importe quel ordre social incorporent aussi les principes qui régulent la compétition pour la modification de la structure des inégalités et ceux qui régulent la lutte pour le changement de ces principes intégrateurs. La question centrale correspond donc à l’ensemble des possibilités pour qu’un ordre social, fondé sur des principes d’intégration impliquant concurrence et coopération, arrive à modifier les comportements qui, tout en maintenant la société, viennent la transformer. L’ordre social est donc, par principe, instable, et il se maintient seulement comme résultat combiné d’actions qui visent à altérer la structure des inégalités existantes dans les limites imposées par la nécessité de coopération19.

  • 20 Voir R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986.
  • 21 Voir I.E. Castro, « Imaginario politico e territorio : natureza, regionalismo et representação », (...)

18La perspective d’un ordre social instable, dont la survie dépend de la tension entre compétition et coopération, a des implications importantes d’un point de vue géographique. En réalité, cette perspective contient deux problèmes : un qui touche à la négation de la thèse selon laquelle les sociétés humaines survivent parce que ses membres partagent le même ensemble de valeurs, et l’autre qui concerne l’affirmation que le « stock » de comportements compatibles avec l’ordre social est infini. Ces deux problèmes méritent d’être considérés à la lumière de l’importance attribuée à une prétendue solidarité sociale qui serait fondatrice du lieu (à l ´ échelle locale) ou de la nation (à l ´ échelle nationale). Ici, l’origine du problème est la même, c’est-à-dire l’acceptation par la géographie de l’élaboration intellectuelle d’une mythologie politique20 de l’espace qui légitime la négation de la différence comme partie d’un projet d’identité solidaire et qui alimente les localismes, régionalismes et nationalismes21. Quelques courants de pensée géographique prétendent que ces identités seraient différentes ou contradictoires, principalement en opposant une solidarité des liens locaux à une identité nationale oppressive. L’approfondissement de ces remarques sort toutefois du cadre du présent texte.

  • 22 W. G. Santos, op. cit., p. 30.
  • 23 Sur la centralité territoriale comme spécificité de l’État moderne, voir M. Mann, « O poder autôno (...)

19Nous arrivons maintenant à la troisième condition de vie en société, qui concerne la prévisibilité. Celle-ci n’est pas garantie par l’intégration qui résulte de la coopération et de la compétition. Si le résultat des actions privées ou du pouvoir public n’est pas prévisible, il est possible d’affirmer qu’agit de façon permanente dans la société « la main invisible du chaos, produisant l’inespéré et le désordre et contrariant les attentes des agents »22. Cela justifie l’institutionnalisation d’un ordre capable d’instaurer dans l’indispensable processus d’intégration un degré de prévisibilité qui garantisse la liberté de la concurrence et la justice dans la distribution des contingences sociales. Différentes formes institutionnelles de contrôle de l’imprévisibilité ont été définies dans le temps et l’espace des sociétés humaines. L’État moderne fut l’ultime et le plus englobant. Pour la polémique qui l’entoure, pour sa survivance et pour la centralité spatiale de son pouvoir politique, il mérite que l’on s’y arrête ici23.

  • 24 Pour une synthèse, voir N. Bobbio, Estado, governo, sociedade, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987 o (...)

20Si l’on accepte comme prémisses que la forme des institutions politiques correspond à des choix sociaux pour augmenter le degré de prévisibilité et que la prévisibilité n’est jamais absolue, on peut affirmer que ces institutions sont transformées continuellement. Reprenons aussi les vues d’Heller, déjà mentionnées, sur le paradoxe de la modernité et sur la relativisation de l’idée de crise. C’est dans cette perspective que nous considérons nécessaire de baliser le rôle de l’institution de l’État moderne territorial. Sans ignorer la polémique entre des façons de penser aussi différentes que le marxisme et le libéralisme, et entre les différents courants que chacun renferme24, nous avons choisi les modèles d’analyse qui fournissent les éléments les plus utiles pour une analyse de l’espace et des institutions politiques modelées en son sein, et qui permettent de dépasser les limites des perspectives affirmant la fin de l’État ou son artificialité vis-à-vis de l’ensemble de la société ou encore l’impossibilité de transcender la tyrannie inhérente à sa propre nature. En d’autres termes, nous considérons que la prémisse marxienne, d’inspiration « engelsienne », de la fin de l’État n’aide pas à la compréhension de l’espace politique et laisse de côté des questions fondamentales du présent, dans la mesure où elle demeure sans évidence et encore en discussion,

  • 25 Voir I.E. de Castro, « The Problem of Scale », Quaderns, 233, 2002, p. 24-31 ; M. Santos, Espaço e (...)

21Comme corollaire de cette ligne de pensée, l’option analytique privilégiant l’échelle des processus globaux, est insuffisante parce qu’elle ne rend pas compte de l’échelle territoriale concrète des institutions qui affectent le quotidien des citadins25. Elle n’arrive pas en particulier à expliquer tout l’éventail des choix qui affectent les contingences sociales. Il faut ajouter à cela que la perspective de centralité de la culture comme moyen le plus adéquat pour révéler les représentations sociales a comme défaut de surestimer la politique inhérente au monde social, dont l’existence est simultanée à la représentation que s’en font les êtres humains. Même si ces approches sont importantes et même si elles sont largement utilisées en géographie, elles n’épuisent pas toutes les possibilités analytiques des dimensions spatiales des acteurs et des institutions politiques du territoire, loin de là.

  • 26 I. Wallerstein, L’après libéralisme. Essai sur un système-monde à réinventer, La Tour d’Aigues, L’ (...)
  • 27 B. Andersen, « As promessas do Estado-Nação para o inicio do século », dans Heller et al., op. cit

22Toujours en relation avec les limites des analyses d’échelles, c’est I. Wallerstein lui-même - référence obligée des géographes politiques qui recourent à ses idées sur le système-monde - qui reconnaît le rôle et la temporalité différenciée des processus et des perspectives des acteurs, concernés par les problèmes pressants de la vie tous les jours, les stratégies de survie au quotidien et les stratégies de transformation. Dans sa référence à l’État comme instrument par excellence de solution pour les questions sociales les plus immédiates, il est bien clair quand il affirme : « les États peuvent encore augmenter ou diminuer la souffrance des gens, grâce à l’allocation de ressources, grâce à leur capacité à protéger leurs droits et à intervenir dans les relations sociales entre différents groupes. Laisser entendre que l’on n’a plus à se préoccuper de l’État d’origine serait la folie la plus pure, et je demeure quant à moi sceptique devant l’idée que les gens sont appelés désormais à se désintéresser complètement d’une active implication dans la vie publique de leur État »26. De son côté, B. Andersen27 est aussi d’accord avec le fait que dans l’ère du capitalisme globalisé, quand une économie nationale est de moins en moins viable, l’État-Nation devient le médiateur nécessaire entre les mouvements irresponsables de l’économie mondiale et les populations réelles.

  • 28 Arendt, op. cit., 1998.
  • 29 Cf. J. Rawls, A Theory of Justice, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1971.

23Ce rappel de quelques réflexions vise à souligner l’institutionnalité de la politique présente dans l’État et à privilégier la discussion de la politique comme stratégie d’organisation de la diversité, comme l’a fait Arendt28. Ainsi, l’institution étatique fut un moyen pour la modernité d’atteindre la prévisibilité. Pour cela, elle se munit de l’ensemble des actions largement balisées par la prérogative coercitive de l’appareil légal, qui se trouve encore en vigueur de par le monde. Ce transfert du pouvoir politique de la société à l’État a permis à ses bases matérielles, qui se trouvent dans le territoire, d’être organisées de manière durable, et ce, même quand, dans des moments historiques et des espaces géographiques particuliers, la politique fut dominée par la tyrannie ou l’autoritarisme et que son caractère essentiel d’espace de liberté lui fut confisqué. Malgré les contingences historiques, d’importants courants intellectuels anglo-saxons29 argumentent, d’une manière convaincante, qu’il n’y a aucune incompatibilité entre la nature de l’appareil institutionnel de l’État et le critère de liberté et de justice distributive, même dans une société de classes. Nous ajouterons la dimension territoriale de cette distribution, pour souligner que les courants matérialistes et culturalistes de la géographie n’ont pas épuisé les possibilités explicatives des connexions entre la société et l’espace.

24Ceci étant, nous tenterons maintenant d’aborder les espaces publics à la fois sous l’angle du rapport compétition/coopération, qui ne peut pas être éliminé par l’intégration des relations sociales, et sous celui de l’institutionnalité des normes qui imposent des limites sociales à la liberté, nécessaires pour garantir la prévisibilité et éviter la main invisible du chaos.

L’ESPACE PUBLIC COMME PROBLÈME INSTITUTIONNEL

25Les espaces publics sont des arènes privilégiées pour la confrontation entre l’instituant - ce qui tente de s’imposer - et l’institué - les règles institutionnelles en vigueur. C’est dans ces espaces que se matérialisent les tensions qui résultent de changements institutionnels. Comme ils sont des espaces de la « publicité » - c’est-à-dire la possibilité de voir et d’être vu - et de la politique centralisée dans l’État contemporain - c’est-à-dire de l’existence de normes coercitives de cohabitation entre individus libres et différents, les espaces publics constituent des objets privilégiés de recherche sur les processus de transformation dans les sociétés, car ils peuvent être identifiés et interprétés dans le découpage concret des territoires.

  • 30 Arendt, op. cit., p. 54.
  • 31 Cf. V. Berdoulay, « Lieu et espace public », Cahiers de géographie du Québec, 41, 1997, p. 301-309

26Cependant, pour percevoir plus clairement les espaces publics comme des espaces politiques, il faut établir la différence, mise en évidence par Arendt, entre l’espace où se réalisent les relations entre personnes libres et égales et celui où se réalisent les relations entre personnes libres et différentes. Dans le premier cas, l’espace est seulement public, c’est-à-dire celui où on note la présence des autres, de la publicité, mais il n’est pas encore un espace politique. L’espace public devient politique seulement dans une « une cité, ce qui veut dire un lieu concret qui puisse perdurer […] et qui puisse être transmis pour la postérité de générations en générations »30. C’est au cours de ce passage - de l’espace de la publicité, c’est-à-dire l’espace public d’hommes libres et égaux, vers l’espace politique, soumis aux normes de cohabitation et d’affrontements entre hommes différents - que la liberté se réalise comme contenu et sens originel de la chose politique même. Ceci constitue donc la condition fondatrice de la polis, mais aussi celle de l’espace public politique, arène par excellence de la confrontation des différences et des règles pour assurer cette cohabitation, en plus d’être un objet de compétition pour obtenir des contingences sociales favorables. Cette différentiation est importante pour délimiter l’applicabilité de la notion d’espace public face aux nombreux espaces concrets pouvant être soumis à l’analyse géographique31.

27Comme déjà mentionné, dans les sociétés affectées par la modernité occidentale, l’organisation de la coexistence entre les différences a été faite au travers de la prérogative de l’autorité politique territorialement centralisée dans l’État, responsable de l’exécution des lois, décrets et règlements. Parallèlement, les divers systèmes politiques adoptés par les sociétés ont donné la possibilité aux acteurs sociaux de définir les actions capables d’organiser leurs intérêts, pour qu’ils soient incorporés dans la politique de l’État sous forme de lois, décrets ou réglementations. C’est donc cette dynamique, matérialisée en territoires sociaux et politiquement délimités, qui fait de l’établissement et du découpage des espaces publics un problème politique important pour l’analyse géographique. Pour cerner le champ de celle-ci, nous sommes parti de quatre dimensions nécessaires aux problèmes que nous considérons comme pertinents : (1) le présupposé de la politique comme élément central du contrôle et des limites des actions du quotidien des sociétés ; (2) le territoire comme matérialité, arène et objet des intérêts et des luttes des acteurs sociaux ; (3) le pouvoir comme exercice résultant de relations asymétriques qui s’organisent dans le monde social ; et (4) la dynamique de transformation inhérente aux sociétés et à leurs institutions, ordonnées par les sujets sociaux qui sont les véritables acteurs politiques.

  • 32 R. Putnam, Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton Universi (...)
  • 33 Voir D. North, Instituciones, cambio institucional y desempeño economico, Mexico, Fondo de Cultura (...)

28On se trouve donc maintenant face au problème des institutions et de leur composante territoriale. Pour avancer dans la discussion, il est important de préciser les significations attribuées au terme institution. Dans un sens large, celui-ci désigne les règles du jeu d’une société. Cette définition, cependant, n’épuise pas le rôle des institutions dans la vie publique, car ces règles s’exercent au moyen d’institutions qui structurent la politique par les normes et procédés organisationnels, lesquels modèlent, de leur côté, le comportement politique en façonnant l’identité, le pouvoir et la stratégie des acteurs32. L’intérêt renouvelé pour les institutions est une tendance récente dans les sciences sociales, bien que le thème ait toujours été plus important en sciences économiques et politiques. En fait, les institutions politiques, économiques et sociales se sont développées et sont devenues plus complexes et dotées d’une plus grande disponibilité de moyens, affectant plus profondément la vie collective et l’espace. Dans le système politique moderne, beaucoup d’acteurs principaux sont des institutions formelles, soutenues par l’appareil légal, et disposant d’une bureaucratie, ce qui leur confère une place prépondérante dans la société33.

  • 34 Clingermayer et Feyock, op. cit., p. 3.

29Mais, comme les institutions sont territorialisées, elles sont aussi affectées par les individus, ou leurs associations, et accomplissent d’importantes fonctions dans l’organisation politique des territoires. Pour Clingermayer et Feiock34, ces fonctions dérivent de trois circonstances : premièrement, les arrangements institutionnels incorporent les intentions des sujets et façonnent les actions individuelles ; deuxièmement, réduisant les incertitudes, les institutions établissent les prémisses de la décision ; troisièmement, les institutions favorisent la stabilité des choix collectifs. En résumé, elles définissent des normes significatives des phénomènes sociaux, qui sont aussi d’ordre spatial.

  • 35 J. Allen. « Spatial Assemblages of Power : from Domination to Empowerment » dans D. Massey et al., (...)
  • 36 A. Amin et N. Thrift, « Globalisation, Institutional Thickness and Local Prospects », Revue d’Econ (...)

30Parmi les contributions de la géographie se trouve la possibilité de révéler les complexes institutionnels dans le territoire, responsables de conduites et pratiques sociales particulières. Suivant l’argumentation de J. Allen35, les différentes dispositions spatiales des complexes institutionnels reflètent les modes d’action possibles inscrits dans chaque ensemble institutionnel et permettent de réguler, tout comme d’orienter, la compétition et la coopération dans le territoire. Dans ce sens, le plus important est que les pratiques institutionnelles qui sont incrustées dans l’espace soient comprises comme constitutives de l’action sociale. En d’autres mots, les différents complexes institutionnels configurent des espaces différenciés. C’est dans cette perspective que A. Amin et N. Thrift36 ont introduit la notion de densité institutionnelle, cherchant une appréciation qualitative sur la combinaison institutionnelle, considérant en même temps le nombre et la diversité des institutions, l’intensité de ses interactions, les relations de pouvoir qui les structurent et le sentiment d’appartenance de l’ensemble des acteurs à une entreprise commune. Cette densité d’institutions est responsable de la formation de réseaux de coopération dans le territoire, aussi bien du pouvoir politique que de la société civile.

31Grâce aux possibilités explicatives de la dimension territoriale des institutions, il est en effet possible de rapprocher le problème institutionnel et les espaces publics. Ceux-ci sont, en réalité, des espaces institutionnalisés qui réunissent les conditions de visibilité du paradoxe de la vie sociale, c’est-à-dire sa permanente négation et reconstruction comme un cadre de prévisibilité qui garantit la liberté de compétition et de coopération.

CONSIDÉRATIONS FINALES

32Il est possible de dépasser les limites formelles d’une définition de l’espace public, qui se bornerait à renvoyer seulement à une aire ouverte au public, maintenue et occupée à cette fin, comme les places, jardins, espaces verts, promenades, rues, chaussée, etc., et d’en faire un objet de réflexion.

  • 37 Voir W.G. Santos, op. cit.

33Tout d’abord, si l’on accepte que tout territoire soumis à l’État est par définition un espace politique, il en est de même pour l’espace public. Cependant, il se différencie de l’ensemble par le droit de libre accès que tout un chacun possède à son égard. C’est donc un type d’espace politique en même temps visible et accessible aux personnes en situation d’inégalité, c’est-à-dire qu’il représente dans le territoire la condition de la vie politique qui implique la liberté non seulement de penser et parler mais aussi d’agir. À ce propos, les luttes à l’intérieur de ces espaces révèlent les clauses sociales différenciées qu’un même contrat social peut contenir. C’est alors dans les conditions de lutte entre l’institué et l’instituant qu’est rendue possible la visibilité géographique de la « crise » ou du modus operandi de la modernité, comme l’indique Heller. Les façons dont ces espaces sont appropriés socialement révèlent ainsi une intentionnalité du sujet, qui, en établissant sa propre représentation du monde, finit par construire celui-ci à travers les institutions qu’il crée, car le monde social est, en principe, tel que les hommes considèrent qu’il doive être37. Il y a donc une constante tension pour transgresser les limites formelles définies par le principe du droit, qui transforme les conditions institutionnelles de la société et de ses espaces.

  • 38 R. Romano, « Equilibro precario », O Globo (Rio de Janeiro), 27.10.2002, p. 4.

34Ensuite, les espaces publics permettent d’adopter une conception de l’État comme le locus où se développent et se composent sans cesse les conflits à propos d’un accord continuellement renouvelé, représentation moderne de la figure traditionnelle du contrat social. De cette façon, ces espaces existent seulement parce qu’il n’est pas possible, dans les conditions actuelles des sociétés organisées, de séparer la dynamique sociale de l’ordre politique. L’une est condition de l’autre, et Norberto Bobbio a bien synthétisé cela quand, parlant de la démocratie, il utilise des images fortes pour définir le heurt des visions dans le quotidien de la politique : « Les problèmes d’État peuvent être vus suivant deux perspectives, celle de la place et celle du palais. L’une est condition de l’autre. Sans la première, le gouvernement perd sa légitimité, sans le second la place perd sa direction »38.

35Enfin, nous suggérons qu’il y a une opérationnalité dans la différenciation entre un espace public qui est politique et un autre qui le serait à peine ou seulement potentiellement. Les deux sont objets de réflexion des sciences sociales et les deux peuvent être clairement objectivés dans l’espace. Les deux constituent les arènes du quotidien social, mais il y a une différence essentielle entre eux, soulignée par Arendt et déjà énoncée plus haut : l’espace public de la publicité - du voir et d’être vu - d’individus libres et égaux, et l’espace public de la politique, des règles nécessaires à la coexistence de sujets libres et différents, et fondatrices de la polis.

36Cette différence sous-entend deux notions de l’espace public, une que nous considérons forte et l’autre que nous considérons faible. L’espace public fort est celui du libre affrontement des différences, qui, pour exister, incorpore par définition la politique comme médiation pour obtenir un équilibre face au paradoxe de l’intégration sociale qui impose la compétition et la coopération. L’espace public faible est celui de la visibilité et de la cohabitation des libres et égaux. Ce n’est pas encore un espace politique mais un espace social qui n’est que potentiellement politique ; c’est un espace de discussion, mais pas encore d’action. La séparation entre les deux dans un but analytique paraît opportune afin d’identifier les représentations et les desiderata des sujets respectifs de chacun de ces espaces, en rapport, pour l’un, au projet démocratique de la cohabitation d’individus libres et différents, ou, pour l’autre, au risque de l’exclusion et de la tyrannie dans les espaces des individus libres et égaux.

Notes

1 Pour M. Maffesoli, La transfiguration du politique, Paris, Grasset, 1992, « l’institué n’est rien sans l’instituant » (p. 19).

2 A. Touraine, Pourrons-nous vivre ensemble ?, Paris, Arthème Fayard, 1997.

3 Maffesoli, op. cit.

4 J. Habermas, L’espace public, Paris, Payot, 1978.

5 A. Abranches, « Uma herança sem testamento », dans H. Arendt, A dignidade da Politica, Rio de Janeiro, Relume Dumara, 1993, p. 7-14.

6 Voir A. Heller, Uma teoria da história, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1993, p. 356-359 et « Uma crise global da civilizaçao e os desafios futuros », dans A. Heller et al., A crise dos paradigmos em ciências sociais e os desafios para o século XXI, Rio de Janeiro, Contraponto, 1999, p. 13-32.

7 Heller, « Uma crise global da civilização e os desafios futuros », op. cit., p. 17.

8 Ibid., p. 21.

9 P.C. da Costa Gomes a incorporé cette perspective dans son analyse de la géographie moderne dans Geografia e modernidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 1996.

10 H. Arendt, O que é politica, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 1998, p. 21-23.

11 I.E. de Castro, « Geografia política. Território, escalas de ação e instituições », Rio de Janeiro, UFRJ, 2002, ms.

12 Cf. Hobbes, Locke, Hume, Bentham, Rousseau, etc.

13 W.G. dos Santos, Paradoxos do liberalismo, Rio de Janeiro, Revan, 1999.

14 Habermas, op. cit. ; A. Giddens, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan, 1994.

15 Abranches, op. cit.

16 W.G. Santos, op. cit., p. 12.

17 Ibid. Cf. les réflexions aussi diverses que celles de Norberto Bobbio, Robert Nozick ou John Rawls.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 21-26.

20 Voir R. Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil, 1986.

21 Voir I.E. Castro, « Imaginario politico e territorio : natureza, regionalismo et representação », dans I.E. Castro et al. Explorações geograficas, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 1997, p. 155-196.

22 W. G. Santos, op. cit., p. 30.

23 Sur la centralité territoriale comme spécificité de l’État moderne, voir M. Mann, « O poder autônomo do Estado : suas origens, mecanismos e resultados », dans J. Hall (dir.), Os Estados na Historia (éd. orig. 1986), Rio de Janeiro, Imago, 1992.

24 Pour une synthèse, voir N. Bobbio, Estado, governo, sociedade, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987 ou F. Châtelet et E. Pisier-Kouchner, Les conceptions politiques du XXe siècle, Paris, PUF, 1981.

25 Voir I.E. de Castro, « The Problem of Scale », Quaderns, 233, 2002, p. 24-31 ; M. Santos, Espaço e método, São Paulo, Nobel, 1985.

26 I. Wallerstein, L’après libéralisme. Essai sur un système-monde à réinventer, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1999, p. 19.

27 B. Andersen, « As promessas do Estado-Nação para o inicio do século », dans Heller et al., op. cit.

28 Arendt, op. cit., 1998.

29 Cf. J. Rawls, A Theory of Justice, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1971.

30 Arendt, op. cit., p. 54.

31 Cf. V. Berdoulay, « Lieu et espace public », Cahiers de géographie du Québec, 41, 1997, p. 301-309.

32 R. Putnam, Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton University Press, 1993 ; J. Clingermayer et R. Feiock, Institutional Constraint and Policy Choice, New York, State University of New York Press, 2001.

33 Voir D. North, Instituciones, cambio institucional y desempeño economico, Mexico, Fondo de Cultura Economica, 1995 ; J.G. March et J.P. Olsen, El redescubrimiento de las instituciones. La base organizativa de la política, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1997.

34 Clingermayer et Feyock, op. cit., p. 3.

35 J. Allen. « Spatial Assemblages of Power : from Domination to Empowerment » dans D. Massey et al., Human Geography Today, Cambridge, Polity Press, 1999, p. 194-218.

36 A. Amin et N. Thrift, « Globalisation, Institutional Thickness and Local Prospects », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 3, 1999, p. 405-427.

37 Voir W.G. Santos, op. cit.

38 R. Romano, « Equilibro precario », O Globo (Rio de Janeiro), 27.10.2002, p. 4.

Auteur

Département de géographie, Université Fédérale de Rio de Janeiro

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search