Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 2. L'espace public à l'épreuve de la représentation politique

L'espace public à l'épreuve de la représentation politique

Texte intégral

1L’action politique dans sa réalité multiforme, fût-elle la plus quotidienne comme la prévention des désordres dans un quartier de vie nocturne, nourrit la réflexion sur l’espace public. En effet, la perspective de l’espace public permet de penser les conditions de félicité de l’action politique. Pour réussir, celle-ci doit s’ancrer dans la culture, l’environnement, le paysage, la localité, et jusque dans l’intime. L’espace public constitue alors le milieu protecteur de l’action publique, son interface avec la réalité sur laquelle elle s’exerce.

2Comment fabriquer un espace public pour qu’il soit habitable ? C’est le dévoiement de la politique des pays en France qui a conduit Jacques Roux à poser cette question. Selon lui, un espace ne peut être qualifié de public que si des « publics » l’élaborent collectivement, à partir de leurs projets singuliers. S’inspirant de la théorie des systèmes auto-organisés et de la phénoménologie, l’auteur dégage les principales caractéristiques de ce projet territorial : un espace auto-construit, véritable champ d’expérimentation qui nous permette de construire notre autonomie.

3Il en résulte une conception hétérogène de l’espace public qui est explorée par les auteurs de cette deuxième partie. Pour Ina Elias de Castro, l’espace public est traversé par une tension entre les exigences de publicité et de d’action sur le territoire, qui renvoie à deux perspectives opposées, « celle de la place et du palais ». Elle distingue alors l’espace public fort, pleinement politique, celui du libre affrontement des différences, qui incorpore, et l’espace public faible, celui de la visibilité et de la cohabitation des sujets libres et égaux, qui est un espace de discussion, pas un espace d’action.

4Cette différenciation de l’espace public peut s’accroître jusqu’à une conception éclatée, celle des politiques publiques, où l’espace public est divisé en plusieurs sites de médiation, dirigés chacun vers une région privilégiée du champ d’intervention de l’action publique. Ce fort degré de différenciation et de spécialisation renforce la nécessité d’une coordination interne. Andy Smith traite cette question dans son article. Il distingue quatre types d’espaces de médiation : les forums d’expertise, les communautés de politique sectorielle, les arènes intersectorielles et les agoras. La mise en cohérence de ces espaces constitue un défi politique important comme en témoigne le manque de lisibilité des politiques européennes qui s’expliquerait par la faiblesse des articulations entre les espaces de médiations et le degré d’incertitude qui en résulte.

5Une autre manière, plus géographique, d’aborder l’hétérogénéité de l’espace public s’appuie sur l’ambivalence du terme. Marc Brosseau et Anne Gilbert étudient un espace public au deux sens du terme : un lieu privilégié de rencontre nocturne, devenu le théâtre de désordres urbains, qui a provoqué des débats intenses sur la scène municipale auxquels les médias ont pris une part très active. Ils développent une conception spéculaire de l’espace public défini comme le résultat du dialogue entre l’espace public matériel (le lieu concret) et l’espace public politique (le lieu abstrait où les idées se rencontrent), dialogue qui s’effectue par le biais des médias.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540