Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 1. L'espace public à l'épreuve de l'enjeu environnemental

Chapitre 5. Espace public et contestation : l’exemple du débat autour du Plan hydrologique national espagnol

Sylvie Clarimont

Texte intégral

  • 1 Le terme « publicité » est ici employé dans son sens premier : « caractère de ce qui est public, q (...)

1Lieu de passage, de déambulation, de repos, de rencontre…, l’espace public est aussi un espace d’expression de la contestation. La notion d’espace public prend alors tout son sens d’espace de la cité ouvert à tous, donné à voir et d’un usage libre, mais également de lieu de débat, de discussion. Ces deux dimensions, spatiale et politique, sont indissociables dans l’appréhension de l’espace public en tant qu’espace de publicité1.

  • 2 M. Lussault, « Controverses spatiales : des situations pour appréhender les espaces d’actes », Vil (...)
  • 3 Ibid., p. 155.

2La publicisation de la parole, sa mise en scène sur l’espace public constitue pour les groupes protestataires un enjeu stratégique majeur : il s’agit pour eux d’accéder à l’espace public à la fois pour dire leur mécontentement, convaincre « l’autre » de la légitimité de la revendication mais aussi donner à voir leur force. L’espace public est alors une scène sur laquelle se joue la réussite ou l’échec de la mobilisation. Il est un « espace d’actes »2 dans lequel s’exprime une parole divergente (dénonciation du projet) assortie souvent de la formulation d’un point de vue alternatif (formulation d’un contre-projet). Action collective et espace public entretiennent donc des liens privilégiés : Charles Taylor, repris par M. Lussault, définit d’ailleurs l’action comme « le désir incarné dans l’espace public »3.

3Cet article ne prétend nullement épuiser la question des modalités de l’action collective et de son articulation à l’espace public. Il vise plus modestement à apporter quelques éléments de réflexion à la lumière d’un exemple particulièrement médiatisé : celui du débat autour du Plan hydrologique national (PHN) espagnol.

LE PHN : UN PROJET EN DÉBAT PUBLIC

  • 4 S. Clarimont, « De la conquête de l’eau à la question hydraulique ; discours aménagistes et sociét (...)

4En Espagne, l’aménagement hydraulique est depuis longtemps affecté de valeurs positives. Initiée par l’État central, dès le début du XXe siècle, la politique hydraulique est un instrument de cohésion sociale et territoriale. C’est par la correction du déséquilibre hydrologique national définie par certains auteurs du XIXe siècle comme l’un des maux de la patrie et l’irrigation des terres sèches et peu fertiles des plaines littorales et dépressions intérieures qu’est envisagé un développement harmonieux du territoire national4. Acceptée voire revendiquée par la population pendant près d’un siècle, l’action transformatrice de l’État ne commence à être remise en cause qu’à partir des années soixante-dix, dans un contexte politique difficile marqué par la fin du régime franquiste et l’ouverture d’une période incertaine de transition démocratique. La contestation du projet de détournement des eaux de l’Èbre vers Barcelone préfigure les mobilisations de la dernière décennie contre l’avant-projet de plan hydrologique national (PHN) de 1993 et la loi de PHN votée en 2001.

  • 5 À partir des données recueillies à l’échelle du bassin-versant, le plan national se doit de déterm (...)

5En effet, en 1993, le gouvernement socialiste de Felipe Gonzalez rend public un projet global de redistribution de la ressource fondé sur le principe de l’interconnexion de tous les bassins versants espagnols. La majorité nouvelle issue des élections législatives de 1996 reprend le dossier « hydraulique » quelque peu abandonné et le fait avec célérité. Au terme d’une procédure d’examen assez courte, les principaux documents de planification de la ressource en eau sont adoptés : préparés sous la législature précédente par chacun des treize organismes de bassin, les plans hydrologiques de bassin sont tous approuvés en 1998 ; le PHN5, instrument de coordination des plans de bassin, acquiert force de loi à la suite de sa ratification par le Parlement en 2001. En un laps de temps très court, le gouvernement conservateur de José Maria Aznar semble donc avoir réussi là où les socialistes avaient échoué faute de majorité stable et suffisante au Parlement.

  • 6 Le nouveau gouvernement socialiste issue des élections de mars 2004 décide de suspendre l’applicat (...)

6Le 5 juillet 2001, la loi de PHN est publiée au Bulletin Officiel de l’État6. La correction de cette « injustice géographique » qu’est l’inégale répartition des eaux péninsulaires justifie une fois encore l’intervention de l’État. Moins ambitieux que le dispositif d’échanges multiples et croisés entre bassins imaginé en 1993, cette loi prévoit la réalisation d’un unique transfert : transfert de 1 050 Hm3 du cours aval de l’Èbre vers les régions déficitaires du littoral méditerranéen.

  • 7 Le 12 juin, le texte de loi reçoit l’approbation de la Commission sénatoriale à l’environnement. A (...)

7Pourtant, malgré sa relative modestie par rapport au projet de PHN formulé en 1993, malgré le soutien sans faille de la majorité parlementaire7, malgré l’engagement du gouvernement à mettre en œuvre des mesures de compensations territoriales dans le delta de l’Èbre, la loi de PHN se heurte à une importante contestation sociale. La formulation d’une nouvelle loi de PHN réactive des groupes et réseaux protestataires plus ou moins en sommeil depuis l’abandon du projet de 1993. L’hostilité au PHN est particulièrement vive dans le bassin de l’Èbre et tout spécialement en Aragon, région qui occupe la partie la plus vaste et la plus dilatée du bassin. Gouverné par le PSOE, l’Aragon devient un territoire de contestation. Celle-ci est portée par une coalition d’élus de tendances politiques variées et par des mouvements associatifs dont une partie est fédérée au sein de la COAGRET (Coordinadora de Afectados por Grandes Embalses y Trasvases), créée au milieu des années quatre-vingt-dix. Quelques représentants de ces mouvements de contestation siègent dans les agoras institutionnelles mais en minorité, ils éprouvent bien des difficultés à se faire entendre et à exprimer leur souci de participation à la prise de décision.

L’INVESTISSEMENT DES AGORAS OFFICIELLES : ESPACES HYBRIDES, PUBLICS ET PRIVÉS !

  • 8 G. Mercier, « Démocratie, géographie et aménagement du territoire : le cas du quartier Saint Roch (...)

8Partout dans nos démocraties occidentales, se manifeste le souci de mettre en place de nouvelles formes de règlement des affaires de la cité. Ce renouvellement de l’exercice de la politique - au sens premier d’art de gérer, de gouverner la polis - passe par une tentative de rapprocher l’élu du citoyen. Au Québec, des expériences allant dans ce sens sont menées dès la fin des années 19708. En Europe, les avancées des démarches participatives sont notables également. L’Espagne ne déroge pas à la règle. Face à l’ancienneté et à l’importance de la mobilisation contre la politique hydraulique, les pouvoirs publics ont réagi en tentant d’instaurer des lieux de débat officiels dans l’espoir inavoué de canaliser et contrôler la parole contestataire. Deux lieux relèvent de cette catégorie : d’une part, à l’échelle régionale, l’assemblée des confédérations hydrographiques dont la représentation est élargie au sortir de la dictature, d’autre part, à l’échelle nationale, le Conseil national de l’eau (CNA).

  • 9 F. Bastien et E. Neveu, « Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains », dans (...)

9Toutefois, se pose la question du statut de ces agoras : relèvent-elles du public ou du privé ? Certes, elles sont un lieu de débat sur un objet public (l’aménagement du territoire) et publicisé pendant la période d’examen du texte de loi. À ce titre elles peuvent être considérées comme des espaces publics. Toutefois, l’accès à ces agoras n’est pas libre : seuls sont admis à y siéger un petit nombre de représentants d’institutions ou de mouvements associatifs désignés par une autorité supérieure. En outre, leur usage est strictement normé : le fonctionnement de ces agoras est périodique et suit un calendrier établi souvent sans concertation aucune avec ses « usagers » ; la parole n’y est pas totalement libre mais soumise à un certain nombre de contraintes (tour de parole, temps de parole…). Lieux à la fréquentation restreinte et à l’usage codifié, ces agoras peuvent-elles être pleinement considérées comme des espaces publics ? Comme on va le voir, leur fonctionnement laisse à penser qu’il s’agit là d’une forme hybride, à la fois publique et privée : agora sous contrôle qui ne laisse pas la possibilité à la parole divergente de s’exprimer pleinement, contrairement à ce qu’elle porte à croire. Concessions à la démocratie participative, les lieux que, dans le débat hydraulique, l’on pourrait assimiler à ces agoras officielles fonctionnent davantage comme des espaces de validation de la politique étatique que comme des lieux ouverts de débat et de dialogue sur la question de l’eau. Assemblées des confédérations hydrographiques et Conseil national de l’eau constituent des lieux de « concertations feutrées entre porte-parole de groupes de pression et pouvoirs publics »9. La faible représentation des forces sociales les apparentent plus à des chambres d’enregistrement de décision prises ailleurs que des lieux de dialogue et de libre expression.

10Longtemps exclusivement réservée aux principaux usagers de la ressource (agriculteurs, industriels et représentants des compagnies hydroélectriques) et aux représentants de l’État, la participation à l’assemblée des confédérations hydrographiques s’élargit en 1978 aux représentants des régions devenues autonomes puis, postérieurement, aux porte-parole d’associations de protection de l’environnement. Dans ces assemblées d’usagers, la représentation reste cependant fort inégale et la primauté du monde agricole n’est guère écornée par la récente et timide ouverture sur la société civile.

  • 10 Article 18 de la loi sur les eaux du 2 août 1985, réformée en 1999.
  • 11 Article 17 de la loi sur les eaux du 2 août 1985.

11De manière identique, le CNA est un organe consultatif indépendant chargé d’émettre un avis sur la planification hydrologique nationale (PHN) et régionale (Plans hydrologiques de bassin) de même que sur tout projet d’aménagement concernant le « domaine public hydraulique »10. Il est composé majoritairement de représentants de l’administration centrale, des régions et des organismes de bassin. Mais on y compte aussi des représentants des principaux usagers de la ressource : porte-parole des communautés d’irrigants, des entreprises industrielles fortement consommatrices d’eau, etc.11 Depuis 1994, la composition du Conseil national de l’eau est modifiée : la participation des représentants du monde professionnel est accrue et quelques porte-parole d’associations écologistes sont également invités à y siéger. Fort de 91 membres aujourd’hui, le Conseil national de l’eau demeure un lieu technocratique d’échange de points de vue relativement orthodoxes.

  • 12 Consejo Nacional del Agua, Informe sobre el proyecto de Plan Hidrológico Nacional, Madrid, 2001, p (...)
  • 13 Ibid., p. 73.
  • 14 El País, 06.08.2000.

12Saisi par le gouvernement en septembre 2000, il examine le projet de PHN et rend, en janvier, ses conclusions. Globalement, son rapport est très favorable à la nouvelle version du PHN. Convaincu que les transferts constituent des « éléments indispensables pour la résolution des problèmes actuels dans les territoires déficitaires », le Conseil national de l’eau estime que la proposition du gouvernement est « parfaitement adaptée, [c’est] la plus modeste de toutes celles qui, historiquement, ont été formulées, [elle est] nettement plus limitée - en nombre et en volume - que celle de 1993 »12. Enfin, écartant les solutions Tage et Douro évoquées dans l’avant-projet de PHN, le Conseil national de l’eau engage le gouvernement à ne retenir pour corriger les déséquilibres hydrologiques nationaux que la solution Èbre. Le transfert de l’Èbre vers le littoral méditerranéen est jugé le mieux à même de résoudre « les graves problèmes de disponibilité de ressources hydriques »13. En contrepartie de ce prélèvement, le Conseil engage vivement le gouvernement à adopter un système de compensations territoriales : un Plan intégral de protection du delta de l’Èbre. Ainsi, le Conseil national de l’eau n’émet guère de réserves vis-à-vis du PHN. Le 31 janvier 2001, ses 91 membres se prononcent très largement en faveur du plan : 75 voix pour, 15 voix contre et une abstention. Son rapport final est, globalement, en accord avec la position officielle, qu’il avalise en quelque sorte. Les voix discordantes sont tues, telle celle d’un membre du CNA, porte-parole d’une association écologiste, hostile au PHN qu’il juge « rédigé selon des critères qui datent du siècle dernier, car se réduisant à une liste de barrages »14.

  • 15 Bastien et Neveu, op. cit., p. 24.

13En conséquence, ces agoras officielles, créées ou élargies pour prévenir la contestation, ne parviennent guère à jouer ce rôle. Abritées par les ministères ou les sièges d’organismes officiels, animées de débats feutrés peu attentifs au bruit de la rue, elles fonctionnent en « cénacles fermés, techniques, opaques »15. Si la consultation de représentants de la société civile est effective, ceux-ci sont en nombre si réduit qu’ils peuvent difficilement exprimer leur différence. Pour faire entendre leur voix et mettre en scène leur puissance, les groupes protestataires multiplient les lieux de débats publics.

LE VERBE ET L’IMAGE CONTRE LE POUVOIR D’ÉTAT

14En marge des voies officielles d’expression, ces dernières années sont en effet caractérisées par l’invention de nouveaux lieux de contestation ou l’occupation ponctuelle et ritualisée des rues et places publiques.

  • 16 S. Clarimont, « Conflits pour l’eau dans le bassin de l’Èbre », Espace Rural, 36, 1996, p. 63-115.

15Parfois, affiches, peintures murales, graffitis témoignent d’une volonté de marquage territorial et d’inscription dans la durée de l’éphémère manifestation. Messages brefs, volontiers accusateurs, conçus pour être immédiatement intelligibles ou du moins interpeller, ornent façades et balcons. Ils clament avant tout le rejet des transferts : « Transfert, non ! » (Trasvase, no !) est le slogan le plus fréquent, décliné en catalan dans le cours aval de l’Èbre (Transvasaments, no !). Dans la montagne, c’est moins le transfert que la construction de nouveaux barrages qui mobilise la société locale : NON à Yesa, Jánovas, Santaliestra, Biscarrués,… ! sont autant de slogans devenus omniprésents aux abords des sites jugés optimum par les ingénieurs pour l’implantation de retenues. Dans la dépression centrale de l’Èbre, le détournement des eaux du fleuve est perçu comme une menace pour les projets locaux de développement de l’irrigation, ce qui explique ces deux phrases sans appel, peintes à Candasnos (Monegros), sur un mur en bordure de la RN II (axe Lérida-Saragosse) : « L’Aragon a soif » (Aragon tiene sed) et « Sans eau, il n’y a pas de vie ! » (« Sin agua no hay vida »). Adressés au voyageur plus qu’à l’habitant des lieux, ces messages sont toujours placés en des lieux animés par des flux importants (carrefour, grand axe de circulation) ou en des lieux symboliques tel ce « Transvasaments, no ! », photographié à Amposta, en 1994, en rive droite de l’Èbre, visible uniquement depuis le fleuve ou depuis le dernier pont assurant son franchissement16. Quelquefois, ils sont assortis d’images qui renforcent la puissance évocatrice du verbe : village englouti par les eaux d’un barrage à proximité de Jánovas peint sur le mur d’un tunnel routier (vallée de l’Ara, 1997) ; deux cartographies rêvées du delta de l’Èbre avant et après la réalisation des transferts dessinées sur un mur (Amposta, 1994) ; goutte d’eau pleine de vie au milieu du désert côtoyant un portrait de l’Aragon, Aragon à visage humain, mi-carte aux couleurs de la région (rouge et jaune), mi-personne dotée de barrages-yeux et d’un fleuve-bouche (Fig. 1)…

Fig 1 : Mobilisation en faveur de la poursuite des programmes d’irrigation

Fig 1 : Mobilisation en faveur de la poursuite des programmes d’irrigation

L’Aragon a soif, peinture murale réalisée à Candasnos, en bordure de la RN II. Lérida-Saragosse (septembre 1996).

16Ces images sont autant de graphies imaginaires d’un territoire local soumis à une sévère menace extérieure. Souvent binaires, ces géo-graphies renvoient au couple antagonique vie/mort. L’eau libre y figure toujours le mouvement, le foisonnement de la vie sous toutes ses formes, l’harmonie : une campagne verdoyante, un lac, un ruisseau, un vol d’insecte sont contenus dans la goutte d’eau en suspens entre ciel et terre représentée à Candasnos. Au contraire, la disparition de l’eau consécutive au transfert signifie la mort. Le dualisme récurrent du discours contestataire local crée une tension dramatique insoutenable. Ainsi l’Aragon personnifié, devenu sujet, vit une situation tragique : il est une sorte de synecdoque de l’Espagne intérieure, sèche, abandonnée par des pouvoirs publics qui favorisent le littoral méditerranéen. Le message s’adresse à l’affect tout autant qu’à l’intelligence. Tout comme les manifestations de rue mais selon des modalités différentes, il vise à susciter l’engagement ou du moins à convaincre de la légitimité de la lutte.

LA MANIFESTATION DE RUE : UNE MISE EN SCÈNE DE LA REVENDICATION

17Selon une périodicité fort variable en fonction du degré de mobilisation des troupes et de l’imminence de la menace, les groupes protestataires envahissent les espaces publics urbains pour exprimer leur opinion. Le 8 octobre 2000, plusieurs centaines de milliers de personnes (400 000 selon les organisateurs) défilent dans les rues de Saragosse pour protester contre un tel détournement des eaux de l’Èbre. Le mois suivant ce sont encore plus de 100 000 Aragonais qui se retrouvent dans la capitale régionale pour réaffirmer leur rejet du PHN. La mobilisation contre le transfert ne s’arrête pas aux frontières de l’Aragon : le 11 mars 2001, Aragonais et Catalans défilent dans les rues de Madrid à l’appel de la COAGRET ; à Barcelone, des manifestations similaires ont lieu au cours des hivers 2002 et 2003. Dans des villes de taille plus réduite, Jaca, Tortosa, Huesca…, des manifestations plus modestes se déroulent également.

  • 17 F. Favre, « Les manifestations de rue entre espace privé et espaces publics », dans Bastien et Nev (...)

18Ces mobilisations visent à révéler une demande sociale, en l’occurrence le retrait du PHN : manifester n’est-ce pas d’ailleurs en premier lieu, rendre manifeste, faire connaître ! Marcher silencieusement derrière une banderole, c’est dire son désaccord : l’acte est parole. Mais, doit-on suivre P. Fabre lorsqu’il soutient que l’action manifestante contient en elle-même sa propre fin et est « largement indifférente à son écho dans l’espace public » et lorsqu’il poursuit que l’on assiste à une régression de l’espace public national au sens d’Habermas entendu comme « sphère de personnes privées faisant usage de leur raison contre le pouvoir d’État »17 ? Il s’agit là d’une position hétérodoxe de l’aveu même de son auteur, que l’observation de la mobilisation contre le PHN espagnol semble, du moins en partie, contredire. P. Fabre raisonne sur les manifestations dans leur globalité et il admet que certaines d’entre elles n’obéissent pas au mode de lecture qu’il propose : les manifestations massives et à caractère clairement revendicatif. Or, les manifestations contre le PHN relèvent de cette catégorie. Elles représentent une action contre le pouvoir d’État, à l’origine du projet contesté. Certes, elles contiennent toutes une part autocentrée : l’organisation de la manifestation dans laquelle s’impliquent fortement quelques militants activistes est un but en soi. Se retrouver, être ensemble, clore la manifestation par un acte festif constituent indiscutablement des aspects importants de la mobilisation. La manifestation est communion, communion dans la joie. Elle crée ou recrée du lien social.

  • 18 P. Champagne, Faire l’opinion, le nouveau jeu politique, Paris, Éd. de Minuit, 1990.

19Cependant si la réussite tient au degré de satisfaction tiré de l’acte de manifester, de lutter ensemble, elle se mesure aussi à l’aune du nombre de personnes mobilisées et de son écho dans la presse. De l’écho médiatique de la mobilisation dépend en grande partie le succès de l’action engagée. L’objectif premier de certaines manifestations est d’ailleurs d’ouvrir l’accès aux médias aux mouvements contestataires à l’origine de la mobilisation18. Au milieu des années quatre-vingt-dix, tandis que s’enlise le projet de PHN porté par le gouvernement socialiste de Felipe Gonzalez, l’association catalane de défense de l’Èbre basée à Tortosa éprouve bien des difficultés à maintenir un degré de mobilisation important parmi ses membres et à convoquer des candidats à la manifestation de rue. Inquiète de tomber dans l’oubli, elle tente de créer l’événement en organisant des « actions commandos » à visée spectaculaire contre des symboles du pouvoir central. Prévenus préalablement, les médias locaux avec qui elle entretient une certaine connivence, doivent être là pour couvrir l’événement. Dans ce contexte, l’accès à la télévision est vécu comme une victoire. En revanche, pour les grandes manifestations des dernières années, la question de la couverture médiatique ne se pose guère : du fait de leur importance, elles s’imposent aux médias de toute nature. Ceux-ci transforment alors en vedette les porte-parole des groupes contestataires qui, au même titre que les leaders politiques présents, deviennent les interlocuteurs privilégiés de la presse.

20Une telle reconnaissance médiatique renforce la légitimité des figures de proue de la contestation et assoit leur pouvoir. Quelquefois, l’accès répété à la publicisation médiatique consacre parmi plusieurs leaders potentiels, une personne. Ce processus de sélection est particulièrement observable pour la COAGRET. Autrefois portée par plusieurs animateurs, la parole contestataire de ce mouvement est aujourd’hui incarnée par un sujet unique disposant d’un accès aisé aux médias : Pedro Arrojo, le président de la Fondation pour Nouvelle Culture de l’Eau, émanation de la COAGRET. Récompensé par l’attribution, au printemps 2003, du prix Goldman, il est devenu l’un des chefs de file du mouvement écologiste international et contribue largement à la « globalisation » du débat hydraulique. Militant écologiste issu du monde universitaire, il est détenteur d’un savoir scientifique qui donne plus de poids à sa parole. Intellectuel engagé dans la lutte, le leader endosse là l’uniforme de l’expert. Il devient à la fois le porte-parole du mouvement associatif et sa figure légitimante. Détenteur d’un savoir technique auréolé du sceau de l’Université, il parvient à faire parler d’une seule voix l’ensemble des mouvements fédérés au sein de la COAGRET. Grâce à lui, la polyphonie discursive des premiers temps de la lutte devient une symphonie.

L’EXPERT, MAÎTRE DE CÉRÉMONIE

  • 19 Voir J. Gomez Mendoza et N. Ortega Cantero, « Géographie et régénérationisme en Espagne (1875-1936 (...)
  • 20 E. Heurgon, « Les espaces publics urbains : un enjeu majeur pour les villes », Villes en parallèle (...)
  • 21 www.coagret.com, « Campaña europea contra el PHN, Manifiesto de Bruselas ».

21À l’expertise technocratique du ministère de l’Environnement, l’expert oppose une contre-expertise fondée sur le rejet du diagnostic de la situation hydrologique et des solutions proposées par le PHN pour y remédier. Il questionne la validité des données chiffrées maniées par le ministère et les méthodes de traitement de l’information utilisées pour remettre en cause dans sa globalité le PHN. Sorte de démiurge du monde moderne, il indique la voie à suivre vers un autre modèle de développement. Comme J. Costa au XIXe siècle défendant son programme de redressement national fondé sur une utilisation agricole de l’eau19, notre expert visionnaire construit sur le rejet du modèle hydraulique traditionnel un nouvel ordre du monde, plus harmonieux, plus respectueux de la préservation de la ressource. Les arguments contre le PHN ne doivent toutefois pas être interprétés comme un refus catégorique de la prospective. C’est une certaine conception de la planification qui est rejetée : celle qui, sur la base d’un diagnostic dans lequel l’emporte le maniement de données quantitatives (diagnostic imposé de l’expert), élabore des scénarios par extrapolation de tendances lourdes20. En revanche, une prospective construite à partir d’un diagnostic participatif élaboré sur la base d’un dialogue ouvert avec les citoyens est souhaitée. Le Manifeste de Bruxelles rédigé par la COAGRET, à la suite de la Marche vers Bruxelles (10 août-9 septembre 2001), témoigne sans ambiguïté de l’attachement de ses membres à la planification envisagée comme un garde-fou par rapport à la libre loi du marché : « [Nous] revendiquons un Plan hydrologique national qui modernise la politique hydraulique, gère la demande de cette ressource de plus en plus rare et la répartisse de façon durable en accord avec la Directive cadre europénne »21.

  • 22 P. Lascoumes, L’éco-pouvoir ; environnement et politiques, Paris, La Découverte, 1994.

22La nouvelle planification revendiquée par la COAGRET emprunte beaucoup aux principes du développement durable. Elle plaide en faveur d’une utilisation rationnelle d’une eau devenue patrimoine à préserver en vue de sa transmission aux générations futures (équité intergénérationnelle). Elle ne peut être élaborée que par le biais du dialogue, la participation du plus grand nombre à la prise de décision et dans le respect des règles définies au niveau européen. Née autour de la défense d’intérêts localisés, pour reprendre l’expression de P. Lascoumes22, la COAGRET développe un discours revendicatif à visée universalisante et des formes d’action destinées à sortir du local (comme la Marche bleue vers Bruxelles en 2001). La référence au développement durable permet à des mouvements protestataires autrefois éclatés et pluriels de se doter d’un discours commun, ouvert sur le monde. Cette capacité de généralisation, de mobilisation de catégories supérieures comme la rhétorique du développement durable, est pour une grande part responsable de la forte audience reçue par la lutte contre le PHN outre-Pyrénées. L’utilisation habile des TIC constitue également l’un des ressorts de cette réussite.

LA MULTIPLICATION DES AGORAS : DE L’ESPACE PUBLIC MÉDIATISÉ À L’ESPACE PUBLIC VIRTUEL

23Solidement structurés en réseau en bonne part grâce à l’Internet, les mouvements contestataires tissent leur toile au-delà des Pyrénées nouant des contacts avec des associations analogues. Pour pallier l’absence d’un réel forum national de discussion sur la question hydraulique, ils s’appuient sur les TIC pour créer des sortes d’agoras électroniques à l’accès libre. La parole, confisquée dans les agoras officielles, peut s’y exprimer librement. Sur le site de la COAGRET (www.coagret.com), en marge des informations concernant la politique hydraulique et l’actualité de la lutte, un espace de libre expression existe. En outre, la COAGRET a organisé, les 4 et 5 octobre 2003, à Madrid, le premier Forum social pour une nouvelle culture de l’eau, lieu de rencontre et d’échanges pour les mouvements alternatifs. À la différence de la COAGRET, la « Fondation Écologie et Développement » dispose d’un site spécifique de débat : www.agua-debate.org sur lequel est disponible la documentation officielle sur le PHN. Le site est structuré de telle sorte que l’accès à l’espace de débat est aisé et immédiat. Au centre de l’écran, une fenêtre interpelle le navigateur et l’invite à s’exprimer : « Tu as des choses à dire sur le PHN ». En 2 000 caractères, chacun peut donner son opinion et accéder aux avis rédigés par d’autres depuis son domicile. À cette occasion, le « public » s’immisce dans l’intimité du domicile privé abolissant la frontière entre l’un et l’autre. Encore mal connus, ces espaces publics virtuels, d’accès libre bien que codifié (l’expression ne peut être que écrite et le nombre de caractères est limité), méritent de retenir l’attention tant leur rôle dans la construction d’une opinion publique est difficile à apprécier.

  • 23 Bastien et Neveu, op. cit., p. 23.

24Au terme de ces quelques pages, nous n’avons fait qu’effleurer la question des formes d’investissement de l’espace public par les mouvements contestataires. Un champ de recherche très large, investi jusque-là surtout par les politologues et les sociologues, est offert à l’ensemble des sciences sociales. La géographie y a toute sa place : réfléchir à la dimension spatiale de l’action collective, au statut dévolu à l’espace public dans l’action, aux itinéraires, lieux et places des débats publics, etc., constituent bien une interrogation géographique. La géographie semble particulièrement indiquée pour réaliser ce travail dont les sciences politiques nous disent qu’il reste à faire : « reconstituer une cartographie des modalités et lieux des débats sociaux qui ne se contentent pas de leurs « beaux quartiers », ne les imagine pas trop épurés de marquages idéologiques »23. Toutefois, cela suppose d’accepter de travailler non seulement sur la base d’entretiens et de dépouillement de rapports de police, mais également sur un matériel hétérodoxe encore trop souvent méprisé par les géographes : l’Internet et la presse, notamment locale, dont on sait les relations étroites et ambiguës qu’elle entretient avec les mouvements contestataires.

Notes

1 Le terme « publicité » est ici employé dans son sens premier : « caractère de ce qui est public, qui n’est pas tenu secret ».

2 M. Lussault, « Controverses spatiales : des situations pour appréhender les espaces d’actes », Villes en parallèles, 32-33-34, 2001, p. 149-159 (p. 158).

3 Ibid., p. 155.

4 S. Clarimont, « De la conquête de l’eau à la question hydraulique ; discours aménagistes et sociétés locales dans le bassin de l’Èbre », dans M. Marié et al. (dir.), Cultures, usages et stratégies de l’eau en Méditerranée occidentale, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 299-320.

5 À partir des données recueillies à l’échelle du bassin-versant, le plan national se doit de déterminer un éventail de mesures destiné à satisfaire les besoins en eau à l’échelle de l’ensemble du territoire national. C’est ce document qui, conformément aux prescriptions de la loi sur l’eau de 1985 (modifiée en 1999), fixe les grandes orientations de la politique hydraulique en ce qui concerne notamment les échanges entre bassins.

6 Le nouveau gouvernement socialiste issue des élections de mars 2004 décide de suspendre l’application de la LPHN en juin.

7 Le 12 juin, le texte de loi reçoit l’approbation de la Commission sénatoriale à l’environnement. Aucun amendement n’est apporté au texte approuvé par une large majorité de sénateurs.

8 G. Mercier, « Démocratie, géographie et aménagement du territoire : le cas du quartier Saint Roch à Québec » dans Géographie et société, Montréal, Presses Universitaires de Québec, 2001, p. 237-255.

9 F. Bastien et E. Neveu, « Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains », dans Id., Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 13-58 (p. 24).

10 Article 18 de la loi sur les eaux du 2 août 1985, réformée en 1999.

11 Article 17 de la loi sur les eaux du 2 août 1985.

12 Consejo Nacional del Agua, Informe sobre el proyecto de Plan Hidrológico Nacional, Madrid, 2001, p. 5-6.

13 Ibid., p. 73.

14 El País, 06.08.2000.

15 Bastien et Neveu, op. cit., p. 24.

16 S. Clarimont, « Conflits pour l’eau dans le bassin de l’Èbre », Espace Rural, 36, 1996, p. 63-115.

17 F. Favre, « Les manifestations de rue entre espace privé et espaces publics », dans Bastien et Neveu, op. cit., p. 135-154 (p. 135).

18 P. Champagne, Faire l’opinion, le nouveau jeu politique, Paris, Éd. de Minuit, 1990.

19 Voir J. Gomez Mendoza et N. Ortega Cantero, « Géographie et régénérationisme en Espagne (1875-1936) », dans V. Berdoulay et J.A. van Ginkel (dir.), Geography and Professional Practice, Utrecht, NGS, 1996, p. 111-123 ; S. Clarimont, op. cit., 1999 et id., « Conquête de l’eau, mutations paysagères et recompositions sociales en milieu rural : le cas des Monegros (Espagne) », Bulletin de l’Association de Géographes français, 1, 2002, p. 78-90

20 E. Heurgon, « Les espaces publics urbains : un enjeu majeur pour les villes », Villes en parallèles, 32-33-34, 2001, p. 50-58.

21 www.coagret.com, « Campaña europea contra el PHN, Manifiesto de Bruselas ».

22 P. Lascoumes, L’éco-pouvoir ; environnement et politiques, Paris, La Découverte, 1994.

23 Bastien et Neveu, op. cit., p. 23.

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Mobilisation en faveur de la poursuite des programmes d’irrigation
Légende L’Aragon a soif, peinture murale réalisée à Candasnos, en bordure de la RN II. Lérida-Saragosse (septembre 1996).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

Département de géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, et Laboratoire SET (CNRS UMR 5603)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540