Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 1. L'espace public à l'épreuve de l'enjeu environnemental

Chapitre 2. Espace public, aménagement et environnement

Olivier Soubeyran

Texte intégral

1L’espace, le territoire, comme enjeux d’appropriation, comme sources de conflits d’usage, comme objets de géopolitique locale, sont aujourd’hui des perspectives largement utilisées en aménagement. L’entrée par l’étude des controverses environnementales (donc par l’idée de rupture, d’exclusion, de « fracture sociale ») liées aux grands projets d’infrastructures y est évidemment pour beaucoup. Tout se passe comme si nous nous habituions à accorder à l’espace un rôle actif, mais qui serait négatif vis-à-vis du social. Du coup, nous serions moins enclins, en particulier en planification environnementale, à considérer l’espace comme outil de cohésion sociale, comme ensemble de lieux sur lesquels et par lesquels se pose et doit être traitée la question du vivre ensemble, là où se joue l’équilibre fragile des pluralités contradictoires, bref l’espace public. Et pourtant, c’est bien aussi dans ce domaine de la prise en charge des controverses environnementales (notamment par le biais de réflexions sur la participation et ses liens à la décision) que la thématique de la nature débouche de plus en plus ouvertement sur celle de l’intérêt général, de l’opportunité du débat public, et donc de l’espace public. On comprend alors en quoi cette évolution place en porte-à-faux le rôle imparti au territoire, au milieu.

2Or cette difficulté est augmentée par le fait que l’aménageur, s’il se situait comme un fabricant de cohésion sociale, avait plutôt le sentiment d’accomplir cette tâche malgré cette fragilité des lieux de reproduction de l’espace public et non pas à partir d’elle : elle était plus le problème que l’élément à partir duquel concevoir l’action aménagiste. Pour aller vite, la planification classique, que l’on pourrait résumer par l’idée d’aménagement frontal, dans l’étendue (comme les villes nouvelles ou stations touristiques) ou en réseau (autoroutes, TGV, etc.), se situait dans une logique hétéronome (concevoir et servir, de, par, pour l’extérieur). Cette perspective avait bien sûr sa raison d’être politique, mais aussi technique : tenter de faire comme si l’on pouvait agir en connaissance de cause. Cela veut dire construire un contexte de planification qui puisse justifier de la rationalité de l’action : comportements supposés des acteurs autorisant une certaine prédiction, affirmation de la stabilité des situations dans le temps, justifiant des choix ici et maintenant mais engageant le long terme, standardisation des problèmes permettant l’existence de méthodes, etc. C’est au prix de cette rationalisation du contexte que l’intentionnalité du geste aménagiste avait un sens, de même que ses anticipations, donc sa crédibilité face aux effets attendus de l’action.

ENVIRONNEMENT ET CRISE DE LA PENSÉE PLANIFICATRICE : L’INFRA-PLANNING

3Il faut donc comprendre que projet et contexte s’auto-renforçaient. Le projet trouvait sa justification dans le contexte, en même temps qu’il contribuait à stabiliser, à renforcer, voire à construire le contexte qui le justifiait. L’âge d’or de la planification moderne signifiait dans cette perspective que projet et contexte fonctionnaient selon un cercle vertueux. Au contraire, que se passe-t-il lorsque nous déclarons qu’il existe un malaise dans la planification, que nous prenons conscience de la faillite de nos méthodes, de la fragilisation de la conduite de projet, ce qui est en gros le diagnostic que l’on fait depuis une vingtaine d’années et qu’a révélé l’irruption de la question environnementale ? Au moins deux cas de figure sont possibles.

4Le premier concerne le découplage entre projet et contexte. Par effets cumulatifs, effets pervers non prévus dûs aux solutions (aux projets) mille fois imprimées sur le territoire, le contexte se transforme au point que les projets ont plutôt tendance à miner et non à renforcer le contexte dans lequel ils trouvent leur justification et leur efficacité (nous assimilons ici deux aspects, justification et efficacité, qui en fait sont liés mais très différents). Cette première catégorie de problèmes, c’est-à-dire les risques de découplage entre les modèles et leurs contextes, ou pire, les rétroactions positives (et non pas des cercles vertueux) que ceux-ci enclenchent, regarde la pensée planificatrice, les enjeux sur lesquels elle réfléchit pour penser sa transformation.

5Le second cas de figure concerne non plus le découplage entre le modèle et son contexte mais entre le contexte et ce qu’il est censé représenter, une réalité territoriale, sociale et écologique. Ce dernier couplage, nous pourrions le nommer « infra-planning ». Or, notre hypothèse est que la pensée aménagiste, pour réfléchir à sa transformation, n’intègre que minimalement l’infra-planning. Ce n’est pas là où s’arrête le regard du planificateur, où il contrôle les conséquences de son action. Pour lui, le fait que le couplage contexte-réalité tienne dans le temps est plus de l’ordre du pari, d’une conviction, que du contrôle explicite. On peut suggérer au moins trois raisons à cela. Tout d’abord et disciplinairement, on pourrait dire que ce niveau d’examen de la réalité lui semble plus propre à être le domaine des sciences sociales, sur lesquelles la discipline s’appuie pour être une discipline de l’action. Également, puisque l’aménagement comme discipline se centre d’abord sur le rapport entre modèle et contexte, c’est le contexte qui sert de filtre, d’intermédiaire pour examiner les risques de découplage entre contexte et réalité. Il y a donc une difficulté de décentrement qui rend peu possible l’examen efficace de ces risques. Pour reprendre un exemple tiré de Popper, c’est un peu comme si l’on voulait se soulever de terre en tirant sur ses propres lacets. Enfin, on peut évoquer des éléments plus classiques : difficultés d’apprentissage des organisations, mais aussi fonctionnement « réactionnaire » du cheminement scientifique (du moins à en croire Kuhn), inerties fortes de la part des professionnels face à ce qui pourrait fragiliser leur source de sens et de légitimation et qui fait que l’infra-planning est plutôt l’objet de défiance que de confiance.

6Qui plus est, l’infra-planning recèle une part de la réalité qui peut être la résultante du fonctionnement en cercle vertueux entre modèle et contexte et de son obstination à le faire fonctionner, mettant ainsi le planificateur face à des signaux contradictoires pour évaluer son action. Mieux vaut qu’il y reste aveugle ou indifférent. Du coup, une crise de la planification peut venir d’une prise de conscience que le cercle vertueux entre modèle et contexte s’accompagne d’une schizophrénie devenue intenable entre affirmation d’un contexte et perception d’une réalité. Notre hypothèse est que la crise environnementale convoque les deux cas de figure en aménagement, comme si le planificateur n’avait d’autre solution que de reconnaître l’importance de l’infra-planning. C’est là où se jouent, nous le pensons, les questions de l’espace public, mais aussi celles des risques et des menaces - l’impact, lui, se rapportant au premier type de couplage (modèle-contexte) au cœur de la planification.

  • 1 Certains évènements évoqués ci-après sont traités plus en détail dans V. Berdoulay et O. Soubeyran (...)

7Le bouleversement est de taille : l’espace public fut un objet limite d’intervention pour l’aménageur, appartenant à l’infra-planning, et difficilement compatible avec le fondement de la pensée aménagiste : fabriquer, par l’espace, des comportements attendus. Or le voici devenu aujourd’hui une préoccupation majeure en aménagement avec l’ambition que sa prise en compte et traduction dans un contexte soit capable de faire croire à nouveau à l’aménageur qu’il peut agir en connaissance de cause. Je vais donc tenter dans les lignes qui suivent de rendre compte, très schématiquement, des étapes qui ont abouti à la situation présente. En même temps, mon argument ne va pas être de montrer comment une préoccupation (celle de l’espace public) aurait fait irruption dans une pensée aménagiste qui l’aurait ignorée jusqu’à il y a quelques années. Il sera plutôt de débusquer, avant même que la notion d’espace public n’émerge comme objet de recherche (en France, dans les années 1970), de quelle façon l’aménagement, au croisement de la question environnementale, réfléchit cette préoccupation et la lie à l’espace concret1.

LA NATURE ET L’ARTÉFACT

  • 2 F.L. Olmsted, Mount Royal, New York, Putnam, 1881. Voir aussi Michel Gauthier, « Frederick Law Olm (...)

8Lorsque les grands architectes du paysage (comme Olmsted en Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle, ou comme Forestier en France au début du XXe) portent leur effort de réflexion sur le sens de leurs travaux face à l’urbanisation et à l’urbanisme naissant, ils entendent faire de la nature et de son aménagement un lieu où se créent les conditions de ce qu’on appellerait peut-être aujourd’hui un espace public. Olmsted par exemple, dans son projet d’aménagement du Mont-Royal de Montréal, travaille à l’élaboration d’un parcours où l’apprentissage est possible pour ceux qui croupissent dans les quartiers populaires et pas seulement pour ceux de « la ceinture dorée »2. D’une certaine manière, il propose une trajectoire moderne : s’extirper du joug des conditions locales en accédant à une sensibilité esthétique, à une connaissance d’un milieu (la nature, ses merveilles et ses lois), proprement inimaginables à partir de la réalité locale qui les enferme. On favorise un comportement attendu, mais qui induit la possibilité d’une émancipation. On comprend alors en quoi le projet d’aménagement du Mont-Royal construit les conditions physique, esthétique, philosophique, dans lesquelles le brassage, l’exposition de clientèles très différentes puissent trouver une efficacité, un sens et des limites. Nous ne sommes pas très loin de créer les conditions de l’espace public et pas seulement ce que l’on a souvent voulu y voir : une attitude paternaliste et bienveillante.

9Je voudrais également relever un autre aspect qui lie ce qu’aujourd’hui on pourrait qualifier de préoccupation pour l’espace public, à la nature et à l’urbanisme naissant. Les théoriciens de l’urbanisme au début du siècle partageaient dans l’ensemble l’idée que la ville est le symbole de la modernité, de l’artéfact type s’arrachant du milieu, de l’incarnation (y compris avec tous les problèmes dont justement il fallait s’occuper) du progrès des techniques et de l’industrialisation. La ville se devait d’être à elle-même sa propre loi. Cette posture, faut-il le remarquer, n’est pas indifférente à la raison disciplinaire de l’urbanisme : se créer un objet propre, étudier la ville pour et par elle-même (irréductible aux apports déjà reconnus à l’époque de la géographie, de l’économie et de l’histoire urbaines). Pour les disciples d’une modernité triomphante, l’autonomie de la ville, le fait que l’homme se soit affranchi de la nature, qu’il ne soit plus confronté qu’à ses propres artéfacts, n’étaient pas un problème. Pour d’autres, au contraire, notamment certains géographes ou architectes du paysage, tout en étant attentifs à la question de la modernité, voyaient dans cette éviction de la nature pour penser l’urbain et l’urbanisme un risque majeur civilisationnel (et pas seulement disciplinaire). Car ce qui était en jeu, c’était l’éviction d’un lieu, d’un référentiel extérieur (ici la nature) apte à nous faire réfléchir sur les limites et le sens de nos actions désormais sans limites et à jamais autoréférencées. C’est proprement ce cadre réflexif que l’on craignait de voir disparaître aussi bien pour les concepteurs comme pour les usagers. D’où pouvait venir l’alerte, sinon de l’édification d’une « morale de la nature », voire d’une sur-valorisation d’un monde prémoderne, demeuré longtemps fixe et permanent ? Cette morale de la nature que l’on a souvent regardée avec un certain mépris (précisément parce qu’elle apparaissait vieillotte), ne peut-elle pas, à la lumière de la crise environnementale ou de « l’heuristique de la peur », être revisitée ?

AMÉNAGEMENT ET NATURE DANS LES ANNÉES SOIXANTE

10Faisons un saut dans l’histoire pour nous reporter au début des années 1960. Curieusement, l’histoire officielle de la prise en compte de l’environnement en aménagement, minimise l’importance de cette décennie, comme s’il s’agissait de rendre compte d’une période pré-paradigmatique. Certes, nous sommes en plein dans les Trente Glorieuses et les processus de modernisation du territoire. Certes, les analyses d’impact, le développement durable ne sont pas encore de ce monde. Certes, la participation n’intervient que très minimalement dans la conduite de projet. Nous sommes toujours dans une approche centralisatrice. Certes dans la recherche, à la fois pour des raisons disciplinaires (l’écologie intégrait peu l’homme) et idéologiques (la prégnance de la perspective marxiste avait jeté le discrédit sur une conception de la question environnementale irréductible aux rapports de classe), l’environnement avait du mal à se constituer en objet. Mais en même temps, il ne faut pas oublier que cette période fut celle d’une prise de conscience aiguë des problèmes écologiques (eau, déchets, air, gaspillage des ressources, effets d’une civilisation du jetable et de l’encombrement) liés à l’industrialisation et à l’urbanisation. Non seulement les problèmes mais leur prise en charge furent initiés. La création de la DATAR (on a tendance à l’oublier), mais aussi la création de la plupart des parcs nationaux, l’émergence de l’idée de parc naturel régional, la création des agences de bassin furent des éléments significatifs d’une politique de planification environnementale.

11Mais où sont passées les préoccupations d’espace public ? Il y a, me semble-t-il, une continuité avec le point précédemment évoqué. Cette période forte d’aménagement du territoire s’accompagne, et cela se voit dans les écrits de quelques grands commis de l’État tels que A. Bettencourt ou L. Armand, d’une défiance vis-à-vis de la civilisation urbaine. Cette dernière serait inévitable mais incroyablement pathogène. Elle est le lieu problème, producteur de nuisances à la fois sociales et écologiques. Créés aux abords des grandes villes, les parcs naturels régionaux constituent des espaces solutions (des référents radicalement extérieurs) disjoints des espaces problèmes (les villes, la « sarcellite », etc.). Pour leurs concepteurs, ils furent tout autant des parcs culturels que naturels, c’est-à-dire qu’il ne s’agissait pas (ou pas seulement) de muséifier des espaces en voie de disparition pour y substituer des espaces de loisirs, mais de tirer l’homo urbanicus de son milieu pour le mettre en condition réflexive, pour infléchir sur le sens et les valeurs qui fondent ses comportements.

12Cette conviction d’une civilisation urbaine pathogène était renforcée par une autre, pleinement exprimée dans les écrits de R. Dubos : le mal vient aussi de l’adaptativité sans pareille de l’homme face aux transformations de son environnement (y compris écologique). Cette adaptativité, parce qu’elle ne met pas en péril la survie de l’homme, tend à diminuer le signal d’alerte que pourrait produire la crise écologique. En même temps, elle le « pathologise », mentalement et physiquement, au point de diminuer sa capacité à se situer et à exercer sa capacité réflexive sur un monde qu’il fabrique et qui le contraint.

À PARTIR DES ANNÉES SOIXANTE-DIX

  • 3 M. Gariépy, O. Soubeyran et G. Domon, « L’étude d’impact, un aspect structurant des processus d’am (...)
  • 4 P. Lascoumes, L’éco-pouvoir, Paris, La Découverte, 1994.

13Toute une série d’événements vont venir consacrer la reconnaissance de la question environnementale comme une préoccupation d’intérêt public, que ce soit à l’échelle nationale (création du ministère de l’Environnement en 1971) ou internationale (conférence de Stockholm en 1972). Des catastrophes écologiques (échouage de pétroliers géants), des choix cruciaux de filières énergétiques (le nucléaire) vont lier de fait et de façon controversée (parfois violente) ressources énergétiques, mode de développement et impact écologique. On connaît les réponses théoriques plus ou moins médiatisées à l’époque, des rapports du Club de Rome aux écrits de I. Sachs sur l’éco-développement. Globalement concerné, l’aménagement du territoire le devient très concrètement, en France à partir de la loi de 1976 sur la protection de la nature, qui oblige tout projet public ou privé risquant d’avoir une incidence significative sur l’environnement à procéder à une analyse d’impact permettant d’en apprécier les conséquences. Il y a là une réelle nouveauté3. Au lieu d’être pensée et concrètement réalisée à l’écart des lieux problèmes, la protection de la nature et désormais associée à la conduite de projet, donc à l’acte même de développer. Certes, comme toute nouveauté, elle intervient dans des procédures, des comportements « déjà là », qui par définition n’y sont pas réceptifs. On connaît bien les critiques qui ont nourri l’intégration des préoccupations environnementales dans la conduite de projet. L’analyse d’impact apparaissait pour les promoteurs comme une figure de style obligée, sans véritables conséquences, intervenant tout à l’aval de la procédure. Elle était destinée à servir de document de référence pour le public directement concerné mais la plupart du temps absent des séances de permanence organisées lors de l’enquête d’utilité publique. Le rapport de la commission d’enquête ne donne qu’un avis consultatif. Même si cette innovation subissait la réalité du recyclage dont parle P. Lascoumes4, il n’empêche que la triade participation décision-environnement était logée dans un endroit de la conduite de projet. Dans les décennies suivantes, ce ne sont pas tant les milliers d’analyses d’impacts qui ont compté, que celles, rares, qui ont débouché sur les controverses environnementales issues des grands projets d’aménagement (TGV, tunnels, autoroutes) où l’articulation à un sens local du projet était par définition problématique.

14L’enquête d’utilité publique, au gré des controverses et des tentatives de réponse de l’administration (lois, circulaires) s’éloignait de la question où l’on voulait la contenir à ses débuts (l’expropriation des riverains) pour approcher véritablement celle de l’utilité publique avec la question environnementale comme cadrage. La notion d’environnement changeait progressivement de sens : du milieu naturel, à l’usage social des ressources naturelles impactées par le projet, et à finalement tout ce qui peut, au nom de l’environnement, questionner la légitimité du projet (le paysage, le patrimoine, les valeurs esthétiques, etc.). La participation, sans grand effet car confinée à l’aval de la procédure, se diffracte progressivement le long de la procédure de conduite de projet sous la pression des controverses et des tentatives de démocratisation de l’enquête publique. L’argumentaire des opposants au projet, déconsidéré par l’administration car accusé d’exprimer les intérêts égoïstes des riverains (le NIMBY, not in my backyard), tente sa « montée en généralité », désormais facilitée par le déplacement en amont dans la procédure de la place de la participation du public. La circulaire Bianco de 1992, la création de la CNDP (Commission nationale du débat public) créée par la loi Barnier de 1995, la pression de la part de la Compagnie nationale des Commissaires-Enquêteurs de voir régler avant l’enquête publique la question centrale de l’utilité publique du projet, confirment cette tendance. En même temps d’ailleurs, se remarque l’ambiguïté de cette tendance vis-à-vis de la prise en compte du territoire local comme lieu d’effectuation du principe de subsidiarité. Comment résiste-t-il face aux contraintes de l’argumentation, produisant une dynamique de remise en cause de la source de sens et de légitimité, et remontant du projet, aux programmes et aux politiques ? Comme si la volonté de faire sens pour le local, de saisir les conditions de son autonomie, à la fois rhétoriques et territoriales, construisait en même temps les conditions d’un retour de la planification centrale.

15Cette seconde phase marque probablement un autre rapport entre nature et espace public que celui précédemment évoqué. C’est la nature - sa définition, son rôle rhétorique, son appropriation controversée - qui est objet de débat. C’est autour d’elle, finalement, que s’opèrent les réajustements fragiles entre groupes constitués et leur rapport au territoire. La participation, absente dans la précédente période, organise, avec toutes les imperfections que l’on voudra, les conditions d’un débat public.

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET APRÈS

16L’irruption de cette nouvelle donne va en quelque sorte consacrer un triple questionnement posé à la conduite de projet fragilisée par la question environnementale. En amont, il faut de nouveau s’interroger sur les choix et les valeurs (« que devons-nous faire ? »). Au centre de la démarche, se retrouve posée la question : « savons-nous ce que nous faisons ? ». Enfin, en aval, c’est la question de la limite des conséquences de nos actions en lien avec l’intentionnalité, qui est posée. Ce questionnement marque à la fois une crise de la conscience planificatrice, une fragilisation de la légitimité professionnelle, mais aussi un niveau de préoccupation où le débat public est convoqué : l’éthique (en amont), la responsabilité (en aval), et cette question au centre de l’action (« savons-nous ce que nous faisons ? »).

  • 5 S. Rui, « Le débat public comme exercice de la citoyenneté », L’Enquête publique, 47, 2002 ; J. Ra (...)

17La CNDP en fournit un bon exemple. L’originalité de cette procédure de concertation est de se situer tout en amont des propositions de grands projets d’aménagement. Son mandat n’est pas de formuler un jugement sur la qualité et l’opportunité du projet ; elle n’a pas non plus de statut décisionnel, d’où les critiques qui lui ont été adressées d’être une instance de défoulement et éventuellement de déminage de conflits potentiels. C’est peut-être cela. Mais c’est aussi une tentative de créer les conditions d’un espace et d’un débat public. Deux idées directrices nous paraissent intéressantes. La première est que la discussion sur l’opportunité d’aménagement est une occasion de travailler la cohésion sociale. Dans les processus de participation classiques, on supposait les acteurs d’avoir des intentions claires pour eux-mêmes, qu’ils allaient tenter d’imposer à leurs « adversaires ». La CNDP, en fin de compte, s’adresse à l’autre face du comportement et du façonnement des opinions, celle où l’intentionnalité, l’opinion ne sont pas encore arrêtées, prêtes à opérer le jeu de la réflexivité et de la créativité de l’agir. L’autre aspect intéressant qui est à l’œuvre dans la CNDP est qu’elle traite explicitement d’une difficulté que nous avions repérée précédemment : comment opérer un bouclage de ces remontées en amont lorsqu’est remise en cause la source de sens et de légitimation de l’action projetée ? C’est une relation paradoxale avec laquelle il faudra traiter : discuter sur les règles de l’échange, débattre des conditions du débat, décider de la manière dont on décide, concevoir la démocratisaton de la démocratisation. À ce propos, Sandrine Rui remarque que la question essentielle porte sur la légitimité des participants au débat public et sur celle du projet en amont, et elle juge bon de faire appel (dans un article reproduit, ce qui est intéressant, dans le Bulletin de la Compagnie des commissaires-enquêteurs) aux structures de mésentente évoquées par le philosophe J. Rancière : « les structures de mésentente sont celles où la discussion d’un argument renvoie au litige sur l’objet de la discussion et sur la qualité de ceux qui en font un objet »5. Ici, l’aménagement tente de créer les conditions d’avènement et de gestion de cette logique paradoxale qui est au cœur du façonnement de l’espace public. À ce titre, il s’engage dans l’infra-planning.

18Un autre exemple nous est donné par des recherches actuellement menées sur l’articulation entre décision, concertation et environnement. À examiner les procédures de participation, les débats publics que les procédures de participation tentent d’encadrer, on s’aperçoit que même si les bonnes vieilles rhétoriques de délégitimation par l’utilisation du NIMBY sont toujours d’actualité, pointe aussi la revalorisation de celui-ci. Peut-être la nouvelle dynamique des systèmes de légitimation, où priment les incantations à la subsidiarité, au fonctionnement de la démocratie locale, et à l’attention au milieu et plus seulement au territoire, commence-t-elle à inverser la connotation dévalorisante du NIMBY. Le travail des oppositions, des confrontations de points de vue particuliers devient une étape à partir de laquelle l’émergence de valeurs irréductibles à ceux-ci peut advenir.

  • 6 B. Latour, « Moderniser ou écologiser ? À la recherche de la “septième” cité », Ecologie politique (...)

19L’analyse des procédures de résolution de conflits, le repérage des conditions d’échec ou de succès de procédures de participation, nous rapprochent du fonctionnement des objets socio-tecniques, avec leur aspect « chevelu »6, de leurs multiples ramifications territorialisées, qui représentent autant de moyens pour le corps social de métaboliser le projet, tout en permettant de faire croire au planificateur qu’il maîtrise les conséquences de son action. Pourtant, là aussi, nous voici passés du côté de l’infra-planning.

20Enfin, dernière remarque, la prise en compte des impacts croisée à celle de la participation a progressivement amené les chercheurs à constater que les territoires qui pouvaient entrer en action dans la résolution des conflits pouvaient êtres disjoints de ceux qui sont identifiés comme impactés par l’aménageur. Cet élargissement des territoires de la négociation décentre de la préoccupation pour « là où ça se passe, comment et avec qui ». En particulier, on s’aperçoit qu’il est difficile de systématiser et rendre reproductibles les procédures de participation (donc de fonctionner par le couple modèle/contexte), alors même que ce sont les processus plus informels se passant en marge de celles-ci qui apparaissent plus déterminants (le domaine de l’infra-planning). Du coup, l’attention des chercheurs se porte là où il y a toujours de la négociation, des systèmes fins d’ajustement entre acteurs, qui précisément échappent à l’aménageur mais qui forment les capacités de résilience du système social face à une norme extérieure. Les études qui leur sont consacrées, toujours dans le but d’améliorer le triptyque décision-environnement-participation, partent non pas de l’idée qu’il y a là des phénomènes pouvant être modélisés pour l’aménagement, mais plutôt que les procédures de participation doivent créer les conditions de leur mobilisation.

Notes

1 Certains évènements évoqués ci-après sont traités plus en détail dans V. Berdoulay et O. Soubeyran (dir.), Milieu, colonisation et développement durable, Paris, L’Harmattan, 2000 et surtout L’écologie urbaine et l’urbanisme, Paris, La Découverte, 2002.

2 F.L. Olmsted, Mount Royal, New York, Putnam, 1881. Voir aussi Michel Gauthier, « Frederick Law Olmsted : de Liverpool au Mont Royal, l’itinéraire du Grand Aménageur des parcs nord-américains » in Sites publics, lieux communs, J.-P. Augustin et C. Sorbets (dir.), Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000, p. 35-46.

3 M. Gariépy, O. Soubeyran et G. Domon, « L’étude d’impact, un aspect structurant des processus d’aménagement », Cahiers de géographie du Québec, 30, 1986, p. 21-40.

4 P. Lascoumes, L’éco-pouvoir, Paris, La Découverte, 1994.

5 S. Rui, « Le débat public comme exercice de la citoyenneté », L’Enquête publique, 47, 2002 ; J. Rancière, La mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée, 1992.

6 B. Latour, « Moderniser ou écologiser ? À la recherche de la “septième” cité », Ecologie politique, 13, 1995, p. 5.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search