Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 1. L'espace public à l'épreuve de l'enjeu environnemental

L'espace public à l’épreuve de l’enjeu environnemental

Texte intégral

1La reconnaissance de la « productivité politique » (pour reprendre une expression de P. Lascoumes) de la question environnementale est en cours. L’irruption des enjeux environnementaux - contestations associatives des grands projets, changements climatiques globaux, controverses sanitaires ou autres phénomènes émergents - favorisent une transformation démocratique et participative de l’action publique, mais ce constat essentiel ne doit pas masquer une autre dimension : la question environnementale constitue également une conjoncture théorique et épistémologique stimulante.

2Les textes de cette première partie cherchent à en témoigner afin de préciser la portée de l’analyse classique de l’espace public. Ils abordent la matérialité de l’espace public en analysant la « part des choses », la contribution des non-humains, comme dirait B. Latour, à sa composition. Ils articulent des dimensions de l’espace public que l’on a coutume d’opposer, et notamment les couples universel et proximité, contestation informelle et participation instituée. Olivier Soubeyran propose la notion d’infra-planning pour traiter des questions fondamentales : Comment penser l’enracinement du constructivisme aménagiste dans une réalité récalcitrante, territoriale, sociale et écologique ? Quel est le lien paradoxal qui existe entre la question environnementale, notamment l’étude des controverses environnementales, et la perspective de l’espace public ? Comment définir le rôle de la nature dans la conception d’une visée d’espace public par la pensée aménagiste ?

3Dans la mesure où l’environnement urbain est support de biens communs et vecteur d’un modèle de justice, il peut être traité comme espace public. Selon Pascale Metzger, la question environnementale se fonde sur l’émergence d’une nouvelle catégorie de représentation du monde, les biens communs, représentation des choses matérielles (sol, air, eau, mobilité, propriété, patrimoine architectural, sécurité) qui définissent l’environnement urbain (impliqué dans la production et le fonctionnement de la ville) et véhiculent un modèle de justice.

4Les controverses locales instituent un espace public de proximité. C’est ce que montre Gilles Sénécal, en prêtant attention au phénomène de NIMBY trop souvent décrié. La tension entre le riverain, celui qui habite là et ceux qui planifient, décident ou utilisent l’espace, a le mérite d’aborder des questions cruciales de la qualité et de l’équité. En quoi et comment la participation instituée a-t-elle besoin d’un espace de controverse pour fonctionner correctement ?

5Quant à Sylvie Clarimont, elle analyse les liens privilégiés qui se tissent entre l’espace public et l’action collective. L’exemple du débat autour du Plan hydrologique national (PNH) espagnol lui permet d’étudier avec précision l’investissement de l’espace public par les mouvements contestataires. Comment accèdent-ils à l’espace public pour dire leur mécontentement, légitimer leurs revendications et donner à voir leur force ? Quelle est, au fond, la géographie de cette construction des lieux de débats publics ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540