Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Chapitre 1. L’espace public, ou l’incontournable spatialité de la politique

Vincent Berdoulay, Paulo C. da Costa Gomes et Jacques Lolive

Texte intégral

1L’espace public est une notion qui retient l’attention depuis une trentaine d’années et qui a fait l’objet de nombreux écrits et essais. La préoccupation aménagiste a vite été rejointe par la réflexion en sciences humaines et en philosophie politique. Il n’en demeure pas moins que la notion continue à échapper aux divers cadrages théoriques ou pratiques qui ont été proposés, au point que certains commencent à douter de sa pertinence pour inspirer l’action politique ou aménagiste actuelle, alors même que celle-ci se plaît à l’invoquer et à la réclamer. Bien plus, la notion d’espace public semble écartelée entre, d’une part, une préoccupation d’aménagement très pratique et concrète de places, jardins ou rues et, d’autre part, une recherche très théorique de fondements pour une vie politique démocratique. Notre propos sera donc ici d’identifier les enjeux intellectuels et scientifiques que pose l’intérêt contemporain pour la notion d’espace public.

2Plus précisément, nous nous concentrerons sur l’incontournable mais trop négligée spatialité de la vie politique à laquelle renvoie la notion d’espace public. Certes, l’intérêt pour cette notion s’est fortement exprimé à propos d’un urbanisme qui craignait la disparition des espaces traditionnels de rencontre des citadins. Mais les architectes, aménageurs ou spécialistes des sciences humaines se sont arrêtés dans leurs travaux et propositions au seuil de l’explicitation des liens que l’aménagement concret de l’espace pouvait entretenir avec la vie politique. À l’inverse, les écrits des politistes invoquent généralement l’espace public sans référence soutenue aux composantes concrètes ou matérielles de la sphère publique, de sorte que la multi-dimensionnalité de l’espace évoqué dilue complètement la portée de ses dimensions les plus concrètes dans le fonctionnement de la politique. C’est parce que cette spatialité, paradoxalement, fait figure de point aveugle des recherches contemporaines, que nous allons ici mettre l’accent sur son importance et sa portée dans la vie politique.

3Nous dégagerons donc d’abord tout ce que le modèle classique - normatif et institutionnalisé - de l’espace public doit précisément à la spatialité, pour nous interroger ensuite sur la façon dont celle-ci peut être valorisée en regard des recherches théoriques actuelles issues de la réflexion politique ou géographique. Il sera alors loisible d’aborder sous un jour nouveau les menaces qui pèsent sur l’espace public classique et d’identifier l’émergence possible d’une nouvelle approche.

UNE INCONTOURNABLE SPATIALITÉ

  • 1 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la socié (...)
  • 2 C’est le point de vue exprimé par F. Tomas, « L’espace public, un concept moribond ou en expansion (...)

4En optant pour l’expression « espace public » plutôt que pour celle de « sphère publique », la traduction française du célèbre ouvrage de J. Habermas a entretenu les ambiguïtés de la référence à la notion d’espace1. Dans ce cas comme dans d’autres issus de la philosophie politique, elle renvoie métaphoriquement à tout ce qui se réfère à la vie publique, dans toutes ses dimensions, et tout particulièrement à l’ensemble des caractéristiques ou propriétés relatives à une collectivité considérée dans un certain espace-temps. Il est alors clair qu’une saine réaction consiste à mettre fin à l’ambiguïté et à recentrer les études en sciences humaines sur l’espace terrestre, dans ses aménagements concrets et matériels2. Cela revient toutefois à se priver des interactions possibles avec certaines contributions philosophico-politiques. Comme notre objectif est au contraire d’en tirer parti, nous allons d’abord mettre l’accent sur ce qu’un point de vue géographique peut apporter, afin de revisiter ensuite ce que la philosophie politique contient d’utilisable pour approfondir le fonctionnement, l’aménagement et la portée de l’espace public.

  • 3 Comme souligné par M. Santos, La nature de l’espace (éd. orig. 1996), Paris, L’Harmattan, 1997.
  • 4 P.C. da Costa Gomes, « Geografia fin de siècle, o discurso sobre a ordem espacial do mundo e o fim (...)

5La pensée géographique, en effet, n’a eu de cesse ces dernières années de déployer des efforts pour promouvoir un véritable renouveau de la compréhension de la notion d’espace public. Ces efforts se sont surtout portés sur la discussion et la requalification de la notion, cherchant à faire émerger de nouveaux découpages et de nouvelles analyses de la réalité observée. Dans le champ épistémologique que la pensée géographique cultive, la notion d’espace renvoie à plusieurs préoccupations, dont certaines peuvent utilement être rappelées ici de façon sommaire. Tout d’abord, elle sert à désigner une étendue ou un ensemble de relations physiquement constituées, c’est-à-dire concrètes, matérielles, substantives. L’espace géographiquement conçu maintient le rapport entre la disposition physique des choses et les pratiques sociales qui lui sont associées. En ce sens, c’est une forme-contenu, un ensemble d’interrelations entre le système de formes physiques et le système d’actions sociales3. De plus, la manière dont ces formes physiques s’organisent (l’ordre spatial) possède une logique et une cohérence qui constituent la matière fondamentale de l’interprétation géographique. Le questionnement qui fonde donc le domaine épistémologique de la géographie naît de la curiosité pour la logique des arrangements spatiaux et pour le sens qui leur est associé. Les questions qui à la base motivent le raisonnement géographique se construisent autour de l’interrogation sur les raisons qui peuvent expliquer la disposition des choses dans l’espace et, ensuite, sur les significations et les conséquences d’un tel ordre spatial. Ainsi, il appert que l’arrangement physique des choses et des phénomènes constitue un agent actif de la réalisation d’actions sociales et que cet ordre spatial doit être conçu comme une condition de la production de ces actions. En somme, d’un point de vue géographique, l’espace est, simultanément, le substrat dans lequel s’exercent les pratiques sociales, la condition nécessaire pour qu’elles existent, et le cadre qui les délimite et leur donne sens4.

6Ce point de vue nous permet alors de lever quelques ambiguïtés en ce qui concerne la notion d’espace public. Tout d’abord, ce genre d’espace ne peut pas continuer à être conçu simplement en opposition au privé, selon un système binaire où l’espace public serait constitué par tout ce qui n’est pas privé. Un premier problème lié à cette conception est celui d’écarter - ou du moins de ne pas prendre en compte - l’existence d’autres statuts et formes possibles de l’espace (collectif ou commun par exemple). Le deuxième problème de ce raisonnement par exclusion vient de la réaffirmation d’insuffisances conceptuelles et empiriques, puisque, dans ce cas, il n’y a pas véritablement une définition mais tout simplement une classification. Et considérer l’espace public comme un domaine juridiquement établi revient à inverser la démarche : on ne peut partir du texte de loi qui réglemente l’existence d’un espace, pour en définir l’objectif, alors que celui-ci est censé précéder la loi et qu’il correspond à un besoin qui a pu se manifester selon des modalités concrètes ne relevant pas nécessairement du discours juridique. Enfin, une troisième difficulté et source de nombreux malentendus est la définition qui part du prétendu attribut de libre accès, vu comme étant constitutif de l’espace public. D’une part, comme nous venons de le souligner, cette conception fait table rase d’autres catégories de l’espace qui peuvent, elles aussi, avoir cet attribut de libre accès, mais dont cette simple caractéristique ne suffit pas à leur conférer un statut public. D’autre part, on connaît divers cas qui ne disposent pas de ce libre accès : hôpitaux, zones militaires ou administratives, écoles, etc. ne sont pas librement accessibles à tous sans pour autant perdre leur qualité d’endroits publics.

  • 5 H. Arendt, Condition de l’homme moderne (éd. orig. 1958), Paris, Calmann-Lévy, 1983.
  • 6 Idées centrales dans les travaux de J. Habermas, comme par exemple dans Droit et démocratie (éd. o (...)

7C’est à ces conditions que nous pouvons utilement rejoindre, et récupérer, certaines réflexions inspirées de la philosophie politique, et notamment d’Hannah Arendt5, qui ont servi à construire le modèle classique - sinon idéal - de l’espace public et qui s’inscrivent dans la tradition républicaine. Il est d’ailleurs frappant de constater combien la préoccupation pour la dimension spatiale de la politique y est présente. Dans ces réflexions, les attributs d’un espace public sont ceux qui ont une relation directe avec la vie publique ; on pourrait même affirmer que l’espace public est le lieu défini pour le discours politique et à partir de lui. Pour que cet élément discursif qui caractérise la politique soit présent, un lieu est nécessaire pour que s’établisse, avant toute autre chose, une coprésence d’individus. Les activités de l’individu acquièrent le statut de publiques dans la mesure où se manifeste le principe de publicité, c’est-à-dire la capacité de l’individu de faire usage de sa raison en public et sans obstacles, de la confronter aux opinions des autres individus et par là de mener à la constitution d’une opinion publique. Ainsi l’espace public est le lieu où s’institue un débat, où les problèmes acquièrent visibilité et reconnaissance, où leur problématisation mais aussi les conflits prennent forme publique, d’où peuvent émerger solutions et accords. Le défi est bien de comprendre l’espace public comme le lieu où s’effectue une participation active et sujette à des normes. Il s’agit d’un espace de la politique où s’établissent les principes et les conditions selon lesquelles une norme devient raisonnable et légitime pour l’ensemble des personnes qui y vivent, l’unité sociale provenant de l’activité quotidienne, de l’agir communicationnel6.

  • 7 J.N. Entrikin, « Le langage géographique dans la théorie démocratique », dans J. Lévy et M. Lussau (...)
  • 8 V. Berdoulay, « Lieu et espace public », Cahiers de géographie du Québec, 41, 1997, p. 301-309.

8Dans ces réflexions inspirées de la philosophie politique, la conception dominante est que le débat public se construit par la parole, à partir d’arguments exposés de façon claire, rationnelle et logique. Or l’espace physique, concret et matériel, participe pleinement de cette conception. On a d’ailleurs observé combien il se manifeste au niveau des discours cherchant à légitimer la démocratie7. De façon plus générale, il est clair qu’il se décline en fonction de pratiques diverses. Comme celles-ci se déploient sur un espace commun, leur interprétation dépend du contexte dans lequel elles s’inscrivent. Si elles sont influencées par leur localisation, qui les modifie ou les oriente, elles contribuent en même temps à transformer les lieux. C’est là tout le défi que constitue l’analyse de l’espace public par les sciences humaines et sociales, qui sont obligées de prendre en compte cette complexité si elles veulent bien saisir la dynamique qui y figure8. L’espace public est un lieu où les problèmes sont signalés et signifiés, un terrain où s’expriment les tensions, où le conflit devient débat, où la problématisation de la vie sociale est mise en scène. Il constitue donc non seulement une arène où se tiennent dialogues et débats mais aussi un lieu d’inscription et de reconnaissance publiques de certaines dynamiques et transformations de la vie en société.

  • 9 J.-P. Augustin et D. Latouche (dir.), Lieux culturels et contextes de villes, Talence, Maison des (...)
  • 10 Sur les rapports de la scène et de l’espace, voir les remarques de J. Duvignaud, Lieux et non lieu (...)

9C’est ainsi que nous pouvons observer qu’à bien des égards les villes s’expriment dans des lieux publics exceptionnels qui correspondent à l’image d’elles-mêmes et de leur sociabilité Ces lieux de brassage et de mise en scène favorisent la rencontre et la communication et, en fin de compte, produisent une sorte de résumé de la diversité socio-spatiale de sa population9. C’est en général sur ces espaces que se déploie une scène publique dont les manifestations multiples varient beaucoup en fonction de leur localisation ou du moment pendant lequel elles se passent10. De fait, les comportements, les vêtements, les manières de parler et de se présenter (en groupe, seul, en famille, etc.), les itinéraires empruntés, sont autant d’éléments qui constituent un vrai discours sur cette scène publique. Également, les activités, les relations de voisinage, les parcours, tout cela compose des images démontrant des choix face à la diversité des circonstances offertes par ces espaces.

  • 11 Comme le rappelle I. Joseph, La ville sans qualité, La Tour d’Aygues, L’Aube, 1998, p. 52.

10En somme, ces manifestations de la vie sociale sont des façons d’être dans ces espaces, capables donc d’unir une dimension physique de coprésence à une dimension plus abstraite de communication sociale11. On se doit d’insister sur ce point de vue : l’espace public peut être considéré comme un lieu à la fois matériel et immatériel. Les principes et les conditions nécessaires à sa dynamique sont en même temps les attributs de l’espace physique et matériel.

  • 12 R. Sennett, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1979 (éd. orig. 1977). Cette idée d’extimit (...)

11Sur le plan physique, l’espace public est une place, une rue, un centre commercial, une plage, etc., en fait n’importe quel type d’espace dont la fonction première importe peu, le plus fondamental étant que ce soit un endroit où il n’y a pas d’obstacle pour qui ce soit à la possibilité d’accéder et de participer. On peut aussi citer la capacité de cet espace à suspendre l’intimité et à conduire à la rencontre de l’autre ; la ville est l’endroit où il y a la possibilité de rencontrer des gens sans que cela conduise nécessairement à abattre les frontières de l’intimité ou de l’identité profonde12. Ces conditions doivent faire norme, et ce, en dépit de toutes les différences et de tous les différends qui apparaissent entre les nombreuses composantes de la société ; autrement dit, les règles de la cohabitation et du débat doivent absolument y être respectées. Si l’accessibilité est un aspect physique de l’espace public, elle tient aussi au fait qu’elle n’est pas conditionnée par d’autres critères, exceptés ceux que la loi peut imposer en réglementant les comportements dans les aires communes. Voilà pourquoi cet espace peut être vu comme le territoire de la loi démocratique, son locus. Le modèle classique prône ainsi que l’espace public exige l’indifférence vis-à-vis des affinités particulières, du statut social, des préférences quelles qu’elles soient ; tout doit se soumettre au comportement isonomique des règles de cohabitation, c’est-à-dire en un seul mot, à la civilité.

12Pour éclairant qu’il soit, ce modèle fondé sur l’isonomie ne peut toutefois pas rendre compte tel quel de la spécificité du vécu et des situations concrètes. Ainsi, la ville, cet univers d’échanges quotidiens, est l’espace de référence pour ces comportements réglementés. Les termes qui les dénomment ne nous laissent aucun doute sur leur origine : civilité, urbanité ou politesse, renvoient à ces comportements formels et réguliers que se partagent une même et seule source spatiale, la ville. Ces comportements sont les garants de la possibilité d’un dialogue respectueux avec les autres ; ce sont eux qui configurent un lieu en espace public, où les contacts et les mélanges se construisent selon des règles qui délimitent la liberté des conduites, en tenant compte du droit d’autrui. Voilà pourquoi l’espace public correspond, du point de vue physique et politique, à un des principes fondamentaux de la vie sociale démocratique. Sa composante physique oriente et guide les comportements, qui à leur tour réaffirment le statut public de cet espace. Cette dynamique, fondée sur une forme-contenu, l’espace public, constitue le noyau d’une sociabilité soumise à des normes partagées qui se réclament comme les plus justes, égalitaires et respectueuses des différences individuelles.

  • 13 Pour des tentatives de conciliation, voir E. Tassin, « Espace commun ou espace public ? », Hermès,(...)

13Ainsi, l’espace public correspond à un genre de relation de type contractuel avec l’espace et il s’oppose au concept d’espace communautaire ; ce dernier s’ancre en effet dans l’idée d’un ensemble fondé sur l’identité, elle-même provenant d’une prétendue affinité répartie de manière uniforme dans l’espace13. L’idée d’espace public renvoie à la conception d’une liberté positive, c’est-à-dire à la loi conçue comme condition de la liberté, l’espace physique indiquant le terrain où s’inscrivent les limites et les contextes d’obéissance que la loi impose. En raccourci, nous pourrions dire que l’espace public est constitué par le spectacle de la tension entre la différence et la possibilité de cohabitation. L’espace public apparaît donc comme la condition première de l’expression de l’individualité qui doit faire face à un univers forcément pluriel ; il dépend de la permanente réaffirmation du contrat social qui le fonde.

14Ce contrat citoyen correspond alors à un pacte qui est lui-même simultanément relation d’appartenance à un groupe et d’appartenance à un territoire. La cohabitation des individus se passe donc dans un espace qui est aussi l’objet d’un pacte formel instaurant des limites, établissant des paramètres, indiquant des usages et des interdictions, définissant en fin de compte les droits et les devoirs de chacun. L’espace délimité et constitué par des normes logiques et partagées est la matrice fondatrice de l’espace public et le lieu fondamental et nécessaire à la vie démocratique. Toute intervention sur cet espace, qui peut mettre en question sa dynamique, sa composition, ses limites, ou qui cherche à en modifier le statut, transforme de manière profonde le pacte qui fonde la citoyenneté. Cela peut signifier un recul qui concerne autant l’institutionnalisation des pratiques sociales composant un cadre de vie démocratique que l’arrangement spatial qui limite et qualifie les actions.

15C’est pourquoi le statut public de l’espace peut être fortement menacé à chaque fois qu’il abrite ou se confond avec un espace où s’affirment des affinités et des différences constituées en identités politiques. En fait, on comprend que certaines identités collectives demandent leur reconnaissance et qu’elles choisissent d’exposer la problématisation de leur vécu sur cet espace de visibilité, se soumettant par là, en principe, au débat et au contrôle démocratique. Il n’en reste pas moins que l’espace public demeure fragile face aux tentatives d’appropriation menées par certaines communautés, car cela se fait au risque, par exemple, de devenir l’enjeu fondamental dans l’affirmation de la suprématie d’un groupe identitaire sur les autres. De manière générale, la seule identité qui peut et doit s’affirmer sur cet espace est celle qui s’associe à l’idée de citoyenneté, c’est-à-dire celle qui correspond à la mise en ordre spatiale du pacte qui fonde la démocratie. La nature de cet espace est donc normative : ses règles et lois renforcent les termes du contrat social qui le structure, tout en assurant leurs propres conditions de validité et de viabilité. En ce sens, une véritable culture publique, contrairement à ce qui a souvent été dit, n’exige pas de l’individu qu’il renonce à sa propre différence. Cette culture est le résultat et le moyen de reproduction d’une société civile dont la cohésion ne tient pas à une identité communautaire. Elle est le fruit d’une societas, c’est-à-dire d’une association entre alliés : elle est civile, ou politique, et repose sur un contrat entre personnes qui conservent leurs différences. On comprend alors que certaines identités collectives présentent le danger d’étouffer la manifestation de cette culture publique.

16Avant de revenir sur ce point, il faut s’interroger sur l’originalité et les potentialités de ce modèle classique de l’espace public. Le plus important est de souligner combien la spatialité y paraît indissociable de la conception même de la vie politique. Cela confère une consistance et une portée remarquables à la notion d’espace public et permet de légitimer notre volonté de resserrer et de maintenir le lien trop distendu entre ses composantes matérielles et immatérielles. Il faut toutefois reconnaître qu’aujourd’hui ce modèle, d’inspiration républicaine classique, non seulement connaît des difficultés à se diffuser mais aussi se trouve sur la défensive face aux menaces qui pèsent sur son fonctionnement. Doit-il pour autant se crisper dans ses fondements et se raidir dans ses principes ? N’y a-t-il pas dans les travaux contemporains des éléments permettant de renouveler ce modèle passablement en crise aujourd’hui ?

ENTRE INSTITUTIONNALISATION ET CRÉATIVITÉ

  • 14 En particulier : M. Abensour et al. (dir.), Politique et pensée. Colloque Hannah Arendt, Paris, Pa (...)

17Les principales évolutions de la théorie contemporaine de l’espace public vont dans le sens d’une prise en compte croissante de leur matérialité, sinon de leur spatialité, qui était en germe dans les travaux des grands précurseurs, comme J. Habermas et notamment H. Arendt. Nous interrogerons donc beaucoup leurs intuitions à la lumière des recherches récentes14. Notre propos est d’attirer l’attention sur ce qui n’était qu’esquissé chez eux afin de maintenir, voire de renouer, cette spatialité si fondatrice de la vie politique.

  • 15 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel (éd. orig. 1981), Paris, Fayard, 1987, 2 vol.

18Chez les politistes contemporains, on peut constater une certaine volonté - certes encore modeste - de concrétiser leur recours à la notion d’espace public. Cette concrétisation s’exprime dans leur intérêt porté à sa différenciation en arènes, forums, etc. Or cette orientation prise par la science politique s’inscrit dans le prolongement de la distinction habermassienne entre pouvoir communicationnel et pouvoir administratif. Pour Habermas15, le pouvoir n’est pas l’organisation d’un système politique, c’est la libre association de citoyens qui l’exercent. Ce pouvoir communicationnel existe hors de toute domination et a donc besoin d’un espace public pour exister. C’est, en pratique, au sein d’espaces publics que se forment l’opinion publique et la volonté politique, ces lieux autonomes constituant la seule source démocratique de légitimité. Les associations libres de citoyens qui les soutiennent, ne sont pas soumises à la tutelle de l’État et aux contraintes décisionnelles. Nous reviendrons sur l’importance des regroupements volontaires, dont une recrudescence est observable dans le contexte actuel et qui prennent les formes les plus diverses : association, initiative civique, coordination de lutte, mouvement d’opposition à un projet, etc. Quant au pouvoir administratif, il se situe dans le champ de la domination. C’est l’autre aspect de la politique : la politique en tant que système autorégulé, qui tend à s’autonomiser vis-à-vis de l’extérieur et notamment la souveraineté populaire, dont la logique interne est l’efficacité et dont la rationalité est instrumentale. Le pouvoir communicationnel ne prétend pas se substituer au pouvoir du système politique dont il admet la nécessité, il entend faire pression sur lui, agir sur les processus de formation du jugement et de décision politique afin de faire valoir ses impératifs.

  • 16 Notamment B. Jobert, « Rhétorique politique, controverses scientifiques et construction des normes (...)
  • 17 F. Bastien et E. Neveu (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débat (...)
  • 18 Voir notamment P.-B. Joly, C. Marris, O. Marcant, La constitution d’un « problème public » : la co (...)

19Cette articulation des lieux de débat et des lieux de décision a été reprise par les analystes de politiques publiques16. Ils font ainsi une distinction entre les arènes formelles de décision et les forums de débat et de controverse : les arènes se ferment sur le cercle des décideurs soudés par une procédure institutionnelle et des territoires de compétence, mais aussi sur des formes de reconnaissance réciproque ; les forums, eux, s’ouvrent plus largement sur des citoyens, des leaders d’opinion, des médias, contribuant à la mise en discussion des règles existantes et à l’exploration de normes d’action nouvelles. Ainsi se généralise cette approche de l’espace public, qui apparaît comme un « réseau complexe de forums et d’arènes par lesquels apparaissent (ou non) des problèmes publics, par lesquels ceux-ci accèdent ou non à des réponses en termes de politiques publiques »17. Des recherches récentes18 sur le débat public en univers controversé (comme à propos des OGM) vont aussi dans ce sens. L’espace public y apparaît en effet hétérogène, polarisé par plusieurs arènes - scientifique, légale, régulatoire, politique, religieuse, du marché ou des médias - dont chacune possède des règles spécifiques de débat. Il y a controverse quand les débordements s’accroissent, quand il y a des confrontations transversales à différentes arènes. Les conflits sollicitant conjointement différentes arènes, le débat public développe des interactions trans-arènes. La multiplicité des lieux convoqués par ces controverses apporte une complexité nouvelle à la spatialité de la politique, qui doit retenir notre attention.

20Une autre forme de prise en charge de la matérialité par la théorie politique réside dans la volonté d’enraciner l’espace public dans un monde commun d’objets fabriqués. Cette prise en charge de la dimension matérielle de l’espace public provient d’une intuition philosophique bien exprimée par H. Arendt. En effet, tout en pensant que l’« artifice humain », c’est-à-dire l’ensemble des objets fabriqués par l’homme, constituait une condition de possibilité de l’espace public, elle opposait cette notion à l’action politique proprement dite, seule capable d’animer cet espace public. Ne retrouve-t-on pas là, en fait, une autre forme de la tension, sinon déchirure, entre matérialité et immatérialité de l’espace public ? Pour mieux saisir l’intérêt de la conception de Arendt comme pour mieux en contourner les difficultés, arrêtons-nous un instant sur les notions mises en jeu.

  • 19 C. Glacken, Traces on the Rhodian Shore, Berkeley, University of California Press, 1967 ; A. Berqu (...)
  • 20 Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 95.

21En considérant que l’artifice humain est constitutif du monde dans lequel et par lequel les êtres humains assurent leur existence, Arendt reprend une idée essentielle de la pensée géographique moderne19. Elle y enracine donc son idée de ce qui est public, c’est-à-dire, selon elle, le monde qui est commun à tous. L’espace public en tire tout à la fois une spatialité et une matérialité qui lui confèrent une épaisseur et une richesse bien différente de la théorisation politique habituelle. Ainsi, remarque-t-elle, « si le monde doit contenir un espace public, on ne peut pas l’édifier pour la durée de vie des hommes mortels […] Il transcende notre vie aussi bien dans le passé que dans l’avenir ; il était là avant nous, il survivra au bref séjour que nous y faisons. Il est ce que nous avons en commun non seulement avec nos contemporains, mais aussi avec ceux qui sont passés et avec ceux qui viendront après nous ». Ce à quoi elle ajoute l’idée déjà mentionnée de nécessité du paraître, de la visibilité : « ce monde commun ne peut résister au va-et-vient des générations que dans la mesure où il paraît en public. C’est la publicité du domaine public qui sait absorber et éclairer d’âge en âge tout ce que les hommes peuvent vouloir arracher aux ruines naturelles du temps »20.

  • 21 Tassin, Le trésor perdu, op. cit., p. 117.

22Mais Arendt refuse de soumettre la politique au régime de l’artifice. C’est pourquoi elle oppose le monde des objets au domaine de l’agir : elle veut rester sensible au sens de l’activité fabricatrice et créatrice qui donne naissance à un monde, au sens de l’action politique qui présuppose ce monde et pourtant l’institue comme monde commun au sein d’un espace public21. Pour saisir cette opposition, il faut revenir à la notion de pouvoir qui se confond chez elle avec celle d’action concertée.

  • 22 Arendt, op. cit., p. 41.

23Pour Arendt, l’action est à visée politique et le pouvoir n’est autre que l’expression publique de l’action. Or, « l’action, la seule activité qui mette directement en rapport les hommes, sans l’intermédiaire des objets ni de la matière, correspond à la condition humaine de la pluralité, au fait que ce sont des hommes et non pas l’homme, qui vivent sur terre et habitent le monde »22. C’est d’une pluralité d’égaux dont il s’agit, ce qui exclut du plan politique la relation de domination. Le pouvoir, défini alors par Arendt comme aptitude de l’homme à agir de façon concertée, lui apparaît comme le grand oublié de la réflexion politique. Il en subsiste des traces dans les interprétations historiques de l’isonomie dans la Cité grecque ou de la civitas romaine. Mais, loin de se réfugier dans une vision nostalgique, Arendt note que de véritables traces du pouvoir tel qu’elle l’a défini, se laissent bien repérer dans les phénomènes révolutionnaires modernes. La capacité d’innovation liée à l’action a sa contrepartie dans l’imprévisibilité des émergences du pouvoir, comme dans des insurrections, des mouvements de résistance ou des actions de désobéissance civile. Ces événements interrompent la relation de domination et correspondent alors à des moments d’émergence du pouvoir véritable. C’est l’espace public qui permet de déployer l’opinion et qui va donc constituer, plus que la vérité d’ailleurs, une des bases indispensables du pouvoir.

  • 23 H. Arendt, La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique (éd. orig. 1961), Paris, Gal (...)
  • 24 Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 241.

24Selon Arendt, « la raison d’être de la politique est la liberté et cette liberté est essentiellement expérimentée dans l’action »23. Reprenant la conception kantienne, Arendt considère la liberté comme un commencement radical, brisant l’ordre des déterminations antérieures. De par leur naissance, les hommes sont nouveaux venus et novateurs. Ils prennent des initiatives, et l’action humaine engendre l’événement, quelque chose de neuf, révélant par là le sujet singulier et posant des commencements. Elle est éminemment politique car elle s’insère dans « le réseau déjà existant des relations humaines »24 pour le transformer, déclenchant des processus nouveaux, affectant spécifiquement la vie de ceux qu’elle concerne.

25Le pouvoir est donc action concertée au sein d’un espace public. Il ne faut pas réifier le pouvoir dans des dispositifs ou systèmes de commandement ou de coercition. Sinon la pluralité qui se manifeste à travers les événements s’évanouit. Les procédures institutionnalisent : elles stabilisent l’espace public et les normes démocratiques, mais cela doit fournir un point d’appui pour de nouvelles actions politiques. Au fond, la pensée de Arendt reconnaît tout ce que l’espace public doit à la matérialité et la spatialité tout en refusant de l’y limiter. Elle établit une tension entre ces conditions, liées à l’artifice humain, et les conditions politiques tout aussi nécessaires pour faire advenir l’espace public. Jusqu’à quel point cette tension est-elle tenable ? N’y a-t-il pas moyen de la réduire, au moins partiellement, en évitant d’établir une hétérogénéité aussi forte entre le monde des objets et l’action politique proprement humaine ?

  • 25 V. Berdoulay et J.N. Entrikin, « Lieu et sujet. Perspectives théoriques », L’Espace géographique, (...)
  • 26 A. Berque, Ecoumène, Paris, Belin, 2000 ; M. Roux, Inventer un nouvel art d’habiter, Paris, L’Harm (...)
  • 27 B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découvert (...)

26Il est en effet possible d’entrevoir comment ne pas camper le raisonnement sur des distinctions aussi tranchées. La pensée géographique, principalement dans sa tradition humaniste, s’est particulièrement attachée à éviter de telles dichotomies. Elle a montré combien les notions de lieu et de sujet sont indissociables, au point qu’il est quasiment impossible d’envisager l’une sans faire référence à l’autre, y compris dans la perspective de l’action citoyenne et démocratique25. De façon plus générale, la perspective apportée par la philosophie heideggérienne ou encore celle donnée par certains théoriciens de la complexité vont dans le même sens, celui de la conception de l’être humain comme indissociable de son monde26. Par ailleurs, les enseignements de la sociologie des sciences et des techniques ont permis d’insister sur le phénomène de délégation de l’homme dans ce qu’on a appelé les non-humains (choses, marchandises, animaux, machines, paysages, etc.) et les surnatures ; ainsi, l’humain, c’est l’homme-individu et la part des choses (c’est-à-dire de l’humain sans forme humaine), ses délégués et médiateurs27. Du coup, les artifices sont des délégués de l’homme dans lesquels l’humain s’est coulé, moulé, glissé, transposé. Et la distinction si nettement tracée par Arendt entre le monde des objets et l’action politique doit être réévaluée.

  • 28 C’est E. Tassin qui a le premier proposé cette notion pour distinguer chez H. Arendt le monde fabr (...)
  • 29 Sur cette conception, J. Lolive et A. Tricot, « L’expertise associative issue de la contestation d (...)
  • 30 E. Tassin, Le trésor perdu, op. cit., p. 429.

27En dépassant ainsi une position qui entérinerait une incompatibilité entre le monde des objets et l’action humaine, on conçoit qu’il peut exister une sorte de respiration28 qui s’établit entre des phases d’innovation marquées par l’action politique et des phases de stabilisation institutionnelle où la politique vive se coagule, se cristallise29. L’espace public combinerait deux moments. Dans le moment où prime l’institutionnalisé, le monde de l’artifice est celui de l’humain délégué mais aussi celui de la politique du passé, coagulée, cristallisée qui fait sentir les effets de décisions antérieures. Il y a un côté positif à ce moment de l’espace public. C’est l’institutionnalisation et la stabilisation des normes démocratiques essentielles à l’existence de l’espace public. « L’action humaine est en effet fragile, précaire, et, par bien des aspects, dangereuse. Elle exige d’être reprise dans des promesses, des institutions, des lois, qui fondent une communauté politique »30. Nous ajouterons désormais la cristallisation socio-technique à ces modalités classiques d’institutionnalisation.

28En revanche, il y a aussi un côté négatif. La transmission des normes du passé rend progressivement toute formulation nouvelle difficile. Le mort saisit le vif. C’est pourquoi un deuxième moment de l’espace public est absolument nécessaire. C’est celui de l’action politique, de l’événement et de l’innovation, grâce auxquels la politique vivante reprend le dessus et par lesquels l’action politique permet de ressaisir le tout, de rouvrir les choix. Elle fait événement et crée du neuf. À cet égard, l’irruption de problèmes nouveaux, comme celle de controverses importantes, peut réintroduire de la fluidité dans les politiques ossifiées par les artefacts en place. Les sources de politique vivante, innovante, sont ainsi multiples. Par exemple, des équipements dits publics dont la gestion a souvent pris un tour routinier, technique ou administratif, peuvent, à la suite de certains enjeux, reprendre leur sens de bien commun, réveiller le débat public sur les modèles de justice à privilégier et devenir des motifs d’action citoyenne.

29S’il semble ainsi possible d’étendre la portée des réflexions fondatrices sur l’espace public, quitte à en modifier sensiblement certains tenants et aboutissants, il n’en demeure pas moins qu’il faut les mettre à l’épreuve des enjeux contemporains qui font planer une menace sur sa propre pertinence, tant pour l’analyse que pour l’action.

LES EXIGENCES DE L’ACTION

  • 31 Par exemple, G. Lipovetsky, « Espace privé, espace public à l’âge post-moderne », dans Citoyenneté (...)
  • 32 C’est bien ce souci qui inspire les démarches urbanistiques les plus créatrices. Voir notamment P. (...)

30À première vue, il semble évident que les tendances observables dans la société contemporaine ne vont pas dans le sens du développement d’un espace public tel que le modèle classique cherchait à le caractériser. Il suffit pour cela de s’arrêter sur le repli individualiste sur soi, sans ouverture à l’altérité, tout comme sur la fragmentation sociale en quasi-tribus également fermées aux autres31. On comprend dans ce contexte le recours des urbanistes, en désespoir de cause, à la construction ou au réaménagement de places publiques, dont toutefois l’inefficacité n’a d’égale que sa composante mythique vaguement héritée d’une certaine idéalisation de l’agora de l’Antiquité grecque ou d’une glorification de la ville bourgeoise du XIXe siècle. La forme physique seule, nous l’avons vu, ne peut en effet suppléer au sens conféré par la dynamique sociale qui lui est associée32.

  • 33 Comme au Brésil : voir les exemples fournis dans P.C. da Costa Gomes, A condição urbana. Ensaios d (...)
  • 34 Cf. Gomes, op. cit. ; J. Roman (dir.), Ville, exclusion et citoyenneté, Paris, Esprit, 1993 ; F. J (...)

31La métropolisation contemporaine révèle des processus qui défigurent l’espace public tel qu’il permettait de passer de la sociabilité à la civilité et d’affirmer le statut d’une société civile fondée sur des relations de type contractuel. La fragmentation sociale est accompagnée d’une fragmentation territoriale ; les espaces communs se transforment en objets d’appropriation et de dispute, ou simplement comme des instruments pour se déplacer ; et au fur et à mesure que disparaissent des espaces de vie commune disparaissent aussi les formes de sociabilité qui réunissaient les différentes composantes de la société. La dégradation de la vie urbaine révèle les menaces qui pèsent sur le cadre classique, normatif et institutionnel, de l’espace public : la privatisation de l’espace public, son morcellement et les accaparements dont il est l’objet par divers groupes communautaires. Les exemples ne manquent pas, et la gravité de leur portée ne peut laisser indifférent si on les considère au miroir grossissant de la façon plus soudaine et tragique avec laquelle ils sont apparus dans certains pays33. Fonctionnement social et morphologie urbaine se font toujours écho avec une grande visibilité : usages du téléphone mobile pour s’extraire du poids de la coprésence en un lieu, quartiers fermés aux non-résidents, espaces commerciaux ou récréatifs à accès restreint, quartiers de non-droit, exclusion, etc.34 S’il persiste une multiplicité d’espaces qui paraissent communs, ils ne sont pas pour autant publics. La ville est vue comme une juxtaposition d’éléments plus ou moins indépendants les uns des autres, qui obéissent à des normes ou règles qui leur sont propres. Ces types de pratiques utilisent l’espace urbain pour signifier l’existence de groupes particuliers dans la société, mais elles lui nient en même temps le statut fondamental de ce qui peut faire espace public, c’est-à-dire minimalement un espace normatif de convivence et de respect pour autrui.

32Ce recul apparent de la citoyenneté épuise-t-il pour autant le constat des transformations qui affectent l’espace public ? Ne peut-on aussi percevoir dans celles-ci des opportunités, des germes, de nouvelles formes d’espaces publics ? N’invitent-ils pas surtout à repenser l’espace public à la lumière des nécessités de l’action ? Pour fournir des éléments de réponse, il faut d’abord brièvement rappeler les implications de la nécessité de maintenir notre regard critique et épistémologique sur la notion d’espace public face à l’évolution de la société actuelle ; nous évoquerons ensuite rapidement deux aspects de la question environnementale qui paraissent bien illustrer les opportunités actuelles de renaissance de l’espace public, tant l’urgence de l’action s’y fait sentir, à savoir la controverse et le risque.

  • 35 H. Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., notamment p. 35-37.
  • 36 U. Beck, « La politique dans la société du risque », Revue du MAUSS, 17, 2001, p. 376-393 (p. 390- (...)

33On a vu que, tout en maintenant la part de liberté qui fonde la politique, il faut veiller à ne pas rompre le lien qu’elle entretient avec la spatialité et la matérialité. Or, d’un point de vue plus épistémologique, le défi est de tenir compte de la subjectivité, avec tout ce qu’elle comporte comme expérience et espace vécu d’une part et comme capacité d’initiative d’autre part. Le discours scientifique à propos de l’espace public, peut-être parce qu’il a trop souvent insisté sur des normes présentées comme désincarnées, est en effet souvent passé à côté de cette prise en compte de la subjectivité. Arendt en était bien consciente quand elle a souligné combien la science moderne avait développé une logique presque entièrement coupée de l’expérience commune, tant le scientifique se méfie d’une subjectivité source d’erreurs et d’incertitudes. Selon Arendt, la formalisation des sciences les a rendues indépendantes de la pensée et du langage communs. En échappant ainsi à l’expérience humaine, à la possibilité d’en parler, elles se soustraient à l’espace public35. C’est aussi cette perte du sens commun vis-à-vis du discours scientifique qui rend difficile la prise en charge de nombreux problèmes contemporains par l’espace public, comme le souligne U. Beck : « L’expérience - entendue au sens de l’appréhension sensible de l’individu - est l’orpheline de ce monde transformé par la science » ; il s’ensuit qu’elle reste aveugle aux enjeux démocratiques : « La vieille science des laboratoires, aujourd’hui à son apogée, pénètre et structure le monde. Mathématisée, technicisée, cette science ne repose pas sur l’expérience. Or, c’est justement cette expérience discursive et publique qui, par les controverses qu’elle mène, révèle les objectifs et les moyens, les conséquences et les dangers »36. Si cet argument, tiré d’une conception particulière du travail scientifique (celle des sciences « dures ») n’empêche pas de se prévaloir d’autres modèles épistémologiques pour traiter de l’espace public, il montre l’intérêt de se pencher sur les controverses environnementales, en tant qu’enjeux dont la problématisation dans l’espace public doit incorporer des éléments difficilement accessibles au sens commun.

  • 37 H. Arendt, op. cit., p. 283.

34Ce problème de rupture entre experientia et experimentum, Arendt nous invite à le relier à la tendance occidentale de substituer le faire à l’agir et, par là, de réduire d’autant la parole et donc la portée de la politique. Selon elle, l’histoire nous révèle que les frustrations de l’action - résultats imprévisibles, processus irréversibles, acteurs anonymes - exaspèrent autant les praticiens que les théoriciens, d’où la tentation de trouver un substitut à l’action « dans l’espoir d’épargner au domaine des affaires humaines le hasard et l’irresponsabilité morale qui sont inhérents à une pluralité d’agents » ; de façon générale, continue Arendt, « il s’agit toujours d’échapper aux calamités de l’action en se réfugiant dans une activité où un homme, isolé de tous, demeure maître de ses faits et gestes du début à la fin »37. En essayant de substituer le faire à l’agir, le rôle de la politique se trouve dévalorisé.

  • 38 Voir J. Lolive, Les contestations du TGV Méditerranée : projet, controverse et espace public, Pari (...)
  • 39 Pour reprendre, en la transposant, l’expression de Paul Ricœur, Lectures 1 (Autour du politique), (...)

35Les politiques technocratiques illustrent bien cette dégradation de la politique qui consiste à remplacer l’agir par le faire38. C’est particulièrement important lors de leur mise en œuvre et de leur traduction en termes d’aménagement. Celles-ci échappent à la fragilité de l’action politique, toujours imprévisible et risquée, pour devenir des activités de fabrication conformément aux prescriptions du dispositif technique. L’intégration des normes dans l’équipement technique et l’expertise qui le formate permet de « dissoudre le politique dans une activité d’ingénieur »39. L’augmentation de pouvoir dont bénéficient alors les maîtres d’œuvre permet d’expliquer l’asymétrie des capacités des acteurs. Mais on voit bien que, pour obtenir cela, les options premières des politiques doivent rester à l’abri au sein d’un dispositif technique qui leur permet d’échapper aux débats publics. Une certaine conception de la science et des techniques, une certaine conception de l’aménagement et une certaine conception de la politique convergent pour écarter les possibilités d’instauration d’un espace public. C’est pourquoi les controverses environnementales et la question du risque sont si importantes actuellement : elles déstabilisent de telles convergences et créent une demande pour repenser la pertinence et les formes de l’espace public.

  • 40 V. Berdoulay, « Géographie culturelle et liberté », dans J.-R. Pitte et A.-L. Sanguin (dir.), Géog (...)
  • 41 V. Berdoulay, I. Castro et P.C. da Costa Gomes, « L’espace public entre mythe, imaginaire et cultu (...)
  • 42 V. Berdoulay et M. Morales, « Espace public et culture : stratégies barcelonaises », Géographie et (...)

36Mais avant d’évoquer ces phénomènes récents, et toujours d’un point de vue épistémologique, il faut encore souligner que la prise en compte de la part de la politique dans l’espace public passe aussi par celle du sujet tel qu’il entre en relation avec son monde. Nous avons déjà mentionné combien le sujet était indissociable du lieu qu’il se construit (en même temps qu’il est façonné par lui). Héritier de valeurs et de pratiques qui le précèdent, créatif dans ce qu’il fait et construit, il met aussi en jeu sa propre réflexivité. En cela, il réunit les grandes dimensions de ce à quoi renvoie l’idée de culture40. Celle-ci doit être envisagée, dans le contexte de l’espace public, non comme une programmation (qui pourrait d’ailleurs aller contre la reconnaissance de l’autre et l’idée même d’espace public) mais comme relevant de l’agir41. Parce que reliant - dans une tension parfois difficile - des données premières d’une culture particulière et des valeurs universelles, la culture donne à l’espace public la profondeur dont il peut tirer sa force. Il n’est pas étonnant, d’ailleurs, que parmi les interventions urbanistiques sur l’espace public qui ont connu le plus de succès sont celles effectuées dans la Barcelone post-franquiste : l’appel constant qui est fait à la culture universelle dans ces aménagements en est la marque la plus originale42.

37En somme, c’est dans toute sa complexité spatiale et sa profondeur humaine qu’il faut aborder la notion d’espace public dans le monde contemporain. De ce point de vue, des enseignements sont à retirer de certains enjeux actuels qui permettent de renouveler le regard porté sur la pertinence de l’espace public. Ils sont relatifs, quoique non exclusivement, à l’environnement considéré comme grande préoccupation de la société contemporaine. La question environnementale, y compris dans ses avatars du développement durable, a en effet invité chercheurs et acteurs socio-économiques à radicalement modifier leur approche de l’aménagement. Elle a contribué aux efforts faits pour dépasser l’approche dite rationnelle ou frontale de la planification au profit de paradigmes plus collaboratifs, où l’on cherche à instaurer et valoriser l’apport d’un véritable débat public au moyen de procédures adaptées.

  • 43 Les remarques qui suivent sont principalement fondées sur J. Lolive, Les contestations du TGV, op. (...)
  • 44 B. Latour, Aramis, ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992.

38Ainsi, les controverses marquent le retour de l’action politique et tendent à instaurer un espace public, sans que toutefois le rôle des hybrides politico-techniques en soit éliminé43. Les controverses indiquent pourquoi les débats politiques dans les arènes traditionnelles n’ont plus de prise sur l’évolution des projets : les normes et les choix stratégiques impliqués s’incarnent dans les dispositifs techniques eux-mêmes. Surtout, en soulignant que ces dispositifs s’insèrent dans une démarche de projet, les controverses contribuent à réintroduire de la fluidité dans des politiques ossifiées. Définir un projet, c’est répondre à un ensemble de contraintes hétérogènes (économiques, politiques, sociales, culturelles, techniques, physiques, etc.) et parfois conjoncturelles que l’on a choisies. Le projet est l’expression d’un compromis provisoire et limité qui satisfait les promoteurs et leurs alliés44.

39Pensée sur le mode de l’innovation, la fabrication se rapproche de l’action, le faire de l’agir : parce que le projet innovant incorpore des contraintes hétérogènes et circonstancielles que ses concepteurs ont choisi de prendre en compte, sa réalisation devient aussi fragile et imprévisible que l’action politique. Il faut satisfaire à l’obligation d’intéresser des alliés, c’est-à-dire d’en passer par les intérêts et les critères des autres. Surtout, la mobilisation de tout ce qui relève des « non-humains » rapproche les concepteurs du projet et de leurs alliés potentiels ; elle permet de définir et de garantir les alliances entre les humains. Ainsi la controverse fonctionne comme une expérimentation pratique et collective où des opposants éprouvent la durabilité et la nécessité des projets techniques. Cette redéfinition du projet technique par les contestataires permet de remettre en cause la coupure entre l’agir et le faire, obstacle à la constitution d’un espace public comme l’avait souligné Arendt.

  • 45 Deux ouvrages récents témoignent de l’intérêt de cette approche, J.M. Callon, P. Lascoumes, Y. Bar (...)
  • 46 J. Habermas, La science et la technique comme « idéologie » (éd. orig. 1968), Paris, Gallimard, 19 (...)

40De plus, les controverses introduisent la possibilité de réintroduire les sciences et techniques dans l’espace public et de dépasser par là certaines des difficultés liées aux approches de H. Arendt ou surtout de J. Habermas45. Dans son ouvrage sur la science et la technique comme idéologie, celui-ci fait porter sa critique sur le positivisme et la technocratie46. Il combat l’impérialisme des techniciens et leur prétention à gouverner le monde, mais il le fait par une stratégie d’endiguement qui poursuit le projet moderne, c’est-à-dire en cherchant à assigner aux sciences et aux techniques une sphère autonome pourvu qu’elles ne se mêlent ni de politique, ni d’éthique. Il souhaite que les scientifiques établissent des faits irréfutables pour permettre aux politiques de prendre des décisions rationnelles. Pour justifier cette division, Habermas distingue deux formes de rationalité, la rationalité communicationnelle et la rationalité instrumentale, qui équipent respectivement la politique et les sciences et techniques. Or, cette position est intenable, car les controverses environnementales constituent précisément des possibilités de discussion des sciences et techniques. Dans ce cas, la distinction entre faits indiscutables et valeurs discutables est impossible tant les incertitudes socio-techniques sont importantes. L’espace public est ainsi invité à reprendre ses droits. Ce faisant, de nombreuses questions sont ouvertes : quels sont les lieux convoqués par la constitution des espaces publics - lieux du problème, lieux de sa problématisation, lieux de sa solution ? Quelles modalités pourraient prendre ces espaces publics qui restent à analyser, voire à institutionnaliser ? Des éclairages intéressants sur ces questions peuvent aussi émerger de l’évocation d’un autre aspect de l’irruption de l’environnement dans la société contemporaine : celui du risque.

  • 47 U. Beck, La société du risque (éd. orig. 1986), Paris, Aubier, 2001.
  • 48 Sur cette opposition, voir J. Lolive, « Comment traiter la question environnementale : politiques (...)

41L’enjeu du risque, quoique encore mal connu, traverse en effet toute la société et pose de sérieux défis à sa prise en charge démocratique47. Il révèle notamment la disjonction qui existe entre un problème, dramatiquement vécu par les gens affectés, et son traitement dans les forums de débat et les arènes décisionnelles. On distinguera donc entre le forum et la scène du risque pour souligner comment la procédure démocratique classique est déconnectée de la production de ce qui fait sens48. Comment donc mettre en scène le risque de façon juste et efficace ? Comment définir l’« acceptabilité » d’un risque ?

  • 49 Pour plus de détails, voir J. Lolive, op. cit.

42Une illustration en est fournie par le manque de débat sur le risque résiduel et les sacrifiés de la protection à propos du risque d’inondation que fait peser le Var sur l’agglomération de Nice. Pour prévenir une rupture des endiguements en cas de crue exceptionnelle, les aménageurs et les administrateurs responsables prévoient « l’aménagement de portions de digues déversantes »49. Ces digues (comme des fusibles) pourront céder en cas de trop fortes crues et laisser l’eau se répandre dans la plaine alluviale. Ce perfectionnement du dispositif de protection n’est pas passé inaperçu des agriculteurs riverains du Var, qui pourraient en subir les conséquences. Il rend visible le risque résiduel, celui qui excède les dispositifs de protection. L’émoi des acteurs les plus exposés au risque nécessite l’instauration d’un espace public pour débattre de qui sera en quelque sorte « sacrifié ». Les agriculteurs riverains peuvent-ils être « sacrifiés » au nom de l’aménagement urbain et de la protection des populations ? Peut-on faire démocratiquement des choix douloureux et désigner des « perdants » ? Peut-on imaginer des modalités de représentation qui permettent la prise de décisions difficiles en leur conférant un surcroît de sens ? Comment organiser la mise en visibilité du risque afin de mieux partager l’incertitude ?

43Pour agir en situation de risque, il est donc devenu nécessaire d’inventer les indispensables mises en scène, simulations, cartographies, dramatisations, qui faciliteront de telles prises de décisions sans sacrifier le débat démocratique. Le thème de l’apparence, si cher à Arendt pour fonder l’espace public, et dont la spatialité est incontournable, trouve ici une pertinence renouvelée.

44En somme, loin d’avoir perdu de sa pertinence, la préoccupation pour l’espace public demeure essentielle pour affronter les défis posés par le devenir de la société contemporaine. Il faut toutefois ramener sans cesse la notion à la spatialité qui en fonde l’intérêt théorique et la portée pratique. La réflexion politique, notamment grâce à Hannah Arendt, en avait eu l’intuition. Pour la développer, tout en renouvelant les approches, il est nécessaire de s’appuyer sur la pensée géographique qui montre combien la nature, l’activité et le devenir des êtres humains sont redevables de leur propre spatialité. Ainsi sera-t-il possible d’éviter l’écartèlement des recherches entre les dimensions morphologiques et institutionnelles de l’espace public.

45Nous avons essayé de proposer et de justifier une approche de l’espace public qui cherche à se déployer en associant étroitement trois composantes : la matérialité, la politique, l’action. Nous pensons que l’analyse de l’espace public ne peut plus faire l’économie de les considérer séparément. C’est d’ailleurs là que se situe la contribution originale de la pensée géographique.

46Celle-ci a en effet cultivé, tout au long de son histoire, un champ épistémologique fortement traversé par la question des rapports entre l’analyse scientifique et l’intervention, la description et l’action, la contemplation et l’aménagement. De plus, un certain nombre de ses outils conceptuels (comme le milieu ou l’environnement) se placent délibérément à l’intersection des plans définis par ce qu’on associe traditionnellement à la physique, à la politique et à l’action. La vieille idée d’intégration de la géographie humaine et de la géographie physique n’est qu’une manifestation de ce genre de visée complexe, toujours nécessaire lorsque l’on veut intervenir sur un problème et pas seulement faire un diagnostic. Contre la tendance prédominante à la spécialisation dans la science moderne, la conception géographique, en dépit des critiques dont elle a fait l’objet à plusieurs reprises, s’est en général efforcée d’associer plusieurs plans d’analyse et différentes échelles.

47Ce sont ces préoccupations d’intégration qui font écho à celles concernant la détermination des forums les plus représentatifs et en même temps les plus respectueux de la participation aux décisions, selon les règles d’une société démocratique qui a bien compris que les frontières territoriales ou disciplinaires n’étaient pas toujours les plus adaptées au traitement des problèmes. La richesse des convergences que sollicite la réflexion sur l’espace public en porte le témoignage. C’est une condition essentielle de la vie démocratique et de son devenir.

Notes

1 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise (éd. orig. 1962), Paris, Payot, 1978 (le titre en allemand est Strukturwandel der Öffentlichkeit).

2 C’est le point de vue exprimé par F. Tomas, « L’espace public, un concept moribond ou en expansion ? », Géocarrefour, 76, 2001, p. 75-84.

3 Comme souligné par M. Santos, La nature de l’espace (éd. orig. 1996), Paris, L’Harmattan, 1997.

4 P.C. da Costa Gomes, « Geografia fin de siècle, o discurso sobre a ordem espacial do mundo e o fim das ilusões », dans I. Castro, P.C. da Costa Gomes et R. Correa (dir.), Explorações geográficas, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 1997, p. 13-42.

5 H. Arendt, Condition de l’homme moderne (éd. orig. 1958), Paris, Calmann-Lévy, 1983.

6 Idées centrales dans les travaux de J. Habermas, comme par exemple dans Droit et démocratie (éd. orig. 1992), Paris, Gallimard, 1997.

7 J.N. Entrikin, « Le langage géographique dans la théorie démocratique », dans J. Lévy et M. Lussault (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux, Paris, Belin, 2000, p. 189-199.

8 V. Berdoulay, « Lieu et espace public », Cahiers de géographie du Québec, 41, 1997, p. 301-309.

9 J.-P. Augustin et D. Latouche (dir.), Lieux culturels et contextes de villes, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998 ; J.-P. Augustin et C. Sorbets (dir.), Sites publics, lieux communs, Talence, MSHA, 2000.

10 Sur les rapports de la scène et de l’espace, voir les remarques de J. Duvignaud, Lieux et non lieux, Paris, Galilée, 1977, p. 108 sq. ou de façon plus générale I. Joseph (dir.), Prendre place. Espace public et culture dramatique, Paris, Ed. Recherche – Plan Urbain, 1995.

11 Comme le rappelle I. Joseph, La ville sans qualité, La Tour d’Aygues, L’Aube, 1998, p. 52.

12 R. Sennett, Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1979 (éd. orig. 1977). Cette idée d’extimité est soulignée par J. Lévy, Le tournant géographique : penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin, 1999, p. 239.

13 Pour des tentatives de conciliation, voir E. Tassin, « Espace commun ou espace public ? », Hermès, 10, p. 23-37.

14 En particulier : M. Abensour et al. (dir.), Politique et pensée. Colloque Hannah Arendt, Paris, Payot, 1996 ; J. Taminiaux, La fille de Thrace et le penseur traditionnel. Arendt et Heidegger, Paris, Payot, 1992 ; E. Tassin, Le trésor perdu. Hannah Arendt, l’intelligence de l’action politique, Paris, Payot, 1999.

15 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel (éd. orig. 1981), Paris, Fayard, 1987, 2 vol.

16 Notamment B. Jobert, « Rhétorique politique, controverses scientifiques et construction des normes institutionnelles : esquisse d’un parcours de recherche », dans A. Faure, G. Pollet et P. Warin (dir.), La construction du sens dans les politiques publiques : Débats autour de la notion de référentiel, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 13-25.

17 F. Bastien et E. Neveu (dir.), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 57.

18 Voir notamment P.-B. Joly, C. Marris, O. Marcant, La constitution d’un « problème public » : la controverse sur les OGM et ses incidences sur la politique publique aux États-Unis (rapport de recherche au ministère de l’Agriculture et de la Pêche), vol. 2, Paris, INRA, 2001. (http://www.inra.fr/Internet/Directions/SED/science-gouvernance/publications.htm).

19 C. Glacken, Traces on the Rhodian Shore, Berkeley, University of California Press, 1967 ; A. Berque, Etre humains sur la terre, Paris, Gallimard, 1996.

20 Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 95.

21 Tassin, Le trésor perdu, op. cit., p. 117.

22 Arendt, op. cit., p. 41.

23 H. Arendt, La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique (éd. orig. 1961), Paris, Gallimard, 1972, p. 190.

24 Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 241.

25 V. Berdoulay et J.N. Entrikin, « Lieu et sujet. Perspectives théoriques », L’Espace géographique, 27, 1998, p. 75-89.

26 A. Berque, Ecoumène, Paris, Belin, 2000 ; M. Roux, Inventer un nouvel art d’habiter, Paris, L’Harmattan, 2002.

27 B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991.

28 C’est E. Tassin qui a le premier proposé cette notion pour distinguer chez H. Arendt le monde fabriqué par l’artifice humain et l’espace déployé par les actions des hommes. Cf. notamment E. Tassin, Un monde commun. Pour une cosmo-politique des conflits, Paris, Le Seuil, 2003, p. 294.

29 Sur cette conception, J. Lolive et A. Tricot, « L’expertise associative issue de la contestation des grandes infrastructures publiques de transport en France », Cahiers de géographie du Québec, 45, 2001, p. 246-267.

30 E. Tassin, Le trésor perdu, op. cit., p. 429.

31 Par exemple, G. Lipovetsky, « Espace privé, espace public à l’âge post-moderne », dans Citoyenneté et urbanité, Paris, Esprit, 1991, p. 105-122 ; M. Maffesoli, Le temps des tribus, Paris, Klincksieck, 1988 ; F. Dubet et D. Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Paris, Le Seuil, 1992.

32 C’est bien ce souci qui inspire les démarches urbanistiques les plus créatrices. Voir notamment P.G. Rowe, Civic Realism, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 1997 ; J. Borja et Z. Muxí, L’espai públic : ciutat i ciutadania, Barcelone, Diputació de Barcelona, 2001 ; J.-Y. Toussaint et M. Zimmermann (dir.), User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2001.

33 Comme au Brésil : voir les exemples fournis dans P.C. da Costa Gomes, A condição urbana. Ensaios de geopolítica da cidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 2002.

34 Cf. Gomes, op. cit. ; J. Roman (dir.), Ville, exclusion et citoyenneté, Paris, Esprit, 1993 ; F. Jauréguiberry, Les branchés du portable, Paris, PUF, 2003 ; D. Mitchell, The Right to the City, New York, Guilford Press, 2003.

35 H. Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., notamment p. 35-37.

36 U. Beck, « La politique dans la société du risque », Revue du MAUSS, 17, 2001, p. 376-393 (p. 390-91).

37 H. Arendt, op. cit., p. 283.

38 Voir J. Lolive, Les contestations du TGV Méditerranée : projet, controverse et espace public, Paris, L’Harmattan, 1999.

39 Pour reprendre, en la transposant, l’expression de Paul Ricœur, Lectures 1 (Autour du politique), Paris, Le Seuil, 1999, p. 62.

40 V. Berdoulay, « Géographie culturelle et liberté », dans J.-R. Pitte et A.-L. Sanguin (dir.), Géographie et liberté, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 567-573.

41 V. Berdoulay, I. Castro et P.C. da Costa Gomes, « L’espace public entre mythe, imaginaire et culture », Cahiers de géographie du Québec, 45, 2001, p. 413-428.

42 V. Berdoulay et M. Morales, « Espace public et culture : stratégies barcelonaises », Géographie et culture, 29, 1999, p. 25-42.

43 Les remarques qui suivent sont principalement fondées sur J. Lolive, Les contestations du TGV, op. cit.

44 B. Latour, Aramis, ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992.

45 Deux ouvrages récents témoignent de l’intérêt de cette approche, J.M. Callon, P. Lascoumes, Y. Barthe, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001 et A. Barry, Political Machine. Governing a Technological Society, Londres et New York, The Athlone Press, 2001. Dans les lignes qui suivent, nous nous appuyons principalement sur la critique d’Habermas par les auteurs du premier livre.

46 J. Habermas, La science et la technique comme « idéologie » (éd. orig. 1968), Paris, Gallimard, 1973.

47 U. Beck, La société du risque (éd. orig. 1986), Paris, Aubier, 2001.

48 Sur cette opposition, voir J. Lolive, « Comment traiter la question environnementale : politiques d’impact ou cosmopolitiques ? », dans T. Coanus (dir.), Risques et territoires, à paraître. La formule « scènes du risque » est reprise de G. Decrop, « Expertise et négociation des risques : les scènes locales du risque ont-elles une quelconque pertinence ? », dans C. Gilbert (dir.), Risques collectifs et situations de crise. Apports de la recherche en sciences humaines et sociales, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 251-267.

49 Pour plus de détails, voir J. Lolive, op. cit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540