Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots distordus

 | 
Stéphane Malfettes

Annexes

Biographies

Texte intégral

Einstürzende Neubauten

Le groupe s’est formé en 1980 à Berlin au sein d’un mouvement musical d’inspiration dadaïste, Die Geniale Dilletanten dont le programme était précisément de déconstruire toute convention musicale. Sous la forme d’un trio (Blixa Bargeld, N.U. Unruh et F.M. Einheit), ils enregistrent leur premier album intitulé Kollaps (Zick Zack, 1981), « furie bruitiste, froissements de tôles, crissements, destruction rythmique, sur lesquels plane la voix maladive et brisée de Blixa Bargeld. »203 Le groupe justifie ainsi son nom (« immeubles neufs en démolition ») en concevant la destruction comme moyen de créer un espace sonore. La formation se stabilise ensuite avec l’arrivée de Mark Chung et de Alexander Hacke qui participent au second album, Zeichnugen den Patienten O.T. (Some Bizarre, 1983), dont le titre est inspiré par les travaux du neuropsychiatre Leo Navratil. Leur démarche n’a rien perdu de son radicalisme mais les expérimentations sonores deviennent plus réfléchies. Cette tendance se confirme avec les enregistrements suivants, Halber Mensch (Some Bizarre, 1985), Fünf auf nah oben offenen Richterskala (Some Bizarre, 1987), Haus der Lüge (Some Bizarre, 1989) et Tabula Rasa (Mute, 1993) dont les compositions s’inscrivent de manière plus prégnante dans les schémas pop-rock en vigueur : « nous travaillons dans une discipline, la discipline de la pop-music. Avec l’album O. T., nous avons atteint le zénith de notre exploration de nouveaux sons. Nous essayons maintenant de placer les choses que nous trouvons dans des structures. Ça ne veut pas dire pour autant que nous étions chaotiques auparavant. Mais nous tentons maintenant de travailler avec les structures de la chanson, dans le but de les dissoudre »204. Einstürzende Neubauten est, officiellement, toujours en activité malgré le départ de F.M. Einheit et de Mark Chung ; leur dernier album en date, Ende Neu (Mute, 1996), a en partie été enregistré avec l’orchestre symphonique de Bruxelles. Les tournées de Einstürzende Neubauten ont toujours créé l’événement ; ils n’ont d’ailleurs plus le droit de se produire sur scène dans la ville de Rennes depuis leur passage à la Cité à la fin des années 1980, ayant fini leur concert-performance en s’attaquant à un mur de la salle au marteau-piqueur.

En marge de ces sept albums, les membres du groupe ont multiplié tous azimuts les projets en solo et les collaborations avec le cinéma ou le théâtre comme en témoignent les disques édités par le label qu’ils ont créé en 1990, Ego. Depuis 1983, Blixa Bargeld est aussi guitariste à plein temps des Bad Seeds, le groupe de Nick Cave.

Composition du groupe à l’époque de Die Hamletmachine  :

Blixa Bargeld – voix et guitare

F.M. Einheit – percussions

Alex Hacke – guitare

N.U. Unruh – bruits

Mark Chung – basse

The Disposable Heroes Of Hiphoprisy

Issu de San Francisco, « vieille rentière des contre-cultures et de la marginalité »205, ce duo se situe au croisement du hip hop et de la scène alternative. Après la séparation des Beatnigs (adeptes d’un rap industriel et théâtral signés par Alernative Tentacules, le label de Jello Biafra, exDead Kennedys), Michael Franti et Rono Tse calment leurs velléités avant-gardistes et fondent The Disposable Heroes Of Hiphoprisy (« les héros jetables de l’hip-hop-risie »). Leur premier album, Hipocrisy is the greatest luxury (Fourth and Broadway/Island, 1992), mélange ambiances jazzy et puissance des machines, discours intransigeant et ironie autoproclamée. Le duo est accompagné sur scène d’un batteur et d’un guitariste et leurs concerts s’appuient sur une audacieuse scénographie multimédia (téléviseurs, jeux de lumière, danses). Une des autres particularités de cette formation est qu’elle est née de l’association d’un noir (M. Franti) et d’un asiatique (R. Tse) ce qui est tout un symbole lorsque l’on connaît les relations tendues que leurs deux communautés entretiennent sur la côte ouest des États-Unis.

En 1993, ils rencontrent Hal Willner et composent la plupart du matériau sonore de Spare ass Annie (Fourth and Broadway/Island, 1993). Depuis, M. Franti a monté un autre groupe Spearhead qui, tout en conservant une base hip hop, s’oriente vers un rock plus large qui mélange soul et guitares musclées.

Composition du groupe à l’époque de Spare ass Annie :

Michael Franti – voix, guitare, basse, samples

Rono Tse – percussions, samples, breakdance (en concert)

Complot Bronswick

Le nom du groupe vient « tout bêtement d’un petit film d’animation “L’affaire Bronswick” sur l’image subliminale, cette fameuse 26e image qui est sensée influencer les spectateurs, et “Complot” pour nous consistant à donner notre avis sur les choses. C’est le mélange qui nous a intéressé là-dedans. Comme dans ce que nous faisons, mélanger cinéma et littérature ou peinture, essayer de décaler les choses »206. Complot Bronswick est donc né, à Rennes en 1981, de cette volonté de prouver que le rock n’est pas seulement affaire de décibels et qu’il peut s’ouvrir à d’autres formes artistiques (et que d’autres formes artistiques peuvent s’ouvrir au rock). Ainsi, dès la sortie de leur premier album auto-produit, L’Image oubliée (1982), les concerts que donnent le groupe font intervenir les arts plastiques et le théâtre : ils participent en effet au spectacle Icare, dans un entrepôt désaffecté avec le théâtre du Point du Jour. En 1983, la première version du spectacle Maïakovski est présentée à Rennes dans le cadre des Transmusicales, puis est reprise en avril 1984 au moment de la sortie de l’album du même nom (Maïakovski, Divine/Madrigal) dans la salle de l’Ubu. « Le groupe Complot Bronswick différent, oui, car il y a une détermination activiste chez « Complot Bronswick » pour provoquer l’événement dans les mutations du rock »207.

Le groupe tourne, participe à des spectacles et enregistre des albums jusqu’au début des années quatre-vingt (Dark room’s delights en 1986, Iconoclasmes [Iconaki] en 1988 et A kind of blue [MSI] en 1989, dont un morceau, « Les garçons sauvages », est influencé par le livre de Burroughs du même nom) ; au fur et à mesure les atmosphères « cold wave » des débuts cèdent la place à des influences plus électroniques. Beaucoup de musiciens et plusieurs chanteurs se sont succédés dans ce groupe dont François Possémé, Maurice Chesneau et Pierre-Yves André ont toujours constitué le noyau dur. Complot Bronswick devient d’ailleurs Complot ; leur dernier album en date, Complot (rrose selavy/Bondage, 1995), développe l’utilisation du sampleur et diversifie davantage les ambiances musicales. Aujourd’hui le groupe n’est plus en activité mais F. Possémé, qui est musicien dans d’autres formations et s’occupe du label rrose selavy, a l’intention de relancer de nouveaux projets.

Composition du groupe à l’époque de Maïakovski :

Patrick Chevalier – voix

Maurice Chesneau – Graphisme

Claude Gorophal – claviers

Jacques Duval – basse

Yves-André Lefeuvre – batterie

François Possémé – guitare

Notes

203 Jean-François Micard, Rhizomes, no 1, 1997, p. 18.

204 Cité par J.-F. Micard, Ibid ; p. 20.

205 Les Inrockuptibles, no 17, juillet 1992, p. 9.

206 M. Chesneau, entretien avec Dissonance, op. cit., p. 15.

207 Hervé Bordier, plaquette de présentation du spectacle Maïakovski.

© Éditions Mélanie Seteun, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540