Version classiqueVersion mobile

Le Monde du rock

 | 
Fabien Hein

Chapitre 1. L’enquête de terrain

Texte intégral

« And now is the time to realise, to have real eyes » « Et maintenant il est temps de réaliser, d'avoir des yeux réels »
Sex Pistols, I wanna be me [1976]

1. Éléments de méthode

  • 1 Peneff, J. 1995. Mesure et contrôle des observations dans le travail de terrain. L'exemple des prof (...)
  • 2 Schwartz, O. 1993. L'empirisme irréductible. In Anderson, N. Le Hobo : sociologie du sans-abri. Par (...)

1Ce travail de recherche se fonde sur une enquête ethnographique entamée début janvier 1999. Elle s'est prolongée de manière soutenue jusqu'en septembre 2002, puis de manière plus intermittente jusqu'à la fin juin 2003. Au cours de cette exploration, j'ai utilisé à la fois des méthodes qualitatives et des méthodes quantitatives. N'ayant aucune raison d'opposer ces deux modes de recueil de données qui sont à mes yeux complémentaires, j'en ai fait un très large usage. On reproche souvent à la méthode qualitative son manque de rigueur et d'objectivité. Or, la méthode qualitative, au même titre que la méthode quantitative, recourt elle aussi aux mesures, au raisonnement expérimental et à la vérification1. Pour des raisons propres au terrain étudié, ma démarche est empirique de part en part. Du côté qualitatif comme du côté quantitatif. Car il faut bien considérer que l'ensemble de mon travail provient de données recueillies sur le terrain. Données qualitatives comme données quantitatives. À ce titre, elles relèvent d'une certaine forme de « bricolage ». En effet, les réalités d'un monde souple, créatif et dynamique tel que le monde du rock s'accommodent difficilement d'une épistémologie trop rigide. Par conséquent, on pourrait dire que la méthode employée est à la mesure du monde du rock lui-même. C'est-à-dire « impur2 ».

  • 3 Schwartz, O. 1993, ibid., p. 264-305.
  • 4 Schwartz, O. 1993, ibid., p. 267.

2Pour autant, ce travail est-il dépourvu de rigueur ? J'ose espérer que non. J'ai tenté de contrôler « l'empirisme irréductible3 » de mon engagement ethnographique, en m'astreignant à porter un regard résolument critique et réflexif à son endroit. De manière à m'éloigner, autant que possible, d'un empirisme naïf, pour me rapprocher d'un empirisme qu'Olivier Schwartz décrit comme « raisonné, instruit, attentif à ses imprécisions nécessaires, cherchant à les limiter ou à les expliciter4 ».

3Cette enquête repose sur trois grandes pratiques ethnographiques : observer, écouter, dénombrer. Elles m'ont conduit à faire l'usage de plusieurs types d'instruments sociologiques. Ainsi, les données qualitatives ont été obtenues à l'aide de trois modes d'enquête : l'observation participante, l'observation « flottante » et l'entretien semi-directif. Les données quantitatives sont quant à elles le fruit d'une campagne de diffusion de questionnaires, mais également de la pratique du dénombrement. Au final, ce travail s'articule entièrement sur une démarche compréhensive. Oscillant entre description et interprétation. Ce qui toujours requiert de la prudence. Pour le producteur de ce travail comme pour son lecteur. Avant de rendre compte plus précisément des modes et des conditions de production des données, je propose de porter un bref regard sur mon propre positionnement au sein du monde du rock, puis sur le positionnement adopté pour la rédaction de ce livre.

4Mon positionnement au sein du monde du rock

Je suis personnellement investi dans le monde du rock depuis de longues années. En tant que simple consommateur depuis la prime adolescence, puis comme musicien, manager et comme critique musical depuis le début des années 90. Cette proximité de longue date avec ce qui est devenu un objet de recherche a considérablement facilité mon travail de terrain. L'intérêt assez large que je porte à ce monde m'a permis de constituer un capital culturel relativement solide dans ce domaine. Ce capital culturel est souvent mis à l'épreuve lors des rapports interindividuels. Le jeu des références discographiques est, par exemple, un outil d'évaluation efficace pour mesurer le niveau de connaissance de son interlocuteur. Les personnes que j'ai rencontrées l'ont très souvent utilisé pour tester ma « crédibilité ». Je m'y suis soumis volontiers. D'autre part, j'ai largement tiré profit de ma participation à un groupe de rock reconnu en Lorraine avec lequel j'ai enregistré trois disques et effectué plusieurs centaines de concerts en Europe. En outre, mes collaborations avec plusieurs fanzines et associations m'ont permis de jouir d'une certaine légitimité dans le monde du rock. Tous ces facteurs ont considérablement facilité ma recherche. Dans la majeure partie des cas, mes interlocuteurs me reconnaissaient physiquement ou m'identifiaient à la suite de recoupements logiques, voire par le bouche à oreille. Il est amusant de noter que, sachant que je menais une enquête, certains acteurs prenaient la liberté de me solliciter - avec insistance parfois - pour que je les rencontre dans le cadre d'un entretien. D'autres me conseillaient avec la même insistance de rencontrer leurs amis. D'autres m'ont invité spontanément à leurs réunions de travail ou à leurs soirées. D'autres encore m'ont invité à dîner chez eux en présence de leur famille. J'ai même eu la surprise d'en voir une poignée se présenter à mon domicile. Tout comme certains m'ont appelé afin de me faire part de leurs doléances concernant les agissements indélicats d'un organisateur de concert. Mais aussi pour justifier leur comportement à l'égard d'une institution. Ces exemples dénotent assurément d'une position favorable au sein du monde du rock. Mais ma position de chercheur m'a également valu de la méfiance ou des commentaires ironiques quelquefois. Dans ce cas, ils provenaient soit d'acteurs ayant développé une paranoïa à l'endroit de l'ensemble du corps social, soit d'acteurs désabusés ayant préalablement eu affaire à des sociologues ou à des journalistes. Je me suis souvent réjoui des taquineries d'un acteur local, « fort en gueule », qui, lorsque nous nous croisions lors d'un concert, s'ingéniait à lancer à la cantonade des propos du type « faites gaffe, c'est un sociologue ! » ou « tu comptes la vendre combien ta thèse au ministère de l'Intérieur ? ». Cela n'a jamais affaibli ma position car j'ai toujours accueilli ces propos par des rires sincères. Accepter de rire de soi en public me semble être un moyen très efficace pour se fondre dans le paysage. Participer aux activités en est un autre. Mais avant d'aborder ce point, il me faut rapidement évoquer mon positionnement pour la rédaction de cet ouvrage.

5Mon positionnement pour la rédaction de cet ouvrage

Mon travail de recherche repose sur une expérience de terrain. La description et l'interprétation que j'en propose me sont strictement personnelles.

  • 5 Sardan de, O. 2000. Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l'enquête de terrai (...)

À ce titre, j'ai délibérément pris le parti d'employer la première personne. Il n'est pas dans mes intentions d'alimenter le débat quant aux mérites comparés de l'usage de la première personne5. Je n'entends pas verser dans un excès réflexif. Pas davantage que dans une absence de réflexivité. Mon projet est d'ordre pragmatique. Il vise simplement à faire le point sur mon positionnement au cours de l'enquête, puis au cours de sa restitution écrite. Je vais présenter maintenant, de manière plus précise, les différents modes de production de données auxquels j'ai eu recours ainsi que leurs conditions de mise en œuvre.

1.1. L'observation

1.1.1. Observation participante

  • 6 Ces données ont été systématiquement consignées au sein d'une dizaine de cahiers grand format, ce q (...)
  • 7 Gold, R. L. 1958. Roles in sociological field observations. Social Forces, no 36, p. 217-223. Cité (...)

6L'observation participante a constitué un mode opératoire fondamental pour récolter des données6. À cette fin, j'ai adopté une démarche résolument volontariste. Les quatre années passées sur le terrain m'ont ainsi conduit à multiplier les expériences. Ce qui m'a permis de gagner en polyvalence et d'enrichir mes points de vue. Bien entendu, mon investissement ne s'est pas toujours traduit de la même manière. Si l'on reprend la typologie des formes d'observation participantes établie par Raymond Gold7, j'ai alternativement tenu des rôles périphériques, actifs ou en immersion totale. Je vais présenter ci-dessous l'ensemble de ces rôles en les resituant dans leur contexte.

Les groupes de rock

  • 8 Ayant entamé cette recherche pendant que je pratiquais au sein d'un groupe de rock, j’ai rapidement (...)
  • 9 Le roadie accompagne un groupe lors de ses déplacements en concert. Il s'agit le plus souvent d'un (...)
  • 10 Le récit de cette expérience existe sous deux versions différentes. La version scientifique se trou (...)
  • 11 Entre le 5 et le 22 juin 2003, nous avons parcouru 5 550 miles (8 929 kilomètres) et traversé dix-n (...)

7Après avoir mis un terme à ma propre pratique musicale en groupe8, j'ai pu me rendre disponible pour accompagner directement plusieurs formations locales. De manière ponctuelle, j'ai assisté à leurs répétitions et je les ai suivis lors de leurs déplacements en concerts en occupant le rôle de roadie9. Le point d'orgue de ce travail fut d'accompagner un groupe en tournée aux États-Unis en juin 200310. Ce qui a constitué une véritable immersion au sein d'un groupe de rock. J'ai occupé plusieurs fonctions au cours de cette tournée. On peut en distinguer quatre grands pôles. Premièrement, il s'agissait de partager le fonctionnement quotidien du groupe dans ses aspects les plus généraux. Par exemple, pour un trio, fractionner le temps de conduite par quatre au lieu de trois, constitue un soulagement considérable compte tenu des distances entre les villes américaines11. Deuxièmement, du point de vue des musiciens, il était très appréciable de pouvoir disposer d'un assistant technique veillant à leur confort sur scène (tenir des rafraîchissements à leur disposition, surveiller leurs effets personnels, etc.). De plus, je les débarrassais de certaines tracasseries d'après concert (récupérer le cachet, trouver un endroit ou dormir, conduire le véhicule, etc.). Troisièmement, j'ai eu pour attributions la vente et la gestion du merchandising du groupe, à savoir les disques et les produits connexes tels que les t-shirts ou les casquettes. Enfin, outre la comptabilité du merchandising, j'ai également tenu la comptabilité de la tournée elle même.

Organisation de concerts

8J'ai participé à l'organisation effective d'une trentaine de concerts pour le compte de trois associations locales. Dans ce cadre, il s'agissait essentiellement d'assurer l'accueil pour les groupes programmés et de veiller au bon déroulement technique du concert. Par là, il faut entendre une diversité d'activités. Celles que j'ai occupées le plus fréquemment sont les suivantes : alimenter le bar, tenir le bar, dresser la table pour les repas, préparer le repas, tenir la caisse de la billetterie, effectuer le contrôle billets, apporter un soutien à l'équipe de techniciens son et lumière, nettoyer la salle de concert. Mais ces fonctions sont généralement très ponctuelles. L'organisation de concerts nécessite également un travail en amont. Pour élargir mon champ d'observation dans cette direction, j'ai procédé moi-même à la programmation et à l'organisation de trois concerts. Toutefois, seul l'un d'entre eux a pu se dérouler effectivement.

Réunions associatives, constitution de réseaux et actions fédératrices

9En réponse aux sollicitations de certains acteurs de terrain avec lesquels j'avais noué de bonnes relations, j'ai accepté de participer à la vie associative de deux associations. Les activités de la première d'entre elles visaient à l'édition d'un fanzine, à l'organisation de concerts et à la gestion d'un réseau de distribution de produits rock (disques et fanzines notamment). Je suis entré dans le bureau de l'association au moment où elle tentait de mettre en œuvre un plan de sauvetage pour éviter qu'elle ne sombre. Une situation rendue d'autant plus délicate qu'elle comptait un emploi salarié sous dispositif emploi-jeune. Malgré nos efforts, rien n'a pu inverser son lent déclin. Nous avons simplement pu mettre en place des cellules de réflexion visant à limiter les effets du désastre humain, administratif et financier qui s'annonçait. J'ai ainsi assisté au processus de fin de vie d'une association en accompagnant son démantèlement. Plus prospère, la seconde association était quant à elle entièrement dévolue à l'organisation de concerts. En tant que membre de son conseil d'administration, j'ai donc participé aux moments forts de son fonctionnement que sont les réunions et les élections. Et j'ai bien entendu également été mis à contribution lors de la tenue des concerts au travers d'un certain nombre de fonctions évoquées plus haut. J'ai tenu un rôle plus périphérique avec une troisième association à laquelle j'avais adhéré par curiosité. Il s'agissait d'une association de rockers nostalgiques des années 60. Composée d'une majorité de quinquagénaires, l'association s'était fixée pour objectif de promouvoir les groupes de rock de cette époque, notamment par le biais de l'organisation d'un festival annuel au cours duquel certains de ces groupes se reconstituaient pour l'occasion. Si j'ai participé aux activités de cette association en répondant aux invitations de réunion et en me rendant aux manifestations organisées, je n'y ai cependant jamais pris une part active, m'en tenant à une stricte observation.

  • 12 Schwartz, O. 1993, op. cit., p. 271.

10Il me faut néanmoins faire état d'un certain nombre de difficultés rencontrées au cours de ces observations participantes. En effet, même si j'ai toujours tenté d'observer une certaine neutralité sur le terrain, j'ai cependant rencontré un certain nombre d'obstacles. Par exemple, en tant que membre d'un conseil d'administration, il m'est arrivé de devoir défendre les positions d'une association lors d'une réunion importante. La maladie d'un salarié, les indisponibilités des autres membres du bureau m'ont renvoyé brutalement devant le fait qu'il n'existait pas d'observation neutre12. Je me suis trouvé dépassé par une situation que j'avais moi-même favorisée. Dans un autre registre, lors d'une assemblée générale extraordinaire d'une fédération, s'est très clairement posée la question de sa liquidation. Les discussions allaient bon train, mais aucun des acteurs présents n'eut l'idée de soulever le problème du salarié de cette fédération. Là aussi, j'ai été contraint à sortir de mon rôle pour déclarer ma stupéfaction devant la tournure radicale des événements et m'opposer à des méthodes particulièrement expéditives, contraires à mon éthique.

Juré tremplins

11J'ai été sollicité à trois reprises pour participer à des opérations de sélection. Dans le premier cas, il s'agissait d'opérer une sélection de titres live destinés à figurer sur une compilation présentant des groupes metal lorrains. Opération en deux étapes consistant d'abord à effectuer un choix individuel, qui une fois stabilisé, devait être confronté au sein d'un groupe de six acteurs. Dans le second cas, j'ai été sollicité pour évaluer les prestations scéniques d'un certain nombre de groupes d'une même ville afin de déterminer leur ordre de passage au cours d'un festival important. Dans le troisième cas, j'ai participé pendant trois années consécutives à une opération de sélection visant à retenir des formations locales en vue de leur participation aux épreuves de présélection, puis de sélection dans le cadre du festival des Eurockéennes. Ce qui m'a permis de recueillir un certain nombre d'indications quant aux instruments de mesure mobilisés par les jurés pour évaluer la qualité artistique d'un groupe de rock.

1.1.2. Observations directes

  • 13 Lors de l’une d'entre elles, j'ai pu tenir stand avec l'un de ses protagonistes que j'avais eu l'oc (...)

12J'ai réalisé un grand nombre d'observations directes en fréquentant régulièrement les lieux de convergence majeurs des amateurs de rock. Les concerts/festivals et les disquaires en constituent probablement l'expression la plus manifeste. Concernant les concerts et festivals, j'ai pu en fréquenter 181 au total au cours de mon enquête. Plus précisément, cela représente 130 concerts et 14 festivals en région, 9 concerts hors région, 15 concerts en Allemagne, 12 au Luxembourg et un festival en Belgique. Je me suis ainsi astreint à fréquenter une gamme de lieux allant des salles de grande contenance de type Zénith, aux salles d'une jauge réduite et confidentielle de type bars ou squats. J'ai également fréquenté la majorité des lieux d'approvisionnement en disques de la région, allant du stand informel présent lors d'un concert, au disquaire traditionnel ou d'occasion, jusqu'aux grandes surfaces et leurs rayons. Mes déplacements en concerts par exemple s'accompagnaient souvent d'une visite exploratoire de ces lieux. Toutefois, j'ai réduit cette fréquentation à la poignée de disquaires (4) avec lesquels j'ai pu entretenir des relations privilégiées. Notons également que j'ai fréquenté une dizaine de bourses aux disques13 ainsi que trois conventions musicales portant plus particulièrement sur le genre metal. Ces lieux constituent des pôles d'attraction majeurs pour l'amateur de rock. Ils constituent à ce titre des postes d'observation privilégiés.

1.1.3. Observations flottantes

  • 14 Pétonnet, C. 1982. L'observation flottante. L'exemple d'un cimetière parisien. L'Homme, no XXII, no(...)

13Bien entendu, mon attention n'était pas mobilisée en permanence en vue de produire des observations systématiques. J'ai également pratiqué l'observation flottante qui « consiste à rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l'attention sur un objet précis, mais à la laisser « flotter » afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu'à ce que des points de repères, des convergences, apparaissent et que l'on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes14 ». C'est de cette manière que j'ai pu aborder la fréquentation de certains disquaires ou de certains concerts auxquels je me rendais à des fins non directement ethnographiques. C'est sur ce mode-là également que j'ai envisagé un certain nombre de réunions, de fêtes, de rencontres dans des bars ou encore de discussions entre amateurs.

1.1.4. Une démarche d'observation comparative

14Un monde du rock local n'est jamais aussi révélateur que lorsqu'on le compare à un autre monde du rock. La proximité géographique de la Lorraine m'a permis de procéder à un petit nombre de comparaisons transfrontalières sur des dispositifs bien précis comme la diffusion, la distribution de disques, la presse spécialisée et les amateurs eux-mêmes (consommateurs et producteurs). J'ai adopté cette démarche en Allemagne (en Sarre : Sarrebruck, Blieskastel et Homburg, en Rhénanie-Palatinat : Trêves, et en Hesse : Francfort), au Luxembourg (ville d'Esch-sur-Alzette), ainsi que de manière moins soutenue en Belgique (ville d'Agimont dans les Ardennes). Ce travail comparatif s'est effectué sur la base d'observations participantes au cours desquelles j'ai tantôt intégré un noyau d'amateurs, tantôt accompagné des groupes de rock sur les lieux de leurs concerts.

1.1.5. Difficultés rencontrées

15Cette plongée dans le monde du rock a révélé sa complexité. Vouloir saisir le monde du rock dans sa globalité est une illusion tant les activités qui s'y déroulent sont nombreuses. L'épreuve de réalité a tôt eu raison de mes ambitions. Il me faut ainsi reconnaître avoir négligé, faute de temps, certains lieux, dispositifs ou acteurs tels que les magasins d'instruments, les écoles de musique, les radios, les techniciens son et lumière, les graphistes et les photographes, etc.

1.2. L'écoute

  • 15 Hugues, E. C. 1996. Le regard sociologique. Essais choisis. Paris : EHESS, p. 273.
  • 16 Enregistrés en mode « mono » sur Minidisc.
  • 17 Pour ce livre, je n'ai exploité que 58 entretiens. Ils ont été réalisés avec 51 acteurs.
  • 18 Beaucoup d’entre eux sont à la fois musiciens, organisent des concerts, occupent des responsabilité (...)

16« Aller sur le terrain signifie interroger l'échantillon retenu » a écrit Everett Hugues15. Suivant ses conseils, mon travail d'observation a été complété par la réalisation d'une centaine d'entretiens semi-directifs16 menés auprès de 85 acteurs de terrain17. En majorité ces acteurs cumulaient plusieurs types d’activités au sein du monde du rock18. C'est pourquoi les entretiens ont fréquemment abordé plusieurs thématiques liées aux pratiques de chacun. Par conséquent, il est plus opportun de lister les sujets de discussion que les fonctions auxquelles elles renvoient mécaniquement.

1.2.1. Thématiques abordées

17Par ordre d'importance, les entretiens ont permis d'aborder les vingt-six thématiques suivantes :

  1. La carrière de musicien : 24 reprises, dont 13 exclusivement sur ce thème

  2. Les fanzines et les newsletters : 16 reprises

  3. L'organisation et la programmation de concerts : 15 reprises

  4. Les emplois-jeunes : 11 reprises

  5. La production phonographique : 8 reprises

  6. La distribution phonographique : 6 reprises

  7. Les disquaires d'occasion : 6 reprises

  8. Les locaux de répétition : 6 reprises

  9. La carrière d'amateur : 5 reprises

  10. Le management : 5 reprises

  11. Les responsabilités associatives : 5 reprises

  12. Les disquaires traditionnels : 3 reprises

  13. Les rôles des chargés de mission « musiques actuelles » : 3 reprises

  14. Les webzines : 2 reprises

  15. Les responsables de rayons disques : 2 reprises

  16. La médiation culturelle et l'animation : 2 reprises

  17. Le travail en studio : 2 reprises

  18. Le collectif artistique : 1 reprise

  19. La sonorisation : 1 reprise

  20. La lutherie : 1 reprise

  21. Les centrales d'achat : 1 reprise

  22. Les chaînes de disquaires : 1 reprise

  23. La gestion d'un centre de ressources « musiques actuelles » : 1 reprise

  24. La production de spectacles et sa communication : 1 reprise

  25. La promotion phonographique : 1 reprise

  26. L'activité de roadie et la location de camion : 1 reprise

1.2.2. Contextes des entretiens

18En règle générale, les entretiens étaient uniques et avaient une durée moyenne comprise entre une et trois heures. Certains entretiens me paraissant particulièrement féconds, j'ai obtenu de pouvoir les prolonger par une seconde séance avec cinq de mes interlocuteurs, voire lors d'une troisième séance avec trois d'entre eux. La majorité de ces entretiens s'est tenue dans un café. J'ai pu en réaliser également un grand nombre au domicile de certains acteurs. Dans quelques rares cas particuliers (3), les entretiens se sont déroulés non pas en face à face, mais dans le cadre d'un entretien épistolaire, une pratique dont les acteurs du rock sont relativement coutumiers, notamment pour ce qui relève de ses rapports avec la presse spécialisée.

1.2.3. Difficultés rencontrées

19Je n'ai généralement pas rencontré de difficultés pour obtenir des rendez-vous. Néanmoins il m'est arrivé d'être confronté à quelques obstacles. Dans un très petit nombre de cas, je me suis trouvé en face d'acteurs développant des stratégies d'évitement alors même qu'ils avaient chaleureusement accepté de me rencontrer. Certains annulaient nos rendez-vous de manière impromptue. D'autres s'affairaient à un certain nombre d'activités en ma présence pour finir par me demander de fixer une nouvelle date. Pour d'autres encore, il a réellement fallu faire preuve d'un flegme particulier pour mériter de pouvoir m'entretenir avec eux. En effet, un petit nombre d'acteurs ont un rapport très particulier au temps. Il m'est arrivé de me présenter à l'heure convenue et ne pouvoir démarrer l'entretien que quatre heures plus tard. Après avoir effectué plus d'une heure de route afin de rencontrer un acteur, il n'est pas opportun de lui manifester de la désapprobation lorsqu'il se présente à son domicile avec une heure et demie de retard. Pas plus qu'on ne lui refuse de l'aider dans la foulée à changer les roues de son véhicule pendant qu'il vous glisse avec un large sourire que : « c'est ça le rock ! ». C'est aussi ça l'observation participante !

20Cette anecdote mise à part, la plus grande difficulté consistait à pouvoir mener des entretiens avec les acteurs en situation professionnelle. Cela a été tout particulièrement le cas avec les disquaires. Aucun d'entre eux n'a consenti à m'accorder d'entretien en dehors de ses heures de travail. Dans un cas, ils parvenaient à s'isoler momentanément pour se consacrer à l'entretien. Dans l'autre, l'entretien se déroulait en présence des clients de passage à un moment ou la fréquentation du lieu était supposée moindre. Si bien qu'il m'a souvent fallu réitérer les entretiens et profiter des brefs moments d'accalmie pour les mener. Procéder à des entretiens dans ces conditions est très inconfortable. Elles démontrent toutefois que les acteurs dont l'occupation professionnelle est la musique, ne cherchent pas forcément à en prolonger l'emprise en dehors de leur temps de travail, contrairement aux non professionnels de la musique qui n'ont jamais hésité à m'accorder de leur temps après leur travail.

Avertissement

  • 19 Afin de préserver l'anonymat des interviewés, les prénoms ont tous été modifiés.
  • 20 Le cumul de l’ensemble des entretiens atteint 560 pages.

21Cet ouvrage est jalonné de nombreux extraits d'entretiens. À la fin de chacun d'entre eux, on trouvera systématiquement [entre crochets] déclinés les éléments suivants : prénom de l'auteur des propos19, âge, qualité professionnelle et activités exercées au sein du monde du rock20.

1.3. Le dénombrement

1.3.1. Recensement

  • 21 « La complémentarité entre le calcul numérique et l'observation directe est une forme banale du tra (...)
  • 22 Certains acteurs locaux profitaient des mes nombreux déplacements pour me demander quelquefois de d (...)
  • 23 En Moselle : CIR (Centre Info Rock), 10-12, rue des Trinitaires, 57040 Metz et La Battucada, 74/76, (...)

22Beaucoup de données obtenues se fondent sur la pratique du dénombrement21. La fréquentation prolongée du monde du rock m'a permis de saisir une large gamme d'objets utiles à mon enquête. Il n'est pas besoin de rappeler l'importance de la presse spécialisée par exemple (on y trouve des interviews d'artistes, des commentaires critiques, des encarts publicitaires). J'ai ainsi fait l'acquisition de la majeure partie des fanzines locaux en activité au cours de mon enquête. Avec l'aide de quelques informateurs, j'ai également procédé à une collecte systématique d'agendas culturels, de répertoires spécialisés, de mensuels gratuits, de pages culturelles dans la presse quotidienne régionale, de lettres d'informations, de bulletins, de plaquettes de présentation, mais également de flyers et d'affiches22. Parallèlement, j'ai également recueilli un grand nombre de biographies et de disques de groupes rock. Outre les informations qu'ils contiennent, l'accumulation de ces objets renseigne de manière particulièrement fiable quant aux différentes logiques d'action à l'œuvre dans le monde du rock. Ils présentent en outre, l'avantage d'être totalement vierges d'effets induits par le chercheur. En accumulant ces indicateurs, j'ai ainsi pu procéder au recensement systématique des dispositifs et des lieux en activité en région. Tout comme les objets m'ont permis de remonter jusqu'à leurs producteurs. Dans la mesure du possible, les données obtenues ont été croisées avec un certain nombre d'éléments fournis par une expertise indigène issue de chacun des quatre départements lorrains. En effet, dans le cadre de leurs activités, certains acteurs locaux sont amenés à produire des recensements auxquels j'ai pu avoir accès. Dans ce cas, il s'agissait essentiellement d'organisateurs de tremplins (Eurockéennes et Printemps de Bourges) et d'institutions menant des activités visant à la structuration du secteur des musiques actuelles23.

1.3.2. Questionnaires

23Les données quantitatives ont été obtenues à partir d'un échantillon constitué d'acteurs issus du monde du rock lorrain. Cet échantillon a été composé à partir du recensement systématique des activités et des acteurs rock en région. C'est sur cette base que j'ai pu lancer une campagne de diffusion de questionnaires par correspondance auprès de 509 acteurs régionaux. Ces questionnaires relativement longs comprenaient 123 questions. La moitié des questions portaient sur les caractéristiques individuelles des acteurs. L'autre moitié portait davantage sur les activités qu'ils pratiquaient et notamment sur les investissements qu'ils consacraient à ces activités. Cette partie était elle-même segmentée en blocs de questions portant sur des activités spécifiques comme la pratique de groupe, les fanzines, l'organisation de concerts, les labels. Si bien que sauf à pratiquer l'ensemble de ces activités, les acteurs interrogés n'avaient pas à compléter les blocs de questions ne les concernant pas.

  • 24 Ayant clairement annoncé sur mon questionnaire que je menais un travail sur le monde du rock, ceux (...)

24J'ai limité les risques de non-retour des questionnaires en les accompagnant d'une enveloppe affranchie à mon adresse. Dans un petit nombre de cas, certains relais locaux (animateurs et médiateurs culturels notamment) dont les activités permettaient de toucher un grand nombre d'acteurs ont assuré la distribution et la collecte de ces questionnaires. Au final, 272 questionnaires me sont revenus complétés24. Soit un taux de retour s'élevant à 53 %, ce qui constitue un chiffre fort honorable en regard du pourcentage de participation habituel à ce type d'enquête, dont on sait qu'il se situe aux alentours de 10 %.

1.3.3. Difficultés rencontrées

25La pratique du dénombrement fige le monde du rock à un moment de son histoire. Ce qui n'ôte rien à son caractère dynamique. Au contraire, cela contribue à en rendre compte. Le monde du rock est un monde en mouvement. À ce titre, il est complexe de le saisir. Ce qui rend nécessaire de multiplier les stratégies spécifiques de recueil de données. Ces stratégies ont leurs limites dans la mesure où les résultats qu'elles produisent sont difficiles à comparer avec d'autres sources. Ces dernières étant très peu nombreuses. Lorsqu'elles existent, elles sont souvent parcellaires. Habituellement, les recensements produits par les acteurs locaux sont de deux types. Les premiers émanent de structures organisant des événements tels que les tremplins par exemple. Ces structures disposent alors des références des groupes candidats. Ce qui permet d'effectuer un certain nombre de recoupements. Les seconds proviennent d'institutions (Association départementale pour le développement des activités musicales et chorégraphique, centre de ressources de la culture) qui quelquefois, proposent des catalogues ou des cartes culturelles. Pour ces recensements, elles procèdent sur la base du volontariat. Comme pour l'Officiel de la Musique. C'est-à-dire qu'elles adressent des fiches signalétiques à un ensemble d'acteurs qui acceptent de les compléter ou non. Quelques exemples, en 1999, l'ADDAM 54 publie le Répertoire musique, danse, théâtre en Meurthe-et-Moselle au sein duquel se trouvent répertoriés 48 groupes de rock. En 2002, la même structure publie Le guide des adresses musique, danse, théâtre en Meurthe-et-Moselle. Le guide répertorie 14 groupes de rock, 8 diffuseurs et 4 locaux de répétition. Ces chiffres sont toujours très nettement inférieurs à ceux que j'ai pu obtenir moi-même. Tout observateur sérieux du monde du rock le sait de manière intuitive. C'est pour cela qu'il est impossible de se contenter des seuls chiffres fournis par les institutions. J'ai donc complété ces relevés par mes propres moyens. Ce qui modifie considérablement la nature des résultats.

26Une autre difficulté du dénombrement réside dans la capacité des acteurs à produire des évaluations chiffrées quant à leurs investissements - financiers et temporels - consacrés à la consommation et à la production culturelle. Ces dépenses sont rarement consignées par les acteurs. De plus, leur intensité est très variable et elles ont tendance à s'égrener dans le temps. Ces évaluations font donc davantage appel à la mémoire qu'à des données strictement objectives (comptabilité analytique par exemple). C'est la raison pour laquelle certaines réponses à mes questions leur ont été difficiles à fournir. Un exemple. S'il est envisageable de fournir une estimation globale du coût de production d'un disque, il est nettement plus délicat de décomposer ces charges en trois postes comme je leur ai demandé (enregistrement, pressage, promotion). Par conséquent, l'exercice auquel j'ai soumis les acteurs du monde du rock n'a pas été chose aisée. Et pourtant, la majorité de l'échantillon s'y est pliée de bonne grâce. Le temps et les efforts qu'ils ont consentis à fournir dans le cadre de cette recherche me semblent être les premiers indicateurs objectifs de leur attachement au rock.

Pour conclure. La combinaison réflexive des méthodes d'observation, d'entretien et de dénombrement devrait garantir la validité de mes démonstrations. J'ai toujours eu le souci de la mesure et du contrôle dans mon travail de terrain. Cela étant dit, et après cette présentation des méthodes d'enquête employées, il s'agit dès à présent de porter le regard sur un certain nombre de choses produites par le monde du rock.

Notes

1 Peneff, J. 1995. Mesure et contrôle des observations dans le travail de terrain. L'exemple des professions de service. Sociétés Contemporaines, no 21, p. 121.

2 Schwartz, O. 1993. L'empirisme irréductible. In Anderson, N. Le Hobo : sociologie du sans-abri. Paris : Nathan, coll. Essais & recherches, p. 266.

3 Schwartz, O. 1993, ibid., p. 264-305.

4 Schwartz, O. 1993, ibid., p. 267.

5 Sardan de, O. 2000. Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l'enquête de terrain. Revue Française de Sociologie, no 41-3, p. 417-445.

6 Ces données ont été systématiquement consignées au sein d'une dizaine de cahiers grand format, ce qui représente environ 1 200 pages manuscrites.

7 Gold, R. L. 1958. Roles in sociological field observations. Social Forces, no 36, p. 217-223. Cité par Coulon, A. 1994. L'école de Chicago. Paris : PUF, coll. Que sais-je ?, no 2639. 1re éd. 1992, p. 95.

8 Ayant entamé cette recherche pendant que je pratiquais au sein d'un groupe de rock, j’ai rapidement eu l’intuition que la plate-forme d'observation dont je disposais ne me donnait pas suffisamment de champ. La position de leader que j'y occupais ne m'offrait pas suffisamment de possibilités de recul pour pouvoir observer autre chose que les comportements que j'induisais. De plus, à cette activité extrêmement chronophage (trois à quatre répétitions par semaine d'une durée de quatre heures minimum, les concerts le week-end et les déplacements afférents sur le territoire national et les pays limitrophes (Belgique, Italie, Allemagne), les recherches de concerts, les enregistrements, etc., représentaient un volume de travail fluctuant entre 20 et 60 heures par semaine). Vouloir mener de front un travail salarié (à mi-temps), un groupe de rock tout en étant investi dans une recherche universitaire exigeante s'est rapidement révélé incompatible. J'ai donc pris la décision de m'extraire du groupe de rock au sein duquel j'exerçais les fonctions de bassiste et de manager vers la fin 1999. Ce qui m'a permis de décentrer mon regard.

9 Le roadie accompagne un groupe lors de ses déplacements en concert. Il s'agit le plus souvent d'un proche du groupe. Il participe au chargement, à l'installation et à la désinstallation de l'équipement instrumental et peut également être chargé de conduire le véhicule utilisé pour le déplacement. Pendant le concert, il assure une assistance technique aux musiciens et veille à ce qu’ils ne manquent de rien.

10 Le récit de cette expérience existe sous deux versions différentes. La version scientifique se trouve dans HEIN, F. 2004. Ethnographie d’un groupe de rock en tournée aux États-Unis. Ethnographiques.org, no 5. http://www.ethnographiques.org/documents/artide/ArHein2.html. La version « rock'n'roll » a été publiée dans les numéros 3, 4 et 5 du fanzine Kérosène.

11 Entre le 5 et le 22 juin 2003, nous avons parcouru 5 550 miles (8 929 kilomètres) et traversé dix-neuf états pour relier treize villes différentes, dans un périmètre s'étendant de New York à la Nouvelle-Orléans et de Minneapolis à Cleveland (côte Est et Midwest).

12 Schwartz, O. 1993, op. cit., p. 271.

13 Lors de l’une d'entre elles, j'ai pu tenir stand avec l'un de ses protagonistes que j'avais eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises dans ce type d'endroit et avec lequel j'avais sympathisé.

14 Pétonnet, C. 1982. L'observation flottante. L'exemple d'un cimetière parisien. L'Homme, no XXII, no 4, p. 39.

15 Hugues, E. C. 1996. Le regard sociologique. Essais choisis. Paris : EHESS, p. 273.

16 Enregistrés en mode « mono » sur Minidisc.

17 Pour ce livre, je n'ai exploité que 58 entretiens. Ils ont été réalisés avec 51 acteurs.

18 Beaucoup d’entre eux sont à la fois musiciens, organisent des concerts, occupent des responsabilités associatives, etc. Il faut noter que les acteurs qui se sont prêtés au jeu de l'entretien ne sont pas nécessairement ceux ayant répondu à mon questionnaire.

19 Afin de préserver l'anonymat des interviewés, les prénoms ont tous été modifiés.

20 Le cumul de l’ensemble des entretiens atteint 560 pages.

21 « La complémentarité entre le calcul numérique et l'observation directe est une forme banale du travail de l'esprit qui mélange sans cesse les produits de l'observation et divers niveaux de mesure ». In Peneff, J. 1995, op. cit., p. 124.

22 Certains acteurs locaux profitaient des mes nombreux déplacements pour me demander quelquefois de déposer leurs flyers, affiches, newsletters ou agendas dans certains lieux stratégiques, ce que j’ai toujours accepté très volontiers.

23 En Moselle : CIR (Centre Info Rock), 10-12, rue des Trinitaires, 57040 Metz et La Battucada, 74/76, route de Thionville, 57050 Metz Nord. En Meurthe-et-Moselle : Pôle des musiques actuelles, 48, rue Blandan, 54000 Nancy ; Zic Zac en Lorraine, 61, rue Sellier, 54000 Nancy ; Service Jeunesse de la ville de Jarny, Domaine de Moncel, rue Bouchotte, 54800 Jarny. Dans les Vosges : Rock Epine, 50, route de Remiremont, 88000 Epinal. En Meuse : MJC La Passerelle, 2, Place Maginot, 55430 Belleville-sur-Meuse.

24 Ayant clairement annoncé sur mon questionnaire que je menais un travail sur le monde du rock, ceux qui ont accepté d'y répondre reconnaissaient implicitement appartenir à ce monde.

© Éditions Mélanie Seteun, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search