Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La production de la culture

 | 
Gérôme Guibert

Partie III. Normalisation et résistances aujourd’hui

Chapitre 5. Industrie de la musique versus scènes locales : l’exemple d’un département

Texte intégral

  • 1 Le rédacteur âgé de 22 ans, est ouvrier dans le canton de la Châtaigneraie.

« Plus que jamais, il paraît nécessaire de garder un œil avisé et critique face à cette dictature médiatique organisée […]. Dans un monde dominé par les valeurs inhérentes à la recherche effrénée de l’argent et du pouvoir […] on se doit de réagir et chercher à comprendre ; l’ignorance étant la porte ouverte à la soumission. Ce second numéro, laisse une nouvelle fois place aux acteurs de la “contre-culture”, qui s’évertuent par le biais de la musique, de la parole, de l’organisation de manifestations, concert, expos ou autres de conserver un esprit indépendant et créatif, loin des schémas commerciaux qui polluent notre quotidien […]. Remerciements et longue vie […] aux labels indépendants, aux assos et organisations à but culturel […], les fanzines et personnes qui contribuent à ce que le milieu “underground” dans sa globalité soit diffusé […] aux organisateurs qui prennent des risques en organisant des concerts de musique non commerciale ; les lieux, salles et bars qui accueillent ces même concerts. »1
Ex©it, Fanzine de La Châtaigneraie, Vendée, 2001

« À cette manière d’assigner à la culture ordinaire une case du damier social, j’oppose la circulation transversale que pratiquent, dans leur vie quotidienne, dans leurs manières de faire, les gens ordinaires. […] un ordre bâti organise la ville tout comme un système construit de mots et de lignes organisent un journal. Comment l’itinérant pratique-t-il sa ville, espace déjà construit dans lequel il trace ses propres circulations […] ? À ce mot de consommateur, marqué par un préjugé social et culturel dont le sens n’est que trop clair, je substitue celui de pratiquant et je m’intéresse à l’usage que ces pratiquants font de l’espace urbain […], des systèmes produits organisés par le supermarché, ou des récits et des légendes distribués par leur journal habituel ».
Michel de Certeau, « Pratiques quotidiennes », in Les cultures populaires, 1979

1Comment se manifestent sur le territoire les cultures musicales amplifiées au tournant du XXIe siècle ? Afin d’évaluer l’activité des scènes locales, et sans oublier la configuration de l’économie de la musique nationale précédemment explicitée, il m’a paru pertinent de prendre pour objet d’étude un territoire délimité, constitué par un département. Saisissant l’opportunité d’une commande de la Délégation départementale de la Jeunesse et des Sports, je me focalisais en 2001 sur la Vendée. Localiser mes investigations sur ce département de la Région des Pays de la Loire me paraissait intéressant à plus d’un titre. Morphologiquement, il comportait à la fois des zones rurales et des zones urbaines, dont deux agglomérations de plus de 40 000 habitants, La Roche-sur-Yon et les Sables-d’Olonnes. Il permettait ainsi l’observation de cadres hétérogènes.

  • 2 En novembre 1994, pour un concert de l’association Rock sur Yon dans une salle municipale de la Roc (...)

2Méthodologiquement, le département était suffisamment éloigné de mon lieu d’habitation et premier terrain d’étude (Nantes), pour que ma vie personnelle de musicien et mon travail de sociologue n’entrent pas trop en interférence. L’acculturation relative procurée par le déplacement géographique me permettait d’améliorer l’acuité de perception nécessaire à ce type d’enquête. Mais dans le même temps, ce département, appartenant à ma région d’habitation, était suffisamment proche pour que j’en connaisse déjà quelques données. Comme musicien avec mon groupe, je m’y étais déjà rendu à quatre reprises pour effectuer des concerts2. Comme spectateur, j’avais assisté en 1998 au Rock Festival de Fontenay-le-Comte. J’avais à ces occasions cru pouvoir évaluer, là comme ailleurs, le nombre important de groupes et d’initiatives associatives liées aux musiques amplifiées.

Carte 1 - Principales agglomérations et infrastructures routières de la Vendée

Carte 1 - Principales agglomérations et infrastructures routières de la Vendée

Source : Insee. Tableaux de l’économie – Vendée

3Pourtant, hors du Fuzz’Yon (salle de concert de la Roche-sur-Yon) et de quelques festivals, la Vendée était perçue - en tant que département à dominante rurale et à majorité politique conservatrice - peu dynamique en terme de production de musiques amplifiées, aussi bien pour les habitants des agglomérations nantaises ou angevines que pour les médias nationaux.

  • 3 Les locaux des Halles appartiennent à la Mairie et sont gérés par l’association Fuzz’Yon. Ils compr (...)

4Cette enquête me donnait ainsi la possibilité de vérifier ce qu’il en était par un travail de terrain. Après avoir recensé les divers acteurs impliqués dans la production des musiques amplifiées, je voulais enquêter sur les formes et l’intensité des pratiques musicales amplifiées par une ethnographie du territoire et les quantifier à l’aide d’une enquête par questionnaire. Disposant d’un bureau prêté par l’association Fuzz’Yon dans les locaux des Halles à la Roche-sur-Yon3 je commençais par prendre connaissance des archives de la presse locale qui y étaient stockées (Ouest-France, Vendée Matin, Journal du Pays Yonnais) concernant les évènements liés aux musiques amplifiées depuis 1998. Je dépouillais des données récoltées auprès de l’antenne départementale de l’Insee. Je réalisais aussi des entretiens exploratoires auprès d’acteurs divers concernés à un titre ou un autre par la musique (élus politiques, patrons de bars, vendeurs de disque, responsables associatifs, directeurs d’écoles de musique, médias…), puis auprès des musiciens et acteurs (membres d’associations) de passage en répétition, pour assister à des concerts, pour poser une affiche ou simplement pour demander un renseignement. Je cherchais ainsi à établir des relais au sein des cantons vendéens. Puis, dans un deuxième temps, je partais réaliser une ethnographie de terrain afin de comprendre le fonctionnement des scènes locales mais aussi recenser les acteurs liés aux musiques amplifiées. Enfin, dans un troisième temps, je distribuais des questionnaires auprès d’un échantillon de groupes et d’organisateurs de concerts.

  • 4 Ce type d’activité parallèle se retrouve au sein d’autres champs de la culture. Nos résultats peuve (...)

5De l’analyse de ces données, on pourra tirer plusieurs conclusions. Derrière les phénomènes les plus visibles, portés par l’économie des médias, des producteurs de disques et de spectacles centrés à Paris qui considèrent la province comme un espace de consommation ; derrière aussi la logique de communication des institutions politiques qui se donnent pour but de représenter l’image d’un territoire au niveau national, on percevra de quelle manière prend place une activité dense et plurielle de pratiques de création et de diffusion des musiques amplifiées4 portées par des scènes locales et articulées autour de divers réseaux stylistiques.

  • 5 Sur une population de 244 groupes, soit près de 1 000 musiciens (997 exactement).

6Cette activité reste toutefois underground parce que située en dehors d’une logique économique de marché. À côté des industries culturelles, la seule manière de gagner sa vie est de disposer de l’intermittence, et les possibilités de concerts payés suffisamment et légalement sont trop peu nombreuses pour permettre à de nombreux groupes œuvrant dans des styles spécialisés de gagner leur vie. À partir d’une enquête quantitative effectuée auprès d’un échantillon de 372 musiciens issus de 91 groupes5, on percevra que cette effervescence mélange pratiques amateurs et pratiques en voie de professionnalisation, sphère du loisir et sphère du travail. Il nous restera alors à montrer de quelle manière cette base créative constitue une pépinière dont la plupart des artistes reste dans l’ombre, l’industrie de la musique y puisant simplement quelques artistes une fois arrivés à maturité.

I - Phénomènes de surface et dynamiques invisibles

  • 6 HUSSENET James, « Le tourisme littoral : subir ou accueillir », in CENTRE VENDEEN DE RECHERCHE HIST (...)
  • 7 REZEAU Pierre, « La patrimonialisation de la culture », in CENTRE VENDEEN DE RECHERCHE HISTORIQUE, (...)
  • 8 HENNION Antoine, Comment la musique vient aux enfants, Paris, Anthropos, 1988.

7Une première approche de la musique en Vendée peut laisser penser que les musiques amplifiées n’y ont pas leur place hors des best-sellers des majors. Premièrement parce que le département a suivi les tendances nationales en terme de concentration des réseaux de distribution de disques et de privatisation des radios libres depuis les années 80. Deuxièmement parce que la politique départementale - considérant ces musiques sous l’angle exclusif du divertissement - a laissé leur exploitation au secteur privé, si l’on excepte les subventions accordées durant l’été à quelques animations réalisées par les stations balnéaires et quelques villes de la côte6. Troisièmement parce que, par l’intermédiaire de l’Association départementale du développement de la musique et de la danse (ADDMD 85) et des fédérations « traditionnelles » - laïques et confessionnelles - d’éducation populaire, l’image de la musique en amateur promue par le département7 concernait une pratique axée sur les orphéons, les groupes folkloriques vendéens et les écoles de musique étrangères aux musiques amplifiées8.

8Pour autant, une exploration du terrain vendéen laisse peu à peu entrevoir l’importance des pratiques centrées autour des musiques amplifiées. Au sein même des organismes d’encadrement de la jeunesse tout d’abord, des groupes s’immiscent sans que ces pratiques ne soient perçues par les dirigeants départementaux de ces organisations. Elles peuvent amener une remise en cause de leur vocation. Au cœur du maillage associatif ensuite, les acteurs de divers courants musicaux montent des associations, organisent des concerts dans des cafés-concerts, des salles municipales ou lors de festivals en plein air, évènements où se croisent groupes locaux et groupes internationaux, favorisant l’émulation des scènes locales. On perçoit alors le décalage entre l’image d’un territoire et ses pratiques réelles.

Carte 2 - Répartition de la population vendéenne par canton

Carte 2 - Répartition de la population vendéenne par canton

Source : Insee, recensement de la population 1999

A - L’espace territorial comme réceptacle d’une offre marchandisée

9Suivant une tendance diachronique nationale qu’on a déjà pu mettre en évidence, la conjoncture du tournant des années 80, qui avait permis - grâce notamment aux réseaux de disquaires indépendants spécialisés et aux radios libres - le développement de scènes locales est mis à mal par un oligopole d’entreprises de grande distribution et des réseaux radios issus de grands groupes de communication. Un phénomène qui entre en résonance avec l’organisation de spectacles de variétés pris en main par un promoteur local et la diffusion des singles de hit-parades au sein d’un réseau de boîtes de nuits.

1) La transformation de la configuration des ventes de disques

  • 9 SNEP, L’économie du disque 1999, op. cit., p. 71.

10Les statistiques du Snep montrent que, suite à la multiplication du nombre de supermarchés et d’hypermarchés, la grande distribution réalise, depuis le début des années 90, plus de 50 % des ventes de disques au détail, alors que la part de marché des disquaires traditionnels est, depuis cette période, inférieure à 10 % des ventes totales de supports musicaux enregistrés9.

  • 10 Il n’y a ni Fnac, ni Virgin Megastore en Vendée.
  • 11 Une partie du magasin est dédié au club France Loisirs (Bertelsmann).

11La mutation des types de lieu de vente de disques se retrouve en Vendée. Alors que les disquaires indépendants agonisent, la grande distribution se développe sans cesse. Ainsi, pendant la durée de notre enquête de terrain, au cours de l’année 2001, deux disquaires spécialisés dans les musiques amplifiées ont disparu à la Roche-sur-Yon (Blue Record en juin et l’Embarcadero à la fin de l’année). Deux années auparavant, c’était le principal disquaire du centre ville, Indies, qui avait mis la clé sous la porte, après s’être allié à Spectronik, disquaire rock des années 80. Dans les autres villes du département, les disquaires indépendants avaient déjà fermé au début des années 90 (Fontenay-le-Comte, les Sables-d’Olonne). Les disquaires indépendants encore existants dans le département ne sont plus que deux et sont situés à la Roche-sur-Yon. Ce sont des multispécialistes qui ont diversifié leur activité en vendant livres, films et disques10. Le premier, Agora, est situé dans le centre ville de la Roche-sur-Yon11. Le second, Médiastore se trouve dans la galerie marchande de la zone commerciale des Flanneries, au Nord de la Roche-sur-Yon, sur la route de Nantes.

12Mais, là comme ailleurs, ce sont dorénavant les hypermarchés qui tiennent le haut du pavé dans la vente de disques. Un phénomène d’autant plus décisif en Vendée que les deux plus importantes chaînes de multispécialistes (Fnac et Virgin Mégastore), habituellement implantées dans le centre des villes, n’ont pas de magasins en Vendée.

13Alors que la grande distribution gagne des parts de marché depuis les trente dernières années sur tout le territoire national, sa densité commerciale en grandes surfaces situe la Vendée au premier rang des départements français en terme d’hypermarchés et de supermarchés. Les 3/4 du chiffre d’affaire du commerce vendéen sont réalisés par les grandes surfaces, la moyenne nationale étant de 70 %.

Tableau 7 : Effectif et densité des grandes surfaces

Tableau 7 : Effectif et densité des grandes surfaces

Source : DEcas, Insee, Points de vente, 1999

  • 12 Par ordre décroissant d’importance du chiffre d’affaires, La Roche-sur-Yon, agglomération des Sable (...)

14Les hypermarchés sont concentrés dans des zones commerciales où l’on trouve aussi des multispécialistes (bricolage, sport, fast-food…). En Vendée, cette activité est agglomérée sur 9 pôles territoriaux qui captent 69 % de la demande, réalisent 75 % du chiffre d’affaires des ventes du commerce et disposent de plus de 70 % des surfaces de super et d’hypermarchés12.

  • 13 Pour gérer la salle, Leclerc fait appel à une agence de communication événementielle, « Le Loup Bla (...)

15L’importance de la grande distribution n’est pas propre à la Vendée mais touche particulièrement les départements de l’Ouest français qui lui sont proches (Loire-Atlantique, Morbihan, Deux-Sèvres, Charente-Maritime). À cet égard, l’hypermarché Leclerc de Niort, situé à quelques dizaines de kilomètres de Fontenay-le-Comte, a même été le premier Centre Leclerc en France à développer - à compter de 1999 - une salle de spectacles lui appartenant, avec pour but avoué d’en faire un espace promotionnel pour la vente de ses produits13. D’autre part, la densité vendéenne en hypermarchés est accentuée dans le but de répondre au très fort afflux touristique estival du département.

  • 14 GASNIER Arnaud, « Multiplexes et parcs de loisirs périurbains : de nouvelles centralités », GRAVANI (...)
  • 15 L’Année du disque 2001, Paris, MBC, 2002, p. 136.

16La présence d’énormes pôles commerciaux en Vendée est récente, elle ne date que d’une dizaine d’années. Elle n’est pas uniquement due aux initiatives des entreprises de grande distribution (Leclerc, Carrefour, Auchan, Hyper U) mais s’explique aussi par des décisions politiques départementales. 75 % des surfaces de vente autorisées par la CDEC (Commission départementale d’équipement commercial) depuis 1994 se situent sur ces pôles. Depuis quelques années, on assiste ainsi à un phénomène nouveau, l’espace des zones commerciales devient un lieu de rendez-vous pour les adolescents des centres urbains proches et l’on y implante des espaces de « loisir » (comme les multiplexes cinématographiques), un phénomène particulièrement développé dans l’Ouest de la France14. Ce phénomène a pour conséquence une hausse constante des ventes de disques en hypermarchés entre 1993 et 200115. Or on sait que, traitant essentiellement avec les centrales d’achat des majors, les hypermarchés concentrent la majeure partie de leur vente sur un nombre restreint de références bénéficiant de campagnes de promotion médiatiques, notamment par l’intermédiaire de la publicité télévisée et des réseaux de radio FM.

17Je voudrais d’ailleurs préciser que lors de mon étude, le Mac Donald des Flanneries de la Roche-sur-Yon avait installé - comme la plupart des autres restaurants de la chaîne et suite à un accord conclu par la firme de restauration rapide avec quelques majors du disque - des tables individualisées avec bornes d’écoute et casque à disposition pour entendre des extraits de nouveaux disques, exemple parlant de marketing ciblé. L’actualité de ces musiques était d’ailleurs reprise dans le magazine culturel gratuit de Mac Donald laissé à la disposition des clients-consommateurs ça se passe comme ça, sorte de panorama publicitaire des derniers produits édités par les multinationales de la culture entrecoupés de quelques « rédactionnels ». Je voudrais enfin signaler que dans la galerie marchande des Flanneries, comme dans de nombreux commerces du centre ville, de la musique issue des principaux réseaux radios est diffusée, ce qui accélère encore la probabilité d’entrer en contact auditif avec les titres les plus programmés. Une situation rendue possible par l’implantation massive des réseaux radio commerciaux sur la bande FM du département.

2) L’importance des réseaux radio nationaux

  • 16 RTL est filiale audiovisuelle de Bertelsmann (à 37 %), et contrôle également M6 à 41,9 %.

18Si les conditions de la distribution des ventes de disques se sont radicalement transformées en Vendée, le panorama de la radiodiffusion s’est également modifié de manière importante depuis une quinzaine d’années. Les nombreuses radios libres apparues au début des années 80 ont peu à peu été franchisées ou rachetées par les groupes privés de communication. À tel point qu’ici comme ailleurs, l’offre radio est dominée par les trois principaux opérateurs privés, qui font face à l’opérateur public. À côté du pôle Radio France donc, on trouve d’abord le groupe RTL16, qui possède RTL, mais aussi RTL 2 (format jeunes adultes) et Fun Radio (adolescents). On trouve ensuite Europe 1 Communication, la filiale média de Lagardère, dont les stations sont Europe 1, Europe 2 (jeunes adultes) et RFM (adultes). D’autre part, même si Skyrock (format adolescent) ne fait plus partie du groupe, Europe Régie commercialise toujours l’espace publicitaire de la radio ainsi que celui de plusieurs radios locales privées. On trouve enfin le groupe NRJ qui comprend les radios NRJ, Chérie FM, Nostalgie et Rires et Chansons.

  • 17 Pour les parts d’audience des différents réseaux, voir ANNEXE 3.

19Ce paysage radiophonique, qui couvre plus de 80 % des parts d’audience (PDA)17, ne favorise évidemment pas la diffusion de disques issus des scènes locales ou produits par des labels indépendants.

Tableau 8 : Part des entreprises distributrices des 100 disques les plus diffusés en radio, année 2001

Tableau 8 : Part des entreprises distributrices des 100 disques les plus diffusés en radio, année 2001

Panel : Groupe Radio France, radios privées locales et réseaux nationaux
Source : L’Année du disque 2001, op. cit., p. 141

  • 18 Né en 1975, il est titulaire d’un BTS et animateur informatique dans un club de jeunes (entretien d (...)

20Les entretiens que j’ai pu réaliser avec des personnes impliquées dans la radio depuis les années 80 mettent en évidence le divorce avec les productions des musiques amplifiées locales et l’ancrage national de la programmation. Ainsi Franck, musicien dans un groupe punk18 et investi dans la radio à partir de la fin des années 80 a suivi l’évolution des deux radios libres de Fontenay-le-Comte. Il s’est aujourd’hui tourné vers Internet et a créé un site de présentation des groupes de rock vendéen. Pour lui,

  • 19 La Rockerie est une association locale fondée au début des années 80 et qui a organisé de nombreux (...)
  • 20 Réseau radio créé depuis Lille à compter de 1985, PRINTZ Jean-Marc, « 100 ans de radio en France », (...)
  • 21 RTL, la première radio de France reprend Maxximum en fusion avec Métropolys et fonde M 40 au début (...)

« Jusqu’à la fin des années 80, il y avait deux radios libres à Fontenay, RFC et FMR et elles avaient toutes les deux des émissions où tu pouvais entendre toutes sortes de musiques. C’est sûr que plein de gens ont découvert le rock indépendant sur ces radios. Toute la scène rock-punk de Fontenay, ça vient du Festival, qui a commencé dans ces années-là mais aussi de toutes ces émissions que faisaient des types qui s’y connaissaient. Sur RFC par exemple, il y avait l’émission de Baloo, un type de La Rockerie19 qui s’appellait “made in France” et qui passait tous les groupes français garage et alternatifs qui sortaient à l’époque […] Il y avait aussi le magasin de disques de Laurent qui existait encore. Il était employé et l’avait repris à son patron qui partait en retraite. Il avait tout un tas de disques introuvables […]. RFC est devenu NRJ donc ils ont viré tous les mecs qui faisaient des émissions pas commerciales. […] L’autre radio, donc c’était FMR qui est devenu maintenant RTL 2 et c’est sur celle-là que j’ai fait plusieurs émissions à partir de 89. C’est pas devenu tout de suite RTL 2, il y a eu tout un tas de rachats. Après FMR, c’est devenu Métropolys20, puis après M 40 et enfin RTL 221. À l’époque de FMR, il y avait 30 ou 40 bénévoles qui faisaient des émissions, tu avais tous les styles de musiques, des spécialistes du punk-rock, de la new-wave ou du funk […]. J’ai fait plusieurs émissions avec des potes, on gérait tout, la technique et la programmation et puis après j’ai fait une émission avec les gens de mon asso. de rock, Kadezair “l’émissions anti-tâche de la FM” où on passait des groupes locaux. Mais déjà sur M 40 c’était plus pareil, il y avait des émissions locales seulement une à deux heures par soir plus un “décrochage” en après-midi deux à trois heures par semaine. À partir de septembre 1994, on n’avait plus qu’une demi-heure le lundi soir. Après j’ai arrêté. Le patron de la radio commençait à nous demander “de passer des trucs moins violents”, plus “connus” parce que “le format avait changé”. C’était des directives qui venaient d’en haut, de Paris. »

21En avril 2001, alors que je recensais les groupes vendéens, je suis allé à la station Europe 2 de la Roche-sur-Yon sur l’invitation du directeur de la radio, Ludovic L. âgé d’une quarantaine d’années, afin de passer un message sur les ondes pour parler de mon enquête. Celui-ci, ancien animateur de radio libre était très intéressé par mon travail, car selon ses propres dires, il ne connaissait pas les styles de musiques qui étaient joués par les groupes de son département. On perçoit dans ses propos l’absence d’ancrage local des réseaux FM :

« En ce moment on a un format pop-rock. Mais ça a changé, il y a deux ans on était plutôt “groove” […] Il faut que tu comprennes que les titres qu’on diffuse, c’est pensé au niveau national. Alors c’est aussi une compétition avec les radios qui ont un format proche, c’est-à-dire, principalement, en ce qui nous concerne, RTL 2. Par exemple en ce moment, RTL 2 il passe un titre de The Cure, hé bien nous, on en passe un autre. Bon parfois c’est un peu paradoxal parce que à la Roche, il n’y a pas RTL 2, donc les gens d’ici, il ne perçoivent pas forcément cette compétition. […] Si des groupes qui ont notre format jouent en concert en Vendée, on n’aura aucune raison supplémentaire de les passer en radio. On fera une sélection de concerts ou de festivals qu’on annoncera dans l’Agenda, par exemple si on est partenaire, mais on ne passera pas les morceaux des groupes. » Le mois suivant, alors que je le croisais dans la rue, il me confiait « l’info sur ton enquête, je l’ai fait passer au niveau national, ça a vraiment interessé les gens de la radio à Paris, c’est une mine d’information, c’est des trucs qu’on ne sait pas ».

  • 22 Enregistrements issus de labels indépendants.

22Aujourd’hui, pour un groupe local, la seule façon d’être radiodiffusé lorsqu’on n’est pas pleinement intégré à l’industrie du disque, c’est de passer sur une radio associative. Mais lorsqu’elles existent, leurs capacités techniques de diffusion, réglementées, sont très faibles. À la Roche-sur-Yon, il en existe une, qui date de l’époque des radios libres, Graffiti FM. J’ai pu y accompagner DJ Goodka et DJ Moar, lors de leur émission hebdomadaire de hip hop. Les deux animateurs me confiaient être parvenus à « convertir » plusieurs auditeurs à ce qu’il dénommaient le « vrai hip hop »22 par le biais de leur émission. Graffiti accueille tout projet d’émission et la musique ne concerne qu’un créneau inférieur à 50 % du temps d’antenne. Écrasée par la concurrence radiophonique, la part d’audience des radios associatives, qui disposent de petits budgets, est faible.

23Il reste à pointer deux évolutions récentes de la diffusion radiophonique, l’une valable sur l’ensemble du territoire, et qui concerne la politique des nouvelles radios locales privées ; l’autre spécifique à la Vendée, et qui concerne les radios associatives.

  • 23 Dont le slogan est « Hit music only ».
  • 24 Qui effectue les sondages officiels d’audience radio pour l’industrie du disque et des médias.
  • 25 SNEP, L’actualité du disque 2003, Paris, Snep/Musique Info Hebdo, 2003, p. 74.
  • 26 Ibid., p. 75

24La première évolution, nationale, c’est le développement, à partir de la fin des années 90, du « GIE les indépendants », c’est-à-dire d’un ensemble de radios privées de dimension régionale qui se sont alliées pour communiquer et disposent notamment d’une même régie publicitaire. En terme de programmation musicale, ces radios ont stoppé toute programmation « aléatoire » pour une politique agressive qui s’aligne sur les radios au format « hits », la référence première étant NRJ23. Ainsi, dans la région Pays-de-la-Loire, c’est le cas de Alouette, d’origine vendéenne et de Hit West qui provient de la Loire-Atlantique. Les enquêtes de Yacast24 montrent ainsi que Hit West possède en moyenne 60 % de sa programmation en commun avec NRJ, Alouette partageant 55 % du répertoire diffusé avec le réseau national25. D’autre part, comme NRJ, Fun Radio ou Skyrock, leur « taux de rotation moyen » est supérieur à 40 diffusions par semaine, soit plus de six fois par jour pour le même titre26. Ainsi, derrière un message qui se veut ancré dans le local, « proche des gens », à travers les animateurs ou les flashs d’information, Alouette et Hit West diffusent la musique en provenance des majors, participant d’un resserrement général du nombre de titres diffusés et d’une augmentation du « matraquage » défini par Lucien Morisse.

25La deuxième remarque qu’on doit effectuer concerne les radios associatives. Si les radios qui diffusent des musiques amplifiées sont peu nombreuses, la Vendée possède la particularité de disposer de cinq canaux de diffusion des Radios Chrétiennes de France ainsi que d’un point de diffusion de Radio Fidélité, radios d’obédiences religieuses. Étrangères aux musiques amplifiées, ces radios sont financées par des dons mais bénéficient également des aides des collectivités locales, notamment du conseil général.

Tableau 9 : Les pôles de radiodiffusion de la FM en Vendée

Tableau 9 : Les pôles de radiodiffusion de la FM en Vendée

Source : Clemi Pays de la Loire

3) La production des spectacles de variété en tournée

  • 27 Harvest n’a pas investi les métropoles régionales Nantes (Loire-Atlantique) et Angers (Maine-et-Loi (...)
  • 28 Il a également loué pour quelques concerts le Parc de la Mailleraie à Cholet (Maine-et-Loire).

26Après avoir été, à la tête de l’association Piranha, organisateur de concert pour les dates vendéennes de plusieurs groupes internationaux de hard rock entre la seconde partie des années 80 au début des années 90, Dominique M. a fondé en 1996, Harvest, une SARL dans le but de devenir promoteur local d’artistes de variété. Il travaille donc directement avec les plus importantes entreprises privées de spectacles parisiennes, qu’il s’agisse de tourneurs ou de producteurs de spectacles. D’après lui c’était un créneau à prendre puisque lors de leurs tournées, les artistes du milieu du show-business se produisaient très rarement en Vendée27. Alors que, avec Piranha, les concerts avaient lieu à la salle du Bourg-Sous-La-Roche (capacité de 3 000 places), Harvest organise aujourd’hui ses concerts dans les deux plus grandes salles du département, dont la capacité est supérieure à 10 000 places : Les Oudairies à La Roche-sur-Yon et, dans une moindre mesure, les Atlantes aux Sables d’Olonne28. Harvest a notamment été le promoteur local de concerts de Johnny Hallyday, Michel Sardou, Pascal Obispo, Florent Pagny, Patricia Kaas, Khaled, Lara Fabian, Patrick Bruel, Linda Lemay, Francis Cabrel, Star Academy. Il a donc travaillé avec l’oligopole des gros producteurs de variété français. Harvest a aussi organisé des concerts dans des salles publiques que la société a louées pour l’occasion comme l’Espace Herbauges (communauté de commune des Herbiers) ou Le Manège (Scène nationale de La Roche-sur-Yon), cette dernière salle étant plus spécifiquement utilisée pour des « one-man show » de comiques comme Laurent Ruquier.

27Outre un budget pour l’affichage public et sauvage (qu’il sous-traite auprès d’entreprises nantaises d’affichage) ainsi que des encarts publicitaires pris dans la presse locale, les infrastructures radiophoniques et de grande distribution précédemment décrites sont utiles à Harvest pour la promotion des spectacles. En ce qui concerne la radio, des partenariats sont souvent conclus avec les réseaux FM, soit en amont de la tournée par le producteur, soit en local par le promoteur. Quant aux hypermarchés, ils constituent les réseaux principaux de billetterie. Dans les années 90 en effet, deux circuits importants de guichets de location se sont montés au niveau national. Le premier, Ticketnet, s’est structuré autour des centres E. Leclerc et des Virgin Mégastore. Le second, Billettel, regroupe Carrefour, Auchan et la Fnac. Ils permettent d’acheter des places pour une date de tournée dans l’ensemble des magasins de ces chaînes. De plus, lorsqu’une de ces entreprises de grande distribution est partenaire, les spectacles peuvent être annoncés dans les magazines publicitaires qu’ils distribuent dans toutes les boîtes aux lettres. Pour les spectacles qui ont les budgets les plus importants, la mise en place de la billetterie et la promotion commencent plusieurs mois avant la tournée.

Document 5 - Tournée Garou avec billetterie Auchan spectacles.

Document 5 - Tournée Garou avec billetterie Auchan spectacles.

Annonce pour la vente de places dans le catalogue gratuit Auchan distribué dans toutes les boîtes aux lettres pour Noël (nov. 2001).

28Concernant les promoteurs locaux, il faut, à côté d’Harvest, mentionner le rôle du Grand Duc. Cette discothèque, qui dispose d’une scène, propose également de nombreux concerts de divers styles de musiques amplifiées. Dans certains cas, son directeur est l’organisateur direct des concerts, des contrats de cession étant passés avec les producteurs parisiens. Dans d’autres cas, il est, comme Harvest, promoteur. Le Grand Duc a ainsi fait jouer de nombreux artistes distribués par des majors (IV My People, Raggasonic, Wailers, Skatalites, Ben Harper, Calvin Russel, Paul Personne…). Mais le Grand Duc peut également constituer un espace, loué par des associations pour la production et l’organisation de soirées dans un style spécifique (techno, metal, etc).

  • 29 Anonyme, « La Brigade au Liberty’s », Vendée-Matin, 22 février 2001.
  • 30 www.vacances-en-vendee.

29Selon une logique déjà mise en évidence, les discothèques sont à l’origine d’une activité « évènementielle » et programment des DJ parfois accompagnés, en fonction des styles, par des vocalistes (chanteurs, toasters, rappers). Par exemple, lors de notre enquête, le groupe de hip hop La Brigade a joué au Liberty’s, discothèque des Sables-d’Olonne29. Ce type d’activité est important en été, période pendant laquelle les offices du tourisme et les casinos des cités balnéaires (Les Sables-d’Olonne, Saint-Jean-de-Monts, Saint-Gilles-Croix-de-Vie) programment des « animations ». En 2001, la Vendée dispose ainsi de 29 discothèques ouvertes à l’année dont 11 sur la côte (soit 38 %) et quatre à La Roche-sur-Yon (soit 14 %)30.

B - « Développement de la musique » et enjeux politiques

  • 31 DUPUY Roger, La politique du peuple. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme, Paris, Albin (...)
  • 32 On peut penser que la politique envers les musiques amplifiées suit une tendance plus globale qui o (...)

30Si la logique de marché se développe, si les flux financiers se concentrent en quelques mains et concernent des artistes soutenus par une promotion importante, les activités liées à la musique ne se résument pas à leur poids économique. Il faut compter aussi avec le dynamisme associatif, faible en capitaux, mais fort en hommes. Étant donné l’histoire et la perspective politique du département31, on pourrait penser que le tissu associatif ne favorise pas les musiques amplifiées. Notre enquête montre qu’il en est tout autre, ce phénomène étant lié à des initiatives initiées par les militants eux-mêmes, mais aussi par un lieu « officiel », d’abord précaire, puis subventionné par le ministère de la Culture depuis les années 90 : le Fuzz’Yon, Scène de musiques actuelles basée à La Roche-sur-Yon32.

1) Une politique de la musique

  • 33 La « tradition » vendéenne telle qu’elle est promue par la politique départementale est mise en val (...)
  • 34 Le directeur de l’ADDMD 85 est délégué départemental à la musique et à la danse et le président de (...)
  • 35 Les « associations départementales et régionales de développement des activités musicales et chorég (...)

31Du point de vue de l’action politique départementale, les « musiques actuelles » sont perçues comme un divertissement ou une animation touristique. Les contributions du conseil général favorisent des animations qui se déroulent en été et qui proposent des styles hors musiques amplifiées : classique, jazz, musiques du monde et chanson. On peut citer la programmation du festival La Déferlante, qui propose des animations gratuites dans six cités balnéaires de la côte. Hors saison, le département, dirigé par Philippe De Villiers, privilégie directement l’aide aux musiques classiques et aux musiques traditionnelles en contribuant au financement de plusieurs festivals, dont celui du Château de la Chabotterie et des spectacles et animations musicales réalisés dans le cadre du Puy du Fou33. D’autre part, en Vendée, comme dans la majorité des départements français, un ensemble d’actions spécifiques envers le secteur de la musique est initié, coordonné ou favorisé par l’ADDMD, une association départementale qui travaille en concertation avec le conseil général, subventionneur34. Les ADDMD peuvent proposer informations, documentations, formations musicales, coordinations ou diffusions de concerts. Créées à compter de la fin des années 60, au moment où les collectivités locales investissaient dans des équipements culturels et en faveur de la jeunesse, les ADDM sont également contemporaines du développement des écoles de musique35.

32Avec le développement des musiques amplifiées et leur (relative) prise en compte politique au niveau national dans les années 80, les ADDM ont adopté envers ces nouvelles pratiques des attitudes hétérogènes, dépendant des missions qu’elles s’étaient données et des priorités politiques de leurs financeurs premiers, les conseils généraux. Ainsi, dans les départements proches, la plupart d’entre elles ont recruté un « chargé de mission pour les musiques actuelles » (ADDM 35, 49, 53…). Il n’en a pas été ainsi en Vendée. L’ADDMD 85 a même été dissoute quelques mois avant mon enquête, le service culturel du conseil général reprenant à son compte certaines missions qu’il souhaitait préserver. Paru en 1998, le dernier guide en date de la musique et de la danse de l’ADDMD 85 nous sera toutefois très utile car il est représentatif de l’orientation politique et des conceptions qu’ont des pratiques musicales les acteurs départementaux.

  • 36 MOINARD Louis, « L’émotion partagée » (introduction) La Musique et la danse en Vendée, ADDMD 85, 19 (...)
  • 37 Ibid.

33Le guide de l’association se donne pour but de recenser les activités liées à la musique en Vendée. Il « est destiné à une meilleure connaissance du tissu musical et chorégraphique du département tout en participant à une politique d’aménagement du territoire »36. De plus, pour le directeur de l’ADDMD 85, « les informations répertoriées dans cet annuaire tendent à s’approcher au plus près de la réalité musicale de la Vendée et ont demandé un travail très important […] mais il serait vain de prétendre à l’exhaustivité, la vie artistique étant, par essence, en perpétuel mouvement »37.

34Le guide de l’ADDMD 85 recense 88 écoles de musiques et un certain nombre « d’ensembles musicaux ». La typologie proposée tient compte en premier lieu des associations orphéoniques, chorales et traditionnelles. On peut en tirer deux constatations :

    • 38 Comme on peut par exemple le constater par la baisse du nombre de mariage et la hausse de la part d (...)

    Les activités associatives liées à la musique dans la logique de la IIIe république (orphéons, chorales) sont très nombreuses, qu’elles soient laïques ou confessionnelles, la pratique religieuse étant également traditionnellement importante dans le département, bien qu’en fort déclin ces dernières années38. Les écoles de musique naissent d’ailleurs autour d’associations liées dans un premier temps à des fanfares ou des chorales.

  • Les groupes de musiques amplifiées sont très peu répertoriés et apparaissent à la marge. Ainsi, en 1998, le guide recense pour le département, outre 81 écoles de musiques :

    • 18 chorales ou ensembles vocaux dont 62 sont des associations paroissiales confessionnelles. La plupart concernent un public « adulte », six sont « réservées au troisième âge », quatre aux « enfants ».

    • 62 sociétés musicales sont répertoriées, composées pour moitié d’harmonies et moitié de fanfares ou batteries fanfares.

    • 48 groupes folkloriques sont indiqués. Ils sont axés sur la danse costumée mais sont souvent accompagnés de quelques musiciens (accordéons, violons, veuses…).

      • 39 On a pu répertorier une dizaine de groupes de bals en Vendée qui interprètent un répertoire de vari (...)

      Enfin, 29 groupes nommés « ensembles instrumentaux » apparaissent : neuf sont des groupes de bals, appelés de « variétés », quatre sont des ensembles de jazz, six sont répertoriés comme « rock » (dont trois sont des groupes de bals39, un est un groupe de percussions et deux sont des groupes de rock) auxquels s’ajoutent un ensemble baroque, un groupe de percussions, un ensemble d’école de musique, les sept autres sont centrés autour de l’accordéon (musiciens seuls ou des ensembles) ou proposent des animations de « musiques traditionnelles ».

  • 40 Excepté Da Capo, créée avec des enseignants issus de l’école de musique du Fuzz’Yon.

35Ce panorama de l’activité musicale dans le département, s’il montre le fort ancrage des pratiques orphéoniques et folkloriques ignore donc tout mouvement lié aux musiques amplifiées. Outre une méconnaissance quasi-systématique des groupes de musiques amplifiées, puisque moins de 2 % des groupes du département y figurent, le guide de l’ADDMD 85 ne mentionne pas l’ouverture de certaines écoles aux musiques actuelles40 (Chantonnay, les Sables-d’Olonne) ou l’existence de l’école du Fuzz’Yon, spécialisée dans les musiques amplifiées.

36On peut l’expliquer, outre la volonté politique de donner une certaine image du département respectueuse des « traditions », par la logique de fonctionnement du secteur associatif des musiques prises en compte. Quand on regarde les contacts des acteurs répertoriés par l’ADDMD, on s’aperçoit qu’un nombre important d’entre eux possède une adresse dans des mairies, des maisons d’associations, des salles municipales, des écoles de musique… Or, on l’a montré, la pratique des musiques amplifiées ne rentre pas dans la logique de fédération et d’organisation verticale caractéristique de la première moitié du XXe siècle.

37Les musiques amplifiées naissent d’initiatives spontanées, hors de toute structuration officielle, puis s’implantent et prennent corps dans des espaces sociaux hétérogènes. D’autre part, alors que de nombreux enfants fréquentent des écoles de musiques et, dans une moindre mesure, un orphéon, ils s’en détournent lorsqu’arrive l’adolescence, ce qui explique que nombre de sociétés musicales cessent leur activité faute de renouvellement des effectifs. On peut donc se demander où sont passés les jeunes Vendéens. Avant de parcourir la Vendée à la recherche des groupes, il pouvait paraître intéressant de se questionner sur les politiques de la jeunesse portées par les collectivités locales ainsi que sur les institutions qui leur étaient destinées.

2) Foyers de jeunes et organismes sociaux liés à la jeunesse en milieu rural

38Le service culturel du conseil général n’étant pas intéressé par mon étude, je décidais donc de questionner, à l’occasion d’un entretien que j’avais sollicité, le responsable chargé de la jeunesse au conseil général. Il me confirmait ne pas pouvoir me renseigner à propos des musiques amplifiées. Il me conseillait de consulter les actions menées par les « développeurs culturels », quatorze personnes embauchées par le conseil général et « chargées de l’animation jeunesse » en liaison avec les collectivités locales sur l’ensemble des cantons vendéens. Les « développeurs culturels chargés de l’animation jeunesse » ont plusieurs fonctions potentielles. Leur activité, bien qu’auxiliaire, est décisive dans la politique de communication du conseil général.

  • 41 Course de bateaux organisée aux Sables-d’Olonne et dans laquelle le conseil général est fortement i (...)

39En premier lieu, ils ont pour but de remplir un rôle de médiation entre les élus et les jeunes des cantons dont ils ont la charge. En second lieu, ils participent à la gestion de certains projets spécifiques à une commune en partenariat avec les animateurs jeunesse locaux, les comités des fêtes ou les maisons des associations (fête communale annuelle, camp de vacances, spectacle d’une école de musique, rallye vélo, pyrotechnie…). Actions, on le voit, étrangères aux musiques amplifiées. Enfin, en troisième lieu, les développeurs culturels coordonnent les foyers ou clubs de jeunes du territoire dont ils ont la charge, les incitant à prendre part à des projets annuels « fédérateurs » comme le Vendée Globe41, des étapes du Tour de France cycliste ou, au niveau cantonal, des « séances de variétés » inter-foyers de jeunes. Les notions de « foyers de jeunes » et de « séances de variétés », bien qu’étant présentées comme étrangères aux musiques amplifiées sont, on le comprendra, importantes à mentionner. Elles permettent de mieux saisir le fonctionnement des organismes vendéens liés à la prise en charge socioculturelle de la jeunesse à l’échelle communale, et entretiennent des rapports avec les musiques amplifiées, il me faut donc apporter quelques précisions.

a) Les Foyers de jeunes : image « idéale » et action concrète

40À partir des bases de données de la Délégation départementale de la jeunesse et des sports auxquelles j’ai eu accès, on peut évaluer à 130 le nombre de foyers de jeunes en Vendée en 2001. Si le nombre n’est pas exactement fixé, c’est qu’il fluctue. Alors que, en terme socioculturel, on parle en milieu urbain de maisons de quartier, de MJC ou de FJT, en milieu rural, c’est le terme de foyer de jeunes qui est utilisé pour désigner des lieux où se retrouvent les jeunes, adolescents de 13 à 18 ans pour la plupart, en dehors de l’école ou du milieu familial, encadrés par des animateurs professionnels ou bénévoles. Il est intéressant à ce titre de souligner que, après 18 ans, les jeunes quittent progressivement les foyers de jeunes mais que pour une part, ils supervisent un moment les activités des plus jeunes.

  • 42 Fédération des œuvres laïques.
  • 43 CASERES Bénigno (dir.), Guide de l’Éducation populaire, Paris, La Découverte, 1985, p. 100.
  • 44 Par exemple gestion du personnel, bibliothèque/ludothèque, transport scolaire, enfance…

41Les foyers de jeunes peuvent être des associations autonomes supportées par la municipalité de diverse manière (prêt de local, subvention, salarié détaché), ce qui est le cas de 70 % d’entre eux, mais peuvent être aussi reliés à une fédération d’éducation populaire. Dans ce dernier cas il peut s’agir de la Fol42, des Foyers ruraux ou de Familles rurales. C’est cette dernière fédération qui gère le plus de foyers de jeunes, qu’on peut évaluer à une trentaine. Familles Rurales est impliquée dans le service aux familles « de l’enfance jusqu’aux anciens », comme me le confiait l’un des responsables de la délégation vendéenne que j’ai rencontré. « Cette fédération organise de multiples activités d’animation de base dans les secteurs suivants : consommation, vitalisation du milieu rural, loisirs d’enfants, culture, éducation populaire, clubs de retraités et personnes âgées, clubs de jeunes. »43 Les associations Familles rurales sont regroupées par commune, puis par canton, par département, jusqu’au niveau national dans une logique d’éducation populaire provenant de la IIIe République et déjà abordée. La fédération dispose de trente salariés au niveau départemental, chaque permanent ayant deux missions. L’une concerne la coordination des activités au niveau cantonal, l’autre est transversale au niveau départemental44.

42Je décidais donc de rencontrer le responsable départemental des foyers de jeunes et de la jeunesse de Familles rurales, qui organise notamment une rencontre annuelle des jeunes des différents foyers. Pour lui, et suivant les valeurs de sa fédération, le rôle de Familles rurales au sein des foyers de jeunes est « de les aider à mettre en place des projets après avoir mesuré ce que désiraient les jeunes. Dans ce but, le rôle de l’accompagnement adulte est important ». Politiquement, Familles Rurales est considérée comme conservatrice et travaille sur des projets ponctuels avec les développeurs culturels du conseil général.

43Mon but était, outre une meilleure compréhension du fonctionnement de la fédération, de le questionner sur d’éventuelles activités liées aux musiques amplifiées. Il ne paraîtra pas surprenant de constater que ce responsable ne put me renseigner car, comme dans le cas du conseil général, la pratique des musiques amplifiées comme « activité » ne rentre pas dans la problématique de cette fédération et, donc n’existe pas pour elle. Mais cette absence n’est qu’officielle. En réalité, les musiques amplifiées s’infiltrent, pénètrent dans les interstices des foyers de jeunes où des groupes répètent et où des concerts sont même organisés.

Document 6 - Concert punk-rock dans un foyer de jeunes « Familles rurales »

Document 6 - Concert punk-rock dans un foyer de jeunes « Familles rurales »

Source ; Hebdo-Vendée, 17 mai 2001 (voir note 45). Chavagnes-les-Redoux se situe dans le canton de Pouzauges.

  • 45 Ainsi une coupure de presse locale à propos du 12 mai 2001 rapporte le « succès incontestable pour (...)

44Selon les documents et des témoignages que j’avais pu accumuler, à Mouilleron-le-Captif, à Monsireigne, à Saint-Georges-de-Montaigu, à Saint-Prouant par exemple, des concerts, dominés par les styles punk et organisés ou co-organisés par les foyers de jeunes Familles rurales ont lieu plusieurs fois par an45. Simplement, ces activités ne sont pas officiellement relevées parce qu’elles n’ont pas été planifiées et n’ont pas constitué un objet de réflexion au niveau central.

  • 46 En 2001, Le Chant de Foire a organisé son festival, j’ai interrogé ses membres la semaine suivante.

45Il est d’ailleurs intéressant de noter que lorsqu’ils dépassent leur dix-huitième année, certains jeunes issus des foyers s’en émancipent en continuant leur groupe musical ou en créant leur propre association organisatrice de concerts ou de festivals. Par exemple, l’association La Belle équipe qui coordonne le festival « Le Chant de foire » à Bournezeau (chaque année en août) a été créée sur la base de l’association Les Marsupil’amis, réservée aux jeunes du foyer de la commune pour monter divers projets d’animation46.

b) Les séances de variétés

46Inspirés par les patronages encore vigoureux dans les années 70 en Vendée, les événements fédérateurs les plus fréquemment organisés en milieu rural par les foyers de jeunes ne sont pas les concerts de musiques amplifiées (même s’ils existent, ils sont plutôt subis par les encadrants) mais ce qu’on appelle les « séances de variétés ». Il s’agit de spectacles amateurs qui regroupent principalement des sketches, chants et danses proposés par des jeunes entre 13 et 20 ans devant un public de tout âge. La musique diffusée comme support aux chorégraphies provient de la variété nationale ou internationale, celle des chanteurs des hit-parades en vogue ou bien des comédies musicales. Il en va de même des sketches et des chansons. Les séances de variétés sont valorisées car elles sont fédératrices et permettent un dialogue entre les générations au niveau local. Les habitants de tout âge peuvent y assister et les anciens du foyer (les plus de 18 ans) transmettent leurs savoir-faire aux plus jeunes. Par exemple, à propos des séances de variétés d’avril 2001 à Antigny (canton de la Châtaigneraie) on peut lire :

  • 47 FRIOUX Thierry, « Six séances de variétés avec le foyer de jeunes », Ouest-France [édition de Fonte (...)

« Depuis quelques mois, les répétitions vont bon train, elles ont même tendance à s’accentuer au fur et à mesure que les dates approchent. Chacun a pris en charge sa partie, Xavier Chaigneau, Jérémy Coulais à la technique, Lucien Brémaud aux décors, Yohan Simonneau à la gestion des coulisses. Tout semble prêt. Samuel Gazeau et Yoann Mitard, le président du foyer de jeunes, se chargent de la communication. Tout ceci demande une grande organisation et à Yoann de rappeler : “chacun est bien dans son rôle, les plus anciens aident les plus jeunes et l’ambiance est au top”. »47

47La séance de variétés est un spectacle de divertissement dont la télévision est devenue le modèle. Il prend à certains égards des airs de « prime-time » hebdomadaire de Star Academy. Mais cela n’est pas perçu comme un problème car, considérée par les animateurs jeunesse comme une « activité occupationnelle », elle possède une fonction d’intégration sociale dans la commune ou le canton et donne également une bonne image du politique dans sa gestion de la jeunesse. Les musiques amplifiées au contraire, sont porteuses d’une effervescence jugée subversive, peu contrôlable et révèle un antagonisme générationnel. Risquant de choquer, les musiques amplifiées ne sont pas les bienvenues dans les séances de variétés. On peut citer le cas d’un duo de musiques électroniques composé de deux jeunes de 18 et 20 ans que j’ai rencontré en juillet 2001 au Fuzz’Yon. Ayant à leur actif quelques compositions sur groove-box, ils proposèrent de réaliser des intermèdes musicaux techno pour la séance de variétés du foyer de jeunes de leur commune de mai 2001 (foyer Familles rurales situé dans le canton de Mareuil-sur-le-Lay). Mais après délibération, leur proposition fut refusée car la techno n’était pas considérée comme politiquement correcte par les « encadrants ».

c) Le retournement de l’action des Jeunesses musicales de France (JMF). Un vœu pieu ?

48Ces quelques éléments peuvent nous permettre de mieux comprendre les processus qui se déroulaient sous nos yeux en Vendée. Les musiques amplifiées n’existent pas dans les discours, parce qu’elles ne correspondent pas à la « culture vendéenne », celles que veulent faire passer les autorités politiques, les écoles de musique ou les fédérations traditionnelles d’Education populaire, particulièrement implantées en milieu rural. Pourtant de nombreux signes nous permettaient d’apercevoir le magma bouillonnant des musiques amplifiées qui se révélait un peu partout en Vendée, comme ailleurs.

  • 48 CASERES Bénigno (dir.), 1985, op. cit., p. 133.
  • 49 Voir par exemple Vendée Matin du 18 mars 1999 et Ouest-France du 23 mars 1999.
  • 50 Comme on a pu notamment l’observer aussi bien au lycée public François Truffaut qu’au lycée privé S (...)

49Outre Familles rurales, un exemple flagrant me fut révélé par le festival Music’Ado, manifestation organisée annuellement par les JMF (Jeunesses musicales de France). JMF est une fédération d’éducation populaire fondée en 1940. « En France, pour former à l’écoute, initier à la pratique musicale, promouvoir les jeunes artistes, chaque année les Jeunesses musicales de France organisent dans tous les milieux et dans toutes les villes des activités musicales pour tout public et pour toutes musiques. »48 Entre 1982 et 1999, soit durant dix-huit années, Music’Ado permettait, lors de rencontres départementales annuelles sous la forme d’un spectacle, une compétition entre projets musicaux issus de différents lycées49. Dans les années 80, on pouvait y entendre majoritairement des ensembles à base de chants ou d’instruments acoustiques (pianos, guitares, flûtes, percussions…), les élèves reprenant un répertoire classique ou patrimonial. Lors de ce concours, où se mesuraient les représentants de différents lycées, les projets devaient normalement être menés par les ateliers musiques des établissements et être élaborés durant le temps scolaire, mais certains établissements envoyaient, pour valoriser leur image, des élèves inscrits en conservatoire. C’était avant qu’une évolution non prévue ne voie le jour. Petit à petit en effet, des groupes de musiques amplifiées (rock, metal, reggae…) interprétant des reprises ou leurs propres compositions, faisaient leur apparition jusqu’à devenir majoritaires au sein de Music’Ado. Les lycéens formaient en effet des groupes dans le cadre des ateliers musiques des lycées50. Les responsables des JMF que j’ai interrogés, bien que s’avouant déstabilisés par les événements, décidèrent de respecter cette évolution qui provenait des lycéens eux-mêmes. À propos de l’édition 1999, on pouvait lire dans Ouest-France :

  • 51 Ouest-France, 18 mars 1999.

« Cette année, sur les dix-sept groupes engagés au concours Music’Ado, pas moins de onze ont présenté du rock ou des musiques approchantes comme le trip-hop ou le reggae. Tandis qu’une seule formation a interprété de la musique classique ! Signe d’une époque sans doute […]. Alors bien sûr, dans cette avalanche de rock, il y a forcément eu du déchet, mais aussi, et c’est ce qui compte avant tout, du très bon. »51

  • 52 Ouest-France, 23 juin 2001.

50Ce sera pourtant la dernière édition de Music’Ado. Pendant le temps de notre enquête, on assistait à un remaniement des postes à responsabilité, la fédération vendéenne des JMF supprimant Music’Ado et se recentrant sur de la diffusion de concerts de musiques « savantes » et de musiques du monde à l’intention des élèves des écoles primaires et des collèges, en partenariat avec l’Ecole Nationale de Musique, le Théâtre Municipal et la Scène nationale du Manège à La Roche-sur-Yon. Dans un article intitulé « JMF, tout pour la (bonne) musique », la nouvelle présidente de l’association, qui minimisait les changements intervenus, déclarait « les JMF refusent toutes les frontières musicales. Elles ouvrent les portes au plaisir des musiques et des danses »52.

51Les exemples de Familles rurales ou de Music’ Ado montrent comment une pratique nouvelle, non prise en compte peut surgir et comment les orientations politiques peuvent les éluder, sciemment ou non.

3) La Roche-sur-Yon, centre urbain porteur d’une Smac

52L’attitude envers ce qui apparaît comme une multiplication des initiatives liées aux musiques amplifiées en Vendée n’est pas la même en milieu rural et en milieu urbain. En milieu rural, les attitudes des dirigeants des foyers de jeunes et des fédérations nationales centralisées et hiérarchisées de l’Education populaire ressemblent davantage aux évolutions nationales caractéristiques des années 70, moment où la politique culturelle issue de Malraux prônait la démocratisation d’œuvres universalisantes.

  • 53 RENARD Roger, 1996, op. cit.
  • 54 On peut citer deux exemples. En premier lieu on peut dire que le service culturel de La Roche-sur-Y (...)

53En milieu urbain par contre, les institutions déconcentrées de l’État sont dans une autre problématique. Il faut dire à cet égard que La Roche-sur-Yon constitue en quelque sorte, en terme politique, un contrepouvoir à la majorité départementale conservatrice53. Le maire, appartenant au Parti socialiste, est élu depuis 1977. Les institutions socioculturelles œuvrant en faveur des jeunes, les maisons de quartier sont gérées par une association missionnée par la ville, l’Acyaq. Les maisons de quartier de l’Acyaq, tout comme le service jeunesse de la ville organisent de temps à autre des concerts avec des groupes locaux dans lesquels s’investissent les jeunes. S’il est plus favorable aux musiques amplifiées, ce panorama n’élude pas les conflits de « domination symbolique » qui peuvent se faire jour entre les institutions socioculturelles et de jeunesse d’une part, et culturelles et artistiques d’autre part54.

a) Le rôle de « Jeunesse et Sports »

  • 55 Outre le conventionnement de centres sociaux, la DDJS distribue des subventions sous différentes fo (...)

54L’intérêt manifesté envers les musiques amplifiées par la délégation départementale de la Jeunesse et des Sports, service déconcentré de l’État, provenait en 2001 des sollicitations de plus en plus nombreuses dont cette institution faisait l’objet depuis quelques années55. Et ce aussi bien de la part de musiciens que d’associations qui cherchaient à organiser concerts ou festivals, ou encore d’acteurs impliqués dans un style musical qui avaient pour but de monter des fanzines ou de financer des enregistrements. Submergés par les demandes d’aides en provenance de tout le département, les conseillers d’éducation populaire et de jeunesse cherchaient à mieux connaître les pratiques musicales amplifiées, dont les logiques d’actions leurs échappaient.

  • 56 HEIN Fabien, 2004, op. cit.

55Il faut dire que, influencés par l’image du département et l’aspect informel des musiques amplifiées, les conseillers avaient a priori tendance à les minimiser. D’autre part, ils avaient une vision tronquée de ces musiques sur le territoire national. Alors qu’ils surestimaient la place du hip hop et de la techno, ils sous-estimaient le rôle du punk, du metal et du rock en général, les considérant comme des pratiques archaïques et en voie de disparition. Par exemple, les conseillers techniques interrogés s’avouaient complètement ignorants de ce que pouvait être la musique metal, pourtant fortement représentée en Vendée mais aussi dans la plupart des régions de France56.

  • 57 TOUCHÉ Marc In Fédurok, Les Musiques Amplifiées, rencontres de Poitiers du 16 au 17 janvier 1997.
  • 58 Délégation départementale de la Jeunesse et des Sports.
  • 59 Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire.
  • 60 RACINE Etienne, Pratiques culturelles et prises de risques chez les jeunes en milieux techno, Paris (...)
  • 61 BOUCHER Manuel, Rap, expression des lascars. Significations et enjeux du rap dans la société frança (...)
  • 62 Le rap est un phénomène urbain, DONNAT Olivier, 1997, op. cit., p. 197.
  • 63 On peut d’ailleurs ajouter qu’un conseiller sport, attiré par le hip hop, cherchait à soutenir l’ac (...)

56Comme l’ont rappelé certains chercheurs qui se basaient sur des enquêtes de terrain, il ne faut pas se méprendre sur les modes médiatiques et réaffirmer que les groupes de rock, et plus largement les groupes constitués autour de la guitare électrique et de la batterie accueillent la majorité des musiciens de musiques amplifiées en France57. En questionnant les conseillers techniques de la DDJS58, je remarquais alors que ces représentations étaient en partie entretenues par le ministère. Ainsi chaque conseiller avait reçu une étude en provenance de l’Injep59 sur la techno60. De plus, un cycle de réunions, fréquenté par certains conseillers vendéens, étaient organisé à Paris sur « les nouvelles cultures urbaines ». À titre d’illustration, on pourrait citer une étude sur le rap, financée et recommandée par « Peuple et cultures » et connue de la DDJS61. Ce type de phénomène était accentué par la sur-représentation du milieu hip hop à La Roche-sur-Yon, la quasi-totalité des groupes de rap étant concentrée dans cette agglomération62, lieu d’implantation de la DDJS63.

57Constatant une distorsion entre la perception des pratiques musicales des jeunes et les demandes qui « remontaient » du département, et dans sa volonté de mieux comprendre les pratiques musicales des jeunes, la DDJS se tournait donc en 2001 vers le lieu le mieux repéré du département en terme d’activités liées aux musiques amplifiées, le Fuzz’Yon avec laquelle elle signait une convention de partenariat sur le secteur.

b) Le Fuzz’Yon, Scène de musique actuelle (Smac)

  • 64 Étant donné la configuration départementale, on comprendra que le conseil général n’aide absolument (...)
  • 65 Brevet d’animation aux fonctions d’animateurs.
  • 66 « Mouvement d’éducation populaire, fédération d’associations locales, départementales et régionales (...)
  • 67 Configuration assez représentative des équipes des Smac en proie à la précarité.

58Le Fuzz’Yon est d’abord une salle de concert à la programmation régulière en musiques amplifiées qui existe depuis 1986 et qui reflète la politique en faveur du rock et des musiques actuelles impulsée dans les années 80 par le ministère de la Culture. Membre fondateur du réseau Fédurok au début des années 90, elle fait partie de ces lieux ayant bénéficié des aides du ministère par l’intermédiaire de la labellisation Smac. Le Fuzz’Yon s’est aussi développé grâce aux subventions de la commune de La Roche-sur-Yon qui cherchait à l’époque à répondre aux demandes des jeunes en matière de rock64. Alors que la salle d’une capacité de 300 places était prêtée par la mairie, l’association, qui s’appelait Zimuth jusqu’en 1990, était alors gérée par des bénévoles accompagnés d’un premier salarié, titulaire du Bafa65 dont le poste était financé par la fédération départementale Léo Lagrange66. Le projet se développait donc sur des bases proches de l’éducation populaire, et naviguait entre aides sociales et culturelles. À compter de 1996, le directeur devenait salarié de la structure - autofinancée à 30 % - et une équipe de salariés se constituait autour d’une secrétaire détachée de la mairie et d’emplois aidés : Tuc, puis CEC auxquels s’ajoutaient des objecteurs de conscience. Les emplois techniques de régisseurs, techniciens son et lumières étaient remplis par des intermittents. Au moment de mon étude en 2001, l’équipe était constituée d’un directeur, d’une secrétaire payée par la mairie, de quatre emplois-jeunes et de deux intermittents67. Outre une trentaine de concerts par an en moyenne (75 groupes), le Fuzz’Yon a joué un rôle important dans le soutien aux pratiques musicales amplifiées dans le département.

  • 68 Beaucoup sont musiciens dans des groupes, d’autres sont professeurs de musique, graphistes, technic (...)
  • 69 Guitare, batterie, basse, claviers, MAO (Musique assistée par ordinateur), platines vinyles.

59À partir de 1991, un tremplin annuel, le Départ du rock, réalisé sur sélection de cassettes démos présélectionnées puis en trois sessions de concerts où se mesurent à chaque fois trois ou quatre groupes permettait à de nombreuses formations vendéennes de réaliser leur premier concert dans des conditions professionnelles et de se faire connaître dans leur localité. D’autre part, on peut évaluer à une trentaine de personnes les acteurs vendéens liés aux musiques actuelles qui ont été impliqués au Fuzz’Yon à un moment donné lors de ses dix ans d’activité, comme objecteur de conscience, salarié ou membre du bureau de l’association, la plupart étant disséminée dans toute la Vendée ou à Nantes68. À côté des concerts, le lieu a développé un centre de ressources pour les musiques actuelles, une école de musique69 et trois studios de répétition équipés, ouvrant un second lieu dans le centre de La Roche-sur-Yon.

60On comprend pourquoi, dans le cadre vendéen, le Fuzz’Yon constitue un pôle fédérateur, base d’une scène locale autour de laquelle un ensemble d’acteurs se retrouve. Le Fuzz’Yon constitue en fait le seul lieu ouvert à l’année au sein duquel les groupes peuvent disposer de l’ensemble des outils logistique permettant de débuter une carrière. Les concerts constituent autant de moments de rencontres et d’émulation, où les musiciens peuvent tour à tour apprendre des artistes confirmés de passage dans la ville et accéder, au moment où ils sont prêts, à la scène.

c) Les « pôles amplifiants »70 en Vendée

  • 70 CHATAIGNE Hyacinthe, Approche dynamique des musiques amplifiées en milieu urbain, Mémoire de DEA, U (...)
  • 71 Groupe de rock professionnel existant formé en 1988, auteur de cinq albums et originaire de la Gaub (...)
  • 72 À la fin des années 90, la Vendée est le département de la région des Pays de la Loire qui dispose (...)

61À côté du Fuzz’Yon, le tournant des années 90 est celui où apparaissent également de nombreux festivals de rock ainsi que des cafés-concerts. À La Roche-sur-Yon, plusieurs sont organisés par l’association Rock sur Yon et par Pyromane, une association de hard rock. En 1989 ont lieu les premières éditions du festival rock les « Feux de l’Été » à St-Prouant organisé par le club de football et du « Rock Festival » de Fontenay, également associatif. Le Faucon Malté, café-concert, ouvre à Notre-Dame-de-Monts, et intègre au début des années 90 le dispositif Café-musiques puis, sous le nom de la Patate et la gestion d’une nouvelle association, il bénéficie quelques temps d’une labellisation Smac et d’un emploi-jeune. Mais avant tout, c’est vers les cafés que se tournent les nouveaux groupes et collectifs de tous styles. Par exemple, le bassiste des Little Rabbits71 m’a expliqué le rôle très important qu’a joué le Café de la Gare des Herbiers dès la fin des années 80, permettant aux groupes des environs de se produire sur scène chaque semaine. Depuis cette période, le maillage du territoire en terme de cafés-concerts et d’associations, se fait de plus en plus dense72. On a ainsi pu recenser, sur l’année 2001, 71 cafés et 62 associations spécialisés qui organisaient des concerts de musiques amplifiées (liste en Annexe 1).

  • 73 Documents archivés au Fuzz’Yon.
  • 74 Originaires de St-Hilaire-de-Riez, Fontenay, Montaigu, Beauvoir, Les Brouzils, St Prouant, Les Essa (...)

62Dans un environnement qui peut paraître au premier abord peu propice aux musiques actuelles, les principaux acteurs vendéens liés à cette activité ont tenté de constituer un système d’échange d’information départemental. Sous l’impulsion du Fuzz’Yon, une association nommée Réseau Rock Vendée a été créée en 199373. Elle réunissait dix-sept associations74 et 32 groupes. On peut considérer ce type de démarche comme assez novateur à l’époque, relativement au reste de la France. Le Réseau a duré deux ans, le temps du service de l’objecteur qui en était responsable au Fuzz’Yon. Il éditait des feuilles d’informations pour les adhérents (annonce des concerts, actualité des groupes et des associations). Mais la difficulté de sa pérennisation provenait du fait que tous les relais étaient assurés par des bénévoles et qu’il n’existait pas de lieu de rencontre bien affirmé.

  • 75 Documents du collectif de Montaigu.
  • 76 Office culturel fontenaysien, association subventionnée par la Mairie de Fontenay-le-Comte et respo (...)

63C’est en partie les mêmes raisons qui ont conduit à la fin du Raamad75. Celui-ci fut un deuxième essai de réseau beaucoup plus important qui fonctionna de 1999 à 2000. Il vit le jour sous l’impulsion de Laurent Imbert du café-concert la Patate (Notre-Dame-de-Monts) avec le soutien du Fuzz’Yon et du collectif de Montaigu, ainsi que de l’OCF76 (Fontenay) et de l’association Music Machine (St Hermine/Mareuil sur le Lay). La base de données de janvier 2000 comptabilise 37 associations où de nombreux styles sont représentés (rock, metal, punk, reggae, techno, chanson, hip hop), 96 groupes étant également répertoriés. Des divergences d’opinion sur les actions à mener et l’absence d’un coordonnateur régulier (bénévoles) ont signé la fin de l’initiative. Pendant mon enquête de 2001, j’ai rencontré un grand nombre de personnes qui m’ont demandé où en était le Raamad.

  • 77 À ce titre, il est intéressant de remarquer que dans la base de donnée « groupe » du Réseau rock Ve (...)

64En fait, ce genre de fédération ne peut qu’avoir une portée limitée parce que, comme on l’a montré dans la seconde partie, les musiques amplifiées fonctionnent avant tout autour de deux types de structurations, distinctes mais dépendantes l’une de l’autre, les scènes locales d’une part, et les réseaux stylistiques d’autre part77. Des lieux comme le Fuzz’Yon, où à moindre échelle, les maisons de quartier et les foyers de jeunes constituent des lieux de sociabilité importants, mais, par leurs marquages institutionnels et l’accueil de styles hétérogènes dont ils font preuve, ils sont des lieux qui ne sont réappropriés que temporellement et en fonction des contextes - c’est-à-dire en fonction des soirées et des groupes programmés - par les partisans d’un territoire ou d’un style donné.

C - À la recherche des scènes locales

  • 78 Je me repérais à partir des 31 cantons répertoriés par l’Insee. Le canton de La Roche-sur-Yon sépar (...)

65Les données disponibles au Fuzz’Yon (associations, groupes, festivals) et à la DDJS (foyers de jeunes, maisons de quartier) m’ont permis de constituer une base de travail pour mon ethnographie de terrain à la recherche des producteurs de musiques amplifiées en Vendée. Je décidais de me déplacer au sein du territoire départemental78, et d’établir un contact privilégié avec un correspondant dans chacun des cantons, relais qui pourraient m’aider à gérer les distributions des questionnaires sur le territoire et pourraient me présenter certains acteurs décisifs. Je découvrais alors successivement le foisonnement d’activités existant autour de plusieurs agglomérations vendéennes, qui constituent autant de « cas d’école ». En commençant par La Roche-sur-Yon j’en citerais ici quelques-uns, qui pourront nous aider à mieux comprendre les scènes locales.

66Puis, dans un deuxième temps, je mettrais en évidence l’originalité du fonctionnement des activités musicales amplifiées, caractérisées par l’importance du tissu associatif et des cafés-concerts. On peut dire en effet que les cultures musicales se pratiquent à la fois comme un loisir « à côté » (de la famille, du travail), et comme un mode de vie, qu’elles peuvent se dérouler dans le cadre de structures publiques, associatives ou entrepreneuriales sans que leur fonctionnement en soit réellement affecté. De cette façon d’être originale découle l’invisibilité de ces pratiques pour ceux qui ne les connaissent pas.

Carte 3 - Répartition des groupes de musiques amplifiées en Vendée

Carte 3 - Répartition des groupes de musiques amplifiées en Vendée

Source : Enquête sur les groupes de musiques amplifiées en Vendée, 2001

Carte 4 - Répartition des associations organisatrices de concerts par cantons

Carte 4 - Répartition des associations organisatrices de concerts par cantons

Carte 5 - Répartition des Cafés concerts par canton

Carte 5 - Répartition des Cafés concerts par canton

Sources : Enquête départementale sur les structures de musiques amplifiées, 2001

1) Monographies de quelques scènes locales (La Roche-sur-Yon, Fontenay-le-Comte, Montaigu, Les Herbiers, La Châtaigneraie, Saint-Gilles Croix-de-Vie, Luçon, Challans)

  • 79 DELAPORTE Yves, « Teddies, rockers, punks et Cie : quelques codes vestimentaires urbains », L’Homme (...)
  • 80 JAUNET Christophe « Les voisins du Fuzz’yon exaspérés », Ouest-France, 18 mai 2000 et Anonyme, « Le (...)

67On retrouve à La Roche-sur-Yon des espaces où se réunissent plus volontiers, le samedi ou en soirée, ceux qui se retrouvent au sein de chapelles musicales. Des quartiers du centre sont marqués symboliquement (affiches de concerts, autocollants de groupes, tags…) on peut y trouver des magasins d’instruments de musique ou de disques, mais aussi des magasins de vêtements ou de merchandising et aussi des cafés qui sont sympathisants ou proches de certains styles de musique et/ou proposent des concerts. Implicitement, il se crée alors un certain type de clientèle qui se signale notamment par son paraître, exhibant des signes qui soulignent les appartenances musicales revendiquées79. Durant mon enquête de 2001, j’ai répertorié un premier quartier qui se situait autour de la salle de concert du Fuzz’Yon, devant la place du théâtre (où officient les skateurs) et les cafés alentour (comme « le Théâtre », rue de Verdun). Suite à l’agitation et l’affluence de jeunes certains soirs de concerts, des habitants s’étaient d’ailleurs plaint du bruit et de graffitis sur les murs80, confondant metal, punk et hip hop. C’est dans ce quartier qu’avait pris place Spectronic, le premier disquaire spécialisé dans les musiques amplifiées à La Roche-sur-Yon. Un autre quartier dynamique était celui des Halles, où se situaient les locaux de répétitions et le Centre d’information départemental des musiques actuelles où une trentaine de groupes venaient répéter chaque semaine, des membres d’associations venant déposer flyers ou affiches et discuter. À proximité, un tourneur local avait ses bureaux (l’association l’Epicerie, issue du café-concert La Patate), il existait un magasin de sonorisation, un magasin d’instruments de musique (Music-Hall), et le disquaire d’occasion Blue Records, qui disposait d’un important rayon de hard rock et était en quelque sorte devenu le lieu de rendez-vous des fans de metal. L’Embarcadero était un autre magasin, qu’on pourrait qualifier de spécialisé dans les « cultures urbaines ». Tenu par Jérôme, un jeune de 28 ans qui officiait en musique sous le nom de DJ Moar, le magasin proposait des disques de hip hop, de reggae et des mix-tapes de musiques afro-américaines mais vendait aussi des vêtements et du matériel de skate-boarding. L’ancien chanteur des Portobello Bones (punk/hard-core) venait également d’ouvrir un magasin de tatouage et piercing. Le Gaz-Bar était un café-concert qui proposait des soirées DJs et des concerts hebdomadaires de divers styles de musiques amplifiées.

  • 81 Office éducatif et social, association missionnée par la mairie.

68Même si les autres villes vendéennes sont plus petites et ne disposent pas de salles de concerts spécifiques, les points nodaux des scènes locales existent, plus ou moins repérables par le néophite. À Fontenay-le-Comte, où la vie est rythmée autour du Rock festival annuel qui accueille sur trois jours entre 5 et 10 000 personnes, plusieurs associations organisent des concerts. À côté des « anciens » de la Rockerie, dont la moyenne d’âge se situe autour de 35 ans lors de notre enquête, les associations Kadezair (axée autour du rock indépendant) et Kazimir’Action (plutôt proche des musiques électroniques) mettent au point quelques soirées dans l’année. Là, les lieux de rendez-vous sont plutôt la rue des Loges, où, outre le Forum Jeunes, on trouve plusieurs cafés-concerts (le Blues bar et le Milord), le centre comptant cinq cafés organisateurs de concerts. Le centre accueille également un magasin d’instruments, Cyril Musique. Un peu plus excentré, le FJT « le Camembert » et la maison des jeunes des Moulins Liots gérée par l’OES81 accueillent de temps à autre des concerts associatifs et permettent à certains groupes de répéter. D’autre part, si la ville n’a plus de disquaires en dehors des hypermarchés, un membre de la Rockerie vend des disques par correspondance, faisant les marchés de façon hebdomadaire et organisant une convention du disque annuelle. Des fanzines circulent aussi à Fontenay. On peut citer les Rêveries mais aussi Kaliméro, le fanzine de l’association Kadezair qui a proposé à la fin des années 90 deux cassettes compilations nommées Les gloires locales et composées des groupes de Fontenay.

  • 82 Artsonic, Carrousel, Ond’2 Choc, Craoued, Old Trash et International Mandary (En 2002, après notre (...)
  • 83 Lors de notre enquête le groupe de punk metal Craft a sorti deux mini albums CD chez Craoued et le (...)

69La scène locale la plus dynamique est sans doute celle de Montaigu, où six associations liées aux musiques amplifiées sont fédérées au sein du « collectif »82, qui touche régulièrement à l’année un public associatif d’environ 200 personnes âgées de 20 à 35 ans. Ces associations gèrent un local de répétition, organisent des concerts, des tournées pour les groupes, aident au financement de disques83 et sont à la base de manifestations diverses comme l’organisation de la fête de la musique. Le fanzine Kérosène tiré à 3 000 exemplaires et à la renommée nationale est édité par l’association Kérosène dont les membres sont également partie-prenante du collectif montacutain. Basé jusqu’en 2001 à la maison des associations, le collectif a ensuite investi une petite friche industrielle qu’il réhabilite, le Legobulle. Le collectif édite Icrocoa, une feuille d’information trimestrielle photocopiée où on trouve toutes les actions dont il est à l’origine. De manière sous-jacente à cette effervescence, le but du collectif est l’ouverture d’un lieu de concert fixe, sur le modèle du Fuzz’Yon ou du VIP (Saint-Nazaire) mais les négociations avec la commune et le district, proches du conseil général, sont difficiles, c’est pourquoi le collectif parle, sous forme de jeu de mots, d’une « salle à faire ».

Document 7 - « Salle à faire »/« sale affaire » à Montaigu

Document 7 - « Salle à faire »/« sale affaire » à Montaigu

Source : Carte postale réalisée par le collectif de Montaigu en 2000 dans le cadre des manifestations pour l’obtention d’un lieu destiné au spectacle vivant ; distribuée notamment à l’occasion du passage du tour de France en juillet 2000.

  • 84 Il n’a pas eu lieu depuis ce moment par refus de la commission de sécurité.

70À Montaigu, les points de rencontres centraux sont le Tribal Café, tenu par les membres d’un groupe de rock et le Noctambule, dont le gérant est l’ancien animateur d’une association culturelle du canton. Au sein du collectif, l’association Caroussel s’occupe de la gestion du local de répétition, préfabriqué situé dans la zone industrielle et prêté par la mairie, où répètent une quinzaine de groupes. Contrairement au schéma habituel, la répétition n’est donc pas sous la responsabilité d’une structure socioculturelle, mais est autogérée par les pratiquants. En attendant de disposer d’un lieu fixe, les associations du collectif organisent des concerts dans tous les lieux disponibles. Ils disposent d’une salle du foyer des jeunes pour une vingtaine de dates par an, mais utilisent aussi les cafés-concerts et, lorsqu’ils en ont l’autorisation, d’autres sites. Ainsi, mis sur pieds pour la première fois en 1995, le festival des Lunanthropes accueillait 7 000 personnes en juin 2000 au parc des Rochettes84. À Montaigu, l’affirmation de la scène locale se fait contre la politique du maire MPF, peu favorable aux valeurs jugées subversives dont seraient porteuses les cultures musicales portées par les membres du collectif. Aux dernières élections municipales, le collectif présentait d’ailleurs une liste, nommée « Poil à gratter » qui réalisait 12 % des voix au premier tour.

71D’autre part, les hypermarchés étant les seuls lieux où des disques étaient vendus, on voudrait ajouter que Stéphane P., un des membres du collectif, a créé sa propre liste de distribution associative, Aïnu, issue de l’association du collectif Craoued. Il fait venir des disques d’artistes underground qui ne sont pas distribués ou ne sont pas disponibles en grande distribution et installe un stand lors des concerts. Ainsi, à Montaigu, de nombreux groupes très peu connus acquièrent une réputation et vendent plusieurs dizaines de disques dans la ville grâce aux « bons conseils » de Stéphane. On en retrouve certains dans les play-lists des rédacteurs du fanzine Kérosène.

Document 8 - Craoued distro. Liste de distribution discographique associative

Document 8 - Craoued distro. Liste de distribution discographique associative

Est ici reproduit la première de couverture de la liste photocopiée de décembre 02 (parution irrégulière), constituée de 4 feuilles A3 recto verso pliées en deux. On remarque que, avant le début de la liste, deux concerts punk-hard-core organisés par le collectif de Montaigu, l’un dans un café, l’autre au foyer des jeunes, sont annoncés.

  • 85 Le Gambrinus, le Barbatruc, le Tie Break, les Arcades.

72Aux Herbiers, commune qui compte un peu plus de 13 000 habitants, la situation est plus pacifique et des dialogues existent entre la municipalité et les acteurs de la scène locale. La ville dispose d’un complexe de spectacles qui contient notamment une salle de 1 500 places et qui peut être prêtée aux associations de la commune. Turbulences, Quark et Spot sont trois associations qui organisent des concerts. Pendant mon enquête, et sans aides directes de la mairie, Turbulences proposait la onzième édition de son festival Fraggle Rock avec quatre groupes dont les Wampas en tête d’affiche et Condkoï, groupe originaire de Luçon, attirant 1 500 personnes. Spot organisait en juillet son festival La Fête est dans le pré, accueillant également près de 1 000 personnes. Dans le centre des Herbiers, plusieurs cafés85 sont fréquentés par les acteurs de la scène locale, et organisent parfois des concerts ou accueillent des groupes sous l’initiative des associations, le Barbatruc étant le plus régulier. Il faut également compter avec Pizza Fred’, dont le gérant a fondé le collectif de DJs KPB et qui organise des soirées avec groupes et DJs dans la campagne vendéenne.

  • 86 Canton de Chantonnay.

73Au cours de l’année et hors des concerts, un centre important des activités est la maison des jeunes de l’Etanduère qui dispose de trois locaux de répétition où environ quinze groupes répètent et qui organise de temps à autre des concerts. L’animateur qui gère l’activité musique est par ailleurs le secrétaire de l’association les Feux de l’été qui organise le festival du même nom à Saint-Prouant86 durant deux jours, accueillant autour de 5 000 personnes. Il est intéressant de noter que ce sont les membres de l’association Spot qui m’ont indiqué l’existence de l’Etanduère, car d’après le service culturel, il n’existait pas de lieux municipaux pour accueillir des groupes en répétition. Une remarque qui peut nous permettre de mieux comprendre les différences de perception de la ville et de ses réseaux musicaux selon les acteurs et leur conception de la culture.

  • 87 Par exemple à Montaigu, Artsonic a été créée en 1991 pour organiser la fête de la musique.

74La Châtaigneraie est une commune de moins de 3 000 habitants mais les associations musicales du canton, qui compte près de 16 000 habitants, amènent une dynamique exemplaire à la scène locale. Archiculture, à la Châtaigneraie est ainsi en relation avec les Nuits du Breuil (au Breuil-Barret), Sicmazic (à Saint-Pierre-du-Chemin) et Minimac (à Saint-Hilaire-de-Voust). Les adhérents et les sympathisants des associations s’épaulent réciproquement pour l’organisation de concerts dans leur propre commune. En 2000, elles se monopolisèrent d’ailleurs pour éviter la fermeture de la salle paroissiale de la Châtaigneraie où des concerts de musiques amplifiées mais aussi des pièces de théâtres amateurs étaient programmés par Archiculture. D’autre part, résidant à Cheffois, l’un des membres d’Archiculture réalise le fanzine Ex©it qui possède une bonne notoriété dans l’Hexagone. Comme c’est encore le cas dans de nombreuses communes87, ce sont les associations liées aux musiques amplifiées qui prennent en main la soirée de la Fête de la musique, laissant la fanfare locale animer la fin d’après-midi.

Document 9 - Affiche de l’association Archiculture

Document 9 - Affiche de l’association Archiculture

75Outre les quelques événements annuels réalisés en extérieur ou dans les salles municipales de leurs communes, les associations du canton sont à l’initiative de concerts réguliers dans l’arrière-salle du café Chez JB, sur la commune de Saint Pierre du Chemin, à quelques kilomètres de la Châtaigneraie. Ces quelques notes extraites de mon carnet de terrain peuvent permettre de mieux se figurer le contexte de ces concerts, et plus largement des dynamiques rurales vendéennes.

« Ayant pris rendez-vous avec les membres d’Archiculture pour le concert du 1er juin 2001 qui réunissait deux groupes locaux, Nostrum (punk émo-core) et Widget (post-rock), je me rendais Chez JB. En roulant sur cette route départementale bordée d’arbres et déserte qui traversait la campagne vendéenne, je me demandais, comme à chaque fois que je me rendais à un concert du fin fond du département, si j’étais sur la bonne route. Puis tout d’un coup, au sortir d’un virage le café m’apparut. Derrière un grand parking où une cinquantaine de voitures étaient garées, et près desquelles quelques jeunes discutaient, j’apercevais l’endroit, Chez JB, éclairé par des néons bleus, un peu à la manière du café fréquenté par Fonzy et Ritchie dans la série “Happy Days”. Le café surgissait de nulle part. Après être rentré, me retrouvant face au bar, je demandais où se trouvait le concert et on m’indiqua une salle au fond à droite. Après m’être acquitté du droit d’entrée de 10 francs, j’entrais dans la pièce qui contenait une centaine de spectateurs et disposait d’une petite scène et d’une sono de quelques kilowatts. Widget avait commencé à jouer. À peine arrivé, Julien, le président d’Archiculture me faisait signe et me présentait à Philippe, étudiant à Bordeaux et batteur de Cirkus - un groupe de metal de Fontenay-le-Comte - intéressé par mon étude et qui était venu avec sa copine rendre visite aux gens de la Châtaigneraie. » À l’image des concerts organisés Chez JB par les associations du canton, les musiques amplifiées s’illustrent ainsi un peu partout, connues par les jeunes mais invisibles à la plupart.

  • 88 Le Monde, Vendredi 11 mai 2001, p. 11.
  • 89 INSEE, Tableaux de l’économie - Vendée, édition 1997, p. 49.
  • 90 RENARD Roger, 1996, op. cit.

76Si on se dirige vers l’Ouest de la Vendée, sur la côte, le contexte est différent. Les constructions ont envahi le bord de mer lors de ces trente dernières années. La Vendée est le deuxième département français (juste derrière le Var) en nombre de résidences secondaires88 et elles sont à plus de 80 % concentrées sur le littoral89. D’autre part, la côte vendéenne subit ce que les géographes nomment « le syndrome de Floride »90. C’est-à-dire que l’immigration est importante, mais concerne avant tout des retraités, ce qui vieillit la population du canton et baisse la part des jeunes dans l’ensemble de la population.

Carte 6 - Part des moins de 20 ans dans la population vendéenne par canton

Carte 6 - Part des moins de 20 ans dans la population vendéenne par canton

Source : Insee, recensement 1999.

  • 91 On a recensé huit cafés qui avaient organisé des concerts en 2001 dans le canton de St-Gilles-Croix (...)

77Évoquons la scène locale de Saint-Hilaire-de-Riez, la commune la plus peuplée du canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, où officie l’association Lézar’Ménestrel. Voir Saint-Hilaire de Riez au mois d’avril en dehors des vacances scolaires procure une sensation bizarre, celle d’être dans une « ville fantôme ». La quasi-totalité des maisons et des appartements est fermée, la ville qui accueille 130 000 résidants l’été, ne conserve que 9 000 habitants à l’année. L’association Lézar’Ménestrel, qui est constituée de membres ayant de 18 à 27 ans, dispose d’une des dernières maisons du quartier du vieux port, prêtée par la mairie où quelques groupes répètent, le plus actif étant Du Son, un groupe de dub-reggae constitué de huit musiciens. Pour l’organisation de concerts, Lézar’ménestrel reçoit l’aide de l’animateur jeune, David, secrétaire du Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon et favorable aux actions de l’association. Dans le cadre de son activité auprès des jeunes, David est d’ailleurs à l’origine de quelques concerts et notamment une journée hip hop. D’autre part, le Café de la plage supporte les initiatives de Lézar’Ménestrel, accueillant les concerts organisés par l’association. Mais les cafés-concerts situés sur la côte, autrefois plus nombreux91 restreignent de plus en plus le nombre de groupes programmés ou stoppent même toute activité à cause des plaintes liées au bruit.

  • 92 Barbâtre, Notre-Dame-de-Monts, Saint-Jean-de-Monts, Les Sables-d’Olonne, La Tranche-sur-Mer et Sain (...)

78Par ailleurs, on doit ajouter que les communes de la côte disposent d’une programmation saisonnière en concerts et en spectacles, mais distincte de celle du service jeunesse. On est là plus proche du travail de l’Office de tourisme et du service communication de la mairie qui élaborent une programmation destinée à la population estivale. Une série de concerts a notamment lieu sur la plage de Sion et sur la place de l’église (orientés chanson, jazz et musiques du monde). D’autre part, Saint-Hilaire-de-Riez adhère à La Déferlante, une programmation estivale en « arts de la rue et musique vivante » qui se succède sur six communes de la côte vendéenne92 et bénéficie de subventions du conseil général et de la région.

79Pour mesurer la différence entre saison estivale et reste de l’année, je me rendais à la mi-août dans une autre commune du canton de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, à Brétignolles sur Mer où officiait l’association des VGAB (Vieux gars actifs brétignollais). Une centaine de jeunes de Brétignoles y adhèrent. L’association organise notamment deux petits festivals. L’un au mois de mai, le Bréti Roots qui fait jouer des groupes à tendance reggae et accueille 300 personnes dans la salle municipale (en mai 2001, le Bréti Roots a accueilli Yaoundé, de Brem-sur-Mer et Happy Culture de Olonne-sur-Mer). En pleine saison, les VGAB organisent sur la plage un autre festival qui se nomme Rock’n’beer et où - touristes obligent - l’affluence est plus importante. Il y a des embouteillages pour arriver sur la plage et beaucoup de monde.

  • 93 Celui-ci participe aux frais de location de matériel et majore ses consommations pendant la soirée (...)
  • 94 « Doryphore » est synonyme de « touriste ».

80En ce mois d’Août, je retrouvais donc le président de VGAB et un autre membre du bureau, la veille de la préparation de leur festival qui se déroule en plein été devant près de 1 000 personnes et qu’ils co-organisent avec le patron du bar où ils m’avaient donné rendez-vous93, à une cinquantaine de mètres de la mer. Les membres de VGAB habitent à l’année à Brétignolles, ils ont un travail et ont monté leur association pour « faire bouger » leur commune. Ils reversent les recettes de Rock’n’beer aux Restos du cœur. VGAB éditent aussi un fanzine annuel photocopié qui se nomme La Patate, le journal qu’il est bien pour les doryphores94. À Brétignolles, qui compte 2 700 habitants, les groupes sont peu nombreux mais les « stars locales » ont pour nom Bernic-sous-Goëmon qui répètent chez l’un des musiciens et joue un rock humoristique, dans les bars de la côte et lors du traditionnel festival Rock’n’beer des VGAB.

81On s’aperçoit que sur la côte, « deux Vendées » co-existent, l’une à l’année où des associations programment des concerts et supportent des groupes, et l’autre en été où une politique d’animation est gérée par les communes des stations balnéaires. Deux logiques de diffusion se superposent donc.

82Luçon, au sud de la Vendée, représente un autre type de configuration. Avec près de 10 000 habitants, la ville est dans les dix premières communes vendéennes. Elle n’est pas directement sur la côte mais, située à une dizaine de kilomètres de la mer, se situe en quelque sorte dans un entre-deux et propose de nombreuses places de camping. L’été elle est l’origine de quelques animations, dont un festival gratuit de musiques du monde, Regards d’ailleurs, le week-end précédant le 15 août. Organisé par l’association « Luçon, le monde et ailleurs », il bénéficie des subventions de la ville, du conseil général et de sponsors privés.

83Dans l’année, la particularité de Luçon, c’est la place démesurément importante qu’a pris le foyers de jeunes, qui se nomme le Campus. Il est situé entre le lycée public et le lycée privé et à quelques centaines de mètres de chacun des deux. Il propose un bar sans alcool. Ce foyer est sans doute le plus important de la Vendée en terme d’affluence. On y trouve toujours du monde et, selon son responsable - un ancien gérant de camping, autodidacte dans l’animation qui est épaulé par deux animateurs - 300 personnes y entrent en moyenne par jour. Financé par la mairie, le foyer dispose notamment d’un important parc informatique et organise plusieurs concerts dans l’année. L’un des animateurs du Campus jouant dans un groupe de rock, les programmations des concerts proposent des groupes vendéens assez réputés. Les concerts sont organisés sur des podiums dans le centre ville (place du Champ de Foire le plus souvent) et reçoivent le soutien technique de la ville. En septembre, le Campus faisait même venir Uncommonmenfrommars, un groupe du Nord de la France à la notoriété nationale signé chez Wagram.

  • 95 Le groupe Merry Makers était à l’origine d’un concert punk réunissant cinq groupes dans la salle mu (...)

84Derrière l’image projetée par le Campus, les musiciens de Luçon dénoncent la politique de la jeunesse promue par la ville. Ayant affirmé, suite à des réunions publiques, que la construction de locaux de répétitions était une priorité de son programme, la liste élue lors des dernières municipales ne s’est pas exécutée, ce que lui reprochent les groupes de la ville. Concernant les musiques amplifiées, la ville s’est plutôt orientée vers une politique de communication. Elle s’est contentée d’aider un groupe fédérateur des jeunes luçonnais, le groupe de rock-noisy K-Mox, constitué de jeunes habitués du Campus, en finançant l’enregistrement de leur CD et en les programmant devant 5 000 personnes, en première partie du bal du Feu de la Saint-Jean. Luçon comprend pourtant de nombreux groupes orientés punk (Merry Makers, KRS) ou rock alternatif (Jybus, Wolf) qui jouent dans les cafés alentour mais ne qui ne parviennent pas à se fédérer, après la sortie de leur période lycéenne, malgré quelques actions95. Il garde en mémoire le plus célèbre groupe de Luçon, Condkoï, qui - assez connu dans la région - a sorti un album sur le label nantais de punk-rock Dialectik (distribué nationalement en indépendant) avant de s’exiler à Toulouse. Quoi qu’il en soit, l’exemple de Luçon montre comment les musiques amplifiées peuvent être utilisées pour favoriser l’image d’une commune à partir de ses adolescents. Ainsi, pour Ouest-France, qui retranscrit la soirée du 23 juin 2001 :

  • 96 Anonyme, « 5 000 personnes au feu de la Saint-Jean », Ouest-France, 26 juin 2001.

« Samedi soir, place du Champ de Foire, le feu de la Saint-Jean a réuni un public de jeunes et de familles. Les Luçonnais du groupe K-Mox ont mis d’emblée le feu aux poudres. Le jeune public de fans, comme les moins jeunes, a pu apprécier la progression du groupe, qui profitait de l’occasion pour présenter son premier album. Après avoir mis le feu dans les têtes et les jambes, ils ont, avec le maire, mis le feu au bûcher de la Saint-Jean. Un feu pimenté par les artifices. »96

85Contrairement à d’autres agglomérations, où les adolescents issus des foyers et clubs de jeunes qui pratiquent la musique se dirigent vers des associations, Luçon n’est donc pas parvenue à générer une dynamique amplifiée.

  • 97 Institut de Formation des Animateurs Culturels, sur un échantillon représentatif de 400 jeunes, B.M (...)

86On citera un dernier exemple, Challans, deuxième commune de Vendée avec plus de 16 000 habitants, et qui ne dispose même pas d’une maison ou d’un foyer de jeunes, ni de locaux de répétitions, ni de lieux de diffusion. En Vendée, Challans est considérée comme une ville « morte », où il n’y a pas d’ambiance. La ville est parfois en proie à des conflits violents, des problèmes de délinquance juvénile. Le manque de transports en commun empêche une liaison entre les quartiers. Comme le déclare une enquête de l’Ifac97 retranscrite dans Vendée Matin, les jeunes déclarent, dans leur plus grande majorité « s’ennuyer le week-end ».

87Concernant la musique, la municipalité a financé une Maison des arts, accueillant un auditorium et une école de musique municipale réputée mais qui n’est pas ouverte aux groupes de musiques amplifiées. D’autre part, l’association Portus Secor, qui accueillait des groupes jusqu’en 1998 pour la répétition, a été dans l’obligation de fermer son local de répétitions, à cause de l’exiguïté de ses locaux et du bruit que généraient les groupes et qui perturbait les autres activités. Pour Mathieu, l’animateur salarié de Portus Secor que j’ai rencontré, les locaux de répétitions sont un besoin pressant. Sentiments confirmés par deux jeunes Challandaises interrogés dans l’enquête de l’Ifac qui déclarent :

  • 98 Ibid.

« La Maison des arts est une bonne initiative. Ce bâtiment aurait pu être bien, mais il ne s’y passe rien car il est trop renfermé sur l’école de musique. Il nous est inaccessible, on peut juste rentrer dans le hall… Au niveau musical il est temps que Challans s’adapte ; avec une ville de 16 000 habitants la municipalité pourrait accueillir des groupes, inciter les jeunes à faire des concerts, et pour ce faire, encore faudrait-il qu’elle mette des locaux à leur disposition […]. Au niveau politique, on n’entend pas les gens parler. La tranche d’âge 17/25 ans semble complètement oubliée […] Les jeunes ont diverses difficultés pour s’épanouir dans leur commune, je pense surtout aux jeunes musiciens […]. J’ai d’ailleurs des amis qui ont monté un groupe et qui, en raison du manque de locaux vont répéter à la salle Gitane de Machecoul [en Loire-Atlantique]. Je trouve qu’il est quand même désolant de devoir utiliser les locaux des communes environnantes. »98

  • 99 Anonyme, « La fête de la musique a 20 ans », Ouest-France, 19 juin 2001 et GUERIN Delphine, « Les C (...)

88Les articles qui retranscrivent la fête de la musique à Challans sont à cet égard parlants. C’est l’Office de tourisme qui est responsable de la programmation. Rien n’est laissé au hasard et les musiques amplifiées n’y trouvent pas leur place. S’y succèdent les ateliers et classes de l’école de musique-Maison des arts, l’harmonie Sainte-Cécile, la chorale Alternance, un groupe de bal et une association de musique classique99. Challans illustre l’échec de constitution d’une scène locale le plus parlant que j’ai pu rencontrer en Vendée. Outre l’orientation politique, proche de la majorité départementale peu favorable aux musiques amplifiées, on peut évoquer le choix de l’investissement dans la Maison des arts.

89Pourtant, même dans ce milieu particulièrement hostile, des groupes de musiques amplifiées se forment à Challans. On a pu à cet égard constater, les pratiques de contournement de certains enseignants en musique de la Maison des arts de Challans qui, eux-mêmes pratiquants de rock, et suivant les sollicitations de leurs élèves, transformaient les répertoires étudiés, s’approchant des musiques amplifiées (ska, reggae, rock) lors de leurs « ateliers jazz ». D’autres groupes répètent, lors du temps scolaire, dans les deux lycées présents sur la commune. D’autres enfin s’appuient sur les associations situées dans des villes proches et à l’activité dynamique, comme Watt Mille Watts à Soullans ou le Rock City au Périer. Pour la diffusion, certaines associations louent la salle de concert privée du Grand Duc, à Apremont.

2) Un fonctionnement culturel original

  • 100 TEILLET Philippe, 2002, op. cit.

90Si les scènes locales prennent corps autour des agglomérations, de nombreux auteurs ayant souligné l’aspect urbain des musiques amplifiées100, il existe aussi des points de polarisation disséminés un peu partout dans la campagne vendéenne et qui entrent, le temps d’une soirée ou d’un concert, en effervescence. Si les scènes locales prennent leur énergie dans le centre des agglomérations, elles se déploient également de manière centrifuge, sur les communes et les campagnes environnantes. De plus, certaines cultures musicales, comme la techno, revendiquent un aspect nomade qui privilégie l’itinérance, et d’autres réseaux stylistiques comme le punk ou le metal peuvent attirer des spectateurs en provenance de plus de 50 kilomètres pour un concert dans un café.

a) Les cafés-concerts

91Ainsi, alors qu’ils se développaient au cours des années 80, les concerts dans les cafés ont commencé en ville puis se sont diffusés dans les campagnes. Quelques cafés de centres-villes sont assez dynamiques (le Gaz’Bar à La Roche-sur-Yon, Le Tribal Café à Montaigu, Le Blues Bar à Fontenay, L’Univers au Poiré-sur-Vie ou Le Galway au Sables-d’Olonne). Mais, à moins qu’ils n’aient investi spécialement pour pouvoir assurer des spectacles, les cafés situés loin des habitations sont aujourd’hui ceux qui organisent le plus de concerts car les contraintes administratives liées aux lois anti-bruits (décret no 98-1143 du 15 décembre 1998) sont moindres.

92On a pu remarquer de ce point de vue le dynamisme de plusieurs cafés géographiquement isolés. On peut évoquer le Myl’s, à la Ferrière dans la zone industrielle au Nord de La Roche-sur-Yon (canton des Essarts) qui accueille concerts ou soirées techno, organisés directement par le bar ou par des associations tous les vendredis et samedis soir. On peut mentionner aussi le café Aux berges du lac, situé en pleine campagne sur le territoire de la commune de Chantonnay et où plusieurs associations organisent des concerts réguliers. Il faut parler également de l’Eclipse, au Martinet, dans le canton de La Mothe-Achard, qui organise quelques concerts (reggae, néo-metal) mais qui est surtout le point de rendez-vous des teufeurs avant leur départ en free-parties. On peut citer enfin Le Marie-Jeanne, à la Guyonnière (canton de Montaigu) où certaines associations du collectif montacutain s’en vont organiser des concerts.

  • 101 Selon notre typologie, les cafés-concerts recensés pouvaient proposer des concerts de manière « exc (...)

93Notre ethnographie du territoire vendéen nous a permis de recenser 71 cafés ayant organisé ou accueilli au moins un concert durant l’année 2001. Un petit questionnaire diffusé auprès de ces structures101 nous permet de récolter quelques données. Les cafés concerts ont cinq ans d’ancienneté en moyenne, et 12 % ont plus de dix ans. Les cafés estiment qu’ils font jouer en moyenne 12 groupes dans l’année, dont cinq proviennent du département.

Tableau 10 : Origine des groupes programmés par les cafés-concerts vendéens (sur 1 an)

Nombre de groupes programmés selon leur origine

Pourcentage de groupes programmés selon leur origine

Vendée

4,8

39,7 %

Reste de la région des Pays de la Loire

5,1

43,2 %

Groupes français hors région

1,8

14,7 %

Groupes étrangers

0,3

2,5 %

Total

12

100 %

Enquête sur les structures de musiques amplifiées en Vendée, 2001

94S’ils permettent aux groupes de jouer dans un cadre législatif souvent peu adapté et avec peu de moyens, les cafés-concerts constituent les lieux de diffusion les plus nombreux et, souvent les moins exigeants. Ils peuvent également s’inscrire dans une démarche plus globale (programmation off d’un festival, co-production avec une association). Dans les cas de co-production, les principaux partenaires des cafés-concerts sont des associations, citées par 56 % d’entre eux. D’après les gérants ou les salariés des cafés interrogés, l’origine du public est en moyenne, vendéenne à 76 % et plus précisément locale à 53 %.

b) Les associations

Les associations liées aux musiques amplifiées
  • 102 Membres du bureau et personnes régulièrement investies dans l’activité de l’association.

95Aussi décisives que les cafés où elles prennent parfois leur quartier, il faut évoquer les associations dont la vocation touche les musiques amplifiées et qui organisent des concerts ou des festivals où ces musiques sont programmées. Nous en avons recensé 62 dans le département. Elles sont nées entre 1986 et 2001 mais sont souvent générationnelles (près de 50 % des associations ayant moins de trois ans). Le nombre de bénévoles concernés est très important. L’effectif du « noyau actif »102 est en moyenne de 11 personnes, auquel il faut ajouter une soixantaine de personnes impliquées bénévolement les soirs de manifestations ou spectacles ! La moyenne d’âge des membres du noyau actif des associations s’étale de 18 à 40 ans, le chiffre moyen étant de 26 ans et trois mois. Les associations interrogées réalisent en moyenne 3,58 concerts par an, faisant jouer en moyenne 11 groupes sur la période. Pour la co-organisation de concerts, les principaux partenaires des associations sont d’autres associations (à plus de 62 %), mais aussi les foyers de jeunes et maisons de quartier, les cafés-concerts et les services municipaux de mairie (chacun à hauteur d’environ 10 %). D’après les membres des associations interrogés, le public des concerts est vendéen à 42 % (dont local à 35 %) et régional à 42 %. Alors que les cafés-concerts sont davantage tournés vers un public de proximité que les associations, ces dernières attirent plus fréquemment un public qui correspond à leur coloration musicale.

Tableau 11 : Origine des groupes programmés par les associations « indépendantes » vendéennes

Nombre de groupes programmés selon leur origine

Pourcentage de groupes programmés selon leur origine

Vendée

3,2

28,6 %

Région des Pays de la Loire

2,2

19,5 %

Groupes français hors région

4,5

41,0 %

Groupes étrangers

1,2

10,8 %

Total

11,1

100 %

Enquête sur les structures de musiques amplifiées en Vendée, 2001 (enquête auprès d’associations dont la vocation concerne au moins en partie la promotion des musiques amplifiées)

96L’enquête nous permet de montrer que près de 30 % des groupes programmés par les associations « indépendantes » vendéennes proviennent du département. Pour autant, on peut voir que la provenance géographique des groupes est plus « éclatée » que celle des cafés-concerts. Cela peut s’expliquer en fonction des manières différentes qu’ont ces structures de programmer. Souvent passionnées, en relation avec des groupes underground, les associations connaissent les groupes et artistes qu’elles font jouer, les contactant souvent, alors que les cafés sélectionnent les groupes qui viennent à eux, postuler dans leurs cafés. Ainsi, quand les cafés programment un groupe qui provient de loin, cela signifie souvent que c’est une association qui organise.

97À côté de ces associations dont la problématique principale est liée à la musique, d’autres, qui s’investissent dans des causes diverses, organisent aussi ponctuellement des concerts. En Vendée, on a pu en rencontrer plusieurs types.

D’autres types d’associations qui organisent des concerts
- Associations de « cultures urbaines »

98Il existe des associations qui cherchent à promouvoir des pratiques qui sont culturellement liées à certaines expressions musicales et programment des artistes lors des manifestations pour lesquelles elles sont parties prenantes. On pense aux associations liées à la danse hip hop, au graphe (Aerosol Zoo), au skate. Certaines d’entre elles sont réunies lors du festival Urban Zap, organisé par l’association pluridisciplinaire « Déclaré Apt » (autour de la musique et du sport). On pense aussi aux associations liées à ce qu’on appelle depuis les années 80 le mouvement alternatif, proche des valeurs et de l’esthétique punk : arts de la rue (jonglerie, mimes), aménagements et décors de lieux, guinguettes, animations pour les enfants… De nombreux festivals de musiques amplifiées ayant eu lieu depuis plusieurs années ajoutent d’ailleurs un aspect « arts de la rue » à leur programmation musicale : Positive Vibration, au Tablier en 2000 (organisé par L’Eclipse Solaire, association du gérant du bar le Martinet), Microcosm au Bourg-sous-La-Roche (organisé par le Fuzz’Yon) ou les Lunanthropes organisé par le collectif de Montaigu. Ces aspects para-musicaux soulignent le fait que les cultures stylistiques ne se limitent pas à la musique mais se conjuguent en mode de vie.

- Associations sportives

99Les clubs de sport sont à l’origine d’un nombre important de festivals. Au départ, les clubs de football, de basket ou les associations de supporters cherchent le moyen de réunir leurs adhérents lors d’un « temps de rencontre » à caractère festif, ou plus simplement à renflouer leurs caisses. Ils organisent alors une soirée de spectacle vivant (on pense par exemple au festival Rock City du Perrier, géré par le club de basket ou aux premières éditions du festival Les Feux de l’Eté à Saint-Prouant, dans le canton de Chantonnay). Dans certains cas, l’affinité pour la musique ou le succès des manifestations musicales font que les organisateurs créent de nouvelles associations plus appropriées : c’est le cas du célèbre festival des Feux de l’Eté à St Prouant, qui était auparavant piloté par le club des supporters de football de la commune. Une association de fans de musique s’en est émancipée. Le principe est le même que celui déjà évoqué pour les associations issues de Foyers de jeunes.

- Moto-clubs

100Plus fréquents en milieu rural que dans les grandes villes, les moto-clubs sont à l’origine de nombreux concerts et festivals, souvent (mais pas uniquement) réalisés dans le cadre de concentration de motards. En Vendée, on a pu répertorier les moto-clubs associatifs organisateurs de concerts suivants : les Roues cool (Les Brouzils - canton de Saint-Fulgent), les Bicylindres d’Enfer à la Chapelle-Palluau (canton de Palluau), le moto-club de Saint-Fulgent ou les Mouches à Bière à Mouchamps (canton des Herbiers). Les moto-clubs sont plutôt affiliés à une esthétique « rock » qui va du blues au metal, mais ces dernières années, avec l’engouement pour le « festif » (du rock au ska, du punk à la chanson-rock alternatif) des styles de plus en plus éclectiques sont proposés.

- Associations « ethniques »

101Il est courant, pour de nombreux expatriés (de régions ou de pays étrangers) de se réunir au sein d’associations qui cherchent à perpétuer les liens et les traditions culturelles de l’aire géographique d’origine. Dans ce cadre, des concerts peuvent être organisés. Les plus investies dans la musique sont les associations africaines (Kori, à la Roche-sur-Yon notamment), qui ont permis à de nombreux groupes de se produire en concert, mais aussi à nombre de rappeurs et de toasters des environs de La Roche-sur-Yon de faire leurs premières armes lors de free styles improvisés avec des groupes ou des sound-systems.

- Associations paroissiales et à caractères religieux
  • 103 Notamment « St Michel a fêté son centenaire », à propos de la paroisse Sainte-Marie-des-Olonne, Oue (...)

102Dans un souci de sensibilisation du jeune public, les associations paroissiales vendéennes, assez nombreuses, proposent parfois des concerts lors de manifestations religieuses ou de fêtes commémoratives103. Outre les catholiques, les protestants de Vendée, ont créé une chorale gospel accompagnée d’un groupe amplifié (guitare, basse, batterie) dont certains des musiciens possèdent d’autres groupes. On peut d’ailleurs dire qu’au niveau national, il existe un mouvement rock chrétien, à tendance ocuménique mais fortement influencé par les églises protestantes réformées, qui commence à se structurer (notamment autour des festivals de Chartres et de Laval).

- Associations de parents d’élèves

103Certaines associations de parents d’élèves, y voyant un intérêt pédagogique, organisent parfois des concerts, comme à l’école Freinet de Aizenay (canton du Poiré-sur-Vie). Ce type d’action est décisif car il amène milieux scolaires et artistiques à se rencontrer, certaines collaborations entre instituteurs et groupes ayant pu se concrétiser sur des interventions en milieu scolaire - comme le groupe Jimmy Thing des Sables-d’Olonne - ou des collaborations lors de classes à Pac (Projet artistique et culturel), lancées par le ministère de l’Éducation Nationale en 2001.

Les dynamiques associatives communales

104Dans beaucoup de communes, il existe un comité des fêtes et/ou une maison ou un forum des associations. Ces structures jouent fréquemment un rôle de coordination ou de soutien technique en terme de main d’œuvre ou de prêt de matériel dans la réalisation de projets portés par les associations musicales qui organisent des concerts. Si le matériel n’est pas prêté, il peut être loué à des tarifs avantageux aux associations originaires de la commune. Plus largement, on a remarqué que l’organisation d’un concert peut parfois rapprocher des personnes très différentes. Pour l’organisation du festival Le champ de foire à Bournezeau (canton de Chantonnay), l’association « La belle équipe » fait appel aux bénévoles du VTT, aux associations de supporters du club de football ou de basket, mais aussi à l’association des chasseurs, au foyer de jeunes, au Comité cantonal des jeunes agriculteurs, dispose d’un terrain prêté par la paroisse, etc.

105Les orphéons, sociétés musicales ou écoles de musique peuvent également participer lorsqu’elles existent encore. C’est par exemple le cas à la Gaubretière (canton de Mortagne) où fanfare et maisons des jeunes co-organisent la fête de la musique et se partagent les temporalités de l’après-midi et de la soirée.

106Le souci est alors d’animer la commune. Les commerçants peuvent apporter leur pierre à l’édifice en donnant de la nourriture ou en rendant des services pour les bénévoles. Ainsi, alors que la programmation musicale est laissée aux associations spécialistes des musiques amplifiées, la mise en place est réalisée par des bénévoles d’âges et de milieux sociaux très différents.

  • 104 Remarques qui vérifient le passage d’une solidarité mécanique à une solidarité organique théorisé p (...)

107Cette effervescence est plutôt typique des zones rurales. Dans les grandes villes (on a pu l’observer à La Roche-sur-Yon et à Nantes), si les associations organisatrices de concerts sont également très nombreuses, elles disposent d’un nombre beaucoup plus restreint de bénévoles et les diverses catégories de population se mélangent moins. Les entreprises privées œuvrant dans le secteur musical et l’action culturelle y sont plus présentes et les associations musicales, plus pointues, sont focalisées sur des styles de musique bien affirmés104. De plus, le public des concerts, plus sollicité et plus anonyme à la fois, s’investit moins dans la mise en place de grandes manifestations, qui est davantage gérée par des professionnels.

c) L’underground

  • 105 Voir les arguments défendus par des associations comme Techno Plus, lors des récents débats sur les (...)

108D’autres concerts ou soirées, plus informelles, sont aussi organisées. Elles peuvent être le fait d’associations qui ont décidé d’organiser un concert ou une soirée dont la mise en place est effectuée « à l’arrache » selon les termes utilisés, c’est-à-dire dans l’instant et sans moyen important. Elles peuvent être aussi réalisées à l’instigation de collectifs artistiques qui n’ont pas de supports juridiques officiels mais agissent de façon beaucoup plus « secrètes », comme le dirait Georg Simmel. On ne peut faire l’économie de toute cette émergence créative parallèle qui reflète le dynamisme musical. On pense bien sûr aux free-parties techno105, mais il peut s’agir aussi de sound-systems dancehall ou de concerts rock. Elles prennent place dans des fermes ou des granges louées ou prêtées ou bien dans des champs, ou encore sur la plage, en été. Les organisateurs photocopient ou impriment des flyers qu’ils déposent dans quelques lieux choisis (Fuzz’Yon, cafés, magasins divers) qui sont susceptibles d’attirer un public intéressé.

109On peut mentionner quelques lieux caractéristiques de ces soirées. L’Etoile de Vendée au Bois-de-Céné (canton de Challans) est une ferme louée par un particulier et qui, selon le visuel des flyers, prend une coloration, reggae, techno ou rock. On peut évoquer aussi la Grange du Marais à Beauvoir-sur-Mer, bâtisse privée qui accueille des free-parties certains vendredis soirs et se transforme en dancing thé-dansant le dimanche après-midi !

110À travers la diversité de ces exemples, on perçoit l’hétérogénéité des manifestations qui prennent corps au sein des scènes locales. Face aux politiques des pratiques musicales amateurs instituées par les organismes d’éducation populaire et les collectivités territoriales, elles reflètent à la fois la pluralité des actions et l’aspect non-officiel et décentralisé des producteurs de spectacles de musiques amplifiées vendéens. Un processus historique qui suit les nouvelles formes de fonctionnements associatifs déjà analysés en France par certains sociologues. Aujourd’hui,

  • 106 LAVILLE Jean-Louis, « Pour une problématique de l’analyse des associations », in ROUDET Bernard (di (...)

« La formation d’associations renvoie à une dimension intersubjective des rapports sociaux, elle est une tentative de réponse aux effets dépersonnalisants du libéralisme parce qu’elle procède d’une véritable dialectique de la reconnaissance. La référence à l’intérêt et au contrat échoue à rendre compte de la création associative où le sentiment intersubjectif d’appartenance est attesté par l’acte d’adhésion. […] L’association ne peut être réduite à une démarche regroupant des individus unis par un intérêt commun, elle implique une adhésion volontaire supposant un horizon d’intelligibilité, de signification, qui est nécessairement d’ordre intersubjectif. »106

111Loin donc d’une unique récupération par l’économie de marché, mais loin aussi du fonctionnement traditionnel des anciens fonctionnements associatifs, la production de musiques amplifiées prend corps intensivement, de manière nouvelle et originale.

II - Groupes et acteurs des scènes locales

112Plaçons-nous maintenant plus spécifiquement du côté des groupes afin de cerner leur mode de fonctionnement et leur profil social. Après avoir montré les principaux pôles d’attractivité qu’ils fréquentent, on cherchera à définir les caractéristiques sociales de leurs musiciens. On s’attardera ensuite sur l’intensité de l’activité des groupes et les types de lieux où ils se manifestent. On pourra alors en déduire l’extrême hétérogénéité des rythmes de production et des conditions d’exercice de la musique. Il deviendra ainsi possible de conclure que si les concerts sont nombreux et les réseaux dynamiques, il est extrêmement difficile d’acquérir une notoriété nationale ou de gagner sa vie en Vendée pour un groupe de musiques amplifiées.

A - Le parcours des groupes

  • 107 Le tremplin Music’Ado des JMF par exemple.

113On peut ainsi, en interrogeant les groupes vendéens et en déconstruisant leur parcours, le formaliser autour de quatre pôles d’activité, qui seront exposés dans l’ordre de déploiement des groupes, les premiers étant plutôt fréquentés en début de carrière. On évoquera d’abord ce que nous avons appelé le pôle « jeunesse et social », et qui concerne les foyers de jeunes, les maisons de jeunes et les maisons de quartier. On parlera ensuite du pôle « scolaire » représenté par les lycées et les activités réalisées dans le cadre de l’Éducation nationale107. Nous discuterons ensuite du pôle « culturel », constitué par les services culturels des mairies et les actions dont elles sont porteuses, mais aussi les complexes spécifiquement dédiés aux « musiques actuelles ». Enfin, on abordera le pôle « esthétique », plus hétérogène puisqu’il relie à la fois associations, cafés-concerts, disquaires ou labels. Ce dernier pôle rejoint les circuits des scènes locales tels qu’ils sont appréhendés par les acteurs en fonction des styles musicaux qu’ils revendiquent.

1) Le « pôle jeunesse et social »

114Un groupe qui se forme cherche d’abord à répéter. De nombreux groupes commencent par effectuer quelques répétitions chez l’un des musiciens, mais plusieurs limites les amènent rapidement à revoir leur choix. D’abord, les musiciens jouent à un niveau sonore qui incommode famille et voisins. Ensuite, les musiciens ne possèdent pas toujours l’ensemble du matériel dont ils voudraient disposer et l’équipement, difficile à transporter, nécessite un moyen de locomotion. Après les instruments électriques et les amplificateurs, sont nécessaires un micro ainsi qu’un matériel de sonorisation et des enceintes pour la voix (« la sono »), voire une table de mixage et des micros pour les instruments acoustiques.

  • 108 Marc Touché a pu étudier ce type de pratique de répétitions chez ces groupes qu’il nomme « les pavi (...)

115Une solution doit souvent être trouvée pour la répétition. Certains musiciens qui en ont la possibilité mettent alors au point leur propre local, qu’ils insonorisent (grenier, cave, chambre)108. On a pu ainsi rendre visite au groupe Jimi Thing des Sables-d’Olonne, qui répète dans la ferme habitée par l’un des musiciens, une pièce étant spécifiquement aménagée. Dans certains cas, comme pour le groupe Process à Dompierre-sur-Yon (canton de La Roche-sur-Yon) ou le groupe Merry Makers à Luçon, les groupes peuvent aussi répéter dans un local privé appartenant à un particulier et loué en commun avec plusieurs groupes.

  • 109 Quand le lieu n’est pas lui-même le point de rencontre ou de formation des musiciens.

116Plus largement, pour répéter hors de chez les particuliers, des lieux spécifiques dédiés aux musiques amplifiées, comme le Fuzz’Yon, peuvent être sollicités. Mais ils sont rares et donc en général situés trop loin du lieu d’habitation du groupe. C’est pourquoi les organismes municipaux ou para-municipaux spécialisés dans les activités sociales, socioculturelles ou de jeunesse du quartier ou de la commune sont les premiers interlocuteurs institutionnels abordés. On appellera cet ensemble d’institutions le « pôle jeunesse et social ». Ces lieux sont les mieux identifiés et les plus accessibles aux jeunes109. Parmi l’échantillon représentatif de 91 groupes interrogés en Vendée, 28 % des groupes dont la moyenne d’âge des musiciens est de moins de 25 ans répètent dans ce type de lieux, c’est encore le cas de 16 % des groupes dont les musiciens ont en moyenne 25 ans et plus. On a même pu observer dans certains centres sociaux, des groupes de trentenaires ou de quadragénaires (comme à Olonne-sur-Mer) qui répétaient dans une maison des jeunes.

  • 110 Centre communal d’action sociale.

117En milieu rural, les premiers interlocuteurs sollicités pourront être le responsable du foyer de jeunes ou l’élu à la jeunesse de la commune. En milieu urbain, il s’agira le plus souvent de l’animateur de la maison de quartier ou de la MJC. Dans cette recherche tout azimut d’un interlocuteur de « l’État », on a rencontré des jeunes qui s’étaient d’abord dirigés vers un CCAS110 ou une mission locale. C’est que le parcours ne semble pas « fléché » pour des pratiques peu connues et des jeunes qui ont peu de connaissances du rôle des institutions.

118Le plus souvent donc, les animateurs ou les responsables des institutions sollicitées font part à la mairie de la nécessité de mettre à la disposition des « jeunes » un local quand il n’existe pas ou bien aménagent un endroit pour accueillir les musiciens. Lorsqu’un lieu pour répéter existe, les demandes convergent alors vers ce lieu, connu par bouche à oreille. À titre d’illustration, on peut citer quelques cas de réponses du Pôle « Jeunesse et social » à la pression exercée par les jeunes pour obtenir des lieux spécifiques.

119À la Châtaigneraie, il n’y avait pas de local de répétition jusqu’au milieu des années 90. Les musiciens sont allés poser une requête auprès du maire. Ce dernier fut surpris que la fanfare et le foyer de jeunes ne suffisent pas aux jeunes. Avec l’autorisation de la municipalité, des membres des quelques groupes de la commune ont alors aménagé et isolé artisanalement un local situé dans le sous-sol du foyer de jeunes, qui est géré par l’association Archiculture. Il est intéressant de noter que plusieurs communes possèdent ainsi des locaux de répétitions isolés mais aussi décorés avec les « moyens du bord » par les musiciens qui les ont investis les premiers, avant que d’autres ne suivent. À la Gaubretière (canton de Mortagne), le local de répétitions, aménagé par les Little Rabbits au début des années 90 avant qu’ils ne partent à Nantes, est toujours utilisé par les nouveaux groupes.

120À Chantonnay, commune plus importante qui dispose d’un animateur jeune salarié, il n’existait pas non plus de locaux de répétitions jusqu’à la fin des années 90. Seul Toutantvrac, le groupe créé dans le cadre de l’atelier « musiques actuelles » de l’école de musique pouvait bénéficier d’un lieu au sein de l’école de musique. David, l’animateur jeune de la mairie se fit à la fin des années 90 le porte-parole des groupes qui cherchaient un lieu. Les groupes peuvent dorénavant disposer d’un créneau dans une salle du sous-sol du gymnase municipal, à condition qu’ils soient regroupés en association (par volonté du maire).

  • 111 Qui regroupe Les Sables-d’Olonne, le Château-d’Olonne et Olonne-sur-Mer.

121La Communauté de Commune du Pays d’Olonne111 a mis à disposition des groupes un local de répétition à Olonne-sur-Mer. Géré par le service animation jeunesse de la commune, il est situé dans la maison des jeunes et est équipé d’une sonorisation et d’une batterie.

122Aux Herbiers, ce sont trois bâtiments gérés par un animateur qui accueillent des groupes en répétition sur le site du service jeunesse l’« Etanduère ». Devant les demandes des groupes de plus en plus nombreuses, ces garages abandonnés ont été rénovés par la mairie. Dans un premier temps, ils accueillaient chacun un groupe et sont dorénavant partagés par plusieurs d’entre eux.

123On le voit, les lieux publics dédiés à la répétition se multiplient dans les communes vendéennes. Elles créent une dynamique, symbole des transformations des activités musicales de la jeunesse. Outre la répétition, les organismes du pôle « jeunesse et social » sont fréquemment à l’origine de concerts, lors de la fête de la musique ou d’autres périodes festives liées au calendrier local, aussi bien en ville qu’à la campagne. Le plus souvent, ces initiatives découlent d’une collaboration avec des associations issues des scènes locales.

124Si, d’après notre recensement vendéen, les musiciens les plus jeunes qui forment des groupes sont âgés de 16 ans, une bonne partie d’entre eux continue à répéter le plus longtemps possible dans les lieux socioculturels ou de jeunesse. Le « turn-over » des utilisateurs est très faible. Si les noms, et parfois la composition, des groupes changent, on retrouve d’une année sur l’autre une bonne partie de musiciens déjà inscrits. On assiste d’ailleurs à une saturation des lieux de répétitions publics existants. Avec la montée du nombre de groupes, les plus jeunes se retrouvent de plus en plus fréquemment dans la situation de leurs aînés de la génération précédente, c’est-à-dire sans lieux publics disponibles pour la répétition. Pour surmonter cette difficulté, et devant le nombre de candidatures, certains organismes socioculturels instituent un âge limite (situé généralement autour de 25-26 ans) pour l’utilisation des locaux. Pourtant, des musiciens plus âgés répètent parfois exceptionnellement dans ces lieux. C’est alors un souhait de l’animateur, qui leur demande - en échange de l’utilisation d’un local - de s’impliquer dans le lieu afin d’aiguiller les plus jeunes, de leur donner des conseils qui peuvent être aussi bien artistiques que pratiques.

2) Le « pôle scolaire »

125Le lycée ou le lieu de scolarité joue souvent un rôle décisif dans l’émergence des groupes et la pratique des musiciens. En effet, le « pôle scolaire » touche les personnes à un âge où la découverte des cultures musicales est importante.

  • 112 Conseiller principal d’éducation.
  • 113 L’autre opportunité, le festival Music’ Ado des JMF ayant disparu en 1999.

126Or, dans les lycées, apparaissent depuis la fin des années 80 des « clubs » de musique, de théâtre… Ce sont des structures sous forme associative co-animées par des élèves et des adultes (enseignants, CPE112, surveillants). On peut trouver des « clubs musique », avec des groupes de musiques amplifiées, des ensembles de percussions, etc. Dans ce cas, les musiciens disposent de créneaux horaires, d’une salle et de matériel de sonorisation. L’existence de clubs de musique dépend du bon vouloir des encadrants de l’établissement. Par exemple au lycée François Truffaut de Challans, c’est le CPE qui a permis la mise en place de clubs. Le but déclaré est pédagogique. Le seul impératif est que les lycéens préparent un répertoire de leur choix - compositions ou reprises - qu’ils interprèteront lors de la fête du lycée en fin d’année, ouverte aux proches et aux familles113. À Challans, pendant l’année scolaire 2000-2001, six groupes répétaient. Dans certains lycées, comme Léonard de Vinci à Montaigu, les groupes peuvent même emprunter le matériel pour se produire en concert à l’extérieur.

  • 114 Ces « clubs » associatifs ne doivent pas être confondus avec les « ateliers » musique, plus encadré (...)
  • 115 Un modèle qui rapproche de ce point de vue l’Éducation nationale des fédérations d’éducation popula (...)

127En Vendée, on a recensé une dizaine de lycées qui permettaient à des groupes de répéter. On trouve aussi bien des lycées publics et privés qui disposent de locaux de répétitions, le statut du lycée n’apparaissant pas comme un critère discriminant. Les lycées où se forment des groupes sont le plus souvent de grands lycées où des formations supérieures sont proposées (Fontenay-le-Comte, Montaigu, La Roche-sur-Yon, Challans) ou des lycées professionnels ou technologiques qui accueillent des internes (banlieue de La Roche-sur-Yon, Sables-d’Olonne). Mais on peut poser l’hypothèse qu’il existe bien plus d’établissements secondaires et supérieurs ayant partie liée avec les musiques amplifiées. Selon un principe similaire aux fédérations d’éducation populaire en effet, le nombre et l’activité des clubs ne sont en effet pas répertoriés comme j’ai pu m’en rendre compte par mes investigations auprès du Rectorat et du Diocèse114. Aussi, la seule manière de connaître les lycées où des groupes répètent, est de les recenser un à un. Encore faut-il trouver la bonne personne car l’information n’est pas toujours détenue par l’ensemble des administratifs, ni des professeurs115.

128Une des caractéristiques fréquente du monde scolaire, c’est sa protection et son isolation du monde extérieur. Les groupes ne peuvent se constituer qu’à partir d’un effectif d’élèves scolarisés dans l’établissement. À part les musiciens eux-mêmes, peu de contacts existent donc entre les établissements de l’Éducation nationale et les acteurs des musiques amplifiées. Par contre, les lycéens musiciens circulent entre leur établissement et les autres organisations qui proposent de la musique. Il va sans dire que certains groupes débutent au lycée puis se développent dans un cadre plus large, après le lycée ou à côté. On peut citer le cas du groupe Skaravan, dont les musiciens proviennent du Lycée Delattre à La Roche-sur-Yon, et qui répète dorénavant dans les locaux du Fuzz’Yon.

129Étant donné les conditions qu’il impose (appartenance au lycée, temporalités cadrées…), le « pôle scolaire » est donc moins ouvert que le « pôle jeunesse et social » pour l’exercice des musiques amplifiées. Pour autant, les musiciens l’utilisent dans leur parcours. Ils peuvent monter des projets parallèles limités au cadre du lycée. Souvent, à travers la pratique de la musique au lycée, les musiciens apprennent à connaître les scènes locales. Ils emmagasinent des informations qu’ils peuvent réutiliser en dehors. De plus, à côté de la création musicale, le lycée est le lieu où s’opère l’affiliation à un style musical, à travers le paraître vestimentaire (le look), la rencontre avec des « militants » et le regroupement par affinité musicale.

130Le « pôle jeunesse et social » joue toutefois un rôle plus décisif que le pôle « scolaire » car il est mieux adapté à l’aspect mouvant des groupes et peut être utilisé plus longtemps.

3) Le pôle « culturel » : des services culturels communaux aux Scènes de musiques actuelles (Smac)

131D’autres salles, utilisées par les services culturels de commune ou de communautés de commune, et ayant une programmation plus hétérogène (théâtre, musique du monde, spectacles divers…) peuvent organiser ou servir à l’organisation de concerts de musiques amplifiées et programmer, lors de « premières parties », des groupes locaux. Des groupes, souvent plus confirmés, connaisseurs des scènes locales ayant déjà réalisé des concerts dans le cadre des pôles jeunesse et social et/ou scolaire et possédant donc un répertoire s’y produisent.

  • 116 En Vendée, on peut citer à titre d’exemple la programmation estivale du service jeunesse A Que Calo (...)
  • 117 Comme le festival Face et Si à Mouilleron-le-Captif, dans le canton de La Roche-sur-Yon Nord.

132En Vendée, on peut ainsi évoquer l’Espace Herbauges aux Herbiers, la salle de la communauté de Commune des Pays de l’Herm à Saint-Michel-en-l’Herm dans le canton de Luçon, les Atlantes aux Sables-d’Olonne mais aussi les nombreuses salles communales. Jouer lors d’une soirée d’une programmation culturelle municipale peut s’avérer très intéressant. D’abord parce que l’on côtoie d’autres groupes. Ensuite parce que, pour les groupes locaux, être programmé lors d’une manifestation culturelle c’est accéder à une reconnaissance artistique que n’apporte pas le secteur social. Pourtant, il faut dire que, quand un service lié à la culture organise un évènement où figurent des musiques amplifiées, c’est la plupart du temps sans les artistes locaux, invisibles pour les services culturels des communes. De ce point de vue, les musiques amplifiées sont un peu à part. Étant donné, on l’a vu, que les groupes locaux sont très peu présents dans les écoles de musiques mais plutôt repoussés vers le « pôle jeunesse et social », ils ne sont pas identifiés par les acteurs culturels, plutôt tournés vers des créateurs médiatiquement reconnus. Aux deux extrêmes, aller voir un spectacle organisé par un pôle « jeunesse et social » voudra dire, « groupes locaux et peu de moyens budgétaires disponibles »116 alors qu’un spectacle organisé par un pôle « culturel » signifiera « groupes nationaux ou internationaux et beaucoup de moyens en organisation, promotion, conditions de sonorisation pour les artistes et le public »117.

133Le plus satisfaisant pour les groupes reste alors, quand elle existe, la collaboration entre pôles « jeunesse » et « culturel », ce qui permet de faciliter la circulation de l’information et l’émergence publique des groupes.

  • 118 Ouest-France, jeudi 4 juin et Vendée Matin, vendredi 5 juin 2001.

134On peut citer le cas de la politique des Herbiers au second semestre 2001118. Alors que les groupes qui répétaient à la maison des jeunes de l’Etanduère recherchaient des opportunités de concert, le responsable du service culturel avait pour sa part décidé de réorienter une partie de son action vers la programmation d’artistes vendéens en devenir. Aussi, après s’être longtemps côtoyés sans se croiser, et voyant que, sur le secteur des musiques amplifiées, les problématiques et les attentes auxquelles ils avaient à faire face se croisaient, les responsables des services liés à la jeunesse et ceux qui étaient liés à la culture ont établi une politique commune (répétition, programmation) et ont réuni les musiciens et les associations de musiques amplifiées autour d’une même table. Ils ont ainsi mis en place quatre tremplins annuels pour les groupes de l’Est de la Vendée dans le complexe culturel de la communauté de communes, tremplins parrainés par des groupes reconnus nationalement et récompensés par la production d’un CD ou du matériel de musique.

135Les festivals représentent une autre possibilité d’action communale liée à la musique où peuvent figurer des groupes amateurs. Au printemps et en été, ils sont très nombreux en Vendée. Ils peuvent être plus ou moins spécialisés. Concernant les musiques amplifiées, le plus ancien et le plus reconnu d’entre eux est sans doute celui de Fontenay-le-Comte qui a connu douze éditions entre 1988 et 2001. Coordonné par l’Office culturel fontenaisien (OCF) sur plusieurs jours avec des groupes à la notoriété internationale, il permet aux groupes locaux de disposer d’une tribune. À côté de la programmation « in » du festival, un certain nombre d’associations locales met en place une programmation « off », des concerts dans les bars de la ville. Et de fait, si quelques villes sont à l’origine de festivals, c’est à des associations indépendantes issues des scènes locales qu’on doit la plupart des concerts et des festivals de musiques amplifiées en Vendée.

136On comprend que, pour les groupes, se produire dans des salles spécialisées, reconnues par les publics des musiques amplifiées, et où jouent fréquemment des groupes ou artistes à envergure nationale ou internationale - qui sortent des disques et disposent d’un tourneur - soient les conditions de concert les plus recherchées. On a vu que de telles salles existaient depuis le tournant des années 90, le Fuzz’Yon en constituant l’exemple vendéen. Le discours généré par ces salles se situe en quelque sorte à mi-chemin entre celui des responsables des politiques de la culture (pôle « culturel ») et celui des scènes locales. Le président de la Fédurok, réseau de lieux de musiques amplifiées apparu au milieu des années 90 légitimise par exemple l’action des salles qu’il représente en dénonçant l’attitude trop élitiste des structures culturelles plus anciennes, qui resterait trop loin des évolutions des pratiques culturelles :

  • 119 BOISTARD Eric, « (R) évolution culturelle », Les Cahiers de l’Institut Kervégan, no 3, 2002, p. 29- (...)

« Si on a pu critiquer la vision relativiste et la remise en cause des hiérarchies esthétiques qui peuvent être associées à la démocratie culturelle, il est indéniable qu’elle est en phase avec les évolutions de l’époque. Elle réserve à tous la possibilité de participer, d’être à la fois émetteur (artiste/pratiquant) et récepteur (critique/public), d’avoir accès à la culture de son groupe social et aux cultures des autres groupes. On peut tenter de réduire cette opposition en soulignant que des structures culturelles tendent aujourd’hui à réunir les deux concepts dans leur activité en alliant par exemple politique de fidélisation du public, résidences d’artistes, ateliers de pratiques amateurs et collaboration avec des associations. Cette opposition reste, par contre, vive quand il s’agit de la posture qu’adoptent les structures culturelles vis-à-vis des populations et des artistes […]. Le monde de la culture, à force de vouloir refuser la démocratie culturelle et la réforme de son action, risque de perdre l’écoute dont il bénéficie. […] Au-delà des querelles, les mutations sociales ont transformé le métier d’acteur culturel, les territoires d’intervention des équipements, leur économie et leur rapport avec la puissance publique… L’acteur culturel, précédemment chargé de transmettre, d’éduquer, de mettre en relation le public et les œuvres, doit aujourd’hui faire face à de nouveaux enjeux. »119

137En partie autofinancées par leur billetterie mais également aidées par les collectivités locales et dépositaires d’un label du ministère de la Culture, les Scènes de musiques actuelles (Smac) disposent d’un programmateur, construisent des soirées avec des groupes de différents niveaux de développement, éditent un programme et font la promotion de leurs concerts. Elles sont équipées en sonorisation et en lumière et ont une jauge de public plus importante que les cafés-concerts. Elles proposent en quelque sorte des « conditions professionnelles » et payent les groupes. Ces salles peuvent dépendre directement des municipalités, être sous statut de régie municipale mais sont pour la plupart des associations subventionnées. Elles peuvent disposer d’une salle ou gérer une salle mise à disposition par un organisme public ou privé. L’histoire locale du secteur et le lieu géographique influencent cette distribution. On a vu à cet égard qu’une bonne partie des Smac avaient pris forme à partir de l’association d’équipes de militants bénévoles souvent liés aux cultures do it yourself.

  • 120 Le Fuzz’Yon, comme les autres salles Fédurok, cherche à développer un « projet culturel et artistiq (...)
  • 121 Entre 1986 et 2001, le Zimut, repabtisé Fuzz’Yon fin 1988 a accueilli 854 groupes (comptage effectu (...)

138En Vendée, seul le Fuzz’Yon propose ce type de configuration120. De nombreux groupes reconnus nationalement, dans tous les styles de musiques amplifiées (rock, rap, reggae, metal, punk, techno…) y ont joué depuis la fin des années 80121. S’y produire, c’est un peu se rapprocher des groupes les plus prisés, tutoyer la reconnaissance. Pour les musiciens locaux, c’est le moyen de rencontrer des groupes qui disposent d’un tourneur et ont des disques distribués en magasin. En relevant l’origine géographique des groupes programmés sur l’année 2001, on perçoit bien le brassage existant entre groupes de diverses provenances, sur le modèle des associations indépendantes locales.

Tableau 12 : Origine des groupes programmés par le Fuzz’yon (Smac vendéenne) en 2001

Nombre de groupes programmés selon leur origine

Pourcentage de groupes programmés selon leur origine

Vendée

18

24 %

Reste de la région des Pays de la Loire

14

18,7 %

Groupes français hors région

28

37,3 %

Groupes étrangers

15

20 %

Total

75

100 %

Source : Fuzz’Yon

  • 122 « press-book ».
  • 123 Notamment les radios du réseau national Férarock.

139Les groupes locaux vont chercher à jouer dans ces lieux en proposant leur service pour une première partie (envoi d’un enregistrement, et d’un dossier de presse122) ou, s’il existe, postuler à un tremplin. Ils seront jugés par des « personnalités du secteur » dont l’avis est plus influent que ceux du « pôle jeunesse et social », du « pôle scolaire » ou du « pôle culturel » non spécialisé. Pour un groupe départemental, le passage au Fuzz’Yon peut également permettre de lier contact avec des musiciens ou des acteurs associatifs des scènes locales qui pourront leur rendre des services, leur « donner un coup de pouce » ou leur proposer une collaboration (édition d’un disque ou d’une compilation associative, interview dans un fanzine). De plus, la programmation de ces salles fait l’objet d’une promotion d’une grande ampleur (affiches, programmes, flyers) sur le département et même dans les villes au-delà (Nantes, Saint-Nazaire, Angers, Poitiers, Niort, Cholet, La Rochelle, Rennes…). Le Fuzz’Yon, adhérent et membre fondateur de la Fédurok, bénéficie des énergies mutualisées de ce réseau et de la relative bonne image qu’en ont les radios associatives123 et la presse nationale liée aux musiques amplifiées car les groupes nationaux et internationaux dont ils traitent se produisent dans ces lieux.

4) Le pôle « esthétique »

140On a voulu décrire comment, à côté des initiatives des militants associatifs et des points de rencontres que pouvaient constituer les cafés-concerts ou les disquaires dans le fonctionnement des scènes locales, les structures publiques subventionnées, d’obédiences sociales ou culturelles, s’étaient intercalées. Pôle jeunesse et social, pôle scolaire, pôle culturel sont autant de mondes que les groupes et les autres acteurs des musiques amplifiées sont amenés à fréquenter. Mais cette intrusion relative de l’action politique n’a qu’un effet limité sur le fonctionnement des scènes locales émergentes et des réseaux stylistiques. Plus précisément, et selon un schéma qu’on a déjà pu observer face aux fédérations d’Education populaire plus anciennes, les acteurs des musiques amplifiées peuvent les utiliser sans adhérer aux messages ou aux valeurs que ces institutions cherchent à faire passer.

141On assiste, au sein du secteur associatif, et plus spécifiquement dans celles qui concernent les jeunes à

  • 124 ION Jacques, 1996, op. cit., p. 60.

« une forte diminution des groupements polyvalents et à la lente et inexorable montée de groupements de plus en plus spécialisés dans leurs objectifs. […] On a noté comment se répandait un usage à la carte, par les jeunes eux-mêmes, des équipements et des services que ces fédérations proposent. […] Cette nouvelle labilité va incontestablement de pair avec l’émergence d’une jeunesse vécue de moins en moins comme transition entre deux états, mais bien comme état spécifique. »124

  • 125 BENNET Andy, Cultures of Popular Music, Buckingham, Open University Press, 2001.

142En sus des scènes locales géographiquement ancrées, il faut compter avec les réseaux stylistiques. Ce sont les manifestations communautaires des cultures of popular music125 - comme les nomment les sociologues anglo-saxons des cultural studies. Indubitablement on le sait, chaque scène locale se développe autour de certains courants, en laissant d’autres de côté. Les contextes historiques, politiques et médiatiques ont une influence dans ces évolutions. Les groupes s’insèrent dans les réseaux qui leurs conviennent. Comme on a pu le définir dans la seconde partie de ce travail, les scènes do it yourself sont les plus politisées et les plus favorables aux initiatives underground. Elles sont dynamiques en Vendée comme ailleurs. Pour autant, d’autres colorations musicales sont également présentes et se développent selon des caractéristiques originales.

a) Les scenes do it yourself punk

143S’ils s’illustrent un peu partout hors de la côte, on s’attardera ici sur deux lieux qui concentrent des militants liés au punk et aux courants post-punk/rock alternatif, les agglomérations de Montaigu et de Fontenay-le Comte.

144À Montaigu, l’ancrage dans la scène punk et hard-core est ancien. Dès 1985, au moment crucial où les groupes à guitares saturées émergeaient un peu partout en province, et notamment à Angers, le panneau Montaigu à l’entrée de la ville était déjà tagué d’un slogan « attention punk ». Alors que les premiers groupes répétaient déjà, l’association Artsonic était fondée en 1991, bientôt suivie par Ond’de Choc et Craoued, qui allaient former le collectif. En l’absence de disquaires, l’adhésion à des réseaux internationaux a d’abord pris forme par l’intermédiaire des concerts où les groupes locaux et nationaux côtoyaient des groupes étrangers. Par les contacts établis avec des groupes appréciés lors de concerts dans d’autres villes, ou par la commande de disques directement chez les groupes, chez des petits labels ou sur des listes de distribution, des connexions se sont successivement consolidées. On peut citer à titre d’exemple le rôle de Stéphane H., impliqué dans Artsonic et qui devient au début des années 90 programmateur du Fuzz’Yon, la Smac de La Roche-sur-Yon, d’abord comme objecteur, puis comme emploi-jeune. Lorsque des affinités naissent avec les groupes, il peut ensuite en parler à Montaigu.

145Peu avant mon étude, les associations de Montaigu avaient ainsi programmé des groupes tels que les Allemands de Monochrome, les Brésiliens de Ratos de Porao, les Suisses de Nostromo ou les Américains de Chokebore. Comme me le confiait le guitariste de Nostromo, lorsque le groupe savait qu’il viendrait dans l’Ouest de la France, il se faisait un point d’honneur de passer à Montaigu, par solidarité avec la scène locale do it yourself, même pour un petit budget si l’argent manquait. Le cas de Chokebore est à cet égard particulièrement parlant. Le groupe joue dans des salles de type Smac et dispose d’un tourneur, mais en 2001, il réalise entre deux dates (« day off »), un concert à Montaigu, par esprit de solidarité et dans une attitude typiquement do it yourself. Le groupe en effet, a entendu parler de la posture réputée particulièrement « intègre », « no profit » de la scène de Montaigu. Pour sa tournée de 2003, il travaillera d’ailleurs avec un sonorisateur de Montaigu.

146Réciproquement, les liens se resserrent également entre groupes et lieux par l’intermédiaire des concerts que font les groupes de Montaigu à l’extérieur. Ainsi, en 2001, le groupe Craft allait jouer au Squatt le XIII à Paris et au Squatt du Wagon à Saint-Brieuc, ce qui permettait d’établir des contacts entre ces lieux alternatifs et le collectif de Montaigu.

Document 10 - Groupe Craft (metallo-punk’n’roll, Montaigu)

Document 10 - Groupe Craft (metallo-punk’n’roll, Montaigu)

Photo G. Guibert, 21/06/01, La Roche-sur-Yon (Fuzz’Yon). Enquête Vendée 2001

  • 126 APPADURAI Arjun, 1999, op. cit.

147Ces agissements expliquent que, lors de mon premier déplacement pour rencontrer les membres du collectif, en mars 2001, je liais connaissance à Montaigu avec le responsable du fanzine punk Immodium, de Rennes, qui était venu passer quelques temps en Vendée pour discuter avec les membres des associations montacutaines. C’est également la réputation du lieu qui a amené Dan, le créateur du fanzine Kérosène à s’installer à Montaigu après avoir quitté Nancy. Autant d’exemple des diasporas théorisées par Arjun Appaduraï126.

148Il faut dire à cet égard que Internet a démultiplié l’activité de correspondance entre les scènes locales do it yourself, partout dans le monde. L’effet simple, direct et très peu onéreux du courrier électronique a favorisé les échanges. Les groupes annoncent ainsi leurs projets de tournées, les associations font la promotion de leurs concerts auprès de listes de diffusions, et les listes de distributions de disques circulent, comme Craoued distro, la liste (également label indépendant associatif) de Montaigu. Le collectif dispose d’un site Internet et, par des échanges de bons procédés avec une association de spécialistes informatiques de Nantes, il s’est d’ailleurs équipé en logiciels libres de droit de type Linux. C’est une sorte de communauté parallèle qui apparaît ainsi. De plus en plus de groupes et de labels se contentent d’ailleurs d’afficher leur contact par un site Internet ou une adresse web, faisant disparaître leur lieu géographique d’appartenance.

  • 127 Un autre concert d’Ond’de Choc, prévu le 12 mai 2001, dans une salle municipale du canton de Montai (...)

149Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que les élus des communes rurales, débordés, prennent peur face à ce type d’agissements qu’ils ne comprennent pas. Ainsi, une commune des environs de Montaigu annulait à l’été 2000 un festival organisé par Ond’de Choc dans un champ, « le punk’s pik-nik », appréhendant de voir « débarquer des hordes de punks » entre autre parce que la promotion avait été faite par Internet. Un document A4 diffusé par la mairie, assimilait le concert à une rave party « aucune publicité apparente, invitation assurée par le bouche à oreille et peut-être par les moyens actuels de communications (Net) »127. Quoi qu’il en soit, le réseau construit autour du punk et, plus largement, des cultures alternatives autour de Montaigu nous montre comment une activité musicale parallèle à l’industrie du disque, des médias et des institutions peut exister internationalement, même à partir des plus petites communes. La dynamique montacutaine permet aussi de constater comment la musique peut devenir le catalyseur d’une culture punk do it yourself beaucoup plus large qui inclut arts de la rue, décors de sites, restauration et plus largement implications citoyennes et solidaires (voir à ce propos le C de la première section du même chapitre, qui traite des scènes locales).

Document 11 - Festival Les résistances à la bourre de l’association Ond’de Choc (Montaigu)

Document 11 - Festival Les résistances à la bourre de l’association Ond’de Choc (Montaigu)

Source : flyer photocopié « Les résistances à la bourre », festival organisé par l’association du collectif Ond’de Choc à la Bruffière (canton de Montaigu).

  • 128 Après le passage des Dogs lors du premier festival.

150À Fontenay-le-Comte, le Rock Festival, qui tenait sa première édition en 1988 a été le catalyseur d’une scène garage-punk. On a déjà mentionné les activités qu’il avait pu générer au sein de la scène locale alors émergente, telles que les émissions de radio associatives et les associations organisatrices. Le festival accueille les groupes dans deux salles, et cinq cafés de la ville proposent simultanément des concerts en après-midi. Le festival a permis dès les premières années à des groupes locaux, comme les Vegetable Men, d’acquérir une notoriété à l’extérieur en jouant avec des groupes invités. Des connexions privilégiées se sont notamment créées avec les scènes locales de Rouen128, de Périgueux ou de Bordeaux, le fanzine bordelais Abus Dangereux éditant des feuilles d’information quotidiennes lors des différents festivals. À partir de l’effervescence fontenaysienne - notamment entretenue par la liste de distribution le kiosque, les fanzines, les concerts des associations locales - certains groupes ont pu signer sur des labels indépendants prestigieux et naviguer au sein d’un important réseau international.

Document 12 - Les retombées du Rock festival sur le développement du punk à Fontenay (1) : Festival « Against the system » Part I

Document 12 - Les retombées du Rock festival sur le développement du punk à Fontenay (1) : Festival « Against the system » Part I

Source : Flyer du festival organisé par Sic (ouvrier, 25 ans et fan de punk) avec le partenariat de la Maison des jeunes des Moulins et le Blues Bar (qui accueillent les concerts) en mai 1999. Un bon exemple de la collaboration entre une structure du pôle « jeunesse et social », un café-concert et les militants d’un style.

Document 13 - Les retombées du Rock festival sur le développement du punk à Fontenay (2) : disque du groupe Yalateff sur le label punk nantais Dialektik records

Document 13 - Les retombées du Rock festival sur le développement du punk à Fontenay (2) : disque du groupe Yalateff sur le label punk nantais Dialektik records

Source : pochette du 45 tours vinyle 17 cm « Stress arôme »

151On citera ici le parcours du groupe punk The Swindlers, puis de Bikini Men, groupe surf-punk monté ensuite par le guitariste des Swindlers.

152Élevé dans le contexte du festival et des concerts associatifs de Fontenay-le-Comte, The Swindlers est formé en 1995 par trois musiciens de 17 ans. Ils commencent rapidement à jouer et enregistrent la même année vingt-trois morceaux sur leur magnétophone quatre-pistes à cassette, en plaçant quelques-uns sur une cassette démo qu’ils envoient à de nombreux labels de punk-rock. Dès 1996, le label d’outre-Atlantique Rip Offs records édite ainsi un 45 tours du groupe qui est chroniqué dans le fanzine punk américain Maximum Rock’n’roll (tiré à plusieurs milliers d’exemplaires), ce qui procure aux Swindlers une importante notoriété underground. En 1997, le label Wild Wild Records de Paris propose un second 45 tours au groupe avant que le label Dig ! records n’édite leur premier album. En 1998, un de leurs titres figure sur une compilation du label allemand Radio Blast et les Italiens de Rockin’Bones éditent un nouveau 45 tours des Swindlers. Pourtant, le groupe se sépare car un des membres commence à travailler alors que les deux autres doivent s’exiler pour continuer leurs études. Le guitariste du groupe, surnommé « Kptain Swindler », monte alors un nouveau groupe, Bikini Men qui œuvre dans le surf-punk.

Document 14 - Bikini Men (surf-punk de Fontenay-le-Comte)

Document 14 - Bikini Men (surf-punk de Fontenay-le-Comte)

Source : photo qui m’a été donnée par le groupe. Si les Swindlers n’avaient, au moins à leurs débuts, pas de looks particuliers, les Bikini Men jouent en costume de scène avec des masques de catch…

153Bikini Men a sorti un premier album sur le label rennais Banana Juice et plusieurs morceaux sur des compilations, dont un titre sur le disque du fanzine rochelais The Upsetter, un autre sur un 17 centimètres du label de Palaiseau Nasty but Fair, un troisième sur un 30 centimètres italien et un quatrième sur un CD mexicain où figurent 25 groupes de 13 pays différents.

Document 15 - Pochette de la compilation surf-punk internationale du label Nasty but Fair avec un titre des Bikini Men

Document 15 - Pochette de la compilation surf-punk internationale du label Nasty but Fair avec un titre des Bikini Men

Source : Pochette du vinyle 33 tours 17 cm More to Enjoy du label de Palaiseau Nasty but Fair (région parisienne), 2002.

  • 129 Un des musiciens est préparateur en pharmacie, un autre est agent de maîtrise dans un supermarché e (...)

154Selon le « Kptain Swindler », à propos des concerts, « on ne cherche même plus, on y va quand on nous appelle et qu’on est disponible étant donné qu’on travaille à côté »129. Une remarque qui montre que, si les Bikini Men restent amateurs, ils sont hypersocialisés au sein des réseaux stylistiques do it yourself de la culture musicale qu’ils partagent.

b) Metal, reggae, hip hop, techno : d’autres réseaux stylistiques présents en Vendée

Le metal
  • 130 Pour Dominique M., le président de l’association, « À cette époque, il y avait plein de commerçants (...)

155Les plus anciens acteurs interrogés se rappellent qu’une scène hard rock se développe en Vendée au milieu des années 80. Le département compte dès cette période plusieurs groupes oeuvrant dans le style. Jinx, de La Roche-sur-Yon, avait joué au Zimut en 1986 et 1987, acquérant même une notoriété nationale à la fin de la décennie. On a pu les voir dans l’émission Boulv’hard des clips sur M6 après la sortie d’un disque autoproduit. Dans la seconde partie des années 80, la dynamique de la scène hard rock, centrée à La Roche-sur-Yon, est portée par l’association Piranha fondée en 1987 qui organise des concerts à la salle des fêtes du Bourg-sous-la-Roche, puis un festival annuel dans la salle des Oudairies. Le contexte de l’époque est particulièrement favorable au développement du hard rock. L’association anime une émission sur la radio libre des Sables-d’Olonne RCL (Radio côte lumière), devenue depuis une station du réseau national RFM130. Elle dépose des affiches et installe une billetterie chez les disquaires indépendants de La Roche-sur-Yon (Spektronic, Diapason, Indies). Des pages de publicité qui annoncent les concerts sont achetées dans les magazines de hard rock nationaux. Le public des concerts provient d’un périmètre étendu au-delà du département parce que les grandes villes comme Nantes ou Angers ne font pas de concurrence dans ce style. Les concerts de Piranha entraînent de nombreuses vocations. Ainsi, lors de mon enquête, les musiciens des groupes de metal Process (canton de La Roche-sur-Yon Nord), Viktims (canton de Pouzauges) ou Dezep’y (canton de La Roche-sur-Yon Sud) m’ont tous confié l’influence qu’avaient eu sur eux dans leur adolescence les concerts de Piranha, notamment la venue de groupes à la renommée internationale comme Motörhead, Helloween, Coroner ou les Français de Loudblast.

156Après la fin de Piranha au milieu des années 90, les plus jeunes membres de l’association se joignent à de nouveaux fans de metal pour monter une nouvelle association, la Horde. Elle organise de nombreux concerts dans les bars (notamment au Myl’s) ainsi qu’au Fuzz’Yon, en partenariat avec la salle. Elle fait jouer des groupes locaux en première partie de ses concerts.

157Dès la fin des années 90, la Horde affrète également des cars au départ de La Roche-sur-Yon pour des concerts parisiens des têtes d’affiche les plus connues au niveau mondial, mais aussi des festivals de metal extrême (grind, death et black-metal) du Nord de la France.

  • 131 C’est le cas de l’ancien président de la Horde qui se recyclait même comme promoteur local de conce (...)

158En 2001, lors de mon étude, une scission s’opérait d’ailleurs au sein de la Horde entre ceux qui étaient attirés par les groupes les plus célèbres, les groupes de heavy-metal classiques mainstream signé sur des majors131, et ceux qui étaient davantage portés par le metal extrême et les courants les plus violents du metal, signés sur des labels indépendants et porteurs de valeurs do it yourself.

Document 16 – Festival Karnage sauvage dans l’bocage de l’association La Horde

Document 16 – Festival Karnage sauvage dans l’bocage de l’association La Horde

Source : Flyer photocopié du festival Karnage dans l’Bokage à Montournais (canton de Pouzauges), septembre 2001.

  • 132 Dans son volume VIII, ce fanzine souligne bien l’ambivalence du monde du metal, entre commerce et d (...)
  • 133 De manière idéal-typique, on pourrait dire que le metal extrême se caractérise vocalement par des c (...)

159Ces derniers formaient une nouvelle association, Matsa qui se reconnaissait aussi dans le punk et le crust (un nouveau style hybride entre punk et metal, proche du grind). Ils investissaient le café-concert le Myl’s, rebaptisé Matsa café et programmaient de nombreux groupes locaux, établissant des contacts avec les scènes locales de metal extrême de l’Ouest (Saint-Nazaire, Vannes, Nantes, Rennes, Angers…). Spécialisé dans le death et le black-metal, le fanzine Prière d’un soir, voyait le jour dans le canton de Pouzauges132. Le groupe Viktims figurait sur un split 45 tours du label de metal extrême angevin Evil biker records ; vinyle suivi, en 2003, d’un album. Une tendance qui s’opérait dans un environnement vendéen où évoluaient de nombreux groupes de metal extrême (Weirness Magnet, Process, Viktims-Hellraisers, Vomited Xcrement, Mazout 85…). En provenance majoritaire du bocage (Nord-Est de la Vendée). Possédant des paroles plus défaitistes et nihilistes que les punks, les acteurs de la scène metal-extrême sont moins portés que ces derniers à la revendication133. Il existe des connexions entre les deux courants, notamment par l’intermédiaire de Craft, de Montaigu, qui se qualifie de metallo-punk’n’roll, défend une vision anarchiste et anti-capitaliste et remporte un grand succès, à la fois au sein des scènes punk et metal.

Document 17 - Split 45 tours Viktims/Driller Killer sur le label metal extrême angevin Evil Biker

Document 17 - Split 45 tours Viktims/Driller Killer sur le label metal extrême angevin Evil Biker

Source : Pochette du vinyle 45 tours 17 cm Someone’s gonna die tonight, avec une face réservée au groupe vendéen Viktims. On remarque le sticker avec le logo vendéen et le slogan « limited vinyls in the colors from the Vendée » (le disque est rouge et blanc).

  • 134 On peut consulter le dossier « new metal », dans la revue XL, no 70, août 2000.

160Il reste à dire que certains membres de la horde se sentaient quant à eux en adéquation avec la scène neo-metal qui émergeait à La Roche-sur-Yon, comme dans beaucoup de villes françaises, portée par le succès de groupes américains comme Korn ou Deftones et des magazines comme Rock Sound. Le neo-metal est une musique qui a intégré au heavy-metal les influences des instruments électroniques (sampleurs, platines) et de ce qu’on appelle les « cultures urbaines » (skate-board, graff et rap notamment). Si le metal extrême est plutôt rural, le neo-metal est davantage urbain et le style attire des musiciens plus jeunes (moins de 20 ans) qui revendiquent leur propre façon, générationnelle, d’envisager le metal134. L’association l’Eclipse Solaire, plutôt proche de la techno et du reggae, s’intéresse aussi au neo-metal.

Le reggae
  • 135 RENARD Roger, 1996, op. cit.

161L’histoire du reggae en Vendée prend un tournant décisif avec la résidence d’Apartheid Not - groupe constitué par des immigrés africains récemment arrivés en métropole - financée par la ville de La Roche-sur-Yon au milieu des années 80 en échange de concerts. C’est à la même période qu’a lieu la première réelle vague d’immigration africaine en Vendée135. Formé par des musiciens auparavant investis dans le funk, Natural Expression, un premier groupe de reggae, se forme à La Roche-sur-Yon en 1991. Comme me le confiait un des membres fondateurs du groupe, lors de leurs premiers concerts en Vendée, le public accueillait avec curiosité le style et qualifiait souvent le groupe de « tribu », ce dernier comptant 9 musiciens d’origines ethniques diverses. On peut voir assez souvent des groupes de reggae grâce aux soirées qu’organisent les associations qui représentent les cultures africaines, notamment Kori, qui est un organisme à fort brassage mais aussi le café-concert la Patate, qui se spécialise dans les styles d’origine jamaïquaine. Depuis cette époque, un noyau important de musiciens circule entre La Roche-sur-Yon et Nantes (Melting Pot, puis Ossofo, Wailing Natty Roots en Vendée ou Unity et Jade à Nantes accueillent une partie de ces militants de la première heure), souvent immigrés de première ou de deuxième génération.

  • 136 Porté par des groupes français comme Pierpoljak ou Tryo et les tournées nombreuses des groupes fond (...)
  • 137 Le 23 mai 2001, la quatrième édition attirait 20 000 personnes en extérieur, G. M., « La nuit ensol (...)
  • 138 Selon l’expression de Jojo, « rasta » de La Roche-sur-Yon que j’ai interrogé. Bassiste de plusieurs (...)

162Avec le renouveau du reggae et les faveurs qu’il rencontre au niveau national136, après aussi le succès rencontré par le festival annuel Positive Vibration organisé depuis 1998 par l’association l’Eclipse Solaire au Tablier (canton de la Roche-sur-Yon Sud)137, plusieurs groupes de reggae ou de dub - constitués de jeunes musiciens, pour la plupart étudiants originaires des classes moyennes vendéennes - se sont formés dans le département, souvent sur la côte. Les jeunes groupes n’ont pas souvent connaissance des anciens réseaux essentialistes du reggae - sauf peut-être les quelques musiciens qui suivent les cours de percussions donnés par Kori. Se forment aussi depuis quelques années dans le département des sound-systems reggae-ragga-dancehall (ce sont des DJ qui mixent des sons reggae souvent accompagnés de vocalistes nommés toasters), qui viennent du hip hop ou sont les « petits frères »138 de la première génération de musiciens reggae.

  • 139 Religion monothéiste qui fait une lecture spécifique de l’ancien testament, CONSTANT Denis, Aux Sou (...)
  • 140 On a également pu voir un groupe de reggae chrétien aux Sables-d’Olonne au printemps 2001.

163Les formations reggae disent avoir un message contre le racisme, de tolérance et de respect de la culture de l’autre, une partie prônant les valeurs du rastafarisme139 : coiffure en dreadlocks, consommation de cannabis, croyance en Dieu (Jah), dénonciation de « Babylon » qui symbolise l’enfer sur terre et souhait de la terre promise, symboliquement représentée par l’Ethiopie140. Si le rastafarisme est revendiqué par de nombreux musiciens, il est rarement pratiqué comme une religion mais est plutôt un signe de reconnaissance

Document 18 - Concert du groupe reggae Unity et du sound-system Madjeeck

Document 18 - Concert du groupe reggae Unity et du sound-system Madjeeck

Source : Flyer photocopié de la maison de quartier Saint André.

Document 19 - Sound systems reggae/dancehall et imagerie rastafari

Document 19 - Sound systems reggae/dancehall et imagerie rastafari

Source : Flyers imprimés en couleur. La culture reggae-rastafari apparaît à la fois dans l’imagerie et le vocabulaire (Zion - la terre promise, Hailé Sélassié I - le guide).

  • 141 Un DJ vendéen avait baptisé à la fin des années 90 son projet « Chouans sound-system » mais devant (...)

164Il est intéressant de remarquer que les acteurs du mouvement reggae diffusent un discours idéaliste étranger à l’histoire et au système économique et politique de la Vendée141. Comme les gens de la scène hip hop, ils revendiquent leur « culture », qu’ils cherchent à transmettre et rassemblent les autres styles sous le qualificatif de « rock » (qu’il s’agisse de punk, de metal ou de techno).

Le hip hop
  • 142 Un groupe à Fontenay-le-Comte (Isla Familia) et un aux Sables-d’Olonne (L’essentiel Régiment) const (...)

165Les groupes de hip hop, qui représentent 6,6 % des groupes que j’ai recensés sont quasi-exclusivement concentrés au sein de l’agglomération de La Roche-sur-Yon142. S’il existait déjà des danseurs dans la seconde partie des années 80, les jeunes Vendéens ont commencé à s’intéresser au rap au début des années 90. Quelques musiciens ont encore en mémoire les premiers concerts hip hop programmés par le Fuzz’Yon à partir de 93, notamment Sens Unik, et NTM, puis par le Grand Duc où se produisent encore en 2001 - en connexion avec des agents parisiens - des rappeurs dont les disques sont distribués par des majors. Dans le même temps, plusieurs maisons de quartiers de la ville organisaient dès le milieu des années 90 quelques scènes et débutaient des ateliers liés au hip hop : rap et DJing à Jean Yole, danse au Rancart puis à la Vallée Verte.

  • 143 Comme l’ont montré de nombreuses études. Par exemple BAZIN Hugues, La Culture Hip hop, Paris, Descl (...)
  • 144 Angers, autour du possee le Bastion et du label Recordz Sysmix mais aussi Nantes, Rennes ou Cholet. (...)

166Plusieurs militants s’investissent aujourd’hui dans la promotion de la culture hip hop. À travers des ateliers dans les maisons de quartier, des émissions radios sur Graffiti ou des fanzines. Des DJs-producteurs enregistrent des disques et des mix-tapes (Dyna, Da Prof, Goodka, Moar). Concernant en grande majorité une jeunesse urbaine populaire issue de « quartiers »143, le courant a en effet émergé dans les banlieues. À partir de 1997, le Fuzz’yon organise des concerts trimestriels sous le nom de Hip hop party, conseillé par DJ Dyna qui possède de nombreuses connexions à Nantes, Angers et Paris. Ces soirées permettent, à côté de groupes nationaux issus de labels indépendants, à de nombreux groupes de la région de se produire, comme DOC ou le Kumul. Des contacts s’établissent entre les villes de l’Ouest144 et l’été sur la côte avec des rappeurs de la région parisienne en vacances. Trois années durant, entre 1998 et 2000, la maison de quartier de la Vallée Verte en collaboration avec plusieurs structures de La Roche-sur-Yon (mairie, Fuzz’Yon, ACYAQ, DDJS) organise le Festival Les Sens hip hop qui permet de révéler ou de confirmer des artistes vendéens.

Document 20 - Festival Les Sens hip hop, la Roche sur Yon

Document 20 - Festival Les Sens hip hop, la Roche sur Yon

Source : Programme couleur imprimé 6 pages archivé au Fuzz’Yon.

167Le magasin « L’Embarcadero » s’implante à La Roche-sur-Yon durant l’été 2000. Les DJs vendéens peuvent y vendre leurs mixtapes, notamment Goodka un DJ spécialiste blacksploitation qui a réalisé un des sites Internet français de hip hop parmi les plus importants.

Document 21 - Émission de radio « 100 % hip hop » sur la radio associative graffiti

Document 21 - Émission de radio « 100 % hip hop » sur la radio associative graffiti

Source : Flyer photocopié donné par Moar à l’Embarcadero.

168Yasmina, impliquée dans le mouvement, est embauchée comme emploi-jeune au Fuzz’Yon en 2000. Dans le même temps les deux troupes de danse hip hop S’poart et Impact 2 +, issues des maisons de quartier, se sont engagées dans des carrières professionnelles, et tentent d’accéder à l’intermittence. Elles donnent des cours dans de nombreuses structures socioculturelles et de jeunesse vendéennes et sont aidées par le Manège, Scène nationale. Consolidées par le succès médiatique du rap auprès des pré-adolescents, elles doivent faire face à des demandes dans plusieurs villes, notamment aux Sables, à Fontenay, à Challans. Pour la « communauté » hip hop, il y a une revanche à prendre par rapport au rock qui n’a pas compris, au début, ce courant qui « n’utilisait pas d’instruments » mais des platines disques en concert.

169Vis-à-vis de l’industrie du disque et de l’image du hip hop renvoyée par les médias, il s’opère actuellement une dissension entre les acteurs les plus dynamiques au niveau local, qui se prénomment souvent « puristes » et le rap commercial écouté par les plus jeunes. On observe d’ailleurs, comme pour de nombreux mouvements historiques (notamment la techno) une séparation du mouvement entre musique de variété d’un côté et scène underground de l’autre. Les puristes ont de nombreuses connexions avec ces réseaux confidentiels. Par exemple Goodka est allé mixer au championnat du monde de break-dance à San Fransisco et Da Prof a enregistré des vinyles de breakbeat pour un label indépendant londonien.

  • 145 Qu’on pourrait résumer par le titre de l’album de Salif, Tous ensemble, chacun pour soi, IV My Peop (...)
  • 146 BETHUNE Christian, Le rap, Paris, Autrement, 1999.

170On sent aujourd’hui de nombreux débats sur ce que doit constituer, pour ses acteurs « le vrai hip hop ». Il existe d’un côté ceux qui cherchent avant tout, individuellement, à trouver une place dans la société145, ce qui passe souvent par le fait de gagner de l’argent et adopter une culture de l’ostentation, liée à une certaine tradition américaine afro-centriste146 (par exemple à La Roche-sur-Yon, Karcéral ou Narcotik), et ceux qui défendent des valeurs plus proches d’une gauche contestataire tout en voulant garder un certain « esprit hip hop » qu’ils estiment être fondé sur l’honnêteté et la solidarité, dans la continuité du mouvement zoulou de Bambaataa (Antidote ou l’Essentiel Régiment).

171On peut constater que le fonctionnement de la scène hip hop yonnaise a évolué entre le milieu des années 90 et 2001. Lors de son émergence en effet, la scène était animée par des possee, c’est-à-dire des collectifs (TSK, le Kumul et 11e Choc) qui incluaient rappeurs, DJs, danseurs et grapheurs. Mais en quelques années, les collectifs ont éclaté et les nouveaux groupes se restreignent à la musique alors qu’une part des DJs se réoriente vers les musiques électroniques, cherche à jouer dans les discothèques où s’attelle à la production de compositions qu’ils pourraient vendre à des producteurs indépendants de l’industrie du disque. D’autres DJs cherchent à investir les discothèques pour mixer du ragga, du R & B ou du funk, mais aussi à proposer une animation dans les cafés-concerts, qui préfèrent parfois engager des DJs, logistiquement moins difficiles à gérer que des groupes et souvent moins bruyants. Pendant notre étude, DJ Goodka proposait d’ailleurs des soirées mensuelles soul-funk au Gaz’bar de La Roche-sur-Yon.

Document 22 - DJ Goodka (hip hop, electro-funk, Aizenay/La Roche-sur-Yon)

Document 22 - DJ Goodka (hip hop, electro-funk, Aizenay/La Roche-sur-Yon)

Photo G. Guibert, 21/06/01, Les Halles, La Roche-sur-Yon. Enquête Vendée 2001.

172Il faut dire aussi que les concerts de hip hop sont de moins en moins nombreux, au Fuzz’Yon comme ailleurs, car ils attirent un faible public.

La techno

173La plupart des personnes interrogées font remonter à 1995 les premières raves en Vendée. Elles sont organisées par des sound-systems d’autres départements (Paris, Nantes, centre Bretagne, Sud…). Plusieurs collectifs techno se forment alors en Vendée : autour du Bar l’Eclipse du Martinet, à La Roche-sur-Yon (Bass-Quest) à Montaigu (Kolérik), à la Châtaigneraie… Là aussi l’activité s’accélère en été avec des fêtes réalisées le long de la côte. Même s’ils connaissent d’autres structures de musiques amplifiées par affinités, les collectifs et DJs techno sont la plupart du temps isolés des autres styles. Ils répètent et composent dans leur appartement ou leur maison. Leur but est souvent d’acquérir le matériel nécessaire pour fonder leur propre « son », leur propre sound-system, à partir duquel ils pourraient animer leurs propres soirées, légales ou illégales, seul ou à plusieurs collectifs (teknivals). Pour les sound-systems en formation, groupes électrogènes loués dans des magasins du type « Kiloutou » et matériel prêté font l’affaire.

  • 147 Les collectifs vendéens de techno se produisent aussi à l’extérieur. Par exemple, durant le tekniva (...)
  • 148 La police et la « racaille », c’est-à-dire ceux qui sont là pour poser des problèmes (les dealers i (...)

174De nombreux musiciens me parlaient de free-parties ayant eu lieu près de chez eux, organisées par des gens qu’ils ne connaissaient pas. Cela vient du fait que les collectifs techno essaient de se produire dans des endroits à chaque fois différents, et qui peuvent être éloignés géographiquement les uns des autres. Il peut s’agir de fermes ou de hangars ou bien de terrains publics ou privés147. Ce qui caractérise ainsi les collectifs techno, c’est le nomadisme. Pour se déplacer et transporter le matériel, posséder un van est valorisé. L’information sur les soirées circule par l’intermédiaire de boîtes vocales qui divulguent un point de rendez-vous à partir duquel on peut se rendre en fête. Si l’endroit est tenu secret jusqu’au dernier moment, c’est pour éviter les « indésirables »148. Cette culture du confidentiel et du déplacement ne favorise pas le développement des scènes locales. Il y a au contraire une hyper-spécialisation sur les réseaux stylistiques. Ces raisons font que des affinités se créent entre différents sound-systems qui peuvent être éloignés de plusieurs centaines de kilomètres, les affinités musicales primant sur la proximité géographique.

Document 23 - Flyers pour des free-parties

Document 23 - Flyers pour des free-parties

Source : Photocopies récupérées auprès de DJs techno. En plus de la date des soirées, on repère les caractéristiques spécifiques à la techno hard-core. Flyers en noir et blanc, mention du nom des collectifs présents, de la puissance sonore des sound-systems (en Kilowatts) et info-line pour trouver le point de rendez-vous.

175D’après DJ Phantom, un Vendéen que j’ai interrogé et qui a mixé en free, entre les collectifs techno, il existe de nombreuses divergences sur le comportement à adopter. Certains préfèrent louer des lieux, d’autres utiliser des lieux privés en prévenant le propriétaire, d’autres encore ne rien demander, certains nettoient et d’autres non… Pour les soirées techno, les lieux insolites, sans identité musicale prédéfinie, sont préférés et sont parfois décorés. Du point de vue de la plupart des jeunes investis dans les musiques amplifiées, de tous milieux sociaux, aller dans une « teuf » devient un moment festif comme un autre, un moyen de prolonger la soirée après un concert (punk ou reggae surtout). Sur le principe de la free, il existe ainsi de nombreuses fêtes où l’on peut entendre des styles musicaux de plus en plus divers. Parallèlement, si « techno » et « musiques électroniques » étaient des termes à peu près similaires il y a quelques années, il n’en est plus de même aujourd’hui où le terme techno - et son mode d’expression qu’est la rave - ne devient qu’une des manifestations possibles des musiques électroniques (comme le clubbing en discothèque).

176On doit ajouter que suite à la vague de répression des free-parties de 2001, certains collectifs techno ont cherché à formaliser leur activité. Ils ne se reconnaissaient plus dans les grands teknivals montés en accord avec les autorités et annoncés dans les journaux télévisés. Ainsi, à Montaigu, Kolerik constitué par une jeune génération d’activistes techno (de 18 à 22 ans), s’est rapproché des associations punk et a cherché à monter sa propre association afin d’organiser autant que possible des soirées dans la légalité administrative, au foyer des jeunes de la ville notamment, mais aussi au Fuzz’Yon. Pour les membres du collectif des associations de Montaigu, les jeunes de la techno underground, qui se reconnaissent dans la culture punk, représentent une partie de la relève de l’attitude do it yourself. Il faut dire que des groupes alternatifs comme les Bérurier Noir sont maintenant mixés en rave où sampleurs et logiciels informatiques ont d’ailleurs peu à peu fait leur apparition au détriment des disques vinyles.

177On peut dire enfin qu’à contrario, les DJs moins radicaux, ceux qui étaient davantage portés sur la house et la techno « classique », cherchent à s’intégrer dans les discothèques. Pendant notre enquête par exemple, le Snake à La Roche-sur-Yon organisait le 16 juin une « soirée techno » sponsorisée par les vêtements Carhartt et un nouveau surf shop de la ville.

Document 24 - Flyer pour une soirée techno à la discothèque le Snake (La Roche-sur-Yon)

Document 24 - Flyer pour une soirée techno à la discothèque le Snake (La Roche-sur-Yon)

Source : Flyer disponible au Fuzz-Yon.

  • 149 LE BART Christian, Les Fans des Beatles, Rennes, PUR, coll. « le lien social », 2000.

178De ce rapide panorama, on peut tirer deux faits. Tout d’abord, on constate que des cultures musicales différenciées existent toujours, prolongeant des valeurs qui permettent à chacun de se distinguer des autres, et de construire socialement sa propre personnalité à travers un groupe de pairs149. Ensuite, on constate une dialectique entre recherche de succès et de gain d’argent d’une part, et culture underground do it yourself de l’autre.

c) Événements fédérateurs et pratique de loisirs

179Avec l’accueil bienveillant de certaines structures qui œuvrent auprès des jeunes (pôle jeunesse et social, Fuzz’Yon), ainsi que l’apparition de certaines manifestations fédératrices comme la Fête de la musique, de nombreux passionnés se réunissent également pour répéter et composer un répertoire sans appartenir spécifiquement à des réseaux stylistiques. Avant tout amateurs de musique, fans de certains groupes, et pratiquant d’un instrument ils trouvent dans la répétition, et dans les quelques concerts annuels qu’ils réalisent un exutoire à leur vie d’étudiant ou de salarié. Ils n’ont souvent pas de look (paraître) spécifique et ne cherchent pas à s’investir dans des réseaux même s’ils côtoient parfois les militants des scènes locales lors de concerts et peuvent parfois supporter leurs actions. Quand on leur demande leur style, ils se qualifient majoritairement de « rock ». Ils saisissent l’opportunité de lieux qui leurs sont ouverts pour exercer leur loisir. Dans la plupart des cas, ils se situent soit en amont, soit en aval des scènes locales et des réseaux stylistiques.

  • 150 Il était ainsi troublant de voir que des groupes de ska-alternatif français comme Marousse (banlieu (...)

180Ceux qui sont en amont sont les plus jeunes : ils n’ont pas de nom ou hésitent encore à se baptiser, ils n’ont pas fait de concerts en dehors de la fête de la musique, de soirées entre amis ou de fêtes de maisons de quartiers et hésitent entre plusieurs styles qu’ils aiment, ne parviennent pas à s’entendre entre eux ou recherchent encore un musicien pour avoir un groupe au complet. Parmi les groupes les plus récents, on a ainsi recensé une dizaine (soit 4 % environ) qui n’étaient pas encore baptisés, inscrits dans des salles de répétitions sous le nom et le prénom d’un de leur membre, ou s’appelant « sans nom » ou « nameless ». D’autre part, 7 % des groupes enquêtés n’avaient jamais réalisé de concerts. Il existe également des groupes déjà spécialisés dans un style, s’intéressant à quelques groupes dont ils sont fans, mais qui, centrés sur la répétition et la composition d’un répertoire, ne comprennent pas encore la logique des scènes locales ni les médiations à l’œuvre dans l’industrie de la musique. Ils ont été initiés par des pairs, à l’école ou par leur fratrie aînée. Ainsi à la Chataigneraie, le guitariste du groupe de punk émo-core Nostrum, agé de 19 ans et étudiant en IUT à Bordeaux, m’expliquait que son grand-frère (âgé de 24 ans), était fan de rock alternatif français, et qu’il avait lui-même compris la notion d’alternatif grâce à ce frère. Dans une volonté de distinction générationnelle par rapport à leurs aînés, de nombreux adolescents écoutent par exemple aujourd’hui du ska, le style, souvent qualifié de « festif » trouvant une nouvelle vie auprès des jeunes générations. On peut penser alors que les réseaux liés à ce style iront en se développant150.

181Ceux qui sont en aval des scènes locales comportent certains musiciens qui se sont parfois investis dans le tissu associatif par le passé mais qui n’ont plus guère le temps d’accorder plus de quelques heures chaque semaine à la musique. Ils se consacrent à d’autres obligations, d’autres priorités, qu’elles soient scolaires, professionnelles ou familiales. Certains groupes par exemple, comme International Mandary à Montaigu, ralentissent leur activité, leurs membres trouvant un travail ou partant étudier en semaine à Nantes et à Angers. Ils ne souhaitent pas pour autant arrêter la musique. Notre enquête montre d’ailleurs que des musiciens des groupes de musiques amplifiées jouent encore à 40 ans.

B - Qui sont les musiciens ?

  • 151 Échantillon représentatif des 244 groupes recensés en terme de style et de localisation géographiqu (...)

182Après avoir étudié le mode de fonctionnement de leurs groupes, on peut se demander quelles sont les caractéristiques sociales des musiciens, producteurs de musiques amplifiées, habitués des salles de répétitions, acteurs des concerts, assaillants des cafés, résidants des scènes locales précédemment décrits. Concernant la Vendée, on peut en faire une description statistique synchronique à partir des questionnaires que j’ai soumis aux 372 musiciens issus des 91 groupes de mon échantillon151.

1) Âge et situation sociale

183Les musiciens vendéens de musiques amplifiées sont âgés de 16 à 40 ans. La moyenne d’âge est de 23,8 ans et 75 % des musiciens ont moins de 26 ans. Ces résultats montrent que la pratique des musiques amplifiées est un phénomène qui touche particulièrement les jeunes. Pour autant, il ne faudrait pas faire preuve de jeunisme et on constate que 20 % des musiciens ont plus de 27 ans, les 30 ans et plus représentant encore 14,5 % des individus interrogés.

Tableau 13 : Âge des musiciens vendéens

Effectifs

Pourcentages

16-19 ans

69

18,5 %

20-24 ans

178

47,8 %

25-29 ans

71

19,1 %

30 ans et plus

54

14,5 %

Total

372

100 %

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

  • 152 HEIN Fabien, 2004, op. cit., p. 225 ; DOUBLE-DUTHEIL Catherine, 1991, op. cit., p. 148 ; MAYOL Pier (...)

184Ces résultats confirment les autres enquêtes déjà effectuées sur le sujet, qui aboutissent à une moyenne d’âge qui se situe autour de 24 ans152. La pratique musicale amplifiée peut débuter lors de l’adolescence, mais c’est à partir de 20 ans, alors que l’autonomie des personnes se fait plus importante (budgets, permis de conduire), que d’autres activités que la répétition s’avèrent possibles. D’autre part, après 30 ans, il existe une minorité significative d’individus qui continuent à jouer en groupe. On expliquera ultérieurement ces chiffres, qui englobent les professionnels, mais aussi une partie d’amateurs. On peut déjà dire que les plus anciens permettent la transmission aux nouvelles générations des savoirs et des cultures liées aux scènes locales et aux réseaux stylistiques. Un phénomène accentué par le rôle de ceux qui quittent les groupes mais s’investissent par d’autres biais dans la musique et les métiers de la culture.

  • 153 Au sens de Dumazedier.

185On pourrait distinguer deux tendances lourdes concernant la situation sociale des musiciens amateurs. En premier lieu, près de 36 % des musiciens sont lycéens ou étudiants. Ce sont les plus jeunes, mais une part d’entre eux est très active dans la musique, qu’il s’agisse du groupe ou des autres activités liées à la musique. En second lieu, 48,2 % des musiciens sont salariés (non intermittents). La pratique de la musique en groupe est donc « officiellement » pour ces individus un loisir153. On pourrait dire que c’est effectivement le cas pour une partie d’entre eux qui se servent de la répétition ou du concert ponctuel pour oublier, ou agrémenter, ou enrichir le quotidien de la vie professionnelle ou familiale. Mais une autre partie déclare travailler en attendant de pouvoir vivre de la musique, et d’autres encore, bien qu’ils travaillent pour gagner leur vie, ont un emploi du temps hors travail centré autour de la musique. Alors que 48 % des musiciens salariés (hors intermittents) déclarent disposer d’un CDI, 22 % déclarent être intérimaires et 8 % en emplois-jeunes. Les intérimaires notamment considèrent leur travail comme un « gagne-pain », et alternent périodes de chômage et de travail pour pouvoir se consacrer à la musique. On constate donc que, pour une bonne part, il est difficile de trancher entre « activité amateur » et « processus de professionnalisation » à partir de la situation sociale des musiciens.

Tableau 14 : Situation sociale des musiciens vendéens

Effectifs

Pourcentage

Lycéen

26

7,0 %

Etudiant

107

28,8 %

Salarié (non intermittent)

179

48,2 %

Intermittent

21

5,7 %

Autre actif en activité

0

0 %

Chômeur

37

10,0 %

Autre (service militaire)

1

0,3 %

Total

371

100 %

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

Tableau 15 : Statut d’emploi des musiciens vendéens salariés non intermittents

Effectifs

Pourcentage

CDI

86

48,0 %

Intérim

39

21,8 %

CDD

33

18,4 %

Emploi-jeune

14

7,8 %

Autres emplois aidés (CES, CEC)

2

1,1 %

Ne sait pas (n.s.p.)

5

2,8 %

Total

179

100 %

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

186Le tableau 14 permet également de mettre en évidence un taux assez élevé de chômeurs parmi les musiciens (10 % de l’effectif). La plupart de ces chômeurs peuvent être rapprochés, en terme de mode de vie, des salariés en contrat précaire, impliqués dans la musique plutôt qu’en recherche active d’emploi (70 % des musiciens chômeurs interrogés sont bénéficiaires du RMI).

  • 154 Pour la notion de rite de passage au sein des musiques amplifiées, GUIBERT Gérôme, « La trilogie ch (...)

187Enfin, on peut mentionner la disparition des effectifs du service national (il n’y a plus qu’un musicien concerné en 2001) alors qu’on l’a vu dans la première partie, le service militaire a longtemps constitué un rite de passage154 décisif pour les groupes, le retour du service avec le début de la recherche d’un emploi et la décohabitation parentale étant fatal à une grande majorité des formations musicales, et à l’inverse le moment d’un nouveau départ pour les plus motivés. Au début des années 90 encore, l’objection de conscience jouait un rôle non négligeable, permettant à certains groupes de perdurer et d’acquérir de l’expérience en concert. Lorsque de surcroît, ces objections étaient réalisées au sein d’associations ou de structures culturelles, le groupe pouvait multiplier les contacts et en quelque sorte augmenter sa connaissance des scènes locales. Par exemple, des musiciens vendéens comme Katerine ou encore certains membres des groupes Little Rabbits et Jésus&Moïse, qui ont émergé au début des années 90, sont passés par l’objection de conscience à la fin des années 80. Ainsi, le batteur, le clavier et le guitariste des Little Rabbits ont réalisé leur objection de conscience dans les locaux de l’association Fuzz’Yon de La Roche-sur-Yon, principale scène de musiques amplifiées vendéenne. D’une certaine manière, les emplois-jeunes ont pu être envisagés selon la même logique par certains musiciens, mais la durée des contrats, la plus grande rareté des postes et l’inflation des qualifications demandées n’ont pas pu jouer le même rôle que l’objection de conscience.

  • 155 DOUBLE-DUTHEIL Catherine, 1991, op. cit., p. 149.

188En résumé, on peut relever, idéal-typiquement trois groupes, parmi les musiciens considérés comme amateurs. Premièrement, une population de lycéens et d’étudiants encore indécis quant à l’avenir qu’ils donneront à leur pratique. Deuxièmement, une population qui travaille et qui considère cette activité comme un loisir. Troisièmement, une population qui travaille ou qui est au chômage mais qui se consacre intensivement à la musique. « Le parcours socio-professionnel du musicien se présente généralement, tant qu’il n’est pas devenu musicien professionnel (et beaucoup ne le seront jamais), comme une alternance de petits boulots” […] et de période de chômage. Bien des musiciens ne tiennent pasà se ranger”. »155

  • 156 À partir des données Insee issues du recensement de 1999 concernant le département de la Vendée (ww (...)
  • 157 Phénomène particulièrement prégnant en Vendée où les plus de 25 ans qui prolongent leurs études son (...)

189On peut confirmer cette volonté de recherche de temps en terme relatif en comparant les taux de chômage des musiciens vendéens à ceux de l’ensemble des habitants du département des mêmes tranches d’âge156. On peut alors mettre en évidence que, dans l’ensemble, les musiciens ont une probabilité plus de deux fois supérieure que les homologues de leur cohorte d’être au chômage (15,6 % contre 7,1 %). Pour toutes les tranches d’âge, le taux de chômage des musiciens est plus élevé. Il est particulièrement fort chez les plus jeunes mais aussi chez les 25-29 ans, période de transition, où le cursus scolaire est terminé et l’engagement dans une trajectoire professionnelle pas encore vraiment décidé157. A contrario, si le taux de chômage des musiciens de 30 ans et plus est quasi identique à celui de la population active des 30-39 ans vendéenne, c’est parce que l’activité musicale entre en général en adéquation avec les normes sociales : activité de loisir pour les actifs (hors musiciens), travail pour les intermittents.

Tableau 16 : Population active et chômage par tranches d’âge chez les musiciens (hors non réponses)

Tableau 16 : Population active et chômage par tranches d’âge chez les musiciens (hors non réponses)

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

Tableau 17 : Population active et chômage par tranches d’âge en Vendée

Tableau 17 : Population active et chômage par tranches d’âge en Vendée

Département vendéen, Insee, recensement 1999

  • 158 L’effet étant même atténué par le fait que la population hors musiciens compte des inactifs non sco (...)

190La comparaison des taux d’activité nous montre que celui des musiciens est, en moyenne, inférieur de 12 points (63,9 % contre 75,9 %) à celui de la population vendéenne des même tranches d’âge. La différence provient du fait que le taux de scolarisation des musiciens, au moins jusqu’à 29 ans, est supérieur à celui de l’ensemble de la population des cohortes correspondantes158.

2) Niveau de diplômes et catégories sociales

191On a demandé aux musiciens quel était leur diplôme le plus élevé. Les résultats nous montrent une importante hétérogénéité dans le cursus scolaire effectué. Alors que 28 % des musiciens ont un niveau inférieur au bac, 32 % d’entre eux ont un niveau supérieur à bac+ 2. La pratique des musiques amplifiées touche tous les niveaux de diplôme.

Tableau 18 : Diplôme le plus élevé des musiciens vendéens

  • 1 Effectifs hors non réponses

Effectifs1

Pourcentages

Sans

22

6,4 %

BEPC

24

7,0 %

CAP-BEP

53

15,4 %

Bac

135

39,2 %

Bac + 2

69

20,1 %

Bac + 3 ou plus

41

11,9 %

Total

344

100 %

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001 -

  • 159 Dont les effectifs permettent des résultats statistiquement significatifs.
  • 160 DONNAT Olivier, 1997, op. cit.

192Pour autant, le diplôme n’est pas un facteur discriminant pour la pratique des musiques amplifiées. Une analyse plus fine auprès de quelques styles159 montre que, en fonction du courant musical pris en compte, le niveau de diplôme moyen peut varier (tableau 19). Encore faut-il être prudent, notamment parce que le facteur âge, correlé au niveau de diplôme, peut jouer. On s’aperçoit tout de même que les musiciens hip hop sont plutôt moins diplômés que l’ensemble de la population de musiciens160, les musiciens punk possédant un niveau moyen.

Tableau 19 : Style du groupe et niveau d’étude des musiciens (pourcentage en ligne)

Tableau 19 : Style du groupe et niveau d’étude des musiciens (pourcentage en ligne)

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

  • 161 En dehors du fait que le nombre de diplômés étaient moins nombreux il y a plus de dix ans, Catherin (...)

193Le fait que les musiciens soient, dans leur ensemble, plutôt jeunes (on a montré que 75 % d’entre eux avaient moins de 26 ans) implique qu’une partie de l’effectif n’a pas encore terminé son cursus d’études. Le niveau de diplôme moyen de la population étudiée n’est donc pas encore définitivement fixé. C’est pourquoi, il nous a paru pertinent de le comparer à celui de la population vendéenne du même âge. On peut ainsi constater que, d’une part les musiciens de musiques amplifiées sont, en moyenne, plus diplômés que la moyenne des individus de leur génération et que d’autre part, ils sont plus nombreux à poursuivre des études. Par exemple, alors que 7,3 % des musiciens sont titulaires d’un diplôme au moins égal à bac+ 3, les Vendéens de la même tranche d’âge sont 4,1 %161.

Tableau 20 : Études en cours ou diplôme obtenu par tranche d’âge chez les musiciens vendéens (pourcentages en lignes)

Tableau 20 : Études en cours ou diplôme obtenu par tranche d’âge chez les musiciens vendéens (pourcentages en lignes)

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

Tableau 21 : Études en cours ou diplôme obtenu par tranche d’âge en Vendée (pourcentages en ligne)

Tableau 21 : Études en cours ou diplôme obtenu par tranche d’âge en Vendée (pourcentages en ligne)

Insee, Département de la Vendée, recensement 1999

  • 162 L’hétérogénéité des chômeurs - notamment la part de RMIstes et d’individus ayant abandonné leurs ét (...)

194Ayant constaté que les musiciens de musiques amplifiées sont plus souvent au chômage que la moyenne de la population mais également relativement plus diplômés, on a cherché à savoir dans quelles professions ou catégories sociales pouvaient être classés les musiciens salariés162.

Tableau 22 : PCS des musiciens vendéens salariés (hors intermittents et non réponses)

Effectifs

Pourcentage

Agriculteurs

3

1,7

Ouvriers

66

37,3

Employés

53

29,9

Professions intermédiaires

22

12,4

Musiciens intermittents1

21

11,9

Cadres et professions intellectuelles supérieures

11

6,2

Total

177

100

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

Tableau 23 : PCS des actifs vendéens par tranches d’âge (hors retraités)

Tableau 23 : PCS des actifs vendéens par tranches d’âge (hors retraités)

Insee, Département de la Vendée, recensement 1999

195On voit alors que les musiciens salariés sont avant tout employés et ouvriers. On pourrait dire que ces catégories professionnelles correspondent en partie à l’importance des statuts d’emplois précaires (intérimaires, emplois-jeunes…), mais disponibles sans beaucoup de recherches. Parmi les ouvriers, on trouve des manutentionnaires, des magasiniers, des menuisiers, des livreurs-coursiers mais aussi plusieurs ouvriers non qualifiés de type industriels embauchés dans de grandes entreprises (d’agroalimentaire notamment). Parmi les employés, on a pu recenser des serveurs (cafés), des gardiens de nuit, des caissiers, des vendeurs (dont certains de disques), des opérateurs de saisie informatique, un employé de banque, un préparateur en pharmacie, et des agents administratifs. Au sein des professions intermédiaires on a répertorié des animateurs socioculturels et de loisirs, des instituteurs et enseignants du secondaire (maîtres auxiliaires), des personnels administratifs de collectivités locales, des graphistes. Dans la catégorie agriculteur, on a un marin-pêcheur. Enfin, les cadres étaient ingénieurs, professeurs certifiés, cadres administratifs de catégorie A.

196La (relative) forte proportion d’ouvriers chez les musiciens de musiques amplifiées doit être relativisée par la situation structurelle de la Vendée. La Vendée est en effet un des départements français qui compte le plus d’ouvriers. Selon les chiffres du recensement 1999, alors que le pourcentage d’ouvriers est de 27 % en France (hors retraités et inactifs), il est de 37,8 % en Vendée. Par rapport à la moyenne des Pays de la Loire même, le nombre d’ouvriers et d’agriculteurs est plus important dans le département étudié. Ces raisons font qu’un nombre assez important de musiciens ont un père ouvrier. Elles expliquent aussi qu’une proportion non nulle de musiciens soit issue de milieux agricoles.

Tableau 24 : Origine sociale des musiciens (père) et répartition en PCS de la population active en Vendée (effectifs hors non réponses)

Père du musicien

Père du musicien (pourcentage)

Actifs Vendéens (pourcentage)

Actifs Pays de la Loire (pourcentage)

Ouvriers

140

41,2

49,4

45,5

Employés

64

18,8

8,9

10,1

Professions intermédiaires

68

20

17,2

20,4

Cadres et professions intellectuelles supérieures

28

8,2

7,4

10,9

Artisans, commercants et chefs d’entreprise

34

10

9,8

8

Agriculteurs

6

1,8

7,3

5,1

Total

340

100

100

100

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001 et Insee, Département de la Vendée, recensement 1999 (colonnes 3 et 4)

  • 163 Catherine Doublé-Dutheil repère ainsi 16,7 % de fils d’ouvriers chez les musiciens nantais, la popu (...)

197Les musiciens de musiques amplifiées sont issus de toutes les catégories sociales. Toutefois, ils proviennent en moyenne de milieux relativement plus favorisés que l’ensemble de la population. Leurs pères sont moins souvent d’origine ouvrière ou agricole et plus souvent cadres que la moyenne des actifs vendéens. Ces études confirment par ailleurs que les musiciens proviennent en moyenne plus fréquemment que l’ensemble de la population de catégories sociales plus élevées. D’autre part, il existe un effet structurel, le profil social des musiciens étant influencé par la morphologie globale de la population. Ainsi les musiciens vendéens sont moins souvent au chômage et en moyenne originaires de milieux plus populaires que ceux d’autres aires géographiques, comme le montrent les quelques études déjà effectuées sur le sujet163.

198Ces résultats relativisent les préjugés qui affirment parfois que la pratique des musiques amplifiées est populaire, et d’autres fois qu’elle est réservée aux enfants des milieux privilégiés. Jouer dans un groupe de musiques amplifiées n’est pas une pratique réservée aux adolescents d’une seule classe sociale, mais est une pratique caractéristique de générations successives de jeunes et s’implante comme une variable de la culture commune du dernier tiers du XXe siècle.

3) Apprentissage de la musique et types d’instruments

  • 164 [plusieurs réponses possibles].
  • 165 Pour A. Hennion, c’est de cette façon que de nombreux jazzmen (dont Charlie Parker) ont appris. HEN (...)

199Les résultats de l’enquête montrent qu’il n’y a pas un circuit systématique pour apprendre les musiques amplifiées. Les musiciens citent plusieurs sources, hétérogènes. La majorité des musiciens (66,9 %) estiment avoir appris - au moins en partie164 - « seuls » la musique. Mais cette modalité peut inclure divers comportements liés à la multiplication de produits musicaux enregistrés. Les méthodes sur papier (livres et magazines spécialisés) sont ainsi concurrencées par le multimédia (cassettes vidéos, CD-Rom, logiciels, sites Internet) mais aussi, et avant tout, par l’écoute de disques et, comme nous l’ont expliqué de nombreux musiciens, le « repiquage de plans à l’oreille »165. Parlant de l’autodidaxie, Fabien Hein estime d’ailleurs que :

  • 166 HEIN Fabien, Hard rock, Heavy Metal, Metal… Histoires, Cultures et Pratiquants, Clermont-Ferrand/Pa (...)

« Le sens du mot s’est aujourd’hui dilaté. Il est ainsi courant d’entendre l’autodidaxie au sens d’un apprentissage au maniement d’un instrument (chant y compris) sans recours aux structures d’apprentissage traditionnelles et spécifiques. À ce titre, les individus déploient donc des stratégies d’apprentissage parallèles. Parmi elles, on peut citer par ordre d’importance une série de cours souvent éphémères, l’aide d’un ami ou d’un parent ou encore le recours à certaines méthodes en vente dans le commerce. »166

Tableau 25 : Apprentissage de la musique par les musiciens vendéens (plusieurs réponses possibles)

Effectifs

Pourcentages

Seul

249

66,9

Avec des amis

52

14

En école de musique ou conservatoire

81

21,8

En cours privés

48

12,9

Par d’autres moyens (parents)

2

0,5

Total

372

116,1

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

  • 167 AUTHELAIN Gérard, La formation des musiciens pour le développement de la pratique des musiques actu (...)
  • 168 Ibid.

200L’apprentissage « seul » est aussi revendiqué comme une façon de dénier les influences d’une formation éventuelle. En partie peut-être parce que le musicien cherche à gommer les influences extérieures au profit de son inspiration, mais surtout parce que les institutions d’apprentissage de la musique ont longtemps ignoré les musiques amplifiées167. Alors que la Vendée est bien irriguée en écoles de musique, seuls 21,8 % des musiciens déclarent avoir appris la musique par ce biais. Beaucoup sont en fait déçus par la forme et le contenu de l’apprentissage et abandonnent avant de reprendre quelques temps plus tard une pratique en groupe. De nombreux auteurs soulignent l’inadéquation des formations traditionnelles aux demandes des praticiens de musiques amplifiées168. Dans la façon d’aborder la musique, on peut mettre en évidence plusieurs systèmes d’opposition qui sont dus à des raisons historiques mais aussi normatives. Citons les principaux.

  • 169 À Laval (Mayenne), une association nommée « Créazic » s’est justement montée au début des années 90 (...)
  • 170 AUTHELIN Gérard, 1997, op. cit.
  • 171 CHRETIENNOT Jean-Louis, « Y a-t-il un rocker dans la salle ? », CIR, Formations Rock, État des lieu (...)

201L’apprentissage traditionnel est fondé sur l’interprétation d’œuvres de maîtres, mais les pratiquants de musiques amplifiées cherchent à acquérir les éléments de base leur permettant de s’exprimer à travers leurs propres compositions169. Les écoles de musique transmettent leurs enseignements selon un rythme calqué sur le modèle de l’éducation nationale (cours de fréquence hebdomadaire, sanctionnés annuellement par des examens), mais les pratiquants de musiques amplifiées défendent l’idée d’un apprentissage à des moments discontinus mais plus intenses, en fonction de périodes de disponibilité. L’enseignement musical traditionnel est promulgué instrument par instrument et axé sur l’écrit170 mais l’origine populaire des musiques amplifiées demanderait un travail plus pragmatique, notamment à travers la pratique en groupe171. Pour l’enseignement des musiques amplifiées, il semble également intéressant que les enseignants soient eux-mêmes des praticiens et pas seulement des enseignants. Enfin, les musiques amplifiées, de par leur nature, ne nécessitent pas uniquement un enseignement instrumental. Pour pouvoir les pratiquer, il faut connaître quelques rudiments des techniques d’amplification mais aussi l’environnement administratif (en premier lieu les droits d’auteur et les conditions juridiques d’une prestation scénique).

  • 172 25 ans, diplômé bac, ouvrier, batteur dans un groupe punk-garage de Montaigu.

202En somme, au sein des musiques amplifiées, la finalité de la pratique instrumentale, ce n’est pas la dextérité ou la connaissance de l’instrument mais le jeu en groupe et, dans la quasi-totalité des cas, le concert. Une démarche popularisée par la mythologie punk (même si elle existait dès le rock’n’roll des années 50) plutôt que par l’ascétisme des musiques savantes. Cette philosophie explique - à côté des chiffres de l’apprentissage « seul » et « en école de musique » - que 14 % des musiciens déclarent avoir appris la musique « avec des amis ». Comme me l’avouait par exemple le batteur de Richi et ses amis172 :

« Je connaissais des potes qui jouaient, et ils n’avaient pas de batteur. Moi ça me branchait de jouer avec eux et je savais qu’un mec du lycée vendait sa batterie. Voilà c’est comme ça que je me suis à jouer. On est allé chercher la batterie, et deux heures après je faisais ma première répèt’ alors que je n’avais touché une batterie de ma vie ! »

203On doit ajouter que, ces dernières années, un certain nombre d’écoles de musique s’ouvre à la pratique des « musiques actuelles », le plus souvent sous forme de stages ou d’ateliers accessibles aux autodidactes, et parfois aussi par l’intermédiaire de locaux de répétitions. Par exemple, j’ai déjà évoqué le cas d’un guitariste enseignant vacataire en école de musique sur la côte (Challans et Sables-d’Olonne) qui m’expliquait comment ses ateliers jazz en école de musique s’étaient transformés en ateliers ska. On peut supposer plus largement que l’attitude des musiciens amplifiés face aux écoles de musique dépend en partie de l’attitude des écoles face aux nouvelles pratiques, mais aussi de leur insertion dans les scènes locales (répétitions, concerts). Pour autant, on peut déjà affirmer que si 81 % des musiciens interrogés déclarent avoir appris la musique au moins en grande partie « seuls » ou « avec des amis » - alors que les écoles de musique ne sont citées que par 22 % de l’effectif - il semble que les jeunes générations aient plus souvent fréquenté les écoles de musique. En croisant « âge des musiciens » et « types de formation », on peut par exemple mettre en évidence que 47 % des 18-20 ans citent les écoles de musique comme source d’apprentissage.

Tableau 26 : Instruments pratiqués (trois réponses possibles) et type d’apprentissage (plusieurs réponses possibles et effectifs hors non réponses)

Instruments/total des réponses

Autodidaxies (seul, amis, autres moyens)

Écoles (école de musique, conservatoire, cours particuliers)

Total

Chant/choeurs

77

15

92

Guitare

92

43

135

Basse

63

17

80

Batterie

51

32

83

Claviers (piano, orgue, synthé.)

9

12

21

Platines

18

1

19

Sampleur/séquenceur/logiciels

12

4

16

Trompette

0

8

8

Saxophone

3

6

9

Percussions

10

0

10

Rap

7

0

7

Autres (violon, accordéon, trombone, flûte, contrebasse, bombarde, harmonica)

8

9

17

Total des réponses

350

147

497

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

Tableau 27 : Instruments pratiqués (plusieurs réponses possibles)/type d’apprentissage (plusieurs réponses possibles) : Pourcentages en ligne

Autodidaxies (seul, amis, autres moyens)

Écoles (école de musique, conservatoire, cours particuliers)

Total

Chant/choeurs

83,7

16,3

100

Guitare

68,1

31,9

100

Basse

78,8

21,3

100

Batterie

61,4

38,6

100

Claviers (piano, orgue, synthé.)

42,9

57,1

100

Platines

94,7

5,3

100

Sampleur/séquenceur/logiciels

75

25

100

Trompette

0

100

100

Saxophone

33,3

66,7

100

Percussions

100

0

100

Rap

100

0

100

Autres (violon, accordéon, trombone, flûte, contrebasse, bombarde, harmonica)

47,1

52,9

100

Moyennes des réponses

65,4

34,6

100

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

204Si l’âge et les conditions de l’offre jouent dans l’inscription en écoles de musique et la façon d’apprendre, une autre variable n’est pas à négliger : le type d’instrument choisi. Le tableau 27 nous permet de cerner un premier ensemble plutôt « autodidactes » (guitare, basse, batterie, chant, rap, platines, sampleurs/séquenceurs/logiciels), et un second ensemble appris par un enseignant (claviers et instruments à vent, violon…). Encore faudrait-il distinguer au sein du premier ensemble, certains instruments ambivalents qui peuvent être à la fois appris par des structures ou en autodidacte (guitare, batterie, saxophone…). D’autre part, il semble que les styles de musique aient également une influence sur le rapport aux écoles de musique. Par exemple on comprend que, étant données les conventions liées à ces cultures musicales, les musiciens punk qui valorisent la spontanéité aient moins souvent fréquenté des institutions d’apprentissage que les musiciens de metal, aux compositions souvent plus techniques.

Tableau 28 : Apprentissage de la guitare en fonction de quelques styles

Tableau 28 : Apprentissage de la guitare en fonction de quelques styles

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

205Style interprété et apprentissage de l’instrument sont liés. Le type d’instrument choisi dépendra aussi du style musical. Ainsi, les instruments traditionnels du rock (style le plus joué) arrivent en tête des choix.

Tableau 29 : Instruments pratiqués (plusieurs réponses possibles)

Instruments/total des réponses

Effectifs

Pourcentages

Chant/choeurs

80

21,5

Guitare

112

30,1

Basse

66

17,7

Batterie

73

19,6

Claviers (piano, orgue, synthé.)

18

4,8

Platines

15

4

Sampleur/séquenceur/logiciels

14

3,8

Trompette

8

2,2

Saxophone

8

2,2

Percussions

8

2,2

Rap

7

1,9

Violon

3

0,8

Trombone

2

0,5

Autres (accordéon, flûte, contrebasse, bombarde, harmonica…)

11

3

Total des réponses

372

114,2

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

206Comme le montre le tableau 29 la guitare est l’instrument préféré, pratiqué par 30,1 % des musiciens de l’échantillon, suivie par le chant (21,5 %), la batterie et la basse. Ces statistiques soulignent la prégnance des groupes au format rock (guitare, basse, batterie) au sein des groupes de musiques amplifiées en Vendée. Mais le retour récent du ska (et donc des cuivres) par exemple, peut contribuer à renforcer l’apprentissage en école de musique.

C - De la juridiction : introduction des flux monétaires et question du contrat

  • 173 Seuls les Caméléons sont signés en contrat d’artiste sur un gros indépendant (Small axe, le label d (...)
  • 174 Au moment de l’étude 507 heures dans les 12 derniers mois soit 43 cachets de 12 heures ou 64 cachet (...)

207Aucun des groupes recensés ne possède de contrat d’artiste avec une major173, ce qui implique que pour gagner sa vie par la musique en Vendée, il faille effectuer de nombreux concerts afin de décrocher l’aide des assurances chômage par le biais de l’intermittence174. En analysant la situation sociale des musiciens, on a pu constater qu’une petite partie d’entre eux seulement, soit 5,7 %, était constituée d’intermittents. Ce pourcentage équivaut à 21 musiciens, soit, reporté à la population de groupes recensée, environ 56 musiciens sur le département. Ce faible taux d’intermittence parmi les musiciens nous montre que la pratique des musiques amplifiées en Vendée est avant tout une activité non professionnelle ou, plus exactement, qui ne permet pas de gagner sa vie.

  • 175 RIPON Romuald, Le poids économique des activités artistiques amateurs, Paris, DEP, 1996, p. 119.

208Ce constat apparemment banal résume en réalité ce qui fait la complexité de ce type d’activité. Il permet aussi d’expliquer la relative invisibilité « officielle » des pratiques musicales amplifiées. En effet, alors que les règles juridiques en vigueur dans le spectacle vivant séparent nettement activités de loisir et activités professionnelles, les musiques amplifiées ne respectent pas ce cadre posé par l’ordonnance de 1945. Elles constituent de ce fait un cas particulier difficile à analyser où amateurs et professionnels fréquentent les mêmes scènes et ne peuvent être discernés au premier abord175.

1) La prestation scénique et ses problèmes face au droit

209Cadrées comme activitées amateur, de loisir, les fêtes de la musique, fêtes de lycée ou entre amis, les premiers concerts ne sont pas payants et pas payés. Les jeunes musiciens qui y participent sont des acteurs de la fête au milieu d’autres acteurs. Il en va de même, le plus souvent, des concerts ou des tremplins organisés par les animateurs des « pôles jeunesse et sociaux ». Juridiquement, ces concerts sont des « spectacles amateurs » (décret no 53-1253 du 19 décembre 1953) où le bénévolat est de règle. Si les gagnants des tremplins peuvent être récompensés, c’est le plus souvent par des journées de studio, l’enregistrement d’un disque ou des bons d’achat en matériel musical via un sponsor ou bien encore la première partie d’un groupe reconnu.

210Mais si les premiers concerts que réalisent les groupes au sein du pôle « jeunesse et social » ou lors de fêtes privées entre amis entrent dans le cadre de pratiques de loisir, ceux qu’ils réalisent très rapidement - dans les cafés ou dans les salles de concerts sous l’égide d’une association - entrent dans le cadre concurrentiel de l’économie de marché et nécessitent légalement un contrat de travail et un salaire.

Tableau 30 : Part des concerts des groupes vendéens par type de lieux et part des groupes concernés par type de lieux au cours des 12 derniers mois d’activité

Tableau 30 : Part des concerts des groupes vendéens par type de lieux et part des groupes concernés par type de lieux au cours des 12 derniers mois d’activité

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

  • 176 On entend ici par contrat deux formes possibles de transaction. Un contrat de travail, qui fait de (...)

211Le tableau ci-dessus nous montre ainsi que 79,5 % des groupes ont joué au moins une fois en café-concert au cours des 12 derniers mois et que ce type de lieux représente 36,8 % de la part totale des concerts. Les concerts qui entrent officiellement dans le secteur concurrentiel et qui sont dans leur quasi-intégralité organisés par des cafés ou des associations représentent à eux seuls plus de 71 % des concerts, proportion à rapporter aux 8,9 % de concerts organisés par le pôle « jeunesse et social ». Ce « saut qualitatif » qui s’opère très vite vers un cadre privé n’est pas perçu comme tel par les musiciens. Ceux-ci forment des groupes, répètent et cherchent à jouer, à rencontrer le public, quel que soit le type de scène, de lieu, de contexte. Signer un contrat de travail176 pour leur prestation scénique n’est pas leur préoccupation première.

Tableau 31 : Fréquence de signature de contrats par les groupes lors des concerts (effectifs hors non réponses)

Effectifs de groupes

Pourcentage

Toujours

11

12,6

Souvent

6

6,9

Quelquefois

27

31

Jamais

43

49,4

Effectif de répondants

87

100

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

212On voit ainsi que 49,4 % des groupes vendéens n’ont jamais signé de contrats, alors que seulement 12,6 % en ont toujours signé, ce qui veut dire que plus de 80 % des groupes effectuent au moins une partie de leurs concerts sans formalisation contractuelle. Ce mode de fonctionnement ne provient pas d’une volonté délibérée d’enfreindre la loi mais d’un manque de connaissance des procédures à suivre, qui s’avèrent par ailleurs très complexes.

  • 177 Ces problèmes peuvent être exceptionnellement évités, dans cadre du pôle « jeunesse et social », si (...)

213Juridiquement, la notion d’amateur ne remet aucunement en cause le niveau technique ou la sensibilité artistique du musicien. Plus prosaïquement, elle concerne celui dont la source de revenus est extérieure à sa pratique, comme le souligne le décret de 1953. Dans ce but, les organisateurs de concerts que peuvent être les associations ou les bars cherchent à fournir une contrepartie au concert qui ne sera pas considérée comme un salaire et qui se verra concrétisée par un repas, des boissons, un hébergement éventuel et/ou un remboursement des frais de transports sur facture (ou par le biais d’une majoration des consommations si l’organisateur est un bar). Autant de moyens qui leur sembleront permettre de contourner l’embauche des musiciens et le poids des charges sociales. Mais ces formes de transactions s’avèrent illégales dans les faits, étant donné la présomption de salariat qui considère que ces dons ou contreparties constituent une forme de revenu déguisé (selon l’article L. 762-1 du Code du travail). Autrement dit, ces pratiques, largement utilisées, sont considérées au regard de la loi comme du travail au noir et renvoient ces types d’arrangements à une relation d’employeur à employé177.

214Dans les années 80 et 90, elles constituaient pourtant l’usage le plus fréquent. Mais au cours de la décennie 90, les contrôles de l’État et des institutions liées à la musique se sont révélés de plus en plus fréquents. C’est d’abord la Sacem qui a cherché par l’intermédiaire de ses délégations départementales, après les lieux professionnels de spectacle, à contrôler tous les événements ponctuels qui diffusaient de la musique afin de vérifier que le répertoire utilisé ne concernait pas ses ayants droit et à exiger son dû le cas échéant. C’est ensuite le ministère de la Culture qui a imposé, à partir de 1992, que tout organisateur de concert, y compris les associations, détienne la licence d’entrepreneur de spectacles. S’en est suivi l’exigence de l’embauche des artistes. C’est ensuite le Fonds de soutien qui a cherché à percevoir la taxe parafiscale sur les concerts associatifs, qu’ils soient ou non bénéficiaires, élargissant ainsi de manière importante son assiette de perception. C’est enfin, sous l’impulsion du ministère de l’Environnement une révision des lois sur le bruit (décret no 98-1143 du 15 décembre 1998), qui a obligé les cafés-concerts à se mettre en conformité avec des normes d’isolation, préalable d’ailleurs nécessaire à l’obtention de la licence d’entrepreneur.

  • 178 Les interviews récentes du groupe Bérurier Noir qui a réalisé plusieurs centaines de concerts entre (...)

215L’ensemble de ces mesures a passablement restreint la possibilité des scènes locales d’agir dans la légalité178.

216Comme j’ai pu le constater lors de mon enquête, les réactions des acteurs associatifs mais aussi des cafés-concerts ont été pragmatiques. Il paraissait en effet hors de question de stopper toute activité. Les concerts ont toujours lieu, mais en fonction des budgets disponibles, en fonction du contexte aussi, on cherche à « s’arranger ». La question des contrats posée aux associations et aux cafés-concerts montre ainsi un respect relatif des règles.

Tableau 32 : Fréquence de signature de contrats par les associations et les cafés-concerts organisateurs lors des concerts

Associations « indépendantes » (Pourcentage)

Bars et cafés-concerts (Pourcentage)

Toujours

27

24

Souvent

35

35

Rarement

27

29

Jamais

11

12

Total

100

100

Enquête départementale sur les structures liées aux musiques amplifiées, 2001

217Notre enquête montre que les structures qui font jouer les groupes du département continuent en partie à organiser des concerts de manière informelle, sans contractualisation. Seuls 27 % des associations et 24 % des cafés-concerts interrogés déclarent toujours signer des contrats avec les groupes qu’ils programment. Pour Fred Jiskra, musicien et salarié d’une association organisatrice de concerts :

  • 179 JISKRA Fred, « Le musicien amateur en scène : point de vue », Sons en Cavale, fév.-mars 1999, p. 2.

« Le fait de s’intéresser quelque peu à la musique et de faire en sorte que les groupes se développent sur scène, le fait de prendre un peu de risques pour n’avoir pas dans dix ans l’impression d’être en permanence au rayon poissonnerie d’un quelconque supermarché, correspond à défendre des idées réactionnaires en opposition avec le droit du travail : Ultime paradoxe ! [Pourtant] on peut multiplier les exemples, les artistes préfèreront toucher du black que de rester dans leurs caves. »179

218La tentation est grande pour l’organisateur d’effacer totalement le passage du groupe de sa comptabilité et de le payer « au noir », déclarant qu’il a joué bénévolement. En fonction de la recette et/ou du montant convenu entre l’organisateur et le groupe, de l’argent en liquide est alors donné au groupe. Une autre solution consiste à faire payer l’entrée du bar ou du lieu du concert et à en accorder une partie au groupe, ce flux d’argent n’apparaissant pas dans la comptabilité. Il paraît en effet difficile à l’organisateur qui prend des risques et qui dispose de peu de fonds d’assumer la fonction d’employeur et de proposer à chacun des musiciens un contrat d’engagement en CDD pour le concert.

  • 180 Les cafés qui organisent des concerts sont par ailleurs de plus en plus nombreux à fonder une assoc (...)

219Si certains s’y résignent - on a vu qu’une part d’entre eux cherchait à officialiser totalement leur activité-, ils établissent non pas un contrat par musicien, mais deux ou trois contrats pour l’ensemble du groupe, quel que soit le nombre de musiciens180. Par exemple, si l’organisateur a conclu avec un groupe de quatre musiciens une rémunération de 2 000 francs (300 euros), il établira deux cachets individuels de 1 000 francs charges comprises (150 euros) déclarant avoir fait jouer un groupe de deux musiciens. Au sein du groupe, les musiciens pourront alterner les bénéficiaires des contrats ou alors favoriser ceux d’entre eux qui cherchent à devenir professionnels.

220Autre solution possible face à la multiplication des contrôles, afin de régulariser de manière comptable les concerts qu’ils organisent, les cafés ou organisateurs associatifs sont de plus en plus nombreux à exiger de la part des groupes qu’ils soient représentés par une association. Cette dernière définissant une personne morale pourra produire une facture en échange d’une somme forfaitaire prévue pour rémunérer le groupe. Une tendance qui a pour conséquence une augmentation du nombre de groupes qui se structurent en association afin d’obtenir une existence juridique. Si on additionne les groupes déjà constitués en association ou ayant le projet de le faire à court terme, on obtient un résultat qui approche les 50 %.

Tableau 33 : Constitution du groupe en association

Effectifs

Pourcentage

Oui

33

36,3

Non

46

50,5

En projet

12

13,2

Total

91

100

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

  • 181 Elle doit en outre, posséder la licence d’entrepreneur du spectacle.

221L’organisateur achète alors un service, le groupe, par l’intermédiaire d’un contrat de vente (ou contrat de cession). Mais ce procédé de sous-traitance ne fait que déplacer le problème de l’illégalité car c’est alors à l’association qui représente le groupe de rémunérer chaque musicien181, ce qu’elle fait rarement car les cachets sont trop faibles et les modalités administratives à remplir s’avèrent loin des préoccupations de la plupart des groupes.

2) Scènes similaires, enjeux différenciés

  • 182 Pour le groupe qui cherche à jouer, pratiquer la musique hors sa salle de répétitions s’avère de pl (...)

222Le spectacle vivant hors pôle « jeunesse et social », par la présomption de salariat qu’il implique génère de nombreux problèmes juridiques182. Il lèse les groupes amateurs qui veulent commencer à se produire sur scène ou partager leur travail de création tout en étant simplement défrayés. Il porte également préjudice aux organisateurs non-subventionnnés qui souhaitent programmer ces mêmes groupes peu connus.

  • 183 Avec les nouvelles règles de la forme d’emploi intermittente en vigueur depuis le 1er janvier 2001, (...)

223Mais dans le même temps, les musiciens qui cherchent à devenir professionnels ne s’y retrouvent pas non plus car ils doivent pour cela obtenir au moins 43 cachets déclarés en une année183 afin de bénéficier du régime de l’intermittence. Ceci nécessite qu’ils soient appréciés par les organisateurs et donc que leur nom soit connu, qu’ils proposent un concert de qualité, mais aussi qu’ils gagnent leur vie par ailleurs. S’ils sont au RMI ou touchent une allocation chômage, déclarer un cachet en vue de l’intermittence signifiera un dégrèvement d’autant de leurs revenus sociaux. Pour ces musiciens, la solution est alors de jouer beaucoup et de réaliser à la fois des concerts au noir et des concerts déclarés jusqu’à ce qu’ils puissent obtenir l’intermittence. Dans cette optique, disposer d’une structure associative qui les soutient et puisse générer des fiches de paye est décisif. C’est pourquoi ils vont chercher à s’entourer, trouver par exemple un manager ou un tourneur qui pourra les aider à chercher des concerts.

  • 184 Il en va de même des enregistrements puisque, avec le développement de l’autoproduction, 67 % des g (...)

224Plus que les lieux de concerts qui, on l’a vu, sont relativement indifférenciés en fonction du niveau d’activité des groupes184, les statistiques qui concernent le nombre de concerts effectués par ces mêmes groupes nous permet de cerner des profils différenciés d’amateurs et de professionnels. Ou, autrement dit, de séparer ceux pour qui l’activité musicale permet au moins en partie aux musiciens de gagner leur vie et les autres.

Tableau 34 : Nombre de concerts réalisés par les groupes au cours des 12 mois précédant l’enquête

Effectifs répondants

Pourcentage

Pourcentage cumulé

0

6

6,7

6,7

1 à 5

38

42,7

49,4

6 à 10

12

13,5

62,9

11 à 20

19

21,3

84,3

21 à 43

9

10,1

94,4

Plus de 43

5

5,6

100

Ensemble des répondants

89

100

100

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

225Pour l’ensemble de l’échantillon, le nombre de concerts moyen sur 12 mois est de 12,4. Le groupe qui a joué le plus a réalisé 90 concerts dans l’année écoulée, alors que six groupes ne se sont pas du tout produits sur scène durant la même période. Le tri à plat du nombre de concerts en fonction des groupes nous montre que près de la moitié des groupes ont réalisé au maximum cinq concerts. Ils sont seulement 5,6 % à avoir réalisé plus de 43 concerts. Sachant que tous les concerts ne sont pas déclarés, on voit ici que les groupes potentiellement professionnels sont peu nombreux. Toutefois, 37,1 % des groupes réalisent au moins un concert par mois, ce qui laisse à penser que de nombreux groupes hésitent à s’engager dans une pratique professionnelle.

Tableau 35 : Quartile des concerts des groupes de musiques amplifiées vendéens

Quartile des concerts (25 % de la masse totale de concerts par quartile)

Part des groupes

Part des groupes cumulés

Moyenne de concerts sur 12 mois par groupe du quartile

Premier quartile

69 %

69 %

4,5

Second quartile

18 %

87 %

17,2

Troisième quartile

9 %

96 %

34,4

Quatrième quartile

4 %

100 %

68,8

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

226Une présentation par quartile du volume des concerts est de ce point de vue assez parlante. Ainsi 69 % des groupes - ceux qui jouent le moins - réalisent 25 % de la masse totale de concerts, soit en moyenne 4,5 concerts dans l’année. Un chiffre à comparer au 4 % de groupes qui jouent le plus réalisant en moyenne 68,8 concerts par groupe.

227D’autre part, en croisant l’âge des musiciens et le nombre de concerts réalisés, on peut percevoir comment s’articulent, en moyenne, niveau d’activité et position dans le cycle de vie.

Tableau 36 : Nombre de concerts selon l’âge des musiciens

0 à 5 concerts

6 à 24 concerts

25 concerts ou plus

Total

16-19 ans

81,8

18,2

-

100

20-24 ans

42,2

46,7

11,1

100

25-29 ans

45

40,0

15,0

100

30 ans et plus

54,5

9,1

36,4

100

Total

49,4

36,8

13,8

100

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

228Alors qu’une écrasante majorité des musiciens de moins de 20 ans réalise moins de six concerts dans l’année, les musiciens qui ont atteint la trentaine se séparent nettement entre hyperactifs à visée professionnalisante (36,4 % réalisent plus de 25 concerts par an) et amateurs pratiquants de loisirs (54,5 % réalisent de zéro à cinq concerts dans l’année). Entre les deux, la position des 20-29 ans est plus ambivalente. Entre 20 et 24 ans notamment, avec 46,7 % des musiciens qui réalisent plus de cinq concerts par an, on peut estimer qu’une partie des musiciens pensent à la professionnalisation, c’est en effet un moment où une grande partie d’entre eux vit encore chez ses parents. Souvent étudiants, ils disposent de temps pour jouer et peuvent tenter d’intensifier leur activité.

3) S’engager dans une pratique professionnelle, un choix qui implique des changements

229Après une période d’apprentissage, un certain nombre de questionnements font leur apparition au sein du groupe, qui vont déterminer son avenir. Alors que le groupe cherche à jouer, les lieux de concert les plus intéressants s’avèrent être de plus en plus éloignés géographiquement.

Tableau 37 : Part des concerts des groupes vendéens ayant déjà joué par type de territoire, et part des groupes concernés par type de territoire

Tableau 37 : Part des concerts des groupes vendéens ayant déjà joué par type de territoire, et part des groupes concernés par type de territoire

Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001

230Ainsi, alors que les concerts en Vendée représentent 64,3 % des concerts totaux effectués par les groupes du département, les concerts hors de la France représentent 3,5 % des prestations scéniques et concernent seulement 6 % des groupes. Au fur et à mesure qu’on s’éloigne du lieu d’origine, le nombre de groupes concernés est plus faible. Les frais occasionnés augmentant, il faut négocier des cachets plus importants.

  • 185 Un enchaînement de compositions.
  • 186 C’est-à-dire celui qu’entend le public à partir des enceintes de façade, qu’on oppose au son « reto (...)
  • 187 Alors que le groupe réfléchira au spectacle, le même problème se posera avec la lumière, et l’oppor (...)
  • 188 On peut voir à ce propos la notion de « bon concert » dans LUCAS Jean-Michel, « Du rock à l’œuvre » (...)

231D’autre part, il faut penser à la logistique des concerts. Les musiciens doivent disposer de temps pour se rendre sur les lieux des spectacles et être disponibles lorsque des « dates sont calées ». Pour se rendre au concert et transporter le matériel, un moyen de locomotion est nécessaire. Alors que le jeune groupe pouvait se rendre assez facilement dans un lieu de répétitions de proximité où le matériel était mis à disposition, il doit maintenant pouvoir se mouvoir de façon autonome. De plus, à mesure que les lieux de concerts fréquentés sont plus reconnus, ils amènent un public plus exigeant, et le groupe doit interpréter un répertoire qui « tient la route » s’il veut convaincre. Pour ce faire, le groupe doit s’imposer un certain nombre de règles. Les répétitions, si elles gardent leur fonction d’exutoire des tensions quotidiennes, doivent aussi servir à faire « tourner un set »185 où se mélangent anciens et nouveaux morceaux. Il faut penser à la réception du spectacle, satisfaire ceux qui connaissent déjà le groupe sans les lasser et séduire de nouveaux supporters. L’interdépendance des musiciens se fait plus importante. De l’attitude de chacun dépend l’évolution du collectif. Il faut arriver à l’heure en répétition, corriger les imperfections, écouter les autres, discuter des points de discorde mais aussi, individuellement, entretenir son matériel et travailler la partie dévolue à son instrument. Mais cela n’est bientôt plus suffisant car, dans de nombreux concerts (en dehors des cafés, et principalement dans les salles de spectacles ou lors des festivals), le son « en façade »186 n’est pas contrôlé par le groupe mais par un « ingénieur du son » (le plus souvent situé eu centre de la salle, au milieu des spectateurs). Il semble alors important que le groupe travaille avec un technicien qui connaisse les desiderata du groupe en matière sonore187. Ne pas travailler son rendu sonore c’est courir le risque « d’avoir un son pourri » et donc de ne pas convaincre, de rater son concert188. On peut alors faire appel à un ami qui connaît le répertoire et possède les rudiments de la gestion sonore, mais il ne sera pas toujours disponible s’il n’est pas payé. D’autre part, il faut pouvoir trouver ces concerts, ce qui nécessite aussi du temps où l’aide d’une tierce personne. Si l’appui des scènes locales et des réseaux stylistiques est utile dans un premier temps en effet, il n’est bientôt plus suffisant.

232Libérer du temps pour le groupe (répéter, composer, jouer, trouver des concerts…), acheter du nouveau matériel, disposer d’un moyen de locomotion, demander les services d’un technicien « son » ou d’un manageur : autant de seuils qui vont amener le groupe à se poser une question cruciale : celle de la rémunération. Au-delà de la pratique amateur en effet, l’activité musicale va demander de plus en plus de dépenses. Un questionnement d’ailleurs exacerbé lorsque, après des démos enregistrées à la maison, l’idée de produire un disque dans des conditions professionnelles arrivera.

  • 189 Signé chez Small Axe, label indépendant fondé par le distributeur indépendant en SARL Tripsichord, (...)

233Si l’on définit la position du musicien professionnel comme celui qui gagne sa vie grâce à la musique, on a constaté le rôle important que joue l’intermittence. En Vendée, la plupart des musiciens professionnels œuvrant dans les musiques amplifiées sont des intermittents indemnisés par l’assurance chômage grâce au spectacle vivant, c’est-à-dire qu’ils ont effectué les 507 heures nécessaires. Les groupes professionnels vendéens en effet (à l’exception relative des sept musiciens du groupe les Caméléons au moment de notre étude)189, ne bénéficient pas de contrats avec l’industrie du disque qui leur permettent une distribution nationale et une diffusion médiatique porteuse de droits de propriété intellectuelle. D’une certaine façon, on pourrait dire que pour les industries de l’audio-visuel et de l’économie de la musique (tourneurs, éditeurs…), concentrées à Paris et dans les grandes agglomérations, la Vendée - en tant que département « moyen » de province - n’existe pas, si ce n’est pour le public qu’elle peut générer. Si l’activité musicale que le département produit est foisonnante, les ventes de disques et les recettes des spectacles liés aux musiques amplifiées ne permettent pas aux musiciens d’en faire leur métier.

234Pour avoir la possibilité de « signer » avec une maison de disques importante, indépendante ou major distribuée nationalement ou pour trouver un tourneur qui décèle des opportunités de concerts payés « légalement », les groupes vendéens doivent partir dans une agglomération plus grande. La relative exiguïté du premier centre urbain vendéen (La Roche-sur-Yon compte 50 000 habitants) ne lui permet pas d’atteindre la taille critique permettant à des groupes professionnels d’y vivre hors de l’intermittence, difficile à obtenir. Une remarque confirmée par notre seconde enquête de terrain, étude socio-économique réalisée au niveau régional et qui montre que les groupes professionnels de la région ayant conclu un contrat discographique qui leur permet de gagner leur vie sont tous localisés à Nantes ou Angers… Quand ils ne déménagent pas pour Paris.

235Quoi qu’il en soit, ce panorama des musiques amplifiées en Vendée nous permet de comprendre la nouvelle stratégie de l’industrie du disque qui attend que les groupes aient acquis de l’expérience en concert avant de les signer. Un procédé de sous-traitance se fait jour, où les groupes eux-mêmes doivent supporter les coûts de leur propre développement. Sur un terreau fertile, les départements français génèrent leurs propres scènes locales d’où émergent des groupes qui peuvent ensuite être « cueillis » pour une diffusion à grande échelle. Par ailleurs, en dehors d’enjeux financiers importants, un circuit parallèle dominé par des activités associatives fonctionne dans l’ombre des médias et de l’économie de marché musicale.

Notes

1 Le rédacteur âgé de 22 ans, est ouvrier dans le canton de la Châtaigneraie.

2 En novembre 1994, pour un concert de l’association Rock sur Yon dans une salle municipale de la Roche-sur-Yon, en avril 1996 au Fuzz’Yon pour un concert de trois groupes de rock indépendant, en septembre 1996 pour un concert à la Gaubretière organisé par le groupe Les Little Rabbits et en 2000 pour une soirée nouvelle chanson française à la maison de quartier du Pont Maurineau (La Roche-sur-Yon).

3 Les locaux des Halles appartiennent à la Mairie et sont gérés par l’association Fuzz’Yon. Ils comprennent en outre des locaux de répétition et le bureau départemental du Centre d’information sur les musiques actuelles.

4 Ce type d’activité parallèle se retrouve au sein d’autres champs de la culture. Nos résultats peuvent par exemple être rapprochés de ceux de M.-C. Vanbremeersch lorsqu’elle souligne l’importance de ce qu’elle nomme les « médiateurs invisibles » dans la diffusion de l’information et la valorisation de normes culturelles proposées dans le cadre de manifestations artistiques en ville, VANBREMEERSCH Marie-Caroline, « La médiation culturelle en milieu urbain », in CURAPP, Questions Sensibles, Paris, PUF, 1998, p. 315-324.

5 Sur une population de 244 groupes, soit près de 1 000 musiciens (997 exactement).

6 HUSSENET James, « Le tourisme littoral : subir ou accueillir », in CENTRE VENDEEN DE RECHERCHE HISTORIQUE, Des curés aux entrepreneurs. La Vendée au XXe siècle, La Roche-sur-Yon, CVRH, 2004, p. 653-682.

7 REZEAU Pierre, « La patrimonialisation de la culture », in CENTRE VENDEEN DE RECHERCHE HISTORIQUE, op. cit., p. 633-654.

8 HENNION Antoine, Comment la musique vient aux enfants, Paris, Anthropos, 1988.

9 SNEP, L’économie du disque 1999, op. cit., p. 71.

10 Il n’y a ni Fnac, ni Virgin Megastore en Vendée.

11 Une partie du magasin est dédié au club France Loisirs (Bertelsmann).

12 Par ordre décroissant d’importance du chiffre d’affaires, La Roche-sur-Yon, agglomération des Sables d’Olonne, Challans, Fontenay-le-Comte, les Herbiers, Luçon, agglomération de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, agglomération de Montaigu, Chantonnay.

13 Pour gérer la salle, Leclerc fait appel à une agence de communication événementielle, « Le Loup Blanc Evènement », qui s’occupe de la programmation. Ce qui est recherché en priorité par le magasin, c’est la couverture médiatique. Pour le programmateur, « la salle de spectacles jouxte l’espace de ventes de CD. Le magasin voit un intérêt direct à organiser des spectacles en rapport avec sa stratégie de ventes de disques. Elle peut aussi toucher un public jeune ». Et pour le directeur du magasin, « La salle ne fait pas d’argent, mais a un effet médiatique réel. Aujourd’hui, on parle de nous, les jeunes y sont sensibles. On est très content, le magasin marche très bien. », QUENTIN Anne, « Les centres Leclerc lancent des salles de spectacles », La Scène, no 23, décembre 2001, p. 70.

14 GASNIER Arnaud, « Multiplexes et parcs de loisirs périurbains : de nouvelles centralités », GRAVANI-BARBAS Maria, VIOLIER Philippe (dir.), Lieux de culture, culture des lieux. Production(s) culturelle(s) locale(s) et émergence des lieux : dynamiques, acteurs, enjeux, op. cit., p. 135-154.

15 L’Année du disque 2001, Paris, MBC, 2002, p. 136.

16 RTL est filiale audiovisuelle de Bertelsmann (à 37 %), et contrôle également M6 à 41,9 %.

17 Pour les parts d’audience des différents réseaux, voir ANNEXE 3.

18 Né en 1975, il est titulaire d’un BTS et animateur informatique dans un club de jeunes (entretien décembre 2001).

19 La Rockerie est une association locale fondée au début des années 80 et qui a organisé de nombreux concerts rock, punk et garage à Fontenay-le-Comte au cours des années 80 et 90.

20 Réseau radio créé depuis Lille à compter de 1985, PRINTZ Jean-Marc, « 100 ans de radio en France », http://members.aol.com/EncyRadio.

21 RTL, la première radio de France reprend Maxximum en fusion avec Métropolys et fonde M 40 au début des années 90. M 40 deviendra RTL 2, Ibid.

22 Enregistrements issus de labels indépendants.

23 Dont le slogan est « Hit music only ».

24 Qui effectue les sondages officiels d’audience radio pour l’industrie du disque et des médias.

25 SNEP, L’actualité du disque 2003, Paris, Snep/Musique Info Hebdo, 2003, p. 74.

26 Ibid., p. 75

27 Harvest n’a pas investi les métropoles régionales Nantes (Loire-Atlantique) et Angers (Maine-et-Loire), où d’autres promoteurs locaux sont déjà implantés, le plus important sur la région étant Radical productions, originaire d’Angers (qui est promoteur mais également producteur et tourneur).

28 Il a également loué pour quelques concerts le Parc de la Mailleraie à Cholet (Maine-et-Loire).

29 Anonyme, « La Brigade au Liberty’s », Vendée-Matin, 22 février 2001.

30 www.vacances-en-vendee.

31 DUPUY Roger, La politique du peuple. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme, Paris, Albin Michel, 2002.

32 On peut penser que la politique envers les musiques amplifiées suit une tendance plus globale qui oppose historiquement la Roche-sur-Yon au reste de la Vendée en terme de vision politique, RENARD Roger, « Les villes vendéennes : un réseau sous influence ? », Norois, vol. 43, no 171, juillet-septembre 1996, p. 671-683.

33 La « tradition » vendéenne telle qu’elle est promue par la politique départementale est mise en valeur par la cinéscénie du Puy du Fou.

34 Le directeur de l’ADDMD 85 est délégué départemental à la musique et à la danse et le président de l’ADDMD 85 est sénateur-maire d’une commune vendéenne.

35 Les « associations départementales et régionales de développement des activités musicales et chorégraphiques » (ADDM et ARDM) ont été créées en partenariat avec les départements ou les régions, suivant les cas, elles sont des lieux de concertation et des outils de mise en œuvre du développement musical. Il existe aujourd’hui 62 associations départementales dénommées parfois ADIAM, ADDA, ADEM et 16 associations régionales. Elles jouent un rôle actif dans la mobilisation des acteurs locaux (fédérations, harmonies, chorales…) », PONSARD Dominique, « La musique et la danse », PERRET Jacques, SAEZ Guy (dir.), Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation française, 1996, p. 100.

36 MOINARD Louis, « L’émotion partagée » (introduction) La Musique et la danse en Vendée, ADDMD 85, 1998, p. III

37 Ibid.

38 Comme on peut par exemple le constater par la baisse du nombre de mariage et la hausse de la part de naissance hors mariage.

39 On a pu répertorier une dizaine de groupes de bals en Vendée qui interprètent un répertoire de variété et jouent lors de mariages ou pour des communes lors de dates commémoratives (Feux de la Saint-Jean, 14 juillet). Certains des musiciens jouent parallèlement dans des groupes de rock comme les Sous-Bock à Palluau mais le milieu du bal et celui des musiques amplifiées ne se rencontrent pas. Par exemple le Centre Information du Fuzz’Yon ne connaît pas les groupes de bals.

40 Excepté Da Capo, créée avec des enseignants issus de l’école de musique du Fuzz’Yon.

41 Course de bateaux organisée aux Sables-d’Olonne et dans laquelle le conseil général est fortement impliqué.

42 Fédération des œuvres laïques.

43 CASERES Bénigno (dir.), Guide de l’Éducation populaire, Paris, La Découverte, 1985, p. 100.

44 Par exemple gestion du personnel, bibliothèque/ludothèque, transport scolaire, enfance…

45 Ainsi une coupure de presse locale à propos du 12 mai 2001 rapporte le « succès incontestable pour le concert organisé par le foyer des jeunes, qui a été animé par plusieurs groupes, dont le groupe local de punk, les Wattadonf. […] Ils préparent actuellement la fête de la musique. En même temps que ce concert, avait été organisée une fête de la bière par les adultes accompagnateurs du Foyer des jeunes », Anonyme, « Chavagnes-les-Redoux : Les Wattadonf au concert du foyer des jeunes », Hebdo-Vendée, 17 mai 2001, p. 19.

46 En 2001, Le Chant de Foire a organisé son festival, j’ai interrogé ses membres la semaine suivante.

47 FRIOUX Thierry, « Six séances de variétés avec le foyer de jeunes », Ouest-France [édition de Fontenay-le-Comte], 10 avril 2001.

48 CASERES Bénigno (dir.), 1985, op. cit., p. 133.

49 Voir par exemple Vendée Matin du 18 mars 1999 et Ouest-France du 23 mars 1999.

50 Comme on a pu notamment l’observer aussi bien au lycée public François Truffaut qu’au lycée privé Ste Marie de Challans où une dizaine de groupes de musiques amplifiées répètent.

51 Ouest-France, 18 mars 1999.

52 Ouest-France, 23 juin 2001.

53 RENARD Roger, 1996, op. cit.

54 On peut citer deux exemples. En premier lieu on peut dire que le service culturel de La Roche-sur-Yon organise des concerts en été mais que les musiques du monde et la chanson sont favorisées au détriment du rock ou du hip hop, laissés davantage au service jeunesse. En second lieu on peut citer le cas de la troupe de danse hip hop S’poart. Elle répétait auparavant dans la maison de quartier du Rencart. Repéré par la Scène nationale du Manège, S’poart préparait en 2001 son spectacle en étant hébergée par cette Scène qui déclarait les avoir découvert. Les animateurs du Rencart me confiaient alors que leur travail d’aide et de découverte n’avait pas été assez mis en avant et que, comme d’habitude, c’était les « cultureux » qui tiraient profit de leur position.

55 Outre le conventionnement de centres sociaux, la DDJS distribue des subventions sous différentes formes. On peut citer les « défis jeunes » (depuis 1987), les « bourses de jeunes » (depuis 1992) qui constituent des aides individuelles, les « fonds d’aide à l’initiative collective des jeunes » qui subventionnent des projets associatifs en partenariat avec la Caf (Caisse d’allocation familiale, en place depuis 1997) ainsi que des aides exceptionnelles aux associations nommées « crédits de droit commun ».

56 HEIN Fabien, 2004, op. cit.

57 TOUCHÉ Marc In Fédurok, Les Musiques Amplifiées, rencontres de Poitiers du 16 au 17 janvier 1997.

58 Délégation départementale de la Jeunesse et des Sports.

59 Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire.

60 RACINE Etienne, Pratiques culturelles et prises de risques chez les jeunes en milieux techno, Paris, Rapport d’étude, ministère de la Jeunesse et des Sports/Crips Île-de-France, 1999.

61 BOUCHER Manuel, Rap, expression des lascars. Significations et enjeux du rap dans la société française, Paris, L’Harmattan/Peuple et Culture, 1999.

62 Le rap est un phénomène urbain, DONNAT Olivier, 1997, op. cit., p. 197.

63 On peut d’ailleurs ajouter qu’un conseiller sport, attiré par le hip hop, cherchait à soutenir l’activité des danseurs hip hop de l’agglomération en voie de professionnalisation et qu’une association proche des milieux hip hop (Urban zap) disposait de locaux dans le même immeuble que la DDJS avec laquelle elle collaborait sur certaines actions en faveur des jeunes.

64 Étant donné la configuration départementale, on comprendra que le conseil général n’aide absolument pas le Fuzz’Yon bien que le directeur mette un point d’honneur à établir chaque année un dossier de subvention.

65 Brevet d’animation aux fonctions d’animateurs.

66 « Mouvement d’éducation populaire, fédération d’associations locales, départementales et régionales, la Fédération nationale Léo Lagrange, créée en 1951, œuvre à la mise en place d’une politique du temps libre. », CASERES Bénigno, 1985, op. cit., p. 110.

67 Configuration assez représentative des équipes des Smac en proie à la précarité.

68 Beaucoup sont musiciens dans des groupes, d’autres sont professeurs de musique, graphistes, techniciens intermittents, patrons de cafés concerts, animateurs jeunesse…

69 Guitare, batterie, basse, claviers, MAO (Musique assistée par ordinateur), platines vinyles.

70 CHATAIGNE Hyacinthe, Approche dynamique des musiques amplifiées en milieu urbain, Mémoire de DEA, Université de Nantes, Département de Sociologie, 1996.

71 Groupe de rock professionnel existant formé en 1988, auteur de cinq albums et originaire de la Gaubretière (canton de Mortagne-sur-Sèvre).

72 À la fin des années 90, la Vendée est le département de la région des Pays de la Loire qui dispose du plus grand nombre de festival de musiques amplifiées, Tohu-Bohu, Lettre d’Information du Centre Info. Régional des Musiques Actuelles, Nantes, été 1998, p. 1.

73 Documents archivés au Fuzz’Yon.

74 Originaires de St-Hilaire-de-Riez, Fontenay, Montaigu, Beauvoir, Les Brouzils, St Prouant, Les Essarts, Nalliers, Mouthier-sur-le-Lay, Les Sables-d’Olonne, La Merlatière, Challans, Luçon et La Roche-sur-Yon.

75 Documents du collectif de Montaigu.

76 Office culturel fontenaysien, association subventionnée par la Mairie de Fontenay-le-Comte et responsable du rock festival de Fontenay.

77 À ce titre, il est intéressant de remarquer que dans la base de donnée « groupe » du Réseau rock Vendée, les styles de musique des groupes ne sont pas répertoriés.

78 Je me repérais à partir des 31 cantons répertoriés par l’Insee. Le canton de La Roche-sur-Yon séparant la préfecture de la Vendée en 2 dans la nomenclature Insee (La Roche-sur-Yon Nord et la Roche-sur-Yon Sud), je décidais d’en faire trois entités différentes (La Roche-sur-Yon ville, La Roche-sur-Yon Nord et la Roche-sur-Yon Sud), les deux dernières englobant les villes des cantons hors la Roche-sur-Yon. Pour les effectifs détaillés, on peut se reporter à l’annexe 1.

79 DELAPORTE Yves, « Teddies, rockers, punks et Cie : quelques codes vestimentaires urbains », L’Homme, XXII, no 4, 1982, p. 49-62.

80 JAUNET Christophe « Les voisins du Fuzz’yon exaspérés », Ouest-France, 18 mai 2000 et Anonyme, « Le quartier du Fuzz’yon fait du bruit », Journal du Pays Yonnais, 15 juin 2000.

81 Office éducatif et social, association missionnée par la mairie.

82 Artsonic, Carrousel, Ond’2 Choc, Craoued, Old Trash et International Mandary (En 2002, après notre étude, d’autres associations s’y sont ajoutées, notamment une qui représente les acteurs techno hard-core).

83 Lors de notre enquête le groupe de punk metal Craft a sorti deux mini albums CD chez Craoued et le groupe de rock indépendant 80 Planet of Trash un 45 tours sur Old Trash. International Mandary et Dioz ont également enregistré des disques.

84 Il n’a pas eu lieu depuis ce moment par refus de la commission de sécurité.

85 Le Gambrinus, le Barbatruc, le Tie Break, les Arcades.

86 Canton de Chantonnay.

87 Par exemple à Montaigu, Artsonic a été créée en 1991 pour organiser la fête de la musique.

88 Le Monde, Vendredi 11 mai 2001, p. 11.

89 INSEE, Tableaux de l’économie - Vendée, édition 1997, p. 49.

90 RENARD Roger, 1996, op. cit.

91 On a recensé huit cafés qui avaient organisé des concerts en 2001 dans le canton de St-Gilles-Croix-de-Vie (Café de la plage, Café du port, Gil’s House, La Torpille, Le Réservoir, Le Sloop, Les Alizées, Le Zanzibar).

92 Barbâtre, Notre-Dame-de-Monts, Saint-Jean-de-Monts, Les Sables-d’Olonne, La Tranche-sur-Mer et Saint-Hilaire-de-Riez.

93 Celui-ci participe aux frais de location de matériel et majore ses consommations pendant la soirée musicale.

94 « Doryphore » est synonyme de « touriste ».

95 Le groupe Merry Makers était à l’origine d’un concert punk réunissant cinq groupes dans la salle municipale de Luçon le 12 mai 2001.

96 Anonyme, « 5 000 personnes au feu de la Saint-Jean », Ouest-France, 26 juin 2001.

97 Institut de Formation des Animateurs Culturels, sur un échantillon représentatif de 400 jeunes, B.M., « Les jeunes Challandais font connaître leur souhaits et leurs attentes », Vendée Matin, 11 Avril 2001.

98 Ibid.

99 Anonyme, « La fête de la musique a 20 ans », Ouest-France, 19 juin 2001 et GUERIN Delphine, « Les Challandais descendent dans les rues fêter l’été en musique », Vendée Matin, 24 juin 2001.

100 TEILLET Philippe, 2002, op. cit.

101 Selon notre typologie, les cafés-concerts recensés pouvaient proposer des concerts de manière « exceptionnelle », « irrégulière », « régulière » ou « en saison ».

102 Membres du bureau et personnes régulièrement investies dans l’activité de l’association.

103 Notamment « St Michel a fêté son centenaire », à propos de la paroisse Sainte-Marie-des-Olonne, Ouest-France, 8 mai 2001 (où on pouvait assister à un concert de rock celtique et à une performance de grapheurs).

104 Remarques qui vérifient le passage d’une solidarité mécanique à une solidarité organique théorisé par DURKHEIM Emile, De la division du travail social, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1986 [1893].

105 Voir les arguments défendus par des associations comme Techno Plus, lors des récents débats sur les raves. Par exemple, Le Monde, 7 juin 2001, p. 10 et 17 juin 2001, p. 8 ou Libération, 3, 4 et 5 août 2001, p. VI.

106 LAVILLE Jean-Louis, « Pour une problématique de l’analyse des associations », in ROUDET Bernard (dir.), Des jeunes et des associations, Paris, L’Harmattan, coll. « Débats jeunesses », 1996, p. 254.

107 Le tremplin Music’Ado des JMF par exemple.

108 Marc Touché a pu étudier ce type de pratique de répétitions chez ces groupes qu’il nomme « les pavillonnaires », TOUCHÉ Marc, Connaissance de l’environnement sonore urbain. L’exemple des lieux de répétitions, rapport de recherche Criv-CNRS, 1994.

109 Quand le lieu n’est pas lui-même le point de rencontre ou de formation des musiciens.

110 Centre communal d’action sociale.

111 Qui regroupe Les Sables-d’Olonne, le Château-d’Olonne et Olonne-sur-Mer.

112 Conseiller principal d’éducation.

113 L’autre opportunité, le festival Music’ Ado des JMF ayant disparu en 1999.

114 Ces « clubs » associatifs ne doivent pas être confondus avec les « ateliers » musique, plus encadrés, dont la vocation est de préparer les élèves qui ont choisi la musique comme activité optionnelle au bac (et où les musiques amplifiées sont beaucoup moins présentes).

115 Un modèle qui rapproche de ce point de vue l’Éducation nationale des fédérations d’éducation populaire.

116 En Vendée, on peut citer à titre d’exemple la programmation estivale du service jeunesse A Que Calor à La Roche sur Yon, ou le concert du Foyer de jeunes de Béné, dans le canton de Maillezais.

117 Comme le festival Face et Si à Mouilleron-le-Captif, dans le canton de La Roche-sur-Yon Nord.

118 Ouest-France, jeudi 4 juin et Vendée Matin, vendredi 5 juin 2001.

119 BOISTARD Eric, « (R) évolution culturelle », Les Cahiers de l’Institut Kervégan, no 3, 2002, p. 29-30.

120 Le Fuzz’Yon, comme les autres salles Fédurok, cherche à développer un « projet culturel et artistique » et déclare, entre autres, se préoccuper « de maintenir l’exigence de l’indépendance artistique […] de réfléchir sur les problématiques artistiques de découverte, d’innovation, de création et de formation […] de construire une éthique professionnelle et de solidariser les équipes en charge de projets par la mise en œuvre d’outils de réflexion et d’action partagés », FEDUROK, document de Présentation générale de la Fédurok, 2003, p. 1.

121 Entre 1986 et 2001, le Zimut, repabtisé Fuzz’Yon fin 1988 a accueilli 854 groupes (comptage effectué d’après les archives des concerts détenues par le directeur).

122 « press-book ».

123 Notamment les radios du réseau national Férarock.

124 ION Jacques, 1996, op. cit., p. 60.

125 BENNET Andy, Cultures of Popular Music, Buckingham, Open University Press, 2001.

126 APPADURAI Arjun, 1999, op. cit.

127 Un autre concert d’Ond’de Choc, prévu le 12 mai 2001, dans une salle municipale du canton de Montaigu fut annulé entre autre parce que, d’après le maire « L’information du concert a été diffusée sur Internet alors que les organisateurs m’avait assuré limiter l’affluence à 300 personnes, capacité maximale de la salle », ECHASSERIAU Emmanuelle, « Le concert militant d’Ond’de Choc annulé par le maire de La Bruffière », Vendée Matin, 5 mai 2001.

128 Après le passage des Dogs lors du premier festival.

129 Un des musiciens est préparateur en pharmacie, un autre est agent de maîtrise dans un supermarché et le troisième est animateur dans un foyer de jeunes.

130 Pour Dominique M., le président de l’association, « À cette époque, il y avait plein de commerçants qui diffusaient RCL en musique d’ambiance dans leur magasin. Il fallait voir leur tête quand notre émission passait et que les enceintes des magasins crachaient du AC/DC ou du Iron Maiden en plein après-midi ».

131 C’est le cas de l’ancien président de la Horde qui se recyclait même comme promoteur local de concerts de variétés sur les villes de Niort et Cholet.

132 Dans son volume VIII, ce fanzine souligne bien l’ambivalence du monde du metal, entre commerce et do it yourself. Alors qu’il déclare dans son édito « supportez tous les groupes et toute la scène metal, surtout déplacez-vous aux concerts, sans cela il n’y aura plus rien », il admet également que « de plus en plus de groupes, lorsqu’ils deviennent connus, ne répondent plus aux interviews, ne voulant plus perdre de temps avec de petits fanzines », VRIGNAUD Boris, « Editorial », Prière d’un Soir, Issue VIII, 2003, p. 1.

133 De manière idéal-typique, on pourrait dire que le metal extrême se caractérise vocalement par des cris et des voix gutturales et musicalement par des tempos très rapides. Les paroles, radicales, portent vers l’absurde pour le grind, la souffrance intérieure et le gore pour le death et le satanisme pour le black.

134 On peut consulter le dossier « new metal », dans la revue XL, no 70, août 2000.

135 RENARD Roger, 1996, op. cit.

136 Porté par des groupes français comme Pierpoljak ou Tryo et les tournées nombreuses des groupes fondateurs du style en Europe depuis la fin des années 90.

137 Le 23 mai 2001, la quatrième édition attirait 20 000 personnes en extérieur, G. M., « La nuit ensoleillée du tablier », Ouest-France, 24 mai 2001.

138 Selon l’expression de Jojo, « rasta » de La Roche-sur-Yon que j’ai interrogé. Bassiste de plusieurs groupes reggae, il est musicien-intervenant au sein de maisons de quartiers et pour l’association Kori.

139 Religion monothéiste qui fait une lecture spécifique de l’ancien testament, CONSTANT Denis, Aux Sources du Reggae, Marseille, Parenthèses, 1982.

140 On a également pu voir un groupe de reggae chrétien aux Sables-d’Olonne au printemps 2001.

141 Un DJ vendéen avait baptisé à la fin des années 90 son projet « Chouans sound-system » mais devant les moqueries rencontrées par ses pairs, il a rapidement adopté un nom plus conforme à l’esthétique rasta.

142 Un groupe à Fontenay-le-Comte (Isla Familia) et un aux Sables-d’Olonne (L’essentiel Régiment) constituent les exceptions.

143 Comme l’ont montré de nombreuses études. Par exemple BAZIN Hugues, La Culture Hip hop, Paris, Desclee de Brouwer, 1995.

144 Angers, autour du possee le Bastion et du label Recordz Sysmix mais aussi Nantes, Rennes ou Cholet. Les acteurs parlent de « hip hop de l’West ».

145 Qu’on pourrait résumer par le titre de l’album de Salif, Tous ensemble, chacun pour soi, IV My People/WEA, 1999.

146 BETHUNE Christian, Le rap, Paris, Autrement, 1999.

147 Les collectifs vendéens de techno se produisent aussi à l’extérieur. Par exemple, durant le teknival de l’été 2000 réalisé en marge du festival Les Vieilles Charrues à Carhaix, un des sound-systems s’appelait les Vendéens.

148 La police et la « racaille », c’est-à-dire ceux qui sont là pour poser des problèmes (les dealers indésirables et ceux qui cherchent la bagarre…).

149 LE BART Christian, Les Fans des Beatles, Rennes, PUR, coll. « le lien social », 2000.

150 Il était ainsi troublant de voir que des groupes de ska-alternatif français comme Marousse (banlieue Nord de Paris) ou Marcel et son Orchestre (banlieue Lilloise), signés sur des labels indépendants français, remplissaient en 2001 salles et festivals partout en province alors qu’ils étaient absents des médias radios ou de la presse spécialisée. D’après le directeur artistique du label Wagram, qui a signé le groupe du Nord de la France Marcel et son Orchestre et que nous avons rencontré (7 janvier 2004), le groupe vend environ 30 000 exemplaires de ses albums et assure sa notoriété uniquement par les concerts. Lors de notre enquête, on a pu assister à un de leurs concerts, triomphal, lors du festival « Les feux de l’été » à Saint-Prouant, comme on a pu rencontrer Marousse (label Small Axe/Tripsichord) à la Verrie (canton de Mortagne). L’année 2001 voyait d’ailleurs les Caméléons (originaire des Essarts), un groupe vendéen de ska festif, acquérir le même succès national.

151 Échantillon représentatif des 244 groupes recensés en terme de style et de localisation géographique (244 groupes qui incluaient eux-mêmes près de 1 000 musiciens).

152 HEIN Fabien, 2004, op. cit., p. 225 ; DOUBLE-DUTHEIL Catherine, 1991, op. cit., p. 148 ; MAYOL Pierre, 1997, op. cit., p. 130.

153 Au sens de Dumazedier.

154 Pour la notion de rite de passage au sein des musiques amplifiées, GUIBERT Gérôme, « La trilogie chez The Cure ou l’œuvre noire comme rite de passage », in VANBREMEERSCH Marie-Caroline, PESSIN Alain (dir.), Les œuvres noires de l’art et de la littérature, Paris, L’Harmatthan, 2002, p. 279-298.

155 DOUBLE-DUTHEIL Catherine, 1991, op. cit., p. 149.

156 À partir des données Insee issues du recensement de 1999 concernant le département de la Vendée (www.insee-recensement.fr).

157 Phénomène particulièrement prégnant en Vendée où les plus de 25 ans qui prolongent leurs études sont très peu nombreux.

158 L’effet étant même atténué par le fait que la population hors musiciens compte des inactifs non scolarisés, ce qui n’est pas le cas de la population des musiciens (à l’exception d’un militaire).

159 Dont les effectifs permettent des résultats statistiquement significatifs.

160 DONNAT Olivier, 1997, op. cit.

161 En dehors du fait que le nombre de diplômés étaient moins nombreux il y a plus de dix ans, Catherine Dutheil, en comparant la structure relative des diplômes de son échantillon et la population nantaise de la même tranche d’âge, arrivait aux même résultats
Image 1000000000000336000000618851E241.jpg
DOUBLE-DUTHEIL Catherine, 1991, op. cit., p. 160.

162 L’hétérogénéité des chômeurs - notamment la part de RMIstes et d’individus ayant abandonné leurs études et/ou n’ayant jamais travaillé - ne nous a pas permis de les classer en fonction des PCS.

163 Catherine Doublé-Dutheil repère ainsi 16,7 % de fils d’ouvriers chez les musiciens nantais, la population témoin de l’Insee comptant 33,7 % d’ouvriers habitants la ville. DOUBLE-DUTHEIL Catherine, 1991, op. cit.

164 [plusieurs réponses possibles].

165 Pour A. Hennion, c’est de cette façon que de nombreux jazzmen (dont Charlie Parker) ont appris. HENNION Antoine, La passion musicale, une sociologie de la médiation, Paris, Métailié, 1993.

166 HEIN Fabien, Hard rock, Heavy Metal, Metal… Histoires, Cultures et Pratiquants, Clermont-Ferrand/Paris, Mélanie Séteun/Irma, 2003, p. 208.

167 AUTHELAIN Gérard, La formation des musiciens pour le développement de la pratique des musiques actuelles, Rapport pour le ministère de la Culture et de la Communication, 1997.

168 Ibid.

169 À Laval (Mayenne), une association nommée « Créazic » s’est justement montée au début des années 90 à côté de l’école de musique (à laquelle elle a d’ailleurs été intégrée en 2001), son but étant de « favoriser l’expression des individus ».

170 AUTHELIN Gérard, 1997, op. cit.

171 CHRETIENNOT Jean-Louis, « Y a-t-il un rocker dans la salle ? », CIR, Formations Rock, État des lieux, Paris, Cir, 1993, p. 18.

172 25 ans, diplômé bac, ouvrier, batteur dans un groupe punk-garage de Montaigu.

173 Seuls les Caméléons sont signés en contrat d’artiste sur un gros indépendant (Small axe, le label du distributeur Tripsichord).

174 Au moment de l’étude 507 heures dans les 12 derniers mois soit 43 cachets de 12 heures ou 64 cachets de 8 heures (ces derniers étant obtenus lorsque plusieurs dates consécutives sont réalisées chez le même employeur).

175 RIPON Romuald, Le poids économique des activités artistiques amateurs, Paris, DEP, 1996, p. 119.

176 On entend ici par contrat deux formes possibles de transaction. Un contrat de travail, qui fait de l’organisateur l’employeur, ou un contrat de vente qui permet à l’organisateur d’acheter un spectacle - en l’occurrence le concert du groupe - pour une soirée.

177 Ces problèmes peuvent être exceptionnellement évités, dans cadre du pôle « jeunesse et social », si l’association organisatrice est agréée par le ministère de l’Éducation nationale comme étant d’éducation et de culture populaire ou affiliée à une fédération elle-même agréée, auquel cas elle entre dans le cadre des services rendus sans but lucratif (loi du 24 mai 1954).

178 Les interviews récentes du groupe Bérurier Noir qui a réalisé plusieurs centaines de concerts entre 1983 et 1989 avant de stopper son activité puis de la reprendre en 2003 sont à cet égard éloquentes. « [Loran, guitariste des Bérurier Noir] Après quatorze ans […] Je reviens dans le circuit et je trouve ça hallucinant. (…) J’organise des petits trucs alternatifs dans la montagne et je me fais emmerder tout le temps. Avant, t’avais le numéro du groupe et tu organisais ton concert », BRUNNER Vincent, « Bérus vs Wampas. Combat rock », X-Rock, no 3, décembre 2003, p. 49.

179 JISKRA Fred, « Le musicien amateur en scène : point de vue », Sons en Cavale, fév.-mars 1999, p. 2.

180 Les cafés qui organisent des concerts sont par ailleurs de plus en plus nombreux à fonder une association distincte de leur entreprise et spécialisée dans l’organisation de concerts.

181 Elle doit en outre, posséder la licence d’entrepreneur du spectacle.

182 Pour le groupe qui cherche à jouer, pratiquer la musique hors sa salle de répétitions s’avère de plus en plus complexe. Les structures culturelles du secteur des musiques actuelles (comme Trempolino à Nantes, ou le Fuzz’Yon à La Roche-sur-Yon) proposent d’ailleurs, depuis quelques années, des formations administratives ou juridiques (« organiser un concert », « les contrats de la musique », « autoproduire son disque »…) afin de permettre aux musiciens débutants ou confirmés d’y voir plus clair face aux conventions existantes.

183 Avec les nouvelles règles de la forme d’emploi intermittente en vigueur depuis le 1er janvier 2001, les conditions nécessaires sont encore plus drastiques, puisque les fameux 43 cachets doivent être obtenus en huit mois et demi.

184 Il en va de même des enregistrements puisque, avec le développement de l’autoproduction, 67 % des groupes disposent d’un enregistrement multipistes réalisé avec au moins une table de mixage et 11 % ont déjà édité un disque.

185 Un enchaînement de compositions.

186 C’est-à-dire celui qu’entend le public à partir des enceintes de façade, qu’on oppose au son « retour », celui qu’entendent les musiciens.

187 Alors que le groupe réfléchira au spectacle, le même problème se posera avec la lumière, et l’opportunité de travailler avec un éclairagiste (ou technicien lumière) adviendra.

188 On peut voir à ce propos la notion de « bon concert » dans LUCAS Jean-Michel, « Du rock à l’œuvre », in MIGNON Patrick, HENNION Antoine (dir.), 1991, op. cit.

189 Signé chez Small Axe, label indépendant fondé par le distributeur indépendant en SARL Tripsichord, les Caméléons réalisent plus de 80 concerts dans l’année et disposent d’un tourneur nantais.

Notes de fin

1 Effectifs hors non réponses

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Principales agglomérations et infrastructures routières de la Vendée
Légende Source : Insee. Tableaux de l’économie – Vendée
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 2 - Répartition de la population vendéenne par canton
Légende Source : Insee, recensement de la population 1999
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Tableau 7 : Effectif et densité des grandes surfaces
Légende Source : DEcas, Insee, Points de vente, 1999
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 8 : Part des entreprises distributrices des 100 disques les plus diffusés en radio, année 2001
Légende Panel : Groupe Radio France, radios privées locales et réseaux nationauxSource : L’Année du disque 2001, op. cit., p. 141
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 9 : Les pôles de radiodiffusion de la FM en Vendée
Légende Source : Clemi Pays de la Loire
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Document 5 - Tournée Garou avec billetterie Auchan spectacles.
Légende Annonce pour la vente de places dans le catalogue gratuit Auchan distribué dans toutes les boîtes aux lettres pour Noël (nov. 2001).
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Document 6 - Concert punk-rock dans un foyer de jeunes « Familles rurales »
Légende Source ; Hebdo-Vendée, 17 mai 2001 (voir note 45). Chavagnes-les-Redoux se situe dans le canton de Pouzauges.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Carte 3 - Répartition des groupes de musiques amplifiées en Vendée
Légende Source : Enquête sur les groupes de musiques amplifiées en Vendée, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Carte 4 - Répartition des associations organisatrices de concerts par cantons
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Carte 5 - Répartition des Cafés concerts par canton
Légende Sources : Enquête départementale sur les structures de musiques amplifiées, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Document 7 - « Salle à faire »/« sale affaire » à Montaigu
Légende Source : Carte postale réalisée par le collectif de Montaigu en 2000 dans le cadre des manifestations pour l’obtention d’un lieu destiné au spectacle vivant ; distribuée notamment à l’occasion du passage du tour de France en juillet 2000.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Document 8 - Craoued distro. Liste de distribution discographique associative
Légende Est ici reproduit la première de couverture de la liste photocopiée de décembre 02 (parution irrégulière), constituée de 4 feuilles A3 recto verso pliées en deux. On remarque que, avant le début de la liste, deux concerts punk-hard-core organisés par le collectif de Montaigu, l’un dans un café, l’autre au foyer des jeunes, sont annoncés.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Document 9 - Affiche de l’association Archiculture
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte 6 - Part des moins de 20 ans dans la population vendéenne par canton
Légende Source : Insee, recensement 1999.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Document 10 - Groupe Craft (metallo-punk’n’roll, Montaigu)
Légende Photo G. Guibert, 21/06/01, La Roche-sur-Yon (Fuzz’Yon). Enquête Vendée 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Document 11 - Festival Les résistances à la bourre de l’association Ond’de Choc (Montaigu)
Légende Source : flyer photocopié « Les résistances à la bourre », festival organisé par l’association du collectif Ond’de Choc à la Bruffière (canton de Montaigu).
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Document 12 - Les retombées du Rock festival sur le développement du punk à Fontenay (1) : Festival « Against the system » Part I
Légende Source : Flyer du festival organisé par Sic (ouvrier, 25 ans et fan de punk) avec le partenariat de la Maison des jeunes des Moulins et le Blues Bar (qui accueillent les concerts) en mai 1999. Un bon exemple de la collaboration entre une structure du pôle « jeunesse et social », un café-concert et les militants d’un style.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Document 13 - Les retombées du Rock festival sur le développement du punk à Fontenay (2) : disque du groupe Yalateff sur le label punk nantais Dialektik records
Légende Source : pochette du 45 tours vinyle 17 cm « Stress arôme »
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Document 14 - Bikini Men (surf-punk de Fontenay-le-Comte)
Légende Source : photo qui m’a été donnée par le groupe. Si les Swindlers n’avaient, au moins à leurs débuts, pas de looks particuliers, les Bikini Men jouent en costume de scène avec des masques de catch…
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Document 15 - Pochette de la compilation surf-punk internationale du label Nasty but Fair avec un titre des Bikini Men
Légende Source : Pochette du vinyle 33 tours 17 cm More to Enjoy du label de Palaiseau Nasty but Fair (région parisienne), 2002.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Document 16 – Festival Karnage sauvage dans l’bocage de l’association La Horde
Légende Source : Flyer photocopié du festival Karnage dans l’Bokage à Montournais (canton de Pouzauges), septembre 2001.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Document 17 - Split 45 tours Viktims/Driller Killer sur le label metal extrême angevin Evil Biker
Légende Source : Pochette du vinyle 45 tours 17 cm Someone’s gonna die tonight, avec une face réservée au groupe vendéen Viktims. On remarque le sticker avec le logo vendéen et le slogan « limited vinyls in the colors from the Vendée » (le disque est rouge et blanc).
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Document 18 - Concert du groupe reggae Unity et du sound-system Madjeeck
Légende Source : Flyer photocopié de la maison de quartier Saint André.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Document 19 - Sound systems reggae/dancehall et imagerie rastafari
Légende Source : Flyers imprimés en couleur. La culture reggae-rastafari apparaît à la fois dans l’imagerie et le vocabulaire (Zion - la terre promise, Hailé Sélassié I - le guide).
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Document 20 - Festival Les Sens hip hop, la Roche sur Yon
Légende Source : Programme couleur imprimé 6 pages archivé au Fuzz’Yon.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Document 21 - Émission de radio « 100 % hip hop » sur la radio associative graffiti
Légende Source : Flyer photocopié donné par Moar à l’Embarcadero.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Document 22 - DJ Goodka (hip hop, electro-funk, Aizenay/La Roche-sur-Yon)
Légende Photo G. Guibert, 21/06/01, Les Halles, La Roche-sur-Yon. Enquête Vendée 2001.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Document 23 - Flyers pour des free-parties
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Source : Photocopies récupérées auprès de DJs techno. En plus de la date des soirées, on repère les caractéristiques spécifiques à la techno hard-core. Flyers en noir et blanc, mention du nom des collectifs présents, de la puissance sonore des sound-systems (en Kilowatts) et info-line pour trouver le point de rendez-vous.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Document 24 - Flyer pour une soirée techno à la discothèque le Snake (La Roche-sur-Yon)
Légende Source : Flyer disponible au Fuzz-Yon.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 16 : Population active et chômage par tranches d’âge chez les musiciens (hors non réponses)
Légende Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 17 : Population active et chômage par tranches d’âge en Vendée
Légende Département vendéen, Insee, recensement 1999
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 19 : Style du groupe et niveau d’étude des musiciens (pourcentage en ligne)
Légende Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 20 : Études en cours ou diplôme obtenu par tranche d’âge chez les musiciens vendéens (pourcentages en lignes)
Légende Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 21 : Études en cours ou diplôme obtenu par tranche d’âge en Vendée (pourcentages en ligne)
Légende Insee, Département de la Vendée, recensement 1999
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 23 : PCS des actifs vendéens par tranches d’âge (hors retraités)
Légende Insee, Département de la Vendée, recensement 1999
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 28 : Apprentissage de la guitare en fonction de quelques styles
Légende Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 30 : Part des concerts des groupes vendéens par type de lieux et part des groupes concernés par type de lieux au cours des 12 derniers mois d’activité
Légende Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 37 : Part des concerts des groupes vendéens ayant déjà joué par type de territoire, et part des groupes concernés par type de territoire
Légende Enquête départementale sur les groupes de musiques amplifiées, 2001
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/611/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Éditions Mélanie Seteun, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540