Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La production de la culture

 | 
Gérôme Guibert

Partie III. Normalisation et résistances aujourd’hui

Normalisation et résistances aujourd’hui

Testo integrale

« J’ai toujours conçu le groupe comme un plaisir et non comme un boulot, comme le moyen de s’exprimer et de toucher les gens. On n’a jamais conçu Ludwig von 88 comme un métier (même si à une certaine période on a vécu du groupe). Ambition ? Quand tu fais un groupe, il faut être ambitieux au niveau créatif. Mais ambitieux dans le sens carriériste, surtout pas ! Je vois pleins de groupes qui démarrent, qui sont bons d’ailleurs, mais qui parlent déjà de cachets, d’intermittence, de machins, de trucs… C’est très agréable de vivre de la musique mais ce ne doit pas être le but premier. Avant tout, le but est de faire de la musique. A partir du moment où tu t’éclates dans ce que tu fais, tu es effectivement prêt à faire plus de concessions… Si ça marche, tant mieux. Mais pour un qui marche, il y en a 500 qui se cassent les dents. Beaucoup sont aigris ensuite. Alors que s’ils ne s’étaient pas pris la tête au départ en se projetant dans le futur, du genre “on fait notre musique, on verra ce qui arrivera”, il y a plus de chances de durer. Hélas, tous les groupes ne fonctionnent pas comme ça. C’est dangereux. Pour eux. Pas pour le public ».
Karim de Ludwig von 88, Punk Rawk, été 2003

1La production des musiques amplifiées en France est aujourd’hui la résultante d’un double mouvement qui s’est construit dans le temps. Le premier, central, provient d’un système industriel du divertissement fortement capitalistique, détenteur d’outils efficaces permettant d’atteindre directement le consommateur et qui réalise des profits grâce à un nombre restreint d’artistes. Le second, périphérique et peu visible, regroupe un effectif prolifique d’acteurs investis dans la pratique de la musique. Il croît depuis quarante ans et prend corps au sein de scènes locales disséminées sur le territoire national, où sont polarisées initiatives individuelles et collectives.

2Jusqu’aux années 80, ces deux sphères antagonistes ont peu communiqué, si ce n’est par le filtrage restreint d’une poignée de groupes issus de l’underground et placés sous le feu des projecteurs du show-business, avant que le tournant des années 90 ne soit le témoin d’un triple changement. D’abord l’affirmation d’un réseau de production/distribution indépendante qui a permis une meilleure diffusion des groupes, ensuite l’investissement des politiques publiques en faveur des pratiques musicales amplifiées (dans le spectacle vivant principalement), qui les ont aidés d’une certaine manière à perdurer, enfin la modification des stratégies de l’industrie du disque qui, continuant la production de blockbusters a cherché à investir cet élan de créativité par une réorganisation de ses activités.

3Afin de comprendre comment s’articule aujourd’hui le système de la production des musiques amplifiées, on cherchera à analyser la manière dont les groupes peuvent passer des scènes locales à la « scène globale ».

4En partant d’une étude de terrain basée sur un département durant une année, on se donnera d’abord pour but d’analyser la façon dont les projets musicaux amplifiés émergent et se développent au sein de leur environnement (chap. 5). On pourra alors saisir le rôle des différents acteurs impliqués dans le fonctionnement des musiques amplifiées et notamment l’aspect important de l’action associative. Mais ce qui s’avère décisif pour l’activité des groupes ce sont les flux économiques en jeu, le rapport à la légalité qui détermine la forme d’emploi intermittente et, plus largement, le positionnement des musiciens en ce qui concerne l’avenir de leur projet collectif. C’est pourquoi on se penchera dans un dernier mouvement sur le rapport à la professionnalisation à partir d’un échantillon de 24 groupes issus de la région des Pays de la Loire (chap. 6). Une étude qui nous permettra de comprendre les choix décisionnels auxquels les groupes doivent faire face, choix qui révèlent l’équilibre fragile entre musiciens et collectifs et entre actions créatives et contraintes économiques.

© Éditions Mélanie Seteun, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540