Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 6-7


Texte intégral

1Considérer la techno dans son ensemble comme bruit par opposition à musique n’est pas l’intention de cet ouvrage. La musique est un bruit, le bruit est parfois musique, les deux notions s’attirent et se confondent depuis toujours, alors qu’on voudrait prudemment ordonner, séparer et classer. Le bruit n’est que la qualification subjective et traditionnellement péjorative du son. Bruit et son sont les deux faces d’une même réalité. La musique n’est bruyante que pour celui qui l’entend. On peut donner du bruit une définition objective et scientifique, mais lorsqu’il est question de musique, le bruit est une qualification subjective qui engage au moins autant celui qui la prononce que celui qui produit le son. Le grincement d’une porte, le ré d’un violon, le ressac de la mer et le grésillement d’un amplificateur électrique sont des matériaux musicaux également valables sur le plan esthétique, bien que l’opinion couramment répandue réserve cette capacité à un ensemble prédéterminé d’instruments.

Le bruit ne signifie pas uniquement sur le plan musical : il est fonction du goût individuel, du jugement de valeur ; opinions construites et déterminées par des facteurs débordant la sphère proprement artistique.

2La techno est une musique, donc un bruit. Elle est un bruit surtout dans sa capacité à échauder les oreilles des uns, enthousiasmer les autres, et, indépendamment de l’aspect esthétique, parce qu’elle perturbe directement l’ordre social. La rave, son principal lieu de diffusion, concentre en elle les principaux points conflictuels, en particulier celle qui est le sujet de cette étude : la rave gratuite — free party et teknival. Sources de conflit que sont consommation importante de drogue, insécurité des lieux, non-respect de la législation sur le droit d’auteur, sur les débits de boisson et la propriété privée, économie parallèle, nomadisme et marginalité. Ces pratiques incontrôlables, antisociales, irritantes pour les pouvoirs publics, sont, selon les points de vues, infimes ou généralisées, filles sont en tout cas définitivement associées au mouvement techno.

3Cette étude à caractère musicologique est une première approche du mouvement techno, jusque là très largement délaissé par cette discipline universitaire. Pour aborder le sujet, il est nécessaire de revenir au préalable sur la situation actuelle de la musique techno, dans la société française en particulier. La forte médiatisation du mouvement, les enjeux importants qu’il représente pour son public, les médias, les autorités et les entreprises commerciales font que tout le monde, directement concerné ou non, a une opinion formée à son sujet. Et dire qu’elles sont diverses est une lapalissade.

4L’histoire de la musique du xxe siècle a comme horizon le bruit, et c’est bien souvent aux points d’achoppement du bruit et de la musique que la création s’est concentrée. Il semble que la techno soit actuellement le principal lieu, en ternie de diffusion et de création, de cette ouverture des musiques non savantes au bruit. Les divers courants de la musique techno n’accordent pas tous la même place au bruit, et la musique diffusée dans les raves gratuites a bien d’autres caractéristiques, mais les remous qu’elle provoque dans la société, s’ils dépassent le cadre strictement musical, nous invitent à observer le phénomène par un de ses aspects le plus polysémique, aussi attirant qu’il peut être repoussant, novateur et destructeur, contenant en lui l’essence du mouvement, le bruit.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.