Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

Hors la loi, hors les murs…

p. 4-5


Texte intégral

1Si la notion de « temps réel » a naïvement germé dans les esprits modernes, puis fleuri avec plus ou moins de bonheur au cœur des laboratoires informatiques parisiens (durant ces trente dernières années), il est également à saluer le courage de ces jeunes chercheurs qui, vivant en parfaite osmose avec les heurs et malheurs de leurs contemporains passionnés, entendent, écoutent, comprennent et analysent à des fins d’ordre musicologique les multiples bruits symptomatiques de leurs environnements quotidiens.

2Questionnée par l’aura symbolique des « musiques nouvelles » et par la portée périphérique des « nouvelles cultures », cette quête d’essence universitaire se doit d’apporter, à l’aube du troisième millénaire, des lots de réponses avisées, car circonstanciées et lourdes de réminiscences. Même si certaines disciplines off, en marge de la norme scolastique (les règles et les codes de la sacro-sainte musique classique), se trouvent encore beaucoup trop en dehors de l’institution ancestrale, la « nouvelle musicologie » doit crucialement œuvrer pour que cette académie hors les murs obtienne une reconnaissance intérieure. Fière et honnête, célébrant les songes et les mensonges d’une histoire immédiate, elle porte en exorde la difficile mission de recueillir sur le terrain de la vie (et des folies humaines) des perles probantes de questionnements universels, d’enseignement et de recherche.

3Dans la présentation clairement pédagogique comme dans le contenu précis des idées, le livre « Bruyante techno, réflexion sur le son de la free party » qu’Emmanuel Grynszpan propose au grand public se situe — mutatis mutandis — dans la lignée des travaux de Schoenberg parlant de la Musique de film, des écrits de Zimmermann ou d’Adorno relatifs au Jazz, ou des jugements de Berio évoquant le monde du Rock... Au cours du siècle de la modernité, la recherche encyclopédique s’est ainsi enrichie de ces raisonnements façonnés à chaud, historiquement pertinents, et situés à la frontière de l’inédit disciplinaire. Tous confrontés au no man's land de l’antécédence, ces nouveaux matériaux audacieux ont apporté à l’édifice musicologique des pierres d’angle inédites sur lesquelles l’histoire de la musique du xxie siècle fondera sa méditation experte.

4Pionnier valeureux en matière de « musicologie de la Techno », l’auteur brosse ici un panorama saisissant de la genèse chaotique, de la situation actuelle mais aussi de la condition spécifique d’un genre populaire tentaculaire : la Techno. Fille véhémente du Rock et de la Dance Music, ce mode d’expression, qui a ravagé moults cœurs, a fait chavirer plusieurs âmes dans les nouveaux royaumes de la conscience, et au-delà. Alors, face à la vague déferlante qui caractérise sa réception et devant la dynamique de groupe enivrante qu’il suscite, une des questions de fond a résidé dans le germe existentiel du phénomène de saturabilité : « pourquoi la Techno-Hardcore est-elle si bruyante ? » s’est demandé avec sincérité Emmanuel Grynszpan.

5En tant que miroir non déformant de la société et parmi la palette multicolore des « musiques actuelles », la musique Techno n’a fait que répondre d’une manière monosémique, en clamant à tout rompre le bruit comme seul médium cathartique (voire comme seule âme salvatrice) d’un vieux monde largué, sali, détrôné, et bien qu’en voie de déconnexion, parfois encore aux aguets. Ainsi, à la lueur d’une étude autant sociologique qu’esthétique, renvoyant volontiers les propos de Descartes, Heidegger, Ricoeur, Deleuze ou Finkielkraut au langage peu châtié des DJs, ravers et autres adeptes de la free party ; Emmanuel Grynszpan a tenté d’élucider quelques définitions basiques portant autant sur les modes d’actions pratiques (amples renseignements au sujet des réseaux, des studios, glossaire des termes techniques, sélection bibliographique sectarisée) que sur les avatars de la diffusion mass-médiatique d’un tel genre frisant parfois les rives du scandale.

6De plus, pensé comme un kaléidoscope aux multiples colorations associatives et complémentaires (offrant une myriade de points d’analyse des divers matériaux souillés en présence ou présentant la carte des différentes étapes d’auscultation du son hybridé), l’ouvrage fait découvrir des pans entiers de réflexion portant sur l’histoire, la politique ou l’économie d’une culture parfois en marge des circuits officiels. De même, plurielles et originales sont les vues idéologique, ethnique ou inter-médiatique qui éclairent la phénoménologie technologique de cette pop music des années 1980-1990, lovée entre gestualité corporative et revendication sociale.

7Levant honnêtement quelques tabous bigarrés, et sachant surtout expliciter les tenants et les aboutissants d’un véritable art de masse à dominante bruitiste, l’auteur aborde très logiquement les thèmes de la conception, de la réception, de la promotion et de la consommation du produit sonore ouvré. De plus, en dehors de la problématique de la « starisation » et de la « grande diffusion » découlant des impulsions post-soixante-huitardes, se sont posées tout naturellement les questions ayant trait à la scansion répétitive du matériau brut et au plaisir de la souffrance physique. En analyste attentif du mouvement techno, Emmanuel Grynszpan nous montre in fine l’envers du décorum psycho-acoustique dépendant parfois d’une chorégraphie extra/introvertie de l’extase (in/ex situ), comme il nous fait visiter en direct les coulisses virtuelles d’une méga-fête de la « défonce » : une parade hors la loi (... du silence), une écoute hors les murs (... du son).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.