Version classiqueVersion mobile

Stand Down Margaret

 | 
Yasmine Carlet

Prologue

Texte intégral

11983. En passe de devenir l’un des plus grands groupes pop anglais, les Smiths intriguent les observateurs. Ces derniers s’interrogent sur la relation possible entre la culture britannique, profondément ancrée dans leurs compositions et dans les intonations de voix du chanteur Morrissey, et l'appropriation de l’identité nationale et blanche par le parti conservateur en exercice. Certains les qualifient de racistes, tandis que The Sun, quotidien populaire chantre de l’« anglicité » et proche du pouvoir, dénonce leur incitation à l’insurrection et à la perversion.

Dans son édition du 13 juin 1987, l’hebdomadaire New Musical Express ouvre ses pages centrales au programme et aux hommes du parti travailliste.

Le 11 juin 1988, au stade de Wembley à Londres, le concert en l’honneur de Nelson Mandela rend hommage au célèbre prisonnier politique et dénonce expressément l’Apartheid en Afrique du Sud, dont le régime trouve, dans le gouvernement britannique, un allié.

2Cette énumération hétéroclite, non-exhaustive, témoigne du contradictoire mariage entre la musique populaire, fréquemment érigée en symbole de superficialité, et la réalité du gouvernement d’un Etat.

Point commun entre ces trois faits : ils surviennent au cours d’une période majeure de l’histoire politique britannique, elle aussi riche en paradoxes. Margaret Thatcher occupe le poste de Premier Ministre de la Grande-Bretagne du 4 mai 1979 au 22 novembre 1990. « Dame de Fer » instigatrice à la fois d’un Etat fort et d’une économie de marché, elle exercera un pouvoir hégémonique mais néanmoins populiste et rencontrera dans son entreprise autant de support qu’elle soulèvera de résistances. Parmi ces dernières, celle d’une musique populaire muée en voix du mécontentement face à l’Angleterre thatchérienne.

3La chanson « Stand Down Margaret ! » (« désiste-toi Margaret ! ») est l’un des nombreux exemples de ce mouvement. Composée par le groupe The Beat, elle sera à plusieurs occasions interprétée par Billy Bragg et Elvis Costello, tel un hymne à la démission du Premier Ministre. Elle paraît illustrer avec adéquation l’engagement des artistes dits « pop » contre les gouvernements Thatcher successifs tout au long de la décennie.

© Éditions Mélanie Seteun, 2004

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search