Version classiqueVersion mobile

La Radio et ses publics

 | 
Hervé Glevarec
, 
Michel Pinet

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Glevarec H. et Pinet M., « France Culture. Une seconde radio pour les professions intellectuelles (...)

1L’analyse statistique menée à partir du Panel de Médiamétrie indique des formes de typicité et de régularité fortes de la pratique radiophonique à l’encontre d’une perception volatile des fréquentations radiophoniques. C’est davantage l’investissement radiophonique que la pratique, la durée que la ritualité, bref le degré d’intensité du lien à une radio qui va différencier les auditoires. Plus grosse est une radio (en nombre d’auditeurs), plus important est son cercle de fidèles, et cela de façon proportionnelle pour chaque radio. Plus une radio est grosse, plus elle a aussi des chances d’avoir un auditoire hétérogène, des auditeurs fréquents et des auditeurs ponctuels. Plus elle est petite, plus ses fans ont une place importante dans le volume horaire global de la radio, et moins ils sont représentatifs de la radio. C’est le cas de France Culture, dont on sait par ailleurs qu’elle est une radio secondaire pour la majorité de ses auditeurs1.

2La réflexion à partir des données de Médiamétrie confirme la règle d’hétérogénéité structurelle des publics des médias selon leur durée d’écoute, mais à trois remarques près : les faibles auditeurs et téléspectateurs ne sont plus d’aussi faibles consommateurs qu’avant (peut-on encore les appeler petits consommateurs ?) ; du fait de la fragmentation des auditoires radiophoniques, il n’y a bien une spécificité des niches (et non pas, comme l’analysait Michel Souchon dans les années 1980 et 1990, une sous-distribution du grand public) ; enfin, l’indifférenciation sociologique du grand public que constitueraient les gros auditeurs n’est plus ici vérifiée (ceux-ci sont populaires).

3Nous avons noté que les radios nationales françaises ont des profils d’usage que nous avons spécifiés comme la régularité des radios généralistes, la fréquence des radios musicales et l’intensité des petites radios. Ces modalités laissent conjecturer des places et des sens différents de chaque type de radio. Les radios généralistes, dont nous avons montré dans la précédente partie qu’elles confinent au mythe sociologique, face à la fragmentation de cet univers, ont tout des fonctions de structuration de la vie sociale, les radios musicales des fonctions de participation et les radios spécialisées des fonctions de liens.

  • 2 Ang I., Desperately Seeking the Audience, London, Routledge, 1991.
  • 3 Souchon M., « Les programmateurs et leurs représentations du public », Réseaux, 39, 1990b, p. 93-1 (...)

4Au moment de conclure ce parcours statistique portant sur l’audience radiophonique, revenons sur les objets sociologiques qu’il a laissés à la discussion : celui du grand public et de la fragmentation des publics en est un des plus centraux, Ien Ang a formulé de façon claire ce qu’elle considère être les deux paradigmes institutionnels et les deux discours professionnels sur l’audience, l’un de « l’audience comme marché », l’autre de « l’audience comme public », renvoyant respectivement au secteur commercial et au secteur public2. Catégorie du discours institutionnel et des professionnels de la télévision, l’audience se décline ainsi en un consommateur à satisfaire et un citoyen à servir. Ce sont là deux discours et deux guides de l’action : le discours à tendance populiste (refléter les goûts du public) et le discours à tendance élitiste (émanciper et guider le public), le régime de la cible et le régime du plus grand nombre. Les choses sont-elles ainsi ? Le paradoxe veut que les professionnels des médias qui manient les cibles sont aussi animés d’un objectif d’accroissement de leur audience (la puissance) et pour cela ne s’arrêtent pas à d’éventuelles cibles intangibles, sans pour autant viser le grand public. Quand Michel Souchon énumère les « règles de la programmation » d’une télévision généraliste comme TF1 dans les années 1980 (avant sa privatisation en 1987), son « horizontalité maximale de la grille », sa « compatibilité des publics des programmes voisins », le « règne du programme le moins contestable » et le refus de s’adresser à un « public spécifique » au profit de la prise en compte « des dominantes du public », il indique ce qu’il en est des représentations du public quand celui-ci est un grand public ou le public dominant, qui s’entend donc logiquement comme l’audience3.

  • 4 Bourdieu P., « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, 22/1, 1971a, p. 49-126, p. (...)

5Nous pouvons discuter des conséquences d’une telle structuration de l’audience radiophonique pour la théorie des champs de la culture tels qu’ils sont théorisés par P. Bourdieu. En 1971, Pierre Bourdieu disait de la visée du « champ de grande production » qu’elle était de produire des biens qui s’adressent « à une fraction particulière du public, c’est-à-dire telle ou telle catégorie statistique (les jeunes, les femmes, les amateurs de football, les collectionneurs de timbres, etc.) [et doivent] représenter une sorte de plus grand dénominateur social4 ». Peut-on s’adresser à une « fraction particulière du public » et en même temps chercher le « plus grand dénominateur social » ? L’objet des champs de grande production est évité par P. Bourdieu qui évoque la fragmentation tout en la rejetant au nom d’un grand public. Quel est en effet le public des industries culturelles ou du champ de grande production ? Des fractions particulières de public ou un grand public ? Opter pour les fractions de public c’est remettre en cause la théorie holiste des champs (un champ se définit par le fait que les producteurs s’y battent - par définition - pour un même enjeu commun et s’il y en a autant que de cibles, il n’y a plus de champ et, logiquement, de sous-champs). Opter pour le grand public oblige d’une part à démontrer que c’est ce type de public qui existe et qui est visé, ce qu’infirme notre analyse statistique, d’autre part à contrer la thèse de la différenciation sociale des consommateurs et des consommations que Bourdieu défend.

6Les données d’enquête de Médiamétrie nous amènent à une conclusion sur la structuration du monde radiophonique. Il y a d’un côté les radios qui travaillent à saisir des cibles, de l’autre des auditeurs qui écoutent plusieurs radios. Les déclarations des panélistes indiquent que l’articulation entre les deux n’est ni une fragmentation par radio (mais des auditeurs fans existent, on l’a vu), ni une transversalité des pratiques sur toutes les radios. Le champ de l’audience radiophonique n’est pas un grand public ou un public moyen, c’est une série d’auditoires relativement fragmentés et sécants. Pour se le représenter, l’image des anneaux olympiques, eux-mêmes doublés de cercles concentriques intérieurs, semble une bonne représentation : certains cercles sont sécants (à deux, à trois, etc.) et d’autres non sécants, comme les auditoires partagés qui ne forment pour autant jamais un grand public, d’autres cercles sont inclus au cercle extérieur, comme les auditoires de fans (ou les publics ?) de certaines radios le sont à l’auditoire global de la radio. Nous avons défendu dans la première partie l’idée que la durée d’enquête du Panel, à savoir trois semaines, constituait une épreuve suffisante à la discrimination sociologique des pratiques (même sur un an, des gens n’écoutent jamais France Culture ou NRJ, nous pensons pouvoir l’affirmer).

7Le recours à la classification hiérarchique permet de montrer qu’il y a cependant un profil dominant d’auditeurs (il représente les 2/3 de la population des auditeurs), mais il n’est pas hégémonique : s’il est sociologique (proximité des caractéristiques sociologiques de la classe des radios commerciales), il n’est pas strictement radiophonique (les duplications sont multiples). Bref, l’audience radiophonique est à la fois radiophoniquement fragmentée et structurée par un profil d’auditeurs dominant porté vers les radios musicales jeunes. Nous saisissons ICI un moment historique du monde de la radio en France qui voit se distinguer assez clairement les deux ensembles des radios musicales jeunes et des radios généralistes plus âgées. L’ancien duopole radios privées/radios publiques a laissé la place à un monde bipolaire, où les radios jeunes musicales se distinguent des radios âgées généralistes. L’âge et la génération sont les facteurs centraux de structuration de ce monde médiatique puisque la correspondance entre un âge et des ensembles de radios est la plus forte corrélation qui soit. Théoriquement, la conclusion porte à abandonner à propos des pratiques radiophoniques la notion de grand public - non démontrée statistiquement - au profit de celle de profil dominant, celle de dénominateur commun au profit de la fragmentation. C’est pourquoi l’analyse de l’audience radiophonique constitue un point de départ solide à une théorie nuancée des industries culturelles, à la conceptualisation du public des industries culturelles et à celle plus générale du champ de grande production que désignent les industries culturelles. Elle introduit une théorie plus juste de la fragmentation et de son analyse au niveau des producteurs, capable de rendre compte des formes de regroupements, de partages et d’interactions entre des ensembles de pratiquants se portant sur des biens très différents.

8Nous voudrions pour terminer revenir sur la question de l’offre radiophonique pour en discuter la causalité. Il est évident que l’accroissement de l’offre à partir des années 1980 est articulé à une fragmentation des auditoires. Qu’elle en soit la cause n’a cependant jamais été démontré à notre connaissance. Cette question qui appartient à la sociologie et non au discours ordinaire, les sociologues doivent la résoudre à propos de tous les objets sociaux et culturels : les répartitions, affinités, distributions qu’ils constatent sont-elles produites par les objets eux-mêmes ou le résultat d’une différenciation sociale qui ne trouve là qu’à s’exprimer ? Si la radio numérique accroît le nombre de radios disponibles pour un auditeur transformera-t-elle les usages, déjà segmentés et ordonnés ? Du point de vue statistique, le point aveugle de la base de données à partir de laquelle nous avons travaillé est l’absence - à titre individuel - des radios locales (pour désigner par ce terme l’ensemble des radios ne couvrant pas tout le territoire national) et de certaines radios quasi nationales (Le Mouv’, Rire & Chansons par exemple).

9Du coup, « la » radio, on l’a vu, est un média socialement polyphonique, parce qu’il y a des radios, alors que « la » télévision est populaire parce que, agrégée, « la » télévision recueille systématiquement des taux d’audience supérieurs de la part des catégories populaires. La sociologie attend toujours une analyse statistique fine de l’hypothèse de fragmentation interne des quelques grandes chaînes de télévision pour confirmer ou infirmer que derrière « la » chaîne de télévision ne se cache pas une fragmentation des auditoires en fonction des émissions, équivalente en son genre à la diffraction du champ radiophonique. Au niveau agrégé de l’enquête Panel (sous la forme de l’item « Total TV »), la télévision apparaît fréquentée quasi universellement. Mais qu’en est-il chaîne par chaîne et - surtout - émission par émission ? Qu’en est-il de ce nouveau niveau de fragmentation (alternatif en quelque sorte aux émissions) qu’est en train de construire la multiplication des chaînes disponibles pour un public de plus en plus grand (télévision numérique terrestre, mais aussi Internet et DVD) ?

  • 5 Glevarec H., E. Macé et E. Maigret (dir.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Colin, 2008.

10La réflexion à partir des donnés statistiques amène un second constat sociologique : le champ de l’audience radiophonique est fondamentalement structuré par l’âge. Or traditionnellement, l’audience des médias a été pensée comme un cas particulier de l’univers culturel, à savoir structuré par l’appartenance sociale ou le capital culturel. Le champ de l’audience radiophonique varie moins selon l’appartenance sociale que selon la position socioculturelle des individus. En effet, la radio est traversée par le tournant culturel qui introduit une variable sociohistorique de nature culturelle entre les individus et les objets culturels5.

Notes

1 Glevarec H. et Pinet M., « France Culture. Une seconde radio pour les professions intellectuelles et culturelles », Le mouvement social, 219-220, 2007, p. 115-129.

2 Ang I., Desperately Seeking the Audience, London, Routledge, 1991.

3 Souchon M., « Les programmateurs et leurs représentations du public », Réseaux, 39, 1990b, p. 93-108, p. 100-102.

4 Bourdieu P., « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, 22/1, 1971a, p. 49-126, p. 82-83

5 Glevarec H., E. Macé et E. Maigret (dir.), Cultural Studies. Anthologie, Paris, Colin, 2008.

© Éditions Mélanie Seteun, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search