Version classiqueVersion mobile

La Radio et ses publics

 | 
Hervé Glevarec
, 
Michel Pinet

Partie IV. Temps, lieux et futur de la radio

Chapitre IX. L’audience de la radio dans le contexte numérique : davantage de fragmentation ?

Texte intégral

  • 7 Gago L., « La radio du xxie siècle : à la rencontre d’Internet », Médiamorphoses, 23, 2008, p. 127- (...)

1Depuis le milieu des années 2000, l’environnement technologique, musical et social qui accompagnait jusqu’à maintenant la radio, et qu’elle avait contribué à façonner, change. Les trois principales transformations sont : le déploiement d’Internet comme espace de développement pour de nouveaux acteurs radiophoniques et musicaux et de nouvelles formes de consommation en direct et en différé (podcast) des radios existantes7 ; l’apparition des fichiers musicaux électroniques qui ont élargi les possibilités d’entrée dans et de consommation de la musique ; et, enfin, mais encore de façon prospective en France, la diffusion numérique de la radio dont un effet pourrait être d’accentuer davantage la fragmentation analysée dans cet ouvrage, en introduisant de nouvelles radios hertziennes. On pourrait ajouter à ces trois facteurs la nouveauté technique que va représenter la convergence vers des récepteurs mobiles (téléphone ou autre) d’une diffusion de contenus radiophoniques numériques via l’Internet sans fil (WiFi) ou la téléphonie mobile. Face à ces transformations – et à une baisse, modérée au regard de l’histoire de l’audience radiophonique, de l’audience des catégories jeunes-, les opérateurs radiophoniques ont réagi de manières très différentes.

  • 8 Binghozi P.-J. et Benhamou F., Longue traîne : levier numérique de la diversité culturelle ?, Paris (...)

2Deux grandes options, opposées, ont été retenues : une est l’option minimaliste de l’enrichissement du contenu via les sites Internet, à travers le podcast, les blogs, les commentaires, les informations sur les artistes et les contenus. C’est l’option prise par une grande majorité des radios hertziennes, à savoir de mettre à disposition leur contenu diffusé. France Culture peut être écoutée comme radio traditionnelle, le matin par exemple via un poste radio, ou comme programme à la carte via l’écoute en différé ou par téléchargement d’émissions. La seconde option est maximaliste. Elle correspond à la diversification, via la création de webradios spécialisées. Tandis que les radios de la première option considèrent « qu’internet est sans incidence sur l’écoute radio des plus jeunes », comme nous disait fin 2008 un responsable des études d’une radio musicale, que « les jeunes demandent des radios avec du contenu parlé, des radios généralistes », les radios de la seconde option font plus ou moins le pari de la longue traîne. Leurs webradios spécialisées viendraient se positionner et exploiter la zone dite de longue traîne de consommation de la radio, principe qui voudrait que collectivement les biens les moins consommés ont plus de consommateurs que les plus consommés d’entre eux8. Il suffirait alors d’offrir une diversité musicale aussi pertinente que possible afin de recueillir autant d’auditeurs que le ferait une offre unique très demandée.

3Skyrock est un cas unique par sa réussite, depuis un modèle radiophonique, sur le terrain des plateformes de blogs, les skyblogs. Mais sa plateforme Internet est maintenue distincte de la radio hertzienne et Skyrock n’offre pas une déclinaison Internet de webradios. Le refus de prendre l’option de l’occupation pluraliste d’Internet par des webradios musicalement très spécialisées vaut aussi pour Fun Radio et plus largement pour le groupe RTL. À l’inverse, le groupe NRJ a privilégié, lui, l’investissement sur des webradios segmentées pour chacune de ses antennes (NRJ, Nostalgie, Chérie FM), à partir de ses sites Internet. Il tente d’approcher le modèle maximaliste des bouquets de radios comme Goom Radio, fondée, elle, par d’anciens salariés de NRJ, qui voient dans Internet une révolution radiophonique semblable à celle de la libéralisation des ondes.

4Du point de vue de l’audience et de la réception, qu’en est-il et qu’en sera-t-il dans les années à venir ? D’une certaine façon, la logique que testent, voire dans laquelle s’engouffrent, les acteurs radiophoniques et musicaux d’Internet, ne fait que prendre le pli de la fragmentation des audiences (et des goûts) qui fait le fonds de notre analyse de l’audience radiophonique hertzienne à l’orée des années 2000. En effet, plateformes musicales comme Deezer ou LastFM, radios digitales comme Goom Radio ou Radionomy, tout autant que webradios des radios hertziennes existantes ayant pignon sur rue (NRJ par exemple), manifestent une segmentation des radios par genre ou une possibilité de personnalisation de listes d’écoute de flux (streaming).

5Quelles sont ensuite les transformations des usages, des liens et du statut de la radio que semble provoquer ce nouvel environnement que l’on désignera ici du terme large de numérique ? Appuyée sur nos précédents travaux, notre hypothèse est que le nouvel environnement numérique sous ses différentes manifestations bouscule la radio sur ses fonctions traditionnelles plutôt qu’il ne provoque la substitution d’un nouveau modèle à un autre, les webradios ou les radios numériques aux radios hertziennes par exemple. C’est en tant qu’elle est un dispositif que la radio est, selon nous, questionnée dans le nouvel environnement numérique.

L’incidence du numérique sur l’écoute de la radio hertzienne dans les années 2000

6En 2007, les données disponibles n’indiquaient pas de transfert massif de l’audience de la radio vers les nouveaux supports que représentent le streaming, l’écoute en différé, la télévision et le téléphone. Les taux d’audience des supports alternatifs sont très faibles et concernent prioritairement les catégories jeunes et supérieures (CSP+ dans le jargon publicitaire). Quand c’est le cas, les déplacements, mineurs, concernent l’écoute en direct via Internet et les tranches d’âge jeunes.

Tableau 46 : Taux d’audience de la radio des 13 ans et plus en 2007 hors écoute hertzienne

Tableau 46 : Taux d’audience de la radio des 13 ans et plus en 2007 hors écoute hertzienne

Source : Médiamétrie – Media in Life – janvier-février 2007, LD 0 h-24 h – taux de pénétration pratiquants.
Les taux d’écoute mesurés ici sont de surcroît à moduler par leur répartition avec l’écoute hertzienne puisque l’on a ici une mesure des supports d’écoute qui n’exclut pas leur coexistence sur la période (notamment l’écoute hertzienne).

7Les responsables des radios musicales affirment par ailleurs que la part des auditeurs d’une radio qui va sur son site Internet reste très faible. Ils tendent ainsi à en minimiser l’incidence. La prospective est ici hasardeuse puisque la situation contemporaine de fractionnement de l’offre sur les supports hertziens et Internet, ainsi que sur les récepteurs fixes et mobiles, est sans doute en voie de résorption dans le futur proche ou lointain (on peut imaginer un avenir où tous les flux, quelle que soit leur source, seront écoutables sur un même récepteur, mobile).

Des trois fonctions centrales et du nouveau statut de la radio musicale

  • 9 Glevarec H., La Culture de la chambre. Les préadolescents, les loisirs contemporains et leurs paren (...)

8Nous voudrions avancer l’hypothèse que le numérique, entendu au sens large des contenus et des modes de diffusion, vient concurrencer les radios musicales sur leurs trois principales fonctions que révèlent les enquêtes de réception de la radio et qui sont l’identification, la programmation et la nouveauté9. Nous retiendrons ici le cas des radios musicales jeunes qui nous semblent un cas exemplaire de l’articulation historique de ces trois fonctions. En effet, depuis l’année 1981 de libéralisation des ondes, les radios musicales jeunes ont réussi à articuler les trois pôles essentiels pour les jeunes que sont l’identification à un nous, la découverte musicale des nouveautés et la programmation d’un flux (ce que nous avons schématisé par un triangle de fonctions dans le graphique suivant). Elles offrent par exemple des styles de musique et des libres antennes pour les jeunes. Elles représentent jusqu’à maintenant un vecteur de nouveauté musicale. Et elles proposent un flux, un enchaînement qui satisfait a minima une partie des auditeurs jeunes.

Graphique 28 : L’incidence de l’environnement numérique sur les fonctions radiophoniques. Le concurrent : le media générationnel (webradio. blog...)

Graphique 28 : L’incidence de l’environnement numérique sur les fonctions radiophoniques. Le concurrent : le media générationnel (webradio. blog...)

9Dans le nouvel environnement numérique (Internet et fichiers électroniques), les fonctions de la radio musicale sont concurrencées :

  • sur la « fonction d’identification », par tout média générationnel susceptible de fournir un espace d’identification et de communauté. C’est le cas dès qu’un support offre un pôle d’identification comme une plateforme de blogs ou des webradios en adéquation avec une génération ou un sous-groupe qui s’y reconnaît ;

    • 10 Du Gay P., Hall S., Janes L, Mackay H. et Negus K. (dir.). Doing Cultural Studies : Story of the So (...)

    sur la « fonction de programmation », par toutes les possibilités de construction autonome et personnelle d’une liste de titres d’une part, et les possibilités de partage de listes entre internautes. Le fichier de musique électronique, MP3 notamment, et les baladeurs numériques représentent ici une nette accentuation des possibilités d’autonomisation et d’individualisation ouvertes anciennement par le walkman et la cassette audio10 ;

  • sur la « fonction de découverte », par toutes les sources d’information ou de mise en contact musicales hors de l’écoute radiophonique. Ici Internet représente dorénavant une source d’information et de découverte nouvelle en termes de spécialisation et de pluralisme des genres.

10Ainsi, les nouvelles radios numériques peuvent-elles chercher, elles-mêmes, à concurrencer la radio hertzienne traditionnelle sur les trois pôles à la fois, en offrant par exemple des radios ciblées, avant-gardistes et fortement identifiées (« segmentantes », disent les gens de radio). Les programmateurs de telles radios numériques, libérés des contraintes de quotas nationaux de genres musicaux, peuvent tenter de réduire le temps qui sépare l’apparition d’un titre et son succès, en surveillant les sites Internet spécialisés, étrangers notamment, d’une part, et en offrant la possibilité d’une radio à la carte, bâtie à partir de leur programmation, qui corresponde mieux aux goûts de l’auditeur, d’autre part.

  • 11 Glevarec H., « Musiques et médias en France : le regard sociologique », dans Dauncey H. et Le Guern(...)

11Nous faisons l’hypothèse que c’est ainsi le statut prescriptif précédent de la radio qui est remis en jeu, à savoir sa relation à ses auditeurs, dans le cadre numérique contemporain. Cette relation entre public et radio semble moins autoritaire que par le passé récent et change au profit d’un rééquilibrage entre les deux partenaires de l’interaction. La radio passerait d’une position d’autorité à une position de partenaire. La radio hertzienne tendrait à perdre un peu de sa position d’intercesseur, sinon de verrou du goût, et de robinet essentiel du champ musical11. Les opérateurs, quels que soient leurs choix stratégiques sur Internet, semblent s’entendre pour penser que, devenu moins captif, l’objet de diverses sollicitations et davantage cultivé, l’auditeur actuel est plus difficile à intéresser. La relation radio/auditeur quitterait le plan vertical de la prescription pour le plan horizontal de la coproduction et de l’interaction. Cette hypothèse n’est pas partagée par une partie des gens de radio. « Ça accroît au contraire notre pouvoir », me dit ainsi un responsable des études d’une radio jeune qui n’a pas opté pour les webradios segmentées sur son site Internet.

« Est-ce de la radio ? » D’une définition du média comme « dispositif » et de la proaction qu’offre Internet

  • 12 Glevarec H., France Culture à l’œuvre. Dynamique des professions et mise en forme radiophonique, Pa (...)
  • 13 Quel que soit son usage, en sociologie politique, en sciences de l’information et de la communicati (...)

12Du dispositif (médiatique ou autre), il n’y a qu’une seule définition serrée, celle d’être un système de places12. À quoi, il faut adjoindre 1. qu’un dispositif contient une adresse à un destinataire ; 2 ; qu’il est porté par un promoteur ; et enfin, 3. qu’il a une dimension prescriptive13. L’usage d’une définition du média comme dispositif permet de se guider dans l’univers, varié en formes et en formats, de la radio et des flux musicaux de l’environnement numérique. En fait, est radio ce qui contient un dispositif, à savoir construit une place à un auditeur, le vise d’une façon ou d’une autre, et ne l’est pas, ce qui au contraire représente une proaction de l’internaute (l’auditeur intervient lui-même). Il faut entendre ici le dispositif comme celui qui caractérise un format (une émission, une séquence audio, etc.) et non un site web dans son ensemble (qui est toujours un dispositif en tant que site tourné vers un dit internaute). Il est vrai qu’une telle définition de la radio et du média en général apparaîtra large à ceux qui, d’Arte Radio, par exemple, pourraient dire que pour eux ce n’est pas de la radio.

  • 14 Quéré L., Des miroirs équivoques, Paris, Aubier Montaigne, 1982.

13En effet, il semble bien que la radio jusqu’à maintenant suppose implicitement un critère institutionnel. La véritable radio serait alors quelque chose qui s’appuie sur un tiers symbolisant, à savoir fait fonction de médiation dans la démocratie’14d’une part, et s’organise en programmes d’autre part. Ce serait là la définition de la radio institutionnelle, dont le caractère serait la prétention à l’universalité des dispositifs de publicité et d’intéressement. Ces fonctions semblent moins évidemment naturelles dans le cas d’acteurs comme Arte Radio qui met à disposition des fichiers audio (montages sonores, journaux intimes, documentaires, poèmes...). Et pourtant, au regard de la définition du dispositif, les fichiers audio d’Arte Radio, comme les nomment ses responsables, incorporent bien une adresse à un auditeur internaute attendu pour les écouter.

14Le schéma suivant vise à distinguer à l’aide de la notion de dispositif plus haut défini les différentes formes de contenu musical que le numérique fait émerger. Il distingue analytiquement les offres qui contiennent un dispositif (un média) de celles qui n’en contiennent pas et sont des proactions, les sites d’écoute musicale (par exemple Deezer). Ainsi ce que provoque le numérique, c’est que le dispositif radiophonique n’est plus, par nécessité sociale et technique, coextensif à lui-même et à son écoute simultanée de part et d’autre. On peut dorénavant en agencer les éléments, à l’image des éléments sonores mis à disposition sur Arte Radio. Le numérique fragmente le lien temporel attaché précédemment au média.

  • 15 À cette nuance près, importante, que dans une radio numérique très spécialisée dans un genre musica (...)

15Nous avons situé les bouquets de radios Internet au pôle ancien du dispositif radiophonique parce qu’ils incorporent bien ce dispositif d’adresse à leurs publics. Bouquet de webradios diffusées depuis septembre 2008 sur Internet et déclinées à la date d’octobre 2008 en Just Hit, Crazy R&B, In the Club, Rock your Life, Explicit Content, Candy Station, Coldplay Station, Allociné, Pop Corn, VIP radio, 24 heures Chrono, Goom Radio offre une série de radios très spécialisées musicalement. Chacune de ses radios possède une horloge des titres, des publicités et est animée en différé (l’animation est enregistrée au moins un jour à l’avance) par des animateurs. Le modèle des radios hertziennes n’est pas loin, par l’architecture de la programmation musicale qui est conservée en termes d’horloge et de hiérarchie des titres15, et trouve à se signer dans la mise en place d’une libre antenne d’une heure en direct sur une des radios, Rock your Life en l’occurrence, en 2009. L’ambition des responsables de Goom Radio est d’être présent à terme sur la bande hertzienne numérique avec quelques-uns de leurs formats et donc de concurrencer les radios hertziennes historiques.

  • 16 Lefebvre T, La Bataille des radios libres. 1977-1981, Paris, Ina/Nouveau Monde, 2008

16Les webradios sont un champ à elles seules qui va du modèle radiophonique classique de la radio unitaire, La Grosse Radio par exemple, aux webradios de flux des sites de radios hertziennes traditionnelles, en passant par le modèle des webradios amateurs que les internautes peuvent élaborer eux-mêmes à partir de bases de données, à l’image de Radionomy. Dans ce cas précis, on trouve une idéologie libératoire proche de celle des radios libres16. Radionomy (qui équivaut selon ses concepteurs à « Radio + Autonomy »), site belge de bouquets de webradios, annonce sur son site :

  • 17 http://www.radionomy.eom/FR/Cust/Listen.aspx#/FR/a-propos/faq.aspx.

« Aujourd’hui, la bande FM bloque l’évolution du nombre de radios suite au nombre limité de fréquences d’émission. Le web fait sauter ce verrou et permet l’éclosion de radios très spécialisées par leur programmation musicale ou les séquences audio spécifiques qu’elles produisent. Le temps des radios "populaires", calibrées sur les préférences des femmes au foyer et destinées aux audiences les plus larges est révolu. Demain, chacun pourra écouter la musique qu’il préfère et le contenu pointu qui l’intéresse... Chacun pourra prendre la parole en toute liberté. Avec le monde comme audience potentielle17... ».

17Dans le champ de la proaction, les sites d’écoute de musique à la carte comme Deezer, LastFM ou iTunes proposent à la fois la possibilité de constituer des listes de titres et des radios spécialisées (nouvelle scène, jazz vocal, etc). Entre les deux, certaines de ces plateformes proposent le modèle nouveau de la liste musicale affinitaire proposée à partir des goûts initiaux de l’internaute. D’après notre schéma, la prétention à la radio des sites d’écoute de musique se voit dans toute proximité avec la ligne de séparation entre dispositif et proaction. C’est le cas ainsi des webradios qui ne sont que des flux musicaux mais qui, bien que sans animation, sont conçues, fabriquées par des programmateurs avec une intention de flux idéal.

18Le mouvement de fragmentation des audiences qui se donne à voir dans les années 2000 trouvera-t-il un prolongement dans la concurrence et la pluralisation introduite par la diffusion numérique à venir ? L’existence d’Internet et des supports électroniques effaceront-ils la radio institutionnelle au profit d’une radio à la carte ?

Graphique 29 : Dispositif radiophonique et proaction musicale

Graphique 29 : Dispositif radiophonique et proaction musicale

Notes

7 Gago L., « La radio du xxie siècle : à la rencontre d’Internet », Médiamorphoses, 23, 2008, p. 127-132

8 Binghozi P.-J. et Benhamou F., Longue traîne : levier numérique de la diversité culturelle ?, Paris, Culture Prospective, 2008, http://www.culture.gouv.fr/deps.

9 Glevarec H., La Culture de la chambre. Les préadolescents, les loisirs contemporains et leurs parents, Paris, La Documentation française, 2009.

10 Du Gay P., Hall S., Janes L, Mackay H. et Negus K. (dir.). Doing Cultural Studies : Story of the Sony Walkman, Sage, 1996.

11 Glevarec H., « Musiques et médias en France : le regard sociologique », dans Dauncey H. et Le Guern P. (dit), Stéréo. Sociologie comparée des musiques populaires : France/G.-B., Puceul/Paris, Mélanie Séteun/Irma, 2008, p. 123-140.

12 Glevarec H., France Culture à l’œuvre. Dynamique des professions et mise en forme radiophonique, Paris, CNRS Éditions, 2001b, p. 379-380.

13 Quel que soit son usage, en sociologie politique, en sciences de l’information et de la communication, en sociologie des médias, en filmologie, en arts plastiques ou en psychanalyse, un dispositif se définit comme un système de places. Tous les dispositifs ne sont pas des médias. Le dispositif est la catégorie générale dont le média est une déclinaison. Ce qui spécifie un média comme dispositif, c’est la « publicité » (i. e. la dimension d’espace public) qui le structure comme objectif et comme contrainte. Ajoutons qu’un dispositif est par définition formel. S’il n’était pas formel ou un système de places spécifiques, il serait un jeu de langage au sens que lui donne Wittgenstein ou une interaction cadrée au sens de Goffman. C’est pourquoi le média comme dispositif se décline en un dispositif d’intéressement (qui concerne la place faite à un tiers auditeur) et un dispositif de publicité (qui concerne la prise en compte du tiers de l’espace public). Ces deux tiers ne sont évidemment pas identiques, l’un est pragmatique, l’autre est moral ou politique. On peut se reporter ici à sa mise en évidence dans le passage à l’antenne dans un média (les deux « bonjours » de la radio par exemple) et à son usage dans la critique de l’analyse du travail journalistique conçu à l’aide de grammaires. Glevarec H. « Antenne et hors antenne à France Culture. Introduction de l’auditeur et formes d’engagement dans la parole », Réseaux, 77, 1996, p. 145-169 ; Glevarec H., « L’idéalisme des grammaires journalistiques, la confusion des positions et du niveau de la publicité et de l’intéressement en sociologie des médias », Réseaux, 105, 2001a, p. 268-279.

14 Quéré L., Des miroirs équivoques, Paris, Aubier Montaigne, 1982.

15 À cette nuance près, importante, que dans une radio numérique très spécialisée dans un genre musical, c’est le « mood » (l’ambiance, le ton) des morceaux qui les distinguent et non plus tant leur ancienneté relative comme dans les horloges des programmations musicales des radios hertziennes.

16 Lefebvre T, La Bataille des radios libres. 1977-1981, Paris, Ina/Nouveau Monde, 2008

17 http://www.radionomy.eom/FR/Cust/Listen.aspx#/FR/a-propos/faq.aspx.

Table des illustrations

Titre Tableau 46 : Taux d’audience de la radio des 13 ans et plus en 2007 hors écoute hertzienne
Légende Source : Médiamétrie – Media in Life – janvier-février 2007, LD 0 h-24 h – taux de pénétration pratiquants.Les taux d’écoute mesurés ici sont de surcroît à moduler par leur répartition avec l’écoute hertzienne puisque l’on a ici une mesure des supports d’écoute qui n’exclut pas leur coexistence sur la période (notamment l’écoute hertzienne).
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 28 : L’incidence de l’environnement numérique sur les fonctions radiophoniques. Le concurrent : le media générationnel (webradio. blog...)
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 29 : Dispositif radiophonique et proaction musicale
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Éditions Mélanie Seteun, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search