Version classiqueVersion mobile

La Radio et ses publics

 | 
Hervé Glevarec
, 
Michel Pinet

Partie III. La fin du « grand public » ou la segmentation des auditoires radiophoniques

Chapitre VI. La fragmentation des auditoires radiophoniques

Texte intégral

  • 13 Pasquier D., « Des audiences aux publics : le rôle de la sociabilité dans les pratiques culturelle (...)
  • 14 Donnat O. et Toula P, Le(s) Public(s) de la culture. Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

1La réflexion sur la réception tend à se polariser, nous l’avons dit, autour de ce qui différencie un public d’une audience, en somme à des degrés de consistance des engagements ; l’audience est renvoyée au comptage et à l’agrégat ; le public à la communauté et concomitamment aux usages que les individus font des contenus (sociabilité, expressivité...)13. Entre les deux, le continent gris ou noir des auditoires semble embarrassant : trop statistique, il est trop peu ethnographique et interprétatif. La sociologie doit-elle passer de l’audience qui, dit-elle, ne lui dit guère de choses en dehors d’une répartition des masses, au(x) public(s)14, dont la dimension herméneutique lui parle davantage, en faisant l’économie des auditoires ? Si l’audience est un agrégat d’auditeurs, le public un groupe qui se reconnaît comme tel, quel est le statut d’un auditoire ? Quelle est la différence entre une audience et un auditoire ? Peut-on désociologiser l’audience au nom de son manque de consistance ? Que peut-on demander à la mesure statistique ?

2L’auditoire est l’ensemble des auditeurs d’une station ou d’une émission saisis à travers ce jeu de langage qu’est un carnet d’écoute. Il faut ensuite analytiquement distinguer l’auditoire d’une radio (ici ses auditeurs sur 21 jours) – fait statistique qui semble s’imposer – des auditoires radiophoniques (ensembles d’auditeurs qui se ressemblent sous l’angle de leurs choix et de leurs pratiques) – êtres statistiques qu’il faut plus ou moins construire –, bref distinguer les auditeurs de NRJ et les auditeurs qui écoutent NRJ, Fun Radio, etc. Nous allons aborder dans un premier temps les auditoires radiophoniques.

  • 15 Dayan D. et Katζ E., La Télévision cérémonielle, Paris, PUF, 1996 ; Gitlin T, « Illusions de la tr (...)
  • 16 Dayan D., « Télévision, le presque public », Réseaux, 100, 2000, p. 427-456.
  • 17 Le Guern P. (dit), Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes. Rennes, PUR, 2002.
  • 18 Pasquier D., La Culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, MSH, 199 (...)
  • 19 Dayan D., « Télévision, le presque public », Réseaux, 100, 2000, p. 427-456.

3Il est vrai que toutes les données précédentes laissent entendre que le public routinier des programmes radiophoniques est assez différent du public du « voir avec », public exceptionnel ou « communauté éphémère15 ». Ceci dit, il y a une grande difficulté à la saisie d’un public. Il ne peut être identifié, écrit Daniel Dayan, à l’auditoire d’un moment (« public pour un jour » qui correspondrait davantage à l’audience)16. Il ne peut l’être non plus au point de vue d’un récepteur dessinant la communauté à laquelle il imagine participer puisque la superposition des points de vue individuels recueillis par un chercheur ne pourra jamais fonder un public réel, avec des frontières un tant soit peu caractérisables. L’enquête empirique n’est qu’un outil imparfait voire illusoire, nous dit D. Dayan, puisque c’est l’enquêteur qui va définir les limites de la « communauté d’interprétation », de façon plus ou moins artefactuelle. Le chercheur peut toutefois s’appuyer sur le recueil de données indiquant une conscience de soi du groupe d’auditeurs (être fans de, auditeurs de, amateurs de...) à travers l’autoproclamation (prises de parole, signes de reconnaissance, supports d’expression)17. Face à ces exigences, les données de Médiamétrie cèdent-elles alors complètement ? Y a-t-il constitution de publics par certains auditeurs de radio ? Ressemblent-ils à ceux des séries télévisées pour adolescents18 ? Le public radiophonique est-il un « presque public » comme celui de la télévision dont parle D. Dayan19 ?

  • 20 id.

4Notons ici que la recherche d’un public (défini par une certaine sociabilité, une performance, des valeurs partagées, une réflexivité) peut donner l’impression d’un long détour ramenant à des éléments d’une sociologie des pratiques culturelles connues. En effet, rien ne semble distinguer sociologiquement une consommation télévisuelle d’une consommation culturelle dès l’instant que l’on considère que « le public sert d’horizon à l’expérience du spectateur » et que « l’on ne peut être spectateur sans référence à un public20 ». Dans le modèle désormais classique de la sociologie distinctive des pratiques culturelles pratiquée par Bourdieu, avoir telle ou telle pratique culturelle n’a de sens que par rapport à un espace social (une identité sociale et culturelle partagée avec d’autres) qui en fait tout le suc (Bourdieu, 1979). Aller à l’opéra, c’est y aller en sachant que l’on y va avec d’autres qui y vont, avec lesquels on forme un public d’appartenance, fondée, aurait dit sans doute P. Bourdieu, sur une reconnaissance sociale, de classe :

  • 21 Bourdieu P, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, p. 158.

« Mais pour revenir aux variations des goûts selon les conditions sociales, écrivait Bourdieu, je n’apprendrai rien à personne en disant qu’on peut repérer aussi infailliblement la classe sociale d’appartenance ou si l’on veut la classe (il a de la classe) à partir des musiques préférées (ou, plus simplement, des chaînes de radio écoutées) qu’à partir des apéritifs consommés, Pernod, Martini ou whisky21. »

  • 22 Hennion A. et Maisonneuve S., Figures de l’amateur, Paris, La Documentation française, 2001.

5Pourtant ce qui va distinguer une « communauté imaginée » ou une « communauté d’interprétation » d’une classe, c’est que les deux premières ont un constituant réflexif {ce que n’introduit pas in fine l’analyse en termes de classes). Cette notion de réflexivité est celle qu’un auteur comme Antoine Hennion met au centre d’une sociologie de l’amateurisme au sens fort : celui qui aime et se met en condition d’aimer22. Le public ou l’amateur est une figure performative : il fait advenir son « être public » et son plaisir.

La segmentation des auditoires radiophoniques : le rôle pivot de NRJ et France Info

6En premier lieu, les données statistiques rappellent au réalisme sociologique des auditoires, sinon des préférences. Elles délimitent mécaniquement des frontières puisque la figure de l’archi-auditeur de 17 radios nationales sur 21 jours, si l’on exclut les locales de France Bleu réunies en une catégorie artificielle, n’existe pas, pas plus que son cousin sur 16, 15 radios..., la moyenne étant de 4,2 radios par auditeur. Dans un environnement médiatique contemporain dense, cela est-il un fait trivial ? Le trait majeur de l’audience radiophonique est la multipolarité de ses auditoires face à laquelle l’exclusivité (les auditeurs d’une seule radio) concerne 13,3 % des auditeurs.

7Hormis ceux de RTL et de France Bleu, les auditoires de radio exclusifs représentent individuellement moins de 1 % de la population. Face à eux, les 2 % d’auditeurs exclusifs de RTL sur 21 jours forment un ensemble exceptionnel et notable. Forment-ils un public ? Le tableau qui suit a été trié de façon à ordonner les radios selon le profil de leur auditoire, plus ou moins exclusif. Il offre ainsi une répartition des radios depuis le pôle de la polygamie jusqu’au pôle de la monogamie radiophonique.

  • 23 Dans la colonne de droite (nombre moyen de radios écoutées), la moyenne « auditeurs de toutes radi (...)

Tableau 32 : Répartition des auditoires selon le nombre de radios écoutées sur 21 jours23

Tableau 32 : Répartition des auditoires selon le nombre de radios écoutées sur 21 jours23

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs. Les chiffres les plus élevés en ligne ont été soulignés, les plus élevés en colonne mis en gras.

8Ici, ce qui semble expliquer le profil de labilité ou d’exclusivité des auditeurs de chaque radio n’est pas tant le format (musicales, généralistes...) que la taille des audiences cumulées globales de la radio. Les radios qui ont la part d’auditeurs exclusifs (ceux qui n’écoutent qu’une radio) la plus élevée sont aussi les radios qui ont, à l’exception de Sud Radio, un nombre d’auditeurs déclarés élevés. À l’inverse, une radio comme France Culture possède l’auditoire exclusif le plus petit et la dispersion la plus élevée, ce qui laisse supposer de surcroît qu’elle n’a représenté pour la très grande majorité de ceux qui l’ont écoutée qu’un contact faiblement constitué. Le cas de Sud Radio est particulier, car elle agrège sans doute des auditeurs exclusifs (en relation à un territoire) et des auditeurs dupliquants nombreux.

9La duplication des auditeurs sur plusieurs radios ou le partage des auditoires peut se lire de deux façons : dans un sens, en termes de distribution des auditeurs sur différentes radios, dans un autre, en termes d’exclusion entre auditoires. Sur une durée de trois semaines, quelles sont les exclusions entre auditoires radiophoniques ? Comment lister la fréquence des associations, des contiguïtés ou des exclusions entre radios sur 21 jours ? Quel est le seuil de co-fréquence des contacts avec différentes radios à partir duquel des auditoires feraient sens ?

  • 24 « La variété, au sein d’un journal, d’un film, d’un programme de radio, vise à satisfaire tous les (...)

10Qu’une part importante d’auditeurs écoutent plusieurs radios (comment décider du peu et du beaucoup en cette matière ?) ne veut pas dire qu’ils écoutent les mêmes, a fortiori si l’on ajoute aux 21 radios ici présentes toutes les radios qui constituent le véritable champ de l’offre radiophonique, à savoir le champ local. Multipolarité des auditoires ne veut pas dire ici grand public. La figure du grand public décrite par Edgar Morin dans les années 196024 n’est pas vérifiée, tant du point de vue statistique (la transversalité des auditoires représente la portion congrue) que du point de vue professionnel (la plupart des cibles des opérateurs ne visent pas le grand public). Le régime de culture de masse décrit par E. Morin comme visant un grand public semble au plus loin du paysage radiophonique actuel. Il y a là un enjeu quant à la représentation du monde radiophonique qui va, soit dans le sens d’un partage ou d’une transversalité des objets culturels, soit dans le sens d’une différenciation. Cette question exige naturellement de préciser de quel type de programme l’on parle. Ici notre objet est cette entité que constitue une radio en toute généralité. Autant dire que si l’idée d’un grand public peut se défendre, c’est au niveau des textes (contenu des radios) ; en ce qui concerne les auditoires, les publics sont relativement imperméables.

11Il semble qu’une bonne représentation spatiale des auditoires des radios soit, à l’image de l’emblème olympique, donnée par une série de cercles entrelacés. Les cercles des auditoires des radios sont tous sécants les uns aux autres sans qu’il existe pour autant un seul auditeur qu’ils auraient tous en commun. C’est pourquoi on ne peut donner de représentation graphique des véritables auditoires radiophoniques étant donné la multiplicité des associations radiophoniques possibles. Nous avons décidé de commencer au niveau des auditoires de trois radios et plus (au sens strict et davantage). Les auditeurs triples (ou davantage) permettent d’approcher l’organisation de l’audience radiophonique, c’est-à-dire d’approcher des auditoires réels. Notons que la construction de tableaux de partage des auditeurs est un artefact sociologique pour tous les individus qui écoutent davantage que deux ou trois radios. Dans les tableaux suivants, nous avons éliminé la catégorie « autres radios » puisqu’il s’agit là d’un « être monstrueux », agrégation de toutes les radios autres que celles, nationales, nommées ici.

12Il n’y a pas, a priori, dans la partie du tableau que nous avons retenue, d’auditoires partagés de trois radios qui ne soient représentés ; en effet, l’audience cumulée des petites radios contenues dans la catégorie « autres radios » exclue ici est d’un faible poids, à l’exception peut-être d’une radio comme Rire & Chansons absente de l’échantillon national des 17 radios nationales.

Tableau 33 : Auditoires radiophoniques de trois radios (et plus compris) (extrait haut du tableau)

Auditeurs de trois radios

6,4

NRJ * Fun Radio * Skyrock

5,4

NRJ * Fun Radio * Nostalgie

5,4

NRJ * Chérie FM * Nostalqie

5,2

NRJ * Fun Radio * Europe 2

5,0

NRJ * France Bleu * Nostalqie

4,9

NRJ * Chérie FM * Fun Radio

4,8

RTL * Nostalqie * NRJ

4,8

NRJ * Europe 2 * Nostalqie

4,7

NRJ * Skvrock * Chérie FM

4,7

France Info * France Inter * Europe 1

4,6

NRJ * Europe 2 * RTL 2

4,6

France Info * France Inter * France Musique

4,5

France Info * Europe 1 * RTL

4,3

NRJ * Nostalqie * RTL 2

4,3

NRJ * Nostalqie * Skvrock

4,3

NRJ * Chérie FM * Europe 2

4,2

NRJ * Chérie FM * RTL 2

4,2

NRJ * Europe 2 * Skvrock

4,2

NRJ * Europe 2 * France Info

4,1

RTL * Nostalqie * Europe 1

4,0

NRJ * Nostalqie * France Info

4,0

NRJ * Fun Radio * RTL 2

4,0

RTL * France Inter * Europe 1

3,9

NRJ * Fun Radio * France Bleu

3,9

France Info * France Inter * Nostalqie

3,9

NRJ * Nostalqie * RFM

3,9

NRJ * Skvrock * RTL 2

3,8

Skvrock * Fun Radio * Chérie FM

3,8

NRJ * RTL * RTL 2

3,7

NRJ * Europe 1 * Nostalqie

3,7

Europe 2 * Europe 1 * France Info

3,7

Europe 1 * Nostalqie * Chérie FM

3,6

France Inter * France Culture * France Info

3,6

RTL * France Info * France Inter

3,6

RTL * France Info * France Inter

3,6

France Info * France Inter * France Bleu

3,5

NRJ * Europe 2 * France Bleu

3,5

NRJ * France Info * Fun Radio

3,5

NRJ * RTL * Chérie FM

3,5

NRJ * RTL * Fun Radio

3,5

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : ensemble de la population.

13L’auditoire triple le plus important est celui que forment les auditeurs de Fun Radio, NRJ et Skyrock, il représente 6,4 % de la population. Deux ensembles caractérisent les auditoires radiophoniques triples : d’une part les auditoires de radios musicales jeunes où NRJ occupe aussi une place pivot, d’autre part les auditoires de radios généralistes ou d’information où France Info occupe une place pivot. NRJ et France Info ont une « centralité » forte en ce qui concerne ces deux ensembles de radios. Nous avons, enfin, dessiné deux séparations en pointillé : la première représente la première apparition d’une triplette comprenant une généraliste, RTL, la seconde trois radios généralistes.

14Le tableau qui suit représente les auditoires partagés de deux radios (et plus). Il donne à voir plusieurs choses : en premier lieu, l’auditoire « d’auditeurs double » le plus important est représenté par les auditeurs de NRJ et Nostalgie ; il représente 13,5 % de la population, soit environ 6 851 129 d’individus qui ont eu un contact avec ces deux chaînes sur 21 jours. L’auditoire partagé le plus petit est celui qu’ont en commun MFM et France Culture ; il représente 1,4 % de l’ensemble de la population des 11 ans et plus, soit 716 310 individus. Il s’agit là d’une première représentation des masses et des poids des auditoires partagés (sur deux radios). Elle indique que même le plus important des auditoires reste petit par rapport à la population globale et au regard de la double hypothèse d’abondance et d’accessibilité des radios en France. Si, d’une part, le nombre moyen de radios écoutées par les auditeurs est de 4,2 radios (cf. supra) et si, d’autre part, l’auditoire-double le plus important ne représente que 13,5 % de la population, c’est qu’il y a alors en face des auditeurs exclusifs d’une radio une forte balkanisation des auditoires partagés.

15En second lieu, ce tableau donne à voir la place conjonctive de la radio NRJ ; elle seule en effet participe de plusieurs auditoires double supérieurs ou proches de 10 % : avec Nostalgie, Fun Radio, Skyrock, Europe 2, Chérie FM, les locales de France Bleu, RTL et RTL 2 ; et elle reste, pour les autres radios, à l’exception de France Musique et France Culture, parmi les radios fortement partagées. Deux autres auditoires partagés atteignent 10 % d’auditeurs, il s’agit de celui d’Europe 1 en conjonction avec RTL et de celui de France Info en conjonction avec France Inter. Notons enfin que ces auditoires double sont loin d’être exclusifs les uns des autres, bien au contraire, puisque les radios qui les constituent font elles-mêmes partie des radios qui se partagent le plus d’auditeurs. Il y a, semble-t-il, une loi de répartition de l’audience radiophonique vers NRJ.

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP; champ : univers des 11 ans et plus. Base : ensemble de la population.
Lecture : 13,5 % de la population ont écouté Nostalgie et NRJ ou l’ensemble des auditeurs écoutant NRJ et Nostalgie représentent 13,5 % de la population. Ils peuvent n’être auditeurs que de ces deux radios ou bien auditeurs d’autres radios encore. Les pourcentages les plus élevés d’auditeurs dupliquants sur deux radios ont été surlignés en gras.

La spécificité des auditoires propres

16Il convient de compléter l’information sur les intersections d’auditoires de radios par une seconde, complémentaire, sur le partage des auditoires de chaque radio avec les autres. L’information ainsi fournie indique la position centrale ou périphérique d’une radio. Nous allons décliner dans la suite deux tableaux issus des mêmes données, qui chacun nous livrent des informations différentes ou complémentaires.

  • 25 Peut-on appliquer une analyse de réseau à nos données de contacts ? Nous n’avons pas ici des indiv (...)

17Il ne faut pas oublier que deux auditoires partagés différents ne sont pas exclusifs l’un de l’autre ; ils sont même sécants en partie. De plus, ils n’ont pas le même poids numérique en effectifs, par conséquent pas la même centralité dans l’auditoire radiophonique global25. Nous avons construit un tableau permettant de distinguer les radios qui ont des auditoires partagés supérieurs ou inférieurs à 50 % de leur auditoire global. On voit ainsi apparaître des rapports entre auditoires des radios. Deux profils de radios, à auditoire (propre) dominant ou dominé, et deux types de partages, équilibrés ou déséquilibrés se dessinent :

  • France Musique et France Culture sont des radios dont plusieurs auditoires sont partagés à plus de 50 % avec une ou d’autres radios : France Musique avec France Inter et France Info ; France Culture avec France Inter, France Info et Europe 1 ;
  • Skyrock, MFM, Fun Radio et Europe 2 partagent plus de 50 % de leurs auditeurs avec NRJ, RMC avec RTL ;
  • RTL 2, France Inter, Chérie FM, Nostalgie, RFM, Europe 1, France Info, France Bleu et NRJ forment un ensemble de radios qui partagent avec une ou deux radios entre 40 et 50 % de leurs auditeurs ;
  • RTL et Sud Radio sont les deux seules radios qui partagent moins de 40 % de leur auditoire global avec chacune des radios.

18En dehors de quelques radios, très antinomiques, Skyrock et France Musique par exemple, aucune radio n’a un auditoire véritablement incompatible avec un autre.

19Les données de partage d’auditeurs sont un premier indicateur de l’autonomie relative des auditoires propres de chaque radio. Pour en renforcer la compréhension contrôlée, il convient de regarder la répartition du temps d’écoute des auditeurs, c’est-à-dire passer de la composition des auditoires propres à l’investissement relatif sur chaque radio.

Tableau 35 : Partage des auditoires radiophoniques sur 21 jours

Tableau 35 : Partage des auditoires radiophoniques sur 21 jours

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs.
Lecture : France Musique partage 61,7 % de son auditoire avec France Inter
Légende : en gras : part des auditeurs qui écoutent une autre radio > 50 % ; en italique : part des auditeurs comprise entre 40 à 49,9 % ;
souligné : part des auditeurs comprise entre 30 à 39,9 %

  • 26 Dire qu’une radio est « principale pour son auditoire » ne signifie pas qu’elle le soit forcément (...)

20Du point de vue du temps d’écoute, une radio peut être « principale » ou « secondaire26 » par rapport aux autres radios selon qu’elle constitue ou non pour son auditoire sa première radio écoutée (auditoire constitué sur la base habituelle d’un contact au moins sur 21 jours). Appréciées à la répartition de leur temps d’écoute sur les différents postes, toutes les radios généralistes et musicales (y compris RTL 2, Europe 2 et RFM), sont principales pour leur auditoire. Seules trois radios sont secondaires et dérogent à la règle de spécificité des auditeurs : France Culture, France Musique et RMC. Ce sont des radios centrifuges pour leur auditoire. La pratique de chacune des autres est « principale » puisque ses pratiquants (dans leur ensemble) lui consacrent le temps d’écoute le plus long (cf. tableau suivant). Autrement dit, les auditoires propres des radios nationales, bien qu’ils soient partagés avec d’autres radios, sont spécifiques, à l’exception de trois d’entre elles. Cet indice de la force centrifuge ou centripète des différents auditoires radiophoniques en France est aussi une mesure qui redouble leur segmentation ; en effet, les auditoires de la majorité des radios consacrent la part la plus importante de leur temps d’écoute à cette radio. Bref, les auditeurs sont électifs de leur radio.

Tableau 36 : Répartition des temps d’écoute des auditeurs sur 21 jours

Tableau 36 : Répartition des temps d’écoute des auditeurs sur 21 jours

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs.
Part de l’écoute construite à partir du ¼ h. Lecture : sur 21 jours, le temps des auditeurs de Chérie FM se répartit en 19,7 % pour Chérie FM, 7,9 % pour Europe 1, etc.

Des auditeurs privilégiés aux auditeurs exclusifs

  • 27 Rappelons que le quart d’heure, dans la procédure Médiamétrie, est le pas de mesure minimum de l’a (...)

21Plusieurs degrés d’intensité ou d’exclusivité des contacts avec une radio peuvent être construits. La fidélité forte à une radio se mesurerait à l’exclusivité de sa présence pour un auditeur et au temps dominant qu’elle occupe par rapport aux autres choix. À partir d’une exigence de consistance minimale des auditoires, il est envisageable d’élever le critère de force d’un auditoire en ne retenant que les auditeurs ayant eu au minimum plus d’un quart d’heure d’écoute avec une radio sur 21 jours27. Il est tout aussi loisible aux chercheurs d’élever à deux, trois quarts d’heure le nombre de contacts minimums, de délimiter une période maximum de mesure du contact (2 jours consécutifs par ex.). Ceci revient à limiter momentanément un type d’écoute courte et ponctuelle, voire plus simplement un zapping. Quelle incidence sur les couples radiophoniques cette élévation à deux contacts minima a-t-elle ? On ne résout pas pour autant la question de savoir à partir de quelle décision (et de quelle nature) les individus notent leur contact sur le carnet d’écoute.

22Nous tenterons de mettre à l’épreuve l’idée qu’il y a deux niveaux à la saisie des publics de la radio : la consistance plus ou moins forte des pratiques d’écoute appréhendées grâce aux variables de fréquence et de durée de contacts d’une part, l’auto-proclamation comme « auditeurs de » via la variable d’habitudes d’écoute que recueille aussi l’enquête Panel, d’autre part.

Tableau 37 : Les degrés d’exclusivité de l’audience, des auditoires aux publics autodéclarés

Tableau 37 : Les degrés d’exclusivité de l’audience, des auditoires aux publics autodéclarés

23Pour mettre à l’épreuve le resserrement de l’exclusivité de l’audience, nous avons construit trois indicateurs progressifs de mesure de l’audience cumulée : 1. un critère de deux contacts minimaux sur 21 jours ; 2. un indicateur de radio privilégiée pour les radios qui obtiennent le nombre de quarts d’heure le plus élevé au sein de leur auditoire ; 3. un indicateur de radio exclusive (équivalant à audience cumulée des auditeurs qui n’écoutent que telle station). Le resserrement des critères d’exclusivité de l’écoute fonctionne comme une peau de chagrin. La radio privilégiée est la première radio en temps d’un auditeur. Ou, dit autrement, les auditeurs privilégiés d’une radio représentent ceux qui consacrent leur part de temps d’écoute la plus importante à cette radio. Pour certains, elle peut même représenter leur radio exclusive s’ils n’écoutent qu’elle sur 21 jours.

Tableau 38 : Auditoires cumulés, privilégiés et exclusifs sur 21 jours

Tableau 38 : Auditoires cumulés, privilégiés et exclusifs sur 21 jours
  • 28 Exemple de lecture : 21,9 % des Français sont auditeurs de Chérie FM (i. e. ont écouté Chérie FM a (...)

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Bases : ensemble de la population pour les audiences cumulées et auditeurs respectifs pour les durées d’écoute28. Effectifs de panélistes <10 entre crochets. (*) en cas d’ex aequo, la radio première dans l’ordre alphabétique a été privilégiée. L’effectif d’auditeurs qui indiquent un nombre ex aequo de deux radios est de 74 et ceux de davantage est de 11, sur 9523 panélistes.

24L’audience cumulée mesurée à deux contacts minimum s’écarte de l’audience cumulée totale dans une fourchette qui va, selon les radios, du demi-point à deux points d’audience cumulée, soit d’environ 500 000 à 1 500 000 personnes (qui sont en quelque sorte les zappeurs sur cette période). Pour autant, l’élévation à deux quarts d’heure ne modifie pas aussi grandement l’audience cumulée des radios qu’une hypothèse haute de zapping ponctuel aurait pu amener à le penser, qui aurait fait chuter certaines radios davantage que d’autres par exemple. Le test statistique d’élévation à deux contacts n’est pas probant dans ses effets. Là encore, les zappeurs sont proportionnels à l’audience des radios.

25On note que plus une radio a une audience élevée, plus elle a de chances d’avoir en son sein un noyau consistant d’auditeurs privilégiés et exclusifs. Ainsi, l’audience des radios est-elle concentrique puisque les auditoires privilégiés et exclusifs sont proportionnels aux auditoires sur 21 jours (en moyenne deux auditeurs sur dix et trois auditeurs sur cent). Ainsi, il n’y a pas, pour chaque radio, d’un côté des auditeurs polygames et, de l’autre, des auditoires spécifiques puisque l’auditoire des petites radios n’a quasiment pas d’auditeurs exclusifs. La meilleure représentation graphique des auditoires des radios est une série de systèmes planétaires dont la taille du soleil (le noyau d’auditeurs exclusifs) est proportionnelle aux circonvolutions des planètes (l’ensemble de ses autres auditeurs) qui l’entourent. RTL demeure la radio dont les auditeurs privilégiés et exclusifs sont de loin les plus nombreux.

26Quel est le degré de fidélité à la radio que chaque auditeur privilégié place en premier dans son temps d’écoute sur trois semaines ? Ou, formulé statistiquement, quelle part de son temps d’écoute un auditeur consacre-t-il à sa première radio ? Les radios diffèrent-elles par la fidélité de ceux qui les placent en premier ? Y a-t-il des radios qui soient toujours dominées en temps d’écoute, même chez leurs plus fidèles auditeurs ? Pour cela, nous avons complété l’indicateur de radio privilégiée (l’audience cumulée de la radio pour les auditeurs dont elle représente le temps d’écoute le plus élevé) par la part du temps qui lui est consacrée. La place qu’occupe la radio privilégiée par chaque auditeur est ainsi évaluée à l’aune du temps d’écoute qu’elle recueille.

Tableau 39 : Auditoires privilégiés et part du temps de l’écoute

Sur 100 individus

sont auditeurs privilégiés (soit la radio obtenant le nombre de quarts d’heure le plus élevé *)

consacrent X % de leur temps global d’écoute à cette radio privilégiée (*)

RTL

11,2

75,2

France Bleu

5,3

74,7

Sud Radio

0,7

73,7

France Inter

8,5

72,7

Skyrock

4,4

70,4

NRJ

8,9

69,5

Europe 1

8,0

69,1

Nostalgie

5,9

69,0

Fun Radio

4,5

69,0

RFM

2,9

68,0

Chérie FM

4,5

67,8

Europe 2

2,9

67,6

RMC

1,4

66,7

MFM

1,3

66,6

RTL 2

3,3

66,1

France Culture

0,4

65,8

France Info

4,8

64,3

France Musique

1,0

60,5

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : ensemble de la population.
(*) En cas d’ex aequo, la radio première dans l’ordre alphabétique a été privilégiée.

27Ce tableau, très frappant, indique que l’auditoire privilégié de chaque radio lui consacre entre 60,5 % et 75,2 % de son temps d’écoute. Autrement dit, l’auditoire privilégié de n’importe quelle radio est très électif de sa radio. Il y a une polarisation des auditoires privilégiés. La part du temps d’écoute laisse entrevoir de nouveau une corrélation positive entre taille des auditoires privilégiés et part du temps consacré à la radio. Cette information vient utilement préciser le sens de la pluralité (duplications, triplications...) des radios déclarées par un auditeur. Cette analyse doit être rapportée à la taille de cet auditoire privilégié. RTL est la seule radio à cumuler une fois encore effectifs et force centrifuge élevés de ses auditeurs (28,8 % de cumulés, 11,2 % de privilégiés et 2 % d’exclusifs). France Info accuse un fort décalage entre son auditoire cumulé (24,9 %) et son auditoire privilégié (4,8 %).

Les habitudes d’écoute : le public en pointillés

  • 29 Ambroise J.-C. et Le Bart C., Les Fans des Beatles. Sociologie d’une passion, Rennes, PUR, 2000 ; (...)
  • 30 Dayan D., « Télévision, le presque public », Réseaux, 100, 2000, p. 427-456.

28L’essentiel des auditoires privilégiés et spécifiques forme des auditoires numériquement maigres. Forment-ils des publics ? Si le plus objectivé et discursif des publics est le public de fans, ceux de la série Le Prisonnier ou de la musique des Beatles29, le moins objectivé la « communauté d’interprétation » (les jeunes téléspectatrices ou les étudiants de Sciences politiques d’Hélène et les garçons, les étudiants téléspectateurs de Friends), où peuvent bien se situer des auditoires cumulés, spécifiques, privilégiés ou exclusifs d’une enquête ? S’ils forment des publics, ce sont des « presque publics » au sens de D. Dayan30. Doit-on parler en ces termes des auditoires privilégiés et exclusifs de RTL, caractérisés par l’intensité des liens et par leur poids numérique ?

29L’enquête Panel de Médiamétrie recueille auprès des panélistes une « déclaration d’habitudes d’écoute ». Pour une radio donnée et pour chacune des neuf tranches horaires (balayant les 24 heures d’une journée), les panélistes devaient déclarer un niveau d’habitude d’écoute sur une échelle de cinq (tous les jours, presque tous les jours, 1 ou 2 fois par semaine, moins souvent et jamais), et cela pour la période lundi-vendredi d’abord, le samedi ensuite et le dimanche enfin. Les habitudes d’écoute permettent de dessiner des ensembles d’auditeurs quelque part entre les auditoires et les publics. Il est difficile a priori de savoir sur la ligne qui va d’une auto-description de son écoute (ce que saisit le carnet d’écoute de l’enquête Panel) à une identification comme « auditeur de » (qui serait une déclaration de la sorte : « Je suis un auditeur de RTL »).

Tableau 40 : Déclarations d’habitudes d’écoute des individus selon les radios

Tableau 40 : Déclarations d’habitudes d’écoute des individus selon les radios

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; habitudes d’écoute du lundi-vendredi, samedi et dimanche ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : ensemble de la population. Les chiffres en gras représentent la valeur la plus élevée parmi les quatre modalités positives d’habitudes d’écoute.

30Le trait marquant est ici la cohérence des « déclarations d’habitude » avec les données de contact. Dans leurs grandes lignes, les habitudes d’écoute structurent le champ des pratiques de façon identique aux indications d’écoute (contacts). Le tableau ci-dessus distingue à la fois les radios entre elles et indique la structure des habitudes. Au sein des habitudes positives d’écoute, l’ordre des radios n’est guère changé par rapport aux auditoires cumulés des radios.

31Dans le but de construire une variable de déclarations d’habitudes d’écoute qui soit unifiée et unique, nous avons sommé les quatre valeurs de base de la variable disponible (tous les jours ou presque, presque tous les jours, 1 ou 2 fois par semaine et moins souvent). Nous avons retenu comme caractérisant les habitudes d’écoute d’une radio par une personne le niveau de déclaration le plus élevé rencontré. La variable ci-dessous agrège donc des intensités variables de déclarations d’habitudes d’écoute.

  • * toutes habitudes agrégées : valeurs égales ou supérieures à la déclaration « moins souvent ».

Tableau 41 : Déclarations d’habitudes d’écoute des individus*

Sur 100 individus

se déclarent auditeurs de

Ensemble des radios

96,4

NRJ

36,5

Nostalgie

33,2

France Info

29,4

RTL

29,0

Europe 1

25,8

Fun Radio

25,8

Europe 2

23,3

France Inter

22,9

France Bleu

22,7

Chérie FM

21,9

Skyrock

20,4

RFM

16,5

RTL 2

16,5

Rire & Chansons

15,5

France Musique

10,2

France Culture

8,4

RMC

8,4

MFM

5,9

Sud Radio

4,5

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; habitudes d’écoute du lundi-vendredi, samedi et dimanche ; champ : univers des 11 ans et plus. Base : ensemble de la population.
NB : (*) valeurs égales ou supérieures à la déclaration « moins souvent ».

32D’après le tableau ci-dessus, un tiers de la population se considère comme auditeurs de NRJ, Nostalgie, France Info ou de RTL. Les petites radios, France Musique, France Culture, RMC, MFM et Sud Radio ont entre 10 % et 4,5 % d’habitués (si l’on s’autorise cette qualification).

33Quel est, enfin, le rapport entre « être auditeur » par le contact que l’on indique dans le carnet durant les 21 jours du Panel et se « déclarer auditeur » à travers la question fermée d’autodéclaration ? Le tableau suivant met en relation la déclaration comme auditeur d’une radio et le contact effectif avec cette radio durant trois semaines.

  • toutes habitudes agrégées : valeurs égales ou supérieures à la déclaration « moins souvent ».

Tableau 42 : Déclaration d’habitudes d’écoute des individus selon les contacts effectifs

Tableau 42 : Déclaration d’habitudes d’écoute des individus selon les contacts effectifs†

Source Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; habitudes d’écoute du lundi-vendredi, samedi et dimanche ; champ : univers des 11 ans et plus. Base ensemble de la population.

  • 31 Nous renvoyons en annexe VII le tableau sociodémographique des « déclarations d’habitudes d’écoute (...)

34La propension à la surdéclaration est plus forte que la propension à la sous-déclaration. Notons aussi que l’écart entre « autodéclarations d’habitude » et « inscription des contacts », entre habitudes et audience cumulée, s’accroît dans le sens de la dissonance déclarative à mesure que l’on va vers les petites radios ou les radios régionales. Ainsi, y a-t-il décalage net entre contact effectif et déclarations d’habitude pour les trois radios de service public, France Musique, France Culture et France Bleue et Sud Radio. La moitié des auditeurs de France Culture qui se déclarent tels ne l’ont pas indiqué comme contact sur les trois semaines de l’enquête : surévaluation d’une pratique ou durée trop courte de l’enquête31 ?

35Résumons les différentes étapes de notre cheminement dans ce chapitre sur la fragmentation des auditoires radiophoniques :

  • les auditeurs écoutent en moyenne 4,2 radios sur 21 jours, ce qui est sans doute plutôt peu que beaucoup au regard de l’offre radiophonique. L’idée d’auditoires transversaux est donc limitée. Les auditoires de chaque radio sont multipolaires ;
  • les auditoires de trois radios (strictement ou davantage) dessinent deux ensembles – les radios jeunes et musicales et les radios généralistes et d’information – et deux radios-pivot – NRJ et France Info. Le plus important des auditoires triples (au sens strict et davantage) représente 6,4 % (il s’agit de NRJ, Fun Radio et Skyrock) ;
  • l’auditoire de deux radios le plus important représente 13,5 % (NRJ et Nostalgie) ;
  • les auditoires propres de chaque radio sont partagés et spécifiques, à l’exception de France Culture, France Musique et RFM, c’est-à-dire que, bien que partagés ils ne sont jamais dominés par une autre radio en termes de durée d’écoute ;
  • chaque radio a cependant un auditoire privilégié (ceux qui l’écoutent en première position) et exclusif (ceux qui n’écoutent qu’elle) au sein de son audience cumulée. En règle générale, ils sont proportionnels à cette dernière ;
  • l’auditoire privilégié d’une radio est très électif de sa radio.

36Tout ceci débouche sur une représentation segmentée et hétérogène des auditoires en regard de laquelle les partages et les transversalités d’écoute restent multiples, structurés en deux ensembles autour de quelques radios musicales d’une part, et des radios généralistes et d’information d’autre part. Numériquement, tout porte à mettre l’accent sur les auditoires des radios (qui varient de 10 %, si l’on exclut Sud Radio, à 33,1 %) plutôt que sur les auditoires radiophoniques (qui vont de 1,4 % à 13,5 %, auditoire « double » le plus petit et auditoire le plus grand). D’un côté, il y a un éclatement des auditoires propres à chaque radio (par exemple aucune antenne ne recueille sur 21 jours plus de 50 % des enquêtés), de l’autre une multipolarité des auditoires. Tout se passe comme si les données déclaratives montraient d’un côté des auditeurs très affiliés à une radio et d’un autre des auditeurs adeptes de plusieurs stations.

37Nous sommes à un moment historique du champ de la radio en France qui voit se distinguer assez clairement et fortement les deux ensembles des radios musicales jeunes et des radios généralistes plus âgées. Le champ de la radio, ce n’est ni un emboîtement de poupées russes (un auditoire s’incluant dans toujours plus grand que lui), ni non plus la géographie des territoires des Balkans (chaque radio exclusif d’un autre) ; mais une sorte d’emblème olympique structurée par deux pôles, musical et généraliste, les plus éloignés l’un de l’autre, dont chaque cercle possède lui-même un cercle inscrit d’auditeurs exclusifs.

Notes

13 Pasquier D., « Des audiences aux publics : le rôle de la sociabilité dans les pratiques culturelles », dans Donnat O. et Toula P. (dir.), Le(s) Public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 109-116.

14 Donnat O. et Toula P, Le(s) Public(s) de la culture. Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

15 Dayan D. et Katζ E., La Télévision cérémonielle, Paris, PUF, 1996 ; Gitlin T, « Illusions de la transparence, ambiguïtés de l’information. Remarques sur la mondialisation des communautés éphémères », Réseaux. 76, 1996, p. 111-122.

16 Dayan D., « Télévision, le presque public », Réseaux, 100, 2000, p. 427-456.

17 Le Guern P. (dit), Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes. Rennes, PUR, 2002.

18 Pasquier D., La Culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, MSH, 1999.

19 Dayan D., « Télévision, le presque public », Réseaux, 100, 2000, p. 427-456.

20 id.

21 Bourdieu P, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, p. 158.

22 Hennion A. et Maisonneuve S., Figures de l’amateur, Paris, La Documentation française, 2001.

23 Dans la colonne de droite (nombre moyen de radios écoutées), la moyenne « auditeurs de toutes radios » (première ligne) est inférieure au score obtenu pour les auditeurs de chaque radio prise individuellement par le simple effet logique du comptage des auditoires par « contact » qui, par définition, ne produit pas une partition de la population globale, mais des ensembles opérant de larges recoupements. De surcroît, les « multi-auditeurs », qui interviennent nécessairement pour la moyenne de plusieurs radios, qu’ils accroissent, y constituent un pourcentage plus grand que dans l’auditoire global (où par définition ils n’interviennent qu’une fois). La situation au premier regard contre-intuitive est ainsi expliquée.

24 « La variété, au sein d’un journal, d’un film, d’un programme de radio, vise à satisfaire tous les intérêts et les goûts, de façon à obtenir la consommation maxima ». Morin E„ L’Esprit du temps, Paris, Grasset/Le Livre de poche, 1962, p. 38.

25 Peut-on appliquer une analyse de réseau à nos données de contacts ? Nous n’avons pas ici des individus en contact les uns avec les autres, mais avec des radios. Il faudrait transformer un contact avec des radios en contacts entre les radios. Cela transformerait les liens consécutifs d’un auditeur à ses radios en partages d’auditeurs discrets entre radios.

26 Dire qu’une radio est « principale pour son auditoire » ne signifie pas qu’elle le soit forcément pour une majorité de ses auditeurs, le temps consacré aux autres radios pouvant se diluer sur plusieurs d’entre elles dont aucune ne concentre assez d’écoute pour passer en tête. A contrario, les quelques radios « secondaires dans leur auditoire » sont donc fortement dominées...

27 Rappelons que le quart d’heure, dans la procédure Médiamétrie, est le pas de mesure minimum de l’acte d’écoute.

28 Exemple de lecture : 21,9 % des Français sont auditeurs de Chérie FM (i. e. ont écouté Chérie FM au moins un quart d’heure sur 21 jours, et 20,5 % si on place la barre à deux quarts d’heure). Ces auditeurs ont écouté en moyenne Chérie FM 10 heures 36 minutes. 4,5 % des Français ont fait de Chérie FM leur radio « privilégiée » (lui consacrant leur plus forte durée d’écoute d’une radio sur 21 jours, soit 33 h 23). Enfin, 0,6 % des Français n’ont écouté que Chérie FM sur 21 jours, lui consacrant 31 h 54. Bien sûr, ces 0,6 % des Français sont inclus dans les 4,5 %, eux-mêmes inclus dans les 21,9 %.

29 Ambroise J.-C. et Le Bart C., Les Fans des Beatles. Sociologie d’une passion, Rennes, PUR, 2000 ; Le Guern P. (dir.). Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, PUR, 2002.

30 Dayan D., « Télévision, le presque public », Réseaux, 100, 2000, p. 427-456.

31 Nous renvoyons en annexe VII le tableau sociodémographique des « déclarations d’habitudes d’écoute ».

Notes de fin

* toutes habitudes agrégées : valeurs égales ou supérieures à la déclaration « moins souvent ».

toutes habitudes agrégées : valeurs égales ou supérieures à la déclaration « moins souvent ».

Table des illustrations

Titre Tableau 32 : Répartition des auditoires selon le nombre de radios écoutées sur 21 jours23
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs. Les chiffres les plus élevés en ligne ont été soulignés, les plus élevés en colonne mis en gras.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP; champ : univers des 11 ans et plus. Base : ensemble de la population.Lecture : 13,5 % de la population ont écouté Nostalgie et NRJ ou l’ensemble des auditeurs écoutant NRJ et Nostalgie représentent 13,5 % de la population. Ils peuvent n’être auditeurs que de ces deux radios ou bien auditeurs d’autres radios encore. Les pourcentages les plus élevés d’auditeurs dupliquants sur deux radios ont été surlignés en gras.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Tableau 35 : Partage des auditoires radiophoniques sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs.Lecture : France Musique partage 61,7 % de son auditoire avec France InterLégende : en gras : part des auditeurs qui écoutent une autre radio > 50 % ; en italique : part des auditeurs comprise entre 40 à 49,9 % ;souligné : part des auditeurs comprise entre 30 à 39,9 %
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Tableau 36 : Répartition des temps d’écoute des auditeurs sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs.Part de l’écoute construite à partir du ¼ h. Lecture : sur 21 jours, le temps des auditeurs de Chérie FM se répartit en 19,7 % pour Chérie FM, 7,9 % pour Europe 1, etc.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Tableau 37 : Les degrés d’exclusivité de l’audience, des auditoires aux publics autodéclarés
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Tableau 38 : Auditoires cumulés, privilégiés et exclusifs sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Bases : ensemble de la population pour les audiences cumulées et auditeurs respectifs pour les durées d’écoute28. Effectifs de panélistes <10 entre crochets. (*) en cas d’ex aequo, la radio première dans l’ordre alphabétique a été privilégiée. L’effectif d’auditeurs qui indiquent un nombre ex aequo de deux radios est de 74 et ceux de davantage est de 11, sur 9523 panélistes.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Tableau 40 : Déclarations d’habitudes d’écoute des individus selon les radios
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; habitudes d’écoute du lundi-vendredi, samedi et dimanche ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : ensemble de la population. Les chiffres en gras représentent la valeur la plus élevée parmi les quatre modalités positives d’habitudes d’écoute.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 42 : Déclaration d’habitudes d’écoute des individus selon les contacts effectifs
Légende Source Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; habitudes d’écoute du lundi-vendredi, samedi et dimanche ; champ : univers des 11 ans et plus. Base ensemble de la population.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1238/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© Éditions Mélanie Seteun, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search