Version classiqueVersion mobile

La Radio et ses publics

 | 
Hervé Glevarec
, 
Michel Pinet

Partie III. La fin du « grand public » ou la segmentation des auditoires radiophoniques

Réflexions sur la notion de « grand public »

Texte intégral

1Les données d’audience radiophonique sont un bon objet pour réfléchir aux notions de public, grand public ou public(s) segmenté(s), parce qu’elles offrent une appréhension des choix multiples des individus. La pratique radiophonique semble alors devoir être regardée comme une succession de choix très volontaires : pourquoi ne jamais écouter France Musique quand on est un auditeur du Mouv’ ? Pourquoi ne jamais écouter Ouï FM quand on est un auditeur de Skyrock ? C’est pourtant si facile ! Voilà bien un objet susceptible de fournir de la culture de masse, pourtant cet objet disponible, plutôt que d’être parcouru par tous possède des auditoires à la fois fortement segmentés et contrastés socialement (en tout premier lieu par l’âge).

2Si l’on en croit les mesures d’audience, les auditeurs exclusifs ont cependant diminué. Très anciennement, les auditoires exclusifs des postes de la RTF et des postes privés (Radio Luxembourg et Europe no 1) ont existé à côté d’auditoires mixtes déclarant partager leur écoute sur les différents types de programme. Tout aussi anciennement, le centre de gravité de l’audience radiophonique a été du côté des postes privés, ces derniers ayant à la fois des auditoires d’exclusifs plus importants et davantage d’auditeurs de l’autre camp que n’en ont les antennes publiques. Bref, les postes privés nationaux (périphériques) ont été historiquement les radios dominantes en termes d’audience : en effectifs, en durée d’écoute, en exclusivité et en polarisation.

  • 1 E. Morin définit là les deux termes de ce que signifie grand public : au niveau du texte et au niv (...)
  • 2 Une façon de faire perdre son crédit à cette affirmation et de retrouver un « grand public » consi (...)
  • 3 « L’idée de programmation, inhérente à la télévision de masse, oblige à concevoir une programmatio (...)

3Le contraste est frappant avec le régime de culture de masse décrit par Edgar Morin dans les années 1950 qui visait un grand public : « La recherche d’un public varié implique la recherche de la variété dans l’information ou dans l’imaginaire ; la recherche d’un grand public implique la recherche d’un dénominateur commun », écrivait Edgar Morin1. Une fois énoncée, la définition d’E. Morin doit pouvoir s’opérationnaliser textuellement et lectoralement de deux manières : il y a des radios généralistes et il y a des auditoires transversaux à plusieurs radios. Or, non seulement les radios ont des formats, mais elles ont aussi des cibles. Les radios de formats sont en effet bien plus nombreuses que les radios omnibus (à la différence a priori des télévisions hertziennes dont les grilles dans leur hétérogénéité demeurent généralistes). Les données statistiques de partage des auditoires ne figurent pas un grand public. La question qui se pose est plutôt celle de voir ce que nos données permettent de construire comme figures d’auditoires exclusifs ou conjoints sur les différentes radios2. Peut-on alors tenir ensemble le discours sur le grand public et celui sur les cibles sans contradiction ? L’idée de cible amène, elle, à reconnaître explicitement qu’il y a des radios pour chaque public, que la société des auditeurs est segmentée et que les radios réussissent dans leur rencontre avec les groupes sociaux cibles. Les matériaux d’enquête statistique s’opposent ici aux souhaits3.

  • 4 Souchon M., Petit écran. Grand public, Paris, La Documentation française, 1980 ; Souchon M., « La t (...)
  • 5 « [...] Le public populaire est toujours majoritaire même pour les émissions les plus "confidentie (...)

4Le public d’un média est représenté, en un premier sens quantitatif, par ceux qui l’écoutent et, en un second sens qualitatif, par ceux qui l’écoutent beaucoup. Michel Souchon a insisté sur cette dimension de structure de l’écoute : le public d’un média est celui qui l’écoute assidûment4. Le grand public de la télévision est ici représenté par les gros consommateurs, qui sont deux fois gros : leur consommation est importante en durée ; ils font l’essentiel du volume horaire global de la télévision (façon relative de désigner des gros consommateurs). Cette qualification du public amène toutefois une question : quelle est la structure sociale des auditoires des chaînes et des genres d’émission, structure différente de celle de l’écoute ? Éric Macé écrit que les gros consommateurs de télévision sont essentiellement un public populaire5.

  • 6 Souchon M., art. cit., Projet, 229, 1992, p. 34-43, p. 37.
  • 7 Donnat O. et G. Larmet, « Télévision et contextes d’usages. Évolution 1986-1998 », Réseaux, 119, 2 (...)

5Michel Souchon indique pour le mois de mars 1990 que « le premier décile (les 10 % de l’échantillon dont la durée d’écoute est la plus courte) ne regarde la télévision que 7 minutes par jour en moyenne, ne réalisant que 0,7 % du total des heures téléspectateurs de l’échantillon. À l’autre extrémité, le dernier décile (les 10 % qui regardent le plus longtemps) a une durée d’écoute journalière de 461 minutes (7 h 41) en moyenne, et réalise 26,1 % du volume d’écoute de l’échantillon : moins de 1 % d’un côté, plus du quart de l’autre ! Si on partage l’échantillon en deux, on découvre qu’une moitié des spectateurs réalise moins du quart des heures spectateurs, l’autre moitié plus des trois quarts6 ». On le voit, le volume horaire global de la télévision ne devient un chiffre pertinent que si la valeur du quartile inférieur que représentent les petits est elle-même négligeable, c’est-à-dire si les petits consommateurs ne consomment, en valeur absolue, que peu. S’ils écoutent cependant un temps non négligeable (ce qui semble être le cas, de plus en plus7,) la notion de gros consommateurs devient très relative pour qualifier le public de la télévision. Les données du Panel permettent de reprendre la réflexion de Michel Souchon.

Tableau 31 : Structure de l’écoute radiophonique et télévisuelle sur 21 jours

Tableau 31 : Structure de l’écoute radiophonique et télévisuelle sur 21 jours

Source Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP; champ univers des 11 ans et plus. Bases auditeurs et téléspectateurs
Lecture la moitié des « forts auditeurs » de radio consomment 78.8 % de l’écoute globale, consommation d’une durée comprise entre 39 h 15 mm et 419 h 30 mm, 10 % des « très gros spectateurs » de TV consomment 23.2 % de l’écoute globale, consommation d’une durée comprise entre 131 h 15 mm et 300 h 30 mm

6En premier lieu, radio et télévision ont une structure de l’écoute très similaire. En second lieu, il ne semble pas y avoir de différences majeures avec les données de Michel Souchon d’il y a dix ans, à ceci près que la valeur du quartile inférieur des petits consommateurs varie de 15 min à 38 h 45 pour la télévision, soit, ramenée à la journée, de moins d’une minute à 1 h 51 par jour (et de moins d’une minute à 1 heure journalière pour la radio). La valeur haute du quartile étant conséquente, la désignation relative des gros et des petits perd en partie de sa pertinence. Même si l’on comprend bien la visée de Souchon, il demeure une seconde question : il y a une contradiction quasi logique à définir le grand public de la télévision à partir d’un groupe des gros consommateurs qui ne représente que la moitié des téléspectateurs (les 50 % des téléspectateurs qui consomment les trois quarts du volume global de l’écoute). Sous cette définition, le grand public n’existe pas ou, disons, il n’est pas grand, juste de moitié ; il est par contre un public intense ou un public de gros consommateurs. À ceci s’ajoute dans le cas de la radio le fait que les gros consommateurs écoutent des radios différentes. Quel sens aurait alors la formule « le grand public de la radio » ?

  • 8 Souchon M., « Pour une utilisation complexe de l’audimétrie », Hermès, 37, 2004, p. 157-166, p. 15 (...)
  • 9 « Si, enfin, en parlant d’une pluralité de publics, on veut dire que les comportements sont différ (...)

7À partir du moment où les auditeurs, gros ou petits consommateurs, n’écoutent pas tous toutes les radios, guère plus une seule même radio (la radio la plus écoutée sur 21 jours, NRJ, a environ 66 % de non-auditeurs), les notions de gros et de petits consommateurs, de grand public et de petit public, deviennent intenables rapportés aux radios. Si le « public de la télévision est coextensif à la société française », écrit M. Souchon8, ce qui est tout aussi vrai du public de la radio, cela veut-il dire que celui de TF1, France 2, Canal +, NRJ, Skyrock, RTL, etc. le soit ? Si les structures sociales des audiences télévisées et radiophoniques prises globalement sont isomorphes de la structure de la population, ce n’est plus du tout le cas quand on regarde au niveau des radios : aucune ne l’est. La notion de « grand public » en télévision risque de reposer sur une interprétation forcée, voire sur un paralogisme dès qu’elle ne se fonde pas sur les genres télévisés mais sur la catégorie de télévision en général. Le point de vue de M. Souchon est plus nuancé, qui défend l’idée de « publics inséparables9 ».

  • 10 Souchon M., Petit écran. Grand public, Paris, La Documentation française, 1980, p. 167-168.

8Il y a un facteur historique conjoncturel qui permet de comprendre le recours en son temps à la notion de grand public : le caractère assez restreint des genres et des supports audiovisuels (cinéma, TV, radio) de l’époque. Il est tout à fait notable que Michel Souchon puisse travailler, dans les années 1970 et 1980, sur une configuration télévisuelle de trois chaînes de télévision qui l’autorise à ne jamais faire apparaître les chaînes (trois sous l’ORTF, puis TF1, Antenne 2 et FR3), seulement les types de programmes (émissions d’information, émissions artistiques, etc.). Il y a trois chaînes, mais une télévision. M. Souchon s’attache à montrer que la « structure de la télévision reçue » est à la fois très semblable entre les catégories socioprofessionnelles et entre les gros, moyens et petits consommateurs10. Il semble y avoir un lien – historique – entre cette indistinction des chaînes et cette ressemblance sociale des « structures de la télévision reçue ». La configuration médiatique ainsi que les pratiques ont dorénavant radicalement changé (au moins pour la radio) sous deux aspects : augmentation des contacts et segmentation des choix. Le déploiement de la télévision numérique (TNT) semble aller dans ce sens nettement.

  • 11 Hesmondhalgh D., The Cultural Industries, London, Sage, 2002, p. 244.

9On tend à assimiler implicitement segmentation des publics et segmentation des médias dans un processus historique qui débuterait dans les années 1970 aux États-Unis11, dans les années 1980 en France, sans avancer l’hypothèse pourtant tant de fois vérifiée ailleurs (pour les établissements scolaires et les équipements culturels) d’une différenciation sociologique préexistante des publics. L’hypothèse n’est-elle pas plutôt que les médias sont des instruments qui aident à rendre visible des différences socialement existantes à la faveur d’un relâchement des choix contraints ? Elle est en tout cas aussi probable a priori que l’hypothèse causaliste. David Hesmondhalgh écrit à propos de la télévision :

  • 12 id., p. 246.

« Dans l’ancien système de la télévision, les catégories urbaines supérieures auraient pu être plus inclinés à regarder Hill Street Blues – la série américaine la plus célébrée du début des années 1980 – que la classe ouvrière, mais le programme était encore disponible pour la classe ouvrière – et assurément à mesure que la série se développait, elle gagna une large audience. L’équivalent du début des années 2000 à Hill Street Blues est probablement Les Sopranos, mais ce programme est vu seulement sur une chaîne câblée spécialisée. Cette chaîne est en principe disponible aux téléspectateurs des classes populaires, s’ils peuvent se l’offrir. Mais elle est généralement proposée seulement dans les magazines qui visent les catégories sociales supérieures12. »

10La segmentation des médias est comme le divorce, elle n’est pas la cause a priori d’une structure sociale plus éclatée, tout aussi bien son révélateur.

Notes

1 E. Morin définit là les deux termes de ce que signifie grand public : au niveau du texte et au niveau du lecteur. Le texte doit être omnibus ou encore identique sur tous les supports ; le lecteur est défini par ce qu’il pratique en commun avec d’autres. L’oxymoron « élitaire pour tous » est l’assimilation forcée d’une catégorie lectorale (pour tous) à une catégorie textuelle (élitaire, entendu comme de haut niveau). Morin E., L’Esprit du temps, Paris, Grasset/Le livre de poche, 1962, p. 37.

2 Une façon de faire perdre son crédit à cette affirmation et de retrouver un « grand public » consisterait à dire que sur une vie (autant prendre le temps le plus long) tous les individus auraient écouté toutes les radios ou à tout le moins la plus écoutée d’entre elles... ou bien qu’ils participent collectivement et ponctuellement à une retransmission. Dayan D. et Katz E., La Télévision cérémonielle, Paris, PUF, 1996.

3 « L’idée de programmation, inhérente à la télévision de masse, oblige à concevoir une programmation pour tous les publics : elle traduit de ce fait une acceptation de l’hétérogénéité des goûts et des aspirations et constitue donc une sorte de reconnaissance de leur égalité. (...) En regardant la télévision thématique, on a certes le plaisir de se retrouver entre soi, spectateurs d’un même programme, mais à l’exclusion de tous les autres spectateurs des autres programmes. Le sentiment de participation et de communauté n’a pas du tout le même sens ». Wolton D., Éloge du grand public, Paris, Flammarion, 1990.

4 Souchon M., Petit écran. Grand public, Paris, La Documentation française, 1980 ; Souchon M., « La télévision dans l’espace des loisirs », Projet, 229, 1992, p. 34-43.

5 « [...] Le public populaire est toujours majoritaire même pour les émissions les plus "confidentielles" (dites "culturelles") », écrit Éric Macé. Cf. Macé E., « Qu’est-ce qu’une sociologie de la télévision ? Esquisse d’une théorie des rapports sociaux médiatisés ? La configuration médiatique de la réalité », Réseaux, 104, 2000, p. 245-288, p. 264. Le profil populaire des gros téléspectateurs, en termes de structure sociale des groupes, que rappelle E. Macé n’a, sauf manquement de notre part, jamais été présenté dans un tableau par Michel Souchon. Cf. Macé E., « Le conformisme provisoire de la programmation », Hermès, 37, 2004, p. 127-135, p. 132. Souchon M., op. cit., p. 168-169.

6 Souchon M., art. cit., Projet, 229, 1992, p. 34-43, p. 37.

7 Donnat O. et G. Larmet, « Télévision et contextes d’usages. Évolution 1986-1998 », Réseaux, 119, 2003, p. 63-94

8 Souchon M., « Pour une utilisation complexe de l’audimétrie », Hermès, 37, 2004, p. 157-166, p. 159.

9 « Si, enfin, en parlant d’une pluralité de publics, on veut dire que les comportements sont différenciés, on peut répondre "Oui". Oui, bien sûr. On obtient, entre les groupes de la population classés selon les catégories sociodémographiques classiques, des différences entre moyennes (durée d’écoute, audience des émissions, etc.). Oui, bien sûr. Mais l’examen des écarts à la moyenne dans les différents groupes montre que ces écarts sont importants : nettement plus importants que les différences entre moyennes. Autrement dit, la probabilité qu’un individu donné appartenant à une catégorie donnée se situe près de la moyenne de sa catégorie est faible. Finalement, on peut dire, en forçant le trait, qu’il n’y a pas un public de la télévision mais deux. Il y a d’un côté ceux qui la regardent longtemps, de l’autre ceux qui la regardent peu. » Cf. Souchon M., « Un public ou des publics ? », Communications. 51, 1990a, p. 71-78, p. 72. Souchon M. et Le Dieberder A., « Des publics inséparables », Médiapouvoirs, 14, 1989, p. 62-73.

10 Souchon M., Petit écran. Grand public, Paris, La Documentation française, 1980, p. 167-168.

11 Hesmondhalgh D., The Cultural Industries, London, Sage, 2002, p. 244.

12 id., p. 246.

Table des illustrations

Titre Tableau 31 : Structure de l’écoute radiophonique et télévisuelle sur 21 jours
Légende Source Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP; champ univers des 11 ans et plus. Bases auditeurs et téléspectateursLecture la moitié des « forts auditeurs » de radio consomment 78.8 % de l’écoute globale, consommation d’une durée comprise entre 39 h 15 mm et 419 h 30 mm, 10 % des « très gros spectateurs » de TV consomment 23.2 % de l’écoute globale, consommation d’une durée comprise entre 131 h 15 mm et 300 h 30 mm
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions Mélanie Seteun, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search