Version classiqueVersion mobile

La Radio et ses publics

 | 
Hervé Glevarec
, 
Michel Pinet

Partie II. Sociologie des auditeurs et des auditoires

Chapitre IV. La pratique radiophonique : entre régularité de l’écoute et hétérogénéité des auditoires1

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce chapitre a été diffusée dans Glevaric H. et Pinet M., « L’écoute de la (...)
  • 2 Enquête 75 000 « Équipement Radio Médiamétrie », janvier-mars 1996/avril-juin 2000/avril-juin 2001

1L’équipement radiophonique est quasiment généralisé en France au début du xxie siècle. Près de 99 % des individus de 15 ans et plus possèdent au moins un type d’appareil de radio d’après les enquêtes de Médiamétrie2. La radio est de surcroît un des rares médias possédés parfois par les personnes les plus en marges de la vie sociale.

Le caractère typifié de l’écoute radiophonique

2L’écoute de la radio en France se présente comme très typifiée. Sur 21 jours, l’essentiel de l’audience radiophonique est déjà à l’écoute le premier jour. Dit autrement, les auditeurs du premier jour représentent 87,1 % de l’ensemble de l’audience radiophonique sur trois semaines. Et en trois jours, les Français âgés de 11 ans et plus sont 91,1 % à avoir eu un contact avec une radio, soit 95,2 % de son audience totale sur 21 jours. Cette vision longitudinale des déclarations de contacts avec au moins une radio laisse supposer le poids écrasant d’un type quotidien de pratique.

Graphique 3 : Accumulation d’audience sur 21 jours (radio et télévision)

Graphique 3 : Accumulation d’audience sur 21 jours (radio et télévision)

Source : Panel radio Mediamétrie 2000-2001/ClerséLCP ; – champ : univers des 11 ans et plus.
Base : ensemble de la population.

  • 3 Tassi P., Modèles statistiques de la mesure d’audience des médias audiovisuels, Paris, Economica, (...)

3L’audience cumulée journalière est d’une remarquable stabilité d’une semaine sur l’autre et d’un jour à son correspondant la semaine ultérieure. Autrement dit, il semble y avoir une très significative typification – temporelle – de la pratique radiophonique, doublement marquée par sa quotidienneté et sa dimension hebdomadaire. L’analyse menée par Philippe Tassi, à partir d’une mesure du coefficient de corrélation linéaire entre deux jours, confirme très massivement, sur la base du Panel Médiamétrie de 1998, « un processus de comportement d’écoute hautement stationnaire, traduisant ainsi une très grande reproductibilité quotidienne des façons d’écouter la radio3 ». Il faut noter que cette corrélation est encore plus forte (supérieur à 70 %) pour la durée d’écoute d’un jour sur l’autre, à son surlendemain, etc., et d’une semaine sur l’autre que pour l’audience cumulée (corrélation de l’ordre de 60 %).

Graphique 4 : Audience cumulée jour par jour des radios sur trois semaines (sélection de trois généralistes, trois musicales jeunes et deux thématiques)

Graphique 4 : Audience cumulée jour par jour des radios sur trois semaines (sélection de trois généralistes, trois musicales jeunes et deux thématiques)

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : ensemble de la population.
Nota : les radios sont classées dans la légende selon leur taux d’audience au premier lundi du Panel

4Le jour d’audience la plus élevée est le lundi, suivi du mercredi, puis du samedi et du dimanche. Les « petites » radios ont une audience cumulée qui accuse moins que les autres une chute d’audience le week-end.

Petites et grosses radios

5La première chose que met en évidence la mesure d’audience sur une période de trois semaines, c’est bien un univers somme toute relativement équilibré et peu marqué par le poids écrasant d’une ou plusieurs antennes, davantage un monde de grosses et petites radios. Nous faisons l’hypothèse que ce paysage de la consommation radiophonique nationale est sensiblement différent de celui de la télévision, structuré, lui, par le poids de deux chaînes, TF1 et France 2. L’arrivée en France de la télévision numérique (TNT) en 2005 joue sans doute un rôle similaire à celui de la libéralisation des ondes radiophoniques en 1981, à savoir une dispersion des audiences. Autrement dit, les effets de segmentation y sont sans doute beaucoup moins visibles, et jamais montrés, voire invalidés par ailleurs.

6Ce que met en évidence, en second lieu, une mesure de l’audience sur une période de trois semaines, c’est l’accroissement fort des auditoires de chaque radio par rapport à celui de leur audience journalière. L’allongement de la durée d’enquête à 21 |ours est très favorable à l’audience des petites et moyennes radios Les radios aux petits auditoires sur un jour, tel France Musique et France Culture, multiplient par quatre ou six leur audience sur 21 jours. C’est dire si le critère de durée d’enquête reste décisif (bien qu’il recouvre par ailleurs d’autres variables de fréquence et de régularité de l’écoute). Le rapport entre audience du premier jour et audience sur trois semaines indique qu’il y a sans doute des auditoires radiophoniques journaliers et d’autres, dont nous tenterons par la suite de décrire les formes.

Tableau 4 : Audience cumulée des radios sur 21 jours

Sur 100 individus

Audience cumulée au premier jour du Panel (1 er lundi) Nostalgie

Accumulation d’audience sur 21 jours (en %)

Accumulation d’audience exprimée en millions auditeurs

Ensemble des radios

83,4

95,7

48 564 540

Sud Radio

1,2

3,3

1 683 660

France Culture

1,8

10,0

5 066 820

MFM

2,4

11,3

5 750 620

RMC

3,0

11,4

5 762 790

France Musique

2,7

11,7

5 915 600

RFM

5,0

17,7

9 000 230

RTL 2

5,6

18,8

9 529 110

Skyrock

6,2

19,0

9 649 080

Europe 2

5,6

20,9

10 593 300

Chérie FM

7,6

21,9

11 109 900

France Inter

11,6

22,1

11 210 640

Fun Radio

7,4

22,3

11 317 750

Europe 1

12,1

24,1

12 198 260

France Bleu

8,1

24,3

12 336 320

France Info

11,2

24,9

12 633 930

Nostalgie

9,3

28,7

14 540 480

RTL

15,3

28,8

14 605 670

NRJ

13,3

33,1

16 779 250

Autres radios (locales...)

21,8

52,0

26 396 290

Ensemble des TV

84,9

95,3

46 227 960

Source : Panel radio Mèdiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP, champ : univers des 11 ans et plus.
Base : ensemble de la population.

7En 2000-2001, la hiérarchie des taux d’audience des radios nationales sur trois semaines varie, seulement, d’un à trois ; elle met aux deux extrémités de l’audience radiophonique France Culture – qui représente 10 % d’audience cumulée ou 1/10e de la population, soit 5 066 820 millions d’auditeurs de 11 ans et plus, et NRJ, qui représente 33,1 % d’AC ou un tiers de la population, soit 16 779 250 millions d’auditeurs. Demeurent donc des petites et des grosses radios.

8Notons que l’audience de la catégorie « autres radios », qui agrège les contacts avec des radios territoriales (locales, transfrontalières...) ou d’agglomérations (Le Mouv’...), voire captées par Internet (écouter Sud Radio à Lille...), ne peut signifier qu’indirectement une écoute des radios locales, sans véritable pertinence nationale (par définition des radios locales, fussent-elles d’un même genre, ne forment pas une radio nationale). De même, si 12 millions d’individus ont écouté une antenne locale de France Bleu (locales de Radio France), ce ne sont pas 12 millions d’individus qui ont écouté la même radio. De surcroît, l’audience d’une station comme Sud Radio est entachée par la faible taille de son bassin d’audience. Elle ne devrait être logiquement comparée à d’autres radios que dans les limites d’un territoire où elle est entendue.

Graphique 5 : Accumulation d’audience sur 21 jours (sélection)

Graphique 5 : Accumulation d’audience sur 21 jours (sélection)

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : ensemble de la population.

9Les radios ayant le plus grand nombre d’auditeurs déclarés sont aussi les plus longuement écoutées en moyenne. Autrement dit, le plébiscite que mesure le nombre d’auditeurs est conséquent : il s’accompagne, dans ses grandes lignes, d’une relation de proportionnalité avec la durée d’écoute moyenne des auditeurs. Les 14 605 670 auditeurs de RTL ont écouté en moyenne une heure et cinq minutes. Les 5 066 820 auditeurs de France Culture sur trois semaines écoutent en moyenne 12 minutes par jour cette antenne. Les radios aux auditoires plus petits sont tendanciellement celles les moins longuement écoutées par leurs auditeurs ; c’est la situation de France Musique, France Culture, MFM et RMC. Les radios qui échappent à cette relation entre nombre d’auditeurs et durée (approchée grâce au quart d’heure moyen) sont, dans le sens de la baisse, des radios musicales, NRJ et Nostalgie et, dans le sens de la hausse, une radio généraliste, France Inter. Il faut noter ICI la position particulière de Sud Radio, radio régionale du Sud de la France, et des locales de Radio France (France Bleu régions). Après les trois grandes radios généralistes que sont RTL, France Inter et Europe 1, les stations régionales sont le second type de radio, devant les musicales, dont les auditeurs sont de gros consommateurs. Nous verrons plus loin si la liaison entre audience faible et faible durée d’écoute moyenne dissimule pour certaines radios, au sein de leur auditoire, des auditeurs particulièrement fidèles et d’autres labiles.

Tableau 5 : Durée d’écoute des auditeurs sur 21 jours

Les auditeurs de

Ont écouté (calculé à partir du nb de quart d’heure moyen)

Ont écouté par jour (quart d’heure moyen pour un jour moyen)

Audience moyenne au quart d’heure (nb d’auditeurs)

Total radios

50 h 18

2 h 24

4 848 000

France Culture

4 h 12

12 min

42 200

France Musique

6 h 30

18 min

76 000

RMC

7 h 24

21 min

84 600

MFM

7 h 42

22 min

87 200

Europe 2

8 h 18

24 min

175 000

RTL 2

8 h 24

24 min

158 100

France Info

8 h 24

24 min

210 300

Fun Radio

8 h 42

25 min

195 100

Skyrock

8 h 48

25 min

169 100

RFM

9 h 30

27 min

168 600

Chérie FM

10 h 36

30 min

232 800

Nostalgie

11 h 18

32 min

326 900

NRJ

11 h 30

33 min

380 900

Sud Radio

12 h

34 min

40 000

France Bleu régions

12 h 42

36 min

311 700

Europe 1

17 h 36

50 min

426 000

France Inter

20 h 24

58 min

454 300

RTL

22 h 42

1 h 5

657 100

Autres radios

14 h 30

42 min

761 300

Total télévisions

71 h 12

3 h 24

6 831 500

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs.

10La comparaison des deux principales variables de mesure de la déclaration d’écoute que sont l’audience cumulée et la durée d’écoute nuance de beaucoup la représentation que renvoient de l’audience radiophonique les seules données d’audience cumulée. La seconde aide à pondérer la première. Tandis que NRJ et RTL sont proches du point de vue de leur audience cumulée, leur auditoire les écoute un temps moyen qui va du simple au double, de 11 h et 30 min à 22 h et 42 min. C’est dire ce que dissimule la définition d’un auditeur mesurée à la seule aune de ses contacts.

  • 4 Contact signifie séquence d’écoute ici.

11Aussi, afin de préciser les formes de la pratique déclarée, avons-nous établi deux critères, le nombre de jours de contacts et le nombre de contacts discontinus (un contact est discontinu par rapport à un autre)4, susceptibles d’aider à préciser les formes de la pratique.

Graphique 6 : Nombre de jours de contacts et nombre de contacts discontinus sur 21 jours

Graphique 6 : Nombre de jours de contacts et nombre de contacts discontinus sur 21 jours

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 17 ans et plus.
Base : auditeurs.

12Le nombre de jours de contacts classe les radios dans le même ordre que la durée d’écoute sur 21 jours. Par contre, les écarts n’y ont plus la même proportionnalité. Ils allaient du simple au quintuple pour la durée d’écoute, ils vont du simple au triple pour le nombre de jours de contacts. Autrement dit, la pratique des différentes radios diffère plus par la durée d’écoute que par le nombre de contacts de leurs auditeurs, plus par l’investissement que par la ritualité. Il y a donc une ritualité de la pratique radiophonique qui rapproche les radios et un investissement qui le différencie.

Auditoires quotidiens et auditoires ponctuels des grosses et des petites radios

13Les radios se différencient très nettement du point de vue de la densité de leur auditoire au premier jour. Sous cet angle, tout oppose France Culture et RTL par exemple. En effet, les radios dites généralistes et d’information (RTL, Europe 1 et France Inter) atteignent la moitié de leur auditoire sur 21 jours dès le premier jour du panel. Une dimension de quotidienneté de leur auditoire apparaît ici. À l’inverse, les radios thématiques comme France Culture ou France Musique ont seulement un vingtième de leur auditoire présent dès le premier jour. Pour faire image, nous pourrions dire qu’à la fin d’une journée moyenne J, la moitié de l’auditoire des radios dites généralistes – RTL, France Inter et Europe 1 – a potentiellement écouté au moins une fois la radio, tandis que seulement un vingtième de l’auditoire de MFM et de France Culture les ont écoutées.

  • 5 À cette échelle de temps, l’emploi de la notion de turn-over suppose de ne pas confondre le début (...)

14Tous les auditoires radiophoniques grandissent d’environ une dizaine de points entre le premier lundi et le lendemain. La part des auditeurs d’un jour ordinaire (nous avons pour cela retenu le mardi de la deuxième semaine) est du même ordre que celle du premier lundi retenu. Les premiers éléments déjà notés de typicité de la pratique radiophonique laissent ainsi peu de place à l’hypothèse d’un turn-over massif des auditeurs, et bien davantage à l’idée d’une coupe transversale dans un ensemble de pratiques d’une très forte régularité (éventuellement organisée selon des temporalités diverses)5.

15Cette densité au premier jour sera affinée par la suite, précisée par la régularité ou non des moments de l’écoute. Il reste qu’il est dès à présent possible d’avancer l’idée que la temporalité est un critère de caractérisation des auditoires des différentes radios : l’auditoire de RTL, de France Inter et d’Europe 1 sont des auditoires pour leur moitié quotidiens, tandis qu’à l’opposé, ceux de France Culture, MFM et RMC sont des auditoires majoritairement hebdomadaires ou (quasi) mensuels.

Tableau 6 : Part des auditeurs du premier jour, des deux premiers jours et d’un jour ordinaire

Sur 100 auditeurs de...

ceux du premier jour (1 er lundi) représentent

ceux des 2 premiers jours représentent

ceux d’un jour ordinaire (2 e mardi) représentent

ont écouté en moyenne X jours (rappel)

France Culture

17,6

27,8

15,5

3,2

MFM

21,4

31,9

22,1

4,1

France Musique

23,3

34,2

22,1

4,3

RMC

26,4

35,1

25,0

4,6

Europe 2

26,7

37,7

26,3

5,1

RFM

28,3

39,0

26,8

5,2

RTL 2

29,9

40,8

27,1

5,4

Nostalgie

32,5

44,5

31,7

6,3

Skyrock

32,7

43,6

30,6

6,1

Fun Radio

33,3

44,7

30,8

6,0

France Bleu régions

33,4

43,1

32,8

6,5

Chérie FM

34,5

44,9

29,6

5,9

Sud Radio

35,2

45,3

31,5

6,6

NRJ

40,1

51,5

37,7

7,4

France Info

44,9

55,0

42,4

8,1

Europe 1

50,3

59,1

48,1

9,3

France Inter

52,7

61,4

51,4

9,9

RTL

53,2

61,5

51,8

10,1

Autres radios

41,8

53,0

38,9

7,8

Ensemble des radios

87,1

92,9

85,7

17,1

Ensemble des télévisions

89,1

94,1

86,6

18,0

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; Champ : Univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs

  • 6 Scannell P., « Radio Times : The Temporal Arrangements of Broadcasting in the Modern World », dans(...)

16L’écoute radiophonique présente une typification de l’activité, c’est-à-dire une identité des pratiques « sous une certaine régularité ». Il apparaît que l’écoute quotidienne est une forme typifiée d’écoute. Les données françaises confirment ainsi les interprétations que Paddy Scannell a pu donner de la quotidienneté de l’écoute de la radio : elle participe d’une costructuration et d’un coaccompagnement de la vie quotidienne dans son organisation temporelle (relativement à ce que P. Scannell appelle très généralement un « temps industriel homogène »)6. Il reste qu’il y a un second aspect tout aussi important : l’analyse statistique sur 21 jours ajoute à cette figure de quotidienneté celle de la ponctualité.

Tableau 7 : Répartition des auditeurs selon leur nombre de jours de contacts sur 21 jours

Tableau 7 : Répartition des auditeurs selon leur nombre de jours de contacts sur 21 jours

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs. Les chiffres en gras représentent les valeurs les plus élevées en ligne (i. e. le mode de la distribution), les chiffres soulignés les valeurs les plus élevées des colonnes.
NB seul le premier contact du jour est ici retenu ; un individu qui aurait écouté une radio à plusieurs reprises dans une journée n’apparaît qu’à travers son premier contact.

17La pratique radiophonique est structurée par la quotidienneté et la ponctualité des auditeurs des radios généralistes d’une part et la ponctualité des auditeurs des radios musicales, locales et thématiques d’autre part. Il y a une distribution bimodale des premières qui s’oppose à la distribution unimodale des secondes. Bien qu’ils soient logiquement indexés à la période prise en compte dans la mesure d’un auditoire – ici trois semaines-, des auditoires longs de 21 jours s’opposent à des auditoires quotidiens (ou quasiment). La représentation des formes de l’assiduité des auditoires radiophoniques forme un triangle qui met aux trois sommets : les auditeurs assidus des généralistes, les auditeurs d’un jour des généralistes et les auditeurs d’un jour des petites radios. On le voit, l’audience cumulée occulte ici des fréquences d’écoute très contrastées entre radios, mais aussi des fréquences très différentes à l’intérieur des auditoires eux-mêmes.

18La structuration des fréquences de contacts journaliers confirme l’ensemble spécifique que forment RTL, Europe 1 et France Inter ; en effet, ces radios ont des auditeurs déclarés quotidiens (21 jours de contact sur 21 jours d’enquête) qui représentent entre 10 et 14 % de leur auditoire global. Agrégés aux auditeurs quasi quotidiens, ils forment des noyaux durs d’auditeurs représentant environ un tiers des auditoires globaux de chacune d’entre elles ; ils sont alors équivalents ou supérieurs à leur auditoire d’un jour. Mais ces radios se caractérisent aussi par des pratiques d’écoute sporadique de leurs auditeurs.

19À l’opposé, une radio comme France Culture possède des auditeurs d’un jour qui représentent plus de la moitié de son audience globale sur trois semaines. En ce qui concerne cette radio, c’est un auditoire ponctuel qui la caractérise : un tiers environ de son auditoire l’écoute entre deux et cinq jours sur trois semaines. On le voit, le degré de spécialisation des radios influe fortement sur la fréquence du contact radiophonique : plus elles sont généralistes, c’est-à-dire à la fois médias d’information, d’animation et de service, et à destination des adultes, et plus leur auditoire comprend une part d’auditeurs quotidiens élevés.

20Il est possible de connaître les effectifs réels de chacun des sommets du triangle de l’assiduité des auditoires radiophoniques. Les auditeurs ponctuels des radios généralistes sont très nombreux. Ceci dit, l’écart de taille entre l’audience d’un jour (qui varie, pour s’en tenir aux radios nationales, de 2 461 760 auditeurs de France Musique à 4 085 140 auditeurs de NRJ) est sans commune mesure avec l’écart entre l’audience quotidiennne des radios (qui varie, elle, de 45 350 auditeurs de France Culture à 1 989 020 auditeurs de RTL). Dans un cas, le facteur multiplicateur est de 1.6, dans l’autre de 44. Ce qui caractérise les grosses radios, c’est le poids de leur auditoire quotidien.

21Mais qu’est-ce que la fréquence d’écoute ? Il faut introduire une série de variables de durées d’écoute pour ne pas dissimuler derrière une fréquence de contacts des durées très différentes.

Régularité des radios généralistes, fréquence des radios musicales et intensité des petites radios

  • 7 Ellis J., Visible Fictions, Routledge, 1982 ; Williams R., Television, Technology and Cultural For (...)

22Avec la notion de flux, R. Williams a voulu montrer que le programme télévisuel était plutôt comparable à une succession d’images et de sons qu’à des séquences distinctes, ce que J. Ellis a appelé la « nature segmentée » de la télévision en la renvoyant à une dispersion de sa consommation au sein de la famille7. À partir de là, peut-on préjuger de ce qui préside à l’écoute de la radio : est-ce une écoute de flux ? Ou une écoute régulière ?

23On peut qualifier de deux façons, relative et absolue, la force du lien entre une radio et ses auditeurs : par la fidélité et par l’exclusivité. Les auditeurs fidèles (ceux dont le lien à telle radio est récurrent) et les auditeurs privilégiés (ceux dont telle radio est la station dominante, voire exclusive) forment les deux auditoires dont le lien à la radio a une certaine force. Nous abordons ici la première catégorie des auditeurs fidèles, réservant les auditoires privilégiés à un traitement dans la troisième partie.

  • 8 Contacts entendus au sens de séquences : la personne qui a coché une radio de 8 heures à 9 heures (...)

24Du point de vue statistique, la fidélité de l’auditoire d’une radio peut s’approcher à l’aide d’un critère de fréquence ou de régularité (contacts8) ou d’assiduité ou de présence (durée d’écoute totale et durée des contacts). Il y a alors plusieurs formes de fidélité à une radio : celle mesurée à l’aune de la fréquence des jours de contacts (d’un à 21 jours de contact) n’est pas tout à fait la même que celle mesurée à l’empan du nombre de contacts par jour ou sur 21 jours, non plus que celle évaluée à la durée des contacts ou à la durée d’écoute (d’un à X quarts d’heure). Tout ceci peut, le cas échéant, dessiner une sorte d’identité des contacts (sorte de mesure de la ritualité de l’écoute).

Tableau 8 : Les types de liens à la radio

Fidélité de fréquence

Fréquence journalière et/ou hebdomadaire des contacts

Fidélité de régularité

Régularité des contacts

Fidélité de présence

Durée d’écoute totale et durée des contacts

25Sous l’angle de la fréquence d’écoute mesurée au nombre de jours de contact, de 1 à 21, le tableau cité plus haut indique que tous les auditoires ont un noyau de fidèles quotidiens ou quasi quotidiens. C’est au sein des grosses radios et non des petites que l’on trouve un noyau d’auditeurs fidèles au sens de fréquents. Par contre, la fidélité supposée des auditoires des petites radios comme France Musique ou France Culture doit être mise en face du nombre de fidèles – statistiquement bien plus nombreux – des grandes radios. Autrement dit, rien ne confirme la fidélité supérieure de certains auditoires par rapport à d’autres, a fortiori celle souvent avancée des auditoires des petites radios. Au contraire, on note qu’il y a un noyau plus volumineux de fidèles au sein des grosses radios, celles dont les audiences cumulées sont les plus élevées (celles aussi, nous le verrons, qui ont des noyaux d’auditeurs exclusifs).

26Pour saisir la régularité du lien à la radio, mesurée au nombre de contacts (discontinus) par jour, nous avons produit deux tableaux : un portant sur la fréquence de contacts quotidiens un jour ordinaire (les mardis des semaines 2), le second sur l’ensemble des 21 jours. Afin d’atténuer le possible effet de seuil tenant à la méthode du carnet d’écoute qui ramène un contact à une unité minimale d’un quart d’heure, nous avons pondéré le contact par le nombre de radios cochées durant le même quart d’heure. On note que le mode de la distribution des contacts intrajournaliers se porte, pour l’ensemble des radios, sur un seul contact. Cependant, il y a une hétérogénéité relative de la distribution en ce qui concerne les grosses radios dont les auditoires les écoutent à plusieurs reprises dans une journée.

Tableau 9 : Répartition des auditeurs selon la fréquence de leurs contacts discontinus un jour ordinaire (mardis semaines 2)

Tableau 9 : Répartition des auditeurs selon la fréquence de leurs contacts discontinus un jour ordinaire (mardis semaines 2)

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs du mardi semaine 2.
Nota : si n radios étaient cochées pour un même quart d’heure, chacune se voyait attribuer une écoute 1/n quart d’heure.

27Si la fréquence de contacts sur une journée augmente avec le poids des radios, la comparaison avec le tableau précédent indique que les radios musicales ont des auditeurs plus fréquents que fidèles. Les radios musicales sont des radios que l’on écoute fréquemment dans une journée, les radios généralistes des radios que l’on écoute régulièrement d’un jour sur l’autre.

28Sur 21 jours, la valeur centrale de la distribution de l’ensemble des contacts correspond, pour l’essentiel des radios thématiques et musicales, à moins de deux contacts. Il y a cependant deux types de radios selon la fréquence de contacts de leurs auditeurs : celles qui ont leur centre de gravité dans leur auditoire ponctuel (la grande majorité des petites radios et les radios musicales) et celles qui ont leur centre de gravité dans leur auditoire fréquent (France Inter et RTL). Quelques radios sont entre-deux, c’est-à-dire possèdent un auditoire équipolarisé, sans véritable centre de gravité. C’est le cas de France Info, Europe 1 et NRJ qui se caractérisent par une hétérogénéité de leur auditoire sous l’angle de la ponctualité. Les auditoires les plus fidèles sous cette définition sont ceux des grosses radios.

Tableau 10 : Répartition des auditeurs selon la fréquence de leurs contacts discontinus sur 21 jours

Tableau 10 : Répartition des auditeurs selon la fréquence de leurs contacts discontinus sur 21 jours

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs.
NB les contacts ont été pondérés par le « zapping », divisés par le nombre de radios cochées lors d’un même quart d’heure.

29La présence, mesurée à la durée d’écoute d’une radio, permet d’approcher un investissement des auditeurs. On trouve à une extrémité les radios qui ont le taux le plus élevé d’auditeurs n’ayant écoute qu’un seul quart d’heure, RMC et MFM, à l’autre extrémité, les radios les plus longuement écoutées, Europe 1, France Inter et RTL. Les trois radios généralistes se caractérisent donc doublement par l’importance qu’y ont leurs auditeurs réguliers (quotidiens notamment) et leurs auditeurs assidus (sous l’angle de la durée d’écoute). On note de nouveau la bimodalité caractéristique des grosses radios, notamment des généralistes.

Tableau 11 : Répartition des auditeurs selon leur durée d’écoute sur 21 jours

Tableau 11 : Répartition des auditeurs selon leur durée d’écoute sur 21 jours

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs.
Nous avons souligné en gras les valeurs les plus élevées pour chaque durée d’écoute (lecture en colonne).

30Sous l’angle de la durée des contacts, l’écoute radiophonique est caractérisée par un trait massif et partagé : quelle que soit la radio, la valeur centrale de la distribution des durées moyennes de contacts est pour l’ensemble des radios comprise entre 30 et 59 minutes. L’hypothèse d’un zapping radiophonique (dans le cadre d’une enquête déclarative) dominant les pratiques est mise à mal une première fois ici.

31Le tableau des durées moyennes des contacts apporte une information nouvelle sur le profil des auditoires : le temps moyen de connexion. Les profils des radios sont différents sous cet angle : en effet, des petites radios comme France Culture, France Musique, Sud Radio, RMC, MFM et RFM ont une part aussi importante voire supérieure d’auditeurs qui ont des contacts longs. Bref, quand les auditeurs de ces antennes écoutent, ils le font longuement. Il y a ici une disjonction entre la fidélité de connexion, mesurée au nombre de contacts, et la fidélité de présence, mesurée à leur durée.

Tableau 12 : Répartition des auditeurs selon la durée moyenne de leurs contacts sur 21 jours

Tableau 12 : Répartition des auditeurs selon la durée moyenne de leurs contacts sur 21 jours

Source Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs.
NB : les contacts ont été pondérés par le zapping, divisés par le nombre de radios cochées lors d’un même quart d’heure.

32En résumé, si toutes les radios ont des auditeurs qui les écoutent peu et des auditeurs qui les écoutent au contraire longuement, elles se distinguent selon le profil du lien de leurs auditeurs. Les radios généralistes ont des auditeurs fréquents, réguliers et, dans le cas de RTL, assidus ; les radios musicales ont des auditeurs sporadiques et/ou irréguliers, à l’exception de NRJ qui a aussi des auditeurs réguliers ; et, enfin, les petites radios ont de nombreux auditeurs ponctuels, mais dont le contact est (paradoxalement) long quand il a lieu. Il y a ainsi trois modalités caractérisables du lien à la radio : une régularité des radios généralistes, une fréquence des radios musicales et une intensité des petites radios.

33Les répartitions de durées d’écoute et de nombre de contacts permettent de donner une première représentation des auditoires des radios sous la forme de cercles concentriques aux tailles variables comportant un cercle inscrit, le noyau dur d’auditeurs réguliers ou fréquents, et des cercles circonscrits d’auditeurs ponctuels et très ponctuels. Toute élévation du critère de nombre de contacts (à deux, à trois, etc.) fait varier proportionnellement la taille des différents cercles. Pour les trois radios généralistes, Europe 1, RTL et France Inter, le rapport entre les cercles s’inverse, puisque celui des auditeurs les plus fidèles tend à dépasser celui des ponctuels.

34En conclusion, nous pouvons dire qu’il y a un rapport de proportionnalité entre les niveaux de fidélité, appréhendés plus haut à l’aide de différents critères, et la taille des auditoires. C’est au sein des grosses radios que l’on trouve des auditoires fidèles et consistants. Mais ce trait est plus structurant encore puisque l’on peut définir ces mêmes grosses radios comme des radios d’auditoire fidèle dominant.

L’hétérogénéité structurelle des auditoires des radios : la part des gros auditeurs et les niches

  • 9 Michel Souchon, sociologue de formation, a été successivement responsable des études à l’ORTF, à l (...)
  • 10 Souchon M., « Les recherches sur l’audience au service de la programmation », dans Proulx S. (dir. (...)
  • 11 Souchon M., art. cit., Hermès, 37, 2004, p. 199. « Cette loi se retrouve à l’intérieur des groupes (...)
  • 12 « Les gens qui regardent peu la télévision n’ont pas une écoute centrée sur les émissions prestigi (...)
  • 13 Reste à savoir ce que l’on peut en dire dans les termes d’une sociologie herméneutique : quelle so (...)
  • 14 Nous adressons deux questions aux assertions de Michel Souchon : quelle est la composition sociale (...)

35On doit à Michel Souchon d’avoir introduit et insisté sur ce qu’il a parfois nommé l’équation « 1/3 = 239 ». « La première grande différenciation du public de la télévision, écrit Michel Souchon10, est celle qui distingue des gens qui utilisent beaucoup la télévision et d’autres qui l’utilisent peu. » « C’est-à-dire qu’un tiers des téléspectateurs assurent les deux tiers du volume d’écoute, du temps passé par l’ensemble des Français à regarder la télévision11. » Cette répartition dissymétrique des investissements reste valable pour les données 2000-2001 sur lesquelles nous travaillons. En effet, 27,5 % des forts téléspectateurs et 22,8 % des auditeurs consomment 50 % du temps d’écoute globale de ces deux médias. Michel Souchon va plus loin que cette description et propose une explication en termes de compensation socioculturelle de la télévision pour ses gros consommateurs. Contrairement aux idées reçues, dit-il, elle est utilisée de manière multifonctionnelle (en termes de genres divers consommés). Tandis que la télévision est un média à toutes fins utiles pour les gros consommateurs, elle est spécifique pour les petits consommateurs12. En termes de sociologie des usages, la multiplicité s’oppose à la spécificité13. Michel Souchon évolue dans un univers médiatique et théorique qui n’est pas celui de la segmentation. Cependant, son analyse pèche par un grand manque. Elle ne mentionne pas la composition sociale du public de gros utilisateurs (heavy viewers) et du petit public14. Qu’en est-il pour la radio en 2000-2001 ?

36Le tableau de la contribution des forts auditeurs de chaque radio (ceux cumulant la moitié du volume-horaire de chaque radio) renforce le constat d’hétérogénéité structurelle des auditoires puisque, comme nous l’avons montré, moins d’un quart (22,8 %) des auditeurs de radios consomment à eux seuls la moitié du volume d’écoute. Par ailleurs, chaque radio a un noyau de gros auditeurs qui consomment la moitié de son volume d’écoute. On retrouve là une idée proche de celle qu’a développée Souchon à propos de la télévision, mais à une différence près – essentielle ; l’hypothèse que les niches ne sont pas spécifiques est démentie nous le verrons.

37La part des auditeurs cumulant à eux seuls la moitié du volume global de l’écoute de chaque radio varie du simple au double de MFM à RTL. Autrement dit, il faut un noyau plus petit d’auditeurs de MFM, de France Culture, de RMC ou d’Europe 2 pour atteindre la moitié de leur audience respective que d’auditeurs des radios généralistes, Europe 1, RTL et France Inter pour faire de même. Sur ce point, France Info ne diffère pas de ces dernières.

Graphique 7 : Auditeurs cumulant la moitié de l’écoute globale sur 21 jours

Graphique 7 : Auditeurs cumulant la moitié de l’écoute globale sur 21 jours

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs de chaque radio.
Lecture : 5,8 % des forts auditeurs de MFM consomment 50 % du temps d’écoute globale de cette radio. Ils ont écouté au minimum 32 h 30.

  • 15 En fait, on semble trouver là le phénomène dit du « double jeopardy » mis en évidence par William (...)

38La contribution des forts auditeurs au volume global d’une radio est d’autant plus élevée que celle-ci est petite. La logique radiophonique veut qu’ils soient à la fois moins nombreux que ceux des grosses radios, mais qu’ils forment un noyau plus important au sein de l’auditoire. Bref, plus une radio est petite, plus son noyau de gros auditeurs maigrit, mais plus il compte en volume dans son auditoire. C’est le paradoxe antidémocratique des minorités15.

  • 16 Une telle phrase est fondée sur un paralogisme : en effet, elle affirme une relation d’inclusion e (...)

39« S’il y a des spectateurs pour les journaux télévisés, les magazines et les documentaires, c’est parce que les gens qui utilisent beaucoup la télévision les regardent », écrit M. Souchon16. Les chiffres du Panel amènent à défendre la thèse inverse de celle de Michel Souchon qui portait sur la télévision. En effet, la contribution des forts auditeurs de radio en général et auditeurs de telle radio en particulier ne représentent qu’un quart, au mieux un tiers, du volume global de chacune des radios. Cette contribution montre qu’il n’y a pas de poids dominant des gros auditeurs de radio en général dans l’auditoire de chaque radio. Le tableau précédent et le suivant indiquent qu’il y a une contribution élevée des gros auditeurs au volume horaire global de chaque radio, mais que ces gros auditeurs sont internes aux radios. La clarté logique exige ici de distinguer, on le voit, les auditeurs de radio en général des auditeurs de telle radio en particulier.

40Ce qu’indique le côte à côte RTIVFrance Culture c’est que les gros auditeurs de radio contribuent autant, aussi peu, à la plus grosse des radios qu’à l’une des plus petites radios nationales. Bref, l’affirmation ancienne que ce sont les gros consommateurs d’un média qui font la consommation d’une niche ne semble pas ou plus valide en 2000.

Tableau 13 : Contribution des « forts » et « faibles » auditeurs de radio en général dans le temps d’écoute globale de chacune des radios

sur 100 auditeurs de

Les forts auditeurs de radio représentent

Les faibles auditeurs de radio représentent

RTL

31,8

68,2

France Culture

31,7

68,3

France Musique

30,7

69,3

RMC

29,4

70,6

Europe 1

29,1

70,9

France Inter

28,8

71,2

France Bleu

28,1

71,9

RFM

27,5

72,5

MFM

27,1

72,9

Nostalgie

26,8

73,2

RTL 2

25,7

74,3

France Info

25,5

74,5

Chérie FM

24,8

75,2

Europe 2

24,7

75,4

Sud Radio

24,2

75,8

N RJ

21,5

78,5

Fun Radio

21,0

79,0

Skyrock

18,8

81,2

Ensemble des TV

22,5

77,6

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs (de radio en général)
Lecture : les forts auditeurs de radio et auditeurs de Chérie FM représentent 24,8 % des auditeurs de Chérie FM.

  • 17 Souchon M., « Pour une utilisation complexe de l’audimétrie », Hermès, 37, 2003, p. 157-166.
  • 18 Une niche se définit par sa cible, c’est-à-dire par le sous-ensemble qu’elle constitue dans la pop (...)

41« Le public des émissions spécifiques n’est pas le public spécifique caractérisé par le contenu ou le thème de ces émissions, mais une partie du grand public », écrit encore M. Souchon à propos de la télévision17. Les données radiophoniques amènent à une suggestion diamétralement opposée, s’agissant en tout cas de la radio : ici, plus une radio est spécifique, de niche18 (nous considérerons que France Culture et France Musique relèvent a priori de ce genre), plus ses auditeurs sont spécifiques.

Tableau 14 : Nombre de radios écoutes par « forts auditeurs » de radio

Tableau 14 : Nombre de radios écoutes par « forts auditeurs » de radio

Source : Panel radio Médiamètrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs (de radio en général)
Les « forts auditeurs » (>283 QH) cumulent para définition la moitié de l’écoute.

42Les données radio et télévision du Panel 2000-2001 permettent d’avancer un pas de plus dans l’analyse en apportant une information décisive absente des données de Michel Souchon, à savoir la composition sociale des forts et petits consommateurs.

Tableau 15 : Composition sociale des « forts » et « petits » auditeurs et téléspectateurs

Tableau 15 : Composition sociale des « forts » et « petits » auditeurs et téléspectateurs

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs.
Définition : Les « gros consommateurs » cumulent par définition la moitié de l’écoute.
Nota : nous avons souligné en gras les valeurs supérieures par rapport à la structure de la population dans son ensemble (= structure du Panel).

Tableau 16 : « Faibles » et « forts », auditeurs et téléspectateurs en 2000-2001

Tableau 16 : « Faibles » et « forts », auditeurs et téléspectateurs en 2000-2001

Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.
Base : auditeurs.
Définition : les gros consommateurs cumulent par définition la moitié de l’écoute.

43Les forts consommateurs (de radio et de télévision confondues) sont très nettement recrutés parmi les personnes âgées, les catégories ouvrières, les retraités et parmi les détenteurs de diplôme primaire et technique/professionnel. Bref, les groupes des gros consommateurs de ces médias sont très manifestement composés des catégories populaires et des personnes âgées. Une variable contraste, à l’intérieur de ces catégories, la radio de la télévision, le statut d’activité ou d’inactivité : la télévision est nettement plus marquée que la radio par le statut d’inactivité de ses gros consommateurs retraités et autres inactifs.

44Il faut noter ici d’autres différences entre les deux médias : les forts auditeurs de radio sont masculins, les forts téléspectateurs féminins. La radio fortement écoutée l’est par les ouvriers de façon manifeste, davantage que la télévision. Les artisans et commerçants sont surreprésentés parmi les gros auditeurs de radio ; on mesure là une écoute sur le lieu de travail de la radio.

Notes

1 Une première version de ce chapitre a été diffusée dans Glevaric H. et Pinet M., « L’écoute de la radio en France. Hétérogénéité des pratiques et spécialisation des auditoires », Questions de communication, 12, 2007, p. 279-310.

2 Enquête 75 000 « Équipement Radio Médiamétrie », janvier-mars 1996/avril-juin 2000/avril-juin 2001.

3 Tassi P., Modèles statistiques de la mesure d’audience des médias audiovisuels, Paris, Economica, 2005, p. 69-79.

4 Contact signifie séquence d’écoute ici.

5 À cette échelle de temps, l’emploi de la notion de turn-over suppose de ne pas confondre le début de notre observation avec le début des phénomènes observés (d’une certaine manière, on est ici forcément en régime de croisière et le turn-over a déjà eu lieu...).

6 Scannell P., « Radio Times : The Temporal Arrangements of Broadcasting in the Modern World », dans Drummond P. et Paterson R. (dir.), Television and its Audience : International Research Perspectives, Londres, British Film Institute, 1988, p. 15-31.

7 Ellis J., Visible Fictions, Routledge, 1982 ; Williams R., Television, Technology and Cultural Form, London, Routledge, 1990.

8 Contacts entendus au sens de séquences : la personne qui a coché une radio de 8 heures à 9 heures a eu un contact et écouté quatre quarts d’heure.

9 Michel Souchon, sociologue de formation, a été successivement responsable des études à l’ORTF, à l’Ina, à TF1 et à Antenne 2. Souchon M., « Pour une utilisation complexe de l’audimétrie », Hermès. 37, 2004, p. 157-166.

10 Souchon M., « Les recherches sur l’audience au service de la programmation », dans Proulx S. (dir.). Accusé de réception. Le spectateur construit par les sciences sociales, Laval, Presses de l’université de Laval/L’Harmattan, 1998, p. 47-65.

11 Souchon M., art. cit., Hermès, 37, 2004, p. 199. « Cette loi se retrouve à l’intérieur des groupes. Parmi les gens âgés, on retrouve la même règle 1/3 des âgés assurent les 2/3 des heures téléspectateurs âgés. »

12 « Les gens qui regardent peu la télévision n’ont pas une écoute centrée sur les émissions prestigieuses dont ils disent souhaiter la multiplication les seuls genres qu’ils regardent plus que les autres téléspectateurs (en termes relatifs, bien entendu) sont le cinéma et les magazines sportifs ! ». Cf. Souchon M., art. cit.. dans Proulx S. (dir), op. cit., Laval, Presses de l’université de Laval/L’Harmattan, 1998, p. 47-65, p. 56.

13 Reste à savoir ce que l’on peut en dire dans les termes d’une sociologie herméneutique : quelle sorte d’objet social la télévision représente-t-elle pour ces deux types de téléspectateurs ?

14 Nous adressons deux questions aux assertions de Michel Souchon : quelle est la composition sociale (structure) du public des gros téléspectateurs ? Quelle est la composition sociale (structure) du public de chaque genre d’émission ?

15 En fait, on semble trouver là le phénomène dit du « double jeopardy » mis en évidence par William McPhee à propos des DJ radio et des comics dès les années 1930 ; le phénomène de « double pénalité » désigne ce fait commercial que plus un produit a d’acheteurs plus ceux-ci sont fidèles. Cette caractéristique contredit l’idée que les petites audiences sont loyales (« small but loyal »). Les petites chaînes et stations ont ainsi le double problème d’avoir un public mince et volatil.

16 Une telle phrase est fondée sur un paralogisme : en effet, elle affirme une relation d’inclusion entre deux ensembles (les téléspectateurs d’un genre d’émission et les gros téléspectateurs) qui ne sont peut-être que sécants. « Les gens qui utilisent beaucoup la télévision » ne peuvent être téléspectateurs d’un genre que s’ils sont des gros consommateurs ET des téléspectateurs du genre. On n’est pas gros consommateur de TV sans être consommateur de genres (notamment celui dont on constitue la part des gros). Ce paralogisme ne risquerait pas d’en être un si Michel Souchon montrait que les gros utilisateurs consomment TOUS les genres. Souchon M., « "Le vieux canon de 75". L’apport des méthodes quantitatives à la connaissance du public de la télévision », Hermès, 1993, p. 233-245, p. 241.

17 Souchon M., « Pour une utilisation complexe de l’audimétrie », Hermès, 37, 2003, p. 157-166.

18 Une niche se définit par sa cible, c’est-à-dire par le sous-ensemble qu’elle constitue dans la population globale. En toute rigueur, qu’une niche (une cible) ait peu ou beaucoup d’effectifs n’a pas d’influence sur sa dimension de niche.

Table des illustrations

Titre Graphique 3 : Accumulation d’audience sur 21 jours (radio et télévision)
Légende Source : Panel radio Mediamétrie 2000-2001/ClerséLCP ; – champ : univers des 11 ans et plus.Base : ensemble de la population.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 4 : Audience cumulée jour par jour des radios sur trois semaines (sélection de trois généralistes, trois musicales jeunes et deux thématiques)
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : ensemble de la population.Nota : les radios sont classées dans la légende selon leur taux d’audience au premier lundi du Panel
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 5 : Accumulation d’audience sur 21 jours (sélection)
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : ensemble de la population.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Graphique 6 : Nombre de jours de contacts et nombre de contacts discontinus sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 17 ans et plus.Base : auditeurs.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Tableau 7 : Répartition des auditeurs selon leur nombre de jours de contacts sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs. Les chiffres en gras représentent les valeurs les plus élevées en ligne (i. e. le mode de la distribution), les chiffres soulignés les valeurs les plus élevées des colonnes.NB seul le premier contact du jour est ici retenu ; un individu qui aurait écouté une radio à plusieurs reprises dans une journée n’apparaît qu’à travers son premier contact.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Tableau 9 : Répartition des auditeurs selon la fréquence de leurs contacts discontinus un jour ordinaire (mardis semaines 2)
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs du mardi semaine 2.Nota : si n radios étaient cochées pour un même quart d’heure, chacune se voyait attribuer une écoute 1/n quart d’heure.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 10 : Répartition des auditeurs selon la fréquence de leurs contacts discontinus sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs.NB les contacts ont été pondérés par le « zapping », divisés par le nombre de radios cochées lors d’un même quart d’heure.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 11 : Répartition des auditeurs selon leur durée d’écoute sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs.Nous avons souligné en gras les valeurs les plus élevées pour chaque durée d’écoute (lecture en colonne).
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Tableau 12 : Répartition des auditeurs selon la durée moyenne de leurs contacts sur 21 jours
Légende Source Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs.NB : les contacts ont été pondérés par le zapping, divisés par le nombre de radios cochées lors d’un même quart d’heure.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Graphique 7 : Auditeurs cumulant la moitié de l’écoute globale sur 21 jours
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs de chaque radio.Lecture : 5,8 % des forts auditeurs de MFM consomment 50 % du temps d’écoute globale de cette radio. Ils ont écouté au minimum 32 h 30.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 14 : Nombre de radios écoutes par « forts auditeurs » de radio
Légende Source : Panel radio Médiamètrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ univers des 11 ans et plus. Base : auditeurs (de radio en général)Les « forts auditeurs » (>283 QH) cumulent para définition la moitié de l’écoute.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 15 : Composition sociale des « forts » et « petits » auditeurs et téléspectateurs
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs.Définition : Les « gros consommateurs » cumulent par définition la moitié de l’écoute.Nota : nous avons souligné en gras les valeurs supérieures par rapport à la structure de la population dans son ensemble (= structure du Panel).
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Tableau 16 : « Faibles » et « forts », auditeurs et téléspectateurs en 2000-2001
Légende Source : Panel radio Médiamétrie 2000-2001/Clersé-LCP ; champ : univers des 11 ans et plus.Base : auditeurs.Définition : les gros consommateurs cumulent par définition la moitié de l’écoute.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1226/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

© Éditions Mélanie Seteun, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search