Version classiqueVersion mobile

La Radio et ses publics

 | 
Hervé Glevarec
, 
Michel Pinet

Première partie. Qu'est-ce que l’audience statistique pour la sociologie ?

Chapitre III. Un média, des formats

Texte intégral

L’ambiguïté des catégories de radios

1Le monde radiophonique français pourrait au premier abord se représenter à travers un jeu à quatre positions articulant représentations de l’auditoire d’un côté (pour tous vs cibles ou média de l’offre vs média de la demande) et texte (généraliste vs spécialisé) de l’autre.

  • 93 Alors que celles-ci existaient dans les débuts de la radio. « Avant les femmes, les enfants sont sa (...)
  • 94 Les producteurs et réalisateurs de France Culture refusent de s’adresser aux professions intellectu (...)
  • 95 http://wwwradiofrance.fr/radiofrance/rfpub/accueil.

2La représentation de l’auditoire, c’est le collectif que vise la radio, plus ou moins précisé. Il passe de l’audience comme niche à l’audience comme masse. Les radios locales ou communautaires vont indexer leur auditoire au territoire tandis que les radios nationales du service public vont viser l’auditoire le plus large possible (bien qu’objectivement leur texte ne le fasse pas : pas d’émissions pour les enfants sur France Inter, France Musique ou France Culture par exemple93.) Les radios de format ou thématiques se définissent et sont définies par l’objet que constitue leur contenu. Rires et Chansons se constitue socialement comme radio de sketches et de musique pop-rock ; France Culture se définit comme objet social et culturel par son contenu culturel : un auditeur de cette antenne est défini comme un auditeur de ce type de programme (dire « je suis auditeur de France Culture », c’est dire au minimum « je suis auditeur de ce genre de programme » et non pas « je suis un auditeur de musique tsigane »). Même si France Culture et France Musique tiennent le discours universaliste94, France Inter, France Info, Le Mouv’ et France Bleu vendent des cibles comme les radios privées. Radio France Publicité vend, en 2004, France Inter comme « la radio des CSPI+ et des auditeurs adultes95 ». C’est dire que le discours de la cible n’est pas absent.

  • 96 Peterson R., « Audience and Industry Origins of the Crisis in Classical Music Programming : Towards (...)

3« Public radio is not a format », selon la formule rapportée par R. Peterson96. En fait, les radios publiques ont un « block format », c’est-à-dire un format qui est une succession de plages plus ou moins spécialisées dans leur contenu (une émission de rock suit une émission de jazz, etc.), et avec un auditoire qui change d’une émission à l’autre. R. Peterson nous dit que l’option prise par les radios commerciales américaines à partir des années 1950 (moment de l’invention du format) a été d’augmenter leur quart d’heure moyen, c’est-à-dire la durée d’écoute de leurs auditeurs, même au détriment de leur audience cumulée, plutôt que le nombre total de leurs auditeurs. Dans cette perspective, les radios se concentrent sur un genre de programmation (un format), top 40, musiques et informations, rock...

  • 97 Hennion A. et Meadel C., « Programming Music : Radio as a Mediator », Media, Culture and Society, 8 (...)

4À côté des radios de grille (« block format » des radios généralistes et de nombreuses radios associatives), il y a l’ensemble des radios de format qui vont se donner comme collectifs des cibles et des cœurs de cible, selon l’âge, le sexe, la catégorie sociale ou le territoire. Ce champ est logiquement sous hégémonie nationale dans la mesure où, par exemple, un programme communautaire y apparaît comme ciblé. En dehors des cas de radios publiques ou associatives dont la programmation serait indépendante de toute forme de demande, le modèle radiophonique privé met en jeu une relation demande-offre (auditeur-grille) comme processus circulaire où les actions et rétroactions sont entremêlées, ce qu’ont montré A. Hennion et C. Méadel97. Par exemple, il est difficile de saisir si la dimension routinière de l’écoute radiophonique est un effet de l’auditeur ou, au contraire, des radios qui ont appris l’horizontalité des rendez-vous (la grille des programmes).

  • 98 Ahlkvist J. A. et Fischer G., « And the Hits Just Keep on Coming Music. Programming Standardization (...)

5L’analyse que J. Ahlkvist et G. Fischer font de la programmation musicale radiophonique insiste sur l’interdépendance qui existe dans le champ radiophonique commercial entre les radios implantées sur des marchés étendus et les radios de petits marchés, plus spécialisées98. Le champ radiophonique américain qu’ils étudient est duopolistique. Il oppose, en termes français, réseaux (nationaux) et radios locales (niches). Tandis que la rationalisation et la standardisation de la programmation musicale sont confinées aux marchés étendus (nous dirions nationaux), la diversification ou la spécialisation sont le fait de marchés locaux. Les radios ou réseaux du premier marché recherchent le « plus grand auditeur » commun, pour toucher le nombre le plus large, et, pour ce faire, standardisent leur programmation à l’aide d’outils de rationalisation (playlists, marketing, tests en auditorium...) tandis que celles du second marché peuvent diversifier leur programmation, ce qui assure leur survie. Les analyses statistiques sur le terrain étatsunien manifestent le lien entre d’une part la taille des marchés et des réseaux, la rationalisation de la production, l’attention mutuelle aux autres radios plutôt qu’à l’industrie du disque, la promotion d’une audience nationale, et, d’autre part, la standardisation de la programmation musicale (objectivée à l’aide d’un critère de rotation des playlists radiophoniques).

  • 99 Nous reprenons là deux étiquettes utilisées par Médiamétrie dans ses classements. À l’instar de tou (...)
  • 100 Les données Yacast de 2001 sur la diffusion radiophonique des titres indiquent bien que Fip est la (...)
  • 101 La spécificité musicale d’une radio pop-rock nationale de service public comme Radio 1 de la BBC ré (...)
  • 102 Cette catégorisation émanant d’un acteur du monde radiophonique, elle n’est pas exempte d’intérêt b (...)

6Le texte des radios peut être appréhendé, lui, par des figures idéales que sont le programme généraliste et le programme spécialisé/thématique99. Pour partie, ces catégories visent à désigner les radios de programmes que sont RTL, Europe 1 et France Inter et les radios de flux, que sont les radios diffusant de la musique. Les premières ont un programme éclectique de genres d’émissions, parlées, musicales, d’information, de jeux, les secondes sont avant tout musicales et interactives. En fait, ces catégories sont à la fois très agrégatives et très ambiguës. Qu’en est-il de toutes les radios associatives, communautaires ? La généralité d’une antenne peut en effet désigner ses genres d’émissions (magazines d’information, entretiens, reportages...) ou son style musical (pop, rock, jazz, groove, etc.). Fip (radio musicale du service public diffusée en hertzien sur Paris, Bordeaux, Nantes et Strasbourg) est aussi en ce sens une radio généraliste100. NRJ est de même en une certaine mesure une généraliste parce que sa programmation musicale reste relativement diversifiée plutôt que thématique, voire spécialisée (à l’inverse de Skyrock sur le rap et le R&B). Plus rigoureusement, les catégories de généraliste et de thématique ne sont pas tout à fait des catégories textuelles parce qu’elles incorporent sans le dire une dimension du public : les généralistes sont généralistes parce que leur public le serait ; les thématiques sont un peu une catégorie par défaut101. La régie publicitaire IP France, à travers son Observatoire de la radio 2001-2002, offre la possibilité de se représenter graphiquement la répartition des genres d’émission des radios du Panel. Bien que construit à partir d’une agrégation des séquences (il y a par exemple des informations sous forme de flashs sur toutes les radios musicales qui sont négligées ici), il permet de faire apparaître les trois grands formats de radio : les radios de programme magazines et journalistiques, les radios de programmes musicaux et les radios de programmes musicaux et parlées ou journalistiques102.

Graphique 1 : Programmes selon les stations

Graphique 1 : Programmes selon les stations

Radios non renseignées : Locales France Bleu, France Culture. France Musique et France Info.
Source : IP France, L’Observatoire de la radio 2001-2002. Offre par station 2001.

Le paysage français de la radio : un monde hétérogène de catégories et de formats

7Le monde radiophonique est un monde hétérogène parce que les variables qui le structurent sont à la fois multiples (juridique, historique, musicale...) et discrètes, selon les radios. Autant il est envisageable de se figurer dans ses grandes lignes le monde des genres musicaux radiophoniques à l’aide de quelques grandes catégories, autant il est ardu de se représenter le monde institutionnel et juridique de la radio.

8Une radio peut d’abord être définie par sa catégorie de service (service public, A, B, C, D et/ou E – cf. légende du tableau ci-après) et par son format (généraliste, thématique, musical), format qui comprend lui-même des sous-formats (Europe 1 et RMC sont généralistes de « talk » par exemple) et des sous-cibles (jeune, jeune adulte, adulte, âge...). Le croisement de ces deux dimensions de catégorie et de format va délimiter autant les conditions du recours au fonds de soutien public ou à la publicité nationale et/ou locale, les obligations de programmation de chansons francophones, qu’une certaine identité sociale et musicale de la radio. En effet, le format sert au CSA pour viser une certaine diversité radiophonique sur les quelque 775 zones couvrant le territoire national. À cela, il faut ajouter les régies publicitaires. Il y avait en 2001 trois grandes régies publicitaires radiophoniques en France, NRJ Régies, Lagardère Active Publicité et IP, et des régies individuelles : Skyrégie et RMC régie par exemple. Le tableau suivant synthétise l’ensemble de ces variables.

Tableau 3 : Catégories et formats des radios du Panel

Tableau 3 : Catégories et formats des radios du Panel

Source : Clersé-LCP/CSA (www.csa.fr), 2004
Légende des catégories de service : A ; radios associatives de proximité ou communautaires, éligibles au fonds de soutien à l’expression radiophonique,
B : stations locales ind
épendantes et commerciales; C : stations locales ou régionales affiliées ou abonnées à des réseaux nationaux.
Il s’agit pour l’essentiel de radios musicales dont les deux cibles principales sont les 15/25 ans et les 25/49 ans ; D : stations qui reprennent le signal des r
éseaux thématiques nationaux (radios de décrochages locaux) ; E : les trois radios généralistes nationales, Europe I, RTL et RMC Info.

Le périmètre musical des radios nationales

9Il est possible de distinguer quelques grandes catégories musicales de radios : les radios de variétés françaises (et internationales) qui représentent la tendance majoritaire (France Bleu, Chérie FM, Nostalgie, Europe 1, France Inter, RTL, RTL2 par exemple), les radios de pop-rock international (Europe 2, Le Mouv’, Ouï FM), les radios mixtes des deux précédentes catégories (NRJ), les radios rap (Skyrock et Ado FM) et, enfin, les radios groove et dance (Fun Radio, Voltage FM, Contact FM par exemple), auxquelles s’ajoutent les radios de musique classique (France Musique et Radio Classique par exemple), celles de jazz (TSF, Fréquence jazz, Swing FM) et toutes les radios de musiques nationales (Radio Latina, Radio Soleil, etc.).

  • 103 Nous remercions ici les responsables de la société Yacast de nous avoir fourni les données de diffu (...)

Graphique 2 : Répartition des genres musicaux par radios en 2001 des radios du Panel. Cumul annuel des diffusions appartenant à chaque genre pour chaque station103

Graphique 2 : Répartition des genres musicaux par radios en 2001 des radios du Panel. Cumul annuel des diffusions appartenant à chaque genre pour chaque station103

Source : Yacast, année 2001 (lun-dim, 24h/24).
Lecture : en 2001, les titres de « variété française » diffusés sur MFM ont représenté 63 % de l’ensemble des titres diffusés sur cette antenne
(ces titres ont été à la fois différents et identiques)

  • 104 Ainsi sous cet angle, la comparaison de la distance musicale et/ou sociale qui existe entre la musi (...)
  • 105 En fait, la programmation radiophonique la plus éclectique de la bande FM analysée par Yacast est c (...)

10Les données annuelles de diffusion des titres musicaux en 2001 ne sont pas sans surprises, nonobstant la relativité des catégories musicales mobilisées, c’est-à-dire la valeur (ou la distance) musicale et sociale d’un genre par rapport à un autre104. Une première lecture (de gauche à droite) indique que parmi les radios du Panel, trois grands groupes apparaissent : les radios au profil variété dont la dominante est francophone, les radios au profil pop-rock dont la dominante est internationale et, enfin, les radios au profil R&B, genre qui n’apparaît pas ici, mais qui nous servira à réunir les genres groove, dance et rap. Sous l’angle de ces sous-genres, les trois radios jeunes, NRJ, Fun Radio et Skyrock, ont un profil moins monolithique qu’il ne paraît au premier abord. Sous l’angle de la diversité, France Inter est la radio la plus éclectique105.

11Le rapport 2003 de L’Observatoire de la musique sur La diversité musicale dans le paysage radiophonique construit un degré d’endogamie, soit de mesure de la proportion de titres en commun dans les Top 40 des radios du Panel :

  • les radios jeune ont en commun 11 titres sur 13 ;

  • les radios jeune-adulte ont en commun 6 titres sur 9 ;

  • les adultes ont en commun 1 titre sur 5 ;

  • les radios généralistes ont en commun 1 titre sur 4.

  • 106 Ahlkvist J. A, et Fischer G., « And the Hits Just Keep on Coming Music. Programming Standardization (...)

12La logique de la programmation musicale radiophonique veut que si l’homogénéité musicale caractérise les radios jeunes musicales et l’hétérogénéité les généralistes, ces dernières sont alors notablement plus segmentées. Si les radios jeunes partagent un même univers de références, ce n’est pas le cas des radios adultes et généralistes. Voilà le paradoxe : l’ensemble des radios adultes et généralistes est beaucoup plus segmenté ou diversifié que celui des radios jeunes106.

Un espace de concurrence accrue

13« La France de l’avant-guerre, écrit Cécile Méadel (2002), connaît une situation beaucoup plus concurrentielle avec la coexistence d’une quinzaine de radios publiques et de treize stations privées. » Après-guerre, le champ se raréfie.

« Jusqu’au milieu des années cinquante, l’univers de la radio est peu concurrentiel. Les postes privés se partagent le territoire (Monte-Carlo au Sud-Est, Andorre au Sud-Ouest, Luxembourg au Nord). Le nombre de récepteurs radios augmente fortement : on passe de 8,5 millions en 1949 à 13 millions en 1961, ce qui fait que l’audience de toutes les stations calculée en chiffres bruts augmente de manière importante. Non seulement, il y a croissance du nombre de récepteurs, mais la durée d’écoute augmente parallèlement. L’installation d’Europe no 1 [en 1955] bouleverse le jeu et cette concurrence est attisée, voire mise en scène, par la présentation des résultats de l’enquête Ifop/Etmar [mise en œuvre en 1949]. En effet, elle ne s’exerce par principalement entre postes privés, mais entre la nouvelle venue Europe no 1 et les stations de la RTF.

  • 107 Meadel C., « Du développement des mesures d’audience radiophoniques », dans Eveno P et Marseille J. (...)

La chute est brutale pour ces dernières qui perdent entre 1955 et1958 jusqu’à la moitié de leurs auditeurs pour certaines tranches107 »

  • 108 Cheval J.-J., Les radios en France. Histoire, état et enjeux, Rennes, Éditions Apogée, 1997, p. 82.

14À partir des années 1980 vont s’ajouter aux ex-radios dites périphériques et à celles du service public, dont les noms actuels existent depuis 1963, un second ensemble constitué des radios issues de la libéralisation des ondes ou de ce qu’elle a permis (légalisation rétroactive de la publicité sur les radios locales privées en 1982, constitution de réseaux nationaux par rachat de plus petites stations en 1986) ; il s’agit des réseaux de radios musicales jeunes que sont devenus NRJ, RFM, Fun Radio, Skyrock, Nostalgie108.

  • 109 Cheval J.-J., « Le public des radios locales privées : évolution nationale et exemples aquitains », (...)

« À partir de 1984, on change clairement d’époque, écrit Jean-Jacques Cheval. Partout en France, à la question "qui parle sur les radios libres", aux accents politiques et sociaux, se substitue celle de "qui écoute les radios locales privées" à la signification clairement intéressée. Déjà les rapprochements qui s’amorcent entre elles sont annonciateurs de la création des réseaux nationaux qui apparaissent d’ailleurs la même année avec le premier d’entre eux : NRJ. [...] NRJ devient vite la plus célèbre et la plus représentative des nouvelles radios FM. On connaît le succès de cette radio parisienne qui, en se constituant un réseau de stations franchisées puis de filiales, a réussi à diffuser son programme parisien à travers toute la France, venant faire jeu égal avec les radios périphériques et publiques nationales109 ».

15À partir des années 1990 d’autres radios nationales vont se créer sur la base d’un format générationnel et musical, à l’exemple de RTL 2 ou du Mouv’ ; ce sont des radios des intermédiaires et des interstices qui prennent acte et s’appuient sur la fragmentation de l’audience, en termes d’âge et de goûts musicaux principalement. Europe 2, créée en 1986, qui voulait être le « Skyrock blanc » par sa programmation rock, a un public de trentenaires comme on le verra plus tard. Depuis le 1er janvier 2008, Europe 2 s’est transformée en Virgin Radio (propriété du groupe Lagardère Active, mais avec un contrat de franchise et l’usage de la marque Virgin Group).

  • 110 Cf. Annexe XII.

16De façon exemplaire, une modification récente des quotas de chansons françaises entérine cette nouvelle structuration par format. La précédente loi du 1er février 1994 sur les quotas de chansons d’expression française imposait à la grande majorité des radios la diffusion, aux heures d’écoute significative, d’un minimum de 40 % de chansons d’expression française, dont la moitié au moins provenant de nouveaux talents ou de nouvelles productions. En 2000, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a entériné une évolution du monde des radios musicales en France. La loi du 1er août 2000 a, en effet, proposé aux radios musicales la possibilité de choisir l’une des deux options dérogatoires à la règle unique110 :

    • 111 Par nouvelle production, il faut entendre toute création discographique, pendant un délai de six mo (...)

    soit, pour les radios spécialisées dans la mise en valeur du patrimoine musical, 60 % de titres francophones, dont un pourcentage de nouvelles productions111 pouvant aller jusqu’à 10 % du total, avec au minimum un titre par heure en moyenne. Ce format est exigeant sur les francophones et peu sur les nouveaux talents ;

    • 112 La notion de nouveau talent désigne tout artiste ou groupe d’artistes qui n’a pas obtenu, précédant (...)

    soit, pour les radios spécialisées dans la promotion de jeunes talents, 35 % de titres francophones, dont 25 % au moins du total provenant de nouveaux talents. Ce format est exigeant sur les nouveaux talents112 et peu sur les francophones.

  • 113 La Lettre du CSA, no 139, avril 2001.

17Sur les 21 opérateurs contrôlés mensuellement par le CSA, qui représentent 95 % de l’audience des radios musicales, 14 ont fait le choix de l’une de ces options et ont sollicité une modification de leur convention. 11 ont choisi de diffuser 35 % de chansons d’expression française et 25 % de nouveaux talents, trois ont opté pour 60 % de chansons d’expression française et 10 % de nouvelles productions. Ces choix correspondent aux publics visés par ces stations : public jeune pour les premières, public adulte pour les secondes. Sept radios sont restées à la règle antérieure. Le changement des formats CSA confirme l’évolution actuelle des radios musicales dont le programme, conçu au début des années 1990 comme généraliste pour toucher la cible la plus large, tend vers une segmentation croissante en fonction du public visé et du genre musical mis en valeur (sic)113.

  • 114 Glevarec H., « Musiques et médias en France : le regard sociologique », dans Dauncey H. et Le Guern(...)

18Comme nous l’avons montré en comparant les diffusions musicales entre 1996 et 2005, le paysage radiophonique français est allé dans le sens du formatage musical, à savoir de la spécialisation des radios dans un genre, qui aboutit aux grands genres musicaux actuels114. En 1996, les formats musicaux demeurent encore relativement éclectiques et les formats généralistes ont une forte dominante francophone. En 2005, les formats se sont précisés à travers des spécialisations musicales par genres dominants. La multiplicité des webradios sur les sites des principaux groupes de musique accentue ce phénomène de spécialisation musicale. Pour autant, les données les plus récentes n’indiquent pas de transfert massif de l’audience vers les nouveaux supports que sont le streaming, l’écoute en différé, la télévision ou le téléphone.

  • 115 Id.

19L’apparition d’Internet, ses effets sur la disponibilité de la musique pour les jeunes générations, tend à infléchir les politiques de programmation des radios musicales jeunes dans un mouvement double, contrasté, d’une part de formatage musical accru, à savoir de spécialisation des radios dans un genre, et d’autre part, de déformatage structurel, l’ouverture des playlists et la réduction des taux de rotation (entre 2003 et 2006)115. Cette évolution semble signaler une perte du monopole des fonctions de prescription des intermédiaires culturels que sont les radios musicales.

20L’évolution longitudinale de l’audience cumulée des radios indique qu’entre 1998 et 2004 le monde des taux d’audience radiophonique a connu des transformations dans le sens d’un rapprochement des radios.

  • 116 Source : Médiamétrie Enquêtes 75 000 et 75 000 + ; champ : lundi/vendredi - 5 h/24 h ; base : 15 an (...)

21Le champ de l’audience radiophonique n’est plus sous le coup d’une domination d’un seul acteur. Le propre du champ de la radio c’est, depuis la libéralisation des ondes, de s’être homogénéisé : les différentes radios sont beaucoup plus proches maintenant qu’avant en termes de présence auprès du public : la croissance des audiences de NRJ, Skyrock, Fun Radio, France Info ou des radios indépendantes par exemple accompagne la baisse historique de RTL notamment116.

Notes

93 Alors que celles-ci existaient dans les débuts de la radio. « Avant les femmes, les enfants sont sans doute le premier public spécialisé que se donnent les stations de radio. Dès ses premières émissions le poste de Radio Lille leur consacre un créneau horaire », écrit Cécile Méadel. Meadel C., Histoire de la radio des années trente, Paris, Anthropos/Ina, 1994. p. 347.

94 Les producteurs et réalisateurs de France Culture refusent de s’adresser aux professions intellectuelles, ou même à toute autre catégorie, les personnes retraitées par exemple, qui en constituent pourtant les catégories surreprésentées et les plus affines de cette antenne. Glevarec H., « Les producteurs de radio à France Culture, "journalistes", "intellectuels" ou "créateurs" ? : de la», Réseaux, 86, 1997, p. 13-38

95 http://wwwradiofrance.fr/radiofrance/rfpub/accueil.

96 Peterson R., « Audience and Industry Origins of the Crisis in Classical Music Programming : Towards World Music », dans Pankratz D. B. et Morris V. B. (dir.). The Future of the Arts, Praeger, 1990, p. 207-227, p. 218.

97 Hennion A. et Meadel C., « Programming Music : Radio as a Mediator », Media, Culture and Society, 8/3, 1986, p. 281-303.

98 Ahlkvist J. A. et Fischer G., « And the Hits Just Keep on Coming Music. Programming Standardization in Commercial Radio », Poetics, 27/, 2000, p. 301-325.

99 Nous reprenons là deux étiquettes utilisées par Médiamétrie dans ses classements. À l’instar de toute définition, la catégorisation des radios est un enjeu. Ainsi face à la notion de radio généraliste de Médiamétrie, IP France, régie publicitaire des radios RTL, RTL2, Fun Radio, Sud Radio, Wit FM et MFM, propose celle de radios multithématiques (dans une logique commerciale, une telle représentation permet de mieux vendre de la spécificité aux différents annonceurs possibles d’une radio généraliste).

100 Les données Yacast de 2001 sur la diffusion radiophonique des titres indiquent bien que Fip est la radio la plus éclectique.

101 La spécificité musicale d’une radio pop-rock nationale de service public comme Radio 1 de la BBC réside dans son association (« crossover ») de deux catégories de goûts opposés, écrit David Hendy, le goût spécialisé (« specialist ») et le goût dominant (« mainstream »). Ceci dit, Radio 1 reste une radio dont le texte, même dualiste, reste thématique (la musique rock). Cf. Hendy D, « Pop Music Radio in the Public Service : BBC Radio 1 and New Music in the 1990s », Media, Culture and Society, 6, 2000, p. 743-761, p. 745.

102 Cette catégorisation émanant d’un acteur du monde radiophonique, elle n’est pas exempte d’intérêt bien compris. Par exemple, catégoriser, en 2004, en conseil l’émission de Loubna Méliane sur Fun Radio (radio de la régie) et non l’ensemble des libres antennes radiophoniques peut poser un problème ! Nous renvoyons en annexe II les grilles de programmes des radios du panel pour l’année 2001-2002.

103 Nous remercions ici les responsables de la société Yacast de nous avoir fourni les données de diffusion musicale pour l’année 2001.

104 Ainsi sous cet angle, la comparaison de la distance musicale et/ou sociale qui existe entre la musique classique et le jazz par exemple et celle entre le genre pop-rock international et le genre pop-rock francophone pourrait amener à ranger tous les genres pop/rock, rap, groove et dance dans une seule catégorie des musiques rock, hip-hop et électro au sens large...

105 En fait, la programmation radiophonique la plus éclectique de la bande FM analysée par Yacast est celle de Fip, radio diffusée, en dehors du satellite, du câble et d’Internet, uniquement en hertzien à Paris, Bordeaux, Nantes et Strasbourg Nous nous sommes tenus ici aux radios nationales du panel.

106 Ahlkvist J. A, et Fischer G., « And the Hits Just Keep on Coming Music. Programming Standardization in Commercial Radio », Poetics, 27, 2000, p. 301-25, p. 323. Nous renvoyons pour d’autres développements à notre travail sur les radios jeunes.

107 Meadel C., « Du développement des mesures d’audience radiophoniques », dans Eveno P et Marseille J. (dir), Histoire des industries culturelles en France, ADHE, 2002, p. 407-417, p. 410, p. 14-15.

108 Cheval J.-J., Les radios en France. Histoire, état et enjeux, Rennes, Éditions Apogée, 1997, p. 82.

109 Cheval J.-J., « Le public des radios locales privées : évolution nationale et exemples aquitains », dans de Bussière M. et al. (dir). Histoire des publics à la radio et à la télévision, Actes de la journée du 20 mars 1992, Paris, Comité d’histoire de la radio, Comité d’histoire de la télévision et GEHRA, 1994, p. 145-155, p. 148-149.

110 Cf. Annexe XII.

111 Par nouvelle production, il faut entendre toute création discographique, pendant un délai de six mois à compter de la date de première diffusion sur l’une des radios du panel Ipsos Music.

112 La notion de nouveau talent désigne tout artiste ou groupe d’artistes qui n’a pas obtenu, précédant son nouvel enregistrement, deux albums disques d’or (100 000 albums vendus), et qui a publié son premier disque à partir de 1974 (année d’instauration des certifications or, double or, platine et diamant).

113 La Lettre du CSA, no 139, avril 2001.

114 Glevarec H., « Musiques et médias en France : le regard sociologique », dans Dauncey H. et Le Guern Ph, (dir). Stéréo Sociologie comparée des musiques populaires : France / Grande-Bretagne, Puceul/Paris, Mélanie Séteun/Irma, 2008, p. 123-140.

115 Id.

116 Source : Médiamétrie Enquêtes 75 000 et 75 000 + ; champ : lundi/vendredi - 5 h/24 h ; base : 15 ans et plus jusqu’en avril-juin 2002, 13 ans et + à partir de la vague sept.-oct. 2002. NB : On ne peut faire de comparaison d’audience entre les enquêtes 75 000 (vagues publiées jusqu’en nov.-dec. 1998) et 75 000 + (vagues publiées à partir de janv.-mars 1999). Origine : http://www.lesindependants.com/radioscopie/frequences.asp.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Programmes selon les stations
Légende Radios non renseignées : Locales France Bleu, France Culture. France Musique et France Info.Source : IP France, L’Observatoire de la radio 2001-2002. Offre par station 2001.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 3 : Catégories et formats des radios du Panel
Légende Source : Clersé-LCP/CSA (www.csa.fr), 2004Légende des catégories de service : A ; radios associatives de proximité ou communautaires, éligibles au fonds de soutien à l’expression radiophonique,B : stations locales indépendantes et commerciales; C : stations locales ou régionales affiliées ou abonnées à des réseaux nationaux.Il s’agit pour l’essentiel de radios musicales dont les deux cibles principales sont les 15/25 ans et les 25/49 ans ; D : stations qui reprennent le signal des réseaux thématiques nationaux (radios de décrochages locaux) ; E : les trois radios généralistes nationales, Europe I, RTL et RMC Info.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Graphique 2 : Répartition des genres musicaux par radios en 2001 des radios du Panel. Cumul annuel des diffusions appartenant à chaque genre pour chaque station103
Légende Source : Yacast, année 2001 (lun-dim, 24h/24).Lecture : en 2001, les titres de « variété française » diffusés sur MFM ont représenté 63 % de l’ensemble des titres diffusés sur cette antenne (ces titres ont été à la fois différents et identiques)
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1220/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

© Éditions Mélanie Seteun, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search