Version classiqueVersion mobile

La Radio et ses publics

 | 
Hervé Glevarec
, 
Michel Pinet

Première partie. Qu'est-ce que l’audience statistique pour la sociologie ?

Chapitre II. Définition de l’auditeur et signification de la période de l’enquête Panel de Médiamétrie

Texte intégral

Se déclarer auditeur

  • 69 « Par "données brutes", j’entends désormais des données dont la validité ne peut être mise en quest (...)
  • 70 Searle J. R, La Construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard, 1998.
  • 71 « L’audimètre portable est un dispositif de mesure de l’audience de la taille d’un pager, que porte (...)
  • 72 L’item de base ne sera plus alors « déclaré un contact » mais « être en contact » (puisque la radio (...)

1Il faut rappeler que les contacts du Panel ne sont pas des données brutes (brut facts)69 au sens d’unités de base que l’on aurait ramassées en se penchant et qui seraient exonérées de tout processus de construction ou d’interprétation, ou exemptes de tout support institutionnel70. Une grille de codage telle que la propose l’enquête Panel pré-structure un certain nombre de faits, nécessite une réflexivité et entraîne une suspension des routines. L’audimètre portable71 tendra-t-il vers cette pureté herméneutique (parce qu’il est une machine)72 ? 2003 est en effet l’année où un certain nombre de pays ont mis en œuvre des tests de mesure de l’audience tous médias confondus (y compris Internet) grâce à un moniteur porté par les individus (mais qu’en est-il de l’écoute au baladeur ?).

  • 73 Twyman T., « Measuring Audiences to Radio », dans Kent R. (dir). Measuring Media Audiences, NewYork (...)
  • 74 Durand J., « Les études sur l’audience de la radiotélévision en France », Quaderni, 35, 1998, p. 79 (...)
  • 75 Ang I., « Living-Room Wars, New Technologies, Audience Measurement and the Tactics of Television Co (...)
  • 76 Antoine F., « Méthodologie de la mesure de l’audience en radio : diversité des méthodes et divergen (...)
  • 77 Cheval J.-J., « L’audience de la radio en Aquitaine, Les Médialocales 1999-2000 », op. cit., p. 35- (...)

2Une fois ceci admis, nous pouvons aborder la mesure de la pratique radiophonique et les réflexions dont elle a fait l’objet. Sa remémoration est plus difficile que pour les autres médias selon Twyman qui rappelle d’autres de ses caractéristiques73 : sa pratique partagée avec d’autres activités, sa mobilité, la dimension de flux de ses programmes, la multiplicité des opérateurs. Un certain nombre d’enquêtes anglo-saxonnes ont été menées pour comparer les cinq principales techniques de recueil de déclarations – l’enquête téléphonique (systematic recall), le carnet d’écoute (diary), l’enquête de pratiques (general habits), l’entretien in situ (coincidential interviewing) et le boîtier audimétrique (recording devices) ; la technique du carnet d’écoute individuel apparaissait, dans les années 1960, la technique recueillant les taux les plus élevés de déclarations. Toutefois, un critère d’activité routinière et d’écoute en contexte semble avoir une incidence dans le sens d’une sous-déclaration des contacts radiophoniques quand les enquêtés ont à remplir un carnet d’écoute prenant en compte la télévision ou quand ils sont de grands téléspectateurs74. De son côté, Ien Ang rappelle les critiques portées au carnet d’écoute : ce dernier dépend de la capacité subjective à se souvenir, de motifs d’investissement différents. Elle donne comme exemple la situation des personnes âgées à domicile plus promptes à remplir sérieusement un tel carnet que les jeunes75. F. Antoine écrit de la méthodologie du carnet d’écoute qu’elle permet une consignation plus précise des usages médiatiques que l’interview et fournit une évaluation plus exacte du temps consacré par le panéliste à l’écoute de chaque station76. J.-J. Cheval rappelle, lui, que ces méthodologies renforcent les auditoires réguliers77.

  • 78 Conein B. et Jacopin E., « Action située et cognition : le savoir en place », Sociologie du travail (...)
  • 79 Chabrol J.-L et P. Perin, Le Zapping. Paris, CNET, 1991.
  • 80 Quere L., « L’interprétation en sociologie », dans Quere L. (dir.), La Sociologie à l’épreuve de l’ (...)
  • 81 Chalvon-Demersay S., « La mesure du public : approche généalogique de l’audience télévisuelle », Qu (...)

3La méthode du carnet d’écoute n’est qu’un moyen parmi d’autres de saisir des pratiques qui ont un certain lien à la déclaration. Elle ne permet en aucune façon de saisir l’éventuel zapping accéléré d’un conducteur au volant de sa voiture. Elle saisit un zapping, mais de second ordre. Le zapping de premier niveau correspond à celui de l’action située (séquences éminemment courtes). Situé, parce qu’il renvoie à la réaction immédiate à l’écoute d’un programme et donc, plus largement, à sa saisie par des outils de l’action située78. Un second niveau de zapping des séquences courtes a été saisi par J.-L. Chabrol et P. Perin qui ont montré que l’économie du zapping télévisuel, celle des séquences courtes, est rapide parmi les cadres, les jeunes et les faibles consommateurs, et lente au sein des catégories inactives, populaires et des grands téléspectateurs79. Le carnet d’écoute n’est pas non plus une méthode d’enquête interprétative, il ne permet pas de saisir, par exemple, le « ça dépend », cette formule si fréquente dans le discours des individus quand ils doivent rendre compte de leurs pratiques d’écoute et de ses raisons. Il y manque forcément deux éléments : l’essentiel du moment herméneutique de toute activité sociale, c’est-à-dire la signification vécue de l’écoute ; et, a fortiori, la situation herméneutique fondamentale, à savoir le temps même de la réception située qui correspond aux questions80 : que comprend-on ? Pourquoi arrête-t-on d’écouter à tel moment ? Ne rajoutons pas à la réflexion une hypothèse de légitimité culturelle à l’endroit de certaines radios qu’il serait bien d’indiquer écouter (« le désir de sauvegarder une certaine image de soi », écrit Sabine Chalvon-Demersay81), pour ne pas crouler sous la critique.

  • 82 Passeron J.-C, Préface à J.-J. Chevaldonné. La communication inégalitaire, Paris, CNRS, 1981

4Travaillons-nous à partir d’une boîte noire des contacts/non-contacts ou bien des variables sont-elles disponibles pour interroger le rapport différentiel des groupes à l’enquête par carnet d’écoute ? Cette méthodologie a-t-elle un effet de neutralisation sur le rapport différentiel des groupes à ce type d’interrogation, de contraintes quotidiennes et de rapport à la radio ? Notons ici simplement que le rapport d’enquête, de type institutionnel, qu’est le remplissage d’un carnet d’écoute, soutenu d’une gratification pour assiduité sur les trois semaines (Médiamétrie offre en effet aux panélistes assidus un cadeau), n’introduit ni enquêteur en chair et en os d’un côté, ni objet surchargé de sens de l’autre82.

5La subjectivité d’une déclaration d’écoute est un atout et non un défaut. Autrement dit, il faut se saisir du biais subjectif du carnet d’écoute pour le faire signifier, en tirer le meilleur parti et non rechercher un outil de mesure de l’audience dont la réussite absolue serait de ne saisir que des actes d’allumage et de fermeture. Les mesures les plus objectives d’une pratique n’en saisiront jamais la qualité. Autrement dit, même le dernier outil de mesure en date de l’audience radiophonique, à savoir la montre-enregistreuse, ne dit rien sur les motifs, les usages et les modalités de la réception. De même il n’est pas dans la nature du contact de recouvrir une appréciation ou un choix positif, mais parfois seulement un essai par exemple.

6Il y a forcément un usage abusif des données statistiques, celle de croire en la force et en l’homogénéité de leur mesure du contact : bien que déclaratifs, les contacts n’ont pas tous la même force, ils n’ont pas tous la même signification. De fait, le niveau d’analyse est ici ce niveau agrégé où les contacts sont plus structurants que les présences (en effet, la force de l’attention ne peut être mesurée), les présences plus structurantes que les durées (puisque ces dernières sont ramenées au quart d’heure moyen, nous le verrons). C’est donc par un abus du langage naturel que l’on dira ici des auditeurs « qu’ils ont écouté » plutôt « qu’ils ont déclaré un contact avec une radio » ou « qu’ils ont indiqué une écoute ». De surcroît, traiter de façon globale (sur 21 jours) l’auditoire néglige la structuration temporelle des grilles (ce que les professionnels de radio appellent l’horloge). Cela homogénéise les contacts.

  • 83 En l’occurrence, « la représentativité a été assurée par le respect des quotas suivants (en tenant (...)

7Ce qui demeure inexpugnable dans l’enquête statistique, c’est la méthode des quotas, à savoir le modèle traditionnel français (et Médiamétrie fonctionne comme les grands instituts de mesure statistique [Insee par ex.]) de construction d’un panel représentatif (par opposition à un tirage aléatoire) doublée d’un redressement83.

Tableau 1 : Le carnet d’écoute de l’enquête Panel de Médiamétrie sur 21 jours en 2000-2001

Tableau 1 : Le carnet d’écoute de l’enquête Panel de Médiamétrie sur 21 jours en 2000-2001

MÉDIAMÉTRIE
Source Données papier du Panel radio 2000-2001. Univers des 11 ans et plus. Principaux résultats et résultats complémentaires. Médiamétrie. 2001.

Le carnet d’écoute

  • 84 Ces périodes d’enquête peuvent être évidemment marquées d’événements particuliers qui entachent cet (...)
  • 85 Tassi R, Modèles statistiques de la mesure d’audience des médias audiovisuels, Paris, Economica, 20 (...)

813 190 individus ont reçu de Médiamétrie un carnet d’écoute. 9985 individus ont rempli ce carnet auto-administré sur toute la durée de 23 jours (soit 75,7 % de panels complets). L’enquête a été menée en deux vagues : une première du 9 au 29 octobre 2000, une seconde du 15 janvier au 4 février 2001. Ces deux périodes sont considérées comme neutres, c’est-à-dire ordinaires – ce qui est un choix sociologique en soi –, du point de vue de l’écoute radiophonique84. Le panel est ensuite constitué par assemblage de ces deux périodes d’enquête distinctes mais formellement identiques. Ce choix méthodologique crée donc un lundi de semaine moyen, un mardi moyen, une période de trois semaines moyenne, etc. Il crée un artefact sociologique qui tend à écraser les effets conjoncturels d’une enquête sur une période unique. À ce carnet s’ajoute un questionnaire d’habitudes d’écoute. Des relances téléphoniques sont effectuées par Médiamétrie au cours du panel85.

9Il est demandé aux gens de remplir un carnet d’écoute sur la semaine (renvoyé à la fin de chaque semaine) qui croise en ligne la journée divisée en quarts d’heure et en colonne 18 radios nationales, les locales de Radio France, celles du groupement des Indépendants et de IP France, Radio Classique (d’après leur audience quand elle est significative selon les Médialocales urbaines de Médiamétrie), et les autres stations entendues dans la région de l’enquêté. La base de données exploitée comprend, elle, 18 stations nationales et les locales de Radio France (nationalisée en une catégorie unique France Bleu) et une catégorie autres radios constituée essentiellement des radios locales. Ces amalgames sont à la fois un avantage face à des centaines de radios locales ou frontalières, mais débouchent aussi sur un taux d’audience artefactuel très élevé, sinon le plus élevé.

  • 86 Panel radio 2000-2001, Médiamétrie, ibid. Cf. annexe X.

10Le carnet d’écoute est décliné en 16 zones régionales et il fait l’objet d’une permutation circulaire des radios de façon à ce que l’ordre dans la disposition graphique des radios ne privilégie aucune radio. En fonction des réponses incomplètes sur 21 jours, le panel constant d’individus est redressé selon les variables traditionnelles de sexe, d’âge, de profession et de région86.

11À la différence de la « 126 000 », l’autre enquête menée cette fois en continue par Médiamétrie, qui consiste à interroger par téléphone tout au long de l’année environ 126 000 individus sur leur écoute de la veille, l’enquête Panel sur 21 jours comprend moins d’individus enquêtés et une méthodologie qui a aussi ses limites, mais possède le très grand avantage d’être une enquête saisissant la pratique temporelle de mêmes individus. De plus, son échantillon de près de 10 000 personnes est suffisamment grand pour permettre des tris fins sur des auditoires de faible taille. Elle offre de plus la possibilité de travailler sur la population des 11-15 ans. L’auditeur a ici une définition méthodologique minimale que donne Médiamétrie : « Est défini comme auditeur tout individu âgé de 11 ans et plus, ayant écouté la radio au moins une fois au cours d’un quart d’heure, quelle que soit la station ou la période considérée. » On le voit, par rapport à notre réflexion, il conviendrait d’y substituer « s’est déclaré auditeur ». Le quart d’heure est l’unité minimale de comptabilité, mais ce n’est pas une unité nécessairement pleine. Un individu peut avoir écouté une seule minute une radio, l’unité minimale qu’il décidera de cocher sur son carnet restera le quart d’heure. On pourrait ainsi faire l’hypothèse que les durées d’écoute réelles sont sans doute tendanciellement inférieures aux durées chiffrées, mais la sous-déclaration reste tout aussi probable. En résumé, il y a trois items ou trois variables de base : l’auditeur, le contact et la durée.

  • 87 Sorbets C., « Écouter la radio la nuit : écoute en veilleuse ou écoute éveilleuse ? », dans Cheval (...)
  • 88 Ceci introduit une très légère différence (supérieure) avec les données agrégées que produit Médiam (...)

12L’approche scientifique reste libre de définir à partir de ses questions et de ses hypothèses les critères de catégorisation et les variables de traitements qu’elle retient. À l’instar de Médiamétrie, nous avons maintenu l’usage d’une période de référence maximale de 21 jours et non de 23 jours (considérant ainsi que les premiers jours d’enquête sont des jours de prise en main du questionnaire par les individus, marquée par une hypothèse de surdéclaration renvoyant à l’idée de surpratique). Par contre, nous n’avons pas retenu la tranche horaire 5 h-24 h traditionnellement choisie par Médiamétrie (ce qui indique la faible pertinence stratégique des audiences nocturnes de la radio). L’analyse sociologique n’a aucune bonne raison d’exclure de ses analyses les auditeurs de la nuit. Bien au contraire, pour une pratique dont la partie nocturne n’est pas tout à fait négligeable87. Notre champ d’analyse sera donc de 21 journées de 24 heures complètes88. De même, il s’est avéré utile de détailler les catégories d’âge au-delà de 65 ans.

13La durée de la mesure d’une pratique (consommation de biens, visite de lieux, acte d’allumage) a-t-elle une incidence nécessaire sur son taux ? Dès l’instant que l’on fait l’hypothèse, crédible sociologiquement, qu’il existe une part des individus qui n’écoutent jamais certaines radios – sur trois semaines aussi bien que sur un an –, alors la période de trois semaines a valeur discriminante. Une durée de trois semaines a-t-elle cependant une signification pragmatique ou sociale particulière ? Eu égard aux variations d’audiences cumulées des radios sur trois semaines, la réponse est clairement non (cf. tableau infra). Parce que tout laisse penser que sur le court terme les niveaux minima de structuration des pratiques radiophoniques sont la semaine et la journée.

Les artefacts statistiques et radiophoniques

14Il y a plusieurs artefacts radiophoniques, « textuels » et sociologiques qui accompagnent la réflexion sociologique à partir des données d’audience nationales :

  • les agrégations nationales de radios locales. Les catégories « autres radios » et « France Bleu – radios locales de Radio France » restent artificielles du point de vue radiophonique. En effet, par définition, agréger des radios pour l’essentiel locales ne produit pas une radio nationale. La catégorie « autres radios » ou même celle des indépendants est une fausse catégorie radiophonique parce qu’elle agrège nationalement ce qui par définition ne l’est pas : le local. Elle fait disparaître l’objet de la radio, cette visée instable qui est de satisfaire à la fois l’auditoire le plus large et le moins discriminant, dans les limites d’une cible ou d’un style musical. Ces catégories ont cependant été retenues dans un certain nombre de tableaux pour leur valeur indicative, mais doivent être regardées avec la plus grande distance ;

    • 89 Au passage, on voit que la dénonciation d’un affichage de l’audience cumulée d’une entité hétérocli (...)

    les « presque radios » nationales que sont en fait certains réseaux nationaux du fait de leurs décrochages locaux. Les décrochages locaux des radios nationales NRJ, Europe 2 (devenue Virgin Radio)..., même s’ils se « réduisent » à des séquences d’animation, d’information ou de publicités locales, sont un défi épistémologique à l’analyse statistique et à l’interprétation radiophonique dans la mesure où on les traite comme des radios nationales, ce qu’elles ne sont plus tout à fait. Problèmes épistémologique, radiophonique et sociologique insurmontables sur lesquels nous passons au prix d’une erreur logique et radiophonique difficilement évaluable89 ;

  • restent, en troisième lieu, les artefacts résultant d’un niveau national de traitement. En effet, nous sommes amenés à considérer ainsi des radios qui ne couvrent pas strictement tout le territoire, par exemple Sud Radio ou Radio Monte-Carlo (RMC).

  • 90 Les différences structurelles ne sont pas non plus complètement négligeables. Cf. Cheval J.-J., « L (...)

15En définitive, on ne saisit en radio que des auditoires radiophoniques, jamais des auditoires d’auditeurs, pour la raison que les véritables auditoires d’auditeurs, s’il en existe, sont dépendants du champ de l’offre et que celle-ci, dans le champ de la radio, est par nature toujours située, c’est-à-dire locale90. Le champ de l’offre radiophonique est toujours un champ local. C’est pourquoi deux conditions sont actives sans que nous puissions les évaluer : la qualité de la réception et l’objectivation des antennes sur les postes (postes avec ou sans présélection, avec ou sans RDS).

  • Il y a un artefact textuel (pour reprendre une notion chère aux Anglo-Saxons) qui réside dans l’effet poste, c’est-à-dire dans le fait de considérer les radios comme des touts, comme des programmes homogènes. Malgré le recueil des contacts horaires par quart d’heure, il demeure difficile matériellement et textuellement d’affecter à chaque quart d’heure un type de programme (musique, journal, parole, etc.).

    • 91 Tous les gens de radio savent cela. C’est pourquoi toute mention d’une première radio de France est (...)

    Enfin, il y a un artefact sociologique qui renvoie aux limites de la population enquêtée par Médiamétrie : les 11 ans et plus. Ces limites n’ont rien de scientifiquement fondée ; en dehors des questions de méthode de recueil, il n’y a aucune bonne raison scientifique de commencer à 15 ans, plutôt qu’à 13, 11 ou 7 ou encore 3 ans, ce qui se fait dans d’autres pays. Ces limites sont le produit des rapports de force au sein du monde radiophonique et de la pertinence publicitaire des âges précoces. L’enjeu est notamment que tout élargissement vers les plus jeunes du recueil des données et, surtout de leur publication, a, a priori, un effet mécanique de grossissement de l’audience cumulée des radios jeunes, donc des répercussions sur l’affichage public de la hiérarchie des radios (quelle est la 1re radio ?)91.

La couverture potentielle comme critère pondérateur

16La question de la qualité de la réception d’un poste ne peut être levée par l’analyse sociologique. En effet, il n’y a pas de « réception toutes choses égales par ailleurs ». Les radios ont à la fois une couverture territoriale et une qualité d’écoute différentes. La population desservie calculée par le CSA, bien qu’elle ne soit pas calculée à partir de la réception réelle, mais évaluée à partir du bassin de diffusion potentielle des émetteurs, indique cependant un champ de l’audience possible très différent pour les différentes radios. On supposera donc, à notre corps défendant, des conditions d’accès équivalentes pour tous les auditeurs aux radios diffusées sur le territoire national.

Tableau 2 : Couverture radiophonique potentielle des radios nationales (i. e. population desservie)

Nombre de fréquences FM

Population desservie (en AM et FM)

Nostalgie

193

36 600 000

NRJ

257

42 400 000

Chérie FM

134

32 100 000

Fun Radio

197

35 700 000

Skyrock

103

32 000 000

RTL 2

110

32 900 000

RTL

160

50 700 000

MFM

65

20 400 000

Europe 2

199

39 300 000

RFM

160

33 700 000

France Info

224

47 700 000

France Bleu

464

48 000 000

Europe 1

181

51 300 000

France Inter

628

58 400 000

RMC

135

32 500 000

France Musique

596

55 800 000

France Culture

605

55 800 000

  • 92 Le calcul de couverture potentielle est effectué en totalisant la population des communes (à partir (...)

Source : Conseil supérieur de l’audiovisuel. Situation au 1er janvier 200192.

17Aux yeux du personnel du CSA, trois outils sont pertinents pour qualifier la puissance d’un opérateur : le nombre de fréquences, la population desservie et la zone de couverture. Le premier critère définit la ressource plus ou moins abondante pour qu’existe un opérateur sur une zone. Le second pondère ce premier critère par le nombre de personnes touchées par l’émetteur (on voit alors qu’un émetteur n’équivaut pas un autre émetteur). Et, enfin, la zone de couverture définit le périmètre pertinent – en l’occurrence, il y avait 775 zones en 2004 – à l’intérieur duquel s’élabore un champ local de l’offre (comprenant une ou plusieurs dizaines de fréquences).

18Au vu des indicateurs, l’incidence de la couverture radiophonique virtuelle d’une radio sur son audience est proportionnelle à sa taille. Utilisée comme indice pondérateur du taux d’audience de chacune des radios, la couverture potentielle contribue à diminuer fortement l’audience des radios qui ont le plus d’émetteurs et les bassins de diffusion les plus larges et à rehausser les autres. Quelque chose comme un biais de couverture est au principe de la comparaison des audiences cumulées. La couverture potentielle des radios nationales présente un monde à l’envers des audiences réelles. À cela s’ajoutent les effets morphologiques dus au bassin de diffusion de certaines radios qui font qu’une station comme Sud Radio partage mécaniquement peu d’auditeurs avec d’autres antennes du fait de sa diffusion localisée sur le sud du territoire métropolitain. De surcroît, la pondération de l’audience radiophonique par sa couverture rehausse très fortement l’écoute de la radio par rapport à la télévision. L’incidence directe des bassins de diffusion nationaux des télévisions hertziennes, distinctes des couvertures plus mouchetées des radios FM nationales, est alors manifeste.

Notes

69 « Par "données brutes", j’entends désormais des données dont la validité ne peut être mise en question en proposant une autre lecture ou une autre interprétation, des données dont la crédibilité ne peut être ni fondée ni mise en cause par un raisonnement supplémentaire. Si une telle divergence d’interprétation peut surgir à propos de certaines données, il doit être possible d’organiser la discussion de façon à distinguer d’une part les données brutes, de bases, d’autre part les inférences effectuées sur la base de ces données. » Taylor C., « L’interprétation et les sciences de l’homme », dans Taylor C. (dir), La Liberté des modernes, Paris, PUF, 1997, p. 137-194, p. 143. Les ethnométhodologues ont fait porter sa critique sur la notion de « faits bruts » et sur la dimension très construite des statistiques, notamment quand il s’agit d’appliquer un système de classement à des « faits ». Cicourel A., Method and Measurement in Sociology, New York, Free Press, 1964.

70 Searle J. R, La Construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard, 1998.

71 « L’audimètre portable est un dispositif de mesure de l’audience de la taille d’un pager, que portent les panélistes. Il détecte automatiquement les codes inaudibles que les radiodiffuseurs intègrent dans la partie audio de toutes leurs émissions à l’aide d’encodeurs Arbitron spécialement conçus à cet effet. A la fin de chaque journée, les panélistes placent les audimètres portables sur leur station de base pour recharger les dispositifs et envoyer les codes recueillis à Arbitron, en vue de leur traitement. Les audimètres sont équipés d’un capteur de mouvements qui permet à Arbitron de contrôler chaque jour la participation à l’enquête des personnes équipées d’un PPM : une fonctionnalité unique de contrôle de la qualité dans le monde de la recherche sur les médias » (www.mediametrie.fr). Le moniteur (« PPM », pour Portable People Meter) est commercialisé par la société américaine Arbitron.

72 L’item de base ne sera plus alors « déclaré un contact » mais « être en contact » (puisque la radio captée par le moniteur dans un supermarché est susceptible d’être retenue comme « données brutes »).

73 Twyman T., « Measuring Audiences to Radio », dans Kent R. (dir). Measuring Media Audiences, NewYork/Londres, Routledge, 1994, p. 88-104.

74 Durand J., « Les études sur l’audience de la radiotélévision en France », Quaderni, 35, 1998, p. 79-92.

75 Ang I., « Living-Room Wars, New Technologies, Audience Measurement and the Tactics of Television Consumption », dans Silverstone R. et Hirsch E. (dir.), Consuming Technologies : Media and Information in Domestic Spaces, Londres, Routledge, 1992, p. 136. Aaron Cicourel a écrit sur les effets decontextualisants du passage du niveau micro au niveau macro. Cf. Knorr-Cetina K. et Cicourel A. V, Advances in Social Theory and Methodology : Toward an Integration of Micro and Macrosociologies, Boston, Routledge/Kegan Paul, 1981.

76 Antoine F., « Méthodologie de la mesure de l’audience en radio : diversité des méthodes et divergences de résultats. Le cas de la Belgique », dans Cheval J.-J. (dir). Audiences, publics et pratiques radiophoniques, Bordeaux, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003, p. 67-82, p. 79.

77 Cheval J.-J., « L’audience de la radio en Aquitaine, Les Médialocales 1999-2000 », op. cit., p. 35-50, p. 37.

78 Conein B. et Jacopin E., « Action située et cognition : le savoir en place », Sociologie du travail, 4, 1994, p. 475-500 ; Knorr-Cetina K., The Pratice Turn in Comtemporary Theory, New York/Londres, Routledge, 2001 ; Quéré L, « Le tournant descriptif en sociologie », Current Sociology, 40/1, 1992, p. 139-165 ; Suchman L., Plans and Situated Actions : the Problem of Humanmachine Interaction, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

79 Chabrol J.-L et P. Perin, Le Zapping. Paris, CNET, 1991.

80 Quere L., « L’interprétation en sociologie », dans Quere L. (dir.), La Sociologie à l’épreuve de l’herméneutique. Essais d’épistémologie des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 13-36.

81 Chalvon-Demersay S., « La mesure du public : approche généalogique de l’audience télévisuelle », Quaderni, 35, 1998, p. 45-51, p. 51.

82 Passeron J.-C, Préface à J.-J. Chevaldonné. La communication inégalitaire, Paris, CNRS, 1981

83 En l’occurrence, « la représentativité a été assurée par le respect des quotas suivants (en tenant compte d’une sous-représentation des 65 ans et plus à 75 % de leur poids dans la population des 15 ans et plus) : pour les 15 ans et plus : sexe/âge ; sexe/activité (en 4 postes : CSP+/CSP-/Retraités/Autres inactifs) ; régions Insee ; pour les 11-14 ans : sexe ; âge ; régions UDA. L’échantillon des 11-14 ans a été calculé de façon à ce que ceux-ci soient à leur poids dans la population française (6 %). » Données papier du Panel radio 2000-2001. Univers des 11 ans et plus. Principaux résultats et résultats complémentaires, Médiamétrie, 2001, p. 3.

84 Ces périodes d’enquête peuvent être évidemment marquées d’événements particuliers qui entachent cette « ordinarité ». Ce n’est pas le cas pour les périodes considérées.

85 Tassi R, Modèles statistiques de la mesure d’audience des médias audiovisuels, Paris, Economica, 2005, p. 22-25.

86 Panel radio 2000-2001, Médiamétrie, ibid. Cf. annexe X.

87 Sorbets C., « Écouter la radio la nuit : écoute en veilleuse ou écoute éveilleuse ? », dans Cheval J.-J. (dir.). Audiences, publics et pratiques radiophoniques, Bordeaux, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003, p. 155-165.

88 Ceci introduit une très légère différence (supérieure) avec les données agrégées que produit Médiamétrie. Aussi quand nous nous appuyons sur des données produites directement par Médiamétrie elle-même, nous indiquons que la période considérée est 5 h - 00 h.

89 Au passage, on voit que la dénonciation d’un affichage de l’audience cumulée d’une entité hétéroclite de radios locales, en l’occurrence le GIE Les Indépendants, rassemblées en un groupement d’intérêt économique, trouve son contre-argument dans la fausse unité de certaines radios nationales, du fait de leurs décrochages locaux quotidiens. Ceci dit, on peut défendre l’idée que la radio nationale que formeraient les indépendants demeure sans doute plus fausse que les fausses radios nationales à décrochages locaux pour une raison qui apparaît aux yeux de tous : les radios du GIE sont toutes différentes. En deçà de l’affichage d’une audience cumulée nationale faussement homogène, mais conventionnelle, l’enjeu est ici l’accès à la publicité locale pour les radios locales.

90 Les différences structurelles ne sont pas non plus complètement négligeables. Cf. Cheval J.-J., « L’audience de la radio en Aquitaine, Les Médialocales 1999-2000 », dans Cheval J.-J. (dir), op. cit., Bordeaux, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003b, p. 35-50. Les audiences cumulées des régions les plus éloignées sous cet angle s’écartent d’une dizaine de points : un Nord plus radiophile que le Sud ; les écarts liés au format des radios varient par exemple en fonction de la densité urbaine des radios commerciales et associatives ; quant aux écarts de « plébiscite » radiophonique entre des villes proches ils tiennent à l’offre et à la composition sociale urbaine. Tout ceci fait dire à Arnaud de Saint-Roman que « l’audience de la radio est un phénomène très localisé ». Cf. Dr Saint Roman A., « L’audience de la radio en France, un exemple de contrastes régionaux », dans Cheval J.-J. (dir.), op. cit., Bordeaux, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2003, p. 31-34.

91 Tous les gens de radio savent cela. C’est pourquoi toute mention d’une première radio de France est une affirmation qui ne vaut que pour les 13 ans et plus (notamment pour l’enquête courante « 126 000 » de Médiamétrie).

92 Le calcul de couverture potentielle est effectué en totalisant la population des communes (à partir des données du recensement de la population française établi par l’Insee en 1999) desservies par une au moins des stations du réseau étudié. L’évaluation de la desserte cumulée MA et MF a été réalisée en associant les bassins de population MF et MA et en éliminant les doubles comptes.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Le carnet d’écoute de l’enquête Panel de Médiamétrie sur 21 jours en 2000-2001
Légende MÉDIAMÉTRIESource Données papier du Panel radio 2000-2001. Univers des 11 ans et plus. Principaux résultats et résultats complémentaires. Médiamétrie. 2001.
URL http://books.openedition.org/ms/docannexe/image/1217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

© Éditions Mélanie Seteun, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search