Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Pline l’Ancien, Histoire naturelle

Texte intégral

Pline l’Ancien, Gaius Plinius Secundus (23‑79), né à Corne, de famille équestre, fut procurateur de la Narbonnaise en 70 et acheva sa carrière dans l’administration impériale comme préfet de la flotte à Misène à partir de 74. Il meurt en 79, à l’âge de 56 ans, lors de l’éruption du Vésuve qu’il a voulu observer de près, comme le rapporte son neveu Pline le Jeune dans une lettre à Tacite restée célèbre (VI, 16). Polygraphe, il est l’auteur de nombreux ouvrages : outre une Histoire qui a servi de source à Tacite mais ne nous est pas parvenue, il a écrit 37 livres d’une Naturalis Historia, Histoire naturelle, dédiée à Titus, pour laquelle il affirme, dans le livre I qui expose ses sources, avoir dépouillé plus de 2 000 volumes. Cette somme des connaissances de son temps, publiée en 77, est sous-tendue par l’idée d’une Nature « souveraine, créatrice et ouvrière de la Création » (XXI, 117 ; XXIV, 1). Le livre II est consacré à l’univers ; les livres III à VI à la géographie, les livres VII à XI aux êtres animés ; suivent la botanique (livres XII à XIX), la médecine (XX à XXXII), puis les minéraux, métaux, pierres et œuvres d’art faits de ces matériaux (XXXIII à XXXVII).

8. Le vent de Narbonnaise

Item in Narbonensi prouincia clarissimus uentorum est circius nec ullo in uiolentia inferior, Ostiam plerumque secto Ligustico mari perferens ; idem non modo in reliquis partibus caeli ignotus est, sed ne Viennam quidem eiusdem prouinciae urbem attingens : paucis ante milibus iugi modici occursu tantus ille uentorum coercitus ! Et austros in Aegyptum penetrare negat Fabianus. Quo fit manifesta lex naturae, uentis etiam et tempore et fine dicto.

De même, en Narbonnaise, le vent le plus fameux est le circius, qui ne le cède en violence à aucun autre, et qui, la plupart du temps, souffle jusqu’à Ostie, en coupant par la mer de Ligurie. Non seulement ce vent est inconnu sous les autres cieux, mais il n’atteint même pas Vienne, ville de la même province : car à quelques milles de là, ce vent si puissant est arrêté par une chaîne montagneuse de médiocre hauteur qui lui fait obstacle. Fabianus affirme que les vents du Midi non plus ne pénètrent pas en Égypte ; ainsi se révèle l’intervention d’une loi de la nature, qui impose même aux vents une période et une limite.
(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, II, 121)

  • 46 Éd. J. Beaujeu (voir infra), p. 200.
  • 47 Aulu-Gelle, Nuits attiques, II, 22, 28 sq.

1Après avoir décrit dans les lignes qui précèdent les différentes Roses des vents, Pline introduit des variantes locales ; ici, le circius, primitivement cercius (en grec, κιρκίας, κίρκιος) est une variante locale du Thrascias (Θρασκίας) vent de l’O-NO qui figure habituellement comme référence sur les Roses des vents. L’éditeur note la précision des observations de Pline46 et rappelle que « les coups de vent froids et violents de l’O. ou du N.O. sont très fréquents sur les côtes septentrionales de la Méditerranée, en particulier à l’ouest ; le circius correspond au cers narbonnais, au mistral de Provence (qui commence en effet à Vienne ; Strabon l’appelle μελαμβóρειον [IV, 182]), à la tramontane du Roussillon, au cierzo catalan47. Auguste lui éleva un temple sur le Mont Ventoux ».

2Et de fait, Sénèque passant en revue les vents locaux écrit :

  • 48 Sénèque, Questions naturelles, V, 17, 5.

L’atabulus désole l’Apulie ; l’iapyx, la Calabre ; le sciron, Athènes ; le crageus, la Pamphylie ; le circius, la Gaule. Ce dernier ébranle même des bâtiments, et pourtant les habitants lui rendent grâces, car selon eux ils lui doivent la salubrité de leur climat. En tout cas, le divin Auguste, pendant son séjour en Gaule, fit bâtir un temple qu’il lui dédia48.

  • 49 Caton, Les origines. Fragments, éd. M. Chassignet, CUF, Paris, 2002, livre V, frg. 2, p. 42.
  • 50 Aulu-Gelle, Nuits attiques, éd. R. Marache, CUF, Paris, 2002, p. 118‑119.

3On trouve mention du circius chez Caton sous la forme cercius49, citée par Aulu-Gelle, qui consacre deux passages à ce vent dont il souligne la violence Nostri namque Galli uentum ex sua terra flantem, quem saeuissimum patiuntur : « Circium » appellant, a turbine, opinor, eius ac uertigine, « c’est ainsi que mes compatriotes les Gaulois appellent un vent de leur pays, qui est extrêmement violent, Circius, en raison de son tournoiement, je pense, et de ses tourbillons » (II, 20) ; puis, plus loin, citant Favorinus, Aulu-Gelle précise : Sed, quod ait uentum qui ex terra Gallia flaret « circium » appellari, M. Cato in libris « Originum » eum ventum « cercium » dicit, non « circium ». « Mais il [Favorinus] dit que le vent qui prend naissance en terre gauloise, s’appelle Circius, et Caton dans son livre des Origines l’appelle Cercius, et non Circius » (II, 28) ; puis citant Caton, Ventus cercius, cum loquare, buccam implet, armatum hominem, plaustrum oneratum percellit, « le vent Cercius, si vous parlez, vous remplit la bouche ; il renverse un homme en armes, un chariot en pleine charge » (II, 29)50. La citation est reprise par Apulée dans le De mundo (321).

4Dans l’article de R. Chevallier mentionné ci-dessous, l’auteur rappelle que Pline a pu observer de lui-même certaines caractéristiques de la Narbonnaise et répertorie les données sur cette province, éparses dans l’Histoire naturelle ; il revient en plusieurs occasions sur le circius, à propos de ses conséquences sur la viticulture : par exemple en XVII, 21, Pline relève que « dans la province de Narbonnaise, en Ligurie et dans une partie de l’Étrurie, planter des vignes face au circius passe pour maladresse, mais les planter obliquement à même ce vent, cela passe pour de l’habileté », et en XVII, 49, « Le circius mûrit aussi les vendanges de la Narbonnaise, et la poussière y est plus utile que le soleil. »

Références

Auteur

Duval 1971, n° 129 ; Brill Online, s.v. « Plinius 1 » [K. Sallmann]. Sur la carrière de Pline, P1R2 VI, 1998, n° 493, p. 209‑213 ; Pflaum 1978, p. 112.

Œuvre

Sur l’œuvre de Pline et son influence, H. Le Bonniec, Bibliographie de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, Collection d’études latines, Paris, 1946 ; R. Schilling, « La place de Pline dans la littérature technique », RPh 52, 1978, p. 272‑283 ; R. Chevallier, « Pline l’Ancien et la Narbonnaise », RBPh 60, 1982, p. 136‑142 ; G. Serbat, Z. Kádár et M. Berényi-Révész, « Pline l’Ancien : état présent des études sur sa vie, son œuvre et son influence », ANRW II.32.4, 1986, p. 2069‑2200 ; R. French et Fr. Greenaway, Science in the early Roman Empire. Pliny the Elder, his sources and influence, Londres, 1986 ; J. Pigeaud et J. Oroz Reta (éd.), Pline l’ancien, témoin de son temps, Bibliotheca salmanticensis. Estudios 87, Salamanca, 1987 ; V. Nass, « Réflexions sur la méthode de travail de Pline l’Ancien », RPh 70, 1996, p. 309‑332.

Éditions

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre II, éd. J. Beaujeu, CUF, Paris, 1950, p. 53‑54. Trad. revue. On trouve une édition presque complète de l’ensemble de l’ouvrage de Pline dans la CUF, mais il manque les livres géographiques IV (auquel appartient la Gaule) et V, pour lesquels il faut consulter l’édition donnée par É. Littré, Paris, 1848‑1850 (texte et traduction) ; sinon, on aura recours à l’édition anglaise (texte et traduction) en 10 volumes de la Loeb classical library par H. Rackham. Une traduction seule de l’ouvrage a été publiée en 2013 dans la Bibliothèque de la Pléiade (n° 593) par St. Schmitt.

Texte

Outre les notes détaillées données par l’éditeur (voir supra), p. 199‑201, on peut se référer à M. Alleyne, « Les noms des vents en Gallo-Roman », Revue de Linguistique Romane 25, 1961, p. 76‑136 et 391‑445 (à propos du circius, p. 412‑414) ; Ph. Fleury, « La Rose des vents latine », Euphrosyne 19, 1991, p. 61‑88 (en particulier p. 69‑72 à propos de Pline l’Ancien). Sur le temple du Ventoux, Grenier 1960, p. 526.

9. Vienne et la Narbonnaise

Vltra fossae ex Rhodano, C. Mari opere et nomine insignes, stagnum Mastromela, oppidum Maritima Auaticorum, superque Campi Lapidei, Herculis proeliorum memoria, regio Anatiliorum et intus Dexiuatium Cauarumque ; rursus a mari Tricorium et intus Tritollorum Vocontiorumque et Segouellaunorum, mox Allobrogum. At in ora Massilia Graecorum Phocaeensium foederata, promunturium Zao, Citharista portus, regio Camactulicorum, dein Suelteri supraque Verucini. In ora autem Athenopolis Massiliensium, Forum Iuli Octauanorum colonia, quae Pacensis appellatur et Classica, amnis nomine Argenteus, regio Oxubiorum Ligaunorumque, super quos Suebri, Quariates, Adunicates. At in ora oppidum Latinum Antipolis, regio Deciatium, amnis Varus, ex Alpium monte Caenia profusus.
In mediterraneo coloniae Arelate Sextanorum, Baeterrae Septimanorum, Arausio Secundanorum, in agro Cauarum Valentia, Vienna Allobrogum.
[…]
Longitudinem prouinciae Narbonensis CCCLXX (milium) p. Agrippa tradit, latitudinem CCXLVIII (milium p.).

Au-delà sont des canaux de dérivation du Rhône, bien connus pour être l’œuvre de C. Marius dont ils portent le nom, l’étang de Mastroméla, la ville de Maritima des Avatiques, et au-dessus les Champs pierreux, souvenir des combats d’Hercule, le territoire des Anatiliens et dans l’intérieur celui des Dexivates et des Cavares. En remontant depuis la mer, on a le territoire des Tricores et dans l’intérieur celui des Tricolles, des Voconces et des Ségovellaunes, puis des Allobroges. Sur la côte, Marseille des Grecs Phocéens, cité fédérée ; le promontoire Zao, le port de Citharista, le territoire des Camactuliques, puis les Sueltères et au-dessus les Vérucins. Sur la côte, Athénopolis qui dépend de Marseille, Fréjus, colonie de la huitième légion, qui est appelée Pacensis et Classica, un fleuve du nom d’Argens, le territoire des Oxubiens et des Ligaunes, au-dessus desquels sont les Suèbres, les Quariates et les Adunicates. À nouveau sur la côte, la ville latine d’Antibes, le territoire des Déciates, et le Var qui prend sa source au mont Pelat (Caenia) dans les Alpes.
Dans l’intérieur, des colonies : Arles de la sixième légion, Béziers de la septième, Orange de la seconde ; sur le territoire des Cavares, Valence, et Vienne sur celui des Allobroges. […]
La longueur de la province de Narbonnaise donnée par Agrippa est de 370 milles, et sa largeur de 248 milles.
(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 34‑36)

5Les livres III à VI sont entièrement consacrés à la géographie du monde connu, à la manière des périples de l’Antiquité ; Pline décrit d’abord la partie européenne de l’orbis terrarum, en partant de la Bétique, c’est-à-dire du sud de la péninsule Ibérique ; il longe le littoral méditerranéen en direction de l’est, tout en faisant des incursions successives, dans l’intérieur des terres, du sud vers le nord. Le texte qui suit se situe donc au tout début du périple.

6Quelques lignes avant notre extrait, Pline livre une appréciation générale sur la Narbonnaise, dont il fut procurateur en 70 :

  • 51 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre III, éd. H. Zehnacker, 2e éd. revue et augmentée, CUF, Pa (...)

On appelle province Narbonnaise la partie des Gaules qui est baignée par la mer Intérieure : elle se nommait auparavant la Gaule en Braies [Gallia Bracata], Elle est séparée de l’Italie par le fleuve Var et par la chaîne des Alpes, qui contribua sans doute le plus au salut de l’Empire romain, – et du reste de la Gaule, du côté nord, par les monts des Cévennes et du Jura. Par la qualité de son agriculture, par la considération dont jouissent ses habitants et leurs mœurs, par l’importance de ses ressources, elle ne le cède à aucune autre province : bref, c’est l’Italie plutôt qu’une province (III, 5, 31)51.

  • 52 Barruol 1969, p. 16‑24. Chaque peuple fait ensuite l’objet d’un développement détaillé dans la suit (...)
  • 53 Barruol 1969, p. 210.
  • 54 Barruol 1969, p. 24.
  • 55 Trousset 1993.

7Ce texte est à rapprocher de ceux de Strabon (3) et de Pomponius Mela (6). Pline dresse un tableau beaucoup plus détaillé que Strabon et Méla des peuples et cités de Narbonnaise à propos desquels nous ne signalons que ce qui nous a paru nécessaire ; nous renvoyons pour plus de détails à l’ouvrage de G. Barruol52, qui étudie le texte entier de Pline. G. Barruol a bien montré comment était ordonnée la description : « Dans sa description de la Narbonnaise orientale, Pline (3, 34), je l’ai dit, définit entre le Rhône et les Alpes occidentales de larges bandes de peuplement, qui se développent parallèlement du sud au nord : après avoir décrit la première bande située à l’est du Rhône, mais avant de parler de Massalia [ce sera la bande n° 3], Pline passe à la seconde : “en partant à nouveau de la mer, nous trouvons la région des Tricores, puis vers l’intérieur du pays des Tritolli, celui des Vocontii, celui des Segauvellauni et au-delà celui des Allobroges”53 » Donc, Pline part de la frange côtière du territoire de la Massalie et ses dépendances, passe à l’arrière-pays qu’occupent les peuples de la confédération des Salluuii (Salyens) ; et ainsi de suite vers le nord. Selon G. Barruol, Pline décrit « l’état de la Narbonnaise après sa réorganisation par Auguste, mais il ne parle ni des provinces alpestres constituées vers le milieu du Ier siècle, ni des villes élevées au titre de ciuitates pendant la première moitié de ce siècle »54. Ses sources, essentiellement des auteurs du IIe et du Ier s. av. J.‑C., sont mêlées et parfois anachroniques. Mais G. Barruol constate que derrière le cadre administratif augustéen se dessinent tous les districts du temps de l’indépendance gauloise. Selon l’éditeur du texte, Pline s’est appuyé sur trois types de sources : pour la description du littoral, sur un Périple de la seconde moitié du Ier s. av. J.‑C., peut-être dû à Varron, périple qui emprunte lui-même à Poséidonios et Artémidore ; la seconde source, à laquelle Pline se réfère explicitement, au § 17, ce sont les Commentarii d’Agrippa, texte préparatoire à la carte du monde visible sous le portique Vipsania ; c’est de là que Pline tire la plupart des mesures de distance55 ; enfin, au § 37, Pline se réfère à la formula de la province de Narbonnaise, document officiel à usage essentiellement administratif et fiscal.

  • 56 Pour les identifications de sites et les peuples cités dans ce paragraphe, voir Barruol 1969 : Mast (...)

8En suivant l’ordre du texte, nous partons des canaux (fossa Mariana) qui relient Arles à la mer aménagés par Marius vers 105‑101, et suivons la côte : dans la première bande sont successivement énumérés : l’étang de Mastromela, c’est-à-dire l’étang de Berre, probablement le στομαλίμνη de Strabon (IV, 1, 8) ; Maritima (Martigues ?), ville des Avatiques qui occupaient la partie de la côte comprise entre l’embouchure orientale du Rhône et les abords de Marseille, et de la mer à la Crau (Campi Lapidei) ; puis, le territoire des Anatiliens, situé au nord de la Crau et au sud des Dexivates et des Cavares. Dans l’intérieur, le territoire des Dexivates est situé au nord des Anatiliens et au sud des Cavares ; leur chef-lieu est identifié avec l’oppidum du Castellar de Cadenet où on a trouvé nombreux ex-voto en l’honneur de la divinité Dexiva. Plus au nord, les Cavares et leur confédération, dont le territoire comprenait Acusio (Montélimar), Arausio (Orange), Avignon, Cavaillon, donc la vallée du Rhône au nord de la Durance56.

  • 57 Barruol 1969 : Tricores, p. 210 ; Tritolli, p. 210 ; les Voconces, p. 278‑294 et leur confédération (...)

9La seconde bande commence sur la côte avec la mention des Tricores sans doute à localiser dans la région de l’Estaque et de Vitrolles ; mais y a-t-il homonymie ou confusion avec les Tρικóριοι de Strabon dans sa Géographie (IV, 1, 11, C 185), localisés par le géographe grec au-dessus des Cavares, avec les Voconces, les Iconii et les Medulli, c’est-à-dire dans les Alpes, du côté de la vallée du Drac, selon l’opinion communément admise ? Les Tritolli, peuplade de la confédération des Salluuii, sont à localiser dans la région de Saint-Maximin, Barjols, Rians, au sud du bas Verdon. Viennent ensuite les Voconces et leur confédération entre le Ventoux et le Vercors, puis les Segouellauni, la peuplade la plus septentrionale de la confédération des Cavares, localisée au nord des Tricastins et au sud des Allobroges, et limitée par l’Isère au nord, chef-lieu Valence, au sud par la forêt de Marsanne, entre Drôme et Jabron. Plus au nord, il y a les Allobroges entre l’Isère, le Rhône, le lac Léman et les Grandes Alpes57.

  • 58 Barruol 1969 : promontoire Zao, p. 211 ; Camactuliques, p. 211 ; Sueltères et Vérucins, p. 211‑212.

10Vient Marseille, cité fédérée. La troisième bande part du promontoire Zao, un cap entre Marseille et le port de Citharista identifié avec La Ciotat ; les Camactuliques occupent la région de Toulon, puis les Sueltères le littoral d’Olbia à Saint-Tropez, les Maures ; quant aux Vérucins ils sont au nord des Sueltères, dans la région de Draguignan, entre Argens et Verdon58. Vérucins et Sueltères sont des Ligures.

  • 59 Barruol 1969 : Athénopolis, p. 22, n. 1 ; Oxybiens et Ligaunes, p. 212‑215 ; Suèbres, p. 376‑379 ; (...)

11Plus à l’est, il y a Athénopolis, dépendance de Marseille (Saint-Tropez ?) et Forum Iulii (Fréjus). La quatrième bande est constituée des Oxubii, Oxybiens, peuplade ligure de l’Estérel, et des Ligaunes, des Ligures aussi, dont le territoire s’étend sur la moyenne et haute vallée de la Siagne et la vallée du Jabron. Au nord, les peuplades alpines que sont les Suèbres (ou plutôt Suetrii), dans la région de Castellane, les Quariates du Queyras et les Adunicates, installés sans doute sur la rive gauche de la moyenne et haute vallée de la Durance59.

  • 60 Barruol 1969, Déciates, p. 215‑217.

12Dans la dernière bande avec Antipolis (Antibes, dépendance de Marseille) sur la côte, sont mentionnés les Déciates60, des Ligures de la confédération des Salluuii, occupants de l’arrière-pays antibois. La mention du Var qui jaillit du nions Caenia (massif du Mont Pelat et du Cemet) dans les Alpes pose un terminus géographique à l’énumération ethnographique… le Var et les Alpes sont perçues comme la frontière avec l’Italie. Fl. Verdin a proposé une reconstruction cartographique modélisée de ce passage (fig. 3).

  • 61 Barruol 1969, p. 21‑22.
  • 62 Gascou 1991a, p. 547‑563 (en particulier p. 555‑557) ; Gascou 1994 ; Gascou 1997, p. 90‑101 et 120‑ (...)

13Le texte se poursuit par la mention de six colonies romaines, dont Vienne fait partie, puis par une longue liste alphabétique, que nous n’avons pas jugé utile de retenir ici, liste énumérant les oppida latina, certains étant des chefs-lieux de ciuitates, d’autres de simples agglomérations secondaires61. La géographie de la Narbonnaise se clôt par la référence à la carte d’Agrippa pour évaluer l’étendue de la Prouincia : 370 milles, soit environ 547 km, sur 248 milles, soit environ 367 km. En ce qui concerne la mention de Vienne, classée au nombre des colonies romaines, nous renvoyons aux articles de J. Gascou et A. Chastagnol62. La question de savoir quel a été le statut de Vienne, son évolution dans le temps (colonie latine, colonie romaine) y est largement débattue ; J. Gascou (1991a) en particulier propose de reconstruire diverses phases de l’évolution du statut colonial de la cité entre 46 av. J.‑C. et le règne de Claude à l’aide des textes et des inscriptions, en s’appuyant principalement sur l’évolution des institutions de Vienne, c’est-à-dire du quattuorvirat et du duumvirat ; J. Gascou (1999) reprend le problème en s’appuyant aussi sur la numismatique (sur le statut colonial de Vienne, voir aussi les textes 22, 28, 35, 95).

Fig. 3 – Le sud de la Gaule narbonnaise d’après Pline (Garcia et Verdin 2002, p. 140).

Références

Édition

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre III, éd. H. Zehnacker, CUF, Paris, 1998, p. 52‑54. Trad. revue.

Texte

Sur la source de Pline, Trousset 1993. Sur les limites de la Narbonnaise vue par Pline, Barruol 1969, p. 169‑172 ; M. Christol, « Pline l’Ancien et la formula de la province Narbonnaise », in S. Demougin (dir.), La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Histoire ancienne et médiévale 30, 1994, p. 45‑64. Sur les cités de Narbonnaise, A. Chastagnol, La Gaule et le droit latin. Recherches sur l’histoire administrative et sur la romanisation des habitants, Scripta uaria III, CERGR 14, Lyon, 1995 ; Chastagnol 1997 (en particulier sur Vienne, p. 54, 61) ; Fl. Verdin, « Du territoire salyen à la cité d’époque romaine », in P. Gros (dir.), Villes et campagnes en Gaule romaine, 1998, p. 98‑103 ; Fl. Verdin, « Les Salyens, les Cavares et les villes du Rhône », in Garcia et Verdin 2002, p. 139‑149 ; B. Rémy, « L’organisation territoriale de la cité de Vienne », in Garcia et Verdin 2002, p. 173‑184 ; Rémy 2004, p. 21‑35 ; Thollard 2009, p. 77‑99, compare les sources sur la Narbonnaise (Strabon, Pline, Ptolémée, en particulier, p. 77‑83) ; P. Thollard, « La liste de Pline et la chronologie des fondations coloniales en Gaule », in S. Lemaître et C. Batigne Vallet (dir.), Abécédaire pour un archéologue lyonnais. Mélanges offerts à Armand Desbat, Archéologie et histoire romaine 31, Autun, 2015, p. 31‑38.

10. Le parallèle de Vienne

Septima diuisio ab altera Caspii maris ora incipit, uadit super Callatim, Bosporum, Borysthenen, Tomos, Thraciae auersa, Triballos, Illyrici reliqua, Hadriaticum mare, Aquileiam, Altinum, Venetiam, Vicetiam, Patauium, Veronam, Cremonam, Rauennam, Anconam, Picenum, Marsos, Paelignos, Sabinos, Vmbriam, Ariminum, Bononiam, Placentiam, Mediolanum omniaque ab Appennino, transque Alpis Galliam Aquitanicam, Viennam, Pyrenaeum, Celtiberiam. Vmbilico XXXV pedum umbrae XXXVI, ut tamen in parte Venetiae exaequetur umbra gnomoni. Amplissima diei spatia horarum aequinoctialium XV et quintarum partium horae trium.

La septième division commence à partir de l’autre extrémité de la mer Caspienne ; elle recouvre Callatis, le Bosphore, le Borysthène, Tomes, l’arrière-pays de la Thrace, les Triballes, le reste de l’Illyrie, la mer Adriatique, Aquilée, Altinum, la Vénétie, Vicence, Padoue, Vérone, Crémone, Ravenne, Ancône, le Picénum, les Marses, les Péligniens, les Sabins, l’Ombrie, Rimini, Bologne, Plaisance, Milan, et tout le territoire à partir de l’Apennin, et, au-delà des Alpes, la Gaule Aquitaine, Vienne, les Pyrénées, la Celtibérie. À un gnomon de 35 pieds correspond une ombre de 36, sauf que dans une partie de la Vénétie l’ombre est égale au gnomon. La durée du jour la plus longue est de 15 heures équinoxiales et trois cinquièmes.
(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VI, 218)

14Alors que tout ce qui précède relève de la chorographie, le livre VI de l’Histoire naturelle se clôt sur un long développement général beaucoup plus théorique consacré d’abord aux mesures maritimes et à celles de l’oikouménè (§ 206‑210), puis à une répartition des pays, des villes et des sites importants entre les climats (§ 211‑220). Pline justifie sa démarche en ces termes :

  • 63 Éd. J. Desanges (voir infra), p. 24.

Nous ajouterons encore une théorie inventée en Grèce d’une ingéniosité des plus subtiles, afin que rien ne manque au tableau chorographique des terres et que l’on sache, à propos des régions dont nous avons traité, avec laquelle chacune a une communauté de champ astral ou une affinité dans la répartition entre le jour et la nuit, et pour quelles d’entre elles les ombres sont de même longueur et la courbure de l’univers égale. On rendra donc encore compte de cela et on répartira toutes les terres selon les portions du ciel. De fait le monde comporte un certain nombre de sections que nos auteurs ont appelées anneaux, les Grecs, parallèles (VI, 211)63.

  • 64 Aujac 1966, p. 169.

15La théorie des climats est une invention grecque qui remonte à Eudoxe (ca 395‑342 av. J.‑C.) et Ératosthène (ca 273‑192 av. J.‑C.) ; elle a été perfectionnée par Hipparque (ca 194‑120 av. J.‑C.), qui est la référence de Strabon. De manière simplifiée, un climat est une zone circulaire, parallèle à l’équateur, qui sépare deux parallèles caractéristiques et permet de donner une idée des régions classées suivant leur latitude calculée et reconnue par les géographes antiques. Hipparque, par ses calculs astronomiques et mathématiques, a défini des climats répartis de manière régulière, équidistants, sans se préoccuper d’un autre facteur qui introduit des distorsions, la durée du jour le plus long. La combinaison des données d’Hipparque, très précises, avec cette appréciation de la durée du jour le plus long est adoptée par Strabon, Pline, Ptolémée. Ce qui est alors appelé climat est « la bande qui sépare deux parallèles voisins, et à l’intérieur de laquelle la durée du plus long jour, exprimée en heures, en demi-heures, en quarts d’heure, est la même. Seulement, même si la différence de durée reste identique, la distance entre deux parallèles voisins, du fait de la sphéricité de la terre, varie suivant la latitude […] Ainsi pour Hipparque et pour Ptolémée, la notion de climat relève de critères différents. Pour l’un, il s’agit de bandes de territoire de largeur égale, représentant 1° ou 700 stades : c’est l’espace compris entre deux degrés voisins de latitude. Pour l’autre, c’est la bande circulaire à l’intérieur de laquelle la durée du plus long jour est la même à une unité de temps près : et cette bande voit sa largeur décroître à mesure qu’on va vers le nord. La tradition veut que ce soit cette dernière manière qui soit la plus ordinaire en matière de climats »64. Dans notre texte, le climat est constitué par une bande de territoire qui s’étend de part et d’autre d’un parallèle de référence qui est celui de Byzance-Aquilée.

16Pline adopte donc la théorie des climats, probablement après en avoir pris connaissance par des géographes romains ; J. Desanges souligne que Pline indique un auteur auquel il se réfère (§ 217), Nigidius Figulus (ca 100‑45), un ami de Cicéron auteur d’un traité De terris ou De sphaera, pour rectifier une donnée du sixième climat.

  • 65 Éd. J. Desanges (voir infra), commentaire, p. 300.

17Le septième climat se caractérise, d’après le texte de Pline, « par une durée du plus long jour de l’année égale à quinze heures équinoxiales et trois cinquièmes, soit 15 h 36 min. Une telle durée du plus long jour est observable par une latitude de 45°56’. Cette division correspond à peu près à un climat, évoqué par Strabon (II, 5, 41 in fine C 134) d’après Hipparque et, au-delà, Ératosthène, dont le plus long jour est d’une durée de quinze heures et demie équinoxiales, ce qui, d’après Hipparque correspond à une équidistance entre l’équateur et le pôle (soit 45° de latitude) »65.

  • 66 Dilke 1985, p. 68.

18Cette septima diuisio s’étend entre 42° et 45° 30’ de latitude réelle, avec des poussées jusqu’à 47° au nord de la Caspienne et de la mer Noire. On relève dans le texte d’une part quelques incohérences internes (observation sur la Vénétie) et d’autre part des aberrations de découpage dans cette diuisio ; la présence de Vienne (45° 31’) et d’Ancône (43° 37’) dans la même bande n’est pas cohérente, de même que la présence de régions (Picénum, entre 42° 35’ et 43° 40’) et de communautés ethniques (Marses, entre 41° 50’ et 42° 10’ et Sabins, entre 41° 55’ et 42° 46’) encore plus au sud. Il faut rappeler que Rome est située par Pline dans la sixième diuisio. On consultera sur tous ces points les commentaires détaillés de l’édition de J. Desanges (voir infra). Selon O. Dilke, ces incohérences s’expliqueraient par l’emploi de sources différentes que Pline aurait négligé de critiquer et d’accorder66.

19On relèvera la présence dans le septième climat de la Thrace intérieure septentrionale (Thraciae auersa), le reste du pays ayant été assigné au sixième climat ; de même pour les Illyrici reliqua, expression qui désigne l’Illyricum septentrional, opposé aux Illyriens du sixième climat. On notera en outre l’inversion dans la progression vers l’ouest, Galliam Aquitanicam, Viennam, ainsi que l’absence de Lugdunum, pourtant mentionné au livre IV, 18, 107 ; ce dernier point est à rapprocher du texte de Méla (6). Enfin, relevons que Bède reprend ce texte dans son De temporum ratione (113).

Références

Édition

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre VI, 4e partie, L’Asie africaine sauf l’Égypte, les dimensions et les climats du monde habité, éd. J. Desanges, CUF, Paris, 2008, p. 29‑30. Trad. revue.

Texte

Aujac 1975 (voir en particulier p. 49‑52, sur les climats et la reconstitution de la carte d’Ératosthène p. 73) ; Dilke 1985, p. 66‑71 et 185‑187 ; plus précisément sur la géographie de Pline, D. Detlefsen, Die Anordnung der geographischen Bücher des Plinius und ihre Quellen, Berlin, 1909 ; Scheglov 2004 ; éd. J. Desanges (voir supra), commentaire p. 295‑301.

11. Les crus du vin viennois

20Pline passe en revue les goûts des cépages connus à son époque. Parmi ces derniers, il fait une mention spéciale à des crus viennois.

Conduntur et musto uuae ipsaeque uino suo inebriantur. Aliae decocto in musto dulcescunt, aliae uero subolem nouam in ipsa matre expectant tralucidae uitro, additque acinis eamdem quam in doliis amphorisue duratricem illam firmitatem austeritas picis infusa pediculo. Iam inuenta uitis per se in uino picem resipiens, Viennensem agrum nobilitans Taburno Sotanoque et Ellinco generibus, non pridem haec illustrata atque Vergilii uatis aetate incognita, a cuius obitu XC aguntur anni.

On confit aussi les raisins dans du moût et on les sature de leur propre vin ; d’autres s’adoucissent dans du moût cuit ; mais d’autres, laissés sur le cep jusqu’à la nouvelle pousse, prennent la transparence du verre et gardent aussi longtemps la même fermeté qu’en jarres ou en amphores grâce à l’astringence de la poix dont on enduit la queue de la grappe. On a même découvert une vigne dont le vin a un goût naturel de poix ; elle fait la renommée de la Viennoise par ses crus, le Taburnum, le Sotanum et l’Ellincum ; elle est célèbre depuis peu et était ignorée à l’époque du poète Virgile, mort voici 90 ans.
(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XIV, 17‑18)

  • 67 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XXIII, éd. J. André, CUF, Paris, 1971, n. 2 au § 47, p. 9 (...)

21Établissement du texte : l’apparat critique de l’édition de J. André donne les indications suivantes : « Taburno D2 : aburno D1EFde ; heluico uett., elinco 1, ellinco D1EFde ». Or on retrouve la forme ellinco dans un autre texte (14) où Pline mentionne un pago ellinco terme sur lequel tous les manuscrits s’accordent, ce qui amène l’éditeur à revenir sur ce passage-ci du livre XIV et à reconnaître que la forme ellinco est sans doute la bonne leçon67. C’est pourquoi nous avons retenu pour notre texte la leçon ellinco, et non heluico lecture anciennement proposée qu’avait gardée l’éditeur dans sa première édition.

  • 68 Billiard 1913, p. 308.
  • 69 Bouvier 2000, p. 122.
  • 70 Bouvier 2001, p. 165.
  • 71 Billiard 1913, p. 316.

22Le livre XIV de l’Histoire naturelle est entièrement consacré à la vigne et au vin, mais Pline n’épuise pas le sujet puisqu’il lui réservera d’autres développements importants : au livre XV, à la conservation des fruits, au livre XVII à l’exposition des vignobles, à la greffe, aux modes de culture, aux maladies et au livre XXIII aux propriétés médicinales des vins et aux sous-produits. A. Billiard constate que Caton citait 7 cépages, Virgile 15, Columelle 58 et Pline 91, tout en estimant qu’il en existe plus de 400 à son époque68 ; chiffre que reprend M. Bouvier en précisant que « Pline cite […] 185 sortes de vins, dont 80 espèces reconnues dans le monde entier »69, célèbres dans l’Antiquité. Le vin viennois y trouve sa place et Pline, qui connaît bien la Narbonnaise, nomme très précisément ces trois crus, issus d’un cépage dont il ne donne pas le nom ; ce cépage inconnu par ailleurs, au goût naturel de poix, reste un mystère. M. Bouvier est allé jusqu’à mettre en doute l’existence réelle de ce cépage et s’est demandé s’il n’y avait pas là un habile subterfuge des Viennois pour entretenir un secret commercial70. À moins qu’il ne faille comprendre que ces crus font partie des vignobles plantés en cépage allobrogica (12, 14) ; comme le note A. Billiard, « picata uua uiennensis, syn. Allobrogica. Raisin poissé des Viennois, noir… »71.

  • 72 Pliny the Elder, Natural history, tome IV, éd. H. Rackham, Loeb classical library, Cambridge (Mass. (...)

23On a émis une hypothèse sur la localisation d’un de ces crus, l’Ellincum, qui correspondrait à un vin produit dans le nord-est de la région viennoise ; en effet, on a rapproché Ellincum et le toponyme actuel d’Illins, sur la commune de Luzinay. M. Bouvier suggère que le Sotanum pourrait être le vin de Seyssuel, près de Vienne ; quant au Taburnum, c’est plus obscur : l’édition Loeb traduit par Monte Taburno72, auquel cas il faudrait admettre l’existence, dans la région, d’un toponyme de ce nom, identique au mont Taburnus du Samnium… J. André et L. Levadoux, se fondant sur les études de toponymie régionale menées par M.G. Tuaillon, n’ont pas trouvé de solution ; M. Bouvier suggère avec beaucoup de prudence qu’il peut s’agir d’un toponyme à valeur paysagique et se demande s’il ne s’agirait pas d’un terme évoquant les terrasses sur lesquelles on fait pousser la vigne. Il est impossible d’offrir une certitude. Ce que nous pouvons ajouter, c’est que, depuis peu, des vignes occupent de nouveau ces coteaux de la région au nord-est de Vienne et qu’on y produit des vins dignes de ce nom. Et bien évidemment on met en avant l’antiquité du vignoble viennois, commerce oblige.

24Pline date l’apparition de ce cépage mystérieux avec une précision relative ; il aurait été inconnu du vivant de Virgile (qui est mort en 19 avant notre ère) et le texte de Pline précise que cela fait 90 ans (au moment de la rédaction de ce livre de l’Histoire naturelle, je suppose, donc en 71 de notre ère). Cependant, l’argument reste faible, car Virgile cite très peu de noms de cépages dans le chant IV des Géorgiques – ce n’est pas son objectif principal.

  • 73 Éd. J. André (voir infra) ; la note 2, p. 92, doit donc être considérée comme caduque.

25Enfin, il faut distinguer ces crus de la vigne appelée carbunica, récemment découverte selon Pline (XIV, 43)73 :

Septem his annis in Narbonensis prouinciae Alba Heluia inuenta est uitis uno die deflorescens, ob id tutissima ; carbunicam uocant, quam nunc tota prouincia conserit.

On a découvert il y a sept ans, à Alba Helvia, dans la Narbonnaise, une vigne qui passe la fleur en un seul jour, ce qui la protège des accidents ; on la nomme carbunica et la province entière la plante aujourd’hui.

  • 74 C’est la lecture retenue par Billiard 1913, p. 316. Mais cette leçon est jugée peu fiable par J. An (...)
  • 75 J.‑Cl. Béal, « L’agriculture helvienne dans l’Antiquité, les données des textes », dans Allons en v (...)

26D’abord, cette vigne aurait été « découverte » vers 63‑64 ap. J.‑C. et non avant 19 av. J.‑C. (si l’on admet que le point de départ est également 71) ; R. Lauxerois, suivi par J.‑Cl. Béal, fait en outre remarquer qu’il s’agit de raisin de table, car c’est ainsi qu’il est classé par Pline, au chapitre 42, parmi les escariae. Quant à la lecture de son nom, uitis carbunica, elle a été discutée ; certains manuscrits donnent narbonica74 ; bien sûr, il serait satisfaisant de pouvoir rapprocher narbonica de narbonensis. Le terme carbunica est un hapax que J. André fait dériver d’un anthroponyme. J.‑Cl. Béal suggère un rapprochement avec carbo et se demande si « l’appellation de carbonica ne ferait pas référence tout simplement à l’aspect particulièrement sombre de ce raisin destiné à la table, tout comme la cinerea par exemple, couleur de cendre »75. On s’est interrogé sur la réalité de cette floraison si particulière.

27Quant au mode de conservation des vins viennois, nous n’avons aucune source littéraire qui la précise ; tout au plus peut-on s’appuyer sur un passage de Pline l’Ancien, où l’auteur évoque des pratiques de conservation du vin (XIV, 132) :

Circa Alpes ligneis uasis cndunt circulisque cingunt, atque etiam hieme gelida ignibus rigorem arcent ; rarum dictu, sed aliquando uisum, ruptis uasis stetere glaciatae moles, prodigii modo, quoniam uini natura non gelascit ; alias ad frigum stupet tantum. Mitiores plagae doliis condunt infodiuntque terrae tota aut ad portionem situs ; Ita prohibent.

  • 76 Éd. J. André (voir infra), p. 66‑67.

Dans la région des Alpes, on le met dans des tonneaux de bois cerclés et même, au fort de l’hiver, on allume des feux pour l’empêcher de geler. Fait extraordinaire, mais observé parfois, les vases en éclatant ont laissé debout des masses de glace, sorte de prodige, puisqu’il n’est pas dans la nature du vin de se congeler ; d’habitude, le froid ne fait que l’engourdir. Dans les contrées plus tempérées, on le met en jarres, qu’on enterre entièrement ou à proportion de la situation du pays ; ainsi le protège-t-on contre le climat76.

Références

Édition

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XIV, éd. J. André, CUF, Paris, 1958, p. 29. Trad. revue.

Texte

André et Levadoux 1964, p. 175‑176 ; Bouvier 2001. Sur la vigne carbunica : J. André, « Contribution au vocabulaire de la viticulture : les noms des cépages », REL 30, 1952, p. 126‑156 (note p. 133 à propos de la vigne dite « carbunica », que le terme serait à rapprocher de noms propres connus en Gaule, tels Carbo, Carbonnaca) ; R. Lauxerois, Le Bas Vivarais à l’époque romaine : recherches sur la Cité d’Alba, RAN suppl. 9, Paris, 1983, p. 94‑97 : F. Laubenheimer, « Le vin gaulois », REA 91, 1989, p. 5‑22, renvoyant à Pline, XIV, 18, s’intéresse à l’aspect économique de la vigne carbunica et à son extension rapide. Sur le transport et la conservation des vins, voir Brun, Poux et Tchernia 2004, p. 254‑288 (articles d’A. Desbat, « Le commerce des vins à Lugdunum », de F. Laubenheimer, « Amphores et dolia », et É. Marlière, « Outres et tonneaux ») ; textes, Béal et Lucas 2011, p. 231‑232.

12. Le cépage allobrogique

28Examinant les différentes sortes de plants, Pline en vient à celui qui caractérise le vin allobrogique, dont on peut penser qu’il concerne aussi, au moins partiellement, le vin viennois.

Namque est aliquis tantus locorum amor, ut omnem in iis gloriam suam relinquant nec usquam transeant totae. Quod et in Raetica Allobrogicaque, quam supra picatam appellauimus, euenit, domi nobilibus nec agnoscendis alibi. Fecundae tamen bonitatis uice copiam praestant, Eugenia feruentibus locis, Raetica temperatis, Allobrogica frigidis, gelu maturescens et colore nigra. Ex iis quas adhuc diximus, sed etiam e nigris, uina uetustate in album colorem transeunt. Reliquiae ignobiles […]

Certains plants ont en effet un tel amour, peut-on dire, pour le terroir qu’ils y laissent toute leur gloire et ne se transplantent pas ailleurs avec toutes leurs qualités. C’est le sort de la Rhétique et de l’Allobrogique, que nous avons appelée poissée, célèbres dans leur patrie, méconnaissables ailleurs. Cependant, grâce à leur fécondité, elles compensent la qualité par la quantité, l’Eugénie dans des lieux très chauds, la Rhétique dans les lieux tempérés, dans les lieux froids l’Allobrogique, dont le raisin noir mûrit à la gelée. Les vignes citées jusqu’ici, même celles à raisin noir, donnent des vins qui blanchissent avec l’âge. Les autres [vignes] sont sans renom […]
(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XIV, 25‑27)

29Ainsi, le cépage allobrogica présente trois caractéristiques : c’est un raisin noir qui mûrit tard, est particulièrement adapté aux pays froids, et ne se transplante pas sous peine de perdre tout ce qui fait son intérêt, apparemment son goût naturel poissé. Évidemment le rapprochement avec le texte précédent (11) s’impose, ainsi qu’avec un autre texte de Pline (14). Ces caractéristiques expliqueraient sa renommée et son prix élevé (13).

  • 77 Columelle, De l’agriculture, livre III, éd. J.‑Chr. Dumont, CUF, Paris, 1993, p. 11‑12.

30Columelle avait fait de semblables remarques dans De l’agriculture (III, 2, 14‑1677) :

Nomentaneae uini nobilitate subsecuntur Amineas, fecunditate uero etiam praeueniunt, quippe cum se frequenter inpleant et id quod ediderunt, optime tuentur. Sed earum quoque feracior est minor, cuius et folium parcius scinditur et materia non ita rubet ut maioris, a quo colore rubellanae nuncupantur eaedemque faeciniae, quod plus quam ceterae faecis adferunt. Id tamen incommodum repensant uuarum multitudine, quas et in iugo sed in arbore melius exhibent. Ventos et imbres ualenter sufferunt ; celeriter deflorescunt et ideo cito mitescunt omnis incommodi patientes praeter caloris ; nam quia minuti acini et durae cutis uuas habent, aestibus contrahuntur ; pinguique aruo maxime gaudent quod ubertatem aliquam natura gracilibus et exilibus uuis praebere ualet ; frigidum ac roscidum solum commodissime sustinent, sicut eugeniae, dum sunt in Albano colle (nam mutato loco uix nomini suo respondent), nec minus Allobrogicae, quarum uini iocunditas cum regione mutatur.

Les Nomentanes viennent juste après les Aminéennes pour le renom de leur vin et les dépassent même sûrement pour leur fécondité puisqu’elles donnent fréquemment leur plein de fruits et conservent excellemment ce qu’elles ont fait sortir. Mais, pour elles aussi, la plus féconde est la petite, dont la feuille se découpe moins, le bois est moins rouge que pour la grande : en raison de cette coloration, on les appelle rubellanae ou encore faeciniae, parce qu’elles produisent plus de lie que toutes les autres. Elles compensent pourtant cet inconvénient par la multitude de grappes qu’elles produisent aussi sur joug mais mieux sur un arbre. Elles supportent averses et vents avec vaillance, elles passent rapidement la fleur et, en conséquence, mûrissent vite, endurantes à toutes les épreuves autres que la chaleur. En effet, parce qu’elles ont toutes des grappes aux grains petits et à la peau dure, elles se rabougrissent sous l’effet de fortes températures. Elles font surtout leurs délices d’un terrain gras qui ait la force de communiquer quelque abondance à des grappes par nature grêles et menues. Elles supportent très avantageusement un sol froid et humide, tout comme les Eugénies, tant que celles-ci sont sur les coteaux d’Albe (car, changeant de site, elles ne répondent plus guère à leur réputation) : il en va de même pour les Allobroges dont le vin agréable s’altère si on le [le cépage] change de région.

31Le vin allobrogique est réputé dans l’Antiquité également pour ses vertus thérapeutiques, comme en témoigne ce texte de Celse, qui prescrit une série de conseils, pour soigner l’estomac, parmi lesquels boire du vin allobrogique :

Vulgatissimum uero pessimumque stomachi uitium est resoluti, id est, quum cibi non tenax est, soletque desinere ali corpus, ac sic tabe consumi. Huic generi inutilissimum balineum est […] Potui quidem aptissimum est uinum frigidum, uel certe bene calidum, meracum, potissimum rheticum, uel allobrogicum, aliudue, quod et austerum et resina conditum sit ; si id non est, quam asperrimum maximeque Signinum.

  • 78 Celse, De medicina, IV, 12, 8. Texte latin, éd. W.G. Spencer. Loeb classical library, Cambridge (Ma (...)

La maladie la plus commune et la plus grave de l’estomac, c’est le relâchement, c’est-à-dire l’état dans lequel cet organe ne retient pas les aliments, et où le corps, cessant de se nourrir, s’épuise de consomption. Dans ce cas, le bain est tout à fait inutile […] La boisson la plus convenable est le vin froid ou le vin pur très chaud : de préférence celui de Rhétie, des Allobroges ou tout autre vin astringent et apprêté à la résine ; s’il n’y en a pas, du vin le plus âpre possible, surtout celui de Signia78.

  • 79 Dion 1959, p. 120.

32Ce court texte de Celse est, selon R. Dion, le premier à attester le vin allobrogique et témoignerait que l’élaboration de ce plant n’a sans doute pas été faite du vivant d’Auguste, mais avant la fin du règne de Tibère79 ; il est vrai qu’on admet généralement que Celse a écrit entre 18 et 39 ap. J.‑C. Mais cette datation est contredite par l’affirmation de Pline selon laquelle les crus viennois auraient été découverts après la mort de Virgile en 19 av. J.‑C., affirmation qui repose cependant, comme nous l’avons déjà signalé, sur un argument a silentio (11).

  • 80 Bouvier 2000, p. 123.

33Faut-il confondre en un seul et même cépage le cépage allobrogica et un cépage « viennois » spécifique qui aurait été découvert vers 19 av. J.‑C. ? Il est difficile de répondre à la question. Le spécialiste qu’est M. Bouvier est nuancé. Dans son article « Recherches sur les goûts des vins antiques », il écrit : « Qu’est devenu l’Allobrogica, cépage réputé de Vienne, cité par Celse, Columelle, Pline et Plutarque ? En fait, selon A. Pelletier qui s’est appuyé sur le travail de J. André et L. Levadoux, nous serions en présence de deux cépages, l’un d’origine ancienne, peut-être apporté par les Grecs et implanté en Côtes-Roties et Hermitage, qui serait devenu aujourd’hui la Serine ou petite Syrah, et l’autre, de création plus récente, inconnu avant 19 av. J.‑C., qui serait la Mondeuse, développée actuellement en Dauphiné et Savoie. “Il semble qu’il y ait là plus qu’un hasard et qu’une filiation puisse s’établir entre elles”. Une confirmation viendrait du nom d’un des trois crus cités dans l’Antiquité : Taburnum, Sotanum et Ellincum ; le dernier correspond à Illins, localité située à 10 km au nord-est de Vienne (le deuxième peut-être à Seyssuel). Mais des tenants du pinot noir continuent à défendre leur thèse. Seules des analyses de biogénétique moléculaire pourraient trancher, mais les échantillons anciens manquent, ainsi que les crédits80 ».

  • 81 Bouvier 2001, p. 164‑165.

34Mais M. Bouvier écrit peu après dans Les saveurs du vin antique, à propos du célèbre vin poissé viennois : « Aucun cépage actuel ne donne au vin le goût naturel de poix, et le descendant probable de l’allobrogica serait, nous l’avons vu, la mondeuse, ou grande syrah, dont les arômes ne ressemblent en rien à ceux de la poix. […] On peut penser que les Viennois avaient lancé la mode du vin au goût “naturel” de poix pris dans les tonneaux, ou par ajout dans leurs vins. Ce vin était produit par un cépage qu’il ne fallait surtout pas planter ailleurs, puisqu’il perdait ses propriétés. Mais ces dernières ne tenaient-elles pas justement à cette poix, que l’on ne trouvait pas ailleurs ? Ceci semble confirmé par Columelle [XII, 23, 1‑2, cf. 7] qui donne la recette de la poix d’écorce utilisée par les Allobroges comme apprêt. Et un peu plus loin, “si l’on veut apprêter avec la même poix toute la vendange, sans qu’on puisse reconnaître un goût de vin poissé, il suffira de mêler environ six scrupules [environ 8 g] de cette même poix à quarante setiers [environ 22 litres], mais seulement quand le moût aura terminé sa fermentation et aura été débarrassé de ses lies [faeces, qui pourrait être aussi bien traduit par chapeau ou marc, attestant une fois de plus la production de vin rouge]”. Les Viennois étaient-ils bons vignerons ou habiles commerçants ? Peut-être les deux81 ».

35Ainsi, on est assuré de l’existence du cépage allobrogica, de l’existence de vin poissé chez les Allobroges, mais on peut douter de l’existence d’un cépage spécifiquement viennois au goût naturel de poix qui reste une énigme et serait unique. La mention de la renommée locale du cépage allobrogique incite à penser qu’il est directement lié à la production du vin viennois et que celui-ci ne provient pas d’un cépage spécifique.

Références

Édition

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XIV, éd. J. André, CUF, Paris, 1958, p. 31‑32. Trad. revue.

Texte

Duval 1971, n° 105 (Celse) ; P. Viala et V. Vermorel, Ampélographie. Traité général de Viticulture (7 vol., Paris. 1901‑1910) : dans le tome II, s.v. « Mondeuse », p. 274, les auteurs font le rapprochement avec le cépage allobrogica ; Dion 1959, p. 118‑121 à propos du cépage allobrogica ; E. Thévenot, à propos de l’ouvrage de R. Dion, « Vin de Vienne et vin de Bourgogne », RAE 10, 1959, p. 308‑324 : A. Touwaide, « Vin, santé et médecine à travers le Traité de matière médicale de Dioscoride », in P. François (éd.), Le vin de Rome. Rencontres de Carcassonne, 27 juin 1998, 19 juin 1999, dossier de Pallas 53, 2000, p. 101‑111 ; Béal et Lucas 2011, p. 230‑232 ; Chr. Caillaud, Vitis Allobrogica – Vinum picatum. La production de vin sur le territoire de la cité de Vienna, mémoire de master 2 sous la direction de M. Poux, université Lumière Lyon 2, 2011.

13. Un grand cru coûteux

36Pline évoque les vins les plus anciennement célèbres, et parmi eux du vin daté de l’année du consulat de L. Opimius, qui fut aussi l’année de l’assassinat du tribun C. Gracchus en l’an 633 de Rome, c’est-à-dire en 121 av. J.‑C., année où l’ensoleillement exceptionnel en Italie permit la production d’un vin qui était encore conservé près de 200 ans après. À vin exceptionnel, prix exceptionnel.

Quod ut eius temporis aestimatione in singulas amphoras centeni nummi statuantur, ex his tamen usura multiplicata semissibus, quae ciuilis ac modica est, in C. Caesaris Germanici filii principatu annis CLX singulas uncias uini constitisse nobili exemplo docuimus referentes uitam Pomponii Secundi uatis cenamque quam principi illi dedit. Tantum pecuniarum detinent apothecae ! Nec alia res maius incrementum sentit ad uicesimum annum maiusue ab eo dispendium, non proficiente pretio ; raro quippe adhuc fuere, nec nisi in nepotatu, singulis testis milia nummum. Viennenses soli picata sua, quorum genera diximus, pluris permutare, sed inter sese amore patrio, creduntur ; idque uinum frigidius reliquis existimatur in frigido potu.

Mettons, d’après l’évaluation de l’époque, l’amphore à cent sesterces ; c’est en partant de ce prix, accru toutefois de la somme des intérêts à six pour cent, taux légal et modique, que s’établissait le prix d’une once de ce vin, sous le principat de C. César, fils de Germanicus, 160 ans après, comme nous l’avons montré par un exemple mémorable dans notre récit de la vie du poète Pomponius Sécundus et du dîner qu’il offrit à ce prince. Les celliers renferment tant d’argent ! Aucune denrée ne prend plus de valeur jusqu’à la vingtième année ni ne devient ensuite plus coûteuse, le prix n’augmentant plus. Rarement en effet on a vu jusqu’ici, et seulement par prodigalité, l’amphore se payer mille sesterces. Seuls les Viennois, semble-t-il, demandent un prix supérieur pour leurs vins poissés, dont nous avons cité les crus, mais sur le marché intérieur et par amour-propre national ; ce vin, bu frais, passe pour être plus froid que les autres.
(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XIV, 56‑57)

  • 82 Voir les références données en 7.

37On trouvera également au livre XIII des Épigrammes de Martial une célébration des crus réputés du monde romain, et, bien sûr une référence à l’année d’Opimius (XIII, 113). Du point de vue économique, il n’est pas sans intérêt de se reporter au calcul que fait Columelle (III, 3, 8‑14) des profits qu’on peut tirer d’une exploitation viticole82. À titre comparatif, sous Domitien, la solde annuelle du légionnaire s’élève à 300 deniers, soit 1 200 sesterces.

Références

Édition

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XIV, éd. J. André, CUF, Paris, 1958, p. 42. Trad. revue.

Texte

Outre les notes de l’édition de J. André (voir supra), p. 97‑98, on peut consulter Béal et Lucas 2011, p. 233 ; A. Tchernia, Les Romains et le commerce, Études 8, BiAMA hors collection, Naples, 2011 (les pages 187‑198 traitent de la vente du vin) ; A. Desbat « Le commerce des vins à Lugdunum », in Brun, Poux et Tchernia 2004, p. 254‑262.

14. Les vertus du vin poissé viennois

38Après avoir décrit les vertus médicinales et surtout les effets secondaires indésirables de différentes sortes de vins, dont ceux qui sont préparés avec de l’eau de mer et ceux qui sont traités avec de la résine, Pline évoque l’action des vins poissés.

Innocentius pice sola conditum. Sed et picem meminisse debemus non aliud esse quam combustae resinae fluxum. Hoc genus uini excalfacit, concoquit, purgat. Pectori, uentri utile, item uuluarum dolori, si sine febri sint, ueteri rheumatismo, exulcerationi, ruptis, conuulsis, uomicis, neruorum infirmitati, inflationibus, tussi, anhelationibus, luxatis in sucida lana inpositum. Ad omnia haec utilius id quod sponte naturae suae picem resipit picatumque appellatur Ellinco in pago, quo tamen nimio caput temptari conuenit.

Le vin préparé avec la poix seule est moins agressif, mais il est bon aussi de se souvenir que la poix n’est pas autre chose que le produit de la combustion de la résine. Cette sorte de vin échauffe, aide à la digestion et nettoie. Il est bon pour la poitrine, le ventre, les douleurs de matrice exemptes de fièvre, les vieilles fluxions, les ulcérations, les ruptures, les déchirures, les abcès purulents, la débilité des nerfs, les gonflements, la toux, l’asthme, les luxations, en application avec de la laine en suint. Pour toutes ces affections, meilleur est le vin qui a naturellement un goût de poix et qu’on appelle « poissé » dans le canton d’Illins ; on convient cependant qu’il porte à la tête, s’il est pris en trop grande quantité.
(Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXIII, 47)

  • 83 Dioscoride, De materia medica, V, 38, dans le commentaire au texte 7.

39Nous renvoyons au texte où Dioscoride explique comment on prépare le πισσίτης, c’est-à-dire le vin médicinal préparé avec de la poix, qui est bon en particulier pour ce qui relève des problèmes digestifs, etc.83 ; le texte de Pline reprend les indications de Dioscoride. Ces vins sont distincts des vins résinés (ῥητινίτης), qui peuvent causer des maux de tête et des vertiges (crapula, Pline, XXIII, 46).

Références

Édition

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XXIII, éd. J. André, CUF, Paris, 1971, p. 35‑36. Trad. revue.

Texte

Voir les textes 7 et 12. Sur la différence entre vins résinés et préparés avec de la poix, voir les notes de l’édition supra, p. 91 et André et Levadoux 1964. Béal et Lucas 2011, p. 233.

Notes

46 Éd. J. Beaujeu (voir infra), p. 200.

47 Aulu-Gelle, Nuits attiques, II, 22, 28 sq.

48 Sénèque, Questions naturelles, V, 17, 5.

49 Caton, Les origines. Fragments, éd. M. Chassignet, CUF, Paris, 2002, livre V, frg. 2, p. 42.

50 Aulu-Gelle, Nuits attiques, éd. R. Marache, CUF, Paris, 2002, p. 118‑119.

51 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre III, éd. H. Zehnacker, 2e éd. revue et augmentée, CUF, Paris, 2004, p. 22.

52 Barruol 1969, p. 16‑24. Chaque peuple fait ensuite l’objet d’un développement détaillé dans la suite de l’ouvrage, des Salyens au sud, p. 188‑189, jusqu’aux Allobroges au nord.

53 Barruol 1969, p. 210.

54 Barruol 1969, p. 24.

55 Trousset 1993.

56 Pour les identifications de sites et les peuples cités dans ce paragraphe, voir Barruol 1969 : Mastromela, p. 210 ; Maritima et les Avatiques, p. 194‑197 ; la Crau et les Anatiliens, p. 203 ; Dexivates, p. 203‑204 ; la confédération cavare, p. 231‑272 avec les Cavares proprement dits p. 236‑244.

57 Barruol 1969 : Tricores, p. 210 ; Tritolli, p. 210 ; les Voconces, p. 278‑294 et leur confédération, p. 282‑283 ; Ségauvellaunes, p. 269‑271 ; Allobroges, p. 295‑305.

58 Barruol 1969 : promontoire Zao, p. 211 ; Camactuliques, p. 211 ; Sueltères et Vérucins, p. 211‑212.

59 Barruol 1969 : Athénopolis, p. 22, n. 1 ; Oxybiens et Ligaunes, p. 212‑215 ; Suèbres, p. 376‑379 ; Quariates, p. 344‑346 ; Adunicats, p. 390.

60 Barruol 1969, Déciates, p. 215‑217.

61 Barruol 1969, p. 21‑22.

62 Gascou 1991a, p. 547‑563 (en particulier p. 555‑557) ; Gascou 1994 ; Gascou 1997, p. 90‑101 et 120‑122 ; Chastagnol 1997, p. 54‑61.

63 Éd. J. Desanges (voir infra), p. 24.

64 Aujac 1966, p. 169.

65 Éd. J. Desanges (voir infra), commentaire, p. 300.

66 Dilke 1985, p. 68.

67 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre XXIII, éd. J. André, CUF, Paris, 1971, n. 2 au § 47, p. 91.

68 Billiard 1913, p. 308.

69 Bouvier 2000, p. 122.

70 Bouvier 2001, p. 165.

71 Billiard 1913, p. 316.

72 Pliny the Elder, Natural history, tome IV, éd. H. Rackham, Loeb classical library, Cambridge (Mass.)-Londres, 1960, p. 197.

73 Éd. J. André (voir infra) ; la note 2, p. 92, doit donc être considérée comme caduque.

74 C’est la lecture retenue par Billiard 1913, p. 316. Mais cette leçon est jugée peu fiable par J. André qui remarque en outre que R. Billiard avait travaillé sur des textes mal établis.

75 J.‑Cl. Béal, « L’agriculture helvienne dans l’Antiquité, les données des textes », dans Allons en vendange ! La vigne et le vin autrefois en Ardèche, Mémoires d’Ardèche et temps présent 30, Privas, 1991, p. 11‑13.

76 Éd. J. André (voir infra), p. 66‑67.

77 Columelle, De l’agriculture, livre III, éd. J.‑Chr. Dumont, CUF, Paris, 1993, p. 11‑12.

78 Celse, De medicina, IV, 12, 8. Texte latin, éd. W.G. Spencer. Loeb classical library, Cambridge (Mass.)-Londres, 1960, p. 402‑403. Trad. revue (à partir de celle de l’édition du Dr Védrène, Paris, 1876).

79 Dion 1959, p. 120.

80 Bouvier 2000, p. 123.

81 Bouvier 2001, p. 164‑165.

82 Voir les références données en 7.

83 Dioscoride, De materia medica, V, 38, dans le commentaire au texte 7.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 – Le sud de la Gaule narbonnaise d’après Pline (Garcia et Verdin 2002, p. 140).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search