Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Sénèque, Apocoloquintose

Texte intégral

Sénèque, Lucius Annaeus Seneca (4 av.-65 ap. J.‑C.), est originaire de Cordoue ; rhéteur et philosophe, il mène une carrière d’avocat avant d’entrer au Sénat. Après une période de disgrâce suscitée par Messaline (41‑49), pendant laquelle il est relégué en Corse, il revient en grâce et devient, en 50, précepteur de Néron, puis conseiller du jeune empereur dès son accession à l’Empire en 54. À partir de 59, après l’assassinat d’Agrippine par Néron, Sénèque perd peu à peu de son crédit. En 65, accusé de complicité dans la conjuration de Pison, il est contraint au suicide.

1La Plaisanterie sur la mort de Claude (Ludus de morte Claudii, ou Apothéose satirique du divin Claude, Diui Claudii Apotheosis per satyram), libelle connu depuis Dion Cassius sous le nom d’Ἀποκολοκύντωσις, Apocoloquintose, ou « Transformation en citrouille », publié en 54 ou 55, raconte de manière parodique la « divinisation » de l’empereur après sa mort. Dans l’extrait qui suit, Claude, divinisé, essaie de se faire admettre dans l’Olympe, siège des Immortels, où personne ne le connaît. Hercule est prêt à croire Claude lorsqu’il prétend venir d’Ilion-Troie. Mais la Fièvre, qui ne quitte jamais Claude, éternel hypocondriaque, vient pour rétablir la vérité.

5. Vienne la Romaine

Et imposuerat Herculi minime uafro, nisi fuisset illic Febris, quae, fano suo relicto, sola cum illo uenerat ; ceteros omnes deos Romae reliquerat. « Iste, inquit, mera mendacia narrat. Ego tibi dico, quae cum illo tot annis uixi : Luguduni natus est. Munatii municipem uides. Quod tibi narro, ad sextum decimum lapidem natus est a Vienna, Gallus germanus. Itaque quod Gallum facere oportebat, Romam cepit. Hunc ego tibi recipio Luguduni natum, ubi Licinus multis annis regnauit. Tu autem, qui plura loca calcasti quam ullus mulio perpetuarius, Lugudunenses scire debes et multa milia inter Xanthum et Rhodanum interesse. »

Et il en eût fait accroire à Hercule, qui n’est guère subtil, si la Fièvre n’eût été là. Quittant son temple, elle seule l’avait accompagné, laissant tous les autres dieux à Rome. « Cet individu, dit-elle, raconte de purs mensonges. Mais moi qui ai vécu tant d’années en sa compagnie, je te le dis : il est né à Lyon. C’est un concitoyen de Munatius que tu vois. Je te l’affirme : il est né à seize milles [ca 23,5 km] de Vienne, c’est un vrai Gaulois. Aussi, parce qu’un Gaulois devait le faire, il a pris Rome. Mais je te le garantis né à Lyon, où Licinus régna de nombreuses années. Mais toi, qui as foulé plus de routes qu’un muletier de profession, tu dois connaître les Lyonnais et savoir qu’il y a bien des milles entre le Xanthe et le Rhône. »
(Sénèque, Apocoloquintose, 6, 1)

2Le texte de Sénèque est un texte à clés comportant de nombreuses allusions, transparentes pour un contemporain ou un Romain cultivé, parfois plus difficiles à saisir pour nous.

  • 29 Goudineau 1989, p. 31.
  • 30 Suétone, Auguste, 67, 1.
  • 31 Dion Cassius, Histoire romaine, LIV, 21.
  • 32 Sénèque, Lettres à Lucilius, CXIX, 9 ; Juvénal, Satires, I, 108 ; Martial, Épigrammes, VIII, 3 ; Pe (...)

3Les personnages évoqués sont des Lyonnais célèbres : le nom Munatius a été rétabli par conjecture car le texte est altéré ; il s’agit bien évidemment du fondateur de Lyon, L. Munatius Plancus ; Chr. Goudineau note que l’évocation d’Hercule n’est peut-être pas simplement un topos, mais que ce héros est la divinité principale de Tibur, patrie de Plancus le fondateur de Lyon29. Quant à Licinus, il est un familier d’Auguste30, qui en avait fait le procurateur de la Lyonnaise et il était connu pour sa rapacité et sa richesse, si l’on en croit le long développement que lui consacre Dion Cassius31, et les allusions faites par Sénèque, Juvénal, Martial, Perse, et Macrobe32.

  • 33 Suétone, Claude, 2.
  • 34 Goudineau 1989, p. 30.

4Pour le reste, le texte traite des origines de Claude, qui vient de loin, des bords du Xanthe (ou Scamandre) qui est un fleuve de la région de Troie : c’est que Claude, quelques vers auparavant, prétendait arriver d’Ilion, ce qui est une allusion indirecte à l’origine troyenne de la gens Iulia. Mais Claude, né à Lyon33, est un Gallus germanus ; comme le relève Chr. Goudineau, c’est un jeu de mots : vrai Gaulois, mais aussi Germain, presque un barbare, un authentique Gaulois34 ; c’est que Lyon appartient à la Gaule chevelue, Gallia Comata, alors que Vienne, bien que située à la limite de la Prouincia, est romanisée depuis plus longtemps, donc civilisée ; Vienne semble servir ici de modèle de romanité. La différence entre les deux provinces persiste-t-elle encore au Ier s. pour un Romain, ou bien n’est-ce qu’un effet rhétorique, destiné à rabaisser encore Claude ? Car on ne peut oublier la réputation d’érudit et d’homme cultivé qui était celle de Claude. L’esquisse du Gaulois Claude est complétée par un topos littéraire, l’allusion à la prise de Rome et aux événements du début du IVe s. av. J.‑C. Claude est bien l’ennemi de Rome et trahit son ascendance mythique. Enfin, on notera que la distance qui sépare Vienne de Lyon correspond au compendium indiqué dans l’Itinéraire d’Antonin (45).

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n° 117 ; P. Grimal, Sénèque ou la conscience de l’Empire, Collection d’études anciennes, Paris, 1978.

Œuvre

E. Cizek, « L’Apocoloquintose, pamphlet de l’aristocratie latine », in Acta Antiqua Philippopolitana. Studia historica et philologica, Sofia, 1963, p. 295‑303 ; K. Bringman, « Senecas “Apocolocyntosis” : Ein Forschungsbericht 1959‑1982 », ANRW II.32.2, 1985, p. 885‑914 ; A.L. Motto et J.R. Clarke, Seneca. A critical bibliography 1900‑1980, Amsterdam, 1989.

Édition

Sénèque, L’Apocoloquintose du divin Claude, éd. R. Waltz, CUF, Paris, 1961, p. 6. Trad. revue.

Texte

Goudineau 1989, p. 30‑31 ; Goudineau 2000 : « Les textes sur la fondation et la signification de Lugdunum », p. 291‑310. Sur Licinus, Decourt et Lucas 1993, textes 9 et 35.

Notes

29 Goudineau 1989, p. 31.

30 Suétone, Auguste, 67, 1.

31 Dion Cassius, Histoire romaine, LIV, 21.

32 Sénèque, Lettres à Lucilius, CXIX, 9 ; Juvénal, Satires, I, 108 ; Martial, Épigrammes, VIII, 3 ; Perse, Satires, II, 26 ; Macrobe, Saturnales, II, 4, 24.

33 Suétone, Claude, 2.

34 Goudineau 1989, p. 30.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search