Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Velléius Paterculus, Histoire romaine

Texte intégral

Issu d’une famille de Capoue dont l’ascension sociale se fait sous Pompée puis sous Auguste, Velléius Paterculus (Gaius Velleius Paterculus, 20‑19 av. J.‑C.-ca 30 ap. J.‑C.) prend part avec son frère au triomphe du prince héritier, Tibère, le 23 octobre 12 ; il parvient à la préture en 15 ap. J.‑C., puis nous perdons sa trace.

1Son activité littéraire se résume pour nous à un ouvrage, l’Histoire romaine (le titre est apocryphe) en deux livres. En fait, il s’agit d’un abrégé d’une histoire universelle, depuis la guerre de Troie jusqu’au règne de Tibère. Du livre I, il ne reste que 18 chapitres, le second livre (de la prise de Numance, en 146, à Tibère) est presque complet, avec 131 chapitres. Cet abrégé a été écrit sur la demande du consul désigné pour 30, M. Vinicius, à qui l’œuvre est dédiée. Le panégyrique du règne de Tibère tracé par Velléius Paterculus a engendré de la suspicion à l’encontre de son auteur, taxé de flatterie envers Tibère et Auguste.

4. Troubles à Vienne

Eadem et uirtus et fortuna subsequenti tempore ingressi Germaniam imperatoris Tiberii fuit quae initio fuerat. Qui, concussis hostium uiribus classicis peditumque expeditionibus, cum res Galliarum maximae molis accensasque plebis Viennensium dissensiones coercitione magis quam poena mollisset, <et> senatus populusque Romanus, postulante patre eius, ut aequum ei ius in omnibus prouinciis exercitibusque esset quam erat ipsi, decreto complexus esset – etenim absurdum erat non esse sub illo quae ab illo uindicabantur, et qui ad opem ferendam primus erat, ad uindicandum honorem non iudicari parem –, in Vrbem reuersus, iam pridem debitum, sed continuatione bellorum dilatum ex Pannoniis Delmatisque egit triumphum. Cuius magnificentiam quis miretur in Caesare ? Fortunae uero quis non miretur indulgentiam ? Quippe omnis eminentissimos hostium duces non occisos fama narrauit, sed uinctos triumphus ostendit ; quem mihi fratrique meo inter praecipuos praecipuisque donis adornatos uiros comitari contigit.

La valeur et la fortune de notre général, Tibère, furent, lorsqu’il pénétra en Germanie au cours de la campagne suivante, les mêmes qu’au début. Lorsqu’il eut brisé les forces ennemies par des opérations navales et terrestres, rétabli une situation très difficile en Gaule et apaisé, par des mesures énergiques plus que par des châtiments, des dissensions qui avaient enflammé la plèbe de Vienne, le Sénat et le peuple romain décidèrent par un décret, sur la demande de son père, qu’il aurait dans toutes les provinces et sur toutes les armées les mêmes pouvoirs que ce dernier avait lui-même, car il était absurde quelles ne fussent pas sous l’autorité de celui qui les protégeait et que celui qui était le premier à se porter à leur secours ne fût pas jugé digne de revendiquer un rang égal. De retour à Rome, il remporta sur les Pannoniens et les Dalmates le triomphe qui lui était dû depuis longtemps, mais qui avait été différé en raison de la succession ininterrompue des guerres. Qui pourrait s’étonner, s’agissant de César, de la magnificence de ce triomphe ? Mais qui n’admirerait pas la faveur de la fortune ? Car tous les plus illustres chefs ennemis n’avaient pas trouvé la mort, à ce qu’on disait, et le triomphe nous les montra chargés de chaînes ; il nous a été donné, à mon frère et à moi, d’accompagner le char du vainqueur au milieu des personnages les plus brillants et pourvus des plus brillantes récompenses.
(Velléius Paterculus, Histoire romaine, II, 121)

2Le triomphe en question s’est déroulé le 23 octobre 13 ap. J.‑C., après les campagnes victorieuses de Tibère entre 6 et 9 ap. J.‑C. Ce triomphe permet de dater approximativement des événements qui se sont déroulés à Vienne, dont nous ignorons tout, puisque ce texte qui en est la seule mention ne donne aucune précision. Certains exégètes ont cru voir une autre allusion à ces événements dans une épigramme de l’Anthologie palatine attribuée à Crinagoras (IX, 283). Cependant, Vienne n’est pas citée dans ce poème qui célèbre une victoire de Germanicus non localisée avec précision ; sont simplement évoquées les « Alpes aux vallées profondes » (βαθυάγκεες Ἄλπεις) ; bien sûr, Vienne est parfois associée aux Alpes (47, 48), mais cette suggestion est une hypothèse fragile et hasardeuse.

  • 27 Théorie et pratique de l’architecture romaine. La norme et l’expérimentation. Études offertes à Pie (...)

3Dans un article intitulé « Le “monument aux cygnes” de Vienne »27, R. Robert opère un rapprochement entre le texte de Velléius Paterculus et le monument viennois : en effet, dans le passage accensasque plebis Viennensium dissensiones coercitione magis quam poena mollisset, l’auteur propose de voir des querelles intestines (dissensiones) entre des « notables de la cité » et « une partie de la population dont l’attachement à Rome pouvait avoir été ébranlé par la récente défaite des légions romaines », celles de Varus (9 ap. J.‑C.). L’opposition entre coercitio et poena semble indiquer que « Tibère, en prévenant l’éclatement de la révolte, avait su limiter les mesures punitives. Il était légitime, dans ces conditions, qu’à l’issue de ces dissensiones les Viennois voulussent édifier un monument qui célébrait le retour de la concorde tout en manifestant le rôle que Tibère avait joué dans son rétablissement. L’emprunt de certains motifs à l’Ara Pacis se justifie pleinement pour un monument qui voulait exalter, à l’échelle de la colonie, la concorde civile, la paix reconquise et l’opulence qui ne pouvait manquer de s’en suivre ». Ce monument de Vienne « pouvait donc se présenter comme une action de grâce de certains habitants après une période troublée, affirmant par l’érection d’un édifice nouveau leur allégeance à l’Empire et aux valeurs du principat ». Et l’auteur, en s’appuyant sur des critères stylistiques, propose de dater le monument (qui pouvait être dédié à la Paix plutôt qu’à l’empereur) des premières années du règne de Tibère.

  • 28 Suétone, Tibère, 21, 1.

4Quant aux honneurs décrétés par le Sénat, il s’agit en 12 ap. J.‑C. de l’imperium proconsulare et en 13 de la tribunicia potestas. Par ces pouvoirs, Tibère est associé à Auguste et devient de fait le successeur légitime. Selon Suétone, les honneurs auraient non pas précédé le triomphe, mais l’auraient suivi28.

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n° 106 ; Brill Online, s.v. « Velleius 4 » [G. Krapinger].

Œuvre

J. Hellegouarc’h, « Les buts de l’œuvre historique de Velléius Paterculus », Latomus 23, 1964, p. 669‑684 ; le même, « État présent des travaux sur l’Histoire romaine de Velléius Paterculus », ANRW II.32.1, 1984, p. 404‑436.

Édition

Velléius Paterculus, Histoire romaine, tome II, livre II, éd. J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1982, p. 128‑129. Trad. revue.

Texte

B. Rémy, « Un témoignage de la romanisation de la cité de Vienne au Haut-Empire : l’évergétisme », Ktéma 17, 1992, p. 201‑221 ; J. Gascou et D. Terrer, « La présence de Tibère en Narbonnaise : les portraits et les inscriptions », RAN 29, 1996, p. 31‑67.

Notes

27 Théorie et pratique de l’architecture romaine. La norme et l’expérimentation. Études offertes à Pierre Gros, réunies par X. Lafon et G. Sauron, Aix-en-Provence, 2005, p. 247‑258.

28 Suétone, Tibère, 21, 1.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search