Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Strabon, Géographie

Texte intégral

Strabon, Στράβων, est né à Amasie du Pont en 60 av. J.‑C., mort à Rome entre 19 et 24 ap. J.‑C. Érudit, voyageur, il fut l’auteur d’œuvres historiques et géographiques : il écrivit une continuation de l’histoire de Polybe, les Études Historiques, en quarante-sept livres, aujourd’hui totalement perdus. En revanche, ses Études Géographiques (Γεωγραφικὰ ὑποµνήµατα ou Géographie, Γεωγραφία) en dix-sept livres, sont presque entièrement conservées et constituent une sorte de panorama des connaissances de son époque en ce domaine.

1Le livre IV de sa Géographie est consacré à la Gaule, que Strabon ne connaît pas personnellement, mais qu’il décrit en s’inspirant largement de Poséidonios d’Apamée, historien et philosophe qui vécut entre 135 et 51 av. J.‑C., et de César.

2Dans son introduction générale à la Gaule transalpine, Strabon reprend le découpage bien connu : la Narbonnaise, la Celtique, l’Aquitaine et la Belgique. Le texte ci-dessous fait partie de la présentation de la Narbonnaise et est très riche en informations, géographiques, historiques, sur Vienne et les Allobroges en particulier. Strabon, énumérant les peuples (fig. 1‑2), remonte la vallée du Rhône, en direction du nord, vers Vienne à la pointe de la Narbonnaise, limitrophe de la Celtique. Le texte choisi présente Vienne dans un cadre géographique large, et le peuplement allobroge.

Fig. 1 – Les peuples gaulois du sud-est de la Gaule (Atlas topographique de Vienne).

Fig. 2 – Le sud-est de la Gaule d’après Strabon (Y. Montmessin, UMR 5138).

3. La Narbonnaise, Vienne, Lyon

Μεταξὺ δὲ τοῦ Δρουεντία καὶ τοῦ Ἴσαρος καὶ ἄλλοι ποταμοὶ ῥέουσιν ἀπὸ τῶν Ἄλπεων ἐπὶ τὸν Ῥοδανόν, δύο μὲν οἱ περιρρέοντες πόλιν Καουάρων Δουρίωνα κοινῷ ῥείθρῳ συμβάλλοντες εἰς τὸν Ῥοδανόν, τρίτος δὲ Σούλγας, ὁ κατὰ Οὔνδαλον πόλιν μισγόμενος τῷ Ῥοδανῷ, ὅπου Γναῖος Αἰνόβαρβος μεγάλῃ μάχῃ πολλὰς ἐτρέψατο Κελτῶν μυριάδας. Εἰσὶ δ’ ἐν τῷ μεταξὺ πόλεις καὶ Αὐενιὼν καὶ Ἀραυσίων καὶ Ἀερία, τῷ ὄντι, φησὶν ὁ Ἁρτεμίδωρος, ἀερία διὰ τὸ ἐφ’ ὕψους ἱδρῦσθαι μεγάλου. Ἡ μὲν οὖν ἄλλη πᾶσά ἐστι πεδιὰς καὶ εὔβοτος, ἡ δ’ ἐκ τῆς Ἀερίας εἰς τὴν Δουρίωνα ὑπερθέσεις ἔχει στενὰς καὶ ὑλώδεις. Καθ’ ὃ δὲ συμπίπτουσιν ὁ Ἴσαρ ποταμὸς καὶ ὁ Ῥοδανὸς καὶ τὸ Κέμμενον ὄρος, Κόϊντος Φάβιος Μάξιμος Αἰμιλιανὸς οὐχ ὅλαις τρισὶ μυριάσιν εἴκοσι μυριάδας Κελτῶν κατέκοψε, καὶ ἔστησε τρόπαιον αὐτόθι λευκοῦ λίθου καὶ νεὼς δύο, τὸν μὲν Ἄρεως τὸν δ’ Ἡρακλέους.
Ἀπὸ δὲ τοῦ Ἴσαρος εἰς Οὐίενναν τὴν τῶν Ἀλλοβρίγων μητρόπολιν κειμένην ἐπὶ τῷ Ῥοδανῷ στάδιοί εἰσι τριακόσιοι εἴκοσι. Πλησίον δ’ ὑπέρκειται τῆς Ὀυιέννης τὸ Λούγδουνον, ἐφ’ οὗ συμμίσγουσιν ἀλλήλοις ὅ τε Ἄραρ καὶ ὁ Ῥοδανός· στάδιοι δ’ εἰσὶν ἐπ’ αὐτὸ πεζῇ μὲν περὶ διακοσίους διὰ τῆς Ἀλλοβρίγων, ἀνάπλῳ δὲ μικρῷ πλείους. Ἀλλόβριγες δὲ μυριάσι πολλαῖς πρότερον μὲν ἐστράτευον, νῦν δὲ γεωργοῦσι τὰ πεδία καὶ τοὺς αὐλῶνας τοὺς ἐν ταῖς Ἄλπεσι, καὶ οἱ μὲν ἄλλοι κωμηδὸν ζῶσιν, οἱ δ’ ἐπιφανέστατοι τὴν Οὐίενναν ἔχοντες, κώμην πρότερον οὖσαν, μητρόπολιν δ’ ὅμως τοῦ ἔθνους λεγομένην κατεσκευάκασι πόλιν.
Ἵδρυται δ’ ἐπὶ τῷ Ῥοδανῷ. Φέρεται δ’ ἀπὸ τῶν Ἄλπεων οὗτος πολὺς καὶ σφοδρός, ὅς γε καὶ διὰ λίμνης μεγάλης ἐξιὼν τῆς Λημέννης φανερὸν δείκνυσι τὸ ῥεῖθρον ἐπὶ πολλοὺς σταδίους. Κατελθὼν δὲ εἰς τὰ πεδία τῆς χώρας τῆς Ἀλλοβρίγων καὶ Σεγοσιανῶν συμβάλλει τῷ Ἄραρι κατὰ Λούγδουνον πόλιν τῶν Σεγοσιανῶν. Ῥεῖ δὲ καὶ ὁ Ἄραρ ἐκ τῶν Ἄλπεων, ὁρίζων Σηκοανούς τε καὶ Αἰδούους καὶ Λίγγονας καὶ Τρικασίους, παραλαβὼν δ’ ὕστερον τὸν Δοῦβιν ἐκ τῶν αὐτῶν ὀρῶν φερόμενον πλωτόν, ἐπικρατήσας τῷ ὀνόματι καὶ γενόμενος ἐξ ἀμφοῖν Ἄραρ συμμίσγει τῷ Ῥοδανῷ. Πάλιν δ’ ἐπικρατήσας ὁ Ῥοδανὸς εἰς τὴν Ὀυίενναν φέρεται. Συμβαίνει δὴ κατ’ ἀρχὰς μὲν τοὺς τρεῖς ποταμοὺς φέρεσθαι πρὸς ἄρκτον, εἶτα πρὸς δύσιν· εἰς ἓν δ’ ἤδη συμπεσὸν ῥεῖθρον πάλιν ἄλλην καμπὴν λαβὸν νότιον φέρεται τὸ ῥεῦμα μέχρι τῶν ἐκβολῶν, δεξάμενον καὶ τοὺς ἄλλους ποταμούς, κἀκεῖθεν ἤδη τὴν λοιπὴν ποιεῖται μέχρι τῆς θαλάττης ῥύσιν. Ἡ μὲν οὖν μεταξὺ τῶν Ἄλπεων καὶ τοῦ Ῥοδανοῦ τοιαύτη τις.

Entre la Durance et l’Isère, d’autres rivières descendent des Alpes jusqu’au Rhône. Deux d’entre elles enserrent de leurs cours Durio, ville des Cavares, puis leurs cours se réunissent jusqu’au Rhône. Une troisième, la Sorgue, se jette dans le Rhône près de la ville d’Undalum, là où Cnaeus Ahénobarbus dans une grande bataille mit en déroute plusieurs dizaines de milliers de Celtes. Dans l’entre-deux il y a aussi les villes d’Avignon, d’Orange et d’Aéria. Cette dernière serait véritablement « aérienne », au dire d’Artémidore, parce qu’elle est construite sur un site de hauteur élevé. Cette zone dans son ensemble est une plaine avec de bons pâturages, sauf entre Aeria et Durio, où il faut franchir des passages resserrés et boisés. À l’endroit où convergent l’Isère, le Rhône et le Mont Cemmène, Quintus Fabius Maximus Aemilianus, après avoir taillé en pièces avec moins de trente mille hommes les deux cent mille que lui opposaient les Celtes, fit ériger sur place un trophée de pierre blanche et deux temples, l’un à Arès, l’autre à Héraclès.
De l’Isère à Vienne, capitale des Allobriges située au bord du Rhône, on compte 320 stades. Au-delà, à proximité de Vienne, se tient Lyon, où confluent la Saône et le Rhône. Il y a jusque-là environ 200 stades, par la route, à travers le pays des Allobriges, un peu plus par voie d’eau. Les Allobriges, autrefois, mobilisaient des armées de plusieurs dizaines de milliers de soldats, mais ils pratiquent aujourd’hui l’agriculture, en plaine et dans les vallons des Alpes, et ils vivent dans des villages, sauf les plus nobles d’entre eux, qui sont installés à Vienne ; c’était autrefois une bourgade, qu’on appelait cependant déjà capitale de ce peuple, et ils l’ont transformée en ville.
Elle est bâtie au bord du Rhône. Ce fleuve arrive des Alpes avec une telle impétuosité et un tel débit que, même lorsqu’il traverse le Léman, qui est un grand lac, son cours reste visible sur plusieurs stades. Puis il descend vers les plaines du pays des Allobriges et des Ségusianes et se jette dans la Saône à Lyon, ville des Ségusiaves. La Saône aussi descend des Alpes, sert de frontière entre les Séquanes, les Éduens, les Lingons et les Tricasses, puis reçoit le Doubs, qui sort des mêmes montagnes et qui est navigable ; le cours d’eau formé par ces deux rivières s’unit au Rhône sous le nom de Saône qui a prévalu. À son tour le nom de Rhône prévaut, et le fleuve coule jusqu’à Vienne. À leur origine, ces trois cours d’eau coulent vers le nord, puis vers l’ouest. Mais dès qu’ils sont réunis en un seul fleuve, celui-ci après avoir décrit une courbe, s’oriente vers le sud ; il reçoit encore ses autres affluents avant d’atteindre son delta et de là il achève son cours jusqu’à la mer. Tel est donc le pays qui s’étend entre les Alpes et le Rhône.
(Strabon, Géographie, IV, 1, 11 [C 185‑186])

  • 9 Tite-Live, Abrégés [Periochae] des livres de Tite-Live, ex libro, LXI ; Velléius Paterculus. Histoi (...)
  • 10 Appien, Celtica, 1, 2.
  • 11 Tite-Live, Abrégés [Periochae] des livres de Tite-Live, livre LXI.
  • 12 Information reprise en IV, 2, 3.
  • 13 Polybe, 11, 49 ; Tite-Live, XXXI, 31.
  • 14 Valère Maxime, Faits et dits mémorables, II, 5, 2 ; VI, 9, 4 ; Sénèque, Des bienfaits, IV, 30, 2 ; (...)
  • 15 Valère Maxime, Faits et dits mémorables, IX, 6, 3 ; Appien, Celtica, XII, 3 ; sur Domitius, Suétone (...)
  • 16 Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVII, 47‑48.
  • 17 César, Guerre des Gaules, I, 6.

3Le premier paragraphe mêle étroitement histoire et géographie : il présente le bassin du Rhône en aval de Vienne, et surtout évoque le conflit qui opposa en 122‑121 les Allobroges et les Arvernes d’une part, Rome d’autre part. Ce conflit est assez souvent mentionné dans les textes latins9 Chr. Goudineau souligne la difficulté à reconstituer le détail des événements, mais propose la trame suivante : c’est sur la demande de Marseille en 125 que Rome intervient dans le conflit qui oppose la cité phocéenne aux Ligures, Voconces et Salyens. Rome envoie dès 125 des troupes sous le commandement successif de deux consuls : M. Fulvius Flaccus en 125‑124, puis C. Sextius Calvinus en 124‑123, lequel s’empare de la capitale des Salyens ; ces derniers réclament l’aide de leurs alliés, allobroges et arvernes. En 122 Rome envoie le consul Cn. Domitius Ahénobarbus ; après l’échec d’une ambassade arverne10, on s’en remet aux armes dans le courant du printemps et de l’été 121. Cn. Domitius Ahénobarbus remporte une victoire sur les Allobroges au printemps, à Vindalium (Οὔνδαλον)11 que Strabon situe au confluent de la Sorgue et du Rhône, κατὰ τὴν συμβολὴν τοῦ τε Σούλγα καί τοῦ Ῥοδανοῦ (IV, 1, 11)12. Quant à la seconde victoire romaine mentionnée infra et datée du 8 août 121, elle est l’œuvre conjointe de Domitius et de Quintus Fabius Maximus, le petit-fils de Paul-Émile, arrivé en renfort. Selon Strabon, les troupes allobroges et les Arvernes du roi Bituit furent défaites au confluent de l’Isère et du Rhône et au voisinage du mont Cemmène (IV, 2, 3) : ce massif, perpendiculaire aux Pyrénées (IV, 1, 1), traverse la Gaule jusqu’à proximité de Lyon, des Cévennes au sud au Pilat et aux monts du Lyonnais au nord, incluant le Massif central et ses contreforts ; l’emplacement de la bataille est peut-être à chercher à proximité de l’endroit appelé l’Île, mentionné par Polybe et Tite-Live quand Hannibal réconcilie deux frères roitelets allobroges en conflit13. Cette victoire valut à Fabius Maximus le surnom d’Allobrogicus14, probablement parce qu’il reçut la reddition des Allobroges tandis que son collègue réglait le sort des Arvernes et de Bituit15. On n’a pas trouvé trace des trophées et temples érigés par les vainqueurs. Les rapports entre Rome et les Allobroges continueront à être tendus au moins jusqu’à la grande révolte de Catugnat en 61 av. J.‑C.16, après laquelle ce peuple sera encore perçu comme un farouche ennemi, jusqu’à l’arrivée de César en Gaule ; ce dernier souligne d’ailleurs que les Allobroges ne sont pas encore bien disposés à l’égard des Romains17.

  • 18 Strabon, note éd. Fr. Lasserre (voir infra), p. 208.
  • 19 Thollard 2009, note 26, p. 72 ; voir aussi Desjardins 1893, p. 168‑169.
  • 20 Latomus 31, 1972, p. 971‑996 ; voir en particulier note 1, p. 989 pour l’inventaire ; p. 992‑996 su (...)

4Les identifications des lieux cités sont loin d’être toutes certaines. Le passage concernant Durio est particulièrement difficile à établir : on a pu voir dans ce terme ou ses avatars un mont (Lubéron), une rivière (Dourion), un habitat ; d’après Fr. Lasserre, Durio (dont le nom semble venir d’Artémidore qui l’associe, quelques lignes plus bas à Aeria), situé en territoire cavare, correspondrait peut-être à un site identifié au confluent du Roubion et du Jabron à Montélimar, site qui serait le même que l’Acunum de l’Itinéraire d’Antonin (553, 10), sur l’actuel plateau de Géry au-dessus du bourg actuel d’Aygu18 ; R Thollard récuse la leçon de la première mention du nom retenue par Fr. Lasserre et pense que ce passage recèle une erreur d’un copiste (mot redoublé, donc à supprimer), et qu’il faut retenir simplement la mention de « la cité des Cavares », c’est-à-dire Cavaillon19. Undalum/Vindalium n’est guère mieux localisé : sans doute sur la Sorgue, sur la foi du renseignement donné par Strabon (IV, 2, 3), mais sans autre précision. Enfin nous ne savons rien de sûr à propos d’Aeria dont Artémidore d’Éphèse (dans la force de l’âge vers 104‑100 av. J.‑C.) aurait transmis le nom ; d’après le texte de Strabon, le nom aurait une valeur paysagique ; c’est souvent en s’appuyant sur ce postulat que de nombreux érudits locaux ont avancé des propositions ; mais tant de sites antiques peuvent correspondre à ce toponyme qu’il paraît illusoire, faute d’autres documents plus précis, de vouloir localiser cette cité ; nous ne retiendrons que l’article de G. Barruol, « À la recherche d’Aeria, ville celtique »20, qui fait l’inventaire des localisations proposées jusqu’alors pour Aeria et, en s’appuyant sur Strabon, attire l’attention site de l’oppidum du Barry, qui domine la vallée du Rhône au nord de Bollène.

5La seconde partie du texte est consacrée à Vienne même : sa situation, 320 stades entre le confluent Isère-Rhône et Vienne (soit environ 59 km ; en réalité 50 à vol d’oiseau), et 200 stades (37 km, 25 à vol d’oiseau) entre Vienne et Lyon (ce qui exclut une allusion au compendium signalé par l’Itinéraire d’Antonin) ; son peuplement allobroge, peuplade dont le nom et la réputation sont attestés pour la première fois par Apollodoros (IIe s. av. J.‑C.), ainsi que l’atteste une notice des Ethniques d’Étienne de Byzance (105) :

Ἀλλόβρυγες, ἔθνος δυνατώτατον Γαλατικόν, ὡς Ἀπολλόδωρος. Πολύβιος δὲ διὰ τοῦ ι αὐτοὺς καλεῖ Ἀλλόβριγας, Χάραξ δὲ διὰ τοῦ ο μικροῦ Ἀλλόβρογας, οἱ πλείους δὲ διὰ τοῦ ι. Ὁ δὲ τεχνικός Ἀλλόβροξ, ἔθνος Γαλατικόν.

  • 21 Étienne de Byzance, Ethnikon, tome I, éd. A. Meineke, Berlin, 1849 (réimpr., Chicago, 1992), p. 76. (...)

Allobryges, peuple de Gaule très puissant, selon Apollodoros. Polybe avec iota le nomme « Allobriges », Charax [Ier s. ap. J.‑C.] avec omicron « Allobroges », mais la majorité utilisent la forme avec iota. Le technicien, « Allobrox, peuple de Galatie »21.

6Le terme « technicien » désigne très probablement le grammairien Hérodien (37‑38), une des sources d’Étienne. On comprend aussi à travers la notice comment a pu naître l’idée d’un roi nommé Allobrox (120).

  • 22 G. Lucas, « Gésates et gaesum dans les sources littéraires gréco-latines », in M.‑J. Roulière-Lambe (...)
  • 23 César, Guerre des Gaules, I, 28.

7Strabon souligne l’exceptionnelle capacité de mobilisation de ce peuple, comme ce fut le cas lors de l’affrontement avec Rome en 121 ; il confirme en cela l’adjectif employé par Apollodoros, et on peut aussi se demander s’il ne songe pas aux fameux Gésates qui ont envahi à plusieurs reprises la Gaule cisalpine au IIIe s. av. J.‑C.22. Mais au passé succède un présent plus pacifique et sont évoqués en quelques mots le territoire allobroge et ses activités économiques, en particulier l’agriculture ; rappelons que, quand César, après avoir défait les Helvètes, leur fait rebrousser chemin chez eux, « il ordonna aux Allobroges de leur fournir du blé » (Allobrogibus imperauit ut iis frumenti copiam facerent)23 ce qui est un indice de leur richesse agricole. Pline l’Ancien souligne d’ailleurs la réputation du blé allobroge :

Tritici semine auidius nullum est nec quod plus alimenti trahat. Siliginem proprie dixerim tritici delicias candore siue uirtute siue pondere. Conueniens umidis tractibus, quales Italiae sunt et Galliae Comatae, sed trans Alpes in Allobrogum tantum Remorumque agro pertinax, in ceteris ibi partibus biennio in triticum transit. Remedium, ut grauissima quaeque grana eius serantur.

  • 24 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVIII, 85.

Il n’y a pas de grain plus avide que le blé ; il n’y en a pas qui tire du sol plus de nourriture. Je dirais volontiers que le blé commun est à proprement parler le plus délicieux des blés, à cause de sa blancheur, de sa qualité et de son poids. Il convient aux régions humides comme celles que l’on trouve en Italie et en Gaule chevelue ; mais au-delà des Alpes il ne se maintient que dans le territoire des Allobroges et dans celui des Rémois ; dans les autres parties de ce pays, en deux ans il se change en blé ordinaire. Le remède est de n’en semer que les grains les plus lourds24.

  • 25 A. Le Bot-Helly, « Entrepôts commerciaux en Gaule romaine », in Chr. Goudineau et J. Guilaine (éd.) (...)

8Même si les fouilles qui se sont déroulées entre 1978 et 1986 n’ont pas matériellement prouvé la présence de blé, les immenses entrepôts (horrea) de Vienne, datables du deuxième quart du Ier s. ap. J.‑C., sont peut-être à mettre en rapport avec les services de l’annone impériale25 (54, 120).

  • 26 D. Iunii Iuvenalis Saturarum Libri V, ex recensione et cum commentariis O. Iahnii, vol. I, Berlin, (...)

9Le second paragraphe se termine sur une esquisse très rapide de l’histoire de Vienne, simple bourg devenu capitale. Mais l’évocation est très succincte ; Strabon n’évoque même pas les origines de ce peuple ; c’est par un scholiaste de Juvénal que nous apprenons ce que signifierait leur nom : Dicti autem Allobroges, quia ex alio loco translati fuerant, « ils ont été appelés Allobroges parce qu’ils avaient été déplacés d’un autre pays »26.

10Enfin, nous remontons le cours du Rhône en amont de Vienne, et Strabon énumère les peuples gaulois, qui l’occupent ; on notera à ce propos le rôle de frontière dévolu à la Saône (entre Lingons de Langres et Tricastes de la région de Troyes, et entre Éduens à l’ouest de la rivière et Séquanes à l’est). On ne s’attardera pas sur le côté déconcertant pour nos esprits modernes, du cours de ces fleuves qui sont dits provenir des Alpes ; c’est que le Jura est conçu comme le contrefort du massif alpin.

Sur Vienne et les Allobroges, B. Rémy, « Les limites de la cité des Allobroges », CH 153, 1970, p. 195‑213 et du même, plus récemment, Rémy 2004, p. 21‑35 ; voir aussi in Jospin 2002, les articles suivants : G. Lucas, « Les Allobroges dans les sources littéraires », p. 26‑29 ; M. Tarpin, « Les Allobroges dans l’histoire », p. 88‑95 et « Les pagi des Allobroges et l’organisation du territoire », p. 99‑101 ; B. Rémy, « Les limites de la cité de Vienne », p. 96‑98 ; A. Le Bot-Helly, « Vienne du village gaulois à la capitale de cité », p. 102‑109 ; A. Le Bot-Helly et B. Helly, « Vienne, du village à la capitale de cité », in Savay-Guerraz 2005, p. 25‑33.

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

Duval 1971, n° 99. Sur les géographes grecs, Pédech 1976 (en particulier, p. 135‑140 sur Artémidore d’Éphèse) ; Aujac 1966 ; M. Clavel-Lévêque, « La Gaule et les Gaulois : pour une analyse du fonctionnement de la Géographie de Strabon », DHA 1, 1974, p. 75‑93 (repris dans Puzzle gaulois. Les Gaules en mémoire, Annales littéraires de l’université de Besançon 396, Paris, 1989, p. 285‑306) ; Fr. Lasserre, « Strabon devant l’Empire romain », ANRW 11.30.1, 1982, p. 867‑896 ; P. Thollard, « Strabon, Lyon, Vienne et les Ségusiaves », RAN 17, 1984, p. 115‑122 ; du même, Barbarie et civilisation chez Strabon. Étude critique des livres III et IV de la Géographie, Annales littéraires de l’université de Besançon 365, Paris, 1987 ; Nicolet 1988, p. 93‑95 ; Goudineau 1989, p. 29.

Éditions

Strabon, Géographie, tome II, livres III-IV, éd. Fr. Lasserre, CUF, Paris, 1966, p. 138‑139. Trad. revue. Sur le texte, sa traduction et son commentaire, on se reportera aussi à deux récentes éditions de P. Thollard : Thollard 2009, fait le point sur le livre IV en adoptant un découpage thématique et se livre à une étude comparative de Strabon et d’autres géographes antiques sur la Gaule ; une autre édition donne une traduction du texte suivi de Strabon, commenté et illustré : P. Thollard (texte et traduction) et J.‑Cl. Golvin (illustrations), Voyage avec Strabon. La Gaule retrouvée, Promenades archéologiques, Paris, 2011.

Texte

Sur le cours du Rhône, M. Provensal et al., « Le régime du Rhône dans l’Antiquité et au haut Moyen Âge », Gallia 56, 1999, p. 13‑32 ; Le Bot-Helly et al. 1999.

Sur la conquête du Midi de la Gaule et les campagnes contre les Arvernes et les Allobroges, Goudineau 1993, p. 689‑690 ; Goudineau 2000, p. 133.

Sur la Narbonnaise, R. Chevallier, « Gallia Narbonensis. Bilan de 25 ans de recherches historiques et archéologiques », ANRW II.3, 1975, p. 686‑828 ; sur les peuples gaulois, Barruol 1969 (en particulier p. 11‑16 sur Strabon, p. 295 sur les Allobroges) ; sur les cités de la vallée du Rhône, R. Chevallier, Provincia. Villes et monuments de la province romaine de Narbonnaise, Le monde romain, Paris, 1982, p. 71‑111 ; quant à Aeria, Durio, et Vindalium, on peut consulter les notices de la RE : RE 1/1, 1893, s.v. « Aeria », col. 676 [M. Ihm] ; RE V/2, 1905, s.v. « Durio(n) ? », col. 1853 [M. Ihm] ; RE VIII/A2, 1958, s.v. « Vindalium », col. 2206 [P. Wuilleumier] ; Fr. Salviat, « Le cadastre B d’Orange, la route antique au sud de Montélimar, le problème de Dourion et le cours inférieur de la Berre », RAN 18, 1985, p. 277‑287. Ce à quoi il faut rajouter les volumes de la CAG déjà parus, à savoir La Drôme, CAG 26 (J. Planchon, M. Bois et P. Conjard-Réthoré, Paris, 2010), Vaison-la-Romaine et ses campagnes, CAG 84/1 (M. Provost et J.‑Cl. Meffre, Paris, 2003), Le Lubéron et le pays d’Apt, CAG 84/2 (L. Tallah, Paris, 2004), Orange et sa région, CAG 84/3 (A. Roumégous, Paris, 2009).

Notes

9 Tite-Live, Abrégés [Periochae] des livres de Tite-Live, ex libro, LXI ; Velléius Paterculus. Histoire romaine, II, 10, 2 ; II, 39, 1 ; Florus, Epitome, I, 37 ; Eutrope, Abrégé de l’Histoire romaine, IV, 10 ; Orose, Contre les Païens, V, 13, 2 et V, 14, 1‑4.

10 Appien, Celtica, 1, 2.

11 Tite-Live, Abrégés [Periochae] des livres de Tite-Live, livre LXI.

12 Information reprise en IV, 2, 3.

13 Polybe, 11, 49 ; Tite-Live, XXXI, 31.

14 Valère Maxime, Faits et dits mémorables, II, 5, 2 ; VI, 9, 4 ; Sénèque, Des bienfaits, IV, 30, 2 ; Juvénal, Satires, VIII, 13 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VII, 166, donne la date précise de la bataille de l’Isère, le 6 des ides d’août (8 août) ; Appien, Celtica, I, 2.

15 Valère Maxime, Faits et dits mémorables, IX, 6, 3 ; Appien, Celtica, XII, 3 ; sur Domitius, Suétone, Néron, II, 1.

16 Dion Cassius, Histoire romaine, XXXVII, 47‑48.

17 César, Guerre des Gaules, I, 6.

18 Strabon, note éd. Fr. Lasserre (voir infra), p. 208.

19 Thollard 2009, note 26, p. 72 ; voir aussi Desjardins 1893, p. 168‑169.

20 Latomus 31, 1972, p. 971‑996 ; voir en particulier note 1, p. 989 pour l’inventaire ; p. 992‑996 sur l’oppidum du Barry.

21 Étienne de Byzance, Ethnikon, tome I, éd. A. Meineke, Berlin, 1849 (réimpr., Chicago, 1992), p. 76. Trad. G. Lucas.

22 G. Lucas, « Gésates et gaesum dans les sources littéraires gréco-latines », in M.‑J. Roulière-Lambert (éd.), De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.‑C.). La moyenne vallée du Rhône aux âges du Fer, RAE suppl. 27, Dijon, 2009, p. 11‑25.

23 César, Guerre des Gaules, I, 28.

24 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVIII, 85.

25 A. Le Bot-Helly, « Entrepôts commerciaux en Gaule romaine », in Chr. Goudineau et J. Guilaine (éd.), De Lascaux au grand Louvre. Archéologie et histoire en France (2e éd.), Paris, 1991, p. 348‑353 ; CAG 38/3, notices 230.3 à 233, p. 459‑463.

26 D. Iunii Iuvenalis Saturarum Libri V, ex recensione et cum commentariis O. Iahnii, vol. I, Berlin, 1851, p. 303, scholie à la satire, VIII, 234 ; sur l’étymologie du nom et son explication, P.‑Y. Lambert, La langue gauloise. Description linguistique, commentaire d’inscriptions choisies, collection des Hespérides, Paris, 1994, p. 36, 59 et 61.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Les peuples gaulois du sud-est de la Gaule (Atlas topographique de Vienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 2 – Le sud-est de la Gaule d’après Strabon (Y. Montmessin, UMR 5138).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search