Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Cicéron, Lettres ad familiares

Texte intégral

La correspondance de Cicéron (106-43), Marcus Tullius Cicero, comprenant les Lettres à Atticus, Epistulae ad Atticum, et les lettres adressées à ses autres correspondants, Epistulae ad familiares, jette un éclairage instruit et partisan sur le climat et les événements de l’actualité politique du moment où ses lettres sont écrites ; c’est que ses correspondants en sont les acteurs, tout comme lui. Après le meurtre de César, l’année 43 est lourde de troubles, de menaces, Rome est déchirée par la guerre civile qui oppose Antoine et le Sénat, toutes les peurs et trahisons sont possibles.

1Dans le passage qui précède l’extrait, Plancus proteste de son désintéressement et de son loyalisme envers la res publica. L’information qu’il va donner à Cicéron est un témoignage probant de son attachement, selon ses propres termes. Il laisse le Sénat et Cicéron juges de ses mérites…

2. Un général dévoué à la res publica

L. Munati Planci.
Scr. in Gallia Narbonensi ui Kal. Mai uel paulo post a. 711/43.
Plancus Ciceroni s.
[…] Exercitum a.d. VI Kal. Mai. Rhodanum traieci magnis itineribus, Viennam equites mille uia breuiore praemisi ; ipse, si ab Lepido non impediar, celeritate satis faciam ; si autem is itineri meo se opposuerit, ad tempus consilium capiam ; copias adduco et numero et genere et fidelitate firmissimas. Te ut diligas me, si mutuo te facturum scis, rogo. Vale.

De L. Munatius Plancus.
En Gaule narbonnaise, 26 avril 43 ou peu après.
Plancus à Cicéron, salut.
[…] Le 26 avril, j’ai fait passer mon armée de l’autre côté du Rhône, à marches forcées mais j’ai envoyé mille cavaliers à Vienne en avant-garde, par un itinéraire plus court ; pour ma part, si je ne suis pas gêné par Lépide, je ferai preuve de la rapidité voulue ; si en revanche il s’oppose à ma progression, j’aviserai suivant les circonstances ; les troupes que j’amène sont très fiables par le nombre et la loyauté. Je te demande ton amitié, puisque tu sais qu’ainsi tu me paieras de retour. Bonne santé.
(Cicéron, Ad Familiares, X, 9)

2Le texte retenu par J. Beaujeu diffère de celui donné par d’autres éditions (par exemple dans la collection Loeb) qui donnent la version suivante : Exercitum a.d. sextum Kal. Maias Rhodanum traieci magnis itineribus. Vienna equites mille via breuiore praemisi. Autrement dit, d’après cette version qui privilégie la leçon Vienna à l’ablatif, Vienne est non plus le point d’arrivée de la cavalerie, mais le point de départ d’une expédition ; néanmoins le contexte fait pencher J. Beaujeu vers la leçon Viennam.

3En effet, nous sommes en pleine guerre civile. Antoine assiège dans Modène L. Décimus Brutus. Après deux engagements, les 14 et 21 avril 43 avec les forces sénatoriales, Antoine, vaincu, se retire ; mais les deux consuls Hirtius et Pansa sont morts dans les combats. Le 26 avril, Antoine est déclaré ennemi public par le Sénat. L. Munatius Plancus, consul désigné pour l’année 42 avec Décimus Brutus, est alors gouverneur de la Gaule chevelue, à la tête de cinq légions et de troupes auxiliaires, et il affiche publiquement son loyalisme vis-à-vis du parti sénatorial. En revanche, Lépide, alors proconsul de Narbonnaise, inspire beaucoup plus de méfiance au Sénat, qui craint son ralliement à Antoine. Comme l’a fait César (1), Plancus utilise Vienne comme point d’appui pour sa cavalerie.

  • 5 Ad Familiares, X, 12 = CUF, lettre DCCCLX, en date du 11 avril.
  • 6 Ad Familiares, X, 11 = CUF, lettre DCCCLXXI, vers le 1er mai.

4Dans la lettre ci-dessus datée du 26 avril, Munatius informe Cicéron de son intention de porter secours à son collègue Brutus qu’il croit encore enfermé dans Modène, en faisant traverser une partie de ses troupes sur la rive gauche du Rhône, car il ne connaît pas la victoire du parti sénatorial sur les forces d’Antoine. En s’engageant dans la Provincia, qui relève de l’autorité de Lépide, il prend un risque. Mais Lépide tient encore à ménager les deux camps. Dans les jours qui suivent, Plancus apprendra la défaite d’Antoine et les honneurs que lui a décernés le Sénat (X, 12)5 ; il n’y a donc plus besoin de secourir Brutus ; mais Plancus informera alors Cicéron (X, 11)6 de sa décision d’attendre Antoine en Gaule, puisque la seule solution pour ce dernier est de chercher à se rallier Lépide.

5Parallèlement à ces événements, il faut rappeler que la décision prise dès le printemps 43 par le Sénat de confier conjointement à Lépide et Plancus le soin de fonder une colonie (Lugdunum) est peut-être une mission destinée aussi à les détourner d’une mauvaise tentation (35) contre la République et le Sénat.

  • 7 Bertrandy 2001, p. 29-31.
  • 8 Éd. J. Beaujeu (voir infra), note b, p. 37, qui renvoie à Ad Familiares, X, 11, 2.

6Quel itinéraire suit l’armée de Plancus ? On sait par des textes postérieurs qu’il existait deux tracés pour joindre Lyon à Vienne ; l’Itinéraire d’Antonin (45) mentionne une route longue de 23 milles (ca 34 km), et un compendium de 16 milles (ca 23,7 km), signalé dès l’Apocoloquintose du divin Claude (5), et dont le tracé a été étudié par Fr. Bertrandy7. On est évidemment tenté d’opérer un rapprochement ; Plancus aurait-il fait emprunter à l’avant-garde le compendium ou du moins un itinéraire préexistant similaire, sur la rive gauche, tandis que l’armée suivait un itinéraire plus long sur la rive droite ? mais où aurait-elle traversé ? à la hauteur de Vienne ? Quant à l’avant-garde de cavaliers, J. Beaujeu fait un rapprochement avec la mention d’une avant-garde de 3 000 cavaliers dans une lettre envoyée par Munatius Plancus vers le 1er mai8 ; mais il écarte une erreur de transmission manuscrite du nombre et donc de la possibilité qu’il s’agisse de la même avant-garde.

Sur la chronologie des événements, on peut se reporter à C. Jullian, Histoire de la Gaule. IV, Le Gouvernement de Rome, Paris, 1913, p. 54-70 ; plus récent, R. Syme, La révolution romaine, La Suite des temps, Paris, 1967, p. 168-175 ; enfin, la notice introductive du tome XI de la Correspondance de Cicéron, par J. Beaujeu, CUF, Paris, 1996, « Lettres du 27 avril 43 au 31 mai 43 », p. 3-34 (en particulier p. 7-9 et 20-24) éclaire le contenu de chaque lettre en soulignant les décalages dus à la lenteur avec laquelle les nouvelles parviennent aux différents correspondants ; la traduction d’Appien éditée par Ph. Torrens, Les guerres civiles à Rome, livre III, La roue à livres 40, Paris, 2000, offre une chronologie simplifiée facile à consulter, p. 29-36. Sur les possibilités d’itinéraire, voir Pelletier 1999, p. 46-49. Sur le compendium, Bertrandy 2001, p. 28-30,52 ; CAG 69/1, p. 77-78, avec carte (voir aussi 45).

Bibliographie

Références

Auteur

Duval 1971, n65. Sur Cicéron et son époque, P. Grimai, Cicéron, Paris, 1986 ; Chr. Habicht, Cicero the politician, Ancient society and history, Baltimore, 1990 ; Cl. Auvray-Assayas, Cicéron, Figures du savoir 37, Paris, 2006.

Œuvre

Sur Cicéron et sa correspondance, J. Carcopino, Les secrets de la correspondance de Cicéron, Paris, 1947 ; G. Lallemand, « Cicéron. Epistolae ad familiares », in M. Furno (éd.), La collection Ad usum Delphini, vol. II, coll. Des princes, Grenoble, 2005, p. 403-410.

Édition

Cicéron, Correspondance, tome XI, éd. J. Beaujeu, CUF, Paris, 1996, lettre DCCCLXVII, p. 36-37. Trad. revue.

Texte

Sur L. Munatius Plancus, Jullien 1892 ; RE XVI/1, 1933, s.v. « Munatius 30 », col. 545-551 [R. Hanslik] ; Th.R.Sh. Broughton, The magistrates of the Roman Republic, vol. II, Cleveland, 1968, à l’année 43 B.C., s.v. « L. Munatius Plancus », présente le cursus du personnage ; sa carrière militaire est retracée par M. Rambaud, « L. Munatius Plancus, officier de César », in J. Heurgon, G. Picard et W. Seston (éd.), Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, Paris, 1966, p. 787-801. Voir aussi in Desbat 2005, les articles suivants : M. Poux, « Plancus à Lyon », p. 7-25 ; Fr. Bérard, « Lucius Munatius Plancus », p. 39-40.

Notes

5 Ad Familiares, X, 12 = CUF, lettre DCCCLX, en date du 11 avril.

6 Ad Familiares, X, 11 = CUF, lettre DCCCLXXI, vers le 1er mai.

7 Bertrandy 2001, p. 29-31.

8 Éd. J. Beaujeu (voir infra), note b, p. 37, qui renvoie à Ad Familiares, X, 11, 2.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search