Version classiqueVersion mobile

Chantiers et matériaux de construction

 | 
Anne Baud
, 
Gérard Charpentier

Conclusion

Anne Baud, Gérard Charpentier, Maryline Martin et Florian Renucci

Texte intégral

1À l’issue du colloque sur les « chantiers et matériaux de construction », les bâtisseurs du château de Guédelon ont procédé au décoffrage d’une voûte construite sur croisées d’ogives. Celle-ci appartient à l’oratoire seigneurial bâti dans la tour nord-ouest, sur le modèle de celui des châteaux de Nemours (77) et d’Hérisson (03). Le moment du décoffrage de la voûte est attendu par tous avec une certaine hâte mais également avec anxiété, car de son succès dépend la validité du projet architectural. Un bruit sourd signale le moment précis du décoffrage, faisant apparaître la totalité du voûtement avec ses croisées d’ogives parfaitement en place.

2Cette opération, à laquelle nous avons eu la chance d’assister, s’inscrit dans le projet de recherche initié depuis 2011 à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Les quinze communications regroupées dans cet ouvrage visent à confronter les données extraites des chantiers archéologiques à celles tirées des chantiers expérimentaux ou des chantiers de restauration. La lecture des vestiges, en archéologie du bâti, conduit à la déconstruction mentale des élévations visant à distinguer les phases d’occupation d’un bâtiment ou d’un site, mais aussi les phases de construction liées à la notion, trop souvent négligée, de chantier. Quelles que soient les époques et les lieux, en Orient comme en Occident, le choix d’une large temporalité permet d’adopter une méthode régressive qui s’appuie sur des exemples de chantiers plus récents et mieux documentés pour renseigner les plus anciens. En effet, si la notion de progrès existe dans l’évolution des techniques de construction, on observe également, au sein des chantiers, la persistance d’un savoir-faire hérité du passé pour les périodes antérieures à la Révolution industrielle.

3Ainsi, le rapport entre la conceptualisation d’un monument et sa mise en œuvre est abordé dans l’étude de monuments égyptiens d’époque ptolémaïque. Ceux-ci sont construits selon des logiques de rationalisation et d’harmonisation des tâches qui implique une planification du chantier de construction parfaitement maîtrisée durant tout son déroulement. Cette gestion du chantier passe également par les modes d’approvisionnement en matériaux. Les chantiers de construction qui se développent dans la région Rhône-Alpes à l’époque gallo-romaine sont alimentés en briques et en tuiles par plusieurs centaines d’individus, comme l’attestent les estampilles relevées sur les terres cuites architecturales. Ce sont leurs analyses morphologiques et chimiques qui, par recoupement, permettent aussi de reconnaître des groupes locaux, notamment à propos de Clarianus. Un autre aspect concernant le choix des matériaux est proposé à partir de prospections menées également dans la même région. Il concerne l’utilisation des galets dans l’architecture antique et médiévale qui implique une technique spécifique qualifiée « d’identitaire », étroitement associée aux gisements, aux modes d’extraction et au transport.

4Ailleurs, le chantier de construction est conditionné par l’existence de plusieurs phases d’occupation. Dans le cas de la christianisation du sanctuaire païen de Yanouh (Liban), le chantier de construction consiste en des opérations de démontage et de remontage organisées en fonction des recyclages et des remplois systématiques des matériaux. Ces pratiques, aux caractères avant tout économiques avant d’être symbolique, déterminent les formes architecturales imbriquées les unes dans les autres en raison d’un démantèlement planifié des ruines. Dans le cas de la reconstruction, à la fin du xiie siècle, de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste à Lyon, on constate une gestion sélective et raisonnée des remplois utilisés dans l’abside, le chœur et les chapelles latérales qui constituent la partie orientale de la nouvelle église. À partir de l’étude archéologique, la pose des pierres assemblées pour former le placage des élévations intérieures, tient de la prouesse technique. Sa mise en œuvre suggère un travail de recyclage spécifique adapté à chaque élément remployé. À l’inverse, la construction à la même période du château de Belvoir, en Galilée, répond à d’autres contraintes caractérisées d’une part par la dureté de la roche d’où sont extraits des blocs assemblés entre eux par un épais mortier, et d’autre part par des exigences d’un chantier de construction réalisé probablement sur un laps de temps relativement court. Les pierres du glacis du castrum central, issues directement du substrat basaltique, sont systématiquement liées entre elles par de grandes agrafes en fer disposées assise par assise pour consolider l’ensemble de la maçonnerie, indépendamment du temps de prise du mortier de chaux.

5Depuis plusieurs années, ces types de matériaux servant de liant ou utilisés comme enduit font l’objet d’analyses spécifiques. Les études des mortiers de chaux qui peuvent servir de marqueur chronologique potentiel se sont multipliées, notamment en vue de préciser les aspects liés à la chaîne opératoire : calcination, extinction de la chaux, tamisage des sables, malaxage. On distingue aussi des techniques régionales liées à la fabrication de la chaux. Pour l’époque médiévale, outre les données archéologiques, le fonctionnement des fours à chaux en région Rhône-Alpes est assez bien décrit par les sources textuelles. Dans les comptes de châtellenies savoyardes, il est fait état de l’usage du mortier, de son transport et de la fabrication de la chaux. On y mentionne des fours de grandes dimensions qui en produisaient une importante quantité, en une seule cuisson. L’exemple de l’exploitation des Eaux-Belles à Étrembrières en Haute-Savoie s’inscrit davantage dans une recherche patrimoniale d’une vaste exploitation de chaux. L’étude de cette exploitation permet à l’échelle d’une région, de compléter la documentation, notamment en restituant les cheminements et les modes de transport entre les chantiers de construction et les lieux d’approvisionnement. L’impact de ces chantiers sur le paysage et l’environnement conditionne donc le fonctionnement actuel des milieux naturels. Cet aspect est largement développé dans le cadre d’une recherche commencée depuis une quinzaine d’années sur le flottage du bois. Celle-ci fait aujourd’hui l’objet de nouvelles investigations pour les périodes anciennes afin de déterminer notamment les conditions hydrauliques instaurées par cette industrie et de suggérer l’intensité des perturbations.

  • 1 Colloque organisé par Gilles Rollier et Luc Jaccottey en 2011 à Lons-le-Saunier sur l’archéologie (...)

6Ainsi, ces études de cas traitent du chantier de construction sous différents aspects, qu’ils soient techniques, économiques ou culturels. Plusieurs d’entre elles débouchent sur des hypothèses de restitution dont les mises en œuvre sont validées à partir de reconstitutions matérielles réalisées in situ. Ces expériences, effectuées dans des contextes différents, ont pour caractère commun d’échapper au discours conceptuel souvent déconnecté de la réalité du terrain. La mise en œuvre, à Guédelon, d’une charpente à chevrons-formant-fermes du xiiie siècle s’inscrit dans cette expérimentation du « construire pour comprendre ». Ce chantier a apporté de précieuses informations sur le temps imparti aux opérations de levage, non documenté par les textes. Sous réserve d’un protocole scientifique mis en place pour garantir la fiabilité des résultats, ce chantier d’expérimentation a permis d’ouvrir des perspectives de recherche inédites, notamment sur les aspects de levage et d’assemblage. Un autre aspect concerne la validation par expérimentation d’hypothèses de restitution à partir des données archéologiques, à l’image de la construction, sur le site de Guédelon, d’un moulin réalisé par Gilles Rollier et Pierre Mille (Inrap) : reconstitution qui s’inscrit dans cette volonté de comprendre le fonctionnement hydraulique d’un moulin à partir des fouilles de Thervay1. De la même manière, la reconstitution matérielle de la scierie hydraulique du vie siècle de Gerasa (Jerash, Jordanie) a clairement validé les hypothèses de restitution proposées à partir des acquis de la fouille. Sa réalisation à l’échelle réelle a permis de cerner les contraintes techniques liées au bon fonctionnement de la machine dans un espace archéologique donné, en tenant compte des connaissances techniques acquises au vie siècle de notre ère en Orient. Réalisée comme « projet d’école » avec un lycée professionnel, cette reconstitution est l’aboutissement d’une recherche scientifique qui, devenant accessible à tous sur le lieu même de la découverte, s’inscrit aussi dans une démarche patrimoniale.

7Cette notion du patrimoine s’élargit également à d’autres méthodes d’analyse consacrées aux expertises indispensables à tout chantier de restauration. D’anciennes erreurs, reconnues, à propos des chantiers de restauration du xixe siècle, conduisent à masquer les choix les plus récents qui contreviennent à mettre en place une vision à long terme. Différentes voies se dessinent dans l’analyse des phénomènes de désagrégation et d’altération des matériaux historiques. Suivant les types de matériaux, de nouveaux outils stratégiques et techniques ont été mis en place pour la conservation des sites archéologiques et plus spécialement pour les vestiges construits en terre. Le site de Merv (Turkménistan), est ainsi devenu un véritable laboratoire de recherche interdisciplinaire, où se côtoient archéologues, architectes et conservateurs de diverses nationalités. Les méthodes de documentation et de conservation des architectures de terre s’enrichissent des apports de chacun, à partir d’expériences et de mises en pratique successives. Toutefois, le « patrimoine » au sens large, n’est sans doute pas de même nature dans d’autres contextes culturels et historiques. C’est par ces différences que le patrimoine culturel bâti à Alep, grande ville sunnite, peut nous interpeller. Il convient de mesurer l’intérêt d’engager des chantiers de mise en valeur ou de restauration liés au maintien en l’état ou à la transformation d’un patrimoine architectural. Il s’agit alors de définir les pratiques de conservation fondées sur une conscience aiguë du caractère périssable des créations humaines.

8En définitive, les communications rassemblées dans cet ouvrage montrent la diversité des thèmes pouvant être abordés à partir d’une recherche consacrée aux chantiers et matériaux de construction. Elles rendent compte également de la difficulté de publier en commun les travaux de praticiens (diffusés sur le blog « chantiers.hypotheses.org ») et de chercheurs, désireux de collaborer autour d’une réflexion plus ouverte sur la réalité du bâti. Pour autant, l’intérêt de ces échanges tient à la diversité des expressions et des termes techniques employés, selon les régions, par tel ou tel praticien, à l’inverse des chercheurs ou spécialistes dont le vocabulaire plus académique tend à effacer les particularismes.

Notes

1 Colloque organisé par Gilles Rollier et Luc Jaccottey en 2011 à Lons-le-Saunier sur l’archéologie des moulins hydrauliques de l’époque antique et médiévale, qui témoigne de recherches avancées sur le sujet.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search