Version classiqueVersion mobile

Chantiers et matériaux de construction

 | 
Anne Baud
, 
Gérard Charpentier

Le flottage du bois et ses conséquences écologiques, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Problèmes, matériel et méthodes pour une contribution à l’histoire environnementale

Nicolas Jacob-Rousseau et Frédéric Gob

Texte intégral

Introduction : l’empreinte environnementale du transport du bois dans le passé

  • 1 Armani 2004.

1Le flottage consiste à transporter de grands volumes de bois, de toutes dimensions (bûches, billots, troncs entiers) et par divers moyens (en vrac ou assemblés en radeaux ou en trains) sur la voie fluviale ou maritime. En effet, dès lors que les pièces transportées deviennent abondantes ou représentent de gros volumes, que les distances parcourues excèdent quelques kilomètres, ou encore que les centres de consommation exigent des livraisons fréquentes, la voie d’eau s’impose comme le meilleur mode de transport, de même que pour tous les autres pondéreux. De nos jours, le flottage se maintient encore dans certaines régions du globe, malgré le développement des transports par rail ou par route ; c’est en particulier le cas dans les grands massifs forestiers de la zone intertropicale, où les axes fluviaux continuent de jouer un rôle de premier plan dans les échanges1. Dans le passé, quelle que fût la destination du bois transporté (fourniture d’énergie, construction, fabrication de mobilier), le flottage a représenté une intense activité sur de nombreuses rivières et il entraîna des formes diverses d’aménagement de la voie d’eau. Par ce simple fait, il prit part au façonnement des milieux dans les vallées concernées.

  • 2 Guillot-Chêne 1979 ; Chevrier 2007 ; Gunzelmann, Dorn 2003 ; Lange 2004, Langoureau 2015.
  • 3 Fruhauf 1980 ; Galop 1998 ; Bonhôte 1998. 
  • 4 Corvol 2004.
  • 5 Langoureau D., « Flottage et flotteurs dans le Nord-Est de la France (xviiie siècle‑1923) [Yonne, (...)
  • 6 Rochel 2004, p. 81.
  • 7 Woronoff 1990 ; Buridant 2006 ; Sierra Alvarez 2006 ; Ammann 1948.
  • 8 Lafleur 1970 ; Törnlund 2006.

2Bien qu’il ait suscité depuis plus d’un siècle d’innombrables travaux historiques dont nous n’évoquerons que quelques titres – à elle seule, la bibliothèque du Deutsches Schiffahrtsmuseum de Bremerhaven conserve plus de 1 300 références sur ce thème –, le flottage peine à émerger comme sujet à part entière dans les recherches académiques et les programmes pluridisciplinaires. En France, mais cela est aussi valable en Allemagne, en Autriche ou en Italie, maintes publications, malgré leur qualité, n’ont connu qu’une diffusion restreinte ou régionale2. Si l’origine de nombre d’entre elles peut l’expliquer – histoire marquée par le régionalisme, projets de mise en valeur du patrimoine local ou du paysage culturel, recherches sur les métiers disparus –, il faut reconnaître aussi que dans les travaux académiques, notamment ceux qui ont été consacrés en France à l’histoire de la forêt, le flottage occupe une place assez marginale par rapport à l’analyse des modes de gestion ou d’exploitation des massifs ou à la restitution des dynamiques écologiques ou paysagères3. À ce jour, malgré des travaux collectifs sur le transport du bois où il figure en bonne place4, il n’a fait l’objet d’aucune thèse en langue française ; cependant trois sont en cours5. Soulignons aussi que, en Europe, sa très commune assimilation à la batellerie – qui s’exprime par les innombrables gravures ou récits littéraires mettant en scène le flottage en radeau ou en trains, ou encore par le nombre de musées de la navigation où ces deux techniques ont la place éminente – occulte bien d’autres aspects de cette activité6. De surcroît, la très grande majorité des travaux historiques qui traite du transport du bois en a abordé les aspects économiques et techniques7, voire sociologiques ou ethnologiques8.

  • 9 Törnlund, Östlund 2002 ; Helfield et al. 2007.
  • 10 Miller 2010.
  • 11 Sedell, Leone, Duval 1991 ; Palm 2007.
  • 12 Bravard 1999.
  • 13 Benoit et al. 2004 ; Törnlund, Östlund 2002.
  • 14 Benoit et al. 2004 ; Langoureau 2015. 
  • 15 Bravard 1999.
  • 16 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.
  • 17 Lange 2004 ; Harald 1994 ; SNNR sd.
  • 18 Delile et al. 2014.
  • 19 Henrottay 1973 ; Macklin, Klimek 1992 ; Houbrechts et al. 2011.
  • 20 Sanchez-Palencia et al. 2006.

3Par comparaison, on doit relever la relative rareté des approches environnementales alors que le flux de bois lui-même et les divers aménagements destinés à en faciliter la descente vers l’aval ont entraîné des perturbations des milieux. Dans ce domaine, des travaux ont été conduits au cours des vingt dernières années dans des cours d’eau de Scandinavie et d’Amérique du Nord, où l’activité aux allures d’exploitation minière n’a pris fin que dans la seconde moitié, voire à la fin du xxe siècle. Ces recherches, suscitées par des projets de restauration écologique, ont mis en évidence le caractère destructeur du flottage pour les milieux ripariens ou les habitats piscicoles9, les effets érosifs des lâchers d’eau destinés à entraîner les troncs vers l’aval10, ainsi qu’une pollution des eaux par les tanins libérés lors du séjour du bois dans l’eau11. En revanche, bien que le flottage soit attesté sur un très grand nombre de cours d’eau de l’Europe et du bassin méditerranéen, seules quelques rares études ont abordé la question de ses impacts antérieurs au xixe siècle, en dépit du vœu formulé par Bravard12, qui avait posé la question de son rôle sur le changement du paysage fluvial depuis le Moyen Âge dans plusieurs cours d’eau français, et en dépit des pistes suggérées par quelques publications plus récentes13. L’exemple le mieux connu à ce jour semble être celui du massif du Morvan, qui approvisionna Paris en bois entre le xvie et le début du xxe siècle, et où le réseau hydrographique fut équipé de retenues permettant des lâchers d’eau et le contrôle des écoulements naturels14 ; leurs conséquences géomorphologiques et écologiques ont été évoquées par Bravard15 puis précisées par nos récents travaux16. Dans d’autres bassins, de semblables aménagements sont signalés, parfois même des dérivations ou des canaux latéraux17 et ce, dès la fin du Moyen Âge. On peut donc supposer que leurs effets environnementaux auront été comparables à ceux qui ont été décrits dans le Morvan. Toutefois, à notre connaissance, aucune étude environnementale n’a été menée sur d’autres bassins aux époques moderne ou médiévale, et c’est à bon droit que la question mériterait même d’être élargie à l’Antiquité si on considère ne serait-ce que les besoins en combustible d’une ville comme Rome. Il demeure également paradoxal qu’une activité qui, on le verra, a été aussi répandue et durable que le flottage du bois, ait suscité moins d’intérêt que d’autres formes d’exploitation des environnements du passé. Depuis quelques décennies en effet, ont émergé des travaux qui visent à caractériser ou évaluer les pressions exercées par les activités artisanales, extractives ou industrielles des sociétés anciennes sur leurs environnements et dont les effets, parfois, persistent jusqu’à nos jours dans les milieux : les prélèvements de ressources végétales, les rejets de substances chimiques ou la pollution minière. Dans ce dernier cas, et pour ne prendre d’exemple que dans les milieux fluviatiles où les scories et les éléments métalliques se stockent de façon durable, maintes approches rétrospectives des rejets liés à la mine ou à la métallurgie ont permis soit de mesurer les taux de contamination et de les évaluer dans le passé18 soit de les utiliser comme des marqueurs permettant de préciser certains aspects de la dynamique des cours d’eau19. On peut aussi évoquer le spectaculaire paysage ruiniforme qu’a légué l’exploitation hydraulique de la mine d’or romaine de Las Medulas, en Espagne20.

4Aussi, le propos de ce texte est-il d’examiner, sous l’angle méthodologique, les divers problèmes que soulève une approche environnementale du flottage ancien. Il s’agit d’une part d’en reconnaître l’importance à la fois dans l’espace et dans le temps, en d’autres termes d’identifier les réseaux hydrographiques concernés, l’époque et les conditions de leur exploitation. Une analyse bibliographique montre qu’un nombre appréciable de travaux épigraphiques ou historiographiques permettent d’aborder cette question du contrôle de l’espace et de son rôle sur le transport de matériau comme sur les aménagements consentis. D’autre part, il convient d’apprécier les volumes et la durée des flux de bois qui définissent l’intensité de cette activité ; les approches quantitatives de l’histoire économique doivent en effet permettre de déceler ses variations au cours du temps et selon les bassins afin d’en envisager certaines conséquences écologiques. Il revient ensuite à une démarche d’histoire et d’archéologie des techniques de caractériser les aménagements, leurs fonctions, les pratiques qui leur étaient associées afin d’identifier les perturbations qu’ils induisaient et définir précisément les modalités de la pression qui s’exerçait sur les environnements fluviatiles. Cette étape fondamentale est la seule qui puisse préserver du biais qui consisterait à transposer aux rivières du passé toutes les conclusions tirées de l’étude de situations contemporaines. En effet, les cours d’eau où le flottage était encore en vigueur au xxe siècle ont été parfois aménagés grâce à des moyens mécaniques inconnus dans le passé ; qui plus est, il s’agissait souvent de milieux qui étaient quasi vierges quelques décennies à peine avant que l’intensité de la pression atteignît son maximum et dont la réponse aux perturbations a pu être fort différente de celle de cours d’eau aménagés et exploités depuis des siècles. Enfin, le dernier chantier consiste en une approche géoarchéologique de la rivière flottée, qui doit permettre d’identifier le legs du flottage dans l’environnement actuel. En nous appuyant sur les premiers résultats de recherches que nous conduisons depuis 2009 dans le massif du Morvan, nous présenterons l’empreinte que le transport du bois y a laissée entre les xviiie et xixe siècles. En discutant son rôle sur la vitesse d’évolution et les trajectoires des milieux qu’il a affectés, nous proposerons d’évaluer dans quelle mesure cette étude de cas pourrait constituer un modèle heuristique pour étudier d’autres bassins, à d’autres époques du passé.

Le flottage du bois dans le passé, une grande affaire souvent méconnue

5Pendant des siècles, voire des millénaires, le flottage du bois a tenu une place de premier plan dans la fourniture de combustible, mais aussi de matériau de construction aux agglomérations, aux centres artisanaux ou industriels, ou encore aux chantiers navals. Il a été organisé par des réseaux parfois très étendus et a contribué à la polarisation de très nombreuses régions forestières (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation des lieux et cours d’eau mentionnés dans le texte et aires d’approvisionnement en bois de quelques villes ou régions européennes (sources citées dans le texte, DAO N. Jacob-Rousseau).

Fig. 1 – Localisation des lieux et cours d’eau mentionnés dans le texte et aires d’approvisionnement en bois de quelques villes ou régions européennes (sources citées dans le texte, DAO N. Jacob-Rousseau).

Ancienneté, ubiquité et permanence du flottage

  • 21 Makkonen 1969, p. 27.
  • 22 Linder 1986.
  • 23 Mulliez 1982.
  • 24 Le Gall 1953 ; Diosono 2008.

6Le transport de bois par la voie fluviale apparut probablement dès le moment où des centres de consommation ne parvinrent pas ou plus à satisfaire leurs besoins en combustible ou en matériaux de construction par l’exploitation de ressources locales ou proches, qui pouvaient encore être acheminées par voie terrestre. Certains auteurs supposent qu’il fut mis en œuvre en Mésopotamie dès le deuxième, voire le troisième millénaire av. J.‑C.21. Linder22 donne une interprétation convaincante d’un panneau du bas-relief du palais de Sargon à Khorsabad (Mésopotamie, 721‑705 av. J.‑C.) et propose d’y voir une scène de déchargement de grumes transportées sur des bateaux, sans doute sur l’Euphrate, et non par voie maritime comme on l’avait souvent pensé. Cette même auteure envisage ainsi la possibilité d’un transport par flottage ou par radeau en amont du cours d’eau, bien qu’ils ne soient pas représentés dans la sculpture assyrienne. La pratique du flottage est attestée avec plus de certitude dans le bassin méditerranéen durant toute l’Antiquité. D. Mulliez23, qui produit et commente de nombreuses références de Strabon, Virgile, Polybe ou Pline évoquant le flottage sur la mer, le Pô, le Tibre ou l’Acheloos, cite ainsi un passage de Denys d’Halicarnasse (AR, XX, 15, 2) qui exprime très clairement la relation entre l’existence d’une voie d’eau et l’exploitation de la forêt. D’autres auteurs ont aussi relevé la pratique du flottage sur le Tibre, à vrai dire peu surprenante si l’on se représente les besoins en bois de l’Urbs24.

  • 25 Lombard 1959.
  • 26 Braunstein 1988 ; Agnoletti 2001.
  • 27 Galloway, Keene, Murphy 1996.
  • 28 Brelot et al. 1981 ; Ruchet, Hahling 1985.
  • 29 Buti 2002.
  • 30 Lange 2004 ; Borger-Keweloh, Keweloh 1991.
  • 31 Kim, Barles 2012.
  • 32 Gil Olcina 2006.
  • 33 Tresaco Calvo 1968 ; Piqueras Haba, Sanchis Deusa 2001.

7Les attestations textuelles sont plus nombreuses pour le haut Moyen Âge, où l’approvisionnement en bois revêtait une importance stratégique pour les marines et les industries du monde musulman ou des Byzantins25, ou pour les flottes des républiques marchandes italiennes26. À partir des xiie et xiiie siècles, la croissance urbaine en Europe et notamment celle de grandes villes comme Paris, Londres, Constantinople ou Vienne accrut une demande en combustible ou en bois de construction, que renforça encore le développement des activités métallurgiques et céramiques dans les siècles suivants27 ou la fabrication de sel par évaporation des saumures extraites dans les gisements salins de l’arc alpin et de sa périphérie28. Après la Renaissance, l’augmentation du tonnage et du nombre des vaisseaux des marines européennes entraîna celle des livraisons de bois vers les arsenaux29, notamment les « bois du nord » que l’espace baltique, de la Suède à la Lituanie, fournit aux ports de la façade atlantique. Même lorsque la houille supplanta le charbon de bois pour les besoins énergétiques de l’industrie sidérurgique à partir de la fin du xviiie siècle en Europe du Nord-Ouest, le flottage demeura un moyen commode de fournir du bois de chauffage à des agglomérations de toutes tailles, parfois jusque dans les années 1940‑195030. Cette permanence s’explique par l’éloignement des gisements houillers vis-à‑vis de certains centres consommateurs ou par l’incapacité de l’extraction à répondre à toute la demande énergétique31 ; c’est par la voie fluviale que l’on continuait à acheminer le bois de construction, même dans les régions méditerranéennes32. En dépit de ce que laisserait imaginer la faiblesse des écoulements estivaux ou des potentialités économiques actuelles de bien des peuplements forestiers du pourtour de ce bassin, après des siècles d’exploitation et de régression, le flottage a été intensément pratiqué dans de nombreux cours d’eau de la péninsule ibérique, en direction de l’Atlantique ou de la Méditerranée33. Si l’on est peu surpris pour l’Ebre et ses affluents, aux débits soutenus par les neiges pyrénéennes, le haut Tage, le Turia, le Jucar, le Segura ou encore le Guadalquivir ont bel et bien été des rios maderables jusqu’aux premières décennies du xxe siècle.

  • 34 Lafleur 1970 ; Törnlund, Östlund 2002.

8À partir de la seconde moitié du xixe siècle, alors que le flottage déclinait dans la fourniture énergétique globale en Europe, le développement de la fabrication du papier à partir de bois déchiqueté lui offrit un second souffle et, dans les pays nordiques gros exportateurs de pâte à papier ou de bois de sciage, il commença à être pratiqué à grande échelle dans de nombreux bassins-versants, particulièrement au Québec et en Suède34. Dans ce dernier cas, la quasi-totalité des cours d’eau situés au nord du fleuve Dalälven ont été exploités pour le transport du bois, ce qui représente environ les deux tiers septentrionaux de la surface du pays et, à l’apogée de l’exploitation en 1930, plus de 32 000 km de cours d’eau.

9Le transport du bois par flottage a ainsi obéi dans le passé à des commandes diverses qui lui ont assuré un maintien durable, et tout laisse penser qu’il est peu de rivières ou de fleuves de l’ancien monde qui, à des degrés divers, n’aient été flottés.

Questions d’espace : polarisation et réseaux

  • 35 Lombard 1959.
  • 36 Meiggs 1982.
  • 37 Harris 2011.
  • 38 Hannestad 2007.
  • 39 Robert 1978, p. 428.
  • 40 Buti 2002.
  • 41 Braunstein 1988.
  • 42 Grassias et al. 2006.
  • 43 Robert 1978, p. 427 et 428.
  • 44 Lombard 1959.

10Des travaux d’historiens ont bien montré que cet approvisionnement de bois était fortement polarisé par des centres de consommation, et organisé par des réseaux. Dans son enquête sur le bois dans la Méditerranée musulmane médiévale, Lombard35 est sans doute le premier à avoir très clairement mis en évidence le rôle des « centres d’appel » qu’étaient les grandes agglomérations ou les arsenaux de la rive orientale ou méridionale du bassin sur les flux commerciaux de bois. Celui-ci provenait pour l’essentiel de massifs forestiers situés sur la rive nord : péninsule Ibérique, Calabre, Adriatique, Taurus ou Amanus. Des polarisations à si lointaine distance ne sont pas exceptionnelles et semblent devoir être considérées comme une donnée assez récurrente dans l’histoire du flottage et, plus généralement, du commerce du bois36. À l’époque impériale, une partie du combustible de Rome provenait de l’Africa – l’actuelle Tunisie – et était livrée par des navires37 ; peut-on alors faire l’hypothèse que la Medjerda ou les petits fleuves côtiers drainant le massif de la Kroumirie auront été flottés et peut-être aménagés à cette fin ? Les cités grecques de l’Asie Mineure faisaient venir une partie de leur bois de l’actuelle côte turque de la mer Noire38. Constantinople s’est approvisionnée, là encore par l’intermédiaire du commerce maritime, à ces mêmes massifs forestiers des chaînes pontiques39 ou à ceux des Balkans et, à l’époque ottomane, jusque sur les versants moldaves des Carpates, où le bois était flotté sur le Siret, pour gagner le Danube puis les ports de son delta. Pour sa part, G. Buti40 montre que la zone de collecte des bois destinés à l’arsenal de Toulon se dilata considérablement entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècle, débordant les Alpes occidentales, pour incorporer les Apennins, les montagnes albanaises, la Transylvanie et même l’Ukraine (fig. 1). Dans d’autres cas, les distances du transport étaient moindres : Venise, édifiée sur une forêt de pieux et dont la fortune reposait sur la puissance de ses flottes, drainait la production de bois de tout l’arrière-pays trentin et cadorin, en le faisant venir par la Piave, la Brenta ou l’Adige41. On relèvera aussi des polarisations très courtes, qui toutefois n’impliquent pas une activité de faible intensité : les cours d’eau de la Forêt-Noire pour Freiburg-im‑Brisgau, les forêts de la vallée de Loue pour la chauffe des fourneaux de Salins-les‑Bains puis d’Arc-et‑Senans42. Il faut ainsi considérer qu’il a existé toute une variété de situations, selon le degré de polarisation ou le nombre de relais constituant les réseaux du bois. De nombreux bassins fournissaient à leur aval des bois qui étaient repris par des acteurs commerciaux n’influant pas directement dans la conduite des opérations de flottage, laissées à l’initiative locale. Il n’existait pas nécessairement de liens très étroits entre les différents segments de la route parcourue par le tronc ou la bûche extraite d’un massif forestier. C’est ainsi le cas, semble-t-il, de ces cours d’eau de Mysie et de Bithynie qui alimentaient le trafic sur la mer Noire ou la Propontide43, comme ceux du Taurus au débouché desquels des comptoirs côtiers ont pendant longtemps livré d’appréciables volumes de bois ou de charbon végétal à une bonne partie de la Méditerranée orientale44, sans que l’on sache pour l’instant si des centres les ont contrôlés ou aménagés sur la longue durée.

  • 45 Braunstein 1988 ; Buridant 2004 ; 2006.
  • 46 Langoureau 2015.
  • 47 Braunstein 1988.
  • 48 Perco 1988 ; Caniato 1993.

11Ces organisations socio-économiques sont sans doute un des aspects les mieux connus de cette activité, du moins pour l’Europe occidentale45, et ici nous retiendrons surtout les questions relatives à l’espace et à son contrôle : distances, étendue et localisation des aires d’approvisionnement ou caractéristiques des cours d’eau. De ces données, en effet, ont peut-être dépendu en partie la nécessité de concevoir des aménagements, leur type, ainsi que la capacité à les édifier ou à les entretenir sur la durée. L’hyperspécialisation du bassin de l’Yonne dans la fourniture de bois combustible à Paris à partir du xvisiècle s’explique largement par la relative proximité géographique du massif du Morvan et de la capitale comme par l’absence d’alternative dans un bassin parisien où presque toutes les grandes forêts étaient déjà vouées à d’autres usages ; elle place les compagnies de flottage en situation de quasi-monopole pour l’usage de la rivière, ce qui lève toute entrave aux diverses initiatives d’amélioration de la voie flottable46. Ces dernières aboutirent à la fin du xviiie siècle à un véritable aménagement intégré du bassin, reflet d’une étroite relation entre le centre consommateur et l’aire d’approvisionnement. Sans que la situation fût poussée à ce point dans les bassins exploités par Venise, il semble que l’on puisse déceler une forme de centralisation – du moins une surveillance attentive et coordonnée – depuis la Sérénissime. Braunstein47 évoque en effet la tournée d’inspection de M. Corner, « sage aux eaux », à l’issue de laquelle ce dernier proposa de rationaliser la gestion des voies d’eau proches de la lagune dans les années 1460. En amont, on sait aussi que le transport du bois, saisonnier, était organisé avec coordination dans les bassins de la Piave et de la Brenta48. Dans tous ces cas, l’approvisionnement s’est accompagné d’une gestion forestière, que l’on sait fort précoce dans l’arrière-pays vénitien.

La voie d’eau, un vecteur ancien de l’anthropisation de la forêt

  • 49 Fruhauf 1980 ; Buridant 2006.
  • 50 Fruhauf 1980.
  • 51 Buridant 2004 ; 2006.
  • 52 Quézel, Médail 2003, p. 375.
  • 53 Harris 2011.
  • 54 Mulliez 1982.
  • 55 Lafleur 1970, p. 38, 67 et Törnlund, Östlund 2006.

12L’évolution floristique des massifs forestiers est précisément la traduction écologique de ces polarisations et de l’existence de ces réseaux de transport du bois ; elle a été mise en évidence depuis plusieurs décennies par des historiens ou des écologues qui ont cherché à restituer les dynamiques du couvert végétal et, en particulier, à analyser le rôle des facteurs économiques49. On sait que, dans la France des années 1670, la politique colbertienne d’approvisionnement des arsenaux a consisté, entre autres, en une identification des voies d’eau conduisant à des forêts exploitables, puis en une réglementation de la gestion de ces dernières, par l’ordonnance de 1669. La haute vallée de l’Aude représente sans doute un des exemples les mieux décrits d’évolution d’un milieu forestier de moyenne montagne, grâce à l’analyse que Fruhauf50 a faite des documents produits par les maîtres des eaux et forêts. À partir de la fin du xviie siècle, les modalités de gestion de la hêtraie sapinière du pays de Sault induisirent deux trajectoires bien distinctes. À des polarisations proches, exercées par les forges de la vallée, correspondirent une exploitation pour le bois de feu et un traitement par révolutions courtes, car on recherchait des bûches de faibles dimensions. Ces pratiques qui favorisent les feuillus – ici le hêtre – car ils rejettent de la souche, orientèrent les peuplements vers une hêtraie à structure de taillis. Inversement, la polarisation lointaine qu’exerçaient les chantiers de la côte languedocienne par leur demande en bois de mâture entraîna une interdiction sévère de la coupe des sapins dans les massifs concernés. En défavorisant les feuillus qui, ne tombant pas sous le coup de la mise en défens, pouvaient toujours y être prélevés, ébranchés ou broutés, cette gestion produisit peu à peu des futaies quasi monospécifiques de sapins. Certes ces évolutions, qui relèvent de choix d’exploitation des peuplements et, pour une part aussi, de leur localisation ou de leur statut juridique, ne sont-elles pas spécifiquement liées au flottage ; elles sont cependant induites par les possibilités de son existence : la rivière flottable est la voie de pénétration de l’exploitation, donc des perturbations, parmi lesquelles certaines sont propres à certains types d’approvisionnement ou à certaines logiques économiques, comme Buridant51 l’a montré dans une analyse synthétique des forêts du Bassin parisien sur quatre siècles. De surcroît, le modèle d’évolution mis en évidence dans les Pyrénées semble bien pouvoir être décelé dans d’autres forêts connectées au réseau hydrographique tributaire du bassin méditerranéen : depuis les sapinières du Vercors, de la haute vallée de l’Ardèche à proximité de Mazan ou des bien nommés « Bois noirs » du Diois oriental, étaient expédiés plus ou moins régulièrement des bois de mâture destinés aux arsenaux de Toulon ; à la même altitude, les forêts exploitées localement pour le combustible sont actuellement des hêtraies assez pures. Si on quitte l’étage de la hêtraie sapinière de moyenne montagne, il resterait à examiner quelle part le flottage a pu prendre dans la composition floristique de certaines pinèdes ou cédraies des massifs méditerranéens. Quézel et Médail52 évoquent par exemple les grands prélèvements de P. laricio effectués en Corse par la république de Gênes. Plus à l’est, sur le mont Liban, bien qu’il subsiste quelques incertitudes sur la nature des quatre essences forestières mises en défens par les bornages de l’empereur Hadrien (117‑138 ap. J.‑C.), on peut relever qu’il est difficile d’en identifier plus de trois qui, dans les peuplements actuels, se prêteraient à la construction ou au bois d’œuvre ; par ailleurs, le sapin, ici A. cilicica, n’est présent que dans deux des cédraies du Liban actuel. Il n’est donc pas interdit de penser que ces forêts ont pu connaître de grands changements de leur composition floristique depuis deux ou trois millénaires, sans qu’il soit besoin d’entrer dans la discussion sur les surfaces affectées par la déforestation antique, discussion dont les termes ont été bien posés par un récent article de W. V. Harris53. Ajoutons que les boisements balkaniques, fort sollicités dès l’époque grecque54, sont également encore peu étudiés sous cet angle, alors qu’on y retrouve fréquemment l’opposition hêtraie/sapinière à l’étage moyen-montagnard. Plus proches de nous, N. Lafleur ainsi que E. Törnlund et L. Östlund55 évoquent aussi une évolution des peuplements exploités sous l’effet des prélèvements sélectifs que les « draveurs » opéraient le long des rivières de Mauricie, au Québec, ou en Suède septentrionale.

13Le degré de contrôle de l’espace semble donc une question de premier ordre si l’on cherche à mieux saisir l’intensité de la pression que le flottage a pu exercer sur les rivières et leur bassin. S’il reste à préciser la localisation et l’importance de cette activité dans bien des régions, de nombreux travaux d’histoire économique couvrant l’époque moderne constituent une source documentaire déjà fort riche et qui, de surcroît, fournit de possibles modèles interprétatifs pour les temps plus anciens. Par ailleurs, le niveau d’intégration économique est aussi une clef de lecture pour envisager la question des volumes, celle de la durée des transports effectués comme celle de l’aménagement des bassins.

Le passage du bois : approche quantitative et écologique d’un flux de matériau

14Mesurer la pression que le flottage a exercée sur l’environnement requiert aussi de pouvoir apprécier la durée et la fréquence du transport comme les volumes de bois écoulés sur les artères fluviales. Les approches quantitatives de l’histoire économique peuvent aider à définir, selon leur intensité et leur durée, des types de pression très différents par leurs possibles implications sur les milieux ; elles permettent aussi d’envisager des évaluations rétrospectives des nuisances écologiques dans les écosystèmes aquatiques.

Durée et volume des flux de bois : entreprises modestes et bassins mis en coupe réglée

  • 56 Lacrocq 1933.
  • 57 Bravard 1999.

15Se pose tout d’abord le problème de la durée de l’activité qui a été très variable selon les bassins. Si des archives attestent par exemple que la Vienne était flottée en amont de Limoges dès 1188 et que le transport persista jusqu’en 1881, on ne connaît ni les hauts et les bas, ni la réelle continuité de cette activité avant qu’au xviiie siècle l’industrie de la porcelaine réclame des livraisons régulières56. Certaines rivières semblent n’avoir connu que des fournitures occasionnelles comme on le soupçonne, par exemple en France pour l’Ardèche, le Haut Buëch, et les cours d’eau du versant ligérien du Morvan. Ce sont d’ailleurs des cas peu étudiés et l’on mesure encore assez mal ce que le flottage a pu représenter, d’un point de vue économique ou écologique, dans ces rivières. À l’opposé, des cours d’eau que nous avons déjà évoqués ont été flottés pendant plusieurs siècles, et ont été le siège d’une activité intense, sinon exclusive : l’Yonne, la Brenta, la Piave ou le Rodach sont actuellement les mieux connus et, plus proches de notre époque, les cours d’eau scandinaves, québécois ou de l’Oregon (fig. 2). À bien des égards, tout laisse penser que les régions ou les villes fort consommatrices de bois en Europe de l’Ouest durent faire face à une pénurie de matériau à partir du xvie siècle – ne serait-ce qu’en raison de l’épuisement des ressources locales – et que cela induisit une activité de flottage plus soutenue et plus régulière que par le passé sur certains cours d’eau, comme l’évoque Bravard57. Encore faudrait-il le confirmer dans la mesure où les périodes antérieures au xvie siècle sont moins bien étudiées de ce point de vue et que, nous l’avons déjà évoqué, certains centres de consommation ont exercé une forte demande bien avant l’époque moderne.

Cours d’eau Durée du flottage annuel Destination du bois Usage
Yonne Début xvie s. - 1923 Paris Combustible
Doubs xviie – mi xixe s. Besançon, Lyon, chantiers navals (Toulon) Bois de mâture, combustible
Vienne xviie s. - 1881 Limoges Combustible (porcelaine), construction
Piave, Brenta, Adige (It.) xve s. – 1942 Venise et la lagune Charpente, construction navale, combustible (verrerie)
Idrijca et Nikova (Slovénie) xvie s. - 1926 Idrija Combustible (mine de mercure)
Rodach (All.) xve – xxe s. Bamberg, vallée du Main Combustible, charpente
Turia et Jucar (Esp.) xviie – mi xxe s. Valence et villes du littoral Charpente
Suède 1840 - 1980 Scieries et industries du littoral Sciage, pâte à papier
Saint-Maurice (Canada) Années 1830 – années 1980 Axe économique du Saint-Laurent Sciage, pâte à papier
Coos et Willamette rivers (Oregon, E.‑U.) 1875 - 1956 Littoral de l’Oregon Pâte à papier, construction

Fig. 2 – Le flottage sur quelques cours d’eau d’Europe et d’Amérique du Nord. Durée de la période d’un flottage annuel, destination et usage du bois (sources citées dans le texte).

  • 58 Caniato 1993.
  • 59 Gibert 1933.
  • 60 Rochel 2004, p. 85‑87.
  • 61 Rézé 2002.

16Les volumes qui ont transité sur les rivières furent tout aussi disparates. Là encore, rien de commun entre de petites entreprises destinées à couvrir des besoins locaux et des exploitations aux allures industrielles. Les bois flottés ont représenté dans certains bassins des volumes considérables, dont l’évaluation n’est encore que partielle, mais qui, au xviiie siècle, pouvaient rivaliser avec les livraisons de l’époque contemporaine. Certains chiffres de transport annuel en donnent la mesure : 300 000 troncs (4,2 m de long en moyenne) pour la seule Piave au xviiie siècle58, 8 000 à 12 000 stères sur le Doubs en amont de Besançon à la même époque59, près de 1 000 000 stères sur l’Yonne avant la Révolution. Faute de statistiques précises – mais peut-être plus encore d’investigations suffisantes dans les archives – il reste difficile d’estimer avec justesse les volumes transportés avant la fin du xviie siècle et leurs fluctuations dans le temps, d’autant plus que les documents indiquent le plus souvent le nombre de pièces de bois et non le cubage. Pourtant les sources existent (comptes, statistiques, enregistrements de taxes…), et il est possible de procéder à des calculs en tenant compte des dimensions des pièces, comme l’a montré Rochel60 qui, d’une part, dresse d’expressives cartes des flux de bois sur la haute Meurthe et ses affluents en amont de Raon-l’Étape entre 1755 et 1774, puis en 1887‑1888, d’autre part, reconstitue, grâce aux comptes de gruerie et malgré des lacunes, les fluctuations annuelles du transport de bois flottés sur la Moselle à Remiremont entre 1612 et 1698. À partir du début de l’époque contemporaine, nombre de documents permettent de suivre plus aisément les livraisons au pas de temps annuel (fig. 3). Sur ces bases, des typologies ou des comparaisons d’un bassin à l’autre sont alors possibles, à condition de tenir compte de la taille des cours d’eau et des distances parcourues. Rézé61 livre ainsi une éclairante quantification de la provenance des bois de chauffe qui parvenaient à Paris par le bassin de la Seine à la fin du xviiie siècle (fig. 4). Enfin, ne faudrait-il pas tenter des évaluations des consommations des thermes ou des approvisionnements des villes romaines, afin de saisir un peu mieux ce qu’ont pu représenter les transports dans certains cours d’eau, durant l’Antiquité ?

Fig. 3 – Volumes de bois transportés par le flottage sur l’Yonne (1720‑1920) et sur la rivière Vindelälven en Suède (1915‑1980) [sources Rézé 2002 et Törnlund et Östlund 2002].

Fig. 3 – Volumes de bois transportés par le flottage sur l’Yonne (1720‑1920) et sur la rivière Vindelälven en Suède (1915‑1980) [sources Rézé 2002 et Törnlund et Östlund 2002].

Fig. 4 – Provenance et volumes, en mètres cubes, du bois de chauffe consommé à Paris en 1791 et 1804 (sources Dupont 1995 et Rézé 2002, d’après Arch. Nat. H 1961/83).

Bassin versant Hiver 1790-1791 1804          
Haute Yonne 711 000 825 300
Basse-Yonne 21 420
Marne et Ourcq 144 000 19 620
Seine amont 77 000 2 880
Armançon 67 000 41 580
Canaux de Briare, d’Orléans et du Loing 58 000
Oise 29 000

17De toute évidence, les disparités d’importance et de régularité du trafic sont un facteur qui rend compte de la nature de l’aménagement des rivières flottées mais les éléments que nous venons de présenter conduisent d’abord à poser la question de l’intensité de la pression.

Le cycle économique, une image du disturbance regime affectant les rivières flottées ?

  • 62 Lombard 1959.

18Sous ce double aspect temporel et économique, le flottage peut être envisagé comme un cycle qui a ses aboutissants écologiques. Si l’on en juge par les cas les mieux documentés, il présente, à l’instar de bien d’autres formes d’exploitations de matières premières ou de ressources végétales, les phases du développement, de l’apogée puis du déclin (fig. 3). À la différence des minerais ou des métaux, les causes de ce dernier ne sont pas toujours dues à la disparition de la ressource. Certes, plusieurs auteurs évoquent le recul de la forêt ou l’évolution de sa composition floristique sous l’effet d’un rythme d’exploitation supérieur à la vitesse de renouvellement du milieu, pour rendre compte de la disparition du flottage ou de sa réorientation. Lombard62 indique par exemple que, dès le haut Moyen Âge, la montagne libanaise ne fournissait plus de bois d’œuvre à l’Égypte, qui le faisait donc venir du Taurus. Mais il faut surtout faire la part d’autres déterminants : en premier lieu la concurrence d’autres modes de transport ou d’autres sources d’énergie à partir du xixe siècle, et, auparavant, tant que ces causes ne jouaient pas, le déclin des activités qui étaient les fortes consommatrices de bois, notamment les arsenaux, les forges, les salines ou la verrerie. Dans la plupart des cas, il reste à déterminer à partir de quel moment et à quel rythme les cours d’eau et leur bassin furent exploités et aménagés et également à quel rythme se produisit le déclin.

  • 63 Miller 2010.

19Dans une perspective environnementale, ces approches, qui relèvent de l’histoire économique, peuvent aider à cerner la pression exercée par le flottage. D’un point de vue écologique, celle-ci résulte de l’ensemble des perturbations qui sont induites par cette activité. Son intensité se définit donc par la fréquence temporelle et spatiale de ces perturbations : par exemple, la fréquence ou le volume des livraisons de bois en différents points du réseau hydrographique, ou encore le nombre des aménagements et leurs conséquences physiques, point que nous aborderons plus bas ; elle varie donc d’un tronçon à l’autre de la rivière flottée. Par ailleurs, la pression est aussi caractérisée par la combinaison de sa durée et de son intensité, ce qui contrôle la réponse du système sur lequel elle s’exerce. Enfin, il faut identifier à quel moment la pression a pu dépasser les seuils de résilience du système en entraînant alors un ajustement ou un changement plus ou moins durable. De ce point de vue, l’analyse que Miller63 a conduite dans les cours d’eau de l’Oregon est une piste méthodologique intéressante pour envisager les conséquences du transport du bois dans le passé. En mobilisant des informations statistiques et historiques sur les ouvrages construits et sur la durée de leur fonctionnement, cette auteure définit plus précisément les types de perturbations que le flottage a induites et envisage aussi les types de réponse des écosystèmes, autrement dit leur trajectoire post-flottage (fig. 5).

Fig. 5 – A : caractéristiques des types de perturbations dans les écosystèmes de rivières ; a) pulsation : durée courte ; b) pression : intensité soutenue après une phase d’augmentation ; c) rampe : intensité croissante au cours du temps ; d) pulsation soutenue : intensité maintenue sur une durée longue puis décroissance. B : deux types de réponses engendrés par le flottage (perturbation de type pulsation soutenue) dans des écosystèmes de rivières de l’Oregon (source Miller 2010, modifié).

Fig. 5 – A : caractéristiques des types de perturbations dans les écosystèmes de rivières ; a) pulsation : durée courte ; b) pression : intensité soutenue après une phase d’augmentation ; c) rampe : intensité croissante au cours du temps ; d) pulsation soutenue : intensité maintenue sur une durée longue puis décroissance. B : deux types de réponses engendrés par le flottage (perturbation de type pulsation soutenue) dans des écosystèmes de rivières de l’Oregon (source Miller 2010, modifié).

La pollution par les tanins et les chocs des pièces de bois, nuisances économiques et écologiques

20Les travaux d’histoire économique indiquent aussi que, parmi les nuisances engendrées par le flottage, la pollution par les tanins et les dégâts imputés aux passages du bois sont les premiers attestés et cités historiquement. La multiplicité des ayants droit de la ressource en eau l’explique aisément et, par rapport aux changements liés à l’aménagement physique du cours d’eau, les effets indésirables furent peut-être plus rapidement perçus.

  • 64 Corvol 1997.
  • 65 Buti 2002.
  • 66 Braunstein 1988.
  • 67 Guillerme 1983.
  • 68 Sedell, Leone, Duval 1991.
  • 69 Laurin 1984.

21Dans l’analyse de la « guerre de Troyes » qui opposa les drapiers de cette ville aux marchands de bois parisiens en quête de nouveaux approvisionnements entre la fin du xviie et le début du xixe siècle, Corvol64 montre que la pollution par les tanins servit surtout de prétexte aux premiers pour éviter à plusieurs reprises la mainmise des flotteurs de l’Île-de‑France sur la ressource énergétique provenant du bassin amont de la Seine. Il ne faudrait pas pour autant en conclure que cette contamination n’existait pas, car elle est bel et bien attestée au milieu du xviiie siècle. Elle provient de la libération des substances contenues dans les écorces (les tanins) ou dans le bois lui-même (les terpènes présents dans la résine des conifères en particulier) lors de leur séjour dans l’eau, surtout s’il est prolongé. Dans le cas du flottage à bûches perdues, les bois « canards » ou « calés » – ceux qui coulaient parce que trop imbibés – augmentaient ce temps de résidence, quoiqu’involontairement. Mais dans d’autres cas, l’immersion des troncs était tout à fait volontaire. Elle pouvait correspondre à l’organisation propre au flottage, comme dans la Piave où la menadà, saisonnière, induisait un long stockage des troncs dans les cidoli (cf. infra) pendant les semaines que durait la coupe jusqu’au moment de leur évacuation vers l’aval. Ailleurs, ce pouvait être les nécessités du traitement du bois. Buti65 indique ainsi que l’immersion des bois de mâture dans les arsenaux de Toulon était destinée à les purger de leur sève. Plusieurs textes produits par Braunstein66 dans son article consacré au bois de Venise signalent aussi que, dans les années 1440, les chenaux naturels situés entre la lagune et le Tagliamento et réaménagés par les Vénitiens, étaient durablement encombrés par les troncs que l’on y immergeait. Ajoutons à ces mentions nos propres observations : dans les alluvions de la haute vallée de l’Yonne, certaines stratifications contiennent une grande proportion d’écorces, ce qui laisse supposer que l’attrition qui opérait pendant le transport des bûches les écorçait au moins en partie, et que les particules sédimentaient au fond des chenaux, facilitant sans nul doute la libération des tanins. Cependant, les sédiments ne conservent pas la trace de toutes les substances solubles diffusées dans l’eau par les bois flottés, et aucune mesure des rejets n’existe pour les périodes anciennes. Si les travaux de Guillerme67 ont bien montré que les activités artisanales, teintureries ou tanneries, des villes médiévales ou modernes n’engendraient qu’une pollution très modérée et, ajoutons-le, très locale, donc sans grande conséquence sur l’environnement, il n’en va peut-être pas de même pour le flottage, surtout lorsqu’il parvenait à recouvrir la rivière d’une nappe de bois (fig. 6) et que le transport s’effectuait sur des dizaines de kilomètres. Là encore, des perspectives sont ouvertes par les travaux menés outre-Atlantique. Sedell, Leone, Duval68 citant plusieurs études portant sur des cours d’eau nord-américains, rappellent qu’un tiers, voire plus, de l’écorce entourant les troncs était détaché durant le transport et que son dépôt affectait sensiblement les espèces de salmonidés peuplant ces cours d’eau, en obstruant leurs frayères, leurs caches, ou en masquant des zones d’alimentation des individus juvéniles. D’autres travaux évaluent la perte de matière ligneuse au cours du transport à environ 20 % du volume de bois mis à l’eau, dont 6 % d’écorces69. Il serait assez intéressant d’extrapoler les résultats de ces études aux volumes de bois transportés dans le passé, lorsqu’ils sont connus ou évalués, et de déterminer de la sorte si ce flux de bois pouvait engendrer alors une contamination nocive à certains organismes aquatiques.

Fig. 6 – Le tirage des bois dans la nappe des bûches perdues du « grand flot » sur l’Yonne aux environs de Clamecy, fin xixe siècle (carte postale ancienne).

Fig. 6 – Le tirage des bois dans la nappe des bûches perdues du « grand flot » sur l’Yonne aux environs de Clamecy, fin xixe siècle (carte postale ancienne).
  • 70 Bravard 1999.
  • 71 Langoureau 2015.
  • 72 Chimits 1975.

22Ne négligeons pas non plus l’effet mécanique que le transport du bois avait sur les lits des rivières. Nul doute que la dévalaison des pièces de bois – parfois des troncs entiers, rappelons-le – exerçait une érosion sur le fond des chenaux ou le long des rives, dans les tronçons amont où était pratiqué le transport à bûches perdues. Mais plus en aval, Bravard70 puis Langoureau71, citant des observations faites au xixe siècle, évoquent aussi le rôle des chocs répétés des perches des radeleurs ou des pilotes des trains de bois sur les berges dépourvues de perré. La fréquence des conflits opposant les flotteurs aux propriétaires de moulins ou de fabriques, contraints, par la force des choses ou par la réglementation72, à ménager des passages au bois, tout en en subissant parfois les dommages, tendrait à confirmer que le transport pouvait avoir des effets destructeurs non négligeables. Toutefois, ce sont précisément les ouvrages consacrés à l’amélioration de la voie d’eau qui ont imprimé la marque la plus durable à l’environnement.

Trift ou radelage, glissières, Klavže et « courues » : des aspects techniques à la sectorisation des perturbations environnementales

23Dans ses modalités concrètes, la conduite du flottage présente une grande diversité : celle des techniques de transport et celle des aménagements destinés à faciliter le transport du bois sur les rivières vers sa destination finale. Comme le flux de bois, ces ouvrages ont exercé des contraintes sur les lits et les écosystèmes fluviaux ; identifier et tenter de comprendre ces dernières implique d’aborder des questions de plusieurs ordres, relatives à la localisation des aménagements dans le réseau hydrographique, à leur fonctionnement, mais aussi à l’histoire et à la diffusion des techniques.

Approche typologique de la mise en œuvre : de la technique aux aménagements

24On distingue d’ordinaire plusieurs modes de flottage qui, la plupart du temps, se relaient d’amont en aval d’un cours d’eau (fig. 7) :

  • le transport en vrac, dit aussi « à bûches perdues » ou « boloyage », ou (Holz) Trift, (Holz) Schwemmen dans les régions germanophones, que ce soit pour des bûches ou des troncs, car une partie du volume jeté à la rivière depuis les points de rassemblement des bois coupés était perdue (échouage, sédimentation dans le fond du chenal) ou endommagé (bris des troncs) sur le trajet : il était pratiqué sur les tronçons amont des cours d’eau, où l’énergie de l’écoulement naturel autorisait ce mode de transport, mais aussi, moyennant certains aménagements, dans des tronçons intermédiaires ;
  • le transport en radeaux (radelage, voilage, Flößerei, zattere…) : consistant à lier ensemble un certain nombre de troncs ou de brins de longueur suffisante (plusieurs mètres) et à diriger l’ensemble comme une embarcation, il pouvait être pratiqué sur des cours d’eau à courant rapide, malgré tous les risques que cela supposait ;
  • le transport en train : réservé aux sections navigables des rivières, il consistait à assembler plusieurs radeaux tout en maintenant des articulations qui rendaient maniable le train ainsi constitué ; ces embarcations pouvaient cette fois porter soit une charge importante, soit d’autres pièces de bois (trop petites pour constituer la structure des radeaux) soit d’autres denrées.

Fig. 7 – L’aménagement du cours d’eau pour le flottage, d’amont en aval : types de transport et types d’ouvrages ; les lettres renvoient à l’énumération et à la description des ouvrages dans le texte. Synthèse d’après divers travaux cités dans le texte (DAO N. Jacob-Rousseau).

Fig. 7 – L’aménagement du cours d’eau pour le flottage, d’amont en aval : types de transport et types d’ouvrages ; les lettres renvoient à l’énumération et à la description des ouvrages dans le texte. Synthèse d’après divers travaux cités dans le texte (DAO N. Jacob-Rousseau).
  • 73 Bravard 1999.
  • 74 Perco 1988.
  • 75 Gibert 1933 ; Rézé 2002 ; Sierra Alvarez 2006 ; Gunzelmann, Dorn 2003 ; Törnlund, Östlund 2002 ; D (...)

25D’autre part, le flottage a suscité un aménagement des réseaux hydrographiques, car les caractéristiques naturelles des rivières (pente, largeur, tracé, débit et régime) pouvaient limiter ou gêner les diverses opérations du transport. Bravard73 cite ainsi plusieurs exemples de rivières françaises où l’activité restait tributaire des crues ou des hautes eaux annuelles ; il y avait donc une saison du flottage dictée par le régime de la rivière, comme la menadà grande (avril à juillet) sur la Piave74 et ses affluents alimentés par la fonte des neiges cadorines ou le « petit flot » sur l’Yonne amont (novembre à mars). Néanmoins, il fallait s’affranchir d’obstacles, améliorer des écoulements indigents ou pas assez puissants pour chasser le bois vers l’aval ; divers ouvrages furent ainsi mis au point. Ils sont décrits par maints auteurs, mais encore rarement identifiés ou relevés sur le terrain et parfois même insoupçonnés75. Dans l’état actuel des connaissances ils peuvent être classés en six grandes catégories (fig. 7 ; NB : les lettres placées dans le texte renvoient aux ouvrages positionnés sur cette figure) :

  • (A) en amont, des ouvrages construits en bois, taillés dans la roche en place ou simplement ménagés dans les formations superficielles des versants, destinés à conduire le bois extrait des forêts vers les ruisseaux ou les rivières où il serait flotté : glissières, glissoires (Québec), livinali, risine, flumes… ;
  • (B) des aménagements des berges et des chenaux (épis, digues, enrochements, recoupements de sinuosités ou de méandres – appelés « allingues » dans le Morvan –, extraction d’obstacles naturels), destinés à concentrer les écoulements, à faire augmenter les vitesses et empêcher, ou du moins limiter, les embâcles ;
  • (C) des dérivations, des chenaux artificiels ou de véritables canaux latéraux, permettant d’assurer le transport du bois en évitant certains tronçons du lit naturel ou en déplaçant celui-ci ;
  • (D) des retenues à partir desquelles il était possible de lâcher des volumes d’eau (« flots », « courues », splashing…) afin de soutenir le débit naturel lorsque celui-ci ne suffisait pas à assurer le transport du bois ; elles se répartissent en deux sous-types :
    • (D1) des plans d’eau d’origine naturelle ou entièrement artificiels (stue, Teiche, presas, étangs…) disposés dans des vallons ou sur de petits affluents du cours d’eau flotté et que l’on ouvrait périodiquement pour créer des chasses qui augmentaient le débit de la rivière principale ;
    • (D2) des écluses ou des barrages qui, saisonniers ou permanents, en bois ou maçonnés (cataractae, Klausen, klavže, esclauses, splash dams, crib dams, pertuis…), étaient édifiés dans le chenal et retenaient les bois flottés en même temps qu’une partie de l’écoulement naturel ; les lâchers avaient lieu lorsqu’une quantité suffisante de bois et d’eau s’était stockée en amont de l’ouvrage ;
  • (E) des ouvrages destinés à assurer le franchissement d’obstacles naturels (verrous rocheux, chutes, étroitures) ou artificiels (chaussées de moulins ou de fabriques) : glissières, risine, pertuis… ;
  • (F) des sites de stockage du bois soit :
    • (F1) sur les rives, comme les « ports » du Morvan ;
    • (F2) dans le lit fluvial lui-même comme les cidoli du Cadore, les boom dams de l’Oregon.
  • 76 Guatelli 1991.
  • 77 Ruchet, Hahling 1985.

26L’analyse géographique combinée des techniques de transport et des ouvrages fait apparaître que l’essentiel des aménagements était dévolu au flottage à bûches perdues. Ce fait s’explique aisément : le boloyage était pratiqué sur des tronçons où les écoulements et la largeur du lit pouvaient être insuffisants, alors même que les pièces de bois y étaient jetées en vrac, favorisant les risques d’embâcles. Au contraire, le radelage et surtout le transport en train s’effectuaient sur des tronçons plus larges et plus profonds, qui plus est avec des pièces qui avaient été parfois équarries dans des scieries au cours d’une étape intermédiaire76 ; ils s’apparentaient ainsi à la navigation. De fait, les ouvrages édifiés dans ces segments aval (digues, épis, perrés) ne sont pas exclusifs au flottage et sont de même nature que ceux qui étaient destinés la batellerie. À bien des égards, les tronçons amont apparaissent ainsi comme les plus susceptibles d’avoir été les plus affectés par le flottage. Il n’en demeure pas moins que l’on n’a qu’une vue très partielle de tous les dispositifs d’aménagement, de la distribution spatiale et de la densité des ouvrages dans les bassins qui ont connu cette activité ; la multiplication des études de cas associant l’archéologie du paysage et la recherche de sources descriptives serait très instructive de ce point de vue77.

Nature, diffusion et évolution des ouvrages, une clef de détermination des perturbations

  • 78 Duhamel de Monceau 1767 ; Jägerschmid 1827‑1828
  • 79 Le Gall 1953 ; Diosono 2008.
  • 80 Izarra (de) 1993.
  • 81 Théophraste, Hist. Plant., V, 8, 2 ; Strabon, Géographie, V, 3, 7.
  • 82 Pline l’Ancien, Hist. Nat., III.
  • 83 Burnand 1971 ; Christol, Fiches 1999.
  • 84 Hafner 1977.
  • 85 Jägerschmid 1827‑1828 ; Sierra Alvarez 2006 ; Haidvogl 2008.
  • 86 Haidvogl 2008, p. 40‑41.

27La typologie que nous avons présentée ne prétend toutefois pas être exhaustive, et on ne peut pas écarter l’hypothèse qu’il a existé d’autres types d’aménagements ; il faudrait aussi affiner ce classement, notamment pour les ouvrages de retenue dont il existe une très grande variété de formes, de techniques de construction et de modes de fonctionnement qu’il est impossible d’exposer en détail ici. Mais cette esquisse conduit déjà vers des questions de plusieurs ordres. D’une part, on connaît encore assez mal l’histoire de la mise au point et de l’évolution de ces modes d’aménagement. La question n’est évidemment pas accessoire dans la mesure où leurs performances techniques, hydrauliques en particulier, sont un des premiers facteurs de contrôle de l’intensité des perturbations. Il ne semble pas qu’il existe de traité spécifique au flottage avant la fin du xviiie ou le début du xixe siècle78 et les mentions des époques antérieures sont souvent très évasives sur les édifices et les pratiques. Certes, nous possédons déjà quelques descriptions d’ouvrages antiques, les piscinae évoquées par Pline l’Ancien (Hist. Nat.), qui auraient été destinées au flottage sur le Tibre79, ainsi que sur d’autres cours d’eau méditerranéens comme l’Aliakmon ou le Pénée, en Grèce. Des cataractae, sortes d’écluses, étaient utilisées dans certains bassins pour créer des retenues80. Dans les nahr du mont Liban, des prospections récentes ont signalé des môles que l’on suspecte être des vestiges d’ouvrages pour le flottage du bois. Les auteurs antiques ou médiévaux citent le flottage81, mentionnent plus fréquemment l’existence des rates, radeaux de poutres82 et des ratiarii, compagnies de radeliers83, mais n’ont laissé aucune description des aménagements ou des modes opératoires. Les écluses, qu’elles soient maçonnées ou en bois, semblent avoir été mises au point dans l’arc alpin dès le xiiie siècle si on se fie à Hafner84. Elles y ont atteint leur plus grand degré de perfectionnement vers la fin du xviiie siècle dans un secteur qui va du Trentin à la basse Autriche85. Alors que les spécimens les plus rudimentaires consistaient en un simple rideau de planches ou de troncs placé en travers de l’écoulement, il en existe en effet dans cette région d’entièrement maçonnées, pourvues de vannes à portes en bois comme la Prescenyklause, sur la rivière Salza en Autriche, haute de 9 m, large de 48 m sur son couronnement et susceptible de générer des lâchers d’eau de 16 m3/s pendant un peu plus de trois heures86.

  • 87 Sierra Alvarez 2006.
  • 88 Lange 2004 ; Kogler 1993.

28D’autre part, la question de la diffusion des techniques et de leur adoption dans diverses régions d’Europe ou d’ailleurs se pose à peu près dans les mêmes termes et mériterait aussi de recevoir un meilleur éclairage. Comme l’a montré Sierra Alvarez87, les ingénieurs ou les spécialistes auxquels on faisait appel d’un bout à l’autre de l’Europe pour aménager la rivière ont pu jouer un rôle non négligeable dans l’adoption de certaines techniques, partant, dans la mise en place d’un certain régime de perturbation. En considérant aussi le fait qu’une approche biographique peut nous aider à dater les étapes de l’aménagement des bassins, il serait intéressant de décrypter l’origine des choix, probablement influencés par la formation ou l’itinéraire propres des concepteurs. On a ainsi quelques exemples d’ingénieurs ou d’entrepreneurs dont l’action a été déterminante dans l’aménagement des bassins, comme Simon Sautereau (1704‑1768), propriétaire terrien dans la haute vallée de l’Yonne auquel on doit la construction d’une grosse retenue d’eau destinée au flottage dans cette région en 1743, ou Josef Rosenauer (1735‑1804), ingénieur forestier au service des princes Schwarzenberg, qui conçut en Bohème un canal de près de 52 km de long, le Schwemmkanal, mis en service en 1791, permettant de transférer des eaux – et le bois qu’elles véhiculaient – du bassin de la Moldau vers celui du Danube, afin d’alimenter Vienne en combustible88.

  • 89 Gunzelmann, Dorn 2003.

29Enfin, sans écarter ce que l’on doit à d’éminents personnages, déterminer et comprendre l’origine géographique, puis la diffusion de tel ou tel type d’ouvrage implique de prendre en compte les nécessités propres au flottage, comme le type de transport qu’il fallait assurer, les caractéristiques naturelles des cours d’eau flottés ainsi que les conditions matérielles de l’aménagement. Par exemple, les écluses que nous avons évoquées plus haut ont trouvé, sous le nom de splash dam ou crib dam et sous une forme constituée d’un assemblage en bois retenant un remplissage de gravats, un vaste terrain de diffusion dans les cours d’eau montagnards nord-américains au xixe siècle ; les lâchers d’eau qu’elles permettent se prêtent bien au transport de troncs entiers et sont adaptés aux régimes d’écoulement de ces rivières. À l’opposé, l’usage d’étangs latéraux est commun au Morvan, à la Frankenwald (Franconie) et à l’Écosse, qui partagent aussi une topographie de massif ancien et la fréquence du transport de bois courts destinés au combustible – quoique ce ne fût pas exclusif en Franconie89. Le choix technique apparaît ainsi étroitement inséré dans l’environnement auquel, en retour, les ouvrages impriment leurs propres contraintes, comme nous le développerons à présent.

Les chenaux du flottage : des lits aux caractéristiques simplifiées

30L’aménagement et l’exploitation des rivières pour le flottage ont induit un ensemble d’altérations du fonctionnement des milieux préexistants. Les ouvrages que nous avons mentionnés plus haut agissaient sur le chenal (sa géométrie et son tracé) ou sur les débits qui le parcouraient (fréquence, puissances spécifiques, forces tractrices). La combinaison de ces deux facteurs déterminait le régime de perturbation auquel étaient soumis les milieux. Mesurer les conséquences environnementales du flottage implique donc de bien caractériser les ouvrages qui furent implantés dans les cours d’eau mais aussi leur mode de gestion.

  • 90 Phelps 2011.
  • 91 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

31Les retenues destinées à effectuer des lâchers d’eau ont entraîné une modification des écoulements naturels. La Prescenyklause que nous avons évoquée précédemment, avec ses éclusées de 16 m3/s que l’on pouvait répéter en moyenne tous les deux jours, ne constitue pas un exemple isolé. Dans les rivières de la chaîne côtière de l’Oregon, les déversements effectués grâce aux splash dams pourraient avoir produit des écoulements équivalents à des crues d’une fréquence centennale, voire un peu supérieure dans les têtes de bassin, quoique ces résultats soient entachés d’une forte incertitude liée au recours à la modélisation et à une relative méconnaissance des conditions dans lesquelles opéraient les flotteurs90. Dans le haut bassin de l’Yonne, nous avons aussi montré que les lâchers d’eau produisirent une augmentation de la fréquence d’événements plutôt rares à l’échelle du siècle, dont nous exposerons les effets en détail plus bas91.

  • 92 Gunzelmann, Dorn 2003.
  • 93 Benoit et al. 2004.
  • 94 Törnlund, Östlund 2002.

32Autre pratique récurrente, la rectification des tracés naturels a elle aussi affecté indirectement les conditions d’écoulement en concentrant les flux dans un chenal unique et plus rectiligne. Les corrections de ce type sont mentionnées dans le haut Rodach à partir de la fin des temps modernes92, dans le Morvan à la même époque93, mais plus récemment aussi en Suède où les travaux ont été conduits parfois avec des engins de chantier94.

  • 95 Napolitano 1998 ; Miller 2010 ; Phelps 2011 ; Ruchet, Hahling 1985.
  • 96 Miller 2010.
  • 97 Sedell, Luchessa 1982.

33Dans ces conditions, il est aisé de comprendre que les processus d’érosion et de transport des sédiments présents dans les chenaux s’en soient trouvés facilités. Bien que les études à ce sujet ne soient pas très nombreuses, elles ont pointé de façon convergente les phénomènes de purge sédimentaire en aval des barrages destinés aux éclusées95, phénomènes qui ont été favorisés par l’extraction préalable des obstacles rocheux ou de grosses particules, au pic, à la poudre ou à la dynamite selon les époques. En Oregon, maintes photographies montrent des lits récurés jusqu’à la roche en place, quelques années à peine après la mise en service des splash dams. Le passage répété de puissantes ondes d’écoulement a aussi entraîné une sorte de calibrage des lits, dont les rapports largeur/profondeur semblent spécifiques aux tronçons flottés d’après Miller96, qui admet cependant que ces conclusions demanderaient à être pleinement confirmées. Mais c’est aussi une purge organique qu’ont subie ces rivières du Nouveau Monde car, en l’absence de toute forme d’exploitation antérieure au flottage, un très volumineux stock de bois mort constituait un trait essentiel de leurs écosystèmes97.

34Mentionnons, pour achever, que ces aménagements ont eu aussi comme corollaire la disparition de la ripisylve ou des cordons végétaux présents sur les berges. L’entretien des ouvrages comme le soin apporté à l’élimination des obstacles susceptibles de produire des bois « canards » ou les « calages » de troncs (Québec) ont abouti à une ouverture du paysage du fond de vallée sans doute bien plus grande que par le passé.

  • 98 Sedell, Everest, Swanson 1982 ; Palm 2007.
  • 99 Bravard 1999.
  • 100 Napolitano 1998 ; Miller 2010. 

35Dans de nombreuses rivières aménagées pour le flottage, les écosystèmes aquatiques ont été perturbés, voire complètement bouleversés, par les ouvrages et leurs effets hydrosédimentaires. Les chercheurs nord-américains, qui se sont beaucoup intéressés aux salmonidés, ont montré que leurs populations avaient régressé ou disparu, d’une part à cause des obstacles que les barrages opposaient aux migrations, d’autre part à cause de la destruction des habitats, des frayères et des ressources alimentaires qui existaient dans les lits avant la mutation brutale qui leur fut infligée98. Le même phénomène a été observé dans le bassin de l’Yonne, où il est imputé surtout à la forte turbidité des crues artificielles99. Mais il est peu douteux que l’évolution des lits ait pu jouer aussi un rôle. Par-dessus tout, il ressort de nombreux travaux menés sur la côte ouest des États-Unis que l’effet des perturbations est durable, même un demi-siècle après la fin de l’activité et même lorsque celle-ci n’a duré que quelques décennies100 ; le milieu, par ses aspects géomorphologiques comme écologiques, est aujourd’hui fortement tributaire du legs du flottage. Le rôle de ce dernier dans les trajectoires écologiques des cours d’eau du vieux continent mérite donc à plus d’un titre d’être examiné.

La rivière métamorphosée : les effets du flottage entre le xviie et le xixe siècle dans le haut bassin de l’Yonne (Morvan)

  • 101 Guillot-Chêne 1979 ; Buridant 2006 ; Chevrier 2007 ; Langoureau 2015.

36Le flottage du bois sur l’Yonne eut une importance sans équivalent dans les autres rivières françaises. Comme l’ont montré de nombreux auteurs auxquels nous renvoyons le lecteur101, le Morvan devint à partir du xvie siècle le principal fournisseur du bois de chauffe consommé par les Parisiens, et l’Yonne en fut le meilleur moyen de transport, grâce à l’organisation économique des compagnies et à un aménagement de la voie d’eau (fig. 6). Ici, après une brève présentation de nos hypothèses et de notre méthode de travail, nous exposerons les résultats des recherches que nous avons conduites récemment dans le haut bassin de cette rivière. Ces observations tendent à montrer que le flottage y a fortement transformé les fonds de vallée, ce qui invite à une réflexion sur la vitesse du changement et sur l’état actuel de ces milieux.

Des archives au terrain : une approche rétrospective des perturbations dues au flottage

  • 102 Bravard 1999 ; Benoit et al. 2004.

37Les publications qui ont analysé les aspects historiques, techniques et économiques ou identifié les sources documentaires constituaient un préalable utile pour tenter de mesurer l’empreinte laissée par le flottage dans ce bassin, à la suite des auteurs qui avaient déjà soulevé cette question102. Elles nous ont conduits à orienter nos recherches vers le haut bassin de l’Yonne en supposant que les lâchers d’eau effectués à partir des nombreux étangs construits à cet effet avaient pu avoir des conséquences sur les lits des cours d’eau (fig. 8). Par ailleurs, en supposant que cette hypothèse s’avérât, il était plus logique de commencer par l’amont, qui exerce un effet de domination sur tout le reste du système fluvial. Ceci a conduit à engager deux démarches : un travail d’hydraulique et d’hydrologie rétrospectives puis une investigation géomorphologique et géoarchéologique des fonds de vallée.

Fig. 8 – A : le haut bassin de l’Yonne ; localisation des étangs de l’Yonne supérieure et des sites et secteurs mentionnés dans le texte (d’après Poux et al. 2011, modifié) ; B : les étangs de la haute Yonne sur un extrait de la Carte des cours d’eau de la Seine et des rivières et ruisseaux y affluens (abbé Delagrive, 1732‑1737) [source Bibl. Nat.‑Rés. Ge. CC 1381]. NB : sur la carte de Delagrive, le nord est dirigé vers le bas.

Fig. 8 – A : le haut bassin de l’Yonne ; localisation des étangs de l’Yonne supérieure et des sites et secteurs mentionnés dans le texte (d’après Poux et al. 2011, modifié) ; B : les étangs de la haute Yonne sur un extrait de la Carte des cours d’eau de la Seine et des rivières et ruisseaux y affluens (abbé Delagrive, 1732‑1737) [source Bibl. Nat.‑Rés. Ge. CC 1381]. NB : sur la carte de Delagrive, le nord est dirigé vers le bas.
  • 103 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

38La première approche avait pour objectif de connaître les conditions d’écoulement des lâchers d’eau, les « courues », afin de déterminer dans quelle mesure ils avaient pu avoir un rôle morphogène dans les chenaux qu’ils parcouraient. La pratique des éclusées ayant cessé dans les années 1920, nous avons tenté une évaluation indirecte, en exploitant des documents d’archives variés : des cartes, des statistiques ou des rapports descriptifs produits entre la fin du xviiie et le milieu du xixe siècle et décrivant les aménagements utilisés pour le flottage. Ces sources permettaient de recenser les étangs, de déterminer le volume d’eau qu’ils retenaient, de connaître le temps nécessaire à leur remplissage et la durée des éclusées, donc de reconstituer par le calcul les débits des « courues ». Les précisions relatives à la critique, à la sélection et au traitement des informations historiques ont déjà été publiées103 et nous ne les exposerons pas en détail ici.

39L’autre objectif était d’identifier l’héritage morphogénique du flottage aussi bien dans les têtes des petits bassins équipés d’étangs que dans la vallée supérieure de l’Yonne. Des prospections ont permis d’identifier et de cartographier les aménagements, de procéder à des mesures morphologiques (taille, forme, tracé des chenaux) et d’effectuer des sondages dans les remplissages alluviaux en deux sites, les Carnés et Pont-Bertrand, afin de recueillir des informations stratigraphiques et sédimentologiques.

Les « courues », des flux perturbateurs de l’écoulement naturel

40L’enquête historique a permis de recenser 48 étangs servant à des éclusées. Certains sont anciens, préexistent même au flottage et avaient probablement une fonction piscicole. Pour l’essentiel, ils sont en service au plus tard à la fin du xviiie siècle, 11 d’entre eux seulement ayant été édifiés entre 1743 et 1880. Les informations que nous avons collectées ont permis de reconstituer les débits de 25 étangs, presque tous de taille modeste : une superficie moyenne à peine supérieure à un hectare, une profondeur comprise entre 2,6 et 6,5 m, un volume moyen évalué entre 9 440 et 9 620 m3 (en comptant l’étang d’Yonne qui retenait environ 40 000 m3). Ils ferment aussi de petits bassins-versants, de 1 à 7,5 km2 (2,95 km2 en moyenne), sauf l’étang d’Yonne, alimenté par les 44 km2 de la haute vallée.

  • 104 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

41Les débits calculés s’étendent entre 0,49 m3/s et 5,48 m3/s, la moyenne s’établissant à 2 ou 2,75 m3/s selon que l’on considère les valeurs basses ou hautes liées à la prise en compte d’incertitudes dans les informations anciennes104. Ces valeurs plutôt modestes en elles-mêmes n’ont de signification hydrologique que si on les compare aux écoulements naturels à l’exutoire de ces bassins. L’extrapolation à partir des débits connus à la station de Corancy, en aval de notre secteur, recours inévitable ici car ces petits cours d’eau ne sont pas jaugés, montre alors que ces lâchers d’eau correspondent à des écoulements statistiquement rares. Les « courues » équivalaient en effet à des crues de période de retour biennale pour cinq étangs, vicennale pour seize d’entre eux ; quelques étangs produisaient des écoulements dont la période de retour est supérieure à la crue vicennale. Or, ces éclusées pouvaient être pratiquées plusieurs fois par mois pendant la saison du « petit flot » (entre le 15 novembre et le 1er février), ce qui signifie qu’un événement ayant la probabilité de se produire quelques fois par siècle dans les conditions naturelles pouvait être artificiellement répété de nombreuses fois par an à l’époque où le flottage avait cours. En revanche, ces crues artificielles ne représentaient pas des débits aussi exceptionnels en aval de l’étang d’Yonne, d’une part parce que les flots lâchés dans les différents affluents ne parvenaient pas de façon concomitante dans le drain principal, d’autre part parce que les flotteurs cherchaient, précisément, à éviter les débits trop élevés qui auraient entraîné des débordements et un échouage des bûches. Les calculs effectués montrent ainsi que le flot artificiel s’écoulant dans l’Yonne correspondait à des débits ayant la probabilité de survenir une trentaine de jours par an dans les conditions naturelles, donc à des valeurs assez ordinaires.

  • 105 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

42La capacité de perturbation du milieu peut également être appréciée si on considère la puissance spécifique de ces écoulements, c’est-à-dire l’énergie dissipée par un débit donné en une section du cours d’eau, en prenant en compte la largeur et la pente de cette section. Elle s’exprime en watt par mètre carré (W/m2). Dans les têtes de bassin, en aval des étangs, ces puissances spécifiques s’échelonnent entre 250 et 400 W/m2, des valeurs exceptionnelles pour des drains larges de 4 à 5 m à peine et qui permettaient de mobiliser des particules de 15 à 35 cm de diamètre, donc des galets et des petits blocs. Dans le secteur aval évoqué plus haut, cette puissance spécifique chute entre 30 et 70 W/m2, ne permettant plus de prendre en charge que des particules comprises entre 4 et 8 cm de diamètre105.

43En définitive, telle que nous la reconstituons, la puissance morphogénique des écoulements artificiels fut donc très inégale entre les têtes de bassin et le cours supérieur de l’Yonne. Dans les premières, l’augmentation de la fréquence d’événements de magnitude forte à exceptionnelle a produit des conditions très favorables à l’érosion et au transport solide. Or le remplissage sédimentaire des alvéoles et des vallons, surtout constitué d’arènes granitiques, n’offre pour ainsi dire aucune résistance à de tels écoulements. En aval, inversement, les crues artificielles dissipent une énergie plus faible, théoriquement insuffisante pour mettre en mouvement les particules les plus volumineuses qui arment le cailloutis des chenaux et que seules des crues naturelles peuvent remanier.

Une accélération des transferts et des stockages sédimentaires entre le xviie et le xixe siècle ?

44Ces constats ont guidé la suite de nos prospections de terrain en nous conduisant à formuler l’hypothèse que les têtes de bassin avaient pu connaître un déstockage sédimentaire sous les sites d’éclusées et que, au contraire, le tronçon aval de la haute vallée de l’Yonne avait été plus favorable à un stockage, au moins partiel, des matériaux déplacés. Nous présenterons successivement les deux secteurs.

L’incision des têtes de bassin

  • 106 Jouffroy-Bapicot 2010.

45En amont, les alvéoles ou les vallons de tête de bassin présentent généralement des fonds plans, des profils transversaux en berceau assez caractéristiques des massifs cristallins. Ils résultent du remplissage colluvial des talwegs par l’arène granitique, sont souvent des terrains humides où l’écoulement à fleur de sol n’est pas toujours très hiérarchisé, et sont parfois occupés par des tourbières106. Plusieurs prospections ont montré que ces bas-fonds sont fortement incisés par les ruisseaux immédiatement en aval des étangs utilisés pour le flottage alors qu’ils ne le sont pas en amont de ces ouvrages. Inversement, on ne relève aucune incision dans les vallons qui n’ont pas été équipés d’étangs, ni même lorsque les étangs n’étaient pas destinés à faire des lâchers d’eau, comme c’est le cas sur le versant ligérien du Morvan, dans des conditions d’altitude, de pente et de superficie des bassins-versants tout à fait comparables.

46D’autre part, les tronçons incisés en aval des étangs présentent les traits suivants : ils sont généralement profonds de 3 à 5 m, parfois plus, ont un profil en V qui évoque une forme plutôt jeune (fig. 9). On ne relève en effet pas de biseautage des rebords par le colluvionnement, processus qui n’aurait pas manqué d’opérer si la forme avait été ancienne et stabilisée. Le fond des ravins est marqué par l’affleurement fréquent du lit rocheux, parfois même encaissé dans le granite en place lorsque celui-ci est très altéré. Des marques d’équarrissage dans la roche montrent que le lit a été artificiellement abaissé ou recalibré à son passage sur les saillants de roche dure. De part et d’autre de ces ravins, se développe sur une largeur variable un niveau plan ou faiblement incliné en direction du talweg et qui est porté en position de terrasse. Si on le considère dans le profil longitudinal de la vallée, il se connecte très bien avec le fond du vallon qui subsiste en amont des étangs. Dans certains cas on repère, à la surface de ces replats latéraux, des sillons qui évoquent des chenaux mais qui sont à présent déconnectés du ruisseau incisé et de l’écoulement. Enfin, l’exutoire de plusieurs étangs, par lequel l’eau des éclusées était lâchée, est perché par rapport au pied actuel des digues et parfois même déchaussé ou déstabilisé.

Fig. 9 – Ravin encaissé en aval de l’étang des Grenouilles, haut bassin de l’Yonne (cliché N. Jacob-Rousseau).

Fig. 9 – Ravin encaissé en aval de l’étang des Grenouilles, haut bassin de l’Yonne (cliché N. Jacob-Rousseau).
  • 107 Benoit et al. 2004.
  • 108 Nougaret 2013.
  • 109 Vignon 1851, cité par Bravard 1999.
  • 110 Galia, Skarpich 2017.

47L’ensemble de ces indices incite à attribuer ces ravins encaissés aux éclusées, au moins pour une partie de leur profondeur totale, d’autant que le phénomène est mentionné dès la fin du xviiie siècle par l’abbé L. Delagrive dans le cas de la Vaucreuse107. Les archives mentionnent aussi la réparation de la digue de l’étang des Roches, effondrée au milieu du xixsiècle, ce qui là aussi s’accorde bien avec l’observation de ces exutoires perchés et affouillés à leur pied108. Enfin, les mesures de transport solide faites au xixe siècle, donnant la teneur très élevée de 9 g/l dans les ruisseaux flottés pendant les « courues »109 renforcent indirectement l’idée d’une érosion très efficace au débouché immédiat des vannes. Il est intéressant de signaler que deux auteurs tchèques110 ont récemment repéré, dans des cours d’eau des Beskides moravo-silésiennes aménagés pour le flottage, des formes d’incisions qu’ils comparent à celles que nous avons mises en évidence dans le Morvan et qu’ils attribuent eux aussi aux éclusées.

48En faisant l’hypothèse que ces ravins étaient dus au flottage, nous avons entrepris de quantifier le volume érodé qu’ils représentent. À cet effet, nous avons procédé au levé topographique de profils transversaux du fond des vallons, en aval de six étangs utilisés pour les éclusées. À partir du pied de la digue, des profils ont été régulièrement espacés vers l’aval, de façon à caractériser des tronçons homogènes du fond de vallon, en embrassant toute sa largeur, d’un pied de versant à l’autre. Nous avons également cherché à estimer le volume sédimentaire encore en place, pour y comparer celui des incisions. Faute de conditions permettant de faire des sondages, nous avons pu évaluer en trois sites l’épaisseur du remblaiement en relevant la profondeur à laquelle le substratum rocheux affleurait dans les ravins ainsi que la pente des versants au point où ils plongeaient sous le remblaiement sédimentaire. Pour chaque tronçon, les volumes ont été cubés en faisant le produit de la longueur du tronçon par les surfaces de la section en travers correspondante. Dans la mesure où l’épaisseur des sédiments a été obtenue indirectement, il subsiste une incertitude sur la volumétrie des remblaiements et les autres valeurs qui en dépendent ; les résultats que nous produisons sont donc une première approche qui demanderait à être affinée (fig. 10).

Nom de l’étang S (km²) Volume érodé (m2/m) Masse érodée (t) Vitesse d’érosion (t/km2/an) Part érodée du remblaiement alluvial (%) Date de première utilisation de l’étang
Belleperche 1,713 65,75 13 520 41 - 115 1732
La Proie 1,668 64,11 12 424 39 - 109 47,75 1732
Les Grenouilles 1,551 53,38 20 234 68 - 192 39 1732
Les Chauveaux 1,581 35,58 19 053 63 - 177 1732
Les Roches 3,746 34,75 7 029 13 - 117 29,6 1784
La Motte 7,492 34,57 8 935 6 - 17 1732

Fig. 10 – Évaluation du déstockage sédimentaire attribuable aux « courues » en aval de six étangs du haut bassin de l’Yonne ; se reporter à la fig. 8 pour la localisation des sites. NB : en première approximation, la vitesse d’érosion est encadrée par une valeur basse (incision lente, xviiie-xxe siècle) et une valeur haute (incision opérant en quelques décennies, ± 50 ans).

49On remarque que les volumes extraits sont assez importants, s’échelonnant entre 35 et 65 m3 par mètre linéaire de ruisseau. Dans les trois sites où un bilan d’érosion a été tenté, celle-ci aurait évacué entre presque 30 % et 47 % du stock sédimentaire présent avant l’incision, en admettant que celle-ci soit entièrement liée aux éclusées.

L’aggradation du plancher alluvial de l’Yonne

50Entre les sources et les environs de Château-Chinon, la haute vallée de l’Yonne forme un sillon d’axe SSE‑NNO qui collecte les écoulements de ces ruisseaux. Le fond de vallée s’ouvre assez rapidement pour former une petite plaine alluviale d’une largeur variant de quelques dizaines à quelques centaines de mètres. En de nombreux secteurs, on y observe un lit chenalisé au moyen d’enrochements latéraux, même lorsque la vallée est encore peu large, comme aux Carnés. Quelques rectifications, les « allingues », ont déconnecté d’anciens méandres ou déplacé le lit sur la marge du fond de vallée, au pied des versants, ce qui est également le cas dans la vallée du Tauron, qui conflue avec l’Yonne en aval de Château-Chinon, près de Pont-Bertrand. Ce lit contraint est parfois plaqué sur le versant rocheux qui a été équarri à cet effet. Ce dispositif assez original pourrait avoir été mis en place pour faciliter les opérations de jetage ou de tri des bûches et peut-être aussi pour préserver les herbages du fond de vallée d’un piétinement lors de ces opérations.

51Surtout, on remarque l’existence presque continue d’un bourrelet de berge assez épais et large, donnant au fond de vallée une topographie en toit ; le perchement est encore plus net dans le cas des tronçons de lit qui ont été déplacés au pied des versants. Dans certains secteurs, l’Yonne a abandonné récemment le chenal rectifié qu’elle empruntait à l’époque du flottage. On note à cette occasion le net perchement de l’ancien lit par rapport à la topographie environnante du fond de vallée.

52Ces observations, qui appuyaient sérieusement l’hypothèse d’un stockage sédimentaire dans ces tronçons, ont été complétées par une campagne de sondages qui ont permis de proposer de premières reconstitutions stratigraphiques de la nappe alluviale de l’Yonne (fig. 11).

Fig. 11 – Coupes chronostratigraphiques dans le remplissage alluvial de la vallée de l’Yonne aux Carnés et à Pont-Bertrand, d’après des sondages à la tarière et les datations au radiocarbone disponibles (DAO F. Gob).

Fig. 11 – Coupes chronostratigraphiques dans le remplissage alluvial de la vallée de l’Yonne aux Carnés et à Pont-Bertrand, d’après des sondages à la tarière et les datations au radiocarbone disponibles (DAO F. Gob).

53Dans le site des Carnés, le chenal plaqué au pied du versant rocheux par des alignements de blocs est composé d’un cailloutis assez grossier sur une profondeur d’au moins 110 cm. Le sondage a été bloqué par des éléments trop volumineux et n’a pu atteindre la base. Dans le prisme alluvial qui raccorde ce chenal perché au talweg, ces éléments grossiers disparaissent presque immédiatement du côté externe de la berge enrochée et laissent place à des sables de taille variée et des limons organisés en lits successifs, présentant une pente de dépôt marquée et s’amincissant nettement vers le talweg topographique. On relève à plusieurs reprises, surtout à la base de l’accumulation, des lits sableux ou limoneux de 1 à 3 cm d’épaisseur incorporant de nombreuses écorces, et comprenant parfois des lentilles où elles représentent plus de la moitié du volume du dépôt. Dans la plaine de Pont-Bertrand, on retrouve un dispositif assez semblable mais qui se développe symétriquement de part et d’autre du lit de l’Yonne. Celui-ci, calibré entre 8 et 10 m de largeur par des enrochements latéraux sur un long tronçon, est aussi constitué d’une nappe de blocs et de galets. Les sondages faits en transect dans le bourrelet de berge et la plaine jusqu’au pied du versant montrent que le remplissage est majoritairement limoneux sur une épaisseur variant entre 2 et 3 m. Les lits sous-jacents, d’épaisseur actuellement inconnue, sont composés des graviers et de petits galets sur lesquels les sondages à la tarière ont bloqué. Les passées riches en écorces triturées sont assez fréquentes dans la partie inférieure du remplissage. Elles ont permis, avec d’autres restes organiques, de jalonner la stratigraphie par quelques datations au radiocarbone. Celles-ci donnent un âge médiéval (900‑1020 cal AD) à la base de la sédimentation, au pied du versant de rive gauche, et un âge moderne à un lit d’écorce (1493‑1661 cal AD) qui pourrait assez bien correspondre à l’époque où débuta le flottage (milieu xvie siècle). Les deux autres dates que nous avons obtenues sur des écorces, l’une dans ce site, l’autre aux Carnés, donnent des âges compris entre 1685‑1735 ou 1805‑1950 cal AD. Leur précision est mauvaise et ne permet aucun jalonnement de l’épaisseur du dépôt, ce qui tient à l’inefficacité de la datation au radiocarbone pour la matière organique plus récente que le xviie siècle. Cependant, ces deux valeurs confortent l’hypothèse d’un dépôt contemporain du flottage et, plus précisément, de la période où il a atteint son intensité maximale (xviiiexixe siècles).

54En somme, ces résultats tendraient à confirmer le schéma d’évolution esquissé à partir des observations morphologiques. La plaine alluviale de l’Yonne semble ainsi avoir connu une aggradation liée à des transferts sédimentaires provenant des têtes de bassin. En outre, la structure originale de la sédimentation, marquée par un chenal caillouteux enserré par des alluvions fines, laisse penser que l’aménagement a fortement contrôlé les processus de dépôt. Les particules les plus grossières ont pu en effet être cantonnées dans le chenal par les enrochements latéraux qui, de toute évidence, ont été eux-mêmes rehaussés à mesure que le plancher alluvial s’élevait. En l’absence de déplacements latéraux du lit, seule la fraction fine des apports, entraînée par les eaux de débordement, pouvait se déposer dans la plaine alluviale.

Discussion : un modèle de trajectoires à confirmer et un problème de vitesse de la morphogenèse

55Compte tenu des informations dont nous disposons à présent, il est possible de proposer un modèle d’évolution des fonds de vallée du bassin amont de l’Yonne (fig. 12). On peut supposer que jusqu’au xvie siècle les vallons ont conservé leur profil en berceau et que les écoulements ont pu rester relativement diffus jusqu’assez loin en aval, sauf s’il a existé des travaux de drainage agricole des prairies humides (fig. 12A). Les étangs existant alors avaient une fonction piscicole et ne généraient donc qu’une faible perturbation des conditions naturelles d’écoulement. À partir des premières éclusées, l’incision du remblaiement sédimentaire a induit de nouvelles conditions hydrologiques en aval des étangs : l’écoulement est désormais concentré et le caractère hydromorphe du fond alluvial a disparu, puisque le niveau piézométrique de la nappe du vallon a été abaissé par l’enfoncement du chenal. Depuis l’arrêt des opérations de flottage, l’amont de ces vallons évolue par un lent comblement des étangs qui sont encore en eau ou par la recolonisation végétale de ceux qui ont été vidangés par l’effondrement de leur digue. En aval de ces sites, l’affleurement de la roche en place bloque l’évolution verticale des ravins mais leurs flancs sont périodiquement déstabilisés par le poids des arbres qui les ont colonisés. Dans la vallée de l’Yonne (fig. 12B), on peut avancer l’hypothèse que, avant le xvie siècle, la rivière avait un lit sinueux marqué par la migration de petits méandres, ceux-là mêmes qui, à partir des xviie et xviiie siècles, ont été recoupés par les « allingues » des flotteurs ou tout simplement oblitérés par la sédimentation devenue abondante dans la plaine. Bien que l’on note aujourd’hui une petite reprise de l’érosion latérale, le tracé de l’Yonne reste majoritairement contrôlé par les enrochements dont les blocs dépassent la compétence des écoulements ordinaires. Toutefois, une légère incision verticale opère, ce qui est fort logique si on considère que les apports sédimentaires venant de l’amont sont désormais taris. Ainsi, d’après nos premières observations, qui demanderaient encore à être pleinement confirmées, l’Yonne peine à remanier l’héritage morphogénique du flottage. Dans le cas des têtes de vallon, où les lits sont profondément incisés dans le remblaiement colluvial postglaciaire, on a même une situation irréversible, très différente des alvéoles qui n’ont pas été aménagés pour le transport du bois. C’est là une rivière nouvelle, originale par rapport aux cours d’eau qui, issus du même massif mais s’écoulant sur son versant ligérien, ont été épargnés par l’intense activité du flottage.

Fig. 12 – Modèle d’évolution morphogénique du fond de vallée de l’Yonne entre le xvie et le xxie siècle ; A : têtes de bassin et alvéoles granitiques ; B : cours supérieur de l’Yonne (DAO N. Jacob-Rousseau).

Fig. 12 – Modèle d’évolution morphogénique du fond de vallée de l’Yonne entre le xvie et le xxie siècle ; A : têtes de bassin et alvéoles granitiques ; B : cours supérieur de l’Yonne (DAO N. Jacob-Rousseau).
  • 111 Jouffroy-Bapicot et al. 2013.

56Il convient aussi de replacer ces dynamiques dans le cadre de l’évolution morphogénique des vallées morvandelles sur la longue durée. Les têtes de bassin, qui sont à l’heure actuelle les secteurs les mieux connus grâce aux travaux palynologiques111, apparaissent comme des milieux assez stables du point de vue géomorphologique au cours des quatre derniers millénaires. Les tourbières et marais des alvéoles enregistrent certes des changements du paysage végétal ou le signal de l’activité minière – les filons métallifères du Morvan ayant été précocement exploités – mais ils ont suivi une trajectoire essentiellement marquée par le comblement organique et détritique. Si la vitesse d’accumulation a pu varier au cours du temps – comme dans la tourbière du Port‑des-Lamberts où, sur 2 m d’épaisseur, elle oscille entre 0,3 et 0,45 mm par an entre 4000 et 1000 cal BP pour passer ensuite à 0,8 mm par an au cours du dernier millénaire –, aucun événement ne semble avoir inversé ce processus ou déstabilisé les milieux. Or l’étang de Belleperche (fig. 8) situé en aval immédiat de cette tourbière, paraît être responsable d’une incision supérieure à quatre mètres dans le fond de vallon. Si, à partir des premiers résultats morphologiques et volumétriques que nous avons obtenus dans d’autres sites (fig. 10 et plus haut, « L’incision des têtes de bassin »), on admet que les éclusées ont pu expulser entre un tiers et la moitié du remblaiement de certains vallons, le flottage pourrait bien avoir représenté une perturbation d’une magnitude sans équivalent à l’échelle de l’Holocène récent et induit une bifurcation morphodynamique radicale.

  • 112 Rézé 2002.
  • 113 Rézé 2002.
  • 114 Delile et al. 2016 ; Schmitt et al. 2016.

57En dernier ressort, la question est de pouvoir déterminer à quelle vitesse cette évolution a opéré à partir de la mise en service des étangs. Dans l’état actuel d’une enquête qui devrait bientôt s’enrichir des travaux de D. Langoureau (thèse en cours), les témoignages directs sont assez rares (voir plus haut « L’incision des têtes de bassin »). L’abbé L. Delagrive112 indique néanmoins sur sa carte (1732‑1737) que « le canal des Goutes, nommé ensuite […] les Vaux creuses, lequel n’avait d’abord que 3 à 4 piés [1 à 1,30 m] de large et 2 [0,65 m] de profondeur, est aujourd’hui par la rapidité de l’eau et du flot qui enlèvent les terres, un précipice dangereux qui a en quelques endroits 50 piés [16 m] de profondeur ». Or, les travaux d’aménagement de ce chenal qui détourne des eaux du bassin de la Loire pour le flottage dans celui de l’Yonne, débutèrent en 1628. D’autre part, les visites faites par F.‑J. de Cellier entre 1784 et 1789 dans des étangs du haut bassin signalent à plusieurs reprises que des bondes (exutoires de l’étang) ou des chaussées étaient fragilisées, y compris pour des ouvrages récents113. Ces quelques éléments n’interdisent pas de penser que l’incision a pu être assez rapide et opérer en quelques décennies, ce que ne contrediraient pas des travaux récents menés sur les effets des déversoirs d’eaux pluviales dans certains tronçons du bassin de l’Yzeron, sur le plateau lyonnais, où les conditions géomorphologiques sont assez semblables114, pas plus que les observations directes faites au début du xxe siècle en Oregon, qui ont signalé un récurage des chenaux consécutif à quelques crues artificielles. La perturbation liée au flottage pourrait donc fort bien s’être traduite par un ajustement morphodynamique relativement bref.

Conclusion

58La forte empreinte laissée par le flottage contemporain dans les bassins de l’Ouest américain ou de la Scandinavie est, somme toute, peu surprenante si on considère les moyens mis en œuvre et l’échelle spatiale à laquelle on a opéré. La perturbation des écosystèmes fut d’autant plus frappante qu’ils n’avaient connu jusqu’alors qu’une discrète anthropisation. Pourtant, l’exemple du bassin de l’Yonne montre que les aménagements destinés au transport du bois, bien qu’ils fussent de dimensions modestes et de conception technique assez simple, ont pu entraîner, bien avant l’époque industrielle, des changements environnementaux et paysagers fort importants dans les fonds de vallée. À ce titre, la comparaison des volumes de bois flottés sur l’Yonne avec ceux qui ont transité sur la Videlälven est éclairante, les deux bassins ayant sensiblement la même superficie. Dans les hauts bassins du Morvan, un point de non-retour pourrait avoir été franchi à la fin du xviiie siècle, à partir du moment où presque tous les vallons ont été équipés d’étangs destinés aux éclusées.

59Il y a donc une vaste investigation à mener sur ce sujet dans les nombreux bassins de l’ancien monde où cette activité fut un temps florissante. Comme nous avons tenté de l’illustrer, seule une approche pluridisciplinaire permettra de bien cerner les perturbations induites par le flottage et leurs conséquences environnementales. Des sciences comme l’archéologie, l’épigraphie, l’histoire, la géographie, la géomorphologie et l’hydrologie ou encore l’ichtyologie sont concernées au premier plan. En outre, les différents travaux menés sur l’Yonne depuis près de quinze ans invitent aussi à considérer l’époque moderne et le début de l’époque contemporaine comme une séquence temporelle privilégiée pour ce type d’étude, en somme une période-laboratoire. À plusieurs égards elle favorise en effet l’entreprise pluridisciplinaire : aux sources écrites nombreuses et d’accès relativement aisé font écho maints vestiges encore identifiables sur le terrain, ce qui ne serait pas nécessairement le cas pour des époques plus reculées.

  • 115 Jacob-Rousseau 2015.

60Assurément, une telle entreprise contribuera utilement à la connaissance des écosystèmes actuels, car elle aidera à évaluer leur état en regard de la trajectoire qu’ils ont suivie depuis quelques siècles et à définir, si besoin était, des mesures de gestion adaptées. Mais il nous paraît tout aussi intéressant de souligner que l’étude du flottage du « passé récent », cette période comprise entre le xviie et le début du xixe siècle – la mieux documentée, mais techniquement peu différente des époques plus anciennes – pourrait constituer un cadre interprétatif et permettre d’engager une démarche « actualiste » en direction d’un passé plus ancien, comme l’un de nous l’a proposé au sujet des prélèvements d’eau115. La puissance de l’accumulation sédimentaire moderne dans la vallée de l’Yonne invite à ne pas négliger cette piste mais aussi, dans les bassins où un flottage intense aura pu opérer jadis, à envisager un réexamen des stratigraphies et, peut-être, à réévaluer certaines causalités morphogéniques ainsi que le poids respectif des contrôles anthropique ou climatique dans certaines crises d’alluvionnement historiques.

Bibliographie

Auteurs anciens

Denys d’Halicarnasse, Les Antiquités Romaines, Livres I et II (Les origines de Rome), trad. et comm. V. Fromentin, J. Schnäbele, Les Belles Lettres, Paris, 1990.

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, éd. et trad. du latin par S. Schmitt, Bibliothèque de la Pléiade 593, Gallimard, Paris, 2013.

Strabon, Géographie, tome III, livre V, texte établi et traduit par F. Lassere, CUF, Série grecque 178, Les Belles Lettres, Paris, 1967.

Théophraste, Recherches sur les phénomènes végétaux [Historia Plantarum], texte établi et traduit par S. Amigues, Les Belles Lettres, Paris, 1988.

Auteurs contemporains

Agnoletti M. 2001, « Il bosco in età veneziana », in G. Caniato, M. Zanetti, F. Vallesani, A. Boldesan (dir.), Il Piave, Vérone, p. 259‑272.

Ammann H. 1948, Holzflößerei, Bonn.

Armani G. 2004, « Exploitation et transport de bois sur la rivière Cayapas en Équateur », in A. Corvol A. (dir.), Forêt et transports traditionnels, Cahier d’études Forêt, environnement et société xvie-xxe siècle 14, Paris, p. 40‑45.

Benoit P., Berthier K., Boët P., Reze Ch. 2004, « Les aménagements hydrauliques liés au flottage du bois, leur impact sur le milieu fluvial (xvie-xviiie siècles) », in J. Burnouf, P. Leveau (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture, Paris, p. 311‑320.

Bonhote J. 1998, Forges et forêts dans les Pyrénées ariégeoises, Aspet.

Borger-Keweloh N., Keweloh H.-W. 1991, Flößerei im Weserraum. Leben und Arbeiten in einem alten Gewerbe, Brême.

Braunstein P. 1988, « De la montagne à Venise : les réseaux du bois au xve siècle », Moyen Âge, Temps modernes. Mélanges de l’École française de Rome 100(2), p. 761‑799.

Bravard J.-P. 1999, « Le flottage du bois et le changement de paysage fluvial des montagnes françaises », Médiévales 36, p. 53‑61.

Brelot C.-I., Locatelli R., Debard J.-M., Association comtoise des arts et traditions populaires, Institut universitaire des arts et traditions populaires de l’université de Franche-Comté et Centre régional de documentation pédagogique de Besançon (dir.) 1981, Un millénaire d’exploitation du sel en Franche-Comté : contribution à l’archéologie industrielle des salines de Salins (Jura), Besançon.

Buridant J. 2004, « Transport des bois et logiques spatiales au xviiie siècle », in A. Corvol (dir.), Forêt et transports traditionnels, Cahier d’études Forêt, environnement et société xvie-xxe siècle 14, Paris, p. 95‑102.

Buridant J. 2006, « Flottage des bois et gestion forestière : l’exemple du Bassin parisien du xvie au xixe siècle », Revue forestière française 58(4), p. 389‑398.

Burnand Y. 1971, « Un aspect de la géographie des transports dans la Narbonnaise rhodanienne : les nautes de l’Ardèche et de l’Ouvèze », Revue archéologique de Narbonnaise 4, p. 149‑158.

Buti G. 2002, « Des forêts pour un arsenal méditerranéen : Toulon au xviiie siècle », Revue forestière française 23(1), p. 53‑64.

Caniato G. (dir.) 1993, La via del Fiume dalle Dolomiti a Venezia, Vérone.

Chevrier H. 2007, Histoire du flottage du bois sur la Cure : des forêts du Morvan à la ville de Paris : l’approvisionnement en bois de chauffage, Auxerre.

Chimits P. 1975, « L’exploitation des forêts pyrénéennes par flottage », Revue forestière française 27(1), p. 61‑68.

Christol M., Fiches J.-L. 1999, « Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité », Gallia 56, p. 141‑155.

Corvol A. 1997, « Flottage et pollution : la guerre de Troyes, milieu xviie siècle - milieu xixe siècle », Histoire, économie et société 16(3), p. 395‑417.

Corvol A., (dir) 2004, Forêt et transports traditionnels, Cahier d’études Forêt, environnement et société xvie-xxe siècle 14, Paris.

Delile H., Mazzini I., Blichert-Toft J., Goiran J.-Ph., Arnaud-Godet F., Salomon F., Albarede F. 2014, « Geochemical investigation of a sediment core from the Trajan basin at Portus, the harbor of ancient Rome », Quaternary Science Reviews 87C, p. 34‑45.

Delile H., Schmitt L., Jacob-Rousseau N., Grospretre L., Privolt G., Preusser F. 2016, « Headwater valley response to climate and land use changes during the Little Ice Age in the Massif Central (Yzeron basin, France) », Geomorphology 257, p. 179-197.

Diosono F. 2008, « Il commercio del legname sul fiume Tevere », in F. Coarelli, H. Patterson (dir.), Mercator Placidissimus. The Tiber Valley in Antiquity. New research in the upper and middle river valley, Rome, p. 251‑283.

Duhamel De Monceau H. L. 1767, Du transport, de la conservation et de la force des bois, L. F. Delatour, Paris.

Dupont J. 1995, Le flottage des bois du Morvan pour l’approvisionnement de Paris, publié dans Annales des pays nivernais 79.

François A. L. 2016, Le barrage de Lestelle-de-Saint-Martory. Identification et datation d’un aménagement fluvial transversal sur le cours supérieur de la Garonne, étude et comparaison des structures de la zone flottable (Haute-Garonne, Midi-Pyrénées), mémoire de master d’archéologie des périodes historiques, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (inédit).

Fruhauf C. 1980, Forêt et société. De la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous l’Ancien Régime (vers 1670-1791), Toulouse.

Galia T., Skarpich V. 2017, « Morfologická odezva bystřinných koryt na dlouhodobé zásahy člověka v horských povodı́ch na přı́kladu Moravskoslezských Beskyd (Česko) », Geografie 122(2), p. 213-235.


Galloway J. A., Keene D., Murphy M. 1996, « Fuelling the city : production and distribution of firewood and fuel in London’s region, 1290‑1400 », The Economic History Review, New Series 49(3), p. 447‑472.

Galop D. 1998, La forêt, l’homme et le troupeau dans les Pyrénées. 6 000 ans d’histoire de l’environnement entre Garonne et Méditerranée, thèse de doctorat d’écologie, université de Toulouse II Le Mirail (inédit).

Gibert A. 1933, « Note au sujet de l’ancien flottage sur le Doubs », Revue de géographie alpine 21(2), p. 433‑446.

Gil Olcina A. 2006, « Importancia y desaparición de un uso tradicional del agua : la flotación de maderas », Ería 69, p. 57‑74.

Grassias I., Markarian P., Petrequin P., Weller O. 2006, De pierre et de sel. Les salines de Salins-les-Bains, Salins-les-Bains.

Guatelli O. 1991, Raon-l’Étape. Le flottage du bois et les « oualous » (1830‑1899), Raon-l’Étape.

Guillerme A. 1983, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin iiie-début xixe siècle, Collection Milieux 8, Seyssel.

Guillot-Chene G. 1979, Le flottage en Morvan : du bois pour Paris, Paris.

Gunzelmann Th., Dorn Chr. 2003, « Die Kulturlandschaft der Flößerei im Frankenwald – ein komplexes System und seine Relikte », in Heimatkundliche Jahrbücher und Sonderveröffentlichungen des Landkreises Kronach, Kronach, p. 83‑161.

Hafner F. 1977, « Bau und Verwendung von Triftklausen in Osterreich vom 13. Jahrhundert bis zur Auflassung der Trift im 20. Jahrhundert », in Blätter Technikgeschichte, vol. 39‑40, Vienne (Autriche), p. 47‑64.

Haidvogl G. 2008, Von der Flusslandschaft zum Fließgewässer. Die Entwicklung ausgewählter österreichischer Flüsse im 19. und 20. Jahrhundert mit besonderer Berücksichtigung der Kolonisierung des Überflutungsraums, thèse, université de Vienne (Autriche) [inédit].

Hannestad L. 2007, « Timber as a trade resource of the Black sea », in V. Gabrielsen, J. Lund (dir.), The Black Sea in Antiquity, regional and interregional economic exchanges, Aarhus, p. 85‑99.

Harald T. 1994, « The influence of mining on woods and forestry in the saxon Erzgebirge up to the beginning of the 19th Century », GeoJournal 32(2), p. 103‑125.

Harris W. V. 2011, « Bois et déboisement dans la Méditerranée antique », Annales. Histoire, Sciences Sociales 66(1), p. 105‑140.

Helfield J. A., Capon S. J., Nilsson C., Jansson R., Palm D. 2007, « Restoration of river used for timber floating : effects on riparian plant diversity », Ecological Applications 17(3), p. 840-851.

Henrottay J. 1973, « La sédimentation de quelques rivières belges au cours des sept derniers siècles », Bulletin de la Société Géographique de Liège 9, p. 101‑115.

Houbrechts G., Levecq Y., Vanderheyden V., Petit F. 2011, « Long-term bedload mobility in gravel-bed rivers using iron slag as a tracer », Geomorphology 126 (1), p. 233‑244.

Izarra F. (de) 1993, Hommes et fleuves en Gaule romaine, Paris.

Jacob-Rousseau N. 2015, « Water diversions, environmental impacts and social conflicts : the contribution of quantitative archives to the history of hydraulics. French cases (19th century) », Water History 7(1), p. 101‑129.

Jägerschmid K. F. V. 1827‑1828, Handbuch für Holztransport und Flosswessen, Impr. C. F. Muller, Karlsruhe.

Jouffroy-Bapicot I. 2010, Évolution de la végétation du massif du Morvan (Bourgogne – France) depuis la dernière glaciation à partir de l’analyse pollinique. Variations climatiques et impacts des activités anthropiques, thèse de doctorat en archéologie, territoire, environnement, université de Franche-Comté (inédit).

Jouffroy-Bapicot I., Vanniere B., Gauthier É., Richard H., Monna F., Petit C. 2013, « 7000 years of vegetation history and land-use changes in the Morvan Mountains (France) : a regional synthesis », The Holocene 23(2), p. 1888‑1902.

Kim E., Barles S. 2012, « The energy consumption of Paris and its supply areas from the eighteenth century to the present », Regional Environmental Change 12, p. 295‑310.

Kogler W. 1993, Der Schwarzenbergische Schwemmkanal, Vienne (Autriche).

Lacrocq L. 1933, « Le flottage des bois sur la Vienne, le Taurion et leurs affluents », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin 74, p. 1‑35.

Lafleur N. 1970, La drave en Mauricie, Trois-Rivières.

Lange F. 2004, Von Böhmen nach Wien. Der Schwarzenbergische Schwemmkanal, Erfurt.

Langoureau D. 2015, Flottage et flotteurs sur l’Yonne, xviiie siècle-1923, Les cahiers d’Adiamos 89 n° 12, Auxerre.

Laurin J. 1984, Impacts de la coupe et du flottage du bois sur une partie du bassin versant de la rivière Malbaie, comté de Charlevoix, mémoire de maîtrise ès sciences (géographie), université du Québec-INRS (inédit).

Le Gall J. 1953, Le Tibre. Fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris.

Linder E. 1986, « The Khorsabad wall relief : a Mediterranean Seascape or River Transport of Timbers ? », Journal of the American Oriental Society 106(2), p. 273-281.

Lombard M. 1959, « Un problème cartographié : le bois dans la Méditerranée musulmane (viie-xie siècles) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations 14/2, p. 234‑254.

Macklin M. G., Klimek K. 1992, « Dispersal storage and transformation of metal-contaminated alluvium in the upper Vistula basin », Applied Geography 12(1), p. 7‑30.

Makkonen O. 1969, Ancient forestry. An historical study. Part II, The procurement and trade of forest products, publié dans Acta Forestalia Fennica 95, Helsinki.

Meiggs R. 1982, Trees and Timber in the Ancient Mediterranean World, Oxford.

Miller R. 2010, Is the past present ? Historical Splash-Dam Mapping and Stream Disturbance Detection in the Oregon Coastal Province, mémoire de master de sciences, Oregon State University (inédit).

Mulliez D. 1982, « Notes sur le transport du bois », Bulletin de correspondance hellénique 106(1), p. 107‑118.

Napolitano M. B. 1998, « Persistence of Historical Logging Impacts on Channel Form in Mainstem North Fork Caspar Creek », in R. R. Ziemer (coord.), Proceedings of the Conference on Coastal Watersheds : the Caspar Creek Story. 6 May 1998, Ukiah, CA. General Technical Report PSW GTR-168, Albany (CA), p. 97-101.

Nougaret P.-A. 2013, Analyse des effets géomorphologiques générés par l’activité de flottage du bois (xvie-xixe siècles) sur les cours d’eau du haut bassin versant de l’Yonne, mémoire de master de géographie, université Lumière Lyon 2 (inédit).

Palm D. 2007, Restoration of Streams Used for Timber Floating: Egg to Fry Survival, Fry Displacement, Over-Wintering and Population Density of Juvenile Brown Trout (Salmo trutta L.), thèse en sciences de la forêt, Swedish University of Agricultural Sciences, Umea (inédit).

Perco D. (dir.) 1988, La fluitazione del legname lungo il Piave, Feltre.

Phelps J. D. 2011, The Geomorphic Legacy of Splash Dams in the Southern Oregon Coast Range, mémoire de master de science (géographie), Oregon State University (inédit).

Piqueras Haba J., Sanchis Deusa C. 2001, « El transporte fluvial de madera en España. Geografía histórica », Cuadernos de Geografía 69‑70, p. 127‑162.

Poux A.-S., Gob F., Jacob-Rousseau N. 2011, « Reconstitution des débits des crues artificielles destinées au flottage du bois dans le massif du Morvan (centre de la France, xvie-xixe siècle) d’après les documents d’archive et la géomorphologie de terrain », Géomorphologie : Relief, processus, environnement 17(2), p. 143‑156.

Quezel P., Medail F., 2003, Écologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Paris.

Reze Ch. 2002, Les aménagements du réseau hydrographique du Morvan pour le flottage du bois, mémoire de maîtrise d’archéologie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2 vol (inédit).

Robert L. 1978, « Documents d’Asie Mineure », Bulletin de correspondance hellénique 102(1), p. 395‑543.

Rochel X. 2004, « Gestion forestière et paysages dans les Vosges d’après les registres de martelages du xviiie siècle. Essai de biogéographie historique », thèse de géographie, université de Nancy 2 (inédit).

Ruchet D., Hahling A. 1985, Au temps du flottage des bois sur l’Eau-Froide (Vd). Le barrage-écluse historique de la Joux-Verte, Aigle.

Sanchez-Palencia F.-J., Fernandez Posse M. D., Orejas A., Sastre I., Ruiz del Árbol M. 2006, « Roman gold mines of the northwestern Hispania », in A. Morillo, J. Aurrecoechea (dir.), The Roman Army in Hispania, León.

Schmitt L., Grospretre L., Breil P., Namour P., Lafont M., Delile H., Eschbach D., Jacob-Rousseau N., Cournoyer B. 2016, « L’hydromorphologie, une dimension-clé pour l’étude interdisciplinaire des petits hydrosystèmes périurbains (bassin de l’Yzeron, France) », Bulletin de la Société Géographique de Liège 61, p. 161‑179.

Sedell J. R., Everest F. H., Swanson F. J. 1982, « Fish habitat and streamside management : past and present », in Proceedings of the Society of American Foresters Annual Meeting, September 27‑30, 1981, Bethesda (Maryland), p. 244‑255.

Sedell J. R., Leone F. N., Duval W. S. 1991, « Water transportation and storage of logs », in W. R. Meehan (éd.), Influences of forest and rangeland management on salmonid fishes and their habitats, publié dans American Fisheries Society. Special Publication 19, p. 325‑368.

Sedell J. R., Luchessa K. J. 1982, « Using the historical record as an aid to salmonid habitat enhancement », in N. B. Armantrout (éd.), Acquisition and Utilization of Aquatic Habitat Inventory Information. Proceedings of a symposium held 28‑30 October 1981, Portland, Oregon, Portland, p. 210‑223.

Sierra Alvarez J. 2006, « De Idria a Cantabria : Arqueología de dos presas para flotación de maderas en la cabecera del río Miera a finales del siglo XVIII », Ería 70, p. 191‑209.

SNNR (Scotland’s National Nature Reserves), s.d., The story of Abernethy-Dell Woods national nature reserve, Inverness.

Törnlund E. 2006, « “Damned waterfall, now your days are numbered”. On timber floating, masculinity and nature in Northern Sweden », in F. Björk, P. Eliasson, B. Fritzboger (éd.), Miljöhistoria over gränser. Skrifter med Historiska perspektiv, vol. 3, Malmö.

Törnlund E., Östlund L. 2002, « Floating timber in northern Sweden : the construction of floatways and transformation of rivers », Environment and History 8, p. 85‑106.

Törnlund E., Östlund L. 2006, « Mobility without wheels. The economy and ecology of timber floating in Sweden, 1850-1980 », The Journal of transport history 27(1), p. 48‑70.

Tresaco Calvo J. 1968, « Flotaciones de traviesas por ríos de Andalucía », Montes 141, p. 261‑267.

Vignon M. 1851, « Études statistiques sur la navigation de la rivière Yonne », Annales des Ponts et Chaussées 20(1), p. 334‑385.

Woronoff D. (dir.) 1990, Forges et forêts. Recherches sur la consommation proto-industrielle de bois, Paris.

Notes

1 Armani 2004.

2 Guillot-Chêne 1979 ; Chevrier 2007 ; Gunzelmann, Dorn 2003 ; Lange 2004, Langoureau 2015.

3 Fruhauf 1980 ; Galop 1998 ; Bonhôte 1998. 

4 Corvol 2004.

5 Langoureau D., « Flottage et flotteurs dans le Nord-Est de la France (xviiie siècle‑1923) [Yonne, Cure, Meurthe, Ouche, Doubs, Loue] », université de Bourgogne, dir. J. Vigreux et F. Jarrige (histoire contemporaine) ; François A. L., « Le transport fluvial et ses aménagements sur le cours supérieur de la Garonne et sur l’Adour depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle », université Paris I, dir. A. Nissen (archéologie) ; Colin G., « Le géohéritage du flottage du bois dans le Morvan », université Lumière-Lyon 2, dir. M. Rasse et N. Jacob-Rousseau (géographie).

6 Rochel 2004, p. 81.

7 Woronoff 1990 ; Buridant 2006 ; Sierra Alvarez 2006 ; Ammann 1948.

8 Lafleur 1970 ; Törnlund 2006.

9 Törnlund, Östlund 2002 ; Helfield et al. 2007.

10 Miller 2010.

11 Sedell, Leone, Duval 1991 ; Palm 2007.

12 Bravard 1999.

13 Benoit et al. 2004 ; Törnlund, Östlund 2002.

14 Benoit et al. 2004 ; Langoureau 2015. 

15 Bravard 1999.

16 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

17 Lange 2004 ; Harald 1994 ; SNNR sd.

18 Delile et al. 2014.

19 Henrottay 1973 ; Macklin, Klimek 1992 ; Houbrechts et al. 2011.

20 Sanchez-Palencia et al. 2006.

21 Makkonen 1969, p. 27.

22 Linder 1986.

23 Mulliez 1982.

24 Le Gall 1953 ; Diosono 2008.

25 Lombard 1959.

26 Braunstein 1988 ; Agnoletti 2001.

27 Galloway, Keene, Murphy 1996.

28 Brelot et al. 1981 ; Ruchet, Hahling 1985.

29 Buti 2002.

30 Lange 2004 ; Borger-Keweloh, Keweloh 1991.

31 Kim, Barles 2012.

32 Gil Olcina 2006.

33 Tresaco Calvo 1968 ; Piqueras Haba, Sanchis Deusa 2001.

34 Lafleur 1970 ; Törnlund, Östlund 2002.

35 Lombard 1959.

36 Meiggs 1982.

37 Harris 2011.

38 Hannestad 2007.

39 Robert 1978, p. 428.

40 Buti 2002.

41 Braunstein 1988.

42 Grassias et al. 2006.

43 Robert 1978, p. 427 et 428.

44 Lombard 1959.

45 Braunstein 1988 ; Buridant 2004 ; 2006.

46 Langoureau 2015.

47 Braunstein 1988.

48 Perco 1988 ; Caniato 1993.

49 Fruhauf 1980 ; Buridant 2006.

50 Fruhauf 1980.

51 Buridant 2004 ; 2006.

52 Quézel, Médail 2003, p. 375.

53 Harris 2011.

54 Mulliez 1982.

55 Lafleur 1970, p. 38, 67 et Törnlund, Östlund 2006.

56 Lacrocq 1933.

57 Bravard 1999.

58 Caniato 1993.

59 Gibert 1933.

60 Rochel 2004, p. 85‑87.

61 Rézé 2002.

62 Lombard 1959.

63 Miller 2010.

64 Corvol 1997.

65 Buti 2002.

66 Braunstein 1988.

67 Guillerme 1983.

68 Sedell, Leone, Duval 1991.

69 Laurin 1984.

70 Bravard 1999.

71 Langoureau 2015.

72 Chimits 1975.

73 Bravard 1999.

74 Perco 1988.

75 Gibert 1933 ; Rézé 2002 ; Sierra Alvarez 2006 ; Gunzelmann, Dorn 2003 ; Törnlund, Östlund 2002 ; Diosono 2008 ; Miller 2010 ; François 2016.

76 Guatelli 1991.

77 Ruchet, Hahling 1985.

78 Duhamel de Monceau 1767 ; Jägerschmid 1827‑1828

79 Le Gall 1953 ; Diosono 2008.

80 Izarra (de) 1993.

81 Théophraste, Hist. Plant., V, 8, 2 ; Strabon, Géographie, V, 3, 7.

82 Pline l’Ancien, Hist. Nat., III.

83 Burnand 1971 ; Christol, Fiches 1999.

84 Hafner 1977.

85 Jägerschmid 1827‑1828 ; Sierra Alvarez 2006 ; Haidvogl 2008.

86 Haidvogl 2008, p. 40‑41.

87 Sierra Alvarez 2006.

88 Lange 2004 ; Kogler 1993.

89 Gunzelmann, Dorn 2003.

90 Phelps 2011.

91 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

92 Gunzelmann, Dorn 2003.

93 Benoit et al. 2004.

94 Törnlund, Östlund 2002.

95 Napolitano 1998 ; Miller 2010 ; Phelps 2011 ; Ruchet, Hahling 1985.

96 Miller 2010.

97 Sedell, Luchessa 1982.

98 Sedell, Everest, Swanson 1982 ; Palm 2007.

99 Bravard 1999.

100 Napolitano 1998 ; Miller 2010. 

101 Guillot-Chêne 1979 ; Buridant 2006 ; Chevrier 2007 ; Langoureau 2015.

102 Bravard 1999 ; Benoit et al. 2004.

103 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

104 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

105 Poux, Gob, Jacob-Rousseau 2011.

106 Jouffroy-Bapicot 2010.

107 Benoit et al. 2004.

108 Nougaret 2013.

109 Vignon 1851, cité par Bravard 1999.

110 Galia, Skarpich 2017.

111 Jouffroy-Bapicot et al. 2013.

112 Rézé 2002.

113 Rézé 2002.

114 Delile et al. 2016 ; Schmitt et al. 2016.

115 Jacob-Rousseau 2015.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des lieux et cours d’eau mentionnés dans le texte et aires d’approvisionnement en bois de quelques villes ou régions européennes (sources citées dans le texte, DAO N. Jacob-Rousseau).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Fig. 3 – Volumes de bois transportés par le flottage sur l’Yonne (1720‑1920) et sur la rivière Vindelälven en Suède (1915‑1980) [sources Rézé 2002 et Törnlund et Östlund 2002].
Légende Fig. 4 – Provenance et volumes, en mètres cubes, du bois de chauffe consommé à Paris en 1791 et 1804 (sources Dupont 1995 et Rézé 2002, d’après Arch. Nat. H 1961/83).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 5 – A : caractéristiques des types de perturbations dans les écosystèmes de rivières ; a) pulsation : durée courte ; b) pression : intensité soutenue après une phase d’augmentation ; c) rampe : intensité croissante au cours du temps ; d) pulsation soutenue : intensité maintenue sur une durée longue puis décroissance. B : deux types de réponses engendrés par le flottage (perturbation de type pulsation soutenue) dans des écosystèmes de rivières de l’Oregon (source Miller 2010, modifié).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 6 – Le tirage des bois dans la nappe des bûches perdues du « grand flot » sur l’Yonne aux environs de Clamecy, fin xixe siècle (carte postale ancienne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 7 – L’aménagement du cours d’eau pour le flottage, d’amont en aval : types de transport et types d’ouvrages ; les lettres renvoient à l’énumération et à la description des ouvrages dans le texte. Synthèse d’après divers travaux cités dans le texte (DAO N. Jacob-Rousseau).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 8 – A : le haut bassin de l’Yonne ; localisation des étangs de l’Yonne supérieure et des sites et secteurs mentionnés dans le texte (d’après Poux et al. 2011, modifié) ; B : les étangs de la haute Yonne sur un extrait de la Carte des cours d’eau de la Seine et des rivières et ruisseaux y affluens (abbé Delagrive, 1732‑1737) [source Bibl. Nat.‑Rés. Ge. CC 1381]. NB : sur la carte de Delagrive, le nord est dirigé vers le bas.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 9 – Ravin encaissé en aval de l’étang des Grenouilles, haut bassin de l’Yonne (cliché N. Jacob-Rousseau).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 11 – Coupes chronostratigraphiques dans le remplissage alluvial de la vallée de l’Yonne aux Carnés et à Pont-Bertrand, d’après des sondages à la tarière et les datations au radiocarbone disponibles (DAO F. Gob).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre Fig. 12 – Modèle d’évolution morphogénique du fond de vallée de l’Yonne entre le xvie et le xxie siècle ; A : têtes de bassin et alvéoles granitiques ; B : cours supérieur de l’Yonne (DAO N. Jacob-Rousseau).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9812/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

Auteurs

Université Lumière Lyon 2, Archéorient (UMR 5133), MOM

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LGP (UMR 8591)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search