Version classiqueVersion mobile

Chantiers et matériaux de construction

 | 
Anne Baud
, 
Gérard Charpentier

Le château de Belvoir (Galilée) : utilisation des agrafes en fer dans l’enceinte

Anne Baud et Laurent D’Agostino

Texte intégral

1L’ancien château hospitalier de Belvoir domine la vallée du Jourdain à une quinzaine de kilomètres au sud du lac Kennet (lac de Tibériade), à 25 km de Tiberias et à une douzaine de kilomètres au nord de Bet She’an (ville antique de Scythopolis). Belvoir est situé au sommet d’une table de coulée basaltique en limite orientale de la rupture de pente qui domine la vallée du Jourdain et celle de la rivière Tavor (fig. 1). La fortification, aujourd’hui partiellement conservée sur un seul niveau, est présentée aux visiteurs depuis 1966‑1968, période à laquelle les travaux de l’archéologue Ben Dov ont permis le dégagement des ruines du château, investies par un village arabe.

Fig. 1 – Localisation du château de Belvoir dans le royaume latin de Jérusalem (DAO L. D’Agostino, extrait de Josserand, Bériou 2009).

Fig. 1 – Localisation du château de Belvoir dans le royaume latin de Jérusalem (DAO L. D’Agostino, extrait de Josserand, Bériou 2009).
  • 1 Équipe de Belvoir : B. Phalip, A. Baud, H. Barbet, J.‑M. Poisson, S. Dorso, V. Shotten, A. Flammin (...)

2En 2013, une équipe franco-israélienne, dirigée par Bruno Phalip et Anne Baud, a repris l’étude de la fortification en insistant sur l’analyse des matériaux mis en œuvre et les techniques de construction employées1.

3Pour l’édification des enceintes, les hospitaliers se sont prioritairement approvisionnés en basalte pour les glacis. Extrait des orgues basaltiques constituant le socle même de la fortification, le basalte a été sommairement dégrossi avant sa mise en œuvre. Un calcaire blanc venant de carrières un peu plus éloignées semble avoir été réservé pour les élévations des murailles. Les éléments d’architecture attachés à l’étage, et retrouvés par Ben Dov, ont été taillés dans les deux catégories de roche. Cette répartition des pierres conférait à l’architecture du château une élégante bichromie qui, visible de loin, participait au prestige de la fortification (fig. 2). Lors de ces premières campagnes d’étude, l’analyse archéologique a porté sur le réduit intérieur du château : techniques et phasage. Il a ainsi été mis en évidence un usage très important d’agrafes pour la construction des glacis. Outre que ce procédé inhabituel a nécessité un approvisionnement exceptionnel de métal pour un ouvrage spécifique, on peut s’interroger sur les raisons d’une telle mise en œuvre.

Fig. 2 – Porte orientale de l’enceinte extérieure (cliché A. Baud).

Fig. 2 – Porte orientale de l’enceinte extérieure (cliché A. Baud).

Contexte historique et vestiges conservés

Contexte historique

  • 2 Rozière (de) 1849, n° 124, p. 227‑229. Dans le cadre de la mission française à Belvoir, une repris (...)
  • 3 Delaville Le Roux 1894‑1906, t. 1, n° 398.
  • 4 Delaville Le Roux 1904, p. 89‑101.
  • 5 Biller 1989, p. 108.

4Sans être un château de frontière, Belvoir défendait des terres contrôlées par les chrétiens francs à proximité de la frontière orientale du Royaume de Jérusalem (fig. 3). Un premier établissement, nommé casal ou castrum de Coquet, implanté entre 1132 et 11652, est racheté en 1168 à un Franc nommé Ivo Velos par l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem3. Les hospitaliers semblent réaménager le site, qui apparaît dans les années 1180 comme l’une des principales fortifications de l’ordre. Pris par l’armée de Saladin en 1189 à la suite de la bataille de Hattin4, le château est en partie démantelé en 1211‑1213 puis en 1219 et en 12275. Rendue aux chrétiens en 1241, la place est peut-être réinvestie par les hospitaliers, sans preuve tangible, avant d’être définitivement perdue au milieu du xiiie siècle. Au moins à partir du xvie siècle et jusqu’en 1948, le site est réoccupé par un village arabe, avant d’être fouillé puis restauré par les archéologues israéliens à la fin des années 1960.

Fig. 3 – Réduit intérieur vu du sud-est (cliché L. D’Agostino).

Fig. 3 – Réduit intérieur vu du sud-est (cliché L. D’Agostino).

Description du site

  • 6 Le plan quadrangulaire concentrique utilisé à Belvoir, considéré comme un modèle idéal, pourrait t (...)
  • 7 Leurs dimensions individuelles diffèrent légèrement d’une tour à l’autre, de 10,87 m par 10,90 m p (...)

5Souvent considéré comme un modèle du « plan hospitalier », mais exemple unique au Moyen-Orient au milieu du xiie siècle, le château de Belvoir présente un plan composé d’une double enceinte6. Si la muraille extérieure, limitée au sud, à l’ouest et au nord par un large fossé, épouse la topographie accidentée des orgues basaltiques, le château intérieur est édifié selon un plan carré régulier de 48,68 m d’est en ouest, par 48,35 m du nord au sud. Flanqué dans les angles de tours également carrées d’environ 11 m de côté7, une tour porte rectangulaire construite au milieu de la façade ouest défend l’accès principal du réduit : plus imposante que les autres, elle présente une longueur nord-sud de 15,24 m pour une largeur est-ouest de 11,14 m.

6Le château disposait de deux accès : à l’est, côté Jourdain, l’entrée principale était protégée par une barbacane construite dans la pente ; à l’ouest, un pont-levis jeté sur le fossé donnait rapidement sur le réduit intérieur par la tour porte.

7Le château intérieur était composé d’une salle sans fin édifiée autour d’une cour. Voûtée en berceaux brisés – excepté les angles sud-est, sud-ouest et nord-ouest, voûtés d’arêtes –, la salle était divisée par des murs de refend, en différentes pièces. Ce premier niveau aux fonctions encore mal définies, était sans doute réservé aux salles d’armes et autres espaces de vie pour les frères de l’Hôpital. À l’est, une cuisine semble avoir été rapidement aménagée à proximité d’un escalier de service desservant l’étage. La cour, comportant une citerne, constituait le cœur du château, et une porte ménagée dans chacun des murs assurait la circulation avec les différentes salles du rez-de-chaussée. Un escalier monumental construit au sud menait à la chapelle et aux salles réservées aux frères hospitaliers. 

8L’étude archéologique des élévations du réduit intérieur a permis de mettre en évidence une grande homogénéité de construction dans l’ensemble du bâti, qui ne masque pas pour autant un phasage de chantier bien lisible ainsi que des modifications ponctuelles survenues ultérieurement.

État de conservation

9Si les élévations intérieures du réduit sont en assez bon état de conservation, parfois jusqu’aux voûtes couvrant le rez-de-chaussée, il n’en est pas de même pour les élévations extérieures. Les parements externes sont actuellement observables sur des hauteurs très variables, de 1,65 m de hauteur environ au niveau de la tour nord-est jusqu’à 6,80 m de hauteur au niveau du mur ouest du corps central (fig. 3). Cet état de conservation très variable nuit évidemment à la compréhension de l’architecture de l’édifice, que nous ne percevons que de manière partielle : seul le rez-de-chaussée est conservé et compréhensible, tandis que l’étage reste très difficilement observable, de manière très localisée au niveau de la cour centrale du réduit.

10D’importants travaux de restauration ont été réalisés après la fouille du château à la fin des années 1960. Si ces travaux sont restés limités sur les parements internes du réduit, les parements externes des murs sont très restaurés, les reconstructions touchant parfois entre 50 et 80 % de la surface des parements. Il a donc fallu procéder à une critique d’authenticité du monument avant d’envisager toute analyse de la construction.

L’analyse du bâti et la localisation des agrafes

Les modes de construction

11Les élévations externes du réduit intérieur de Belvoir présentent un mode de construction très homogène. Que ce soit au niveau des tours ou au niveau du corps central, les parties basses des murs sont systématiquement traitées en talus et bâties au moyen de gros blocs de basalte bruts ou éclatés, dont les dimensions vont de 73 x 31 cm à 90 x 45 cm ou 102 x 24 cm. Si les assises sont réglées, les formes variables des blocs nécessitent l’utilisation de nombreux éléments plus petits et d’éclats de basalte, et parfois de calcaire, pour caler les blocs cyclopéens ; les joints sont ensuite complètement recouverts par un enduit présentant des incisions en écaille (fig. 4). Les assises atteignent en moyenne 0,84 à 0,89 m de hauteur.

Fig. 4 – Blocs de basalte jointoyés avec des fragments de pierres. Enduit à pierre-vue (cliché A. Baud).

Fig. 4 – Blocs de basalte jointoyés avec des fragments de pierres. Enduit à pierre-vue (cliché A. Baud).

12Les talus présentent des pentes moyennes de l’ordre de 80°. Leur hauteur n’est plus observable partout, mais le mur ouest présente un talus observable sur 5,20 m de haut pour une pente de 82° ; d’une épaisseur de 3,59 m au pied de l’élévation, le mur se réduit à 2,78 m au sommet du talus. Au niveau du mur nord de la tour porte, le talus mesure 3,13 m de haut, pour une pente de 80° ; son épaisseur de 3,87 m en pied de parement se réduit à 3,13 m au sommet du talus.

13Seuls les angles des tours ou de « la salle sans fin » et les encadrements des archères ou des portes bénéficient d’un traitement plus soigné, avec de gros blocs de basalte équarris, dont les arêtes sont ménagées à la pointerolle, tandis que le centre de la face de parement réserve un bossage rustique (fig. 5). Outre l’aspect esthétique et le rôle défensif que peut avoir le bossage pour dévier un boulet, ce procédé permet de ménager une arête nette sur l’angle du bloc, ce qui facilite le montage de la chaîne d’angle en permettant d’aligner les pierres les unes sur les autres, tout en économisant du temps de travail par rapport à la réalisation d’un bloc à face entièrement dressée.

Fig. 5 – Salle sans fin, angle nord-est (cliché A. Baud).

Fig. 5 – Salle sans fin, angle nord-est (cliché A. Baud).

14Le mode de construction change radicalement à partir du sommet du glacis. À l’ouest, à l’est, mais aussi ponctuellement au nord, le parement en basalte cède la place à un parement en grand appareil régulier de calcaire de couleur beige jaune. Mal conservé et très restauré, il est difficile à caractériser. Les moellons de calcaire soigneusement équarris sont dressés sur leur face de parement, tandis que la queue est plus grossièrement façonnée. Leurs dimensions varient en moyenne de 48 x 61 cm à 84 x 61 cm et certains portent encore les traces d’un bossage tabulaire en relief peu saillant. Des fragments de calcaire et de basalte sont utilisées régulièrement pour régler les assises et caler les moellons entre eux.

15Le liant est constitué de mortier de chaux, éclats de calcaire et de basalte de couleur beige jaune. De gros nodules de chaux mal cuite sont visibles dans le mortier. Au niveau des parements des talus en basalte, un enduit à pierres vues vient couvrir les petits blocs, ne laissant apparaître que les blocs cyclopéens. Cet enduit, repéré en de multiples endroits sur les façades extérieures, est serré à la truelle au moment de sa pose sur le parement, comme le montrent les traces en forme d’écailles laissées par les outils sur l’enduit. Cette mise en œuvre est parfaitement identique à ce qui peut être observé sur les parements internes des galeries du corps central.

Méthodologie de recherche des agrafes

16Une étude plus approfondie a été menée sur la question des agrafes métalliques observées sur les parements extérieurs du réduit à partir de 2013, d’abord ponctuellement, puis plus systématiquement. En effet, plusieurs de ces agrafes avaient été localisées au niveau des archères, où elles solidarisaient deux blocs de piédroit d’une archère sous le niveau de son linteau. Le repérage des agrafes a été mené en collaboration avec Olivier Guyotat et Robert Kool. La participation de ce dernier a permis la mise en œuvre sur le site d’un détecteur de métaux, de manière à faire un essai de repérage d’agrafes non visibles en parement (fig. 6). La plupart de ces agrafes ne sont en effet perceptibles que sur les arases des murs, sur le lit d’attente des blocs ; lorsqu’elles sont visibles sur les parements, c’est que l’enduit est fortement dégradé, laissant voir sous l’épiderme de la maçonnerie.

Fig. 6 – Prospection au détecteur de métaux (cliché L. D’Agostino).

Fig. 6 – Prospection au détecteur de métaux (cliché L. D’Agostino).

17Durant les missions 2014 et 2015, un relevé détaillé des élévations du réduit intérieur a été mis en œuvre de manière à disposer d’un support d’étude et d’analyse métrique de l’ensemble de l’édifice. Basé sur les méthodes croisées de la topographie et de la photogrammétrie, ce relevé a porté sur la totalité des élévations extérieures et intérieures du corps central. Sur le support de relevé fourni par la photogrammétrie, un repérage systématique des agrafes a été réalisé sur deux faces du réduit en 2014 : la façade est et la façade sud, ainsi que sur les parements des tours cantonnant les angles nord-est et sud-est (fig. 7). Dans un premier temps, une analyse visuelle systématique a été menée, permettant d’identifier à la fois les agrafes entières (fig. 8), qui sont somme toute peu nombreuses, et les trous de scellement de ces agrafes, qui peuvent encore comporter soit le scellement au plomb, soit un résidu métallique de l’agrafe elle-même. Dans un second temps, des tests de réactivité ont été réalisés avec le détecteur de métaux sur des agrafes en place, permettant de régler la sensibilité de la machine ; les parements ont ensuite fait l’objet d’un balayage systématique, de manière à couvrir l’ensemble des maçonneries envisagées. En 2015, cette recherche a été étendue à l’ensemble du corps central du château, et des tests ont été réalisés dans l’enceinte extérieure.

Fig. 7 – Zone de prospection et d’étude évoquée dans l’article (DAO J. Torgue, Ph. Dessaint, L. D’Agostino).

Fig. 7 – Zone de prospection et d’étude évoquée dans l’article (DAO J. Torgue, Ph. Dessaint, L. D’Agostino).

Fig. 8 – Agrafe métallique noyée dans le parement du talus extérieur du corps central de Belvoir (cliché L. D’Agostino).

Fig. 8 – Agrafe métallique noyée dans le parement du talus extérieur du corps central de Belvoir (cliché L. D’Agostino).

Répartition spatiale et mode de pose des agrafes

18Dans le corps central, les agrafes ne sont observées que sur les parements externes des murs périphériques du réduit et des tours, uniquement au niveau des talus en basalte. Elles n’ont jamais été vues au niveau des parements en grand appareil de calcaire. Leur présence est facilement observable et quasiment systématique au niveau des archères, où elles relient les piédroits des fentes de tir, en sous-face des linteaux. Mais elles sont observables de manière très régulière sur les tours emboîtant les angles du corps central, de manière plus lâche sur les façades. Elles sont en revanche observables régulièrement au niveau des chaînages entre les tours et les façades. Les zones les plus favorables sont bien sûr les arases des murs, où le lit d’attente des blocs est visible ; ailleurs, le mortier des joints rend leur observation plus délicate.

19En considérant uniquement les façades méridionale et orientale et les tours sud-est et nord-est et en écartant les parements restaurés après le dégagement du château, quelques comptages peuvent être évoqués. En façade sud (M 1003), sur la première assise longue de 37,80 m et composée de 43 blocs, 4 agrafes sont attestées et 23 échos ont été perçus (fig. 9). Sur la deuxième assise, moins bien conservée, 4 autres échos sont perçus. En façade orientale (M 1002), sur la première assise, 8 agrafes sont attestées, ainsi que 17 échos pour une longueur de 36,50 m et 36 gros blocs de basalte (fig. 10). Les tours livrent plus d’informations encore et témoignent d’un agrafage soigné. La tour nord-est livre 20 agrafes attestées et 30 échos, sur toutes les assises de chaque mur et tout particulièrement au niveau des chaînages avec les façades (fig. 11). Sur la première assise du mur nord (M 1006), composée de 10 blocs, 8 échos ont été perçus ; sur la deuxième assise composée de 11 blocs, 7 agrafes sont attestées. Sur le mur oriental (M 1007), sur la première assise composée de 10 blocs, 9 échos ont été perçus ; sur la deuxième assise composée de 13 blocs dont 5 seulement en place, 5 agrafes sont attestées. La tour sud-est, conservée sur seulement 2 assises, montre un nombre d’agrafes tout aussi conséquent avec 36 agrafes attestées et 37 échos.

 

Répartition des agrafes et hypothèses d’agrafes dans les maçonneries du corps central.

Mur Agrafe métallique en place Trou de scellement (éventuellement avec plomb ou fragment d’agrafe) Écho au détecteur de métaux
Tour NE - M 1005 1 3 (dont 1 paire) 10
Tour NE - M 1006 13 (dont 5 paires) 9
Tour NE - M 1007 9 (dont 4 paires) 9
Tour NE - M 1008 6 (dont 2 paires) 2
Façade E - M 1002 8 2 38
Tour SE - M 1009 13 (dont 5 paires) 8
Tour SE - M 1010 1 21 (dont 9 paires) 11
Tour SE - M 1011 15 (dont 5 paires) 12
Tour SE - M 1012 5 (dont 2 paires) 6
Façade S - M 1003 4 27
Total 14 87 (dont 33 paires) 132

Fig. 9 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur le mur sud du corps central (M 1003) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool ; DAO L D’Agostino].

Fig. 9 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur le mur sud du corps central (M 1003) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool ; DAO L D’Agostino].

Fig. 10 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur le mur oriental du corps central (M 1002) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool, DAO L. D’Agostino].

Fig. 10 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur le mur oriental du corps central (M 1002) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool, DAO L. D’Agostino].

Fig. 11 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur la tour nord-est (ES 1.6) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool ; DAO L. D’Agostino].

Fig. 11 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur la tour nord-est (ES 1.6) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool ; DAO L. D’Agostino].

20La prospection réalisée a ainsi révélé la présence de 68 agrafes attestées, entières ou non, et 200 agrafes potentielles sur une moitié environ du pourtour du réduit conservé et sur un peu moins de la moitié de la hauteur d’origine des talus. Les agrafes lient systématiquement deux blocs contigus d’une même assise d’un même mur. Certaines lient deux blocs d’angle saillant ou rentrant toujours sur la même assise, à la liaison entre deux murs. La totalité des agrafes observées est suffisamment en retrait de la face pour être cachée par les lits de mortier et les joints (fig. 12). Seules les agrafes au sommet des fentes de tir des archères étaient donc visibles sur la largeur de la fente (fig. 13). Les agrafes sont posées horizontalement sur le lit d’attente des pierres. Quelques éléments posent cependant question sur leur usage : une réserve a pu être notée en sous-face du bloc droit de l’archère A1065 sur la façade orientale ; deux autres réserves ont été observées en face à bossage sur le bloc d’angle nord-ouest de la deuxième assise du mur nord de la tour nord-est (M 1006), ainsi que sur le bossage de la face extérieure du jambage droit de l’archère A1061 du même mur.

Fig. 12 – Agrafe reliant le lit d’attente de deux gros blocs (cliché L. D’Agostino).

Fig. 12 – Agrafe reliant le lit d’attente de deux gros blocs (cliché L. D’Agostino).

Fig. 13 – Agrafe posée entre les deux piédroits d’une archère, en sous-face du linteau (cliché L. D’Agostino).

Fig. 13 – Agrafe posée entre les deux piédroits d’une archère, en sous-face du linteau (cliché L. D’Agostino).

21Pour l’ensemble, les longueurs des agrafes mesurées ou les écarts entre les trous de scellement de deux blocs voisins varient de 19 cm à 92 cm. Les sections sont pour la plupart de 3 x 3 cm avec quelques variantes en 4 x 2 cm, 3 x 2 cm et 2,5 x 2,5 cm. De façon générale, la section des trous de scellements est circulaire pour une profondeur variant de 2,5 à 7 cm. Le principe de façonnage des agrafes est toujours le même : elles présentent une forme en U inversé, des coudes de 5 à 6 cm de longueur étant aménagés aux deux extrémités avec des crampons de scellement sur les coudes (fig. 14).

Fig. 14 – Détail des modes de pose et de façonnage des agrafes et de leurs trous de scellement (clichés O. Guyotat).

Fig. 14 – Détail des modes de pose et de façonnage des agrafes et de leurs trous de scellement (clichés O. Guyotat).

Analyse des agrafes

22L’analyse des agrafes conservées in situ sur les glacis du château a été complétée par l’étude des agrafes prélevées par Ben Dov au cours de ses fouilles et conservées dans les réserves archéologiques situées à Bet Shemesh, à l’ouest de Jérusalem. En effet, un petit lot d’agrafes provenant des matériaux de démolition a pu être mesuré, relevé et pesé afin d’évaluer d’une part la quantité de métal nécessaire au chantier et les modalités de mise en œuvre (fig. 15).

Agrafe provenant du château de Belvoir, réserve Bet Shemesh (longueur 35 cm, profondeur 8 cm, section 4 x 2 cm, poids 2,100 g) [dessin E. Bayen].

Agrafe provenant du château de Belvoir, réserve Bet Shemesh (longueur 35 cm, profondeur 8 cm, section 4 x 2 cm, poids 2,100 g) [dessin E. Bayen].

23Les agrafes en fer présentent aux deux extrémités des crampons destinés au scellement au plomb dans les réserves taillées dans la pierre. On note une totale absence de standardisation des pièces métalliques : s’adaptant aux modules variés des blocs, elles mesurent entre 0,30 m et 0,50 m de long en moyenne et pèsent de 2,1 à 2,4 kg. Cette variation de dimensions et de poids, implique que les agrafes ne sont pas importées comme produits finis, mais que leur fabrication est effectuée sur le chantier même en fonction des besoins. La question du fer reste cependant posée. Provient-il des régions situées en Jordanie au-delà de la mer Morte, ce qui générerait des transports relativement périlleux en ces périodes troublées, ou bien provient-il d’anciens sites antiques ? Cette solution semblerait la plus vraisemblable, sachant que : l’occupation antique du site daterait de la période du second Temple et aurait perduré jusqu’à l’époque byzantine, marquée par les vestiges d’une synagogue. Par ailleurs, des cités antiques ont depuis longtemps été identifiées dans la région, notamment celui de Bet She’an situé au sud de Belvoir. Corroborant cette hypothèse, le réemploi des pierres antiques, marbre ou calcaire, dans les élévations du château atteste cet usage de récupération des matériaux couramment répandu dans l’architecture médiévale, surtout à proximité de sites antiques. Il est toutefois possible que le matériau ait été transporté sous forme de barres de fer relativement standardisées, les dimensions des barres variant de 2,5 x 2,5 cm de côté à 2,5 x 4 cm de côté en moyenne, et que seule la découpe des agrafes à la longueur voulue, la torsion des extrémités et le façonnage des crampons aient été réalisés sur le chantier. Ce procédé permettrait d’accélérer considérablement la fabrication des agrafes au fur et à mesure de la construction. Quoi qu’il en soit, ceci implique l’existence d’une forge sur le chantier de construction, dont la localisation et le mode de fonctionnement (spécialisation dans les agrafes, entretien des outils destinés aux carrières de basalte toutes proches – les fossés – et à la taille de pierre en même temps ?) sont pour l’instant inconnus.

Essai de quantification des agrafes et des matériaux nécessaires

24À partir de la prospection menée sur les parements extérieurs du glacis et l’analyse des agrafes de Beit Shemesh, nous avons tenté de quantifier le nombre d’agrafes attestées ou perçues sous la forme d’un écho avec le détecteur de métaux, et d’évaluer la quantité de métal nécessaire au chantier. En se basant sur la recension de 200 agrafes ou échos au détecteur de métaux au niveau des joints, il est possible de considérer que la construction du glacis a nécessité au moins 800 à 900 agrafes, en considérant un agrafage systématique sur les tours, entre chaque bloc et sur chaque assise des bases talutées, et plus lâche pour les façades, un accent particulier étant mis sur les chaînages avec les tours et les deux premières assises. Un agrafage plus systématique, sur chaque assise et chaque bloc des talus des tours et des façades, nécessiterait quant à lui 1 600 à 1 800 agrafes, mais il est loin d’être démontrable.

25Si nous considérons que la longueur moyenne des agrafes varie entre 45 et 50 cm, avec des écarts nombreux entre 25 et 92 cm, pour 2,5 cm de côté en moyenne, nous pouvons évaluer les valeurs suivantes pour la quantité de fer nécessaire à la construction du corps central.

Estimation quantitative du fer nécessaire à la construction du corps central de Belvoir.

Type d’agrafage Nombre d’agrafes Linéaire de fer en barres (pour une moyenne de 45 à 50 cm de longueur par agrafe) Volume minimum de barres de fer Masse (pour une masse volumique du fer de 7,860 t/m³)
Agrafage systématique sur les tours, lâche sur les façades 800 à 900 360 à 450 m de barres de 2,5 cm de côté en moyenne 0,22 à 0,28 m³ 1,7 à 2,2 t
Agrafage systématique sur les tours et les façades 1 600 à 1 800 720 à 900 m de barres de 2,5 cm de côté en moyenne 0,65 à 0,81 m³ 5,09 à 6,36 t

26Même un agrafage non systématique représente une longueur importante de fer conditionné sous forme de barres, entre 360 et 450 m de longueur, mais au final cela ne représente qu’un volume assez faible, entre 0,22 et 0,28 m³, soit 1,7 à 2,2 t de fer. Un agrafage plus systématique des talus du corps central porte nos estimations entre 5,09 t et 6,36 t, ce qui est beaucoup plus conséquent, tant en termes de logistique de transport et de chantier, qu’en termes d’impact financier sur la construction. Mais sans une vérification par des sondages dans les maçonneries de la réelle présence d’une agrafe au niveau des échos délivrés par le détecteur, il nous est difficile de resserrer les fourchettes de cette estimation quantitative, qui restent très larges.

Synthèse

27En termes de chantier, les questions touchent en premier lieu la répartition de ces agrafes et leur rôle dans la construction : les agrafes ne sont pas uniquement présentes au niveau des archères, où elles consolident les fentes de tir, mais aussi plus régulièrement à chaque assise de parement des talus et à la hauteur des chaînes d’angles reliant les tours au corps central. Ces indices tendent à démontrer un rôle constructif et structurel des agrafes : non seulement elles peuvent servir à consolider les maçonneries le temps du séchage du mortier, qui peut être de plusieurs mois pour des murs de plus de 3 m d’épaisseur, mais elles peuvent aussi être utilisées comme chaînages horizontaux dans les parements, empêchant l’un des blocs de riper, en cas d’impact d’un boulet par exemple. La présence des talus et la mise en œuvre de blocs bruts souvent arrondis justifie peut-être d’autant plus l’usage de ces agrafes. Les talus provoquent en effet un report des charges verticales de l’élévation d’une assise sur l’autre en arrière du parement et non au droit du parement lui-même. La charge de l’élévation peut ainsi provoquer un déplacement des blocs vers l’extérieur qui se trouvent « chassés » par les blocs situés plus haut. Les agrafes forment ainsi un carcan reliant, si ce n’est la totalité des blocs, du moins la majorité des blocs des talus des parements extérieurs entre eux. Il est à noter qu’aucune agrafe n’a été identifiée à l’intérieur du corps central, ni en partie haute des élévations sur les zones construites en calcaire, ni sur les moellons de calcaire en remploi (qui auraient pu conserver eux aussi des indices de la présence de ces agrafes). Il faut donc en déduire l’utilisation des agrafes uniquement pour les parties talutées et pour les parements extérieurs, éventuellement soumis à un pilonnage par des machines de guerre.

28La mise en œuvre de ces agrafes dans le mur taluté de l’enceinte livre également des informations sur le déroulement du chantier. L’étude archéologique des élévations, a montré que l’enceinte du réduit intérieur a été élevée en premier, et nous avons vu que l’usage des agrafes dans le glacis était lié à la nécessité de conforter la maçonnerie lors de la construction. Cette pratique paraît indispensable, si l’on considère que la première phase de ce chantier s’est déroulée très rapidement. L’analyse architecturale de la salle sans fin et de son voûtement, conforte cette hypothèse. En effet, la construction des voûtes en berceau sur la salle sans fin qui se développe autour de la cour intérieure s’est effectuée depuis les murs internes du réduit. Prévues dès la construction du glacis, comme l’atteste la réserve ménagée au sommet des murs, les voûtes sont construites dans un deuxième temps, à l’abri des murailles. C’est également pour des raisons d’efficacité dans la progression du chantier que les murs de refend sont élevés en appui contre les murs porteurs. On peut dès lors s’interroger sur les raisons d’une urgence constructive. Il s’agit certes d’un château de défense, mais qui ne semble pas immédiatement menacé par l’ennemi. Belvoir est le premier château de l’ordre de Saint-Jean construit en Galilée. Par sa position, il garantit non seulement la présence hospitalière dans la région, mais constitue un repère non dénué de prestige et visible de loin qui marque le territoire dès sa fondation.

Bibliographie

Arce I. 2015, « Severan Castra, Tetrarchic Quadriburgia, Justinian Coenobia, and Ghassanid Diyarat », in R. Collins, M. Symonds, M. Weber (éd.), Patterns of transformation of limes Arabicus forts during late Antiquity, Roman Military Architecture on the Frontiers : Armies and Their Architecture in Late Antiquity, Oxford-Philadelphie, p. 98‑122.

Ben Dov M. 1969, « Excavations in the Crusader Castle at Kokhav Hayarden » , Qadmoniot 2, p. 22‑27.

Biller T. 1989« Die Johanniterburg Belvoir am Jordan. Zum frühen Burgenbau der Ritterorden im Heiligen Land », Architectura 19, p.105‑136.

Boas A. J. 2006, Archaeology of the Military Orders. A survey of the urban centres, rural settlements and castles of the Military Orders in the Latin East (c. 1120‑1291), Londres-New York.

Boas A. J. (dir.) 2016, The Crusader World, Londres-New York.

Collins R., Symonds M., Weber M. 2015, Roman military architecture on the frontiers : armies and their architecture in late Antiquity, Oxford-Philadelphie.

Delaville Le Roux J. 1894‑1906, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (1100‑1310), 4 vol., Paris.

Delaville Le Roux J. 1904, Les Hospitaliers en Terre Sainte et à Chypre (1100‑1310), Ernest Leroux, Paris, p. 89‑101.

Demurger A. 2013, Les Hospitaliers. De Jérusalem à Rhodes, 1050‑1317, Paris.

Ellenblum R. 1997, « Three generations of frankish Castle-Building in the Latin Kingdom of Jerusalem », in M. Balard. (éd.), Autour de la première croisade. Actes du colloque de la Society for the Study of the Crusades and the Latin East, Clermont-Ferrand, 22‑25 juin 1995, Paris, p. 517‑529.

Josserand P., Bériou N. (éd.) 2009, Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris.

Riley-Smith J. 1967, The Knights of Saint John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050‑1310, Londres.

Rozière E. (de) 1849, Cartulaire de l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, Paris.

Schotten-Hallel V., Sass E., Perelis Grossowicz L. 2016, « The Hospitaller castle of Belvoir : Setting the scene for a discussion of the topography, geology and architecture », in A. J. Boas (dir.), The Crusader World, Londres-New York, p. 490-518.

Stern E. (dir.), The New Encyclopedia of Archaeological Excavations in the Holy Land, vol. 1, Jérusalem.

Notes

1 Équipe de Belvoir : B. Phalip, A. Baud, H. Barbet, J.‑M. Poisson, S. Dorso, V. Shotten, A. Flammin, Fl. Renucci, O. Guyotat, J. Torgue, Ph. Dessaint, N. Morelle, A. Roger, M. Duriez, S. Piotrowski, L. Benoît, R. Kool.

2 Rozière (de) 1849, n° 124, p. 227‑229. Dans le cadre de la mission française à Belvoir, une reprise des données historiques est en cours par S. Dorso, J.-M. Poisson et D. Carraz.

3 Delaville Le Roux 1894‑1906, t. 1, n° 398.

4 Delaville Le Roux 1904, p. 89‑101.

5 Biller 1989, p. 108.

6 Le plan quadrangulaire concentrique utilisé à Belvoir, considéré comme un modèle idéal, pourrait trouver ses origines dans les forts des limes arabicus de l’Antiquité tardive ou l’architecture des khans. Voir Biller 1989 ; Boas 2006, p. 123 ; Arce 2015, p. 98‑122 ; Josserand, Beriou 2009, p. 152‑153.

7 Leurs dimensions individuelles diffèrent légèrement d’une tour à l’autre, de 10,87 m par 10,90 m pour la tour sud-ouest à 11,50 m par 11,56 m pour la tour nord-est.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du château de Belvoir dans le royaume latin de Jérusalem (DAO L. D’Agostino, extrait de Josserand, Bériou 2009).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-1.png
Fichier image/png, 835k
Titre Fig. 2 – Porte orientale de l’enceinte extérieure (cliché A. Baud).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 3 – Réduit intérieur vu du sud-est (cliché L. D’Agostino).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 – Blocs de basalte jointoyés avec des fragments de pierres. Enduit à pierre-vue (cliché A. Baud).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Titre Fig. 5 – Salle sans fin, angle nord-est (cliché A. Baud).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Titre Fig. 6 – Prospection au détecteur de métaux (cliché L. D’Agostino).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 7 – Zone de prospection et d’étude évoquée dans l’article (DAO J. Torgue, Ph. Dessaint, L. D’Agostino).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Fig. 8 – Agrafe métallique noyée dans le parement du talus extérieur du corps central de Belvoir (cliché L. D’Agostino).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 9 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur le mur sud du corps central (M 1003) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool ; DAO L D’Agostino].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 834k
Titre Fig. 10 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur le mur oriental du corps central (M 1002) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool, DAO L. D’Agostino].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 11 – Localisation des agrafes et échos au détecteur de métaux sur la tour nord-est (ES 1.6) [relevé L. D’Agostino, O. Guyotat, R. Kool ; DAO L. D’Agostino].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Fig. 12 – Agrafe reliant le lit d’attente de deux gros blocs (cliché L. D’Agostino).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 13 – Agrafe posée entre les deux piédroits d’une archère, en sous-face du linteau (cliché L. D’Agostino).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 14 – Détail des modes de pose et de façonnage des agrafes et de leurs trous de scellement (clichés O. Guyotat).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Agrafe provenant du château de Belvoir, réserve Bet Shemesh (longueur 35 cm, profondeur 8 cm, section 4 x 2 cm, poids 2,100 g) [dessin E. Bayen].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9792/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

Auteurs

Atelier d’Archéologie Alpine, Allèves, CIHAM (UMR 5648), université Lumière Lyon 2

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search