Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Remplois et restitution : le cas des sanctuaires de Yanouh (Liban)

p. 75-93


Texte intégral

1L’approvisionnement en pierre des différents chantiers de construction a fait l’objet de présentations spécifiques dans le cadre de séminaires organisés à la MOM, sur le thème « Chantier et matériaux de construction ». Les études de cas présentées à cette occasion se sont focalisées en grande partie sur l’exploitation des gisements et la gestion des carrières, à partir de cartes topographiques et géologiques enrichies de données historiques et géomorphologiques. D’autres aspects concernant le mode d’approvisionnement des chantiers ont été présentés sans avoir fait l’objet d’un développement spécifique. Cela concerne, notamment, les carrières de remplois. L’extraction des blocs ne se fait plus à partir d’un gisement naturel, mais à partir de ruines ou de bâtiments plus anciens dont les démontages, complet ou partiel, sont programmés dans le cadre d’un chantier de construction à partir d’un nouveau projet de réaménagement de site.

2Ce rapport entre carrière et remploi est une des caractéristiques majeures du site archéologique de Yanouh, implanté au centre de la haute vallée du Nahr Ibrahim à 1 100 m d’altitude. Trois grandes phases de construction s’y sont succédé aux périodes romaine, protobyzantine et médiévale. La première concerne un sanctuaire païen dont la mise en œuvre ex nihilo contraste radicalement avec les installations suivantes érigées en partie sur des ruines préexistantes à partir du ve siècle, lors de la christianisation du sanctuaire (fig. 1). Les techniques de construction fondées sur l’utilisation des remplois changent alors radicalement. Elles commencent par des opérations de démontage plus ou moins programmées en fonction du réaménagement global du site et de l’intérêt que représente tel bloc ou tel ensemble de blocs remployés intégralement dans de nouvelles constructions, à l’exemple de la basilique chrétienne accolée au sud du sanctuaire romain. Celle-ci est entièrement construite avec des remplois, blocs ou fragments de blocs, extraits des vestiges antiques sur lesquels elle s’est implantée. Occupée du ve au xiie siècle, elle présente trois phases de construction qu’il s’agit de restituer, à partir notamment des remplois identifiés sur l’ensemble du site. À l’inverse des installations romaines, cette basilique à trois nefs a fait l’objet d’une description architecturale sommaire. Nous allons donc reprendre son étude plus en détail en insistant sur la pratique du remploi qu’a générée une telle construction.

Fig. 1 – Le sanctuaire de Yanouh vu du sud, avec le grand temple et son mur de péribole, et les vestiges du petit temple accolés à la basilique à piliers (cliché G. Charpentier).

Image

Le site de Yanouh

3Le site archéologique de Yanouh se décompose en trois ensembles dont le plus monumental correspond à un lieu-dit Saint-Georges-le-Bleu, du nom de l’église aménagée dans les vestiges d’un temple romain caractérisé par ses pierres calcaires bleutées. Une occupation quasi continue du site est attestée dès le Bronze ancien jusqu’à l’époque médiévale, vers la fin du xiie siècle. C’est en 1860 que les ruines furent véritablement identifiées comme appartenant à un sanctuaire antique, avec un temple romain transformé en église et un bâtiment situé au sud du sanctuaire. Les premiers relevés et études architecturales furent publiés en 1938, dans un ouvrage consacré aux temples de Syrie et du Liban1. Dans les années soixante, une opération de restauration fut engagée par la direction générale des Antiquités du Liban, accompagnée de larges dégagements dont témoignent quelques clichés du chantier de restauration et un plan topographique sommaire de l’ensemble du sanctuaire. Depuis 1999, une mission archéologique franco-libanaise dirigée par P.‑L. Gatier, sous l’égide de l’université Saint-Joseph, a permis de mieux comprendre les différentes phases d’occupation du sanctuaire. Leurs résultats ont été publiés régulièrement dans plusieurs articles de la revue BAAL2, avant que ne paraisse la synthèse des travaux archéologiques dans le catalogue d’une exposition organisée à Beyrouth en 20053.

4On distingue, pour ce qui concerne les grandes phases de construction, sept bâtiments principaux numérotés dans l’ordre chronologique sur le plan de situation (fig. 2) : un bâtiment hellénistique (1) sur lequel s’est aligné, à l’est, un « petit temple » (4) contemporain au grand sanctuaire romain pourvu d’un téménos (2) délimité par un épais mur de péribole (2) et dans lequel s’inscrit le « grand temple » (3), puis des installations artisanales (5) et enfin, au sud et au nord du site, une basilique à piliers (6) et une chapelle médiévale (7).

Fig. 2 – Le plan d’état des lieux simplifié du site, avec ses composantes (dessin G. Charpentier).

Image

5Dans le cadre de cette présentation consacrée au remploi, nous mentionnerons rapidement l’existence d’un premier sanctuaire d’époque hellénistique dont la plate-forme en grès précédée d’un escalier était consacrée à une divinité locale, pour nous consacrer davantage aux installations plus imbriquées des périodes romaine, protobyzantine et médiévale. En effet, l’organisation générale du sanctuaire romain a conditionné le mode d’implantation du sanctuaire chrétien. Il s’agit notamment de la grande église à trois nefs dont le mur nord équivaut à une partie du mur du péribole, et dont la façade d’entrée ouest englobe les vestiges du petit temple romain. Nous verrons que le reste des monuments antiques a également servi de carrière lors des différentes phases de construction de cette grande basilique. Cette imbrication entre ces deux sanctuaires païen et chrétien se traduit donc par une pratique du remploi fondée sur un démontage programmé des monuments romains dont il s’agit d’évaluer le potentiel par une présentation et une restitution des vestiges.

Les vestiges du sanctuaire romain

6D’après les données archéologiques, les deux temples romains ont été bâtis dans la première moitié du iisiècle ap. J.‑C. Le « sanctuaire nord » est constitué d’un grand temple entouré d’un mur d’enceinte ou péribole. Ce dernier délimite une vaste cour (ou téménos) rectangulaire dont les longs côtés sont au nord et au sud. Le temple est construit en pierres de taille, dans un calcaire bleu-gris qui tranche avec le jaune ocre des blocs de grès très compacts employés dans le mur de péribole (fig. 3).

Fig. 3 – Le plan restitué du sanctuaire romain, avec l’implantation de la basilique à piliers (dessin G. Charpentier).

Image

Le téménos et son péribole

7Celui-ci, épais de 1,10 m, est conservé par endroits jusqu’à 3,50 m de hauteur, en fonction du plan d’aménagement des installations postérieures. Il est construit en grès dans un grand appareil rectangulaire dont les hauteurs d’assises peuvent varier entre 0,70 m et 0,90 m (fig. 4). Ses blocs, disposés en carreaux et boutisses, sont appareillés à joints secs sans scellement, facilitant du même coup leur démontage. Malgré un démantèlement important du mur du péribole sur les côtés nord et est, nous pouvons reconstituer entièrement son tracé. Le téménos mesurait 51,20 m de long pour 28,40 m de large. On y accédait du côté est par une porte d’entrée monumentale dont il ne reste plus aucun élément en place. L’analyse architecturale des constructions situées dans la partie ouest du téménos montre qu’à l’origine, un portique longeait le mur ouest du péribole, derrière le temple (fig. 5). Le seul élément encore en place de la phase d’occupation romaine équivaut à un stylobate dont le lit d’attente porte des traces de taille pour l’installation des bases de colonnes. On distingue six emplacements de colonnes espacés de 2,60 m à 2,65 m les uns des autres. En revanche, tous les blocs du portique ont disparu, remployés comme nous le verrons dans les maçonneries de la basilique à piliers.

Fig. 4 – Vue de l’ouest du mur sud du péribole romain utilisé comme mur gouttereau de la basilique chrétienne (cliché G. Charpentier).

Image

Fig. 5 – Les restes du stylobate du portique ouest du téménos utilisés comme fondations pour les installations artisanales (cliché G. Charpentier).

Image

Le grand temple

8Ce grand temple4, dont les dimensions s’avèrent assez moyennes comparé aux autres temples romains de la région, est orienté est-ouest sur l’axe médian du téménos. En revanche, il est décalé vers l’ouest, libérant à l’est un vaste espace en avant de la façade sur lequel était probablement installé un autel. Il est construit sur un massif de fondation rectangulaire de 20,30 m sur 9,65 m. Le podium est constitué par des remblais de terre, maintenus par des blocs en grès contre lesquels sont disposés les blocs en calcaire qui composent le parement extérieur de 1,60 m de hauteur.

9Hormis ses trois caractères typiquement régionaux (son adyton ou thalamos, sa niche au fond de la cella, et ses deux portes-fenêtres latérales exceptionnelles), on peut le considérer comme parfaitement romain, avec son podium, son ordre corinthien, la régularité de ses proportions visibles sur sa face arrière ouest ornée de pilastres angulaires et sa façade tétrastyle prostyle (fig. 6). Son plan est complet, à l’exception de l’escalier monumental entièrement démonté lors de la transformation du temple en église à l’époque médiévale.

Fig. 6 – Le plan restitué du grand temple, avec son tracé régulateur (dessin G. Charpentier).

Image

La cella

10Elle est construite selon une trame régulière de 3,60 m. Elle mesure 7,20 m de large et 10,80 m de long. Le tiers ouest, au fond de la cella, correspond exactement à l’emprise de la plate-forme. Désigné comme un adyton, cet aménagement surélevé a disparu, probablement démonté en même temps que l’escalier, pour les mêmes raisons. Grâce aux traces conservées sur les parements, on restitue une plate-forme de 7,10 m de large sur 3,60 m de profondeur accessible par un escalier de 3,60 m de largeur. Le niveau inférieur de la cella occupe un carré de 7,20 m de côté. Son axe médian nord-sud se trouve dans l’axe des deux portes-fenêtres latérales nord et sud qui mesurent 1,20 m de large pour 2,40 m de haut. Ces ouvertures aménagées à 1,70 m au-dessus du sol de circulation du téménos étaient inaccessibles de l’extérieur, destinées probablement à un rituel. La porte axiale pour accéder à la cella est restituée sur le modèle des petites portes latérales, mais à une échelle double, sa largeur et sa hauteur s’inscrivant alors parfaitement dans l’entrecolonnement central de la façade du temple. Enfin, le pronaos est relativement facile à restituer en plan, avec ses antes, qui s’avancent sur 1,90 m de distance. Leurs murs de 0,60 m d’épaisseur sont démaigris. En revanche, les têtes d’ante ont 0,72 m de côté (équivalent à deux modules). Les traces de taille, liées à l’installation des quatre colonnes de façade, sont toujours visibles sur les dalles du stylobate, à l’exception de l’extrémité sud. Ces marques sont suffisantes pour proposer une restitution de la colonnade en plan. Les entrecolonnements latéraux, comme l’écart entre la tête d’ante et la colonne voisine, ont un entraxe de 2,40 m. L’entrecolonnement central mesure 3,15 m en entraxe, ce qui laisse un passage de 2,40 m entre les colonnes médianes. Le diamètre des fûts, égal à la largeur des têtes d’ante, mesure 0,72 m (deux modules) et l’ensemble peut être construit en fonction d’un module de 0,36 m égal au dixième de la trame définie pour l’implantation de la cella.

Le petit temple

11Ce petit bâtiment construit également en calcaire est situé au sud du grand sanctuaire et en dehors du mur du péribole qu’il jouxte à moins de 1,50 m de distance. Orienté nord-sud, il est désaxé de plusieurs degrés par rapport au grand sanctuaire en raison de la présence du bâtiment hellénistique à plate-forme, auquel il vient s’accoler. Ses fondations ressemblent à celles du grand temple. Elles sont constituées de blocs de grès appareillés dont la dernière assise couvre une surface rectangulaire de 7,50 m sur 4,15 m. Celle-ci est positionnée au même niveau que l’assise correspondante du grand temple, attestant une même opération de nivellement général du site pour les constructions romaines.

12Ce petit monument repose sur un podium dont la hauteur est de 0,50 m inférieure à celle du podium du grand temple, mais sa face parementée présente les mêmes moulurations biseautées. Son escalier d’accès a entièrement disparu, à l’exception de la dernière marche qui fut par la suite intégrée à un dallage (fig. 1).

Une restitution du sanctuaire romain

13Le plan du grand temple a été conçu selon un tracé régulateur établi sur une trame de 3,60 m, soit dix modules (fig. 6). Cette unité de mesure, que nous reconnaissons à partir des dimensions mesurées sur le terrain, semble également avoir été utilisée pour le reste des élévations. Ainsi, à l’inverse de la basilique protobyzantine, nous restituons les monuments romains en prenant en compte le caractère normatif et ordonné du projet architectural.

14Cette normalisation du projet concerne aussi les élévations que nous restituons, comme nous l’avons vu, à partir des études de proportions. Les murs du temple sont construits par assises régulières d’une hauteur moyenne de 0,63 m, à l’exception de la première, haute de 0,56 m. Les fûts des colonnes de la façade sont incomplets. Trois tambours intacts ont été remployés dans les aménagements de l’église qui s’est installée tardivement dans le grand temple. Il ne reste aujourd’hui sur le terrain que deux tambours intermédiaires de 1,92 m et 1,93 m de hauteur. Le lit d’attente du second tambour mesure 0,68 m de diamètre et son lit de pose 0,72 m. La hauteur de ces tambours équivaut à trois fois celle des assises des murs du temple (soit 3 x 0,64 m).

15La restitution du grand temple utilise les rapports de proportion de l’ordre corinthien. Le module de base de 0,36 m correspond au rayon de la colonne. Nous proposons donc de restituer, pour les colonnes de la façade est, des fûts hauts de 6,00 m, soit seize modules deux tiers (fig. 7). Ils seraient composés de deux tambours de 1,92 m de hauteur reposant sur un tambour de 2,16 m. Ce rapport de hauteur est cohérent avec les 0,86 m de hauteur du chapiteau, soit deux modules un tiers. La hauteur moyenne de l’architrave est égale à 0,54 m, exactement un module et demi ; celle des blocs de corniche fait en moyenne 0,60 m (un module deux tiers). Grâce à un bloc de frise trouvé dans les éboulis et dont la hauteur mesure 0,31 m, nous pouvons restituer une hauteur moyenne de l’entablement équivalente à 1,45 m (soit quatre modules). Le bloc de corniche sommital de la façade est du temple, bien conservé, permet enfin de restituer son fronton suivant une pente de 26 degrés.

Fig. 7 – La restitution de la coupe longitudinale du grand temple (dessin G. Charpentier).

Image

16De la même manière, on peut restituer entièrement le plan du petit temple qui se réfère à celui du grand temple. Sa cella est composée d’une salle carrée de 2,76 m de côté, sans adyton. Seul un bloc de pilastre situé à l’angle sud-ouest du bâtiment est encore en place. Ce petit temple sud est la reproduction, à l’échelle 1/2, du grand temple. Cette réduction de moitié est démontrée par les dimensions du bâtiment et des blocs qui lui sont rattachés. Ainsi, la largeur du pilastre en place de 0,37 m, équivaut précisément à la moitié de la largeur du pilastre du grand temple. Enfin, la hauteur du portique adossé au mur du péribole fait l’objet d’une restitution à part, prenant en compte plusieurs blocs et fragments de blocs remployés dans la basilique.

Une identification des remplois

17On ne peut proposer une restitution complète du sanctuaire romain qu’après avoir identifié les blocs remployés dans la basilique, en distinguant les éléments provenant du grand sanctuaire romain (temple et péribole), de ceux ayant appartenu au petit temple sud. De la même manière, c’est à travers l’étude de la basilique que nous pouvons proposer de restituer en élévation le portique du téménos, dont l’existence est attestée par le stylobate découvert à l’arrière du grand temple. Ainsi, plusieurs blocs provenant des monuments antiques et remployés tels quels dans les maçonneries de la basilique chrétienne peuvent être restitués à leur place d’origine en fonction de deux critères essentiels : le type de pierre (grès ou calcaire) et la modénature des blocs (fûts de colonne, base, architrave, corniche…). Ils peuvent provenir du grand ou du petit temple en fonction de leurs dimensions. Pour les constructions du iie siècle, le grès est utilisé dans les fondations et pour les aménagements extérieurs apparentés au mur du péribole et de son portique, tandis que le calcaire est réservé aux éléments visibles en parement et sur le reste des élévations des temples. À l’inverse, les blocs sont remployés à n’importe quelle place dans les maçonneries du bâtiment chrétien, qu’ils soient en grès ou en calcaire (fig. 8).

Fig. 8 – Les blocs du grand temple remployés dans le mur sud du chœur de la basilique à piliers (cliché G. Charpentier).

Image

La basilique chrétienne de Yanouh : une architecture de remplois

18Les travaux des années soixante engagés par la direction générale des Antiquités libanaises ont permis de dégager une basilique pour laquelle on reconnaît aujourd’hui trois grandes phases de construction datées par les fouilles du ve, du viie et des xe-xie siècles5, avant son abandon dans la seconde moitié du xiiie siècle. Cette basilique, accolée dès son origine au grand sanctuaire romain (fig. 2), empiète du côté sud sur le sanctuaire du petit temple. Son plan, dont l’espace intérieur est couvert d’un dallage en pierre, est constitué de trois nefs orientées est-ouest (fig. 9). Le collatéral nord utilise une partie du mur sud du péribole comme mur gouttereau, tandis que la façade ouest incorpore le podium du « petit temple » dont l’escalier d’accès est alors entièrement démonté. Il résulte de l’intégration de ces deux constructions romaines désaxées l’une par rapport à l’autre, un plan général de forme trapézoïdale qui constitue une des principales caractéristiques de cet édifice. En revanche, les murs périphériques sud et est reposent sur des fondations contemporaines à la construction de la basilique. Ils sont construits à partir de blocs de remplois qui pour la plupart ont été débités en gros moellons de différentes tailles. Le remploi peut donc ici se décliner sous toutes ses formes, allant du pan de mur jusqu’au bloc ou fragment de bloc, les pierres en calcaire ayant été remployées dans leurs intégralités, à l’inverse des blocs de grès.

Fig. 9 – La basilique à piliers vue depuis son angle sud-est (cliché G. Charpentier).

Image

Les trois phases de construction de la basilique

19La basilique à colonnes : La première basilique fut construite aux alentours de la fin du ve siècle. Elle est orientée vers l’est selon l’usage. Son plan est composé de trois nefs avec une abside saillante (fig. 10), comme l’indiquent les ruptures visibles sur les parements des murs gouttereaux. Cette première basilique est construite avec des colonnes dont les éléments proviennent, comme nous allons le voir, du démontage systématique du portique de la grande cour (téménos). À partir de ces observations, nous restituons le plan de la première basilique avec deux rangées de cinq colonnes espacées de 1,60 m qui supportaient des arcades en plein cintre. On y accédait par deux portes aménagées dans le mur ouest, dont la principale est axée sur la nef centrale. L’entrée était précédée d’un portique à deux colonnes dont il reste deux fragments de fûts encore en place, noyés dans la fourrure d’un mur.

Fig. 10 – Le plan restitué de la première basilique à colonnes, phase 1 (dessin G. Charpentier).

Image

20La basilique à piliers : La deuxième phase d’occupation date de la fin de la période protobyzantine (première moitié du viie siècle). Du point de vue architectural, le monument subit trois modifications importantes. Les bas-côtés sont d’abord prolongés vers l’est par la construction d’un mur de chevet qui englobe une partie de l’abside originale. Ensuite, les colonnes sont remplacées par des piliers disposés dans l’axe des deux nouveaux murs prolongeant le chœur. Ces derniers sont percés latéralement de deux petites portes qui communiquent avec les nefs latérales. Enfin, le portique d’entrée est transformé en narthex auquel on accède, côté sud, par un petit escalier constitué de cinq marches.

21L’église médiévale : C’est dans la troisième phase d’occupation que l’on modifie l’orientation de l’accès principal de la basilique à piliers (fig. 11). La porte centrale est alors condamnée du côté ouest, tandis qu’une nouvelle entrée est percée du côté sud, dans l’axe médian de la travée centrale. Cette nouvelle disposition s’accompagne d’une surélévation du seuil de la porte du narthex.

Fig. 11 – Le plan restitué de la dernière basilique à piliers, phase 3 (dessin G. Charpentier).

Image

Description des vestiges en place de la basilique

22Ces ruines actuellement visibles sur le site correspondent à la troisième phase d’occupation. Le plan général (fig. 12) se compose en deux parties : le bâtiment principal à trois nefs et le narthex qui lui est accolé côté ouest. L’édifice principal est une église à piliers prolongée d’un chevet plat du côté est. Ses dimensions hors œuvre varient pour chacun des côtés, en raison de la forme trapézoïdale du plan. Ses longueurs nord et sud mesurent respectivement 23 m et 20,75 m, et sa largeur est comprise entre 12,55 m et 13,95 m de l’est vers l’ouest. Les murs périphériques ont des épaisseurs variables. Ceux des côtés nord et est font en moyenne 1,10 m, tandis que les murs sud et ouest mesurent 0,90 m d’épaisseur. Le mur gouttereau nord remploie une partie des maçonneries du mur de péribole du grand sanctuaire romain. Cinq assises ont été délibérément laissées en place lors des opérations de démontage sur une longueur de 18 m correspondant à l’emplacement du mur gouttereau de la première basilique (fig. 13). Ce pan de mur antique conservé sur 3,50 m de hauteur a été prolongé de 4,50 m vers l’est lors de la construction du chevet plat durant la phase 2. Cette reprise de maçonnerie a été réalisée en moellons selon une technique de construction identique à celles observées côtés est et sud, pour les murs à double parement construits par assises plus ou moins régulières (fig. 14). Les modules de pierre correspondent à de gros moellons posés à l’aide de petites pierres de calage. Les parements non ravalés sont en grande partie en grès, avec quelques remplois en calcaire disposés de manière aléatoire dans le mur, dont un bloc à gorge égyptienne visible sur le parement intérieur du mur sud.

Fig. 12 – Le plan d’état des lieux de la basilique après son dégagement, avec les localisations de la base de colonne (X) et du plot de fondation (Y) (dessin G. Charpentier).

Image

Fig. 13 – Le parement intérieur du mur nord de la basilique correspondant au parement extérieur du mur sud du péribole (cliché G. Charpentier).

Image

Fig. 14 – Le parement interne du mur sud de la basilique à piliers, au niveau du chevet (cliché G. Charpentier).

Image

23On peut constater un nombre plus important de blocs en calcaire remployés dans la façade d’entrée de la première basilique. Cette face ouest est percée de deux grandes portes qui ouvraient à l’origine sur un portique transformé en narthex durant les phases 2 et 3. La plus au nord a été bouchée lors de la phase 3, remplacée par une porte latérale sud. En revanche, la seconde, axée sur le collatéral sud, a fonctionné durant les trois phases. L’encadrement de cette ouverture était probablement composé, pour l’essentiel, de blocs de remplois en calcaire comme en témoignent les deux assises conservées sur son montant nord (fig. 15). Le bloc de l’assise inférieure est intact. Il possède la marque d’un pilastre gravée sur une seule face et identique à celles du bloc conservé in situ dans l’angle sud-ouest du petit temple. Le bloc posé au-dessus est parementé sur une face. Il est de même hauteur et provient du démontage du mur de fond de la cella du petit temple. Le seuil de cette porte est également en calcaire. En revanche, il est constitué de deux blocs dont l’un d’eux porte des traces de retailles au niveau de la feuillure. Deux autres blocs en calcaire sont remployés dans un des montants de la porte située dans l’axe de la nef centrale de la basilique et bouchée durant la phase 3.

Fig. 15 – Les deux blocs en calcaire remployés dans le montant nord de la porte ouest ouvrant sur le narthex (cliché G. Charpentier).

Image

24Ainsi, la première phase de construction de la basilique dont font partie les murs extérieurs de la basilique, y compris le mur de l’abside, est constituée de remplois en calcaire provenant du démontage du petit temple. À l’inverse, des blocs similaires remployés pendant la seconde phase de construction dans le mur ouest du narthex, ainsi qu’au niveau du chevet, dans les piliers et dans les deux murs intérieurs prolongeant l’abside, proviennent du démontage du grand temple. On distingue une douzaine de blocs en calcaire remployés intégralement dans les murs appartenant à la deuxième phase de construction. Disposés à la base ou au centre des maçonneries, ils ont pour la plupart leur face arrière alignée au nu du parement, excepté deux d’entre eux identifiés comme des blocs d’architrave par le décor. Le plus caractéristique est situé à la base du montant ouest de la petite porte nord de l’avant-chœur (fig. 16). Il est remployé en position renversée, reposant sur son lit d’attente. D’après sa modénature et ses dimensions, il provient du démontage du grand temple. De même, le bloc remployé dans l’épaisseur du mur ouest du narthex présente des caractères strictement identiques. Leurs dimensions respectives s’inscrivent parfaitement dans les hypothèses de restitution des élévations du grand temple fondées sur les études de proportion.

Fig. 16 – Les blocs du grand temple remployés dans un montant de la petite porte aménagée dans le mur nord du chœur de la basilique à piliers (cliché G. Charpentier).

Image

25Après identification des blocs de remploi en calcaire, nous constatons qu’il n’existe aucun bloc du grand temple remployé dans la première phase de construction de la basilique et nous pouvons supposer que les opérations de démontage de ce grand monument n’ont débuté qu’à partir du viie siècle, durant la phase 2 liée à la construction de la basilique à piliers. Ce grand temple aurait donc été condamné et probablement fermé aux premiers temps de la christianisation du sanctuaire. Son démantèlement partiel n’aurait commencé qu’un ou deux siècles plus tard avant sa reconversion définitive en chapelle à partir de l’époque médiévale.

26À l’inverse, le mur de péribole a été démonté dès le ve siècle, avec l’extraction de gros blocs de grès qui, une fois débités, ont servi à la construction des murs périphériques de la première basilique. Les éléments du portique qui lui était adossé à l’intérieur du téménos ont également été récupérés et remployés intégralement dans la basilique à colonne, avant d’être recyclés dans les piliers de la seconde église à trois nefs.

Le remploi dans le projet architectural : entre restitution et projection

27Trois fragments de fûts de colonne en grès ont été remployés tels quels au ve siècle dans le projet de construction de la première basilique. Deux d’entre eux noyés dans la maçonnerie du mur ouest du narthex sont conservés in situ sur plus d’un mètre de hauteur (fig. 17). Espacés de 1,90 m l’un de l’autre, ils sont alignés parallèlement à la façade ouest sur les deux têtes de mur correspondant aux retours de joues du portique. Ces deux fragments permettent de restituer un portique d’entrée de la basilique du ve siècle à deux colonnes, avec un entrecolonnement central de 1,90 m encadré de deux passages latéraux d’1,40 m de largeur. Ce portique ouvrait sur une aire extérieure dallée dont le niveau de circulation est supérieur d’une vingtaine de centimètres par rapport à celui du portique. Les quelques dalles en place appartiennent au parvis de la première basilique qui a probablement été démonté lors de la construction du narthex et de la création de nouveaux accès du côté sud.

Fig. 17 – Le fragment de colonne du portique de la première basilique intégré dans le parement extérieur du mur ouest du narthex (cliché G. Charpentier).

Image

28Les fûts de colonne, qui font 0,52 m de diamètre, sont identiques au troisième fragment trouvé à l’intérieur de la basilique. Ce dernier est noyé dans la maçonnerie du pilier nord-ouest en position couchée. Il est accolé au parement du podium du petit temple intégré à la façade ouest de la basilique. Conservé sur 0,98 m de longueur, il a conservé son lit de pose qui, intégré à la face nord du pilier, est pourvu d’un cadre d’anathyrose (fig. 18). À l’inverse des deux fûts du portique, ce fragment a été déplacé lors de la phase 2. Nous le restituons, en première position de remploi, comme un des éléments des colonnades qui séparaient les trois nefs de la première basilique, grâce à la découverte d’une base de colonne intégrée au niveau du dallage intérieur. Il s’agit d’une base calcaire moulurée est très endommagée dont il est difficile de restituer le profil. Ce bloc a probablement été déplacé pour servir de dalle au pavement de la basilique à piliers (fig. 19). Il devait à l’origine reposer sur un plot de fondation dégagé à proximité et conservé in situ. Ce dernier est construit en blocs de grès dont le niveau supérieur se situe une trentaine de centimètres en dessous du niveau du dallage restauré à l’époque médiévale. Parfaitement aligné dans l’axe du mur sud de l’abside, ce plot devait porter la base de colonne qui fait 0,72 m de côté à son lit de pose et dont on peut restituer le diamètre de son lit d’attente à environ 0,54 m. Ces deux éléments, associés aux fragments de colonnes en grès remployés dans la basilique, semblent témoigner de l’existence d’une première église à colonnes dont le plan restitué serait composé de deux rangées de cinq colonnes séparant les trois nefs (fig. 10).

Fig. 18 – Le lit de pose du fragment de colonne en grès remployé dans le pilier nord-ouest de la basilique (cliché G. Charpentier).

Image

Fig. 19 – La base de colonne et le plot de fondation de la première basilique intégrés au dallage de la basilique à piliers (cliché G. Charpentier).

Image

29La restitution d’une première basilique à colonnes est fondée en partie sur le remploi d’un fragment de fût de colonne en grès dont on ignore toutefois la hauteur originale. Suivant notre hypothèse d’une colonnade remployée intégralement dans la basilique, nous proposons de calculer sa hauteur à partir des proportions émanant de l’Antiquité romaine, afin de restituer, par un « jeu de va-et-vient », les élévations du portique du téménos, mais aussi de la basilique du ve siècle.

30Comme nous l’avons observé précédemment à partir des traces relevées sur le stylobate, les bases des colonnes de 0,72 m de côté seraient espacées les unes des autres de 3,32 m en entraxe (fig. 5). Le lit de pose du fragment du fût de colonne caractérisé par un cadre d’anathyrose permet de supposer son appartenance au sanctuaire romain provenant plus précisément du portique du téménos, en raison de sa nature en grès identique au mur du péribole contre lequel il s’appuie. Le fût reposait sur une base en calcaire identique à celle remployée dans le dallage de la basilique à piliers et dont le lit de pose, délimité par des plinthes de 0,70 m de côté, s’inscrit parfaitement à l’emplacement des traces relevées sur le stylobate. Sans pouvoir en déterminer précisément le profil, cette base fait 0,26 m de hauteur. Deux autres fragments de blocs en calcaire pourraient également avoir servi de bases au portique. Ils ont conservé leur lit d’attente sur lequel on distingue un tracé circulaire dont le diamètre correspondrait à celui du fût de la colonne en grès. Les fûts en grès font entre 0,52 m et 0,53 m de diamètre (soit deux modules). En reportant ces mesures sur la totalité de la largeur du téménos, nous pouvons restituer un portique de sept colonnes en façade, avec une colonne centrale placée dans l’axe médian du temple. Il est cependant difficile de le limiter au côté ouest du péribole et nous sommes tentés, à partir des modèles les plus répandus, de le restituer sur trois côtés. Ainsi, nous supposons que le changement d’orientation des blocs situés à l’extrémité sud du stylobate correspond au retour du portique sur le côté sud. Le téménos mesure 51,20 m de longueur. Cette distance permet de placer, avec un même entrecolonnement, quatorze colonnes, soit le double de celles de la colonnade ouest. L’hypothèse la plus cohérente consiste à restituer deux portiques nord et sud plus courts, réduits à la partie ouest du téménos. Dans ce cas, ils auraient été composés uniquement de sept colonnes, la plus à l’est étant située dans l’axe de la colonnade de façade du grand temple (fig. 3).

31Nous manquons d’éléments pour compléter l’élévation du portique du téménos. À partir des rapports de proportions établis en plan, nous pourrions proposer un portique d’ordre corinthien dont la hauteur de colonne, égale à vingt modules, atteindrait 5,20 m auxquels il faudrait ajouter 1,30 m d’entablement, soit cinq modules. Cet ordre assez peu utilisé pour les portiques de sanctuaires du Proche-Orient, aboutirait à des hauteurs bien trop élevées. Nous préférons envisager une seconde hypothèse, en utilisant les rapports de proportions plus modestes de l’ordre toscan (le plus simple des cinq ordres). Avec une hauteur de colonne restituée à 3,90 m (dont 3,42 m de hauteur de fût), l’entablement serait alors parfaitement aligné au niveau des linteaux moulurés des petites portes latérales qui, comme le portique adossé au mur du péribole, ouvrent également sur le téménos (fig. 20). En supposant, à partir des blocs relevés dans la basilique, un remploi systématique des bases, des fûts et des chapiteaux provenant de la colonnade du portique du téménos, nous pouvons proposer une restitution en élévation de la première basilique du ve siècle, avec une double colonnade à arcades (fig. 21). Ainsi, sur les dix-neuf colonnes restituées en façade sur trois côtés du portique, douze auraient été démontées pour être remployées telles quelles dans la basilique protobyzantine.

Fig. 20 – Restitution de la coupe transversale du grand sanctuaire romain, avec le portique du téménos (G. Charpentier).

Image

Fig. 21 – Restitution de la coupe longitudinale est-ouest de la basilique à colonnes (G. Charpentier).

Image

 

32Pour conclure, la pratique du remploi dans un chantier de construction d’une basilique, qui s’inscrit dans la christianisation d’un premier sanctuaire païen, est un facteur déterminant pour reconstituer l’histoire d’un site comme Yanouh, occupé de l’Antiquité jusqu’à la période médiévale. Grâce à l’identification systématique des blocs de remploi, qui permet de restituer les différents édifices toutes époques confondues, il s’agit de reconstituer un état du site à un instant donné durant lequel les opérations de démontage et de remontage sont étroitement associées.

33Ainsi, nous proposons une restitution complète du sanctuaire romain du iie siècle de notre ère fondée sur un programme homogène élaboré d’après un tracé régulateur (fig. 22). En revanche, les installations mises en place au ve siècle paraissent en définitive plus complexes. Elles intègrent à la fois des éléments abandonnés et simplement fermés, à l’image du grand temple, des secteurs partiellement démantelés, comme les installations artisanales implantées sous le portique du téménos, et des constructions arasées ou intégrées dans de nouveaux bâtiments, suivant l’exemple du petit temple romain et d’une partie du mur du péribole.

Fig. 22 – Maquette restituée du sanctuaire romain au iie siècle de notre ère (conception : G. Charpentier, réalisation : R. Gergian).

Image

34L’état du site protobyzantin au ve siècle reste à imaginer en prenant en compte ces notions de réhabilitation, de recyclage et de remploi de blocs qui ont perduré jusqu’au xiie siècle, période durant laquelle on constate une grande vague de transformation des bâtiments existants. Une chapelle est construite au nord du « grand temple » avec lequel elle communique de plain-pied, suite à de vastes opérations de remblaiement effectuées sur l’ensemble du site. Le temple lui-même est transformé en église, et la basilique est réaménagée, avec un second accès au sud percé dans le mur gouttereau. Enfin, les tombes ont envahi les espaces disponibles, dans le narthex de la basilique, contre le chevet de la chapelle du « grand temple », et partout où l’on trouvait des espaces disponibles, ceci au moins jusqu’au xve siècle.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Charpentier G. 2005, « La basilique chrétienne : les transformations d’une église byzantine », in P.‑L. Gatier, L. Nordiguian (éd.), Yanouh et le Nahr Ibrahim, Beyrouth, p. 34‑38.

Charpentier G. 2009, « Le petit temple du sanctuaire de Yanouh », Topoi 16/1, p. 107‑119.

10.3406/topoi.2009.2296 :

Charpentier G., Gatier P.‑L. 2004, « Le grand temple romain de Yanouh », in Cl. Doumet-Serhal, A. Rabate, A. Resek (éd.), A Decade of Archaeology and History in Lebanon, Beyrouth, p. 374‑385.

Charpentier G., Gatier P.‑L. 2005, « Les deux temples romains de Yanouh », in P.‑L. Gatier, L. Nordiguian (éd.), Yanouh et le Nahr Ibrahim, Beyrouth, p. 22‑28.

Gatier P.‑L., Charpentier G., Haïdar Boustani M., Harfouche R., Mercier F., Pieri D., Poupet P., Zaven T. 2002, « Mission de Yanouh et de la haute vallée du Nahr Ibrahim : rapport préliminaire (2002) », BAAL 6, p. 211‑258.

Gatier P.‑L., Harfouche R., Maqdissi M., Pieri D., Poupet P. 2001, « Mission de Yanouh et de la haute vallée du Nahr Ibrahim : rapport préliminaire (1999‑2001) », BAAL 5, p. 93‑147.

Gatier P.‑L., Nordiguian L. 2005, Yanouh et le Nahr Ibrahim, Beyrouth.

Krencker D., Zschietzschmann W. 1938, Römische Tempel in Syrien, Berlin-Leipzig.

Nordiguian L. 1999, « Le sanctuaire de Mar Girios al-Azraq à Yanouh : notes préliminaires », Topoi 9, p. 579‑594.

Notes de bas de page

1 Krencker, Zschietzschmann 1938.

2 Voir la liste des rapports préliminaires dans la bibliographie.

3 Gatier, Nordiguian 2005.

4 Charpentier, Gatier 2004.

5 Charpentier 2005.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.