Version classiqueVersion mobile

Chantiers et matériaux de construction

 | 
Anne Baud
, 
Gérard Charpentier

Mise en œuvre du galet dans l’architecture antique et médiévale en Rhône-Alpes

Joëlle Tardieu et Robert Royet

Les auteurs dédient cet article à Fiorella Cocco

Texte intégral

1Matériau local par excellence, le galet n’a que rarement attiré l’attention des archéologues rhônalpins. Paradoxalement cette matière première semble avoir pâti de son abondance et de sa facilité d’extraction dans une région structurée par de grands cours d’eau. Trop souvent il n’a été vu que comme une ressource de substitution ne justifiant pas une étude particulière.

  • 1 Tardieu 2000.

2L’architecture de galets, en tant qu’objet de recherche, n’a ainsi fait l’objet que d’une prospection thématique1 qui a porté sur le département de la Drôme, le sud Isère et plus particulièrement le Bas-Dauphiné, où ce mode de construction est devenu identitaire. Depuis, l’étude s’est poursuivie et développée, au hasard des chantiers de fouilles préventives et programmées sur la région Rhône-Alpes (fig. 1).

Fig. 1 – Sites étudiés employant du galet en Rhône-Alpes – hors Drôme et Isère (carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN).

Fig. 1 – Sites étudiés employant du galet en Rhône-Alpes – hors Drôme et Isère (carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN).

3Au final, la documentation s’avère assez indigente et rend aléatoire une tentative d’approche synthétique. De ce fait, la présente étude n’a pour ambition que de poser un cadre général diachronique en rappelant les caractéristiques de ce matériau et les modalités de sa mise en place. Enfin, nous examinerons sommairement l’évolution de son emploi entre le début de l’Antiquité et l’époque moderne.

Gisements, extraction et transport

4La particularité première de ce matériau est qu’il est à la fois d’origine locale et de provenances lointaines : ces « pierres qui roulent » que l’on ramasse à côté de chez soi ont été arrachées sous l’effet du gel, très en amont à la roche mère (Alpes et Cévennes-Bas-Vivarais) ; suite à un long processus migratoire, elles viennent d’ailleurs et le gisement se renouvelle perpétuellement. « Galet » n’est pas un terme géologique ; il s’agit d’un bloc alluvionnaire roulé et pris dans des sédiments ; c’est donc un sédiment que le fleuve va rouler.

  • 2 Triat 2015, p. 289
  • 3 Les chiffres renvoient aux départements dans lesquels se situent les lieux étudiés et aux numéros (...)

5Sa deuxième particularité est sa variété au sein d’un même gisement. Ce sont des matériaux silico-calcaires : « calcaire par les apports des terrains jurassiques et crétacés, siliceux par quelques roches exclusivement siliceuses comme des quartzites ou des silex, mais surtout par les apports alpins ou cévenols de roches endogènes, plutoniques ou volcaniques »2. Pour le sud de la région étudiée, les granites et basaltes sombres, venus entre autres des monts des Coirons (07)3 (fig. 23) par les vallées de l’Ouvèze, la Payre, l’Escoutay (fig. 4) et de l’Ardèche tranchent sur les calcaires clairs roulés par le Rhône en amont.

Fig. 2 – Sites étudiés employant du galet dans le département de la Drôme (26) [carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN].

Fig. 2 – Sites étudiés employant du galet dans le département de la Drôme (26) [carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN].

Fig. 3 - Sites étudiés employant du galet dans le département de l’Isère (38) [carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN].

Fig. 3 - Sites étudiés employant du galet dans le département de l’Isère (38) [carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN].

Fig. 4 – Viviers (07), pont antique sur la rivière de l’Escoutay. Gisement de galets de basalte (cliché J. Tardieu).

Fig. 4 – Viviers (07), pont antique sur la rivière de l’Escoutay. Gisement de galets de basalte (cliché J. Tardieu).

6Enfin, les galets sont caractéristiques par leur taille relativement réduite et imposée. De formes arrondies et allongées, plates ou bombées, ils ne sont pas ou peu retouchés lors de leur mise en œuvre. Leur dureté les rend peu gélifs et pas compressifs.

  • 4 D’après une notice inédite de Michel Wullschleger que nous tenons à remercier ici.

7Géologiquement, ces galets sont de deux origines4 :

8Au Miocène, lors de la mise en place des Alpes, l’érosion a arraché des blocs aux socles primaires (Massif central et massifs centraux alpins) et aux Préalpes calcaires. Lorsque ces régions ont été recouvertes par la mer profonde du Bas-Dauphiné, des sédiments se sont peu à peu déposés. La formation de ces galets est donc contemporaine des poudingues dont ils sont issus, ainsi que des grès et molasses diverses. Lorsque la mer s’est retirée, la mise en place des réseaux hydrographiques a libéré ces galets.

9La seconde origine (notamment pour le Vélin, le Bas-Dauphiné et la Bièvre-Valloire) est liée au travail des glaciers du Quaternaire. Au cours de leurs déplacements, ils ont véhiculé des galets qui se sont déposés en formant des terrasses le long des vallées glaciaires. Ces dépôts morainiques ont ainsi formé des plateaux (Bièvre-Valloire, Chambaran, Bonnevaux…) dans les grands chenaux retravaillés par les phénomènes fluvio-glaciaires, c’est-à-dire les eaux torrentielles des périodes de fusions interglaciaires (fig. 5).

Fig. 5 – Albon (26), champs labourés dans l’environnement du site du château (cliché J. Tardieu).

Fig. 5 – Albon (26), champs labourés dans l’environnement du site du château (cliché J. Tardieu).

10Les galets sont ramassés sur les terrasses – ce sont par exemple les terrasses würmiennes de Valence (26‑25) et de Montélimar (26‑18) – après épierrage des champs et dans les fonds de vallées. Ces derniers, dits de rivières, tirés des alluvions fluviatiles sont des dépôts peu homogènes, aux formes très arrondies qu’il faudra trier avec attention avant utilisation. Les galets de moraines, plus longs, plus plats et de plus grandes dimensions sont le matériau idéal pour monter un appareil autobloquant disposé soit en épis, soit – et c’est le cas le plus fréquent pour les périodes post-antiques – en arêtes de poisson. Les possibilités de remplois après démolition sont nombreuses et parfois inattendues, comme sur la ferme augustéenne de Mauboule à Valence (26‑25) où des galets thermofractés provenant de foyers protohistoriques ont parfois été réutilisés dans les fondations. Extrait, ce matériau est simplement transporté en tombereaux, dans la plupart des cas sur de très courtes distances.

11Le tri et le stockage sont des postes primordiaux dans sa mise en œuvre. Matériau ramassé, le galet est gratuit, mais il demande de nombreuses manipulations avant et pendant son utilisation : ramassage, tri raisonné selon sa taille, sa forme, sa nature, ses couleurs, etc., et calibrage pour rendre un assisage possible, avant d’être stocké jusqu’à l’obtention de quantités conséquentes pour commencer la mise en œuvre. Il exige de ce fait la présence d’aires de stockage importantes et planes, les tas triés devant avoir de l’embase pour se tenir : un tas se stabilise à un angle de 30‑35°, dit angle de repos, et ce dernier varie selon le frottement qui, lui, change selon la taille des composants.

Mise en œuvre

12Celle-ci reste fastidieuse : monter un mur de galets est avant tout un travail de maçon ; la part et la nature du mortier y sont primordiales.

13Le galet n’est que très rarement retouché – il est parfois éclaté en deux – avant sa mise en œuvre. Il est choisi en fonction de son calibre et de ses dimensions pour s’insérer au mieux dans une assise en cours. Le mortier doit être souple et malléable, car il est destiné à combler les nombreux interstices. Il comporte une importante quantité de gros gravillons roulés qui apportent une cohésion mais doit être très chargé en fines (1/3 de chaux pour 2/3 de sable) afin d’assurer une meilleure adhérence.

  • 5 Tardieu 2007.

14Les galets, enfoncés à la massette dans un épais bandeau de mortier plastique, sont posés en boutisse, la partie longue étant prise dans le blocage afin de stabiliser l’ensemble ; ils sont ensuite scellés superficiellement par un cordon de mortier avant de recevoir le bandeau suivant. La disposition des galets (sur chant, en arête de poisson, en épis, lités…), l’éventuelle présence de calage avec des morceaux de tuiles intercalées, l’insertion de lits intermédiaires dans un autre matériau (briques, moellons…) relèvent d’une typologie5 qui peut apporter des éléments de chronologie.

15Les joints sont ensuite serrés à la truelle, ce qui crée un effet de damage et permet de les densifier en faisant ressortir la laitance de chaux. Le parement, s’il n’est pas ultérieurement enduit, est alors dit « à pierres vues ». Les assises sont parfois surlignées (fig. 6) pour donner l’illusion d’un appareil.

Fig. 6 – Bourg-lès-Valence (26), golf des Chanalets, élévation antique en galets et faux appareil (cliché J. Tardieu).

Fig. 6 – Bourg-lès-Valence (26), golf des Chanalets, élévation antique en galets et faux appareil (cliché J. Tardieu).

Répartition et aires de diffusion

Les limites d’une documentation

  • 6 Pré-inventaires archéologiques départementaux basés essentiellement sur des recherches bibliograph (...)

16L’étude de la mise en œuvre du galet se heurte à une documentation indigente, voire inexistante. Dans la plupart des cas, l’emploi du galet doit être déduit de mentions fourre-tout comme « construction en terre », en « matériau léger » ou « matériau périssable ». La consultation de la Carte archéologique nationale met en évidence l’absence d’information pour l’époque gallo-romaine, notamment pour les découvertes antérieures à 1990 ou pour les prospections. La plupart des Cartes archéologiques de la Gaule6 ne l’ont pas intégré dans l’index (cf. infra), au contraire d’autres matériaux.

  • 7 La description trop succincte des structures dans lesquelles il est employé peut d’ailleurs avoir (...)

17Le dépouillement des rapports de fouille, fussent-ils récents, n’apporte là encore trop souvent que des informations floues. Pour l’époque antique notamment, le manque de données est flagrant : les références aux matériaux de construction restent lacunaires, les lieux de ramassage potentiels, jamais indiqués et les éléments architecturaux concernés, jamais archéologiquement décrits. Or, un soubassement en galets n’est pas du vrac. Il faudrait donc que les archéologues, dans leurs descriptions, s’attardent sur ces aspects et arrêtent d’écrire systématiquement « fondations de galets liés à la terre » sans aucune analyse7.

  • 8 Adam 1989.

18Force enfin est de constater que le désintérêt pour le galet dépasse largement la région. Ainsi note-t-on dans l’ouvrage de synthèse sur la construction romaine de J.-P. Adam8 qu’il n’est évoqué que comme matériau constitutif de mosaïques précoces !

Répartition

19Est-ce un matériau d’origine uniquement locale ? Dans l’ensemble, il ne fait pas l’objet de transport sur de longues distances comme cela peut être le cas pour d’autres. Le galet est utilisé dans des zones où il peut être extrait in situ ou à proximité : ainsi dans la vallée du Rhône, du côté ardéchois, le galet de basalte n’est utilisé qu’aux confluences des affluents du Rhône. Dès que l’on sort de l’emprise des cônes de déjection, l’emploi du calcaire redevient prédominant.

Localisation des galets dans la construction

20Son emploi est très rarement exclusif. Il est quasiment toujours – mais il existe des exceptions – associé à d’autres matériaux pour les parties porteuses et les chaînes d’angle qui doivent contenir les élévations par un assemblage marié en carreaux-boutisses (fig. 7). À l’époque antique, il fait souvent office de soubassement ou de sablière basse à des murs à pans de bois ou d’adobe et il est rarement utilisé seul dans les élévations. Dans nos régions, pour des raisons d’approvisionnement local, le galet est, aux époques médiévale, moderne et contemporaine, le plus souvent associé à de la molasse. En ville ou pour les résidences de domaines ruraux (manoirs, châteaux….) [fig. 8], à partir des xve-xvie siècles, les façades principales peuvent être traitées en pierre de taille, le galet restant réservé aux façades latérales.

Fig. 7 – Chaînes d’angle, assemblage en carreaux-boutisses (cliché J. Tardieu).

Fig. 7 – Chaînes d’angle, assemblage en carreaux-boutisses (cliché J. Tardieu).

Fig. 8 – Anneyron (26), château de Larnage (cliché J. Tardieu).

Fig. 8 – Anneyron (26), château de Larnage (cliché J. Tardieu).

21S’il est utilisé en œuvre ou en fondation, il apparaît très souvent en drainage sous des sols (radiers antiques à Saillans-La Condamine [26‑22], fig. 9), en remblais (Saillans-Le Grand-Cèdre [26‑22]) ou encore en sols aménagés. À Lyon-Zac Saint-Pierre, dans une villa précoce, on observe une différenciation dans les approvisionnements : les galets représentent seulement 3 % des matériaux de construction dans le bâti et 60 % dans les aménagements hors habitat.

Fig. 9 – Saillans (26), lotissement du Grand Cèdre, radier de galets (cliché J. Tardieu).

Fig. 9 – Saillans (26), lotissement du Grand Cèdre, radier de galets (cliché J. Tardieu).

22Exceptionnellement, il peut être utilisé comme élément de décoration comme, par exemple, à Saint-Clair-du-Rhône (38‑09) où les contours de plusieurs représentations zoomorphes ont été dessinés avec des galets (fig10). Si l’authenticité de cet exemple unique ne semble pas faire de doute, le contexte archéologique – il est, souvent, mal défini – dans lequel il s’inscrit ne permet ni datation précise ni interprétation fonctionnelle. Signalons également qu’on les trouve fréquemment en entourage de sépultures protohistoriques ou médiévales, souvent contemporaines dans cette dernière période aux tombes à lauses.

Fig. 10 – Saint-Clair-du-Rhône, ZAC Varambon (38), pavement de galets (dessin G. Pétillon).

Fig. 10 – Saint-Clair-du-Rhône, ZAC Varambon (38), pavement de galets (dessin G. Pétillon).

23L’emploi du galet est souvent associé à une architecture dite vernaculaire. Les constructions du début de l’Antiquité et des époques moderne et contemporaine emploient des galets à la ville comme à la campagne. Pour l’époque médiévale, les données sont trop rares (Montélimar-îlot des Pénitents, 26‑16) pour être exploitées, notamment en ce qui concerne le domaine urbain. Mais aux époques moderne et contemporaine son emploi en ville est plus systématique : Valence (26‑25), Anneyron (26‑03), Livron (26‑13), Loriol (26‑14), Taulignan (26‑23), Die (26‑09) [fig. 11]… L’emploi du galet est-il uniquement, comme on le voit se dessiner à l’époque antique et s’affirmer à partir du Moyen Âge (architecture castrale ou religieuse), caractéristique d’une construction à moindre coût ? N’est-il pas aussi un marqueur social ?

Fig. 11 – Die (26), maison Chambon (xve-xvie siècle) [cliché J. Tardieu].

Fig. 11 – Die (26), maison Chambon (xve-xvie siècle) [cliché J. Tardieu].

L’emploi en fondations

24L’élaboration de fondations correspond à l’emploi du galet le plus fréquemment attesté notamment pendant l’Antiquité. L’assemblage répond à une organisation très rationnelle, en fonction de l’épaisseur voulue ; c’est la taille des galets qui détermine leur emplacement dans le mur (fig. 12) : les plus gros sont alignés en parement dans des tranchées fermées étroites, la partie la plus longue du galet s’enfonçant dans l’épaisseur du mur ; les plus petits sont imbriqués en épis dans le blocage pour ne pas gêner la circulation de l’eau. Enfin, pour éviter le déchaussement, les interstices sont occupés par des galets de plus petit module ou par des fragments de tuiles, voire d’amphores.

Fig. 12 – Valence (26), Mauboule, ferme gallo-romaine, angle maçonné dans des fondations de galets (cliché J. Tardieu).

Fig. 12 – Valence (26), Mauboule, ferme gallo-romaine, angle maçonné dans des fondations de galets (cliché J. Tardieu).

25À quelques exceptions près (ferme tardo-antique de Château-Gaillard [01], L’Argillier, ou habitat urbain de Thonon-les-Bains [74], rue J. Ferry), on ne retrouve pas ou peu de mortier dans ces fondations, sauf parfois pour les angles (Valence-Mauboule [26‑25]) [fig. 12], ni aucun autre liant ; la terre qui y est retrouvée a été apportée par les circulations d’eau. L’utilisation du galet dans les fondations sur trois ou quatre assises a donc essentiellement un rôle de drainage. Le traitement des angles est plus difficile à analyser : réalisés avec des galets de gros modules (Valence-camp de Lautagne [26‑25] ou ferme antique à Montagnieu-Les Grandes Terres [01]) ou très couramment avec des pierres, ils ont souvent disparu, ne laissant qu’un négatif (Bourg-lès-Valence - Les Chanalets [26‑04]) pas toujours identifiable.

26Le galet – et cela semble particulièrement fréquent pour l’époque augustéenne, voire la première moitié du ier siècle de notre ère – est aussi utilisé en soubassement pour servir de support à des murs de terre (notamment adobe) ou à pans de bois. Ces soubassements sont montés sur plusieurs assises régulières (les galets sont assisés et posés sur chant à l’époque antique, en arête de poisson, ou en épis à partir de l’époque moderne) pour former une sablière basse ou déjà une partie (environ 1/3) du mur (fig. 13). À l’époque antique, pour quelques auteurs, ils semblent avoir été banchés, mais cette assertion est sujette à caution.

Fig. 13 – Saint-Rambert d’Albon (26), sablière d’une habitation rurale (xviiie siècle) [cliché J. Tardieu].

Fig. 13 – Saint-Rambert d’Albon (26), sablière d’une habitation rurale (xviiie siècle) [cliché J. Tardieu].

27Les exemples médiévaux restent rares, mais pas inexistants : citons l’église de Moras-en-Valloire (26‑19). À Romans (26‑21), la fouille d’un village d’artisans-potiers du xie siècle a livré des fondations (ou soubassements ?) de galets appartenant à des murs protégeant les fours dont les parois sont tapissées de galets (fig. 14). À partir de l’époque moderne, l’utilisation du galet dans les soubassements est systématiquement associée aux murs en pisé, que ce soit pour des bâtiments agricoles (granges à trois nefs du xviie siècle associées à l’abbaye cistercienne de Bonnevaux (38) ou de l’habitat rural (Ain et Bas-Dauphiné…])

Fig. 14 – Romans-sur-Isère (26), fours de potiers médiévaux (cliché J. Tardieu).

Fig. 14 – Romans-sur-Isère (26), fours de potiers médiévaux (cliché J. Tardieu).

Dans les élévations

28Les cas d’élévations exclusivement en galet sont rares pour l’Antiquité. On peut néanmoins citer, en milieu urbain, des murs dans la villa (en réalité un quartier artisanal suburbain) des Illettes à Annecy (74) [fig. 15], aux Chanalets à Bourg-lès-Valence (26‑04) ou en blocage dans des murs à parement de pierre comme dans le barrage de l’aqueduc viennois de la Gère à Estrablin (38‑04). L’usage exclusif du galet est aussi parfois attesté pour des ouvrages enterrés : aqueduc de Genève à Andilly, puits avec assises de réglage en tegulae à Genas - La Grande Seiglière (69‑05). Sur ce site, l’appareil mixte du puits se rencontre aussi pour les fondations du bâtiment principal.

Fig. 15 – Annecy-le-Vieux (74), les Ilettes, salle 5 du bâtiment II, petit bâtiment « de repos » du dernier quart du iie siècle (cliché J. Serralongue, 1983, Conseil départemental de la Haute-Savoie).

Fig. 15 – Annecy-le-Vieux (74), les Ilettes, salle 5 du bâtiment II, petit bâtiment « de repos » du dernier quart du iie siècle (cliché J. Serralongue, 1983, Conseil départemental de la Haute-Savoie).

29Mais ce qui domine, c’est plutôt l’emploi conjoint de pierres ou de blocs grossièrement équarris associés à des galets. Ainsi à Albens (73), La Ville a conservé un mur haut de trois mètres avec de gros galets tirés du Furon et des moellons bruts liés au mortier (mur de soutènement ?). À Luc-en-Diois (26‑15), au Champ du clos, des murs de galets et de blocs liés au mortier sont montés sur des fondations de galets « liés à l’argile ».

30Au Moyen Âge, la maçonnerie de galets est réservée aux parties moins nobles : blocages ou élévations des nefs : Salaise-sur-Sanne (38‑12), Saint-Jean-de-Maurienne (fig. 16) et Saint-Martin d’Aime en Savoie. Ils sont souvent mêlés à des moellons de mauvaise qualité. À partir de la fin du Moyen Âge, l’emploi du galet se systématise, même et surtout dans les constructions défensives.

Fig. 16 – Saint-Jean-de-Maurienne (73) [relevé I. Parron].

Fig. 16 – Saint-Jean-de-Maurienne (73) [relevé I. Parron].

31Le galet est souvent utilisé pour boucher des ouvertures, grâce aux nombreuses possibilités qu’offre sa manipulation facile. À partir du xviiie et au xixe siècle, il est retenu dans toute la vallée du Rhône pour surélever les bâtiments.

Aspects chronologiques

  • 9 Lavendomme 1997.

32Pour l’Antiquité, faute d’une recherche spécifique telle que celle menée pour l’époque médiévale, le corpus a été constitué pour l’essentiel par le dépouillement des Cartes archéologiques de la Gaule disponibles sur les huit départements. Il faut souligner que la validité des cartes de répartition qui peuvent en être tirées est très variable selon les volumes ; les plus anciens, qui n’ont pu bénéficier du développement de l’archéologie préventive, sont souvent très laconiques et ne différencient en effet que rarement les galets des moellons bruts. Ainsi, dans celui consacré à la Loire9, l’index identifie le grès, le granite, le schiste, le porphyre, mais pas le galet, alors même qu’il est le matériau constitutif de la villa de Saint-Alban-les-Eaux, la seule alors connue dans le département.

33La carte archéologique de l’Isère, dont l’espace a été traité en deux tomes publiés à vingt ans d’intervalle, illustre bien une évidente différence de fiabilité. Une densité beaucoup plus forte peut être constatée au premier coup d’œil pour le nord du département. Toutefois, même dans ce dernier secteur qui connaît une forte activité de prospection, il faut souligner qu’une proportion importante des sites n’est caractérisée que par la présence de tegulae. Il est en effet dans la plupart des cas très difficile d’assurer que les galets observés sont effectivement arrachés à des murs et ne sont pas simplement des remontées du substrat.

Protohistoire récente

34L’hypothèse que le galet soit un matériau « indigène » suppose un emploi régulier dans les siècles, voire les décennies, précédant la conquête. Or, force est de constater que la multiplication des fouilles préventives n’a pas réellement mis en évidence autre chose qu’une utilisation sporadique du galet.

35S’il est souvent employé pour le calage de poteaux dans les bâtiments en bois, on ne retrouve jamais de soubassements de galets dans les habitats laténiens. Tout au plus, dans les zones de gisements, le voit-on apparaître en blocage dans des contextes funéraires : tumulus de la rue Isaac à Lyon (hallstattien), caisson de galets dans des tombes de Château-Gaillard (01) ou associés à des blocs à Die-Cocause (26‑09)… Dans un autre contexte (tumuli des Géandes à Bourg-Saint-Andéol [07], en pays calcaire), le remplissage a été réalisé avec du matérieu local.

Époque antique

36L’inventaire des sites antiques utilisant le galet suggère une périodisation, mais celle-ci reste fragile car nous raisonnons sur des sites en partie arasés, dont seules les fondations ou sablières basses sont conservées et dont, comme il l’a déjà été signalé, la description peut être sujette à caution.

Une phase précoce

  • 10 Les prospections conduites dans l’emprise du cadastre B d’Orange, immédiatement au sud de Valence, (...)

37La construction en galet apparaît à des dates variables selon les secteurs, mais correspondant aux premiers temps de la romanisation (selon les lieux, du milieu du ier siècle avant jusqu’au ier siècle après J.-C.). On construit avec des galets dès le milieu du ier siècle en ville pour de l’habitat (Lyon-Rue des Farges) ou même pour des équipements publics (Valence-Odéon [26‑25]), comme à la campagne dans des sites aux statuts très différents : en Narbonnaise à Valence-Mauboule (26‑25), exemple typique d’une exploitation liée à la création de la Colonia Valentia10 ou, à l’opposé, à Saint-Romain-de-Jalionas (38‑11) [fig. 17] dans un habitat aristocratique allobroge qui se transforme alors en villa, ou encore en Lyonnaise, comme à Montagnieu - le-Pré-de-la-Cour (01), un hameau d’origine laténienne.

Fig. 17 – Saint-Romain-de-Jalionas (38), le Vernai, villa augustéenne (cliché R. Royet).

Fig. 17 – Saint-Romain-de-Jalionas (38), le Vernai, villa augustéenne (cliché R. Royet).

38Ce parallélisme architectural est bien sûr discutable : l’emploi en fondations et soubassements est évident dans ces trois cas, mais qu’en est-il des élévations ? La documentation reste à ce titre lacunaire. Si au Pré-de-la-Cour les élévations sont vraisemblablement à pan de bois, il n’en est pas de même à Saint-Romain-de-Jalionas (38‑11), où les bâtiments semblent être d’ores et déjà construits totalement en pierre. Il faut d’ailleurs noter que l’érection des murs de cette villa précoce s’est fatalement accompagnée de l’ouverture d’une carrière dans les flancs du massif de l’Isle-Crémieu distant d’une dizaine de kilomètres. Il eut donc été possible d’utiliser la pierre calcaire, y compris pour les parties enterrées, comme cela sera fait dans les phases ultérieures. Ici, l’usage du galet relève d’un choix technique délibéré, celui du drainage dans un milieu très humide et non d’un parti pris de facilité de mise en place ou d’extraction. On relève enfin la quasi-similitude de plan entre des bâtiments des sites contemporains de Saint-Romain-de-Jalionas (38‑11) et de Mallemort (13) ce qui conduit à envisager un transfert depuis la zone méditerranéenne de plans ainsi que de techniques de construction.

Les premiers siècles de notre ère

39Cette utilisation systématique disparaît pour réapparaître lors d’une phase tardive. Entre ces deux périodes, au Haut Empire où s’impose la tradition de la pierre de taille, l’abandon de ce matériau est quasi systématiquement précoce dans les villes. Que ce soit à Lyon ou à Saint-Romain-en-Gal (38‑10), la transition s’opère dès les premières années de notre ère.

40En campagne, en revanche, les situations diffèrent selon les régions : dans l’Est lyonnais ou dans l’Ain, l’emploi du galet reste systématique, quelle que soit la période. Dans le Nord-Isère contigu, il n’est plus utilisé que pour les édifices de statut inférieur ; ailleurs, que cela soit dans la Loire, dans les nouvelles constructions de la villa de Saint-Alban-les-Eaux (42) ou à Crest-Bourbousson (26‑08) [fin iie-début iiie siècle], à Allan-la Barque (26‑02) [ier ap. J.-C.]…, on continue d’employer le galet.

41Son emploi n’est toutefois plus exclusif. On voit en effet s’opérer un changement dans les techniques de construction, même sur les terrains à galets : dans la Drôme, à Donzère-Le Molard (26‑10) [villa de la première moitié du ier siècle ap. J.-C.], à Châteauneuf-du-Rhône (26‑07), à Saint-Martin à Chabrillan (26‑05) ou à Lyon-Vaise (ZAC Saint-Pierre, 69), on recourt dorénavant à d’autres matériaux. La mise en œuvre du galet n’est donc pas uniquement liée à une ressource locale, et il existe des spécificités régionales dont on ne saisit pas encore les raisons.

Antiquité tardive

42Il semblerait qu’à partir du ive siècle le galet soit de nouveau employé, mais avec un usage plus restreint ou plus spécialisé. Dans le Nord-Isère, plusieurs sites distants de quelques kilomètres seulement illustrent cette spécificité. Sur le plateau de Larina, à Hières-sur-Amby (38‑07), les bâtiments d’un ensemble de bâtiments des ive et ve siècles sont dans un premier temps construits sur poteaux, puis rapidement rebâtis en pans de bois sur fondations de galets (fig. 18). Or, cet établissement est construit directement sur le rocher, à quelques mètres seulement de carrières contemporaines. Les galets, qui ne sont pas une ressource locale, ont dû être extraits à plusieurs kilomètres. Peut-être ont-ils été acheminés depuis la plaine d’Optevoz (38‑08), au centre du plateau de l’Isle-Crémieu, où cette matière première n’a que rarement été utilisée dans les constructions de l’agglomération gallo-romaine proprement dite. On ne peut toutefois exclure qu’ils proviennent de la terrasse du Rhône située en contrebas de falaises sur lesquelles est juché le site.

Fig. 18 – Hières-sur-Amby (38), Larina, bâtiment économique de l’Antiquité tardive (cliché J. Tardieu).

Fig. 18 – Hières-sur-Amby (38), Larina, bâtiment économique de l’Antiquité tardive (cliché J. Tardieu).

43L’usage du galet apparaît ici comme un marqueur : à l’instar de la villa implantée dans la plaine dont ils dépendent, les édifices les plus importants, le pressoir et le grenier, sont en pierre, alors que les bâtiments secondaires  petits ateliers ou habitats des personnels – sont en galets et pans de bois.

44Cette opposition ne se retrouve toutefois pas à Villette-d’Anthon-Charvas (38‑13), distant d’une vingtaine de kilomètres seulement, où une fouille récente a livré les vestiges d’une ferme du ive siècle, dont les fondations sont en galets et qui possède des sols extérieurs (cour) en calade de galets (fig. 19). Cet établissement est néanmoins rustique et n’a livré aucune trace d’équipement ou de matériel qui attesterait d’un statut social élevé du propriétaire. Enfin, dans la grande villa du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (38‑11), située à mi‑chemin entre les deux sites précédents, l’usage du galet est totalement absent pour cette période, même comme fondation pour les cloisons de terre.

Fig. 19 – Villette-d’Anthon-Charvas (38), bâtiments et sol de galet du viie siècle (A. Poirot, cliché Archeodunum).

Fig. 19 – Villette-d’Anthon-Charvas (38), bâtiments et sol de galet du viie siècle (A. Poirot, cliché Archeodunum).

45Notons enfin, à titre presque anecdotique, l’emploi, sans équivalent dans la région, du galet pour établir les fondations du rempart de Grenoble (38‑06).

Époque médiévale

La mutation du haut Moyen Âge

46Pour les ve et vie siècles, le corpus est peu abondant et les exemples rares. Dans le nord de l’Isère, sur l’habitat perché de Larina à Hières-sur‑Amby (38‑07), on constate que la grande résidence du vie siècle est édifiée en moellons calcaires alors que l’emploi du galet était systématique aux ive et ve siècles. Dans ce secteur, on voit sur plusieurs sites (Le Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas [38‑11], Saint-Roch à Courtenay [38‑03]…), que les habitats de la classe dirigeante sont toujours construits intégralement en moellons.

47Ce constat ne semble toutefois pas valable en tous lieux et on peut se demander dans quelle mesure il ne s’agit pas d’un particularisme local. On rencontre en effet régulièrement l’emploi du galet en fondation en milieu rural, par exemple à Villette d’Anthon (38‑13) où, au vie siècle, un nouvel établissement succède à une ferme gallo-romaine, à Brenthomme (74), dans un bâtiment des vvie siècles ou encore à Reveyrolle sur la commune de Colombier-Saugnieu (38‑01) dans le Velin lyonnais, dans les fondations d’une grande ferme datée des vieviie siècles.

48Il en est de même dans l’habitat périurbain qui se met progressivement en place à compter du ve siècle, rue Pierre-Audry à Lyon. En revanche, pour les bâtiments publics, on ne peut renvoyer qu’à quelques exemples comme la basilique Saint-Maurice à Briord (01) [fig. 20], dont les fondations sont en galets. Il est possible que rentre aussi dans cette catégorie le bâtiment à abside de la Châtelarde à Poncin (01) dont la nature, résidence aristocratique ou bâtiment officiel, reste néanmoins à assurer. Dans cet établissement du vie siècle, les galets sont utilisés en bourrage dans des fondations à parements de grosses pierres.

Fig. 20 – Briord (01), Les Plantées, basilique Saint-Maurice (cliché J. Chastel).

Fig. 20 – Briord (01), Les Plantées, basilique Saint-Maurice (cliché J. Chastel).

49Ce dernier site incite donc à ne pas exclure une certaine continuité entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge, le galet étant utilisé à défaut.

50Cette distinction sociale se poursuit à l’époque carolingienne : à Albon (26‑01), dans le site castral de la fin du xe siècle, le galet morainique est uniquement réservé aux blocages et aux fondations, tandis que dans l’habitat rural du Rival à La Côte-Saint-André (38‑02), les structures ont des fondations en galets.

51Son emploi se développe durant l’époque médiévale et pour les régions étudiées, il devient systématique à la fin de la période. Il est dans un premier temps réservé en blocage, mais ce sont surtout des constructions de prestige qui ont été étudiées comme l’aula et la tour du château d’Albon (26‑01) [fig. 21], l’abbaye de Saint-Ruf de Valence (26‑25), le prieuré Saint-Gervais de Portes (26‑20)… Les parements sont montés en moellons ou pierre de taille (grès ou molasse). Les galets du blocage, alignés en assises, s’imbriquent au moment du montage avec les matériaux de parement. À Albon (26‑01) ou Mercurol (26‑17), les échafaudages des murs de galets sont de type encastrés et des planées règlent l’ensemble par des remises à niveaux régulières correspondant à la hauteur d’un platelage.

Fig. 21 – Albon (26), château, blocage en galets des murs de l’aula (cliché J. Tardieu).

Fig. 21 – Albon (26), château, blocage en galets des murs de l’aula (cliché J. Tardieu).
  • 11 Fournier 2001.

52Le galet est aussi employé dans des maçonneries en élévation dans des édifices du xie (cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne [73]), xiie (Salaise-sur-Sanne [38‑12]) ou xiiie siècle (couvent de Charrière à Chateauneuf-de-Galaure [26‑06])11 (fig. 22). À partir du xive siècle, l’emploi du galet se généralise dans les élévations des régions où il peut être ramassé aisément ; celles-ci devaient alors être enduites.

Fig. 22 – Châteauneuf-de-Galaure (26), couvent de Charrière, église (cliché J. Tardieu).

Fig. 22 – Châteauneuf-de-Galaure (26), couvent de Charrière, église (cliché J. Tardieu).

53À la fin du Moyen Âge, à partir du xve siècle, son emploi en parement, associé à de la pierre de taille pour les parties porteuses, devient systématique. Dans les architectures militaires, le galet disposé en épis dans des murs épais résiste parfaitement à la sape : dès lors, il est employé pour les enceintes, comme à Taulignan (26‑23), Moras-en-Valloire (26‑19), dans les portes de villes de Tulette (26‑24), Hauterive (26‑11) et dans les tours qui flanquent le prieuré de Manthes (26‑16) [fig. 23]…

Fig. 23 – Manthes (26), tours de galets qui flanquent le prieuré (cliché J. Tardieu).

Fig. 23 – Manthes (26), tours de galets qui flanquent le prieuré (cliché J. Tardieu).

 

54Les époques modernes et contemporaines sont « l’âge d’or » de la mise en œuvre de ce type de matériau, et son emploi en élévation devient emblématique des terroirs à galets. À partir du xvisiècle, le galet est présent dans toutes les constructions de prestige : maisons fortes (domaine des Thévenin à Romans [26‑21], commanderie de Lachal [26‑12], maisons de ville à Die [26‑09], maison Chambon et quartier canonial…) : les parties porteuses et l’accès principal sont toujours traités en pierre de taille, mais toutes les maçonneries sont en galets enduits. Pour les bâtiments plus anciens, toutes les surélévations et petites transformations (fermeture de porte ou fenêtre) se font en galet.

55Au xviiie siècle apparaissent dans les assises des remises à niveau systématiques par l’apport de fragments de tuiles de couverture, signe d’un tri plus aléatoire des galets et d’une mise en œuvre moins soignée : Die (26‑09), Château de Larnage à Anneyron (26‑03)… (fig. 6).

Fig. 24 – Peyrins (26), maison du xixe siècle (cliché J. Tardieu).

Fig. 24 – Peyrins (26), maison du xixe siècle (cliché J. Tardieu).

56Enfin, le bel appareil en épis réguliers qui exploite l’aspect esthétique qui peut être obtenu semble être plutôt contemporain et n’était pas destiné à être enduit (fig. 24).

Conclusion (fig. 25)

Fig. 25 – Bressieux (38), rond-point de la zone commerciale reproduisant le château médiéval (tuiles et galets) [cliché J. Tardieu].

Fig. 25 – Bressieux (38), rond-point de la zone commerciale reproduisant le château médiéval (tuiles et galets) [cliché J. Tardieu].

57La réévaluation de l’importance du galet dans l’architecture rhônalpine ancienne reste à réaliser. À ce jour, les quelques remarques chronologiques et fonctionnelles émises pour les huit départements de la région Auvergne - Rhône-Alpes sont des hypothèses de travail qui restent à démontrer. Les cartes de répartition pour l’Antiquité seront certainement à reconsidérer à l’issue d’un dépouillement systématique de l’iconographie disponible, mais dispersée dans les rapports de fouille. Il reste aussi à appréhender l’évolution de l’importance de l’emploi du galet au regard de la construction en moellons.

58En l’état actuel, il apparaît toutefois déjà clairement que l’utilisation rationnelle du galet accompagne la romanisation. Bien qu’il s’agisse pour les bâtisseurs d’une ressource locale d’emploi extrêmement aisée, le galet n’est pas seulement constitutif d’une architecture de second ordre. Au contraire, utilisé tant à la ville qu’en milieu rural, il est un composant essentiel de l’architecture gallo-romaine précoce. Même si son usage tend à s’effacer progressivement derrière celui de la pierre, il reste utilisé tout au long de l’Empire et même au-delà, aidé en cela par des possibilités d’emploi beaucoup plus diversifiées que comme simple bourrage drainant. À partir de l’époque moderne, l’emploi du galet est lié à une architecture localisée sur les zones de ramassage, mais la mise en œuvre de ce matériau n’a rien de vernaculaire. Le galet devient au xixe siècle emblématique d’une région qui comprend le Bas-Dauphiné, le sillon rhodanien et ses vallées affluentes.

Bibliographie

Adam J.-P. 1989, La construction romaine (3e éd.), Paris.

Bertrandy F., Chevrier M., Serralongue J. 1999, La Haute Savoie, Carte archéologique de la Gaule 74, Paris.

Bertrandy F., Bleu S., Jospin J.-P., Royet R. 2011, L’Isère. Arrondissement de La Tour-du-Pin, Carte archéologique de la Gaule 38/2, Paris.

Buisson A. 1990, L’Ain, Carte archéologique de la Gaule 01, Paris.

Fournier V. 2001, Le couvent de Charrière. Étude historique et archéologique de l’église, maîtrise d’archéologie médiévale, université Lumière Lyon 2.

Lavendomme M.-O. 1997, La Loire, Carte archéologique de la Gaule 42, Paris.

Pelletier A., Dory F., Meyer W., Michel J.-C. 1994, L’Isère, Carte archéologique de la Gaule 38/1, Paris.

Planchon J., Bois M., Conjard-Rethore P. 2010, La Drôme, Carte archéologique de la Gaule 26, Paris.

Porte P. 2011, Larina. De l’Antiquité au Moyen Âge, 2 vol., Biarritz.

Tardieu J. 2000, « Pierres qui roulent… L’architecture de galets en Drôme du nord, prospections thématiques », Programme 25, MCC, DRAC Rhône-Alpes, SRA, Lyon.

Tardieu J. 2007, « Pierres qui roulent… l’architecture de galets en Drôme », in C. Burgard, A.-M. Clappier (dir.), Pierres dans la Drôme. De la géologie à l’architecture, Histoires de patrimoines, Pont-Saint-Esprit, p. 86‑91.

Tardieu J., Association Mémoire de Bonnevaux, Le Barrier C. 1992, « Étude d’une architecture vernaculaire particulière : les granges de l’abbaye de Bonnevaux », in Lumières et ombres sur le xiiie siècle. II, En plaine et en montagne, publié dans Revue drômoise, n. s. Les Cahiers de Léoncel 8, p. 20‑35.

Triat J.-M. 2015, « Formations à galets », in J.-M. Triat, Pierres de Provence. Richesse et originalité du patrimoine géologique provençal, Cavaillon, p. 289‑300.

Notes

1 Tardieu 2000.

2 Triat 2015, p. 289

3 Les chiffres renvoient aux départements dans lesquels se situent les lieux étudiés et aux numéros portés sur les cartes départementales (fig. 2 pour la Drôme et fig. 3 pour l’Isère).

4 D’après une notice inédite de Michel Wullschleger que nous tenons à remercier ici.

5 Tardieu 2007.

6 Pré-inventaires archéologiques départementaux basés essentiellement sur des recherches bibliographiques.

7 La description trop succincte des structures dans lesquelles il est employé peut d’ailleurs avoir des conséquences fâcheuses. Ainsi en 2015, lors d’une opération d’archéologie préventive sur la commune de Messimy (69), de nombreuses bandes de galets ont été rencontrées lors du diagnostic. La plupart d’entre elles ayant été interprétées comme des drains, l’un des auteurs (R. R.) a été amené, lors du montage de la fouille, à sacrifier une partie de l’emprise couverte par ces vestiges ; malheureusement ces « drains » se sont avérées au décapage être des murs d’une grande villa.

8 Adam 1989.

9 Lavendomme 1997.

10 Les prospections conduites dans l’emprise du cadastre B d’Orange, immédiatement au sud de Valence, ont aussi mis en évidence une nappe de peuplement de type colonial caractérisée par un habitat en matériaux légers, vraisemblablement à fondations de galets.

11 Fournier 2001.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sites étudiés employant du galet en Rhône-Alpes – hors Drôme et Isère (carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 2 – Sites étudiés employant du galet dans le département de la Drôme (26) [carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 3 - Sites étudiés employant du galet dans le département de l’Isère (38) [carte R. Royet et F. Cocco, SRA-DRAC Rhône-Alpes, d’après données Patriarche issues de la base de données cartographiques BD CARTO ® de l’IGN].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 – Viviers (07), pont antique sur la rivière de l’Escoutay. Gisement de galets de basalte (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 855k
Titre Fig. 5 – Albon (26), champs labourés dans l’environnement du site du château (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 6 – Bourg-lès-Valence (26), golf des Chanalets, élévation antique en galets et faux appareil (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 7 – Chaînes d’angle, assemblage en carreaux-boutisses (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 8 – Anneyron (26), château de Larnage (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 9 – Saillans (26), lotissement du Grand Cèdre, radier de galets (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Fig. 10 – Saint-Clair-du-Rhône, ZAC Varambon (38), pavement de galets (dessin G. Pétillon).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 11 – Die (26), maison Chambon (xve-xvie siècle) [cliché J. Tardieu].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 12 – Valence (26), Mauboule, ferme gallo-romaine, angle maçonné dans des fondations de galets (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 13 – Saint-Rambert d’Albon (26), sablière d’une habitation rurale (xviiie siècle) [cliché J. Tardieu].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 14 – Romans-sur-Isère (26), fours de potiers médiévaux (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 15 – Annecy-le-Vieux (74), les Ilettes, salle 5 du bâtiment II, petit bâtiment « de repos » du dernier quart du iie siècle (cliché J. Serralongue, 1983, Conseil départemental de la Haute-Savoie).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 5,1M
Titre Fig. 16 – Saint-Jean-de-Maurienne (73) [relevé I. Parron].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 17 – Saint-Romain-de-Jalionas (38), le Vernai, villa augustéenne (cliché R. Royet).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 18 – Hières-sur-Amby (38), Larina, bâtiment économique de l’Antiquité tardive (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 19 – Villette-d’Anthon-Charvas (38), bâtiments et sol de galet du viie siècle (A. Poirot, cliché Archeodunum).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 20 – Briord (01), Les Plantées, basilique Saint-Maurice (cliché J. Chastel).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 21 – Albon (26), château, blocage en galets des murs de l’aula (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Fig. 22 – Châteauneuf-de-Galaure (26), couvent de Charrière, église (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 23 – Manthes (26), tours de galets qui flanquent le prieuré (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 24 – Peyrins (26), maison du xixe siècle (cliché J. Tardieu).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 25 – Bressieux (38), rond-point de la zone commerciale reproduisant le château médiéval (tuiles et galets) [cliché J. Tardieu].
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9777/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteurs

Conservateur en chef du patrimoine, SRA–DRAC Auvergne-Rhône-Alpes (UMR 5140), Montpellier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search