Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Des villes dans un empire

Pausanias et la ville grecque : autour de la description de Panopée

Olivier Gengler

Texte intégral

1Dans sa Périégèse, sans doute rédigée à la fin du règne de Marc Aurèle, autour de 175 ap. J.‑C., Pausanias, un homme originaire d’Asie Mineure et frotté de rhétorique, donne un aperçu pour nous inégalé de la vieille Grèce et de ses cités. En partant de la description bien connue de la cité phocidienne de Panopée (fig. 1), je voudrais essayer d’établir ce que sont les mots de la ville pour Pausanias, et de voir ce qui fait la ville et/ou la cité à ses yeux. Le sujet est fort vaste et je vais tenter ici d’en définir le pourtour, en insistant particulièrement sur le cadre référentiel dans lequel Pausanias inscrit son texte.

Fig. 1 – La Phocide de Pausanias. O. Gengler, d’après les données du site pleiades.stoa.org (Ancient World Mapping Center/Institute for the Study of the Ancient World, consulté le 23‑06‑2017).

Fig. 1 – La Phocide de Pausanias. O. Gengler, d’après les données du site pleiades.stoa.org (Ancient World Mapping Center/Institute for the Study of the Ancient World, consulté le 23‑06‑2017).

La forme d’une polis : Panopée

Στάδια δὲ ἐκ Χαιρωνείας εἴκοσιν ἐς Πανοπέας ἐστὶ πόλιν Φωκέων, εἴγε ὀνομάσαι τις πόλιν καὶ τούτους οἷς γε οὐκ ἀρχεῖα οὐ γυμνάσιόν ἐστιν, οὐ θέατρον οὐκ ἀγορὰν ἔχουσιν, οὐχ ὕδωρ κατερχόμενον ἐς κρήνην, ἀλλὰ ἐν στέγαις κοίλαις κατὰ τὰς καλύβας μάλιστα τὰς ἐν τοῖς ὄρεσιν, ἐνταῦθα οἰκοῦσιν ἐπὶ χαράδρᾳ. Ὅμως δὲ ὅροι γε τῆς χώρας εἰσὶν αὐτοῖς ἐς τοὺς ὁμόρους, καὶ ἐς τὸν σύλλογον συνέδρους καὶ οὗτοι πέμπουσι τὸν Φωκικόν (Pausanias, X, 4, 1‑2).

  • 1 Sauf indication contraire, les traductions sont personnelles.

Il y a vingt stades de Chéronée jusqu’à Panopée, une cité des Phocidiens, si, du moins, on peut aussi donner le nom de cité à ceux chez qui il n’y a pas de bâtiments administratifs ni de gymnase, qui n’ont pas de théâtre ni d’agora, pas d’eau s’écoulant dans une fontaine, mais vivent là, au bord d’un ravin, dans des abris vides, presque comme des cabanes de montagne. Pourtant, leur territoire a des frontières avec les voisins et ils envoient eux aussi des délégués à la ligue phocidienne1.

  • 2 Rzepka 2010, p. 385‑386.

2Ce passage est justement célèbre et a été abondamment commenté. Il semble refléter l’ambiguïté ancienne du terme πόλις, à la fois centre urbain et communauté civique2. Panopée n’a en effet, à en croire le Périégète, aucune marque architecturale ou urbanistique distinctive, du moins à son époque : pas de bâtiments administratifs, de gymnase, de théâtre, d’agora, bref pas d’infrastructures communes permettant d’effectuer les tâches dévolues aux citoyens ; pas d’eau courante non plus, et un habitat misérable, plus propre aux habitants des marges que d’un centre civique. Et pourtant, Panopée a un territoire délimité et un statut que lui reconnaissent ses voisins dans l’assemblée fédérale phocidienne. Il semble donc possible, en première analyse, de reconnaître en négatif ce qui, pour Pausanias, fait la cité. Pourtant, même s’il semble admettre la prédominance de la dimension politique de la polis, Pausanias renforce ici, paradoxalement, l’importance que revêt à ses yeux la forme de la ville. Son étonnement – certes un peu outré – est à ce titre révélateur : même s’il faut bien reconnaître à Panopée une existence politique, les apparences sont contre elle. Les apparences importent donc.

  • 3 Je nuancerais donc l’affirmation de Rzepka 2010, p. 386 selon qui Pausanias serait peut-être le se (...)

3L’ambiguïté sémantique du terme πόλις est bien connue, et le poids de la forme urbaine dans sa définition n’est bien sûr pas propre à Pausanias. Deux exemples, que je présente ici rapidement, suffisent à le montrer. Presque contemporain de Pausanias – ce dernier est plus jeune d’une vingtaine d’années – mais parlant d’un tout autre lieu et sur un tout autre sujet, l’historien Appien révèle, par exemple, une conception tout aussi ambivalente de ce qu’est la polis3 :

Kαὶ οὐ πόλεις ᾤκουν οἱ Παίονες οἵδε, ἀλλ’ ἀγροὺς ἢ κώμας κατὰ συγγένειαν· οὐδ’ εἰς βουλευτήρια κοινὰ συνῄεσαν, οὐδ’ ἄρχοντες αὐτοῖς ἦσαν ἐπὶ πᾶσιν (Appien, Ill. 63).

  • 4 Trad. P. Goukowsky légèrement modifiée.

Ces Péoniens ne résidaient pas dans des cités, mais dans leurs domaines ruraux ou dans des villages, par familles. Ils n’avaient pas de salles de conseil communes où se réunir, ni de magistrats dont l’autorité s’exerçât sur tous4.

  • 5 L’idée de dispersion est contenue dans l’opposition d’ἀγροὺς à κώμας.

4La cité qui se révèle ici semble avant tout politique, au sens fort du terme, en ce qu’elle s’oppose, au mieux, à une forme de regroupement par famille (κατὰ συγγένειαν). Appien développe d’ailleurs son idée en notant l’absence de réunion dans un lieu commun (βουλευτήρια κοινά) pour tenir conseil et l’inexistence de magistrats. Bref, c’est la communauté, surtout, qui fait défaut. Pourtant, l’aspect urbanistique n’est pas moins présent : l’absence de communauté politique se révèle dans l’éclatement de l’habitat et l’inexistence d’un bâtiment où se réunir5.

  • 6 Avec l’opposition ξυνοικισθείσης / κατὰ κώμας δὲ… οἰκισθείσης.
  • 7 La forme urbaine de Sparte invite néanmoins à la rapprocher de communautés grecques sans polis, co (...)

5Ce schéma n’est pas sans rappeler la description que Thucydide donne de Sparte (I, 10, 2), où la dispersion de l’habitat en villages est présentée, certes, comme une pratique grecque, mais ancienne, décalée dans le temps : ὅμως δὲ οὔτε ξυνοικισθείσης πόλεως οὔτε ἱεροῖς καὶ κατασκευαῖς πολυτελέσι χρησαμένης, κατὰ κώμας δὲ τῷ παλαιῷ τῆς ῾Ελλάδος τρόπῳ οἰκισθείσης6, « cependant, comme c’est une cité dont l’habitat n’est pas regroupé et qui ne jouit pas de sanctuaires et de riches infrastructures, mais d’un habitat réparti en villages à l’ancienne mode des Grecs… ». L’archaïsme joue ici le rôle que la marginalité assume chez Appien pour qualifier l’altérité. Cependant, chez Thucydide, on l’a vu, la forme de la ville ne remet absolument pas en cause le statut de la cité, bien au contraire. Tout l’argument de l’historien dans ce passage tend à montrer que l’aspect de Sparte est indépendant de sa puissance réelle7. Il y a donc un renversement chez Pausanias, pour qui la forme de la ville semble mettre en question le statut politique de Panopée, là où le statut de Sparte chez Thucydide est incontestable et invite à s’interroger sur le sens à donner à son aspect (non) urbain. Mais ce renversement s’explique-t-il uniquement par une différence de point de vue (Pausanias et Thucydide traitent des sujets différents), de contexte (Panopée n’est pas Sparte, le iie s. ap. J.‑C. n’est pas le ve av. J.‑C.) ou implique-t-il une évolution dans la conception de la polis (d’abord une ville et non plus d’abord une communauté) ?

Sparte et les villes grecques à grands traits dans la Périégèse de Pausanias

  • 8 Outre un certain nombre de structures collectives (théâtre, portique, aqueduc), les fouilles ont m (...)

6Bien que le texte sur Panopée ne constitue nullement une définition normative de la cité et qu’il ne soit en aucun cas programmatique, il vaut la peine de voir jusqu’où il reflète une vision récurrente de la ville dans la Périégèse. Afin de mettre en relief les éléments dont Pausanias constatait l’absence à Panopée, nous allons nous intéresser à la Sparte de Pausanias, qui a peu à voir avec celle de Thucydide et va nous servir de fil conducteur et de pierre de touche dans notre enquête. Sparte possède, comme bien d’autres cités évoquées dans la Périégèse, tous les éléments urbanistiques qui faisaient défaut à Panopée. Le contraire eut été étonnant pour une cité de cette importance qui, sous l’Empire, a connu un développement urbain de grande ampleur8. Pourtant, si aucun de ces éléments n’est absent à Sparte, il apparaît clairement qu’ils n’occupent pas tous le même rang dans la description.

Archeia

  • 9 À savoir τὰ ἀρχεῖα καλούμενα Ἐφορεῖα, « les bâtiments administratifs appelés Éphories », contre τὰ (...)

7Les sièges de différents magistrats spartiates – éphores, nomophylaques, bidiéens – et le bouleutèrion sont énumérés comme bâtiments se trouvant sur l’agora (Pausanias, III, 11, 2), mais seul un (celui des bidiéens : III, 12, 5) ou deux d’entre eux (en ajoutant celui des éphores : III, 11, 11, si l’on adopte une correction de Sylburg)9 sont plus précisément localisés et rien n’est dit de leur aspect.

  • 10 La seule autre occurrence du mot apparaît dans la description de Panopée pour signaler l’absence d (...)
  • 11 Bouleutèrion : I, 3, 5, cf. I, 5, 1 ; prytaneion : I, 18, 3, cf. I, 20, 1 ; 26, 3 ; 28, 10 ; IX, 3 (...)
  • 12 Bouleutèrion : I, 42, 4 ; prytaneion : I, 42, 7 et 43, 2 ; l’« Aisymnion », un autre bouleutèrion (...)
  • 13 Bouleutèrion : II, 9, 6.
  • 14 Prytaneion des Éléens : V, 15, 8‑12 ; cf. V, 13, 11 ; 20, 10 ; bouleutèrion : V, 23, 1 ; 24, 1 ; 2 (...)
  • 15 Bouleutèrion : VI, 23, 7 (cf. le commentaire de Jacquemin ad loc. dans l’Élide (II), pour l’intégr (...)
  • 16 Bouleutèrion : VIII, 30, 6.
  • 17 Bouleutèrion : X, 35, 6. Pausanias mentionne également deux lieux de réunion d’instances fédérales (...)

8Le cas de Sparte est en fait déjà exceptionnel, car Pausanias en règle générale parle peu de ce genre de bâtiments. À côté de Sparte, il ne signale des archeia qu’à Mégalopolis, où ils constituaient six pièces d’un portique de l’agora (VIII, 30, 6 et 7)10. Pausanias signale en outre des prytaneia et des bouleutèria dans une série de cités, auxquels s’ajoutent parfois d’autres bâtiments administratifs : à Athènes11, à Mégare12, à Sicyone13, à Olympie14 et à Élis15, à Mégalopolis16, à Hyampolis17. Seul le bouleutèrion d’Hyampolis reçoit un qualificatif : c’est « un petit bâtiment », οἴκημα οὐ μέγα. Au total, donc, de tels bâtiments sont signalés dans sept cités, avec Sparte, ainsi qu’à Olympie. Même si l’absence d’archeia à Panopée semble significative à Pausanias, les mentions explicites de ce type de bâtiment sont rares. Cela invite à penser que la présence d’archeia dans une cité va à ce point de soi que leur mention est superflue. On pourrait donc penser que les mentions explicites de ces structures sont motivées par un trait remarquable, mais cela ne se vérifie pas totalement ou, du moins, nous ne pouvons pas toujours en juger.

Gymnasion

  • 18 Tantôt il semble que le qualificatif vaut dénomination, pour distinguer ce gymnase d’un autre, com (...)
  • 19 Le terme γυμνάσιον apparaît 54 fois dans la Périégèse, dont 18 fois pour les gymnases d’Olympie et (...)

9Il y a à Sparte deux gymnases, dont « le second est une offrande d’Euryclès, un homme de Sparte » (τὸ ἕτερον Εὐρυκλέους ἀνάθημα ἀνδρὸς Σπαρτιάτου). De celui-là, on ne saura pas plus, et de l’autre rien : Pausanias, ici, est peu disert. Les mentions de gymnases dans la Périégèse ne sont pourtant pas rares et donnent lieu parfois à des descriptions plus riches (tabl. 1). Souvent, Pausanias donne le nom du gymnase, information d’autant plus nécessaire qu’une même cité en compte souvent plusieurs. Mais le seul qualificatif qu’il arrive à Pausanias d’attribuer à un gymnase est ἀρχαῖος, « antique »18. En tout, il signale vingt-huit gymnases dans dix-huit cités ainsi qu’à Olympie19.

Tabl. 1 – Gymnasion chez Pausanias.

Lieu Occurrences Thématisé Identifié Décrit
Bâtiment Contenu
1 Athènes (5) 1 I, 2, 5 x x
2 I, 17, 2 + 1 occ. x x
3 I, 18, 9 x x x
4 I, 29, 2 x x
5 I, 29, 16 x x
2 Mégare 6 I, 44, 2 x x « antique »
3 Corinthe (3) 7 II, 4, 5 + 1 occ. x x « antique »
8 II, 10, 1 x x
9 II, 10, 7 + 1 occ. x x
4 Argos 10 II, 22, 8 + 3 occ. x x
5 Sparte (2) 11 III, 14, 6 x
12 III, 14, 6 x x
6 Acriai 13 III, 22, 5 x
7 Asopos 14 III, 22, 9 x
8 Pyrrhichos 15 III, 24, 7 x
9 Messène 16 IV, 32, 1 x
10 Olympie 17 V, 15, 8 + 1 occ. ; VI, 6, 3 ; VI, 21, 2 + 2 occ. x
11 Élis 18 V, 21, 17 ; VI, 23, 1 + 10 occ. x x « antique »
12 Pellène 19 VII, 27, 5 + 2 occ. x « antique »
13 Mantinée 20 VIII, 9, 8 x
14 Mégalopolis 21 VIII, 31, 8 x
15 Phigalie 22 VIII, 39, 6 x
16 Thèbes (2) 23 IX, 11, 7 x x
24 IX, 23, 1 x x
17 Tanagra 25 IX, 22, 3
18 Delphes 26 X, 8, 8 + 2 occ. x
19 Antikyra (2) 27 X, 36, 9 x
28 X, 36, 9 x « antique »

 

  • 20 Voir le commentaire de Jacquemin à VI, 23, 1 dans l’Élide (II) avec la référence à Delorme 1960, p (...)

10La plupart de ces gymnases sont à peine mentionnés, parfois même uniquement comme repères pour localiser d’autres monuments, sans même être constitués comme objets de la description pour eux-mêmes (ainsi le gymnase de Kylarabis à Argos, no 10) ; souvent, c’est une statue ou un lieu de culte qu’ils renferment dont souhaite parler le Périégète (p. ex. le gymnase de Ptolémée à Athènes, no 2). En réalité, seul le gymnase d’Élis, à la structure complexe, reçoit un traitement détaillé (VI, 23, 1‑24, 1), qui s’explique également par la thématique globale des Éliaka20. Les gymnases sont donc sensiblement plus présents dans la description de Pausanias, peut-être pas parce qu’ils sont plus rares que les bâtiments administratifs, mais sans doute parce qu’ils occupent une place plus importante dans le paysage urbain.

Théatron

  • 21 Voir la note précédente.
  • 22 Outre la mention de l’absence de théâtre à Panopée, s’ajoutent encore quatre occurrences en dehors (...)
  • 23 I, 8, 6 : Τοῦ θεάτρου δὲ, ὃ καλοῦσιν ᾨδεῖον, […] πρὸ τῆς ἐσόδου « Et devant l’entrée du théâtre qu (...)

11On sait du théâtre de Sparte qu’il est « en marbre » et « mérite d’être vu » (III, 14, 1 : τὸ θέατρον, λίθου λευκοῦ, θέας ἄξιον). Ce type d’appréciation, exceptionnel pour les gymnases21, est plus courant pour les théâtres, dont la taille, la structure, l’ornementation s’imposent à l’attention de l’observateur. Le terme θέατρον apparaît 48 fois dans la description22, ce qui correspond à 26 monuments dans autant de cités (tabl. 2). S’y ajoutent quatre odéons, à Athènes, Corinthe et Patras, que Pausanias considère comme des formes de θέατρον23.

Tabl. 2 – Théatron chez Pausanias.

Lieu Occurrences Thématisé Décrit θέας / μνήμης ἄξιον, ἀξιόλογος
1 Athènes théâtre de Lycurgue I, 20, 3‑21, 4 (6 occ.) ; I, 29, 16 ; V, 12, 4 x
odéon d’Agrippa I, 8, 6‑14, 1 x (x)
odéon d’Hérode Atticus VII, 20, 6 (comp.) x x x
2 Isthme II, 1, 7 x x
3 Corinthe théâtre II, 4, 5 (3 occ.)
odéon II, 3, 6 x
4 Sicyone II, 7, 5 (+ 1 occ.) x x
5 Phlionte II, 13, 5 x
6 Argos II, 20, 7‑8 (2 occ.) x
7 Épidaure II, 27, 5 (2. occ.) ; II, 29, 11 (comp.) x x x
8 Égine II, 29, 11 (+ 1 occ.) x x x
9 Trézène II, 31, 4
10 Sparte III, 14, 1 (+ 1 occ.) ; III, 15, 10 x x x
11 Messène IV, 32, 6
12 Élis VI, 26, 1 (2 occ.) x « antique »
13 Patras théâtre VII, 20, 9 ; VII, 21, 6
odéon VII, 20, 6 (comp.) x x
14 Aigion VII, 23, 9
15 Mantinée VIII, 9, 3‑6 (3 occ.)
16 Mégalopolis II, 27, 5 (comp.) ; VIII, 32, 1‑3 (3 occ.) x x x
17 Tégée VIII, 49, 1 x
18 Thèbes IX, 16, 6 (2 occ.) x
19 Tanagra IX, 22, 2 x
20 Thespies IX, 27, 5 x x
21 Delphes X, 32, 1 x x
22 Tithoréa X, 32, 10 x « antique »
23 Lilaia X, 33, 4 x
24 Élatée X, 34, 6 x
25 Abai X, 35, 4 x « antique »
26 Hyampolis X, 35, 6 x

 

  • 24 Seule la mention de l’odéon d’Hérode Atticus dans la description de Patras (voir la note suivante) (...)
  • 25 II, 27, 5 ; cf. VIII, 32, 1‑3.
  • 26 II, 29, 11.
  • 27 VII, 20, 6 : Κεκόσμηται δὲ καὶ ἐς ἄλλα τὸ Ὠιδεῖον ἀξιολογώτατα τῶν ἐν Ἕλλησι, πλήν γε δὴ τοῦ Ἀθήνῃ (...)

12Un peu plus d’un tiers de ces théâtres (9/26 ou 11/30 en comptant les odéons) sont au moins pourvus d’un terme qualificatif, voire brièvement décrits24. Pausanias, en outre, compare volontiers les théâtres entre eux : théâtres d’Épidaure, de Rome et de Mégalopolis25, théâtres d’Égine et d’Épidaure26, ainsi que les odéons de Patras et d’Athènes27.

Agora

  • 28 Trois sections du texte sont explicitement rattachées à la mention de l’agora : III, 12, 1‑9 ; III (...)
  • 29 À côté de 11 occurrences dans des renvois ou des évocations de lieux extérieurs à la description, (...)

13À Sparte, seule l’agora reçoit un traitement plus étendu (III, 11, 2‑11) et constitue un élément clé de la description, servant de point de référence pour plus d’un tiers du texte consacré à la ville28. L’agora est cependant avant tout un espace qui est défini par ce qu’il renferme, et dont ni la taille ni la forme exacte ne sont explicitement données. Mais c’est là aussi, pour ainsi dire, la règle. Le terme agora, avec le sens de « place publique », apparaît 98 fois dans la description (tabl. 3)29, ce qui correspond à 41 agorai dans 40 localités différentes (le Pirée en avait deux). La plupart de ces places sont à peine mentionnées une (dans 22 cas) ou deux fois (dans 6 cas).

Tabl. 3 – Agora chez Pausanias.

Lieu Occurrences Thématisée Décrite Repère
1 Pirée (2 agorai) I, 1, 3 x
2 Athènes I, 17, 1‑2 (2 occ.)
3 Salamine I, 35, 3 x x « en ruine »
4 Mégare I, 43, 8 (2 occ.)
5 Corinthe II, 2, 6‑3, 6 (5 occ.) x x
6 Sicyone II, 7, 6‑10, 1 (5 occ.) x
7 Phlionte II, 13, 6‑7 (3 occ.)
8 Argos II, 21, 1‑5 (3 occ.)
9 Trézène II, 31, 1‑34, 1 (3 occ.) x
10 Sparte III, 11, 1‑14, 1 (9 occ.) x x « à voir » x
11 Gythion III, 21, 8 x
12 Géronthrai III, 22, 7 x
13 Boiai III, 22, 13 x
14 Pyrrhichos III, 25, 3 x
15 Oitylos III, 25, 10
16 Messène IV, 31, 6 x
17 Coroné IV, 34, 6
18 Élis VI, 24, 1‑26, 1 (14 occ.) x x « antique » x
19 Patras VII, 20, 3‑21, 7 (6 occ.) x
20 Pharai VII, 22, 2‑3 (3 occ.) x x « antique »
21 Aigion VII, 23, 9‑24, 1 (3 occ.)
22 Pellène VII, 27, 4
23 Mantinée VIII, 9, 9
24 Orchomène VIII, 13, 2 x « en ruine »
25 Kynaithai VIII, 19, 1
26 Telphousa VIII, 25, 3 x en bordure et non plus au centre de la ville
27 Mégalopolis VIII, 30, 2‑31, 8 (6 occ.) x x
28 Phigalie VIII, 40‑41, 1 (2 occ.)
29 Tégée VIII, 48, 1‑49, 1 (4 occ.) x x en forme de brique
30 Thèbes IX, 12, 3 (2 occ.) x à l’emplacement de la maison de Cadmos
31 Thespies IX, 27, 5 (2 occ.) x x « à voir »
32 Coronée IX, 34, 3 x
33 Tithoréa X, 32, 10 x x « antique »
34 Lilaia X, 33, 4 x
35 Charadra X, 33, 6
36 Élatée X, 34, 6 x x « à voir »
37 Abai X, 35, 4 x x « antique »
38 Hyampolis X, 35, 6 x x « antique »
39 Ambrossos X, 36, 4 x x « pas grande »
40 Antikyra X, 36, 8‑10 (2 occ.) x

 

  • 30 Pour Sparte : III, 11, 1, avec mon commentaire dans la Laconie. La description de Corinthe fonctio (...)

14Seules quelques agorai sont données de manière récurrente comme point de repère dans la description (Corinthe, Sicyone, Sparte, Élis et Patras, qui totalisent à elles seules 40 % des occurrences, soit 39 sur 98). Pourtant, même dans ce cas, Pausanias ne décrit pas vraiment les places, sinon par ce qu’elles contiennent. Elles ne sont d’ailleurs souvent mentionnées qu’indirectement, comme emplacement d’un temple, d’une statue ou de fontaines. Comme à Sparte notamment, Pausanias ouvre sa description de l’agora par une remarque soulignant le caractère sélectif de sa description30.

  • 31 La description de l’agora d’Élis est remarquable : Ἡ δὲ ἀγορὰ τοῖς Ἠλείοις οὐ κατὰ τὰς Ἰώνων καὶ ὅ (...)

15Dans un peu plus d’un tiers des cas seulement (15 sur 41 en comptant les deux places du Pirée) l’agora est mentionnée pour elle-même, comme élément individualisé de l’espace urbain. Mais les traits descriptifs propres sont très rares : de la seule agora de Tégée on sait qu’elle avait la forme d’une brique, que celles de Sparte, Thespies et Élatée étaient dignes d’être vues, que celle d’Ambrossos n’était pas grande et que celles d’Élis, Pharai (qui était grande), Tithoréa, Abai et Hyampolis étaient d’un type ancien31. À Salamine et Orchomène, Pausanias les a vues en ruine, tandis qu’à Ambrossos presque toutes les statues y étaient brisées.

  • 32 Voir pour plus de détails, Gengler 2009 et la notice introductive à la Laconie.

16Le rôle de l’agora dans la description de quelques cités riches en monuments s’explique en fait, en partie, par l’organisation même du texte de Pausanias. Le procédé descriptif utilisé par le Périégète est entièrement relatif : les espaces ou les objets qu’il mentionne sont localisés les uns par rapport aux autres dans une chaîne que l’on peut qualifier par conséquent de topologique. Cette chaîne est ininterrompue, car hiérarchisée et organisée en fonction de grands ensembles : si aucun lien explicite entre deux objets n’est établi, il reste du moins toujours assuré que ces objets font partie de l’ensemble englobant supérieur : l’agora, Sparte, les environs de Sparte, la Laconie, etc.32. L’agora constitue un élément du paysage urbain qui se prête parfaitement à cette méthode, parce qu’il est un espace délimité et parce qu’il permet de définir d’autres espaces en dehors de lui. Sans doute structurante pour la trame urbaine, l’agora l’est donc aussi pour le plan de texte.

Krènai

  • 33 Ainsi, une fontaine au sanctuaire d’Apollon Maléatas (II, 27, 7) ou sur la route d’Élis à Olympie (...)
  • 34 Voir notamment II, 3, 5 : Λουτρὰ δὲ ἔστι μὲν πολλαχοῦ Κορινθίοις καὶ ἄλλα, τὰ μὲν ἀπὸ τοῦ κοινοῦ, (...)
  • 35 La description d’Ampheia en Messénie est représentative : Ἡ δὲ Ἄμφεια πρὸς τῇ Λακωνικῇ πόλισμα ἦν (...)
  • 36 L’examen des 49 occurrences du mot κρήνη montre que les fontaines ne sont pas l’apanage des villes (...)

17Pausanias signale très souvent la présence d’eau dans la ville, mais aussi en dehors33. Le vocabulaire qu’il emploie ne permet cependant pas toujours de distinguer une fontaine construite, une adduction d’eau ou une source ; il signale aussi des puits et des citernes. À Sparte, il ne connaît qu’une fontaine, Dorkeia, dénommée ainsi d’après Dorkeus, un fils d’Hippocoon, et qui jouxtait son hérôon (ἀπὸ δὲ τοῦ Δορκέως κρήνην τὴν πλησίον τοῦ ἡρῴου Δορκείαν). Corinthe pour sa part, apparaît comme la ville des fontaines, en raison de l’abondance de ses sources, mais aussi peut-être de l’influence de l’urbanisme romain34. Plus intéressante est la mention presque systématique d’un point d’eau dans toute une quantité d’établissements humains, komai ou polismata, qui permet, de manière intuitive, de mesurer leur importance35. Mais, à l’examen, si la ville a besoin d’eau, l’eau ne fait pas la ville36.

18Au total, partir à la rechercher des archeia, des gymnases, des théâtres, des agorai, des krènai dans la Périégèse est instructif – et il y aurait encore beaucoup à dire –, mais est loin d’épuiser le sujet, notamment parce que le texte de Pausanias est sélectif et orienté. On ne peut bien souvent pas mesurer la nature de ses silences : combien d’agorai, de monuments, dont la présence n’est pas même notée, parce qu’elle va de soi ? Car c’est bien là la logique de la description de Panopée : si l’absence de tous ces éléments dans la petite cité phocidienne est remarquable, c’est bien qu’elle est inattendue.

  • 37 Sur Pausanias et la religion grecque, voir Pirenne-Delforge 2008.

19Et puis il y a tout le reste dont le texte de Pausanias est plein et qui, en fait, ne manque pas à Panopée, ce sont bien sûr les monuments sacrés37 : temples, sanctuaires, statues de culte qui dans l’œuvre entière cumulent plus de 2 000 occurrences. Mais si les villes en sont pleines, ils ne sont pas l’apanage des villes. Il apparaît ainsi que l’orientation même du texte de Pausanias, où prédomine la matière légendaire, mythologique et religieuse, laisse peu de place à l’individualisation de l’espace urbain, l’espace non urbain étant également, pour sa part, traité presque exclusivement comme le lieu où se déploient les sanctuaires et leur histoire.

La muraille

  • 38 Ainsi à Athènes, le stade qu’avait fait bâtir Hérode Atticus, dont la description est à comparer à (...)

20Il serait possible d’étendre l’enquête à d’autres monuments encore, comme les stades qui, décrits dans des termes très semblables aux théâtres, participent à la monumentalité des lieux décrits par le Périégète38. Cependant, il est difficile de savoir si Pausanias y voyait un élément type de l’urbain. Il est en revanche un autre élément, présent à Panopée, et que les anciens comme les modernes associent volontiers à la définition – à la délimitation – de l’espace urbain, auquel il vaut la peine de s’intéresser : la muraille.

Πανοπέων δὲ τὸν ἀρχαῖον θεώμενοι περίβολον ἑπτὰ εἶναι σταδίων μάλιστα εἰκάζομεν (X, 4, 2).

En observant l’antique enceinte de Panopée, nous l’estimons à sept stades au plus.

  • 39 Durant l’hiver 370‑369, lorsque, pour la première fois, la ville de Sparte est approchée par l’enn (...)
  • 40 Voir sur ce point Frederiksen 2011, p. 25‑27.
  • 41 Le sanctuaire d’Athéna Aléa, évoqué par Pausanias à travers la mention d’une statue de la déesse e (...)

21Comme pour les autres parties de la ville évoquées jusqu’ici, Pausanias reste souvent allusif à propos des murailles. Sparte en fournit encore un exemple éclairant. Le développement de cette dernière comme centre urbain est sans doute lié à la construction progressive de la muraille, à partir du iiie s. avant notre ère39, dont l’absence aux temps anciens a été érigée comme un symbole de la puissance militaire de la cité. C’est incidemment que Pausanias mentionne le mur (III, 12, 8 et 15, 3) et des portes (III, 16, 4), mais sans thématiser cet élément du paysage urbain. En cela, il ne souhaite pas se conformer à l’image de la ville ateichistos40, car c’est une attitude qu’il adopte pour d’autres cités. Et pourtant, ici comme ailleurs, l’enceinte définit les limites de sa description, comme le confirme l’exploration archéologique41 : la Sparte de Pausanias est la ville délimitée pas son rempart.

22Si Pausanias n’insiste en règle générale pas, ou peu, sur la présence de l’enceinte comme élément définitoire de l’espace urbain, les mentions qu’il en donne sont d’autant plus intéressantes et nous permettent d’atteindre un autre niveau du texte, laissé de côté jusqu’ici : les traditions qui, partout dans la Périégèse, se greffent sur la description. Pausanias signale ainsi la fortification d’Ithomé, la ville où s’organise la résistance messénienne contre Sparte dans la légendaire première guerre de Messénie :

  • 42 Au sens de circuit défensif, voir encore : I, 25, 8 (Athènes) ; I, 41, 6 (Mégare) ; II, 16, 5 (Myc (...)

Βουλευομένοις δὲ πρὸς τὰ παρόντα ἐδόκει τὰ μὲν πολλὰ πολίσματα τὰ ἐς μεσόγαιαν πάντα ἐκλείπειν, ἐς δὲ τὸ ὄρος ἀνοικίζεσθαι τὴν Ἰθώμην. 2 Ἦν δὲ καὶ πόλισμα αὐτόθι οὐ μέγα, ὃ καὶ Ὅμηρόν φασιν ἔχειν ἐν καταλόγῳ·
                                                     καὶ Ἰθώμην κλιμακόεσσαν.
Ἐς τοῦτο τὸ πόλισμα ἀνῳκίζοντο, ἐπεκτείνοντες τὸν ἀρχαῖον περίβολον42 ἔρυμα εἶναι πᾶσιν αὔταρκες (IV, 9, 1‑2).

Délibérant sur la situation ils décidèrent d’abandonner la plupart des villes – toutes celles qui étaient dans la plaine, et de s’établir sur la montagne de l’Ithome. Il y avait là d’ailleurs aussi une ville peu importante qu’Homère, prétendent-ils, a également dans son catalogue : « et Ithomé en gradins » (Il. II, 729). Ils s’établirent dans cette ville, élargissant l’ancienne enceinte pour qu’elle fournisse un rempart suffisant pour tous.

23La guerre qui se déroule appelle sans doute la mention du rempart, mais pas seulement : l’abandon des villes de la plaine et l’insistance sur l’antique fortification sur laquelle s’appuient les rebelles sont une anticipation claire du récit de la fondation de la nouvelle cité de Messène par Épaminondas en 369 avant notre ère :

Ἐπαμινώνδας δέ, ὥς οἱ τὸ χωρίον, ἔνθα νῦν ἔχουσιν οἱ Μεσσήνιοι τὴν πόλιν, μάλιστα ἐς οἰκισμὸν ἐφαίνετο ἐπιτήδειον, ἐκέλευεν ἀνασκοπεῖσθαι τοῖς μάντεσιν, <εἴ> οἱ βουλήσεται ταύτῃ καὶ τὰ τῶν θεῶν ἐπιχωρῆσαι. Φαμένων δὲ καὶ τούτων εἶναι τὰ ἱερὰ αἴσια, οὕτω παρεσκευάζετο ἐς τὸν οἰκισμόν, λίθους τε ἄγεσθαι κελεύων καὶ ἄνδρας μεταπεμπόμενος, οἷς τέχνη στενωποὺς κατατέμνεσθαι καὶ οἰκίας καὶ ἱερὰ οἰκοδομεῖσθαι καὶ τείχη περιβάλλεσθαι. […] 7 καὶ τὴν μὲν τότε ἡμέραν πρὸς θυσίαις τε καὶ εὐχαῖς ἦσαν, ταῖς δὲ ἐφεξῆς τοῦ τείχους τὸν περίβολον ἤγειρον καὶ ἐντὸς οἰκίας καὶ τὰ ἱερὰ ἐποιοῦντο. […] αὐτῇ μὲν δὴ τῇ πόλει Μεσσήνην ἔθεντο ὄνομα, ἀνῴκιζον δὲ καὶ ἄλλα πολίσματα (IV, 27, 5‑7).

  • 43 Trad. J. Auberger légèrement modifiée.

Comme l’endroit qu’occupe aujourd’hui la cité des Messéniens paraissait particulièrement convenable à Épaminondas pour une fondation, il demanda aux devins d’examiner si du côté des dieux on voudrait aussi accorder cet endroit. Comme ceux-ci affirmaient que les signes sacrés étaient favorables, il se mit à faire des préparatifs pour la fondation, ordonnant d’apporter des pierres, de faire venir des gens dont l’art était de tracer des rues, de construire des maisons et des sanctuaires, de dresser des murailles. […] Et ils occupèrent ce jour-là à des sacrifices et à des prières, mais les jours suivants, ils érigèrent l’enceinte des murailles, à l’intérieur ils bâtirent les maisons et les sanctuaires. […] Ils donnèrent à la cité elle-même le nom de Messène, mais ils repeuplèrent aussi d’autres villes43.

24Les murailles de Messène, symbole de l’indépendance (re)trouvée vis-à-vis de Sparte et défi à sa puissance, tout comme celles de Mégalopolis, sont préfigurées par la modeste enceinte d’Ithomé, au sommet du mont Ithome. La mise en regard des deux passages, avec les villes abandonnées pour occuper l’Ithome d’une part et la fondation de Messène à son pied, dans ses fortes murailles, d’où sont repeuplées les autres villes d’autre part, montre que la fondation de la nouvelle cité est aussi le renouveau de tout un pays. L’importance donnée aux remparts de Messène dans l’histoire du pays est donc instrumentale et prépare le développement qui leur est consacré dans la description :

Περὶ δὲ τὴν Μεσσήνην τεῖχος, κύκλος μὲν πᾶς λίθου πεποίηται, πύργοι δὲ καὶ ἐπάλξεις εἰσὶν ἐνῳκοδομημένοι. Τὰ μὲν οὖν Βαβυλωνίων ἢ τὰ Μεμνόνεια τὰ ἐν Σούσοις τείχη τοῖς Περσικοῖς οὔτε εἶδον οὔτε ἄλλων περὶ αὐτῶν ἤκουσα αὐτοπτούντων· τὰ δὲ ἐν Ἀμβρόσσῳ τῇ Φωκικῇ ἔν τε Βυζαντίῳ καὶ Ῥόδῳ – ταῦτα γὰρ δὴ τετείχισται τὰ χωρία ἄριστα – τούτων Μεσσηνίοις ἐστὶν ἐχυρώτερον (IV, 31, 5).

  • 44 Trad. J. Auberger légèrement modifiée.

Autour de Messène il y a un mur : un cercle tout en pierre dans lequel sont bâtis des tours et des créneaux. Je n’ai pas vu les murailles de Babylone, ni les Memnoneia, murailles de la Suse perse, ni n’ai rien entendu à leur sujet de quelque autre qui les aurait vues, mais celles d’Ambrossos en Phocide (cf. X, 36, 3), de Byzance, de Rhodes – ces places ont la réputation d’être excellemment fortifiées – les murs de Messène sont plus solides qu’elles44.

  • 45 Sur Messène, sa muraille et sa trame urbaine, voir Müth 2007.
  • 46 Voir p. ex. III, 12, 3 (les Boônèta, qui étaient jadis la maison du roi Polydôros) ; 14, 6 (maison (...)

25Il faut remarquer aussi que, tout comme la description de Panopée, le récit de la fondation de Messène constitue un cas limite, où Pausanias donne une vision inhabituellement détaillée de la cité, avec sa muraille, mais aussi des rues, des maisons, des sanctuaires45. De tout cela, seuls les sanctuaires occupent d’habitude l’essentiel des descriptions de cités qui émaillent la Périégèse : de maisons, par exemple, il n’est souvent question, comme à Sparte, que si ce sont celles d’un roi mythique ou d’un héros46.

Polisma

  • 47 Consultation en juin 2016.
  • 48 Sans avoir nécessairement la portée péjorative que le mot peut avoir dans certains contextes comme (...)

26Mais revenons à la description d’Ithomé. C’était, selon Pausanias, un πόλισμα. Ce terme inhabituellement fréquent dans la Périégèse (on y compte 65 occurrences pour un peu plus de 700 dans l’ensemble du corpus du TLG47) est tout aussi polysémique que πόλις. Pausanias l’emploie habituellement pour désigner un établissement urbain dont il ignore le statut politique (souvent passé), ou ne veut pas en décider, mais aussi pour désigner une cité de moindre importance ou comme membre d’une ligue et donc envisagée sous l’angle d’une subordination politique48. L’évocation de la refondation de Mantinée et de la fondation de Mégalopolis par Épaminondas, parallèle à celle de Messène, constitue un bon exemple des nuances apportées ainsi par Pausanias :

Μαντινέας δὲ κατὰ κώμας ὑπὸ Ἀγησιπόλιδος διῳκισμένους ἐς τὴν ἀρχαίαν συνήγαγεν αὖθις πόλιν· τὰ δὲ πολίσματα τὰ Ἀρκάδων ὁπόσα εἶχεν ἀσθενῶς καταλῦσαι πείσας τοὺς Ἀρκάδας, πατρίδα ἐν κοινῷ σφισιν ᾤκισεν, ἣ Μεγάλη καὶ ἐς ἡμᾶς ἔτι καλεῖται πόλις (IX, 14, 4).

Il réunit à nouveau en leur antique cité les Mantinéens dont l’habitat avait été dispersé en villages par Agésipolis. Quant aux villes des Arcadiens, toutes celles qui étaient faibles, après avoir persuadé les Arcadiens de les mettre à bas, il leur fonda une patrie commune, celle qui jusqu’à nous est appelée la Grande cité.

27Le vocabulaire employé par Pausanias est totalement cohérent. Mantinée avait disparu en tant que cité et la communauté dispersée dans des villages : l’opposition ici est forte entre κατὰ κώμας et πόλις et porte tant sur la forme de l’habitat que sur le statut. Pour Mégalopolis, il ne s’agit pas d’un mouvement de séparation et de réunion, mais de la fusion d’entités auparavant indépendantes. Comme dans bien d’autres exemples, Pausanias désigne les établissements antérieurs à la fondation de la nouvelle cité commune par le terme πόλισμα et insiste sur leur faiblesse. Et plutôt que d’employer le composé Mégalopolis pour désigner la nouvelle fondation, comme il le fait ailleurs, Pausanias emploie une périphrase qui permet d’expliciter son statut, ἡ Μεγάλη πόλις, en opposition directe à la situation antérieure, τὰ πολίσματα ὁπόσα εἶχεν ἀσθενῶς.

  • 49 Ainsi, Amyclées, un antique πόλισμα devenu un village (III, 1, 3 et 19, 6 ; cf. IV, 18, 3), Aigiai (...)

28Lorsque l’on regarde la liste des πολίσματα mentionnés ou décrits par Pausanias, il est frappant de constater que bon nombre d’entre eux ont un titre ancien de gloire, principalement une mention dans Homère, presque toujours dans le catalogue des vaisseaux, ce qui semble justifier que, quelle que soit leur importance actuelle, Pausanias leur prête quelque chose d’une cité, indépendamment de leur aspect (non) urbain49.

Retour à Panopée

  • 50 L’affirmation, que Pausanias prête aux Panopéens, de voir en le père d’Épeios leur éponyme remonte (...)
  • 51 Hom., Il. XVII, 306‑309 :
  • 52 Peut-être faut-il voir ici une référence implicite à Hérodote, VIII, 34.
  • 53 Hom., Od. XI, 580‑581 :

29Cela nous ramène à Panopée. Pausanias en effet ne se limite pas à son portrait négatif de la cité. Après une évocation de son éponyme et de son ancienne enceinte, il discute le témoignage d’Homère50. Le Périégète comprend que si Schédios, roi des Phocidiens, résidait à Panopée, comme le dit le poète51, c’était en raison de l’importance stratégique du lieu, qui commande les défilés vers la Béotie52. Quant à l’épithète καλλίχορον, qui qualifie Panopée dans l’Odyssée53, Pausanias affirme ne l’avoir comprise qu’après une discussion avec les Thyades athéniennes qui, en route vers Delphes, s’arrêtaient pour danser en cet endroit. Pausanias mentionne encore un petit bâtiment de briques crues (πλίνθου τε ὠμῆς οἴκημα οὐ μέγα) avec une statue en marbre pentélique, d’Asclépios ou de Prométhée, et le monument funéraire de Tityos en forme de tumulus (χῶμα), à propos duquel, à la suite des habitants, il se réfère à un vers de l’Odyssée (XI, 576).

  • 54 Voir à ce sujet les contributions au volume de Lerouxel et Pont (dir.) 2016, spécialement Rizakis  (...)
  • 55 Gengler 2013, p. 179‑187 ; cf. Alcock 1992 avec Rousset 2008.

30On retrouve ici un trait récurrent de la Périégèse : le paysage de la Grèce est constamment évalué en fonction d’une image construite par la référence à Homère – et parfois à Hérodote. La vieille Grèce était, au second siècle de notre ère, sans doute moins riche qu’auparavant, ou du moins pouvait paraître bien plus pauvre que d’autres régions de l’Empire au même moment, singulièrement l’Asie dont venait sans doute Pausanias54. Mais la référence à la tradition accroît cet effet. Comme je l’ai montré ailleurs, si la Laconie par exemple semble être un champ de ruines, c’est surtout parce que Pausanias cherche à y localiser les toponymes transmis par la tradition homérique ou postérieure. Ainsi, Bryséai, Pharis, mentionnées par Homère, ne sont pour lui que « ruines », non qu’elles aient disparu récemment, comme le pensait Susan Alcock, mais plutôt parce que Pausanias et/ou ses informateurs ont associé ces toponymes prestigieux tirés d’Homère à des lieux anonymes où peut-être demeuraient visibles des vestiges mycéniens55.

31Pour Panopée, c’est autre chose. Il y a encore une cité, elle n’est pas en ruines et la comparaison avec l’ancienne gloire suggérée par la lecture d’Homère n’en est que plus cruelle. Si bien que la forme, misérable, de la cité se jauge à son statut politique (une cité sans théâtre etc.) autant qu’à sa place dans l’horizon culturel de Pausanias (la résidence du roi Schédios : des huttes mal bâties ?).

32Dans cette perspective, il est intéressant de noter que Panopée n’est pas une exception en Phocide. D’autres villes possèdent manifestement, aux yeux de Pausanias, un statut problématique, et pour des raisons similaires. Ainsi, Lédon :

Ἑτέρα δὲ ἐκ Τιθορέας ὁδὸς ἡ ἐπὶ Λέδοντά ἐστιν· πόλις δέ ποτε ἐνομίζετο καὶ αὕτη, κατ’ ἐμὲ δὲ ὑπὸ ἀσθενείας ἐξελελοίπεσαν οἱ Λεδόντιοι τὴν πόλιν, καὶ ἄνθρωποι περὶ ἑβδομήκοντα οἱ οἰκοῦντες ἦσαν ἐπὶ τῷ Κηφισῷ· Λέδων δ’ οὖν ὄνομα ταῖς οἰκήσεσίν ἐστιν αὐτῶν, καὶ ἐς τὸν Φωκέων σύλλογον κοινὸν τελεῖν ἠξίωνται καὶ οὗτοι, καθάπερ γε καὶ οἱ Πανοπεῖς. Τῶν δὲ ἀνθρώπων οἳ οἰκοῦσιν ἐπὶ τῷ Κηφισῷ τεσσαράκοντά ἐστιν ἀνωτέρω σταδίοις Λέδοντος τῆς ἀρχαίας τὰ ἐρείπια, καὶ τὸ ὄνομα ἀπὸ ἀνδρὸς λαβεῖν τὴν πόλιν φασὶν αὐτόχθονος (X, 33, 1).

Une autre route depuis Tithoréa est celle qui mène à Lédon. Elle aussi était considérée comme une cité jadis, mais de mon temps, en raison du délabrement, les gens de Lédon ont abandonné la cité, et environ soixante-dix individus, les habitants, séjournaient au bord du Céphise : Lédon était donc le nom donné à leurs habitations et ils avaient le droit de siéger à la ligue commune des Phocidiens, eux aussi, autant du moins que les Panopéens. De chez les gens qui habitent au bord du Céphise, il y a quarante stades en montant jusqu’aux ruines de l’antique Lédon. Et ils prétendent que la cité tire son nom d’un homme qui était autochtone.

  • 56 Voir encore p. ex. la description de Lycosoura en VIII, 38, 1.

33On voit à nouveau que la cité semble être, en définitive, là où sont ses citoyens, même si l’on sent que Pausanias est réticent à appeler cité quelques dizaines d’individus installés au bord de la rivière et qu’il préfère réserver le terme pour la ville haute, qui a été abandonnée. Lédon semble ainsi encore un rang en dessous de Panopée, avec laquelle Pausanias la compare explicitement. Et l’impression qui en ressort, c’est que la participation au koinon n’est en définitive pas aussi déterminante que cela pour faire de ces lieux (Panopée autant que Lédon) des cités. Il est également remarquable que Pausanias ajoute ici le critère démographique à son image de la cité. C’est un critère aujourd’hui essentiel dans les pays industrialisés pour hiérarchiser les établissements humains : le nombre d’habitants, la zone de rayonnements (selon différents critères), le statut administratif se combinant pour fonder toute une typologie, du hameau à la métropole. C’est en revanche un trait exceptionnel dans la Périégèse et qui vient comme couronner tous les autres afin de souligner la médiocrité de Lédon56. Mais Pausanias poursuit :

Κακῶν δὲ ἀπέλαυσαν μὲν ἀνιάτων καὶ ἄλλαι πόλεις δι’ ἀδικίαν ἐπιχωρίων ἀνδρῶν· ἐς τελέαν δὲ ἀπώλειαν ὤλισθον Ἴλιον μὲν διὰ τὴν ἐς Μενέλαον ὕβριν τοῦ Ἀλεξάνδρου, Μιλήσιοι δὲ διὰ τὸ ἐς τὰς ἐπιθυμίας Ἑστιαίου πρόχειρον καὶ ἔρωτα ἄλλοτε μὲν τῆς ἐν Ἠδωνοῖς πόλεως, τοτὲ δὲ εἶναι Δαρείου σύμβουλον, ἄλλοτε δὲ ἐπανήκειν ἐς Ἰωνίαν· καὶ δὴ καὶ Λεδοντίοις Φιλόμηλος ἀσέβειαν τὴν ἑαυτοῦ δημοσίᾳ παρέσχε σφίσιν ἀναμάξασθαι (X, 33, 2).

D’autres cités aussi ont gagné des maux incurables par l’injustice de certains de leurs ressortissants : Ilion a sombré dans la destruction ultime à cause de l’injure d’Alexandre envers Ménélas, et les Milésiens à cause du penchant d’Histiée à s’abandonner à ses passions et de son désir tantôt de fonder une cité chez les Édones, tantôt d’être le conseiller de Darius, tantôt de revenir en Ionie. De même pour les gens de Lédon, Philomélos les a gratifiés d’assumer en commun son impiété à lui.

34Philomélos, en effet, qui avait suggéré de faire main basse sur les richesses du sanctuaire de Delphes, est présenté par Pausanias en X, 2, 1‑5 comme l’homme à l’origine de la troisième guerre sacrée. Par ailleurs, la comparaison de Lédon avec Troie et Milet, deux villes asiatiques, est audacieuse, au point de se demander s’il n’y a pas une pointe d’ironie dans le chef de Pausanias. On retrouve en tout cas ici le double paradigme homérique et hérodotéen, omniprésent dans la Périégèse : comme pour Panopée, dans un tel cadre de référence, la misère de Lédon paraît plus grande encore.

35Même s’il est sous-jacent à l’ensemble de la Périégèse, ce cadre interprétatif a été explicitement établi par Pausanias au début de son exposé sur la Phocide. En X, 3, 1‑2, Pausanias classe en effet les cités phocidiennes détruites après la troisième guerre sacrée selon trois catégories : celles dont le nom se trouve chez Homère (ainsi Panopée ou Hyampolis), celles qui, peu connues, sont devenues célèbres pour avoir été brûlées par l’armée de Xerxès (la référence à Hérodote est claire), enfin celles qui étaient obscures alors et le sont restées ensuite, comme Lédon.

  • 57 Il vaut la peine de citer un peu plus longuement X, 3, 1‑3 qui donne d’emblée le cadre dans lequel (...)

36L’appartenance de Panopée aux cités connues d’Homère lui confère manifestement aux yeux de Pausanias un lustre supérieur en comparaison de Lédon, que rien ne vient sauver dans son abandon. Mais en retour, ce lustre antique souligne d’autant plus nettement la situation présente de Panopée qui, en définitive, ne se distingue pas beaucoup de celle de Lédon. On voit bien ainsi comment s’établissent la tension entre différentes lectures du paysage phocidien dans la Périégèse et la constante négociation de Pausanias avec ses propres catégories d’analyse, dans ce qui rapproche et oppose les deux localités57.

37Une comparaison avec deux autres voisines de Panopée le montre clairement, en les opposant à leur tour à cette dernière sur d’autres plans. Ainsi, Hyampolis, sans être riche, présente un profil tout différent :

Ἅτε δὲ καὶ βασιλέως Ξέρξου καταπρήσαντος τὴν πόλιν καὶ αὖθις Φιλίππου κατασκάψαντος, ὅμως τὰ ὑπολειπόμενα ἦν ἀγορᾶς τε ἀρχαίας κατασκευὴ καὶ βουλευτήριον, οἴκημα οὐ μέγα, καὶ θέατρον οὐ πόρρω τῶν πυλῶν. Ἀδριανὸς δὲ βασιλεὺς στοὰν ᾠκοδομήσατο, καὶ ἐπώνυμος ἡ στοὰ τοῦ ἀναθέντος βασιλέως ἐστί. Φρέαρ δέ σφισίν ἐστιν ἕν·… (X, 35, 5‑7).

Bien que le roi Xerxès ait brûlé complètement la cité et que Philippe à son tour l’ait complètement détruite, il y subsistait une agora construite à l’antique, une salle du conseil (un bâtiment de peu d’ampleur) et un théâtre non loin des portes. L’empereur Hadrien y fit bâtir un portique et le portique porte le nom de l’empereur qui l’a offert. De puits, ils n’en ont qu’un seul…

  • 58 On remarquera également la mention indirecte de l’enceinte de la ville.

38Les deux cités, qui peuvent se prévaloir d’une mention dans Homère et qui ont connu un sort semblable à l’issue de la troisième guerre sacrée se trouvent à l’époque de Pausanias à l’exact opposé l’une de l’autre : Hyampolis a tout ce que Panopée n’a pas. Elle a une forme urbaine, des structures antiques, un bouleutèrion, même s’il n’est pas grand, et un portique, offert par l’empereur Hadrien58. Elle a même un titre de gloire – sa destruction par les troupes de Xerxès – que Pausanias n’est pas prêt à reconnaître à sa voisine, pourtant aussi victime des Perses (Hérodote, VIII, 35).

  • 59 Seul le temple d’Apollon, déjà détruit par les Perses, avait encore été incendié par les Béotiens.

39Voisine de Panopée et d’Hyampolis, la cité d’Abai quant à elle n’avait pas pris part à la guerre sacrée et n’avait donc pas été détruite alors59. Elle a d’ailleurs un théâtre et une agora également anciens. Mais c’est surtout un centre religieux important, dont la destruction aurait été sacrilège. Implicitement, Pausanias le souligne en opposant l’attitude des Perses et des Romains :

Θεῷ δὲ τῷ ἐν Ἄβαις οὐχ ὁμοίως Ῥωμαῖοί τε ἀπένειμαν τὰ ἐς τιμὴν καὶ ὁ Πέρσης· ἀλλὰ Ῥωμαῖοι μὲν εὐσεβείᾳ τῇ ἐς τὸν Ἀπόλλωνα Ἀβαίοις δεδώκασιν αὐτονόμους σφᾶς εἶναι, στρατιὰ δὲ ἡ μετὰ Ξέρξου κατέπρησε καὶ τὸ ἐν Ἄβαις ἱερόν. […] Παρὰ δὲ τὸν ναὸν τὸν μέγαν ἐστὶν ἄλλος ναός, ἀποδέων ἐκείνου μέγεθος· βασιλεὺς δὲ Ἀδριανὸς ἐποίησε τῷ Ἀπόλλωνι· τὰ δὲ ἀγάλματα ἀρχαιότερα καὶ αὐτῶν ἐστιν Ἀβαίων ἀνάθημα. […] Ἀβαίοις δὲ ἔστι μὲν θέατρον, ἔστι δὲ καὶ ἀγορά σφισι, κατασκευῆς ἀμφότερα ἀρχαίας (X, 35, 2‑3).

Au dieu qui est à Abai, ce n’est pas de manière identique que les Romains et le Perse ont fait honneur, mais les Romains, par piété envers Apollon, ont donné aux Abaiens d’être autonomes, alors que l’armée qui accompagnait Xerxès a brûlé complètement même le sanctuaire qui est à Abai. […] À côté du grand temple, il est un autre temple, qui n’atteint pas la taille du premier : l’empereur Hadrien l’a bâti pour Apollon, mais les statues de culte plus anciennes, elles, sont aussi une offrande des Abaiens mêmes. […] Les Abaiens ont un théâtre, et ils ont aussi une agora, l’un et l’autre construits à l’ancienne.

  • 60 Sur le sentiment de Pausanias par rapport à Rome, et spécialement sa vision du rôle d’Hadrien, voi (...)

40Comme à Hyampolis, il se trouve à Abai des structures urbaines qui manquaient à Panopée, en l’occurrence un théâtre et une agora. Comme à Hyampolis, elles sont antiques (aux yeux de Pausanias) et voisinent un bâtiment dû aux largesses d’Hadrien. La juxtaposition des deux temples, l’un brûlé par les Perses (et une fois encore lors de la troisième guerre sacrée), l’autre construit par les Romains, justifie la remarque d’ouverture sur la piété respective des uns et des autres60. On voit ainsi se dessiner, de Panopée à Abai, en passant par Lédon et Hyampolis, toute une palette de ce qui fait la polis dans la Phocide de Pausanias, où la forme de la ville semble bien, quoi qu’en puisse laisser croire de prime abord la description de Panopée, jouer un rôle prépondérant, mais dans la mesure où la ville est un support mémoriel tout autant que l’objet de la bienveillance impériale.

41On sait par une inscription aujourd’hui au Louvre qu’Hadrien avait soutenu les prétentions d’une petite ville, Naryka de Locride, à voir reconnu son statut de cité, dans des termes qui rappellent très fortement la manière dont Pausanias évoque le statut de polis de Panopée :

  • 61 Voir Knoepfler et Pasquier 2006 et Knoepfler 2006.

Οὐκ οἶμαι ἀμφιζβητήσειν τινὰ πόλιν | ὑμᾶς ἔχειν καὶ πόλεως δίκαια, ὁπότε καὶ |10 εἰς τὸ κοινὸν τῶν Ἀμφικτυόνων συντελεῖ|τε καὶ εἰς τὸ κοινὸν τῶν Βοιωτῶν καὶ βοιω|τάρχην παρέχετε καὶ Πενέλληνα αἱρεῖσθε| καὶ θεηκόλον πέμπετε καί ἐστιν ὑμῖν καὶ βου|λὴ καὶ ἄρχοντες καὶ ἱερεῖς καὶ φυλαὶ Ἑλληνικαὶ |15 καὶ νόμοι οἱ Ὀπουντίων καὶ τελεῖτε φόρον με|τα τῶν Ἀχαιῶν· ἐμνήσθησαν δὲ ὑμῶν καὶ | ποιηταί τινες τῶν ἐνλογιμωτάτων καὶ | Ῥωμαῖοι καὶ Ἕλληνες ὡς Ναρυκείων· ὀνομά|ζουσιν δὲ καὶ τῶν ἡρώων τινας ἐκ τῆς πόλε|20ως τῆς ὑμετέρας ὁρμηθέντας61.

  • 62 Trad. D. Knoepfler.

Je ne pense pas qu’il y aura quelqu’un pour contester que vous possédez une cité et les droits inhérents à une cité, puisque, aussi bien, vous apportez votre contribution au Koinon des Amphictions et au Koinon des Béotiens, que vous fournissez un béotarque, que vous élisez un Panhellène, que vous envoyez un théèkolos ; qu’il y a chez vous un Conseil, des magistrats, des prêtres, des tribus de type grec, des lois qui sont celles des Opontiens et que vous versez tribut avec les Achéens ; qu’en outre quelques poètes parmi les plus fameux, tant romains que grecs, ont fait mention de vous comme Narykéens ; et que parmi les héros ils en nomment aussi quelques-uns issus de votre cité62.

  • 63 Si l’on peut résumer ainsi les arguments développés en fonction de catégories modernes.
  • 64 Rzepka 2010.
  • 65 Outre qu’elle fait peu de cas du fait que la lettre d’Hadrien reprend sans doute pour grande part (...)
  • 66 Une tendance initiée déjà sous Auguste : Spawforth 2012.

42La lettre d’Hadrien, datée par l’éditeur de l’an 138, présente de nombreuses similitudes avec la description de Panopée, mais aussi quelques différences. Si Pausanias oppose la forme urbaine de Panopée à la reconnaissance de son statut par les cités voisines et son appartenance à l’assemblée fédérale phocidienne, il est loin d’accorder autant de poids aux institutions civiques qu’énumère l’empereur. Mais il est remarquable que ce dernier insiste autant sur les aspects juridiques et administratifs du statut de la cité que sur la stature culturelle de cette dernière63. Ce rapprochement entre la Périégèse et la lettre impériale n’est évidemment pas la preuve que Pausanias ait vu à Panopée une inscription similaire, contenant une lettre d’Hadrien, comme le veut Rzepka64. Une telle hypothèse ne peut en effet rendre compte des liens thématiques et formels étroits qui lient la description de Panopée à l’ensemble du livre phocidien, comme nous venons de le montrer65. Non, cela démontre plutôt, une fois encore, l’adhésion de Pausanias à l’esprit de son temps : en se tournant vers le passé glorieux de la Grèce, il se conforme à la vision que la Grèce d’alors promouvait d’elle-même, vision qui n’était ni antagoniste, ni étrangère à Rome66.

  • 67 Voir I, 39, 3 et III, 11, 1 avec mon commentaire dans la Laconie.

43Pour Pausanias, c’est une forme urbaine, c’est l’évergétisme civique et romain, l’adéquation à un patrimoine matériel mais aussi immatériel, culturel, qui dit la ville grecque. La plupart des éléments qui font une ville, du point de vue même de Pausanias, ne sont pas systématiquement mentionnés, et encore moins décrits dans la Périégèse, où les monuments religieux – mais qui ne sont pas spécifiquement urbains – dominent. Outre quelques maisons particulières, les habitations ne sont mentionnées que si elles sont pauvres, le nombre d’habitants que s’il est réduit, le périmètre de la ville que s’il a rétréci… Les monuments publics intéressent certes Pausanias, comme le montrent quelques passages remarquables, mais en définitive, comme le Périégète veut intégrer à son texte ce qui, selon ses critères, sort de l’ordinaire67, le tout-venant n’apparaît pas, ou seulement incidemment. La représentation de la ville chez Pausanias, qui est influencée en partie par sa méthode descriptive, est motivée par une référence constante à un imaginaire nourri par le souvenir d’Homère, d’Hérodote et de la Grèce classique en général, mais sans doute aussi par sa connaissance des cités d’Asie mineure où les évergètes rivalisaient d’ardeur pour en améliorer l’aspect et la salubrité, en entretenant l’idée que, en définitive, la cité est avant tout une ville. Et c’est sans doute tout cela que révèle la description de Panopée : en ouverture du livre phocidien (c’est le premier lieu décrit), elle donne le ton pour tout un paysage, en déclin. Elle est un paradigme valant pour toutes ces poleis et tous ces polismata dont le Périégète évoque ensuite à peine les formes, jusqu’à Lédon, la patrie de celui par qui le malheur est arrivé et qui est moins encore que Panopée.

Bibliographie

Auteurs anciens

Appien, Histoire romaine, tome V, livre IX, Le Livre illyrien - Fragments du Livre macédonien, texte établi et traduit par P. Goukowsky, commenté par P. Goukowsky et P. Cabanes, CUF, série grecque 484, Paris, 2011.

Homère, Ilias, texte établi par M. West, BSGRT, Leipzig, 1998‑2000.

Homère, Odyssea, texte établi par M. West, BSGRT, Berlin, 2017.

Pausanias, Description de la Grèce, tome I, livre I, L’Attique, texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par F. Chamoux, CUF, série grecque 348, Paris, 1992.

Pausanias, Description de la Grèce, tome III, livre III, La Laconie, texte établi par M. Casevitz et A. Skalli, traduit et commenté par O. Gengler, CUF (sous presse).

Pausanias, Description de la Grèce, tome IV, livre IV, La Messénie, texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par J. Auberger, CUF, série grecque 440, Paris, 2005.

Pausanias, Description de la Grèce, tome V, livre V, L’Élide (I), texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux, commenté par A. Jacquemin, CUF, série grecque 390, Paris, 2002 (1er tirage, 1999).

Pausanias, Description de la Grèce, tome VI, livre VI, L’Élide (II), texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux, commenté par A. Jacquemin, CUF, série grecque 420, Paris, 2002.

Pausanias, Description de la Grèce, tome VII, livre VII, L’Achaïe, texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par Y. Lafond, CUF, série grecque 404, Paris, 2002 (1er tirage, 2000).

Pausanias, Description de la Grèce, tome VIII, livre VIII, L’Arcadie, texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par M. Jost, CUF, série grecque 345, Paris, 2002 (1er tirage, 1998).

Pausanias, Graecia Descriptio, tome I, livres I‑IV, texte établi par M.H. Rocha-Pereira, BSGRT 1700, Leipzig, 2013 (1er tirage de cette 2e éd., 1989).

Pausanias, Graecia Descriptio, tome II, livres V‑VIII, texte établi par M.H. Rocha-Pereira, BSGRT 1576, Leipzig, 2013 (1er tirage de cette 2e éd., 1990).

Pausanias, Graecia Descriptio, tome III, livres IX‑X, Indices, texte établi par M.H. Rocha-Pereira, BSGRT 1577, Leipzig, 2013 (1er tirage de cette 2e éd., 1989).

Thucydide, Historia, texte établi par H.S. Jones et J.E. Powell, Oxford, 2004 (1er tirage de cette 2e éd., 1942).

Études

Arafat Κ. 1996, Pausanias’ Greece : ancient artist and Roman rulers, Cambridge.

Alcock S. 1992, Graecia Capta. The landscapes of Roman Greece, Cambridge.

Bowie E. 2001, « Inspiration and Aspiration », in S. Alcock, J.F. Cherry et J. Elsner (dir.), Pausanias. Travel and Memory in Roman Greece, Oxford, p. 21‑32.

Delorme J. 1960, Gymnasion. Étude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce (des origines à l’Empire romain), BEFAR 196, Paris.

Frederiksen R. 2011, Greek City Walls of the Archaic Period, 900‑480 BC, Oxford Monographs on Classical Archaeology, Oxford.

Gengler O. 2004, L’espace spartiate et les Lakônika de Pausanias : topographie et représentation d’une cité grecque antique, thèse de doctorat, EHESS, Paris (inédit).

Gengler O. 2005, « Héraclès, Tyndare et Hippocoon dans la description de Sparte par Pausanias. Mise en espace d’une tradition mythique », Kernos 18, p. 311‑328.

Gengler O. 2009, « Ni réel ni imaginaire : l’espace décrit dans la Périégèse de Pausanias », in L. Villard (dir.), Géographies imaginaires, Rouen, p. 225‑244.

Gengler O. 2013, « De qui est la mémoire ? Construction identitaire et image du passé dans les sanctuaires du sud du Péloponnèse sous le Haut-Empire », in A. Gangloff (dir.), Lieux de mémoire dans l’Orient grec à l’époque impériale, ECHO 9, Bern, p. 179‑198.

Habicht Chr. 1998, Pausanias’ Guide to Ancient Greece (2e éd.), Sather Classical Lectures 50, Berkeley.

Jost M. 2006, « Unité et diversité : la Grèce de Pausanias », REG 119, p. 568‑587.

Knoepfler D. 2006, « L’inscription de Naryka (Locride) au musée du Louvre : la dernière lettre publique de l’empereur Hadrien ? (première partie) », REG 119, p. 1‑34.

Knoepfler D., Pasquier A. 2006, « Un don des Amis du Louvre au Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : la lettre d’Hadrien aux gens de Naryka (Locride) », CRAI 150, p. 1281‑1313.

Kourinou H. 2000, Σπαρτή. Συμβολή στή μνημειακή τοπογραφία της, Ηόρος. ῾Η μεγάλη βιβλιοθήκη 3, Athènes.

Lerouxel F., Pont A.‑V. (dir.) 2016, Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain, Scripta Antiqua 84, Bordeaux.

McInerney J. 1997, « The Phokikon an the Hero Archegetes », Hesperia 66, p. 193‑207.

McInerney J. 2015, « Phokis », in H. Beck et P. Funke (dir.), Federalism in Greek Antiquity, Cambridge, p. 199‑222.

Muller A. 1983, « De Nisée à Mégare », in J. de la Genière et al., « Chronique d’une journée mégarienne », MEFRA 95, p. 619‑628.

Müth S. 2007, Eigene Wege. Topographie und Stadtplan von Messene in spätklassisch-hellenistischer Zeit, Internationale Archäologie 99, Rahden.

Pirenne-Delforge V. 2008, Retour à la source. Pausanias et la religion grecque, Kernos suppl. 20, Liège.

Raftopoulou S. 1998, « New finds from Sparta », in W.G. Cavanagh et S. Walker (dir.), Sparta in Laconia. Proceedings of the 19th British Museum Classical Colloquium, British School at Athens Studies 4, Londres, p. 125‑140.

Rizakis A. 2001, « Les cités péloponnésiennes entre l’époque hellénistique et l’Empire : le paysage économique et social », in R. Frei-Stolba et K. Gex (dir.), Recherches récentes sur le monde hellénistique. Actes du colloque international organisé à l’occasion du 60e anniversaire de Pierre Ducrey (Lausanne, 20‑21 novembre 1998), ECHO 1, Bern, p. 75‑96.

Rizakis A. 2016, « Statut foncier, habitat rural et pratiques agricoles an Grèce sous l’Empire », in Lerouxel et Pont (dir.) 2016, p. 51‑67.

Rousset D. 2008, « The city and its territory in the province of Achaea and ‟Roman Greece” », Harvard Studies in Classical Philology 104, p. 303‑337 (version revue et complétée de l’article paru en 2004 « La cité et son territoire dans la province d’Achaïe et la notion de ‟Grèce romaine” », Annales. Histoire, Sciences Sociales 59, p. 363‑383).

Rzepka J. 2010, « Hadrian and Pausanias’ Definition of Greek Polis », in E. Dąbrowa et al. (dir.), Hortus Historiae. Księga pamiątkowa ku czci profesora Józefa Wolskiego w setną rocznicę urodzin, Cracovie, p. 385‑392.

Spawforth A.J.S. 2012, Greece and the Augustan Cultural Revolution. Greek culture in the Roman World, Cambridge.

Vilatte S. 1984, « Aristote et les Arcadiens : ETHNOS et POLIS dans la Politique », DHA 10, p. 179‑202.

Notes

1 Sauf indication contraire, les traductions sont personnelles.

2 Rzepka 2010, p. 385‑386.

3 Je nuancerais donc l’affirmation de Rzepka 2010, p. 386 selon qui Pausanias serait peut-être le seul auteur d’époque impériale à définir aussi clairement ce qu’est la polis de son temps.

4 Trad. P. Goukowsky légèrement modifiée.

5 L’idée de dispersion est contenue dans l’opposition d’ἀγροὺς à κώμας.

6 Avec l’opposition ξυνοικισθείσης / κατὰ κώμας δὲ… οἰκισθείσης.

7 La forme urbaine de Sparte invite néanmoins à la rapprocher de communautés grecques sans polis, comme les Étoliens. Cf. Thucydide, III, 94, 4 : τὸ γὰρ ἔθνος μέγα μὲν εἶναι τὸ τῶν Αἰτωλῶν καὶ μάχιμον, οἰκοῦν δὲ κατὰ κώμας ἀτειχίστους, καὶ ταύτας διὰ πολλοῦ […], « Le peuple des Étoliens, en effet, était puissant et combatif, mais était établi en villages non fortifiés et très éloignés les uns des autres… » où les Étoliens, ou du moins une part d’entre eux, sont présentés comme des êtres non civilisés, parlant une langue incompréhensible et mangeant de la viande crue. Cf. Aristote, Pol. 1261a avec le commentaire de Vilatte 1984.

8 Outre un certain nombre de structures collectives (théâtre, portique, aqueduc), les fouilles ont mis au jour un grand nombre de riches demeures aux pavements de mosaïque tout à fait remarquables. Voir p. ex. le bilan dressé par Raftopoulou 1998.

9 À savoir τὰ ἀρχεῖα καλούμενα Ἐφορεῖα, « les bâtiments administratifs appelés Éphories », contre τὰ ἀρχαῖα καλούμενα Ἐφορεῖα, « les antiques Éphories » que portent les manuscrits primaires : voir mon commentaire ad loc. dans La Laconie.

10 La seule autre occurrence du mot apparaît dans la description de Panopée pour signaler l’absence d’archeia.

11 Bouleutèrion : I, 3, 5, cf. I, 5, 1 ; prytaneion : I, 18, 3, cf. I, 20, 1 ; 26, 3 ; 28, 10 ; IX, 32, 8 ; portique royal « où siège un roi exerçant une magistrature annuelle appelée royauté » (ἔνθα καθίζει βασιλεὺς ἐνιαυσίαν ἄρχων ἀρχὴν καλουμένην βασιλείαν) : I, 3, 1.

12 Bouleutèrion : I, 42, 4 ; prytaneion : I, 42, 7 et 43, 2 ; l’« Aisymnion », un autre bouleutèrion – où se réunissaient sans doute les Aisymnètes : I, 43, 3 (voir à ce sujet Muller 1983, p. 627‑628) ; un hérôon d’Alcathoos « dont les Mégariens se servaient jusqu’à mon époque pour garder les écrits » (ᾧ Μεγαρεῖς ἐς γραμμάτων φυλακὴν ἐχρῶντο ἐπ’ ἐμοῦ) : I, 43, 4.

13 Bouleutèrion : II, 9, 6.

14 Prytaneion des Éléens : V, 15, 8‑12 ; cf. V, 13, 11 ; 20, 10 ; bouleutèrion : V, 23, 1 ; 24, 1 ; 24, 9 (le bouleutèrion n’est pas thématisé pour lui-même, mais uniquement mentionné comme point de repère topographique).

15 Bouleutèrion : VI, 23, 7 (cf. le commentaire de Jacquemin ad loc. dans l’Élide (II), pour l’intégration du bouleutèrion à un gymnase et pour l’identification de l’Ὀλυμπικὴ βουλή au conseil d’Élis).

16 Bouleutèrion : VIII, 30, 6.

17 Bouleutèrion : X, 35, 6. Pausanias mentionne également deux lieux de réunion d’instances fédérales, le bouleutèrion de la ligue arcadienne à Mégalopolis (VIII, 32, 1) et le bâtiment où se réunissait la ligue phocidienne (X, 5, 1‑2) dont la forme architecturale, inhabituelle, reçoit de la part du descripteur une attention toute particulière. Cf. McInerney 1997 et 2015.

18 Tantôt il semble que le qualificatif vaut dénomination, pour distinguer ce gymnase d’un autre, comme à Corinthe (II, 4, 5 : Τοῦ θεάτρου δέ ἐστι τοῦδε <οὐ> πόρρω γυμνάσιον τὸ ἀρχαῖον, « Non loin de ce théâtre, il y a l’antique gymnase », cf. II, 10, 1 : Ἐν δὲ τῷ γυμνασίῳ τῆς ἀγορᾶς ὄντι οὐ μακρὰν, « Dans le gymnase qui n’est pas loin de l’agora »), tantôt il s’agit véritablement d’un élément de description, comme à Élis (VI, 23, 1 : Ἐν δὲ Ἤλιδι τὰ ἄξια μνήμης γυμνάσιόν ἐστιν ἀρχαῖον « À Élis, ce qu’il y a à retenir, c’est un gymnase antique… »).

19 Le terme γυμνάσιον apparaît 54 fois dans la Périégèse, dont 18 fois pour les gymnases d’Olympie et d’Élis. Le gymnase d’Argos est mentionné quatre fois, dont une sous son seul nom, Κυλάραβις (II, 22, 8). En IV, 32, 1, le terme apparaît au pluriel dans une réflexion de Pausanias sur la présence habituelle de représentations d’Hermès, Héraclès et Thésée dans les gymnases et palestres, tant chez les Grecs que, désormais, chez les barbares. Enfin, il y a encore la mention de l’absence de gymnase à Panopée.

20 Voir le commentaire de Jacquemin à VI, 23, 1 dans l’Élide (II) avec la référence à Delorme 1960, p. 68‑72. Ce gymnase est aussi le seul à propos duquel Pausanias dise qu’il compte au nombre des monuments mémorables de la cité (Ἐν δὲ Ἤλιδι τὰ ἄξια μνήμης γυμνάσιόν ἐστιν ἀρχαῖον), mais cette affirmation est en soi peu significative dans la mesure où l’auteur n’intègre à sa description, précisément, que ce qui est mémorable et donc digne d’être mentionné. Voir Jost 2006, p. 584‑585 avec le renvoi n. 117 à ma thèse inédite (Gengler 2004, spécialement p. 33‑47) et maintenant la notice introductive à la Laconie avec le commentaire à Pausanias, III, 11, 1.

21 Voir la note précédente.

22 Outre la mention de l’absence de théâtre à Panopée, s’ajoutent encore quatre occurrences en dehors de tout contexte descriptif : en IV, 12, 6, Pausanias raconte comment une prêtresse d’Héra comparut à Ithomé, devant le peuple assemblé dans le théâtre, et en IV, 5, 2 le massacre par Alexandre de Phères des habitants de Skotoussa qui tenaient assemblée dans le théâtre ; en VIII, 50, 3, il rapporte que tous se sont levés dans le théâtre, à Olympie, pour honorer Thémistocle ; en IX, 12, 6, le pluriel τὰ θέατρα désigne par métonymie les spectateurs des différents théâtres devant lesquels l’aulète Pronomos s’est produit. Enfin, Pausanias mentionne également en V, 12, 6 l’amphithéâtre de Trajan (θέατρον μέγα κυκλοτερὲς πανταχόθεν, « un grand théâtre formant cercle de tous côtés ») au nombre des réalisations remarquables de cet empereur et, en VI, 19, 11 la muraille et le théâtre de Métaponte qui seuls subsistaient à son époque (ἐπ’ ἐμοῦ δὲ ὅτι μὴ θέατρον καὶ περίβολοι τείχους ἄλλο ἐλείπετο οὐδὲν Μεταποντίου).

23 I, 8, 6 : Τοῦ θεάτρου δὲ, ὃ καλοῦσιν ᾨδεῖον, […] πρὸ τῆς ἐσόδου « Et devant l’entrée du théâtre qu’ils appellent Odéon… » ; cf. II, 3, 6 : τὸ καλούμενον Ὠιδεῖον, « ce que l’on nomme Odéon ».

24 Seule la mention de l’odéon d’Hérode Atticus dans la description de Patras (voir la note suivante) correspond à une véritable description ; en I, 8, 6‑14, 1, sur six longs chapitres, Pausanias se borne à nommer les statues érigées devant l’odéon d’Agrippa, et surtout à raconter l’histoire des personnes représentées. L’odéon de Corinthe est à peine mentionné.

25 II, 27, 5 ; cf. VIII, 32, 1‑3.

26 II, 29, 11.

27 VII, 20, 6 : Κεκόσμηται δὲ καὶ ἐς ἄλλα τὸ Ὠιδεῖον ἀξιολογώτατα τῶν ἐν Ἕλλησι, πλήν γε δὴ τοῦ Ἀθήνῃσι· τοῦτο γὰρ μεγέθει τε καὶ ἐς τὴν πᾶσαν ὑπερῆρκε κατασκευήν, ἀνὴρ δὲ Ἀθηναῖος ἐποίησεν Ἡρώδης ἐς μνήμην ἀποθανούσης γυναικός. Ἐμοὶ δὲ ἐν τῇ Ἀτθίδι συγγραφῇ τὸ ἐς τοῦτο παρείθη τὸ Ὠιδεῖον, ὅτι πρότερον ἔτι ἐξείργαστό μοι τὰ ἐς Ἀθηναίους ἢ ὑπῆρκτο Ἡρώδης τοῦ οἰκοδομήματος. « Du reste, ils ont paré l’Odéon de la manière la plus remarquable pour les monuments de ce type en Grèce, si l’on excepte du moins celui d’Athènes. Celui-ci se distingue par sa grandeur et par toute sa finition ; c’est un Athénien, Hérode, qui l’a construit en mémoire de son épouse défunte. Si, dans mon exposé sur l’Attique, j’ai omis ce qui concerne cet Odéon, c’est parce que j’en avais fini avec ce qui concerne les Athéniens encore avant qu’Hérode en eût entrepris la construction » (trad. Y. Lafond modifiée).

28 Trois sections du texte sont explicitement rattachées à la mention de l’agora : III, 12, 1‑9 ; III, 12, 10‑13, 9 et III, 14, 1. Voir mon commentaire à ces différents passages dans la Laconie.

29 À côté de 11 occurrences dans des renvois ou des évocations de lieux extérieurs à la description, comme le forum de Trajan p. ex. En VIII, 38, 8, l’évocation du sacrifice préliminaire offert, en ouverture d’une procession jusqu’au sanctuaire d’Apollon Parrhasien du mont Lycée, « sur l’agora », doit concerner celle de Mégalopolis. En VIII, 41, 9, Pausanias renvoie à la description de l’agora de Mégalopolis (VIII, 30, 3‑4, renvoi annoncé à cet endroit).

30 Pour Sparte : III, 11, 1, avec mon commentaire dans la Laconie. La description de Corinthe fonctionne comme celle de Sparte et saute des abords de la ville à l’agora, avec des repères topographiques très précis (en gras ci‑dessous), et contient une brève introduction où, bien qu’indirectement, la sélectivité du texte est signalée (souligné ci‑dessous) : Ἀνιοῦσι δὲ ἐς Κόρινθον καὶ ἄλλα ἐστὶ κατὰ τὴν ὁδὸν μνήματα καὶ πρὸς τῇ πύλῃ Διογένης τέθαπται ὁ Σινωπεύς, ὃν κύνα ἐπίκλησιν καλοῦσιν Ἕλληνες. Πρὸ δὲ τῆς πόλεως κυπαρίσσων ἐστὶν ἄλσος ὀνομαζόμενον Κράνειον […]. Λόγου δὲ ἄξια ἐν τῇ πόλει τὰ μὲν λειπόμενα ἔτι τῶν ἀρχαίων ἐστίν, τὰ δὲ πολλὰ αὐτῶν ἐπὶ τῆς ἀκμῆς ἐποιήθη τῆς ὕστερον. Ἔστιν οὖν ἐπὶ τῆς ἀγορᾶς – ἐνταῦθα γὰρ πλεῖστά ἐστι τῶν ἱερῶν… « Pour qui monte vers Corinthe, il y a des monuments funéraires le long de la route, et notamment Diogène de Sinope, que les Grecs ont surnommé le Chien, a été enseveli près de la porte. Devant la cité, il y a un bois de cyprès dénommé le Kraneion. […] Ce qui est digne d’être mentionné dans la cité, ce sont des vestiges de ses antiques structures, mais c’est surtout ce qui a été fait lors de sa seconde apogée. Il y a donc sur l’agora – car c’est là que se trouvent la plupart des sanctuaires… » (II, 2, 4 et 6). De même à Trézène : κατασκευὴν δὲ ἱερῶν καὶ ὅσα ἄλλα ἐς ἐπίδειξιν, τὸ ἐντεῦθεν ἐπέξειμι. Ἐν τῇ ἀγορᾷ Τροιζηνίων ναὸς καὶ ἀγάλματα Ἀρτέμιδός ἐστι Σωτείρας· « L’agencement des sanctuaires et tout ce qu’il y a d’autre à montrer, je le passe maintenant en revue. Sur l’agora des Trézéniens, il y a un temple et des statues d’Artémis Sôteira… » (II, 30, 10‑31, 1).

31 La description de l’agora d’Élis est remarquable : Ἡ δὲ ἀγορὰ τοῖς Ἠλείοις οὐ κατὰ τὰς Ἰώνων καὶ ὅσαι πρὸς Ἰωνίᾳ πόλεις εἰσὶν Ἑλλήνων, τρόπῳ δὲ πεποίηται τῷ ἀρχαιοτέρῳ στοαῖς τε ἀπὸ ἀλλήλων διεστώσαις καὶ ἀγυιαῖς δι’ αὐτῶν. Ὄνομα δὲ τῇ ἀγορᾷ τὸ ἐφ’ ἡμῶν ἐστιν Ἱππόδρομος. « L’agora des Éléens n’est pas comme dans les cités d’Ionie ou les cités grecques proches de l’Ionie ; elle est construite selon un mode plus antique avec des portiques distants les uns des autres et des rues qui les traversent. De notre temps, la place porte le nom d’Hippodrome » (VI, 24, 2 ; trad. J. Pouilloux, légèrement modifiée). Voir le comm. de Jacquemin ad loc. dans l’Élide (II).

32 Voir pour plus de détails, Gengler 2009 et la notice introductive à la Laconie.

33 Ainsi, une fontaine au sanctuaire d’Apollon Maléatas (II, 27, 7) ou sur la route d’Élis à Olympie (V, 16, 8).

34 Voir notamment II, 3, 5 : Λουτρὰ δὲ ἔστι μὲν πολλαχοῦ Κορινθίοις καὶ ἄλλα, τὰ μὲν ἀπὸ τοῦ κοινοῦ, δὲ βασιλέως Ἀδριανοῦ κατασκευάσαντος, τὸ δὲ ὀνομαστότατον αὐτῶν πλησίον τοῦ Ποσειδῶνος. Τοῦτο δὲ Εὐρυκλῆς ἐποίησεν ἀνῆρ Σπαρτιάτης […]. Κρῆναι δὲ πολλαὶ μὲν ἀνὰ τὴν πόλιν πεποίηνται πᾶσαν ἅτε ἀφθόνου ῥέοντός σφισιν ὕδατος καὶ ὃ δὴ βασιλεὺς Ἀδριανὸς ἐσήγαγεν ἐκ Στυμφήλου, θέας δὲ μάλιστα ἀξία <ἡ> παρὰ τὸ ἄγαλμα τὸ τῆς Ἀρτέμιδος. « Il y a des bains en beaucoup d’endroits de Corinthe, notamment ceux bâtis sur fonds publics et celui que l’empereur Hadrien a fait construire, mais le plus renommé d’entre eux est près du Poséidon. Celui-ci, c’est Euryclès, un Spartiate, qui l’a construit […]. Quant aux fontaines, ils en ont construit de nombreuses dans toute la cité, parce que l’eau courante est chez eux abondante et l’empereur Hadrien en a fait venir de Stymphale, mais la plus remarquable est à côté de la statue d’Artémis ».

35 La description d’Ampheia en Messénie est représentative : Ἡ δὲ Ἄμφεια πρὸς τῇ Λακωνικῇ πόλισμα ἦν ἐν τῇ Μεσσηνίᾳ, μεγέθει μὲν οὐ μέγα, ἐπὶ λόφου δὲ ὑψηλοῦ κείμενον, καὶ ὑδάτων πηγὰς εἶχεν ἀφθόνους, « Ampheia était une ville de Messénie proche de la Laconie, certes pas bien grande, mais située sur une hauteur, et elle avait des sources abondantes en eau » (IV, 5, 9, trad. J. Auberger légèrement modifiée). Sur πόλισμα, voir ci‑dessous.

36 L’examen des 49 occurrences du mot κρήνη montre que les fontaines ne sont pas l’apanage des villes, puisqu’il s’en trouve dans des sanctuaires ou en dehors des agglomérations. Seule une analyse systématique des termes de l’eau serait pertinente, mais serait trop vaste pour cette enquête. Cf. p. ex. I, 14, 1 (Athènes) : πλησίον δέ ἐστι κρήνη, καλοῦσι δὲ αὐτὴν Ἐννεάκρουνον, οὕτω κοσμηθεῖσαν ὑπὸ Πεισιστράτου· φρέατα μὲν γὰρ καὶ διὰ πάσης τῆς πόλεώς ἐστι, πηγὴ δὲ αὕτη μόνη, « Tout près, il y a une source : ils l’appellent Ennéakrounos et elle a été ornée ainsi par Pisistrate. Des puits, en fait, il y en a partout aussi dans la cité, mais c’est la seule source » ; VII, 27, 4 (Pellène) : ᾠκοδόμηται δὲ καὶ ἔλυτρον κρήνης ἐν τῇ ἀγορᾷ, καὶ λουτρά ἐστιν αὐτοῖς τὸ ὕδωρ τὸ ἐκ τοῦ θεοῦ, ἐπεί τοι πίνειν πηγαί σφισιν ὑπὸ τὴν πόλιν εἰσὶν οὐ πολλαί· τὸ δὲ χωρίον, ἔνθα αἱ πηγαί, Γλυκείας ὀνομάζουσι, « On a construit aussi sur l’agora le réservoir d’une fontaine et, pour les bains, on utilise l’eau du ciel, car l’eau potable n’est fournie que par des sources en contrebas de la cité qui sont peu nombreuses. Et ils nomment l’endroit où se trouvent les sources Glykéiai (“Eaux douces”) » (trad. Y. Lafond, légèrement modifiée).

37 Sur Pausanias et la religion grecque, voir Pirenne-Delforge 2008.

38 Ainsi à Athènes, le stade qu’avait fait bâtir Hérode Atticus, dont la description est à comparer à celle de son odéon : Τὸ δὲ ἀκούσασι μὲν οὐχ ὁμοίως ἐπαγωγόν, θαῦμα δ᾽ ἰδοῦσι, στάδιόν ἐστι λευκοῦ λίθου. Μέγεθος δὲ αὐτοῦ τῇδε ἄν τις μάλιστα τεκμαίροιτο· ἄνωθεν ὄρος ὑπὲρ τὸν Ἰλισὸν ἀρχόμενον ἐκ μηνοειδοῦς καθήκει τοῦ ποταμοῦ πρὸς τὴν ὄχθην εὐθύ τε καὶ διπλοῦν. Τοῦτο ἀνὴρ Ἀθηναῖος Ἡρώδης ᾠκοδόμησε, καί οἱ τὸ πολὺ τῆς λιθοτομίας τῆς Πεντελῆσιν ἐς τὴν οἰκοδομὴν ἀνηλώθη, « Un monument qui, à en entendre parler, n’est pas autrement séduisant, mais est une merveille à voir, c’est un stade en marbre blanc. Quant à sa taille, on pourrait en donner ainsi la meilleure idée : depuis son extrémité, c’est un mont dominant l’Ilisos, en forme de croissant, qui, en ligne droite et de deux côtés, descend jusqu’à la rive du fleuve. C’est un Athénien, Hérode, qui l’a bâti, et une grande part de la carrière du Pentélique a été épuisée pour le bâtir » (I, 19, 6).

39 Durant l’hiver 370‑369, lorsque, pour la première fois, la ville de Sparte est approchée par l’ennemi, elle est encore dépourvue de murailles (Xénophon, Helléniques VI, 5, 28 ; cf. Xénophon, Agésilas II, 24). Seul le fleuve en défend alors l’accès. Durant l’été 362, à nouveau devant Épaminondas, les défenseurs improviseront des barricades (Énée le Tacticien, Poliorcétique II, 2). Mais face à Démétrios en 294 et Pyrrhos en 272, Sparte peut opposer « des fossés profonds, de fortes palissades, et, dans les points les plus vulnérables, aussi […] des ouvrages de fortifications », nous dit Pausanias, I, 13, 6. Polybe évoque également des murs dans son récit des opérations menées par Philippe V devant Sparte en 218 (V, 22, 11). Peu avant l’attaque de T. Quinctius Flamininus contre Sparte en 195, Nabis a étendu et/ou rénové la muraille dont des tuiles de protection ont été retrouvées (IG VI, 1, 885a-d ; cf. Tite-Live, XXXIV, 38, 1‑2, qui précise que le périmètre fortifié n’était pas complet). Les fortifications furent ensuite détruites sur ordre de Philopoimen en 188 et reconstruites à partir de 183 (Tite-Live, XXXVIII, 34, 1 ; Pausanias, VII, 8, 5 et 9, 5). Elles seront encore modifiées au cours du ier s. av. J.‑C., comme l’attestent de nombreuses tuiles inscrites (IG V, 1, 886‑909 ; SEG L, 418 ; cf. sur tout cela Kourinou 2000, p. 35‑66). Une section en a été mise au jour au nord-est de la ville, non loin du sanctuaire d’Orthia (ABSA 12, 1905‑1906, p. 284‑288 et 13, 1906‑1907, p. 5‑16), mais le périmètre retracé par Wace à partir du lieu de découverte des tuiles reste très hypothétique (cf. ABSA 13, 1906‑1907, pl. I).

40 Voir sur ce point Frederiksen 2011, p. 25‑27.

41 Le sanctuaire d’Athéna Aléa, évoqué par Pausanias à travers la mention d’une statue de la déesse en III, 19, 7 est assez certainement situé directement à la limite nord-est de la ville grâce à la découverte d’une inscription et au témoignage de Xénophon : Kourinou 2000, p. 155‑167 et mon commentaire ad loc. dans la Laconie.

42 Au sens de circuit défensif, voir encore : I, 25, 8 (Athènes) ; I, 41, 6 (Mégare) ; II, 16, 5 (Mycènes) ; IV, 27, 7 (Messène) ; VII, 18, 5 (Patras) ; VIII, 13, 2 (Orchomène) ; X, 4, 2 (Panopée). Il s’agit toujours d’un circuit ancien (ἀρχαῖος : Athènes, Mégare, Ithomé, Orchomène, Panopée), manifestement originel (Mégare, Ithomé, Messène, Patras, Orchomène), remontant à des temps toujours reculés, sauf pour Messène.

43 Trad. J. Auberger légèrement modifiée.

44 Trad. J. Auberger légèrement modifiée.

45 Sur Messène, sa muraille et sa trame urbaine, voir Müth 2007.

46 Voir p. ex. III, 12, 3 (les Boônèta, qui étaient jadis la maison du roi Polydôros) ; 14, 6 (maison de Ménélas).

47 Consultation en juin 2016.

48 Sans avoir nécessairement la portée péjorative que le mot peut avoir dans certains contextes comme l’atteste Pollux, IX, 24 : ψέγων δὲ ἐρεῖς στενήν, βραχεῖαν, ἀθλίαν, ταλαίπωρον πόλισμα πολισμάτιον, πολίχνη πολίχνιον, κώμη, « Pour blâmer tu diras (de la cité qu’elle est) étroite, petite, méprisable, une misérable ville, une villette, un bourg, une bourgade, un village. »

49 Ainsi, Amyclées, un antique πόλισμα devenu un village (III, 1, 3 et 19, 6 ; cf. IV, 18, 3), Aigiai (III, 21, 5, renvoyant à Homère, Iliade II, 583), Hélos (III, 20, 6, renvoyant à Il. II, 584), Cardamylé (III, 26, 7, renvoyant à Il. IX, 150 = 292), Phères (IV, 1, 4, renvoyant à Od. III, 488‑489), Ithomé (IV, 9, 2, renvoyant à Il. II, 729), Cylléné (VI, 26, 4‑5 renvoyant à Il. XV, 518), etc. Hélos et Cardamylé chez Homère sont un πτολίεθρον.

50 L’affirmation, que Pausanias prête aux Panopéens, de voir en le père d’Épeios leur éponyme remonte aussi au texte homérique (Il. XXIII, 664‑665) :

Ὣς ἔφατ’, ὄρνυτο δ’ αὐτίκ’ ἀνὴρ ἠΰς τε μέγας τε
εἰδὼς πυγμαχίης υἱὸς Πανοπῆος Ἐπειός

Ainsi parla-t-il, et aussitôt s’élança un homme noble et grand,
boxeur accompli, le fils de Panopée, Épeios.

51 Hom., Il. XVII, 306‑309 :

[…] Σχεδίον μεγαθύμου Ἰφίτου υἱὸν
Φωκήων ὄχ’ ἄριστον, ὃς ἐν κλειτῷ Πανοπῆϊ
οἰκία ναιετάασκε πολέσσ’ ἄνδρεσσιν ἀνάσσων

[…] Schédios, fils du magnanime Iphitos,
de loin le meilleur des Phocidiens qui dans l’illustre Panopée
avait sa résidence et régnait sur de nombreux hommes.

52 Peut-être faut-il voir ici une référence implicite à Hérodote, VIII, 34.

53 Hom., Od. XI, 580‑581 :

Λητὼ γὰρ ἕλκησε Διὸς κυδρὴν παράκοιτιν,
Πυθώδ’ ἐρχομένην διὰ καλλιχόρου Πανοπῆος.

Car [Tityos] violenta Léto, glorieuse épouse de Zeus,
alors qu’elle venait à Pythô en passant par Panopée aux belles places de danse. 

54 Voir à ce sujet les contributions au volume de Lerouxel et Pont (dir.) 2016, spécialement Rizakis 2016 et les travaux antérieurs de ce dernier sur le Péloponnèse, notamment Rizakis 2001. Sur l’origine asiatique de Pausanias, voir Habicht 1998, p. 13‑15 et Bowie 2001, p. 24.

55 Gengler 2013, p. 179‑187 ; cf. Alcock 1992 avec Rousset 2008.

56 Voir encore p. ex. la description de Lycosoura en VIII, 38, 1.

57 Il vaut la peine de citer un peu plus longuement X, 3, 1‑3 qui donne d’emblée le cadre dans lequel Pausanias perçoit le paysage politique de la Phocide : Καὶ ἐς ἔδαφος ἁλοῦσαι κατεβλήθησαν τῶν Φωκέων αἱ πόλεις· ἀριθμὸς δὲ ἦν αὐτῶν Λίλαια καὶ Ὑάμπολις καὶ Ἀντίκυρα καὶ Παραποτάμιοι καὶ Πανοπεύς τε καὶ Δαυλίς. Τούτων μὲν δὴ ὄνομα ἦν ἐκ παλαιοῦ, καὶ οὐχ ἥκιστα ἐπῶν ἕνεκα τῶν Ὁμήρου· 2 τὰς δὲ αὐτῶν ἡ στρατιὰ καταπρήσασα ἡ μετὰ Ξέρξου γνωριμωτέρας ἐς τὸ Ἑλληνικὸν ἐποίησεν, Ἐρωχὸν καὶ Χαράδραν καὶ Ἀμφίκλειαν καὶ Νεῶνας καὶ Τεθρώνιον καὶ Δρυμαίαν. Αἱ δὲ ἄλλαι πλήν γε δὴ Ἐλατείας τὰ πρότερα οὐκ ἐπιφανεῖς ἦσαν, Τραχίς τε ἡ Φωκικὴ καὶ Μεδεὼν ὁ Φωκικὸς καὶ Ἐχεδάμεια καὶ Ἄμβροσσος καὶ Λέδων καὶ Φλυγόνιον ἔτι καὶ Στῖρις. Τότε δὲ κατεσκάφησάν τε αἱ κατειλεγμέναι καὶ ἐς κώμας πλὴν Ἄβας ᾠκίσθησαν αἱ ἄλλαι· Ἀβαίοις δὲ ἐκτὸς ἀσεβείας ὑπῆρχε καθεστηκέναι, καὶ οὔτε τοῦ ἱεροῦ τῆς καταλήψεως οὔτε τοῦ πολέμου μετεσχήκεσαν. 3 […] Ἀνὰ χρόνον μέντοι τοῖς Φωκεῦσιν αἱ πόλεις ἀνῳκίσθησαν καὶ ἐς τὰς πατρίδας κατήχθησαν ἐκ τῶν κωμῶν, πλὴν εἰ μὴ ἀνοικισθῆναί τινας ἐκώλυσεν ἀσθένειά τε ἡ ἐξ ἀρχῆς καὶ ἡ τῶν χρημάτων ἐν τῷ τότε ἔνδεια· « Et une fois prises, les cités des Phocidiens furent jetées à bas jusqu’aux fondations ; au nombre d’entre elles, il y avait Lilaia, Hyampolis, Anticyre, Parapotamioi, Panopée et Daulis. Celles-ci avaient du renom depuis longtemps, surtout grâce aux vers d’Homère. D’autres parmi elles, c’est l’armée qui accompagnait Xerxès qui les rendit plus célèbres en Grèce en les détruisant par le feu : Érôchos, Charadra, Amphiclée, Néônes, Tithrônion et Drymaia. Les autres, à l’exception d’Élatée, n’avaient auparavant aucun lustre : Trachis de Phocide, Médéon de Phocide, Échédamia, Ambrossos, Lédôn, Phlygonion, ainsi que Stiris. À cette époque, les cités dont j’ai donné la liste furent rasées et, toutes sauf Abai, établies en villages. Quant aux Abaiens, il se trouve qu’ils étaient restés à l’écart de l’acte d’impiété et n’avaient participé ni à la prise du sanctuaire ni à la guerre. […] Avec le temps cependant, les cités des Phocidiens furent réétablies et ils furent transférés des villages à leurs patries, sauf certaines dont la faiblesse originelle autant que le manque de ressources à cette époque ont empêché la refondation. »

58 On remarquera également la mention indirecte de l’enceinte de la ville.

59 Seul le temple d’Apollon, déjà détruit par les Perses, avait encore été incendié par les Béotiens.

60 Sur le sentiment de Pausanias par rapport à Rome, et spécialement sa vision du rôle d’Hadrien, voir Arafat 1996, spécialement p. 159‑188 et la conclusion (avec p. 212 le commentaire sur Abai).

61 Voir Knoepfler et Pasquier 2006 et Knoepfler 2006.

62 Trad. D. Knoepfler.

63 Si l’on peut résumer ainsi les arguments développés en fonction de catégories modernes.

64 Rzepka 2010.

65 Outre qu’elle fait peu de cas du fait que la lettre d’Hadrien reprend sans doute pour grande part les éléments de la pétition que les habitants de Naryka eux-mêmes n’ont pas manqué de lui adresser. Que l’empereur ait ajouté ou fait ajouter à leurs arguments est possible, mais sans doute marginal. Voir Knoepfler et Pasquier 2006, p. 1307. Pour un parallèle intéressant, faisant intervenir les poètes à l’appui d’une querelle territoriale devant Tibère, voir Tacite, Annales IV, 43 1‑2 avec Gengler 2005, p. 322‑324.

66 Une tendance initiée déjà sous Auguste : Spawforth 2012.

67 Voir I, 39, 3 et III, 11, 1 avec mon commentaire dans la Laconie.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La Phocide de Pausanias. O. Gengler, d’après les données du site pleiades.stoa.org (Ancient World Mapping Center/Institute for the Study of the Ancient World, consulté le 23‑06‑2017).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 425k

Auteur

Académie des sciences de Heidelberg ; université de Tübingen

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search