Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Des villes dans un empire

L’espace urbain dans le discours encomiastique : l’exemple des discours smyrniotes d’Aelius Aristide

Jean‑Luc Vix

Texte intégral

  • 1 Le § 26 traite de l’éloge des cités, et le § 27 envisage l’éloge des monuments publics. Dans la pr (...)
  • 2 Voir les éditions de Rabe en 1913 et de Patillon en 2008.
  • 3 Voir les éditions de Spengel en 1856 et de Russell et Wilson en 1981. Voici les différents chapitr (...)
  • 4 Voir l’édition d’Usener et Radermacher en 1905 et la traduction anglaise de Russell et Wilson en 1 (...)
  • 5 Le Discours en l’honneur de Rome a été traduit en français, voir Pernot 1997.
  • 6 On trouvera une étude succincte de ce corpus dans Pernot 1993, p. 295‑299.

1La pratique des ἐγκώμια τῆς πόλεως ne se dessine véritablement qu’à partir des premiers siècles de notre ère avec le mouvement de la Seconde Sophistique, chez des auteurs comme Dion de Pruse ou Aelius Aristide, dans l’univers grec. Dans le domaine de la théorie littéraire, il faut attendre Quintilien (III, 7, 26‑281) pour trouver quelques préconisations destinées à ce type de discours, et plus tard, chez les Grecs, le Pseudo-Hermogène2, Ménandros le rhéteur I et II3, ou encore le Pseudo-Denys4. Les discours encomiastiques aristidiens, qui sont antérieurs à ces théoriciens, représentent par conséquent pour nous une source inestimable d’information sur cette pratique au cours du iie s. ap. J.‑C. À l’intérieur de ce corpus plusieurs discours d’importance sont à prendre en compte, en particulier le Panathénaïque (Or. 1), en ce qui concerne Athènes, et celui intitulé En l’honneur de Rome (Or. 26), pour la capitale de l’Empire5. Les discours dits smyrniotes représentent une autre facette de l’éloge des villes. On regroupe sous cette appellation cinq discours qui ont pour sujet central la cité de Smyrne, bien que leur rédaction réponde à des motifs, et à des dates, différents les uns des autres6.

Voici la liste de ces 5 discours (Or. 17‑21) :

  • Or. 17 Σμυρναϊκός I [πολιτικός], Discours Smyrniote (ca 157) : Aristide prononce, vraisemblablement au nom de la cité, un discours de bienvenue (λόγος προσφωνητικός) adressé peut-être à un gouverneur venu rendre justice dans la cité.
  • Or. 18 Μονῳδία ἐπὶ Σμύρνῃ, Monodie pour Smyrne : le discours se présente comme une lamentation après la destruction de la cité par un séisme (en 177‑178).
  • Or. 19 Ἐπιστολὴ περὶ Σμύρνης, Lettre aux empereurs au sujet de Smyrne : si l’on en croit Aristide lui-même (§ 2), c’est dès le lendemain du séisme qu’il écrivit aux empereurs en sollicitant leur aide pour la reconstruction de la cité.
  • Or. 20 Παλινῳδία ἐπὶ Σμύρνῃ, Palinodie pour Smyrne : l’appel d’Aristide ayant été entendu et la cité en voie de restauration, le discours 20 célèbre ce renouveau, à l’occasion de la tenue d’une assemblée provinciale à Smyrne sans doute en 178.
  • Or. 21 Σμυρναϊκός II, Discours Smyrniote II : après la reconstruction, nouvel éloge de Smyrne, à l’occasion de la venue d’un nouveau gouverneur en 179.

2Ces cinq discours, en dépit de leurs différences de composition, de contenu et d’objectifs, contiennent cependant tous, à des degrés divers, un éloge de la cité de Smyrne qui justifie leur regroupement et leur comparaison. La typologie encomiastique, fortement encadrée à cette époque par les prescriptions des théoriciens, et largement enseignée dans les écoles de rhétorique, implique l’utilisation de topoi. Un certain nombre d’entre eux assimile les villes à un corps vivant, ce qui a pour conséquence directe que, comme tout corps, la ville a une naissance et est susceptible de mourir. Même l’espace géographique et la topographie en sont tributaires. Cependant, une lecture plus approfondie de ces discours révèle un espace urbain dont les contours correspondent davantage aux préoccupations et à la situation d’Aristide. Ce dernier cherche en effet, non seulement à mettre l’accent sur la dimension culturelle de Smyrne au sein des cités d’Asie Mineure, mais aussi à redessiner une géographie très personnelle.

Les topoi de l’éloge des villes : un être vivant

3La manière dont Aristide parle de Smyrne est par bien des aspects assez proche des prescriptions des théoriciens, la ville épousant souvent, comme cela était enseigné, les topoi mis en œuvre pour l’être humain.

Un corps

4La cité de Smyrne est explicitement définie comme un corps vivant, un corps humain formant un tout, mais en même temps une unité composée de différentes parties. Plusieurs passages peuvent être cités à cet égard, par exemple Or. 17, 9 :

  • 7 On peut aussi mentionner les passages 21, 5 et 7.

On ne la dirait pas composée de plusieurs villes distinctes, mais elle apparaît comme une ville unique qui équivaut à plusieurs. Son teint est uniforme et elle est harmonieuse comme un corps humain car toutes ses parties sont subordonnées à l’ensemble7 (οὐδ’ ἂν φαίης εἶναι πόλεις πολλὰς κατὰ μικρὸν διεσπαρμένας, ἀλλὰ μίαν μὲν πολλῶν ἀντίρροπον, μίαν δ’ οὖν ὁμόχρουν καὶ σύμφωνον ἑαυτῇ, καθάπερ ἀνθρώπου σῶμα συμβαίνοντα τῷ ὅλῳ τὰ μέρη παρεχομένην).

  • 8 Trad. Patillon 2008, p. 197‑198.

5C’est sans doute dans les Progymnasmata du Pseudo-Hermogène que l’on perçoit le mieux cette tendance, décrite à la fin du chapitre consacré à l’éloge8 :

Quant à l’éloge d’une cité […] tu examineras, comme pour un homme, de quelle sorte sont ses mœurs, de quelle sorte sa constitution physique, quelles furent ses activités, quelles actions elle a accompli (Καὶ μὴν καὶ πόλεως ἐγκώμιον […] ἐξετάσεις δὲ ὡς ἐπὶ ἀνθρώπου, ποδαπὴ τοὺς τρόπους ἡ πόλις, ποδαπὴ τὴν κατασκευήν, τίσιν ἐπιτηδεύμασιν ἐχρήσατο, τίνα κατέπραξε).

  • 9 La cité possède une tête (l’acropole), des mains (ports ou promontoires) qu’elle tend aux arrivant (...)
  • 10 Également Or. 19, 11 et 13.
  • 11 Dans le discours 17, il évoque trois fondateurs successifs, Tantale (ou Pelops), Thésée, puis Alex (...)
  • 12 Sur la beauté reconnue de Smyrne dans l’Antiquité, voir Cadoux 1938, p. 171‑173. Elle acquerra, au (...)
  • 13 Bien loin d’être représentée mécaniquement comme un corps inerte, la Smyrne aristidienne est animé (...)

6La formule ἐξετάσεις δὲ ὡς ἐπὶ ἀνθρώπου engage nettement les rhéteurs à transposer à la ville les éloges initialement destinés à l’homme. Une sorte de syncrétisme entre les deux formes de discours encomiastiques se dessine. Or, dans les discours smyrniotes, la cité est non seulement souvent personnifiée au moyen de métaphores et de comparaisons9, mais Aristide lui applique délibérément les lieux de l’éloge préconisés pour l’humain. Par exemple, au § 7 du discours 17, il développe les praxeis (ταῖς πράξεσι τῆς πόλεως), – catégorie généralement réservée aux actions humaines – pour évoquer l’aide apportée par Smyrne à Rome contre Antiochos (190 av. J.‑C.) et Aristonikos (130 av. J.‑C.)10. Le même épisode, relaté dans le discours 19, § 11, permet à l’orateur de mettre en valeur la générosité de la ville, tout comme on le ferait d’une personne dans les praxeis, ou les epitèdeumata, c’est-à-dire le comportement. À d’autres endroits, la Smyrne d’Aristide est louée à l’aide du genos, à travers les légendes des fondateurs11 (Or. 17, 2‑4 ; Or. 18, 2 ; Or. 20, 5‑7 ; Or. 21, 3‑5), comme cela est ordinairement pratiqué pour les hommes. Sa physis du corps est également constamment honorée, avec les innombrables mentions de sa beauté12, et même sa physis selon l’âme13, topoi essentiels de la théorie épidictique. Dans l’espace de vie compris entre la naissance et la mort, la ville partage le lot de l’humanité, et la construction biographique confère aux cités un axe temporel en même temps qu’un axe spatial.

Naissance, vie, mort et résurrection

  • 14 L’opposition entre le passé et le présent est un des aspects notifié par Ménandros II le rhéteur d (...)
  • 15 Trad. Oudot 2012, p. 162.

7Après avoir évoqué trois fondations successives de la ville, le rhéteur n’hésite pas à proclamer, d’une de ces formules paradoxales tant prisées par les sophistes, que Smyrne est à la fois « la plus ancienne et la plus récente » (παλαιοτάτη καὶ καινοτάτη, Or. 17, 2)14. Mais, à la différence de l’être humain, elle est dotée d’un pouvoir de renaissance illimité, à l’instar du Phénix (ἑαυτὴν ἀνασεωσαένη, Or. 17, 2 ; Or. 20, 19). Alors qu’on la croyait abattue définitivement par le séisme, elle resurgit offrant un nouveau spectacle : « comme dans une pièce de théâtre, elle renaît depuis le début ; elle a inversé son âge, elle est en même temps une ville d’autrefois et une ville nouvelle » (ἡ πόλις δ’ ὥσπερ ἐν δράματι καὶ δὴ πάλιν ἐξ ἀρχῆς ἀναφύεται μεταβαλοῦσα τὴν ἡλικίαν, ἡ αὐτὴ παλαιὰ καὶ νέα γενομένη, Or. 20, 19)15. C’est le calque sur l’univers humain qui incite Aristide à inscrire sa ville dans le temps. Dans le discours 21, § 6, l’orateur insiste sur ce point en citant un proverbe selon lequel rien n’est immuable pour les hommes (ἀκίνητον δὲ οὐδὲν, φασὶ, τῶν ἐν ἀνθρώποις), car aussi bien les choses anciennes que récentes sont appelées à évoluer, celles d’avant-hier ou d’hier. Smyrne n’échappe pas à ce destin, car même si dans ce passage cela n’est pas dit explicitement, la contiguïté des mots permet de comprendre qu’elle aussi est marquée par son caractère mortel : « les changements sont une particularité de la race mortelle, et nombreux sont les miracles du temps ; et précisément pour notre ville… » (ἴδιον γὰρ τοῦ θνητοῦ γένους αἱ μεταβολαὶ, καὶ πολλὰ τὰ θαύματα τοῦ χρόνου. καὶ δὴ καὶ τῇ ἡμετέρᾳ πόλει…). Cet élan vers l’avenir et cette foi dans la capacité de la cité à se régénérer sont donc un des traits de la vision de Smyrne que nous propose Aristide. Et c’est cette nouvelle cité (νέα γενομένη) qui s’est agrandie au gré des siècles qu’il nous donne à voir.

Un cadre spatial et ses monuments publics

Une visite guidée

  • 16 Également Or. 21, 11, ἐδόκει παράδειγμα κάλλους ἡ πόλις εἶναι.

8Voyons donc à présent de façon plus précise quelle est cette Smyrne d’Aristide. Les nombreuses références à la beauté de la cité ont été maintes fois relevées et étudiées et il en a été question plus haut à propos du topos de la physis. Celle-ci devient un « modèle de beauté » (οἷον πόλεως παράδειγμα κάλλους, Or. 20, 14)16 et le titre d’« éponyme » de la beauté (Or. 19, 3) attribué par le rhéteur, lui permet de solliciter l’aide des empereurs. Cette splendeur, elle la doit à son site, sa région, ses rues et à ses monuments.

  • 17 Or. 17, 10 ἀπὸ ἑσπέρας μὲν πρὸς ἕω βαδίζων ἐκ νεώ τε εἰς νεὼν ἥξεις « en marchant de l’ouest vers (...)
  • 18 On retrouve beaucoup de points communs avec le discours 21, 5, par rapport aux bâtiments cités.
  • 19 Le foisonnement des bains dans la cité smyrniote a depuis longtemps été relevé : voir Cadoux 1938, (...)
  • 20 Cf. 17, 9 : « On ne la dirait pas composée de plusieurs villes distinctes, mais elle apparaît comm (...)
  • 21 Il donne son nom aux nymphes de la région et au golfe, Or. 21, 15.
  • 22 Vers le port de Navlochon.

9Parmi les cinq discours considérés, le 17 se singularise par la mise en scène de l’espace. En effet, au début de ce qui représente l’éloge de la ville (§ 10), annoncé par le terme κόσμοι, Aristide organise pour son hôte de marque une sorte de visite guidée pas à pas (βαδίζων) qui le conduit de l’ouest, donc de la mer, à l’est17 en empruntant une « voie plus belle que son nom » (δι’ ἑνὸς στενωποῦ καλλίονος ἢ κατὰ τοὔνομα), celle qu’il nommera « rue d’or » dans la monodie (§ 6). Cette promenade l’amène à l’Acropole qui offre une vue sur la mer et les faubourgs (τὰ προάστια) ; puis, en redescendant de l’Acropole, il aborde la polis, c’est-à-dire le centre urbain dans la partie est, en passant à côté du plus beau des temples, celui consacré à Magna Mater. Au § 11, ce sont respectivement les gymnases, les agoras, les théâtres, les enceintes sacrées, les ports, les beautés naturelles et faites de main d’hommes18, qui rivalisent entre eux. Après une brève phrase de transition, il reprend son énumération en célébrant les bains innombrables (« tant de bains qu’on ne saurait où se baigner », λουτρὰ μέν γε τοσαῦτα ὥστε ἀπορήσαις ἂν οὗ λούσαιο)19, « les rues de toutes natures, les unes au sein de la polis, les autres aux limites » (δρόμοι δὲ ἁπάσης ἰδέας, οἱ μὲν ἐν βάθει τῆς πόλεως, οἱ δ’ ἐπὶ τέρμασιν), les sources et les fontaines dans chaque maison, des avenues aussi fréquentées que des agoras. Dépassé par cette richesse et cette variété, le rhéteur accepte, apparemment, de se contredire en présentant cette cité, louée initialement pour son unité, comme formée en réalité de plusieurs villes20. Mais il n’en a pas terminé avec la mention de certains monuments, puisqu’au § 13, après avoir évoqué la paideia qui règne à Smyrne, le sophiste souligne l’abondance des théâtres propices aux concours ou à d’autres montres oratoires (ἐπιδείξεις). Ainsi peut-il avancer sous forme de conclusion que Smyrne est la plus « équilibrée » (μετριωτάτη) des villes, puisqu’elle peut abriter aussi bien tous ceux qui choisissent de vivre dans la facilité et l’oisiveté que ceux qui jugent digne de s’adonner à la philosophie. Puis, par un saut relativement brutal, il transporte ses auditeurs à l’extérieur de la ville, devant les portes, pour évoquer assez longuement le Mélès éponyme21. C’est une nouvelle occasion de glorifier le réseau d’adduction d’eau, mais aussi, comme on le verra, surtout une manière de célébrer Homère et, au-delà, l’éloquence. Le fleuve traversé, « la campagne, don de Poséidon à la ville, vient à la rencontre du promeneur » (διαβάντι δὲ τὸν Μέλητα ἀπαντᾷ χῶρος Ποσειδῶνος […] δῶρον τῇ πόλει, § 16), mais après avoir continué la marche en direction de l’est22, on redécouvre, au-delà du golfe, la cité qui avait été momentanément cachée, et dont les beautés sont encore mieux perceptibles de loin. Après plusieurs formules encomiastiques, le rhéteur achève « son tour », comme il l’appelle lui-même (τῇ περιόδῳ, § 21), par une vision globale du golfe. La periodos proposée par Aristide forme ainsi une boucle : parti de la mer par l’ouest, le voyageur a traversé la polis pour se retrouver à l’est, et la forme incurvée du golfe lui permet dès lors de revoir la ville comme dans un miroir, ce qui était à gauche se trouvant à droite, et inversement (§ 17) ; et le discours peut également s’achever de façon circulaire, à travers la vision de la mer – évoquée en premier et en dernier lieu – qui embrasse la ville.

Une représentation stéréotypée ?

  • 23 Or. 21, 8 : Homère fils du Mélès. Aristide fait à plusieurs reprises mention de cette légende.

10Confrontons ces données avec les informations figurant dans les autres discours. Mis à part les proclamations répétées de beauté et de grandeur, Aristide cite, comme dans le discours 17, l’Acropole (18, 3), le(s) port(s) (18, 3, 6 ; 19, 3 ; 20, 21 ; 21, 5), la mer et le golfe (18, 5), les fontaines (18, 6), les théâtres (18, 6), les avenues et les rues (18, 6 ; 19, 3), l’agora (18, 6 ; 19, 3 ; 21, 5), la rue d’Or et la Voie sacrée (18, 6), les gymnases (18, 6 ; 19, 3), les temples et les enceintes sacrées (18, 6 ; 19, 3 ; 21, 5), le Mélès (18, 9 ; 20, 21 ; 21, 15‑1623). Dans la monodie, le rhéteur déplore en outre la disparition du bouleutèrion, particularité sur laquelle il conviendra de revenir.

  • 24 Pont 2008, p. 345.
  • 25 « Sa grandeur est pour elle un supplément de sa beauté » (ἔστιν αὐτῇ τὸ μέγεθος κάλλους περιουσία, (...)

11Concernant la prise en compte de la chôra ou tout au moins d’un espace agrandi au-delà du cercle étroit de la ville, on trouve dans la monodie des aspects qui rappellent la periodos proposée dans le discours 17, puisque l’orateur, plutôt que de nous plonger en quelque sorte in medias res, au milieu de la cité, nous fait découvrir en premier lieu les abords, rivages, ports et bois comme à un voyageur (προσιόντι … πόδες μὲν ἐπ’ ἠιόνων καὶ λιμένων καὶ ἀλσῶν ἐρειδόμενοι, § 3). La vision panoramique se déploie avec l’acropole et la plaine enserrée entre les montagnes. Mais, contrairement au discours 17, il est difficile de dire avec certitude d’où vient notre voyageur. Toutefois, l’acropole est ici également le point d’observation privilégié pour découvrir la mer et la ville dans une vue panoramique (σκοπιὰν τῆς τε θαλάττης καὶ τῆς πόλεως ἔχουσαν, § 3), procédé qui permet de souligner non seulement la beauté, mais aussi de provoquer, dans l’esprit de l’auditeur et du lecteur, un sentiment d’étendue. En outre, les nombreuses mentions des faubourgs renforcent cette impression d’une ville en extension, dont la superficie ne cesse de croître. Smyrne se prête particulièrement à cet éloge d’une cité se déployant sur de vastes étendues et offrant des paysages variés. « Les études archéologiques décrivent, à Pergame et à Éphèse notamment, l’extension de la superficie des cités à l’époque romaine, qui associent ainsi plus fréquemment une acropole, déjà dotée de monuments publics, à des extensions dans la plaine comportant des centres monumentaux24. » Ce qui est dit des rivales de Smyrne se vérifie également pour celle-ci et ce mouvement général d’accroissement pousse Aristide à magnifier, non seulement la beauté, mais également la dimension de la ville. Une certaine réalité, confirmée par l’archéologie, se trouve de fait en accord avec un topos rhétorique volontiers mis en œuvre à cette époque, associant étendue et beauté25. Lors de la visite proposée au nouveau gouverneur vers l’année 179, Aristide n’hésite pas à remonter aux destructions opérées par les Perses pour glorifier l’extension considérable de la cité de tous côtés (Or. 21, 12). Le rhéteur s’inscrit de la sorte dans une perspective qui valorise les évolutions urbanistiques de la cité et qui privilégie un regard neuf propre à magnifier les bâtiments, et l’ensemble de la topographie urbaine.

12Mais la liste qu’Aristide nous propose des monuments et des sites naturels n’a rien, apparemment, de très original et correspond, peu ou prou, aux différentes mentions que l’on retrouve chez les théoriciens, particulièrement chez Ménandros le rhéteur. Si l’on examine le tableau 1 ci‑dessous, on constate que, globalement, les mentions aristidiennes et ménandréennes se recoupent.

Tabl. 1 – Tableau comparatif des mentions de monuments et de sites naturels chez Aristide et Ménandros le rhéteur.

Aristide Ménandros
Acropole 17, 10 ; 18, 3 II, 396, 30 ; 431, 4
Agora 17, 11 ; 18, 6 ; 19, 3 ; 21, 5 II, 377, 12
Avenues et rues 17, 10 ; 18, 6 (rues couvertes et découvertes) ; 19, 3
Bains 17, 11 II, 423, 24 ; 429, 17
Bois sacrés (ἄλση) 18, 3 II, 427, 15 ; 433, 16
Bouleutèrion 18, 8
Fontaines et sources 17, 11 ; 17, 12 ; 18, 6 (fontaines) I, 349, 26 (sources, rivières et lacs) ; 349, 25‑30 (ressources en eau)
II, 423, 24 ; 433, 16 (sources)
Golfe 17, 21 ; 17, 22 ; 18, 5 (πορθμός, détroit)
Gymnases 17, 11 ; 18, 6 ; 19, 3 II, 382, 15
Mélès 17, 14‑15, 20 ; 18, 9 ; 20, 21 ; 21, 8, 15‑16 II, 427, 16 (ποταμοί) ; 433, 16
Port(s)* 17, 11 ; 18, 3, 6 ; 19, 3 ; 20, 21 ; 21, 5 II, 382, 16 ; 417, 21 ; 433, 16
Portiques 18, 6 (mention de rues couvertes) II, 429, 17 ; 431, 3 ; 431, 4 ; 433, 15
Temples et enceintes sacrées 17, 10 (Magna Mater) ; 17, 11 ; 18, 6 ; 19, 3 ; 21, 5 II, 16 ; 429, 16 ; 431, 4
Théâtres 17, 11 ; 18, 6 II, 382, 15 ; 396, 28 ; 429, 20
La beauté des bâtiments 17, 12** II, 394, 11*** ; 417, 21 (joint aux ports) ; 426, 12
Temples des Muses 18, 8 II, 396, 28 (à Athènes)

* Ménandros I, 351, 20‑352, 5 consacre un chapitre à l’éloge des ports et un autre, très bref aux golfes (352, 6‑9).
** ταῖς τε ἰδίαις καὶ ταῖς δημοσίαις κατασκευαῖς ὡραΐζεται, « elle est ornée de constructions privées et publiques ».
*** τὰ κάλλη τῶν οἰκοδομημάτων, « la beauté des bâtiments ».

13L’acropole, les bains, les portiques, les bois sacrés, les sources, les gymnases, les rivières, les ports, les temples et les théâtres figurent d’une manière ou d’une autre aussi bien dans les prescriptions théoriques que dans les discours aristidiens. Cela peut s’expliquer de différentes façons. D’abord, bien entendu, par la rhétorique épidictique mise en œuvre dans ces discours : bien que les deux traités attribués à Ménandros, ainsi que celui du Pseudo-Denys, soient postérieurs aux discours aristidiens, ils relèvent sans aucun doute d’un même fond, et reprennent des prescriptions, pour nous perdues, mais qui avaient déjà, au moins partiellement, cours dans les périodes précédentes. La seconde explication, qui est en partie une conséquence de la pratique rhétorique, est directement liée aux destinataires de ces discours.

Éloge de la ville et demande de subsides

  • 26 Il n’y a quasiment pas de mentions d’édifices privés dans les discours aristidiens.
  • 27 Pont 2008, p. 343.
  • 28 Ménandros II, 423, 23‑25 : μάλιστα ἐκείνων μνημονεύσεις ἃ πρὸς τὴν χρείαν καὶ τὴν ζωὴν συμβάλλεσθα (...)
  • 29 Pont 2008, p. 353‑354 ; Puech 2002, n° 209. Nous connaissons également une souscription publique p (...)
  • 30 Philostrate, Vies des sophistes 511.

14Les destinataires des discours smyrniotes sont soit des gouverneurs, soit des empereurs, personnages centraux de l’Empire et à même de favoriser par leurs largesses l’embellissement d’une cité. Mais au-delà, ces discours sont aussi adressés à l’ensemble de l’élite sociale et culturelle de Smyrne. Le rhéteur met donc obligatoirement en scène des bâtiments publics26 « financés avant tout par les élites civiques… »27, voire – c’est l’objet de la lettre aux empereurs – par des subsides impériaux. Dans ses préconisations pour le discours d’ambassade (πρεσβευτικός), Ménandros II précise que l’orateur qui déplore des destructions doit prendre ses exemples parmi les monuments publics qui peuvent bénéficier de la largesse des empereurs, par exemple les bains ou les aqueducs28. À la suite de l’obtention d’une seconde néocorie en 123 ap. J.‑C., une souscription permit à Smyrne de s’embellir considérablement. À cette occasion, le sophiste Polémon obtint du prince, grâce à ses talents oratoires, un don significatif en argent et en matériaux de construction, pour la construction d’un gymnase29. Aristide lui-même fut célébré comme « fondateur » de la cité, pour avoir favorisé la reconstruction de Smyrne après le tremblement de terre. Les sophistes pouvaient également être amenés à contribuer directement par leur générosité à l’embellissement urbain. Nicétès de Smyrne – le fondateur de la Seconde Sophistique selon Philostrate – avait fait aménager une avenue pour relier le centre de sa ville à la « porte d’Éphèse »30. Ces réseaux au sein d’une élite intellectuelle et politique dans un empire ayant atteint son acmé font ainsi émerger une esthétique nouvelle caractérisée par un intérêt accru pour le monumental : l’agora dans la monodie (§ 5), parée d’un éclat incomparable (ὦ τῆς ὑπερλάμπρου σχῆμα ἀγορᾶς), en est un témoignage parmi d’autres même si on peut regretter qu’Aristide n’ait pas jugé nécessaire de détailler cet éclat. Et la géographie de Smyrne telle qu’elle se dessine à travers les cinq discours est largement tributaire de la position d’Aristide, à la fois citoyen auréolé d’une gloire certaine et sophiste renommé soucieux de l’éclat, non seulement architectural, mais aussi intellectuel de sa cité.

Une ville « aristidienne »

15La periodos qui nous est proposée est en effet aussi fortement tributaire du citoyen Aelius Aristide, de sa personnalité, de sa position dans la cité, et de l’importance qu’elle eut dans sa carrière. Et les constructions décrites, ou parfois juste évoquées, sont aussi soigneusement choisies en fonction de critères personnels, dont les deux principaux sont la religion et la rhétorique, autrement dit les deux guides « fondamentaux » d’Aristide.

  • 31 À opposer à l’Antiochicos de Libanios qui décrit un paysage urbain qui « semble dépourvu de tout é (...)

16En ce qui concerne le premier point, Aristide ne manque pas d’insister sur le nombre, l’importance et la beauté des temples, évoquant par exemple une succession de sanctuaires qui s’échelonnent à travers la ville (Or. 17, 10), témoins de la vitalité au iie s. des cultes païens31. N’oublions pas que le dévot d’Asclépios que fut Aristide rédigea aussi plusieurs hymnes en l’honneur de nombreuses divinités. Dans la monodie, à la fin d’une longue énumération des beautés de la ville disparues, Aristide magnifie les « grâces des temples et des enceintes sacrées » (ὦ ναῶν καὶ περιβόλων χάριτες, Or. 18, 6), gardant, syntaxiquement, à ces constructions sacrées une place finale destinée à rester en mémoire dans l’esprit des auditeurs.

  • 32 Anderson 1993.
  • 33 Dans le discours Sur la concorde entre les villes, Or. 23, 22 : οἱ Μουσῶν καὶ Χαρίτων χοροὶ δι’ αἰ (...)
  • 34 Ménandros II, 396, 28, mentionne également les Mouseia.
  • 35 613, 7‑33 Olearius.
  • 36 613, 29‑31 Olearius : ξυνήρατο δὲ τῇ Σμύρνῃ καὶ τοῦ εἴδους ἐλαίου κρήνην ἐπισκευάσας ἐν τῷ τοῦ Ἀσκ (...)
  • 37 Sur le gymnase, lieu d’éducation, on se reportera avec profit à l’ouvrage de Delorme 1960.

17En ce qui concerne le second point, la rhétorique, Aristide a naturellement eu à cœur de répondre aux prescriptions de l’éloquence épidictique. Mais, sans doute, dans le cas de la relation particulière d’Aristide avec Smyrne, faut-il aller plus loin. Au-delà des liens étroits entretenus par les sophistes avec les sphères du pouvoir, le citoyen smyrniote a, en tant que citoyen de premier plan de la cité – et auréolé par sa gloire d’orateur – dessiné également en filigrane une carte toute personnelle de la géographie de Smyrne. Celle-ci est aux ier et iie s. le centre le plus important de l’enseignement de la rhétorique dans cette partie de l’Empire. Il suffit pour s’en convaincre de prendre Philostrate et ses Vies des sophistes à témoin : un nombre considérable d’entre eux a vécu ou enseigné à Smyrne. Les quatre générations représentées par les noms de Nicétès, Scopélianos, Polémon et Aristide32 en sont le symbole. Aristide lui-même souligne que les « chœurs des Muses et des Grâces » fréquentent la cité33, alors que dans la monodie (Or. 18, 8) il qualifie la cité d’« ornement de la terre, théâtre de la Grèce, robe des nymphes et des Grâces » (ὦ γῆς ἄγαλμα, ὦ θέατρον τῆς Ἑλλάδος, ὦ Νυμφῶν καὶ Χαρίτων ὕφασμα). Et dans le discours 17, § 13, il réaffirme l’omniprésence des Muses dans sa ville, juste après la mention des théâtres et des concours qui honorent la cité, pour conclure par cette formule éclatante : « on pouvait dire que sa paideia [celle de Smyrne] en faisait le foyer du continent » (φαίης ἂν ἑστίαν εἶναι τῆς ἠπείρου παιδείας ἕνεκα). Au-delà des topoi rhétoriques34, ces différentes dénominations ne se comprennent que si l’on tient compte de la suprématie culturelle de Smyrne et de la place d’Aristide. Les Muses ont choisi Smyrne parmi d’autres cités (le discours 23 cité ci‑dessus met en parallèle Éphèse, Pergame et Smyrne), mais on sait également qu’Aristide doit généralement ses succès oratoires à sa relation privilégiée avec Asclépios. Ce choix et cette protection l’ont incité à mettre en valeur, avec insistance, un certain nombre de constructions destinées à cette culture rhétorique et sa vision de la topographie de Smyrne s’en ressent. Ses énumérations des monuments publics ornant la ville, même si elles n’ont rien de particulièrement original, dessinent les contours d’un centre urbain particulièrement animé qu’il avait plaisir à parcourir, de même que les mentions des rues et de leur fréquentation semblable à celle des agoras l’indiquent. Mais si les gymnases, les agoras, les théâtres, énumérés au § 11 du discours 17, sont des endroits de rencontre et de délassement, ce sont également des lieux de formation intellectuelle. Parmi ceux-ci, les gymnases et leur beauté (Or. 18, 5) – objets d’orgueil pour la cité par rapport à ses voisines et concurrentes (Or. 23, 20) – sont particulièrement mis en valeur. Dans les Vies des sophistes35, Philostrate raconte qu’Héraclide le Lycien, obligé de quitter Athènes à la suite d’une conspiration, vint à Smyrne, qui, « plus qu’aucune autre cité sacrifiait aux Muses des sophistes » (ἐπὶ τὴν Σμύρναν ἐτράπετο θύουσαν μάλιστα δὴ πόλεων ταῖς τῶν σοφιστῶν Μούσαις). Il y connut un grand succès, et « emplit la ville d’une compagnie brillante » (ἐνέπλησε μὲν δὴ τὴν Σμύρναν ὁμίλου λαμπροῦ) tout en étant « utile de bien d’autres manières » (ὤνησε δὲ καὶ πλείω ἕτερα). Philostrate souligne qu’« une cité [qui] accueille de nombreux étrangers et en particulier des amoureux de la culture » (πόλις ἐς ξένους πολλοὺς ἐπεστραμμένη ἄλλως τε καὶ σοφίας ἐρῶντας) doit agir avec discernement dans les conseils et « veillera à prendre soin des temples, des gymnases des fontaines et des portiques pour répondre aux besoins de la multitude » (ἱερῶν τε ἐπιμελήσεται καὶ γυμνασίων καὶ κρηνῶν καὶ στοῶν, ἵνα ἀποχρῶσα τῷ ὁμίλῳ φαίνοιτο). Or, notre sophiste contribua à embellir la cité en restaurant une fontaine à huile avec une toiture en or dans le gymnase d’Asclépios36. Il est significatif qu’Héraclide, qui enseignait dans la cité, ait choisi d’entretenir une partie du gymnase. On connaît l’importance de ces bâtiments pour l’éducation37, en particulier l’enseignement de la rhétorique, et l’insistance d’Aristide à les citer est directement liée à cette fonction.

18Un autre indice du penchant de l’orateur à sélectionner des constructions dévolues à la paideia se trouve dans la monodie, avec la déploration de la destruction du bouleutèrion. Il y a en l’occurrence une note très personnelle dans ce passage, dans la mesure où ni les traités de Ménandros, ni ceux du Pseudo-Denys ne mentionnent ce bâtiment public comme l’un de ceux qui comptent dans les éloges de ville ou dans les déplorations. Chez Aristide, la perte du bouleutèrion s’inscrit à la suite de la mention des Nymphes et des Grâces, et précède le regret nostalgique de ses propres succès oratoires :

  • 38 Or. 18, 8.

Ornement de la terre, théâtre de la Grèce, robe des nymphes et des Grâces ! Moi qui ai tout enduré, dans quelle terre vais-je maintenant chanter ma monodie ? Où est mon bouleutèrion ? Où les réunions de jeunes gens et de gens plus âgés et les applaudissements de ceux qui me donnent tout ? (ὦ γῆς ἄγαλμα, ὦ θέατρον τῆς Ἑλλάδος, ὦ Νυμφῶν καὶ Χαρίτων ὕφασμα. Ὦ πάντα ὑπομείνας ἐγὼ, ποῦ γῆς νυνὶ μονῳδῶ ; Ποῦ μοι τὸ βουλευτήριον ; Ποῦ νέων καὶ πρεσβυτέρων σύνοδοι καὶ θόρυβοι διδόντων ἅπαντα ;38).

  • 39 Voir les deux discours aristidiens 31, 11‑13 et 32, 31‑33 et l’analyse stylistique de ces déplorat (...)
  • 40 D’après Quet 2006, p. 237‑278, le discours 19 semble également indiquer qu’Aristide fut réellement (...)

19On sait que le bouleutèrion servait souvent aux orateurs pour leurs prestations ou leurs cours, comme le confirme le § 13 du discours 31 qui voit le jeune élève d’Aristide, Étéonée, s’y produire lors d’un concours. La carrière d’Aristide était intimement liée à la ville dont la destruction signe aussi, pour lui, la fin possible, et redoutée, de la pratique de la rhétorique, et donc de sa place dans la cité. Il faut par conséquent entendre ces exclamations et ces interrogations oratoires – semblables dans leurs formes aux déplorations que l’on peut trouver dans les oraisons funèbres39 – comme le cri d’un homme atteint dans sa chair par une perte irrémédiable. Le retour des pronoms de la première personne (ἐγὼ … μοι) souligne à lui seul la dimension très personnelle de cette lamentation, et le chagrin d’un homme bouleversé par la destruction de sa cité, lieu de son activité oratoire40.

  • 41 Schouler 1984, p. 925‑926.

20Deux siècles après Aristide, l’un de ses plus grands admirateurs, Libanios, rédige à son tour une monodie pour déplorer la destruction d’une ville, Nicomédie (Or. 61). Et, comme son prédécesseur, le rhéteur d’Antioche énumère divers éléments architecturaux de la ville. Selon B. Schouler, aux différentes prescriptions rhétoriques expliquant ces évocations, il faudrait ajouter « des motifs personnels » liés au goût du sophiste « pour la vie urbaine » et à un « sentiment très vif de la beauté et de la fragilité des cités »41. Aristide, en tant que citoyen pratiquant son art dans la cité smyrniote, avait des raisons bien plus profondes d’être affecté par le séisme, et son attachement à cette ville se manifeste dans les descriptions qu’il en fait.

Le Mélès, fleuve de la rhétorique

  • 42 Le fleuve est mentionné dans 17, 14‑15, 20 ; 18, 2, 9 ; 20, 21 ; 21, 8, 14‑15.
  • 43 Saliou 2006, p. 278.
  • 44 Pour plus de détails sur ces occurrences, voir Vix 2018.
  • 45 Voir Vix 2018.
  • 46 Pernot 1993, p. 318.

21Dans le § 14 du discours 17, Aristide mentionne « devant la porte de la ville », donc dans la partie périurbaine, « le Mélès éponyme » (προπύλαιος τῇ πόλει Μέλης ὁ ἐπώνυμος). L’omniprésence du fleuve smyrniote représente une autre caractéristique des cinq discours et s’explique sans doute de deux manières42. D’abord par une topique traditionnelle mentionnée par les traités théoriques qui exige que « les avantages matériels qu’apporte à une ville le cours d’eau qui la traverse où la longe doivent être mentionnés »43. Mais dans le cas d’Aristide il faut sans doute entendre en filigrane derrière l’évocation du fleuve une nouvelle mention du rôle joué par la cité dans la paideia grecque et plus spécialement sa place centrale dans l’enseignement et la diffusion de la rhétorique. Dans la presque totalité des occurrences, le fleuve renvoie à l’univers homérique, le cours d’eau étant même accompagné de l’épithète καλλίπαις, celui qui a de beaux enfants (Or. 17, 20). En effet, la cité de Smyrne s’enorgueillissait d’être le lieu de naissance du poète épique, et par ailleurs une légende connue jusqu’à l’époque byzantine attribuait au fleuve Mélès la paternité d’Homère44. Aristide réutilise volontiers cette version au cours de ses discours. Par exemple dans le discours 33, À ceux qui lui reprochaient de ne pas déclamer, § 29, il prétend que l’histoire était fréquemment utilisée par les sophistes de son temps, en l’occurrence pour dévoyer la jeunesse et l’inciter à paresser sur les rives du fleuve. Mais cette filiation constamment rappelée, en particulier dans les discours smyrniotes, si elle a comme objectif de flatter les citoyens de Smyrne en évoquant leur plus célèbre compatriote, vise très certainement aussi à rappeler combien la cité est importante sur le plan de la culture, et plus spécifiquement, au iie s., dans le domaine de la rhétorique. Il semblerait en effet que la légende, au cours des siècles, ait été de plus en plus volontiers interprétée et réemployée dans le sens d’une filiation entre Homère et la maîtrise du logos, les jeux de mots entre Μέλης et μέλι, le miel, favorisant cette relation45. À partir de l’époque impériale, on interprète volontiers cette proximité phonique et la légende de la naissance fabuleuse comme une évidente corrélation entre l’éloquence et Homère, « inventeur » de la célèbre formule que l’on trouve au vers 249 du chant I de l’Iliade, à propos de Nestor, dont il est dit que « de sa bouche, les accents coulaient plus doux que le miel » (τοῦ καὶ ἀπὸ γλώσσης μέλιτος γλυκίων ῥέεν αὐδή). Aristide lui-même ne s’en prive pas qui, dans la monodie (Or. 18), offre un développement rhétorique lié au nom du fleuve. Dès le § 2, l’orateur évoque la naissance du poète, avant d’avancer que, devant un tel malheur, tous les fleuves devraient dorénavant ruisseler de larmes et tous les vaisseaux marchands déployer des voiles noires (ἐκπλεῦσαι μέλασι τοῖς ἱστίοις, § 9). Puis il se lamente sur le Mélès qui coule à travers un désert (δι’ ἐρήμου ῥέων, § 9). Suit une autre plainte évoquant les chants présents, chants de deuil, opposés à ceux d’autrefois (τῶν προτέρων μελῶν τὰ παρόντα ἀντίφθογγα, § 9). Le Mélès se trouve ainsi au centre d’un réseau paronymique, les voiles noires, mélasi (μέλασι), et les chants d’avant le désastre, mélôn (μελῶν), d’où le triptyque μέλασι, Μέλης, μελῶν46. Le lien entre le Mélès et Homère n’est assuré que très discrètement par l’évocation de la naissance du poète à Smyrne quelques paragraphes plus haut, mais l’ensemble du passage étant particulièrement soigné et placé sous le sceau de la poésie avec des métaphores – les fleuves en larmes –, ou des images – l’évocation du chant des cygnes ou du chœur des hirondelles –, le père des poètes n’est pas loin dans l’esprit des auditeurs. Mais il est tout aussi évident que dans l’esprit d’Aristide, comme de la plupart des Anciens, Homère est non seulement le plus grand nom de la poésie, mais aussi le modèle par excellence de la rhétorique, dont le nouveau représentant au sein de la cité est Aristide lui-même. En somme, bien que, au premier abord, l’insistance d’Aristide à citer parmi les merveilles de Smyrne son célèbre fleuve puisse sembler naturelle dans le cadre de l’éloquence épidictique, la volonté évidente du rhéteur de tisser des fils entre une réalité topographique et Homère par le biais de la filiation légendaire redessine les contours d’une ville entièrement vouée à cet art, dont lui-même était le représentant le plus illustre de son temps.

22Un dernier motif récurrent dans les discours smyrniotes nous renvoie l’image d’une Smyrne personnelle de l’orateur : celui de la présence insistante des faubourgs. Il n’est pas possible, dans le cadre de cette enquête, de développer ce point qui mériterait de faire l’objet d’une étude à part, mais en voici quelques lignes de force.

Les faubourgs

  • 47 Bouchet 2015, p. 32.
  • 48 Des mentions, ou allusions, dans les passages suivants : Or. 17, 10 (2 mentions), 11, 14, 17 ; 19, (...)

23On sait par différents passages des Discours sacrés qu’Aristide possédait une propriété dans les faubourgs de Smyrne. L’expression ἐν τῷ προαστείῳ y est employée à deux reprises (Or. 48, 38 ; 51, 2) par le rhéteur par métonymie pour un équivalent de « propriété située dans le faubourg »47. On peut supposer que la connaissance intime par Aristide de cette zone périurbaine n’est pas étrangère aux multiples mentions qui parcourent les discours smyrniotes48, même si la volonté d’insister sur l’étendue de la ville pourrait, à elle seule, justifier la formulation du discours 17, § 10, apparemment plus neutre : « quand on se tient sur l’acropole la mer coule en dessous, les faubourgs jettent l’ancre » (στάντι δὲ ἐπὶ τῆς ἀκροπόλεως ἡ μὲν θάλαττα ὑπορρεῖ, τὰ δὲ προάστεια ὑφορμεῖ). Les deux espaces, maritime et urbain, permettent au rhéteur de mettre en résonance ὑπορρεῖ et ὑφορμεῖ, mais il y a aussi une topographie à prendre en compte, puisque la position du spectateur, tourné vers le large, ne lui permettait que de voir les proasteia et non pas le centre urbain qu’il découvrira plus tard.

24Les προάστεια contribuent, selon Aristide, autant à la beauté de Smyrne, que la partie urbaine : « les parures sont innombrables à parts égales aussi bien dans la ville elle-même que dans sa périphérie » (κόσμοι δὲ οἵ τε ἐν αὐτῇ καὶ οἱ περὶ αὐτὴν ἐξ ἴσου πολλοί, Or. 17, 10). Derrière les κόσμοι, il faut selon toute vraisemblance entendre les majestueux bâtiments publics, comme c’est fréquemment le cas chez Aristide, et l’ensemble de la formulation renvoie par conséquent à l’idée d’une esthétique urbaine à laquelle participent les faubourgs.

  • 49 Ou ἔξω, Or. 19, 8.

25D’autre part, les mentions de ces zones extra-urbaines permettent également au rhéteur de multiplier les points de vue. Par exemple au § 17 du discours 17, l’orateur se met alternativement à la place de celui qui regarde les faubourgs depuis la ville (ὁρῶντι ἐκ τοῦ ἄστεος τὰ προάστεια), puis du spectateur qui observe la ville depuis l’extérieur (ἔξωθεν προσορῴη τὴν πόλιν). Bien que les adverbes de lieu comme ἔξωθεν49 semblent insister sur la division du territoire urbain, les espaces périphériques et extérieurs ne sont jamais oubliés par Aristide. Pourtant, en dépit de toutes les proclamations du rhéteur sur la beauté des προάστεια, sa demande de reconstruction aux empereurs ne concerne que l’intérieur : seules les constructions situées au cœur de la ville pouvaient légitimement espérer des subsides impériaux.

  • 50 Saliou 2006, p. 273‑285 ; Étienne 2013, p. 22‑24. L’Antiochicos a été récemment édité dans la Coll (...)

26Au-delà de la diversité lexicale dont use Aristide pour qualifier ces faubourgs, on souhaiterait connaître davantage leur configuration. Malheureusement, il est peu disert sur ce sujet, ne fournissant aucune description particulière. Tout ce qu’on peut conjecturer, c’est que les προάστεια de Smyrne représentent une zone habitée, puisqu’Aristide y a sa propriété, et ornée de nombreux monuments publics, puisqu’il engage d’autres que lui à solliciter de l’aide pour leur reconstruction (Or. 19, 8) et qu’il énumère les temples qui s’échelonnent tout au long du trajet (Or. 17, 10), en précisant que « tout est désormais resplendissant jusqu’au rivage de gymnases, agoras, théâtres… » (Or. 17, 11). Notre rhéteur est malheureusement moins loquace sur ces zones périurbaines que Libanios qui décrit consciencieusement Daphné, le faubourg d’Antioche, dans l’Antiochicos50 et nous devons nous contenter de ces mentions, nombreuses, mais imprécises. Cependant, l’insistance sur cet espace ne peut s’expliquer que par un attachement personnel et une connaissance intime de ces lieux.

Conclusion

  • 51 Pont 2008, p. 344 ; Robert 1989, p. 709‑719.

27L’éloge des villes devient progressivement un genre autonome à partir des ier et iie s. ap. J.‑C. et l’œuvre d’Aelius Aristide constitue pour nous un témoignage de première importance sur cette pratique. L’adoption des règles prévalant pour l’enkômion des hommes et l’utilisation des différents topoi qui étaient bien établis dans ce cadre apparaît avec évidence dans le groupe des cinq discours smyrniotes. Mais en rhéteur éprouvé, Aristide joue de toute la palette dont il dispose pour varier ces thématiques. Et l’on voit poindre en filigrane, derrière une composition plus ou moins imposée, le citoyen de Smyrne amoureux de sa cité et de sa culture, dont il fut un acteur essentiel. L’espace et les édifices cités et/ou décrits mettent en place dans l’esprit des auditeurs et/ou lecteurs l’image d’une cité particulièrement vivante qui se dévoile comme un modèle culturel pour tous les pays hellénophones à l’époque romaine51 : la revendication identitaire de l’hellénisme est prégnante dans de nombreux discours d’Aristide, et l’appliquer à Smyrne est pour lui, sans aucun doute, bien plus qu’un simple effet rhétorique. Les espaces urbains et suburbains jouent un rôle essentiel dans la constitution de l’identité civique, au même titre que les discours et les prestations oratoires. La beauté de la cité alimente la rhétorique, et devient en quelque sorte l’inspiratrice de l’orateur. C’est cet échange que met en scène Aristide, donnant à voir non plus une simple cité, aussi belle soit-elle, mais un être doté de vie qui s’anime sous nos yeux. Cette symbiose n’est possible que par l’implication personnelle de l’orateur qui, bien que non explicite, affleure dans de nombreuses références et allusions. Ainsi la présence affirmée du bouleutèrion, qu’Aristide fréquenta sans nul doute pour y faire des prestations oratoires, doit-elle s’entendre comme un hommage à la place qu’occupait la cité smyrniote à l’époque de la Seconde Sophistique, et au rôle prestigieux de son plus célèbre citoyen de cette époque, l’orateur lui-même. De même, la récurrence des mentions du Mélès, moins comme fleuve irriguant la ville, que comme géniteur du plus grand poète de tous les temps, Homère, ne peut-elle que renvoyer à cette même place de l’éloquence au sein de la cité, alors que l’extension de la géographie de la ville au-delà des murs pour mettre en lumière la zone périurbaine ne peut s’expliquer que par le quotidien d’Aristide, habitant de ces faubourgs qui lui tiennent à cœur. Ces cinq discours soulignent donc à la fois une mise en pratique des règles épidictiques énoncées à l’époque, mais révèlent également, entre les lignes, une topographie toute personnelle qui dévoile le regard d’un amoureux de sa cité en même temps qu’elle rend un hommage appuyé à sa pratique de l’éloquence.

Bibliographie

Auteurs anciens

Aristide, Aelii Aristidis Smyrnaei quae supersunt omnia, vol. II, or. XVII‑LIII, texte établi et traduit par B. Keil, Berlin, 1898.

Libanios (Libanius), Antiochikos dans Libanii opera, vol. I, fasc. II, texte établi par R. Foerster, BSGRT, Leipzig, 1903‑1927. Voir aussi Libanios, Discours XI, Antiochicos, texte établi et traduit par M. Casevitz, O. Lagacherie et C. Saliou, CUF, série grecque 524, Paris, 2016.

Ménandros, « Μενάνδρου ῥήτορος περι ἐπιδεικτικῶν », dans Rhetores Graeci, vol. III, texte établi par L. Spengel, BSGRT, Leipzig, 1856, p. 329‑446. Voir aussi Menander Rhetor, texte établi et traduit par D.A. Russell, N.G. Wilson, Oxford, 1981.

Philostrate (Philostratus), Philostratus and Eunapius. The lives of the Sophists, texte établi et traduit par W.C. Wright, Loeb classical library 134, Londres-Cambridge (Mass.), 1921.

Pseudo-Denys, Dionysii Halicarnasei opuscula II, 1, texte établi par H. Usener et L. Radermarcher, BSGRT, Leipzig, 1904, p. 253‑387. Voir aussi Menander Rhetor, texte traduit par D.A. Russell, N.G. Wilson, Oxford, 1981, p. 362‑381.

Pseudo-Hermogène, Progymnasta, dans Rhetores Graeci, vol. VI, Hermogenis opera, texte établi par H. Rabe, BSGRT 1760, Leipzig, 1913. Voir aussi Corpus Rhetoricum, tome I, Anonyme : Préambule à la rhétorique. Aphthonios : Progymnasmata. Pseudo-Hermogène : Progymnasmata, texte établi et traduit par M. Patillon, CUF, série grecque 460, Paris, 2008.

Quintilien, Institution oratoire, tome II, texte établi et traduit par J. Cousin, CUF, série latine 225, Paris, 1976.

Études

Anderson G. 1993, The Second Sophistic. A Cultural Phenomenon in the Roman Empire, Londres-New York.

Bouchet J. du 2015, « Le vocabulaire du périurbain en grec ancien : bilan », in H. Ménard, R. Plan-Mallart (éd.), Espaces urbains et périurbains dans le monde méditerranéen antique, Montpellier, p. 27‑32.

Cadoux C.J. 1938, Ancient Smyrna. A History of the City from the earliest Times to 324 A.D., Oxford.

Delorme J. 1960, Gymnasion : étude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce, BEFAR 196, Paris.

Étienne R. 2013, « La notion de proasteion dans les textes grecs », in P. Darque, R. Étienne, A.‑M. Guimier-Sorbets (éd.), Proasteion. Recherches sur le périurbain dans le monde grec, Paris, p. 13‑27.

Franco C. 2005, Elio Aristide e Smirne, Rome.

Migeotte L. 1992, Les souscriptions publiques dans les cités grecques, Hautes études du monde gréco-romain 17, Genève-Québec.

Oudot E. 2012, « “Elle fut aussitôt antique” : l’image de la ville d’Athènes sous le Haut-Empire et ses enjeux », in S. Drubel, S. Gotteland, E. Oudot (éd.), Éclats de littérature grecque d’Homère à Pascal Quignard : Mélanges offerts à Suzanne Saïd, Paris, p. 153‑173.

Pernot L. 1993, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, tome I : Histoire et technique ; tome II : Les Valeurs, Paris.

Pernot L. 1997, Éloges grecs de Rome, La roue à livres, Paris.

Pont A.‑V. 2008, « Valeurs culturelles et politiques du beau paysage urbain à Smyrne et à Nicomédie du iie au ive siècle », in P. Fleury, O. Desbordes (éd.), Roma illustrata. Représentations de la ville : actes du colloque international de Caen, 6‑8 octobre 2005, Caen, p. 341‑364.

Puech B. 2002, Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale, Textes et traditions 4, Paris.

Quet M.‑H. 2006, « Appel d’Aelius Aristide à Marc Aurèle et Commode après la destruction de Smyrne par le tremblement de terre de 177/178 après J.‑C. », in M.‑H. Quet (éd.), La crise de l’Empire romain de Marc Aurèle à Constantin, Paris, p. 237‑278.

Robert L. 1980, À travers l’Asie Mineure poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, BEFAR 239, Athènes.

Robert L. 1989, Opera minora selecta. Épigraphie et antiquités grecques, tome VI, Amsterdam, p. 709‑719.

Saliou C. 2006, « Antioche décrite par Libanios », in E. Amato, A. Roduit, M. Steinrück (éd.), Approches de la troisième sophistique : hommages à J. Schamp, Bruxelles, p. 273‑285.

Schouler B. 1984, La tradition hellénique chez Libanios, Paris.

Vix J.‑L. 2010, L’enseignement de la rhétorique au iie siècle ap. J.‑C. à travers les discours 30‑34 d’Aelius Aristide, Recherches sur les rhétoriques religieuses 13, Turnhout.

Vix J.‑L. 2018, « Homère Mélisègénès : enjeux poétiques et rhétoriques d’une naissance légendaire », in S. Dubel, A.‑M. Favreau, E. Oudot (éd.), Homère rhétorique. Études de réception antique, Recherches sur les rhétoriques religieuses 28, Turnhout, p. 23‑37.

Notes

1 Le § 26 traite de l’éloge des cités, et le § 27 envisage l’éloge des monuments publics. Dans la pratique (cf. Aelius Aristide) ces deux formes d’éloge sont associées, même si Quintilien et Ménandros I (365, 18‑24) semblent considérer de préférence l’éloge d’une construction comme discours autonome. Un des meilleurs exemples de cette éloquence est constitué par le discours 53 d’Aristide, destiné à louer la mise en service d’un aqueduc à Pergame (Panégyrique de l’eau de Pergame).

2 Voir les éditions de Rabe en 1913 et de Patillon en 2008.

3 Voir les éditions de Spengel en 1856 et de Russell et Wilson en 1981. Voici les différents chapitres traités par le premier traité : 344, 15‑346, 25 πῶς χρὴ χώραν ἐπαινεῖν comment louer une région ; 346, 26‑351, 19 πῶς χρὴ πόλεις ἐπαινεῖν comment louer des cités ; 351, 20‑352, 5 πῶς δεῖ λιμέναις ἐγκωμιάζειν comment louer des ports ; 352, 6‑352, 9 πῶς δεῖ κόλπους ἐπαινεῖν comment louer des golfes ; 352, 10‑353, 3 πῶς δεῖ ἀκρόπολιν ἐγκωμιάζειν comment louer une acropole ; 353, 4‑359, 15 πῶς δεῖ ἀπὸ γένους πόλιν ἐγκωμιάζειν comment louer une cité à partir de son origine ; 359, 16‑367, 8 πῶς δεῖ ἀπὸ ἐπιτηδεύσεων τὰς πόλεις ἐγκωμιάζειν comment louer les cités à partir de leur caractère.

4 Voir l’édition d’Usener et Radermacher en 1905 et la traduction anglaise de Russell et Wilson en 1981, p. 362‑381.

5 Le Discours en l’honneur de Rome a été traduit en français, voir Pernot 1997.

6 On trouvera une étude succincte de ce corpus dans Pernot 1993, p. 295‑299.

7 On peut aussi mentionner les passages 21, 5 et 7.

8 Trad. Patillon 2008, p. 197‑198.

9 La cité possède une tête (l’acropole), des mains (ports ou promontoires) qu’elle tend aux arrivants, un kolpos (golfe) où elle les accueille. Smyrne est comparée à une femme (monodie). Les métaphores elles-mêmes renvoient à une forme d’anthropomorphisation, par exemple lorsque le rhéteur évoque le port aux yeux clos (μέμυκε ἐκεῖνος λιμήν, Or. 19, 3). Mais cette personnification, contrairement à la topique habituelle, n’évoque pas l’image d’une naissance, vie et mort, mais celle d’un changement perpétuel, d’un souffle de vie sans fin.

10 Également Or. 19, 11 et 13.

11 Dans le discours 17, il évoque trois fondateurs successifs, Tantale (ou Pelops), Thésée, puis Alexandre le Grand.

12 Sur la beauté reconnue de Smyrne dans l’Antiquité, voir Cadoux 1938, p. 171‑173. Elle acquerra, au iiie s. le titre d’« ornement de l’Asie », concrétisation de sa beauté, κάλλος, célébrée depuis plusieurs siècles.

13 Bien loin d’être représentée mécaniquement comme un corps inerte, la Smyrne aristidienne est animée du souffle : « mélangée avec les deux [mer et faubourgs], la ville répand son âme à travers trois spectacles des plus agréables » (καταμιγνυμένη δὲ ἀμφοτέροις ἡ πόλις διὰ τριῶν τῶν ἡδίστων θεαμάτων ἐκχεῖ τὴν ψυχὴν, Or. 17, 10).

14 L’opposition entre le passé et le présent est un des aspects notifié par Ménandros II le rhéteur dans ses recommandations concernant le Presbeutikos logos (423, 5‑424, 2). Quet 2006, p. 256 : « Sa lettre [Or. 19 d’Aristide] souligne plusieurs fois l’écart existant entre le passé et le présent, mais développe surtout ce que pourrait être l’avenir, non seulement pour Smyrne, mais aussi pour les empereurs ».

15 Trad. Oudot 2012, p. 162.

16 Également Or. 21, 11, ἐδόκει παράδειγμα κάλλους ἡ πόλις εἶναι.

17 Or. 17, 10 ἀπὸ ἑσπέρας μὲν πρὸς ἕω βαδίζων ἐκ νεώ τε εἰς νεὼν ἥξεις « en marchant de l’ouest vers l’est, on avancera de temple en temple ».

18 On retrouve beaucoup de points communs avec le discours 21, 5, par rapport aux bâtiments cités.

19 Le foisonnement des bains dans la cité smyrniote a depuis longtemps été relevé : voir Cadoux 1938, p. 181.

20 Cf. 17, 9 : « On ne la dirait pas composée de plusieurs villes distinctes, mais elle apparaît comme une ville unique qui équivaut à plusieurs », affirmation qui semble s’opposer au § 11, dans lequel l’orateur évoque la multiplicité des villes (πολλὰς πόλεις ποιοῦντες τῇ περιγραφῇ) à l’intérieur d’une seule (« chacune étant une imitation du tout », μίμημα τῆς πάσης ἑκάστην). Ces deux passages, en réalité, ne se contredisent pas réellement, mais entrent en résonance avec les prescriptions de Ménandros I, 351, 17‑18 à la fin de ses recommandations concernant l’éloge d’une cité : πειράσῃ δὲ ἀποδεικνύναι καὶ ὅτι πολλαῖς ἔοικε πόλεσιν.

21 Il donne son nom aux nymphes de la région et au golfe, Or. 21, 15.

22 Vers le port de Navlochon.

23 Or. 21, 8 : Homère fils du Mélès. Aristide fait à plusieurs reprises mention de cette légende.

24 Pont 2008, p. 345.

25 « Sa grandeur est pour elle un supplément de sa beauté » (ἔστιν αὐτῇ τὸ μέγεθος κάλλους περιουσία, 17, 9). Voir Franco 2005, p. 397. Une analyse du topos de la beauté des cités, dans Robert 1980, p. 423‑424 (« κάλλος καὶ μέγεθος sont des thèmes obligatoires et obsédants dans la littérature d’éloge »).

26 Il n’y a quasiment pas de mentions d’édifices privés dans les discours aristidiens.

27 Pont 2008, p. 343.

28 Ménandros II, 423, 23‑25 : μάλιστα ἐκείνων μνημονεύσεις ἃ πρὸς τὴν χρείαν καὶ τὴν ζωὴν συμβάλλεσθαι πέφυκε, καὶ ὧν εἰώθασιν οἱ βασιλεῖς προνοεῖσθαι, οἷον ὅτι λουτρὰ συμπέπτωκεν, ὑδάτων ὀχετοὶ διεφθάρησαν « et en particulier tu rappelleras ce qui par nature contribue à l’utilité et à la vie, ces choses sur lesquelles les empereurs ont l’habitude de veiller, par exemple que les bains se sont écroulés, que les conduites d’eau ont été détruites ».

29 Pont 2008, p. 353‑354 ; Puech 2002, n° 209. Nous connaissons également une souscription publique pour la construction du port entre la première et la seconde néocorie, entre 26 et 123 ap. J.‑C. : voir Migeotte 1992, n° 66, p. 205‑206.

30 Philostrate, Vies des sophistes 511.

31 À opposer à l’Antiochicos de Libanios qui décrit un paysage urbain qui « semble dépourvu de tout édifice religieux », Saliou 2006, p. 279.

32 Anderson 1993.

33 Dans le discours Sur la concorde entre les villes, Or. 23, 22 : οἱ Μουσῶν καὶ Χαρίτων χοροὶ δι’ αἰῶνος τὴν πόλιν ἐμβατεύοντες.

34 Ménandros II, 396, 28, mentionne également les Mouseia.

35 613, 7‑33 Olearius.

36 613, 29‑31 Olearius : ξυνήρατο δὲ τῇ Σμύρνῃ καὶ τοῦ εἴδους ἐλαίου κρήνην ἐπισκευάσας ἐν τῷ τοῦ Ἀσκληπιοῦ γυμνασίῳ χρυσῆν τοῦ ὀρόφου.

37 Sur le gymnase, lieu d’éducation, on se reportera avec profit à l’ouvrage de Delorme 1960.

38 Or. 18, 8.

39 Voir les deux discours aristidiens 31, 11‑13 et 32, 31‑33 et l’analyse stylistique de ces déplorations dans Vix 2010, p. 191‑193.

40 D’après Quet 2006, p. 237‑278, le discours 19 semble également indiquer qu’Aristide fut réellement affecté par le séisme qui ravagea Smyrne.

41 Schouler 1984, p. 925‑926.

42 Le fleuve est mentionné dans 17, 14‑15, 20 ; 18, 2, 9 ; 20, 21 ; 21, 8, 14‑15.

43 Saliou 2006, p. 278.

44 Pour plus de détails sur ces occurrences, voir Vix 2018.

45 Voir Vix 2018.

46 Pernot 1993, p. 318.

47 Bouchet 2015, p. 32.

48 Des mentions, ou allusions, dans les passages suivants : Or. 17, 10 (2 mentions), 11, 14, 17 ; 19, 8.

49 Ou ἔξω, Or. 19, 8.

50 Saliou 2006, p. 273‑285 ; Étienne 2013, p. 22‑24. L’Antiochicos a été récemment édité dans la Collection des universités de France, Casevitz, Lagacherie et Saliou (éd.) 2016.

51 Pont 2008, p. 344 ; Robert 1989, p. 709‑719.

Auteur

Université de Strasbourg, CARRA (UR 3094)

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search