Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Des villes dans un empire

Les monuments symboles de l’identité urbaine et politique dans les Discours aux villes de Dion de Pruse

Éric Guerber

Texte intégral

1Dion de Pruse (Dio Cocceianus), né entre 40 et 50 à Prousa de l’Olympe (Bithynie) et mort après 110‑111, descend d’une riche et ancienne famille de l’aristocratie locale dont les revenus provenaient de la terre et de l’élevage. Ce pepaideumenos est l’un des premiers et des plus fameux représentants de la Seconde Sophistique, mouvement intellectuel et littéraire qualifié de « renaissance grecque » aux iie et iiie s. de notre ère ; il reçut une solide formation rhétorique et philosophique entre 62 et 65 ou après la mort de Néron. Il fut l’élève avec Euphratès, Timocrate et Athénodote du « Socrate romain », Musonius Rufus, un stoïcien qui fut également le maître d’Épictète.

2Le règne de Domitien marqua un tournant dans la vie de Dion : ce dernier perdit la faveur du prince après la disgrâce de son protecteur T. Flavius Sabinus, consul ordinaire en 82, petit-fils du frère aîné de Vespasien, gendre de Titus et cousin de Domitien, qui eut lieu entre 82 et 85. À la mort de Sabinus, Dion subit une relégation dont le périmètre est discuté : outre l’interdiction de rentrer dans sa patrie, il est possible qu’il lui fut interdit de fouler le sol de la Bithynie et de l’Italie. Dion de Pruse ne put revenir à Rome du vivant de l’empereur Nerva à cause d’une maladie qui l’immobilisait : son retour dans la Ville eut lieu sous Trajan et l’on estime que parmi ses quatre discours Sur la royauté, deux furent adressés à celui-ci et prononcés devant Trajan et sa cour ; le premier vers 100, le second vers 104. Mais le sophiste passa l’essentiel de son temps dans sa patrie où il exerça des activités de magistrat, d’homme d’affaires et d’évergète, non sans difficulté, car il semble que sa volonté de moderniser l’urbanisme de Prousa qui supposait de substantielles modifications se soit heurtée à de fortes résistances. Sa vie à Prousa fut entrecoupée par de nombreux voyages qui furent autant d’occasions de prononcer des discours à visée philosophique et politique. Dion se présente comme un philosophe modeste et dépourvu d’ambition personnelle qui souhaite intervenir afin de dispenser des conseils concrets destinés à aider les cités sans flatter le peuple.

3À la lecture de ces « discours », nous avons observé que Dion de Pruse évoquait les monuments urbains à des fins précises. Certes, il n’est pas un peintre et esthète des décors urbains (son vocabulaire manque de précision, il rejette de façon ostensible tout lyrisme et prend le contre-pied du discours encomiastique), mais cela ne signifie pas – bien au contraire – qu’il soit insensible à l’apparence des monuments, à leur fonction et surtout à leur dimension symbolique. Sa présentation de la ville et de ses constructions varie selon ses discours. Dans ses discours épidictiques adressés à Tarse, à Rhodes ou à Alexandrie, l’orateur place les qualités morales des citoyens au-dessus de la parure monumentale, et ne s’intéresse à certains monuments que lorsqu’ils symbolisent à ses yeux le caractère des habitants de la cité. En revanche, dans quatre discours bithyniens (Or. 40, 45, 47, 48), Dion en tant que notable et évergète attache un grand soin à remodeler le paysage urbain de sa patrie d’origine ; les constructions édilitaires constituent dès lors un enjeu concret qui placent le sophiste au centre d’un combat politique et financier.

4Nous nous intéresserons tout d’abord à l’usage symbolique des monuments dans les Discours aux villes. Nous procéderons ensuite à un examen de la politique édilitaire impulsée par Dion de Pruse dans sa cité, en portant attention à ses modèles, ses ambitions, à la résistance que lui a opposée un certain nombre de ses compatriotes, et enfin au résultat de la politique de construction dont il semble avoir été le champion.

Les monuments symboles de l’èthos d’une ville ou de sa situation politique

  • 1 Bost-Pouderon 2006, p. 116.

5Dans le Premier Tarsique (Or. 33), Dion de Pruse met en garde les citoyens de Tarse de ne pas s’illusionner sur leur fortune « d’habiter une grande cité, de disposer d’un bon territoire, de bénéficier de vivres en abondance, d’être une métropole, de jouir de bains publics, de fontaines, de portiques », ou de tirer fierté du nombre et de la taille de leurs habitations (§ 17‑18). Ses arguments sont divers. D’une part, les avantages matériels (cours d’eau, climat, situation géographique, ports donnant sur la mer, temples, remparts) sont relatifs : d’autres peuvent se dire plus heureux que les Tarsiens ; ainsi les Byzantins sont exceptionnellement avantagés par leurs pêcheries. D’autre part, les vraies richesses sont la « tempérance et la sagesse » : « ce n’est pas un fleuve, une plaine, un port qui font le bonheur d’une cité ; ce ne sont pas non plus l’abondance de ses richesses (χρημάτων πλῆθος) ou de ses édifices (οἰκοδομημάτων), ni les trésors destinés aux dieux (…). Mais la tempérance et la sage réflexion (σωφροσύνη καὶ νοῦς), voilà ce qui procure le salut ! » (§ 28). L’argument selon lequel la grandeur d’une cité ne réside pas dans sa prospérité matérielle, mais dans l’exercice de qualités supérieures, apparaît de nouveau à de multiples reprises dans le Second Tarsique. Ces qualités sont diverses : la justice – δικαιοσύνη (Or. 34, 45), la conduite bien rangée – εὐταξία (Or. 34, 25), la vertu – ἀρετή (Or. 34, 45, 48), l’amitié et la concorde – φιλία καὶ ὁμονοία (Or. 34, 45), la magnanimité – μεγαλοφροσύνη (Or. 34, 45), la douceur et la sollicitude – πρᾳότης καὶ κηδεμονία – (Or. 34, 47), la bienveillance, la vertu et la philanthropie – εὔνοια καὶ ἀρετὴ καὶ φιλανθρωπία (Or. 34, 48). L’alliance de la richesse et de la puissance avec l’irréflexion et l’indiscipline remonte à Isocrate comme l’a remarqué C. Bost-Pouderon1. En plus d’une réaffirmation de grands principes, Dion s’oppose de façon ouverte aux orateurs qui pratiquaient l’éloge des cités, l’enkômion poleôs : les plus célèbres comme Aelius Aristide en tout premier lieu, mais aussi Polémon, Hadrien de Tyr ou Favorinus d’Arles lui sont postérieurs ; mais il y en eut assurément du temps même de Dion, dès le début de l’époque flavienne. Ainsi, lorsque ce dernier prend la parole devant le dèmos d’Alexandrie au début du règne de Vespasien (sans doute au théâtre où siège l’ekklesia), il fait allusion aux poètes, aux orateurs et aux sophistes qui font de façon coutumière l’éloge de la cité dans des discours épidictiques. Dion répond d’entrée aux Alexandrins qui pourraient s’attendre à ce type de discours :

(…) certains font l’éloge de votre sagesse et de votre habileté parce que, tout en étant des milliers et des milliers, non seulement vous avez des idées sur ce qu’il faut faire, mais vous êtes prompts à les exprimer. Moi, cependant, je ferais davantage votre éloge si vous étiez lents à vous exprimer et capables de vous taire en vous maîtrisant et de penser correctement (Or. 32, 2).

  • 2 On retrouve l’exposé de ces mêmes principes dans les Discours 13, 34, 35 et 59.
  • 3 Isocrate (II, 31) utilise l’expression τὸ τῆς πόλεως ἦθος pour définir le « caractère » d’une cité (...)

6Un peu plus loin, l’orateur dénonce « certains (qui) se présentent comme des hommes cultivés chantent des discours épidictiques, qui plus est plein d’ignorance » (Or. 32, 10), ceux qui « passent leur temps à (les) flatter » (Or. 32, 37) ; ces mêmes flatteurs sont visés au § 39, qu’ils soient orateurs ou poètes célébrant dans leurs discours ou dans leurs hymnes les richesses du pays où vit leur auditoire. Le § 37 est particulièrement intéressant pour notre propos, car il nous indique que des éloges de ports (vantant les appareillages, les accostages, les bateaux, les marchandises) ou d’agorai étaient monnaie courante. Dion, non sans malice, loue aux § 36‑37 la richesse de l’Égypte, la nature particulière du Nil, la beauté des ports, la taille de la flotte stationnée à Alexandrie, l’abondance des produits venus du monde entier qui font « qu’Alexandrie est située à un carrefour de la terre tout entière et des peuples plus lointains “comme l’agora d’une cité unique” (ὥσπερ ἀγορὰ μιᾶς πόλεως) » afin de souligner qu’il a fait l’éloge de l’eau, du sol, des ports, des lieux, mais non l’éloge des Alexandrins ! C’est parce qu’il manque à ces derniers, la tempérance (σωφροσύνη), la justice (δικαιοσύνη), la discipline (εὐταξία), la douceur (πρᾳότης), la concorde (ὁμονοία) et un régime politique ordonné (κόσμος πολιτεία). Nous retrouvons ainsi dans le discours aux Alexandrins tout comme dans les deux discours Tarsiques une pratique oratoire qui vise à discréditer l’éloge des biens matériels lorsqu’il est associé à l’éloge d’une ville pour promouvoir en revanche la plus haute qualité qui vaille, la vertu de ses habitants. L’idée que la sagesse, la vertu, un gouvernement respectueux des lois valent davantage que la beauté d’un territoire, l’abondance des récoltes ou l’ampleur de la population apparaît de nouveau dans le très bref discours Sur la concorde à Nicée, après la fin d’un conflit (Or. 39, 2)2. Dion se présente dans les Discours aux villes comme le philosophe (la vertu, la sagesse sont des valeurs philosophiques communes) qui donne d’utiles conseils sans flatter le peuple, ce qui le mène à condamner l’éloge des richesses et par conséquent l’éloge des parures monumentales des cités visitées. Telle est la toile de fond ; la mise en évidence d’un monument revêt donc une autre signification : elle témoigne en premier lieu de la volonté de définir – pour le condamner efficacement – l’èthos d’une cité3, c’est-à-dire le caractère moral de ses habitants.

Le Discours aux Alexandrins (Or. 32)4

  • 4 Nous renvoyons, pour toute analyse plus précise du texte à l’ouvrage de Kasprzyk et Vendries 2012. (...)
  • 5 Le phare et le gymnase sont mentionnés par Strabon (respectivement, XVII, 9 et XVII, 10).
  • 6 Il s’agit du grand théâtre (ou théâtre de Dionysos) placé au nord de la via canopique et tourné ve (...)
  • 7 Dion évoque ici le théâtre comme lieu de spectacle et non comme lieu de réunion de l’ekklesia.

7Prononcé par Dion de Pruse devant l’assemblée du peuple au début du règne de Vespasien, il néglige des monuments tels que le Phare ou le gymnase5. Le Musée – haut lieu de culture – est certes mentionné, mais il figure dans un passage ambigu (qui fait suite à une dénonciation du rire grossier des Alexandrins) dans lequel Dion souligne que la grossièreté et l’ignorance des Muses sont telles qu’il est nécessaire d’associer ces dernières aux Grâces afin que le Musée « n’ait pas l’air d’être un lieu quelconque dans la cité – de même que, je crois, d’autres lieux portent un nom vide de sens, sans rapport avec l’objet qu’il désigne » (Or. 32, 100‑101). Dion suggère que la paidéia aurait déserté le Musée, puisque les Alexandrins s’adonnent au rire facile. En fait, plus que les ports ou le Musée qui sont d’une certaine manière mentionnés à charge, tandis que le Phare et le gymnase sont superbement ignorés, Dion choisit de façon délibérée deux monuments qui, l’un comme l’autre, révèlent le comportement des Alexandrins (et au-delà leur identité politique et psychologique) à la face du monde entier, c’est-à-dire le théâtre (τὸ θέατρον) et l’hippodrome que Dion nomme τὸ στάδιον (§ 41, 74, 82) alors que sous le principat, le monument a pris la forme d’un cirque à la romaine. Le premier édifice qui symbolise le désordre du mode de vie des Alexandrins est le théâtre6 : c’est en ce lieu que l’air est rempli de la musique de pantomimes (κρούματα), « de tumulte, de bouffonneries et de plaisanteries » (§ 4). Or, au théâtre, il n’y a pas d’entre soi puisque les spectateurs étrangers à la cité sont mêlés aux habitants d’Alexandrie7 : les étrangers voient le laisser-aller des Alexandrins qui – spectateurs débridés – ne se maîtrisent pas, ce qui nuit de façon décisive à la réputation de la cité. En effet « au théâtre, le caractère d’un peuple se voit » (ἐν τῷ θεάτρῳ δὲ βλέπεται τὸ δημόσιον ἦθος). Si « l’oreille d’un peuple est son théâtre » (§ 4), cet édifice est tout aussi bien une vitrine du dèmos alexandrin, où l’étranger peut tout à la fois jouir des spectacles scéniques et musicaux et s’étonner (et selon Dion s’offusquer, ce qui est loin d’être prouvé) du spectacle qui a lieu dans les gradins (plaisanteries, rires grossiers, imitation des pantomimes, excitation provoquée par les chants, absence de toute mesure). Dion insiste tout particulièrement sur le rôle prédominant joué par les citharôdes (Or. 32, 40, 46, 62, 66, 67 et 96), interprètes qui accompagnent leur chant de leur cithara (cithare) et corrompent – sans remède tant les auditeurs semblent envoûtés – l’ouïe des Alexandrins (§ 67).

  • 8 Le cirque situé au pied de la colline où se trouvait le Sérapéion était sans doute par son importa (...)

8Le cirque8 constitue le second édifice symbolisant la déraison des Alexandrins. Par une formule saisissante, Dion établit un lien entre le théâtre et le cirque :

Mais c’est une cité folle de musique et de courses de chevaux, et dans ces moments-là, elle agit de manière indigne d’elle-même. Les hommes sont pleins de mesure quand ils sacrifient, se promènent seuls, et se livrent à d’autres activités ; mais quand ils pénètrent dans le théâtre ou le cirque, c’est comme si des drogues (φάρμακα) étaient enterrées là ; ils ne savent plus ce qu’ils étaient avant et n’ont pas honte de dire ou de faire ce qui leur passe par la tête (Or. 32, 41).

9En effet, c’est au cirque que l’on entend les hurlements, le tumulte, que s’exprime l’angoisse, que se voient les impiétés de toutes sortes (§ 74). La chute d’un cocher – homme de statut servile – (§ 75) est ressentie comme un désastre ou une catastrophe (§ 46). Les spectateurs vont jusqu’à mimer le comportement des auriges. Ce mimétisme ridicule fait honte aux Alexandrins. Au théâtre comme au cirque s’exacerbent les passions collectives, au rebours de ce que doivent être les réunions publiques, c’est-à-dire le lieu privilégié pour souder la collectivité et réaliser la concorde à l’intérieur du dèmos. S’ajoute à ce reproche un argument philosophique puisque dans ces lieux, le vice s’est substitué à la vertu (§ 38), valeur éminente promue par Dion Chrysostome.

  • 9 P. Desideri (Desideri 1978, p. 149) estimait à tort que ces hégémones étaient des chefs locaux ; o (...)
  • 10 Kolôn pourrait être L. Peducaeus Colonus, préfet d’Égypte à la suite de Tib. Julius Alexander de 6 (...)

10Le tumulte de la foule n’est pas sans conséquences politiques. Le texte évoque un soulèvement récent, des troubles, qui ne sont pas le fruit d’un complot – ce qui serait fort grave – mais qui relèvent de l’arrogance. Ainsi, le § 71 suggère que les troubles causés par le comportement des Alexandrins lors des spectacles ont provoqué le soupçon des hégémônes si indulgents qui ont été amenés à exercer une surveillance « plus attentive qu’auparavant » : on ne peut exclure que ce terme désigne les préfets équestres9 – en particulier l’un d’entre eux, « l’excellent Kolôn (ὁ βέλτιστος ὑμῖν Κόλων) », le préfet Colonus10 cité au § 72 –, mais il nous semble que les hégémones en question sont Vespasien et Titus. En effet, l’adverbe νῦν (« aujourd’hui ») renvoie à un présent (c’est-à-dire à un règne nouveau) qui rompt avec le passé. S’il s’était agi de préfets (au moins deux) qui restent en place plusieurs années, comment expliquer le pluriel (οἱ ἡγεμόνες) qui suggère une longue durée ? En outre, Dion loue par la suite l’empereur du temps, c’est-à-dire Vespasien au § 95 : « Par Zeus, ne voyez-vous pas à quel point l’empereur a pris soin de votre cité ? » (Πρὸς τοῦ Διὸς οὐκ ὁρᾶτε ὅσην ὁ αὐτοκράτωρ ὑμῶν πεποίηται τῆς πόλεως ἐπιμέλειαν ;). L’orateur se présente d’une certaine manière comme le messager de la parole impériale ou du moins comme un exégète de la pensée politique du prince : dans la mesure où le prince – dit-il – a pris soin de la cité, les Alexandrins devraient en retour rendre leur patrie « meilleure », c’est-à-dire bien gouvernée. On ignore si Dion atténue ou non l’importance de la révolte : ce qui nous intéresse ici, c’est la volonté exprimée par l’orateur de « dépolitiser » les troubles (absence de complot, populace désarmée face aux soldats du préfet, caractère non préparé de l’émeute) pour mettre une fois encore l’accent sur l’ἦθος des Alexandrins « arrogants ».

Le Discours aux Rhodiens (Or. 31)

Les métagraphai symboles d’une crise morale et politique de la cité insulaire

11Dans le discours dit Rhodiakos prononcé devant l’ekklesia, le sophiste critique sèchement la manière dont les citoyens gèrent leurs honneurs, en particulier les statues honorifiques qu’ils avaient depuis des siècles attribuées à leurs bienfaiteurs – dont certains ont donné leur vie pour la cité (§ 16) – pour les réattribuer aux gouverneurs romains. Le nom des anciens honorandi était ainsi gratté pour qu’ensuite le nom des dignitaires de Rome puisse être gravé. La métagraphè exprime une faillite morale de la part des Rhodiens et de certains de leurs magistrats, dont l’un d’entre eux, le « stratège », semble jouer un rôle primordial en ce qu’il désigne les statues qui pourront être remployées. Selon Dion, cette pratique touche également des statues qui se trouvent dans les sanctuaires de la cité (§ 87). Lorsqu’il s’agit d’humains, gratter le nom des anciens bénéficiaires constitue une trahison vis-à-vis de ceux qui jadis ont beaucoup donné à leur patrie. Leur mémoire est trahie, car leurs actes qui ont motivé l’élévation d’une statue à leur nom sont effacés de la mémoire collective. En outre, dans la mesure où la piété est due aux statues honorifiques, les Rhodiens se rendent coupables d’impiété (§ 14, 82, 87).

12Ce dévoiement moral se double d’une capitulation politique qui fait litière de leur statut de citoyens d’une cité libre. Dion est heurté par la servilité avec laquelle les insulaires effacent leur passé glorieux afin d’honorer ceux qu’ils semblent considérer comme leurs maîtres. Les Rhodiens en effet, traumatisés par la perte momentanée de leur ἐλευθερία sous Claude et effrayés par l’accès à la pourpre de Vespasien présumé bien moins favorable à leur cause que ne le fut Néron, craignent à nouveau de perdre leur liberté. Si la majeure partie du Rhodiakos est consacrée à la critique morale de la métagraphè, le centre de gravité politique du discours se situe aux § 112‑114 :

Vous, par contre, craignez-vous ceux qui sont de passage chez vous, et si vous ne dressez pas une statue de bronze à l’un d’entre eux, croyez-vous que vous perdez votre liberté ? Mais si celle-ci est à ce point précaire qu’on pourrait vous la retirer au premier prétexte, il serait en tout point préférable alors d’être dans l’esclavage (Or. 31, 112).

13Le paragraphe 113 rappelle les liens anciens et privilégiés qui unissent Rhodes au « peuple des Romains », les sacrifices endurés par les insulaires pour servir Rome, les serments d’amitié contractés depuis des temps immémoriaux et qui mis tout ensemble garantissent les institutions (τὴν πολιτείαν) des Rhodiens (en premier lieu leur ἐλευθερία). Il se termine sur cette phrase couperet :

Si, par contre, vous ne flattez pas ignominieusement tel ou tel (ἀλλ᾽ εἰ μὴ τὸν δεῖνα καὶ τὸν δεῖνα κολακεύσετε ἀγεννῶς), tout votre édifice est sens dessus dessous : si c’est votre situation de craindre sans cesse la manifestation d’une colère ou d’une haine (d’un dignitaire romain), vos affaires se présentent très mal et vous ne reposez sur rien de solide (Or. 31, 113).

14Une phrase du § 114 marque un paroxysme de la violence verbale touchant en premier lieu les Rhodiens, mais aussi les dignitaires romains assimilés à des « premiers venus » flattés par des « chiens bâtards » :

Mais qu’un peuple si illustre et admiré par tous soit obligé, comme les chiens bâtards, de flatter le premier venu est scandaleux (τὸ δὲ οὕτως ὄντας ἐπισήμους καὶ θαυμαζομένους παρὰ πᾶσιν ἀνάγκην ἔχειν ὥσπερ τοὺς ἀγεννεῖς κύνας σαίνειν τὸν παριόντα δεινόν).

15Ces propos d’une extrême véhémence prononcés devant l’assemblée d’une très grande cité ne s’expliquent que si l’on met en regard le statut juridique de Rhodes (une cité libre) avec une conjoncture politique défavorable aux Rhodiens. Les § 112 et 114 mettent en relation le statut privilégié de la cité et l’élévation des statues honorant les hégémônes. Si les Rhodiens se montrent si empressés d’honorer les promagistrats (alors qu’ils ne dépendent pas d’eux), c’est qu’ils craignent de perdre leur éleuthéria.

  • 11 Les ancêtres des Rhodiens auxquels Dion s’adresse ont couvert la terre et la mer de leurs trophées (...)
  • 12 Rhodes est depuis 164 av. J.‑C. une cité fédérée (Polybe, 30, 31) qui bénéficie d’une éleuthéria d (...)
  • 13 Rhodes est présentée comme la seule cité grecque qui puisse être comparée à Rome : elle lui est in (...)

16Comment comprendre la dureté du discours dionéen ? Elle s’explique en grande partie par la place majeure que le sophiste accorde à Rhodes dans le monde grec de son temps. La cité représente à ses yeux la quintessence de l’hellénisme, c’est-à-dire l’alliance des traits les plus nobles de la culture grecque d’une part (par son rayonnement culturel, l’ancienneté de sa fondation, ses institutions – § 146 –, son histoire exemplaire – sans souci d’exhaustivité § 18, 66, 67, 68, 103, 104, 113, 16111 – et les mœurs de ses habitants qui font l’admiration de tous – § 162 –) avec la liberté d’autre part12. En fait, Dion de Pruse fait de l’éleuthéria le marqueur décisif de la permanence de l’identité grecque, la preuve ultime de son existence à l’époque impériale. Il est donc politiquement inadmissible qu’une cité libre, symbole de l’hellénisme le plus authentique13, se comporte comme une cité sujette en grattant servilement le nom des honorandi sur les anciennes statues pour les dédier à des dignitaires romains.

Les murailles de Rhodes symboles de la souveraineté d’une cité libre

  • 14 C’est au § 121 alors que Dion s’offusque de la pratique de la gladiature à Athènes que les termes (...)
  • 15 § 125 : « καθάπερ εἰ καὶ τὰ τείχη τις οἴοιτο δεῖν λῦσαι τὰ παρ᾽ ὑμῖν ἢ καὶ καταπίπτοντα ἐᾶν ».

17Dion de Pruse évoque peu de monuments (à l’exception des statues et des portraits)14 dans le Discours aux Rhodiens. Dans un passage célèbre, l’orateur écrit que les Rhodiens ne doivent nullement imaginer qu’ils occupent le premier rang en Grèce, car l’on ne peut être le premier que par rapport à des gens qui sont encore vivants et qui sont sensibles à l’honneur et à l’ignominie (§ 159), de sorte que « ce sont plutôt les pierres qui manifestent la dignité et la grandeur de la Grèce, les ruines des édifices » (§ 160). Il faut comprendre alors que l’Hellade a péri et que Rhodes constitue le dernier vestige de la grandeur grecque. Ce passage noircit à dessein le tableau d’une Grèce décadente afin de valoriser les Rhodiens dont les mœurs seront louées par la suite (§ 162‑164). Il privilégie en outre les ruines des édifices plutôt que les constructions vives. Or, dans un autre passage, un monument à la fois antique et symbolique est valorisé par l’auteur. Il s’agit des murailles. Celles-ci étaient entretenues à Rhodes à la date du discours : les insulaires financent leur réparation (§ 45) et leur entretien (§ 102) même si les sommes engagées sont moindres ou du moins dépensées sur un laps de temps plus long (§ 104). Dion accorde toutefois son quitus aux Rhodiens en écrivant « que le soin qu’on leur apporte n’est pas différent de jadis » (§ 104). L’orateur s’intéresse de nouveau à la question des murailles lorsque comparant la néfaste pratique de la métagraphè qui a lieu ailleurs qu’à Rhodes, à la démolition ou à l’abandon des murs de la cité15 qui, sous prétexte qu’elle aurait cours chez d’autres, voire chez presque tous les autres (les cités stipendiaires ?), autoriserait les Rhodiens à agir de même (§ 125) :

Pourtant, c’est à cause de la paix et de leur servitude que ceux-ci les ont négligés ; cette paix que tout le monde espère ; et cette servitude qui, du reste, n’est pas signe d’infamie (καίτοι τὰ μὲν τείχη διὰ τὴν εἰρήνην καὶ τὴν δουλείαν ἐᾶται παρ᾽αὐτοῖς, ὧν τὸ μεν ἅπαντες εὔχονται, τὴν εἰρήνην, τὸ δὲ λοιπὸν οὐκ ἔστι κάκιας σημεῖον).

18Si la paix est commune, la servitude qui pousse certaines cités à démolir leurs murailles ou à délaisser leur entretien ne concerne pas les libres Rhodiens. L’élévation et la réparation des murs apparaissent ici comme un indice de souveraineté. Le statut juridique des cités joue un rôle éminent dans la façon dont le sophiste perçoit les villes ; il oppose ainsi la manière dont d’autres cités libres (Athènes, Sparte, Byzance, Mytilène) honorent les gouverneurs romains par la consécration de statues neuves à la pratique rhodienne :

« Par Zeus, direz-vous, nous sommes dans l’obligation d’honorer tous les gouverneurs ! » Comment cela ? Les Athéniens, Lacédémoniens, Byzantins et Mytiléniens ne prennent-ils pas soin eux aussi de ces mêmes personnages ? Et pourtant quand ils décident de dresser une statue en bronze, ils le font et ils en assurent la dépense ! (Or. 31, 105).

19Dion insiste cruellement sur le fait que (selon lui) les autres grandes cités libres honorent les gouverneurs en leur dédiant des statues neuves.

  • 16 Sur ce privilège, Guerber 2010, p. 33‑77.
  • 17 Gros 1996, p. 52‑53.
  • 18 Pline, Lettres X ; Digeste L, 10, 3, 1 ; Sherwin-White 1966, p. 593.

20En définitive, comment interpréter ce passage sur l’entretien des murailles sachant que la question du bon usage de l’éleuthéria16 constitue dans le domaine politique le fil rouge du Rhodien ? Les cités qui détruisent leurs murs ou les laissent tomber en ruine manifestent leur servitude. On peut penser que Dion songe ici aux cités stipendiaires qui, inscrites dans la formula prouinciae, dépendent de l’autorité des gouverneurs. Cependant, la présence d’une enceinte n’est pas en soi un indice de liberté : ainsi, les enceintes monumentales des cités stipendiaires de Hiérapolis de Phrygie, de Sidè et de Pergè de Pamphylie furent enrichies à l’époque impériale17. L’orateur semble plutôt suggérer qu’en tant que peuple libre, il revient aux Rhodiens de financer à leur guise ce qui leur semble bon d’entretenir : ici les insulaires ont fait le choix de réparer régulièrement leurs murs. A contrario, toute la correspondance de Pline Le Jeune18 lors de sa légation en Pont Bithynie entre 109 et 111 montre à l’envi que les constructions édilitaires dans les cités pérégrines provinciales et plus généralement les dépenses engagées par les cités étaient soumises (en droit mais non forcément en fait) au contrôle du gouverneur.

La politique édilitaire impulsée par Dion à Prousa de l’Olympe

21Dion a nourri d’ambitieux projets édilitaires dans sa patrie d’origine (Or. 40, 45, 47, 48). Dans les Discours bithyniens, lorsqu’il aborde la question des travaux dans sa patrie, le sophiste ne tient pas le langage du philosophe méprisant les biens matériels qui n’accorde de prix qu’aux qualités supérieures. Bien au contraire, il souhaite embellir la ville, l’agrandir, en modifier pour partie la structure. Il mène par ailleurs ses propres affaires lorsqu’il fait édifier des portiques et des boutiques près des Sources Chaudes dont il tire profit en homme d’argent avisé (Or. 46, 9). On peut penser que ses voyages lui ont permis de mesurer la modestie voire l’indigence du décor urbain ainsi que la vétusté de certains bâtiments prousaéens. De même, les villes traversées ont pu graver en lui des images d’un urbanisme florissant qui rehaussait le prestige des grandes cités de l’Orient hellénophone. Quels furent son programme et ses sources d’inspiration ? Quelles furent ses soutiens et à quelles résistances dut-il faire face ? Peut-on enfin avoir une idée du résultat de ce travail acharné ?

Des monuments qui symbolisent l’hygiène, la modernité et le « bel ordre » (κόσμος)19

  • 19 Dion mentionne une lettre impériale dans laquelle le prince souhaitait que la cité gagne en import (...)
  • 20 Sur cette question Jones 1978, p. 54 ; Migeotte 1992, n° 85, p. 268‑272 ; Fernoux 2004, p. 283‑284 (...)
  • 21 Ἐγὼ γάρ, ἄνδρες, τὸ μὲν βούλεσται τὴν πόλιν κοσμεῖν καὶ κατασκευάζειν μὴ μόνον στοαῖς καὶ ὕδασιν, (...)
  • 22 Or. 40, 5 (trad. Cuvigny 1994, p. 144).

22Dion a envisagé de mener dans sa patrie des travaux d’envergure20 comme l’indiquent les § 12 et 13 du Discours 40 Dans sa patrie, sur la concorde avec Apamée : « moi, Messieurs, je voudrais embellir notre ville et la pourvoir non seulement de portiques et d’aménagements pour les eaux, mais encore, si la chose était possible, de remparts, de ports, d’arsenaux »21. Par la suite Dion exprime sur le mode de la rêverie son souhait d’agrandir la cité, d’y regrouper le plus de gens possible y compris en intégrant des gens venant du pays comme venant d’autres cités. Cependant, il est évident que Dion n’envisage sérieusement la construction que de deux types de monuments : les portiques d’une part, les adductions d’eau et les fontaines publiques d’autre part, tant il est absurde d’imaginer la modeste cité de Prousa investir dans des ports, des murailles ou des arsenaux ou organiser un synœcisme que seul le pouvoir impérial a le droit d’organiser ou d’autoriser à cette date. Il s’agit là du rappel d’un projet en cours d’accomplissement en dépit de résistances multiples ; sa réalisation est bien avancée à la date du discours, car ses adversaires – pourtant pugnaces – ont été incapables de le faire échouer (Or. 40, 8‑11). Le sophiste laisse par ailleurs entendre qu’il a obtenu le soutien des autorités romaines (§ 5) : « il y avait les autorités romaines qui étaient partisans de la chose, pour vous faire plaisir à vous et peut-être aussi à moi, et pour moderniser la ville et lui donner le plus grand air. Car vous savez qu’à cet égard nous étions en retard même sur nos voisins »22. Bien plus, il affirme (Or. 47, 13) que « l’empereur (Trajan) mandait par lettre qu’il voulait que notre cité gagne en importance à tous égards ». Dion semble avoir obtenu davantage qu’un simple accord officiel des autorités romaines pour entreprendre des travaux : il sous-entend l’existence d’un encouragement de la part du proconsul de la province de Pont-Bithynie et mentionne le soutien du personnage le plus puissant du monde romain. Dion, par chance, donne sa vision esthétique de la ville, telle qu’elle doit être transformée ; celle-ci doit augmenter sa superficie et gagner en verticalité :

  • 23 Or. 47, 15 (trad. Fernoux 2004, p. 401) : Πόλεως δὲ ὄφελος εὐπρεποῦς γιγνομένης, ἀέρα πλείονα λαμβ (...)

Mais on a besoin d’une ville de belle apparence, plus aérée, dotée de larges espaces, offrant de l’ombre l’été et des abris ensoleillés l’hiver et possédant, au lieu de maisons basses et misérables, des édifices élevés dignes d’une grande cité. Tout cela pour que notre ville soit comme les poulains et les chiots de bonne race, dont on devine qu’ils seront de grande taille, si on leur voit des pattes hautes et bien développées, alors que, si elles sont courtes et rachitiques, on dit qu’ils resteront toujours pareils23.

  • 24 Fernoux 2004, p. 368.
  • 25 Fernoux 2004, p. 401‑402. On retrouve cette figure du « chien de race » au § 8 du Discours 40.
  • 26 Hippocrate, Airs, eaux, lieux, 1, 3 (éd. Jouanna 1996, p. 187).
  • 27 Vitruve, De architectura I, 11‑12. Dion n’a vraisemblablement pas lu Vitruve : en revanche, l’orat (...)
  • 28 Gros 1996, p. 106.
  • 29 Bejor 1999, p. 29.

23Le contexte topographique de ce remodelage urbain a bien été décrit par H.‑L. Fernoux24 : située au pied du massif de l’Olympe, la ville ne pouvait s’étendre que dans la plaine vers le nord. À cette occasion, de nouveaux quartiers pouvaient naître, dotés d’aménagements tels que des adductions d’eau et des fontaines publiques. Dion évoque la construction de stoai, c’est-à-dire de colonnades, mais son projet ambitieux visant à aérer et à rehausser le cadre urbain suggère la volonté de mettre en place des platéiai (des stoai en vis-à-vis) formant une avenue bordée de colonnades et des portiques. Bien que le mot πλατεία ne soit pas écrit, il semble pourtant que le but poursuivi par Dion soit le percement de grandes avenues et non l’élévation d’une simple colonnade de façade ou de bordure : c’est la raison pour laquelle le texte préconise la destruction au moins partielle de maisons qu’il qualifie de « basses et de misérables » (φαύλων καὶ ταπεινῶν). Quelle est la part respective de l’influence grecque issue du corpus hippocratique et de l’influence romaine dans la pensée de Dion ? Certes, la grandeur et la hauteur sont les signes d’une « bonne race » (εὐγενῶν) grecque25 et l’ouvrage Airs, eaux, lieux d’Hippocrate (dernier tiers du ve s. av. J.‑C.) attachait déjà une importance majeure à l’orientation des vents dominants26. Toutefois, la perspective hygiéniste toute vitruvienne visant à ventiler le centre urbain en fonction des vents dominants par des platéiai bien orientées de façon à protéger les Prousaéens des intempéries était « romaine »27. Du reste, l’introduction des platéiai en Asie Mineure date du règne de Claude, à Attaleia de Pamphylie si l’on suit P. Gros28. Si la diffusion de la rue à colonnade connaît un essor fulgurant au iie s. ap. J.‑C., des travaux récents attestent l’existence d’avenues bordées de portiques à Hiérapolis de Phrygie vers 80 ap. J.‑C.29 et dans d’autres cités à une époque proche – ainsi à Éphèse, ville évoquée par Dion. L’ornementation de la ville a également une fonction politique, dans une cité qui vient d’obtenir de l’empereur l’avantage de devenir l’un des sièges de diocèse de Bithynie. Le proconsul doit pouvoir circuler dans la ville et y rendre la justice sans que les Prousaéens éprouvent de la honte vis-à-vis de la parure monumentale et plus particulièrement des monuments publics traditionnellement inspectés par les gouverneurs (Digeste I, 16, 7, 1). L’urbanisme de Prousa doit être digne de son nouveau statut. Or, à lire Dion, les Prousaéens avaient honte de leur ville lorsque les gouverneurs y entraient. L’orateur écrit cette phrase surprenante à propos de la visite « des » gouverneurs dans des quartiers délabrés de la ville (Or. 40, 9) :

ἐφ᾽ οἷς ὑμεῖς μὲν ἠρυθριᾶτε, νὴ Δία, διετρέπεσθε τῶν ἡγεμόνων εἰσιόντων.

Vous-même, par Zeus, vous en rougissiez et vous n’en meniez pas large lorsque les gouverneurs y entraient.

  • 30 La cité bénéficie de l’augmentation de l’effectif de ses bouleutes (§ 14) et a obtenu la gratifica (...)
  • 31 Pline le Jeune, Lettres X, 23, (trad. Durry 2002).

24Cette phrase étonne à double titre : elle suggère que des gouverneurs ont déjà visité Prousa de l’Olympe qui est une petite cité dont l’intérêt est modeste à leurs yeux avant que cette dernière ne devienne un centre d’assises judiciaires ; faut-il supposer qu’à la date du Discours 40 (entre 100 et 10530) plusieurs gouverneurs ont déjà siégé à Prousa pour y rendre la justice ? On note ensuite que le proconsul visite non seulement les bâtiments officiels, mais également les zones délabrées de la cité composées pour partie de masures. En fait, moins d’une dizaine d’années plus tard, Pline le Jeune observera que les Prousaéens « ont un bain sale et vieux » (balineum habent sordidum et uetus)31. La mission de Pline à Prousa de l’Olympe montre à la fois que la construction du bain a requis l’autorisation de Trajan et que le nouvel endroit choisi par Pline est, tout comme le lieu de l’ancien bain, un endroit misérable :

  • 32 Pline le Jeune, Lettres X, 70.

Maître, comme je cherchais, à Pruse, un emplacement où l’on pût construire le bain que tu as autorisé, j’ai choisi un endroit où fut jadis une maison, paraît-il fort belle, mais que maintenant le délabrement enlaidit. Ce plan nous permettra de remettre à neuf le coin le plus laid de la ville elle-même sans supprimer aucun monument, mais en agrandissant ceux que l’âge ruine32.

25Pline suggère que l’empereur donne le terrain à la cité ou le fasse vendre à la ville ; il se propose ensuite d’entourer les monuments d’une exèdre et de portiques et de le consacrer au prince afin que « l’élégant ensemble » (elegans opus) porte son nom. Le légat impérial prend en main la question des travaux – son interventionnisme est patent – et cherche à glorifier le prince. De son côté, Trajan se comportera en bienfaiteur s’il donne le terrain à la ville. On en déduira que les gouverneurs circulaient – en dehors des lieux officiels – dans tous les endroits de la ville où devaient avoir lieu des travaux générateurs de dépenses. Dans le cas particulier de Prousa de l’Olympe, tout suggère que la « ville de belle apparence » voulue par Dion, sophiste grec viscéralement attaché à l’hellénisme, devait répondre à l’exigence d’une cité qui « comptait » désormais dans la province par son récent statut de siège de conuentus iuridicus qui impliquait la venue (potentiellement) régulière du proconsul. Pline le Jeune à propos de la vétusté du balineum de Prousa ne disait pas autre chose (d’un point de vue romain cette fois) puisque la beauté de la ville et l’éclat du règne de l’empereur exigeaient la construction d’un bain neuf. Il est difficile de dissocier à Prousa de l’Olympe le programme de rénovation urbaine de la recherche d’un « bel ordre » qui est certes un ornement destiné à honorer les concitoyens et provoquer l’admiration des habitants des cités voisines, mais qui vise de surcroît à refléter l’éclat du règne du prince.

Les modèles explicites de Dion en matière d’urbanisme

26Dion n’est pas un penseur coupé des réalités de son temps. Il a vécu à Rome et voyagé dans la partie orientale du monde romain. Dans le domaine des constructions édilitaires, il accorde lui-même un caractère exemplaire à certains édifices, ou cite en exemple un certain nombre de provinces ou de villes (tableau 1).

Tableau 1 – Les modèles édilitaires présentés par Dion dans les Discours bithyniens.

Provinces/régions Cités d’Asie Cités de Bithynie Cité de Cilicie Cité de Syrie Monuments
Asie (Or. 47, 13) Smyrne (Or. 40, 11) Nicomédie (Or. 47, 13, 16) Tarse (Or. 40, 11 ; 47, 16, 17) Antioche (Or. 40, 11) Athènes : le Poecile (Or. 47, 17)
Syrie (Or. 47, 13) Éphèse (Or. 40, 11) Nicée (Or. 47, 13) Hors des Discours bithyniens : Premier Tarsique (Or. 33, 18, 23, 28) Lacédémone : le Persique (Or. 47, 17)
Cilicie (Or. 47, 13) Césarée Germanikè (Or. 47, 13) Rome : les portiques dorés (Or. 47, 17)

27Nous souhaitons analyser ce tableau afin de tenter de savoir ce que Dion avait à l’esprit lorsqu’il voulut convaincre ses compatriotes d’engager une politique édilitaire ambitieuse.

L’Asie, la Syrie et la Cilicie

  • 33 Pont 2010, tableaux p. 25‑27, 61‑63, 67, 78, 88, 95, 101, 117, 128, 135‑136, 162‑163, 170, 180, 19 (...)
  • 34 Sartre 2001, p. 641‑667.
  • 35 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs I, 422‑425.
  • 36 Dagron et Feissel 1987 ; Jean, Dinçol et Duruönül (éd.) 2001.

28Il est remarquable que Dion ne cite pas en tant que telles les provinces de Pont-Bithynie ou d’Achaïe pour illustrer la fièvre de constructions qui a cours au début du règne de Trajan. En effet, la riche province d’Asie donne le ton dans ce domaine : en plus de la parure monumentale héritée des époques classique ou hellénistique, nombreuses sont les cités asiates qui ont rénové ou construit nombre de bâtiments (temples, gymnases, monuments des eaux, aqueducs, fontaines, rues, portiques, ports, théâtres, odéons) : si l’on met à part les villes nommées par Dion sur lesquelles nous reviendrons, figurent parmi les cités en chantier du début du principat jusqu’au règne de Trajan Aphrodisias, Mylasa, Milet, Sardes, Alabanda, Samos, Cyzique, Aizanoi, Labraunda, Héraclée de la Salbakè, Blaundos, Stratonicée de Carie, Pergame, Érésos, Claros, Iasos, Hiérapolis, Euménéia, Laodicée du Lycos, Assos, Kéramos, Ilion33. Après avoir mentionné l’Asie, Dion évoque la Syrie. Cela n’étonne guère, car le développement urbain en Syrie connaît un fort accroissement au ier s. de notre ère, grâce notamment aux fondations urbaines des princes clients, que l’on songe par exemple aux fondations par Hérode le Grand de Césarée maritime, de Samarie-Sébastè et d’Antipatris, ou aux créations de ses successeurs. S’ajoutent les fondations coloniales comme Bérytos, la transformation par Claude de Ptolémaïs en colonie34. Les évergésies d’Hérode le Grand étaient célèbres et il est certain que Dion devait les connaître, du moins en partie : le roi fit construire des gymnases à Tripolis, Damas et Ptolémaïs, un rempart à Byblos, des exèdres, des portiques, des temples et des places publiques pour Bérytos et pour Tyr ; il finança des théâtres pour Sidon et Damas, un aqueduc pour Laodicée-sur-Mer, des thermes, des fontaines, des colonnades pour Ascalon. Il fit paver la grande avenue d’Antioche en marbre poli sur toute sa longueur avec un portique d’égale longueur pour protéger les passants de la pluie35. Dion, enfin, évoque la Cilicie comme une région exemplaire dans le domaine des constructions édilitaires. Si les vestiges urbains sont considérables, les fouilles systématiques et l’exhumation massive de l’épigraphie des cités ne permettent pas aujourd’hui, malgré quelques ouvrages précieux36, de dater avec une précision suffisante l’édification des monuments qui permettrait de confirmer la véracité de la remarque de Dion – qui par la suite ne s’attarde que sur Tarse.

Smyrne et Éphèse37

  • 37 Pont 2010, tableaux p. 25‑27, 61‑63, 67, 78, 88, 95, 101, 117, 128, 135‑136, 162‑163, 170, 180, 19 (...)
  • 38 Halfmann 2004, p. 60.
  • 39 Plutarque a toutefois une vision sensiblement différente lorsqu’il fait de l’Vrbs le « foyer vérit (...)
  • 40 Aelius Aristide, Or. XVII, 3.
  • 41 Pont 2008, p. 341‑364.
  • 42 Migeotte 1992, n° 66, p. 205‑206.

29La chronologie des constructions éphésiennes a été établie à grands traits par H. Halfmann qui insiste sur le rôle moteur joué par les empereurs et les gouverneurs qui intervinrent comme « intercesseurs » en favorisant les travaux, même s’il est clair, à la lecture des travaux d’A.-V. Pont, que les constructions attestées ont été le plus souvent financées – et surtout commanditées – par la cité ou par des évergètes (ce qui doit nous amener à nuancer la perspective du savant allemand). Dion dut prendre acte de l’intense activité de construction sous les Julio-Claudiens et sous Domitien (restauration du mur d’enceinte de l’Augusteum ; érection d’un nymphée à l’angle sud-est de l’agora civique, élévation d’un premier temple dédié au culte impérial au niveau provincial, un temple néocore, situé au-delà de la rue des Courètes adossé à la pente du Bülbüdag). L’octroi de la néocorie dut stimuler l’effort d’embellissement de la ville et l’achèvement de la construction du temple en 88‑89 : c’est à cette date ou peu après que, dans le cadre d’une rénovation urbaine d’envergure, la cité finança le pavement de l’embolos (zone située le long de la rue des Courètes ou la rue des Courètes elle-même ?), qu’un nymphée fut édifié tandis que, selon H. Halfmann, on construisit un nouveau, vaste et luxueux gymnase de dimensions impressionnantes (356 m sur 240), le Σεβαστὸν γυμνάσιον38. Dès le début du règne de Trajan, vers 105, le prytane Dionysodôros fit rénover à ses propres frais le prytanée situé sur l’agora civique. Des travaux achevèrent la construction du grand théâtre engagé depuis Domitien entre 102 et 113 ; il n’est pas certain que Dion à l’époque de la rédaction du Discours 40 en ait été informé. Toutefois, l’exemple éphésien est particulièrement bien choisi par le sophiste, tant les constructions d’envergure menées dans la capitale de la province d’Asie furent nombreuses. Par contraste, l’exemple smyrniote est moins documenté avant les règnes de Trajan et d’Hadrien alors que la cité, néocore sous Tibère, accueillait les concours communs à l’Asie vers 90, et passait pour l’une des plus belles cités de la province dès Strabon qui voyait dans la cité d’Ionie « aujourd'hui la plus belle de toutes » (καὶ νῦν ἐστὶ καλλίστη τῶν πασῶν : XIV, 1, 37). L’évocation de Smyrne comme modèle par Dion de Pruse est postérieure à la remarque élogieuse de Strabon et antérieure aux éloges d’Aelius Aristide particulièrement édifiants : la ville est « un modèle de cité » – παράδειγμα πόλεως – qui l’emporte sur toutes les autres, mais aussi « un modèle de beauté » – παράδειγμα κάλλους (Or. XVII, 8). L’encômion poleôs tend bien évidemment à accentuer les beautés de la cité honorée, mais l’éclat de la cité est loué par Philostrate qui va jusqu’à écrire que Smyrne « est la plus belle des villes qui sont sous le soleil » (vit. Ap. IV, 7) formule qui nous paraît amoindrir la beauté de l’Vrbs (en ce sens, elle témoigne de l’emprise très forte du sentiment de supériorité culturelle grec)39. Dans la Monodie pour Smyrne, rédigée à la suite du tremblement de terre de 177 ap. J.‑C., Aelius Aristide loue de nouveau la parfaite harmonie de l’urbanisme de la cité (ses proportions, ses mesures, son assiette)40. Ce discours témoigne de la persistance de l’usage des canons grecs pour décrire la beauté des paysages urbains41. L’éclat de Smyrne n’est certainement pas réductible à un topos littéraire – qui du reste à l’époque impériale devait refléter une réalité. Ainsi, certains témoignages épigraphiques attestent la vigueur de la population smyrniote pour développer leur cité puisque la construction du port est en majeure partie le fruit d’une souscription publique : « la cité néocore de Smyrne (a inscrit) les noms de ceux qui ont promis et contribué pour la construction du port : etc. » (Ἡ νεωκόρος Σμυρναίων πόλις τὰ ὀνόματα τῶν ὑπεσχημένων καὶ συνεισενεκάντων εἰς τὴν τοῦ λιμένος κατασκ[ευήν]· ---------)42.

30Les deux exemples choisis par Dion traduisent parfaitement pour l’Asie l’idée du beau paysage urbain avec Smyrne d’une part, et la fièvre de constructions qui a saisi la capitale de la province proconsulaire d’Asie, à travers l’exemple d’Éphèse, d’autre part.

Nicomédie et Nicée43

  • 43 Voir Fernoux 2004, p. 366, 367, 375, 376, 387‑388 (Nicée) ; 259, 362‑363, 365, 373‑374 (Nicomédie) (...)
  • 44 On ignore tout des travaux engagés à la cité voisine de Césarée Germanikè que Dion donne en exempl (...)
  • 45 Rien ne prouve qu’il ait eu connaissance des malfaçons et de la gabegie financière causée par ces (...)
  • 46 Or. 38 ; 39.
  • 47 Robert 1979 ; Guerber 2010, p. 326‑327.

31Dion de Pruse souhaite entreprendre à Prousa de l’Olympe des travaux importants à l’échelle de sa cité, une plateia et des monuments des eaux, mais dont l’envergure est moindre que dans les villes de Nicomédie ou de Nicée44. Il a pu, de son vivant, voir l’amorce de construction de deux aqueducs et le début de la création d’une nouvelle agora à Nicomédie. À Nicée, son regard a sans doute été attiré par la création d’une tétraplatéia (flavienne ?) et par les deux portes monumentales dédiées à la Maison flavienne. Il a pu connaître la première phase de la construction du théâtre au début du règne de Trajan. Les sommes d’argent mobilisées – et parfois englouties en vain45 – ont dû impressionner le sophiste. Ces constructions manifestaient l’existence d’un « esprit d’entreprise » (mais aussi d’un esprit agonistique que Dion a tenté de réduire46 au nom de l’ὁμόνοια) bien présent parmi les notables des deux grandes cités bithyniennes alors en conflit pour la primauté47.

Tarse

32Dion évoque la splendeur des édifices de la cité (Or. 33, 23) ; plus particulièrement, l’orateur mentionne le portique de Tarse parmi les plus célèbres de l’époque (Or. 47, 13, 16 et 17).

Antioche de Syrie

  • 48 Cabouret 1999, p. 127.
  • 49 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs I, 425 ; Antiquités judaïques 16, 148.
  • 50 Malalas, Chronographia X (éd. Dindorf, 1831), p. 223 et 233 : « [Tibère] vint dans Antioche la Gra (...)
  • 51 Cabouret 1999, p. 135.
  • 52 Gros 1996, p. 104.
  • 53 Son chiffre est plus proche de la mesure donnée par Flavius Josèphe (3 700 m) que celle de Malalas (...)

33La cité d’Antioche évoquée par Dion est antérieure au tremblement de terre de 115 qui détruisit près de la moitié de la ville. Ce qui dut séduire le rhéteur fut sans doute la grande rue à colonnades qui, traversant toute la cité, régulait son urbanisme et était devenue l’emblème de la Grande Antioche ; tout autant que l’avenue et son pavage, c’étaient les vastes portiques qui la bordaient qui donnaient à la ville d’Antioche sa grandeur et son « label de capitale » (B. Cabouret)48. Si cet axe principal ordonna la cité dès le règne d’Antiochos IV Épiphane (175‑164), la première rue monumentale romaine fut une création du roi client Hérode Le Grand49. La paternité de la création des portiques a été discutée dans la mesure où Malalas, auteur originaire d’Antioche (ca 490‑ca 570) d’une Chronographia (ou histoire universelle de Rome) qui consacre une part importante à sa cité aux archives de laquelle il pouvait accéder, ne reprit qu’une partie de l’information laissée par Flavius Josèphe. En effet, selon lui, si Hérode avait fait paver la chaussée « au-delà des limites d’Antioche la Grande », c’était à Tibère que l’on devait l’aménagement monumental de la rue qui débutait de l’extérieur de la cité par l’élévation de deux grands portiques50. On s’accorde aujourd’hui à penser que l’initiative vint d’Hérode tandis que la réalisation dut se prolonger et s’achever sous Tibère, plusieurs décennies plus tard, de sorte que le chronographe attribua l’ensemble de l’entreprise à Tibère51. Ce programme d’urbanisme mis en place par un roi allié de Rome s’est inspiré des modèles connus dans la Rome républicaine, ceux de la uia porticata, c’est-à-dire une large rue bordée de portiques qui donnait la monumentalité qui convenait à une capitale ; bien que le schéma d’origine fût hellénistique, les Romains surent l’amplifier pour lui donner une solennité jusque-là inégalée52. Hérode fut donc l’initiateur d’un monument caractéristique de l’architecture romaine orientale qui marqua les esprits pendant toute l’Antiquité. Ainsi, le sophiste a pu être impressionné par les récits effectués par des voyageurs ou par ses lectures. On ne peut toutefois exclure que Dion ait visité la capitale de la Syrie. En effet, il évoque à Tarse, cité peu éloignée d’Antioche, le conflit qui l’oppose à Apamée sur l’Oronte (Or. 34, 48) ; il parle avec précision de la longueur de la platéia de la cité (Or. 47, 16)53 ; il suggère surtout qu’il peut se promener à sa guise « dans le Poecile à Athènes, dans le Persique à Lacédémone, dans les portiques dorés de Rome, dans ceux d’Antioche ou de Tarse, et entouré d’un plus grand respect ». Or, Dion a étudié à Rome, a prononcé à cette date au moins un discours à Tarse, un autre à Athènes (Or. 13) et a dû visiter Lacédémone. Il suggère enfin une sorte d’expérience personnelle : il peut se promener en ces lieux « entouré du plus grand respect » (μετὰ πλείονος τιμῆς).

Athènes, Lacédémone et Rome

  • 54 Sur cette question, Cuvigny 1994, p. 146, n. 24.
  • 55 Hellmann 2010, p. 256.
  • 56 Gros 1996, p. 103.

34Dion mentionne trois monuments dont l’un, les portiques dorés (χρύσας) de Rome, n’est pas identifiable54. Le Poecile à Athènes, la stoa poikilè, est très ancien : ce « Portique des peintures »55 créé vers le deuxième quart du ve s. avait été installé au nord-ouest de l’agora. Le Poecile recouvert de scènes peintes était un lieu très populaire et célèbre encore au ier s. de notre ère. À Sparte, le Persique ou « portique des Perses », dont la beauté fut vantée par Pausanias (I, 15 ; III, 11, 3) était déjà construit au début du règne de Trajan puisque Dion le mentionne, ce qui va à l’encontre de la datation traditionnelle de son édification sous Hadrien56. Dion ne l’évoque pas par hasard : recouvert de marbres précieux, l’édifice était doté de colonnes doriques et présentait des chapiteaux archaïsants qui voulaient rappeler les œuvres grecques de l’époque classique, et plus spécifiquement le temps des guerres médiques. Bien que de construction récente, il honorait le passé glorieux de Lacédémone.

Le bilan de l’œuvre édilitaire de Dion

35Si le sophiste a bénéficié de la bienveillance et des encouragements du proconsul de Bithynie-Pont et de Trajan – c’est-à-dire de soutiens majeurs et décisifs pour engager les travaux –, il n’est pas un notable solitaire, se prévalant du seul soutien des plus hautes autorités romaines, qui aurait fait face, localement, à des adversaires majoritaires et triomphants. Son entreprise de modernisation de la ville emporta à la fois la majorité des opinions à l’ekklesia et au Conseil et bénéficia du soutien de notables prêts à consentir des libéralités :

  • 57 Ce consensus des notables prêts à financer le projet édilitaire apparaît aussi dans le Discours 45 (...)
  • 58 Dion de Pruse, Or. 40, 6 (trad. Cuvigny 1994) : Τοῦτον ἐμοῦ τότε εἰπόντος τὸν λόγον, ἐπήρθη τε πρὸ (...)

Quand je fis cette proposition, l’assemblée s’enthousiasma – vous n’êtes pas en effet dépourvus de cœur ni d’intelligence – et nombre de citoyens furent incités à faire des libéralités57 ; et quand, plus tard, je vous ai à nouveau soumis cette affaire, plusieurs fois au bouleutérion et plusieurs fois au théâtre afin que, en cas de désaccord et de refus de votre part, je n’importune plus personne – je pressentais en effet le travail qui en résulterait pour moi – le projet fut plusieurs fois ratifié par vous, plusieurs fois par les gouverneurs, sans que personne ne protestât58.

  • 59 Migeotte 1992, p. 268‑272.
  • 60 Ce parti regroupe peut-être aussi ceux qui pensent à propos des assises que « la cité avait des dé (...)
  • 61 Cet opus comme le nomme Pline n’a sans doute rien à voir avec le portique qui doit être construit (...)
  • 62 Pline le Jeune, Lettres X, 81 et 82 ; Sautel 1956, p. 427‑430 ; Guerber 2016, p. 42‑45.
  • 63 Or. 45, 7.
  • 64 Cette phrase καὶ τοῦτο ἕτοιμος ποιεῖν οὐ μόνον, ἀλλὰ καὶ αὐτος συμβάλλεσθαι μέρος τῆς ὑποσχέσεως, (...)
  • 65 Migeotte 1992, p. 271. L’auteur se réfère à Jacques 1984, p. 694, 702, 705, 744, qui soulignait qu (...)

36Ces ratifications successives par la boulè et les tensions que provoquèrent les travaux laissent supposer que ceux-ci durent s’effectuer en plusieurs tranches, sur un laps de temps égal au moins à cinq années, entre 100 et 105‑106 (dates d’échelonnement des quatre discours qui les évoquent). La cité elle-même a débloqué des fonds publics, des χρήματα δημόσια (Or. 48, 9), avec l’accord indispensable du Conseil. Le sophiste a été l’initiateur d’une souscription qui devait peut-être porter ses premiers fruits. Une chose est certaine : à la date du Discours 40, une première tranche de travaux a été effectuée sous la houlette du sophiste (§ 7, il s’improvise métreur, signe qu’il était ergépistate) puisqu’une forge et des maisons – que Dion qualifie d’« affreuses et ridicules masures » (αἰσχρὰ καὶ καταγέλαστα ἐρείπια) – ont été détruites, tandis que des colonnes et des corniches se montaient et que des ateliers se construisaient ailleurs (Or. 40, 8, 9). On a souvent insisté sur les difficultés et sur la lenteur de la souscription59. Il n’est pas question de nier ces difficultés mais de souligner que cette dernière a fonctionné, bien qu’imparfaitement, puisque des Prousaéens ont versé à plusieurs reprises de grosses contributions, étant « pleins d’ardeur » (Or. 47, 14). Le tarissement ponctuel des sommes est dû à des motifs divers : ils sont en premier lieu d’ordre politique : « cependant, avec leurs protestations indignées, ces propos qu’ils tenaient et leurs manœuvres pour tarir les contributions et entraver les travaux, ils me mirent de telle humeur que, pour un peu, je me serais condamné à l’exil » (Or. 40, 12). Il existe à Prousa une faction suffisamment organisée et influente pour s’opposer aux travaux jugés excessifs et déraisonnables ; Dion suggère que ce même groupe s’opposait jadis à l’augmentation du nombre des bouleutes ou à ce que la cité devînt siège de diocèse, deux gratifications impériales obtenues grâce à l’amitié de Trajan. Ce sont les mêmes60 en effet qui « crèvent de rage » (Or. 40, 11) en écoutant la politique édilitaire ambitieuse promue par Dion et qui ailleurs insinuent que le sophiste a obtenu trop peu de choses de la part de l’empereur Trajan (Or. 40, 13, 14). C’est la raison pour laquelle il nous paraît que cette faction s’oppose de façon générale à l’action menée par Dion dans sa patrie d’origine. Ce groupe est sans doute identique ou du moins lié à celui qui figure autour du puissant et redoutable philosophe Flavius Archippus, ancien protégé de Domitien. Ce philosophe, qui reçut de très importantes sommes d’argent du dernier Flavien et bénéficia d’un édit de Nerva validant les gratifications obtenues jusqu’à son règne, demanda à Pline le Jeune que Dion, avant de remettre un certain ouvrage à la cité61, rendit des comptes, car l’exécution n’était pas conforme au cahier des charges62. Un second frein, d’ordre financier cette fois, s’oppose au fonctionnement optimal de la souscription. Ce n’est pas parce que le nombre de bouleutes avait récemment augmenté jusqu’à atteindre le nombre de 10063 que la richesse des notables prousaéens s’était accrue. Les liturgies pesaient sur un nombre plus important de propriétaires terriens, mais la fortune de chacun d’entre eux restait stable ; on peut même penser que les nouveaux bouleutes qui devaient faire face à des obligations croissantes (comme verser la summa honoraria) pouvaient être réticents à s’engager dans des dépenses édilitaires. Les difficultés de certains souscripteurs devaient être réelles : ainsi, Dion se propose de verser de l’argent supplémentaire au-delà de sa promesse afin de « soulager les autres » (Or. 47, 19)64. La conjonction de l’opposition politique et des difficultés financières aboutit à une situation de blocage concernant le financement d’un portique. Dion pose une question (rhétorique) : doit-il détruire tout ce qui a été construit à ses frais ? (Or. 47, 12). Par ailleurs, il interroge son auditoire afin de savoir s’il doit « aller trouver le proconsul et l’inviter à faire payer les souscripteurs en usant de douceur et ayant égard à leur situation financière » (Or. 47, 19). Il dit « être prêt » à agir de la sorte, mais le contexte suggère qu’il souhaite davantage exercer une pression auprès des souscripteurs récalcitrants plutôt que de les contraindre à payer en faisant appel au gouverneur qui appliquerait le droit romain. Or, s’il existe une obligation d’honorer les pollicitations, il n’est pas certain que le proconsul puisse légalement intervenir dans le cadre d’une souscription publique65. La situation atteint son paroxysme peu avant la halte du proconsul Varenus Rufus dans la cité (il doit en repartir le lendemain). À cette date le conflit est désamorcé puisque l’assemblée populaire peut de nouveau se réunir. Cependant, le peuple nourrit un mécontentement à l’égard de certains notables malhonnêtes qui auraient détourné des fonds publics (Or. 48, 3, 4, 9) et des souscripteurs bien lents à s’acquitter de leurs promesses (Or. 48, 11). Tout l’effort de Dion qui exerce alors la plus haute magistrature, l’archontat, consiste dans ce discours à désamorcer la colère du dèmos afin que le proconsul conserve une bonne image de la cité et que le conflit entre notables soit résolu à l’intérieur des instances poliades.

  • 66 Pline le Jeune, Lettres X, 23‑24.
  • 67 Pline le Jeune, Lettres X, 70‑71.

37En définitive, en 105, les constructions ne sont pas encore terminées, car certains souscripteurs n’ont pas versé leur écot. Dion semble pourtant en position de force puisqu’il a été élu archonte tout en entretenant de bons rapports avec le proconsul Varenus Rufus. Nous savons avec certitude qu’un seul portique décoré de corniches fut effectivement réalisé (Or. 37, 17), ce qui est modeste par rapport au projet initial. À la lecture du corpus dionéen, il semble que l’ambitieux projet édilitaire du sophiste évergète n’a pas abouti. Quelques années plus tard, les Prousaéens semblent prêts à financer la construction de leur bain « sale et vieux » (« Prusenses, domine, balineum habent et sordidum et uetus »)66 et à entourer le terrain destiné à accueillir le balineum d’une exèdre et de portiques que Pline consacrera à l’empereur67. On en déduira que les caisses de la cité ne sont pas vides et que l’impulsion du légat impérial fut sans doute plus forte que celle du sophiste, qui dut faire face à des opposants obstinés.

Conclusion

38Dans les Discours aux villes, Dion semble accorder différents statuts aux monuments urbains. Cela vient de ce que ses discours remplissent des objectifs différents qui dépendent du lieu de leur énonciation et des auditoires auxquels il s’adresse. Il faut distinguer à cet égard les discours épidictiques – destinés à l’éloge ou au blâme – ainsi les Discours 31 à 34 d’une part, des Discours bithyniens d’autre part, dont le but est immédiatement pratique, qui répondent à des besoins de circonstance, à l’intérieur desquels les discours qui évoquent les travaux édilitaires à Pruse (Or. 40, 45, 47, 48) occupent une place particulière. Les discours épidictiques prononcés à Alexandrie, à Rhodes et à Tarse envisagent les monuments sous deux angles différents. Dans le cadre d’une approche philosophique dénonçant les vanités du bonheur matériel, Dion refuse de prendre en compte le site et la situation géographique favorable d’une cité de même que ses monuments tant dans le Discours aux Alexandrins que dans les deux discours à Tarse : le bonheur d’une cité dépend non de ses richesses ou de ses ornements, mais des qualités supérieures de ses habitants que sont la vertu, la justice, la conduite bien rangée, l’amitié, la concorde, la douceur, la sollicitude, la bienveillance et la philanthropie. D’autres, moins rigoureux selon lui – qu’ils soient poètes, orateurs ou sophistes –, n’éprouvent guère de scrupules à « chanter des discours épidictiques » entendons des éloges afin de flatter leurs hôtes. Lui s’y refuse et ses discours prennent souvent la forme diatribique. Aussi, la mention d’un monument dans ses discours épidictiques revêt un sens bien précis qui consiste selon nous à définir l’èthos d’une cité, le caractère de ses habitants, raison pour laquelle les monuments évoqués constituent les symboles d’une cité. Le Discours aux Alexandrins est de loin le plus acerbe : les deux monuments qui expriment le mieux les mœurs des Alexandrins ne sont pas le gymnase ou le Musée – les hauts lieux de la paidéia – mais le théâtre d’une part, où les Alexandrins se donnent en spectacle, et le cirque d’autre part, où les habitants d’Alexandrie miment le comportement des auriges ou se désolent bruyamment de la chute d’un cocher. Le Rhodien est plus complexe, car si la diatribe occupe la majeure partie du discours, puisque la métagraphè exprime la crise morale et politique des insulaires, Dion justifie fondamentalement sa critique par la place centrale que Rhodes occupe en tant que centre vivant de l’hellénisme le plus authentique : la cité allie les traits les plus nobles et les plus vénérables de la culture grecque à son statut privilégié de cité libre, deux traits que symbolise matériellement le parfait entretien de ses murailles. Il est pour cette raison insupportable que la quintessence de la grécité se comporte de façon servile à l’égard des gouverneurs romains.

39Dion nourrit pour sa patrie d’origine, Prousa de l’Olympe, un projet architectural ambitieux à l’échelle de la cité (qui ne sera pas mené à terme), la création d’une platéia destinée à agrandir la cité en horizontalité et en verticalité. L’un des objectifs est politique puisque la ville, siège d’assises judiciaires, est destinée à accueillir plus fréquemment le proconsul. On peut également penser que Dion est sensible aux modèles auxquels il fait lui-même référence, le Poecile à Athènes, le Persique à Lacédémone, les portiques somptueux vus à Rome, les célèbres portiques d’Antioche de Syrie, tout en étant conscient de la fièvre de construction qui touche l’Asie et les grandes cités bithyniennes comme Nicée et Nicomédie. En somme, les quatre discours bithyniens qui évoquent les travaux à Pruse donnent de Dion l’image d’un notable semblable à tant d’autres, un sophiste-évergète soucieux de l’ornement monumental de sa cité. Dion ne semble plus supporter les maisons basses et laides – médiocres – comme si elles reflétaient le caractère étriqué de certains de ses concitoyens hostiles aujourd’hui aux changements édilitaires comme ils étaient hier défavorables à ce que Prousa devînt siège de conuentus iuridicus. L’autre intérêt de ces quatre discours est de découvrir un notable qui se départit des oripeaux du philosophe contempteur des monuments fastueux : une simple stoa devient un enjeu majeur, pour lequel il ne ménage ni son temps ni son énergie. Ils donnent toute leur humanité à un notable parfois manipulateur, à un sophiste brillant et à un philosophe dont les Discours sur la Royauté ont constitué, sous le principat, l’exposé le plus important de la théorie du pouvoir en langue grecque.

Bibliographie

Auteurs anciens

Dion Chrysostome, Trois discours aux villes (Or., 33‑35), tome I, prolégomènes, édition critique et traduction ; tome II, commentaire, bibliographie et index, par C. Bost-Pouderon, Cardo 4, Salerne, 2006.

Dion de Pruse, Discours bithyniens : discours 38‑51, trad. avec introd., notices et commentaires par M. Cuvigny, Annales littéraires de l’université de Besançon 520, Paris, 1994.

Hippocrate, tome II, 2e partie, Airs, eaux, lieux, texte établi et traduit par J. Jouanna, CUF, série grecque 374, Paris, 1996.

Malalas, Chronographia, éd. L. Dindorf, Corpus scriptorum historiae byzantinae 15, Bonn, 1831.

Pline Le Jeune, Lettres, tome IV, livre X, Panégyrique de Trajan, texte établi et traduit par M. Durry, CUF, série latine 122, Paris, 2002 (1er tirage, 1948).

Études

Bejor G. 1999, Vie colonnate. Paesaggi urbani del mondo antico, RdA Supplementi 22, Rome.

Cabouret B. 1999, « Sous les portiques d’Antioche », Syria 76, p. 127‑150.

Dagron G., Feissel D. 1987, Inscriptions de Cilicie, Travaux et mémoires du Centre de recherche d’histoire et de civilisation de Byzance 4, Paris.

Daszewski A. 1983, « Notes on Topography of Ptolemaic Alexandria », in N. Bonacasa, A. Di Vita (éd.), Alessandria e il mondo ellenistico-romano. Studi in onore di Achille Adriani, Rome, vol. I, p. 54‑69.

Desideri P. 1978, Dione di Prusa. Un intelletuale Greco nell’impero romano, Messine-Florence.

Fernoux H.‑L. 2004, Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine (iiie siècle av. J.‑C. - iiie siècle apr. J.‑C.). Essai d’histoire sociale, CMO 31, Lyon.

Guerber E. 2010, Les cités grecques dans l’Empire romain. Les privilèges et les titres des cités de l’Orient hellénophone d’Octave Auguste à Dioclétien (2e tirage corrigé), Rennes.

Guerber E. 2016, « Dion de Pruse, la cité grecque et les gouverneurs romains : un discours multiple ? », in E. Amato et al. (éd.), Dion de Pruse : l’homme, son œuvre et sa postérité. Actes du colloque international de Nantes (21‑23 mai 2015), Spudasmata 169, Hildesheim-Zürich-New York, p. 31‑58.

Gros P. 1996, L’architecture romaine, 1. Les monuments publics, Paris.

Halfmann H. 2004, Éphèse et Pergame. Urbanisme et commanditaires en Asie Mineure romaine, Bordeaux.

Hellmann M.‑Chr. 2010, L’architecture grecque, 3. Habitat, urbanisme et fortifications, Paris.

Humphrey J. 1986, Roman circuses. Arenas for Chariot Racing, Londres.

Jacques F. 1984, Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161‑244), CEFR 76, Rome.

Jean E., Dinçol A.M., Duruönül S. (éd.) 2001, La Cilicie : Espaces et pouvoirs locaux (2e millénaire av. J.‑C. - 4e siècle ap. J.‑C.), Actes de la Table ronde internationale d’Istanbul, 2‑5 novembre 1999, Paris.

Jones C.P. 1978, The Roman World of Dio Chrysostom, Cambridge.

Kasprzyk D., Vendries D. 2012, Spectacle et désordre à Alexandrie. Dion de Pruse : Discours aux Alexandrins, Rennes.

Migeotte L. 1992, Les souscriptions publiques dans les cités grecques, Genève-Québec.

Pont A.‑V. 2008, « Valeurs culturelles et politiques du beau paysage urbain à Smyrne et à Nicomédie, du iie au ive siècle », in P. Fleury, O. Desbordes (dir.), Roma Illustrata, Caen, p. 341‑364.

Pont A.‑V. 2010, Orner la cité. Enjeux culturels et politiques du paysage urbain dans l’Asie gréco-romaine, Scripta antiqua 24, Bordeaux.

Robert L. 1979, « La titulature de Nicée et de Nicomédie : la gloire et la haine », HSPh 81, p. 1‑39 (= OMS VI, p. 211‑249).

Sartre M. 2001, D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique (ive siècle av. J.-C. - iiie siècle ap. J.‑C.), Paris.

Sautel G. 1956, « Aspects juridiques d’une querelle de philosophes au iie siècle de notre ère : Plin., ad Traian., ep. 81‑82 », RIDA 3, p. 423‑443.

Sherwin-White A.N. 1966, The Letters of Pliny. A Historical and Social Commentary, Oxford.

Sheppard A.R. 1984, « Dio Chrysostom : the Bithynian Years », AC 53, p. 157‑173.

Notes

1 Bost-Pouderon 2006, p. 116.

2 On retrouve l’exposé de ces mêmes principes dans les Discours 13, 34, 35 et 59.

3 Isocrate (II, 31) utilise l’expression τὸ τῆς πόλεως ἦθος pour définir le « caractère » d’une cité.

4 Nous renvoyons, pour toute analyse plus précise du texte à l’ouvrage de Kasprzyk et Vendries 2012. Nous avons repris la traduction de D. Kasprzyk.

5 Le phare et le gymnase sont mentionnés par Strabon (respectivement, XVII, 9 et XVII, 10).

6 Il s’agit du grand théâtre (ou théâtre de Dionysos) placé au nord de la via canopique et tourné vers la mer. Si les sources littéraires l’évoquent (notamment Polybe, XV, 30, 4 ; Strabon, XVII, 9 ; César, La Guerre civile III, 112), les fouilles n’ont dégagé que peu de choses, mais l’ont localisé près de l’Hôpital du gouvernement (Daszewski 1983, p. 59‑60).

7 Dion évoque ici le théâtre comme lieu de spectacle et non comme lieu de réunion de l’ekklesia.

8 Le cirque situé au pied de la colline où se trouvait le Sérapéion était sans doute par son importance le troisième hippodrome du monde romain après ceux de Rome et d’Antioche de Syrie (cf. Kasprzyk et Vendries 2012, p. 100 ; Humphrey 1986, p. 505‑512).

9 P. Desideri (Desideri 1978, p. 149) estimait à tort que ces hégémones étaient des chefs locaux ; on admet souvent que ce terme désigne des gouverneurs ou des dirigeants romains en général (en dernier lieu, Kasprzyk et Vendries 2012, p. 75, n. 219). Il pourrait plutôt désigner ici Vespasien et Titus.

10 Kolôn pourrait être L. Peducaeus Colonus, préfet d’Égypte à la suite de Tib. Julius Alexander de 69 à 70 (?).

11 Les ancêtres des Rhodiens auxquels Dion s’adresse ont couvert la terre et la mer de leurs trophées et ont préservé la gloire commune des Hellènes alors que le reste de l’Hellade était anéanti (§ 18) ; il n’est pas d’honneur plus grand qui ait plus d’autorité que celui octroyé par le peuple de Rhodes (§ 50) ; après la guerre civile à Rome qui vit les insulaires subir de graves infortunes, seuls les Rhodiens n’ont pas accepté la remise de dettes proposée par les Romains (§ 66‑68) ; les Rhodiens ont mené jadis des guerres, financé des expéditions jusqu’en Égypte et au Pont-Euxin et mis à flot des navires jusque sur l’océan lui-même, entretenu des garnisons (§ 103) ; mise en évidence (§ 104) de la puissance militaire de Rhodes (arsenaux, machines de guerre, murailles) ; rappel de la loyauté et du dévouement envers le peuple de Rome, de l’élimination de Mithridate ou d’Antiochos, des dangers affrontés par les forces romaines et rhodiennes « jusqu’à l’Océan », de la prise de la cité par le Césaricide Cassius (§ 113) ; ceux qui firent la grandeur de la Grèce : « vous » (les Rhodiens), les Athéniens, les Lacédémoniens, les Thébains, les Corinthiens pendant un temps, et jadis les Argiens (§ 157) ; les Rhodiens de jadis exerçaient leur hégémonie sur les autres cités, en venant aux victimes de l’injustice, en concluant des alliances, en fondant des cités et en vainquant des ennemis en guerre (§ 161).

12 Rhodes est depuis 164 av. J.‑C. une cité fédérée (Polybe, 30, 31) qui bénéficie d’une éleuthéria de fait ; son statut fut confirmé en 51 av. J.‑C. (Cicéron, Ad Fam., XII, 15, 2). Octave-Auguste et les empereurs par la suite maintinrent cette liberté jusqu’à son retrait sous Claude ; il fut reproché aux Rhodiens d’avoir « empalé des Romains » (Dion Cassius, LX, 24, 4) et d’avoir fomenté des « séditions intérieures » (Tacite, An., 12, 58). Les Rhodiens retrouvèrent leur éleuthéria en 53 (et non 51) grâce au plaidoyer prononcé en leur faveur par le jeune Néron (Tacite, An., 12, 58).

13 Rhodes est présentée comme la seule cité grecque qui puisse être comparée à Rome : elle lui est inférieure, mais son succès dépend exclusivement de son mérite et non du secours de l’eutychia, la « bonne fortune » qui en plus de l’arètè vint au secours de Rome. Ainsi, Rhodes « l’emporte sur toutes les cités, à l’exception d’une seule, dont nul n’ignore le nom » (§ 62) ; ou encore : « en effet, selon moi, ce dont la cité des Romains – vous l’avez constaté – n’a pas manqué grâce à ses qualités et en même temps à sa bonne fortune, vous avez démontré que votre cité n’en manquait pas grâce à ses seules qualités » (§ 68).

14 C’est au § 121 alors que Dion s’offusque de la pratique de la gladiature à Athènes que les termes concernant la topographie urbaine ou les monuments apparaissent (acropole, théâtre, orchestra). Ensuite, Dion fait l’éloge des lois des Rhodiens, de la bonne organisation de leurs institutions (§ 146) ; dans ce même paragraphe le sophiste souligne que les insulaires peuvent tirer fierté d’un certain nombre de monuments : « ensuite, ce sont, par exemple, à mon sens, vos temples, théâtres, arsenaux, murailles et ports : les uns témoignent de votre richesse, de votre ambition et de la grandeur de votre puissance passée, les autres de votre piété envers les dieux » (ἔπειτα οἶομαι καὶ τῶν τοιούτων, ἱερῶν θεάτρων, νεωρίων, τειχῶν, λιμένων· ὧν τὰ μὲν πλοῦτον ἐμφαίνει καὶ μεγαλοψυχίαν καὶ τὸ μέγεθος τῆς πρότερον δυνάμεως, τὰ δὲ καὶ τὴν πρὸς τοὺς θεοὺς εὐσέβειαν).

15 § 125 : « καθάπερ εἰ καὶ τὰ τείχη τις οἴοιτο δεῖν λῦσαι τὰ παρ᾽ ὑμῖν ἢ καὶ καταπίπτοντα ἐᾶν ».

16 Sur ce privilège, Guerber 2010, p. 33‑77.

17 Gros 1996, p. 52‑53.

18 Pline, Lettres X ; Digeste L, 10, 3, 1 ; Sherwin-White 1966, p. 593.

19 Dion mentionne une lettre impériale dans laquelle le prince souhaitait que la cité gagne en importance. De la sorte, de façon implicite, l’embellissement de la cité devait faire honneur à Trajan en reflétant « le bel ordre » de son règne. En revanche, rien ne valide positivement l’hypothèse formulée par L. Migeotte (Migeotte 1992, p. 269) d’une aide financière de la part de Trajan. Une dizaine d’années plus tard, Pline le Jeune (Lettres X, 23) rapporte que les Prousaéens sont prêts à donner de l’argent pour la construction d’un nouveau bain : à ce propos Pline estime « que la beauté de la ville et l’éclat de ton règne exigent que cela soit fait » (Quod alioqui et dignitas ciuitatis et saeculi tui nitor postulat). Ici l’ornement de la cité et l’éclat du règne de Trajan sont intimement liés.

20 Sur cette question Jones 1978, p. 54 ; Migeotte 1992, n° 85, p. 268‑272 ; Fernoux 2004, p. 283‑284, 367‑369, 378‑379, 401‑402.

21 Ἐγὼ γάρ, ἄνδρες, τὸ μὲν βούλεσται τὴν πόλιν κοσμεῖν καὶ κατασκευάζειν μὴ μόνον στοαῖς καὶ ὕδασιν, ἀλλὰ, εἰ δυνατὸν ἦν, καὶ τείχεσι καὶ λιμέσι καὶ νεωρίοις ὁμολογῶ. L’ampleur des travaux implique que l’on déplace des tombeaux et des sanctuaires (Or. 47, 16).

22 Or. 40, 5 (trad. Cuvigny 1994, p. 144).

23 Or. 47, 15 (trad. Fernoux 2004, p. 401) : Πόλεως δὲ ὄφελος εὐπρεποῦς γιγνομένης, ἀέρα πλείονα λαμβανούσης εὐρχωρίαν, τοῦ μὲν θέρους σκιάν, τοῦ δὲ χειμῶνος ἥλιον ὑπὸ στέγῃ, ἀντὶ φαύλων καὶ ταπεινῶν ἐρειπίων οἰκήματα ὑψηλὰ καὶ μεγάλης πόλεως ἄξια· ἵνα ὥσπερ ἐπὶ τῶν εὐγενῶν πώλων καὶ τῶν σκυλάκων τὸ ἐσόμενον μέγετος εἰκάζουσιν οἱ ὁρῶντες, ἐὰν ᾖ τὰ κῶλα ὑψηλὰ καὶ μεγάλα, ἐὰν δὲ ταπεινὰ καὶ ἀναυξῆ, φασὶν ἀέι ποτε μενεῖν τοιαῦτα, οὕτως ἔχῃ καὶ περὶ τὴν ἡμετέραν πόλιν.

24 Fernoux 2004, p. 368.

25 Fernoux 2004, p. 401‑402. On retrouve cette figure du « chien de race » au § 8 du Discours 40.

26 Hippocrate, Airs, eaux, lieux, 1, 3 (éd. Jouanna 1996, p. 187).

27 Vitruve, De architectura I, 11‑12. Dion n’a vraisemblablement pas lu Vitruve : en revanche, l’orateur put observer à Rome comme en Asie Mineure des monuments romains ou influencés par l’architecture romaine.

28 Gros 1996, p. 106.

29 Bejor 1999, p. 29.

30 La cité bénéficie de l’augmentation de l’effectif de ses bouleutes (§ 14) et a obtenu la gratification par Trajan – par l’entremise de Dion – d’être siège de diocèse (§ 33) ; en outre, si une première tranche de travaux est déjà terminée, les tensions avec Apamée ne sont pas encore apaisées ; elles le seront lorsque le proconsul Varenus Rufus visitera la cité en 105 (Or. 48, 4).

31 Pline le Jeune, Lettres X, 23, (trad. Durry 2002).

32 Pline le Jeune, Lettres X, 70.

33 Pont 2010, tableaux p. 25‑27, 61‑63, 67, 78, 88, 95, 101, 117, 128, 135‑136, 162‑163, 170, 180, 191, 197. De très nombreux travaux sont attestés par l’épigraphie à Éphèse ; ils montrent l’intensité de l’activité édilitaire qui régnait du milieu du ier s. au début du iie s. de notre ère. Concernant les temples : don par Trajan de la porte du temple d’Artémis ; travaux dans le sanctuaire d’Artémis commandités par la cité en 104 ; restauration de l’enclos de l’Augusteum sous la direction du proconsul M. Ulpius Traianus en 79‑80 ; temple néocore de Domitien financé en 88‑89 par 13 cités de l’Asie dont Pergame. Sur l’agora : financement par un évergète de la rampe d’accès du portique de l’agora commerciale, revêtement du portique et exèdre en 85‑96 ; rénovation du portique trapézite au ier s. par un évergète sur l’agora tétragone. Au stade : deux rangées de gradins avec le mur de soutènement en marbre, les propylées, les statues, le pavement et tout l’ornement par un père et sa fille ; dispositif de départ et cinq statues avec leurs bases par un évergète vers 60‑70. Au gymnase, une frise avec une dédicace datée de la prytanie d’Aristiôn dans le gymnase du port en 91‑92. Parmi les monuments des eaux, un nymphée commandité par la cité en 80‑81 et une fontaine située à l’ouest de l’agora civique en 93 ; entre 102 et 114, un nymphée commandité par Ti. Claudius Aristion situé entre l’agora civique et la porte de Magnésie. Concernant les rues et les portiques : la réfection du pavement de l’embolos par la cité entre 85 et 96 et divers travaux dans la rue des Courètes datés du règne de Trajan (sans plus de précision).

34 Sartre 2001, p. 641‑667.

35 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs I, 422‑425.

36 Dagron et Feissel 1987 ; Jean, Dinçol et Duruönül (éd.) 2001.

37 Pont 2010, tableaux p. 25‑27, 61‑63, 67, 78, 88, 95, 101, 117, 128, 135‑136, 162‑163, 170, 180, 191, 197 ; Halfmann 2004.

38 Halfmann 2004, p. 60.

39 Plutarque a toutefois une vision sensiblement différente lorsqu’il fait de l’Vrbs le « foyer véritablement sacré » (La fortune de Rome 2, 317 A) et montre sa sensibilité à la beauté de la ville, à sa prospérité (« remplie de temples qui regorgent de richesses ») ; à Rome « se concentrent les arts et affluent tous les produits de la terre qui servent sa parure » (La fortune de Rome 12, 325 D‑E). Voir Rome, c’est jouir d’un « spectacle enchanteur » du fait de la parure du lieu (… εἰς κάλλος ὄψει καὶ χάριτι κοσμούσῃ τὸν τόπον).

40 Aelius Aristide, Or. XVII, 3.

41 Pont 2008, p. 341‑364.

42 Migeotte 1992, n° 66, p. 205‑206.

43 Voir Fernoux 2004, p. 366, 367, 375, 376, 387‑388 (Nicée) ; 259, 362‑363, 365, 373‑374 (Nicomédie). À Nicomédie : deux aqueducs inachevés ont été vus par Pline le Jeune vers 109‑111 : leur construction dut débuter plusieurs années plus tôt (Lettres X, 37, 2) et Dion a peut-être eu connaissance du début des chantiers. Sur l’agora, Dion de Pruse (Or. 47, 16) explique que des transferts de tombes avaient eu lieu récemment ; Pline le Jeune (Lettres X, 49) note que les Nicomédiens avaient entrepris d’ajouter un nouveau forum à l’ancien : le déplacement des tombes devait être lié à la création de la nouvelle agora ; Dion prononce le Discours 38 devant l’ekklesia de Nicomédie (ἄνδρες Νικομηδεῖς) qui se réunissait traditionnellement au théâtre. On peut donc supposer que Dion avait une connaissance concrète du théâtre de la capitale provinciale. À Nicée : quatre avenues à colonnade sont formées par les deux grandes artères de la cité. Ces dernières partent de quatre portes et se coupent à angle droit au centre de la ville selon Strabon (XII, 4, 7) qui n’évoque pas de colonnades. Il est possible que l’ajout des colonnades ait eu lieu à l’époque flavienne au moment où les Nicomédiens créaient un nouveau forum ; les portes monumentales est et nord en l’honneur de la Maison impériale des Flaviens consacrées par le gouverneur M. Plancus Varus sont encore visibles ; le théâtre, visible aujourd’hui encore, daterait du règne de Trajan. Il est probable qu’il soit identique à celui évoqué par Pline le Jeune (Lettres X, 39) qui le décrit comme fissuré soit à cause de l’humidité, soit à cause de la friabilité de la pierre ; Dion de Pruse avait peut-être connaissance du début des travaux lorsqu’il prononçait le Discours 40.

44 On ignore tout des travaux engagés à la cité voisine de Césarée Germanikè que Dion donne en exemple sans doute parce que des aménagements urbains y avaient été effectués.

45 Rien ne prouve qu’il ait eu connaissance des malfaçons et de la gabegie financière causée par ces travaux à l’époque de la rédaction du Discours 40 entre 100 et 105.

46 Or. 38 ; 39.

47 Robert 1979 ; Guerber 2010, p. 326‑327.

48 Cabouret 1999, p. 127.

49 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs I, 425 ; Antiquités judaïques 16, 148.

50 Malalas, Chronographia X (éd. Dindorf, 1831), p. 223 et 233 : « [Tibère] vint dans Antioche la Grande et construisit à l’extérieur de la ville deux grands portiques, le long de la montagne que l’on appelle Silpius, sur une distance de quatre milles – portiques couverts et magnifiques. »

51 Cabouret 1999, p. 135.

52 Gros 1996, p. 104.

53 Son chiffre est plus proche de la mesure donnée par Flavius Josèphe (3 700 m) que celle de Malalas (5 916 m). S’il s’était rendu sur place, n’aurait-il pas pris en compte la longueur de la platéia extra muros ?

54 Sur cette question, Cuvigny 1994, p. 146, n. 24.

55 Hellmann 2010, p. 256.

56 Gros 1996, p. 103.

57 Ce consensus des notables prêts à financer le projet édilitaire apparaît aussi dans le Discours 45, 15.

58 Dion de Pruse, Or. 40, 6 (trad. Cuvigny 1994) : Τοῦτον ἐμοῦ τότε εἰπόντος τὸν λόγον, ἐπήρθη τε πρὸς αὐτὸν ὁ δῆμος· οὐ γάρ ἐστε ἀγεννεῖς οὐδὲ ἀναίσθητοι τὰς φύσεις· καὶ πολλοὶ προετράπησαν φιλοτιμηθῆναι τῶν πολιτῶν· πάλιν δὲ ὕστερον ἐμοῦ τὸ πρᾶγμα ἐφ᾽ ὑμῖν ποιουμένου πολλάκις μὲν ἐν τῷ βουλευτηρίῳ, πολλάκις δ᾽ ἐν τῷ θεάτρῳ, ἵνα, εἰ μὴ δοκιμάζοιτε μηδὲ βούλοισθε, μηδένα ἐνοχλῶ τὴν γὰρ ἀσχολίαν τὴν ἐσομένην ὑπώπτευόν μοι περὶ ταῦτα πολλάκις μὲν ὑφ᾽ ὑμῶν ἐκυρώθη, πολλάκις δὲ ὑπὸ τῶν ἡγεμόνων, οὐδενὸς ἀντειπόντος. Il est postérieur à 100 ap. J.‑C. car tenu après son retour d’exil. Migeotte 1992, p. 270 propose de le dater de 101 ; Jones 1978, p. 138‑139 propose 101‑103 et Sheppard 1984, p. 172‑173, songe aux années 101‑102.

59 Migeotte 1992, p. 268‑272.

60 Ce parti regroupe peut-être aussi ceux qui pensent à propos des assises que « la cité avait des désirs plus gros qu’elle » (Or. 45, 6).

61 Cet opus comme le nomme Pline n’a sans doute rien à voir avec le portique qui doit être construit par la souscription comme l’imagine Migeotte 1992, p. 272 à la suite de Jones 1978, p. 114. En effet, Pline s’étant rendu sur place constata que l’effigie impériale trônait à l’intérieur de l’édifice construit par Dion. Mais le monument était placé dans une cour entourée d’un quadriportique. Une stoa placée dans une cour elle-même entourée de portiques est difficile à imaginer ; elle serait de plus sans lien avec la platéia.

62 Pline le Jeune, Lettres X, 81 et 82 ; Sautel 1956, p. 427‑430 ; Guerber 2016, p. 42‑45.

63 Or. 45, 7.

64 Cette phrase καὶ τοῦτο ἕτοιμος ποιεῖν οὐ μόνον, ἀλλὰ καὶ αὐτος συμβάλλεσθαι μέρος τῆς ὑποσχέσεως, ὥστε κουφίζεσθαι τοὺς ἄλλους, traduite ainsi par M. Cuvigny « j’y suis prêt et même en plus à honorer une partie de la pollicitation [nous préférons “promesse”] afin de soulager les autres », a été interprétée de façon diverse. S’agit-il d’un versement anticipé ou d’un versement supérieur à son engagement ? Il est également possible d’admettre avec L. Migeotte (Migeotte 1992, p. 271) que Dion évoque ici un versement par anticipation de la part non encore donnée de sa promesse.

65 Migeotte 1992, p. 271. L’auteur se réfère à Jacques 1984, p. 694, 702, 705, 744, qui soulignait que la législation romaine sur les promesses concernant prioritairement les bâtiments datait surtout de la période sévérienne.

66 Pline le Jeune, Lettres X, 23‑24.

67 Pline le Jeune, Lettres X, 70‑71.

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search