Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Nommer et classer les villes

Les villes de l’Épire byzantine (xiiiexve siècle) à travers les sources écrites

Brendan Osswald

Texte intégral

  • 1 Pour les détails de l’histoire de la région, voir Nicol 1957, Nicol 1984 et Osswald 2011.

1Du xiiie au xve s., l’Épire connut une histoire mouvementée. Devenue indépendante au lendemain de la chute de Constantinople en 1204, la province constitua l’un des États grecs établis sur les décombres de l’Empire byzantin. La restauration de ce dernier en 1261 ne changea guère la situation de l’Épire dans l’immédiat, mais la province lui fut néanmoins rattachée en partie durant quelques années après 1318, puis totalement en 1337‑1340, avant d’être conquise par l’Empire serbe d’Étienne Dušan en 1347‑1348. Après la mort du tsar, la région fut divisée en plusieurs micro-États indépendants. Malgré une ultime réunification au début du xve s., la région fut progressivement conquise par les Ottomans1.

  • 2 À propos des principales villes épirotes que sont Arta et Ioannina, voir Kordoses 2003 et Kordoses (...)

2En Épire, les villes jouèrent un rôle très important et nous sont connues grâce à un certain nombre de sources écrites grecques, d’origine épirote ou non, qui sont parvenues jusqu’à nous2. L’objet de cette communication est donc tout d’abord d’observer comment ces sources montrent l’idée que les contemporains se faisaient de la Ville en général et des villes d’Épire en particulier, à travers l’étude de divers thèmes. Puis, ayant ainsi balayé l’ensemble des textes du corpus, nous examinerons les différents termes grecs utilisés en Épire pour désigner les villes.

Le discours sur la ville

(Re)fonder une ville

  • 3 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 454‑455 (extrait 1).
  • 4 Κιβωτός est le terme employé pour désigner l’Arche dans la traduction des Septante, Genèse, 6‑9, p (...)
  • 5 Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p. 117, s.v. « πολιούχος ».

3Un texte de Jean Apokaukos nous apprend comment le souverain épirote Michel Ier Doukas a permis, après la Quatrième croisade de 1204, l’installation de réfugiés grecs, venus en particulier de Constantinople, à Iôannina, ville qu’il a en quelque sorte refondée3. À travers ce texte transparaît la vision de l’auteur, et probablement d’une grande partie de ses contemporains, à propos de l’organisation et du rôle social de la ville. Iôannina est comparée à une nouvelle arche de Noé, désignée en grec par l’expression σώτειρα κιβωτός (littéralement « boîte salvatrice »), où il est donc question du salut physique mais aussi religieux. La ville constitue par conséquent un refuge pour le corps et l’âme des exilés, tandis que Michel Ier est un nouveau Noé4. De façon symptomatique, le texte précise que, grâce à leur souverain, les réfugiés ont pu vivre κατ᾽ ἀξίαν, c’est-à-dire « selon leur valeur », « selon leur rang », ce qui laisse entendre d’une part qu’un environnement urbain est le seul cadre possible pour des aristocrates, notamment venus de Constantinople, la Reine des Villes, d’autre part qu’une ville se doit d’être organisée de façon hiérarchique, puisqu’il n’est pas ici question uniquement de l’élite, mais bien de chacun des réfugiés (ἑνὶ ἑκάστῳ τούτων, « à chacun d’eux »). Enfin, le texte met en avant un lien très fort entre la ville et celui qui ne l’a pas à proprement parler fondée mais radicalement transformée, en l’agrandissant et en transformant un πολίδιον (diminutif de πόλις) en κάστρον. Le rôle de Michel Doukas, nouveau Noé, est ainsi mis en avant, puisque, plus loin, ce même texte nous apprend que Michel fut proclamé πολιστὴς καὶ σωτῆρ πολιοῦχος, c’est-à-dire « fondateur, protecteur et sauveur de la ville », expression qui revêt elle aussi une dimension spirituelle, d’autant plus que, par la suite, la principale église de la ville fut dédiée à Saint Michel5. Enfin, Apokaukos insiste sur la nécessité pour la ville de demeurer fidèle à la mémoire de son bienfaiteur (εὐεργέτης). Force est de constater que ce fut le cas, ainsi que nous l’allons voir bientôt, mais peut-être plus sous la forme d’un saint patron que d’un personnage historique.

Faire l’éloge d’une ville

  • 6 Nicol 1984, p. 83‑86.
  • 7 MM, t. V, p. 78 (extrait 2).

4Plusieurs textes de notre corpus font l’éloge de Iôannina et sont donc précieux puisqu’ils nous indiquent quelles sont, aux yeux de leurs auteurs, les principales qualités d’une ville. Les auteurs de ces éloges sont parfois issus de la ville, mais il s’agit le plus souvent de personnages extérieurs qui, pour des raisons politiques, souhaitaient se la concilier. C’est notamment le cas d’Andronic II, qui accorda à Iôannina en 1319 d’importants privilèges lorsque la ville fit sécession de l’État épirote pour rejoindre l’Empire byzantin6. Aussi le préambule du chrysobulle impérial n’est-il pas avare de formules laudatives7. Selon l’empereur, la ville se distingue des autres par sa taille, sa localisation favorable, sa puissance et ses fortifications, ainsi que par le nombre de ses habitants et sa richesse croissante. Enfin, « toutes ses autres qualités [non mentionnées] la rendent fière et remarquable ». En plus de ces qualités, la ville a également le très grand mérite d’avoir pour fondateur et patron (πολιστὴς καὶ πολιοῦχος) Saint Michel. On notera à ce propos que l’expression πολιστὴς καὶ πολιοῦχος reprend manifestement celle qui est employée par Jean Apokaukos à propos de Michel Ier. En d’autres termes, le souvenir du fondateur de l’État épirote était resté fort dans la ville, mais l’empereur préférait bien évidemment taire cette dimension politique du culte de Saint Michel. Quoi qu’il en soit, l’archange s’avère être un puissant protecteur (προστάτης κράτιστος) et un grand pourvoyeur d’avantages (χορηγὸς καλῶν), qui a contribué à la gloire et à la renommée des habitants qu’il protège et permet à la ville d’être florissante.

  • 8 Chronique des Tocco, 2110‑2116 (extrait 5).
  • 9 Chronique des Tocco, 3112‑3122 (extrait 6).

5Plus tard, au xve s., la Chronique des Tocco flatte la ville, notamment dans deux passages d’une dizaine de vers chacun. Le premier évoque le statut de siège du pouvoir des souverains locaux, dont le titre était celui de despote, la beauté de ses plaines, la qualité de son air et de ses eaux, ainsi que la beauté et la puissance de la ville elle-même et bien d’autres qualités encore, dont jouit la ville sans que le chroniqueur ne les précise (καὶ ἄλλα χαρίσματα πολλά, προτίμησες μεγάλες, « et de nombreux autres avantages, d’éléments qui la rendent grandement préférable »)8. Le second évoque pour sa part l’honneur dont elle jouit et le rang qu’elle occupe dans l’État épirote, les qualités de ses archontes, celles de son clergé, comparé à celui d’une ville beaucoup plus grande et prestigieuse, à savoir Thessalonique. Par ailleurs, l’auteur affirme que la communauté est bien organisée et possède un bon niveau d’instruction9.

  • 10 Rappelons que la fin du Moyen Âge est une étape importante dans l’apparition du sentiment national (...)
  • 11 Chronique des Tocco, 1424‑1426 (extrait 4).
  • 12 Isidore de Kiev (?), Ἀνονυμου πανηγυρικός εἰς Μανουὴλ καὶ Ἰωάννην Η᾽ τοὺς Παλαιολόγους, p. 194, l. (...)

6Une autre qualité des villes est d’être peuplées de Grecs, faisant ainsi de la vie en cité une caractéristique de la romanité ou de l’hellénisme, selon que l’auteur est épirote ou proche du pouvoir impérial10. Ainsi, un autre extrait de la Chronique des Tocco attribue à Iôannina une qualité supplémentaire, celle d’être peuplée « d’archontes et de soldats grecs », tandis que ses ennemis sont « des porchers albanais »11. L’Ἀνονυμου πανηγυρικός εἰς Μανουὴλ καὶ Ἰωάννην Η᾽ τοὺς Παλαιολόγους, généralement attribué à Isidore de Kiev, oppose lui aussi dans sa description de l’Épire des Albanais menant une vie campagnarde, donc barbare, à des Grecs civilisés habitant en ville12.

  • 13 MM, t. I, p. 171.
  • 14 Osswald 2016, p. 78.
  • 15 Chronique de Iôannina, 6, 5 ; 6, 14.
  • 16 Chronique de Iôannina, 6, 13‑17 : (…) τοῦ τυραννήσαντος τὴν πολυθρύλητον τῶν Ἰωαννίνων πόλιν καὶ τ (...)
  • 17 Chronique de Iôannina, 41, 18‑19 : Ἀκαρνανία κλαίουσα τὰ τέκνα αὐτῆς, καὶ οὐκ ἤθελε παρακληθῆναι, (...)

7Sans nécessairement faire l’objet d’un éloge en bonne et due forme, les villes sont parfois qualifiées d’une épithète flatteuse. Ainsi, dans un document du Patriarcat de Constantinople du milieu du xive s., Iôannina est qualifiée de θεοσώστος πόλις (« ville sauvée par Dieu »)13. Dans la Chronique de Iôannina, qui date de la fin du xive s.14, la ville macédonienne de Beroia est qualifiée de μεγαλόδοξος (« dont la renommée est grande »), tandis que Iôannina est pour sa part qualifiée de πολυθρύλητος (« dont on parle beaucoup »)15. Mais dans cette même chronique, volontiers encline au pessimisme et à la déploration, les villes peuvent également faire l’objet de lamentations : par un effet de paronomase, Iôannina, qui était πολυθρύλητος devient πολυθρήνητος (« que l’on plaint beaucoup »)16. Quant à Arta, au moyen d’une citation biblique, elle fait l’objet d’une personnification et pleure ses citoyens chassés par un tyran, comme une mère pleurerait ses enfants17.

Désigner une capitale

  • 18 Laonic Chalcocondyle, p. 198, l. 17 ; Osswald 2015, p. 114.
  • 19 Osswald 2015, p. 109‑110.

8Bien évidemment, l’émergence de ces éloges n’a rien de fortuit et doit tout aux circonstances politiques. Comme on l’a vu, l’éloge de Iôannina par Andronic II est à rapprocher du fait que la ville avait quitté l’État épirote pour rejoindre l’Empire en 1318. Entre autres raisons, cette sécession de Iôannina peut s’expliquer par la rivalité avec Arta, capitale traditionnelle de l’Épire. On notera à ce propos que la notion de capitale est quasiment absente des sources contemporaines grecques relatives à l’Épire. Tandis que Constantinople était communément qualifiée de βασιλεύουσα (« régnante ») ou de βασιλίς τῶν πόλεων (« reine des villes »), ni Arta ni Iôannina ne sont désignées comme telles. Il semble que leur statut n’avait pas à être précisé, car il relevait de l’évidence : jusqu’au début du xive s., alors que l’Épire était unifiée, Arta était sa capitale, car le souverain y résidait. Il faut attendre Laonic Chalcocondyle, auteur tardif qui écrit alors que toute la région est déjà passée aux mains des Ottomans et que leur administration est installée à Iôannina, pour voir Arta qualifiée de μητρόπολις τῆς Ἀκαρνανίας χώρας (« métropole du pays d’Acarnanie »)18. On notera à ce propos que le mot μητρόπολις a ici un sens purement politique, en l’occurrence assez surprenant puisqu’il a normalement un sens religieux et désigne un chef-lieu de province ecclésiastique, rang dont Arta, simple évêché, ne jouissait pas. En revanche, dès le xiiie s., les sources occidentales, qui voulaient informer un lecteur ignorant de la géographie épirote, présentaient clairement Arta comme la capitale de l’Épire, tandis que Iôannina, déjà très importante à l’époque, était qualifiée de royal chastel ou de regale castrum, ce qui laisse supposer un original grec βασιλικόν κάστρον (« château impérial »). Il faut donc en conclure que le statut spécial de Iôannina au sein de l’État épirote nécessitait un titre permettant de rendre compte de son importance et de sa relation spéciale aux souverains19.

  • 20 Synkellou 2008, p. 362‑363 ; Osswald 2016, p. 80‑82.

9De façon symptomatique, la Chronique de Iôannina ne comporte aucun éloge de la ville, contrairement à ce que laisse attendre une production locale que l’on pourrait supposer encline au chauvinisme. Mais c’est tout simplement parce que la Chronique, rédigée à une époque où l’Épire est divisée en plusieurs micro-États constamment en guerre, est violemment hostile à la politique belliciste du despote Thomas Preljubović, et que les intentions de son ou de ses auteurs ne sont pas d’exacerber la fierté de la ville et encore moins d’encourager la rivalité entre Iôannina et Arta20. Quant à la question de la capitale, elle ne se pose pas puisque chaque micro-État n’est en réalité que l’arrière-pays de sa capitale. De surcroît, vouloir la paix avec Arta, c’est entériner un état de fait dans lequel aucune des deux rivales n’a la prééminence sur l’autre.

  • 21 Osswald 2007, p. 139 ; Synkellou 2008, p. 363.
  • 22 Osswald 2015, p. 113.
  • 23 Chronique des Tocco, 1372.
  • 24 Chronique des Tocco, 2111‑2112 (extrait 5).
  • 25 Chronique des Tocco, 3112‑3113 (extrait 6).
  • 26 Chronique des Tocco, 3119‑3120 (extrait 5).

10Au contraire, la Chronique des Tocco comporte plusieurs passages relevant de l’éloge, pour la bonne raison qu’elle fut écrite au service de la propagande de Carlo Tocco, despote de Iôannina, qui mena une guerre acharnée contre les seigneurs albanais d’Arta, qu’il vainquit, réunifiant ainsi l’Épire au profit de Iôannina et aux dépens de sa rivale méridionale21. Il n’est donc pas étonnant de trouver dans cette œuvre de tels extraits laudatifs, dans la mesure où la question de la capitale de la province réunifiée était d’actualité22. C’est pourquoi l’auteur de la Chronique insiste tant sur le fait que Iôannina occupe le premier rang dans le Despotat, parfois contre toute vérité historique. Par exemple, on peut lire que Iôannina est « la racine du Despotat »23, que « les despotes régnaient à Iôannina et que le tabouret des despotes a toujours été à Iôannina »24, que « Iôannina est honorée par tout l’État [de Carlo Tocco], pour lui elle est la racine des Romains, le Despotat tout entier »25, que depuis la réunification de l’Épire, « la ville de Iôannina s’est hissée et se tient au-dessus de tout le pays »26. On notera cependant que, fort habilement, l’auteur emploie des termes exprimant clairement la primauté de Iôannina, tout en étant suffisamment vagues pour éviter de lui donner un statut juridique bien défini.

  • 27 Chronique des Tocco, 2113‑2114 (extrait 6).
  • 28 Chronique des Tocco, 3450‑3459 (extrait 7).
  • 29 Chronique des Tocco, 2114 (extrait 5).
  • 30 Chronique des Tocco, 2115 (extrait 5).
  • 31 Chronique des Tocco, 3120 (extrait 6).

11Les éloges de Iôannina contenus dans la Chronique des Tocco sont donc corrélés à cette question de préséance politique, laquelle est elle-même étroitement liée, en ces temps de personnalisation du pouvoir, à la question de la résidence du souverain. Ce n’est donc pas sans arrière-pensée que les éloges étudiés plus haut incluent l’environnement naturel : évoquer la qualité de l’air ou de l’eau de Iôannina, c’est également inciter un prince à la santé parfois chancelante à y résider27. La seule comparaison explicite entre Arta et Iôannina apparaît en effet à l’occasion de la maladie de Carlo Tocco, qui se trouve alors à Arta, « région marécageuse et kastron âcre ». Heureusement, les archontes de Iôannina parviennent à convaincre Carlo de retourner à Iôannina, « aux fraîches eaux, aux beaux vents, aux plaines aimables, à la belle ville ». S’ensuit alors un rétablissement spectaculaire28. On observera à ce propos que, si les précédents éloges de Iôannina ne mentionnent pas explicitement Arta, ils relèvent néanmoins d’une comparaison implicite, puisque l’emploi du superlatif relatif permet de distinguer Iôannina de toutes les autres villes de l’Épire, c’est-à-dire en réalité d’Arta, qui est sa seule rivale : νερὰ ἐκ τὰ καλύτερα ὅλου τοῦ Δεσποτάτου (« des eaux parmi les meilleures de tout le Despotat »)29, ἡ χώρα ὀμορφότερη καὶ δυνατὴ ἐξ ὅλες (« l’emplacement le plus beau et le plus puissant de tous »)30, στέκεται καλύτερα ἀπὸ τὸν τόπον ὅλον (« Elle s’en tire mieux que tout le pays. »)31.

Décrire l’urbanisme

  • 32 Chronique des Tocco, 1604 : τοὺς ἄρχοντες ἐσύναξαν εἰς τὸ παλάτι ἀπάνου « Ils rassemblèrent les ar (...)
  • 33 Chronique de Iôannina, 18‑20.
  • 34 Chronique des Tocco, 3221 : ἔναι κάστρον δυνατὸν εἰς χέρωμα ἀπάνω καὶ οὐδὲν βολεῖ μὲ πόλεμον ποτὲ (...)
  • 35 Job, Vie de sainte Théodora d’Arta, p. 404. Kordoses, 2011, p. 180.
  • 36 Chronique des Tocco, 597‑670.
  • 37 Kriaras et al. 1968 sq., t. 6, p. 22, s.v. « εμπόριο ». Kordoses 2003, p. 124‑125. Hendrickx et Sa (...)
  • 38 Kriaras et al. 1968 sq., t. 8, p. 321, s.v. « κουλάς ».
  • 39 Chronique des Tocco, 2190, 2235 : νὰ εἶναι οἱ Τοῦρκοι εἰς τὸν γουλᾶν, ’ς τὴν χώραν ὁ Γιαγούπης («  (...)
  • 40 Chronique des Tocco, 91. La ville de Rhôgoi était construite sur le même modèle qu’Arta et Iôannin (...)
  • 41 Synkellou 2008, p. 152‑156 ; Synkellou, 2012‑2013.
  • 42 Vranoussis 1968, p. 440‑442 ; Kordoses 2000, p. 145‑160 ; Kordoses 2003, p. 89‑98, 122‑127.

12De façon symptomatique, aucun texte du corpus n’a pour objet de décrire une ville : les auteurs contemporains ne considéraient manifestement pas un tel objet comme digne de devenir sujet d’écriture. À peine nous donnent-ils, dans le cadre de récits d’événements politiques ou militaires, des indications malheureusement très sommaires : nous apprenons seulement l’existence d’une tour (πύργος), d’une acropole (γούλας) ou d’un palais (παλάτι) sans que leur localisation ne soit précisée. Tout au plus nous dit-on que les γουλάδες d’Arta et de Iôannina, de même que le palais de Iôannina, étaient en hauteur32. Lorsque la Chronique de Iôannina fait le récit de l’attaque des Albanais en 1379, elle mentionne uniquement le lac, l’île et le γούλας33. Quant aux descriptions de villes, elles sont en général très sommaires et se bornent à évoquer la présence ou l’absence de fortifications. Ainsi, la Chronique des Tocco dit d’Argyrokastron (aujourd’hui Gjirokastër en Albanie) : « c’est un kastron puissant en haut d’un bastion et il n’est pas possible de s’en emparer de force »34, tandis que la Vie de sainte Théodora d’Arta qualifie Arta d’ἀτείχιστος35. Dans la Chronique des Tocco, la ville la mieux décrite est à vrai dire celle de Clarentza, située dans le Péloponnèse : probablement parce que son lecteur ne connaît pas bien ce lieu, l’auteur prend alors soin de mentionner la πόρτα (« porte »), le παλάτι (« palais »), le πύργος (« tour ») et les σπίτια (« maisons »)36. Mais la Chronique permet également de comprendre la répartition spatiale d’Arta : outre une partie commerçante, ou μπόριο37, située à l’extérieur des murs, le κάστρον proprement dit était divisé en deux parties : le γουλάς38 et la χώρα, qui occupait donc la plus grande partie du κάστρον39. D’autres villes moins importantes, telle Vonitsa, possédaient elles aussi un μπόριο40. La localisation hors les murs des quartiers commerçants s’explique par des raisons de sécurité : on cherchait au maximum à éviter l’entrée au sein des fortifications d’étrangers qui pourraient être en réalité des espions aidant les ennemis à entrer41. Iôannina était quant à elle organisée de façon différente, puisqu’elle possédait deux γουλάδες, mais ne semble pas avoir possédé de quartier extra muros, μπόριο ou autre42.

Les mots pour dire la ville

  • 43 MM, t. V, p. 78 (extrait 2).
  • 44 MM, t. V, p. 78 (extrait 2).
  • 45 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 454 (extrait 1).
  • 46 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 454 (extrait 1).

13Sans surprise, le vocabulaire employé pour désigner la ville dépend des auteurs et de leur degré de maîtrise du grec savant. On peut en effet observer que le vocabulaire est beaucoup moins riche chez les auteurs proprement épirotes que chez d’autres originaires de Constantinople. Ainsi, alors que nous rencontrons chez ces derniers des termes aussi divers que ἄστυ43, πόλισμα44, συνοικήσις45 ou πολίδιον46, les auteurs épirotes ne connaissent que πόλις, κάστρον et χώρα, ainsi que d’autres termes pouvant à l’occasion désigner des communautés d’habitants, dont on peut se demander s’il s’agit de villes.

Πόλις

  • 47 Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p. 117, s.v. « πόλις », sens 1.
  • 48 Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p. 117, s.v. « πόλις », sens 2. Voir aussi Hendrickx et Sansaridou (...)
  • 49 Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 199, l. 10‑12 : ἐπειδὴ ἐτυράννευεν, οὐδενὶ τῶν ἐν τῇ πόλει ἄλλῳ ἢ τ (...)
  • 50 Chronique de Iôannina, passim ; Chronique des Tocco, 1819, 2176, 3119, 3315 ; Laonic Chalcocondyle (...)

14A priori, πόλις signifie simplement « ville » et peut désigner la ville dans son ensemble, y compris ses quartiers situés hors les murs47. Πόλις peut par ailleurs désigner par métonymie les habitants d’une ville48 et donc avoir une signification politique. C’est notamment le cas à propos de Iôannina chez Laonic Chalcocondyle, selon qui Thomas Preljubović, « en raison de son gouvernement tyrannique, ne plaisait à personne dans la ville [πόλις], ni à sa femme »49. Par ailleurs, l’expression ἡ πόλις τῶν Ἰωαννίνων est attestée aussi bien dans la Chronique de Iôannina que dans celle des Tocco, ou encore une fois chez Chalcocondyle50.

  • 51 Cantacuzène, XI, 6, éd. L. Schopen, t. I, p. 509‑510 (extrait 3).

15Au cours de son récit de la révolte de 1338, Cantacuzène dresse la liste des πόλεις qui sont restées fidèles à l’Empire51. Il faudrait théoriquement interpréter πόλεις dans son sens politique et considérer que Cantacuzène évoque l’aspect politique des événements, c’est-à-dire la fidélité à l’autorité impériale, plutôt que leur aspect militaire, c’est-à-dire le maintien ou non sous contrôle impérial des diverses places fortes. Cependant, l’expression ἕτερ’ ἄττα φρούρια laisse entendre que πόλεις est synonyme de φρουριά, terme théoriquement militaire. Faut-il considérer que πόλεις peut parfois avoir un sens militaire, que φρουριά peut parfois avoir un sens politique, ou que les deux expriment simultanément les deux nuances ?

  • 52 Chronique de Iôannina, p. 87‑88, § 18, l. 19, § 19, l. 4, l. 14.
  • 53 Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 195‑198 (extrait 9), passim, notamment p. 197, l. 18‑20 : ἀφικόμενο (...)

16L’extrait de la Chronique de Iôannina racontant l’attaque albanaise de 1379 et déjà mentionné plus haut témoigne lui aussi de l’ambiguïté du terme πόλις, puisqu’il est écrit que les Albanais viennent assiéger la πόλις, et non le κάστρον comme on pourrait s’y attendre : πόλις a donc ici manifestement un sens militaire52. C’est aussi le cas à propos d’Arta chez Laonic Chalcocondyle évoquant le siège de la ville par les Hospitaliers en 137453.

  • 54 Chronique de Iôannina, 6, 5.
  • 55 Chronique de Iôannina, 6, 12.
  • 56 Chronique de Iôannina, 3, 10 ; Chronique des Tocco, 2119, 3506, 3516, 3529.

17On rappellera ici que ce même auteur emploie de façon surprenante le terme de μητρόπολις afin de désigner une capitale. On notera enfin que, si Cantacuzène considère de petites agglomérations d’Épire comme des πόλεις, en revanche la Chronique de Iôannina et celle des Tocco réservent ce terme à Iôannina ou à d’autres villes extérieures à l’Épire, telles que Beroia54, Trikkala55 ou Constantinople56. On peut donc se demander si, pour les auteurs épirotes, le terme n’était pas réservé aux villes d’une certaine taille.

Κάστρον

  • 57 Chronique des Tocco, 131, 134 e.g. (voir Schirò 1975, p. 180) ; MM, t. III, p.  282 = Rigo 1998, p (...)
  • 58 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 385, s.v. « κάστρο », sens 1.
  • 59 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 385, s.v. « κάστρο », sens 2.
  • 60 Chronique des Tocco, 64 : Ἦσαν γὰρ τότε ἀχαμνοὶ οἱ πύργοι καὶ τὸ κάστρο « En effet les tours et le (...)
  • 61 MM, t. V, p. 77‑84.
  • 62 Chronique des Tocco, 3210.
  • 63 Dutour 2003, p.  22 ; Le Goff 1980, p. 198‑202 (rééd. 1998, p. 199‑201).
  • 64 Kordoses 2003, p. 162‑169 ; Osswald 2006, p. 101 ; Hendrickx et Sansaridou-Hendrickx 2011‑2013, p. (...)
  • 65 Asonitis 2009, p. 588‑592.
  • 66 Kordoses 2003, p. 119.

18Dans son premier sens, hérité du latin castrum, κάστρον (au pluriel κάστρη57) désigne une forteresse58. Mais il peut également désigner une ville fortifiée59 ou la partie fortifiée d’une ville. Certaines occurrences du mot dans la Chronique des Tocco, désignent même, par synecdoque, les fortifications plutôt que la ville ou la forteresse à proprement parler60. C’est donc cette idée de fortification qui distingue πόλις de κάστρον et l’on pourrait donc supposer qu’une ville non fortifiée puisse être une πόλις sans pour autant être un κάστρον. Mais ces nuances sont très théoriques à une époque où la plupart des villes sont fortifiées. Par ailleurs, le mot κάστρον a fréquemment une valeur politique, tout comme πόλις, notamment dans le chrysobulle d’Andronic II qui accorde aux καστρηνοί divers privilèges, faisant ainsi du κάστρον une communauté politique et non militaire61, mais aussi dans la Chronique des Tocco, qui mentionne « les archontes du κάστρον »62. Il résulte de tout ceci que κάστρον paraît englober, dans certaines occurrences en tout cas, le sens politique de πόλις. Il semble donc que, à l’instar de ce qui se passe en Occident, les murailles soient vues comme le critère déterminant permettant de distinguer les villes des villages, indépendamment de la taille réelle de l’agglomération63. C’est par ailleurs les murs qui permettaient de distinguer les καστρηνοί64, qui jouissaient des privilèges de la ville, de ceux qui n’en bénéficiaient pas, que ces derniers habitent dans le μπόριο, dans la campagne ou même dans une autre partie de l’Épire telle que la Vagénétie : si l’on ne trouve pas mention des termes ἐξωκάστρον et ἐξωκαστρηνοί, ce dernier étant attesté à Corfou65, la distinction entre ἔξω/ἔξωθεν (« dehors », « de l’extérieur ») et ἀπέσω/ἔσωθεν (« dedans », « de l’intérieur ») est pour sa part bien attestée66.

  • 67 Voir e.g. les Chroniques brèves, éd. Schreiner, t. I, p. 80 : τὴν Ἄρταν καὶ ἄλλα κάστρη.

19Il convient néanmoins de rappeler que κάστρον est polysémique et que son emploi peut renvoyer à ses différents sens. Ainsi, lorsque l’auteur d'une chronique brève affirme qu’Andronic III s’est emparé en 1338 « d’Arta et des autres κάστρη », il désigne certes Arta en tant que ville, voire en tant que corps politique, mais il la compte également au nombre des κάστρη, terme englobant aussi bien de grandes que de petites agglomérations voire peut-être de simples forteresses67.

  • 68 Chronique des Tocco, 833.
  • 69 Chronique de Iôannina, 10, 38‑39 ; Chronique des Tocco, 64, 1853 e.g.

20Cette polysémie empêche parfois de comprendre la réalité qui se cache derrière le mot. Ainsi, lorsque l’on voit par exemple Carlo Tocco acheter le κάστρον de Riniasa68, on peut se demander s’il s’agit d’une simple forteresse ou bien d’une véritable petite ville. En revanche, le κάστρον étant manifestement distinct du πύργος69, qu’il pouvait parfois contenir, il était nécessairement plus important qu’une simple tour.

  • 70 Osswald 2011, p. 368‑369.
  • 71 Greimas 1997, s.v. « chastel », p. 101.
  • 72 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 382, s.v. « καστελλάνος ».

21Par ailleurs, à la fin du xive et au début du xve s., chaque κάστρον était administré par un officier appelé généralement κεφαλή, dont les attributions étaient à la fois civiles et militaires, et dont l’autorité s’exerçait sur le κάστρον proprement dit, mais aussi sur ses alentours. Iôannina elle-même était à cette époque confiée à un officier qualifié de κεφαλή (« tête », variante κεφαλάς) et distinct du despote70. La Chronique des Tocco emploie fréquemment le terme de καστελλᾶνος, qui provient du latin castellanus (it. castellano, fr. « châtelain »71) et qui désigne une fonction dont les attributions semblent proches de celles de la κεφαλή72. D’une certaine façon, le mot κάστρον désignait donc également une circonscription administrative.

Καστέλλι

  • 73 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 384, s.v. « καστράκι(ο)ν ».
  • 74 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 383, s.v. « καστέλλιον », sens 1. Hendrickx et Sansaridou-Hendri (...)
  • 75 Chronique des Tocco, 338, 516, 2041, 2049, 3243, 3541.
  • 76 Chronique de Iôannina, 23, 8‑13 : Τότε ἤρξατο ὁ Θωμᾶς παραλαμβάνειν τὰ καστέλλια, ἀρχῇ τὴν Βουρσίν (...)
  • 77 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 383, s.v. « καστέλλιον », sens 2.

22Καστέλλι est un diminutif d’origine latine calqué sur castellum, alors que le diminutif attendu en grec pour κάστρον serait καστράκι, qui désigne une petite ville73, ce qui laisse supposer que καστέλλι désigne plutôt des châteaux au sens occidental, c’est-à-dire de simples forteresses74. Ce terme désigne manifestement une place fortifiée et a donc un sens militaire75. Un passage de la Chronique de Iôannina mentionne des καστέλλια, achetés par le despote de Iôannina Thomas Preljubović76. Ces καστέλλια ne jouissaient donc pas d’une autonomie politique, contrairement à Arta ou Iôannina. Par ailleurs, il est à noter que Thomas confia ces καστέλλια à l’équivalent d’un κεφαλή, ce qui montre qu’à l’instar des κάστρη, ces καστέλλια constituaient de petites unités autant civiles que militaires. Par ailleurs, καστέλλι est attesté en dehors de l’Épire au sens de « petite ville installée sur une hauteur »77, mais les textes ne sont pas assez précis pour savoir si les καστέλλια épirotes englobaient de petites agglomérations.

Φρούριον

  • 78 Chronique de Iôannina, 4, 1‑4 : Ὁ δέ γε Συμεών, ἐν Καστορίᾳ γενόμενος, καὶ ταύτην εἰληφὼς παραυτίκ (...)
  • 79 Chronique de Iôannina, 8, 18‑23 : ἐκ τῶν τῆς Βαγενετίας φρουρίων πολλοὶ τῶν εὐγενεστέρων τῇ τῶν Ἰω (...)
  • 80 Chronique de Iôannina, 5, 16‑21 : τὴν Ἄρταν σὺν τοῖς Ἰωαννίνοις αὐτῷ παραδεδώκασι μετὰ τῶν λοιπῶν (...)
  • 81 Chronique de Iôannina, 34, 22‑23 : Τότε καὶ ὁ ἐπίσκοπος τῆς Βελᾶς, κρατῶν τὴν Βρίμπιανην, ἣν ἐκ πα (...)

23Quant à φρούριον, il désigne normalement une forteresse, dans un sens purement militaire. Néanmoins, comme on l’a vu plus haut, Cantacuzène semble en faire un synonyme de πόλις. Dans la Chronique de Iôannina, le sens du mot φρούριον n’est pas évident, dans la mesure où il semble distinct de πόλις et de χώρα et que l’on peut donc supposer qu’il désigne alors une simple forteresse78, cependant qu’une occurrence évoque des aristocrates ayant quitté les φρούρια de Vagénétie pour se réfugier à Iôannina79, ce qui laisse supposer que le terme désigne, plutôt que de simples forteresses, de véritables communautés d’habitants socialement hiérarchisées. Dans une autre occurrence, on apprend que les Épirotes reconnurent Syméon Paléologue, demi-frère du tsar serbe Étienne Dušan comme empereur et « lui remirent Arta et Iôannina, ainsi que les autres φρούρια de toute [l’Épire] »80. Le contexte étant à la fois politique et militaire, on peut se demander si φρούριον désigne ici des villes ou bien seulement leurs citadelles. La même question se pose à propos de la remise de Bela au seigneur d’Arta en 138981.

Χώρα

  • 82 Kordoses 2003, p. 98‑99.
  • 83 MM, t. V, p.  80 : Μετὰ τῆς λοιπῆς χώρας καὶ τῶν κάστρων τῆς βασιλείας μου « Avec le reste de la r (...)
  • 84 Chronique des Tocco, 2567, 3005, 3313.
  • 85 Chronique de Iôannina, 1, 15‑16 : Τὰς δὲ […] πόλεις τε καὶ χώρας, τας μὲν πολιορκείᾳ εἰληφώς, τὰς (...)
  • 86 Chronique de Iôannina, 18, 7 ; 19, 13 ; 19, 15. Voir supra, p. 247. Kordoses 2003, p. 99 ; Kordose (...)
  • 87 Chronique de Iôannina, 22, 32C.
  • 88 MM, t. III, p. 282 = Rigo 1998, p. 62, l. 10, l. 12.
  • 89 Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 198, l. 11‑12 : τῆς πόλεως καὶ χώρας (extrait 9).

24Enfin, le terme χώρα est ambigu, pouvant signifier tantôt « pays », « région », « campagne », tantôt « ville », tantôt, comme on l’a vu plus haut, la majeure partie du κάστρον, par opposition au γούλας82. Si le premier sens est attesté à propos de l’Épire chez certains auteurs byzantins83, il est en revanche, à l’exception de quelques occurrences dans la Chronique des Tocco84, quasiment absent des chroniques épirotes, qui semblent privilégier les deux derniers sens, considérant parfois le mot comme un synonyme de πόλις ou de κάστρον85, mais le plus souvent, dans le cas de Iôannina et d’Arta, comme une partie du κάστρον86. La Chronique de Iôannina néanmoins, lorsqu’elle évoque πᾶσαν πόλιν καὶ χώραν, désigne probablement la ville et son arrière-pay87. C’est également le cas du général ottoman Sinan Pacha lorsqu’il emploie l’expression ὅποιον κάστρον καὶ χώρα dans son horismos octroyé à Iôannina à l’occasion de sa reddition88. Enfin, on trouve chez Laonic Chalcocondyle l’expression ἡ πόλις καὶ χώρα, dont le sens semble équivalent89.

Λαός

  • 90 Cf. Kordoses 2003, p. 153‑161.

25Bien qu’il ne soit pas question ici d’étudier les institutions politiques des villes épirotes, il est néanmoins intéressant d’évoquer le problème que pose le mot λαός90. En effet, les différentes occurrences ne donnent manifestement pas le même sens à ce terme, qui peut par ricochet nous éclairer sur le sens des mots désignant la ville à proprement parler.

  • 91 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 455.
  • 92 Chronique de Iôannina, 11, 1 ; 13, 8‑9.
  • 93 Chronique de Iôannina, 20, 5.
  • 94 Chronique des Tocco, passim.
  • 95 Chronique des Tocco, 2251‑2252 : τὸ δὲ πλῆθος τοῦ λαοῦ καὶ τὸ κοινὸ τῆς χώρας ἀγάπην εἴχασιν πολλὴ (...)

26Ainsi, chez Apokaukos91 comme dans la plupart des occurrences de la Chronique de Iôannina, le mot λαός possède manifestement un sens politique ; or, dans cette dernière il est utilisé dans les expressions ὁ λαός τοῦ κάστρου92 et ὁ λαός τῆς πόλεως93, ce qui implique que le mot κάστρον soit équivalent de πόλις et ait lui aussi un sens politique. Néanmoins, λαός possède également un sens militaire, désignant une armée ou une garnison, notamment dans la Chronique des Tocco, dont le contenu est essentiellement guerrier94. Pourtant, dans chacune des deux chroniques, certaines occurrences sont ambiguës. Ainsi, dans la Chronique de Iôannina, les assaillants albanais de Iôannina combattent le λαός : s’agit-il de la garnison de la ville ou bien de la population civile qui participe au combat pour repousser les envahisseurs ? Quant à la Chronique des Tocco, lorsqu’elle affirme à propos d’Arta que « la foule du λάος et le peuple de la χώρα aimaient beaucoup ce Yaqub et sortirent tous pour se prosterner devant lui » 95, faut-il voir dans les deux membres de la première partie de la phrase une redondance ou une énumération ? En d’autres termes, le λαός en question est-il le peuple d’Arta ou bien sa garnison ? Bien que la seconde hypothèse soit la plus vraisemblable au regard des nombreuses autres occurrences dans l’œuvre, la première ne peut être totalement exclue.

Étude quantitative

27Pour clore cette étude lexicale, il convient à présent de la compléter par des remarques d’ordre quantitatif. D’un point de vue méthodologique, on se cantonnera aux auteurs d’origine épirote, dans la mesure où il ne paraît pas pertinent d’inclure dans le relevé les auteurs non épirotes, dont il faudrait recenser l’œuvre tout entière et non pas seulement les passages relatifs à l’Épire. Jean Apokaukos, métropolite de Naupacte, ayant été formé à Constantinople, notre corpus se réduit donc à quatre œuvres.

  • 96 Job, Vie de sainte Théodora, p. 404.

28Job, auteur de la Vie de sainte Théodora à la fin du xiiie s., désigne en général les villes par leur nom, et l’on ne trouve qu’une seule occurrence du terme κάστρον, à propos de la ville de Servion96.

  • 97 Constantin Hermoniakos, passim, cf. p. 474.

29Constantin Hermoniakos, auteur d’une version démotique de l’Iliade au début du xive s., n’a pas été mentionné jusqu’ici, pour la simple raison que son œuvre ne fait pas référence aux villes, de l’Épire ou d’ailleurs, qui lui sont contemporaines, mais uniquement à Troie. On notera cependant que seul πόλις apparaît dans son œuvre97.

30Enfin, les deux chroniques qui fournissent les plus gros contingents de notre corpus donnent les résultats suivants :

Chronique de Iôannina (fin du xive s.) Chronique des Tocco (début du xve s.)
καστέλλι 1
κάστρον 5
χώρα 6
φρούριον 7
πόλις 35
καστέλλι 6
πόλις 8*
χώρα 94
 
κάστρον 139

* 4 de ces 8 occurrences désignent Constantinople, « la Ville » par excellence en grec byzantin et moderne, et sont donc quasiment employées en tant que nom propre.

  • 98 Osswald 2011, p. 710‑714 ; Osswald 2015, p. 109‑110.
  • 99 Greimas 1997, s.v. « chastel », p. 101.
  • 100 Osswald 2015, p. 113.

31On constate donc d’après ce relevé que le terme prédominant dans la Chronique de Iôannina est πόλις, terme très peu fréquent dans la Chronique des Tocco, qui lui préfère de très loin χώρα et surtout κάστρον. On peut y voir une différence de niveau de langue entre la première, rédigée en koinè, et la seconde, rédigée en démotique. En effet, les sources rédigées en latin ou en français au tournant du xive s. parlent toujours du castrum ou du chastel et jamais de l’urbs de Iôannina ou d’Arta, ce qui semble indiquer que l’usage en grec était de parler de κάστρον plutôt que de πόλις98. En ancien français, le mot chastel ne désigne en effet jamais une ville, mais toujours un château fort ou une habitation seigneuriale99. Quant aux documents écrits en latin par la famille Tocco, leur lieu d’émission est en général le castrum d’Arta ou de Iôannina, ce qui désignait peut-être le palais seigneurial, mais plus probablement le κάστρον dans son ensemble100.

 

32On peut donc conclure de tout cela que les auteurs épirotes sont tout sauf des puristes et qu’ils ne cherchent pas à assigner un seul sens à un seul mot et encore moins un seul mot à une seule chose, de même que l’on ne trouvera pas chez eux l’adoration de l’Antiquité attestée à la même époque chez les auteurs de la cour impériale ou chez les humanistes italiens. On notera d’ailleurs à ce propos qu’un auteur tel qu’Isidore de Kiev ne s’intéresse pas réellement aux villes d’Épire de son temps, puisque la plupart des informations qu’il donne concernent l’Antiquité.

Conclusion

33Les différents textes évoquant les villes épirotes témoignent donc de la mentalité et des préoccupations de leurs auteurs. Ainsi, le discours sur la ville peut avoir une tonalité religieuse, insistant sur les responsabilités des dirigeants politiques en la matière. Il aborde également des aspects militaires, dans la mesure où la période est marquée par une militarisation de la société et la fréquence des invasions. Surtout, à l’instar de Charles Maurras, il est « politique d’abord » et s’inscrit dans des intrigues politiciennes à très court terme. Cette conception utilitariste de l’Histoire amène les auteurs à dédaigner la description des villes d’un point de vue urbanistique ou même institutionnel. La question se pose d’ailleurs de savoir si les institutions faisaient véritablement l’objet d’un débat théorique, dans la mesure où l’histoire de l’Épire à cette époque montre que les Épirotes faisaient preuve d’un grand pragmatisme. Les discours savants et théoriques que l’on peut trouver à la même époque dans un contexte impérial lié à la renaissance paléologue n’ont pas leur équivalent en Épire, où le système éducatif n’était pas celui de Constantinople.

34La même remarque vaut aussi à propos de la langue. On ne trouvera donc pas de textes écrits dans la variante atticisante par des auteurs épirotes ; néanmoins, il ne faudrait pas exagérer la différence linguistique entre l’Épire et le reste du monde byzantin, dans la mesure où ce dernier a lui aussi produit des textes écrits en koinè ou en démotique, et que les différentes nuances de sens des mots πόλις, κάστρον ou χώρα dans le contexte de l’Épire sont valables également en dehors de celle-ci.

Choix de textes

1. Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 454‑455

Ἀλλὰ νέου Νῶε ἐνέτυχόν τινες ἐξ αὐτῶν τοῦ ἐν μακαρίᾳ τῇ λήξει μεταστάντος τῶν ὧδε, τοῦ δουκὸς κυροῦ Μιχαὴλ τοῦ περιποθήτου υἰοῦ τοῦ περιβοήτου καὶ ἀειμακαρίστου σεβαστοκράτορος, ὡς ἄλλην σώτειραν κιβωτὸν τὴν ἐν τῷ κατακλυσμῷ παντοίων γενῶν ἀπόμοιραν δισώσασαν τὸ τῶν Ἰωαννίνων τεκτηναμένου πολίδιον καὶ εἰς μόρφωσιν κἀστρου αὐτὸ ἀνεγείραντος καὶ ἐν αῦτῷ αὐτοὺς ἐνοικήσαντος. Καὶ ἑνὶ ἑκάστῳ τούτων παρὰ τοῦ ἥρωος ἐκείνου τοῦ κεκαλλωπισμένου πάσαις ταῖς ἀρεταῖς καὶ περιδεξίου ἅπασι τόποι κατοικίας καὶ μοναὶ κατ᾽ἀξίαν ἐδόθησαν, ἔνθα καὶ μέχρι τοῦ νῦν ἐπαναπαυόμενοι καταμένουσιν, ἐκεῖνου μὴ ἐπολαθόμενοι (…). Ταύτῃ τοι καὶ πολιστὴν καὶ σωτῆρα πολιοῦχον τὸν μέγαν ἐκεῖνον ὁ ἐνταῦθα διασωθεὶς λαὸς ἀνακηρύττει καὶ ἐπιγράφεται (…) · οἱ καὶ πρὸς τὸν εὐεργέτην ἀχάριστοι ἀπαναίνονται τοῦτο (…).

Mais certains d’entre eux rencontrèrent un nouveau Noé qui les plaça ici dans une situation confortable, en la personne de Monseigneur Michel Doukas, le très regretté fils du très célèbre et à jamais regretté sebastokratôr, comme l’autre arche salvatrice, qui pendant le déluge avait sauvé un échantillon de chaque espèce, agrandissant la petite ville de Iôannina, l’élevant au rang de kastron et les logeant à l’intérieur. Et ce héros paré de toutes les vertus et habile en tout donna à chacun d’eux des lieux d’habitation et de repos en fonction de son rang, et ils purent alors, et jusqu’à maintenant, rester au calme sans jamais l’oublier (…). C’est donc pour cela que le peuple qui a alors été sauvé a reconnu et proclamé ce grand homme comme fondateur, protecteur et sauveur de la ville (…) ; c’est ce que refusent ceux qui sont ingrats envers leur bienfaiteur (…).

2. Andronic II, Chrysobulle en faveur de la ville de Iôannina, éd. MM, t. V, p. 78

Ἔστι δὲ τὸ περὶ τὴν Ἤπειρον ἄστυ, ὄνομά πως οὑτωσὶ Ἰωάννινα, μεγέθει μέν έστι τῶν πολλῶν διαφέρον, θέσεως δὲ εὐκαιρίᾳ καὶ κράτει μάλιστα καὶ ἐρυμνότητι, πολλῷ δὲ πλειόνων διαφέρον ἔτι· μεμέστωται δὲ οἰκητόρων, ἀκμαζει δὲ πλούτῳ καὶ πᾶσιν ἄλλοις ἐναβρύνεται καὶ δόκιμόν ἐστι, οἷσπερ ἄρα τῶν πόλεων εὐαρίθμητοι. Ὁ δὲ δὴ πρῶτος αῦτῷ κόσμος ἐπὶ πᾶσι τῷ πολίσματι καὶ μέγιστος, καὶ οὗ πάντα τἄλλα ἥττηται· πολιστὴς γὰρ αὐτῷ καὶ πολιοῦχος καὶ πάντα καλῶς πράττειν προστάτης κράτιστος ὁ μέγας τῶν ἄνω τοῦ θεοῦ ταγμάτων ἀγγελικῶν πρωτοστάτης Μιχαήλ, ἐν πᾶσι καιροῖς καὶ παντὶ πράγματι χορηγὸς καλῶν, ῥύστης ἀλεξίκακος, καλλύνων τε καὶ κρατύνων πάνυ τοι φιλοστόργως, ὡς εἰπεῖν, τὸ πόλισμα καὶ ἰδιοποιούμενος ἐκ μακρῶν τῶν χρόνων καὶ πρὶν ἤ καὶ πόλισμα τὸν χῶρον εἶναι, βρύων ἑκαστοτ᾽ἐνταῦθα, καὶ ὅσαι ἡμέραι θαύματ᾽ἐπ᾽ἀνθρώπων εὐεργεσίαις αὐτόθι τε τοῖς ἐποίκοις καὶ πολίταις αὐτοῦ, καὶ πᾶσιν αὐτόθεν ἐπικαλούμενος εἰς δόξαν καὶ κλέος οὐχ’ ἥκιστα ἀπαράμιλλον αὐτῶν τῶν πρώτως καὶ συνεχῶς ἀεὶ τῆς αὐτοῦ προστασίας καὶ σκέπης λαχόντων. Καὶ τί χρὴ πλείω τρίβειν ἐνταῦθα, τοῦ λόγου πρὸς τὸν προκείμενον σκοπὸν σπεύδοντος ; πλὴν ὅτι τὸ κάλλιστόν γε μὴν ἄστυ τόδε καὶ πολλοῖς ἀγαθοῖς ἀνθοῦν τε κατὰ φύσιν καὶ ἀκμάζον, οὐκ οἶδ᾽ᾗτινι φορᾶς ἀωρίᾳ καὶ τοῦ πᾶσι τοῖς χρηστοῖς ἐπηρεάζοντος σατὰν βασκανίᾳ τόδε ἄρα πονήρως εἶχε πρότερον χρόνος οὐκ ὀλίγος, ἐξ οὗ καὶ κακίστῃ συνῆν μοίρᾳ καὶ νοσερῶς ἐχρῆτο, βίοτον ἀνυτόν, ἀπότμητον, ὡς εἰπεῖν, τῶν κοινῶν νομίμων καὶ τῆς συνεχείας τῆς φύσεως, καὶ βίον ὄντως βιοῦν ἀβίωτον (…).

  • 101 Allusion à la période durant laquelle Iôannina était séparée de l’Empire.

Cette ville est située du côté de l’Épire, son nom est Iôannina, non seulement elle se distingue de la plupart des autres par sa taille, mais en plus par sa localisation favorable et surtout par la puissance de ses fortifications, et sur de nombreux autres points elle se distingue de plus de villes encore : elle est remplie d’habitants, elle est au faîte de sa richesse et toutes ses autres qualités la rendent fière et remarquable comme peu de villes. Son premier et plus grand ornement, pour toute la ville, auxquels tous les autres sont inférieurs, le voici : en effet, elle a pour fondateur et patron le protecteur qui est toujours le meilleur bienfaiteur, le grand chef des hauts régiments angéliques de Dieu, Michel, en tout temps et en toute occasion pourvoyeur de bienfaisance, libérateur écartant les malheurs, embellissant et renforçant la ville avec, pour ainsi dire, beaucoup de tendresse, et se la conciliant depuis de longues années, avant même que le site n’accède au statut de ville, rendant l’endroit fertile en toute occasion, et tous les jours sont prodigieux aux yeux des hommes, par les bienfaits qui sont, là, prodigués à ses habitants et à ses citoyens, et de là, tous prient pour qu’il obtienne une gloire et une renommée encore plus invincible que celle de ceux qui ont obtenu en premier lieu et toujours sans interruption sa protection et sa tutelle. Et pourquoi faut-il s’attarder davantage sur ce point, ce discours ayant hâte d’atteindre le but exposé ? Mis à part le fait que cette ville, pourtant particulièrement belle, qui, grâce à ses nombreuses qualités, est florissante et, conformément à sa nature, au faîte de sa prospérité, du fait de je ne sais quel penchant malséant et de je ne sais quel ensorcellement de Satan qui menace toutes les honnêtes gens, un long temps l’a donc eue dans le malheur, depuis lequel elle a connu un mauvais destin et a souffert, vivant une vie ravagée et arrachée, pour ainsi dire, aux lois communes et à la continuité naturelle, et une vie en réalité invivable (…)101.

3. Jean Cantacuzène, Historiae, t. 1, p. 509‑510

Ἦσαν δὲ οὐκ ὀλίγαι πόλεις, τό,τε Μεσοπόταμον ὀνομαζόμενον, καὶ ὁ Σοποτὸς καὶ ἡ Χειμάῤῥα· πρὸς τούτοις τε τὸ Ἀργυρόκαστρον καὶ ἡ Πάργα καὶ ὁ Ἅγιος Δονάτος καὶ Ἀγγελόκαστρον καὶ Ἰωάννινα, ὅ,τε Εὐλοχὸς καὶ τὸ Βάλτον καὶ ἕτερ’ ἄττα φρούρια οὐκ ὀλίγα.

Et il y avait de nombreuses villes, celle appelée Mesopotamon, Sopotos et Chimarra ; à celles-ci s’ajoutent Argyrokastron, Parga, Saint-Donat, Angelokastron et Iôannina, ainsi que Eulochos, Balton et de nombreuses autres forteresses.

4. Chronique des Tocco, 1424‑1426

Ἐπίστευσαν ’ς τὰ Ἰωάννινα     εἶναι ἀρβανιτζέλια,
χοιροβοσκοὶ παρόμοιοι τους     καὶ νὰ τοὺς προσκυνήσουν·
καὶ ἐκεῖ ἦσαν ἄρχοντες ρωμαῖοι,     στρατιῶτες ἀνδρειωμένοι.

Ils croyaient qu’à Iôannina il y avait des petits Albanais,
Des porchers comme eux, qui se prosterneraient devant eux,
Et il y avait des archontes romains, des soldats courageux.

5. Chronique des Tocco, 2110‑2116

Ἐσὺ <τὸ> ἤκουσες καλά,     ὀπίσ’ ὅπως σὲ εἶπα,
ὅτι εἰς τὰ Ἰωάννινα     δεσπότες ἀφεντεύαν
καὶ τὸ σκαμνὶ τῶν δεσποτῶν     ’ς τὰ Γιάννινα ἦτον πάντα,
ὅτι ἔχει κάμπους ἔμορφους,     ἀέρα εὐλογημένον,
νερὰ ἐκ τὰ καλύτερα     ὅλου τοῦ Δεσποτάτου.
Ἡ χώρα ὀμορφότερη     καὶ δυνατὴ ἐξ ὅλες.
καὶ ἄλλα χαρίσματα πολλά,     προτίμησες μεγάλες.
Tu l’as bien entendu, comme je te l’ai dit plus haut,

Qu’à Iôannina régnaient les despotes
Et que le tabouret des despotes a toujours été à Iôannina,
Qu’elle a de belles plaines, un air béni,
Des eaux parmi les meilleures de tout le Despotat.
La région est la plus belle et la plus puissante de toutes,
Et nombreux sont ses autres avantages, qui la rendent grandement préférable.

6. Chronique des Tocco, 3112‑3122

Τὰ Ἰωάννινα ἔχουν τὴν τιμὴν     ἐξ ὅλον του τὸ κράτος·
αὐτοῦ ἔναι ἡ ρίζα τῶν Ρωμαίων,     τὸ Δεσποτᾶτο ὅλο.
Ἐκεῖ εὑρίσκεις ἄρχοντες     ἔντιμους καὶ ἀξίους
νὰ δώσουν λόγον καὶ βουλὴν     ἐξ ὅ, τι τοὺς γυρεύσῃς·
καὶ πάλιν καὶ κλήρα ἔντιμη     ὡσὰν τῆς Σαλονίκης·
ὁμοίως ἔναι κατάστασις     εἰς τὸ κοινὸν τῆς χώρας
καὶ τάξες, ἐπιστήμια,     καθὼς πρέπει νὰ ἔναι.
Καὶ ἀπὸ τότε ἀνέβηκεν     ἡ πόλις <τῶν> Γιαννίνων,
καὶ στέκεται καλύτερα     ἀπὸ τὸν τόπον ὅλον.
Κρατῶ οὐδὲν ἐστάθησαν     καλύτερα ποτέ τους
ὅσοι εὑρισκόνταν κατοικοῦν     εἰς τὰ Γιάννινα ἀπέσω·

Iôannina a l’honneur de tout l’État ;
Là est la racine des Romains, le Despotat tout entier.
Là-bas, tu trouves des archontes honorables et valables,
Qui te donneront des conseils sur tout ce que tu leur demanderas ;
Et il y a aussi un clergé honorable, semblable à celui de Salonique ;
De même, la situation dans le peuple de la chôra,
Les organisations, les sciences sont comme elles doivent être.
Et depuis la ville de Iôannina a progressé,
Elle s’en tire également mieux que tout le pays.
Je considère qu’il n’y a jamais eu mieux
Que ceux qui se trouvent habiter à l’intérieur de Iôannina.

7. Chronique des Tocco, 3450‑3459

Οἱ ἄρχοντες ὑπήγαιναν     ὅλοι τῶν Γιαννίνων,
παρηγορίες τὸν ἔλεγαν     καὶ ἐθεράπευάν τον.
<Καὶ> ἔτυχεν τῆς ἁμαρτιᾶς     καὶ ηὑρέθην εἰς τὴν Ἄρταν·
καὶ ἔνι ὁ τόπος βαρικὸς     καὶ στυπτικὸ τὸ κάστρο.
Καὶ μόλις ἐδυνάμωσεν,     μὲ βίας ἐμεταστάθη.
Καὶ ἀφοῦ ἐμεταστράφηκεν,     εἰς τὰ Ἰωάννινα ἐστράφη,
εἰς τὰ κατάκρυα τὰ νερά,     ’ς τοὺς ἔμορφους ἀέρες,
’ς τοὺς κάμπους τοὺς ἐρωτικούς,     ’ς τὴν ἔμορφην τὴν χώραν,
καὶ παρευθὺς ἐξύγιανεν,     ἐγένετο ὡς λέων,
ὄμορφος, πολυφιλόχρεος,     λαμπρὸς καὶ χιονᾶτος.
Tous les archontes de Iôannina y allèrent,

  • 102 Le sens de πολυφιλόχρεος n’est pas connu avec précision ; voir Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p.  (...)

Ils lui dirent des paroles de protection et prirent soin de lui.
Et il avait le malheur de se trouver à Arta,
Dont la région est marécageuse et le kastron âcre.
Et à peine avait-il repris des forces qu’il se déplaça précipitamment.
Et dès qu’il fut revenu, qu’il fut rentré à Iôannina,
aux fraîches eaux, aux beaux vents, aux plaines aimables, à la belle chôra,
Il retrouva immédiatement la santé, il devint tel un lion,
Beau, soucieux de ses responsabilités102, radieux et brillant.

8. Isidore de Kiev, Panégyrique des empereurs Manuel et Jean Paléologue, p. 194‑195

Καὶ τανῦν ᾤκισται σποράδην ἐκείνη καὶ κατὰ μικρὸν ὑπ᾽ Ἀλβανῶν, γένους ἰλλυρικοῦ ξύμπασα καὶ κωμηδόν· νομαδικὸν γὰρ τὸ γένος καὶ λυπρόβιον, οὐ πόλεσιν, οὐ φρουρίοις, οὐ κώμαις, οὐκ ἀγροῖς, οὐκ ἀμπελῶσιν, ἀλλ᾽ ὄρεσι χαῖρον καὶ πεδιάσιν. Αἰ δὲ πόλεις καθαρὸν ἔτι σώζουσι τὸ ἐλληνικὸν γένος, ὧν δύο ἐστον ἄρτι προκαθεζομένω, Ἀμπρακία μὲν τῷ παρ᾽ αὐτῆς ἐπωνύμῳ κόλπῳ, ἀνωτέρω κειμένη τοῦ μυχοῦ· ᾤκισται δὲ παρὰ Γόλγου τοῦ Κυψέλου, ὑπερκειμένη θαλάττης ἱκανῶς, παραρρεὶ δ᾽αὐτὴν Ἄραχθος ποταμός, μετῴκισται δὲ ἐκείνης μικρὸν ἄπωθεν, μεταβαλοῦσα καὶ τοὔνομα· ἡ δ᾽ἐτέρα πρὸς τῇ Ἀχερουσίᾳ λίμνῃ νέον, οὐ πάνυ νέον οἰκισθεῖσα πρός τινος Ἰωάννου καὶ τὴν ἐκείνου φέρουσα τανῦν ἐπωνυμίαν· τάχα δ᾽ἂν εἴη αὔτη Ἔφυρα Θεσπρωτῶν ἡ πόλις ἡ ὃ τι ταύτης ἐγγυτέρω κειμένη πάλαι.

  • 103 Nom antique d’Arta.
  • 104 Nom antique du fleuve appelé à l’époque byzantine le Glykys et aujourd’hui de nouveau l’Achéron. L (...)
  • 105 Inexplicable. La ville est située au bord du lac Pambôtis au moins depuis le xie s.

Et maintenant cette terre est peu à peu peuplée de façon éparse par un peuple illyrien, les Albanais, entièrement dans des villages. En effet ce peuple est nomade et mène une vie rude, vivant sans villes, sans citadelles, sans villages, sans champs, sans vignobles, ne connaissant que montagnes et plaines. Les villes préservent encore la pureté du peuple grec ; deux d’entre elles sont à présent à la pointe de sa défense. Ambracie103, au bord du golfe du même nom, dont elle surplombe l’extrémité, a été fondée par Golgos, fils de Kypselos, de façon à dominer convenablement la mer. Elle est arrosée par le fleuve Arachtos. Elle s’est déplacée un peu plus loin, emmenant son nom avec elle. L’autre, sur le lac de l’Achéron104 depuis peu105, a été fondée il y a longtemps en l’honneur d’un certain Jean et porte aujourd’hui encore son nom. Peut-être est-elle Ephyra, la ville des Thesprotes, parce que cette dernière se trouvait autrefois très près de son emplacement.

9. Laonic Chalcocondyle, Historiarum Demonstrationes, éd. E. Darkó, p. 196‑198

Ἡρμόσατο δὲ καὶ ἑτέραν αὑτοῦ θυγατέρα Καρούλῳ τῷ Ἀκαρνανίας τε καὶ Αἰτωλίας ἡγεμόνι. Οὗτος γάρ, ὡς οἱ τῆς χώρας ταύτης ἄρχοντες πρότερον προσήκοντές τε ἦσαν τοῦ Παρθενόπης τῆς Νεαπόλεως καλουμένης βασιλέως, καὶ ὡς ὑπό τε τῶν περιοίκων καὶ τῶν ταύτῃ ἐθνῶν ἀπελαύνοντο ἐκ τῆς χώρας ἄρχοντες ἀπαλλαττόμενοι ἐπὶ Ἰταλίας, Κεφαλληνία δὲ καὶ Ζάκυνθος καὶ αἱ Ἐχινάδες νῆσοι, ὅσαι ταύτῃ ᾠκημέναι ἐτύγχανον, ἐς τουτονὶ τὸν βασιλέα τετραμμέναι ἁρμοστήν τε ἐδέχοντο καὶ ἄρχοντα τοῦ βασιλέως Παρθενόπης. Ἀφίκοντο μὲν δὴ καὶ ἄλλοι πρόσθεν ἁρμοσταὶ εἰς τὰς νήσους ταύτας, ἐν δὲ δὴ καὶ Κάρουλος οὑτοσίν, ὁ τῆς οἰκίας Τόκων καλούμενος, ἔχων ἑταίρους μεθ’ἑαυτοῦ ἄνδρας ἀγαθούς, τόν τε Ῥῶσον καὶ Γυΐδον καὶ Μυλειαρέσην. Καὶ ὡς ἐν τῇ Κεφαλληνίᾳ διατρίβοντες προσέσχον τε τῇ Ἠπείρῳ, ἐπαγομένων τῶν Ἠπειρωτῶν, τήν τε χώραν ἐκτήσαντο σφίσιν ὑπήκοον καὶ κατὰ βραχὺ τήν τε Ἀκαρνανίαν. Ἀλβανοὶ δὲ ὡρμημένοι ἀπὸ Ἐπιδάμνου καὶ τὸ πρὸς ἕω βαδίζοντες Θετταλίαν τε ὑπηγάγοντο σφίσι καὶ τῆς μεσογαίου Μακεδονίας τὰ πλέω, Ἀργυροπολίχνην τε καὶ Καστορίαν. Ἀφικόμενοι δὲ ἐπὶ Θετταλίαν τήν τε χώραν σφίσιν ὑποχείριον ποιησάμενοι, καὶ τὰς πόλεις ἐπιδιελόμενοι, κατὰ σφᾶς ἐνέμοντο τὴν χώραν, νομάδες τε ὄντες καὶ οὐδαμῇ ἔτι βέβαιον σφῶν αὐτῶν τὴν οἴκησιν ποιούμενοι. Ἐπεὶ δὲ καὶ ἐς Ἀκαρνανίαν ἀφικόμενοι γνώμῃ τοῦ ἡγεμόνος Ἀκαρνανίας, ἀφιεμένου αὐτοῖς τῆς χώρας, ἐνέμοντό τε τήνδε τὴν χώραν. Μετὰ δὲ ταῦτα συνίσταντο ἀλλήλοις ὡς τοῖς Ἕλλησιν ἐπιθησόμενοι, ὅπως ἂν αὐτοῖς προχωροίη. Καὶ δή ποτε τοῦ ἡγεμόνος (Ἰσαάκιος δ’ ἦν τοὔνομα) ἐπὶ ἄγραν φοιτῶντος ἀφικνουμένου, ἐπέθεντό τε αὐτῷ οἱ Ἀλβανοί, ἡγουμένου αὐτοῖς Σπάτα, ἀνδρὸς ὁρμήν τε καὶ τόλμαν ἐπιδεικνυμένου σφίσιν ἐν τῷ τότε παρόντι ξύμφορον ἐς τὰ παρόντα αὐτοῖς καὶ οὐκ ἀδόκιμον. Καὶ τὸν μὲν ἡγεμόνα αὐτοῦ ταύτῃ ἀνεῖλον, τὴν δὲ χώραν αὐτίκα ὑπελαύνοντες κατέσχον τε καὶ ἐζώγρησαν τοὺς ἐν τοῖς ἀγροῖς, συλλαμβάνοντες, ᾧ ἂν περιτύχοιεν. Μετὰ δὲ ταῦτα πολιορκοῦντές τε Ἄρτην τῆς Ἀκαρνανίας πόλιν παρεστήσαντο, καὶ τὴν χώραν ταύτην ὑφ’ αὑτοῖς ποιησάμενοι τὴν τῶν ἑσπερίων χώραν ἐδῄουν, οὐδὲν ἔτι ἐς ἡσυχίαν ἐνδιδόντες. Μετὰ δὲ ταῦτα οἱ τῆς Νεαπόλεως ἄρχοντες, ἀπὸ Κερκύρας τῆς νήσου ὁρμώμενοι (εἶχον δὲ τότε τὴν νῆσον οἱ Παρθενόπης βασιλεῖς) καὶ παρασκευασάμενοι στρατόν, ἴεντο ἐπὶ τὴν Ἀκαρνανίαν ὡς τούς τε Ἀλβανοὺς τὴν χώραν ἀφαιρησόμενοι καὶ Ἄρτην τῆς Ἀκαρνανίας καταστρεψόμενοι λαβόντες. Ἀφικόμενοι δὲ ἐς Ἄρτην τήν τε πόλιν ἐπολιόρκουν καὶ μηχανὰς προσέφερον τῷ τείχει ὡς αἱρήσοντες. Σπάτας δὲ ὁ τῶν Ἀλβανῶν ἡγεμὼν (οὐ γὰρ εἰσῄει ἐς τὴν πόλιν, ἀλλ’ ἐκτὸς περιῄει τὴν χώραν) τούς τε Ἀλβανοὺς συλλέξας ἐς ταὐτὸ καὶ βουλευσάμενος, ὡς αὐτῷ εἵποντο ἑτοίμως εἰς τὸν κίνδυνον, ἄφνω ἐπεισπίπτουσι τῷ Ἰταλῶν στρατεύματι, ὃ ἐπολιόρκει τὴν πόλιν, καὶ τρεψάμενοι ἐς φυγὴν πολλοὺς μὲν διέφθειραν, τοὺς δὲ πλείους ἐζώγρησαν. Συνεπελάβετο δὲ αὐτοῖς ἐς τόνδε τὸν πόλεμον καὶ Πρεάλουπας ὁ τῆς Αἰτωλίας ἡγεμών, ἀνὴρ Τριβαλλός, ὃς ἐπιγαμίαν πρὸς τὸν Σπάταν τῆς Ἄρτης ἡγεμόνα ἐπεποίητο. Οὕτω μὲν οὖν κατέσχον οἱ Σπαταῖοι τὴν χώραν τῆς Ἀκαρνανίας· μετὰ δὲ ταῦτα ὡρμημένου τοῦ Καρούλου ἀπὸ τῶν νήσων σὺν τοῖς ἑταίροις αὐτοῦ καί τινων τῶν τῆς χώρας ἅτε δὴ ἀχθομένων τῇ Ἀλβανῶν τυραννίδι, τήν τε χώραν κατεστρέψαντο τῆς Ἀκαρνανίας, πρὸς δὲ καὶ τὴν Αἰτωλίαν, ἀφελόμενοι Ἰζάουλον τὸν τότε ἡγεμονεύοντα Ἀκαρνάνων τε τῆς πόλεως καὶ χώρας τε τῆς Αἰτωλίας ἤδη.

  • 106 C’est-à-dire les régions de Iôannina et d’Arta, respectivement au nord et au sud de l’Épire.
  • 107 Carlo devint d’abord seigneur de Iôannina, à l’invitation des habitants, avant de s’emparer d’Arta (...)
  • 108 En réalité, le despote d’Épire Nicéphore II fut tué par les Albanais en bataille rangée lors de la (...)
  • 109 Allusion probable aux raids lancés contre Leucade.
  • 110 En réalité, l’expédition contre Arta fut menée par les chevaliers Hospitaliers.
  • 111 Détail erroné. Esau Buondelmonti ne gouverna jamais Arta.

[Nerio Acciajuoli] maria l’autre de ses filles à Carlo, prince d’Acarnanie et d’Étolie106. En effet, parce que les seigneurs de ce pays-là reconnaissaient autrefois pour souverain le roi de Parthénope appelée Naples, et parce que les seigneurs avaient été chassés du pays par les peuples voisins comme par ceux de là-bas et s’étaient retirés en Italie, Céphalonie, Zante et les îles Échinades, qui se trouvaient avoir une administration locale, s’étaient tournées vers ce roi et recevaient leur gouverneur et leur seigneur du roi de Parthénope. D’autres gouverneurs étaient donc arrivés auparavant dans ces îles, mais à cette époque il s’agissait de Carlo, que l’on dit être de la maison des Tocco, qui avait avec lui pour compagnons des hommes bons, Rosso, Guido et Megliaresi. Et parce qu’ils passaient leur temps à Céphalonie, ils s’intéressèrent à l’Épire, guidés par les Épirotes, et s’emparèrent de ce pays qu’ils soumirent, ainsi que, rapidement, de l’Acarnanie107. Et les Albanais s’étaient élancés depuis Épidamne [Dyrrachion], avaient marché vers l’Orient et avaient soumis la Thessalie et la plus grande partie de la Macédoine intérieure, Argyropolichnê et Kastoria. Arrivés en Thessalie ils s’approprièrent le pays, et s’étant réparti les villes, se partagèrent les pâturages du pays, vivant en nomades et ne faisant d’aucun lieu leur résidence. Puis, arrivés en Acarnanie sur la proposition du prince d’Acarnanie, qui leur laissait le pays, ils se partagèrent les pâturages de ce pays. Après cela, ils se mirent d’accord entre eux pour attaquer les Grecs, dans l’espoir d’un succès. Et alors que le prince, dont le nom était Isaac, était arrivé à l’endroit où il avait l’habitude de chasser, les Albanais l’attaquèrent, dirigés par Spata, homme qui leur avait montré que l’offensive et l’audace étaient avantageuses dans les circonstances d’alors de leur intérêt et qu’ils ne devaient pas, dans ces circonstances, les mépriser108. Et après avoir tué le prince là, de cette manière, ils conquirent aussitôt le pays en poussant leurs chevaux et ils capturèrent et rassemblèrent les gens des champs, lorsqu’ils en rencontraient. Après cela, ils assiégèrent et prirent Arta, ville d’Acarnanie, et s’étant rendus maîtres de ce pays, ils ravagèrent aussi le pays des Hespériens [i.e. des Italiens], ne les laissant jamais en repos109. Après cela, les seigneurs de Naples, partis depuis l’île de Corfou (en effet les rois de Parthénope possédaient alors l’île) et ayant préparé une armée, attaquèrent l’Acarnanie pour arracher le pays aux Albanais, et prendre et détruire Arta d’Acarnanie110. Et arrivés à Arta, ils assiégèrent la ville et placèrent des machines face au mur afin de la prendre. Spata, le prince des Albanais (en effet il n’était pas entré dans la ville, mais parcourait le pays à l’extérieur) rassembla les Albanais à ce propos et ayant tenu conseil, afin qu’ils lui disent être prêts au danger, attaqua soudain l’armée des Italiens qui assiégeait la ville, et en mirent en fuite beaucoup, dont ils capturèrent la plupart. Prit part avec eux à cette guerre également Prealoupas, prince d’Étolie, un Triballe [i.e. un Serbe], qui était allié par mariage avec Spata, prince d’Arta. Ainsi donc les Spata occupèrent le pays d’Acarnanie ; après cela Carlo sortit des îles avec ses compagnons et certains hommes du pays, en colère contre la tyrannie des Albanais, et ils ravagèrent le pays d’Acarnanie, et quant à l’Étolie, ils laissèrent Izaoulos, qui régnait alors déjà sur la ville des Acarnaniens111 et sur le pays d’Étolie.

Bibliographie

Textes anciens

Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, éd. A. Papadopoulos-Kerameus, ΔΙΕΕ 3, 1891, p. 454‑455.

Jean Cantacuzène, Historiae. Ioannis Cantacuzeni eximperatoris Historiarum Libri IV, éd. L. Schopen, 3 vol., CSHB, Bonn, 1828‑1832.

Laonic Chalcocondyle, Laonici Chalcocondylae Historiarum Demonstrationes, éd. E. Darkó, 2 vol., Budapest, 1922‑1927.

Chronique de Iôannina, éd. L. Vranoussis, « Τὸ Χρονικὸν τῶν Ἰωαννίνων κατ᾽ ἀνέκδοτον δημώδη ἐπιτομήν », πετηρίς τοῦ Μεσαιωνικοῦ Ἀρχείου 12, 1962, p. 57‑115.

Chronique des Tocco, éd. G. Schirò, Cronaca dei Tocco di Cefalonia di anonimo. Prolegomeni, testo critico e traduzione, CFHB 10, Rome, 1975.

Chroniques brèves, éd. P. Schreiner, Die Byzantinischen Kleinchroniken, CFHB 12, Vienne, 1975.

Constantin Hermoniakos, éd. É. Legrand, Ἰλιάδος ῾Ραψωδίαι ΚΔ´, La Guerre de Troie, poème du xive siècle en vers octosyllabes, par Constantin Hermoniakos, Bibliothèque Grecque Vulgaire 5, Paris, 1890.

Isidore de Kiev, « Ἀνονυμου πανηγυρικός εἰς Μανουὴλ καὶ Ἰωάννην Η᾽ τοὺς Παλαιολόγους », éd. I. Vogiatzidis, in S. Lampros (dir.), Παλαιολόγεια καὶ Πελοποννησιακὰ, t. 3, Athènes, 1926, p. 132‑199.

Job, Vie de sainte Théodora d’Arta, éd. J.A. Buchon, Nouvelles recherches historiques sur la principauté française de Morée et ses hautes baronnies, à la suite de la quatrième croisade, t. 2, Paris, 1843, p. 401‑406.

Septante, Genèse, éd. A. Rahlfs, Septuaginta, t. 1, Stuttgart, 1935.

Études

Asonitis S. 2009, Η Κέρκυρα και τα ηπειρωτικά παράλια στα τέλη του Μεσαίωνα (1386‑1462), Thessalonique.

Dakaris S. 1977, « Τὸ κάστρο τῶν Ρωγῶν », Δωδώνη 6, p. 201‑234.

Dutour Th. 2003, La ville médiévale, Paris.

Greimas A.J. 1979, Dictionnaire de l’ancien français, Paris (rééd., 1997).

Hendrickx B., Sansaridou-Hendrickx Th. 2011‑2013, « Bourgs, faubourgs et bourgeois dans la Grèce franque après 1204 », Βυζαντινός Δόμος 19‑21, p. 119‑144.

Kontogiannopoulou A. 2015, Τοπικά συμβούλια στις βυζαντινές πόλεις : παράδοση και εξέλιξη (13ος‑15ος αι.), Athènes.

Kordoses M. 2000, « Ο πάνω (και κάτω) Γουλάς του κάστρου των Ιωαννίνων στην υστεροβυζαντινή περίοδο », Ιστορικογεωγραφικά 7, p. 145‑160.

Kordoses M. 2003, Τα Βυζαντινά Ιωάννινα, Athènes.

Kordoses M. 2011, « Μεσαιωνική Άρτα. Τοπογραφία – Κοινωνία », Σκουφάς 14/102, p. 161-290.

Kriaras E. et al. 1968 sq., Λεξικό της μεσαιωνικής ελληνικής δημώδους γραμματείας, 1100‑1669, Thessalonique.

Le Goff J. 1980, « L’apogée de la France urbaine médiévale 1150‑1330 », in G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 2, J. Le Goff (dir.), La ville médiévale, Paris (rééd., 1998, collection Points, Paris).

MM : Miklosich F., Müller J., Acta et Diplomata graeca medii aevi sacra et profana, Vienne, 1860‑1890.

Nicol D. 1957, The Despotate of Epiros, Oxford.

Nicol D. 1984, The Despotate of Epiros 1267‑1479. A Contribution to the History of Greece in the middle ages, Cambridge.

Osswald B. 2006, « Citizenship in Medieval Ioannina », in S.G. Ellis, G. Hálfdanarson et A.K. Isaacs (éd.), Citizenship in historical perspective, Pise, p. 98‑105.

Osswald B. 2007, « The Ethnic composition of Medieval Epirus », in S.G. Ellis et L. Klusáková (éd.), Imagining frontiers, contesting identities, Pise, p. 125‑154.

Osswald B. 2011, L’Épire du xiiie au xve siècle : autonomie et hétérogénéité d’une région balkanique, Thèse de doctorat, université Toulouse 2-Jean Jaurès (inédit).

Osswald B. 2015, « L’État byzantin d’Épire et ses capitales », Géocarrefour 90/2, p. 103‑116.

Osswald B. 2016, « La Chronique de Iôannina : composition et intentions », in B. Rey Mimoso-Ruiz (dir.), Histoire de l’écriture et écriture de l’H(h)istoire. Actes du Colloque international des 12, 13 & 14 mars 2014, Toulouse, p. 73‑120.

Osswald B. 2018, « Arta et Iôannina : deux villes rivales au parcours parallèle », in A. Kontogiannopoulou (dir.), Πόλεις και εξουσία στο Βυζάντιο κατὰ την εποχή των Παλαιολόγων (1261-1453), Athènes, p. 205‑236.

Rigo A. 1998, « Lo Horismòs di Sinân Pascià, la presa di Ioannina (1430) e la “lettera” del sultano Murâd II », Θησαυρίσματα 28, p. 57‑78.

Schirò G. 1975, Cronaca dei Tocco di Cefalonia di anonimo. Prolegomeni, testo critico e traduzione, CFHB 10, Rome.

Sotiriou G. 1927, « Τὸ κάστρο τῶν ῾Ρωγῶν », Ηπειρωτικά Χρονικά 2, p. 98‑109.

Synkellou E. 2008, Ο Πόλεμος στον δυτικό ελλαδικό χώρο κατά τον ύστερο μεσαίωνα (13ος‑15ος αι.), Athènes.

Synkellou E. 2012‑2013, « Εναλλακτικές μορφές πολιορκητικού πολέμου κατά τον όψιμο Μεσαίωνα : η “κλεψία” », Βυζαντιακά 30, p. 345‑363.

Vranoussis L. 1968, « Ἱστορικὰ καὶ τοπογραφικὰ τοῦ μεσαιωνικοῦ κάστρου τῶν Ἰωαννίνων », in Χαριστήριον εἰς Ἀναστάσιον Κ. Ὀρλάνδον, Athènes, p. 439‑515.

Notes

1 Pour les détails de l’histoire de la région, voir Nicol 1957, Nicol 1984 et Osswald 2011.

2 À propos des principales villes épirotes que sont Arta et Ioannina, voir Kordoses 2003 et Kordoses 2011. À propos plus spécifiquement des institutions urbaines, voir Osswald 2006, Hendrickx et Sansaridou-Hendrickx 2011‑2013, p. 135‑141, Kontogiannopoulou 2015, p. 69‑72, Osswald 2018.

3 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 454‑455 (extrait 1).

4 Κιβωτός est le terme employé pour désigner l’Arche dans la traduction des Septante, Genèse, 6‑9, passim.

5 Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p. 117, s.v. « πολιούχος ».

6 Nicol 1984, p. 83‑86.

7 MM, t. V, p. 78 (extrait 2).

8 Chronique des Tocco, 2110‑2116 (extrait 5).

9 Chronique des Tocco, 3112‑3122 (extrait 6).

10 Rappelons que la fin du Moyen Âge est une étape importante dans l’apparition du sentiment national grec, qui se considère héritier des Anciens. Des auteurs proches du pouvoir impérial, à la fois par archaïsme mais aussi pour renforcer un Empire désormais peuplé uniquement de Grecs, emploient plus volontiers le terme Ἕλληνες. L’Épire cependant, indépendante de l’Empire, n’est pas touchée par le phénomène et les auteurs qui en sont issus, fidèles à la terminologie traditionnelle, ne parlent que de Ῥωμαῖοι. Voir Osswald 2011, p. 558‑562.

11 Chronique des Tocco, 1424‑1426 (extrait 4).

12 Isidore de Kiev (?), Ἀνονυμου πανηγυρικός εἰς Μανουὴλ καὶ Ἰωάννην Η᾽ τοὺς Παλαιολόγους, p. 194, l. 25‑29 (extrait 8). Par archaïsme, l’auteur qualifie les Albanais de peuple illyrien, et désigne Arta par son nom antique d’Ambracie. Par ailleurs, il situe Iôannina près du lac Achérousia alors qu’il s’agit en réalité du lac Pambiotide. À propos de la représentation des Albanais installés en Épire dans les sources, voir Osswald 2007, p. 133‑139.

13 MM, t. I, p. 171.

14 Osswald 2016, p. 78.

15 Chronique de Iôannina, 6, 5 ; 6, 14.

16 Chronique de Iôannina, 6, 13‑17 : (…) τοῦ τυραννήσαντος τὴν πολυθρύλητον τῶν Ἰωαννίνων πόλιν καὶ τὸ λάμβδα ἐκ ταύτης ἀφελόντος καὶ νῦ ἀντὶ τοῦ λάμβδα προσθέντος ἐν αύτῇ· τὸ γὰρ πολυθρύλητον εἰναι ταύτην καὶ λέγεσθαι μὴ ἀνεξόμενος, πολυθρήνητον πεποίηκεν. « Il régna tyranniquement sur la fameuse ville de Ioannina, en ôta le lambda et remplaça le lambda par un nu : en effet, ne supportant pas qu’elle soit fameuse et qu’on la dise telle, il la rendit triste. »

17 Chronique de Iôannina, 41, 18‑19 : Ἀκαρνανία κλαίουσα τὰ τέκνα αὐτῆς, καὶ οὐκ ἤθελε παρακληθῆναι, διότι οὐκ εἰσί. « Acarnanie, pleurant ses enfants ; et elle ne veut pas qu’on la console, car ils ne sont plus. » Citation de Mathieu, 2, 18 (cf. Jérémie, 31, 15), traduction d’après la Bible de Jérusalem.

18 Laonic Chalcocondyle, p. 198, l. 17 ; Osswald 2015, p. 114.

19 Osswald 2015, p. 109‑110.

20 Synkellou 2008, p. 362‑363 ; Osswald 2016, p. 80‑82.

21 Osswald 2007, p. 139 ; Synkellou 2008, p. 363.

22 Osswald 2015, p. 113.

23 Chronique des Tocco, 1372.

24 Chronique des Tocco, 2111‑2112 (extrait 5).

25 Chronique des Tocco, 3112‑3113 (extrait 6).

26 Chronique des Tocco, 3119‑3120 (extrait 5).

27 Chronique des Tocco, 2113‑2114 (extrait 6).

28 Chronique des Tocco, 3450‑3459 (extrait 7).

29 Chronique des Tocco, 2114 (extrait 5).

30 Chronique des Tocco, 2115 (extrait 5).

31 Chronique des Tocco, 3120 (extrait 6).

32 Chronique des Tocco, 1604 : τοὺς ἄρχοντες ἐσύναξαν εἰς τὸ παλάτι ἀπάνου « Ils rassemblèrent les archontes dans le palais en haut », 2643 : μέσα εἰς τὰ Γιάννινα, εἰς τὰ παλάτια ἀπάνου « à l’intérieur de Iôannina, dans les palais en haut ». À propos du γουλάς et du palais de Iôannina, voir Vranoussis 1968, p. 457 ; Kordoses 2003, p. 89‑98, 314‑315 ; Osswald 2015, p. 111. À propos du γουλάς et du palais d’Arta, voir Kordoses 2011, p. 178‑192 et 258‑261.

33 Chronique de Iôannina, 18‑20.

34 Chronique des Tocco, 3221 : ἔναι κάστρον δυνατὸν εἰς χέρωμα ἀπάνω καὶ οὐδὲν βολεῖ μὲ πόλεμον ποτὲ νὰ τὸ ἐπάρουν.

35 Job, Vie de sainte Théodora d’Arta, p. 404. Kordoses, 2011, p. 180.

36 Chronique des Tocco, 597‑670.

37 Kriaras et al. 1968 sq., t. 6, p. 22, s.v. « εμπόριο ». Kordoses 2003, p. 124‑125. Hendrickx et Sansaridou-Hendrickx 2011‑2013, p. 139.

38 Kriaras et al. 1968 sq., t. 8, p. 321, s.v. « κουλάς ».

39 Chronique des Tocco, 2190, 2235 : νὰ εἶναι οἱ Τοῦρκοι εἰς τὸν γουλᾶν, ’ς τὴν χώραν ὁ Γιαγούπης (« que les Turcs soient dans le γουλάς et Yaqub dans la χώρα »), 2947, 2959‑2960. Kordoses 2003, p. 89‑118 ; Kordoses 2011, p. 178‑192.

40 Chronique des Tocco, 91. La ville de Rhôgoi était construite sur le même modèle qu’Arta et Iôannina ; voir à ce sujet Sotiriou 1927 et Dakaris 1977.

41 Synkellou 2008, p. 152‑156 ; Synkellou, 2012‑2013.

42 Vranoussis 1968, p. 440‑442 ; Kordoses 2000, p. 145‑160 ; Kordoses 2003, p. 89‑98, 122‑127.

43 MM, t. V, p. 78 (extrait 2).

44 MM, t. V, p. 78 (extrait 2).

45 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 454 (extrait 1).

46 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 454 (extrait 1).

47 Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p. 117, s.v. « πόλις », sens 1.

48 Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p. 117, s.v. « πόλις », sens 2. Voir aussi Hendrickx et Sansaridou-Hendrickx 2011‑2013, p. 138.

49 Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 199, l. 10‑12 : ἐπειδὴ ἐτυράννευεν, οὐδενὶ τῶν ἐν τῇ πόλει ἄλλῳ ἢ τῇ γυναικὶ ἀρεσκόμενος.

50 Chronique de Iôannina, passim ; Chronique des Tocco, 1819, 2176, 3119, 3315 ; Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 25.

51 Cantacuzène, XI, 6, éd. L. Schopen, t. I, p. 509‑510 (extrait 3).

52 Chronique de Iôannina, p. 87‑88, § 18, l. 19, § 19, l. 4, l. 14.

53 Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 195‑198 (extrait 9), passim, notamment p. 197, l. 18‑20 : ἀφικόμενοι δὲ ἐς Ἄρτην τὴν τε πόλιν ἐπολιόρκουν καὶ μηχανὰς προσέφερον τῷ τείχει ὡς αἱρήσοντες. « Arrivés à Arta, ils assiégèrent la ville et installèrent des machines devant l’enceinte afin de s’en emparer. »

54 Chronique de Iôannina, 6, 5.

55 Chronique de Iôannina, 6, 12.

56 Chronique de Iôannina, 3, 10 ; Chronique des Tocco, 2119, 3506, 3516, 3529.

57 Chronique des Tocco, 131, 134 e.g. (voir Schirò 1975, p. 180) ; MM, t. III, p.  282 = Rigo 1998, p. 62, l. 9 ; Chroniques brèves, éd. Schreiner, t. I, p. 80.

58 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 385, s.v. « κάστρο », sens 1.

59 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 385, s.v. « κάστρο », sens 2.

60 Chronique des Tocco, 64 : Ἦσαν γὰρ τότε ἀχαμνοὶ οἱ πύργοι καὶ τὸ κάστρο « En effet les tours et le kastron étaient faibles » ; 131 : Ἔκτισεν, ἐστερέωσεν τὰ κάστρη καὶ τοὺς πύργους « Il fit construire et renforcer les kastra et les tours » ; 1853 : Αὐτὴ γὰρ ἐδιώρθωσε τὸν πύργον καὶ τὸ κάστρο « En effet elle renforça la tour et le kastron ».

61 MM, t. V, p. 77‑84.

62 Chronique des Tocco, 3210.

63 Dutour 2003, p.  22 ; Le Goff 1980, p. 198‑202 (rééd. 1998, p. 199‑201).

64 Kordoses 2003, p. 162‑169 ; Osswald 2006, p. 101 ; Hendrickx et Sansaridou-Hendrickx 2011‑2013, p. 135‑137.

65 Asonitis 2009, p. 588‑592.

66 Kordoses 2003, p. 119.

67 Voir e.g. les Chroniques brèves, éd. Schreiner, t. I, p. 80 : τὴν Ἄρταν καὶ ἄλλα κάστρη.

68 Chronique des Tocco, 833.

69 Chronique de Iôannina, 10, 38‑39 ; Chronique des Tocco, 64, 1853 e.g.

70 Osswald 2011, p. 368‑369.

71 Greimas 1997, s.v. « chastel », p. 101.

72 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 382, s.v. « καστελλάνος ».

73 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 384, s.v. « καστράκι(ο)ν ».

74 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 383, s.v. « καστέλλιον », sens 1. Hendrickx et Sansaridou-Hendrickx 2011‑2013, p. 139, voient en καστέλλιον un synonyme de πύργος.

75 Chronique des Tocco, 338, 516, 2041, 2049, 3243, 3541.

76 Chronique de Iôannina, 23, 8‑13 : Τότε ἤρξατο ὁ Θωμᾶς παραλαμβάνειν τὰ καστέλλια, ἀρχῇ τὴν Βουρσίναν, εἶτα τὴν Κρετζούνισταν, ἔπειτα τὴν Δραγομὴν καὶ τὴν Βελτζίσταν, καὶ τὴν Ἀραχοβίτζαν ἐξωνήσατο καὶ ἄλλα πλείονα. Τότε τοὺς ἄρχοντας αὐτοῦ, τοὺς μὲν κεφαλάδας κατέστησε, ἄλλους δὲ ζουπαναίους τετίμηκε. « Alors Thomas commença à s’emparer des kastellia, d’abord de Boursina, ensuite de Kretzounista, puis de Dragomê et de Beltzista, et il acheta Arachovitza et beaucoup d’autres. Alors il y installa ses archontes, ses kephalades, tandis qu’il honorait d’autres du titre de joupan. »

77 Kriaras et al. 1968 sq., t. 7, p. 383, s.v. « καστέλλιον », sens 2.

78 Chronique de Iôannina, 4, 1‑4 : Ὁ δέ γε Συμεών, ἐν Καστορίᾳ γενόμενος, καὶ ταύτην εἰληφὼς παραυτίκα καὶ φρούρια τινα καὶ πόλεις καὶ χώρας πλείστας « Syméon, qui se trouvait à Kastoria, et qui l’avait prise subitement, ainsi que quelques forteresses et villes et de nombreux territoires ».

79 Chronique de Iôannina, 8, 18‑23 : ἐκ τῶν τῆς Βαγενετίας φρουρίων πολλοὶ τῶν εὐγενεστέρων τῇ τῶν Ἰωαννίνων ἐπεδήμησαν πόλει. « beaucoup de nobles étaient venus des forteresses de Vagénétie dans la ville de Iôannina. »

80 Chronique de Iôannina, 5, 16‑21 : τὴν Ἄρταν σὺν τοῖς Ἰωαννίνοις αὐτῷ παραδεδώκασι μετὰ τῶν λοιπῶν φρουρίων ὧν ἡ Αἰτωλία πᾶσα κέκτηται. « ils lui remirent Arta, Iôannina, ainsi que les autres places fortes que possède l’Étolie. »

81 Chronique de Iôannina, 34, 22‑23 : Τότε καὶ ὁ ἐπίσκοπος τῆς Βελᾶς, κρατῶν τὴν Βρίμπιανην, ἣν ἐκ παραδόσεως τοῦ δεσπότου Ἰζαοὺ εἶχε, καὶ αὐτὸς παρεῖδε καὶ τὸν Σπάταν προσκυνεῖ καὶ τὸ φρούριον δίδει. « Alors l’évêque de Bela, qui tenait Brimpianês, qu’il avait reçu du despote Esau, lui aussi trahit, se soumit à Spata et lui livra sa citadelle. »

82 Kordoses 2003, p. 98‑99.

83 MM, t. V, p.  80 : Μετὰ τῆς λοιπῆς χώρας καὶ τῶν κάστρων τῆς βασιλείας μου « Avec le reste de la région et les kastra de mon empire » ; Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 195‑198 (extrait 9), passim.

84 Chronique des Tocco, 2567, 3005, 3313.

85 Chronique de Iôannina, 1, 15‑16 : Τὰς δὲ […] πόλεις τε καὶ χώρας, τας μὲν πολιορκείᾳ εἰληφώς, τὰς δὲ εὐνοίᾳ καὶ δώροις δεξιωσάμενος, πρὸς ἑαυτὸν ἐπεσπάσατο « quant aux πόλεις et aux χώρας, en assiégeant les unes et en s’attachant les autres par la bienveillance et des présents, il s’en rendit maître ».

86 Chronique de Iôannina, 18, 7 ; 19, 13 ; 19, 15. Voir supra, p. 247. Kordoses 2003, p. 99 ; Kordoses, 2011, p. 191.

87 Chronique de Iôannina, 22, 32C.

88 MM, t. III, p. 282 = Rigo 1998, p. 62, l. 10, l. 12.

89 Laonic Chalcocondyle, t. I, p. 198, l. 11‑12 : τῆς πόλεως καὶ χώρας (extrait 9).

90 Cf. Kordoses 2003, p. 153‑161.

91 Jean Apokaukos, Σημείωμα περὶ οἰκήσεως τόπου, p. 455.

92 Chronique de Iôannina, 11, 1 ; 13, 8‑9.

93 Chronique de Iôannina, 20, 5.

94 Chronique des Tocco, passim.

95 Chronique des Tocco, 2251‑2252 : τὸ δὲ πλῆθος τοῦ λαοῦ καὶ τὸ κοινὸ τῆς χώρας ἀγάπην εἴχασιν πολλὴν ’ς ἐκεῖνον τὸν Γιαγούπην καὶ ἐβγῆκαν ὅλοι εἰς αὐτὸν καὶ ἐπροσκύνησάν τον.

96 Job, Vie de sainte Théodora, p. 404.

97 Constantin Hermoniakos, passim, cf. p. 474.

98 Osswald 2011, p. 710‑714 ; Osswald 2015, p. 109‑110.

99 Greimas 1997, s.v. « chastel », p. 101.

100 Osswald 2015, p. 113.

101 Allusion à la période durant laquelle Iôannina était séparée de l’Empire.

102 Le sens de πολυφιλόχρεος n’est pas connu avec précision ; voir Kriaras et al. 1968 sq., t. 17, p. 181.

103 Nom antique d’Arta.

104 Nom antique du fleuve appelé à l’époque byzantine le Glykys et aujourd’hui de nouveau l’Achéron. Le lac de Iôannina était ordinairement appelé Pambôtis durant l’Antiquité.

105 Inexplicable. La ville est située au bord du lac Pambôtis au moins depuis le xie s.

106 C’est-à-dire les régions de Iôannina et d’Arta, respectivement au nord et au sud de l’Épire.

107 Carlo devint d’abord seigneur de Iôannina, à l’invitation des habitants, avant de s’emparer d’Arta par la force.

108 En réalité, le despote d’Épire Nicéphore II fut tué par les Albanais en bataille rangée lors de la bataille d’Achelôos (1359).

109 Allusion probable aux raids lancés contre Leucade.

110 En réalité, l’expédition contre Arta fut menée par les chevaliers Hospitaliers.

111 Détail erroné. Esau Buondelmonti ne gouverna jamais Arta.

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search