Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Nommer et classer les villes

Entre lexicographie, histoire et géographie historique : κάστρον

Catherine Saliou

Texte intégral

  • 1 Müller-Wiener 1986.
  • 2 Dunn 1994.
  • 3 Kirsten 1958, p. 19‑21 ; Dagron 1979, p. 44.

1Le mot κάστρον est ignoré par le Thesaurus Linguae Graecae d’Étienne dans sa réédition du xixe s. Il apparaît dans le Supplément du dictionnaire Liddell-Scott-Jones comme une variante tardive du pluriel κάστρα, transcription du latin castra. Il est absent du Lexicon zur byzantinischen Gräzitat en ligne, alors que ses composés sont présents. Il n’y a guère que dans les dictionnaires de G.H.W. Lampe (A patristic Greek Lexicon) et de Fr. Montanari (Vocabolario della lingua greca, Brill Dictionary of Ancient Greek) qu’il ait droit à une entrée. Ce mot qui intéresse si peu les lexicographes joue pourtant un rôle essentiel dans les débats sur l’évolution du fait civique et urbain au début de la période byzantine, comme le montrent des titres d’articles comme « Von der Polis zum Kastron »1, ou « The transition from polis to kastron in the Balkans »2. L’usage indifférencié des termes πόλις et κάστρον au début de la période byzantine signalerait le caractère désormais essentiellement militaire des établissements urbains, et cette évolution serait en germe dès le vie s.3. La formulation la plus récente de ce schéma d’évolution est due à H. Saradi :

  • 4 Saradi 2006, p. 96.

The use of the term kastron to designate a city in the Byzantine Dark Ages, instead of the term polis, is rightly taken to indicate the profound transformation of the Byzantine cities into small, fortified settlements. The cities had lost their traditional urban function, their ancient architectural appearance, their population had been dramatically reduced and their size had shrunk. The poleis had become kastra4.

Le raisonnement repose sur le sens attribué au mot κάστρον :

  • 5 Saradi 2006, p. 98.

In the sources from the sixth century, the term kastron, which from the seventh century onwards defines most of the Byzantine cities, designs a small, fortified city5.

  • 6 Saradi 2006, p. 100.
  • 7 Ravegnani 1982.
  • 8 Brandes 1989, p. 28‑43.
  • 9 Carrié 2012, p. 42‑44 ; voir aussi Carrié 2013, p. 19‑31, pour une étude de l’emploi du terme dans (...)

2Les historiens du vie s. utiliseraient le mot pour désigner des cités ou des villes en référence à leur caractère militaire6. La chronologie de l’évolution de l’emploi des mots πόλις et κάστρον, toutefois, est discutée : pour G. Ravegnani7 la confusion entre les deux termes serait effective dès le vie s., tandis que d’après W. Brandes8 la synonymie entre πόλις et κάστρον ne se constate pas avant le viis. Plus récemment, J.‑M. Carrié9 a proposé une approche très différente, opposant le singulier κάστρον/castrum, qui désignerait exclusivement une agglomération civile de rang inférieur à celui d’une cité, donc un village, au pluriel κάστρα/castra, qui seul désignerait un camp militaire. Ces débats imposent un examen plus attentif des emplois du terme dans les sources de l’Antiquité tardive. Il faut distinguer ses occurrences comme élément de formation toponymique et comme désignation générique. Nous délaisserons ici les emplois toponymiques, qui mériteraient une étude à part.

3Après avoir mis en évidence la polysémie du terme, on s’attachera à dégager les traits communs à un groupe d’agglomérations désignées par ce mot, afin de tenter de préciser la portée historique de son emploi.

Un terme polysémique

  • 10 En. VI, 775 : castrum autem ciuitas est.
  • 11 Daniel II, viii, 2a, p. 851, l. 771‑773.

4Le mot latin au pluriel castra désigne un camp militaire volant ou fixe. Au singulier, d’après l’Oxford Latin Dictionary, castrum désigne un poste ou établissement fortifié. La notice du Thesaurus Linguae Latinae est plus détaillée. À partir de la fin du ive s., le mot peut désigner tout établissement humain. Pour Servius, les mots castrum et ciuitas sont synonymes10. Jérôme explique toutefois que le choix du mot castrum pour désigner une ville, éventuellement importante, souligne son caractère fortifié11.

  • 12 St. Pont. III, 66.
  • 13 IGUR I, 246 B, l. 15.
  • 14 Des magistratures II, 6 : ἐπὶ δὲ τῶν κάστρων (οὕτω δὲ τὰς ἐν πολέμῳ παρεμβολὰς Ῥωμαίοις ἔθος καλεῖ (...)
  • 15 Des magistratures II, 30.
  • 16 Malalas, XII, 40 ; XIII, 21 ; XVIII, 16.
  • 17 Łajtar 1997, p. 43‑54.
  • 18 DMAGR III, p. 21.

5En grec, le mot κάστρα, au pluriel, peut être utilisé comme un équivalent du latin castra, au sens de « camp militaire ». La plus ancienne occurrence de cet emploi figurerait dans une inscription pontique de la fin du ier s. av. J.‑C., mais le mot y est presque entièrement restitué12. En revanche, la présence du terme est certaine dans une inscription du début du ive s. ap. J.‑C., où il désigne les castra Misenatium, situés à Rome entre les thermes et la Via Labicana13. Au vie s. l’antiquaire Jean le Lydien l’utilise deux fois, d’abord pour expliquer que « castra est le nom que les Romains donnent aux camps (parembolai) en temps de guerre »14, ensuite pour signaler qu’avant la dédicace de Constantinople, Constantin ne la désignait que comme un « camp » (κάστρα)15. Le plus souvent cependant, quand le mot κάστρον est au pluriel, il semble s’agir d’un vrai pluriel, désignant un groupe d’entités susceptibles d’être désignées chacune par le mot au singulier. C’est le cas notamment, au vie s., dans la Chronographie de Jean Malalas : dans chacune des occurrences où le mot figure au pluriel, il désigne une pluralité de référents16 (ex. : appendice, T1). De fait, les emplois du terme au singulier deviennent fréquents à partir du vie s. et dans les papyrus le pluriel κάστρα est attesté du iiie au ve s., tandis que le singulier κάστρον n’apparaît qu’au vie s.17. Ces emplois au singulier sont au reste pris en compte dans quelques dictionnaires spécialisés. Le dictionnaire de Lampe indique que le mot désigne une forteresse (« stronghold ») et peut s’appliquer à une ville (« city ») ou un monastère ; d’après le dictionnaire du vocabulaire architectural grec d’A.K. Orlandos et I.N. Travlos, le terme s’applique à une forteresse ou à un rempart. Le sens de « forteresse » est le seul retenu dans les versions italiennes (« fortezza ») et anglaise du dictionnaire de Montanari et c’est aussi le seul sens que connaît le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine18.

  • 19 Hésychius, Ο 2059.
  • 20 Hésychius, Π 819 ; Suda Κ 471, cf. Π 445.
  • 21 Ex. : Suda Φ 743.
  • 22 D’autres inscriptions comportant le mot κάστρον et provenant de la même région datent assurément o (...)
  • 23 IGLS IV, 1682 = Choix IGLS, 18. Sur la localité dans son ensemble, Mango 2011 ; Strube, Ateş et Kn (...)
  • 24 Il a fait construire un bain à Andrôna (IGLS IV, 1685) et probablement au moins contribué à la con (...)
  • 25 Strube, Ateş et Knötzele 2015, avec une réflexion critique sur la bibliographie antérieure.
  • 26 Actes anciens d’Anastase le Perse § 20, 22‑23, 25, 27 (dans Flusin 1992). Cf. Mesqui 2014, p. 53, (...)
  • 27 Dans la plupart des documents, le mot κάστρον apparaît dans des contextes où il s’agit de préciser (...)
  • 28 Maurice, Strategikon I, 6 (6) ; I, 7 (15).
  • 29 Pierre-Beylot 2011, p. 70‑71 pour la Sainte Montagne, p. 72 pour Raïthou ; liste commentée des occ (...)

6En effet, le terme peut être utilisé pour désigner un édifice fortifié ou un camp militaire, isolé ou situé dans une agglomération ou à la périphérie de cette dernière. Ce sens de « fort », « forteresse », « camp » est le seul attesté par les lexicographes antiques et médiévaux, qui donnent κάστρον comme synonyme de ὀχύρωμα19, παρεμβολή20, φρούριον21. Dans la Vie de saint Sabas, de Cyrille de Scythopolis, rédigée vers 553, le mot désigne un fort dont les moines de Judée demandent la construction afin d’assurer le maintien de l’ordre et la sécurité dans la région après la révolte des Samaritains de 529 (T2). Ce fort devra être construit sur l’ordre de Justinien et sur fonds publics par le duc de Palestine Summus. Le mot apparaît également dans plusieurs inscriptions syriennes de la même époque pour désigner un édifice, dans des contextes qui invitent à le traduire par « forteresse »22. À Andrôna, dans la steppe syrienne (fig. 1), il figure dans une dédicace de construction datée de 558‑559 et gravée sur le linteau de l’édifice qui fait l’objet de la dédicace, situé au cœur de l’agglomération23. Le κάστρον a été construit grâce à la générosité d’un certain Thomas, mentionné par ailleurs à propos d’autres constructions24. Son étude archéologique et architecturale a montré qu’il s’agissait bien d’un bâtiment fortifié25. Dans un village du territoire de la cité d’Apamée, en 561, un groupe anonyme commémore, à la première personne du pluriel, la construction d’un κάστρον par une inscription gravée sur un linteau remployé et dont on ignore donc à quel édifice il appartenait (T3). Le sens de « forteresse urbaine » est particulièrement bien illustré par les Actes anciens d’Anastase le Perse, au début du viie s., où le terme κάστρον désigne un édifice de Césarée, capitale de la province de Palestine Première. Cet édifice, utilisé comme prison dans le récit des Actes, doit probablement être identifié à la forteresse encore visible sur le site26. Nessana, village dépendant de la cité d’Élousa, a livré une riche documentation papyrologique. Le mot κάστρον y désigne tout au long du vie s. la garnison stationnée dans la localité et son lieu de cantonnement27. Dans le Stratégikon de Maurice, rédigé entre la fin du vie s. et le début du viie s., le terme, dans la mesure où il est opposé à πόλις, doit désigner une forteresse extra-urbaine, voire le camp non permanent d’une armée en campagne, et semble donc pouvoir être considéré comme un exact équivalent, bien qu’il soit employé au singulier, du mot latin castra au pluriel28. La fortification des monastères du Sinaï sous Justinien (527‑565) explique que le mot soit couramment employé dans le milieu monastique sinaïtique pour désigner un monastère à partir de la fin du vie s. ou du début du viie s. ap. J.‑C.29. Jean Moschos (ca 550‑ca 625) utilise ainsi le terme κάστρον à propos du monastère de Raïthou (T4).

Fig. 1 – Le Proche-Orient dans l’Antiquité tardive.

Fig. 1 – Le Proche-Orient dans l’Antiquité tardive.
  • 30 Sur Malalas et la Chronographie, voir Jeffreys et Croke (dir.) 1990 ; Beaucamp (dir.) 2004 ; Agust (...)
  • 31 PW X, 2, s.v. « Κάρραι » [Weissbach] ; RAC XIII, s.v. « Harran » [Cramer].
  • 32 Dignas et Winter 2007, p. 26.
  • 33 Zosim., III, 13, 1.

7Le mot κάστρον peut aussi désigner une agglomération. Dans la Chronographie de Jean Malalas, dont la première édition daterait des environs de 530 ap. J.‑C. et qui nous est parvenue sous une forme résumée30, il est régulièrement utilisé en ce sens. Un exemple significatif, même s’il est aussi révélateur de la fantaisie de Malalas, est celui qui concerne la fondation de Carrhes, attribuée à l’empereur Carus (T5). Carrhes, ou Harran, est une ville très ancienne, et sous le Haut-Empire une cité de l’Empire romain, qui jouit même du titre de colonie à partir du règne de Marc Aurèle31. Carus a lancé une expédition contre la Perse en 28132, mais il est évident que Carrhes ne lui doit pas son nom. Lors des conflits entre la Perse et Rome au iiie s., elle fut, pendant au moins une période, rattachée à l’Empire perse. La notice de Malalas, si elle n’est pas fondée exclusivement sur le jeu de mots Carrhes/Carus, pourrait renvoyer, compte tenu du caractère mouvant de la frontière entre les deux empires, à un épisode de réintégration de la localité dans l’Empire romain non signalé par ailleurs. Cela dit, il serait vain de vouloir en établir l’historicité. En revanche, qu’il s’agisse d’une erreur, d’une falsification ou d’une plaisanterie, cette notule de Malalas met en évidence deux traits qui seront vérifiés dans la suite de cette étude : nombre d’agglomérations désignées du terme de κάστρον sont situées dans une zone frontalière (le caractère de ville-frontière de Carrhes, souligné par Malalas, est signalé également par Zosime33) ; le statut ou la qualité de κάστρον renvoie en quelque sorte à un stade préparatoire à la promotion au statut de πόλις.

  • 34 Brandes 1989, p. 34‑35 ; c’est aussi en ce sens que Bagnall 2001 comprend ce passage.
  • 35 Sur la probabilité de l’existence d’un établissement militaire à proximité immédiate de Hibis, Bag (...)
  • 36 Sur les forts et fortins de la Grande Oasis, Reddé 1999.

8Quelques décennies plus tard, Jean Moschos semble utiliser dans le même passage de façon indifférenciée le mot πόλις et le mot κάστρον pour désigner une agglomération de « l’Oasis » – c’est-à-dire de la Grande Oasis occidentale d’Égypte –, qui serait Hibis (T6). Ce serait d’après W. Brandes le premier exemple d’une confusion entre πόλις et κάστρον34. Toutefois, dans ce passage l’expression οἱ ἀπὸ τοῦ κάστρου peut désigner, plutôt que des civils, les soldats d’une forteresse située aux abords immédiats de la ville35, ou venus d’un camp un peu plus éloigné36 et dont la fonction serait de défendre les moines ou l’agglomération ou au moins d’assurer la sécurité des négociations : en ce cas il n’y a aucune confusion entre πόλις et κάστρον.

9Quelles sont les caractéristiques des agglomérations désignées comme un κάστρον ? Pour le déterminer, il faut aller au-delà de l’approche strictement philologique et lexicographique qui a été la nôtre jusqu’à présent, et adopter une démarche plus historique : en effet, si l’usage du mot grec comme terme générique à propos d’une agglomération ne semble devenir courant qu’à partir du vie s., certaines localités ainsi désignées le sont par le terme latin castrum dès le ive s. ; le mot castrum/κάστρον est parfois délaissé par certains auteurs au profit d’autres termes plus élégants, qu’il faut savoir démasquer ; il faut aussi tenir compte des transcriptions du mot dans d’autres langues, en particulier en syriaque. Le simple relevé des occurrences du mot κάστρον ne permet donc pas de saisir la catégorie à laquelle il renvoie et c’est la combinaison de sources de langues diverses et de genres variés qui permet de mettre en évidence l’existence d’un groupe d’agglomérations caractérisées, comme on va le voir, par un certain nombre de traits communs.

De l’Osrhoène à la Syrie Première

  • 37 ACO II, 1, 2, p. 97, l. 22 : Ἁβράμιος ὁ εὐλαβέστατος ἐπίσκοπος Κάστρου Κιρκησίου Ὀσροηνῆς. Le mot (...)
  • 38 Eutr., IX, 2, 3 ; HA, Gordiani tres, 34, 2.
  • 39 Amm., XXIII, 5,1‑2.
  • 40 Zosim., III, 12, 3. Circesium est mentionné par Zosime comme par Malalas et Ammien Marcellin dans (...)
  • 41 Procop., Bell. II, 5, 2‑3 ; Aed. II, 6, 1 ; 3 ; 12.
  • 42 Procop., Aed. II, 6, 3.
  • 43 Honigmann 1939a.
  • 44 Évagre, HE V, 9, l. 10.
  • 45 Évagre, HE V, 9, l. 6.
  • 46 Historiae III, 10, 6 ; III, 17, 5.
  • 47 PW XI, s.v. « Κιρκήσιον » ; DHGE XII, col. 836‑837, s.v. « Circesium » ; pour une description des (...)
  • 48 Amm., XXIII, 5, 1‑2 ; Procop., Aed. II, 6, 2.
  • 49 Zuckerman 1998, p. 144‑147.
  • 50 Not. Dign. Or. 36, 12 et 24 (Neira Faleiro 2005, p. 272‑273).
  • 51 DHGE XII, col. 836‑837, s.v. « Circesium » [Janin] ; Fedalto 1988, p. 813.

10En Osrhoène, au confluent de l’Euphrate et du Khabour, Circesium est désignée comme un κάστρον dans les Actes du concile de Chalcédoine de 45137, la Chronographie de Malalas (T7), et la Chronique Pascale (T8). En latin, au ive s., l’agglomération est désignée comme un castrum par Eutrope et par l’auteur de l’Histoire Auguste38. On en déduira que le mot latin castrum au ive s. et sa transcription κάστρον aux ve-vie s. ont le même signifié. Ammien Marcellin, au ive s., préfère utiliser le terme munimentum39. Sous le règne d’Anastase, puis celui de Justinien, les historiens classicisants Zosime40 et Procope de Césarée41, qui n’utilisent jamais le mot κάστρον, désignent Circesium par le mot φρούριον. Tout se passe comme si le terme castrum/κάστρον était évité par les historiens adeptes d’une langue recherchée, aussi bien en latin qu’en grec. Procope signale la promotion de Circesium au statut civique par Justinien42. De fait, la localité est absente de la liste des cités d’Osrhoène dans le Synekdèmos d’Hiéroclès, qui est une liste classée par province des cités de l’Empire au début du règne de Justinien, mais présente dans l’opuscule de Georges de Chypre, qui en est une sorte de réédition incomplètement mise à jour vers 60043. Évagre le Scolastique, qui écrit à la fin du vie s., désigne Circesium tantôt comme une πόλις44, tantôt comme un πόλισμα45, terme utilisé également à propos de la localité par Théophylacte Simoccatta, au début du viie s.46. L’étymologie du mot πόλισμα est transparente et renvoie à la notion de cité. L’acquisition du statut civique sous le règne de Justinien a donc entraîné un changement de désignation générique de l’agglomération. La localité a une longue histoire, dont le début est bien antérieur à la période hellénistique47. Fortifiée par Dioclétien48, elle est mentionnée dans la Notitia Dignitatum – liste de fonctions administratives et militaires rédigée en 40149 –, comme la garnison de la IVlégion Parthique50. Elle est attestée comme siège épiscopal au moins depuis le Concile de Chalcédoine en 45151.

  • 52 PW XVII, 1, col. 309‑310, s.v. « Nikephorion » [Weidner] ; pour une description des vestiges, Gabo (...)
  • 53 Ambr., Ep. X, 74, 13.
  • 54 Amm., XXIII, 3, 7.
  • 55 Lib., Ep. 21, 5‑6.
  • 56 Théodoret, Histoire Philothée 26, 16 : […] κατὰ τὴν Καλλίνικον – φρούριον δὲ αὕτη μέγιστον – […].
  • 57 Chronique d’Édesse 70 (sur ce texte, voir Debié 2015, p. 527‑529, avec la bibliographie).
  • 58 Procop. Bell. II, 21, 30 ; Aed. II, 7, 17.
  • 59 Historiae III, 17, 8.
  • 60 Fronton lui donne encore son nom de Nikèphorion dans une lettre adressée à Lucius Verus après sa c (...)
  • 61 Lib., Ep. 21, 5.
  • 62 Le mot « métonomase », absent de la plupart des dictionnaires courants, est pourtant régulièrement (...)
  • 63 Sur Callinicos de Pétra, voir en dernier lieu Pernot 2010.
  • 64 Malalas, XVIII, 66.
  • 65 Lib., Ep. 21, 6.
  • 66 Not. Dign. Or. 35, 4 et 26 (Neira Faleiro 2005, p. 269‑271).
  • 67 C. J. IV, 63, 4, 1 (date : 408 ou 409). Les deux autres localités où de tels échanges sont autoris (...)
  • 68 Fedalto 1988, p. 813.

11En Osrhoène également, Callinicum (Callinicon, Callinicos)52 n’est désignée comme un κάστρον dans aucune source grecque mais est qualifiée de castrum par Ambroise de Milan en 388, dans une lettre adressée à Théodose à propos de l’incendie d’une synagogue par la communauté chrétienne du lieu53. Ammien Marcellin la désigne, comme Circesium, du terme de munimentum54. Dans une lettre datée de 358, le sophiste Libanios, qui répugne aux termes usuels, concrets ou administratifs, utilise alternativement à son propos les mots σταθμός et χωρίον55. Le terme σταθμός renvoie au caractère de ville-étape de la localité, pour qui longe l’Euphrate ou a traversé la steppe. Le terme χωρίον, utilisé par Hérodote et Thucydide pour désigner une place forte, peut avoir été substitué à κάστρον par Libanios par goût du beau langage. Au milieu du ve s., Théodoret de Cyr présente l’agglomération comme un φρούριον56. Théodoret est un auteur qui se pique de bien écrire : il aura eu le même réflexe que Procope qui, on l’a vu, utilise φρούριον comme un substitut de κάστρον. La ville, à ce moment en tout cas, ne doit pas avoir le statut de cité, puisque la Chronique d’Édesse mentionne sa « fondation » – c’est-à-dire sa promotion au statut civique – sous le règne de Léon, en 46657. Procope la désigne donc comme une cité (πόλις)58, comme le fera plus tard Théophylacte Simocatta59. Dans le Synekdèmos d’Hiéroclès, « Léontopolis ou Callinicos » figure sur la liste des huit cités d’Osrhoène. Elle apparaît également dans l’opuscule géographique de Georges de Chypre. Que peut-on dire de cette agglomération avant sa promotion au statut civique ? Il s’agit de l’antique ville séleucide de Nikèphorion, rebaptisée Callinicon entre le iie et le ive s.60. Libanios explique ce nom par le fait que le rhéteur Callinicos de Pétra y aurait été assassiné61, ce qui est évidemment controuvé, mais fournit peut-être un élément de datation de la métonomase62, qui aurait eu lieu au troisième quart du iiie s.63. Cette indication de Libanios prend tout son intérêt si on la rapproche de la curieuse notice de Malalas citée plus haut à propos de Carrhes (T5) et d’un autre passage du chronographe expliquant le nom du castron Abgarsaton, inconnu par ailleurs et peut-être fictif, par le nom de son fondateur Abgar d’Édesse64. Ces trois étiologies, si absurdes qu’elles paraissent, ont le mérite de montrer qu’une agglomération désignée comme un castron peut faire l’objet d’élaborations légendaires et de récits de fondation au même titre qu’une cité. Libanios signale que la localité abrite une garnison65, ce que confirme la Notitia Dignitatum quelques décennies plus tard66. Ammien Marcellin précise qu’il s’agit non seulement d’une place bien fortifiée, mais aussi d’une place commerciale importante. Au début du ve s., une loi impériale la désigne comme la seule localité en territoire romain où les transactions économiques avec les Perses soient autorisées67. Théodoret de Cyr la qualifie de « très grande ». Elle est évêché depuis la fin du ive s. au moins68. L’incendie d’une synagogue suppose aussi l’existence d’une communauté juive.

  • 69 PW IIA, col. 1684‑1688, s.v. « Sergiupolis » [Honigmann] ; TIB 15, 2, p. 1726‑1734.
  • 70 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 26 (Van den Gheyn 1895, p. 392) : Ῥοσαφὼν τὸ κάστρον (cf. (...)
  • 71 Procop., Aed. II, 9, 3.
  • 72 Jean Diacrinoménos dans Théodore le Lecteur, p. 156, l. 1. 17‑19 : διὰ τοῦτο Σεργιούπολιν τὴν πόλι (...)
  • 73 Procop., Aed. II, 9, 3, cf. Fowden 1999, p. 93‑94.
  • 74  E.g. Procop., Bell. II, 20, 2 ; 7 ; 9.
  • 75 Le fait que Jean Diacrinoménos désigne la localité comme une πόλις (supra, n. 72) peut constituer (...)
  • 76 PW IIA, s.v. « Sergiupolis », col. 1684 [Honigmann].
  • 77 Konrad 1992.
  • 78 Not. Dign. Or. 35, 5 et 27 (Neira Faleiro 2005, p. 269‑271).
  • 79 Fowden 1999, p. 28.
  • 80 Fedalto 1988, p. 799 ; Fowden 1999, p. 27.
  • 81 Sur les différentes étapes de la construction religieuse à Resafa, Fowden 1999, p. 77‑92.

12En Euphratésie, Resafa69 est un des sites les plus connus et les plus prestigieux de la steppe syrienne. La localité est désignée comme un κάστρον dans la Passion ancienne des saints Serge et Bacchus, rédigée dans le deuxième quart du ve s.70. Dans son ouvrage sur les constructions de Justinien, Procope la désigne comme un χωρίον – mot qui, comme on l’a vu à propos de Callinicum, est un substitut possible de κάστρον – dans un passage qui fait référence à une métonomase intervenue sous le règne d’Anastase (491‑518)71. L’empereur Anastase, en échange de reliques du saint, avait en effet conféré à la localité le droit de porter le nom de Sergioupolis et le statut de métropole, donnant à son évêque prééminence et autorité sur d’autres évêques de la région72. Procope attribue à Justinien un véritable programme urbanistique, incluant la construction des remparts et aboutissant à doter ce χωρίον des embellissements d’une cité. Il ajoute que Justinien établit une garnison dans la ville pour la protéger73. Dans le De Bellis, l’historien qualifie l’agglomération de πόλις dans le récit d’événements datés de 54274. Elle est absente de la liste des cités d’Euphratésie dressée par Hiéroclès, mais figure en revanche dans l’opuscule géographique de Georges de Chypre comme « Sergioupolis ou Anastasioupolis ». Ces indices concordants incitent à penser que le site n’acquit un statut proprement civique qu’après 528, et plus précisément entre 528 et 54275. Resafa, comme Circesium, est une agglomération ancienne76. Des couches d’occupation d’époque flavienne ont été mises en évidence sur le site77, mentionné dans la Notitia Dignitatum comme abritant le camp militaire des equites promoti indigenae78. La présence des reliques de Serge est un des facteurs d’explication de son développement à partir du début du ve s. : un premier martyrium est édifié pour les abriter vers 42579 ; en 434, la localité est élevée au rang d’évêché80 et comme on l’a vu, elle acquiert le statut de métropole sous le règne d’Anastase. Un nouveau martyrium est construit en 518, après l’édification d’une vaste basilique. La ville est entourée de remparts qui, de nos jours encore, impressionnent le visiteur et qui remplacent une fortification plus ancienne érigée en même temps que le premier martyrium81.

  • 82 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 23 : μέχρι Τετραπυργίας τοῦ κάστρου […] ἐν Τετραπυργίᾳ τῷ (...)
  • 83 Konrad, Baldus et Ulbert 2001. L’essentiel de cet ouvrage est consacré à la publication archéologi (...)

13Entre Resafa et l’Euphrate, la Passion ancienne des saints Serge et Bacchus mentionne le κάστρον Tétrapyrgia82. Le site, identifié sur le terrain, comporte un fort associé à une petite agglomération83.

  • 84 Konrad, Baldus et Ulbert 2001, p. 5‑12 ; TIB 15, 2, p. 1764‑1766.
  • 85 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 20 : ἐπὶ τὸ κάστρον Σουρῶν. Cf. § 21.
  • 86 Ps. Josué, cap. 74. Sur ce texte, voir en dernier lieu Debié 2015, p. 522‑527, avec la bibliograph (...)
  • 87 Bell. I, 18, 14 ; II, 5, 8.
  • 88 Aed. II, 9, 1‑2.
  • 89 Agathias, Histoires, pr. 27 ; Évagre, HE IV, 25, l. 15.
  • 90 Honigmann 1939b, p. 130.
  • 91 Sur les noms dérivés du sien donnés aux cités par Justinien et sur l’association entre métonomase (...)
  • 92 Pèlerin de Plaisance, rec. I, § 47 (supra, n. 82) : in ciuitate Suras.
  • 93 Saradi 2006, p. 98.
  • 94 Vie ancienne de S. Syméon Stylite le Jeune § 219, l. 1 : Ἐν Σουροῖς τῷ κάστρῳ, ὅπερ ἐστὶ πόλις μικ (...)
  • 95 Plin., V, 87 ; 89.
  • 96 Konrad, Baldus et Ulbert 2001, p. 5‑12 ; Gaborit 2012‑2015, vol. II, p. 352 et fig. 6.
  • 97 Not. Dign. Or. 35, 6 et 28.
  • 98 Fedalto 1988, p. 800.
  • 99 Pour des descriptions des vestiges, Ulbert 1989, p. 286‑288 ; Gaborit 2012‑2015, vol. II, p. 349‑3 (...)

14Sur l’Euphrate, Soura84 est désignée comme un κάστρον dans la Passion ancienne des saints Serge et Bacchus85, mais aussi dans la Chronique du pseudo-Josué le Stylite, de peu postérieure à 506, dans le récit d’événements datés de 503‑50486. Procope désigne l’agglomération comme une πόλις dans le De Bellis, dans le récit d’épisodes datés de 531 et de 54087, et comme un πόλισμα, ce qui n’est pas contradictoire avec un statut civique, dans le De Aedificiis88. Agathias et Évagre le Scolastique, se référant aux mêmes événements que Procope dans le De Bellis, utilisent également le mot πόλις à propos de l’agglomération89. Soura est absente de la liste des cités d’Euphratésie dressée par Hiéroclès ; elle est également absente de l’opuscule de Georges de Chypre, mais la mise à jour opérée par cet auteur est incomplète. On considérera donc que la promotion du κάστρον au statut civique a eu lieu entre 528 et 531. Il est tentant de corriger en ce sens, à la suite d’Ernst Honigmann90, un passage de Malalas qui pourrait précisément signaler cette promotion en mentionnant la métonomase qui lui aurait été associée91 (T9). Le Pèlerin de Plaisance, vers 575, qualifie Soura de ciuitas92. Toutefois, au début du viie s., l’auteur de la Vie ancienne de Syméon Stylite le Jeune la désigne à la fois comme un κάστρον et comme une « petite cité ». Faut-il en conclure, avec H. Saradi, que les deux termes κάστρον et πόλις sont désormais interchangeables93 ? En fait, le récit concerne un soldat de la garnison de Soura : l’emploi du mot κάστρον par le narrateur a plutôt pour fonction d’introduire le lecteur dans l’ambiance militaire de l’épisode94. La localité est signalée par Pline l’Ancien95 et une inscription témoigne de l’occupation du site dès la première moitié du ier s. ap. J.‑C.96. Soura est au reste mentionnée à diverses reprises aux iie-iiie s. Elle abrite d’après la Notitia Dignitatum le camp principal de la XVIe légion Flavia97. Comme on l’a vu, elle accueille toujours une garnison dans la deuxième moitié du vie s. Elle est attestée comme évêché à partir de 44598. L’agglomération, étirée sur la rive de l’Euphrate et protégée par une enceinte d’une longueur totale de 1,8 km édifiée en deux phases successives, est caractérisée par la présence d’un fort, mais aussi d’édifices religieux, et par un réseau viaire régulier99.

  • 100 TIB 15, 2, p. 1544‑1546.
  • 101 Cassiod., Hist. II, 1, 1. 23‑24 : Neocaesariae, quod est castrum positum iuxta ripas Eufratae.
  • 102 Théodoret, HE I, 7, 5.
  • 103 Procop., Aed. II, 9, 18‑20. Dans ce passage, Procope associe étroitement Néocésarée et Zeugma.
  • 104 Fedalto 1988, p. 795 ; TIB 15, 2, p. 1545.
  • 105 TIB 15, 2, p. 1544.
  • 106 Harper et Wilkinson 1975 ; Ulbert 1989, p. 286 ; TIB 15, 2, p. 1545.

15Néocésarée100 est désignée comme un castrum dans l’Histoire Tripartite de Cassiodore101, qui traduit ainsi le mot φρούριον employé par Théodoret102. Procope mentionne les travaux de fortification dont la localité fit l’objet de la part de Justinien, et associe ces travaux à une promotion au statut civique103. De fait, la localité, absente du Synekdèmos d’Hiéroclès, figure dans la liste de Georges de Chypre sous le nom de Kaisareia, ce qui indique qu’elle a été promue au rang de cité durant le vie s. Elle est évêché dès le règne de Licinius (312‑324) et elle est signalée comme lieu de garnison des equites Mauri Illyriciani dans la Notitia Dignitatum104. Elle est identifiée au site de Dibsī Farağ, occupé depuis le début du ier s. ap. J.‑C. et également identifiable à la localité nommée Athis par les sources du Haut Empire, ce qui implique que la localité a fait l’objet d’une métonomase comme Nikèphorion/Callinicum105. Sur le site a été mise au jour une agglomération dotée de remparts et caractérisée par la présence de thermes et d’églises chrétiennes, dont l’essor semble commencer dès le ive s.106.

  • 107 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 13 : ἐν κάστρῳ τινὶ Βαρβαλίσῷ ; cf. § 20.
  • 108 Malalas, XVIII, 60 : ἐπὶ Βαρβαϊσισσὸν (sic) τὴν πόλιν.
  • 109 Pèlerin de Plaisance, rec. I, § 47 (supra, n. 82) : in ciuitate Barbarisso (sic). La forme du topo (...)
  • 110 La localité figure également dans une liste dressée par Procope de sites fortifiés par Justinien ((...)
  • 111 TIB 15, 2, p. 945.
  • 112 Fedalto 1988, p. 784 ; TIB 15, 2, p. 949.
  • 113 Ulbert 1989, p. 286 ; TIB 15, 2, p. 950.

16Barbalissos est désignée dans la Passion ancienne des saints Serge et Bacchus107 comme un κάστρον. Bien qu’absente de la liste des cités d’Euphratésie dressée par Hiéroclès et de l’opuscule de Georges de Chypre, elle est mentionnée comme une cité par Malalas108 (πόλις) ainsi que par le Pèlerin de Plaisance109 (ciuitas) : il est probable qu’elle a été promue au rang de cité sous le règne de Justinien110. La localité, signalée dans les sources à partir du iie s. ap. J.‑C.111, est attestée comme évêché, peut-être dès 325, et à coup sûr à partir de 433112. Elle est mentionnée dans la Notitia Dignitatum comme abritant la garnison des equites Dalmatae Illyriciani, et caractérisée par la présence de remparts113.

  • 114 Alpi 2009, vol. 2, p. 76.
  • 115 TIB 15, 2, p. 832‑834, s.v. « Anasartha ».
  • 116 Feissel 2002.
  • 117 Fedalto 1988, p. 699.
  • 118 Cf. Bowersock 2002, p. 52‑55, Choix IGLS, 19, IGLS II, 292.

17Plus à l’ouest, Anasartha, dans la province de Syrie Première, est désignée comme un castron (κάστρον) par Sévère d’Antioche en 513 dans sa correspondance114 et par Malalas, lorsqu’il mentionne sa promotion au statut civique en 528 (T9). Cette nouvelle cité n’est mentionnée ni dans le Synekdèmos d’Hiéroclès, ce qui est normal puisque la promotion a eu lieu sous le règne de Justinien, ni dans l’opuscule de Georges de Chypre – mais, rappelons-le, la mise à jour est incomplète. Anasartha115 est une agglomération d’« Arabes » sédentaires ou sédentarisés tôt christianisés116, attestée comme évêché à partir de 445117. Contrairement aux sites mentionnés jusqu’à présent, Anasartha n’est pas mentionnée dans la Notitia Dignitatum. L’agglomération est entourée d’un rempart et dominée par une citadelle, mais les inscriptions qui leur sont associées de façon certaine ou probable sont toutes postérieures à l’acquisition du statut civique118.

  • 119 TIB 15, 2, p. 1178‑1179.
  • 120 Bell. I, 18, 8 : ἐν χωρίῳ Γαββουλῶν.
  • 121 Fedalto 1988, p. 702.
  • 122 Procop., Aed. II, 9, 10.

18En Syrie Première également, Gabboula (Gabbula)119, au sud-est d’Alep, est désignée comme un κάστρον par Malalas (T10) et comme un χωρίον par Procope120. Tout se passe comme si Procope avait substitué χωρίον à κάστρον par atticisme, de même qu’il désigne Circesium comme un φρούριον plutôt que comme un κάστρον. On se rappellera que Libanios également utilisait le terme χωρίον pour désigner Callinicum. Gabboula est attestée comme évêché dès 325121. Elle n’est pas signalée dans la Notitia Dignitatum. L’agglomération est dotée d’un rempart d’après Malalas et fut fortifiée par Justinien d’après Procope122. Gabboula n’apparaît ni dans le Synekdèmos d’Hiéroclès ni dans l’opuscule de Georges de Chypre. Aucune source, au reste, n’indique sa promotion au statut civique. On en conclura qu’elle n’est jamais devenue une cité ou plus exactement que rien ne permet d’établir qu’elle le soit devenue.

  • 123 L’évolution du peuplement de cette région fait l’objet d’un programme collectif de la part d’un gr (...)

19Ces exemples, à l’exception de ceux de Gabboula et de Tétrapyrgia, illustrent le passage du « castron » à la « cité » – c’est-à-dire un mouvement inverse à celui qui est suggéré par le titre des articles cités en introduction. Et à vrai dire, dans les lignes qui précèdent, nous avons surtout détaillé les étapes de la poliadisation de la steppe et de la région de l’Euphrate dans l’Antiquité tardive, et mis en évidence le rôle déterminant joué par Justinien dans cette évolution. Callinicum acquiert le statut de cité dès 466, mais toutes les autres promotions que nous avons relevées datent du règne de Justinien, entre 528 et 531 (Anasartha, Soura), avant 540 ou 542 (Resafa, Barbalissos ?), après 540 (Circesium), celle de Néocésarée restant de date indéterminée. Ce mouvement accompagne celui que l’on désigne comme « la conquête de la steppe » et qui correspond à un développement spectaculaire de l’occupation et de la mise en valeur des marges arides de la Syrie intérieure123. Une enquête sur la nature de la relation entre ces deux phénomènes, économique, écologique et démographique d’une part, juridique et politique d’autre part, n’a pas sa place ici. Revenons plutôt au mot κάστρον. Quelles conclusions est-il possible de tirer de notre inventaire ?

Les mots et les choses : du castron à la polis

  • 124 C’est le cas dans une loi impériale de 371 conservée dans le Code de Justinien (C. J. XII, 59, 1).
  • 125 Dans un édit de l’empereur Anastase (491‑518) concernant l’organisation militaire de la Pentapole (...)
  • 126 Saradi 2006, p. 98, qui renvoie à Irmscher 1995, où le passage est cité, mais non commenté (p. 95)

20Le mot grec κάστρον, employé pour désigner une agglomération, est l’équivalent exact du terme latin castrum : les deux mots sont employés dans les deux langues à propos des mêmes localités qui doivent donc relever d’une catégorie spécifique. La chronologie des attestations n’est pas la même, mais il ne s’agit que des attestations, et la catégorie elle-même, comme l’emploi du terme dans les deux langues, a dû apparaître au ive s. C’est un terme qui jusqu’au début du viie s. en tout cas ne relève pas de la langue littéraire et des écrivains comme Ammien Marcellin, en latin au ive s., et Procope, en grec au vie s., évitent soigneusement de l’employer. Dans la législation impériale, dont la langue est en principe soignée, voire fleurie, pour ne pas dire ampoulée, il est rare et semble s’appliquer plutôt à un établissement militaire124, encore que certaines occurrences soient ambiguës125. Dans une loi de Justinien, datée de 545, les termes κάστρον et πόλις désignent deux entités distinctes (T11) : le κάστρον se différencie de la πόλις en ce qu’il dépend d’une administration militaire et non civile. H. Saradi mentionne ce passage mais sans le commenter réellement, dans le cadre d’une énumération de sources tendant à montrer que le terme s’applique à une « small, fortified city »126. On peut se demander cependant si l’opposition ne vise pas à distinguer les cités d’une part, les implantations militaires d’autre part, puisque le terme κάστρον, comme on l’a vu, peut désigner une forteresse ou un camp. Le terme κάστρον/castrum est dédaigné par la langue littéraire et peu usité par la chancellerie impériale. Son emploi pour désigner une agglomération pourrait relever de la langue administrative ou plus précisément du jargon technique des administrations locales, au niveau diocésain par exemple (rappelons que le mot « diocèse » désigne dans l’Antiquité tardive un ensemble de provinces). On pourrait y voir un élément d’explication de la concentration géographique des exemples énumérés plus haut, et on doit garder à l’esprit la possibilité de variations régionales d’emploi du mot.

21À l’exception de Tétrapyrgia et Gabboula, toutes les agglomérations étudiées plus haut ont bénéficié d’une promotion au rang de cité et ont cessé à partir de ce moment d’être désignées du terme κάστρον : ces promotions témoignent par elles-mêmes précisément, d’une distinction nette entre l’appartenance à la catégorie de castrum/κάστρον et le statut civique. La confusion entre κάστρον et πόλις est rarissime dans les sources, voire inexistante, dans la mesure où, comme on l’a vu à propos d’Hibis et de Soura, elle peut n’être qu’apparente et correspondre à un effet de style ou à un raccourci narratif. L’emploi du terme κάστρον pour désigner une agglomération ne s’inscrit donc pas non plus dans le cadre d’un déclin du prestige de la cité, puisque l’horizon civique est ce vers quoi tendent les agglomérations ainsi désignées.

  • 127 Voir par exemple l’inscription remerciant Justinien d’avoir rendu à Cyrrhus en même temps son stat (...)
  • 128 SEG 39, 1613. L’inscription n’est pas datée précisément. Sur le statut de la localité, voir aussi (...)
  • 129 Feissel 2016.

22Pour autant, le terme ne s’applique pas à n’importe quelle agglomération de rang inférieur à celui d’une cité, et il convient de s’interroger, non seulement sur la relation entre κάστρον et πόλις, mais aussi sur la relation entre κάστρον et κώμη. En effet, le terme ordinaire pour désigner une localité de rang inférieur à celui d’une cité, quelle que soit par ailleurs son importance, est κώμη, traduit selon les contextes par « village » ou « bourgade », et ce terme est bien attesté au vie s. au Proche-Orient. Quels sont les traits qui font qu’une agglomération de rang non civique est désignée comme un κάστρον ? Le mot, on l’a vu, peut aussi désigner une forteresse. Faut-il en conclure qu’il désigne fondamentalement, dans tous ses emplois, un bâtiment ou espace fortifié, et que ce serait l’existence d’un rempart ou d’une forteresse qui conduirait à désigner, par métonymie, une agglomération comme κάστρον ? Certainement pas. Un rempart à lui seul ne peut constituer un élément de définition d’un κάστρον, dans la mesure où la plupart des cités sont fortifiées et où il s’agit d’un équipement explicitement proclamé comme caractéristique du statut civique127, et les agglomérations où se trouve un édifice désigné comme un κάστρον n’en sont pas pour autant désignées elles-mêmes de cette façon : Césarée est une cité, Andrôna semble être restée une κώμη128. La présence effective ou passée d’une garnison, souvent vérifiée, n’est pas non plus un critère suffisant, ni nécessaire : Gabboula ne semble jamais avoir accueilli de garnison, et si une inscription récemment réinterprétée témoigne de l’activité d’un dux, c’est-à-dire d’un responsable militaire, dans les environs d’Anasartha, cette inscription, datée de 551, est donc postérieure à l’acquisition du statut civique par Anasartha129. Si l’on ne peut pas nier les connotations militaires attachées au terme κάστρον, on ne peut s’en contenter pour définir son sens quand il désigne une agglomération.

  • 130 Malalas, XVIII, 66. Dans ce passage, le terme κάστρον alterne avec le mot καστέλλιον.
  • 131 Sur la construction religieuse à Anasartha aux ive-ve s., Feissel 2002 ; sur la synagogue de Calli (...)
  • 132 Voir notamment l’exemple d’Andrôna (supra, p. 223), dont le statut de κώμη est attesté par une ins (...)
  • 133 Théodoret, Histoire Philothée VII, 1‑2, à propos de la bourgade d’Imma en Antiochène.
  • 134 Sur le rôle et le pouvoir des évêques dans l’Antiquité tardive, la bibliographie est abondante. On (...)
  • 135 Jones 1964, p. 875‑879 ; Flusin 2004, p. 111‑112.
  • 136 Andrôna par exemple (supra, p. 223 et n. 128) n’a jamais été un évêché, mais on y a retrouvé la sé (...)

23Les agglomérations que nous venons d’inventorier ont en commun de ne pas être des chefs-lieux de cités tout en présentant des traits urbains, et elles sont au reste souvent désignées comme des villes dans la littérature archéologique. Le rôle de place de commerce n’est explicitement signalé qu’à propos de Callinicum, mais Malalas décrit un castron perse anonyme comme un lieu fortifié certes, mais qui sert aussi de lieu de dépôt de marchandises et donc, peut-on supposer, de place commerciale130. La présence d’une parure urbaine plus ou moins développée (édifices religieux, équipements thermaux, portiques) et d’une organisation régulière de la trame viaire est signalée dès lors que les sites concernés ont pu faire l’objet d’une étude sur le terrain (Resafa, Soura, Néocésarée), et, lorsqu’on peut le dater, on se rend compte que le début du processus d’aménagement est antérieur à la promotion civique. Inscriptions et textes littéraires signalent également la construction ou l’existence d’édifices religieux à Anasartha et Callinicum, de bains à Circesium, antérieurement au changement de statut131. Toutefois, certaines κῶμαι peuvent elles aussi être dotées d’éléments de parure urbaine132, ou jouer un rôle commercial à l’échelle d’un territoire étendu133. Les récits fantaisistes expliquant la dénomination de certaines agglomérations désignées comme un κάστρον, même si l’existence même de ces agglomérations peut être mise en doute, ont le mérite de témoigner de la possibilité de légendes étiologiques faisant fonction de mythes de fondation, qui rapprochent encore ces agglomérations des cités. Enfin, le trait le plus frappant, et qui se vérifie dans tous les cas à l’exception de celui de Tétrapyrgia, est la présence d’un évêque. Compte tenu du rôle social joué par l’évêque et des compétences qu’il acquiert progressivement134, cette présence fait d’une agglomération non seulement un centre de services, mais aussi un centre de pouvoir. Plus encore, la fonction de siège épiscopal est en principe une prérogative civique135 : l’institution du chôrévêque, desservant le territoire de la cité quand il est particulièrement vaste, tandis que l’évêque lui-même réside au chef-lieu, a précisément pour objet de maintenir le caractère civique de l’institution épiscopale136. La spécificité des agglomérations désignées du terme de κάστρον par rapport aux autres agglomérations de statut non civique pourrait donc être la présence d’un évêque. Il faut alors se demander ce qui peut justifier la présence d’un évêque plutôt que d’un chôrévêque dans ces localités. Compte tenu de leur concentration géographique et de leur localisation, on avancera ici l’hypothèse que leur spécificité soit de ne pas dépendre d’une cité. La désignation d’une localité comme κάστρον/castrum pourrait constituer la reconnaissance du caractère urbain – ou tout simplement de l’existence – d’une agglomération située hors du territoire d’une cité, qu’elle se trouve sur un domaine impérial ou sur un territoire soumis à l’autorité, non du gouverneur civil, mais du dux (responsable militaire d’une province ou d’un groupe de provinces frontalières). Une telle définition pourrait rendre compte également du cas de Tétrapyrgia.

  • 137 Supra, n. 27.
  • 138 P. Nessana 46, 2‑3 (605 ap. J.‑C.) ; P. Nessana 55, 3 (682 ap. J.‑C.) ; P. Nessana 141 est très fr (...)

24Telle est du moins la conclusion qu’il est possible de tirer d’une documentation essentiellement littéraire concernant le Moyen-Euphrate et la steppe syrienne entre le ive et le vie s. La documentation papyrologique offre une perspective différente et complémentaire et devra aussi être prise en compte. Ainsi, les papyrus de Nessana, dans la province de Palestine III, permettent d’étudier l’évolution de cette κώμη dépendant de la cité d’Élousa et dans laquelle se trouve un camp militaire. Les papyrus datés du vie s. distinguent la κώμη et le κάστρον137. Ce n’est qu’à partir du début du viie s. que le village lui-même est désigné comme un κάστρον, mais il est précisé que ce κάστρον dépend de la cité d’Élousa138. La définition précise du terme κάστρον a pu non seulement évoluer entre le début et la fin du vie s. mais aussi varier en fonction des provinces ou de l’organisation territoriale de chaque district frontalier.

25L’étude qui précède permet d’ores et déjà de nuancer et de préciser, voire de corriger, la notice du dictionnaire de Lampe et de compléter les autres dictionnaires. Le nom κάστρον désigne une forteresse ou une résidence fortifiée, qu’elle soit isolée ou intégrée à une agglomération, qu’elle dépende de l’État ou d’une communauté locale ; il peut aussi désigner une garnison ou un camp militaire ; par métonymie, il peut s’appliquer à un monastère, mais cet emploi, dérivé du premier, n’est pas attesté avant l’extrême fin du vie s. et semble restreint aux monastères du Sinaï. Par ailleurs, le mot κάστρον, comme le terme latin castrum, désigne une agglomération. Cet emploi est bien attesté dans la langue écrite à partir de la fin du ive s. en latin, puis au vie s. en grec. C’est un terme qui ne relève pas de la langue littéraire soignée, mais plutôt de la langue administrative, ce qui signifie qu’il faut en aborder l’étude avec le plus grand sérieux et qu’il renvoie, non à un jugement de valeur, mais à une catégorie juridique. La définition de cette catégorie, qui a pu varier dans le temps et dans l’espace, est difficile en raison de la polysémie du mot et de son évitement par certains auteurs. Le mot peut s’appliquer, et s’applique en fait la plupart du temps, dans les sources étudiées, à des agglomérations à caractère urbain. Il s’applique toujours à des agglomérations de statut non civique et cesse de pouvoir désigner une localité dès lors que cette dernière est promue au rang de cité. S’il n’y a pas lieu de nier les connotations militaires du terme, l’étude des sources de la fin de l’Antiquité ne permet pas de considérer que son emploi signale un déclin du fait civique ou une éventuelle militarisation de la société.

Appendice : textes

26On s’est abstenu à dessein de traduire le terme κάστρον dans les exemples cités ici et on s’est contenté de le transcrire.

1. Jean Malalas, XII, 40 (éd. Thurn, CFHB 35)

Ἔκτισεν δὲ καὶ εἰς τὰ λίμιτα κάστρα ὁ αὐτὸς Διοκλητιανὸς ἀπὸ τῆς Αἰγύπτου ἕως τῶν Περσικῶν ὅρων, τάξας ἐν αὐτοῖς στρατιώτας λιμιτανέους, προχειρισάμενος καὶ δοῦκας κατὰ ἐπαρχίαν ἐνδοτέρω τῶν κάστρων καθέζεσθαι μετὰ πολλῆς βοηθείας πρὸς παραφυλακήν.

Le même Dioclétien fit construire des castra aux limites [de l’Empire], de l’Égypte jusqu’aux frontières avec la Perse, en y postant des soldats frontaliers [limitanei], en décidant aussi qu’un duc serait établi dans chaque province, en deçà des camps, avec de nombreux renforts, pour en assurer la garde.

2. Cyrille de Scythopolis, Vie de saint Sabas, p. 175, l. 18 (éd. E. Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, TU 49/2, Leipzig, 1939, p. 85‑200)

[Paroles de Sabas à Justinien] Τὴν ὑμετέραν παρακαλοῦμεν γαληνότητα κελεῦσαι Σούμμωι τῶι ἐνδοξοτάτωι ἀπὸ τοῦ δημοσίου λόγου κάστρον οἰκοδομῆσαι ἐν τῆι ἐρήμωι παρὰ κάτω τῶν διὰ τῆς ἐμῆς μετριότητος συστάντων μοναστηρίων.

Nous prions Votre Sérénité d’ordonner au très glorieux Summus de construire un castron sur financement public, dans le désert, au pied des monastères qui y sont établis grâce à ma médiocre personne.

3. IGLS IV, 1859 (Apamène, Qounbous, 561 ap. J.‑C.)

☩ ΧΜΓ. ἔτους βοωʹ, μη(νὸς) Ξανθικ(οῦ) αʹ, ἰνδ(ικτιῶνος) [θʹ], ἀνέγίραμε(ν) σὺν θ(ε)ῷ/ τὼ κάστρον. ☩

Marie Mère de Dieu ! En l’an 872, le premier du mois de Xanthicos, la neuvième année de l’indiction, nous avons édifié le castron avec l’aide de Dieu.

4. Jean Moschos, Pré Spirituel, 122 (éd. P. Pattenden, « The text of the Pratum Spirituale », Journal of Theological Studies n.s. 26, 1975, p. 49‑54)

Ὢν ἐγὼ ἐν Ῥαϊθοῦ πρὸ τούτων τῶν ἐτῶν, ἐν τῇ ἁγίᾳ μεγάλῃ πέμπτῃ ἤμην ἐν τῇ ἐκκλησίᾳ καὶ τῆς ἁγίας ἀναφορᾶς ἐπιτελουμένης καὶ πάντων τῶν πατέρων ἱσταμένων, ἰδοὺ θεωρῶ δύο τινὰς ἀναχωρητὰς εἰσελθόντας ἐν τῇ ἐκκλησίᾳ, ἦσαν δὲ γυμνοί. Καὶ οὐδεὶς ἄλλος τῶν πατέρων ἐθεώρησεν ὅτι γυμνοί εἰσιν, εἰ μὴ ἐγὼ μόνος. Ὡς οὖν μετέλαβον τοῦ δεσποτικοῦ σώματος καὶ αἵματος Χριστοῦ τοῦ Θεοῦ ἡμῶν, ἐξῆλθον ἐκ τοῦ κάστρου· ἐγὼ δὲ συνεξῆλθον αὐτοῖς.

[Propos de l’abbas Stéphanos le Cappadocien, au Sinaï] Comme j’étais à Raïthou, il y a quelques années, le Jeudi Saint nous étions à l’église et comme s’accomplissait la sainte offrande et que tous les pères étaient debout, voici que je vois deux anachorètes entrer dans l’église et ils étaient nus. Et aucun autre des pères ne vit qu’ils étaient nus, si ce n’est moi. Lorsqu’ils eurent communié au corps et au sang du seigneur, du Christ notre Dieu, ils sortirent du castron, et je sortis avec eux.

5. Jean Malalas, XII, 34 (éd. Thurn, CFHB 35)

[Κᾶρος] (…) ἐπεστράτευσε δὲ κατὰ Περσῶν, καὶ εἰσελθὼν παρέλαβε τὰ Περσικὰ μέρη ἕως Κτησιφῶντος πόλεως καὶ ὑπέστρεψεν. ᾽Ετείχισε δὲ ἐν τῷ λιμίτῳ κάστρον, ὅπερ ἐποίησεν πόλιν, δοὺς αὐτῇ καὶ δίκαιον πόλεως, ὃ ἐκάλεσεν εἰς ἴδιον ὄνομα Κάρας.

[Carus] lança une expédition contre les Perses et pénétrant dans leur territoire il s’empara de territoires perses jusqu’à la cité de Ctésiphon et se retira. D’autre part, il fortifia sur la frontière un castron dont il fit une cité, en lui donnant aussi le statut d’une cité, qu’il appela de son propre nom Carrhes.

6. Jean Moschos, Pré Spirituel, 112 (PG 87, 3, 2977)

Ἔλαβεν οὖν αὐτὸν εἷς τῶν βαρβάρων· καὶ φέρει αὐτὸν πλησίον τῆς πόλεως. Καὶ εἰσῆλθεν ὁ ἀββᾶς Ἰωάννης πρὸς τὸν ἐπίσκοπον. Εὑρέθη δὲ καὶ ὁ ἀββᾶς Λέων ἐν τῇ πόλει, καὶ ἄλλοι τινὲς τῶν Πατρῶν· διὸ οὐδὲ ἐκρατήθησαν. Εἰσελθὼν οὖν ὁ ἀββᾶς Ἰωάννης ἤρξατο παρακαλεῖν τὸν ἐπίσκοπον, ἵνα τὰ νομίσματα δῷ τῷ βαρβάρῳ. Ὁ δὲ ἐπίσκοπος οὐχ εὑρέθη ἔχων εἰ μὴ ὀκτὼ νομίσματα. Ἠθέλησαν οὖν δοῦναι αὐτὰ τῷ βαρβάρῳ. Καὶ οὐκ ἔλαβεν, λέγων· Ἢ δότε μοι κδʹ νομίσματα ἢ μοναχόν. Ἠναγκάσθησαν οὖν οἱ ἀπὸ τοῦ κάστρου δοῦναι τὸν ἀββᾶν Ἰωάννην τῷ βαρβάρῳ, κλαίοντα καὶ ὀδυρόμενον· καὶ ἀπήγαγον αὐτὸν εἰς τὰς σκηνὰς αὐτῶν.

L’un des barbares s’est emparé de lui, et il l’amène près de la cité. Et l’abbas Jean arriva auprès de l’évêque. L’abbas Léon se trouvait en effet dans la cité, ainsi que d’autres pères : c’est pourquoi ils n’avaient pas été capturés. L’abbas Jean donc, étant venu, commença à demander à l’évêque de donner l’argent au barbare. Mais l’évêque se trouvait n’avoir que 8 nomismata. Ils voulurent donc les donner au barbare. Et il ne les prit pas, disant : « Donnez-moi soit 24 nomismata soit un moine ». Ceux du castron furent donc contraints de donner au barbare l’abbas Jean qui pleurait et se lamentait, et ils l’emmenèrent vers leurs tentes.

7. Jean Malalas, XIII, 21 (éd. Thurn, CFHB 35)

[Julien] ἀπὸ δὲ Ἱεραπόλεως ἐξελθὼν ἦλθεν ἐν Κάραις τῇ πόλει· κἀκεῖθεν ηὗρε δύο ὁδούς, μίαν ἀπάγουσαν εἰς τὸ Νίσιβιν πόλιν, οὖσάν ποτε Ῥωμαίων, καὶ ἄλλην ἐπὶ τὸ Ῥωμαϊκὸν κάστρον τὸ λεγόμενον Κιρκήσιον, κείμενον εἰς τὸ μέσον τῶν δύο ποταμῶν τοῦ Εὐφράτου καὶ τοῦ Ἀββορᾶ· ὅπερ ἔκτισεν Διοκλητιανός, βασιλεὺς Ῥωμαίων, καὶ μερίσας τὸν στρατὸν ὁ αὐτὸς βασιλεὺς πέμπει ἐπὶ τὸ Νίσιβιν ὁπλίτας ἄνδρας μυρίους ἑξακισχιλίους μετὰ δύο ἐξάρχων Σεβαστιανοῦ καὶ Προκοπίου. Καὶ κατέφθασεν ὁ αὐτὸς Ἰουλιανὸς τὸ Κιρκήσιον κάστρον· καὶ ἐάσας καὶ ἐν τῷ Κιρκησίῳ κάστρῳ ὅσους ηὗρεν ἐγκαθέτους στρατιώτας ἑξακισχιλίους, προσθεὶς αὐτοῖς καὶ ἄλλους ὁπλίτας ἄνδρας τετρακισχιλίους μετὰ ἐξάρχων δύο Ἀκκαμέου καὶ Μαύρου, καὶ ἐξῆλθεν ἐκεῖθεν (…).

Julien, après avoir quitté Hiérapolis, parvint à la cité de Carrhes ; et il trouva deux routes qui en partaient, l’une conduisant vers la cité de Nisibe, qui se trouvait alors appartenir aux Romains, et une autre vers le castron romain appelé Circesium, qui se trouve au confluent de l’Euphrate et du Khabour, et qu’avait construit Dioclétien, souverain des Romains. Et ayant partagé son armée le souverain envoie à Nisibe 600 000 soldats avec deux chefs, Sébastianos et Procopios. Puis Julien se rendit au castron Circesium. Et laissant aussi dans le castron Circesium tous les soldats qu’il avait trouvés cantonnés, au nombre de 6 000, en leur adjoignant 4 000 autres soldats, avec deux chefs, Accaméos et Mauros, il en partit (…).

8. Chronique Pascale, p. 504, l. 19 (éd. Dindorf, CHSB 16‑17)

Ὁ αὐτὸς Δέκιος βασιλεὺς ἤγαγεν ἀπὸ τῆς Ἀφρικῆς λέοντας φοβεροὺς καὶ λεαίνας, καὶ ἀπέλυσεν εἰς τὸ λίμιτον ἀνατολῆς, ἀπὸ Ἀραβίας καὶ Παλαιστίνης ἕως τοῦ Κιρκησίου κάστρου, πρὸς τὸ ποιῆσαι γενεάν, διὰ τοὺς βαρβάρους Σαρακηνούς.

Le même souverain, Dèce, fit venir d’Afrique des lions terrifiants et des lionnes et il les lâcha à la frontière orientale, d’Arabie et de Palestine jusqu’au castron Circesium, pour qu’ils procréent, à cause des barbares Saracènes.

9. Jean Malalas, XVIII, 31 (éd. Thurn, CFHB 35)

Ἐν αὐτῷ δὲ τῷ χρόνῳ ὁ Ῥωμαίων βασιλεὺς τὸ κάστρον τὸ λεγόμενον Ἀνάσαρθον μετεκάλεσεν Θεοδωριάδα εἰς τὸ ὄνομα τῆς Αὐγούστας, παρεσχηκὼς καὶ δίκαια πόλεως. ὁμοίως δὲ καὶ τὸ ἐν Σούροις (?) κάστρον μετωνόμασεν Ἰουστινιανούπολιν.

La même année [528], le souverain des Romains [Justinien] changea le nom du castron appelé Anasarthon en Theodôrias, d’après le nom de l’Augusta, lui donnant aussi les droits d’une cité. Et de même il changea le nom du castron de Soura (?) en Justinianopolis.

Σούροις coni. Honigmann 1939b, p. 130 : Σούσοις ms.

10. Jean Malalas, XVIII, 60 (éd. Thurn, CFHB 35)

[…] ὁρμήσαντες δὲ οἱ Πέρσαι μετὰ τῶν ἰδίων Σαρακηνῶν νυκτὸς κατεσκήνωσαν πλησίον τοῦ κάστρου Γαββουλῶν, ἔχον παρακείμενον καὶ μικρὸν ποταμόν· (…) καὶ ποιήσαντες οἱ Πέρσαι διὰ ξύλων μηχανήματα καὶ διορύξαντες ἔστρεψαν τὸ τεῖχος Γαββουλῶν, καὶ εἰσελθόντες ὅσους ηὗρον ἐφόνευσαν, ἐπάραντες καὶ αἰχμαλώτους.

[…] Les Perses, ayant attaqué avec leurs propres Saracènes, campèrent de nuit près du castron de Gabboula, longé par un petit cours d’eau […] et les Perses, ayant fabriqué des machines avec du bois et ayant creusé des mines, renversèrent le rempart de Gabboula et ayant envahi la place, ils tuèrent tous ceux qu’ils trouvaient et enlevèrent aussi des captifs.

11. Justinien, Novelle 128, 20, p. 644, l. 9‑12 (éd. Schöll, Kroll)

Κωλύομεν δὲ πρὸς τούτοις καὶ τοὺς ἐν ταῖς ἐπαρχίαις ὄντας ἄρχοντας πολιτικούς τε καὶ στρατιωτικοὺς ἐν ταῖς πόλεσιν ἤτοι κάστροις τοποτηρητὰς ἐν ταῖς καταπιστευθείσαις αὐτοῖς ἐπαρχίαις ποιεῖν.

Nous interdisons en outre aussi aux hauts responsables qui se trouvent dans les provinces, civils et militaires, de nommer dans les cités ou les castra des représentants dans les provinces qui leur ont été confiées.

Bibliographie

Abréviations

ACO : Acta Conciliorum Œecumenicorum, Berlin, depuis 1914.

Choix IGLS : Gatier P.‑L., Yon J.‑B. (éd.), Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Guides archéologiques de l’Institut français du Proche-Orient 6, Amman-Beyrouth, 2009.

C. J. : Code de Justinien, éd. P. Krüger.

D. : Digeste, éd. P. Krüger, Th. Mommsen.

DHGE : Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, depuis 1912.

DMAGR : Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, Rome-Athènes, I‑III, 1992‑1998.

IGUR : Moretti L., Inscriptiones Graecae urbis Romae I‑IV, Rome, 1968‑1990.

IGLS : Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris, depuis 1929.

P. Nessana : Kraemer Jr. C.J. (éd.) Excavations at Nessana III, Non-Literary papyri, Princeton, 1958.

PW : Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, 1894‑1980.

RAC : Dassmann E. et al., Reallexikon für Antike und Christentum : Sachwörterbuch zur Auseinandersetzung des Christentums mit der antiken Welt, Stuttgart, depuis 1950.

SEG : Supplementum Epigraphicum Graecum.

St. Pont. III : Studia Pontica III = Anderson J.G.C., Cumont F. et Grégoire H., Recueil des inscriptions grecques et latines du Pont et de l’Arménie, Bruxelles, 1910.

TIB 15 : Tabula Imperii Byzantini 15 = Todt K.‑P., Vest B.A., Syria : Syria Prōtē, Syria Deutera, Syria Euphratēsia, Vienne, 2014.

Abréviations des collections

BAH : Bibliothèque archéologique et historique

BT : Bibliotheca Scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana

CCSL : Corpus Christianorum Series Latina

CFHB : Corpus Fontium Historiae Byzantinae

CSEL : Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum

CSHB : Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae

CUF : Collection des Universités de France

GSC : Die griechischen christlichen Schriftsteller der ersten Jahrhunderte.

SC : Sources Chrétiennes

TU : Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur

Auteurs anciens

Actes anciens d’Anastase le Perse, texte établi, traduit et commenté par BFlusin, dans Saint Anastase le Perse et l’histoire de la Palestine au début du viie siècle, Paris, 1992.

Agathias, Agathiae Myrinaei historiarum libri quinque, texte établi par R. Keydell, CFHB 2, Berlin, 1967.

Ambroise, Sancti Ambrosi Opera. Epistulae et acta III, texte établi par M. Zelzer, CSEL 82/3, Vienne (Autriche), 1982.

Ammien Marcellin, Histoire, tome IV, livres XXIII-XXV, 1‑2, texte établi et traduit par J. Fontaine, CUF, série latine 231, Paris, 1977.

Cassiodore, Historia ecclesiastica tripartita, texte établi par W. Jacob et R. Hanslik, CSEL 71, Vienne (Autriche), 1952.

Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, texte établi, traduit et commenté par J. Hellegouarc’h, CUF, série latine 356, Paris, 1999.

Évagre le Scolastique, Histoire ecclésiastique, livres IV‑VI, texte établi par J. Bidez et L. Parmentier, traduit par A.‑J. Festugière, G. Sabbah et B. Grillet, commenté par L. Angliviel de la Baumelle, SC 566, Paris, 2014.

Flavius Josèphe, Jewish antiquities, books XV‑XVII, éd. R. Marcus, Loeb Classical Library 410, Londres, 1963.

Fronton, M. Cornelii Frontonis Epistulae, texte établi par M.P.J. van den Hout et E. Hauler, BT, Leipzig, 2011.

Hésychius, Hesychii Alexandrini Lexicon, texte établi par K. Latte et P.A. Hansen, Sammlung griechischer und lateinischer Grammatiker 11/3‑4, Copenhague, puis Berlin-New York, 1953‑2009.

Histoire Auguste, Scriptores Historiae Augustae, texte établi par E.H. Hohl, BT, Leipzig, 1927.

Jean le Lydien, Des magistratures de l’État romain, tome II, livres II‑III, texte établi, traduit et commenté par J. Schamp, CUF, série grecque 450, Paris, 2006.

Jérôme, Commentariorum in Danielem libri III (IV), texte établi par F. Glorie, CCSL 75a, Turnhout, 1964.

Ps. Josué le Stylite, The Chronicle of Joshua the Stylite composed in syriac A.D. 507, texte établi par W. Wright. Cambridge, 1882.

Libanios, Libanii Opera, tomes X‑XI, Epistulae, texte établi par R. Förster, BT, Leipzig, 1921‑1922.

Malalas, Ioannis Malalae chronographia, texte établi par H. Thurn, CFHB 35, Berlin-New York, 2000.

Maurice, Das Strategikon des Maurikios, texte établi par G.T. Dennis et traduit par E. Gamillscheg, CFHB 17, Vienne (Autriche), 1981.

Passio Antiquior Sergi et Bacchi, texte établi par I. Van den Gheyn, « Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi Graece nunc primum edita », AB 14, 1895, p. 373‑395.

Pèlerin de Plaisance, dans Itinera Hierosolymitana : saeculi IV‑VIII, texte établi par P. Geyer, CSEL 38, Prague-Vienne-Leipzig, 1898, repris dans Itineraria et Alia Geographica, CSCL 175, Turnholt, 1965.

Pline l’Ancien, C. Plini Secundi Naturalis historiae libri XXXVII, 1 : Libri I‑VI, texte établi par C. Mayhoff et L. von Ian, BT, Leipzig, 1906.

Procope de Césarée, Procopii Caesariensis opera omnia, texte établi par J. Haury et G. Wirth, BT, Munich, 2001.

Servius, Commentaire sur l’Énéide de Virgile, texte établi, traduit et commenté par E. Jeunet-Mancy, CUF, série latine 403, Paris, 2012.

Suda, Lexicographi Graeci recogniti et apparatu critico instructi. Suidae lexicon 1‑5, texte établi par A. Adler, Leipzig, 1928‑1938 (cf. Suda-On-Line, www.stoa.org/sol, dernière consultation le 20 avril 2018).

Théodore le Lecteur, Theodoros anagnostes. Kirchengeschichte, texte établi par G. Chr. Hansen, GCS 54, Berlin, 1971.

Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, tome I, livres I‑II, texte établi par L. Parmentier et G. Chr. Hansen, traduit par Pierre Canivet, annoté par Jean Bouffartigue, A. Martin, L. Pietri, SC 501, Paris, 2006.

Théodoret de Cyr, Histoire Philothée, dans Histoire des moines de Syrie, texte établi et traduit par P. Canivet et A. Leroy-Molinghen, SC 234 et 257, Paris, 1977.

Théophylacte Simocatta, Theophylacti Simocattae Historiae, texte établi par K. de Boor, BT, Leipzig, 1887.

Vie ancienne de S. Syméon Stylite le Jeune, texte établi, traduit et commenté par P. Van den Ven dans La Vie ancienne de S. Syméon Stylite le Jeune (521‑592), SH 32, Bruxelles, 1962‑1970.

Zosime, Histoire nouvelle, tome II, livre III, texte établi, traduit et commenté par Fr. Paschoud, CUF, série grecque 268, Paris, 1979.

Études

Agusta-Boularot S., Beaucamp J., Bernardi A.‑M. 2006, Recherches sur la Chronique de Jean Malalas, Monographies de Travaux et Mémoires 24, Paris.

Alpi F. 2009, La route royale, BAH 188, Beyrouth.

Alpi F. 2011, « Base de statue de Justinien ornée d’une inscription métrique (Cyrrhus, Euphratésie) », Syria 88, p. 341‑349.

Bader F. 1990, « Autobiographie et héritage dans la langue des dieux : d’Homère à Hésiode et Pindare », REG 103, p. 383‑408.

Bagnall R.S. 2001, « The camp of Hibis », in T. Gagos, R.S. Bagnall, J.D. Thomas (dir.), Essays and texts in honor of J. David Thomas, Oakville (Connecticut), p. 3‑9.

Beaucamp J. (dir.) 2004, Recherches sur la Chronique de Jean Malalas, Monographies de Travaux et Mémoires 15, Paris.

Bowersock G.W. 2002, « Chalcis ad Belum and Anasartha in Byzantine Syria », T&MByz 14, p. 17‑55.

Brandes W. 1989, Die Städte Kleinasiens im 7. und 8. Jahrhundert, Berlin.

Carrié J.‑M. 2012, « Nommer les structures rurales entre fin de l’Antiquité et Haut Moyen Âge : le répertoire lexical gréco-latin et ses avatars modernes (1re partie) », AntTard 20, p. 25‑46.

Carrié J.‑M. 2013, « Nommer les structures rurales entre fin de l’Antiquité et Haut Moyen Âge : le répertoire lexical gréco-latin et ses avatars modernes (2e partie) », AntTard 21, p. 13‑31.

Dagron G. 1979, « Entre village et cité : la bourgade rurale des ive-viie siècles en Orient », Koinônia 3, p. 29‑52, repris in G. Dagron, La Romanité chrétienne en Orient : héritages et mutations, Collected studies series 193, Londres, 1984.

Debié M. 2015, L’écriture de l’histoire en syriaque : transmissions interculturelles et constructions identitaires entre hellénisme et Islam, Louvain-Paris.

Déroche V. 1996, « Quelques interrogations à propos de la Vie de Syméon Stylite le Jeune », Eranos : acta philologica Suecana 94, p. 65‑83.

Dignas B., Winter E. 2007, Rome and Persia in late antiquity : neighbours and rivals, Cambridge.

Dunn A. 1994, « The transition from polis to kastron in the Balkans (iii‑vii cc.) : general and regional perspectives », Byzantine and Modern Greek Studies 18, p. 60‑81.

Fedalto G. 1988, Hierarchia ecclesiastica orientalis : series episcoporum ecclesiarum christianarum orientalium, II : Patriarchatus Alexandrinus, Antiochenus, Hierosolymitanus, Padoue.

Feissel D. 2002, « Les martyria d’Anasartha », T&MByz 14, p. 200‑220.

Feissel D. 2004, « Un rescrit de Justinien découvert à Didymes (1er avril 533) », Chiron 34, p. 285‑365, repris in D. Feissel, Documents, droit, diplomatique de l’Empire romain tardif, Bilans de recherche 7, Paris, 2010, p. 251‑324.

Feissel D. 2016, « Un nouveau duc syrien du vie siècle aux environs d’Anasartha », Syria 93, p. 185‑192.

Flusin B. 1992, Saint Anastase le Perse et l’histoire de la Palestine au début du viie siècle, Paris.

Flusin B. 2004, « Les structures de l’église impériale », in C. Morrisson (dir.), Le monde byzantin : 330‑641, Nouvelle Clio, Paris, p. 111‑141.

Fowden E.K. 1999, The barbarian plain : Saint Sergius between Rome and Iran, The transformation of the classical heritage 28, Berkeley-Los Angeles-Londres.

Gaborit J. 2012‑2015, La vallée engloutie. Géographie historique du Moyen-Euphrate (du ive s. av. J.‑C. au viie s. ap. J.‑C.), BAH 199, Beyrouth.

Gatier P.‑L. 2016, « Une borne d’Andrôna », in M.‑ORousset, B. Geyer, P.‑L. Gatier, N. Awad (dir.), Habitat et environnement. Prospections dans les Marges arides de la Syrie du Nord, TMO 71, Conquête de la steppe 4, Lyon, p. 137‑151.

Geyer B., Rousset M.‑O. 2001, « Les steppes arides de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ou “la ruée vers l’est” », in B. Geyer (dir.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 111‑121.

Griesheimer M. 2001, « L’occupation byzantine sur les marges orientales du territoire d’Apamée de Syrie (d’après les inscriptions de Taroutia emporôn et d’Androna) », in B. Geyer (dir.), Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, TMO 36, Conquête de la steppe 1, Lyon, p. 123‑144.

Harper R.P., Wilkinson T.J. 1975, « Excavations at Dibsi Faraj, Northern Syria, 1972‑1974 : A Preliminary Note on the Site and its Monuments with an Appendix », DOP 29, p. 319‑338.

Helly B. 1971, « Thamiai et les grammairiens », ZPE 8, p. 129‑132.

Honigmann E. 1939a, Le Synekdèmos d’Hiéroclès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre, Paris.

Honigmann E. 1939b, « Notes de géographie syrienne », in Mélanges syriens offerts à Monsieur René Dussaud, secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. I, BAH 30, Paris, p. 129‑133.

Irmscher J. 1995, « κάστρον », in K.‑P. Matschke (dir.), Die Byzantinische Stadt im Rahmen der allgemeinen Stadtentwicklung, Leipzig, p. 93‑97.

Jacquemin A. 1991, « Les chantiers de Pankratès, d’Agathôn et d’Euainétos au péribole du sanctuaire d’Apollon à Delphes », BCH 115, p. 243‑258.

Jeffreys E., Croke B. (dir.) 1990, Studies in John Malalas, Byzantina Australiensia 6, Sydney.

Jones A.H.M. 1964, The Later Roman Empire, 284‑602 : a social, economic and administrative survey, Oxford.

Kirsten E. 1958, Die byzantinische Stadt, Berichte zum XI. Internationalen Byzantinisten-Kongress, Munich.

Konrad M. 1992, « Flavische und spätantike Bebauung unter der Basilika B von Resafa Sergiupolis », MDAI(D) 6, p. 313‑402.

Konrad M., Baldus H.R., Ulbert T. 2001, Resafa : archäologische Untersuchungen an den Grenzkastellen von Sura, Tetrapyrgium, Cholle und in Resafa, Resafa/Deutsches archäologisches Institut 5, Mayence.

Łajtar A. 1997, « Τὸ κάστρον τῶν Μαύρων τὸ πλήσιον Φίλων. Der dritte Adam über P. Haun. II 26 », JJP 27, p. 43‑54.

Mango M.M. 2011, « Byzantine settlement expansion in north central Syria : the case of Androna/Andarin », in A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou (dir.), Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides : peuplement et dynamiques spatiales, Bibliothèque de l’Antiquité tardive 19, Turnhout, p. 93‑122.

Meier M., Radtki C., Schulz F. (dir.) 2016, Die Weltchronik des Johannes Malalas : Autor - Werk - Überlieferung, Stuttgart.

Mesqui J. 2014, Césarée maritime, ville fortifiée du Proche-Orient, Paris.

Mouterde R., Poidebard A. 1945, Le Limes de Chalcis. Organisation de la Steppe en Haute-Syrie romaine, documents aériens et épigraphiques, BAH 38, Paris.

Müller-Wiener W. 1986, « Von der Polis zum Kastron. Wandlungen der Stadt im Ägäischen Raum von der Antike zum Mittelalter », Gymnasium 93, p. 435‑475.

Neira Faleiro C. 2005, La « Notitia dignitatum » : nueva edición crítica y comentario histórico, Madrid.

Orlandos A.K., Travlos I.N. 1986, Λεξικόν αρχαίων αρχιτεκτονικών όρων, Athènes.

Pernot L. 2010, « Callinicos de Pétra, sophiste et historien », REG 123, p. 71‑90.

Pierre-Beylot M.‑J. 2011, « Raïthou, Pharan, la Sainte Montagne et les trois Moïse. Éléments d’histoire monastique à l’époque de Jean Climaque », in F. Jullien, M.‑J. Pierre (dir.), Monachismes d’Orient : images, échanges, influences. Hommage à Antoine Guillaumont, Bibliothèque de l’École des Hautes Études 148, Turnhout, p. 65‑122.

Pouderon B. 1997, « Les Fragments anonymes du BarocGr. 142 et les notices consacrées à Jean Diacrinoménos, Basile de Cilicie et l’anonyme d’Héraclée », REByz 55, p. 169‑192.

Ravegnani G. 1982, « Kastron e Polis : ricerche sull’oganizzazzione territoriale nel vi secolo », RSBS 2, p. 271‑282.

Reddé M. 1999, « Sites militaires romains de l’oasis de Kharga », BIAO 99, p. 377‑396.

Rousset M.‑O., Geyer B., Gatier P.‑L., Awad N. (dir.) 2016, Habitat et environnement. Prospections dans les Marges arides de la Syrie du Nord, TMO 71, Conquête de la steppe 4, Lyon, 2016.

Saradi H.G. 2006, The Byzantine city in the sixth century : literary images and historical reality, Athènes.

Strube C., Ateş G., Knötzele P. 2015, Al Andarin, das antike Androna : die Oberflächenfunde, die beiden Umfassungsmauern und das Kastron, Mayence.

Ulbert T. 1989, « Villes et fortifications de l’Euphrate à l’époque paléochrétienne », in J.‑M. Dentzer, W. Orthmann (dir.), Archéologie et histoire de la Syrie, vol. II, La Syrie de l’époque achéménide à l’avènement de l’Islam, Sarrebruck.

Van den Gheyn I. 1895, « Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi Graece nunc primum edita », AB 14, p. 373‑395.

Zuckerman C. 1998, « Comtes et ducs en Égypte autour de l’an 400 et la date de la Notitia Dignitatum Orientis », AntTard 6, p. 137‑147.

Notes

1 Müller-Wiener 1986.

2 Dunn 1994.

3 Kirsten 1958, p. 19‑21 ; Dagron 1979, p. 44.

4 Saradi 2006, p. 96.

5 Saradi 2006, p. 98.

6 Saradi 2006, p. 100.

7 Ravegnani 1982.

8 Brandes 1989, p. 28‑43.

9 Carrié 2012, p. 42‑44 ; voir aussi Carrié 2013, p. 19‑31, pour une étude de l’emploi du terme dans l’Occident médiéval.

10 En. VI, 775 : castrum autem ciuitas est.

11 Daniel II, viii, 2a, p. 851, l. 771‑773.

12 St. Pont. III, 66.

13 IGUR I, 246 B, l. 15.

14 Des magistratures II, 6 : ἐπὶ δὲ τῶν κάστρων (οὕτω δὲ τὰς ἐν πολέμῳ παρεμβολὰς Ῥωμαίοις ἔθος καλεῖν) […].

15 Des magistratures II, 30.

16 Malalas, XII, 40 ; XIII, 21 ; XVIII, 16.

17 Łajtar 1997, p. 43‑54.

18 DMAGR III, p. 21.

19 Hésychius, Ο 2059.

20 Hésychius, Π 819 ; Suda Κ 471, cf. Π 445.

21 Ex. : Suda Φ 743.

22 D’autres inscriptions comportant le mot κάστρον et provenant de la même région datent assurément ou vraisemblablement de la « reconquête byzantine » des xe-xie s. (SEG 35, 1394 = révision de IGLS II, 586, cf. TIB 15, 2, p. 1527, s.v. « Mogiza » ; Choix IGLS, 20, vers 966 ap. J.‑C.).

23 IGLS IV, 1682 = Choix IGLS, 18. Sur la localité dans son ensemble, Mango 2011 ; Strube, Ateş et Knötzele 2015 ; TIB 15, 2, p. 837‑840.

24 Il a fait construire un bain à Andrôna (IGLS IV, 1685) et probablement au moins contribué à la construction du rempart protégeant l’agglomération, puisque son monogramme est gravé sur le linteau d’une poterne (Mouterde et Poibebard 1945, p. 217). Le personnage est peut-être identifiable à l’auteur de la construction d’une tour à Tell Ḫazné (IGLS IV, 1726), ainsi que d’une tour et d’un oratoire à Ruweiḍa (IGLS IV, 1789, 1791), à moins qu’il ne s’agisse de simples homonymies.

25 Strube, Ateş et Knötzele 2015, avec une réflexion critique sur la bibliographie antérieure.

26 Actes anciens d’Anastase le Perse § 20, 22‑23, 25, 27 (dans Flusin 1992). Cf. Mesqui 2014, p. 53, p. 64‑75 pour une description des vestiges visibles sur le site et une réflexion sur leur identification (en particulier p. 72), avec la bibliographie antérieure.

27 Dans la plupart des documents, le mot κάστρον apparaît dans des contextes où il s’agit de préciser le statut militaire d’individus : P. Nessana 16, l. 4 (512) ; 19, l. 1, 2, 6 (548) ; 21, l. 7 (562) ; 22, l. 6 (566) ; 24, l. 3 (569) ; 29, 4 (590). Dans P. Nessana 31, l. 38, il désigne un lieu concret, identifiable au lieu de cantonnement de la garnison. Dans P. Nessana 35, l. 13, il est fait mention de l’église de ce κάστρον.

28 Maurice, Strategikon I, 6 (6) ; I, 7 (15).

29 Pierre-Beylot 2011, p. 70‑71 pour la Sainte Montagne, p. 72 pour Raïthou ; liste commentée des occurrences du mot κάστρον pour désigner le monastère de la Sainte Montagne : p. 70, n. 27.

30 Sur Malalas et la Chronographie, voir Jeffreys et Croke (dir.) 1990 ; Beaucamp (dir.) 2004 ; Agusta-Boularot, Beaucamp et Bernardi (dir.) 2006 ; Meier, Radtki et Schulz (dir.) 2016.

31 PW X, 2, s.v. « Κάρραι » [Weissbach] ; RAC XIII, s.v. « Harran » [Cramer].

32 Dignas et Winter 2007, p. 26.

33 Zosim., III, 13, 1.

34 Brandes 1989, p. 34‑35 ; c’est aussi en ce sens que Bagnall 2001 comprend ce passage.

35 Sur la probabilité de l’existence d’un établissement militaire à proximité immédiate de Hibis, Bagnall 2001.

36 Sur les forts et fortins de la Grande Oasis, Reddé 1999.

37 ACO II, 1, 2, p. 97, l. 22 : Ἁβράμιος ὁ εὐλαβέστατος ἐπίσκοπος Κάστρου Κιρκησίου Ὀσροηνῆς. Le mot κάστρον est employé ici comme élément formatif de toponyme.

38 Eutr., IX, 2, 3 ; HA, Gordiani tres, 34, 2.

39 Amm., XXIII, 5,1‑2.

40 Zosim., III, 12, 3. Circesium est mentionné par Zosime comme par Malalas et Ammien Marcellin dans le cadre du récit de l’expédition perse de Julien, et dans un récit qui présente des similitudes avec celui de Malalas.

41 Procop., Bell. II, 5, 2‑3 ; Aed. II, 6, 1 ; 3 ; 12.

42 Procop., Aed. II, 6, 3.

43 Honigmann 1939a.

44 Évagre, HE V, 9, l. 10.

45 Évagre, HE V, 9, l. 6.

46 Historiae III, 10, 6 ; III, 17, 5.

47 PW XI, s.v. « Κιρκήσιον » ; DHGE XII, col. 836‑837, s.v. « Circesium » ; pour une description des vestiges archéologiques, Gaborit 2012‑2015, vol. II, p. 494‑498.

48 Amm., XXIII, 5, 1‑2 ; Procop., Aed. II, 6, 2.

49 Zuckerman 1998, p. 144‑147.

50 Not. Dign. Or. 36, 12 et 24 (Neira Faleiro 2005, p. 272‑273).

51 DHGE XII, col. 836‑837, s.v. « Circesium » [Janin] ; Fedalto 1988, p. 813.

52 PW XVII, 1, col. 309‑310, s.v. « Nikephorion » [Weidner] ; pour une description des vestiges, Gaborit 2012‑2015, II, p. 445‑449.

53 Ambr., Ep. X, 74, 13.

54 Amm., XXIII, 3, 7.

55 Lib., Ep. 21, 5‑6.

56 Théodoret, Histoire Philothée 26, 16 : […] κατὰ τὴν Καλλίνικον – φρούριον δὲ αὕτη μέγιστον – […].

57 Chronique d’Édesse 70 (sur ce texte, voir Debié 2015, p. 527‑529, avec la bibliographie).

58 Procop. Bell. II, 21, 30 ; Aed. II, 7, 17.

59 Historiae III, 17, 8.

60 Fronton lui donne encore son nom de Nikèphorion dans une lettre adressée à Lucius Verus après sa campagne en Orient (Front., Ver. II, 24).

61 Lib., Ep. 21, 5.

62 Le mot « métonomase », absent de la plupart des dictionnaires courants, est pourtant régulièrement utilisé par les antiquisants philologues, linguistes, et historiens pour désigner un changement de nom d’un être ou d’un lieu (ex. : Helly 1971, p. 132 ; Bader 1990, p. 405, note 46 ; Jacquemin 1991, p. 254).

63 Sur Callinicos de Pétra, voir en dernier lieu Pernot 2010.

64 Malalas, XVIII, 66.

65 Lib., Ep. 21, 6.

66 Not. Dign. Or. 35, 4 et 26 (Neira Faleiro 2005, p. 269‑271).

67 C. J. IV, 63, 4, 1 (date : 408 ou 409). Les deux autres localités où de tels échanges sont autorisés sont Artaxata et Nisibe, en dehors du territoire de l’Empire romain. Les trois agglomérations sont désignées comme des ciuitates, mais dans ce contexte le terme n’a pas de sens juridique précis.

68 Fedalto 1988, p. 813.

69 PW IIA, col. 1684‑1688, s.v. « Sergiupolis » [Honigmann] ; TIB 15, 2, p. 1726‑1734.

70 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 26 (Van den Gheyn 1895, p. 392) : Ῥοσαφὼν τὸ κάστρον (cf. § 30, p. 395). Sur le texte, sa date et sa genèse, Fowden 1999, p. 8‑29, avec une analyse critique de la bibliographie antérieure.

71 Procop., Aed. II, 9, 3.

72 Jean Diacrinoménos dans Théodore le Lecteur, p. 156, l. 1. 17‑19 : διὰ τοῦτο Σεργιούπολιν τὴν πόλιν ὠνόμασε καὶ μητροπόλεως αὐτῇ παρέσχετο δίκαια.

73 Procop., Aed. II, 9, 3, cf. Fowden 1999, p. 93‑94.

74  E.g. Procop., Bell. II, 20, 2 ; 7 ; 9.

75 Le fait que Jean Diacrinoménos désigne la localité comme une πόλις (supra, n. 72) peut constituer une difficulté dans la mesure où cet auteur est réputé avoir vécu entre les années 440 et le règne de Justin (Pouderon 1997), mais le seul point chronologique certain dans la biographie de cet historien est qu’il a vécu au-delà de la fin du règne d’Anastase, puisqu’il a fait le récit de son règne : la fourchette chronologique proposée peut être décalée de quelques années, englobant au moins les premières années du règne de Justinien.

76 PW IIA, s.v. « Sergiupolis », col. 1684 [Honigmann].

77 Konrad 1992.

78 Not. Dign. Or. 35, 5 et 27 (Neira Faleiro 2005, p. 269‑271).

79 Fowden 1999, p. 28.

80 Fedalto 1988, p. 799 ; Fowden 1999, p. 27.

81 Sur les différentes étapes de la construction religieuse à Resafa, Fowden 1999, p. 77‑92.

82 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 23 : μέχρι Τετραπυργίας τοῦ κάστρου […] ἐν Τετραπυργίᾳ τῷ κάστρῳ. La localité est désignée comme une ciuitas par le Pèlerin de Plaisance, rec. I, § 47 (CSEL 38, p. 191 = CCSL 175, p. 153), mais le Pèlerin la confond avec Resafa.

83 Konrad, Baldus et Ulbert 2001. L’essentiel de cet ouvrage est consacré à la publication archéologique du fort. Voir aussi TIB 15, 2, p. 1824‑1825.

84 Konrad, Baldus et Ulbert 2001, p. 5‑12 ; TIB 15, 2, p. 1764‑1766.

85 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 20 : ἐπὶ τὸ κάστρον Σουρῶν. Cf. § 21.

86 Ps. Josué, cap. 74. Sur ce texte, voir en dernier lieu Debié 2015, p. 522‑527, avec la bibliographie.

87 Bell. I, 18, 14 ; II, 5, 8.

88 Aed. II, 9, 1‑2.

89 Agathias, Histoires, pr. 27 ; Évagre, HE IV, 25, l. 15.

90 Honigmann 1939b, p. 130.

91 Sur les noms dérivés du sien donnés aux cités par Justinien et sur l’association entre métonomase et promotion au statut civique, Feissel 2004, p. 356‑358.

92 Pèlerin de Plaisance, rec. I, § 47 (supra, n. 82) : in ciuitate Suras.

93 Saradi 2006, p. 98.

94 Vie ancienne de S. Syméon Stylite le Jeune § 219, l. 1 : Ἐν Σουροῖς τῷ κάστρῳ, ὅπερ ἐστὶ πόλις μικρὰ παρακειμένη τῷ Εὐφράτῃ ποταμῷ […]. « À Soura le castron, qui est une petite cité au bord du fleuve Euphrate […] », c’est-à-dire « Dans la garnison de Soura, petite cité… ». Sur la date de cette Vie, voir Déroche 1996.

95 Plin., V, 87 ; 89.

96 Konrad, Baldus et Ulbert 2001, p. 5‑12 ; Gaborit 2012‑2015, vol. II, p. 352 et fig. 6.

97 Not. Dign. Or. 35, 6 et 28.

98 Fedalto 1988, p. 800.

99 Pour des descriptions des vestiges, Ulbert 1989, p. 286‑288 ; Gaborit 2012‑2015, vol. II, p. 349‑353.

100 TIB 15, 2, p. 1544‑1546.

101 Cassiod., Hist. II, 1, 1. 23‑24 : Neocaesariae, quod est castrum positum iuxta ripas Eufratae.

102 Théodoret, HE I, 7, 5.

103 Procop., Aed. II, 9, 18‑20. Dans ce passage, Procope associe étroitement Néocésarée et Zeugma.

104 Fedalto 1988, p. 795 ; TIB 15, 2, p. 1545.

105 TIB 15, 2, p. 1544.

106 Harper et Wilkinson 1975 ; Ulbert 1989, p. 286 ; TIB 15, 2, p. 1545.

107 Passio antiquior SS. Sergii et Bacchi § 13 : ἐν κάστρῳ τινὶ Βαρβαλίσῷ ; cf. § 20.

108 Malalas, XVIII, 60 : ἐπὶ Βαρβαϊσισσὸν (sic) τὴν πόλιν.

109 Pèlerin de Plaisance, rec. I, § 47 (supra, n. 82) : in ciuitate Barbarisso (sic). La forme du toponyme, on le constate, est flottante.

110 La localité figure également dans une liste dressée par Procope de sites fortifiés par Justinien (Aed. II, 9, 10).

111 TIB 15, 2, p. 945.

112 Fedalto 1988, p. 784 ; TIB 15, 2, p. 949.

113 Ulbert 1989, p. 286 ; TIB 15, 2, p. 950.

114 Alpi 2009, vol. 2, p. 76.

115 TIB 15, 2, p. 832‑834, s.v. « Anasartha ».

116 Feissel 2002.

117 Fedalto 1988, p. 699.

118 Cf. Bowersock 2002, p. 52‑55, Choix IGLS, 19, IGLS II, 292.

119 TIB 15, 2, p. 1178‑1179.

120 Bell. I, 18, 8 : ἐν χωρίῳ Γαββουλῶν.

121 Fedalto 1988, p. 702.

122 Procop., Aed. II, 9, 10.

123 L’évolution du peuplement de cette région fait l’objet d’un programme collectif de la part d’un groupe de chercheurs dont les publications paraissent à un rythme régulier depuis 2001, en dernier lieu Rousset et al. (dir.) 2016. Voir en particulier, pour la période qui nous intéresse ici, Geyer et Rousset 2001.

124 C’est le cas dans une loi impériale de 371 conservée dans le Code de Justinien (C. J. XII, 59, 1).

125 Dans un édit de l’empereur Anastase (491‑518) concernant l’organisation militaire de la Pentapole (SEG 9, 356, cf. SEG 27, 1139), le mot s’applique dans l’une de ses occurrences, où il est question de billets de logement, à une agglomération où résident à la fois des civils et des militaires (§ 10). Une loi de Justinien datée de 534 (C. J. VI, 23, 31) associe ciuitates et castra comme les lieux de maîtrise de l’écrit et de connaissance du droit, par opposition au monde rural. Il serait tentant d’en faire un élément de démonstration du caractère urbain des agglomérations désignées par le terme castron (en ce sens, Irmscher 1995, p. 94), mais le terme castra a beaucoup plus sûrement ici son sens militaire : les camps militaires sont en effet des lieux d’usage de l’écrit, de connaissance du latin, et donc d’accès au droit. Dans un extrait du Digeste attribué au juriste d’époque sévérienne Callistrate, le terme castrum au singulier désigne un habitat, sans doute civil. Cet usage même fait penser à une interpolation de la part des compilateurs du Digeste (D. 27, 1, 17).

126 Saradi 2006, p. 98, qui renvoie à Irmscher 1995, où le passage est cité, mais non commenté (p. 95).

127 Voir par exemple l’inscription remerciant Justinien d’avoir rendu à Cyrrhus en même temps son statut civique et ses remparts : Alpi 2011.

128 SEG 39, 1613. L’inscription n’est pas datée précisément. Sur le statut de la localité, voir aussi Gatier 2016, p. 142‑143.

129 Feissel 2016.

130 Malalas, XVIII, 66. Dans ce passage, le terme κάστρον alterne avec le mot καστέλλιον.

131 Sur la construction religieuse à Anasartha aux ive-ve s., Feissel 2002 ; sur la synagogue de Callinicum, voir nos remarques supra ; Procope attribue à Justinien la restauration d’un édifice thermal à Circesium, ce qui implique que cet édifice existait auparavant (Aed. II, 6, 10‑11).

132 Voir notamment l’exemple d’Andrôna (supra, p. 223), dont le statut de κώμη est attesté par une inscription (supra, n. 128), et plus généralement Dagron 1979.

133 Théodoret, Histoire Philothée VII, 1‑2, à propos de la bourgade d’Imma en Antiochène.

134 Sur le rôle et le pouvoir des évêques dans l’Antiquité tardive, la bibliographie est abondante. On se contentera ici de renvoyer à Flusin 2004, p. 114‑115.

135 Jones 1964, p. 875‑879 ; Flusin 2004, p. 111‑112.

136 Andrôna par exemple (supra, p. 223 et n. 128) n’a jamais été un évêché, mais on y a retrouvé la sépulture d’un chôrévêque (Griesheimer 2001, p. 140).

137 Supra, n. 27.

138 P. Nessana 46, 2‑3 (605 ap. J.‑C.) ; P. Nessana 55, 3 (682 ap. J.‑C.) ; P. Nessana 141 est très fragmentaire et non daté.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le Proche-Orient dans l’Antiquité tardive.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search