Version classiqueVersion mobile

Fabrique de la déclamation antique

 | 
Catherine Schneider
, 
Rémy Poignault

Déclamations politiques, politique de la déclamation

Évanescence de la déclamation dans le corpus frontonien

Pascale Fleury

Résumé

Les quelques mentions de l’exercice de la déclamation dans le corpus frontonien révèlent une pratique de la déclamation qui est à la fois en accord avec une certaine tradition latine et complémentaire de la réflexion de Fronton sur les exercices scolaires. Fronton privilégie un ancrage historique et institutionnel des sujets de déclamation. Les deux sujets que nous avons font allusion à une famille précise, les Acilii Glabriones ; on peut donc en déduire que Fronton utilise l’exercice de la déclamation pour traiter d’enjeux politiques contemporains. De plus, il semble que le professeur reprend des idées qu’il développe ailleurs, notamment le rôle respectif du droit humain et du droit naturel. Fronton ne semble pas entrevoir la déclamation dans la même perspective que les jeux littéraires, comme l’éloge paradoxal ou les badinages amoureux.

Texte intégral

1La correspondance de Fronton est un document unique, puisqu’elle permet de nous immiscer dans l’intimité d’une relation pédagogique antique. Le fait que la correspondance n’ait pas été publiée du vivant des auteurs n’est plus de nos jours discuté : en effet, il est désormais admis que la diffusion des lettres est postérieure au règne de Marc Aurèle et de Commode et qu’elle est probablement contemporaine de l’arrivée au pouvoir des premiers Sévère. Comme toute correspondance non remaniée, les échanges entre Fronton et Marc Aurèle possèdent leur part d’obscurité. La méthode d’enseignement du professeur de rhétorique latine doit être reconstruite, car nulle part Fronton ne s’adonne à un exposé théorique en règle.

  • 1 Sur la particularité de cet exercice, cf. Fleury 2006, p. 53‑61, Pernot 2008, p. 96‑105 et Poignaul (...)
  • 2 Cf. Pepe 1957, p. 38‑47.
  • 3 Cf. Fleury 2002.

2Le programme académique de Fronton, selon ce que laisse entrevoir la correspondance, se résume à un enseignement rhétorique traditionnel, avec quelques nuances toutefois. Il préconisait la lecture d’auteurs de comédies, d’Atellanes, de poèmes épiques, d’œuvres oratoires et historiques, la plupart préclassiques, tels Plaute, Caton, Gracchus, certains archaïsants, tel Salluste, et enfin quelques-uns de la période classique, tels Labérius et Cicéron. Il suggérait à ses élèves d’y relever les expressions et les idées brillantes (e. g. Ad Ant. III, 8), leur proposait également des exercices de rhétorique simples : l’écriture de sententiae (Ad M. III, 13 ; V, 74), la recherche de synonymes et de mots rares, la traduction du grec au latin (De el. V, 4), la quête d’arguments, la formation de vers (De el. IV, 5), la construction d’images (Ad M. III, 8)1. Pour compléter ces exercices ponctuels, Fronton donnait à ses élèves des sujets sur lesquels ils devaient composer des controverses (cf. Ad M. V, 37 et 42), peut-être même des éloges paradoxaux, comme le suggérerait l’introduction théorique aux Laudes fumi et pulveris (§ 2‑4)2. Nous nous attarderons ici bien sûr aux sujets de déclamation proposés par Fronton à Marc Aurèle, mais il est intéressant de remarquer que les éloges paradoxaux dans le corpus frontonien (Laudes fumi et pulveris, Laudes neglegentiae, De feriis Alsiensibus, 3, 7‑13) possèdent une cohérence d’utilisation assez grande ; en effet, l’analyse montre que l’éloge paradoxal sert à redire sur le mode ludique les grandes lignes de la pensée de Fronton sur la vie et la rhétorique3 : in fine, les éloges paradoxaux de Fronton sont des réflexions sur l’origine du lien social, qui est principalement créé, dans la pensée frontonienne, par la parole civilisée et civilisatrice. Bien que nous ne possédions pas de controverse complète dans le corpus frontonien, il est pertinent de poser la question de la cohérence des sujets proposés à l’éloquence de Marc Aurèle.

  • 4 Front., Ad M. III, 9, 3 : Materiam cruentam misisti mihi. Necdum legi Cœlianum excerptum quod misis (...)
  • 5 Cortassa 1984, p. 154‑155, croit, sans donner d’explication, que l’exercice proposé par Fronton à M (...)

3Il est fait dans la correspondance cinq références à l’exercice de la déclamation. Les premières mentions d’un point de vue chronologique, autant que l’on puisse dater précisément les lettres du corpus, sont de la plume de Marc Aurèle. Dans une lettre de 139, Marc Aurèle qualifie de cruenta la materia envoyée par Fronton et la met en lien avec un passage de Cœlius4 : il affirme cependant qu’il attendra d’avoir lui-même trouvé des arguments avant de lire (prius quam sensus ipse venatus fuero)5. Il évoque ensuite son discours de César qui le prend (Ad M. III, 9, 3). Une autre allusion de Marc Aurèle peut faire référence à l’exercice de la déclamation : c’est la fameuse lettre de « conversion », datée traditionnellement de 146, où le Prince refuse d’écrire in utramque partem :

  • 6 Front., Ad M. IV, 13, 4 : « Mais je vais à présent construire quelque chose et, selon le conseil qu (...)

Sed iam aliquid comminiscar ; et quod orator quidam Atticus Atheniensium contionem monebat « nonnumquam permittendum legibus dormire », libris Aristonis propitiatis paulisper quiescere concedam meque ad istum histrionum poetam totum convertam lecteis prius oratiunculeis Tullianeis. Scribam autem alterutram partem, nam eadem de re diversa tueri numquam prosus ita dormiet Aristo uti permittat6.

  • 7 Cf., entre autres, Champlin 1974, p. 144 ; Görgemanns 1991 ; Grimal 1991, p. 85 ; Hadot 1992, p. 34

4Les hypothèses sur la conversion de Marc Aurèle sont multiples et peu utiles à notre propos7, mais il est pertinent de remarquer que, dans les deux occasions, Fronton semble envoyer un sujet à traiter accompagné de textes visant à aider à la construction du discours : dans l’Ad Marcum III, 9, un ouvrage probablement historique, dans l’Ad Marcum IV, 13, un ouvrage poétique, peut-être de Plaute, et des discours de Cicéron. Cet état de fait semble suggérer que les sujets proposés par Fronton pouvaient être fondés sur des faits historiquement attestés ou alors qu’ils prenaient leur source dans les textes et non dans des situations typiques et fictives. Cette pratique de lier la déclamation à des textes n’est pas mentionnée chez Quintilien, qui explore plutôt le rôle du discours modèle du professeur dans l’enseignement (II, 6, 1‑2). Il est possible que Fronton utilise les discours de Cicéron comme modèles pour la déclamation, mais c’est sans doute bien plutôt le sujet qui est tiré de Cœlius ou des textes comiques. On peut également penser que les uns et les autres sont donnés comme modèles de style, notamment la comédie ; dans ce cas, Fronton rejoindrait les théoriciens de la déclamation en établissant un lien entre ton comique et exercice de la déclamation. Les deux sujets entiers que nous avons conservés dans la correspondance semblent cependant aller dans le sens d’un intérêt pour les sujets historiques.

5En Ad Marcum V, 37, lettre datée entre 139 et 145, Fronton envoie un thème à son élève :

  • 8 Front., Ad M. V, 37 : « Je t’envoie du matériel ; c’est un sujet sérieux : un consul du peuple roma (...)

Materiam misi tibi ; res seria est : Consul populi Romani posita praetexta manicam induit, leonem inter iuvenes quinquatribus percussit populo Romano spectante. Apud censores expostulat<ur>. Διασκεύασον αὔζησον8.

6Et Marc Aurèle répond en demandant des précisions historiques :

  • 9 Front., Ad M. V, 38 : « Quand cela s’est-il passé et était-ce à Rome ? Est-ce que tu parles de l’év (...)

Quando id factum et an Romae ? Num illud dicis in Albano factum sub Domitiano ? Praeterea in hac materia diutius laborandum est, ut factum credatur quam ut irascatur. ἀπίθανος ὑπόθεσις videtur mihi […]. Rescribe statim de tempore9.

7L’autre sujet est également ancré dans le temps :

  • 10 Front., Ad M. V, 42, 2 : « Le tribun de la plèbe, M. Lucilius, alors que ses collègues avaient déci (...)

M. Lucilius tribunus pl. hominem liberum, civem Romanum, cum collegae mitti iuberent, adversus eorum sententiam ipsius vi in carcerem compegit. Ob eam rem a censoribus notatur. Divide primum causam, εἶτα εἰς ἑκάτερα τὰ μέρη ἐπιχείρησον καὶ κατηγορῶν καὶ ἀπολογούμενος10.

8Ces précisions semblent demandées par la lettre précédente de Marc Aurèle : nomen tribuni plebis, cui inposuit notam Acilius censor, quem scripsi, mitte mihi (Ad M. V, 41, 2), où le même souci d’exactitude historique semble présent. On peut également invoquer pour compléter notre propos la dernière allusion à un exercice de ce type dans la correspondance ; en V, 43, Marc Aurèle critique le devoir proposé et demande un nouveau thème :

  • 11 Front., Ad M. V, 43 : « Toute ma journée sera libre. Si tu m’as jamais aimé d’une quelconque manièr (...)

Dies mihi totus vacuus erit. Si quid umquam me amasti, hodie ama et uberem mi materiam mitte, oro et rogo καὶ ἀντιβολῶ καὶ δέομαι καὶ ἱκετεύω. In illa enim centumviralei non inveni praeter ἐπιφωνήματα.
Vale optime magister. Domina mea te salutat.
Volebam aliquid, ubi clamari debeat, scribere. Fave mi et quaere clamosam
ὑπόθησιν11.

  • 12 Le trait n’est pas propre à Fronton, car la déclamation pouvait fort bien s’inscrire dans un moment (...)

9Le sujet évoqué dans cette dernière lettre pourrait être celui proposé par Fronton en V, 42 (le tribun), car les centumviri pouvaient effectivement juger des cas de liberté et de citoyenneté, mais rien ne peut confirmer définitivement que la cause proposée là est celle critiquée ici. Il est toutefois évident que le sujet déféré devant les centumviri était également plus précis que la plupart des thèmes généralement proposés dans les recueils de déclamation. Même si l’échantillon est mince, il semble que Fronton ait un souci de proposer des exercices qui sont liés à des textes et à des moments historiques particuliers12.

  • 13 Les Quinquatries sont des fêtes en l’honneur de Minerve, du 18 au 23 mars : elles comportaient des (...)
  • 14 Villé 1981, p. 255‑261.
  • 15 Villé 1981, p. 255‑262.
  • 16 Van den Hout 1988, ad loc., renvoie à Caton, p. XC‑XCI Jordan. Cf. Jones 1979.

10L’anecdote évoquée par Fronton en V, 37 fait probablement référence, comme le souligne Marc Aurèle, à un événement ayant eu lieu sous Domitien. Le seul cas connu de consul ayant été obligé de se battre dans l’arène est celui d’Acilius Glabrio, consul en 91. Les données du cas ont cependant été modifiées par le professeur. En effet, selon Juvénal (4, 99‑101), Domitien aurait forcé Acilius Glabrio à participer à une chasse privée et non pas aux Quinquatries13, que l’empereur avait effectivement rénovées (Suet., Dom. 4, 11), mais qui ne sont pas liées chez les auteurs à l’épisode de Glabrio. Le récit de Dion Cassius (LXVII, 14, 3) associe l’épreuve du lion à la jalousie de l’empereur face aux exploits d’Acilius dans l’arène et à un penchant du consul pour l’athéisme, dont on a beaucoup discuté14. Les raisons qui expliquent le châtiment ne sont pas claires, mais l’exil pour complot contre l’empereur, puis la mise à mort d’Acilius pour des raisons d’athéisme montrent que l’épreuve du lion était en fait une façon pour Domitien de se débarrasser d’un patricien encombrant. Or, la participation à des jeux privés et à des chasses de bête n’entraînait pas l’infamie dans le droit romain15 ; il n’y avait donc rien de vraiment blâmable dans le fait historique, qui était plutôt révélateur de la perversité de Domitien. Par ailleurs, comme on le sait, le censeur à l’époque impériale est généralement l’empereur, ce qui est particulièrement vrai pour Domitien, qui avait adopté le titre de censor perpetuus (Cass. Dio, LXVII, 4 ; Suet., Dom. 8). Il est évident que, en faisant du combat une démonstration publique (populo Romano spectante), en montrant le consul se mêlant aux jeunes hommes, en ne mentionnant pas le caractère forcé de l’épreuve et en plaçant la situation en contexte républicain, Fronton dramatise le problème en en faisant une occasion publique et condamnable16.

  • 17 Pour l’ensemble des hypothèses, cf. Van den Hout 1999, p. 204‑220 ; Broughton 1952, p. 470 ; Brough (...)

11On peut remarquer les mêmes traits dans le second sujet, le tribun et le censeur, où intervient également un Acilius Glabrio. On ne peut identifier avec plus d’exactitude le tribun, mais Marc Aurèle, en demandant l’identité de ce dernier, précise le nom du censeur, Acilius. Selon les dernières hypothèses, cet Acilius Glabrio serait le consul de 67 av. J.‑C., qui aurait été censeur en 6417. L’anecdote n’est rapportée par aucune autre source, mais il semble que le conflit que propose Fronton ne concerne pas tant le tribun que le censeur : un tribun à époque républicaine avait parfaitement le droit d’opposer individuellement son veto, sans encourir la marque du censeur, même si l’attitude du tribun de Fronton dénote un net manque de solidarité. Il semble donc dans ce cas que la décision du censeur pouvait être contestée.

  • 18 Sur le consul de 152, cf. Aristid., Or. 50, 97 ; Syme 1980 ; Dondin Payre 1993, p. 191‑195 ; il exi (...)
  • 19 Dondin Payre 1993, p. 159 ; PIR2 A 37, 60, 64 et 73.
  • 20 Cf. Van den Hout 1999, ad loc., qui donne cette datation sur la base du peu d’enthousiasme montré p (...)
  • 21 La correspondance de Fronton, bien qu’elle montre des relations importantes avec beaucoup de person (...)
  • 22 L’utilisation politique et contemporaine des déclamations est difficile à mesurer dans les recueils (...)

12Il est intéressant de constater que les deux controverses proposées par Fronton touchent les Acilii Glabriones. Est-ce un hasard ? La gens Acilia est très présente au IIe siècle, où trois de ses membres obtiennent le consulat. La famille dans son ensemble est influente à l’époque des Antonins18. Le consul de 152 faisait partie de l’entourage impérial : il aurait été marié à une Faustina, peut-être apparentée à la gens Annia et donc aux Antonins19. Or, son cursus montre que le consul de 152 est également très lié à l’Afrique, où il séjourne plusieurs fois et dont il est proconsul en 165‑166. Que faisait cet Acilius Glabrio en 145‑146, datation la plus sûre pour les deux lettres de Fronton20 ? Il était légat préquestorien en Afrique et en attente d’une candidature impériale pour la questure, ce qu’il obtiendra en 146. Bien que nous ne puissions déterminer avec exactitude le point que Fronton voulait faire en mettant au centre de deux sujets de controverses des Acilii, il semble que cela pouvait concerner la personnalité de leur descendant, soit d’un point de vue positif pour montrer de quel lignage était issu ce jeune homme, soit d’un point de vue négatif pour critiquer les actes infâmants commis par les ancêtres. Notre propos n’est pas d’éclaircir les relations qu’entretenaient Fronton et les Acilii, ce qui est d’ailleurs impossible dans l’état actuel de nos sources21. Il est cependant intéressant de remarquer que l’utilisation de la déclamation dans la formation donnée par Fronton pouvait servir des buts politiques et immédiats22.

  • 23 Il semble cependant qu’il puisse y avoir appel au peuple pour divulguer les motifs de la condamnati (...)

13Si les actions proposées dans les deux controverses ne vont pas contre la légalité, il est pertinent de se poser la question, même si cette investigation ne peut être que spéculative, du problème qu’aurait traité Marc Aurèle dans sa déclamation. Nous l’avons dit, il existe des liens entre les deux sujets : dans l’un et l’autre cas, le réel point à défendre n’est pas celui lié au protagoniste, mais à l’action du censeur, qui dans les deux cas marque le consul et le tribun sans être appuyé par la loi. Ce contexte n’aurait pas d’importance dans une déclamation se déroulant dans un monde fictif, mais la volonté de Fronton d’ancrer dans un fait précis le sujet et les interrogations répétées de Marc Aurèle nous incitent à prendre en compte, dans une certaine mesure, cette relation à la réalité. Dans une certaine mesure seulement, car la question de savoir où Fronton situait physiquement le débat se pose. Dans le premier cas, celui du consul, il est probable que l’on puisse, après dénonciation aux censeurs, se défendre des accusations. Pour le second cependant, le problème du moment du débat est plus complexe : il n’y a en effet pas d’endroit dans le processus de censure où la marque du censeur puisse être contestée23 et il faut imaginer, sans doute, que le débat se tient lors du cens suivant pour la réhabilitation du tribun. Ou alors il faut imaginer un moment dramatique où le consul et le tribun défendent devant le censeur leurs actions.

  • 24 Cf. Demetr., Eloc. 106 ; Quint., VIII, 5, 11 ; Hermog., Inv. 4, 9. Il semble que les épiphonèmes ne (...)

14Dans le premier sujet de controverse, la position la plus intéressante est sans doute celle du consul, qui, devant ses détracteurs, devait défendre une action unanimement considérée comme infamante. Cependant, la perspective de Marc Aurèle, perceptible dans sa demande de précision, laisse penser que le Prince prendra le cas avec ses tenants et aboutissants historiques. Dès lors, la position du consul, qui a le droit pour lui, devient plus facile que celle des détracteurs, qui devront démontrer que, en dépit de la loi, l’action du consul est blâmable. Dans le deuxième cas, il est clair que la position la plus intéressante était celle non pas du tribun, qui avait le droit pour lui, mais celle du censeur. Il est d’ailleurs étonnant de remarquer que Fronton ne donne pas ses directives de la même façon pour les deux cas : pour le consul, il veut que Marc dispose et développe, tandis que dans le second, il donne explicitement comme devoir au Prince de défendre les deux positions. Dans ce dernier cas, il est probable que le nœud du débat était un conflit, assez fréquent dans le corpus des déclamations, entre la légalité et le droit moral : le tribun a le droit pour lui, mais le censeur peut construire son argumentation sur l’importance de la liberté des citoyens romains, sur les dangers de s’opposer de façon individuelle à une décision de groupe, sur les tendances tyranniques qu’une telle attitude peut révéler. Dans cette perspective, la raison de l’emprisonnement de l’homme libre, laissée en blanc dans le sujet proposé, devient centrale. Or, comme la position du censeur n’est pas appuyée par le droit, il est possible que les meilleurs arguments dans ce cas soient l’appel aux émotions et à la moralité de l’auditoire. Ce qui expliquerait la réponse de Marc Aurèle, si l’on accepte que la cause centumvirale évoquée par le Prince fasse allusion à la cause du tribun : Marc Aurèle affirme en effet que cette cause ne lui a permis que des épiphonèmes, qui sont des sententiae conclusives, surtout agréables par leur sonorité24. Le sens de la remarque de Marc Aurèle est sans doute que le sujet permettait uniquement un développement par la sentence et le pathétique, sans possibilité de convoquer d’autres moyens de persuasion, d’où la demande d’un sujet ample (uber) et d’une hypothèse sonore (clamosa).

  • 25 Suet., Rhet. 1, indique que cette tradition plus historique est ancienne ; voir Kohl 1915 ; Sussman (...)

15Il semble donc que Fronton, à travers ces exercices, voulait que Marc Aurèle aborde le sujet de la légalité et de la moralité, sujet assez traditionnel de la déclamation latine, comme nous l’avons dit, mais les modalités de son expression semblent posséder chez Fronton quelques particularités. La première particularité est sans doute cet ancrage historique et institutionnel des sujets de déclamation : en effet, comme nous l’avons souligné, les devoirs proposés à Marc Aurèle possèdent des échos dans le passé romain et sont liés au cadre institutionnel. Cette caractéristique n’est pas une originalité25, mais la persistance de cette façon d’entrevoir la déclamation ancre Fronton dans une pratique romaine particulière, celle de l’équilibre réclamé par Quintilien entre l’aspect tortueux des sujets proposés et leurs possibilités de formation pratique (II, 10, 9). Par ailleurs, les deux sujets présentés font allusion à une famille précise, qui a un pouvoir important sous les Antonins ; on peut donc en déduire que Fronton utilise en partie l’exercice de la déclamation pour traiter d’enjeux politiques contemporains, même s’il est difficile de dire dans quelle mesure et pourquoi. De plus, il semble que le professeur reprend des idées qu’il développe ailleurs, notamment le rôle respectif du droit humain et du droit naturel. Certaines lettres de Fronton montrent que ce n’est pas tant la précision du droit qui guide l’orateur dans la composition de ses discours : sa démarche dépasse le droit humain pour atteindre à l’universel. L’Ad Marcum I, 6, comme l’Ad Amicos II, 7, ou l’Ad Antoninum II, 1, ne fondent pas leur argumentation sur le droit écrit : ce sont des invitations aux empereurs à oublier les lois humaines, si ce n’est à les transgresser, pour favoriser le respect d’une loi naturelle. Or, nous avons, semble-t-il, le même débat dans les sujets frontoniens de déclamation, qui incitent l’élève à se questionner sur la morale naturelle en dépit des institutions humaines. Les valeurs défendues dans la déclamation se rapprochent donc peut-être plus chez Fronton de celles défendues dans les discours sérieux du professeur et s’écartent en cela des valeurs plus « philosophiques » mises de l’avant dans les jeux littéraires frontoniens, comme l’éloge paradoxal ou les badinages amoureux, lieux privilégiés, comme nous l’avons mentionné, de la construction d’une vision de la rhétorique et de l’enseignement. Dès lors, dans la formation que Fronton veut donner à Marc Aurèle, les déclamations ne feraient pas partie des nugalia (De f. a. III, 8), comme Fronton nomme lui-même les éloges paradoxaux. Fronton perçoit surtout le sérieux de la déclamation et son utilité pour la réflexion sur des thèmes importants et non pas son aspect divertissant et ludique, qu’il réserve à d’autres genres pour servir d’autres débats.

Bibliographie

Broughton T. R. S. 1952, The Magistrates of the Roman Republic, II (99 BC-31 BC), New York.

— 1986, The Magistrates of the Roman Republic, III. Supplement, Atlanta.

Champlin E. J. 1974, « The Chronology of Fronto », JRS 64, p. 136‑159.

— 1980, Fronto and Antonine Rome, Cambridge (Mass.)-Londres.

Cortassa G. (éd., trad.) 1984, Scritti di Marco Aurelio. Lettere a Frontone, Pensieri, Documenti, Turin.

Dondin M. 1979, « Pour une identification du censeur de 64 », REL 57, p. 126‑144.

Dondin Payre M. 1993, Exercice du pouvoir et continuité gentilice. Les Acilii Glabriones du IIIe s. av. J.‑C. au Ve s. ap. J.‑C., Rome-Paris.

Feddern St. (éd., comm.) 2013, Die Suasorien des älteren Seneca, Berlin-Boston.

Fleury P. 2002, « L’éloge paradoxal, entre virtuosité et construction idéologique : le cas de l’Éloge de la négligence de Fronton », Rhetorica 20, p. 119‑132.

— (trad., comm.) 2003, Fronton, Correspondance, Paris.

— 2006, Lectures de Fronton. Un rhéteur latin à l’époque de la Seconde Sophistique, Paris.

Görgemanns H. 1991, « Der Bekehrungsbrief Marc Aurels », RhM 134, p. 96‑109.

Grimal P. 1991, Marc Aurèle, Paris.

Groag E., Stein A. (éd.) 1933, Prosopographia Imperii Romani, Pars I, Berlin.

Gunderson E. 2003, Declamation, Paternity, and Roman Identity. Authority and the Rhetorical Self, Cambridge-New York.

Hadot P. 1992, La citadelle intérieure : introduction aux Pensées de Marc Aurèle, Paris.

Jones B. W. 1979, Domitian and the Senatorial Order. A Prosopographical Study of Domitian’s Relationship with the Senate, A. D. 81‑96, Philadelphie.

Kohl R. 1915, De scholasticarum declamationum argumentis ex historia petitis, Paderborn.

Mazzoli G. 2006, « La guerra civile nelle declamazioni di Seneca il Retore », in D. Fogazza, S. Monda (éd.), Atti del XII Colloquium Tullianum. Salamanca, 7‑9 ottobre 2004, Ciceroniana, n. s. 12, Rome, p. 45‑57.

Migliario E. 2007, Retorica e storia. Una lettura delle Suasoriae di Seneca Padre, Bari.

— 2008, « Cultura politica e scuole di retorica a Roma in età augustea », in F. Gasti, E. Romano (éd.), Retorica ed educazione delle élites nell’antica Roma. Atti della VI Giornata ghisleriana di filologia classica (Pavia, 4‑5 aprile 2006), Pavie, p. 77‑93.

— 2009a, « Le proscrizioni triumvirali fra retorica e storiografia », in M. T. Zambianchi (éd.), Ricordo di Delfino Ambaglio, Côme, p. 55‑66.

— 2009b, « Storia romana e cultura latina per i retori greci di età augustea », Lexis 27, p. 509‑524.

Pepe L. (éd., comm.) 1957, Marco Aurelio latino, Naples.

Pernot L. 2007, « Il non-detto della declamazione greco-romana : discorso figurato, sottintesi e allusioni politiche », in L. Calboli Montefusco (éd.), Papers on Rhetoric, VIII. Declamation, Rome, p. 209‑234.

— 2008, « Aspetti trascurati dell’educazione retorica nel II secolo d. C. : intorno ai maestri di Marco Aurelio », in F. Gasti, E. Romano (éd.), Retorica ed educazione delle élites nell’antica Roma. Atti della VI Giornata ghisleriana di Filologia classica (Pavia, 4‑5 aprile 2006), Pavie, p. 95‑112.

Pflaum H. G. 1964a, « Les correspondants de l’orateur M. Cornelius Fronton de Cirta », in R. Marcel (éd.), Hommages à Jean Bayet, Bruxelles, p. 544‑560.

— 1964b, « Tendances politiques et administratives au IIe s. de notre ère », REL 42, p. 112‑122.

Poignault R. 2013, « Exercices rhétoriques dans la correspondance de Fronton », CEA 50, p. 17‑65.

Roller M. M. 1997, « Color-Blindness : Cicero’s Death, Declamation, and the Production of History », CPh 92, p. 109‑130.

Russell D. A. 1983, Greek Declamation, Cambridge-New York.

Schneider C. 2000, « Littérature et propagande au IVe siècle de notre ère dans le recueil des Grandes déclamations pseudo-quintiliennes : l’exemple du Miles Marianus », in F. E. Consolino (éd.), Letteratura e propaganda nell’Occidente latino da Augusto ai regni romanobarbarici, Rome, p. 45‑66.

— (éd., trad., comm.) 2004, [Quintilien], Le soldat de Marius (Grandes déclamations, 3), Cassino.

— 2005, « L’histoire dans la rhétorique : les enjeux politiques du Miles Marianus dans le recueil des Grandes déclamations pseudo-quintiliennes », CEA 42, p. 99‑122.

Selvatico G. P. 1981, Lo scambio epistolare tra Frontone e M. Aurelio. Esercitazioni retoriche e cultura letteraria, MAST 5, Turin, p. 225‑301.

Sussman L. A. (éd., trad., comm.) 1994, The Declamations of Calpurnius Flaccus, Leyde-New York-Cologne.

Syme R. 1980, « An Eccentric Patrician », Chiron 10, p. 427‑448.

Touahri O. 2010, « Le phénomène de la guerre civile d’après Sénèque le Rhéteur », in P.‑L. Malosse, M.‑P. Noël, B. Schouler (éd.), Clio sous le regard d’Hermès. L’utilisation de l’histoire dans la rhétorique ancienne de l’époque hellénistique à l’Antiquité tardive. Actes du colloque international de Montpellier (18‑20 octobre 2007), Alessandria, p. 55‑64.

Van den Hout M. P. J. (éd.) 1988, M. Cornelii Frontonis Epistulae, Leipzig.

— 1999, A Commentary on the Letters of M. Cornelius Fronto, Leyde-Boston-Cologne.

Van Mal-Maeder D. 2007, La fiction des déclamations, Leyde-Boston.

Villé G. 1981, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, Rome.

Notes

1 Sur la particularité de cet exercice, cf. Fleury 2006, p. 53‑61, Pernot 2008, p. 96‑105 et Poignault 2013.

2 Cf. Pepe 1957, p. 38‑47.

3 Cf. Fleury 2002.

4 Front., Ad M. III, 9, 3 : Materiam cruentam misisti mihi. Necdum legi Cœlianum excerptum quod misisti nec legam priusquam sensus ipse venatus fuero, « C’est un sujet cruel que tu m’as envoyé. Je n’ai pas encore lu l’extrait de Cœlius que tu m’as envoyé et je ne le lirai pas avant d’avoir moi-même fait la chasse aux idées » ; les traductions sont nôtres. L. Cœlius Antipater, annaliste du IIe siècle av. J.‑C., composa une histoire en sept livres sur la deuxième guerre punique. Sur les différentes opinions concernant l’identification de ce Cœlius avec celui mentionné dans le De eloquentia, I, cf. Selvatico 1981, p. 258‑260.

5 Cortassa 1984, p. 154‑155, croit, sans donner d’explication, que l’exercice proposé par Fronton à Marc Aurèle est un exercice de versification, mais materia est le terme utilisé pour désigner le sujet d’un discours, réel ou fictif ; cf. Front., Ad M. I, 4, 2 ; V, 54 ; Ad Ant. II, 1, 1.

6 Front., Ad M. IV, 13, 4 : « Mais je vais à présent construire quelque chose et, selon le conseil que donnait un certain orateur attique devant une assemblée athénienne qu’ “il faut parfois laisser dormir les lois”, j’accorderai un peu de repos aux livres apaisés d’Ariston et je me concentrerai totalement sur ton poète comique après avoir lu les discours brefs de Cicéron. Pourtant, j’écrirai pour un seul parti, car Ariston ne dormira jamais assez profondément pour me permettre de défendre l’autre. »

7 Cf., entre autres, Champlin 1974, p. 144 ; Görgemanns 1991 ; Grimal 1991, p. 85 ; Hadot 1992, p. 34.

8 Front., Ad M. V, 37 : « Je t’envoie du matériel ; c’est un sujet sérieux : un consul du peuple romain dépose sa toge prétexte et revêt une armure de combat ; parmi les jeunes gens aux Quinquatries, il tue un lion sous le regard du peuple romain. Il est dénoncé aux censeurs. Dispose et développe ». Sur Acilius Glabrio, voir Dondin Payre 1993.

9 Front., Ad M. V, 38 : « Quand cela s’est-il passé et était-ce à Rome ? Est-ce que tu parles de l’événement qui eut lieu à Albe sous Domitien ? De plus, dans un tel sujet, cela demande plus de temps pour rendre le sujet crédible que pour susciter les émotions. Cela m’apparaît un sujet incroyable […]. Réponds immédiatement sur le moment où l’événement a eu lieu ». La même attitude est perceptible, selon Van den Hout 1999, ad loc., dans sa réaction à l’image d’Aeneria.

10 Front., Ad M. V, 42, 2 : « Le tribun de la plèbe, M. Lucilius, alors que ses collègues avaient décidé la relaxe, jeta en prison de sa propre initiative, contre leur avis, un homme libre, citoyen romain. Pour cette raison, il est blâmé par les censeurs. En premier, divise la cause, puis pour chacune des parties, tente de démontrer l’accusation et la défense. »

11 Front., Ad M. V, 43 : « Toute ma journée sera libre. Si tu m’as jamais aimé d’une quelconque manière, aime-moi aujourd’hui et envoie-moi un sujet ample, je t’en prie et te le demande, et je t’en supplie et t’en demande la faveur et t’en conjure. Dans ce sujet centumviral en effet je n’ai trouvé que des épiphonèmes. Porte-toi bien le meilleur des maîtres. Ma souveraine te salue. Je voudrais écrire quelque chose qui force les acclamations. Fais-moi cette faveur et procure-moi un sujet sonore. »

12 Le trait n’est pas propre à Fronton, car la déclamation pouvait fort bien s’inscrire dans un moment historique précis, notamment dans la suasoire ; cf. Kohl 1915 ; Russell 1983, p. 117‑128 pour quelques exemples grecs ; Pernot 2007 pour des exemples latins.

13 Les Quinquatries sont des fêtes en l’honneur de Minerve, du 18 au 23 mars : elles comportaient des sacrifices non sanglants, des combats de gladiateurs et une procession solennelle le dernier jour de la fête. Les cours vaquaient et les étudiants offraient divers présents à leurs maîtres. Chez Dion Cassius (LXVII, 14, 3), Acilius Glabrio aurait combattu dans le cadre des Juvenalia. Selon Villé 1981, p. 159 et 218‑219, Fronton n’a pas nécessairement confondu les deux festivals ; en effet, il semble que Domitien ait célébré des Juvenalia dans sa résidence albaine sous le patronage de Minerve au moment des Quinquatries.

14 Villé 1981, p. 255‑261.

15 Villé 1981, p. 255‑262.

16 Van den Hout 1988, ad loc., renvoie à Caton, p. XC‑XCI Jordan. Cf. Jones 1979.

17 Pour l’ensemble des hypothèses, cf. Van den Hout 1999, p. 204‑220 ; Broughton 1952, p. 470 ; Broughton 1986, p. 128 ; Dondin Payre 1993, p. 183. Sur le censeur de - 64, cf. Dondin 1979.

18 Sur le consul de 152, cf. Aristid., Or. 50, 97 ; Syme 1980 ; Dondin Payre 1993, p. 191‑195 ; il existe également un consul en 124, cf. PIR2 A 60 et 68 ; Pflaum 1964b ; le fils du consul de 152 a également été consul pour la deuxième fois en 186.

19 Dondin Payre 1993, p. 159 ; PIR2 A 37, 60, 64 et 73.

20 Cf. Van den Hout 1999, ad loc., qui donne cette datation sur la base du peu d’enthousiasme montré par Marc Aurèle à la réception des sujets. Dans l’état fragmentaire de la correspondance, ce trait ne peut être pris comme base sûre pour la datation, mais le fait qu’Acilius Glabrio ait été à ce moment en attente d’une candidature à la questure peut nous inciter à rejoindre l’opinion de M. Van den Hout.

21 La correspondance de Fronton, bien qu’elle montre des relations importantes avec beaucoup de personnages en vue de l’époque (cf. Pflaum 1964a ; Champlin 1980, p. 29‑44), ne renferme pas d’autres mentions des Acilii.

22 L’utilisation politique et contemporaine des déclamations est difficile à mesurer dans les recueils de Calpurnius Flaccus ou du Pseudo-Quintilien ; voir toutefois l’exemple du Miles Marianus et les travaux de Schneider 2000 ; Schneider 2004, p. 36‑37 ; Schneider 2005. Elle est plus évidente dans certains thèmes de suasoires chez Sénèque le Père (cf. notamment Roller 1997 ; Gunderson 2003, p. 101‑104 ; Mazzoli 2006 ; Migliario 2007, p. 121‑149 ; Migliario 2008 ; Migliario 2009a et 2009b ; Touahri 2010 ; Feddern 2013) et dans les déclamations grecques (cf. Russell 1983, p. 117‑128). Sur ce sujet, voir également les contributions de Mario Lentano et de Gianluca Ventrella dans le présent recueil.

23 Il semble cependant qu’il puisse y avoir appel au peuple pour divulguer les motifs de la condamnation, cf. Plut., Cat. Mai. 17.

24 Cf. Demetr., Eloc. 106 ; Quint., VIII, 5, 11 ; Hermog., Inv. 4, 9. Il semble que les épiphonèmes ne soient pas étrangers aux exercices préparant à la déclamation, cf. Sen., Contr. I, pr. 23.

25 Suet., Rhet. 1, indique que cette tradition plus historique est ancienne ; voir Kohl 1915 ; Sussman 1994, p. 12‑13 : chez Calpurnius Flaccus, on trouve des cas présentés devant le sénat pour obtenir une permission de suicide (Decl. 20, 38, 53) ou pour des déclarations de guerre (Decl. 39) ou l’octroi de l’imperium (50) ; il existe également dans le corpus des discours présentés devant une sorte de commission religieuse (Decl. 26 et 44). Van Mal-Maeder 2007, p. 7, souligne ce trait de l’utilisation du passé : comme chez Fronton, dans les recueils de déclamation, les éléments historiques sont souvent déformés et dramatisés.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search