Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Nommer et classer les villes

Dire en grec les évolutions juridiques, urbanistiques et culturelles des cités macédoniennes de Dion et de Philippes

Julien Demaille

Texte intégral

  • 1 Brélaz et Demaille 2017, p. 117‑154.

1Dion et Philippes sont deux villes macédoniennes qui possèdent de nombreux points communs et pour lesquelles une histoire comparative peut apparaître, à bien des aspects, particulièrement intéressante. Suite à l’article que Cédric Brélaz et moi-même avons écrit sur l’héritage grec des deux colonies1, il m’a semblé pertinent de poursuivre l’analyse comparative des deux cités, au travers des noms par lesquels elles étaient désignées depuis l’Antiquité.

2Les similitudes entre ces deux villes sont indéniables. L’une et l’autre sont des « villes royales », Dion étant considérée comme la « ville sacrée » des Téménides, Philippes étant une fondation de Philippe II. Toutes deux, après avoir connu un déclin urbain à la suite de la bataille de Pydna, ont été redynamisées au niveau démographique et urbanistique par leur transformation juridique à l’époque césaro-augustéenne en colonie romaine, avant de connaître, à nouveau, un déclin urbain, progressif mais inéluctable à partir de l’époque paléochrétienne. Autre similitude, leur situation géographique, au pied de massifs montagneux d’envergure : l’Olympe pour Dion, le Pangée, le mont Lekani et le Symbolon pour Philippes. De même, leur localisation aux confins du royaume : au sud-ouest, Dion est située à la frontière avec la Thessalie, tandis que Philippes, située en Macédoine orientale, se localise à la frontière avec la Thrace. Mais ce dernier point commun peut également apparaître comme une opposition, puisque Dion est la ville la plus grecque du royaume de Macédoine, tandis que Philippes n’est encore qu’imparfaitement hellénisée quand elle devient une colonie romaine. L’histoire de ces villes, leur changement de statut juridique ainsi que leur développement urbain trouvent un écho dans les vocables par lesquels elles sont désignées dans les textes. C’est l’objet de cette courte synthèse qui, ne prétendant en rien à l’exhaustivité, s’appuie sur un choix de documents littéraires, épigraphiques et numismatiques. Notre démarche sera chronologique afin de montrer les évolutions des mots qui désignent ces villes.

Les noms de Dion et de Philippes aux époques macédonienne et tardo-hellénistique

  • 2 Hatzopoulos et Mari 2004, p. 505.
  • 3 Comme Halos, ou Nicée de Bithynie, cf. Stephanidou-Tiveriou 1998, p. 252.
  • 4 On ne sait pas si Dion a été fortifiée avant la fin du ive s. av. J.‑C., cf. Stephanidou-Tiveriou  (...)
  • 5 Pandermalis 1999, p. 60‑69.
  • 6 Pandermalis 1999, p. 45 (photographie uniquement), BE, 2000, 453, 1 : [--- σύνταξον οὖν ὅπως] ἀναγ (...)

3Les sanctuaires à Dion ont toujours eu plus d’importance que le centre urbain2 et la croissance de la ville est sans doute une conséquence du développement de son rôle religieux. Le plan hippodaméen de Dion, trait caractéristique des cités de la haute période hellénistique3, date probablement de l’époque de Cassandre, qui l’aurait dotée de fortifications4, alors que les vestiges les plus anciens de Dion, ceux des megara de Déméter remontent au vie s. av. J.‑C.5. Mais c’est bien la présence d’un sanctuaire consacré à Zeus Olympien qui fait de Dion une sorte de capitale religieuse du royaume argéade. Le sanctuaire de Zeus a été localisé grâce à un fragment de décret découvert près de l’odéon romain qui en précise le nom6.

  • 7 Sources littéraires sur les Olympia : Arrien, Anabase I, 3 ; Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « (...)
  • 8 Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique XVII, 16, 3. Cf. Mari 1998, p. 162 et Hatzopoulos et Ma (...)
  • 9 Hatzopoulos 1996, II, n° 56‑57 et Mari 1999, p. 627‑649, notamment p. 637, n. 31.

4Le roi Archélaos, à la fin du ve s. av. J.‑C., dans une politique délibérée de promotion des poleis de Macédoine et d’attribution de rôles différents à chacune d’elles, donne à Dion sa vocation de « ville sainte », en développant les Olympia, grande panégyrie consacrée à Zeus et aux Muses7, afin de leur donner une dimension panhellénique8. Les Olympia avaient également un rôle politique. Ces festivités étaient l’occasion de rencontres des hauts responsables et des différentes composantes de l’État macédonien : le roi et son entourage, les membres du synedrion, ainsi que les délégués des cités. Dion fait également fonction de lieu de conservation des archives d’État. C’est à Dion que l’on a retrouvé deux des plus anciens décrets ou lois connus émanant de poleis de Macédoine9.

  • 10 Voutiras 2006, p. 337‑338 : « On est ainsi amené à se demander si la ville de Dion, construite en (...)
  • 11 Thucydide, Guerre du Péloponnèse IV, 78, 5‑6 : ἐκεῖθεν δὲ ἐς Φάκιον, καὶ ἐξ αὐτοῦ ἐς Περραιβίαν. Ἀ (...)
  • 12 Strabon, Géographie VII, frg. 35, parle d’autres cités comme de polismata, terme souvent traduit p (...)
  • 13 Polybe, Histoires IV, 62, 1‑2 : Σκόπας δὲ κατὰ τὸν καιρὸν τοῦτον ἀναλαβὼν τοὺς Αἰτωλοὺς πανδημεί, (...)

5On le voit, à Dion, le sanctuaire de Zeus est central. Il est très tentant de penser, ainsi que l’ont écrit de nombreux auteurs, que Dion doit son nom au fameux sanctuaire de Ζεύς, Διός au génitif, dont la croissance et l’importance précèdent celles de la ville proprement dite, mais rien ne permet de l’affirmer avec une totale certitude10. Nous ignorons également l’époque de la fondation de Dion, mais le premier témoignage littéraire de la cité date du ve s. av. J.‑C. : Thucydide en parle, comme d’un πόλισμα11, ce que l’on pourrait traduire par « petite ville », ou plutôt, « petite cité »12. Polybe rapporte que lors de la Guerre des Alliés (220‑217 av. J.‑C.), Scopas détruit les remparts de Dion13 : il utilise tout simplement le nom de la ville, Dion (ἐπὶ τὸ Δῖον), sans en préciser le statut et parle de la ville comme d’un simple τόπος (« lieu »).

  • 14 Hatzopoulos 1996, II, p. 10‑21, n° 2.
  • 15 Pilhofer II, 745a, Plassart 1921, p. 17, l. 54.
  • 16 Robinson 1938, p. 64‑65, n° 16. Robinson date l’inscription du iie s. av. J.‑C., tandis que Morett (...)
  • 17 BE, 2000, 453, 4.

6Sur le plan épigraphique, le nom de la cité apparaît également de la même manière que chez Polybe : Δίον. Le nom figure pour la première fois sur la pierre en 357 av. J.‑C., dans le traité entre Philippe II et la ligue Achéenne, avec un iota adscrit et un omicron ([ἑ]ν Δίοι)14, dans la liste delphique des théorodoques qui date de 230-220 av. J.‑C. (l. 54 : ἑν Δίῳ Μέντωρ Ἀγαθοκλέους Πολυκλῆς)15, ainsi que sur une inscription agonistique de Cassandreia du iiie-iie s. av. J.‑C., qui mentionne les Ὀλύμπια τὰ ἐν Δίῳ16. Nous connaissons tout de même une mention de l’ethnique, dans une lettre royale, où Philippe V demande aux Diestes (Διεστῶν) de recommander les théores de Cyzique17.

7Dion est donc un πόλισμα, une petite cité, une ville qui doit son essor à la présence de son sanctuaire à Zeus Olympien. Philippes, à l’époque macédonienne, n’a pas une telle renommée, mais nous avons davantage d’éléments sur les conditions de sa fondation, ou plutôt de ses fondations successives, dont les noms qu’a portés la ville se font l’écho.

  • 18 Strabon, Géographie VII, 331, frg. 42 : Ὅτι οἱ νῦν Φίλιπποι πόλις Κρηνίδες ἐκαλοῦντο τὸ παλαιόν (« (...)
  • 19 Pilhofer II, 750 ; IG II², 127 ; Syll3 196 (l. 45), stèle découverte à Athènes (juillet 356 av. J. (...)
  • 20 Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique XVI, 8, 6 : Μετὰ δὲ ταῦτα παρελθὼν ἐπὶ πόλιν Κρηνίδας τ (...)
  • 21 Appien, Guerres Civiles IV, 105 : Οἱ δὲ Φίλιπποι πόλις ἐστίν, ἣ Δάτος ὠνομάζετο πάλαι καὶ Κρηνίδες (...)
  • 22 Collart 1937, p. 42. Dion Cassius, Histoire romaine XLVII, 35, 4, reprend ce toponyme pour décrire (...)
  • 23 Pour les sources qui citent les deux noms de Krénidès et de Datos, cf. Picard 1994, p. 460‑463 et (...)

8Les sources nous font connaître trois noms successifs pour la ville qui deviendra Philippes. Strabon précise que Philippoi a commencé par s’appeler Krénidès (Κρηνίδες)18. L’épigraphie confirme ce nom : le traité d’alliance (συμμαχία) entre Athènes, le roi Ketriporis de Thrace, Lyppeus de Péonie et Grabos d’Illyrie contre Philippe II précise que les contractants jurent de faire la guerre contre Philippe et de s’emparer de Krénidès (Κρηνίδ[α]ς)19. Diodore de Sicile confirme l’information et précise que ce sont les Thasiens qui fondèrent la ville de Krénidès et que le nom de Philippes provient du roi Philippe II qui y envoya des colons20. Appien, quant à lui, précise que Philippes, avant de s’appeler Krénidès, a commencé par se dénommer Datos21. Il suggère également que le nom de Κρηνίδες serait un diminutif de ἡ κρηνίς, ῖδος signifiant « source, fontaine », ce qui correspond à une spécificité géographique de Philippes : la présence de nombreuses sources au pied de l’acropole, caractéristique rappelée par Dion Cassius22. D’autres auteurs, comme Harpocrate, se font l’écho de cette tradition onomastique concernant la ville de Philippes avant Philippes23. Ces témoignages nous permettent de comprendre, en outre, que la ville fut originellement un établissement thasien, une colonie de Thasos sur le continent, puis qu’elle a été refondée par Philippe II.

  • 24 Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Δᾶτον » : Δᾶτον, πόλις Θρᾴκης ; Souda, s.v. « Δατός ».
  • 25 Pseudo-Skylax, Périple 67 : Δάτον πόλις Ἑλληνὶς ἣν ᾤκισε Καλλίστρατος Ἀθηναῖος (« Daton, ville gre (...)
  • 26 Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Φίλιπποι », cf. n. 18. Voir également Zannis 2012, p. 525 et (...)
  • 27 IG IV2, 1, 94, Ib (l. 9, 31, 32) : Μακεδονία Περδικκας. Θάσος Ἀρτυσίας. Δάτος Τιμανδρος. Notons au (...)
  • 28 Pilhofer II, 160a, Hatzopoulos 1996, II, n° 6I (l. 16). Sur l’analyse du texte, voir désormais Hat (...)
  • 29 Hérodote, Histoires IX, 75 : Αὐτὸν δὲ Σωφάνεα χρόνῳ ὕστερον τούτων κατέλαβε ἄνδρα γενόμενον ἀγαθόν (...)
  • 30 Cités par Harpocration, s.v. « Δατός ».
  • 31 Appien, Guerres Civiles IV, 105, cf. n. 21.
  • 32 Zannis 2012, p. 524 et n. 10.
  • 33 IG II², 127 (l. 45).

9La proto-ville de Philippes posséderait donc deux noms : Krénidès et Datos ou Daton (les deux sont également attestés). Si l’assimilation entre Krénidès et Philippes ne fait aucun doute, son identification à Datos a fait l’objet d’une importante littérature qu’il n’est pas question de reprendre en détail, mais dont il est nécessaire de comprendre les grands enjeux. Précisons, tout d’abord, que les deux villes de Datos et Krénidès sont toutes deux attestées en tant que cités autonomes distinctes l’une de l’autre. Toutes deux possèdent le statut de πόλις : Datos est qualifiée de πόλις Θρᾴκης24 ou même de πόλις Ἑλληνὶς par le Pseudo-Skylax25, alors que Krénidès/Philippes est attestée comme πόλις Μακεδονίας, probablement parce qu’elle est une ville liée à la monarchie macédonienne26. La cité de Datos apparaît aussi dans plusieurs inscriptions : la ville est mentionnée sur la liste des théarodoques d’Épidaure27 et apparaît sous la forme « Δάτου χώρα » dans la lettre des ambassadeurs de Philippes en mission auprès d’Alexandre le Grand, texte que l’on a coutume d’appeler la « lettre d’Alexandre »28. Le nom de Datos/Daton est donc surtout mentionné par des sources d’époque classique (Hérodote29, Éphore et Théopompe30) et quand Appien la cite à l’époque romaine31, c’est pour dire que son nom n’est plus d’actualité. Étienne de Byzance mentionne son ethnique Δατηνός à trois reprises, mais ses sources remontent, elles aussi, à Hérodote, Éphore et Philochore32. La ville de Krénidès est également attestée, à la même époque classique ou tardo-classique dans le traité conclu entre Athènes et le roi thrace Kétriporis en 356‑355 contre Philippe II33. Les sources apparaissent donc contradictoires : d’un côté, certaines semblent indiquer qu’il existe deux sites urbains différents, mais d’autres considèrent que Datos et Krénidès sont les deux noms d’un même site urbain.

  • 34 Cousinéry 1831, p. 109 ; Leake 1835, p. 180 ; Tafel 1842, p. 12‑17 ; Weissenborn 1844, p. 145. D’a (...)
  • 35 Heuzey et Daumet 1876, p. 60‑65 ; Collart 1937, p. 39 sq. et 133‑160. Sur le rôle d’oikistès de Ca (...)
  • 36 Isocrate, Discours sur la paix 24, cf. Zannis 2012, p. 534.
  • 37 Démosthène, Contre Polyclès 46‑52 ; cf. Collart 1937, p. 134 et n. 1, Zannis 2012, p. 534, n. 80 e (...)
  • 38 Pseudo-Skylax, Périple 67, cf. n. 25.
  • 39 Collart 1937, p. 40.
  • 40 Collart 1937, p. 45 : « du rapprochement de tous ces textes, on peut conclure que le nom de Daton (...)

10Les auteurs modernes ont été partagés sur la question. Les chercheurs du xixe s. considéraient, dans leur ensemble, qu’il s’agissait de deux sites différents, à la suite de l’hypothèse formulée par M.‑E. Cousinéry34. C’est L. Heuzey, qui, en 1836, émit la théorie selon laquelle les deux sites devaient être confondus, idée relayée et amplifiée par la suite par P. Collart. C’est l’hypothèse la plus généralement adoptée. Pour P. Collart, la fondation de Krénidès serait l’œuvre de Callistrate d’Aphidna, Athénien banni de la cité à la suite d’une procédure d’eisangélie, qui se serait retiré en Macédoine et dans le Pangée35. P. Collart s’appuie notamment sur un discours d’Isocrate qui présente Callistrate comme le fondateur d’une cité en Thrace36, sur un passage du plaidoyer Contre Polyclès attribué à Démosthène37, mais aussi sur le témoignage du Pseudo-Skylax, qui précise que l’Athénien Callistrate a fondé, non pas Philippes, mais Daton38. Pour concilier, du mot même de Collart, « les témoignages, en apparence contradictoires, de tous ces textes »39, l’archéologue suisse considère que Datos ne désigne pas, à l’origine, une cité, ou un point topographique précis, mais une assez vaste région comprenant montagnes, plaine et littoral dont le nom aurait été repris pour désigner la colonie thasienne fondée sur le continent40.

  • 41 Picard 2016, p. 77.
  • 42 Picard 1994, p. 467 : « Les sécessionnistes choisissent pour chef-lieu une bourgade située près de (...)
  • 43 Picard 1994, p. 463 ; Collart 1937, p. 135‑136 ; Zannis 2012, p. 356 ; Psôma 2016, p. 90 et n. 115
  • 44 Picard 1994, p. 463‑468 ; cf. aussi Hamon 2016, p. 115‑116.
  • 45 Psôma 2016, p. 92‑93 : « Pour ce qui concerne Datos, son identification avec le nouvel établisseme (...)
  • 46 Zannis 2012, p. 538, sur le territoire de la colonie de Philippes, cf. Brélaz et Tirologos 2016, p (...)

11Récemment, O. Picard a donné raison à cette tradition : « il s’agit du même site, mentionné par les sources sous deux noms, le nom ancien, traditionnel, d’une agglomération minière qui n’était pas encore une polis, et le nom politique pris vers 360 par les Thasiens du continent »41. Pour O. Picard, les Thasiens du continent à l’origine de la fondation de Krénidès auraient fait sécession d’avec les Thasiens insulaires42. C’est ce qu’indiquerait le monnayage de la cité de Krénidès, qui, entre 360 et la refondation philippienne, a frappé une monnaie d’or et de bronze avec au droit, une tête d’Héraklès, le dieu Sôtèr de Thasos, et au revers, un trépied, ou encore un arc, une massue, avec la légende : Θασίον ἠπείρο (« Pérée thasienne »)43. Pour O. Picard, les Thasiens du continent manifestent leur autonomie d’avec les Thasiens insulaires de cette manière régalienne, en affirmant être les « Thasiens de la Pérée » ou les « Thasiens du Continent ». Θασίον ἠπείρο constituerait donc une nouvelle désignation pour la ville de Krénidès, ou plutôt un ethnique pour les Thasiens de la région de Datos/Krénidès44. Cette interprétation a été approuvée par de nombreux chercheurs. S.E. Psôma se rallie également à cette hypothèse, mais elle considère toutefois que lorsque les auteurs anciens évoquent la colonie thasienne du continent, ils font référence non pas au site de Datos même, « mais [plutôt] à une partie de sa chôra et à l’absorption tardive de Datos par la cité de Philippes »45. Cette intégration de Datos au territoire de Philippes est effective à l’époque de la colonisation romaine, mais il est très possible que Datos ait fait partie de la chôra de Krénidès/Philippoi dès l’époque classique46.

  • 47 Zannis 2012, p. 523‑524 et n. 8 pour une historiographie sur Datos/Daton.
  • 48 Strabon, Géographie VII, frg. 36 : Παρὰ δὲ τὴν παραλίαν τοῦ Στρυμόνος καὶ Δατηνῶν πόλις Νεάπολις κ (...)
  • 49 La prospérité de Daton était légendaire, et même proverbiale, cf. Strabon, Géographie VII, frg. 33 (...)
  • 50 Pseudo-Scylax, Périple 67 : Νεάπολις, κατὰ ταύτην Δάτον πόλις Ἑλληνὶς (« Neapolis, en face de la c (...)
  • 51 Zénobius, Proverbes IV, 34 : Καλλίστρατος γὰρ ὁ ῥήτωρ ἐκπεσὼν Ἀθήνηθεν ἔπεισε τοὺς Ἀθηναίους τὴν ἀ (...)
  • 52 Zannis 2012, p. 533‑534 et 538 : « Datos connut à cette époque une expansion vers l’est. La cité [ (...)
  • 53 Appien, Guerres Civiles IV, 105, cf. n. 22.
  • 54 Zannis 2012, p. 538.

12Cette idée que Datos et Krénidès ne sont pas assimilables mais confondues parce qu’elles font partie du même territoire a été également avancée par A. Zannis. Pour cet auteur, la confusion entre les deux sites47 proviendrait notamment du fait que, selon Strabon, Datos disposait d’un lac, qu’il convient effectivement d’identifier, à la suite de P. Collart, comme étant le lac de la plaine de Philippes48. La richesse des deux cités, et notamment la présence de mines d’or, contribue également à leur assimilation49. A. Zannis s’appuie sur le Pseudo-Scylax50 et sur Zénobius51 pour identifier Datos avec Élefthéroupolis (Pravi) située, elle aussi, sur le lac de Philippes, mais sur la rive opposée, adossée aux pentes orientales du Pangée (fig. 1). Le passage de Zénobius permet, en outre, de supposer que Krénidès aurait été englobée au territoire de Datos à la suite d’un synœcisme mis en place par les Thasiens sous l’impulsion de l’Athénien Callistrate52. Le passage d’Appien que nous avons déjà signalé et qui présente la succession chronologique des trois noms de Krénidès, Datos et Philippes53 doit donc être considéré comme exact : Krénidès étant le nom originel du lieu-dit ainsi dénommé en raison de la présence de sources, Datos étant le nom de la cité dont le territoire s’est étendu sur la rive orientale du lac de Datos/Krénidès, un nom qui résulte du changement juridique impulsé par Callistrate et les Thasiens du continent, si l’on suit l’hypothèse d’A. Zannis54.

Fig. 1 – La région de Philippes (carte : G. Tirologos, ISTA [EA 4011], université de Franche-Comté).

Fig. 1 – La région de Philippes (carte : G. Tirologos, ISTA [EA 4011], université de Franche-Comté).

Les noms antiques apparaissent en majuscules, les noms modernes, en italique.

13Que l’on adhère ou non à cette hypothèse, l’idée que Datos et Krénidès ne constituaient pas nécessairement une même ville, un même et unique site urbain, mais qu’elles faisaient partie d’un même territoire et d’une même juridiction, que ce soit dès l’époque de la domination thasienne comme le suppose A. Zannis, ou plus tard, à l’époque de la colonie romaine, comme le suppose S.E. Psôma, est particulièrement intéressante et permet de comprendre l’apparente contradiction des sources. C’est une idée qui rejoint, d’un certain point de vue, l’hypothèse de P. Collart qui pensait, rappelons-le, que Datos désignait une « région » : il serait plus juste de dire que les noms de Datos et de Krénidès désignaient, dans les sources, peut-être une ville, mais surtout une chôra, ou du moins une partie du territoire d’une cité dont l’expansion territoriale a pu permettre d’englober la plaine et le lac de Philippes/Datos sous des juridictions différentes : celle des Thasiens de Datos, puis celle de la Philippes de Philippe II ou encore celle de la colonia Philippensis.

  • 55 Artémidoros dans Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Φίλιπποι » : καὶ πόλις Φίλιπποι τὸ παλαιὸν (...)
  • 56 Appien, Guerres Civiles IV, 105 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique XVI, 8, 6 (cf. n. 20‑ (...)
  • 57 Papazoglou 1988, p. 406. Hammon et Griffith 1979, p. 360 : « The very name Philippi contained some (...)
  • 58 Malkin 1985, p. 114.
  • 59 CIPh II.1 (= Brélaz 2014), p. 212 et n. 70.

14Ce qui est certain, c’est que Philippe II refonde la ville de Krénidès. Sans doute peu après la prise d’Amphipolis, en 356, les Thasiens installés à Krénidès demandent au souverain argéade son aide pour lutter contre des Thraces qui la menacent55. Philippe II occupe alors la ville, fortifie l’acropole de Krénidès, la peuple de nouveaux colons et l’appelle de son nom, ainsi que nous le disent Appien et Diodore de Sicile56. Le nom qu’il attribua à sa fondation a beaucoup à nous apprendre sur la nature de la cité. Philippes a été la première ville de Macédoine à être honorée du nom de son ktistès, « la seule à avoir été appelée Φίλιπποι et non Φιλιππούπολις »57. C’est une innovation pour le monde grec : pour la première fois, une ville porte le nom de son fondateur de son vivant. Philippe devient un fondateur éponyme de cité, un privilège jusque-là réservé aux héros et aux dieux58. Ce procédé connaîtra sous les successeurs de Philippe une grande postérité : Philippe V renomme la cité carienne d’Eurômos Philippoi au pluriel, certainement en référence à la ville macédonienne59. Mais pourquoi cette forme plurielle de Φίλιπποι ?

  • 60 Hoffman 1906, p. 250‑252. Sur le génitif thessalien, voir notamment Béquignon 1935, p. 39‑40.
  • 61 Collart 1937, p. 155, Heuzey et Daumet 1876, p. 65 sq. et Zannis 2012, p. 538 : « Comme l’a suggér (...)
  • 62 Hatzopoulos 2016, p. 104.
  • 63 Strabon, Géographie VII, frg. 41 : Τῆς δ’ ἐν τῷ Στρυμονικῷ κόλπῳ παραλίας τῆς ἀπὸ Γαληψοῦ μέχρι Νέ (...)
  • 64 Zannis 2012, p. 539. Sur la question, voir aussi Brélaz et Tirologos 2016, p. 125‑126.
  • 65 Cf. supra n. 28.
  • 66 Hatzopoulos 2016, p. 104 : le « noyau originel de la population [de Philippes] était formé de séce (...)

15O. Hoffman fait l’hypothèse que le nom de Φίλιπποι n’est pas un nominatif pluriel, mais un génitif singulier, une abréviation de Φίλιπποι πόλις, « ville de Philippe » : la désinence -οι serait à considérer comme un génitif d’une forme particulière qui se retrouve, notamment, en Thessalie60. Cette dernière hypothèse apparaît peu plausible. Il faut plutôt suivre L. Heuzey qui a émis l’idée, reprise par P. Collart, selon laquelle « la forme du pluriel, Φίλιπποι, évoquait le souvenir des groupements disséminés d’habitations qu’occupaient primitivement les colons thasiens »61. Cette idée séduisante est l’hypothèse la plus fréquemment reprise par les chercheurs. M.B. Hatzopoulos considère qu’à Philippes, dès le ive s. av. J.‑C., « s’agrégeait une constellation de villages (κῶμαι), parfois regroupés en associations par trois (Tripolites) ou par cinq (Pentapolites) »62. C’est ainsi que l’on doit comprendre le passage de Strabon qui évoque οἱ <Φίλιπποι> καὶ τὰ περὶ Φιλίππους (« Philippes et les environs de Philippes »)63. Il faut donc supposer que la forme plurielle du nom de Philippes suggère, comme l’écrit A. Zannis, « l’existence d’une fédération étendue réunissant un grand nombre de communes autonomes et d’unités politiques locales et régionales rattachées à la cité de Philippes »64. Ainsi, Datos a-t-elle, vraisemblablement, été englobée dans le territoire de Philippes au lendemain de la refondation par Philippe II, comme semble l’indiquer la lettre des ambassadeurs de Philippes dont nous avons déjà parlé65. L’objectif de Philippe II, en agrandissant le territoire de sa fondation, est d’assurer son futur développement, et de renforcer sa population66.

  • 67 Collart 1937, p. 162, n. 1.
  • 68 Collart 1937, p. 164.

16À l’époque de Philippe II, la ville de Philippes frappe monnaie d’or, d’argent et de bronze : la légende indique l’ethnique de la ville au génitif pluriel : Φιλίππων67. L’existence même de ce monnayage prouve les libertés dont jouit Philippes, mais le petit nombre des émissions semble indiquer qu’elles n’ont pas été accordées sur une longue période. Pour P. Collart, il est même probable que « la ville de Philippes perdit son droit de battre monnaie dès l’instant où le roi de Macédoine commença à frapper de l’or pour son propre compte »68.

  • 69 Hatzopoulos 1993, p. 318‑324.
  • 70 Herzog et Klaffenbach 1952, p. 15 sq., n° 6, cf. Papazoglou 1988, p. 406‑407.
  • 71 Pilhofer II, 745a ; Plassart 1921, p. 18, l. 80.
  • 72 Pilhofer II, 711b.
  • 73 IG XII, 8, 209, Pilhofer II, 704.
  • 74 IG II/III², 1956, Pilhofer II, 751 (l. 149‑150), vers 300 av. J.‑C.
  • 75 Pilhofer II, 745b (l. 19), 259‑258 οu 255‑254 av. J.‑C.
  • 76 Pilhofer II, 745c (l. 28), 258‑257 οu 254‑253 av. J.‑C.
  • 77 Pilhofer II, 746a (l. 26), 262‑261 ou 258‑257 av. J.‑C.
  • 78 Pilhofer II, 746b, IG VII, 2433.
  • 79 Pilhofer II, 348.

17On sait peu de choses sur Philippes aux époques hellénistique et républicaine. M.B. Hatzopoulos considère que Philippes n’a pas été incorporée à la Macédoine avant les premières décennies du iie s. av. J.‑C.69. Il semblerait, en effet, qu’elle ait conservé le statut de cité autonome, attesté sous les Antigonides par des inscriptions qui précisent l’ethnique de la ville. Le décret reconnaissant l’asylie du sanctuaire d’Asklépios à Cos en l’an 242 porte la formule ἡ τῶν Φιλίππων πόλις, c’est-à-dire avec la forme de l’ethnique que l’on retrouve sur les monnaies, et non ἡ τῶν Φιλιππείων πόλις70. On rencontre aussi la mention de l’ethnique dans la liste delphique de théorodoques de Delphes : ἐν Φιλίπποις Ἀντινικίδης Ἐπικράτους71. L’ethnique Φιλιππεύς/Φιλιππεῖς est attesté plusieurs fois dans des inscriptions hellénistiques et postérieures : une stèle hellénistique de Thasos qui mentionne deux Philippiens, Ἀππελις Μενεκλέους / Κύριος Μενεκλέους / Φιλιππεῖς72, une inscription bilingue grec/latin de Samothrace du iie s. av. J.‑C. qui signale un myste philippien, [Πρ]άξων [Φ]ιλιππεύς73, de même qu’une liste de mercenaires d’Athènes qui cite un certain Μοσχίων/Φιλιππεῖς74. Plusieurs inscriptions agonistiques de Delphes reprennent la forme de l’ethnique Φιλιπ[π]εύς, sans doute pour désigner la même personne : Δωρόθεος Φιλιπ[π]εύς75, [Δωρόθεος K]αλλιστράτου Φιλιππεύς76, [Δωρόθεος Kα]λλιστράτου Φ[ιλιππεύς]77. De même, une liste de noms de Thèbes du iiie-iie s. av. J.‑C. mentionne plusieurs noms avec l’ethnique : Μέδων Πυθίαο Φιλιπ[πεύς] (l. 2), [---] Μιννίωνος Φιλιππεῖε[ς] (l. 6), [---] Φιλιππε[ύς] (l. 12), [Μ]οσχίων Ἀππολοδώρω Φιλιππεύς (l. 15)78. Un décret du iie s. av. J.‑C., un des rares textes hellénistiques de Philippes, signale un […] πρόξενος ὢ[ν] τῆς πόλεως79 sans mentionner l’ethnique.

  • 80 Strabon, Géographie VII, frg. 41.

18Si la ville de Philippes est attestée par l’ethnique de ses habitants, il est intéressant de remarquer que les Philippiens sont signalés dans des inscriptions émanant d’autres cités. L’épigraphie propre à la ville de Philippes est rare à l’époque hellénistique, sans doute parce que Philippes n’a pas connu un développement important à cette période : à la veille de la colonisation romaine, Strabon en parle comme d’une κατοικία μικρά (« une petite agglomération »)80, ce qui fait dire à P. Collart que Philippes n’est qu’une « humble bourgade ». Le mot κατοικία signifie « lieu d’habitation », mais aussi « établissement d’une colonie », qui pourrait parfaitement qualifier le statut de Krénidès, puis de Philippes.

Les noms de Dion et Philippes à l’époque coloniale romaine

19En 42 av. J.‑C., au lendemain de la bataille qui porte son nom, Antoine décide d’allotir sur la plaine de Philippes une partie des vétérans et de faire de la cité macédonienne une colonie romaine. Ce changement juridique s’accompagne d’importantes transformations culturelles car désormais, la langue officielle de la colonie devient le latin. La titulature officielle de la colonie est toujours mentionnée en latin. On retrouvera le même phénomène à Dion. Le monnayage de la colonie indique ce changement de nom et de statut juridique. La première émission de la colonie comprend quatre types de monnaies, caractérisée ainsi :

  • au droit : A(ntoni) I(ussu) C(olonia) V(ictrix) P(hilippinsium) ;
  • au revers : Q(uintus) Paquius Ruf(us) c(oloniae) d(educendae) Leg(atus)81.
  • 82 Dion Cassius, Histoire Romaine LI, 4, 6 : Tοὺς γὰρ δήμους τοὺς ἐν τῇ Ἰταλίᾳ τοὺς τὰ τοῦ Ἀντωνίου φ (...)
  • 83 Digeste L, XV, 8 : In provincia Macedonia Dyrracheni, Cassandrenses, Philippenses, Dienses, Stoben (...)

20La ville de Philippes s’appelle donc C(olonia) V(ictrix) P(hilippensis) ou P(hilippensium) jusqu’à ce qu’Auguste refonde à son tour la colonie, après Actium, en 30 av. J.‑C., en y adjoignant de nouveaux colons. L’épisode de la refondation est connu par la littérature : Dion Cassius précise qu’Octavien dédommage les Italiens spoliés par l’octroi de terres à « Dyrrachium, Philippes et ailleurs »82. On peut supposer avec assurance que Dion fait partie de cet « ailleurs » (ἄλλα τε) évoqué par Dion Cassius. La ville de Dion aurait bénéficié d’une refondation augustéenne avec déduction de nouveaux colons. Le droit italique est octroyé aux habitants des deux colonies, selon le Digeste, comme un dédommagement pour ces citoyens spoliés83.

21La refondation de Philippes est commémorée par différentes émissions monétaires, dont celle qui comporte les inscriptions suivantes :

  • au droit : Col(onia) Aug(usta) Iul(ia) Phil(ippiensis) Iussu Aug(usti) ;
  • au revers : Aug(usto) divi f(ilio) divo Iul(io)84.
  • 85 Sur la titulature et les épithètes de la colonie à ses débuts, cf. Rizakis 2016, p. 175‑176.

22L’épisode de la fondation d’Antoine est totalement supprimé : la mention Iussu Augusti remplace celle d’Antoni Iussu. L’épithète Victrix n’est attestée que sur les monnaies qui suivent immédiatement la fondation antonine85. Dire la ville est donc un enjeu éminemment politique.

  • 86 CIPh II.1, 16, Pilhofer II, 201 (9 fragments jointifs) : [In hono]rem divinae domus et / col(oniae (...)
  • 87 CIPh II.1, 16, cf. la dédicace de la bibliothèque (CIPh II.1, 21, Pilhofer II, 233), la dédicace d (...)
  • 88 CIPh II.1, 23, Pilhofer II, 132.
  • 89 Sur la titulature de la colonie, voir Rizakis 2016, p. 175‑176.
  • 90 CIPh II.1, 29, Pilhofer II, 235.
  • 91 CIPh II.1, 15, Pilhofer II, 452 : col(onia) Philipp(iensium).
  • 92 Pilhofer II, 139. Pour d’autres inscriptions milliaires, voir notamment la borne délimitant le ter (...)

23Dans les inscriptions de la ville, la titulature de la colonie apparaît à plusieurs reprises, notamment dans une inscription monumentale fragmentaire qui a été identifiée comme la dédicace présente sur l’entablement de la curie du forum de Philippes86. La première ligne est inscrite sur la corniche ; les deux autres lignes sur l’architrave. La titulature de la colonie apparaît comme telle sur la dédicace de la curie de Philippes : col(oniae) Iul(iae) Aug(ustae) Phil(ippiensium). Selon C. Brélaz, « la mention d’Antonin divinisé permet de dater l’inscription après la mort de celui-ci en 161. […] La formule de dédicace à la maison impériale (divina domus) et à la colonie de Philippes se retrouve de même sur les trois autres principaux bâtiments du forum »87. On rencontre la titulature dans d’autres types d’inscriptions, comme, par exemple, dans cette inscription à caractère privé dédiée à Isis Reine qui cherche à placer la ville sous la protection de la déesse : pro salute colon(iae) Iul(iae) Aug(ustae) Philippiens(ium)88. La titulature de la colonie est restée la même jusqu’à Gallien (253‑268 ap. J.‑C.) : à ce moment-là, les deux épithètes disparaissent, la titulature de la colonie se réduit à Colonia Philippiensium89, ainsi qu’on peut le remarquer dans une dédicace de la colonie à Constantin : [c]oloniae Phili[pp(iensium)]90, même si on trouve des titulatures simplifiées dès le Haut-Empire comme l’atteste la dédicace de la colonie aux enfants et aux petits-enfants de l’empereur à l’époque du règne d’Antonin le Pieux91. Notons l’intéressante mention sur un monument qui est vraisemblablement une borne milliaire précisant une autre épithète [sp]lendidiss[imae] / [coloniae] Philipp[ensium?]92.

  • 93 CIPh II.1, 19, Pilhofer II, 228, cf. également : CIPh II.1, 41, Pilhofer II, 229 ; CIPh II.1, 42, (...)
  • 94 Voir notamment CIPh II.1, 91, Pilhofer II, 136 : dabit reipublice Philip(piensium) (l. 11).
  • 95 Papazoglou 1982, p. 106. Pour un autre exemple de la formule, cf. rei publicae Philippensium (Pilh (...)
  • 96 Pilhofer II, 133, AE, 1937, 51, BE, 1938, 218 ; même formule dans Pilhofer II, 127.
  • 97 Notons une variante orthographique de l’ethnique à l’époque impériale dans l’expression grecque de (...)
  • 98 CIPh II.1, 60, 151 (?).
  • 99 Formule employée notamment à Thasos, cf. Brélaz 2016, p. 205.

24La colonie de Philippes apparaît souvent sur les inscriptions funéraires sous la forme simplifiée r(es) p(ublica) P(hilippensium), qui désigne ce que l’on pourrait traduire, avec C. Brélaz, par « la commune des Philippiens » : cette formule apparaît régulièrement dans les inscriptions de la colonie pour désigner le curateur de la cité, curator r(ei) p(ublicae) Philipp(ensium)93. La formule r(ei) p(ublicae) est aussi régulièrement employée au datif dans la formule sépulcrale mentionnant l’amende qui devait être versée en cas de violation de la sépulture : dabit r(ei) p(ublicae) P(hilippensium)94. Le terme désigne alors le trésor public de la commune des Philippiens95. On retrouve la version grecque de cette formule dans certaines inscriptions de la colonie, comme sur cette stèle funéraire d’un Thrace du iie-iiie s. ap. J.‑C., qui précise δώσι τῇ πόλι96 (« il versera à la cité »). Il est intéressant de remarquer que la titulature et même le statut juridique de la colonia disparaissent dans la formule grecque qui se contente du statut de πόλις97. Cette traduction de colonia en πόλις est encore remarquable dans le titre honorifique de filius coloniae98, transcrit du grec υἱὸς τῆς πόλεως (« fils de la cité », i.e. « de la colonie »)99, preuve de l’influence des cités pérégrines sur la population philippienne.

  • 100 Pilhofer II, 61, CIPh II.1, 37.
  • 101 Voir par exemple : aed(ilis) Philippis (CIPh II.1, 119a, Pilhofer II, 213) ; IIviro iure dicundo P (...)

25Le statut juridique de la ville disparaît dans un type de formule encore simplifié, comme sur le sarcophage de C(aius) Iulius Maximus, sénateur du début du règne de Marc Aurèle, qui est désigné, entre autres, comme décurion de Philippes, dec(urio) Philipp(is)100, l’indication de la ville de Philippes à l’ablatif servant à exprimer le lieu d’exercice. On trouve assez souvent cette mention simplifiée pour signaler des magistrats en fonction à Philippes101.

  • 102 Saint Paul, Philippiens IV, 15.
  • 103 Feissel 1983, n° 237, cité par Papazoglou 1988, p. 406.
  • 104 Feissel 1983, n° 224, 255, 238.
  • 105 Étienne de Byzance, s.v. « Φίλιπποι » : ὁ πολίτης Φιλιππεύς, Φλιππηνός δὲ παρὰ Πολυβίῳ (« le citoy (...)
  • 106 Étienne de Byzance, s.v. « Σκοῦποι ».

26Dans la littérature grecque, à l’époque impériale, apparaît la forme Φιλιππήσιοι, qui est la transposition grecque du latin Philippenses. L’épître de Saint Paul aux Philippiens s’intitule Πρὸς Φιλιππησίους et Saint Paul s’adresse de la même manière aux habitants de la ville : ὑμεῖς, Φιλλιπήσιοι : « vous, Philippiens »102. Les inscriptions chrétiennes précisent également cette même forme de l’ethnique : πρεσβυτέρου καὶ ἰατροῦ Φιλιππησίων103 (« prêtre et médecin des Philippiens »), ἐκκλησίας Φιλιππησίων (« église des Philippiens »)104. De même, à l’époque hellénistique, on retrouve différentes formes pour l’ethnique de Philippes ; Étienne de Byzance signale la forme Φιλιππηνοί, employé par Polybe105. La désinence -ηνός est typique des régions thraces, par exemple : Σκουπηνοί106.

27La deductio de Philippes en colonie romaine a modifié en partie la manière de nommer la ville, mais l’ethnique reste le même. Qu’en est-il pour Dion ?

  • 107 Kremydi-Sicilianou 1996, p. 257‑260.
  • 108 Kremydi-Sicilianou 1996, p. 253‑256.
  • 109 Pour les émissions de Dion, cf. Kremydi-Sicilianou 1996, p. 172‑251.

28Les monnaies émises par Dion reprennent la titulature de la colonie : si les émissions de commémoration de la deductio effectuée par Quintus Hortensius Hortalus en 44 av. J.‑C. sous les ordres de César ou en 43 av. J.‑C. sous ceux de Brutus, n’indiquent pas encore la titulature de la colonie107, d’autres émissions de l’époque mentionnent la Col(onia) Diensis108. Il semble que ce n’est qu’à partir d’Auguste, suite à la refondation de la colonie en 30 av. J.‑C., que la colonie prend sa titulature définitive : C(olonia) I(ulia) A(ugusta) D(iensis), titulature que l’on retrouve, comme à Philippes, jusqu’à Gallien sur le monnayage de la colonie109.

  • 110 CIL III, 7281, CIL III, 548, IG II2, 3289, Edson 1975, p. 101.
  • 111 Inscription non publiée, mais visible dans la cour du musée de Dion.
  • 112 Sur l’avers : Kremydi-Sicilianou 1996, p. 258‑259.

29Une inscription précise, à son tour, la titulature de la colonie de Dion à l’époque romaine. Il s’agit une base de statue consacrée à Hadrien et datée de 132 ap. J.‑C. qui, placée devant l’Olympiéion à Athènes, reprend la formule : Colonia Iulia Augusta Diensium110. Une autre base, dédiée cette fois à Septime Sévère, composée de sept fragments et datée de 195‑198 ap. J.‑C., enrichit la titulature de l’épithète Felix : [Colonia I]ul(ia) Aug(usta) Fel(ix) Dien(sium)111. Il est intéressant de remarquer l’adjonction de l’épithète Fel(ix) dans la titulature la plus récente, mais il ne faut pas en conclure que cette épithète a été rajoutée entre Hadrien et Septime Sévère, car, dès l’époque triumvirale, Felix figure sur les émissions monétaires célébrant la fondation de la colonie : Colonia Felix112.

  • 113 Brunt 1971, p. 234 : « It is certain that some Julian towns were post-Caesarian. »
  • 114 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle IV, 17, 2.
  • 115 CIL III, 591, ILS, 5954, Šašel Kos 1979, n° 174, Dimitsas 1896, n° 197, Heuzey 1860, n° 20, p. 477 (...)

30On le voit, avec le changement juridique de Dion, la ville est désormais officiellement mentionnée en latin. Les deux titulatures, celle de Philippes et celle de Dion, signalent de la même façon les deux épithètes Iulia Augusta ou Augusta Iulia : l’épithète Iulia peut donc être portée par des cités fondées par César lui-même, mais aussi par des triumvirs en l’honneur de César ou par Octave avant qu’il ne prenne le nom d’Auguste113. L’appellation Iulia ne serait donc pas une preuve suffisante pour attribuer une fondation à César. Les titulatures coloniales deviennent ainsi des formules stéréotypées que seule la mention de l’ethnique permet d’identifier. L’ethnique sert toujours à désigner la ville, de manière plus informelle : on le retrouve dans le texte de Pline l’Ancien, au ier s. ap. J.‑C., dans lequel Dion est mentionnée comme colonie avec Bullis : coloniae Bullidenses et Dienses114. Le même ethnique, employé seul, sert à nommer la ville sur une borne découverte à proximité de Karya, sur le versant sud de l’Olympe, délimitant le territoire entre Dion et Olosson en Thessalie : [int]er Dien[ses] [et] Olossoni[os]115. C’est un texte daté de 101 ap. J.‑C. du règne de Trajan. Mais revenons au grec.

  • 116 CIL III, 7282, ILS, 315.
  • 117 Pandermalis 1997a, p. 234‑235, SEG XLVIII, 785, BE, 2000, 453.
  • 118 Sur la question de l’ethnique, cf. Hatzopoulos et Psoma 1998, p. 5‑6 et sur les ethniques rencontr (...)
  • 119 Pausanias, Périégèse IX, 30, 8 ; Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Δῖον ».

31Nous avons déjà rencontré dans un texte précédent l’ethnique en grec : il s’agit de la dédicace que la colonie offre à Hadrien pour orner les abords de l’Olympiéion. À la dernière ligne (l. 9), apparaît la formule Διεστῶν (Διέστης au nominatif singulier) qui signale dans une perspective bilingue, à côté de la titulature officielle, l’ethnique en grec. Cette mention peut, de premier abord, apparaître étonnante car elle fait double emploi avec le texte rédigé en latin. En réalité, l’épithète Διεστῶν a probablement été gravée par la suite par les autorités athéniennes pour différencier le monument des autres bases offertes à Hadrien par les autres cités. On retrouve la même formule sur la base offerte à l’empereur par la colonie romaine d’Alexandrie de Troade : per legatos M. Servilium Tutilium Paulum et L. Vedumnium Aulum ΤΡΩΑΔΕΩΝ TROADEON116. Nous avions déjà rencontré cet ethnique Διεστῶν en grec dans une lettre de Philippe V adressée aux magistrats de Dion concernant l’asylie de Cyzique datée de 180 av. J.‑C.117. Ces deux textes officiels, à plus de trois siècles d’intervalle, confirment l’authenticité de l’ethnique grec Διεστῶν118. La littérature signale également cette forme, avec toutefois une variante : Διασταί apparaît chez Pausanias et Διαστάς chez Étienne de Byzance119.

  • 120 Cormack 1970, n° 10, ILS, 4809, BE, 1971, 402, BE, 1973, 270, SEG XXXI, 630, Pandermalis 1981, p.  (...)
  • 121 Oikonomos 1915, n° 4, Plassart 1923, p. 164, n° 4, Pandermalis 1981, p. 287, Pandermalis 1999, p.  (...)
  • 122 Sur le péan de manière générale, voir Käppel 1992 et, en dernier lieu, Piguet 2012.
  • 123 Thucydide, Guerre du Péloponnèse IV, 78, 6 ; Pseudo-Skylax, Périple 66 ; Polybe, Histoires IV, 62, (...)
  • 124 Ptolémée, Géographie 13, 15, donne la situation de Dion par rapport aux étoiles dans le chapitre c (...)
  • 125 Inscription non publiée, mais visible dans la cour du musée de Dion (notons au passage une autre f (...)

32On retrouve cependant, dans des textes épigraphiques, une autre forme de l’ethnique : Δῖος, Δείων. Une épigramme funéraire impériale mentionne cette forme de l’ethnique pour ce personnage originaire d’Héraclée du Strymon et qui a Dion comme seconde patrie : αὐχῶ δ’ ἐκ πατρίδος Στρυ/μωνίδος Ἡρακλείας / καὶ δευτέρας δὲ Δείου (« Je suis fier d’être originaire d’Héraclée du Strymon et de Dion, comme seconde patrie »)120. Le péan de Dion à Asklépios donne la même formule mais déclinée au génitif pluriel : Δείων πόλιν / εὐρύχορον121, donnant une version différente de l’expression générale τὰν ἀμὰν πόλιν du Péan originel d’Érythrées122. Les textes littéraires transmettent tous la même forme pour le nom de la ville : Δῖον ou Dium123. Au iie s. ap. J.‑C., Ptolémée mentionne ainsi la colonie : Δῖον κολωνία124. L’auteur n’utilise pas le terme grec ἀποικία pour désigner la colonie, mais le mot latin colonia transcrit tel quel en grec, car ἀποικία et colonia ne reflètent ni une même réalité, ni un statut juridique similaire. Il est intéressant de constater que pour les Grecs de Dion, à partir du iie-iiie s., la ville est mentionnée non pas comme une κολωνία, mais bien comme une πόλις. Un décret de Dion datant probablement du iiie s. présente le conseil décurional comme « le très puissant conseil des Déiens », ἡ κρατίστη Δείων βουλή125, qui fait oublier, dans un contexte de forte hellénisation de la ville, le statut colonial romain que celle-ci conserve toujours.

Dion et Philippes de l’Antiquité tardive à l’époque byzantine

  • 126 Mentzos 2005, p. 101‑156.
  • 127 Lemerle 1945, p. 20‑23 : version présente dans différents codices (Codex Sinaïticus du iv‑ve s., C (...)

33Philippes tire une grande gloire du passage de Saint Paul qui, au début de la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C., y aurait fondé la première communauté chrétienne d’Europe. A. Mentzos a démontré l’existence à Philippes de pèlerinages importants pendant toute la période byzantine en l’honneur de l’apôtre Paul126. P. Lemerle voit, avec raison, dans les mots suivants, présents dans différents manuscrits de l’Acte des Apôtres, la désignation du but du voyage de Saint Paul : ἥτις ἐστὶν πρώτη τῆς μερίδος Μακεδονίας πόλις κολωνία (« laquelle est la cité coloniale de la première meris de Macédoine »)127. Philippes, s’il s’agit bien d’elle, mais cela est très vraisemblable, est ici présentée comme la cité coloniale de ce qui est probablement la première meris de Macédoine, terme qui se rapporte probablement à la division de la Macédoine en quatre merides par Paul Émile au lendemain de Pydna. On le voit, Philippes est désignée, comme Dion, par le terme κολωνία. La période chrétienne n’a pas changé le vocabulaire désignant la ville.

  • 128 Pilhofer II, 591 (vie s. ?).
  • 129 Pilhofer II, 100, découverte dans la basilique extra muros (ive-ve s.).
  • 130 Pilhofer II, 125a, (ive s.).
  • 131 Pilhofer II, 101 (ive s.).
  • 132 Pilhofer II, 528b. Cf. Brélaz et Tirologos 2016, p. 148‑149 : « la borne date d’une époque, le ve (...)

34De même, l’ethnique n’a pas évolué. Les textes de l’époque paléochrétienne indiquent généralement l’ethnique sous la forme Φιλιππήσιος, comme sur l’épitaphe de Κυπριανὸς Φι[λιππήσιος]128 ; l’ethnique apparaît le plus souvent au génitif pluriel sous la forme Φιλιππησίων comme sur la sépulture de Paulos : Παύ[λου] πρεσβ(υτέρου) καὶ ἰατροῦ Φιλιππησίων (« Paul, prêtre et médecin des Philippiens »)129, ou encore sur celle de ces habitants de Philippes originaires du Pont : Φλάβιος Γοργόνιος ὁ Κρατεροῦ καὶ ἡ Γλυκερὶς ἡ Ἀνδρονείκου τοῦ λ(α)μ(προτάτου) ἐκ πατρίδος Πόντου οἰκήσαντες ἐν Φιλίπποις (« Flavios Gorganios, fils de Kraterios et Glykeris, fille d’Androneikos, vir clarissimus, originaires du Pont, vivant à Philippes »)130. Les mentions de l’église de Philippes à la haute époque byzantine reprennent également cet ethnique : on la trouve au génitif sur l’épitaphe de deux prêtres : τῆς καθολικῆς καὶ ἀποστολικῆς ἁγίας ἐκκλησίας Φιλιππησίων131. On peut, enfin, remarquer une colonne qui servait de borne sur laquelle l’ethnique présente une variante orthographique : τῆ[ς] Φιλιππισ(ίων) ἁγ(ίας) ἐκκλ(ησίας) (« la sainte église des Philippiens »)132.

  • 133 Sève 2000, p. 198.
  • 134 Kourkoutidou-Nikolaïdou 1995, p. 171‑178 : la plupart des monuments de Philippes ont été détruits (...)
  • 135 Sève 2000, p. 202‑203.
  • 136 Kourkoutidou-Nikolaïdou 1995, p. 171‑182.

35Le développement architectural chrétien se poursuit jusqu’au vie s., avec la construction de quatre églises. La première, plutôt une chapelle, est remplacée vers 400 par une église beaucoup plus imposante de plan carré avec une colonnade intérieure de plan octogonal, couverte d’une coupole. La dernière, sans doute la plus emblématique, la basilique B, est construite au milieu du vie s.133. Vers 620, un nouveau tremblement de terre entraîne de très importants dégâts et accélère le déclin de la ville134. Pour M. Sève, c’est « la fin de la vie urbaine à Philippes, du moins sous sa forme antique » : la période des viie-ixe s. est particulièrement obscure, les cimetières sont transférés à l’intérieur des zones habitées, ce qui caractérise le passage de la civilisation antique à la période médiévale135. E. Kourkoutidou-Nikolaïdou affirme que la ville a connu un déclin soudain dans le premier quart du viie s., entraînant alors une forte dégradation de l’urbanisme136.

  • 137 Voir notamment le témoignage d’Al-Idrisi au xiie s. (cf. Bresc et Nef 1999, p. 410) ou de Jean Can (...)
  • 138 Cf. Provost 2016, notamment p. 217‑219 et p. 241.
  • 139 Sur le réduit byzantin, cf. les travaux de S. Provost, notamment Provost 2002, p. 502‑518, et plus (...)
  • 140 Sur les églises byzantines de Philippes, cf. désormais Provost 2016, p. 237‑241 et Mentzos 2016, p (...)

36Après le viie s., l’histoire du site de Philippes est méconnue. Quelques rares sources littéraires (chroniques, récits de voyageurs, documents d’archives monastiques)137 attestent l’existence d’un établissement urbain jusqu’au xive s. mais l’archéologie peine à confirmer ces écrits. Les archéologues et les voyageurs du xvie s. comme P. Belon ou du xixe s. comme L. Heuzey confirment que la ville a servi de carrière à l’époque ottomane138. La ville ne se limite bientôt plus qu’à ce que S. Provost a pu définir comme un « réduit byzantin », un espace de seulement 16 hectares situé dans la partie sud-ouest de la ville romaine, qui devient le « noyau urbain principal de la ville des xe-xiie siècles »139. L’importance des fortifications du réduit renseigne sur le maintien d’un établissement byzantin sur le site antique. Les quatre basiliques intra muros ont toutes connu des phases d’occupation mésobyzantine. Elles prennent notamment une fonction funéraire de nécropoles (du moins pour les basiliques B, C, D), mais sont désormais rejetées de facto hors les murs. À l’extérieur du réduit, l’occupation humaine devient discontinue, dans l’espace comme dans le temps140.

  • 141 Pilhofer II, 115a, BE, 1938, 220, Lemerle 1945, p. 142 sq.
  • 142 Provost 2016, p. 221 et 220, n. 11. Cf. aussi la première édition du texte par Lemerle 1937, p. 10 (...)
  • 143 Sur le terme, voir la contribution de Catherine Saliou dans le présent volume, p. 221‑242 ; Provos (...)
  • 144 Mentzos 2016, p. 260.
  • 145 Collart 1937, p. 8‑9, cité par Sève 2000, p. 204.

37Au xe s., Philippes est mentionnée comme κάστρο : [τοῦ κάσ]τρου Φιλήπο141 dans une inscription commémorant la construction d’une fortification sur l’acropole de Philippes, d’où provient la pierre datée par la mention de trois empereurs byzantins : Nicéphore Phocas, Basile et Constantin, entre 963 et 969. Selon S. Provost, ce texte ne correspondrait à aucun vestige encore visible142. Le terme kastron correspond parfaitement à la situation de Philippes, car il désigne dans les textes byzantins toute ville fortifiée143. À partir du xiiie s., le déclin de Philippes s’accélère. Dans la seconde moitié du xive s., le site et les derniers vestiges du pèlerinage de Paul semblent n’être plus que ruines144. Les ultimes habitants de Philippes quittent la ville à une date que l’on ne peut fixer avec certitude. Au xvie s., quand P. Belon se rend à Philippes entre 1546 et 1549, il n’y voit qu’un village de 5 à 6 maisons145. Dion connaît le même sort.

  • 146 Pandermalis 2000, p. 252‑263.
  • 147 Papazoglou 1988, p. 111 ; Pandermalis 2000, p. 11.
  • 148 Pandermalis 1997b, p. 10‑11 ; Hatzopoulos et Psoma 1988, p. 5.

38Il est certain que Dion s’est maintenue en tant que cité jusqu’à la fin de l’Antiquité. Au ive s., elle est attestée comme siège épiscopal : l’évêque Palladius a Macedonia de Diu participe au concile de Sardique en 343 et Στέφανο ἐπ. Δίου à celui d’Éphèse en 431. Trois basiliques paléochrétiennes sont connues à Dion, deux dans la ville et, à l’extérieur des murs, la basilique cimétériale146. Mais la fin de l’Antiquité est difficile pour la cité : elle subit les invasions des Barbares, notamment celles des Ostrogoths. La fortification de l’époque paléochrétienne, utilisant dans sa partie basse extérieure de nombreux spolia de l’époque précédente, témoigne du déclin urbain de la ville. Au milieu du vie s., un tremblement de terre ravage la ville147. On ne connaît pas le devenir de Dion à l’époque byzantine, mais la ville, ou ce qu’il en reste, serait mentionnée sur les cartes de la Renaissance comme la ville de Stadia (στὰ Δῖα, à Dion). D. Pandermalis qui en fait l’hypothèse, s’appuie sur la carte de Giacomo Cantelli148. Il faut préciser que cette évolution tardive du nom de Dion reste à l’état de conjecture, mais il est vrai que la position sur la carte de Giacomo Cantelli tendrait à rendre l’hypothèse plausible.

39L’enquête que nous avons menée, associant les rares occurrences littéraires de ces deux villes d’importance très relative, aux mentions issues de l’épigraphie et de la numismatique, a permis de retracer les grandes étapes de l’histoire de Dion et de Philippes.

40Les mots pour nommer ces villes ont évolué en fonction des transformations des statuts juridiques des cités, de leurs fondations ou refondations successives : le grec s’adapte notamment à la fondation des colonies romaines par la création du néologisme κολωνία, pour dire en grec ce statut romain particulier, ou encore par l’adaptation de l’ethnique Φιλιππησίων à Philippes. Après la deductio, nommer les villes ne se fait plus en grec, mais en latin, du moins officiellement, car le grec continue à être utilisé dans l’épigraphie privée et dans la littérature. Au-delà de ces évolutions sémantiques, l’ethnique reste l’élément fondamental de la dénomination de la ville, et ce, indépendamment des changements de statuts, car il a une dimension hautement culturelle, « patriotique », si l’on peut dire.

41L’empreinte des noms antiques trouve un écho à notre époque encore : le petit village de Malathria, sur le territoire duquel la ville et les sanctuaires de Dion avaient été découverts, a changé de nom en 1961 pour prendre celui de la cité antique. Du côté de Philippes, la permanence des toponymes est encore plus frappante : le nom de Krénidès existe toujours, c’est le nom de la ville la plus proche du site de Philippes, Philippoi, une petite bourgade située un peu plus à l’est. Quant au toponyme Dato, on le retrouve au sud, en direction de Kavala. Dire la ville en grec est ainsi également une question d’héritage et d’identité.

Bibliographie

Sources antiques

Appien, Histoire romaine, tome XI, livre XVI, Guerres civiles, livre IV, texte établi et traduit par D. Gaillard-Goukowsky, CUF, série grecque 511, Paris, 2015.

Arrien (Arrian), Anabasis of Alexander, tome I, livres I‑IV, texte édité et traduit par P.A. Brunt, Loeb classical library 236, Londres-Cambridge (Mass.), 1976.

Démosthène, Plaidoyers civils, tome III, discours XLIX‑LVI, texte établi et traduit par L. Gernet avec la contribution de R. Clavaud, CUF, série grecque 141, Paris, 2002 (1er tirage, 1959).

Digeste ou Pandectes, livre 50, texte établi et traduit par M. Hulot, Metz-Paris, 1803 (réimprimé à Aalen, 1979).

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, tome VII, livre XII, texte édité par M. Casevitz, CUF, série grecque 213, Paris, 2002 (1er tirage, 1972).

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, tome XI, livre XVI, texte établi par D. Gaillard-Goukowsky et traduit par P. Goukowski, CUF, série grecque 519, Paris, 2016.

Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique, tome XII, livre XVII, texte établi et traduit par P. Goukowsky, CUF, série grecque 246, Paris, 2002 (1er tirage, 1976).

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, tome XIII, livre XVIII, texte établi et traduit par P. Goukowsky, CUF, série grecque 258, 2002 (1er tirage, 1978).

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Fragments, tome III, livres XXVII-XXXII, texte établi et traduit par P. Goukowsky, CUF, série grecque 489, 2012.

Dion Cassius, Histoire romaine, livre 47, texte établi et traduit par V. Fromentin et E. Bertrand, CUF, série grecque 505, Paris, 2017 (1er tirage, 2014).

Dion Cassius, Histoire romaine, livres 50 et 51, texte établi et traduit par M.‑L. Freyburger et J.‑M. Roddaz, CUF, série grecque 340, Paris, 2002 (1er tirage, 1991).

Dion de Pruse, dit Dion Chrysostome (Dio Chrysostom), Discourses I‑XI, vol. I, texte établi et traduit par J.W. Cohoon, The Loeb Classical Library 257, Londres-Cambridge (Mass.), 1961.

Étienne de Byzance, Ethnika : Stephani Byzantii Ethnicorum quae supersunt ex recensione Augusti Meinekii, Graz, 1958.

Geographi Graeci Minores, vol. I, éd. par K. Müller, 2e éd., Hildesheim-Zurich-New York, 1990.

Harpocration, Harpocrationis Lexicon in decem oratores Atticos, vol. 1, texte établi par G. Dindorf, Oxford, 1853.

Hérodote, Histoires, tome IX, livre IX, Calliope, texte établi et traduit par P.‑H. Legrand, CUF, série grecque 123, Paris, 2003 (1er tirage, 1955).

Isocrate, Discours, tome III, Sur la paix - Aréopagitique - Sur l’échange, texte établi et traduit par G. Mathieu, CUF, série grecque 97, Paris, 2003 (1er tirage, 1942).

Lexicographi Graeci recogniti et apparatu critico instructi. 1, Suidae lexicon. Pars I (A-E), texte établi et commenté par Ada Adler, Leipzig, 1928.

Pausanias, Guida della Grecia, libro IX, La Beozia, texte établi et traduit par M. Moggi, Milan, 2010.

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, livre IV, texte établi et traduit par A. Silberman et H. Zehnacker, CUF, série latine 409, Paris, 2015.

Polybe, Histoires, tome IV, livre IV, texte établi et traduit par J.A. de Foucault, CUF, série grecque 216, Paris, 2003 (1er tirage, 1972).

Pseudo-Skylax, Périple, texte établi et traduit par S. Brillante, Pseudo-Scylax : édition, traduction et commentaire, thèse de doctorat soutenue à l’université de Reims sous la direction de D. Marcotte, 2017 (inédit).

Ptolémée, Handbuch der Geographie, vol. I, texte établi et traduit par A. Stückelberger et G. Grasshoff, Bâle, 2006.

Strabon, Géographie, tome IV, livre VII (Europe centrale, Balkans), texte établi et traduit par R. Baladié, CUF, série grecque 322, Paris, 2003 (1er tirage, 1989).

Théophraste, Les causes des phénomènes végétaux, tome III, livres V et VI, texte établi et traduit par S. Amigues, CUF, série grecque 529, Paris, 2017.

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, tome III, livres IV et V, texte établi et traduit par J. de Romilly, Paris, CUF, série grecque 187, Paris, 2003 (1er tirage, 1968).

Zénobius, Proverbes IV, 34, texte établi par E.L. von Leutsch et F.W. Schneidewin, Corpus paroemiographorum graecorum, Hildesheim, 1965.

Études

Béquignon Y. 1935, « Études Thessaliennes : VII. Inscriptions de Thessalie », BCH 59, p. 36‑77.

Brélaz C. 2014, Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, Tome II, La colonie romaine, Partie 1, La vie publique de la colonie, Athènes (= CIPh II.1).

Brélaz C. et Demaille J. 2017, « Les colonies macédoniennes de Dion et Philippes », in C. Brélaz (éd.), L’héritage grec des colonies romaines d’Orient : interactions culturelles et linguistiques dans les provinces hellénophones de l’Empire romain, Paris, p. 117‑154.

Brélaz C. et Tirologos G. 2016, « Essai de reconstitution du territoire de la colonie de Philippes : sources, méthodes et interprétations », in H. Bru, G. Labarre et G. Tirologos (éd.), Espaces et territoires des colonies romaines d’Orient, Besançon, p. 119‑189.

Bresc H. et Nef A. 1999, Îdrîsi, La première géographie de l’Occident, Paris.

Brunt P.A. 1971, Italian Manpower (225 B.C. - A.D. 14), Oxford.

Collart P. 1937, Philippes, ville de Macédoine : depuis ses origines jusqu’à la fin de l’époque romaine, Paris.

Cousinéry M.‑E. 1831, Voyage dans la Macédoine, vol. II, Paris.

Dimitsas M.G. 1896, Ἡ Μακεδονία ἐν λίθοις φθεγγομένοις καὶ μνημεὶοις σῳζομένοις, vol. 1, Athènes.

Dunn A. 1994, « The transition from Polis to Kastron in the Balkans (3rd-8th/9th Century) : General and Regional Perspectives », BMGS 18, p. 60‑80.

Edson C. 1975, « Double Communities in Roman Macedonia », Essays in Memory of Basil Laourdas, Thessalonique, p. 97‑102.

Feissel D. 1983, Recueil des inscriptions chrétiennes de Macédoine du iiie au vie siècle, Athènes.

Fraser P.M. 2009, Greek Ethnic Terminology, Oxford.

Gauthier P. et Hatzopoulos M.B. 1993, La loi gymnasiarchique de Béroia, Μελετήματα 16, Athènes.

Hamon P. 2016, « Philippes, vue de Thasos et d’ailleurs (ive-iie s. av. J.‑C.) », in J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. 55, Athènes, p. 113‑128.

Hammon N.G.L. et Griffith G.T. 1979, A History of Macedonia, vol. II, Oxford.

Hatzopoulos M.B. 1982, « The Oleveni Inscription and the Dates of Philip II’s reign », in E.N. Borza et W.L. Adams (éd.), Philip II, Alexander the Great and the Macedonian Heritage, Washington, p. 38‑41.

Hatzopoulos M.B. 1993, « Décret pour un bienfaiteur de la cité de Philippes », BCH 117, p. 315‑326.

Hatzopoulos M.B. 1996, Macedonian Institutions Under the Kings. I, A Historical and Epigraphic Study, vol. II, Epigraphic Appendix, Μελετήματα 22, Athènes.

Hatzopoulos M.B. 2016, « Philippes, πόλις ἑλληνὶς Μακεδόνων κτίσμα », in J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. 55, Athènes, p. 97‑112.

Hatzopoulos M.B. et Mari M. 2004, « Dion et Dodone », in P. Cabanes, J.‑L. Lambolley (éd.), L’Illyrie Méridionale et l’Épire dans l’Antiquité IV, Actes du IVe colloque international de Grenoble (10‑12 octobre 2002), Grenoble, p. 505‑515.

Hatzopoulos M.B. et Psoma S. 1998, « Cités de Grèce septentrionale portant le nom de Dion », Tekmeria 4, p. 1‑12.

Herzog R. et Klaffenbach G. 1952, Asylieurkunden aus Kos, Berlin.

Heuzey L. 1860, Le mont Olympe et l’Acarnanie, Paris.

Heuzey L. et Daumet L. 1876, Mission archéologique de Macédoine, Paris.

Hoffman O. 1906, Die Makedonen, ihre Sprache und ihr Volkstum, Göttingen.

Käppel L. 1992, Paian. Studien zur Geschichte einer Gattung, Berlin-New York.

Kourkoutidou-Nikolaïdou E. 1995, « Φίλιπποι. Από την παλαιοχριστιανική στη Βυζαντινή πόλη », in Βυζαντινή Μακεδονία 324‑1430 μ.Χ., Διεθνές Συμπόσιο, Θεσσαλονίκη (29‑31 Οκτωβρίου 1992), p. 171‑182.

Kremydi-Sicilianou S. 1996, Η νομισματoκοπία της Ρωμαικής Αποικίας του Δίου, Athènes.

Le Bohec-Bouhet S. 2002, « The Kings of Macedon and the Cult of Zeus in the Hellenistic Period », in D. Ogen (éd.), The Hellenistic World. New Perspectives, Londres, p. 41‑57.

Leake W.M. 1835, Travels in Northern Greece, vol. III, Londres.

Lemerle P. 1937, « Le château de Philippes au temps de Nicéphore Phocas », BCH 61, p. 103‑108.

Lemerle P. 1945, Philippes et la Macédoine Orientale à l’époque chrétienne et byzantine, Paris.

Lemerle P. 1998, « Le Olimpie macedoni di Dion tra Archelao e l’Eta Romana », Rivista di filologia e di istruzione classica 126, p. 137‑169.

Lemerle P. 1999, « Potere centrale e poteri locali nella Macedonia dei re : realtà istituzionali e immagine letteraria », MediterrAnt 2, p. 627‑649.

Lucas G. 1997, Les cités antiques de la haute vallée du Titarèse. Étude de topographie et de géographie historique, CMO 27, Lyon.

Malkin I. 1985, « What’s in a Name ? The Eponymous Founders of Greek Colonies », Athanaeum 63, p. 114‑130.

Mentzos A. 2005, « Ζητήματα τοπογραφίας των χριστιανικών Φιλίππων », Egnatia 9, p. 101‑156.

Mentzos A. 2016, « Les complexes ecclésiastiques à l’époque mésobyzantine : renaissance ou survivance », in J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. 55, Athènes, p. 245‑260.

Moretti L. 1953, Iscrizioni agonistiche greche, Rome.

Oikonomos G.P. 1915, Ἐπιγραφαὶ τῆς Μακεδονίας, Athènes.

Pandermalis D. 1981, « Inscriptions from Dion, Addenda et corrigenda », Ancient Macedonia : Studies in honor of Charles F. Edson, Thessalonique, p. 283‑294.

Pandermalis D. 1997a, « Δίον 1997. Ό επιστάτης, οί πελειγάνες καί οί λοιποί. Πολίτες », ΑΕΜΘ 11, p. 233‑235.

Pandermalis D. 1997b, Dion, site archéologique et musée, Athènes.

Pandermalis D. 1999, Δίον. Ἡ ἀνακάλυψη, Athènes.

Pandermalis D. 2000, Discovering Dion, Athènes.

Papazoglou F. 1982, « Le territoire de la colonie de Philippes », BCH 106, p. 89‑106.

Papazoglou F. 1988, Les villes de Macédoine à l’époque romaine, BCH Suppl. 16, Athènes.

Papazoglou F. 1990, « La population des colonies romaines en Macédoine », Živa Antika 40, p. 111‑124.

Pape W. et Benseler G.E. 1863, Handwörterbuch der Griechischen Sprache, Brunswick.

Perrot G. 1860, « Daton, Neapolis. Les ruines de Philippes », RA 1, p. 45‑52.

Picard O. 1994, « Les Thasiens du continent et la fondation de Philippes », in M.‑O. Jentel et G. Deschênes-Wagner (éd.), Mélanges en l’honneur de Tran tam Tinh, Québec, p. 459‑474.

Picard O. 2016, « Philippes avant Philippes : une affaire d’argent », in J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. 55, Athènes, p. 60‑78.

Piguet É. 2012, « Les péans à Asklépios : innovations et continuités », DHA 38/1, p. 53‑86.

Pilhofer P. 2000, Philippi. Band II, Katalog der Inschriften von Philippi, Tübingen (= Pilhofer II).

Plassart A. 1921, « Inscriptions de Delphes, la liste delphique des Théorodoques », BCH 45, p. 1‑85.

Plassart A. 1923, « Inscriptions de Piérie, d’Émathie et de Bottiée », BCH 47, p. 163‑189.

Provost S. 2002, « Philippes », BCH 126, p. 502‑518.

Provost S. 2016, « Esquisse du paysage urbain entre le ixe s. et le xiie s. d’après les sources archéologiques », in J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. 55, Athènes, p. 217‑244.

Psôma S.E. 2016, « Réflexions sur la localisation de la pérée thasienne et sur la fondation de Philippes », in J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. 55, Athènes, p. 79‑95.

Rizakis A.D. 2016, « Société, institutions, cultes », in J. Fournier (éd.), Philippes, de la Préhistoire à Byzance. Études d’archéologie et d’histoire, BCH Suppl. 55, Athènes, p. 175‑197.

Robinson D.M. 1938, « Inscriptions from Macedonia, 1938 », TAPhA 69, p. 43‑76.

Samama É. 2003, Les médecins dans le monde grec. Sources épigraphiques sur la naissance d’un corps médical, Genève.

Šašel Kos M. 1979, Inscriptiones Latinae in Graecia repertae, Additamenta ad CIL III, Faenza.

Sève M. 2000, « De la naissance à la mort d’une ville : Philippes en Macédoine (ive siècle av. J.‑C. - viie siècle ap. J.‑C.) », Histoire Urbaine 1, p. 187‑204.

Stephanidou-Tiveriou T. 1998, Ἀνασκαφὴ Δίου. Ἡ ὀχύρωση, Thessalonique.

Tafel G.L.F. 1842, De via militari Romanorum Egnatia : dissertatio geographica, Tübingen.

Voutiras E. 2006, « Le culte de Zeus en Macédoine avant la conquête romaine », in A-M. Guimier-Sorbets (éd.), Rois, cités, nécropoles, Μελετήματα 45, Athènes, p. 333‑345.

Weissenborn H. 1844, Hellen : Beiträge zur genaueren Erforschung der altgriechischen Geschichte, mit besonderer Rücksicht auf Topographie, Iéna.

Zambon E. 1999, « Kallistratos, Timomachos e Filippo II : note su Ateniesi, Macedoni e Tasii e la fondazione di “Philippoi” », Sileno 25, p. 213‑237.

Zannis A.G. 2012, Le pays entre le Strymon et le Nestos : Géographie et Histoire (viie-ive siècle avant J.‑C.), Μελετήματα 67, Athènes.

Notes

1 Brélaz et Demaille 2017, p. 117‑154.

2 Hatzopoulos et Mari 2004, p. 505.

3 Comme Halos, ou Nicée de Bithynie, cf. Stephanidou-Tiveriou 1998, p. 252.

4 On ne sait pas si Dion a été fortifiée avant la fin du ive s. av. J.‑C., cf. Stephanidou-Tiveriou 1998, p. 247.

5 Pandermalis 1999, p. 60‑69.

6 Pandermalis 1999, p. 45 (photographie uniquement), BE, 2000, 453, 1 : [--- σύνταξον οὖν ὅπως] ἀναγ[ρα] / [φ]ὲν τὸ ψήφισμα εἰς στήλην / λιθίνην ἀνατεθῆι εἰς τὸ ἱερὸν / τοῦ Διὸς τοῦ Ὀλυμπίου / ἐν τῶι ἐπιφανεστάτωι τόπω[ι] (« … En conséquence, que l’on ordonne de graver le décret sur une stèle de pierre et qu’on le place dans le temple de Zeus Olympien dans l’endroit le plus en vue »).

7 Sources littéraires sur les Olympia : Arrien, Anabase I, 3 ; Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Dion ». Sur les Olympia, voir Gauthier et Hatzopoulos 1993 ; Hatzopoulos 1982, p. 38‑41, cf. BE, 1978, 232. Le Bohec-Bouhet 2002, p. 45, mentionne une inscription de Dion non publiée qui fait référence aux Ὀλύμπια, cf. Hatzopoulos 1996, II, p. 129, n. 2 et SEG LII, 586.

8 Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique XVII, 16, 3. Cf. Mari 1998, p. 162 et Hatzopoulos et Mari 2004, p. 506‑507 et 510 : « C’est plutôt une ré-institution en tant que fête nationale d’une solennité à caractère local. » Voir Voutiras 2006, p. 337 pour qui c’est Archélaos qui a permis à l’ancien culte de Zeus au pied de l’Olympe d’acquérir une renommée dépassant largement le niveau local et de devenir en quelque sorte, le culte « national » des Macédoniens.

9 Hatzopoulos 1996, II, n° 56‑57 et Mari 1999, p. 627‑649, notamment p. 637, n. 31.

10 Voutiras 2006, p. 337‑338 : « On est ainsi amené à se demander si la ville de Dion, construite en rase campagne et dépourvue d’acropole, ne doit pas son nom au sanctuaire de Zeus tout proche, dont elle paraît avoir subi la croissance, du moins jusqu’à la conquête romaine de la Macédoine. Mais il faut souligner que cette hypothèse reste, pour le moment, invérifiable. »

11 Thucydide, Guerre du Péloponnèse IV, 78, 5‑6 : ἐκεῖθεν δὲ ἐς Φάκιον, καὶ ἐξ αὐτοῦ ἐς Περραιβίαν. Ἀπὸ δὲ τούτου ἤδη οἱ μὲν τῶν Θεσσαλῶν ἀγωγοὶ πάλιν ἀπῆλθον, οἱ δὲ Περραιβοὶ αὐτόν, ὑπήκοοι ὄντες Θεσσαλῶν, κατέστησαν ἐς Δῖον τῆς Περδίκκου ἀρχῆς, ὃ ὑπὸ τῷ Ὀλύμπῳ Μακεδονίας πρὸς Θεσσαλοὺς πόλισμα κεῖται (« de là, il [Brasidas] gagna Phakion, et ensuite le pays des Perrhaebes. Dès lors, les guides thessaliens le quittèrent pour rentrer chez eux, mais les Perrhaebes, sujets des Thessaliens, le firent parvenir en pays dépendant de Perdiccas, à Dion, une place de Macédoine, située au pied de l’Olympe, en face de la Thessalie », trad. Romilly 1967).

12 Strabon, Géographie VII, frg. 35, parle d’autres cités comme de polismata, terme souvent traduit par « petits États ».

13 Polybe, Histoires IV, 62, 1‑2 : Σκόπας δὲ κατὰ τὸν καιρὸν τοῦτον ἀναλαβὼν τοὺς Αἰτωλοὺς πανδημεί, καὶ ποιησάμενος τὴν πορείαν διὰ Θετταλίας, ἐνέβαλεν εἰς Μακεδονίαν, καὶ τόν τε σῖτον ἐπιπορευόμενος τὸν κατὰ τὴν Πιερίαν ἔφθειρε καὶ λείας περιβαλόμενος πλῆθος ἐπανῆγε, ποιούμενος τὴν πορείαν ὡς ἐπὶ τὸ Δῖον. Ἐκλιπόντων δὲ τῶν κατοικούντων τὸν τόπον, εἰσελθὼν τὰ τείχη κατέσκαψε καὶ τὰς οἰκίας καὶ τὸ γυμνάσιον, πρὸς δὲ τούτοις ἐνέπρησε τὰς στοὰς τὰς περὶ τὸ τέμενος καὶ τὰ λοιπὰ διέφθειρε τῶν ἀναθημάτων, ὅσα πρὸς κόσμον ἢ χρείαν ὑπῆρχε τοῖς εἰς τὰς πανηγύρεις συμπορευομένοις· ἀνέτρεψε δὲ καὶ τὰς εἰκόνας τῶν βασιλέων ἁπάσας (« Au même moment, Skopas avait levé l’ensemble des forces étoliennes, et, faisant route à travers la Thessalie, il pénétra en Macédoine. Il ravageait au passage le blé dans la plaine de Piérie, et après avoir enlevé une grande quantité de butin, il revenait vers Dion. Les habitants ayant évacué la place, il y pénétra et détruisit les remparts, les maisons et le gymnase ; puis il incendia les portiques qui entouraient le sanctuaire, détruisit le reste des statues qui se trouvaient là pour l’ornement du temple et l’utilité de ceux qui s’y rassemblaient pour les panégyries. Il renversa également toutes les statues des rois », trad. Foucault 1972).

14 Hatzopoulos 1996, II, p. 10‑21, n° 2.

15 Pilhofer II, 745a, Plassart 1921, p. 17, l. 54.

16 Robinson 1938, p. 64‑65, n° 16. Robinson date l’inscription du iie s. av. J.‑C., tandis que Moretti 1953, n° 54, la date d’environ 100 av. J.‑C. (cf. Papazoglou 1988, p. 109 et n. 30). Hatzopoulos et Mari 2004, p. 510, n. 30, datent, quant à eux, l’inscription de la fin du iiie s. - début iie s. av. J.‑C. Voir également Hatzopoulos et Psoma 1998, p. 4‑5.

17 BE, 2000, 453, 4.

18 Strabon, Géographie VII, 331, frg. 42 : Ὅτι οἱ νῦν Φίλιπποι πόλις Κρηνίδες ἐκαλοῦντο τὸ παλαιόν (« La cité actuelle de Philippes a commencé par s’appeler Krénidès »). Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Φίλιπποι », πόλις Μακεδονίας, οἱ πρότερον Κρηνίδες (« Philippes, ville de Macédoine, anciennement Krénidès »).

19 Pilhofer II, 750 ; IG II², 127 ; Syll3 196 (l. 45), stèle découverte à Athènes (juillet 356 av. J.‑C.).

20 Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique XVI, 8, 6 : Μετὰ δὲ ταῦτα παρελθὼν ἐπὶ πόλιν Κρηνίδας ταύτην μὲν ἐπαυξήσας οἰκητόρων πλήθει μετωνόμασε Φιλίππους, ἀφ’ ἑαυτοῦ προσαγορεύσας (« Après quoi, s’étant rendu à Krénidès et l’ayant renforcée en y installant un grand nombre de colons, il changea son nom en lui donnant le nom de Philippes, tiré du sien », trad. Gaillard-Goukowsky 2016) ; Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique XVI, 3, 7 : Ἅμα δὲ τούτοις πραττομένοις Θάσιοι μὲν ᾤκισαν τὰς ὀνομαζομένας Κρηνίδας, ἃς ὕστερον ὁ βασιλεὺς ἀφ’ ἑαυτοῦ ὀνομάσας Φιλίππους ἐπλήρωσεν οἰκητόρων (« Dans le même temps, les Thasiens colonisèrent le lieu appelé Krénidès, que par la suite le roi peupla de colons en lui donnant le nom de Philippes, tiré du sien », trad. Gaillard-Goukowsky 2016). Ce passage de Diodore est important, car l’auteur y utilise le verbe οἰκίζω, qui sert, bien souvent, à désigner la fondation d’une colonie, cf. Zannis 2012, p. 352.

21 Appien, Guerres Civiles IV, 105 : Οἱ δὲ Φίλιπποι πόλις ἐστίν, ἣ Δάτος ὠνομάζετο πάλαι καὶ Κρηνίδες ἔτι πρὸ Δάτου· κρῆναι γάρ εἰσι περὶ τῷ λόφῳ ναμάτων πολλαί. Φίλιππος δὲ ὡς εὐφυὲς ἐπὶ Θρᾴκης χωρίον ὠχύρωσέ τε καὶ ἀφ’ ἑαυτοῦ Φιλίππους προσεῖπεν (« Philippes est une cité qui autrefois s’appelait Datos et encore Krénidès avant d’être Datos, car il y a de nombreuses sources d’eau vive autour de la colline. Philippe fortifia cette place parce que c’était une bonne position pour attaquer les Thraces, et il lui donna le nom de Philippes, tiré du sien », trad. Gaillard-Goukowsky 2015).

22 Collart 1937, p. 42. Dion Cassius, Histoire romaine XLVII, 35, 4, reprend ce toponyme pour décrire les mouvements de troupe des Républicains à la veille de bataille de 42 av. J.‑C. : ἑτέραν δέ τινα μακροτέραν κατὰ τὰς Κρηνίδας ὠνομασμένας περιελθόντες (« [Brutus et Cassius] contournèrent cette montagne en prenant un passage plus long qui passait par le lieu-dit Krénidès », trad. Fromentin, Bertrand 2017).

23 Pour les sources qui citent les deux noms de Krénidès et de Datos, cf. Picard 1994, p. 460‑463 et Collart 1937, p. 39, n. 2. Voir notamment Théophraste, Les causes des phénomènes végétaux V, 14, 5‑6.

24 Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Δᾶτον » : Δᾶτον, πόλις Θρᾴκης ; Souda, s.v. « Δατός ».

25 Pseudo-Skylax, Périple 67 : Δάτον πόλις Ἑλληνὶς ἣν ᾤκισε Καλλίστρατος Ἀθηναῖος (« Daton, ville grecque, fondée par l’Athénien Callistrate »). 

26 Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Φίλιπποι », cf. n. 18. Voir également Zannis 2012, p. 525 et n. 11.

27 IG IV2, 1, 94, Ib (l. 9, 31, 32) : Μακεδονία Περδικκας. Θάσος Ἀρτυσίας. Δάτος Τιμανδρος. Notons au passage que c’est le roi Perdiccas III (365‑359 av. J.‑C.) qui est théarodoque pour la Macédoine.

28 Pilhofer II, 160a, Hatzopoulos 1996, II, n° 6I (l. 16). Sur l’analyse du texte, voir désormais Hatzopoulos 2016, p. 104‑105.

29 Hérodote, Histoires IX, 75 : Αὐτὸν δὲ Σωφάνεα χρόνῳ ὕστερον τούτων κατέλαβε ἄνδρα γενόμενον ἀγαθόν, Ἀθηναίων στρατηγέοντα ἅμα Λεάγρῳ τῷ Γλαύκωνος, ἀποθανεῖν ὑπὸ Ἠδωνῶν ἐν Δάτῳ περὶ τῶν μετάλλων τῶν χρυσέων μαχόμενον (« Lui-même, par la suite, alors qu’il commandait les Athéniens avec Léagros, fils de Glaucon, mourut en brave sous les coups des Édoniens à Daton, dans un combat livré pour les mines d’or », trad. Legrand 1968).

30 Cités par Harpocration, s.v. « Δατός ».

31 Appien, Guerres Civiles IV, 105, cf. n. 21.

32 Zannis 2012, p. 524 et n. 10.

33 IG II², 127 (l. 45).

34 Cousinéry 1831, p. 109 ; Leake 1835, p. 180 ; Tafel 1842, p. 12‑17 ; Weissenborn 1844, p. 145. D’après eux, Datos se trouvait sur le mont Lékani, à Eski-Cavallo (actuelle Paléa Kavala), hypothèse retrouvée chez Müller 1990, p. 54, dans son commentaire sur le passage du Pseudo-Scylax, Périple, et adopté également par Pape et Benseler 1863, s.v. « Δάτος ». Bibliographie citée par Zannis 2012, p. 530, n. 46, qui émet une nouvelle hypothèse de localisation de Datos, cf. infra.

35 Heuzey et Daumet 1876, p. 60‑65 ; Collart 1937, p. 39 sq. et 133‑160. Sur le rôle d’oikistès de Callistrate, voir aussi Zannis 2012, p. 534‑539 et Picard 1994, p. 468‑471 qui émet quelques doutes sur son rôle de fondateur car il estime que « le recours à un étranger allait contre la pratique constante de la colonisation grecque qui veut que soit désigné un citoyen important de la métropole comme oikistès d’une colonie ».

36 Isocrate, Discours sur la paix 24, cf. Zannis 2012, p. 534.

37 Démosthène, Contre Polyclès 46‑52 ; cf. Collart 1937, p. 134 et n. 1, Zannis 2012, p. 534, n. 80 et Zambon 1999, p. 229 et 232.

38 Pseudo-Skylax, Périple 67, cf. n. 25.

39 Collart 1937, p. 40.

40 Collart 1937, p. 45 : « du rapprochement de tous ces textes, on peut conclure que le nom de Daton s’appliquait primitivement, plutôt qu’à un point précis de la côte, à un territoire assez étendu », cf. Heuzey et Daumet 1876, p. 64.

41 Picard 2016, p. 77.

42 Picard 1994, p. 467 : « Les sécessionnistes choisissent pour chef-lieu une bourgade située près des mines d’or, que les meilleurs connaisseurs du pays appellent Krénidès, tandis que d’autres utilisent ce qui doit être le nom du district, Daton ».

43 Picard 1994, p. 463 ; Collart 1937, p. 135‑136 ; Zannis 2012, p. 356 ; Psôma 2016, p. 90 et n. 115.

44 Picard 1994, p. 463‑468 ; cf. aussi Hamon 2016, p. 115‑116.

45 Psôma 2016, p. 92‑93 : « Pour ce qui concerne Datos, son identification avec le nouvel établissement thasien […] est en contradiction avec tout ce que nous apprenons de la documentation littéraire de l’époque classique à propos de cette cité. Datos était une vieille cité de la région […]. La date de sa fondation est inconnue, mais elle bien antérieure aux Guerres Médiques. »

46 Zannis 2012, p. 538, sur le territoire de la colonie de Philippes, cf. Brélaz et Tirologos 2016, p. 119‑189.

47 Zannis 2012, p. 523‑524 et n. 8 pour une historiographie sur Datos/Daton.

48 Strabon, Géographie VII, frg. 36 : Παρὰ δὲ τὴν παραλίαν τοῦ Στρυμόνος καὶ Δατηνῶν πόλις Νεάπολις καὶ αὐτὸ τὸ Δάτον, άεὔκαρπα πεδία καὶ λίμνην καὶ ποταμοὺς καὶ ναυπήγια καὶ χρυσεῖα λυσιτελῆ ἔχον (« Et Daton elle-même, qui jouit de plaines fertiles, d’un lac, de fleuves, de chantiers navals et de précieuses mines d’or », trad. Baladié 2003, p. 169‑170). Collart 1937, p. 44, cf. Zannis 2012, p. 527.

49 La prospérité de Daton était légendaire, et même proverbiale, cf. Strabon, Géographie VII, frg. 33 : Δάτον, ὅπερ καὶ ἀρίστην ἔχει χώραν καὶ εὔκαρπον καὶ ναυπήγια καὶ χρυσοῦ μέταλλα· ἀφ’ οὗ καὶ παροιμία Δάτον ἀγαθῶν, ὡς καὶ ἀγαθῶν ἀγαθῖδας (« Daton, qui possède un territoire très riche, très fertile, avec des chantiers de construction navale et d’abondantes mines d’or, de là le proverbe et “Daton de biens”, de même qu’on dit peloton de biens », trad. Baladié 2003, p. 167‑168). Pour Philippes, voir notamment Strabon, Géographie VII, frg. 34 : Ὅτι πλεῖστα μέταλλά ἐστι χρυσοῦ ἐν ταῖς Κρηνίσιν, ὅπου νῦν οἱ Φίλιπποι πόλις ἵδρυται, πλησίον τοῦ Παγγαίου ὄρους (« Il existe une profusion de mines d’or à Crénidès où s’élève, de nos jours, Philippes, non loin du mont Pangée », trad. Baladié 2003, p. 167‑168).

50 Pseudo-Scylax, Périple 67 : Νεάπολις, κατὰ ταύτην Δάτον πόλις Ἑλληνὶς (« Neapolis, en face de la cité grecque de Daton »). Perrot 1860, p. 46, avait déjà proposé de localiser Datos/Daton dans le fond de la baie d’Élefthérai, tout près d’Élefthéroupolis, cf. Zannis 2012, p. 529.

51 Zénobius, Proverbes IV, 34 : Καλλίστρατος γὰρ ὁ ῥήτωρ ἐκπεσὼν Ἀθήνηθεν ἔπεισε τοὺς Ἀθηναίους τὴν ἀντίπεραν γῆν οἰκῆσαι, λέγων ὅτι καὶ χρυσᾶ μέταλλα ἔχει, καὶ γῆν ἄφθονον, καὶ ὕλην ἀρίστην : « Après son bannissement d’Athènes, le politicien Callistrate persuada les Athéniens de s’établir sur la terre opposée, en proclamant que ce lieu dispose de mines d’or, de terres fertiles abondantes et de bois extrêmement convenables » (trad. Zannis 2012, p. 535).

52 Zannis 2012, p. 533‑534 et 538 : « Datos connut à cette époque une expansion vers l’est. La cité […] s’étendit alors pour la première fois vers l’autre côté du lac, vers Krènidès. […]. La fondation de l’établissement thasien à Krénidès eut comme résultat l’intégration des Thasiens de Krénidès à la population de Datos. […] Dès sa fondation, la “colonie” thasienne fut aussi considérée comme faisant partie du territoire de Datos. »

53 Appien, Guerres Civiles IV, 105, cf. n. 22.

54 Zannis 2012, p. 538.

55 Artémidoros dans Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Φίλιπποι » : καὶ πόλις Φίλιπποι τὸ παλαιὸν Κρηνίδες. τοῖς δὲ Κρηνίταις πολεμουμένοις ὑπὸ Θρᾳκῶν βοηθήσας ὁ Φίλιππος Φιλίππους ὠνόμασεν (« et la cité de Philippes, [c’est] l’ancienne Krénidès ; Philippe, ayant porté secours aux gens de Krénidès attaqués par les Thraces, a donné le nom Philippoi »).

56 Appien, Guerres Civiles IV, 105 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique XVI, 8, 6 (cf. n. 20‑21).

57 Papazoglou 1988, p. 406. Hammon et Griffith 1979, p. 360 : « The very name Philippi contained something “special” ; for no one in Greek world had ever before given his own name to the city of which he was oikistes. »

58 Malkin 1985, p. 114.

59 CIPh II.1 (= Brélaz 2014), p. 212 et n. 70.

60 Hoffman 1906, p. 250‑252. Sur le génitif thessalien, voir notamment Béquignon 1935, p. 39‑40.

61 Collart 1937, p. 155, Heuzey et Daumet 1876, p. 65 sq. et Zannis 2012, p. 538 : « Comme l’a suggéré Heuzey, Daumet 1876, p. 66, la forme du pluriel donnée au nom même de Philippes prouve que la nouvelle cité était composée de plusieurs groupes d’habitations distincts ».

62 Hatzopoulos 2016, p. 104.

63 Strabon, Géographie VII, frg. 41 : Τῆς δ’ ἐν τῷ Στρυμονικῷ κόλπῳ παραλίας τῆς ἀπὸ <Γα>ληψοῦ μέχρι Νέστου ὑπέρκεινται οἱ <Φίλιπποι> καὶ τὰ περὶ Φιλίππους (« À la hauteur du secteur côtier du golfe Strymonique qui va de Galepsos au Nestos se trouvent Philippes et sa région », trad. Baladié 2003, p. 171‑172).

64 Zannis 2012, p. 539. Sur la question, voir aussi Brélaz et Tirologos 2016, p. 125‑126.

65 Cf. supra n. 28.

66 Hatzopoulos 2016, p. 104 : le « noyau originel de la population [de Philippes] était formé de sécessionnistes thasiens, […] d’exilés athéniens et d’éléments venus d’ailleurs, principalement des anciennes colonies voisines, Galepsos, et Apollonia que [Philippe II] détruisit et dépeupla ».

67 Collart 1937, p. 162, n. 1.

68 Collart 1937, p. 164.

69 Hatzopoulos 1993, p. 318‑324.

70 Herzog et Klaffenbach 1952, p. 15 sq., n° 6, cf. Papazoglou 1988, p. 406‑407.

71 Pilhofer II, 745a ; Plassart 1921, p. 18, l. 80.

72 Pilhofer II, 711b.

73 IG XII, 8, 209, Pilhofer II, 704.

74 IG II/III², 1956, Pilhofer II, 751 (l. 149‑150), vers 300 av. J.‑C.

75 Pilhofer II, 745b (l. 19), 259‑258 οu 255‑254 av. J.‑C.

76 Pilhofer II, 745c (l. 28), 258‑257 οu 254‑253 av. J.‑C.

77 Pilhofer II, 746a (l. 26), 262‑261 ou 258‑257 av. J.‑C.

78 Pilhofer II, 746b, IG VII, 2433.

79 Pilhofer II, 348.

80 Strabon, Géographie VII, frg. 41.

81 RPC I, 1646‑1649 : Q. Paquius Ruf(us), désigné comme légat d’Antoine, a déduit la colonie sur l’ordre d’Antoine.

82 Dion Cassius, Histoire Romaine LI, 4, 6 : Tοὺς γὰρ δήμους τοὺς ἐν τῇ Ἰταλίᾳ τοὺς τὰ τοῦ Ἀντωνίου φρονήσαντας ἐξοικίσας τοῖς μὲν στρατιώταις τάς τε πόλεις καὶ τὰ χωρία αὐτῶν ἐχαρίσατο, ἐκείνων δὲ δὴ τοῖς μὲν πλείοσι τό τε Δυρράχιον καὶ τοὺς Φιλίππους ἄλλα τε ἐποικεῖν ἀντέδωκε, τοῖς δὲ λοιποῖς ἀργύριον ἀντὶ τῆς χώρας τὸ μὲν ἔνειμε τὸ δ´ὑπέσχετο (« Car, après avoir chassé les populations italiennes qui avaient soutenu Antoine, il offrit à ses soldats leurs villes et leurs territoires. En compensation, il donna pour nouvelle résidence à la plupart d’entre elles, Dyrrachium, Philippes et d’autres domaines ; aux autres, il distribua de l’argent en échange de leurs terres, ou promit de le faire », trad. Freyburger, Roddaz 1991).

83 Digeste L, XV, 8 : In provincia Macedonia Dyrracheni, Cassandrenses, Philippenses, Dienses, Stobenses juris Italici sunt (« Dans la province de Macédoine, Dyrrachium, Cassandreia, Philippes, Dion, Stobi sont de droit italique »).

84 RPC 1650.

85 Sur la titulature et les épithètes de la colonie à ses débuts, cf. Rizakis 2016, p. 175‑176.

86 CIPh II.1, 16, Pilhofer II, 201 (9 fragments jointifs) : [In hono]rem divinae domus et / col(oniae) Iul(iae) Aug(ustae) Phil[ippiensium)] / [---ex] voluntate sua a divo [A]ntonino ex epulis / [---C(aio) Modio Laeto Rufiniano q(uaestore) pr(o) p]r(aetore) provinc(iae) Maced(oniae) curat[o]re r(ei) / p(ublicae) Philipp(iensium). vac.

87 CIPh II.1, 16, cf. la dédicace de la bibliothèque (CIPh II.1, 21, Pilhofer II, 233), la dédicace du tabularium (CIPh II.1, 18, Pilhofer II, 198) et celle du temple du culte impérial (CIPh II.1, 19, Pilhofer II, 228).

88 CIPh II.1, 23, Pilhofer II, 132.

89 Sur la titulature de la colonie, voir Rizakis 2016, p. 175‑176.

90 CIPh II.1, 29, Pilhofer II, 235.

91 CIPh II.1, 15, Pilhofer II, 452 : col(onia) Philipp(iensium).

92 Pilhofer II, 139. Pour d’autres inscriptions milliaires, voir notamment la borne délimitant le territoire de Philippes et la propriété d’un certain Claudianus Artemidorus : fines directi inter rem [pu]blicam col(oniam) Philippiensem et Claudianum Artemidorum (CIPh II.1, App. 3, n° 5, Pilhofer II, 559), ainsi qu’une borne de délimitation du territoire : fines direct(i) [int]er pop(ulum) Phil(ippensem) (Pilhofer II, 475). Si la transcription est exacte, nous aurions ici l’intéressante mention du populus Philippensium.

93 CIPh II.1, 19, Pilhofer II, 228, cf. également : CIPh II.1, 41, Pilhofer II, 229 ; CIPh II.1, 42, Pilhofer II, 230 ou encore CIPh II.1, 43, Pilhofer II, 232, une dédicace au génie de la colonie offerte par C. Modius Laetus Rufinianus désigné comme [cur(ator) r(ei) p(ublicae) P(hilippiensium)]. L’inscription comporte, en outre, la titulature complète de la colonie : colo[niae]/Iul(iae) [Au]g(ustae) Phi[lipp(ensium)].

94 Voir notamment CIPh II.1, 91, Pilhofer II, 136 : dabit reipublice Philip(piensium) (l. 11).

95 Papazoglou 1982, p. 106. Pour un autre exemple de la formule, cf. rei publicae Philippensium (Pilhofer II, 457).

96 Pilhofer II, 133, AE, 1937, 51, BE, 1938, 218 ; même formule dans Pilhofer II, 127.

97 Notons une variante orthographique de l’ethnique à l’époque impériale dans l’expression grecque de la cité des Philippiens : [δώσει τῇ τῶν] Φιλλιπέων πό[λει] (Pilhofer II, 301).

98 CIPh II.1, 60, 151 (?).

99 Formule employée notamment à Thasos, cf. Brélaz 2016, p. 205.

100 Pilhofer II, 61, CIPh II.1, 37.

101 Voir par exemple : aed(ilis) Philippis (CIPh II.1, 119a, Pilhofer II, 213) ; IIviro iure dicundo Philippis (Pilhofer II, 438) ; IIvir et munerarius Philippis (Pilhofer II, 493) dec(urioni) Philippis (Pilhofer II, 502).

102 Saint Paul, Philippiens IV, 15.

103 Feissel 1983, n° 237, cité par Papazoglou 1988, p. 406.

104 Feissel 1983, n° 224, 255, 238.

105 Étienne de Byzance, s.v. « Φίλιπποι » : ὁ πολίτης Φιλιππεύς, Φλιππηνός δὲ παρὰ Πολυβίῳ (« le citoyen philippien “Φιλιππεύς”, “Φλιππηνός” selon Polybe »).

106 Étienne de Byzance, s.v. « Σκοῦποι ».

107 Kremydi-Sicilianou 1996, p. 257‑260.

108 Kremydi-Sicilianou 1996, p. 253‑256.

109 Pour les émissions de Dion, cf. Kremydi-Sicilianou 1996, p. 172‑251.

110 CIL III, 7281, CIL III, 548, IG II2, 3289, Edson 1975, p. 101.

111 Inscription non publiée, mais visible dans la cour du musée de Dion.

112 Sur l’avers : Kremydi-Sicilianou 1996, p. 258‑259.

113 Brunt 1971, p. 234 : « It is certain that some Julian towns were post-Caesarian. »

114 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle IV, 17, 2.

115 CIL III, 591, ILS, 5954, Šašel Kos 1979, n° 174, Dimitsas 1896, n° 197, Heuzey 1860, n° 20, p. 477 et p. 57 [comm.], Lucas 1997, p. 108‑109, n° 49.

116 CIL III, 7282, ILS, 315.

117 Pandermalis 1997a, p. 234‑235, SEG XLVIII, 785, BE, 2000, 453.

118 Sur la question de l’ethnique, cf. Hatzopoulos et Psoma 1998, p. 5‑6 et sur les ethniques rencontrés dans les inscriptions de Dion, cf. également Fraser 2009, p. 66, n. 13.

119 Pausanias, Périégèse IX, 30, 8 ; Étienne de Byzance, Ethniques, s.v. « Δῖον ».

120 Cormack 1970, n° 10, ILS, 4809, BE, 1971, 402, BE, 1973, 270, SEG XXXI, 630, Pandermalis 1981, p. 291‑292, Samama 2003, n° 81, p. 183‑184.

121 Oikonomos 1915, n° 4, Plassart 1923, p. 164, n° 4, Pandermalis 1981, p. 287, Pandermalis 1999, p. 85.

122 Sur le péan de manière générale, voir Käppel 1992 et, en dernier lieu, Piguet 2012.

123 Thucydide, Guerre du Péloponnèse IV, 78, 6 ; Pseudo-Skylax, Périple 66 ; Polybe, Histoires IV, 62, 1 ; V, 9, 2 ; IX, 35, 6 ; XXIX, 4, 4 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XII, 67, 1 ; XVII, 16, 3 ; XVIII, 4, 5 ; XXX, 10, 1‑2 et 11, 2 ; Strabon, Géographie VII, frg. 17, 18, 20, 22 ; Dion Chrysostome, Discours 2, 2 ; Arrien, Anabase I, 16, 4 ; Pausanias, Périégèse IX, 30, 7 ; X, 13, 5 ; Ptolémée, Géographie III, 12, 12 ; Digeste L, XV, 8 (cf. n. 83).

124 Ptolémée, Géographie 13, 15, donne la situation de Dion par rapport aux étoiles dans le chapitre consacré à la Piérie (iie s. ap. J.‑C., avant 170).

125 Inscription non publiée, mais visible dans la cour du musée de Dion (notons au passage une autre forme de l’ethnique).

126 Mentzos 2005, p. 101‑156.

127 Lemerle 1945, p. 20‑23 : version présente dans différents codices (Codex Sinaïticus du iv‑ve s., Codex A dit Alexandrinus du ve s. et le Codex C dit Ephraemi du ve s.).

128 Pilhofer II, 591 (vie s. ?).

129 Pilhofer II, 100, découverte dans la basilique extra muros (ive-ve s.).

130 Pilhofer II, 125a, (ive s.).

131 Pilhofer II, 101 (ive s.).

132 Pilhofer II, 528b. Cf. Brélaz et Tirologos 2016, p. 148‑149 : « la borne date d’une époque, le ve ou le vie s., où l’ἐκκλήσια philippienne apparaît à plusieurs reprises dans la documentation épigraphique en tant qu’entité administrative, ce qui faisait d’elle un des bénéficiaires potentiels des amendes funéraires ».

133 Sève 2000, p. 198.

134 Kourkoutidou-Nikolaïdou 1995, p. 171‑178 : la plupart des monuments de Philippes ont été détruits par des séismes aux environs de 620.

135 Sève 2000, p. 202‑203.

136 Kourkoutidou-Nikolaïdou 1995, p. 171‑182.

137 Voir notamment le témoignage d’Al-Idrisi au xiie s. (cf. Bresc et Nef 1999, p. 410) ou de Jean Cantacuzène au xive s. (Jean Cantacuzène, Historiae IV, 45, 1‑3, p. 890‑892, éd. Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae IV, p. 327‑331, références rencontrées dans Provost 2016, p. 217‑219). Pour la bibliographie des voyageurs, voir Collart 1937, p. 4‑20.

138 Cf. Provost 2016, notamment p. 217‑219 et p. 241.

139 Sur le réduit byzantin, cf. les travaux de S. Provost, notamment Provost 2002, p. 502‑518, et plus récemment Provost 2016, p. 224‑236 (pour d’intéressants éléments de chronologie, cf. p. 228‑232).

140 Sur les églises byzantines de Philippes, cf. désormais Provost 2016, p. 237‑241 et Mentzos 2016, p. 245‑260.

141 Pilhofer II, 115a, BE, 1938, 220, Lemerle 1945, p. 142 sq.

142 Provost 2016, p. 221 et 220, n. 11. Cf. aussi la première édition du texte par Lemerle 1937, p. 103‑108.

143 Sur le terme, voir la contribution de Catherine Saliou dans le présent volume, p. 221‑242 ; Provost 2016, p. 241‑244 ; cf. Dunn 1994, p. 60‑80, cité par Provost 2016, n. 57. Sur le « kastro » philippien, voir également Mentzos 2016, p. 245‑246.

144 Mentzos 2016, p. 260.

145 Collart 1937, p. 8‑9, cité par Sève 2000, p. 204.

146 Pandermalis 2000, p. 252‑263.

147 Papazoglou 1988, p. 111 ; Pandermalis 2000, p. 11.

148 Pandermalis 1997b, p. 10‑11 ; Hatzopoulos et Psoma 1988, p. 5.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La région de Philippes (carte : G. Tirologos, ISTA [EA 4011], université de Franche-Comté).
Légende Les noms antiques apparaissent en majuscules, les noms modernes, en italique.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 653k

Auteur

Université de Franche-Comté, ISTA (EA 4011)

Acheter

Volume papier

lcdpu.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search