Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Nommer et classer les villes

Dire la πόλις κατὰ κώμας à Sparte

Simple classification ou description d’une réalité urbaine ?

Valeria Tosti

Texte intégral

1La complexité et la diversité urbanistiques de la polis des Lacédémoniens sont étroitement liées au vocabulaire utilisé par les sources antiques, qui définissent une façon très différente de penser l’espace par rapport à notre façon de penser la cité antique et à ce qui semblait être la seule catégorie interprétative possible de la société de la Grèce Antique. Une analyse attentive du langage qui définit cette cité met en évidence ses caractéristiques physiques et monumentales, ses particularités, mais aussi la façon dont les anciens percevaient et pensaient cette réalité.

2La définition de la cité des Homoioi nous est offerte pour la première fois par Thucydide dans le célèbre passage (I, 10, 2) extrait de l’Archeologia :

  • 1 Λακεδαιμονίων γὰρ εἰ ἡ πόλις ἐρημωθείη, λειφθείη δὲ τά τε ἱερὰ καὶ τῆς κατασκευῆς τὰ ἐδάφη, πολλὴν (...)

Ainsi, à supposer que Sparte soit dévastée et que seuls subsistent les sanctuaires et les fondations de ses édifices, les générations qui viendraient dans un lointain futur douteraient fort, je pense, que sa puissance réelle eût été à la hauteur de son prestigieux souvenir. Et pourtant les deux cinquièmes du Péloponnèse sont directement soumis à son autorité et son hégémonie s’exerce sur l’ensemble de la péninsule, ainsi qu’au dehors sur un grand nombre de cités alliées. Néanmoins, parce que les sanctuaires et les monuments sont modestes, parce que, comme c’était autrefois le cas dans toute la Grèce, les Lacédémoniens vivent disséminés en bourgades, on pourrait croire que Sparte n’était qu’une puissance de second ordre. Qu’Athènes en revanche vienne à subir le même sort, le spectacle qu’offriraient les vestiges de cette ville ferait croire que sa puissance était double de ce qu’elle est en réalité1.

3L’historien grec confronte Athènes à Sparte, en tentant de reconstruire de manière indirecte leur passé le plus lointain et les causes profondes qui ont provoqué ce qu’il définit comme étant le conflit le plus important qui ait impliqué les Grecs et une partie non négligeable des barbares, la Guerre du Péloponnèse. Avec un raisonnement qui semble anticiper la méthode de l’archéologie moderne, il attire l’attention sur la monumentalité différente qui, dans un lointain futur, tromperait quiconque voudrait juger la puissance des deux poleis sur la base de leurs ruines, celle d’Athènes semblant alors bien supérieure à celle de Sparte.

  • 2 Greco 2016, p. 73.

4Cette opposition de nature essentiellement topographique et urbanistique suggère un mode d’occupation de l’espace de la cité de Sparte, qui renvoie précisément à l’expression kata komas, caractéristique d’une réalité spatiale et urbaine entièrement différente de celle que l’écrivain athénien avait constamment sous les yeux et qui était en train de s’imposer comme la meilleure et unique façon possible de vivre dans une communauté politique, la polis2.

  • 3 C’est justement cette fiabilité aveugle à l’œuvre de l’historien, souvent adoptée par les savants, (...)

5La fiabilité et l’objectivité de la méthode thucydidéenne ont contribué à la diffusion et au succès de cette définition urbanistique qui toutefois, avec le temps, a perdu de son sens originel et a fini par devenir une simple étiquette3. Nous tenterons donc dans cet article de comprendre la réalité sous-jacente à une telle définition de la cité des Lacédémoniens et son processus de formation, en contextualisant tout d’abord la réalité socio-politique de ce processus, en vérifiant les domaines d’application et en la confrontant avec la réalité archéologique souvent négligée.

Problèmes interprétatifs

  • 4 Pindare, Olympiques 6, 28‑31 ; Théognis, Poèmes élégiaques 1, 785.
  • 5 Hérodote, I, 196, 1 : « Dans chaque bourg, une fois par an, avait lieu cette cérémonie. On réuniss (...)
  • 6 Hérodote, II, 48, 7 : Αντὶ δὲ ϕαλλῶν ἄλλα σϕί ἐστι ἐξευρημένα, ὅσον τε πηχυαῖα ἀγάλματα νευρόσπαστ (...)

6Avant le témoignage de Thucydide, les sources littéraires sont peu nombreuses et discontinues et aucune n’adopte une terminologie spécifique pour évoquer Sparte, outre les termes polis et asty4. Hérodote avait utilisé l’expression kata komas en référence aux Babyloniens (I, 196, 1)5 et aux Égyptiens (II, 48, 7)6, mais sans attribuer à cette expression une valeur de véritable organisation spatiale de la cité, concept introduit immédiatement après par Thucydide.

  • 7 Sur le sujet de la Grande Rhètra, fondement constitutionnel de l’État spartiate, voir entre autres (...)
  • 8 Ce phénomène précoce d’institutionnalisation démontre que le synœcisme d’une cité est un synœcisme (...)

7Au lendemain du conflit entre les deux puissances grecques qui luttaient pour la suprématie sur la Grèce, Thucydide ressent l’exigence de définir sémantiquement, et donc, de distinguer la cité des Lacédémoniens. Attribuer un nom signifie conférer une identité spécifique et différente de la sienne, bien différente de la façon de vivre athénienne et plus proche de celle des peuples primitifs et barbares. L’historien ne nie évidemment pas l’existence d’une polis des Lacédémoniens, mais il se limite à souligner l’absence d’un véritable centre urbain : le phénomène précoce d’institutionnalisation, dont témoigne l’élaboration de la Grande Rhètra, ne fut pas accompagné par une conurbation, démontrant que les deux phénomènes peuvent être séparés7. La confrontation entre Athènes et Sparte devient l’occasion pour un écrivain comme Thucydide d’exalter les qualités et la puissance athéniennes, en partant justement d’une supériorité architecturale, mais il rappelle en même temps et indirectement qu’il ne faut pas sous-évaluer la puissance militaire de cette cité et ne pas la juger sur son aspect extérieur, avec des centres habités éparpillés, sans cette monumentalité et ce degré d’urbanisation considéré comme le résultat le plus évident et tangible d’un phénomène synœcistique8.

  • 9 Thucydide, I, 5, 1 : Kαὶ προσπίπτοντες πόλεσιν ἀτειχίστοις καὶ κατὰ κώμας οἰκουμέναις ἥρπαζον καὶ (...)
  • 10 Thucydide, III, 94, 4 : Tὸ γὰρ ἔθνος μέγα μὲν εἶναι τὸ τῶν Αἰτωλῶν καὶ μάχιμον, οἰκοῦν δὲ κατὰ κώμ (...)

8Ce passage est lié à un précédent (I, 5, 1)9 dans lequel l’auteur, en parlant de la pratique de la piraterie aux temps antiques, rappelle combien il était plus simple d’attaquer et de piller ces communautés (πόλεσιν) dépourvues de fortifications (ἀτειχίστοις) et qui vivaient dispersées dans des villages (κατά κώμας οἰκουμέναις). Nous avons une confirmation du jugement de l’auteur sur ces centres habités kata komas et une référence à Sparte y est envisageable ainsi que la possibilité de réussir à l’assiéger avec une plus grande facilité, celle-ci étant sans murailles et organisée en villages épars, selon la façon antique de vivre. Ce jugement est confirmé dans le livre III, 94, 4, 210, quand Thucydide souligne que les Messéniens sont certains de réussir à soumettre avec facilité les Étoliens qui vivaient dispersés en bourgades dépourvues de défenses (οἰκοῦν δὲ κατὰ κώμας ἀτειχίστους), en komai situées – selon une précision de l’auteur – à grande distance les unes des autres.

  • 11 Thucydide veut donner l’impression d’écrire avec une rigueur, une impartialité et une objectivité (...)
  • 12 Ἐπὶ γὰρ Κέκροπος καὶ τῶν πρώτων βασιλέων ἡ ‘Αττικὴ ἐς Θησέα αἰεὶ κατὰ πόλεις ᾠκεῖτο πρυτανεῖά τε ἐ (...)

9La définition donnée par l’historien grec pour la cité des Lacédémoniens semblerait répondre aux critères d’objectivité et à la méthode énoncés dans le chapitre 22 du livre I : il entend fournir une analyse de source fiable des événements de la Guerre du Péloponnèse, à travers un compte rendu vrai, c’est-à-dire impartial, en mettant en évidence les causes et les liens11. La définition de Sparte comme cité organisée en villages semblerait être une définition objective d’une réalité urbaine qu’il a lui-même vue et décrite sans doute de la meilleure des manières possibles, c’est-à-dire une réalité peu monumentalisée (surtout si on la confronte à la cité contemporaine d’Athènes), sans murs de fortification et avec des noyaux habités éparpillés dans la moyenne vallée de l’Eurotas. Il attribue à l’expression kata komas une acception distributive qui décrit une réalité de la polis différente, mais toujours synœcisée politiquement. Malgré son admiration pour Lacédémone, il laisse entrevoir un jugement de valeur dans l’opposition qu’il fait dans ces deux passages (I, 10, 2 et I, 5, 1) entre Sparte kata komas et le mode d’occupation de l’espace de la cité d’Athènes. Ce jugement de valeur est confirmé quand Thucydide parle du synœcisme d’Athènes dû à Thésée et de la situation pré-synœcistique : nous attendrions une description de la réalité spatiale par le recours à l’expression spécialement forgée pour Sparte et qui était justement caractéristique des plus antiques centres habités grecs. Il écrit en revanche dans le livre II, 15, 1‑4 : « Sous le règne de Kécrops et des prédécesseurs de Thésée, l’Attique était partagée en communautés (κατὰ πόλεις ᾠκεῖτο) ayant chacune son prytanée et ses magistrats. À moins d’y être amenés par quelque menace, les habitants du pays ne s’assemblaient pas pour délibérer en commun autour du roi12. »

  • 13 Selon Gomme 1956, polis a ici une signification aussi bien politique que spatiale.
  • 14 À partir de ce que Thucydide affirme dans ce passage mais aussi dans d’autres digressions consacré (...)

10C’est la seule fois, dans toute l’œuvre thucydidéenne, où l’on assimile une situation pré-synœcistique, remontant dans l’optique de l’historien à une période qui correspondrait à l’âge de Bronze tardif, à l’expression kata poleis13, accompagnée en outre du verbe οἰκέω, en évidente opposition avec la situation spartiate kata komas du ve siècle avant J.‑C. Avant Thésée, selon Thucydide, l’Attique constituait une région fractionnée politiquement, même si une certaine conscience unitaire, représentée par le roi Cécrops, était reconnue à ses habitants14.

  • 15 Τῇ τε οὖν ἐπὶ πολὺ κατὰ τὴν χώραν αὐτονόμῳ οἰκήσει μετεῖχον οἱ ‘Αθηναῖοι.
  • 16 Ἐβαρύνοντο δὲ καὶ χαλεπῶς ἔϕερον οἰκίας τε καταλείποντες καὶ ἱερὰ ἃ διὰ παντὸς ἦν αὐτοῖς ἐκ τῆς κα (...)

11Dans deux autres passages, Thucydide fait référence à la manière athénienne de vivre dans des centres habités éparpillés en Attique, en utilisant toutefois des expressions différentes : dans le livre II, 16, 1 « Les Athéniens avaient donc longtemps vécu dispersés à travers l’Attique en communautés autonomes »15. Dans le paragraphe suivant (II, 16, 2) : « La mort dans l’âme, ils abandonnaient leurs demeures, ainsi que ces temples qui, depuis les temps lointains de leur autonomie, étaient toujours restés pour eux leurs sanctuaires nationaux. Ils allaient changer toutes leurs habitudes et chacun avait le sentiment de quitter ce qui était pour lui sa véritable cité16. »

La définition kata komas dans les sources littéraires

  • 17 Isocrate, Helenae encomium X, 35 : dans cet excursus l’orateur rappelle le synœcisme des villages (...)
  • 18 Parmi eux Padgug 1972 ; Thomas 1982.
  • 19 Cf. par exemple Calame 1996 ; Moggi 1976, p. 44‑81 ; Hölscher 1991, p. 358 ; Coldstream 1977, p. 7 (...)

12Les attestations de kata komas dans la littérature grecque se réfèrent à l’organisation spatiale pré-synœcistique athénienne17. Le terme kata poleis n’est en revanche jamais employé pour désigner un tel type d’organisation territoriale. Bien que l’organisation de l’Attique au viiie s. – avant le synœcisme politique de Thésée – privilégie des entités politico-géographiques relativement bien définies et évoluées ; le territoire n’était pas pour autant habité par des communautés civiques distinctes. Il paraît plus vraisemblable de reconstituer de centres habités (villages), avec une identité politique et cultuelle propre, et qui avaient bien peu à voir avec l’institution civique et sociale définie aux siècles suivants par le nom de polis. Les historiens qui ont proposé de faire remonter la formation d’un État attique unifié, avec Athènes au centre, au cours de la période mycénienne tardive, sont assez nombreux18. Mais peu importe le degré d’unité politique atteint par l’Attique de l’âge du Bronze tardif, celle-ci dut être reconstituée durant l’époque après l’effondrement de la civilisation mycénienne. L’hypothèse la plus accréditée place un processus d’unification de l’Attique plus ou moins graduelle au cours de la période protogéométrique et de l’époque géométrique, entre la fin du xe et tout le viiie s. av. J.‑C.19.

  • 20 Fantasia 2003.
  • 21 Par exemple dans Xénophon, Helléniques II, 3, 8, 1 ; IV, 4, 1, 1 ; VI, 3, 19, 3 ; VI, 5, 1, 2.
  • 22 Xénophon, Helléniques V, 2, 5 (Les Mantinéens après avoir été battus par les Spartiates, virent s’ (...)

13L’expression de Thucydide, reprise par les écrivains postérieurs, peut s’expliquer par la volonté de distinguer les deux cités, athénienne et lacédémonienne, et de marquer ainsi fortement la différence entre les deux puissances de la Grèce. Selon U. Fantasia, Thucydide, de manière cohérente avec la vision de l’Attique déjà disséminée en poleis, donne une interprétation politico-institutionnelle, tandis que les auteurs postérieurs, en considérant l’Attique pré-théséenne comme une terre habitée kata komas, associent la vision du « synœcisme » à celle de l’unification urbanistique20. Dans la littérature grecque, jamais l’expression kata poleis n’apparaît avec une acception semblable à celle que retient l’historien du ve s. pour la réalité pré-synœcistique de l’Attique : la signification de l’expression kata poleis demeure distributive, mais dépourvue de cette valeur politique (« cité pour cité », « dans les/des cités respectives », « dans les différentes cités », « dans chacune des cités », « dans/pour chaque cité », « parmi les différentes cités », « l’une après l’autre »)21. En revanche, l’expression kata komas garde son acception originelle de distribution en villages, en se référant à une façon d’occuper l’espace différente de celle qui était hautement approuvée par Athènes22.

  • 23 En général, sur la komè, Hansen 1995 ; Hansen 1998, p. 25‑30 ; Donlan et Thomas 1993. En particuli (...)

14La conception de l’habitat, qui dans Thucydide est indiqué comme kata komas, fut donc fortement influencée par le processus interprétatif dont la polis fut l’objet : les enquêtes sur l’habitat kata komas ont été négligées au profit des études sur la polis, perçue comme la meilleure forme d’habitat possible23.

  • 24 Quand Thucydide (II, 14‑15) et Aristote (Politique 1305) confirment que la komè représente la mani (...)

15La distinction thucydidéenne d’un niveau d’urbanisation différent entre polis et organisation en villages porte une connotation d’opposition et un jugement de valeur, avec une critique du mode d’occupation kata komas et une exaltation de l’organisation civique24.

  • 25 Daverio Rocchi 1983, p. 53‑56. Plus récemment les formations politico-institutionnelles différente (...)
  • 26 Les études sur la polis du Copenhagen Polis Center et l’élaboration de la Lex Hanfiensis de civita (...)

16Le jugement sur l’organisation en villages n’est donc pas accompagné d’un processus interprétatif exempt de préjugés, visant à placer son rôle dans la fonction sociale, économique et politique25, et ce que nous savons aujourd’hui de cette forme d’organisation dérive d’informations génériques et sommaires, cristallisées dans une transmission mécanique des données et des évaluations qui ne sont pas soumises à des vérifications ni même confrontées à la réalité26.

  • 27 Stewart 2013, p. 239.

17L’importance de la pensée thucydidéenne a été telle qu’elle a influencé non seulement les écrivains postérieurs, mais aussi toute l’historiographie moderne, au point de pousser le roi Othon I et ses architectes à construire la nouvelle Sparte en 1834 exactement là où autrefois s’élevait la cité antique, contribuant à l’assimiler à une « cité occidentale » et effaçant de cette façon toute trace d’un passé embarrassant27.

La réalité archéologique

  • 28 Ce n’est pas l’unique raison de l’intérêt scientifique faible et inadéquat porté à l’archéologie d (...)

18La superposition exacte de la ville moderne et de la cité antique a causé la perte de nombreuses données archéologiques, qui auraient été utiles pour la restitution de la cité archaïco-classique et pour une définition de la façon d’occuper l’espace kata komas. En outre, l’importance attribuée au passage thucydidéen (I, 10, 2) a découragé des recherches archéologiques qui n’étaient pas motivées par la découverte d’une réalité monumentale28.

  • 29 Tosti 2017 sur la naissance de la polis des Lacédémoniens à travers l’analyse des données archéolo (...)
  • 30 La construction des murs de fortification s’est effectuée lors de phases différentes du début du i (...)
  • 31 Il faut préciser que ce n’est que depuis 1995 que la Ve Éphorie des Antiquités préhistoriques et c (...)

19Malgré ces difficultés objectives, il est possible de convoquer diverses sources archéologiques, de la période protogéométrique tardive et géométrique récente – période à laquelle remonte la naissance de la cité de Sparte29 – jusqu’à la pleine époque hellénistique, quand la polis change complètement de visage et se transforme en une cité avec une séparation fonctionnelle des espaces, la construction de murs de fortification30 et l’ajout progressif de nouvelles aires qui commencent à faire partie de l’espace urbain. Les zones à l’est et au sud de l’Acropole (fig. 1), en particulier, furent occupées plus densément et sans interruption31, comme le prouve la découverte de parties d’habitations ou de nombreuses céramiques d’usage commun, à côté desquelles étaient placés des tombes et des lieux de culte.

Fig. 1 – Carte de Sparte moderne avec la division en îlot et les vestiges monumentaux sur l’Acropole (d’après Zavvou et Themos 2009, fig. 11.2).

Fig. 1 – Carte de Sparte moderne avec la division en îlot et les vestiges monumentaux sur l’Acropole (d’après Zavvou et Themos 2009, fig. 11.2).
  • 32 Dans la même aire funéraire, deux autres tombes d’époques plus récentes ont été creusées, témoigna (...)
  • 33 Zavvou 1997, p. 160‑163, pl. 2, fig71 g-e ; Raftopoulou 1997, p. 272 ; Raftopoulou 1998, p. 133, (...)
  • 34 On distingue des fragments de canthares décorés de files de losanges ou de lignes brisées ; des fr (...)

20L’aire à l’est du plateau de Palaiokastro est caractérisée par une continuité d’occupation, qui se manifeste en particulier dans les activités cultuelles : dans le Mykinon 5 (îlot 97), cinq tombes ont été découvertes, très proches les unes des autres, datées entre la fin de la période protogéométrique et le début de la période géométrique32. Quatre, dont deux étaient sans doute recouvertes par le même tumulus, sont creusées, délimitées par des pierres, avec le défunt placé dans une position recroquevillée (fig. 2) : il était probablement seulement enveloppé d’un linceul et n’était pas doté de matériel funéraire, à l’exception de l’un d’eux qui possédait deux anneaux d’orfèvrerie en fer. Dans une cinquième tombe à ciste délimitée par des plaques rectangulaires positionnées verticalement, le défunt était allongé sur le dos, les mains posées sur l’abdomen et les jambes pliées, et accompagné de deux pyxides et de deux broches de l’époque protogéométrique33. Juste à côté de l’aire funéraire, au sud, a été découvert un édifice octogonal dont les fondations reposent sur une couche riche en céramiques de la période géométrique tardive et du début de la période archaïque34. Une couche de terre entourait toute l’aire environnante.

Fig. 2 – Tombe protogéométrique dans l’îlot 97 (d’après Raftopoulou 1998, fig. 12.14).

Fig. 2 – Tombe protogéométrique dans l’îlot 97 (d’après Raftopoulou 1998, fig. 12.14).
  • 35 Raftopoulou 1992, p. 105 (terrain Laskari).
  • 36 Themos 1996, p. 105‑106 ; Themos 1997, p. 167‑169, pl. 4, fig. 73 b-6 ; Zavvou et Themos 2009, p.  (...)
  • 37 Themos 1996, p. 105‑107 ; Themos 1997, p. 167‑169, pl. 4, fig. 73 b-6 ; Zavvou et Themos 2009, p.  (...)

21Toujours dans l’îlot 97, des fragments de murs et une grande quantité de céramiques attestent une continuité d’occupation, de l’époque classique jusqu’à l’époque romaine : malheureusement la nature des enquêtes archéologiques n’a pas permis d’approfondir les relations stratigraphiques entre les structures et les matériaux afin de comprendre la nature et la chronologie exacte des découvertes35. La persistance des habitations dans les mêmes aires est attestée par la découverte d’une portion de route hellénistique correspondant à l’actuelle moderne odos Mykinon, sous laquelle des traces évidentes d’une occupation précédente, remontant à l’époque archaïque, ont été identifiées. Malheureusement, étant donné qu’il s’agit, comme dans la plupart des travaux de l’Éphorie, de fouilles d’urgence, il manque encore une enquête systématique qui explore les couches antérieures à l’urbanisation hellénistico-romaine de Sparte, qui, pour l’heure, émerge seulement de manière confuse et partielle à travers des dépôts de céramiques et des sections de murs. Immédiatement au sud (îlot 97A), sous les niveaux hellénistico-romains, un dépôt avec de la céramique datant de l’époque submycénienne et de la première période géométrique36 a été découvert. Il fait partie d’un contexte d’habitation célèbre pour ses phases les plus anciennes en raison de la découverte de matériaux céramiques et, pour l’époque hellénistique, de maçonneries en pierre appartenant à des habitations, des canalisations, des puits et des aires pavées (fig. 3)37. L’aire fut donc occupée sans solution de continuité de la période submycénienne-protogéométrique jusqu’au ier s. av. J.‑C., comme les nombreux matériaux céramiques et les structures en pierre découvertes l’attesteraient.

Fig. 3 – Constructions en pierre appartenant à des habitations dans l’îlot 97A (d’après A. Deltion 52, fig. 73.6).

Fig. 3 – Constructions en pierre appartenant à des habitations dans l’îlot 97A (d’après A. Deltion 52, fig. 73.6).
  • 38 Vases miniatures (hydries, coupes, skyphoi), fragments d’acrotère, un perirrhanterion archaïque ré (...)
  • 39 Raftopoulou 1992, p. 105 (terrain N. Patista).

22Dans le terrain adjacent, au-dessous des niveaux romains, une phase d’habitation attestée par la présence d’accumulations de céramiques datées de la période géométrique à la période hellénistique a été mise en évidence. L’identification d’un autre lieu de culte paraît vraisemblable étant donné la nature des découvertes38, même si l’on n’a retrouvé aucun mur. Dans l’îlot adjacent (98), d’autres fouilles d’urgence ont révélé une continuité d’occupation de l’époque géométrique à l’époque romaine39.

  • 40 À Sparte, le monde des vivants et celui des morts, même s’ils sont séparés, sont en contact physiq (...)
  • 41 Flouris 1996, p. 123‑125, pl. 11, fig. 44 b ; Zavvou-Themos 2009, p. 116 ; Tosti 2011.

23Dans la voie où ont été découvertes les tombes protogéométriques, l’odos Staufert (îlot 98), une autre fouille de l’Éphorie a permis d’identifier un lieu de culte héroïque construit à l’époque archaïque sur une tombe de la période géométrique (fig. 4) : il se caractérise par la présence d’une salle avec une sorte de plate-forme construite exactement sur l’emplacement d’une tombe de la période géométrique, couverte à son tour par une couche de terre mélangée à des fragments de céramique géométrique. Le défunt était en position accroupie, avec un anneau en bronze à un doigt. Le dépôt contenait de nombreuses figurines votives en terre cuite, des fragments d’un acrotère archaïque, de nombreux vases miniaturisés ainsi qu’une grande quantité d’objets votifs en plomb. La tombe, probablement, faisait partie d’une nécropole géométrique, correspondant à un habitat qui, selon le mode d’occupation des espaces typique d’une cité kata komas, ne doit pas être trop éloigné40. À l’époque archaïque, exactement au-dessus de la sépulture, a été aménagé un dépôt votif, bordé à l’ouest par un mur (TX 38) : le lieu de culte acquiert alors une certaine forme architecturale par la construction à l’époque archaïque de la salle avec la plate-forme, à côté de laquelle une deuxième pièce est ajoutée au cours d’une phase de construction postérieure, que l’on ne peut pas définir avec précision, mais qui est vraisemblablement datable de l’époque classique41.

Fig. 4 – Lieu de culte héroïque, rue Staufert (d’après A. Deltion 51, fig. 11).

Fig. 4 – Lieu de culte héroïque, rue Staufert (d’après A. Deltion 51, fig. 11).
  • 42 Lombardo 1999.
  • 43 Le modèle des cinq villages spartiates est déjà élaboré à la fin du xviiie s. avec l’abbé Jean-Jac (...)
  • 44 Lupi 2007, 2005, 2006.
  • 45 Pausanias, III, 16, 9 parle de l’étiologie du rite de diamastigosis dans le sanctuaire d’Artémis O (...)
  • 46 Lupi 2006, p. 204‑207. Pitane est aussi l’unique village dont on connaît la position pour la décou (...)
  • 47 En excluant la distance « exceptionnelle » du cinquième village, Amyclées, à environ 5 km au sud d (...)

24Sur la base de la documentation littéraire et archéologique à notre disposition, il est actuellement difficile de comprendre la vraie nature de la cité organisée en villages, son organisation sociale, économique, et politique et surtout son développement urbanistique et topographique. Toutefois nous sommes parvenus à une certitude : Sparte kata komas ainsi définie par Thucydide a peu à voir avec les modèles qui ont été créés sur la base d’une lecture superficielle des sources. Par ailleurs il paraît quasi-impossible de s’affranchir du modèle hégémonique de la polis athénienne, qui conditionne nos analyses et interprétations. Pour comprendre la vraie nature de l’organisation spatiale de Sparte, il faut se libérer du stéréotype de la cité « primitive », arriérée et vue comme « fossile » d’un stade évolutif préparant la polis elle-même, mais simplement comme l’expression d’une façon distincte de s’organiser, différente de celle hautement valorisée par Athènes42. Nous ne pouvons pas non plus penser retrouver sur le terrain le modèle rigide et immuable des cinq villages43, entendus comme groupes de maisons définis par des limites bien déterminées, représentés par des tombes. En réalité, Thucydide ne spécifie ni le nombre ni le nom des villages de la ville de Sparte et comme il a été bien démontré récemment par M. Lupi44, le nom et le nombre de villages ne sont pas attestés par la documentation contemporaine de la polis kata komas des époques archaïque et classique, mais par des inscriptions et des sources postérieures45 ; en revanche il existe une riche documentation sur Pitane même aux époques précédentes46. Nous ne pouvons pas attribuer à l’époque archaïque les quatre villages nommés par Pausanias (Pitane, Limnai, Kynosoura, Mesoa), car le Périégète se réfère à un contexte et à un rituel de l’époque romaine et donc à une division de l’espace qui remonte à son époque et non, comme on l’a souvent cru, à l’époque archaïque. La position centrale de Pitane suggérée par les sources antiques dépend, selon Lupi dont nous partageons l’avis, du fait qu’elle représente le vrai centre urbain de Sparte dans une cité composée de plusieurs villages47.

  • 48 Dans les pages précédentes, nous avons tenté de démontrer la possibilité de l’utilisation de donné (...)
  • 49 Tosti 2011.

25À la lumière d’une reconnaissance méticuleuse de toutes les données archéologiques publiées48, il est possible de percevoir le développement topographique de la cité, mais jamais d’atteindre la certitude d’une définition de l’extension et du nombre de villages. Il est possible de se rendre compte d’une concentration d’habitats, avec ses sépultures et ses lieux sacrés de référence, mais pas d’un espace défini, circonscrit. La croissance démographique – en particulier aux vie et ve s. av. J.‑C. – et le développement urbain, bien qu’ancré et déterminé par le type d’organisation en villages, ne peuvent s’arrêter, ni se limiter à l’intérieur d’un espace circonscrit par des tombes durant les siècles précédents. Il n’est pas possible de penser à une cité immobile pendant des siècles, toujours égale à elle-même : les noyaux établis s’élargissent, sont plus nombreux et les tombes antiques des ancêtres deviennent des lieux de culte pour la conservation de la mémoire du groupe, comme membres d’une communauté et en même temps membres actifs d’une cité49. Ensuite, de nouveaux espaces s’ajoutent aux anciens selon les règles d’organisation attestées jusqu’à ce moment-là.

  • 50 Schnapp 1996, p. 122. Voir aussi Lombardo 1999.

26Si la monumentalité d’une cité est sa projection urbaine – conséquence ultime de cette ascèse collective qui autorise les hommes à vivre en groupe dans le respect réciproque50 –, sa définition en est la projection linguistique, déterminée toutefois, dans le cas spartiate, par une culture et une façon de penser la cité très athéniennes, qui ont fixé un modèle devenu dans le temps une simple étiquette, distante de la réalité telle que nous la percevons à travers les monuments d’une Sparte archaïco-classique.

  • 51 Voir n. 30.
  • 52 Sur le rôle de Sparte dans le développement institutionnel de la polis en Grèce, voir Cartledge 20 (...)
  • 53 Greco 1994, p. 598, rappelle que Périclès convainquit les Athéniens d’abandonner les campagnes et (...)

27L’expression kata komas représente, donc, la définition formulée par Thucydide pour le type d’organisation de la cité de Sparte de son temps, une réalité concrète et bien différente de la cité contemporaine d’Athènes. Ce n’est qu’à partir de la période hellénistique que Sparte évolue également et adopte un type d’organisation et de division de l’espace conforme aux cités de son temps, dont la pleine réalisation se déroule à l’époque impériale. Le début de cette transformation est physiquement marqué par la construction des murs de fortification51 et par un changement lent et progressif de la façon d’occuper l’espace, qui témoigne d’un changement radical dans la manière de penser l’espace urbain. Pourtant, jusqu’au ve s. av. J.‑C., Athènes n’était pas une cité si différente de Sparte ni des autres poleis grecques, avec une faible monumentalité et une organisation de l’espace en noyaux épars52. La définition spatiale de Sparte est contemporaine de la révolution architecturale et urbanistique dont Athènes est l’objet dans la deuxième moitié du ve s. av. J.‑C., selon les choix impérialistes péricléens, avec la monumentalisation de l’Acropole et l’aménagement du Pirée53. Thucydide en est le témoin direct. Il est étonnant de voir à quel point la portée symbolique de cette politique édilitaire a pu influer sur la perception d’une réalité urbanistique – la kata komas de Sparte –, qui, à ce moment de l’histoire, représente sans doute la norme.

  • 54 Voir n. 4‑6. Le monde représenté par Hésiode dans les Erga est celui d’une grécité archaïque qui v (...)

28Comme nous l’avons souligné ci‑dessus, il n’existe pas de documentation littéraire contemporaine de la naissance de Sparte et de ses phases initiales (ixe-viie s. av. J.‑C.) qui fournisse une description de la ville, de son organisation spatiale et de ses édifices : les quelques attestations littéraires contemporaines de ces premières phases ne font pas allusion à son organisation en villages et elles ne connaissent pas la définition kata komas ni pour Sparte ni pour une autre cité grecque contemporaine54. Cette définition, qui décrit bien la réalité physique de la polis des Homoioi, n’est pas concomitante de la naissance de Sparte : elle est liée à une réalité historique et spatiale spécifique, la cité de Sparte de la seconde moitié du ve s. av. J.‑C. En d’autres termes, elle met en évidence le décalage chronologique entre l’usage qu’en fait Thucydide et la réalité à laquelle il se réfère. Le sens de kata komas ne se trouve pas dans la définition elle-même, mais dépend du contexte. Un Athénien reconnaît immédiatement la différence monumentale et topographique entre sa cité et Sparte, son ennemie.

  • 55 Gramsci 1975. Le caractère intrinsèquement historique de la parole, telle que l’a définie Derwing  (...)

29En conclusion, pour une interprétation de l’expression kata komas il faut prendre en compte la dimension historico-culturelle de la communauté qui l’emploie et les tensions idéologiques de son époque55 : le monde athénien du ve s. av. J.‑C. définit l’espace urbain sur une nouvelle réalité naissante après les guerres médiques, dans un moment historique particulier, insistant sur sa suprématie sur la Grèce avec une monumentalisation architecturale bien attestée archéologiquement. Le terme kata komas est donc un moyen de Thucydide de dévaloriser Sparte lui attribuant un descriptif déjà dépassé pour Athènes.

Bibliographie

Textes antiques

Hérodote, Histoire, tome I, livre I, Clio, texte établi et traduit par Ph.-E. Legrand, CUF, série grecque 72, Paris, 2010, (1er tirage, 1932).

Hérodote, Histoire, tome II, livre II, Euterpe, texte établi et traduit par Ph.-E. Legrand, CUF, série grecque 59, Paris, 2009 (1er tirage, 1930).

Roussel D. (trad.) 2000, Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, Paris (1re éd., Bibliothèque de la Pléiade 176, 1964).

Études

Bearzot C. 2004, Federalismo e autonomia nelle Elleniche di Senofonte, Milan.

Calame Cl. 1996, Thésée et l’imaginaire athénien, Lausanne.

Cartledge P. 2001, « The Peculiar Position of Sparta in the Development of the Greek City-State », in P. Cartledge, Spartan Reflections, Londres, p. 21‑38.

Cavanagh W., Crouwel J., Catling R.W.V. et al. 2002, Continuity and change in a Greek rural landscape. The Laconia Survey, 1. Methodology and interpretation, ABSA suppl. 26, Londres.

Cawkwell G.L. 2002, « The decline of Sparta », in M. Whitby (éd.), Sparta, Edimbourg, p. 236‑257.

Coldstream J.N. 1977, Geometric Greece, Londres.

Daverio Rocchi G. 1983, « La polis e le sue alternative », in M.A. Levi, A. Biscardi (éd.), La città antica come fatto di cultura. Atti del Convegno di Como e Bellagio, 16‑19 giugno 1979, Côme, p. 53‑66.

Davies J.K. 1997, « The “Origins of the Greek Polis” : Where should we be looking ? », in L.G. Mitchell, P.J. Rhodes (éd.), The Development of the Polis in Archaic Greece, Londres-New York, p. 13‑20.

Derwing B.L. 1979, Alle frontiere del linguaggio, Bari.

De Sensi Sestito G. 1990, « Kome, polis e dike negli Erga esiodei : 1. Il mondo della kome e la complementarità erga/dike », Messana 1, p. 27‑44.

Donlan W., Thomas C.G. 1993, « The Village Community of Ancient Greece », SMEA 31, p. 61‑71.

Ehrenberg V. 1937, « Obai », RE 17, p. 1693‑1704.

Fabbri E. 2009, « Dal realismo politico di Tucidide a quello di Hobbes », ADFF 15, p. 5‑33.

Fantasia U. 2003, La guerra del Peloponneso. Libro II, Pise.

Finley M.I. 1968, « Sparta », in J.-P. Vernant (éd.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, Paris-La Hayne, p. 143‑160.

Flouris Ch. 1996, « δ. Οδός Σταουφερτ (O.T. 98) », A. Deltion 51 B’, p. 123‑125.

Geddes P. 1915, Cities in evolution : an introduction to the town planning movement and to the study of civics, Londres.

Giuliani A. 1998, « Perdonare Elena. Bellezza e giustizia negli intellettuali della crisi (Gorgia, Euripide, Isocrate) », in M. Sordi (éd.), Responsabilità, perdono e vendetta nel mondo antico, Milan, p. 25‑46.

Gomme A.W. 1956, A historical commentary on Thucydides, Oxford.

Gramsci A. 1975, Quaderni dal carcere, Turin.

Greco E. 1994, « Dal villaggio alla città », in P. Anderson (éd.), Storia d’Europa. Preistoria e Antichità, vol. 2, Turin, p. 587‑600.

Greco E. 2016, « L’archeologia della polis in Magna Grecia », Poleis e politeiai nella Magna Grecia arcaica e classica. Atti del cinquantatreesimo Convegno di Studi sulla Magna Grecia. Taranto 26‑29 settembre 2013, Tarente, p. 65‑90.

Greco E., Torelli M. 1983, Storia dell’urbanistica. Il mondo greco, Bari.

Hansen M.H. 1995, « Kome. A Study in how the Greeks designated and classified settlements which were not poleis », in M.H. Hansen, K. Raaflaub (éd.), Studies in the Ancient Greek Polis, Papers form the Copenhagen Polis Center 2, Stuttgart, p. 45‑81.

Hansen M.H. 1997a, « The Copenhagen Inventory of Poleis and the Lex Hafniensis de civitate », in L.G. Mitchell, P.J. Rhodes (éd.), The Development of the Polis in Archaic Greece, Londres-New York, p. 9‑23.

Hansen M.H. 1997b, « A typology of dependent Poleis », in T.H. Nielsen (éd.), Yet more studies in the ancient Greek polis, CPC Papers 4, Stuttgart, p. 29‑37.

Hansen M.H. 1998, Polis and City-State : an ancient concept and its modern equivalent. Symposium January 9, 1998, ACPCActs 5, Copenhague.

Hansen M.H. 2004, « Was every polis state centred on a polis town ? », in T.H. Nielsen (éd.), Once again : studies in the ancient greek polis, CPC Papers 7, Stuttgart, p. 131‑47.

Hansen M.H. 2009, « Was Sparta a Normal or an Exceptional polis ? », in S. Hodkinson (éd.), Sparta. Comparative Approaches, Swansea-Oxford, p. 385‑416.

Hobbes T. 1629, Thucydides’ History of the Peloponnesian War, Londres.

Hodkinson S. 2000, Property and Wealth in Classical Sparta, Londres-Swansea.

Hodkinson S. 2010, Sparta and Nazi Germany in mid‑20th-century British liberal and left-wing thought, Swansea.

Hodkinson S., Morris I.M. (éd.) 2012, Sparta in modern thought. Politics, history and culture, Oxford.

Hölscher T. 1991, « The City of Athens : Space Symbol Structur », in A. Mohlo, K. Raaflaub, J. Emlen, City-States in Classical Antiquity and Medieval Italy, Stuttgart, p. 355‑380.

Kourinou E. 2000, Σπάρτη. Συμβολὴ στὴ μνημειακὴ τοπογραφία της, Athènes.

Lombardo M. 1999, « La polis : società e istituzioni », in E. Greco (éd.), La città greca antica, Rome, p. 5‑36.

Lupi M. 2005, « Il sacrificio della fratria a Sparta (Hsch. s.v. ἐπιπαζειν) », IncidAntico 3, p. 199‑214.

Lupi M. 2006, « Amompharetos, the lochos of Pitane and the Spartan System of villages », in S. Hodkinson, A. Powell (éd.), Sparta & war, Swansea, p. 185‑218.

Lupi M. 2007, « Le origini di Sparta e il Peloponneso arcaico », in M. Giangiulio (éd.), Storia d’Europa e del Mediterraneo. Il mondo antico. Sezione II, La Grecia. Volume III, Grecia e Mediterraneo dall’VIII sec. a.C. all’età delle guerre persiane, Rome, p. 363‑393.

Lupi M.M. 2014, « Testo e contesti. La grande Rhetra e le procedure spartane di ammissione alla cittadinanza », IncidAntico 12, p. 9‑41.

Meyer E. 1925, Geschichte des Altertums. Fünfter Band. Das Perserreich und die Griechen : der Ausgang der griechischen Geschichte, 404‑350 v. Chr., Stuttgart.

Moggi M. 1976, I sinecismi interstatali Greci, Pisa.

Moggi M. 2007, « La polis e le altre forme di organizzazione politico-territoriali : formazione e sviluppi », in M. Giangiulio (éd.), Storia d’Europa e del Mediterraneo. Il Mondo Antico. Sezione II, La Grecia. Volume III, Grecia e Mediterraneo dall’VIII sec. a.C. all’età delle guerre persiane, Rome, p. 93‑130.

Morgan C. 2003, Early Greek States beyond the polis, Londres-New York.

Mugler C. 1951, « Sur la méthode de Thucydide », Bulletin de l’Association Guillaume Budé 10, p. 20‑51.

Nafissi M. 1991, La nascita del Kosmos. Studi sulla storia e la società di Sparta, Perouse.

Nafissi M. 2009, « Sparta », in K.A. Raaflaub, H. van Wees (éd.), A companion to archaic Greece, Chichester-Malden (MA), p. 117‑137.

Padgug R.A. 1972, « Eleusis and the Union of Attika », GRBS 13, p. 135‑150.

Pareti L. 1910, « Le tribù personali e le tribù locali a Sparta », RAL 19, p. 455‑473.

Pareti L. 1917, Storia di Sparta arcaica, Parte I, Dalle origini alla conquista spartana della Messenia, Firenze.

Pettersson M. 1992, Cults of Apollo at Sparta. The Hyakinthia, the Gymnopaidiai and the Karneia, Stockholm.

Raftopoulou S. 1992, « Ανασκαφικές Εργασίες. Νομός Λακονίας. Σπάρτη », A. Deltion 47 B’, p. 102‑110.

Raftopoulou S. 1997, « Ταφές τῆς Εποχῆς τοῦ Σιδήρου στή Σπάρτη », Πρακτικά του ΕΔιεθνοῦς Συνεδρίου Πελοποννησιακῶν Σπουδῶν (Argos-Nauplio 6‑10 Sett. 1995), Πελοποννησιακά, Παράρτημα 22 (1996‑1997), vol. B’, p. 272‑282.

Raftopoulou S. 1998, « New Finds from Sparta », in W.G. Cavanagh, S.E.C. Walker (éd.), Sparta in Laconia. Proceedings of the 19th British Museum Classical Colloquium, London 6‑8 December 1995, ABSA Studies 4, Londres, p. 125‑140.

Raftopoulou S. 2001, « Contributo alla topografia di Sparta durante l’età geometrica ed arcaica », Taranto e il Mediterraneo. Atti del 41° Convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto 12‑16 ottobre 2001, Tarente, p. 25‑42.

Romilly J. de 2012, The mind of Thucydides, Ithaca.

Sakka N. 2008, « The excavation of the Ancient Agora of Athens : the politics of commissioning and managing the project », in D. Damaskos, D. Plantzos (éd.), A Singular Antiquity. Archaeology and Hellenic identity in twentieth-century Greece, Mouseio Benaki 3rd Suppl., Athènes, p. 111‑124.

Salomon N. 2001, « Tucidide », in M. Bettalli (éd.), Introduzione alla storiografia greca, Rome, p. 69‑89.

Saussurre F. de 1970, Introduzione al secondo corso di linguistica generale, Rome.

Schnapp A. 1996, « Città e campagna. L’immagine della “polis” da Omero all’età classica », in S. Settis (éd.), I Greci. Storia, cultura arte e società, vol. I, Turin, p. 117‑163.

Shipley G. 1997, « The other Lakedaimonians : the dependent perioikic poleis of Laconia and Messenia », The polis as an urban centre and as a political community. Symposium August 29‑31, 1996, ACPCActs 4, Copenhague, p. 189‑281.

Steinhauer G. 1972, « Ανασκαφαί Σπάρτη. ᾽Αποστραγγιστικός χάνδαξ παρά τήν γέφυραν τοῦ Εὐρώτα », A. Deltion 27 B’, p. 242‑246.

Stewart D.R. 2013, « “Most Worth Remembering”. Pausanias, Analogy, and Classical Archaeology », Hesperia 82, p. 231‑261.

Themos A. 1996, « 4. Οδός Στάουφερτ 12 (Ο.Τ. 98, οικόπεδο Ζαχαράκη) ; 5. Οδός Γιτιάδα (Ο.Τ. 97Α, οικόπεδο Παν. Ντάρμου) ; 6. Συμβολή των οδών Μυκηνών και Γιτιάδα (Ο.Τ. 97Α, οικόπεδο Δημ. Μάρκου) ; 7. Οδός Λητούς 27 (Ο.Τ. 103, οικόπεδο Κων. Ντάρμου) ; 8. Οδός Λεωνίδου 105 (Ο.Τ. 17, οικόπεδο Π. Μανωλό- πουλου) », A. Deltion 51 B’, p. 105‑107.

Themos A. 1997, « 11. Οδός Γιτιάδα (Ο.Τ. 97, οικόπεδο Π. Ντάρμου) », A. Deltion 52 B’, p. 167‑169.

Themos A. 1999, « 12. Οδός Στάυφερτ 12 (Ο.Τ. 98, οικόπεδο Ι. Ζαχαρἀκη) », A. Deltion 54 B’, p. 168‑171.

Thomas C.G. 1982, « Theseus and Synoicism », SMEA 23, p. 337‑349.

Thommen L. 1996, Lakedaimonion Politeia : Die Entstehung der spartanischen Verfassung, Stuttgart.

Tosti V. 2011, « Una riflessione sui culti eroici nella Sparta katà komas. L’edificio con banchina di odos Staufert », ASAA 89, serie III, 11, tomo 1, p. 95‑108.

Tosti V. 2017, « La nascita di Sparta : per una revisione critica degli indicatori archeologici », in Dialoghi sull’Archeologia della Magna Grecia e del Mediterraneo. Rassegna annuale di studi, ricerche e notizie di scoperte promossa dalla Fondazione Paestum, 7‑9 settembre 2016, Paestum, p. 193‑206.

Wace A.J.B. 1906, « Excavations at Sparta, 1906. The City Wall », BSA 12, p. 284‑288.

Wace A.J.B. 1907, « Excavations at Sparta, 1907. The City Wall », BSA 13, p. 5‑16.

Wade-Gery H.T. 1944, « The Spartan Rhetra in Plutarch, Lycurgus VI C. What is the Rhetra ? », CQ 38, p. 115‑126.

Wees H. van 1999, « Tyrtaeus’ Eunomia : nothing to do with the great rhetra », in S. Hodkinson, A. Powell (éd.), Sparta : New Perspectives, Londres, p. 1‑42.

Zavvou E. 1997, « 1. Οδός Στάουφερτ 5 (Ο.Τ. 97, οικόπεδο Λ. και Μ. Κάρελα) ; 2. Οδός Γιτιάδα 14 (Ο.Τ. 104, οικόπεδο Ιω. Γρουμπού) ; 3. Οδός Τριακοσίων 92 (Ο.Τ. 125, οικόπεδο Κ. Παπαδό- πουλου) », A. Deltion 52 B’, p. 160‑162.

Zavvou E., Themos A. 2009, « Sparta from Prehistoric to Early Christian times : observations from the exacavations of 1994‑2005 », in W.G. Cavanagh, Ch. Gallo, M. Georgiadis (éd.), Sparta and Laconia : from prehistory to pre-modern. Proceedings of Conference held in Sparta, organised by the British School at Athens, the University of Nottingham, the 5th Ephoreia of prehistoric and Classical Antiquities and the 5th Ephoreia of Byzantine Antiquities 17‑20 March 2005, ABSA 16, Londres, p. 105‑122.

Notes

1 Λακεδαιμονίων γὰρ εἰ ἡ πόλις ἐρημωθείη, λειφθείη δὲ τά τε ἱερὰ καὶ τῆς κατασκευῆς τὰ ἐδάφη, πολλὴν ἂν οἶμαι ἀπιστίαν τῆς δυνάμεως προελθόντος πολλοῦ χρόνου τοῖς ἔπειτα πρὸς τὸ κλέος αὐτῶν εἶναι (καίτοι Πελοποννήσου τῶν πέντε τὰς δύο μοίρας νέμονται τῆς τε ξυμπάσης ἡγοῦνται καὶ τῶν ἔξω ξυμμάχων πολλῶν· ὅμως δὲ, οὔτε ξυνοικισθείσης πόλεως οὔτε ἱεροῖς καὶ κατασκευαῖς πολυτελέσι χρησαμένης, κατὰ κώμας δὲ τῷ παλαιῷ τῆς Ἑλλάδος τρόπῳ οἰκισθείσης, φαίνοιτ’ ἂν ὑποδεεστέρα, Ἀθηναίων δὲ τὸ αὐτὸ τοῦτο παθόντων διπλασίαν ἂν τὴν δύναμιν εἰκάζεσθαι ἀπὸ τῆς ὄψεως τῆς πόλεως ἢ ἔστιν.

2 Greco 2016, p. 73.

3 C’est justement cette fiabilité aveugle à l’œuvre de l’historien, souvent adoptée par les savants, a inévitablement empêché une mise en question, par ailleurs nécessaire à l’interprétation des faits. Cf. Fabbri 2009. Il existe une très riche bibliographie sur ce sujet, dont nous ne citons que quelques références sélectionnées, en plus de celles déjà citées : Mugler 1951, p. 20‑51 ; de Romilly 2012.

4 Pindare, Olympiques 6, 28‑31 ; Théognis, Poèmes élégiaques 1, 785.

5 Hérodote, I, 196, 1 : « Dans chaque bourg, une fois par an, avait lieu cette cérémonie. On réunissait toutes les jeunes filles qui, cette année-là, étaient en âge de se marier, et on les introduisait ensemble en un même lieu ; autour d’elles se tenait debout une foule d’hommes » (trad. Legrand 1970), Κατὰ κώμας ἑκάστας ἅπαξ τοῦ ἔτεος ἑκάστου ἐποιέετο τάδε. ῞Οσαι αἰεὶ παρθένοι γινοίατο γάμων ὡραῖαι, ταύτας ὅκως συναγάγοιεν πάσας, ἐς ἓν χωρίον ἐσάγεσκον ἁλέας, πέριξ δὲ αὐτὰς ἵστατο ὅμιλος ἀνδρῶν.

6 Hérodote, II, 48, 7 : Αντὶ δὲ ϕαλλῶν ἄλλα σϕί ἐστι ἐξευρημένα, ὅσον τε πηχυαῖα ἀγάλματα νευρόσπαστα, τὰ περιϕορέουσι κατὰ κώμας γυναῖκες, νεῦον τὸ αἰδοῖον, οὐ πολλῷ τεῳ ἔλασσον ἐὸν τοῦ ἄλλου σώματος. « Mais, au lieu de phallus, ils ont imaginé autre chose : des statuettes articulées, d’une coudée environ, que l’on fait mouvoir avec des cordes, et dont le membre viril, lequel n’est guère moins long que le reste du corps, s’agite ; les femmes promènent ces statuettes dans les bourgs ; un joueur de flûte va devant » (trad. Legrand 1972).

7 Sur le sujet de la Grande Rhètra, fondement constitutionnel de l’État spartiate, voir entre autres Pettersson 1992, p. 112‑116 ; Nafissi 2009, p. 127 ; Thommen 1996 ; Finley 1968 ; Hodkinson 2000, p. 3‑4 ; Lupi 2007, p. 371‑374 ; Lupi 2005, p. 210‑213 ; van Wees 1999.

8 Ce phénomène précoce d’institutionnalisation démontre que le synœcisme d’une cité est un synœcisme politique, à ne pas confondre avec l’urbanisation (synœcisme en termes de fusion politique et non résidentielle), comme l’a depuis longtemps précisé Greco 1994 et encore avant Greco et Torelli 1983. Le processus de formation de la polis est, comme le souligne Moggi 2007, p. 111, aussi un processus d’organisation entre des groupes humains, dans lequel la formation de l’organisation d’État ne coïncide pas nécessairement avec la structuration urbanistique. Voir aussi Davies 1997, p. 29‑30.

9 Thucydide, I, 5, 1 : Kαὶ προσπίπτοντες πόλεσιν ἀτειχίστοις καὶ κατὰ κώμας οἰκουμέναις ἥρπαζον καὶ τὸν πλεῖστον τοῦ βίου ἐντεῦθεν ἐποιοῦντο. « Ils tombaient sur des populations dépourvues de remparts et vivant par bourgades, se livraient au pillage et tiraient de là le plus clair de leurs ressources » (trad. Roussel 2000).

10 Thucydide, III, 94, 4 : Tὸ γὰρ ἔθνος μέγα μὲν εἶναι τὸ τῶν Αἰτωλῶν καὶ μάχιμον, οἰκοῦν δὲ κατὰ κώμας ἀτειχίστους, καὶ ταύτας διὰ πολλοῦ, καὶ σκευῇ ψιλῇ χρώμενον οὐ χαλεπὸν ἀπέϕαινον, πρὶν ξυμβοηθῆσαι, καταστραϕῆναι. « Les Aitoliens formaient sans doute une nation considérable et belliqueuse, mais la population vivait dispersée en bourgades dépourvues de défenses et fort éloignées les unes des autres ; leurs hommes n’avaient que des armes légères et il serait facile de briser leur résistance avant qu’ils n’eussent réuni leurs forces » (trad. Roussel 2000).

11 Thucydide veut donner l’impression d’écrire avec une rigueur, une impartialité et une objectivité plus grandes que ses prédécesseurs et en particulier Hérodote, tout en effectuant une sélection et un examen critique des sources qu’il utilise (voir Thucydide, I, 22).

12 Ἐπὶ γὰρ Κέκροπος καὶ τῶν πρώτων βασιλέων ἡ ‘Αττικὴ ἐς Θησέα αἰεὶ κατὰ πόλεις ᾠκεῖτο πρυτανεῖά τε ἐχούσας καὶ ἄρχοντας, καὶ ὁπότε μή τι δείσειαν, οὐ ξυνῇσαν βουλευσόμενοι ὡς τὸν βασιλέα.

13 Selon Gomme 1956, polis a ici une signification aussi bien politique que spatiale.

14 À partir de ce que Thucydide affirme dans ce passage mais aussi dans d’autres digressions consacrées au synœcisme, il est évident que l’unification de l’Attique attribuée à Thésée fut essentiellement une opération politique, qui ne comporte pas de modifications liées à la structure démographique et urbanistique de la région. Voir Greco 2016. Le fait que l’unité de l’Attique n’ait pas été réalisée en un seul acte et en un seul moment est à souligner : en effet, cette unité fut le résultat d’un long processus caractérisé par des phases alternées de luttes et de compromis, au moyen desquels Athènes parvint petit à petit à intégrer politiquement tous les autres centres attiques.

15 Τῇ τε οὖν ἐπὶ πολὺ κατὰ τὴν χώραν αὐτονόμῳ οἰκήσει μετεῖχον οἱ ‘Αθηναῖοι.

16 Ἐβαρύνοντο δὲ καὶ χαλεπῶς ἔϕερον οἰκίας τε καταλείποντες καὶ ἱερὰ ἃ διὰ παντὸς ἦν αὐτοῖς ἐκ τῆς κατὰ τὸ ἀρχαῖον πολιτείας πάτρια δίαιτάν τε μέλλοντες μεταβάλλειν καὶ οὐδὲν ἄλλο ἢ πόλιν τὴν αὑτοῦ ἀπολείπων ἕκαστος.

17 Isocrate, Helenae encomium X, 35 : dans cet excursus l’orateur rappelle le synœcisme des villages (komai) qui étaient éparpillés en Attique. Cf. Giuliani 1998, p. 25‑46. Dans l’Aréopagitique, 46, 3 en parlant des origines de la cité athénienne, Isocrate mentionne qu’elle fut divisée en komai et la chôra en dèmes. Voir aussi Cicéron, Traité des lois II, 5 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique IV, 61, 8 ; Plutarque Thésée 24, 1 ; Valère Maxime, Faits et dits mémorables V, 3, 3.

18 Parmi eux Padgug 1972 ; Thomas 1982.

19 Cf. par exemple Calame 1996 ; Moggi 1976, p. 44‑81 ; Hölscher 1991, p. 358 ; Coldstream 1977, p. 71‑72.

20 Fantasia 2003.

21 Par exemple dans Xénophon, Helléniques II, 3, 8, 1 ; IV, 4, 1, 1 ; VI, 3, 19, 3 ; VI, 5, 1, 2.

22 Xénophon, Helléniques V, 2, 5 (Les Mantinéens après avoir été battus par les Spartiates, virent s’imposer le dioikèsmos, c’est-à-dire la division en 4 komai, rétablissant la situation antérieure au ve s. : Bearzot 2004) ; Platon, Les Lois 794 a4 ; Aristote, Politique 1261a 28 ; Polybe, Histoires II, 17, 9 ; Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique II, 28, 7 ; XV, 72, 4 ; XIX, 37, 2 ; Pausanias, VIII, 8, 9.

23 En général, sur la komè, Hansen 1995 ; Hansen 1998, p. 25‑30 ; Donlan et Thomas 1993. En particulier sur les komai à Sparte, sur leur nombre et leur distribution, en plus de leur nature, Shipley 1997, p. 195‑196.

24 Quand Thucydide (II, 14‑15) et Aristote (Politique 1305) confirment que la komè représente la manière antique – l’archaios tropos – d’habiter l’Hellade, nous ne devons pas oublier, selon ce qu’affirme Greco 2016, p. 73, que « questi autori hanno sotto gli occhi un ben diverso modello di città e che non trovano niente di meglio della kome per indicare il tipo di insediamento non corrispondente alla città del loro tempo ».

25 Daverio Rocchi 1983, p. 53‑56. Plus récemment les formations politico-institutionnelles différentes de la polis ont davantage été l’objet d’études et n’ont plus été considérées comme des entités de second ordre ou comme une sorte de réalisation inachevée et imparfaite au regard de la forme d’État qui était la plus diffusée et qui, étant pensée comme la mieux ordonnée et la plus élaborée, était considérée comme le modèle servant de référence pour le jugement des autres. Voir Morgan 2003.

26 Les études sur la polis du Copenhagen Polis Center et l’élaboration de la Lex Hanfiensis de civitate n’ont pas clarifié la nature et le rôle de la polis kata komas, qui ne rentrerait pas dans la classification rigide et mécanique de cité comme réalité urbaine et réalité politique (Hansen 1997a, p. 15‑20 ; voir aussi Hansen 1998 et 2004). La fragmentation urbaine de la cité de Sparte a été expliquée à travers le phénomène de la conurbation, concept élaboré en 1915 par P. Geddes, qui a exposé avec précision les transformations du rapport traditionnel ville-campagne, à partir de l’étude de la carte démographique de Londres. Cette explication ne tient pas compte de l’éloignement géographique du cinquième village d’Amyclées, à 5 km au sud de Sparte, et envisage donc une cité constituée de 4 villages proches les uns des autres.

27 Stewart 2013, p. 239.

28 Ce n’est pas l’unique raison de l’intérêt scientifique faible et inadéquat porté à l’archéologie de la polis de Sparte. Certaines de ces causes sont à rechercher dans les choix « politiques » et « idéologiques » des premières écoles archéologiques étrangères en Grèce sur la constitution de zones d’influence et d’un partage du « gâteau archéologique ». Sur ce sujet, Hodkinson 2010 ; Hodkinson et Morris (éd.) 2012 ; Sakka 2008.

29 Tosti 2017 sur la naissance de la polis des Lacédémoniens à travers l’analyse des données archéologiques à partir de l’âge du Bronze tardif jusqu’à la période géométrique, avec une attention particulière aux formes de continuité et de discontinuité spatiales.

30 La construction des murs de fortification s’est effectuée lors de phases différentes du début du iiie s. av. J.‑C. au iie s. av. J.‑C. : la datation, malheureusement, se fonde plus sur des informations tirées des sources littéraires (Tite-Live, XXXIV, 27, 1‑2, 10 ; XXXIV, 28, 2, 6, 8‑9, 12 ; XXXIV, 37, 8 ; XXXIV, 38, 1‑2, 5 ; XXXIV, 39, 1 ; XXXVIII, 34, 4 ; XXXIX, 37, 1‑5 ; Justinus, XIV, 5, 4‑7 ; Pausanias, I, 13, 6 ; VII, 8, 5 ; VII, 9, 5 ; III, 12, 8) que sur des données stratigraphiques. Les fondations des parties de murs de fortification découvertes sont constituées d’un soubassement en blocs de calcaire large de 2,50 à 3 m, tandis que l’élévation, qui a disparu, était constituée de briques de terre crue, couverte de tuiles, retrouvées en grande quantité dans différents points de la cité (Wace 1906, p. 284‑288, pl. 7 ; Wace 1907, p. 5‑16, pl. 1 ; Steinhauer 1972, p. 242‑246, fig. 178 a-d ; Kourinou 2000, p. 35‑62). Seulement quelques parties du mur de fortification ont été mises au jour, et la grande partie l’a été grâce au travail archéologique et topographique de l’équipe de la British School at Athens, qui a pu vérifier l’information donnée par Polybe sur leur longueur correspondant à 48 stades (Histoires IX, 22, 11) à travers une reconstruction hypothétique du parcours avec l’utilisation de tuiles portant des inscriptions qui, en plus de constituer des indicateurs chronologiques fiables, sont aussi d’excellents indicateurs topographiques du parcours et du développement des murs de fortification là où elles n’ont pas été conservées. Sur les inscriptions des tuiles des murs de Sparte : IG V, 1, 885, 887, 889, 890, 892, 893, 917.

31 Il faut préciser que ce n’est que depuis 1995 que la Ve Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques dispose du contrôle total de toute la zone archéologique de Sparte, jusque-là limitée au secteur au nord de l’odos Dioskourou, c’est-à-dire autour de la colline de l’Acropole et de la plaine de l’agora. Cela a entraîné la perte de nombreuses et importantes informations archéologiques et explique la forte disproportion de la documentation archéologique, concentrée dans la partie nord de la polis.

32 Dans la même aire funéraire, deux autres tombes d’époques plus récentes ont été creusées, témoignant ainsi d’une continuité dans l’utilisation des espaces. Voir Zavvou 1997, p. 160‑162, pl. 2, fig71 sa.

33 Zavvou 1997, p. 160‑163, pl. 2, fig71 g-e ; Raftopoulou 1997, p. 272 ; Raftopoulou 1998, p. 133, fig12.14. Toutes les tombes étaient placées sur une couche rocheuse, couvertes de riches couches protogéométriques et probablement, au moins trois d’entre elles, particulièrement rapprochées et couvertes par le même tumulus, faisaient partie d’une petite nécropole familiale. Elles attestent toutes le rituel funéraire en usage à l’époque protogéométrique à Sparte : le défunt était recroquevillé, sans offrande, une pierre sous le crâne en guise de coussin et d’autres pierres placées tout le long du dos (Raftopoulou 1998 et 2001).

34 On distingue des fragments de canthares décorés de files de losanges ou de lignes brisées ; des fragments de coupes ; une partie d’un cotyle tardo-géométrique décoré au-dessous du rebord d’une frise continue qui court le long de toute la circonférence, avec à l’intérieur la représentation stylisée d’une file d’oiseaux, tandis que le corps du vase est caractérisé par deux métopes plus petites, dont l’intérieur est enrichi d’un motif en zigzag ; une partie d’une lékané avec une décoration à triple ligne ondulée dans la métope centrale ; un petit lécythe fragmentaire de la période orientalisante ; des canthares miniatures.

35 Raftopoulou 1992, p. 105 (terrain Laskari).

36 Themos 1996, p. 105‑106 ; Themos 1997, p. 167‑169, pl. 4, fig. 73 b-6 ; Zavvou et Themos 2009, p. 111, fig. 11‑12, p. 117.

37 Themos 1996, p. 105‑107 ; Themos 1997, p. 167‑169, pl. 4, fig. 73 b-6 ; Zavvou et Themos 2009, p. 111, fig. 11‑12, p. 117.

38 Vases miniatures (hydries, coupes, skyphoi), fragments d’acrotère, un perirrhanterion archaïque réemployé à l’intérieur d’un mur : Themos 1999, p. 168‑171, pl. 14, fig. 15‑17 ; Themos 1996, p. 105 ; Zavvou et Themos 2009, p. 113.

39 Raftopoulou 1992, p. 105 (terrain N. Patista).

40 À Sparte, le monde des vivants et celui des morts, même s’ils sont séparés, sont en contact physique et spirituel, parce que la proximité physique avec le τύμβος des aïeux contribuait à maintenir un lien très fort avec les noyaux familiaux et à en garder la mémoire : Nafissi 1991, p. 327 selon lequel, contrairement à ce qui se passe à Athènes, la proximité de ces deux mondes, celui des vivants et celui des morts à Sparte, rendait les vivants ἐν ἀνθρώποις ἀρίσημοι avec la lumière du κλέος des aïeux (Tyrtée, Élégies 12).

41 Flouris 1996, p. 123‑125, pl. 11, fig. 44 b ; Zavvou-Themos 2009, p. 116 ; Tosti 2011.

42 Lombardo 1999.

43 Le modèle des cinq villages spartiates est déjà élaboré à la fin du xviiie s. avec l’abbé Jean-Jacques Barthélemy (Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, 1788) et il se fige en un modèle interprétatif rigide à travers les réflexions de Pareti 1910 et 1917, p. 173‑187. La forme urbaine de Sparte est devenue une orthodoxie à la suite des travaux d’Ehrenberg 1937 et Wade-Gery 1944, se fixant définitivement en un schéma interprétatif dont elle n’a plus réussi à se défaire. Pour un approfondissement sur la naissance et le développement de ce modèle des cinq villages de Sparte, voir Lupi 2006 et 2014.

44 Lupi 2007, 2005, 2006.

45 Pausanias, III, 16, 9 parle de l’étiologie du rite de diamastigosis dans le sanctuaire d’Artémis Orthia ; IG V, 1, 1674‑1688 ; différentes inscriptions font référence aux sphareis et à leurs courses du ier-iie s., ou encore du début du iiie s. ap. J.-C.

46 Lupi 2006, p. 204‑207. Pitane est aussi l’unique village dont on connaît la position pour la découverte de tuiles avec l’inscription « PITANATAN » dans la colline de Kokkinaki au nord-ouest de la colline de l’Acropole (IG V, 1, 917), datées du iiie s. av. J.-C. La position de Pitane est confirmée par Pausanias, III, 14, 2.

47 En excluant la distance « exceptionnelle » du cinquième village, Amyclées, à environ 5 km au sud de Sparte, le modèle des quatre villages spartiates, accepté de manière conventionnelle et encore aujourd’hui dominant, les positionnerait à l’intérieur des murs de fortification hellénistico-romains. L’image d’une cité habitée kata komas ne semblerait pas correspondre à celle qui émerge de ce modèle, avec la population des quatre villages confinée à l’intérieur d’un espace de 666 hectares, définis par les remparts hellénistiques. À propos des données démographiques de la cité de Sparte de l’époque classique, voir Hansen 2009, p. 393‑396 ; Cavanagh et al. 2002, p. 200‑211 ; Hodkinson 2000, p. 399‑400 et Cawkwell 2002, p. 236‑250. Lupi 2006, p. 203‑204 à travers l’utilisation de données démographiques a pu établir que la population devait être étendue sur une surface beaucoup plus grande que celle qui a été délimitée par la fortification hellénistique entourant un espace de 666 hectares.

48 Dans les pages précédentes, nous avons tenté de démontrer la possibilité de l’utilisation de données archéologiques publiées pour repenser le modèle de cité kata komas spartiate. L’aire étudiée, bien qu’elle soit l’une des mieux documentées, est restreinte et ne veut pas être exemplaire de la façon dont est organisé l’espace de la cité archaïco-classique dans sa totalité, à laquelle une future publication monographique sera consacrée.

49 Tosti 2011.

50 Schnapp 1996, p. 122. Voir aussi Lombardo 1999.

51 Voir n. 30.

52 Sur le rôle de Sparte dans le développement institutionnel de la polis en Grèce, voir Cartledge 2001.

53 Greco 1994, p. 598, rappelle que Périclès convainquit les Athéniens d’abandonner les campagnes et de quitter leurs villages, où leurs familles avaient vécu pendant des siècles, à la manière antique de l’Hellade.

54 Voir n. 4‑6. Le monde représenté par Hésiode dans les Erga est celui d’une grécité archaïque qui vivait dans des villages épars, qui se consacrait presque uniquement aux travaux agricoles et qui, dans sa dimension quotidienne, faisait abstraction de l’existence de la polis comme entité politique (De Sensi Sestito 1990) : le contexte humain et familial d’Hésiode est celui du village sans que cette réalité soit accompagnée d’une définition linguistique.

55 Gramsci 1975. Le caractère intrinsèquement historique de la parole, telle que l’a définie Derwing 1979 à la suite des études de Saussurre 1970, p. 44, appartient dans le cas de la définition kata komas à une réalité historique d’un observateur externe et différent de son utilisateur qui reconnaît immédiatement la différence monumentale et topographique entre sa cité, Athènes, et Sparte son ennemie. Par d’autres approches on peut également aborder le sujet et étudier les aspects linguistiques de la puissance des définitions urbanistiques.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de Sparte moderne avec la division en îlot et les vestiges monumentaux sur l’Acropole (d’après Zavvou et Themos 2009, fig. 11.2).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Fig. 2 – Tombe protogéométrique dans l’îlot 97 (d’après Raftopoulou 1998, fig. 12.14).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 3 – Constructions en pierre appartenant à des habitations dans l’îlot 97A (d’après A. Deltion 52, fig. 73.6).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9352/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4 – Lieu de culte héroïque, rue Staufert (d’après A. Deltion 51, fig. 11).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9352/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search