Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Composantes et composition de l’espace urbain

Nommer les lieux et se repérer dans la ville : exemples en Carie et en Ionie hellénistiques

Gabrièle Larguinat‑Turbatte

Texte intégral

  • 1 Les sanctuaires, exclus de la présente étude, sont très simplement nommés d’après la ou les divini (...)

1Dans des régions où les références à l’espace urbain sont rares dans les sources littéraires, il est indispensable de se tourner vers la documentation épigraphique pour essayer de saisir certaines des manières de voir et de vivre la ville des Grecs. Sans surprise, comme aujourd’hui, certains bâtiments recevaient un nom destiné à les identifier et à les différencier parmi d’autres, mais qui reste le plus souvent inconnu1. En Ionie et en Carie, c’est essentiellement à partir de l’époque hellénistique que les inscriptions permettent de savoir comment les habitants nommaient certains édifices, et comment ils se repéraient. En questionnant le sens de ces noms, ainsi que les raisons qui peuvent expliquer l’absence de nom pour certains lieux ou bâtiments, il est possible de percevoir les espaces et les lieux structurants dans la ville, et de saisir quelques-unes des représentations des Grecs. Cette approche est aussi l’occasion d’aborder des phénomènes qui ne constituent pas en eux-mêmes une complète nouveauté dans ces régions, mais dont la généralisation est caractéristique de l’Asie Mineure hellénistique, comme la diffusion de la pratique épigraphique, l’importante activité de construction ou encore l’évergétisme.

  • 2 Claval 2012.
  • 3  Ripoll et Veschambre 2006, p. 229, p. 300 ; Di Meo 2009, p. 29.
  • 4 Car il n’est pas de lieu possible sans un nom correspondant (Taverdet 2007, p. 9).

2Ces questions peuvent être éclairées par certains concepts et notions de la géographie culturelle et sociale, mettant notamment en évidence l’importance du processus de nomination : en baptisant un édifice, les habitants le rendent unique et le transforment en objet de discours2. Ils se l’approprient et il devient un élément de leur identité qu’il contribue aussi à renforcer3. D’autre part, l’apparition d’un mot dans les inscriptions semble coïncider avec l’identification du bâtiment correspondant, dans l’espace urbain, avec sa naissance officielle en quelque sorte, par l’imposition d’un nom4.

3L’étude des noms de lieu est d’abord révélatrice des transformations des espaces urbains à l’époque hellénistique. La réflexion sur le processus de nomination permettra ensuite de mettre en évidence les différents types de noms d’édifices. Enfin, les façons de se repérer dans la ville révèlent les modes de structuration de l’espace urbain, tant dans sa dimension matérielle que par le discours.

Nommer les lieux et se repérer dans des espaces urbains en pleine transformation

  • 5 Sauf précision contraire, toutes les dates sont avant notre ère.
  • 6 Gauthier 1984, p. 79.
  • 7 Ma 2000, p. 95.
  • 8 L. Robert qualifiait ce phénomène de « prolifération cancéreuse » à partir du ive s. : Robert 1961 (...)

4L’époque hellénistique est le moment où de nombreux noms de bâtiment ou de lieu apparaissent dans les inscriptions d’Ionie et de Carie, ce qui correspond au grand mouvement de transformation que connaissent les paysages urbains durant ces siècles. Les textes révèlent la grande activité de construction entamée essentiellement à partir de la fin du ive s.5. Les types de bâtiments ou d’espaces urbains mentionnés dans les textes (avec ou sans nom spécifique) sont très divers : éléments liés au culte (sanctuaire, temple, autel), espaces politiques (prytanée, dikastèrion, archeion, ekklesiastèrion, stratègeion, bouleutèrion), éléments défensifs (enceinte urbaine, tours, portes), constructions artisanales et commerciales (ergastèrion), bâtiments et espaces polyvalents (stoa, agora), lieux d’activités culturelles et civiques (théâtre, gymnase), aménagements hydrauliques (fontaine, canalisation) ou encore voirie et éléments d’urbanisme (rues, quartiers). Tout cela est-il le signe de l’apparition de ces monuments dans la ville, ou simplement un effet de sources, lié à une généralisation de la pratique épigraphique ? En dépit de la rareté des études sur le sujet, il est clair que cette pratique connaît un développement considérable à cette époque. L’augmentation du nombre d’inscriptions hors d’Athènes est avérée après les années 350‑3306, et en Asie Mineure particulièrement à partir de la fin du ive s.7. L’apparition des bâtiments dans les inscriptions est donc en partie liée à l’habitude de davantage graver sur la pierre les décisions de la cité, surtout avec la multiplication des inscriptions honorifiques8. Et comme ces dernières font souvent référence à des honneurs prenant place dans un bâtiment civique, ou au bâtiment sur lequel elles doivent être gravées, il y a mécaniquement une multiplication du nombre d’occurrences. Toutefois, cela ne peut suffire à expliquer ce contraste avec l’époque classique. En effet, l’archéologie montre que de nombreux bâtiments sont construits à partir de l’époque hellénistique. Il y a donc convergence entre les sources épigraphiques et archéologiques, et l’explosion du nombre de constructions peut être considérée comme réelle.

  • 9 Il s’agit de la plus ancienne mention d’un bouleutèrion à Téos, au iiie s. : SEG 26, 1976‑1977, 13 (...)
  • 10 Milet I, 3, n° 149, l. 12 (iie s.).
  • 11 SEG 51, 1506, l. 6‑9. Sur le sens des mots parastade et parathurides, voir Hellmann 1992, p. 163 ; (...)
  • 12 Comme le montrent R. Fabiani et à sa suite Ph. Gauthier, il a été nécessaire de préciser que le dé (...)

5C’est vers la même époque (à partir du iiie s.) que certains des lieux destinés à recevoir des activités politiques sont nommés, ce qui signifie qu’ils sont désormais clairement identifiés comme tels. Ces noms sont dépourvus de tout qualificatif, car ils désignent des édifices uniques. Ainsi, un certain nombre de clauses de gravure prescrit de placer le décret dans le bâtiment politique ou à proximité. Comme il n’y a pas de confusion possible, les rares précisions qui accompagnent le nom des bâtiments concernés sont des plus succinctes : à Téos, la clause de gravure comporte seulement la formule ἀναγράψαι τοὺς | τιμούχους εἰς [λ]εύκω[μα καὶ κα]τ[αθεῖναι] ἐς τὸ βουλευτήριον (« que les timouques fassent transcrire [ces listes] sur une tablette (ou des tablettes) et la fassent placer dans le bouleutèrion »)9. À Milet, le décret décidant de la sympolitie entre la cité et Pidasa prévoit que les noms des nouveaux citoyens seront simplement gravés « au bouleutèrion »10. Exceptionnellement, les rédacteurs ont jugé bon de préciser davantage le lieu où doit être gravée telle décision de la cité. Ainsi, un décret d’Iasos du iiie s. décide que la copie d’un décret athénien de la fin du ive ou du début du iiie s. sera placée ἐπὶ μιᾶς παρα|[στ]άδος τῶν παραθ[υ|ρ]ί̣̣δων τῶν τοῦ ἀρχε̣[ί|ου] τοῦ προστατικο̣[ῦ] (« sur un montant des portes (ou des fenêtres) de l’archeion prostaticon »)11, lieu dont l’interprétation n’est d’ailleurs pas assurée12.

  • 13 IKnidos 221, l. 34 et 37.
  • 14 Car il abrite l’autel d’Hestia Boulaia (Appien, Mithr. 23). Sur cet épisode : Bresson 2002, p. 156 (...)

6Ces espaces politiques sont aussi bien connus des étrangers amenés à se rendre dans une ville. Le dikastèrion de Cnide est mentionné dans une inscription datée de ca 30013, au sujet d’une affaire qui doit y être jugée, concernant des citoyens de Cos et Calymna amenés à se rendre dans la ville. Ces étrangers doivent être capables de localiser l’édifice, probablement grâce à l’aide des Cnidiens. À Caunos en 88, lors du massacre des Italiens survenu au cours des guerres mithridatiques, les Italiens présents dans la ville se réfugient dans le bouleutèrion en espérant échapper à la mort14. Bien qu’étant étrangers à la cité, ils savent où est ce lieu dans lequel certains d’entre eux ont pu être reçus auparavant. Ainsi, même des étrangers peuvent se repérer dans une ville qui n’est pas la leur, et sont capables d’identifier un certain nombre d’édifices abritant des activités politiques.

  • 15 La pratique s’observe tôt à Athènes, où les noms des différentes stoai de l’Agora sont bien connus (...)
  • 16 IPriene2 25 (seconde moitié du iiie s.).
  • 17 Milet II, 3, 400, l. 1.
  • 18 Kawerau et Rehm 1914, p. 141 ; Weber 2007, p. 348‑351.
  • 19 IPriene 99, l. 19 : ἐν τῶι διαϕράγματι τῆς στοᾶς τῆς βορέου : « sur la cloison de la stoa nord ».
  • 20 IPriene 113, l. 59 : ἐ[ν τ]ῆι ἱερᾶι στοᾶι τῇ ἐ[ν] τῆι ἀγορᾶι· « dans la stoa sacrée, celle de l’ag (...)
  • 21 Schede 1934, p. 107. Présence du culte de Rome probable pour l’époque impériale. Autre hypothèse, (...)

7La situation des stoai est complètement différente de ces lieux uniques dans la ville, qui n’ont pas besoin d’être distingués autrement que par le nom commun qui les désigne. D’une manière générale, ce sont en effet habituellement les stoai qui reçoivent un nom spécifique, car la multiplication des portiques rend nécessaire de les différencier15. Le plus simple est de s’appuyer sur la localisation du bâtiment, comme à Priène où une stoa est désignée comme étant « dans le sanctuaire d’Asclépios »16 (fig. 1, n° 9). À Milet, au début du iiie s., il est question de la « nouvelle stoa dans le sanctuaire d’Apollon »17. Cela fait référence à la récente construction du portique, peut-être à l’époque d’Alexandre18, et reflète parfaitement le processus de transformation de l’espace urbain, en l’occurrence de ce qui devient peu à peu le principal sanctuaire de la ville, celui d’Apollon Delphinios, situé au nord de l’agora. Certains édifices peuvent porter différents noms au fil du temps. Ainsi, à Priène, à quelques années ou décennies d’écart, la stoa occupant le côté nord de l’agora est appelée « stoa nord » (fin iie-début ier s.)19, puis « stoa sacrée » (années 80) [fig. 1, n° 5]20. Ce bâtiment, construit dans les années 130, a pu changer de nom dès lors qu’il a abrité un culte, peut-être celui de Rome ayant pris place dans l’exèdre centrale de la stoa21. Ses deux appellations différentes sont, comme l’ensemble des noms d’édifices qui viennent d’être évoqués, dépourvues de toute symbolique particulière.

Fig. 1 – Priène : plan d’ensemble (d’après Ruppe 2010, fig. 1).

Fig. 1 – Priène : plan d’ensemble (d’après Ruppe 2010, fig. 1).

Le processus de nomination

  • 22 C’est aussi ce que révèle l’étude de P. Janni sur l’usage des points cardinaux chez Pausanias (Jan (...)
  • 23 À Priène, stoa nord (supra n. 19). À Éphèse : ὅπως οὖν σταθῇ Διοδώρου ἀνδριὰς ἐν τῶι γυμνασίωι πρ[ (...)
  • 24 IMagnesia 100b, l. 20 : εἰς τὴν παραστάδα τὴν ἀπὸ δυσμῆς τῆς στοᾶς τῆς βορεί[ας] : « sur le montan (...)

8L’étude du processus de nomination reflète en effet le caractère pragmatique des Grecs : sa simplicité montre que le plus souvent ils ont donné des noms parce qu’il était nécessaire de se repérer, de distinguer un bâtiment d’un autre. L’une des façons les plus courantes de nommer les bâtiments consiste à les situer dans la ville, notamment par rapport aux points cardinaux22. Trois stoai sont désignées de la sorte, toutes au iie s., à Magnésie du Méandre, Priène et Éphèse23. Mais à Magnésie du Méandre, le terme de « stoa nord » pose problème, car l’inscription concernée a été gravée sur la stoa sud de l’agora, ce qui pourrait laisser penser que l’expression signifie en fait « qui regarde vers le nord »24.

  • 25 Janni 1988, p. 89.
  • 26 IStratonikeia 1004, l. 1 ; IStratonikeia 1531, l. 1 ; IStratonikeia 1532, l. 1‑2.
  • 27 IPriene 49 (IPriene2, 117b), l. 7‑8 : « que l’on […] le décret venant de Chios à côté de la parast (...)
  • 28 Une autre explication possible serait une division transversale de la stoa, puisque le terme diplè(...)
  • 29 IPriene 81, l. 5‑6 : décret honorifique pour trois sitophylaques honorés pour leur action concerna (...)
  • 30 Wiegand et Schrader 1904, p. 218. Les tables de pierre ne sont pas datées.
  • 31 Kawerau et Rehm 1914, n° 145 : Milet I, 3, 145, l. 32 ; IMylasa 137, l. 9 ; Colophon-sur-Mer (Gaut (...)

9Quoi qu’il en soit, ce mode d’identification paraît le plus simple pour caractériser les portiques bordant une place quadrangulaire25, orientée, comme le reste de la trame urbaine, selon les points cardinaux à Priène et Magnésie du Méandre. À Stratonicée de Carie, les tours sont quant à elles désignées grâce à un numéro. Il y est question des deuxième et troisième tours de l’enceinte urbaine, probablement comptabilisées à partir de l’une des portes de la ville26. L’originalité architecturale d’un bâtiment peut servir à le distinguer : à Priène, l’ancienne stoa nord est appelée « stoa double » dans un décret de Priène de ca 200 : ἀ[να]θ[εῖναι] δ̣[ὲ καὶ]| τ̣[ὸ ψήφισ]μα τὸ παρὰ Χίων τὸ γενόμενον πα[ρ’] α[ὐ]τ[ὴ]ν [τὴ]ν πα̣ρα̣[στά]|δα τῆς στοᾶς τῆς διπλῆς τῆς ἐν τῆι ἀγορᾶι27. Parmi les hypothèses avancées pour son agencement, le plus probable est d’envisager une séparation en matériaux périssables qui n’aurait pas laissé de traces, divisant le bâtiment en deux28. Certains espaces peuvent aussi être distingués grâce à leur fonction, comme l’« agora des céréales » à Priène29, qui pourrait correspondre à l’espace rectangulaire dépourvu de constructions occupant 480 m² à l’ouest de l’agora (fig. 1, n° 12). Il s’agirait d’un marché destiné aux produits alimentaires, où de grandes quantités d’ossements ont été découvertes, ainsi que des tables en pierre pourvues de canaux d’évacuation, pouvant servir à la découpe de la viande et du poisson30. D’autre part, quelques lieux sont identifiés par leurs usagers : les gymnases sont ainsi fréquemment désignés par les classes d’âge qui les fréquentent, comme le gymnase des néoi à Mylasa, ou la palestre des paides à Milet ou Colophon-sur-Mer31.

  • 32 Un Maussolleion est ainsi attesté à Iasos (Maddoli 2007, blocs de piédroit de la porte du Maussoll (...)
  • 33 Comme le gymnase dit « de Ptolémée » à Athènes (Ptolemaion) : SEG 21, 397 ; Cicéron, De Finibus V, (...)
  • 34 IIasos 93, l. 22‑23 (repris dans Fröhlich 2013, n° 2) : Antiocheion : ἀναγρά[ψ ?]αι δὲ τὸ ψήφισμα (...)
  • 35 L’Antiocheion pourrait avoir été construit sous Antiochos Ier ou Antiochos II (entre 281 et 227) o (...)
  • 36 SEG 41, 1003, II, blocs C/D, l. 70‑73 : κατασκευάσαι τὴγ κρήνην τὴν ἐν τῇ ἀγορᾶι καὶ ἐπιμεληθῆνα[ι (...)
  • 37 Ma 2004, p. 168.
  • 38 Isager 2004, n° 1 ; Migeotte 1984, n° 102, l. 7‑8 : τὸ ἐπι|σκευασθῆναι τὸ γυμνάσιον τὸ Φιλίππειον  (...)
  • 39 On a peut-être une situation comparable à ce qu’on observe à Athènes à la fin du iiie ou du iie s. (...)
  • 40 IPriene 108.
  • 41 IPriene 112, l. 45. Mais à cette époque il n’y a sans doute qu’un seul gymnase, car le gymnase du (...)

10Il existe à l’inverse des noms à finalité honorifique. Choisir de donner à un édifice un nom dynastique est une pratique caractéristique de l’époque hellénistique. Ce n’est pas véritablement une nouveauté, puisqu’au ive s., les rois et les dynastes hellénisés ont pu donner leur nom à un bâtiment (qu’ils n’ont pas nécessairement financé)32, mais le phénomène s’amplifie par la suite, même s’il reste limité. Les bâtiments les plus fréquents à porter des noms dynastiques sont les gymnases33, ce qui est un moyen d’installer un souverain dans la ville et de l’associer étroitement à la vie civique. À Iasos, l’Antiocheion est consacré à un roi séleucide, tandis que le Ptolemaieion est dédié à un roi lagide34. Ils ont probablement pris leur nom à l’époque de leur construction, lorsque la cité était sous domination séleucide, puis lagide35. Par la suite, les Iasiens ont conservé ces noms : le cas est sûr à propos du Ptolemaieion, dont le nom apparaît dans une inscription gravée au temps de la province romaine d’Asie, au ier s., soit entre un siècle et un siècle et demi environ après la fin de la domination lagide sur Iasos. Le nom d’origine reste employé, soit dans le souci de continuer à honorer le bienfaiteur, soit plus probablement par habitude, ce nom permettant de distinguer commodément ce gymnase d’un autre. Dans une même ville, il y aurait donc deux édifices honorant deux rois différents, et les changements de maître subis par la cité n’ont pas conduit à un changement de nom des gymnases. Les noms dynastiques féminins constituent quant à eux l’exception : à Téos, une fontaine associée au culte de Laodice est placée sur l’agora (sans doute à proximité du bouleutèrion où le roi Antiochos III reçoit lui-même un culte)36. Le décret de la fin du iiie s. précise qu’elle doit recevoir le nom de Laodice. Ce faisant, elle devient un « lieu mémorial »37, puisque les rituels qui y sont pratiqués sont autant d’occasions de se souvenir des bienfaits octroyés par la reine. Enfin, les cités ne paraissent pas vraiment avoir associé un bâtiment à un citoyen. C’est un peu surprenant dans des temps où des individus prennent une part croissante dans le financement des bâtiments publics. Le cas du Philippeion d’Halicarnasse38 pose problème : son nom fait-il référence à un roi macédonien ou à un évergète citoyen ? Il pourrait avoir été nommé ainsi en l’honneur d’un individu, bienfaiteur de la cité plutôt que donateur du bâtiment, car la construction date du iiie s., voire du ive s., ce qui est bien antérieur au temps des grands évergètes qui caractérisent plutôt le iie s.39. À Priène, au iie s. précisément, on pourrait s’étonner qu’un évergète comme Moschiôn, dont la contribution est indispensable à l’achèvement du gymnase inférieur, ne lui donne pas son nom40 : dans une inscription postérieure de quelques décennies, l’édifice est en effet seulement nommé « gymnase »41 (fig. 1, n° 20). En fait, l’absence apparente de nom de lieu associé à un citoyen particulier doit être considérée comme un signe du caractère prépondérant de la communauté par rapport aux individus.

  • 42 Sur les attestations de ce culte : J. et L. Robert, Bull. ép., 1966, 137.
  • 43 ISmyrna 613a-c.
  • 44 Portes dites d’Hermès, du Silène, d’Héraclès et de Dionysos, de Zeus et d’Héra. Pour une présentat (...)
  • 45 IIasos 62, l. 9‑11 : ἀναγράψαι δὲ τὸ ψήφισμ[α τ]οὺς | νεωποίας τοὺς ἐπ’ Ἠγύλλου ἐν τῆι παρ[αστάδι] (...)
  • 46 Laviosa 1970, p. 147 ; Fabiani 2001, p. 96.
  • 47 Pagello 2007, p. 193.
  • 48 Un lieu de culte dédié à Poséidon pourrait avoir été situé à proximité (Fabiani et Nafissi 2013, p (...)
  • 49 Elle est située dans un secteur de l’agora abritant des activités politiques, à proximité du boule (...)

11Plus courants sont les noms de dieux portés par des édifices ou espaces sans fonction religieuse particulière, comme les tours de Smyrne, toutes dotées d’un théonyme : tours d’Héraclès, des Dioscures, d’Agathè Tychè, d’Euertèria (Prospérité)42, d’Artémis ou de Létô43. Les tours sont vraisemblablement placées sous la protection d’une divinité qui pourrait y être représentée, comme sur les portes de Thasos, dont le nom antique n’est toutefois pas connu44. Il est aussi envisageable qu’un sanctuaire ait été simplement situé à proximité. À Iasos, c’est une stoa, la stoa de Poséidon, qui reçoit le nom d’un dieu45. Le bâtiment n’a pas été mis au jour, mais doit pouvoir être localisé sur le côté sud de l’agora46. On a proposé d’y voir le siège des Poseidoniastes comme à Délos, donc de lui attribuer une fonction commerciale plus que cultuelle47. Mais ce rapprochement semble abusif, et la stoa a simplement pu être consacrée à Poséidon sans que son culte y soit nécessairement rendu. Il est seulement avéré qu’aux ive-iiie s. elle sert de mur d’affichage48, et pourrait bien abriter des activités politiques49.

Réalités et représentations de la structuration de l’espace urbain

  • 50 Claval 1981, p. 453, fait ce constat au sujet de l’image de la ville donnée par les individus de n (...)

12Si le processus de nomination reflète en partie l’univers mental des habitants des villes, les noms de lieu et les édifices qui servent à se repérer permettent de confronter réalités et représentations de la structuration de l’espace urbain, afin de saisir les lieux qui comptent dans la ville en tant qu’espace réel et espace perçu. Néanmoins, l’image de la ville, nécessairement biaisée par ce que les inscriptions en donnent à voir, se limite au champ de l’espace public50.

  • 51 Sur l’apport de ces inscriptions pour la connaissance de la topographie urbaine de Stratonicée de (...)
  • 52 IStratonikeia 1531, l. 3.
  • 53 IStratonikeia 1004, l. 2.
  • 54 IStratonikeia 1004, l. 4. Sur ces sanctuaires et les raisons de leur présence à Stratonicée : Debo (...)
  • 55 En particulier lors des grandes fêtes comme celle d’Artémis Leukophryéné à Magnésie du Méandre (De (...)

13L’importance des sanctuaires dans l’espace urbain et dans la société ressort peu des inscriptions contenant un repère spatial. Toutefois les textes relatifs à l’organisation de la défense de la ville de Stratonicée de Carie (iiie-iie s.) montrent clairement leur place prépondérante dans ce cadre51. Il y est question d’un secteur attribué à un corps de troupe allant d’une tour « au pied du Sarapieion »52 et d’une tour repérée par rapport au sanctuaire d’Héraclès : « deuxième tour du sanctuaire d’Héraclès »53. Est aussi mentionné le Samothrakeion, qui donne son nom à un quartier et le localise en même temps, sans fournir de limites précises54. Ce sont les seules mentions de sanctuaires comme points de repère, mais il est sûr qu’au moins pour les principaux, leur emplacement était connu de tous dans la ville. Chacun pouvait s’orienter par rapport à eux, y compris les étrangers, qui étaient parfois amenés à les fréquenter55. Par ailleurs, à Stratonicée de Carie, les sanctuaires n’apparaissent pas seuls, mais associés à des éléments défensifs.

  • 56 Supra n. 44.
  • 57 IStratonikeia 1003, l. 5 (supra).
  • 58 IStratonikeia 1531, l. 1‑2.
  • 59 IMetropolis A, l. 42‑43 : δεδόσθαι δὲ ἐξουσίαν τοῖς υἱοῖς αὐτοῦ ποιῆσαι ἡρῶιον πρὸ τῆς πύλης ἐν το (...)
  • 60 IStratonikeia 1003 : [--- ἀπὸ τοῦ] | αὐχένο[ς ---] | παρὰ τὴν [πλατεῖαν] | τὴν φέρουσ[αν ἀπὸ τοῦ] (...)
  • 61 L’interprétation d’A. Laumonier selon laquelle « tripylon » serait un toponyme est probablement à (...)
  • 62 Étienne 2004, p. 72‑73 ; Polybe, XVI, 25, 7 ; Plutarque, Périclès XXX, 3.
  • 63 Arrien, Anabase I, 20, 8‑I, 23, 5.
  • 64 Pausanias, VII, 2, 9.

14Les enceintes urbaines et leurs différentes composantes sont elles aussi des éléments structurants et des supports d’identité. Les tours servent de points de repère dans l’organisation de la défense de la ville et permettent de délimiter les différentes circonscriptions militaires comme à Smyrne56. À Stratonicée de Carie, c’est aussi le cas des portes, où le tripylon est cité comme point de départ d’une plateia57 et où une porte est associée à une tour58. Les portes permettent aussi de localiser un espace comme à Métropolis, où la construction d’un hérôon pour Apollonios doit prendre place devant la porte, dans la propriété de ses descendants59. Cela constitue un espace important de visibilité, mais la porte ne reçoit pas de qualificatif. C’est qu’il ne peut s’agir que d’une seule porte, celle qui est proche de la propriété des descendants du défunt. Mais habituellement, comme les tours, les portes doivent être distinguées les unes des autres, car il y en a plusieurs dans la ville. Là encore l’identification peut reposer sur l’originalité architecturale, comme le tripylon de Stratonicée de Carie60. C’est vraisemblablement l’une des portes de la ville, dotée de trois arches ou de trois portes61, à l’image de la double porte d’Athènes nommée Dipylon62. D’autre part, ces édifices peuvent être nommés d’après la ville à laquelle mène la route qui les traverse, comment l’attestent Arrien et Pausanias. À Halicarnasse, la porte de Mylasa sert de point de repère au premier dans sa description du siège d’Alexandre en 33463. À Éphèse, la porte de Magnésie citée par Pausanias a été mise au jour au sud-est de la ville64.

  • 65 Bailly 1977, p. 23.
  • 66 IStratonikeia 1003 ; IStratonikeia 1004. Peut-être identifiée par Robert 1955, p. 450.
  • 67 IMylasa 21, l. 8.
  • 68 IEphesos 3, l. 7.
  • 69 Broder 2008, p. 55.
  • 70 Les rares noms de rues connus se rencontrent à Thasos (dans la Stèle du port : Duchêne 1992, l. 1‑ (...)
  • 71 Meritt 1935, n° 1, l. 25.
  • 72 IStratonikeia 1003, supra n. 60.
  • 73 Bouchet 2004.
  • 74 Robert 1980, p. 152‑154 ; Debord 2001, p. 159‑160 ; Bouchet 2004.
  • 75 Quand la délimitation est connue comme à Stratonicée de Carie, elle se fait par un sanctuaire et u (...)
  • 76 Blümel 2004, n° 6 : [---] | [---] Μ̣ΗΙ̣ΑΠ[---] | [---]α̣ιον εἰς τὸν ἀπο.[---] | [---] ἡ̣ ἀνακάθαρσ (...)
  • 77 Par exemple dans les baux de Mylasa, rassemblés par Pernin 2014, p. 296‑332.

15Les inscriptions qui font état de l’organisation de la défense de la ville permettent de saisir quels sont les éléments structurants de la morphologie urbaine. En premier lieu, le site est difficilement perceptible et ne semble pas être un élément important du repérage, peut-être en raison du tracé orthogonal des rues, qui donne d’ordinaire la primauté au plan, comme le montrent les études de géographie culturelle65. Dans l’inscription de Stratonicée de Carie citée plus haut et dans une seconde, c’est une rivière qui délimite des espaces66. Et à Mylasa, un cours d’eau sépare deux parcelles, qui ne se trouvent toutefois probablement pas dans la ville67. À Éphèse, c’est la colline d’Astyagos, située sur le tracé de l’enceinte, qui permet d’identifier une tour68. Les rues sont rarement mentionnées dans les inscriptions, peut-être parce qu’elles constituent des espaces interstitiels, apparemment pas considérés pour eux-mêmes par les habitants et les rédacteurs d’inscriptions69. Aucun nom de rue n’est connu pour l’Ionie et la Carie hellénistiques, et les attestations sont exceptionnelles dans le reste du monde grec70. Bien qu’elles ne soient pas qualifiées, elles apparaissent dans des inscriptions concernant l’urbanisme en tant qu’éléments structurants de l’espace urbain, tel le décret de Colophon sur la refondation de la ville71. Elles peuvent aussi servir de point de repère pour la défense urbaine, comme à Stratonicée de Carie où les plateiai ne sont toutefois pas nommées72. Les quartiers (amphoda)73 apparaissent également dans les inscriptions de cette même cité74. Ils sont utilisés dans le système défensif de la ville pour l’affectation des corps de troupe, et à ce titre ils doivent être clairement identifiés et délimités75. Les places ont un rôle important dans le repérage intra-urbain ou comme moyen d’identification d’un édifice, ce qui reflète leur rôle dans la structuration de l’espace urbain. À Mylasa, il est question du nettoyage d’un puits, creusé dans un terrain localisé par rapport à l’agora76. Ce mode d’identification d’un terrain par rapport à ce qui l’entoure est courant dans le monde grec. Il n’y a pas d’autre critère, peut-être parce qu’on est dans un espace public. Si l’espace voisin avait été privé, le nom du propriétaire aurait sans doute été mentionné77. Il s’agit là de l’une des rares références à l’espace urbain de Mylasa.

16L’étude des noms de lieu et des façons de se repérer est révélatrice des transformations des villes à l’époque hellénistique. La multiplication des noms de bâtiments à partir de la fin du ive s. reflète bien ce qui est perceptible par l’archéologie, à savoir une intense activité de construction. Les lieux du politique occupent une place à part dans la ville comme dans le discours, qui concerne des espaces publics fréquentés par tous ou presque. Les façons de se repérer montrent comment l’espace urbain est structuré, tant dans sa matérialité que par les mots. La ville s’organise autour d’éléments clairement identifiés que sont les tours et portes, les sanctuaires, les rues, les quartiers et les places.

  • 78 Sur les théâtres à l’époque hellénistique, voir notamment Moretti 2001 et Hesberg 2009.

17Si l’on voulait définir la ville hellénistique à partir des bâtiments mentionnés dans les inscriptions, ce serait une ville publique, où une faible place est laissée aux activités économiques. Ce serait surtout une ville politique et religieuse, où le théâtre serait l’un des bâtiments les plus importants, car il apparaît dans de très nombreuses inscriptions. Dans la quasi-totalité des villes, c’est un édifice unique qui ne reçoit pas de nom particulier78.

  • 79 La plupart des interventions royales dans l’espace urbain sont répertoriées dans Bringmann et Steu (...)
  • 80 Sur l’importance des dédicaces pour les évergètes : Larguinat-Turbatte (à paraître).

18Par ailleurs, le processus de nomination révèle le caractère pragmatique des Anciens, qui donnent le plus souvent à leurs édifices les noms les plus simples, dépourvus de toute symbolique. Et si le petit nombre de noms de souverains pourrait étonner, il est en réalité significatif d’une certaine faiblesse de l’activité de construction des monarques hellénistiques dans l’espace urbain79. On constate aussi le nombre réduit d’édifices tirant leur nom d’une divinité. Enfin, l’absence de bâtiments devant leur nom à un citoyen reflète la prééminence du groupe sur l’individu : la communauté ne s’efface pas derrière ses évergètes, quelle que soit la taille de la dédicace apposée sur un bâtiment80.

  • 81 Sur les statues honorifiques : Eule 2001 (statues féminines) ; Szewczyk 2013 et Ma 2013.
  • 82 Le phénomène a été bien mis en évidence au sujet des rues de Paris au début du Second Empire : Bou (...)
  • 83 Voir les contributions publiées dans Bouvier et Guillon (dir.) 2001.

19L’image de la ville renvoyée par les noms de lieux doit alors être confrontée à un autre discours : celui des décrets honorifiques et des innombrables statues emplissant l’espace urbain81. Certes, les bâtiments, les rues et les places reçoivent pour l’essentiel des noms très neutres. Mais pour qui les parcourt et les contemple, ils abritent bien le récit de l’histoire des communautés qui les ont façonnés. C’est donc un choix bien spécifique effectué par les Grecs d’alors, si éloigné de nos pratiques actuelles, où le nom donné à un lieu est un moyen privilégié d’honorer la mémoire d’un individu, de revendiquer des choix politiques82 ou d’exprimer une identité (voire de la construire), y compris lorsque les noms paraissent neutres83. Pas de décrets gravés sur les murs, peu de statues, mais des plaques de rues révélant les représentations que se font les communautés urbaines et villageoises d’elles-mêmes et de leur espace de vie.

Bibliographie

Auteurs anciens

Appien, Histoire romaine, tome VII, livre XII, La guerre de Mithridate, texte établi et traduit par P. Goukowsky, CUF, série grecque 409, Paris, 2003.

Arrien, Anabase, tome I, livres I‑IV, texte établi et traduit par P.A. Brunt, Loeb Classical Library 236, Cambridge (Mass.)-Londres, 1976.

Cicéron, Des termes extrêmes des Biens et des Maux, tome II, livres III‑V, texte établi et traduit par J. Martha, CUF, série latine 63, Paris, 1930 (5e édition revue et corrigée par C. Rambaux 1989 ; 3e tirage de la 5e édition, 2002).

Pausanias, Description de la Grèce, tome I, livre I, L’Attique, texte établi par M. Casevitz, traduit par J. Pouilloux et commenté par F. Chamoux, CUF, série grecque 348, Paris, 1992.

Pausanias, Description de la Grèce, tome VII, livre VII, L’Achaïe, texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par Y. Lafond, CUF, série grecque 404, Paris, 2000 (2e tirage, 2002).

Plutarque, Vies, tome III, Périclès-Fabius Maximus. Alcibiade-Coriolan, texte établi et traduit par R. Flacière et E. Chambry, CUF, série grecque 166, Paris, 1964 (5e tirage, 2012).

Polybe, Histoires, livres XIII‑XVI, texte établi par E. Foulon, traduit par R. Weil, avec la collaboration de P. Cauderlier, CUF, série grecque 367, Paris, 1995 (2e tirage, 2003).

Études

Bagnall R.S. 1976, The Administration of the Ptolemaic Possessions outside Egypt, Leyde.

Bailly A.S. 1977, La perception de l’espace urbain. Les concepts, les méthodes d’étude et leur utilisation dans la recherche urbanistique, Paris.

Baldoni D. 2013, « Lo scavo nel vano centrale dell’edificio tripartito : campagna 2012 », Bollettino dell’Associazione Iasos di Caria 19, p. 7‑10.

Baslez M.‑Fr. 1984, L’étranger dans la Grèce antique, Paris.

Blümel W. 2004, « Neue Inschriften aus Karien II : Mylasa und Umgebung », EA 37, p. 1‑42.

Bouchet J. Du 2004, « Quartiers, îlots et rues : remarques sur ἄμφοδον », RevPhil 78, p. 43‑55.

Bourillon Fr. (dir.). 2012, Changer les noms des rues de Paris : la Commission Merruau - 1862, Rennes.

Bouvier J.‑Cl., Guillon J.‑M. (dir.) 2001, La toponymie urbaine : significations et enjeux. Actes du colloque tenu à Aix-en-Provence, 11‑12 décembre 1998, Paris-Montréal-Budapest.

Bresson A. 2002, « Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos », in C. Müller et C. Hasenohr (éd.), Les Italiens dans le monde grec : iie siècle av. J-C. - ier siècle ap. J.‑C., BCH supplément 41, Paris, p. 147‑162.

Bringmann Kl., Steuben H. von. (dir.) 1995, Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer, Teil I, Zeugnisse und Kommentare, Berlin.

Broder Ph.‑A. 2008, « La cité est dans la rue : espace extérieur, parcours et rues en Grèce ancienne », in P. Ballet, N. Dieudonne-Glad, C. Saliou (éd.), La cité est dans la rue : espace extérieur, parcours et rues en Grèce ancienne, Rennes, p. 51‑56.

Claval P. 1981, La logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris.

Claval P. 2012, Géographie culturelle. Une nouvelle approche des sociétés et des milieux (2e éd.), Paris.

Coulton J.J. 1971, « Διπλῆ Στοά », AJA 75, p. 183‑184.

Debord P. 2001, « Questions stratonicéennes », in A. Bresson, R. Descat (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie s. a.C., Bordeaux, p. 157‑172.

Delorme J. 1960, Gymnasion. Étude sur les monuments consacrés à l’éducation en Grèce (des origines à l’Empire romain), Paris.

Delrieux F. 2001, « Les étrangers dans l’épigraphie iasienne du iie s. a.C. », in A. Bresson et R. Descat (éd.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au iie s. a.C., Bordeaux, p. 137‑155.

Deshours N. 2011, L’été indien de la religion civique. Étude sur les cultes civiques dans le monde égéen à l’époque hellénistique tardive, Bordeaux.

Di Meo G. 2009, « Le rapport identité/espace. Éléments conceptuels et épistémologiques », in P. Grandjean (éd.), Construction identitaire et espace, Paris, p. 19‑38.

Duchêne H. 1992, La stèle du port. Fouilles du port 1. Recherches sur une nouvelle inscription thasienne, Études thasiennes XIV, Athènes.

Étienne R. 2004, Athènes, espaces urbains et histoire. Des origines à la fin du iiie siècle ap. J.‑C., Paris.

Eule J.C. 2001, Hellenistische Bürgerinnen aus Kleinasien : weibliche Gewandstatuen in ihrem antiken Kontext, Istanbul.

Fabiani R. 2001, « Un decreto ateniense riproposto a Iasos (IG II² 3 et Iasos 3926) », PP 56, p. 69‑100.

Fabiani R. 2010, « Magistrates and phylai in late classical and early hellenistic Iasos », in R. van Bremen et J.‑M. Carbon (éd.), Hellenistic Karia. Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia, Oxford, 29 June - 2 July 2006, Bordeaux, p. 468‑482.

Fabiani R. 2015, I decreti onorari di Iasos. Cronologia e storia, Vestigia 66, Münich.

Fabiani R. et Nafissi M. 2013, « La pubblicazione dei decreti a Iasos : cronologia e topografia », in D. Baldoni, F. Berti et M. Giuman (éd.), Iasos e il suo territorio. Atti del convegno internazionale per i cinquanta anni della Missione Archeologica Italiana, Missione archeologica italiana di Iasos 5, Rome, p. 37‑60.

Fröhlich P. 2013, « Les groupes du gymnase d’Iasos et les presbytéroi dans les cités à l’époque hellénistique », in P. Fröhlich, P. Hamon (éd.), Groupes et associations dans les cités grecques (iiie siècle av. J.‑C. - iie siècle apr. J.‑C.), Hautes études du monde gréco-romain 49, Genève, p. 59‑111.

Gauthier Ph. 1984, « Introduction », in Υπουργείο Πολιτισμού και Επιστημών (éd.), Πρακτικα τοῦ η’ διεθνοῦς συνεδρίου ἑλλενικῆς και λατινικῆς ἐπιγραφικῆς, ἈΘήνα, 3‑9 ὀκτωβρίου 1982, I (Actes du 8e Congrès international d’épigraphie grecque et latine, Athènes, 1982, I), Athènes, p. 79‑81.

Gauthier Ph. 2006, « Les décrets de Colophon-sur-Mer en l’honneur des Attalides Athènaios et Philétairos », REG 119, p. 473‑503.

Grandjean C., Salviat Fr. (dir.) 2000, Guide de Thasos, Athènes-Paris.

Grandjean Y. 2011, Le rempart de Thasos, Études thasiennes XXII, Athènes.

Hellmann M.‑Chr. 1992, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos, Paris.

Hesberg H. von 2009, « Hellenistische Theater - Zur Funktionalität der Raüme und ihrer Bedeutung für die Polis », in A. Matthaei, M. Zimmermann (éd.), Stadtbilder im Hellenismus. Die hellenistische Polis als Lebensform, Francfort-sur-le-Main, p. 276‑303.

Holtzmann B. 1994, La sculpture de Thasos : corpus des reliefs. I, Reliefs à thème divin, Études thasiennes XV, Athènes.

Humann C. 1904, Magnesia am Mäander. Bericht über die Ergebnisse der Ausgrabungen der Jahre 1891‑1893, Berlin.

Isager S. 2004, « Halikarnassos and the Ptolemies I - Inscriptions on Public Buildings », in S. Isager et P. Pedersen (éd.), The Salmakis Inscription and Hellenistic Halikarnassos, Halicarnassian Studies IV, Odense, p. 133‑144.

Jameson M.H., Runnels C.N., Andel Tj.H. van 1994, A Greek Countryside. The Southern Argolid from Prehistory to the Present Day, Stanford (Californy).

Janni P. 1988, « Gli antichi e i punti cardinali : rileggendo Pausania », in P. Janni, E. Lanzillotta (éd.), ΓΕΩΓΡΑΦΙΑ, Atti del Secondo Convegno Maceratese su Geografia e Cartografia Antica (Macerata, 16‑17 Aprile 1985), Pubblicazioni facolta lettere e filosofia Università Macerata 45, Rome, p. 77‑91.

Jost G. 1935, Iasos in Karien, ein Antikes Stadtbild, Hambourg.

Karvonis P. 2004, Lieux et locaux de vente dans la Grèce égéenne du ive au début du ier siècle av. J.‑C., thèse de doctorat, université Paris-Nanterre (inédit).

Kawerau G., Rehm A. 1914, Das Delphinion in Milet, Milet I, 3, Berlin.

Kienlin A. von 2004, Die Agora von Priene, thèse de doctorat, Fakultät für Architektur der Technischen Universität München (inédit).

Larguinat-Turbatte G. à paraître, « Don de bâtiments et stratégies de distinction dans la ville antique : quelques figures d’évergètes dans l’Asie Mineure hellénistique », in L. Buchholzer (éd.), « Aux grands hommes la cité reconnaissante ». La ville et ses personnages illustres de l’Antiquité au xxie siècle, Strasbourg.

Laviosa Cl. 1970, « La campagne de fouille en 1969 à Iasos », Türk Arkeoloji. Dergisi 19/1, p. 143‑156.

Ma J. 2000, « The epigraphy of hellenistic Asia Minor : a survey of recent research (1992‑1999) », AJA 104, p. 95‑121.

Ma J. 2004, Antiochos III et les cités de l’Asie Mineure occidentale, Paris.

Ma J. 2013, Statues and Cities : Honorific Portraits and Civic Identity in the Hellenistic World, Oxford.

Maddoli G. 2007, « Epigrafi di Iasos, Nuovi supplementi, I », PP 62, p. 193‑372.

Maddoli G. 2010, « Du nouveau sur les Hékatomnides d’après les inscriptions de Iasos », in R.V. Bremen et J.‑M. Carbon (éd.), Hellenistic Karia. Proceedings of the First International Conference on Hellenistic Karia, Oxford, 29 June - 2 July 2006, Bordeaux, p. 125‑131.

Mastrocinque A. 1989, La Caria et la Ionia Meridionale in epoca ellenistica (323‑188 a.C.), Rome.

Mastrocinque A. 1995, « Iaso e i Seleucidi », Athenaeum 83, p. 131‑141.

Meritt B.D. 1935, « Inscriptions of Colophon », AJPh 56, p. 358‑397.

Migeotte L. 1984, L’emprunt public dans les cités grecques. Recueil des documents et analyse critique, Québec-Paris.

Migeotte L. 1992, Les souscriptions publiques dans les cités grecques, Hautes Études du Monde Gréco-Romain 17, Genève-Québec.

Moretti J.‑Ch. 2001, Théâtre et société dans la Grèce antique. Une archéologie des pratiques théâtrales, Paris.

Nafissi M. 2015, « Le iscrizioni del monumento pe gli Ecatomnidi : edizione e commento storico », in Instituto per le scienze dell’ Antichita (éd.), Epigrafi di Iasos. II, Nuovi supplementi : in memoria di Giovanni Pugliese Carratelli, Studi classici e orientali 61, Pise, p. 63‑99.

Pagello E. 2007, « Ipotesi per l’agorà ellenistica di Iaso di Caria », in C.G. Malacrino, E. Sorbo (éd.), Architetti, architettura e città nel Mediterraneo antico, Milan, p. 187‑201.

Pelekidis Chr. 1962, Histoire de l’éphébie attique des origines à 31 avant Jésus-Christ, Travaux et mémoires des anciens membres étrangers de l’École et divers savants 13, Paris.

Pernin I. 2014, Les baux ruraux dans la Grèce ancienne. Corpus épigraphique et étude, TMO 66, Lyon.

Picard Ch. 1962, Les murailles, premier fascicule : les portes sculptées à images divines, Études thasiennes VIII, Athènes.

Raeck W. 2003, « Priene. Neue Forschungen an einem alten Grabungsort », MDAI(I) 53, p. 313‑423.

Raeck W., Rumscheid F. 2011, « Der Arbeiten in Priene im Jahre 2010 », KST 33/2, p. 73‑114.

Ripoll F., Veschambre V. 2006, « L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pour la géographie sociale », in R. Sechet et V. Veschambre (éd.), Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, p. 295‑304.

Robert J. et L. 1955, « Deux inscriptions de Carie », in Mélanges Isidore Lévy, Annuaire de l’Institut de Philologie et d’histoire orientales et slaves XIII, Bruxelles, p. 553‑572 (= OMS V, p. 449‑468).

Robert J. et L. 1976, « Une inscription grecque de Téos en Ionie. L’union de Téos et de Kyrbissos », JS 1, p. 153‑223.

Robert L. 1937, Études anatoliennes. Recherches sur les inscriptions grecques de l’Asie Mineure, Amsterdam.

Robert L. 1961, « Épigraphie », in Ch. Samaran (éd.), L’histoire et ses méthodes, Encyclopédie de la Pléiade 11, Paris, p. 451‑497.

Robert L. 1967, « Sur les inscriptions d’Éphèse. Fêtes, athlètes, empereurs, épigrammes », RPh 41, p. 7‑84.

Robert L. 1980, À travers l’Asie Mineure. Poètes, prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, Paris.

Rumscheid Fr. 1998, Priene : Führer durch das « Pompeji Kleinasiens », Istanbul.

Ruppe U. 2010, « Die Stadtmauer von Priene - Zweckbau, Identifikationsobjekt oder Machtsymbol ? », in J. Lorentzen, F. Pirson, P. Schneider et U. Wulf-Rheidt (éd.), Aktuelle Forschungen zur Konstruktion, Funktion und Semantik antiker Stadtbefestigungen. Kolloquium 9./10. Februar 2007 in Istanbul, Byzas 10, Istanbul, p. 141‑163.

Schede M. 1934, « Heiligtümer von Priene », JDAI 49, p. 97‑108.

Schmitt-Pantel P. 1992, La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Collection de l’École française de Rome 157, Rome.

Szewczyk M. 2013, « Portraits de notables à Éphèse et Pergame (iie siècle av. J.‑C. - iiie s. ap. J.‑C.) : perception visuelle et rôle social », Histoire de l’art 70, p. 53‑62.

Taverdet G. 2007, « En manière de préface », in J.‑Ch. Herbin, M. Tamine (éd.), Espace représenté, espace dénommé. Géographie, cartographie, toponymie, Valenciennes, p. 9‑16.

Weber B.F. 2007, « Der Stadtplan von Milet. Einhundert Jahre Stadtforschung », in J. Cobet et al. (éd.), Frühes Ionien : eine Bestandsaufnahme : Panionion-Symposion Güzelçamlı, 26. September - 1. Oktober 1999, Milesiche Forschungen 5, Mayence, p. 327‑362.

Wiegand Th., Schrader H. 1904, Priene : Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungen von des Jahren 1895‑1898, Berlin.

Will Éd. 2003, Histoire politique du monde hellénistique, 323‑30 av. J.‑C. (3e éd.), Paris.

Notes

1 Les sanctuaires, exclus de la présente étude, sont très simplement nommés d’après la ou les divinités auxquelles ils sont consacrés.

2 Claval 2012.

3  Ripoll et Veschambre 2006, p. 229, p. 300 ; Di Meo 2009, p. 29.

4 Car il n’est pas de lieu possible sans un nom correspondant (Taverdet 2007, p. 9).

5 Sauf précision contraire, toutes les dates sont avant notre ère.

6 Gauthier 1984, p. 79.

7 Ma 2000, p. 95.

8 L. Robert qualifiait ce phénomène de « prolifération cancéreuse » à partir du ive s. : Robert 1961, p. 460.

9 Il s’agit de la plus ancienne mention d’un bouleutèrion à Téos, au iiie s. : SEG 26, 1976‑1977, 1306, l. 17‑18 (trad. Robert 1976, p. 205).

10 Milet I, 3, n° 149, l. 12 (iie s.).

11 SEG 51, 1506, l. 6‑9. Sur le sens des mots parastade et parathurides, voir Hellmann 1992, p. 163 ; Fabiani 2001, p. 93 et Fabiani et Nafissi 2013, p. 44. Dans les textes où la signification de parastade ne peut être établie, le mot n’a pas été traduit (infra n. 27 et 45).

12 Comme le montrent R. Fabiani et à sa suite Ph. Gauthier, il a été nécessaire de préciser que le décret devait être gravé soit dans la partie de l’archeion occupée par les prostatai, soit dans un archeion des prostatai qui serait alors indépendant (Fabiani 2001, p. 97 ; Gauthier, Bull. ép., 2002, 388 ; Fabiani et Nafissi 2013, p. 51).

13 IKnidos 221, l. 34 et 37.

14 Car il abrite l’autel d’Hestia Boulaia (Appien, Mithr. 23). Sur cet épisode : Bresson 2002, p. 156‑162.

15 La pratique s’observe tôt à Athènes, où les noms des différentes stoai de l’Agora sont bien connus grâce aux sources littéraires et épigraphiques (Étienne 2004, p. 74).

16 IPriene2 25 (seconde moitié du iiie s.).

17 Milet II, 3, 400, l. 1.

18 Kawerau et Rehm 1914, p. 141 ; Weber 2007, p. 348‑351.

19 IPriene 99, l. 19 : ἐν τῶι διαϕράγματι τῆς στοᾶς τῆς βορέου : « sur la cloison de la stoa nord ».

20 IPriene 113, l. 59 : ἐ[ν τ]ῆι ἱερᾶι στοᾶι τῇ ἐ[ν] τῆι ἀγορᾶι· « dans la stoa sacrée, celle de l’agora ».

21 Schede 1934, p. 107. Présence du culte de Rome probable pour l’époque impériale. Autre hypothèse, les pièces de la stoa étaient peut-être destinées à être louées pour financer les travaux dans le sanctuaire d’Athéna (Rumscheid 1998, p. 77‑78, qui établit un parallèle avec la stoa offerte par Antiochos à Milet et destinée à financer l’embellissement du Didymeion : IDidyma 480, l. 12‑13 ; IDidyma 479, l. 9‑10 et Milet I, 7, 193a). Mais cela est peu probable, car les pièces ne présentent pas les caractéristiques d’ateliers-boutiques et sont destinées à recevoir des banquets (IPriene 113, l. 60‑61, Schmitt-Pantel 1992, p. 303 et 321).

22 C’est aussi ce que révèle l’étude de P. Janni sur l’usage des points cardinaux chez Pausanias (Janni 1988, p. 89). Cette identification reposerait sur la position du portique par rapport au soleil plus que sur des références cartographiques.

23 À Priène, stoa nord (supra n. 19). À Éphèse : ὅπως οὖν σταθῇ Διοδώρου ἀνδριὰς ἐν τῶι γυμνασίωι πρ[ὸ] | τῆς στοᾶς τῆς κειμένης πρὸς ἀνατολὴν καὶ [ἐ]π̣ιγρα̣[φῇ] [ἐ]πὶ τῆς βάσεως [---] : « afin donc qu’une statue de Diodôros soit dressée dans le gymnase devant le portique situé à l’est et que soit gravé sur la base… » (IEphesos 6, l. 36‑37 ; trad. Robert 1967, p. 11‑14). Les stoai sont par ailleurs les édifices que Pausanias distingue le plus par rapport aux points cardinaux (Janni 1988, p. 89).

24 IMagnesia 100b, l. 20 : εἰς τὴν παραστάδα τὴν ἀπὸ δυσμῆς τῆς στοᾶς τῆς βορεί[ας] : « sur le montant ouest du portique nord » (trad. Deshours 2011, p. 199‑200). Sur l’agora et sur la stoa : Humann 1904, p. 5‑6, et p. 108‑111.

25 Janni 1988, p. 89.

26 IStratonikeia 1004, l. 1 ; IStratonikeia 1531, l. 1 ; IStratonikeia 1532, l. 1‑2.

27 IPriene 49 (IPriene2, 117b), l. 7‑8 : « que l’on […] le décret venant de Chios à côté de la parastade de la stoa double dans l’agora ». Parastade peut ici avoir le sens de pilier d’ante. Le bâtiment concerné est un édifice antérieur à la stoa bordant le côté nord de l’agora construite au iie s. et évoquée plus haut (Wiegand et Schrader 1904, p. 215‑216 ; Kienlin in Raeck 2003, p. 346 ; Kienlin 2004, p. 45‑53).

28 Une autre explication possible serait une division transversale de la stoa, puisque le terme diplè peut signifier que le bâtiment est divisé horizontalement en deux parties. Aucun exemple ne semble toutefois attesté archéologiquement, mais une telle séparation a pu ne pas laisser de traces (Coulton 1971, p. 183). À propos d’une inscription délienne évoquant une bergerie double, M.‑Chr. Hellmann considère que le bâtiment est simplement séparé en deux parties distinctes (Hellmann 1992, p. 111). A. von Kienlin propose de restituer une stoa à un seul niveau, et sans colonnade médiane. Aucune trace d’une telle colonnade n’a été mise au jour, et la largeur du bâtiment, 8,75 m, n’offrirait pas assez d’espace pour permettre la division de la stoa en deux nefs (Kienlin 2004, p. 50). Th. Wiegand avait proposé d’y voir une stoa à étage : Wiegand et Schrader 1904, p. 216.

29 IPriene 81, l. 5‑6 : décret honorifique pour trois sitophylaques honorés pour leur action concernant « le blé et les autres (produits) vendus dans l’agora des céréales (τοῦ τε σίτου καὶ [τ]ῶν ἄλλω[ν τῶγ] κατὰ τὴν ἀγορὰν τὴν σιτόπωλιν πωλουμέ̣[νων]) » (tournant des iiie et iie s., trad. Karvonis 2004, inscription n° T 165).

30 Wiegand et Schrader 1904, p. 218. Les tables de pierre ne sont pas datées.

31 Kawerau et Rehm 1914, n° 145 : Milet I, 3, 145, l. 32 ; IMylasa 137, l. 9 ; Colophon-sur-Mer (Gauthier 2006), l. 30‑31 (= SEG 56, 1227).

32 Un Maussolleion est ainsi attesté à Iasos (Maddoli 2007, blocs de piédroit de la porte du Maussolleion, n° 11‑13 ; Maddoli 2010, p. 126‑127 ; Baldoni 2013, p. 8 ; Nafissi 2015, p. 86 ; Fabiani 2015, tableau 34 p. 247). Ce pourrait être un gymnase ou un sanctuaire dont des blocs ont été mis au jour récemment à proximité de l’agora.

33 Comme le gymnase dit « de Ptolémée » à Athènes (Ptolemaion) : SEG 21, 397 ; Cicéron, De Finibus V, 1‑8 (Étienne 2004, p. 171).

34 IIasos 93, l. 22‑23 (repris dans Fröhlich 2013, n° 2) : Antiocheion : ἀναγρά[ψ ?]αι δὲ τὸ ψήφισμα τοῦ|το ἐν τῷ ἐπιφανεστάτωι τό[πωι τοῦ] Ἀντιοχεί|ου : « que l’on transcrive le présent décret dans l’endroit le plus en vue de l’Antiocheion » (trad. Fröhlich 2013, p. 107) ; Ptolemaieion : IIasos 98, l. 36 : ἐν τῶι γυμ[νασίωι τῶι] Πτολεμαιείωι : « dans le gymnase appelé Ptolemaieion ». Un gymnase appelé Ptolémaion existe sur l’île de Lesbos à Éresos au début du iiie s. (IG XII, Suppl. 122, l. 6).

35 L’Antiocheion pourrait avoir été construit sous Antiochos Ier ou Antiochos II (entre 281 et 227) ou Antiochos III (entre 197 et 190) – pour les dates des périodes de domination séleucide : Jost 1935, p. 14 et Mastrocinque 1989, p. 174 pour Antiochos I et Antiochos II, Mastrocinque 1995, p. 137 et Delrieux 2001, p. 138 pour Antiochos III. Le Ptolemaieion pourrait remonter aux premiers temps de la domination lagide sur la cité à partir de 309 (Will 2003, t. 1, p. 72) ou sous Ptolémée II (283‑246) : Bagnall 1976, p. 104. J. Delorme envisage aussi une construction au iie s. (Delorme 1960, p. 123).

36 SEG 41, 1003, II, blocs C/D, l. 70‑73 : κατασκευάσαι τὴγ κρήνην τὴν ἐν τῇ ἀγορᾶι καὶ ἐπιμεληθῆνα[ι ὅ]|πως εἰς αὐτὴν τὸ ὕδωρ ἀχθῇ καὶ ἀναθεῖναι τὴγ κρήνην τῇ ἀδελ[φῇ] | τοῦ βασιλέως Ἀντιόχου βασιλίσσῃ Λαοδίκῃ καὶ εἶναι αὐτὴν ἐπώνυμ[ον] | Λαοδίκης : « (plaise au peuple) de construire la fontaine dans l’agora et de prendre soin que l’eau y soit amenée et que la fontaine soit consacrée à la sœur du roi, la reine Laodice, et qu’elle porte le nom de Laodice (…) » (trad. Ma 2004, n° 18).

37 Ma 2004, p. 168.

38 Isager 2004, n° 1 ; Migeotte 1984, n° 102, l. 7‑8 : τὸ ἐπι|σκευασθῆναι τὸ γυμνάσιον τὸ Φιλίππειον : « la restauration du gymnase Philippeion » (trad. Migeotte 1992, p. 244).

39 On a peut-être une situation comparable à ce qu’on observe à Athènes à la fin du iiie ou du iie s. suite à la libération de la cité par le Macédonien Diogénès, ancien commandant de garnison devenu évergète. Il a pu donner son nom au gymnase athénien appelé Diogéneion attesté en 106‑105 (IG II², 1011, l. 41 ; Pelekidis 1962, p. 264‑265).

40 IPriene 108.

41 IPriene 112, l. 45. Mais à cette époque il n’y a sans doute qu’un seul gymnase, car le gymnase du haut a dû être abandonné à la suite de l’incendie d’une partie de la ville (Raeck et Rumscheid 2011, p. 81‑82).

42 Sur les attestations de ce culte : J. et L. Robert, Bull. ép., 1966, 137.

43 ISmyrna 613a-c.

44 Portes dites d’Hermès, du Silène, d’Héraclès et de Dionysos, de Zeus et d’Héra. Pour une présentation synthétique : Grandjean et Salviat 2000, p. 58‑67. Études détaillées dans Picard 1962 et en dernier lieu dans Grandjean 2011 (étude architecturale générale p. 514‑555). Ces portes sont datées entre le début du ve et ca 300 (Grandjean 2011, p. 514). Il est fréquent de placer une porte sous la protection d’une divinité : Picard 1962, p. 14 ; Holtzmann 1994, p. 5 ; Grandjean 2011, p. 515. La divinité pouvait aussi être représentée par une statue placée dans une niche ménagée dans la porte (Holtzmann 1994, p. 5, n. 7).

45 IIasos 62, l. 9‑11 : ἀναγράψαι δὲ τὸ ψήφισμ[α τ]οὺς | νεωποίας τοὺς ἐπ’ Ἠγύλλου ἐν τῆι παρ[αστάδι] | τῆς στοᾶς τοῦ Ποσειδῶνος : « que les néopes en charge sous Hègyllos transcrivent le décret sur la parastade de la stoa de Poséidon » (Hègyllos est probablement stéphanéphore : Fabiani 2010, p. 470, n. 27. Parastade pourrait ici désigner une ante).

46 Laviosa 1970, p. 147 ; Fabiani 2001, p. 96.

47 Pagello 2007, p. 193.

48 Un lieu de culte dédié à Poséidon pourrait avoir été situé à proximité (Fabiani et Nafissi 2013, p. 48). Elle est antérieure aux décrets datant de la fin du ive au début du iiie s. dans lesquels elle apparaît : IIasos 43, l. 11‑12 ; IIasos 62, l. 9‑10 ; IIasos 63, l. 15.

49 Elle est située dans un secteur de l’agora abritant des activités politiques, à proximité du bouleutèrion et de l’archeion (Fabiani 2001, p. 95‑96).

50 Claval 1981, p. 453, fait ce constat au sujet de l’image de la ville donnée par les individus de nos jours.

51 Sur l’apport de ces inscriptions pour la connaissance de la topographie urbaine de Stratonicée de Carie : Debord 2001, p. 158‑162.

52 IStratonikeia 1531, l. 3.

53 IStratonikeia 1004, l. 2.

54 IStratonikeia 1004, l. 4. Sur ces sanctuaires et les raisons de leur présence à Stratonicée : Debord 2001, p. 160‑161.

55 En particulier lors des grandes fêtes comme celle d’Artémis Leukophryéné à Magnésie du Méandre (Deshours 2011, p. 205). Sur le caractère international de ce type de fête : Baslez 1984, p. 273‑278.

56 Supra n. 44.

57 IStratonikeia 1003, l. 5 (supra).

58 IStratonikeia 1531, l. 1‑2.

59 IMetropolis A, l. 42‑43 : δεδόσθαι δὲ ἐξουσίαν τοῖς υἱοῖς αὐτοῦ ποιῆσαι ἡρῶιον πρὸ τῆς πύλης ἐν τοῖς ἰδίοις : « qu’on donne la permission à ses fils de bâtir un hérôon devant la porte dans leur propriété ».

60 IStratonikeia 1003 : [--- ἀπὸ τοῦ] | αὐχένο[ς ---] | παρὰ τὴν [πλατεῖαν] | τὴν φέρουσ[αν ἀπὸ τοῦ] | τριπύλου ἕω[ς τῆς] | ἄλλης πλατ[είας. ἐπί]|σημον Ἡρακλ[ῆς.] : « (position affectée au corps de troupe) du bras du fleuve près de la plateia qui part du tripylon jusqu’aux autres plateiai. Emblème : Héraclès ».

61 L’interprétation d’A. Laumonier selon laquelle « tripylon » serait un toponyme est probablement à rejeter (Robert 1937, p. 532). À cette date, vers la fin du iiie et le début du iie s. (et contrairement à ce qu’avance P. Debord 2001, p. 159), il est peu probable que ce terme désigne la porte de l’agora : aucune porte de ce type n’est attestée en Ionie et Carie avant la fin de l’époque hellénistique, voire le tout début de l’époque impériale.

62 Étienne 2004, p. 72‑73 ; Polybe, XVI, 25, 7 ; Plutarque, Périclès XXX, 3.

63 Arrien, Anabase I, 20, 8‑I, 23, 5.

64 Pausanias, VII, 2, 9.

65 Bailly 1977, p. 23.

66 IStratonikeia 1003 ; IStratonikeia 1004. Peut-être identifiée par Robert 1955, p. 450.

67 IMylasa 21, l. 8.

68 IEphesos 3, l. 7.

69 Broder 2008, p. 55.

70 Les rares noms de rues connus se rencontrent à Thasos (dans la Stèle du port : Duchêne 1992, l. 1‑4) et à Athènes (Pausanias, I, 20, 1 ; Broder 2008, p. 55).

71 Meritt 1935, n° 1, l. 25.

72 IStratonikeia 1003, supra n. 60.

73 Bouchet 2004.

74 Robert 1980, p. 152‑154 ; Debord 2001, p. 159‑160 ; Bouchet 2004.

75 Quand la délimitation est connue comme à Stratonicée de Carie, elle se fait par un sanctuaire et un cours d’eau (IStratonikeia 1004). Dans une autre inscription de Stratonicée et dans celles de Smyrne, il est clair que les habitants connaissent les limites de leur quartier, car elles ne sont pas données (IStratonikeia 1532 ; ISmyrna 613c ; ISmyrna 613a ; ISmyrna 613b).

76 Blümel 2004, n° 6 : [---] | [---] Μ̣ΗΙ̣ΑΠ[---] | [---]α̣ιον εἰς τὸν ἀπο.[---] | [---] ἡ̣ ἀνακάθαρσις τοῦ φρέα̣|[τος ---| τοῦ ὁμ]όρου τόπου τῆς ἀγορᾶς | [--- στ]υλίων εἲκοσι τῆς στοᾶς | [--- ἀ]λοιφή τινων τοῦ ἐκτὸς | [--- σ]υνετελέσθη δὲ τὰ προγε|[γραμμένα δραχμῶ]ν μυρίων ἑξακισχιλίον : « le nettoyage du puits du terrain (?) bordant l’agora [---] la somme qui a été décrétée auparavant a été payée [---] l’enduit de 20 colonnes de la stoa [---] et 6 000 drachmes sur 10 000 (?) ont été payées pour la dépense ».

77 Par exemple dans les baux de Mylasa, rassemblés par Pernin 2014, p. 296‑332.

78 Sur les théâtres à l’époque hellénistique, voir notamment Moretti 2001 et Hesberg 2009.

79 La plupart des interventions royales dans l’espace urbain sont répertoriées dans Bringmann et Steuben 1995.

80 Sur l’importance des dédicaces pour les évergètes : Larguinat-Turbatte (à paraître).

81 Sur les statues honorifiques : Eule 2001 (statues féminines) ; Szewczyk 2013 et Ma 2013.

82 Le phénomène a été bien mis en évidence au sujet des rues de Paris au début du Second Empire : Bourillon (dir.) 2012.

83 Voir les contributions publiées dans Bouvier et Guillon (dir.) 2001.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Priène : plan d’ensemble (d’après Ruppe 2010, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 842k

Auteur

Chercheure associée, Ausonius (UMR 5607), Bordeaux et IRAA (USR 3155), MMSH, Aix-en-Provence

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search