Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Composantes et composition de l’espace urbain

Θεατροειδής

De la comparaison architecturale à la métaphore spectaculaire

Cécile Durvye et Jean‑Charles Moretti

Texte intégral

  • 1 Francisé sous la forme « théâtroïde » et utilisé de façon assez marginale, l’adjectif est adopté e (...)

1L’adjectif θεατροειδής, « qui a l’aspect d’un théâtre », fait partie des termes antiques qui ont été transcrits et employés dans certaines langues modernes, presque uniquement cependant par les spécialistes de l’Antiquité1. Nous chercherons à en comprendre les usages en grec ancien et, plus précisément, à définir les caractéristiques des villes qui ont été ainsi qualifiées. Après une étude du mot lui-même et du corpus des textes dans lesquels il est employé, nous analyserons les objets qu’il sert à déterminer pour saisir les rapports morphologiques et fonctionnels que l’adjectif établit entre ce qu’il qualifie et l’édifice théâtral. Nous tenterons ainsi d’expliciter le sens de la comparaison et d’examiner l’évolution de la signification du terme dans l’Antiquité.

Le mot et ses attestations

  • 2 Comme l’hapax θεατρόμορφος qu’emploie Lycophron, Alexandra 600.

2La composition du terme associe au substantif θέατρον le suffixe -ειδής. Θέατρον désigne au sens premier un aménagement destiné à recevoir des spectateurs. Dans sa plus ancienne attestation, qui se trouve dans les Histoires d’Hérodote (VI, 21), il s’applique, par métonymie du contenant, aux spectateurs, qui fondent en larmes en assistant en 493 à la représentation de la Prise de Milet de Phrynichos. Plus souvent, il désigne soit les gradins d’un édifice de spectacle, soit l’ensemble de ce que nous appelons un théâtre, en comprenant sous ce vocable le koilon, l’orchestra et le bâtiment de scène. Le radical θεατρ- apparaît dans plusieurs dérivés, surtout tardifs, et dans quelques termes composés2.

  • 3 Sur l’étymologie du terme, voir la notice de Lamberterie 1997 (Chantraine 2009, p. 1292) et celle (...)
  • 4 Boehm 2009.
  • 5 445 selon nos calculs, 500 ou 600 selon Chantraine 2009, p. 302.

3Le morphème suffixal -ειδής, dérivé du substantif εἶδος3, est déjà attesté dans les poèmes homériques4. Il permet de qualifier ce qui a la forme ou l’aspect du terme qu’il détermine. Parmi les centaines d’adjectifs qui ont été ainsi formés5, on n’en trouve que deux qui ont pour radical des noms de bâtiments : θεατροειδής et θολοειδής. Chacun d’eux a son équivalent adverbial : θεατροειδῶς et θολοειδῶς. Θολοειδής est employé pour qualifier une forme arrondie et, plus spécifiquement, un édifice qui est comparable à une tholos soit parce qu’il a un plan circulaire, soit parce qu’il est couvert d’une voûte ou d’une coupole. Dion Cassius (LIII, 27, 2) l’applique au Panthéon de Rome qui, précise-t-il, « ressemble au ciel » (τῷ οὐρανῷ προσέοικεν) ; Athénée (V, 205e) en qualifie le temple d’Aphrodite qui se trouvait sur la thalamègos de Ptolémée Philopator. Les listes des auteurs qui emploient θεατροειδής et θολοειδής se recoupent en grande partie.

  • 6 Sur ce texte, voir la contribution de D.‑M. Cabaret et A. Dan, p. 133‑160.
  • 7 Voir à ce propos dans le présent volume les contributions d’E. Guerber sur Dion de Pruse (p. 263‑2 (...)

4Θεατροειδής est un terme dont il n’existe qu’une vingtaine d’occurrences dans les textes antiques (tableau 1 et corpus, p. 126‑130). Il apparaît pour la première fois à l’époque hellénistique avancée et c’est donc à la forme des théâtres qui étaient alors en usage dans l’Orient grec qu’il a dû d’abord se référer, autrement dit aux édifices en pierre à gradins en demi-cercles outrepassés et bâtiment de scène à proskènion indépendant du koilon. Au ier s. av. J.‑C., l’adjectif est surtout employé par Diodore de Sicile et Strabon, dans les œuvres desquels on compte sept occurrences. On le trouve aussi dans la Lettre d’Aristée à Philocrate, qui semble dater de la fin du iie s. ou du début du ier s. av. J.‑C.6. Il apparaît enfin chez Flavius Josèphe, dans plusieurs scholies à trois vers de l’Iliade et l’Odyssée, dans une scholie aux Guêpes d’Aristophane, dans une autre au Protreptique de Clément d’Alexandrie et chez deux auteurs du ive s. ap. J.‑C., Épiphane de Salamine et Astérios le Sophiste. L’adverbe θεατροειδῶς est attesté dans trois textes (tableau 2 et corpus, p. 130) : l’un de Strabon, l’autre de Galien qui cite Criton, le médecin de Trajan originaire d’Héraclée de la Salbakè, et le troisième d’un scholiaste d’Homère. Ni l’adjectif ni l’adverbe n’apparaissent dans les discours de Dion de Pruse ou dans les éloges de cités7.

  • 8 Segal 1995, p. 10, 43‑44, 86, n. 187 ; Isler 2017, Katalog, p. 376‑377 souligne que l’édifice n’ét (...)

5Θεατροειδής sert rarement à qualifier un monument. Ce n’est le cas que dans une inscription (texte 13) où il qualifie l’ὠδεῖον de Qanawat, qui ne paraît pas avoir été couvert8, et dans deux scholies où l’adjectif s’applique à l’Odéon de Périclès (texte 1) et au labyrinthe de Dédale (texte 14). En général il qualifie des villes ou des sites naturels ou aménagés qui tous, sauf Marseille, se trouvent en Orient. Astérios le Sophiste emploie aussi θεατροειδής à propos des oreilles (texte 15) et deux scholiastes d’Homère utilisent θεατροειδής et θεατροειδῶς en se référant l’un à la disposition de bateaux tirés à sec (Il. XIV, 35 : textes 11a‑11b), l’autre à celle de personnes (Od. VII, 106 : texte 17).

 

Tableau 1 – Les attestations de l’adjectif θεατροειδής.

Date d’écriture Référence Élément qualifié N° dans le corpus
ive s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. ? Scholie à Aristophane, Guêpes 1109a L’Odéon de Périclès à Athènes 1
Fin iie - début ier s. av. J.‑C. Lettre d’Aristée à Philocrate 105‑106 La disposition des remparts de Jérusalem 2
ier s. av. J.‑C. Diodore, II, 10, 2 L’aspect du Jardin suspendu de Babylone 3
ier s. av. J.‑C. Diodore, XVI, 76, 1‑2 La ville de Périnthe 4
ier s. av. J.‑C. Diodore, XIX, 45, 3 La ville de Rhodes 5
ier s. av. J.‑C. Diodore, XX, 83, 2 La ville de Rhodes 6
ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. Strabon, IV, 1, 4 La falaise dominant Marseille 7
ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. Strabon, IX, 3, 3 Le site rocheux de Delphes 8
ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. Strabon, XIV, 2, 15 L’île située devant Cnide 9
ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. ? Aristonicos d’Alexandrie, Περὶ τῶν σημείων Ἰλιάδος XI, 807 Le lieu de rassemblement des Grecs devant Troie au centre de la zone où a été halée la flotte 10
ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. ? Aristonicos d’Alexandrie, Περὶ τῶν σημείων Ἰλιάδος XIV, 35 La disposition des navires des Grecs sur la plage de Troie 11a
ier s. ap. J.‑C. Flavius Josèphe, A. J. XV, 410 La ville de Jérusalem 12
Début du iie s. ap. J.‑C. Waddington 1870, 2341 L’ὠδεῖον de Qanawat 13
Après 200 ap. J.‑C. Scholie à Clément d’Alexandrie, Protreptique 38, 20 Le labyrinthe de Dédale 14
ive s. ap. J.‑C. Astérios le Sophiste, Commentarii in Psalmos, Homilia, 19, 19 Le lieu d’écoute que constituent les oreilles 15
ive s. ap. J.‑C. Épiphane de Salamine, Panarion 80, 6 Un lieu à l’air libre consacré à la prière à Sichem 16
xiie s. ap. J.‑C. Commentaire d’Eustathe de Thessalonique à Iliade XIV, 35 La disposition des navires des Grecs sur la plage de Troie 11b

 

Tableau 2 – Les attestations de l’adverbe θεατροειδῶς.

Date d’écriture Référence Élément qualifié N° dans le corpus
ve s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. Scholie à Odyssée VII, 106 La disposition des servantes dans le palais d’Alkinoos 17
ier s. av. J.‑C. - ier s. ap. J.‑C. Strabon, XVI, 2, 41 L’escarpement entourant Jéricho 18
ier- iie s. ap. J.‑C. Criton cité par Galien, De compositione medicamentorum secundum locos I, 5 La disposition des ingrédients dans une recette de pommade 19

Villes et lieux théâtroïdes : corpus des textes et traits pertinents de la comparaison

  • 9 Sur Périnthe et ce texte de Diodore, voir Sayar 1998, texte LZ 51 du corpus, p. 102‑104, commentai (...)
  • 10 Sur les sites de Jérusalem, Jéricho et Sichem, voir la bibliographie citée dans la contribution de (...)

6Dans les textes du corpus où la comparaison porte sur des villes ou des lieux associés à des villes, elle se justifie par la similitude formelle du référent avec un édifice théâtral et elle est presque toujours soulignée et précisée par l’emploi de termes spécialisés qui entrent en résonance avec la dénomination des composantes de l’édifice. Les villes en question sont au nombre de trois : Rhodes (Diodore, XIX, 45, 3 et XX, 83, 2, textes 5 et 6), Périnthe9 (Diodore, XVI, 76, 1‑2, texte 4, fig. 1) et Jérusalem10 (Flavius Josèphe, A. J. XV, 410, texte 12), dont la disposition des remparts et des circulations est aussi qualifiée de théâtroïde dans la Lettre d’Aristée à Philocrate (105‑106, texte 2).

Fig. 1 – La topographie de Périnthe dans l’Antiquité, éch. 1/10000 (Sayar 1998, Karte I, Asgari-Şakar, modifiée par V. Picard).

Fig. 1 – La topographie de Périnthe dans l’Antiquité, éch. 1/10000 (Sayar 1998, Karte I, Asgari-Şakar, modifiée par V. Picard).
  • 11 Voir la mise au point de Boiy 2004, p. 63‑64.
  • 12 Sur la phase hellénistique du Tell Balâṭah, situé entre le mont Ébal et le mont Gérizim, voir Camp (...)
  • 13 Newton 1863, p. 347‑349.
  • 14 Wescher 1869, p. 127‑129.
  • 15 Sur le site de Marseille, voir les synthèses de Chr. Morange et P. Chevillot in Rothé et Tréziny 2 (...)

7La liste des lieux est plus longue et la plupart d’entre eux sont associés à des villes, qu’ils en constituent l’assiette, la périphérie ou un aménagement insigne. En progressant de l’Orient vers l’Occident, il s’agit du Jardin suspendu de Babylone11 (Diodore, II, 10, texte 3), des escarpements entourant Jéricho (Strabon, XVI, 2, 41, texte 18), d’un lieu à l’air libre consacré à la prière à Sichem12 (Épiphane de Salamine, Panarion 80, texte 16), de l’îlot qui fait face à Cnide et où était établie une partie de la ville13 (Strabon, XIV, 2, 15, texte 9, fig. 2), du site rocheux de Delphes14 (Strabon, IX, 3, 3, texte 8, fig. 3) et, enfin, de la falaise dominant le port de Marseille (Strabon, IV, 1, 4, texte 7, fig. 4) qui est formée par ce que nous appelons la Butte Saint-Laurent et la Butte des Moulins, voire par cette seule dernière, qui était probablement occupée par l’acropole de la cité15.

Fig. 2 – La presqu’île de Cnide vue du nord-est (cliché J. Capelle, 2011).

Fig. 2 – La presqu’île de Cnide vue du nord-est (cliché J. Capelle, 2011).

Fig. 3 – Vue de Delphes depuis le Kerphis (cliché A. Perrier, 2010).

Fig. 3 – Vue de Delphes depuis le Kerphis (cliché A. Perrier, 2010).

Fig. 4 – La topographie de Marseille dans l’Antiquité (Rothé et Tréziny 2005, p. 230, fig. 175, H. Tréziny sur fond de plan M. Boiron).

Fig. 4 – La topographie de Marseille dans l’Antiquité (Rothé et Tréziny 2005, p. 230, fig. 175, H. Tréziny sur fond de plan M. Boiron).
  • 16 Badie et Moretti 2008.
  • 17 Bruns-Özgan 2013, p. 37‑74.
  • 18 Kondis 1958 ; Filimonos-Tsopotou 2004.

8Plusieurs de ces villes et de ces lieux possédaient un théâtre et on peut se demander si la comparaison avec le théâtre ne tend pas vers la métonymie, la ville ou le site devenant une projection agrandie de son principal monument. C’est le cas pour Marseille où un théâtre fut construit à l’époque d’Auguste16 ; pour Cnide (Strabon, XIV, 2, 15, texte 9), où la péninsule « théâtroïde » fait face à un théâtre encore bien conservé17 ; pour Périnthe (Diodore, XVI, 76, 1‑2, texte 4) où le théâtre est adossé à la côte méridionale de la péninsule ; pour Delphes dont le site « théâtroïde » (Strabon, IX, 3, 3, texte 8) est dominé par le sanctuaire d’Apollon aux limites supérieures duquel se trouvait un théâtre. À Rhodes (Diodore, XIX, 45, 3, texte 5), les citadins menacés par l’inondation des parties basses de la ville trouvent refuge dans le théâtre : la ville est ici présentée comme une extension de son théâtre, dont elle semble reproduire la pente – ce qui ne correspond guère aux réalités topographiques18, que Diodore n’ait pas connu le site ou qu’il ait souhaité accentuer la dimension dramatique de la scène.

9Dans tous les cas, l’emploi de l’adjectif « théâtroïde » est fondé sur un certain nombre de similitudes formelles entre le site et un édifice théâtral.

La pente

  • 19 Le site de Sichem était aussi en pente, mais Épiphane de Salamine ne le précise pas.

10La pente est le premier élément qui justifie la comparaison. Elle est le plus souvent exprimée soit par des termes de la famille de κλίνω et κλίσις, soit par des substantifs formés sur βάσις avec les préfixes πρόσ- ou ἀνά- qui désignent les montées aménagées pour parcourir cette déclivité. Le terme ἀνάκλασις (dérivé de κλάω, « briser »), employé dans la Lettre d’Aristée à Philocrate (106, texte 2) à propos de la configuration du site de Jérusalem, est particulièrement intéressant, car il désigne une rupture de pente et l’on sait que les théâtres ont très souvent été implantés sur des terrains qui associaient une pente, favorable à l’adossement des gradins, à un terrain plat, apte à recevoir une orchestra, ses accès et un bâtiment de scène. D’autres termes ou expressions qui ne se rencontrent qu’une fois dans le corpus expriment la même idée. Diodore (XVI, 76, 1‑2, texte 4) situe Périnthe « sur une presqu’île élevée », ἐπί τινος αὐχένος ὑψηλοῦ. Pour décrire le port de Marseille dominé par une falaise théâtroïde, Strabon emploie le verbe ὑποπέπτωκε (Strabon, IV, 1, 4, texte 7 : le verbe signifie littéralement « être tombé sous », d’où « être situé sous »). Le géographe situe « sur la pente », κατὰ κορυφήν, du versant rocheux et théâtroïde de Delphes le sanctuaire oraculaire et la ville (Strabon, IX, 3, 3, texte 8). Eustathe de Thessalonique, commentant l’Iliade XIV, 35 (texte 11b), précise que les bateaux des Grecs sont disposés « comme par degrés » (ὡς κλιμακηδὸν οἷον) « en raison de l’élévation du lieu » (διὰ τὸ ὑψηλὸν τοῦ τόπου)19.

L’étagement

  • 20 Références aux inscriptions associées aux théâtres d’Iasos, Aphrodisias, Smyrne et Patara, rassemb (...)

11L’adverbe κλιμακηδὸν employé par Eusthate est formé sur le substantif κλῖμαξ qui peut s’appliquer à un escalier dans un théâtre. Pour désigner les nombreuses marches qui, à Jérusalem, reliaient le sanctuaire au reste de la ville, Flavius Josèphe emploie le terme βαθμοί. Nous ne connaissons pas de texte où des gradins de théâtre soient désignés par ce terme ; il en existe en revanche où l’on emploie βάθρα20, dont un composé, διαβάθραι, apparaît dans la Lettre d’Aristée à Philocrate (106, texte 2).

  • 21 Voir aussi Pausanias (IV, 9, 2), qui utilise l’adjectif κλιμακόεις dans une citation fautive d’Hom (...)

12Cette disposition étagée par degrés de ce qui est théâtroïde trouve d’autres modes de formulation chez Diodore, qui l’exprime sans recourir au vocabulaire de l’architecture théâtrale. Décrivant les maisons de Périnthe, il note qu’elles sont à des niveaux différents et que leur construction s’étage suivant la pente de la colline. Du Jardin suspendu de Babylone, il écrit qu’il est doté de constructions qui s’échelonnent et que les galeries voûtées qui portent les circulations ascendantes et tout le poids des plantations s’élèvent selon une gradation régulière et de faible amplitude21.

La clôture

  • 22 Lettre d’Aristée à Philocrate 105, texte 2 ; Diodore, XVI, 76, 1‑2, texte 4 ; Strabon, IX, 3, 3, t (...)
  • 23 Les fouilles ont aussi mis partiellement au jour un rempart à Sichem.

13Le lieu théâtroïde ne se caractérise cependant pas seulement par sa pente et par l’étagement de ses composantes. Il est clos, fermé sur lui-même et ses dimensions, précisées dans plusieurs textes22, sont réduites. Dans la description de Jérusalem par Flavius Josèphe, c’est un profond ravin qui limite la ville théâtroïde sur son versant méridional. Plus souvent, c’est le rempart qui, pour une ville, fait fonction de clôture23. Περίβολος, que Diodore emploie pour désigner le mur de soutènement du koilon du théâtre de Rhodes, apparaît à quatre reprises dans notre corpus : il désigne aussi le rempart de Jérusalem dans la Lettre d’Aristée à Philocrate comme dans le texte de Flavius Josèphe et celui de Babylone dans un passage de Diodore (qui, pour la muraille de Rhodes comme pour celle de Périnthe, emploie le terme τείχη). Dans l’un des deux textes concernant Rhodes (Diodore, XIX, 45, 3, texte 5), la clôture est considérée de l’intérieur. La ville, affectée par de fortes pluies et des chutes de grêlons, est inondée : l’eau ne peut s’écouler hors des remparts, car les grilles placées là où les égouts les traversent dans les parties les plus basses ont été obturées. Dans le passage qui concerne Périnthe (Diodore, XVI, 76, 1‑2, texte 4), le point de vue est au contraire externe. Ce n’est d’ailleurs pas à ses remparts que la ville doit d’y être qualifiée de théâtroïde : ils sont alors en grande partie ruinés, mais derrière eux les maisons sont si proches les unes des autres (τὰς δ’ οἰκίας ἔχει πεπυκνωμένας) qu’une fois les ruelles barrées elles forment elles-mêmes une sorte de rempart (ὥσπερ ὀχυροῖς τισι τείχεσιν ἐχρῶντο).

La densité

14L’idée de densité, exprimée chez Diodore par le verbe πυκνόω, est aussi présente dans des commentaires et des scholies à Homère. Dans une scholie à l’Odyssée VII, 106 (texte 17), le même verbe est associé à θεατροειδής. Dans les notes attribuées à Aristonicos sur l’Iliade XIV, 35 (texte 11a), c’est en revanche la présence dans le texte homérique de l’adjectif πρόκροσσος, signifiant « en rangs serrés », « pressés l’un contre l’autre », qui conduit à employer θεατροειδής. La densité peut avoir plusieurs origines : l’accumulation de personnes, d’objets ou de maisons. Elle est aussi ressentie face à des falaises, comme à Marseille (Strabon, IV, 1, 4, texte 7), à Delphes (Strabon, IX, 3, 3, texte 8) ou à Jéricho (Strabon, XVI, 2, 41, texte 9). Un paysage minéral peut être θεατροειδής, mais ce n’est jamais le cas du versant d’une colline présentant une forme naturellement concave. Si le Jardin suspendu de Babylone est qualifié de théâtroïde, c’est justement parce qu’il s’agit d’une construction. Partout l’adjectif fait clairement référence à la masse des gradins, occupés ou non. Dans la Rhodes de Diodore, XIX, 45, 3 (texte 5), cette densité a pour conséquence l’imperméabilité, l’eau des pluies qui s’abattent sur la ville ruisselant comme dans le koilon d’un théâtre pour converger vers la partie basse de la ville. C’est au même caractère impénétrable que se réfère Plutarque dans la Vie d’Antoine XLV, 4, 5 (937a), sans employer néanmoins l’adjectif θεατροειδής : évoquant une manœuvre de l’armée romaine dans sa guerre contre les Parthes, en 36 av. J.‑C., il écrit que les soldats se protégeant avec leurs boucliers longs placés les uns contre les autres comme les tuiles d’un toit offrent une disposition qui a l’apparence d’un théâtre, ὄψιν τε θεατρικὴν παρέχει.

Le contour circulaire

  • 24 De même, dans la Guerre d’Afrique (37, 5), la délimitation circulaire d’une portion de plaine suff (...)

15Deux textes de Strabon associent explicitement l’adjectif à la forme circulaire ; dans les deux cas, le géographe insiste sur le contour et non pas sur la disposition des éléments entourés24. La ville de Delphes occupe un cercle de onze stades de circonférence (IX, 3, 3 : τὴν πόλιν, σταδίων ἑκκαίδεκα κύκλον πληροῦσαν, texte 8). Jéricho est une plaine entourée circulairement par un escarpement montagneux (XVI, 2, 41, texte 18 : πεδίον κύκλῳ περιεχόμενον ὀρεινῇ τινι : ici le préfixe περι- accentue l’idée de circularité déjà contenue dans κύκλῳ). On peut rapprocher ces textes de la scholie à Clément d’Alexandrie qui qualifie de théâtroïde la disposition à plusieurs enroulements du labyrinthe de Dédale (scholie à Clément d’Alexandrie, Protreptique 38, 20, texte 14 : θεατροειδὲς δὲ καὶ πολυέλικτον σχῆμα). On peut aussi les rapprocher du texte de Criton (texte 19) où le terme κύκλος n’est pas employé, mais où la forme circulaire est néanmoins présente, puisque s’y trouve qualifiée de théâtroïde la disposition d’ingrédients dans une marmite (χύτρα), disposition dont le centre (τὸ μέσον) doit rester vide, comme l’est, c’est nous qui glosons, l’orchestra d’un théâtre. On sait enfin, grâce à la fouille, que le site de Sichem, évoqué par Épiphane de Salamine (texte 16), avait un contour plus ou moins circulaire.

Des circulations limitées

  • 25 Le terme est employé à deux reprises par Diodore, II, 10, 3.
  • 26 ID 505, l. 8, 10, [11‑12] (276 av. J.‑C. ?) ; IG XI, 2, 203, A, l. 82 et 85 (269 av. J.‑C.). Voir (...)

16Dans les espaces construits théâtroïdes, la clôture n’interdit pas l’aménagement de circulations, mais, qu’elles soient horizontales ou ascendantes, elles ne peuvent être que rares, limitées et dotées de peu d’accès. Sous le Jardin suspendu de Babylone se trouvent des galeries voûtées, des σύριγγες25, qui rappellent par leur disposition les galeries voûtées des caveas sur structures creuses et peut-être aussi la σῦριγξ qui, selon Polybe (Histoire XV, 30, 6), débouchait à Alexandrie sur l’entrée (πάροδος) du théâtre. La Jérusalem de la Lettre d’Aristée à Philocrate est parcourue par des δίοδοι – le substantif est employé deux fois et il l’est aussi une fois dans la description de la ville par Flavius Josèphe (A. J. XV, 410, texte 12) –, terme qui dans les comptes de construction du théâtre de Délos désignait les circulations traversant les gradins, soit, au singulier, le diazôma, soit, au pluriel, les escaliers rayonnants du koilon26.

17La pente, l’étagement, la clôture, la densité, le contour circulaire et la limitation des accès et des circulations horizontales ou ascendantes sont donc les traits sur lesquels porte la comparaison et qui peuvent justifier l’emploi de θεατροειδής. Tous ces éléments font référence à ce que nous appelons le koilon ou la cavea et donc au sens premier de θέατρον, la construction destinée à recevoir les spectateurs. Le bâtiment de scène n’est jamais évoqué. Il ne l’est même pas dans les deux textes où référence semble être faite à une cavea intégrant des circulations, ce qui nous renvoie aux théâtres de type latin dans lesquels le bâtiment de scène fait corps avec les gradins. Le plus ancien des deux est un passage de Diodore, II, 10, 1‑6 qui évoque les galeries voûtées (σύριγγες) portant le Jardin suspendu de Babylone et précise qu’il y avait à la fois des galeries ascendantes et une galerie sommitale (ἡ ἀνωτάτω σῦριγξ), ce qui ne peut convenir qu’à un de ces édifices sur structure creuse dont la diffusion en Italie est précisément contemporaine de l’œuvre de l’historien. L’autre texte est la scholie à Clément d’Alexandrie, Protreptique 38, 20 (texte 14) dans laquelle la comparaison avec le labyrinthe de Dédale ne peut elle aussi se comprendre que par référence à des circulations aménagées dans les substructures d’une cavea.

18Dans aucun des textes du corpus, θεατροειδής ne s’applique à une composition urbaine étagée, du type de celle dont la ville de Pergame est apparue comme le plus insigne exemple à certains historiens de la ville antique. Ce qui prévaut dans ce qui est qualifié de θεατροειδής, c’est à la fois la position (la θέσις, pour reprendre le terme employé dans Lettre d’Aristée à Philocrate) et un aspect, un effet de masse, compact et bien délimité. Le sens du suffixe -ειδης n’est jamais oublié et il est même souligné pléonastiquement dans un texte de Diodore (II, 10, 2, texte 3) qui parle d’une πρόσοψις θεατροειδής, un « aspect théâtroïde ».

Emploi du terme pour des dispositifs de perception

19Le terme θεατροειδής sert donc à établir une comparaison avec une forme architecturale spécifique. Cependant le théâtre n’est pas seulement un édifice : c’est aussi, comme l’exprime l’étymologie du nom, le lieu d’où l’on observe. Le composé θεατροειδής est donc susceptible d’aller au-delà de la comparaison architecturale et de renvoyer au théâtre comme lieu de la perception visuelle et auditive.

20Cette double référence au théâtre en tant qu’édifice et en tant que lieu favorisant la perception apparaît clairement dans l’utilisation que fait de l’adjectif, au ive s. ap. J.‑C., le théologien chrétien Astérios le Sophiste (texte 15). Parlant des impies qui ont cessé d’écouter la parole divine, Astérios écrit qu’ils ont « détruit le lieu d’écoute théâtroïde qu’étaient leurs oreilles », τὰ θεατροειδῆ ἀκροατήρια τῶν ὠτίων ἔλυσαν. La comparaison se double ici d’une métaphore, l’oreille humaine étant, par le génitif subjectif, assimilée à un auditorium (ἀκροατήριον) lui-même comparé à un théâtre. Dans cette figure ramassée, l’oreille et le théâtre sont subordonnés à leur fonction commune, celle de lieu d’écoute ; la comparaison architecturale fonctionne certes par une mise en rapport de la circularité et de l’étagement du théâtre avec la conque et les plis du pavillon auriculaire, mais ce qui est au centre de l’image, c’est l’auditorium dans sa fonction de lieu d’écoute – puisque l’ἀκροατήριον est un dérivé d’ἀκροάομαι, « écouter ».

  • 27 Cette description des habitants de la ville assistant en spectateurs à l’attaque de son port n’est (...)
  • 28 Le même procédé de mise en scène des événements est souligné dans un autre passage de la Bibliothè (...)

21Le double référent de l’adjectif « théâtroïde », qui renvoie à la fois à une forme et à une fonction, est exploité d’une façon exceptionnellement dense dans un passage de la Bibliothèque historique où Diodore de Sicile relate l’arrivée de Démétrios Poliorcète devant Rhodes en 306. Démétrios est venu assiéger la ville, dont il veut utiliser le port ; il se présente avec une flotte composée de plus d’un millier de navires. Après avoir détaillé la disposition de cette flotte qui remplit tout l’espace situé entre le port de Rhodes et la Pérée (XX, 83, 1), Diodore évoque la crainte et la stupeur des Rhodiens qui observent (θεωροῦσιν) ce déploiement de forces. La suite du texte (XX, 83, 2 : texte 6) confirme et développe la situation de spectateurs des Rhodiens dans le cadre d’une métaphore dont le terme θεατροειδής donne la clef. L’ensemble des habitants de Rhodes apparaît ici : les soldats sont répartis sur la muraille, qui domine le port ; les vieillards et les femmes regardent depuis leurs maisons. Le texte met l’accent d’abord sur le regard des spectateurs (ἐκαραδόκουν, ἀφεώρων), puis sur le spectacle qui leur est présenté (la flotte, avec des notations lumineuses : τὴν αὐγὴν τῶν ἀποστιλβόντων ὅπλων, « l’éclat des armes brillantes »), et enfin sur la réaction des spectateurs (καταπληττόμενοι, « frappés de stupeur », ἠγωνίων, « ils étaient pleins d’angoisse »). La comparaison architecturale est ici à l’œuvre, le texte évoquant la clôture et l’étagement du site. Mais l’effet de mise en relation entre la ville et le théâtre va plus loin : ce passage assimile les habitants de la ville assiégée à des spectateurs de théâtre, installés sur des gradins, regardant vers le bas et émus par le spectacle qui s’offre à eux ; la flotte des assiégeants occupe par conséquent – sans que Diodore développe ici la comparaison – la position du chœur entrant sur l’orchestra que forme le bras de mer compris entre le port et le continent. Le texte met donc en place un dispositif comprenant un espace scénique à un seul niveau, la mer, un spectacle, l’arrivée des vaisseaux, et des spectateurs, les Rhodiens ; il prend même en compte l’interaction entre spectacle et spectateurs en mentionnant les réactions de ces derniers27. En filant la métaphore initiée par la comparaison que notre adjectif explicite, Diodore fait basculer le récit dans le spectacle et l’histoire donne à voir les événements dans un dispositif de représentation théâtrale. Dans l’opération, la ville théâtroïde devient le lieu d’où l’on observe le spectacle de l’histoire28.

  • 29 Sur la théâtralisation du récit historique, voir Walbank 1960.
  • 30 Voir par exemple le discours d’Agathocle devant ses troupes révoltées en Libye : Diodore, XX, 34, (...)

22L’utilisation de ce type de métaphore spectaculaire est récurrente non seulement chez Diodore, mais plus largement dans l’historiographie grecque et romaine29. Dans la plupart des passages, l’explicitation de la comparaison par l’emploi de termes dérivés de θέατρον (θεατροειδής ou θεατρικός, qui se réfère généralement plutôt au spectacle) n’est pas nécessaire : la mention de la présence de spectateurs et du regard qu’ils portent sur un spectacle, de prises de parole, de jeux de scène, de costumes ou d’éclairage y suffisent30.

23Mais l’emploi que Diodore fait ici de l’adjectif semble être une mise en œuvre personnelle, liée à son goût pour l’histoire théâtrale et relativement isolée parmi les occurrences du terme. Il reste donc à examiner l’ensemble des contextes d’utilisation du mot pour y faire la part de la référence architecturale et de la référence à un dispositif de perception, sinon à une mise en scène. Une ville théâtroïde est-elle simplement une ville dont la forme rappelle celle d’un koilon, ou est-ce toujours aussi, de façon plus ou moins implicite, un point focal d’où l’homme perçoit le monde ? Et peut-on reconnaître une évolution chronologique dans cette ambivalence de l’emploi du terme ?

Chronologie de l’emploi du terme

24Dans l’ordre chronologique des attestations du terme que nous avons conservées, Diodore est le premier, au ier s. av. J.‑C., à utiliser l’adjectif pour présenter la ville comme un lieu d’où l’on assiste à un spectacle ; mais le passage étudié plus haut est assez isolé. Dans la description que donne le même auteur de l’inondation de Rhodes (XIX, 45, 3, texte 5), l’adjectif relève de la comparaison architecturale en ce qu’il évoque les pentes concentriques de la ville, qui collecte les eaux de pluie comme le fait un théâtre ; mais la suite du texte décrit la scène de panique qui se déroule dans le quartier bas submergé, dont les occupants, cherchant à échapper à la noyade, s’enfuient de tous côtés vers le port ou le théâtre et trouvent refuge sur des autels et des bases de statue. L’évocation de l’émotion des acteurs (ἐκπλαγεῖς μὲν ἦσαν ἅπαντες, « tous étaient frappés de terreur ») rappelle celle des spectateurs dans le texte précédent et le texte abonde en mention de mouvements (συνέφυγον, « ils fuyaient », ἀνέδραμον, « ils montaient en courant », προσανέβησαν, « ils escaladaient ») ; toutefois le parallèle s’arrête là, puisque la scène n’a pas de spectateurs (sinon le lecteur) et qu’aucune mention de vue ni d’ouïe n’y est faite.

25Dans les deux autres cas où Diodore emploie le terme, la notion de perception ou celle de spectacle n’apparaissent que de façon très indirecte. Le Jardin théâtroïde de Babylone (II, 10, 1‑6, texte 3) est un paysage artificiel produit par « l’art du paysagiste », τῆς τοῦ φυτουργείου φιλοτεχνίας ; il est décrit comme un ouvrage d’art et la référence architecturale domine évidemment le texte, qui détaille longuement le plan, les dimensions, l’élévation du monument, ainsi que les matériaux mis en œuvre et l’usage fait des circulations et des substructures. Le regard porté sur ces jardins est évoqué deux fois (10, 5 : τοὺς θεωμένους ; 10, 6 : συνιδεῖν) : des spectateurs les observent donc et la notion de perception visuelle n’est pas absente du passage, mais c’est sur l’édifice comparé à un θέατρον que porte le regard, ce qui rend improbable la référence à une situation de représentation. Dans la description que Diodore propose de Périnthe (XVI, 76, 1‑2, texte 4), l’adjectif fait explicitement référence à la topographie de la ville (τὸ σχῆμα τῆς ὅλης πόλεως, « la forme de la ville dans son ensemble ») et ne donne lieu à aucune mention de perception ou de spectacle.

26Au tournant du ier s. av. J.‑C. et du ier s. ap. J.‑C., Strabon utilise quatre fois le terme (textes 7 à 9 et 18) sans l’accompagner d’aucune mention de vue, d’ouïe ou de spectacle, à l’exception non significative du passage (IV, 1, 4, texte 7) où il note que l’escarpement théâtroïde qui domine le port de Marseille « regarde vers le sud » (βλεπούσῃ πρὸς νότον) ; seule la comparaison architecturale est ici en œuvre.

  • 31 Au xiie s. ap. J.‑C., Eustathe de Thessalonique (texte 11b) cite la phrase d’Aristonicos dans son (...)

27Dans les deux occurrences de l’adjectif attribuées à son contemporain le grammairien alexandrin Aristonicos, la notion de perception est absente. Lorsqu’il l’applique, à propos du vers 807 du chant XI de l’Iliade (texte 10), au lieu où se tiennent l’assemblée et le tribunal des Grecs devant Troie, il présente le lieu comme théâtroïde à la fois par sa forme et par sa destination, puisqu’il sert « à la réunion de la foule », εἰς ὄχλου συναγωγήν. Dans son commentaire au vers 35 du chant XIV, l’adjectif qualifie le lieu où les navires des Grecs ont été tirés au sec les uns au-dessus des autres (texte 11a) : comme il a été dit plus haut, c’est ici l’idée d’étagement qui justifie le terme31.

28De même son emploi est commandé chez Criton, à la fin du ier s. ap. J.‑C. ou au début du iie, par l’analogie entre la forme du koilon et celle de la terre blanche disposée dans une marmite pour la préparation d’une crème dépilatoire (texte 19). Pour Strabon, Andronicos ou Criton, ainsi que dans deux ou trois des quatre passages cités de Diodore, l’adjectif fait donc référence à la forme du théâtre, et non à sa fonction.

29Le fait que onze des occurrences conservées du terme, sous forme adjectivale ou adverbiale, figurent chez ces auteurs semble montrer qu’entre le ier s. av. J.‑C. et le début du ier s. ap. J.‑C. le mot a connu un succès particulier dans un sens presque exclusivement architectural. Les siècles suivants paraissent en avoir fait un usage moins abondant – pour autant qu’un raisonnement statistique soit valable pour un mot aussi rare – et avoir plus volontiers que les précédents intégrés dans son emploi la référence à la perception ou à la représentation.

  • 32 Une scholie mal datée aux Guêpes d’Aristophane (texte 1) définit l’Odéon de Périclès comme « un li (...)

30De fait, plusieurs textes plus tardifs utilisent l’adjectif pour évoquer une perception, visuelle ou auditive, un spectacle ou des spectateurs32. Dans la description de Jérusalem proposée par Flavius Josèphe au ier s. ap. J.‑C. (texte 12), la comparaison est architecturale en ce qu’elle implique l’étagement des marches et la pente. Mais la formule ἄντικρυς γὰρ ἡ πόλις ἔκειτο τοῦ ἱεροῦ θεατροειδής, « car la ville, théâtroïde, s’étendait en face du sanctuaire » insiste sur le face-à-face entre la ville et le sanctuaire ; du fait que τοῦ ἱεροῦ, bien que son cas soit commandé par ἄντικρυς, se trouve placé entre ἡ πόλις et l’adjectif θεατροειδής qui s’y rapporte, le caractère théâtroïde de la ville semble être déterminé au moins en partie par sa relation avec le sanctuaire. Ce dernier devient donc le point de mire d’une ville qui est théâtroïde par sa forme, mais aussi par sa fonction : elle est le lieu d’où l’on voit le sanctuaire.

31Au ive siècle, Épiphane de Salamine, dans le Panarion (texte 16), présente les pratiques hérétiques des Samaritains qui ont bâti à Néapolis, sur le mont Garizim, un lieu de prière « théâtroïde » caractérisé architecturalement par le fait qu’il se trouve « en plein air et à ciel ouvert » (ἐν ἀέρι καὶ αἰθρίῳ τόπῳ), comme l’étaient les édifices théâtraux grecs. Le texte explique que les Samaritains ont imité en cela les Juifs, dont l’usage est d’établir leurs lieux de prière à ciel ouvert et dans des lieux bien éclairés parce que l’ignorance est une forme d’aveuglement (3, 486 : ἡ δὲ ἀγνωσία τυφλή τις οὖσα). Ce lieu théâtroïde est donc un lieu de clarté, celui où la lumière du soleil permet de parvenir à une vision du monde. L’adjectif « théâtroïde », s’il fait référence à une particularité architecturale du théâtre grec, implique aussi ici la notion de vue dégagée.

  • 33 L’importance des qualités acoustiques d’un théâtre était soulignée depuis longtemps et pas seuleme (...)

32À la même période, Justin (XXIV, 6, 6) utilise une tournure latine équivalente à cet adjectif (in formam theatri) à propos de Delphes pour indiquer qu’une partie du site, « en forme de théâtre », favorise la répercussion des sons : la mise en rapport est ici essentiellement acoustique, comme dans le texte contemporain d’Astérios (texte 15) qui compare l’oreille à un auditorium théâtroïde33.

33Dans ces textes, l’adjectif fait référence à une fonction tout autant, voire davantage qu’à une forme. Une ville, un monument, un site ou une partie du corps sont considérés comme « théâtroïdes » parce qu’ils favorisent une perception, visuelle ou auditive, ou l’organisation d’un spectacle. Seule dans cet ensemble, la scholie à Clément d’Alexandrie (texte 14), postérieure au iie s. ap. J.‑C., qui, comparant le Labyrinthe à un théâtre, limite la comparaison à une similitude architecturale, fait figure d’exception.

34Le terme « théâtroïde » semble donc avoir connu une évolution, pour autant que nous puissions nous fier aux quelques emplois qui en ont été préservés. Le terme est surtout utilisé entre le iie s. av. J.‑C. et le ier s. ap. J.‑C. : la comparaison introduite par l’adjectif porte alors sur les caractéristiques architecturales de l’édifice ; une seule des occurrences conservées pour cette période insère dans la comparaison la référence à un spectacle mis en scène. Au ive s. ap. J.‑C., le mot réapparaît, mais de façon plus modeste et avec un sens un peu différent, où la comparaison implique la fonction autant que la forme du théâtre.

  • 34 Sur ce texte, voir Bommelaer 1989, p. 22‑26.
  • 35 Gros 1983 ; Greco et Torelli 1983, p. 318‑319 ; Gros 1999, p. 130‑131 ; Gros 2000, p. 73‑74 ; Gros (...)
  • 36 Cf. dans le domaine latin l’emploi de moles par Stace, Silves III, 5, 91 pour désigner la masse d’ (...)

35Dans une description d’Halicarnasse souvent évoquée à propos du terme qui nous retient34, Vitruve (II, 8, 11) écrit que le site de la ville est theatri curvaturae similis (littéralement « semblable à la courbure d’un théâtre ») et il développe la comparaison en citant les principaux monuments qui caractérisent cette composition urbaine étagée : à la base, près du port, l’agora (forum) ; au niveau de la praecinctio, une place où s’élève le Mausolée ; au sommet, un temple d’Arès (Mars) au centre, à droite un autre de Vénus et de Mercure (Aphrodite et Hermès) et la fontaine Salmacis, auxquels s’ajoute le palais que l’architecte latin a mentionné précédemment. Quoi qu’on ait écrit à ce sujet35, Vitruve adopte dans ce passage une esthétique et des valeurs différentes de celles qui sont attachées à θεατροειδής dans le corpus des textes grecs où il est employé. Aucune considération ni sur la hiérarchisation des constructions, ni sur l’harmonie de leur disposition n’est évoquée par les auteurs grecs. Même pour ceux d’entre eux qui écrivent à l’époque impériale et qui se réfèrent à un édifice à cavea à circulations intégrées dans les substructions, θεατροειδής renvoie à l’image d’une masse construite36 dont la surface clairement circonscrite est parcourue de circulations, mais dénuée de composantes différenciées et hiérarchisées. C’est l’image que donne encore aujourd’hui, par exemple, le théâtre d’Éphèse quand on en est éloigné de quelques kilomètres (fig. 5).

Fig. 5 – Le théâtre d’Éphèse vu du sud (cliché J.‑Ch. Moretti, 2014).

Fig. 5 – Le théâtre d’Éphèse vu du sud (cliché J.‑Ch. Moretti, 2014).
  • 37 Caliò 2012, p. 374‑378.
  • 38 Lynch 1960.
  • 39 Aristote, Mét. 13, 1087a 18. Voir Gros 2000, p. 69.

36Au terme de notre enquête, nous nous écartons donc sensiblement tout autant de l’usage fait du terme « théâtroïde » dans les études sur l’urbanisme antique que des positions soutenues par L.M. Caliò qui, dans son livre sur la ville grecque paru en 201237, affirme que θεατροειδής ne s’applique pas à la forme des villes, mais à l’imaginaire qu’en développent leurs habitants, renvoyant à ce propos au travail de K. Lynch38. Pour les auteurs grecs, les villes et les lieux théâtroïdes sont pentus, clos et homogènes. Leurs composantes sont étagées sans que jamais soit fait référence à une hiérarchie, à une distinction des éléments constitutifs, ni même à de nettes divisions entre plusieurs niveaux créées par l’existence de ces murs de terrasse qui caractérisent beaucoup de sanctuaires et de villes construits à l’époque hellénistique en Asie Mineure et dans les îles situées au large de sa côte occidentale. La ville théâtroïde a l’aspect d’une masse construite aux accès limités et aux circulations peu nombreuses. Elle répond à l’idéal aristotélicien de ce qui est ὡρισμένον, défini et donc maîtrisable par la rationalité de l’esprit39. Elle est apte à recevoir des spectateurs qui, formant eux aussi une masse compacte et uniforme, observent un spectacle qui se déroule sur un seul niveau. L’usage de θεατροειδής appliqué à des villes antiques ne nous en apprend pas moins sur la manière dont les Grecs percevaient leurs théâtres que sur celle dont ils voyaient certaines de leurs villes.

Corpus

37Afin de contenir dans des proportions raisonnables les textes du corpus, nous ne citons ci‑dessous que les phrases où sont employés θεατροειδής et θεατροειδῶς, alors que les analyses que nous développons ci‑dessus prennent en compte les résonances de ces termes dans le contexte où ils apparaissent. Nous nous sommes contentés de traduire θεατροειδής et θεατροειδῶς par « théâtroïde » et de « de manière théâtroïde ».

Les attestations de l’adjectif θεατροειδής

1. Scholie à Aristophane, Guêpes 1109a (éd. Koster 1978, p. 176).

οἱ δ’ ἐν Ὠιδείῳ: τόπος ἐστὶ θεατροειδής, ἐν ᾧ εἰώθεσαν τὰ ποιήματα ἀπαγγέλλειν, πρὶν τῆς εἰς τὸ θέατρον ἀπαγγελίας.

« d’autres, dans l’Odéon » : il s’agit d’un lieu théâtroïde, dans lequel on avait l’habitude de répéter les œuvres avant la représentation au théâtre.

2. Lettre d’Aristée à Philocrate, 105.

[Description de Jérusalem et, plus précisément dans ce passage, de son enceinte] Ἔχει δὲ τὴν τῶν πύργων θέσιν θεατροειδῆ, καὶ φαινομένων διόδων – τῶν ὑποκειμένων, τῶν δ’ ἐπάνωθεν – εἰθισμένως, καὶ τὰς διὰ τούτων διεξόδους.

La disposition de ses remparts est théâtroïde et, étant donné que ses traverses sont, comme cela apparaît clairement, organisées de la façon habituelle (les unes en bas, les autres venant d’en haut), la disposition des issues auxquelles on accède par ces traverses est aussi théâtroïde.

3. Diodore, II, 10, 2.

[À propos du Jardin suspendu de Babylone] Ἔστι δ’ ὁ παράδεισος τὴν μὲν πλευρὰν ἑκάστην παρεκτείνων εἰς τέτταρα πλέθρα, τὴν δὲ πρόσβασιν ὀρεινὴν καὶ τὰς οἰκοδομίας ἄλλας ἐξ ἄλλων ἔχων, ὥστε τὴν πρόσοψιν εἶναι θεατροειδῆ.

Ce jardin s’étend sur quatre plèthres de chaque côté et présente une pente escarpée et des constructions attenantes les unes aux autres, de sorte que son aspect est théâtroïde.

4. Diodore, XVI, 76, 1‑2.

[À propos du siège de Périnthe par Philippe de Macédoine en 341‑340] Ἡ γὰρ Πέρινθος κεῖται μὲν παρὰ θάλατταν ἐπί τινος [αὐχένος] ὑψηλοῦ χερρονήσου σταδιαῖον ἐχούσης τὸν αὐχένα, τὰς δ’ οἰκίας ἔχει πεπυκνωμένας καὶ τοῖς ὕψεσι διαφερούσας. 2. Αὗται δὲ ταῖς οἰκοδομαῖς αἰεὶ κατὰ τὴν εἰς τὸν λόφον ἀνάβασιν ἀλλήλων ὑπερέχουσι καὶ τὸ σχῆμα τῆς ὅλης πόλεως θεατροειδὲς ἀποτελοῦσι.

Périnthe s’étend en effet au bord de la mer, sur une presqu’île élevée dont l’isthme mesure un stade de large ; ses maisons sont très proches les unes des autres et à des niveaux différents. 2. Leur construction s’étage sans interruption suivant la pente de la colline et elles donnent à l’ensemble de la ville un aspect théâtroïde.

5. Diodore, XIX, 45, 2‑3.

[Évocation de la troisième inondation de Rhodes, qui survint au printemps 315] Ὁ δὲ τελευταῖος ἐπέπεσε μὲν ἔαρος ἀρχομένου, καταρραγέντων ἐξαίφνης μεγάλων ὄμβρων καὶ χαλάζης ἀπίστου τὸ μέγεθος· μνααῖαι γὰρ ἔπιπτον, ἔστι δ’ ὅτε καὶ μείζους, ὥστε πολλὰς μὲν τῶν οἰκιῶν συμπίπτειν διὰ τὸ βάρος, οὐκ ὀλίγους δὲ καὶ τῶν ἀνθρώπων ἀπόλλυσθαι· 3. θεατροειδοῦς δ’ οὔσης τῆς Ῥόδου καὶ τὰς ἐγκλίσεις τῶν ὑδάτων κατὰ τὸ πλεῖστον εἰς ἕνα τόπον ποιουμένης εὐθὺς τὰ ταπεινὰ τῆς πόλεως ἐπληροῦτο, τῶν μὲν ὀχετῶν διὰ τὸ δοκεῖν παρεληλυθέναι τὸν χειμῶνα κατημελημένων, τῶν δ’ ἐν τοῖς τείχεσιν ὀβελίσκων συμφραχθέντων.

La dernière (inondation) survint au début du printemps : soudain tombèrent de fortes pluies et des grêlons d’une taille incroyable ; il en tombait d’une mine et parfois même plus, faisant s’écrouler sous leur poids de nombreuses maisons et provoquant même la mort d’un nombre considérable d’hommes. 3. Comme la disposition théâtroïde de Rhodes faisait converger l’écoulement des eaux, pour leur plus grande part, vers un seul et même point, les quartiers bas de la ville furent aussitôt inondés ; les égouts n’avaient en effet pas été entretenus, car on croyait l’hiver terminé, et les grilles dans les remparts avaient été obturées.

6. Diodore, XX, 83, 2.

[À l’occasion du siège de Rhodes en 306] Oἱ μὲν γὰρ στρατιῶται τῶν Ῥοδίων διειληφότες τὰ τείχη τὸν ἐπίπλουν ἐκαραδόκουν τῶν πολεμίων, πρεσβῦται δὲ καὶ γυναῖκες ἀπὸ τῶν οἰκιῶν ἀφεώρων, οὔσης τῆς πόλεως θεατροειδοῦς, πάντες δὲ τό τε μέγεθος τοῦ στόλου καὶ τὴν αὐγὴν τῶν ἀποστιλβόντων ὅπλων καταπληττόμενοι περὶ τῶν ὅλων οὐ μετρίως ἠγωνίων.

Car les soldats des Rhodiens, répartis sur les murailles, guettaient l’attaque maritime des ennemis, tandis que les vieillards et les femmes regardaient de loin depuis leur maison, la ville étant théâtroïde, et tous, frappés de stupeur par la taille de la flotte et l’éclat des armes brillantes, étaient pleins d’une inquiétude sans bornes à l’idée de tout perdre.

7. Strabon, IV, 1, 4.

Κτίσμα δ’ ἐστὶ Φωκαιέων ἡ Μασσαλία, κεῖται δ’ ἐπὶ χωρίου πετρώδους· ὑποπέπτωκε δ’ αὐτῆς ὁ λιμὴν θεατροειδεῖ πέτρᾳ, βλεπούσῃ πρὸς νότον.

Massalia est une fondation des Phocéens et s’étend sur un terrain rocheux ; son port est dominé par une falaise théâtroïde, qui regarde vers le sud.

8. Strabon, IX, 3, 3.

Εἴρηται δ’ ὅτι καὶ ὁ Παρνασσὸς ἐπὶ τῶν ἑσπερίων ὅρων ἵδρυται τῆς Φωκίδος. Τούτου δὴ τὸ μὲν πρὸς δύσιν πλευρὸν οἱ Λοκροὶ κατέχουσιν οἱ Ὀζόλαι, τὸ δὲ νότιον οἱ Δελφοί, πετρῶδες χωρίον, θεατροειδές, κατὰ κορυφὴν ἔχον τὸ μαντεῖον καὶ τὴν πόλιν, σταδίων ἑκκαίδεκα κύκλον πληροῦσαν.

Nous avons déjà dit que le Parnasse est situé aux frontières occidentales de la Phocide. Les Locriens Ozoles occupent son versant tourné vers le couchant, Delphes son versant méridional, un site rocheux, théâtroïde, sur la pente duquel se trouvent le sanctuaire oraculaire et la ville, qui occupe une circonférence de seize stades.

9. Strabon, XIV, 2, 15.

Εἶτα Κνίδος δύο λιμένας ἔχουσα, ὧν τὸν ἕτερον κλειστὸν τριηρικὸν καὶ ναύσταθμον ναυσὶν εἴκοσι. Πρόκειται δὲ νῆσος ἑπταστάδιός πως τὴν περίμετρον ὑψηλή, θεατροειδής, συναπτομένη χώμασι πρὸς τὴν ἤπειρον καὶ ποιοῦσα δίπολιν τρόπον τινὰ τὴν Κνίδον· πολὺ γὰρ αὐτῆς μέρος οἰκεῖ τὴν νῆσον, σκεπάζουσαν ἀμφοτέρους τοὺς λιμένας.

Vient ensuite Cnide qui a deux ports dont l’un, qui est fermé, peut recevoir des trières et constitue une base navale pour vingt vaisseaux. Au-devant s’étend une île de sept stades environ de périmètre, élevée, théâtroïde, reliée au continent par un terre-plein, qui fait de Cnide une sorte de ville double : car une grande partie de la population habite l’île qui protège à la fois les deux ports.

10. Scholie à Iliade XI, 806‑807 (éd. Pierron 1869, p. 429).

806    Ἀλλ’ ὅτε δὴ κατὰ νῆας Ὀδυσσῆος θείοιο
807    ἷξε θέων Πάτροκλος, ἵνά σφ’ ἀγορή τε θέμις τε

Et lorsque vers les nefs du divin Ulysse Patrocle vint en courant, à l’endroit de l’agora et de la place de justice

  • 40 Voir aussi une variante de la même scholie, éd. Erbse 1974, p. 285, l. 19‑21 [807 a].

Commentaire d’Aristonicos d’Alexandrie, Περὶ τῶν σημείων Ἰλιάδος (éd. Friedländer 1853, p. 204)40.

[Aristonicos explicite les marques apposées par les grammairiens antérieurs dans les manuscrits d’Homère] ἡ διπλῆ πρὸς τὸ τοῦ στρατοπέδου διάγραμμα, ὅτι ὑποτίθεται κατὰ μέσον τοῦ ναυστάθμου θεατροειδῆ τόπον εἰς ὄχλου συναγωγήν.

  • 41 La double ou diplè est un signe en ligne brisée () indiquant les passages qui semblaient aux gramm (...)

la diplè41 en regard du passage concernant la disposition du camp : parce que l’on imagine vers le centre du lieu où se trouve la flotte un emplacement théâtroïde pour rassembler le peuple.

11. Scholies à Iliade XIV, 35 [Évocation de la disposition des navires des Grecs halés à des distances plus ou moins importantes de la mer].

11a. Commentaire d’Aristonicos d’Alexandrie, Περὶ τῶν σημείων Ἰλιάδος (éd. Friedländer 1853, p. 228).

<τῷ ῥα προκρόσσας ἔρυσαν>: ἡ διπλῆ ὅτι προκρόσσας τὰς κλιμακηδὸν νενεωλκημένας ἑτέρας πρὸ ἑτέρων, ὥστε θεατροειδὲς φαίνεσθαι τὸ νεώλκιον· κρόσσαι γὰρ αἱ κλίμακες.

« On les a donc halées en rangs serrés » : la diplè parce que « en rangs serrés » (προκρόσσας) décrit les bateaux tirés à sec sur différents degrés les uns devant les autres, en sorte que le lieu où les bateaux sont tirés à sec paraît théâtroïde. Κρόσσαι désigne en effet les degrés.

11b. Commentaire d’Eustathe de Thessalonique (éd. Van Der Valk 1979, p. 571, l. 31‑32 - p. 572, l. 1‑3).

Προκρόσσας δὲ Ὅμηρος λέγει τὰς οὕτως ὡρμισμένας νῆας, ὡς κλιμακηδὸν οἷον ἱσταμένας διὰ τὸ ὑψηλὸν τοῦ τόπου. Kρόσσαι γάρ, ὡς ἐρρέθη, τειχομάχοι κλίμακες. Οἱ δὲ παλαιοὶ καὶ οὕτω φασίν· προκρόσσας τὰς ἑτέρας πρὸ ἑτέρων, ὥστε θεατροειδὲς φαίνεσθαι τὸ νεώλκιον.

« En rangs serrés » (προσκρόσσας) est l’expression qu’emploie Homère pour les bateaux mis en sûreté de telle manière qu’ils sont disposés comme sur différents degrés en raison de l’élévation du lieu. On a appelé κρόσσαι, en effet, les échelles pour attaquer les remparts. Et les Anciens disaient aussi : « “en rangs serrés” (προσκρόσσας) : les uns devant les autres, en sorte que le lieu où les bateaux sont tirés à sec paraît théâtroïde ».

12. Flavius Josèphe, A. J. XV, 410.

[Description du péribole du temple de Jérusalem] Ἐν δὲ τοῖς ἑσπερίοις μέρεσιν τοῦ περιβόλου πύλαι τέτταρες ἐφέστασαν, ἡ μὲν εἰς τὰ βασίλεια τείνουσα, τῆς ἐν μέσῳ φάραγγος εἰς δίοδον ἀπειλημμένης, αἱ δύο δὲ εἰς τὸ προάστειον, ἡ λοιπὴ δ’ εἰς τὴν ἄλλην πόλιν βαθμίσιν πολλαῖς κάτω τε εἰς τὴν φάραγγα διειλημμένη καὶ ἀπὸ ταύτης ἄνω πάλιν ἐπὶ τὴν πρόσβασιν· ἄντικρυς γὰρ ἡ πόλις ἔκειτο τοῦ ἱεροῦ, θεατροειδὴς οὖσα, περιεχομένη βαθείᾳ φάραγγι κατὰ πᾶν τὸ νότιον κλίμα.

Dans la partie occidentale du mur d’enceinte étaient ménagées quatre portes : l’une conduisait au palais en franchissant par une traverse le ravin qui l’en séparait ; deux autres conduisaient aux faubourgs ; et la dernière au reste de la ville, dont elle était séparée par de nombreuses marches descendant dans le ravin puis en remontant sur la pente ; car c’est en face du sanctuaire que s’étendait la ville, qui est théâtroïde, bordée par un profond ravin sur tout son versant méridional.

13. Waddington 1870, 2341.

[Inscription gravée dans le théâtre de Qanawat, l’antique cité syrienne de Canatha]

Ἀγαθῇ Τύχῃ. Μάρκος Οὔλπιος Λυσίας Ἰκαύρου πρόεδρος ἐφιλοτειμήσατο τῇ γλυκυτάτῃ πατρίδι [ἐκ] τῶν ἰδίων εἰς τὸ κτίσμα τοῦ θεατροειδοῦς ὠδείου δ[ην]άρια μύρια, 𐆖 Μ, εὐτυχῶς καὶ καλῶς.

À la Bonne Fortune. Marcus Ulpius Lysias fils d’Ikauros, proèdre, s’est fait un honneur d’accorder à sa très douce patrie, sur ses propres fonds, pour la construction de l’odéon théâtroïde, dix mille deniers, belle et bonne action.

14. Scholie à Clément d’Alexandrie, Protreptique 38, 20 (éd. Stählin et Treu 1972, p. 312, l. 12‑15).

λαβύρινθοι] λαβύρινθος ἔργον μὲν ἦν Δαιδάλου, θεατροειδὲς δὲ καὶ πολυέλικτον σχῆμα, ἀδιεξόδευτον τοῖς ἀπείροις, ἐν ᾧ καθεῖρκτο ὁ Μινώταυρος, θηρίον τι διφυὲς ἐξ ἀνθρώπου καὶ βοός, γεγονός, ὥς φασι, Πασιφάης καὶ Διός.

« labyrinthes » : un labyrinthe avait été construit par Dédale ; il avait une forme théâtroïde avec plusieurs enroulements et les personnes sans expérience ne pouvaient en trouver la sortie. C’est là qu’était enfermé le Minotaure, une bête à la double nature relevant de l’homme et du bœuf, né, dit‑on, de Pasiphaé et de Zeus.

15. Astérios le Sophiste, Commentarii in Psalmos, Homilia 19 (in Psalmum 10), 19 (éd. Richard 1956, p. 147, l. 18‑22).

[Commentaire au Psaume 10 : sur le détournement par les méchants de ce que Dieu a formé] Ἐπεὶ οὖν τὰ θεατροειδῆ ἀκροατήρια τῶν ὠτίων ἔλυσαν, οὐ τὰ μέλη τέμνοντες, ἀλλὰ τὴν ὑπακοὴν καταλύοντες, <ὅτι ἃ σὺ κατηρτίσω, αὐτοὶ καθεῖλον, ἐκ στόματος νηπίων καὶ θηλαζόντων κατηρτίσω αἶνον,> κατηρτίσω τοὺς πόδας τῶν ἁγίων ὡς ἐλάφων.

Puisque donc ils ont perdu les auditoriums théâtroïdes de leurs oreilles, non pas en coupant ces parties, mais en cessant d’obéir à ce qu’ils entendent, « parce que ce que toi tu as formé, eux l’ont détruit, tu as formé la louange qui sort de la bouche des petits enfants et des bébés au sein », tu as formé les pieds des saints comme ceux des cerfs.

16. Épiphane de Salamine, Panarion (Adversus Haerenses) 80, 1, 6 (éd. Holl 1933, p. 485, l. 19‑23).

[Contre les Massaliens, associés à d’autres hérésies ; à propos des lieux de prière en dehors des villes chez les Juifs et les Samaritains] Ἀλλὰ καὶ προσευχῆς τόπος ἐν Σικίμοις, ἐν τῇ νυνὶ καλουμένῃ Νεαπόλει, ἔξω τῆς πόλεως ἐν τῇ πεδιάδι ὡς ἀπὸ σημείων δύο, θεατροειδὴς οὕτως ἐν ἀέρι καὶ αἰθρίῳ τόπῳ ἐστὶ κατασκευασθεὶς ὑπὸ τῶν Σαμαρειτῶν πάντα τὰ τῶν Ἰουδαίων μιμουμένων.

Il y a aussi un lieu de prière à Sichem, dans la ville appelée aujourd’hui Néapolis, hors de la ville, dans la plaine, à une distance de deux milles environ : il a été aménagé de manière théâtroïde, dans un endroit situé à l’extérieur, à l’air libre, par les Samaritains qui imitent tout ce que font les Juifs.

Les attestations de l’adverbe θεατροειδῶς

17. Scholie à Odyssée VII, 103‑106 (éd. Ernst 2006, p. 149).

          Πεντήκοντα δέ οἱ δμῳαὶ κατὰ δῶμα γυναῖκες·
104    αἱ μὲν ἀλετρεύουσι μύλῃσ’ ἔπι μήλοπα καρπόν
          αἱ δ᾿ ἱστοὺς ὑφόωσι καὶ ἠλάκατα στρωφῶσιν
106    ἥμεναι, οἷά τε φύλλα μακεδνῆς αἰγείροιο·

Et dans sa demeure, cinquante servantes : les unes broient sur la meule le froment blond, les autres tissent des toiles et tournent la quenouille, assises, telles les feuilles d’un haut peuplier.

106b. οἷά τε φύλλα μακεδνῆς αἰγείροιο: οἱ μέν, ὅτι ἡλιοτροπίου τάξιν ἐπεῖχον καθήμεναι θεατροειδῶς, οἱ δέ, ὅτι
          πεπύκνωται τὸ δένδρον τοῖς φύλλοις.

« comme les feuilles d’un haut peuplier » : selon les uns c’est parce que, ordonnées comme des héliotropes, elles se tenaient assises de manière théâtroïde, selon les autres c’est parce qu’elles étaient serrées comme sur l’arbre les feuilles.

18. Strabon, XVI, 2, 41.

Ἱερικοῦς δ’ ἐστὶ πεδίον κύκλῳ περιεχόμενον ὀρενῇ τινι καί που καὶ θεατροειδῶς πρὸς αὐτὸ κεκλιμένῃ.

Jéricho est une plaine entourée par un escarpement montagneux circulaire qui descend vers elle de manière plus ou moins théâtroïde.

19. Criton cité par Galien, De compositione medicamentorum secundum locos I, 5 (éd. Kühn 1826, p. 458, l. 11‑12).

[Recette d’une pommade dépilatoire composée avec de la terre blanche de Kimolos disposée dans une marmite] Συγκείσθωσαν δὲ οὗτοι κατὰ τὸ ἐνδεχόμενον θεατροειδῶς, ὥστε τὸ μέσον αὐτῶν εἶναι κενόν.

Que ces ingrédients soient disposés autant que possible de manière théâtroïde, de sorte que le centre soit vide.

Bibliographie

Sources antiques

Aristonicos d’Alexandrie, Περὶ τῶν σημείων Ἰλιάδος, éd. L. Friedländer, Aristonici Περὶ σημείων Ἰλιάδος reliquiae emendatiores, Göttingen, 1853.

Astérios le Sophiste, Asterii sophistae commentariorum in Psalmos quae supersunt, éd. M. Richard, Symbolae Osloenses Suppl. 16, Oslo, 1956.

Clément d’Alexandrie, Clemens Alexandrinus, vol. I, Protrepticus und Paedagogus, éd. O. Stählin et U. Treu, Die Griechischen Christlichen Schriftsteller der ersten Jahrhunderte, Berlin, 1972.

Die D-Scholien zur Odyssee. Kritische Ausgabe, éd. N. Ernst, Cologne, 2006.

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre II, texte établi et traduit par B. Eck, CUF, série grecque 430, Paris, 2003.

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre XIX, texte établi et traduit par F. Bizière, CUF, série grecque 240, Paris, 1975.

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre XVI, texte établi et traduit par D. Gaillard-Goukowsky, CUF, série grecque 519, Paris, 2016.

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, livre XX, texte établi et traduit par C. Durvye, CUF, série grecque 538, Paris, 2018.

Épiphane de Salamine, Panarion : Epiphanius, t. III, Panarion haer. 65‑80, De Fide, éd. K. Holl, Die Griechischen Christlichen Schriftsteller der ersten Jahrhunderte, Leipzig, 1933 (2e édition par J. Dummer, Berlin, 2011, non vue).

Épiphane de Salamine, Panarion : The Panarion of Epiphanius of Salamis, Book II and III (Sects 42‑80, De Fide), trad. Fr. Williams, Leyde, 1994.

Eustathe, Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes, vol. III, Praefationem et commentarios ad libros K-Π complectens, éd. M. Van Der Valk, Leyde, 1979.

Flavius Josèphe, Jewish antiquities, books XV‑XVII, éd. R. Marcus, Loeb Classical Library 410, Londres, 1963.

Galien, Claudii Galeni opera omnia XII, éd. C.G. Kühn, Leipzig, 1826.

Homère, L’Iliade, chants I‑XII, texte revu par Al. Pierron, Paris, Hachette et Cie, 1869.

Homère, L’Odyssée, tome I, chants I‑VII, texte établi et traduit par V. Bérard, CUF, série grecque 23, Paris, 2002 (1er tirage, 1924).

Lettre d’Aristée à Philocrate, éd. A. Pelletier, Sources chrétiennes 89, Paris, 1962.

Scholia graeca in Homeri Iliadem [scholia vetera], vol. III, Scholia ad libros Κ-Ξ continens, éd. H. Erbse, Berlin, 1974.

Scholia in Vespas, Pacem, Aves et Lysistratam, fasc. I, Scholia vetera et recentiora in Aristophanis Vespas, éd. W.J.W. Koster, Groningen, 1978.

Strabon (Strabo), Geography, volume VI, livres 13‑14, traduit par H.L. Jones, Loeb Classical Library 223, Londres, 1929.

Strabon (Strabo), Geography, volume VII, livres 15‑16, traduit par H.L. Jones, Loeb Classical Library 241, Londres, 1930.

Strabon, Géographie, livre IX, texte établi et traduit par E. Baladié, CUF, série grecque 373, Paris, 1996.

Strabon, Géographie, livres III‑IV, texte établi et traduit par Fr. Lasserre, CUF, série grecque 172, Paris, 1966.

Études

Badie A., Moretti J.‑Ch. 2008, « Le théâtre de Marseille : un théâtre grec d’époque augustéenne », in A. Bouet (éd.), D’Orient et d’Occident. Mélanges offerts à Pierre Aupert, Bordeaux, p. 245‑256.

Beekes R. 2010, Etymological dictionary of Greek, avec la collaboration de L. van Beek, Leyde-Boston.

Boehm I. 2009, « Couleur estompée et odeur diffuse : à propos des morphèmes -ώδης et -ειδής en grec ancien », Ktèma 34, p. 9‑18.

Boiy T. 2004, Late Achaemenid and Hellenistic Babylon, Orientalia Lovaniensia Analecta 136, Louvain-Paris-Dudley (Mass.).

Bommelaer J.‑Fr. 1989, « Sur les rapports de Vitruve avec la science de son temps : questions de topographie et de géographie », in H. Geertman et J.J. de Jong (éd.), Munus non ingratum : proceedings of the International Symposium on Vitruvius’ De Architectura and the Hellenistic and Republican Architecture, Leiden, 20‑23 January 1987, Babesch Suppl. 2, p. 22‑30.

Bruns-Özgan Chr. 2013, Ergebnisse der Ausgrabungen von 1996‑2006, Knidos-Studien 4, Istanbul, avec des contributions de G. Lini, R. Özgan, D. Pastutmaz.

Caliò L.M. 2012, Asty. Studi sulla città greca, Rome.

Campbell E.F., Ellenberger L.C., Wright G.R.H. 2002, Sichem III, The stratigraphy and architecture of Sichem/Tell Balâṭah, vol. 1, Text, vol. 2, Illustrations, Boston.

Chantraine P. 2009, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, achevé par J. Taillardat, O. Masson et J.‑L. Perpillou avec en supplément les Chroniques d’étymologie grecque (1‑10) rassemblées par A. Blanc, Ch. de Lamberterie et J.‑L. Perpillou, nouvelle éd., Paris.

Filimonos-Tsopotou M. 2004, Η ελληνιστική oχύρωση της Ρóδoυ, Ρóδoς I, Δημoσιεύματα τoυ Aρχαιoλoγικoύ Δελτίoυ 86, Athènes.

Fraisse Ph., Moretti J.‑Ch. 2007, Exploration archéologique de Délos XLII, Le théâtre, Athènes.

Greco E., Torelli M. 1983, Storia dell’urbanistica. Il mondo greco, Rome.

Gros P. 1983, « La ville idéale à l’époque de César », Urbi 8, p. 119‑124 (réédité in Gros 2006, p. 211‑216).

Gros P. 1999, Commentaire de Vitruve, De l’architecture, livre II, CUF, série latine 355, Paris.

Gros P. 2000, « La construction d’un espace méditerranéen et les premières mégapoles (viiie siècle av. J.‑C. - vie siècle ap. J.‑C.) », in Cl. Nicolet, R. Ilbert et J.‑Ch. Depaule (dir.), Mégapoles méditerranéennes, géographie urbaine rétrospective, Paris, p. 65‑89.

Gros P. 2006, Vitruve et la tradition des traités d’architecture : fabrica et ratiocinatio, CEFR 366, Rome.

Hellmann M.‑Chr. 2010, L’architecture grecque, t. 3, Habitat, urbanisme et fortifications, Paris.

Isler H.P. 2017, Antike Theaterbauten : ein Handbuch, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Vienne.

Kondis I.D. 1958, « Zum antiken Stadtbauplan von Rhodos », MDAI(A) 73, p. 146‑158.

Lamberterie Ch. de 1997, « Εἶδος », CEG 2, RPhil 11, p. 157.

Lynch K. 1960, The Image of the City, Cambridge.

Newton C.T. 1863, A History of discovers at Halicarnassus, Cnidus, and Branchidae, vol. II, Londres.

Reynold L.D., Wilson N.G. 1991, D’Homère à Érasme. La transmission des classiques grecs et latins, Paris.

Rothé M.‑P., Tréziny H., 2005, Marseille et ses alentours, Carte archéologique de la Gaule 13/3, Paris.

Sayar M.H. 1998, Perinthos-Herakleia (Marmara Ereğlisi) und Umgebung : Geschichte, Testimonien, griechische und lateinische Inschriften, Vienne.

Segal A. 1995, Theatres in Roman Palestine and Provincia Arabia, Leyde.

Waddington W.H. 1870, Inscriptions grecques et latines de la Syrie, F. Didot frères, fils, Paris.

Walbank F.W. 1960, « History and Tragedy », Historia 9, p. 216‑234.

Wescher C. 1869, Étude sur le monument bilingue de Delphes, suivie d’éclaircissements sur la découverte du mur oriental, avec le texte de plusieurs inscriptions inédites relatives à l’histoire des Amphictions, Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles-lettres de l’Institut de France, 1re série, tome 8, 1re partie, Paris, p. 1‑218.

Notes

1 Francisé sous la forme « théâtroïde » et utilisé de façon assez marginale, l’adjectif est adopté en allemand et en anglais (« theatroid » dans les deux langues), en italien (« teatroide ») et en espagnol (« theatroide »).

2 Comme l’hapax θεατρόμορφος qu’emploie Lycophron, Alexandra 600.

3 Sur l’étymologie du terme, voir la notice de Lamberterie 1997 (Chantraine 2009, p. 1292) et celle de Beekes 2010, vol. I, p. 379‑380.

4 Boehm 2009.

5 445 selon nos calculs, 500 ou 600 selon Chantraine 2009, p. 302.

6 Sur ce texte, voir la contribution de D.‑M. Cabaret et A. Dan, p. 133‑160.

7 Voir à ce propos dans le présent volume les contributions d’E. Guerber sur Dion de Pruse (p. 263‑281) et J.‑L. Vix sur Ælius Aristide (p. 291‑303).

8 Segal 1995, p. 10, 43‑44, 86, n. 187 ; Isler 2017, Katalog, p. 376‑377 souligne que l’édifice n’était pas couvert et propose de le dater du début du iie s.

9 Sur Périnthe et ce texte de Diodore, voir Sayar 1998, texte LZ 51 du corpus, p. 102‑104, commentaire p. 60‑61.

10 Sur les sites de Jérusalem, Jéricho et Sichem, voir la bibliographie citée dans la contribution de D.‑M. Cabaret et A. Dan, p. 156‑160.

11 Voir la mise au point de Boiy 2004, p. 63‑64.

12 Sur la phase hellénistique du Tell Balâṭah, situé entre le mont Ébal et le mont Gérizim, voir Campbell, Ellenberger et Wright 2002, vol. 1, p. 311‑342.

13 Newton 1863, p. 347‑349.

14 Wescher 1869, p. 127‑129.

15 Sur le site de Marseille, voir les synthèses de Chr. Morange et P. Chevillot in Rothé et Tréziny 2005, p. 87‑92 et d’H. Tréziny, dans le même ouvrage, p. 230‑244. Selon H. Tréziny, p. 230, πέτρα dans le texte de Strabon renvoie à l’acropole de la cité qui se trouvait très probablement sur la Butte des Moulins.

16 Badie et Moretti 2008.

17 Bruns-Özgan 2013, p. 37‑74.

18 Kondis 1958 ; Filimonos-Tsopotou 2004.

19 Le site de Sichem était aussi en pente, mais Épiphane de Salamine ne le précise pas.

20 Références aux inscriptions associées aux théâtres d’Iasos, Aphrodisias, Smyrne et Patara, rassemblées dans Fraisse et Moretti 2007, p. 160.

21 Voir aussi Pausanias (IV, 9, 2), qui utilise l’adjectif κλιμακόεις dans une citation fautive d’Homère (Iliade II, 729 : καὶ Ἰθώμην κλωμακόεσσαν, cité par Strabon, IX, 5, 17 et Eusthate) pour décrire la ville d’Ithomè, dont il relève dans le même passage la situation sur la montagne (ἐς τὸ ὄρος) et la clôture par un péribole (περίβολον).

22 Lettre d’Aristée à Philocrate 105, texte 2 ; Diodore, XVI, 76, 1‑2, texte 4 ; Strabon, IX, 3, 3, texte 8 ; Strabon, XIV, 2, 15, texte 9.

23 Les fouilles ont aussi mis partiellement au jour un rempart à Sichem.

24 De même, dans la Guerre d’Afrique (37, 5), la délimitation circulaire d’une portion de plaine suffit à justifier une comparaison avec un théâtre.

25 Le terme est employé à deux reprises par Diodore, II, 10, 3.

26 ID 505, l. 8, 10, [11‑12] (276 av. J.‑C. ?) ; IG XI, 2, 203, A, l. 82 et 85 (269 av. J.‑C.). Voir Fraisse et Moretti 2007, p. 172‑174 et 184‑188.

27 Cette description des habitants de la ville assistant en spectateurs à l’attaque de son port n’est pas isolée chez les historiens antiques. La mention des spectateurs sert généralement à rendre la scène pathétique en insistant sur l’impuissance des populations qui, depuis la terre, attendent avec inquiétude l’issue de la bataille (p. ex. lors de la défaite finale de Nicias dans le port de Syracuse : Thucydide, VII, 71, 1‑5). Diodore accentue volontiers la référence au cadre théâtral par l’emploi d’une métaphore filée (p. ex. XIV, 73, 5‑74, commenté dans la note suivante).

28 Le même procédé de mise en scène des événements est souligné dans un autre passage de la Bibliothèque historique (XIV, 73, 4‑74, 4) par l’emploi, unique dans le texte, de l’adjectif θεατρικός : lors d’un incendie des vaisseaux carthaginois dans le port de Syracuse, des notations d’éclairage et de jeux de scène créent pour les gens de la ville un spectacle théâtral (73, 5 : θεατρικὴν συνέβαινε γίνεσθαι τὴν θέαν) à l’occasion duquel la masse des habitants se précipite vers les remparts qui se couvrent de spectateurs (74, 2 : πάντων σπευδόντων ἐπὶ τὰ τείχη, πᾶς τόπος ἔγεμε τῶν θεωμένων) ; ceux-ci admirent un spectacle (74, 4 : θέα) qu’ils accompagnent de leurs cris. 

29 Sur la théâtralisation du récit historique, voir Walbank 1960.

30 Voir par exemple le discours d’Agathocle devant ses troupes révoltées en Libye : Diodore, XX, 34, 3‑5.

31 Au xiie s. ap. J.‑C., Eustathe de Thessalonique (texte 11b) cite la phrase d’Aristonicos dans son commentaire à l’Iliade XIV, 35 en insistant sur la pente du rivage (τὸ ὑψηλὸν τοῦ τόπου). Il reproduit donc l’emploi architectural de l’adjectif qui domine dans cette première période d’utilisation du terme.

32 Une scholie mal datée aux Guêpes d’Aristophane (texte 1) définit l’Odéon de Périclès comme « un lieu théâtroïde où l’on avait coutume de répéter les œuvres avant leur représentation au théâtre » : dans ce cas, isolé, où l’adjectif se rapporte à un monument, c’est par leur fonction de lieu de représentation, et non par leur forme, que l’Odéon et le théâtre sont comparés.

33 L’importance des qualités acoustiques d’un théâtre était soulignée depuis longtemps et pas seulement par Vitruve : au ier s. av. J.‑C., Varron notait qu’un théâtre pouvait être qualifié de « sourd » parce que, comme un homme, il est fait pour entendre (IX, 58, 4) : Dicitur ut surdus vir, surda mulier, sic surdum theatrum, quod omnes tres ad auditum sunt comparatae, « de même qu’on dit “un homme sourd, une femme sourde”, de même on dit “un théâtre sourd”, parce que tous trois sont faits pour entendre ».

34 Sur ce texte, voir Bommelaer 1989, p. 22‑26.

35 Gros 1983 ; Greco et Torelli 1983, p. 318‑319 ; Gros 1999, p. 130‑131 ; Gros 2000, p. 73‑74 ; Gros 2006, p. 335, n. 30. Selon Hellmann 2010, p. 211, Diodore (XIX, 45, 3, texte 5) puis Vitruve (II, 8, 11) ont employé l’adjectif « théâtroïde » pour désigner « un découpage orthogonal sur une pente, qui évoque une cavea occupée par des rangées parallèles de gradins. »

36 Cf. dans le domaine latin l’emploi de moles par Stace, Silves III, 5, 91 pour désigner la masse d’un théâtre et d’un odéon.

37 Caliò 2012, p. 374‑378.

38 Lynch 1960.

39 Aristote, Mét. 13, 1087a 18. Voir Gros 2000, p. 69.

40 Voir aussi une variante de la même scholie, éd. Erbse 1974, p. 285, l. 19‑21 [807 a].

41 La double ou diplè est un signe en ligne brisée (>) indiquant les passages qui semblaient aux grammairiens alexandrins mériter un commentaire grammatical, littéraire ou historique (Reynolds, Wilson 1991, p. 8, p. 257 et pl. II).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La topographie de Périnthe dans l’Antiquité, éch. 1/10000 (Sayar 1998, Karte I, Asgari-Şakar, modifiée par V. Picard).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Fig. 2 – La presqu’île de Cnide vue du nord-est (cliché J. Capelle, 2011).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Vue de Delphes depuis le Kerphis (cliché A. Perrier, 2010).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1011k
Titre Fig. 4 – La topographie de Marseille dans l’Antiquité (Rothé et Tréziny 2005, p. 230, fig. 175, H. Tréziny sur fond de plan M. Boiron).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre Fig. 5 – Le théâtre d’Éphèse vu du sud (cliché J.‑Ch. Moretti, 2014).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search