Version classiqueVersion mobile

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

 | 
Liliane Lopez-Rabatel
, 
Virginie Mathé
, 
Jean-Charles Moretti

Composantes et composition de l’espace urbain

Des mots pour dire la maison dans la ville

Usages poétiques et représentations de l’habitat domestique

Sylvie Rougier‑Blanc

Texte intégral

  • 1 Je remercie les organisateurs du colloque pour leur accueil chaleureux, leur patience et leurs rem (...)
  • 2 Topalov et al. 2010, p. 698‑703.
  • 3 Topalov et al. 2010, p. 595‑600. « Home » n’a pas d’entrée, car sans lien direct avec le cadre urb (...)
  • 4 Topalov et al. 2010, p. 567‑573.
  • 5 Topalov et al. 2010, p. 210‑229.

1L’habitat est étroitement associé à l’espace urbain1. Et c’est pour cette raison que les auteurs de L’aventure des mots de la ville ont mentionné dans leur dictionnaire quelques entrées, comme « maison »2, « house »3, « Haus »4, « casa »5, pour permettre d’appréhender la façon dont est perçu, dans les différentes langues et les différentes cultures, à différents moments, le cadre domestique dans ses relations avec la ville. C’est bien ce qui retiendra notre attention dans cette brève contribution qui, à défaut d’être exhaustive – l’entreprise est impossible dans l’espace imparti –, se propose d’aborder la place de la maison dans la ville, à travers les mots de l’habitat (et non d’étudier, comme c’est le cas dans la contribution précédente de Stéphanie Maillot sur συνοικία, un mot dans son contexte et dans son histoire).

  • 6 La transition de Pollux est la suivante (IX, 6) : Ἵν’ οὖν καὶ περὶ πόλεώς τι καὶ τῶν τῆς πόλεως με (...)
  • 7 IX, 39 : καὶ τὸ μὲν πλῆθος τῶν οἰκοδομημάτων οἰκίαι καὶ συνοικίαι, καὶ οἰκίας περίδρομος, … : « La (...)
  • 8 Voir Mathé et Lopez-Rabatel 2020.

2Dans son inventaire des mots de la ville, le lexicographe Pollux aborde les mots qui désignent le fondateur, les citoyens6, puis les différentes parties de la ville, et ce n’est qu’au paragraphe 39, bien après ces premiers éléments, qu’il s’intéresse, ponctuellement, aux termes de la maison7. L’habitat occupe cependant une place particulière dans l’Onomasticon. Les parties du cadre domestique sont décrites au début de l’ouvrage, en I, 73‑818. La maison est envisagée par Pollux comme une partie parmi d’autres de l’espace urbain et n’est pas particulièrement mise en valeur. Elle constitue cependant une entité bien distincte dans son projet de rassembler des mots pour bien s’exprimer.

  • 9 DAGR III, p. 152‑155.
  • 10 Hellmann 1994.

3Le vocabulaire pour désigner l’espace domestique en grec ancien, relativement riche, a évolué depuis Homère jusqu’à l’époque hellénistique : il varie selon que l’on se situe dans le registre poétique (où δῶ, ὁ δόμος, τὸ δῶμα, et même τὸ μέγαρον constituent des mots de choix) ou au contraire en prose, voire dans les textes épigraphiques à vocation réglementaire ou les actes de vente où ὁ οἶκος et surtout ἡ οἰκία, ἡ οἴκησις, τὸ οἴκημα, voire τὸ οἰκίδιον, sont alors davantage utilisés. Une première série de tableaux synthétiques des mots de la maison (tabl. 1‑3) permet de distinguer la maison dans la ville, la maison à la campagne, l’habitat pérenne ou provisoire, selon les critères établis par le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine9. Mais la nature des sources anciennes constitue un critère important qui n’est pas toujours pris en considération dans ce premier inventaire. Ainsi, dans les documents à valeur réglementaire (baux, règlements d’urbanisme ou contrats de construction), les mots de la maison diffèrent des usages proprement littéraires10. Il en est de même pour le registre poétique. On observe non seulement la richesse du vocabulaire de l’architecture domestique, mais aussi son évolution générale, indépendamment de toute relation avec le cadre urbain.

  • 11 Voir supra p. 77‑98.

4En grec ancien, par définition, la maison, ἡ οἰκία, est individuelle : elle abrite la famille au sens large. Le terme ἡ συνοικία – le diminutif συνοικίδιον, et parfois le terme οἰκία, peuvent aussi avoir ce sens – désigne la maison commune11. Il n’existe pas de vocable particulier pour dire la villa, à savoir l’habitation isolée, souvent avec un jardin, et plutôt en dehors du cœur de la ville. En revanche, un vocabulaire spécifique pour la maison rurale est attesté, notamment ἡ ἀγροικία, ὁ μέσσαυλος qui signifient aussi la ferme (tabl. 2). L’habitat en matériaux périssables, non pérennes, nécessite une troisième catégorie de vocables (tabl. 3).

  • 12 Sur cette question complexe, Thomas et Conant 1999.

5On peut s’interroger sur les différents mots de la maison, selon le contexte dans lequel ils ont été produits (époque historique mais surtout genre littéraire, le cadre géographique constituant un autre aspect du problème que je ne développerai pas ici) pour déterminer s’ils témoignent d’une évolution dans la façon de se représenter la maison dans la ville. Si la ville peut être considérée comme « un assemblage de plusieurs maisons disposées par rues et renfermées d’une clôture commune » comme l’affirmait Furetière dans son dictionnaire au xviiie s., quelle conception ont eue les Anciens Grecs des rapports entre la maison et la ville ? Complémentarité, inclusion, opposition ? Il existait des termes spécifiques pour distinguer la maison urbaine, la maison habitée par ses propriétaires, la maison à louer, du simple bâtiment. Que signifient ces distinctions ? Comment évoluent ces termes ? Dans l’espace imparti, on s’attachera à l’étude de quelques mots révélateurs, choisis en fonction de leur histoire et de leur registre d’utilisation : δῶ, δῶμα, δόμος, οἰκία, οἶκος, οἴκησις. On privilégiera le registre poétique et même, dans un premier temps, épique (notamment avec Apollonios de Rhodes), puis tragique et ce, pour plusieurs raisons : d’une part, la continuité entre les deux genres (mythes communs, vocabulaire associé) n’est plus à prouver. D’autre part, tout commence avec Homère et ce n’est pas faire preuve d’homérocentrisme que de s’interroger sur la place de la maison, au moment où apparaît la cité et alors que naissent les débuts d’un urbanisme concerté12. Ensuite, on procédera, à travers quelques cas précis, à la confrontation de ces données de la poésie avec les représentations de la maison dans la ville par un historien de l’époque classique, Thucydide, dans son archéologie, pour tenter de comprendre le poids des représentations héritées du passé. Et ce d’autant plus que Thucydide est régulièrement utilisé par Pollux dans ses choix de citations et constitue pour lui, tout autant qu’Homère, un auteur de référence du point de vue lexicologique.

La maison dans la ville dans l’épopée grecque : des débuts de l’urbanisme à la ville structurée

  • 13 Entre autres, Scully 1990.

6Le premier texte littéraire de l’Antiquité grecque à notre disposition ne nous livre pas un tableau homogène des relations entre cadre urbain et habitat domestique. Les mots de la ville et l’étude des épopées homériques ont montré qu’Homère décrivait des agglomérations qui s’apparentent à des proto-cités, mais qui possèdent des éléments communs caractéristiques d’un cadre urbain défini13 : enceinte, temples, espace public et, bien sûr, maisons. C’est ce que prouve de façon claire le célèbre passage d’Od. VI, 8‑10 sur l’établissement des Phéaciens, si souvent commenté :

Ἔνθεν ἀναστήσας ἄγε Ναυσίθοος θεοειδής,
εἷσεν δὲ Σχερίῃ, ἑκὰς ἀνδρῶν ἀλφηστάων,
ἀμφὶ δὲ τεῖχος ἔλασσε πόλει, καὶ ἐδείματο οἴκους,
καὶ νηοὺς ποίησε θεῶν, καὶ ἐδάσσατ᾽ ἀρούρας. 

Il [Nausithoos] s’établit à Schérie, loin des hommes mangeurs de farine et il prolongea un mur autour de la ville, construisit des maisons, bâtit des temples pour les dieux et distribua les terres (trad. personnelle).

  • 14 Pour une analyse du passage et du vocabulaire utilisé, Rougier-Blanc 2005, p. 55‑56.
  • 15 Pour une synthèse, Papanghelis et Rengakos (éd.) 2001.

7Murs et habitats apparaissent comme les deux principaux éléments de définition de la ville homérique14, qui doit être délimitée et « remplie » de maisons. La confrontation avec les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, même si l’épopée se place dans un contexte historique résolument différent (et peut-être spécifiquement pour cette raison), invite à comparer les épithètes associées aux villes et les relations entre ville et habitat. Il n’est pas uniquement question de mesurer le degré de réécriture d’Homère chez Apollonios, dont les multiples facettes ont été souvent analysées15, mais l’enjeu se perçoit en termes de représentation et de conception des espaces : quels mots pour la maison urbaine, quels liens entre ville et maisons ? Comment cette épopée assure-t-elle l’articulation entre habitat et cadre urbain, quand, contrairement à ce qu’on observe chez Homère, la distinction sémantique entre ἄστυ et πόλις apparaît clairement dans le texte ?

Les maisons dans l’identité de la ville

  • 16 Pour une analyse détaillée, Rougier-Blanc 2009.
  • 17 Respectivement Od. XX, 302 et Il. VII, 71.
  • 18 En Il. IV, 52 ; Athènes en VII, 80, ou la ville natale d’Eumée en Od. XV, 384.
  • 19 Topalov et al. 2010, p. 699.
  • 20 Il. II, 803 ; VII, 286 ; IX, 136, 278 ; XV, 681 ; XVII, 160 ; XX, 309 ; XXI, 351. Les épithètes dé (...)

8Pour qualifier ou singulariser les villes, aucune épithète ne mentionne les maisons chez Homère : Mycènes est dite « riche en or », Argos « riche en chevaux », et plus généralement Troie est dite « solide », ou « aux tours solides », au « beau rempart », voire « sourcilleuse »16. Ces expressions sont révélatrices d’une position dominante et d’une solide défense. Les autres termes qui valorisent l’extension (nombre de portes du rempart, solidité de ce dernier comme dans εὔδμητος, εὔπυργος17) insistent sur la résistance : qui dit portes dit défenseurs et surtout activité économique vers l’extérieur ; les axes de circulation et la richesse associée, souvent implicite, sont valorisés : c’est le cas de l’épithète εὐρυάγυια, « aux larges rues » (pour Troie, mais aussi Mycènes18). En d’autres mots, la ville dans l’épopée homérique est qualifiée en termes architecturaux, selon les critères extérieurs ; le point de vue d’éventuels observateurs ou prédateurs domine et la ville est considérée comme un objet de convoitise et de pillage tout comme le fruit d’un urbanisme réfléchi. Mais point de ville « aux nombreuses ou aux mille maisons » : l’épithète homérique est improbable, et ce constat va à l’encontre de ce qu’on peut observer par exemple en France au cours de l’époque classique, où pour dire l’importance d’une ville, on donnera le nombre approximatif de maisons19. L’extension exceptionnelle de Troie n’est soulignée que par la vague épithète μέγας20.

9Dans les Argonautiques, les qualificatifs de ville sont peu nombreux et souvent légèrement décalés par rapport aux usages homériques. Ainsi, ce sont les rues de la ville qui sont « bien bâties », εὔδμητος, et non la ville elle-même en Argonautiques I, 317 et en III, 887 (respectivement pour les villes de Pélias et d’Aiétéès).

Matériaux et identité urbaine

  • 21 Hesseln 1771.
  • 22 Rougier-Blanc 2009, p. 481‑486.
  • 23 Il. VI, 242‑252.

10Le matériau peut aider à singulariser une ville et lui donner une « couleur » particulière – qu’on songe aux briques roses de Toulouse ou aux pans de bois de Tours21 –, mais rien n’est dit explicitement en ce sens par les poètes épiques. Troie est plutôt de pierre, par opposition au campement provisoire des Achéens22 ; c’est ce que montrent les références aux portiques polis de chez Priam, aux remparts et aux portes imposantes. Elle représente la ville pérenne23.

11Chez Apollonios de Rhodes, la ville des autres (il ne s’agit pas explicitement d’une cité) est toute de bois et la maison définit l’agglomération comme le peuple qui l’habite ; c’est ce que montre l’anecdote des Mossynèques (Arg. II, 379‑383) :

τοῖς δ΄ ἐπὶ Μοσσύνοικοι ὁμούριοι ὑλήεσσαν
ἑξείης ἤπειρον ὑπωρείας τε νέμονται,
δουρατέοις † πύργοισιν ἐν † οἰκία τεκτήναντες
κάλινα καὶ πύργους εὐπηγέας, οὓς καλέουσιν
μόσσυνας, καὶ δ΄ αὐτοὶ ἐπώνυμοι ἔνθεν ἔασιν.

  • 24 Le passage est corrompu. Fr. Vian, que nous suivons, suit la proposition de Fränkel : στύλοισιν ἐπ (...)

Après eux les Mossynèques limitrophes occupent la plaine boisée, attenante, et les pentes des montagnes ; ils assemblent sur des pilotis de bois (?)24, des maisons en planches et des tours solidement fichées qu’ils appellent « mossynes », d’où leur vient le nom qu’ils portent eux-mêmes (trad. Delage 2009 légèrement modifiée).

Les mots de la maison dans la ville de l’épopée

12Rappelons rapidement la richesse du vocabulaire de la maison chez Homère.

  • 25 Théogonie 933. Voir Rougier-Blanc 2005, p. 19‑21.
  • 26 Rougier-Blanc 2005, p. 29‑33.
  • 27 Rougier-Blanc 2005, p. 51 pour l’histoire du mot.
  • 28 Il n’existe que 4 mentions sous ce nombre dans l’épopée.
  • 29 Il. XVII, 736‑739 : « Le combat sauvage s’étendait sur eux,/ comme le feu, qui, en s’élançant, con (...)
  • 30 Sur cette question, Rougier-Blanc 2005, p. 84‑85.
  • 31 Les portes urbaines sont citées à 64 reprises dans l’Iliade.

13Δῶ désigne une demeure d’un certain prestige, habitat de roi, de prince, sans relation explicite avec l’espace urbain, dans des formules figées qui témoignent de l’ancienneté du monosyllabe, banni ensuite par les poètes et uniquement attesté chez Hésiode25. Utilisé exclusivement pour des maisons divines ou royales, le terme δῶ désigne l’habitat pour lui-même, sans aucun lien avec d’autres édifices ni avec un ensemble construit. Δῶμα et δόμος ne sont pas des équivalents et connaissent invariablement des emplois au pluriel comme au singulier sans changement de nombre déterminant. L’étude des contextes montre que l’enjeu porte davantage sur le point de vue différent (le nombre change selon que le personnage se trouve à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison)26. Si δῶμα désigne tout abri ou habitat, δόμος insiste davantage sur l’aspect construit, architecturé. Quant à μέγαρον, qui existe aussi de façon indifférenciée mais moins claire au pluriel, il signifie d’abord la pièce principale de la maison, la salle de repas, plurifonctionnelle, et en vient ensuite, par métonymie, à désigner l’habitat tout entier. Une ville n’est jamais dite composée de μέγαρα, terme la plupart du temps réservé à l’habitat royal, individualisé. Ὁ οἶκος27 sert à dire l’habitat urbain chez Homère, comme le montre le passage d’Odyssée VI, 8‑10 (supra p. 101), dans son emploi au pluriel28, et ce alors qu’il existe, nous l’avons vu, de nombreux autres mots de l’habitat domestique. Les pluriels sont de véritables pluriels pour οἶκος, ce qui n’est pas toujours le cas pour les autres mots de l’habitat29 ; le terme au singulier, très présent dans les épopées, recouvre des réalités complexes, désignant à la fois l’unité de production des richesses de la famille, le lieu de stockage de ses biens, le patrimoine, la famille au sens large, tout en ayant, contrairement aux autres mots de l’architecture domestique, une forte valeur subjective : il dit le statut social du héros, son humanité. Les Cyclopes n’ont pas d’οἶκος, ni de ville (πόλις), mais ils ont des habitations (δώματα)30. Dans les quelques descriptions de villes des textes épiques, les maisons occupent une place secondaire au profit des remparts et des portes, très fréquemment cités chez Homère31, voire des espaces publics.

  • 32 Par exemple la place de Mycènes (Arg. I, 128) ou chez les Lemniennes (I, 654).

14Les usages sont différents dans l’épopée hellénistique d’Apollonios. L’ἀγορή est souvent associée à l’espace urbain dans les Argonautiques ou suffit à le caractériser32. Ce sont là deux conceptions de la ville qui se complètent, Apollonios de Rhodes témoignant davantage de la dimension politique du cadre urbain. Pour ce qui concerne les mots de la maison, δῶ n’est pas utilisé, probablement pour des raisons métriques, δῶμα et δόμος le sont avec, en termes de répartition, un rapport inversé par rapport aux usages homériques et une nette préférence pour δόμος, qui devient, notamment par l’intermédiaire de l’épithète βασιλεῖος, le terme pour désigner la maison royale, le « palais ». Μέγαρον est utilisé pour désigner aussi bien la salle principale de la demeure que la maison en général, dans des usages proches de ceux d’Homère. Pour ces mots de la maison, singulier et pluriel alternent, sans qu’il soit possible d’opter pour un choix motivé par autre chose que les contraintes métriques, contrairement à ce qui a été observé chez Homère. Οἶκος en revanche n’apparaît qu’une seule fois dans les Argonautiques, alors qu’il est le terme de prédilection chez Homère pour dire les maisons dans la ville. On trouve souvent les expressions adverbiales du type οἴκαδε/οἴκονδε pour évoquer les retours des héros, de façon très générale, et rarement des dérivés. L’unique exemple d’attestation d’οἶκος concerne l’habitat de Phinée (Arg. II, 178), hors de tout cadre urbain, même si le héros est régulièrement approvisionné en nourriture par des voisins (de tous les environs, dit le poète au v. 450). Dans le reste du passage la demeure de Phinée est qualifiée à l’aide des termes δόμος (sing./pl.), δώματα ou μέγαρον, pour désigner la salle de repas. Elle possède un seuil que franchissent Jason et ses compagnons, bref, elle a tout d’une maison de roi. L’emploi d’οἶκος, courant en prose et à l’époque où écrit Apollonios, est peut-être lié à la singularité de cette maison, qui est si peu décrite et ouverte à tous vents (les Harpyes y pénètrent avec une extrême facilité).

  • 33 Rougier-Blanc 2005, p. 78‑80.
  • 34 Rougier-Blanc 2005, p. 87.
  • 35 Ὡς δ’ ὁπότε Κρονίδης πυκινὴν ἐφέηκε χάλαζαν
    ἐκ νεφέων ἀνά τ’ ἄστυ καὶ οἰκία, τοὶ δ’ ὑπὸ τοῖσιν
    ἐνν (...)

15On trouve l’expression πόλις καὶ οἶκοι chez Homère, qui dit la complémentarité entre la communauté politique et l’οἶκος, la maison homérique comme entité économique et lieu de pouvoir33. Cette remarque est en partie confortée par le fait qu’il existe dans la tradition épique une association étroite entre le destin d’Hector et celui de Troie. Or la demeure d’Hector est le seul οἶκος troyen explicitement valorisé34. Il symbolise la πόλις troyenne. Chez Homère, la ville est la somme des οἶκοι et peut parfois se réduire à un seul de ces οἶκοι, majeur. Chez Apollonios de Rhodes, la formulation πόλις καὶ οἶκοι semble trouver son pendant dans l’expression ἄστυ καὶ οἰκία, qui insiste sur la ville dans sa matérialité35. Il semble que dans les façons de décrire la maison dans la ville, l’on passe d’une forme de complémentarité dans l’organisation politique (une ville est une somme d’οἶκοι) à une définition plus pragmatique, en termes d’architecture. Paradoxal en apparence, si l’on retient qu’Homère ne décrit qu’une forme de proto-cité, ce changement terminologique révèle deux moments différents dans la représentation des rapports entre habitat et espace urbain.

Se repérer dans la ville

  • 36 Il. VII, 345‑346 :
    Τρώων αὖτ’ ἀγορὴ γένετ’ Ἰλίου ἐν πόλει ἄκρῃ
    δεινὴ τετρηχυῖα, παρὰ Πριάμοιο θύρῃσ (...)
  • 37 Od. VI, 300‑301 :
    ῥεῖα δ’ ἀρίγνωτ’ ἐστί, καὶ ἂν πάϊς ἡγήσαιτο
    νήπιος·
    « … c’est facile à trouver : l (...)

16L’habitat royal, au centre de l’action dans l’Iliade comme dans l’Odyssée, est rattaché explicitement au cadre urbain, tout en occupant une place particulière. Il n’existe pas de vocable spécifique pour le désigner. Cependant, il constitue le cœur de la ville. C’est ce que suggère la localisation de l’ἀγορή des Troyens, près des portes du palais de Priam36. Ce n’est pas le palais qui est localisé près du lieu de réunion, mais l’inverse. C’est aussi le cas pour Ithaque, et surtout pour Schérie dans l’Odyssée où, nous l’avons vu, le poète offre la description détaillée de l’arrivée d’Ulysse chez le roi des Phéaciens (Od. VI, 255‑269). Dans la bouche de Nausicaa la ville se réduit à son mur d’enceinte, ses ports, ses navires, l’agora dallée et les commerces de la mer (agrès, voiles, cordages). Les maisons n’existent pas dans le tableau que fait la fille du roi, dans son discours : l’habitat ne confère pas son originalité à la cité des Phéaciens, ni son caractère qui repose sur les activités maritimes. La maison du roi est en revanche exceptionnelle : elle est située, de façon à être fortement singularisée, en hauteur, sur l’acropole ; un enfant, même idiot, la reconnaîtrait, dit la fille d’Alkinoos37. Ce sont probablement la taille, la position et l’aspect qui contribuent à la définir. Nausicaa ajoute des éléments précis : « sur le bord du chemin, (v. 290‑291), […], c’est tout près de la ville (v. 293), à portée de voix », que se trouve le bois d’Athéna, avec les cultures du roi. La maison royale est à l’intérieur de la ville mais l’empreinte du pouvoir du roi se trouve dès l’extérieur. Dans le récit de l’arrivée d’Ulysse, la rencontre avec Athéna déguisée en enfant est l’occasion de localiser la maison royale (Od. VII, 28‑31) :

ΑΘΗ. — Τοὶ γὰρ ἐγώ τοι, ξεῖνε πάτερ, δόμον, ὅν με κελεύεις,
δείξω, ἐπεί μοι πατρὸς ἀμύμονος ἐγγύθι ναίει.
ἀλλ΄ ἴθι, σιγῇ τοῖον· ἐγὼ δ΄ ὁδὸν ἡγεμονεύσω·

Athéna : — « Étranger, notre père ! Je m’en vais t’indiquer la maison que tu veux : mon honorable père habite tout auprès. Mais suis-moi sans parler ; je te montre la route » (trad. Bérard 2002).

  • 38 Par exemple, Game 2008, inscription n° 31, p. 78‑79, l. 3‑4 (Chalcidique, milieu du ive s. av. J.‑ (...)

17Ce procédé d’identification par proximité est attesté dans certaines inscriptions, notamment dans les baux et actes de vente du nord de la Grèce38 : il montre aussi que, malgré son aspect imposant, la demeure d’Alkinoos s’intègre parfaitement dans l’ensemble des maisons de Schérie.

  • 39 Hellmann 1992, p. 157‑161.
  • 40 Il. XVIII, 496.

18Dans le cadre urbain, les portes constituent un repère topographique de premier plan. De façon très claire, πύλαι désigne les portes de la ville, θύραι celles de la maison chez Homère, mais aussi en prose et dans la documentation épigraphique39. Ce sont d’ailleurs les espaces de portes que décrit le poète au chant XVIII, lors de la procession joyeuse de la ville en paix du bouclier d’Achille et qui suffisent à suggérer le cadre domestique40. Or le palais d’Aiétès où se rendent Jason et ses compagnons est décrit au chant III, 215‑219 des Argonautiques, comme possédant des πύλαι, des portes de ville.

ἔσταν δ’ ἐν προμολῇσι, τεθηπότες ἕρκε’ ἄνακτος
εὐρείας τε πύλας καὶ κίονας οἳ περὶ τοίχους
ἐξείης ἄνεχον· θριγκὸς δ’ ἐφύπερθε δόμοιο
λαΐνεος χαλκέῃσιν ἐπὶ γλυφίδεσσιν ἀρήρει.
Εὔκηλοι δ’ ὑπὲρ οὐδὸν ἔπειτ’ ἔβαν·

Ils s’arrêtèrent à l’entrée, stupéfaits à la vue de l’enceinte royale, des larges portes et des colonnes qui s’élevaient tout autour des murs. Au faîte du bâtiment, un entablement de pierre s’ajustait sur des chapiteaux ciselés de bronze. Puis, en toute tranquillité, ils franchirent le seuil (trad. Delage 2017 légèrement modifiée).

  • 41 D’autant plus que les larges portes rappellent les larges rues des villes homériques.

19L’épopée hellénistique des Argonautes construit implicitement une confusion entre la ville et le palais royal41.

Ville et maisons chez les Tragiques de l’époque classique

La ville et le palais

  • 42 Chalkia 1986, p. 16‑22 pour les usages chez Euripide.
  • 43 Arg. I, 782‑787.
  • 44 Chalkia 1986, p. 21‑22 a bien montré la place du palais dans les pièces d’Euripide, à la fois espa (...)
  • 45 Je remercie Jean-Charles Moretti d’avoir attiré mon attention sur ce point.

20Cet usage de πύλαι en lieu et place de θύραι n’est pas sans rappeler celui des Tragiques, qui ont si souvent recours à πύλαι pour dire les portes du palais royal, le cœur de l’action42. Certes, ce glissement sémantique du vocabulaire de l’enceinte urbaine au registre de l’architecture domestique est probablement lié à l’aspect imposant des portes royales, mais il révèle aussi une confusion et une forme d’assimilation grandissante entre le cadre domestique et le cadre urbain, le palais faisant office de ville dans la ville, tant il concentre le pouvoir, voire les enjeux de l’action, chez les Tragiques, mais aussi chez Apollonios, tout particulièrement à propos du palais d’Aiétès (et dans une certaine mesure, de celui d’Hypsipilê43). On peut interpréter ce glissement sémantique comme l’indice d’un profond changement dans la représentation des rapports entre l’habitat et le cadre urbain. Ce changement n’est cependant pas univoque : ce n’est plus tant la somme des maisons qui fait la ville, qu’une seule en particulier, le palais royal44. Il faut rappeler que, dans la mise en scène, le palais est assimilé au bâtiment de scène et se trouve être pour les spectateurs le seul constituant visible de la ville45. Les aspects de cette confusion ville-palais peuvent être bien différents, selon les pièces et les auteurs.

21Il peut y avoir rapprochement, voire assimilation. L’évocation des espaces urbains est souvent mise sur le même plan que celle de l’espace domestique. C’est le cas dans l’Agamemnon d’Eschyle, quand le héros s’adresse au palais et à la ville (v. 518‑521) :

ἰὼ μέλαθρα βασιλέων, φίλαι στέγαι,
σεμνοί τε θᾶκοι, δαίμονές τ’ ἀντήλιοι, …

Salut, demeure royale, chers toits, sièges vénérables, images sacrées des Dieux, qui regardez le lever d’Hélios (trad. Mazon 2009).

  • 46 Pour l’assimilation et les rapprochements dans l’ensemble de l’Ag. Voir Fartzoff 1984, p. 172‑175.

22On y retrouve tous les éléments composant l’espace urbain (le héraut s’adresse à eux), dans un ordre tout à fait particulier, le palais (μέλαθρα βασιλέων), les maisons (φίλαι στέγαι), les sièges vénérables et les images des dieux (des temples). De façon tout à fait originale, les maisons sont désignées par métonymie, comme les autres espaces urbains : ce sont les toits (στέγαι) et la poutre faîtière du palais (μέλαθρα) qui sont alors valorisés. Les maisons sont pensées dans l’espace urbain dans les mêmes termes que le palais, dont elles constituent des sortes de petites répliques : des abris, des toits, de bois qui plus est. Aucun lieu proprement politique n’est explicitement cité : le palais concentre toute l’attention. À la complémentarité entre maison et ville observée chez Homère, succèdent des relations bien plus ambiguës d’assimilation46.

  • 47 Fartzoff 1984, p. 180‑184.
  • 48 Visa-Ondarçuhu 2005, p. 66‑67.
  • 49 Fartzoff 1984, p. 174‑175.

23L’opposition entre le palais et la ville, chez Eschyle notamment, a bien été étudiée, tout particulièrement dans l’Agamemnon47. L’intérêt de l’οἶκος royal s’oppose à celui de l’ensemble des οἴκοι qui constituent la cité : l’expédition troyenne a décimé les familles, au profit du maintien de celle des Atrides. Dans le second stasimon de la pièce, le chœur évoque respectivement les δόμοι argiens (v. 436) opposés au δόμος des Atrides (v. 400). Aussi les Argiens, dans le chant du chœur (v. 446‑456), expriment-ils ouvertement leur méfiance envers le palais d’Agamemnon48. La situation est en partie présentée de façon analogue pour la cité de Troie, dont le destin a été précipité par les intérêts de l’οἶκος de Pâris49.

Nouveaux termes et glissements sémantiques

  • 50 Rougier-Blanc 2013.
  • 51 Eschyle, Agamemnon, 427‑428 : τὰ μὲν κατ’ οἴκους ἐφ’ ἑστίας ἄχη/ τάδ’ ἐστὶ καὶ τῶνδ’ ὑπερβατώτερα. (...)

24Δόμος et δῶμα sont toujours les termes de prédilection pour désigner la maison, et tout particulièrement le palais du roi dans le théâtre tragique. La particularité réside dans l’évolution sémantique de δόμος, qui ne désigne plus spécifiquement, comme chez Homère, l’habitat construit, ni, comme chez Apollonios, la maison comme lieu social, mais aussi et surtout la maison et la famille, voire la lignée et la destinée qui lui est associée. Ce mot de la maison prend une connotation plus affective et a tendance à se substituer à οἶκος pour désigner la maison dans la ville. Dans le registre de la tragédie, le palais devient un δόμος, personnage tragique à part entière50. Le second stasimon de l’Agamemnon d’Eschyle (v. 366‑487) fournit un bon exemple des différents usages terminologiques des Tragiques en matière de vocabulaire domestique : δῶμα désigne dans ce chant du chœur l’habitat concret, la maison en tant que lieu de résidence de la famille et de son développement (au v. 377, pour dire la maison opulente, au v. 410 pour désigner le palais de Pâris soumis au malheur) ; οἶκος, moins présent dans le passage (au pluriel, au v. 427), est associé au foyer des Atrides (ἑστία)51 ; δόμος désigne le toit des Atrides (v. 400, 415) mais aussi celui des Argiens (v. 431 au singulier, v. 435, au pluriel) dont, nous l’avons vu, les intérêts s’opposent.

  • 52 Fartzoff 1984, p. 183.

25Les Tragiques renouvellent aussi les images de la ville, proie à défendre, topos homérique évoqué supra. Dans les Euménides d’Eschyle, par exemple, Athènes est appelée, du fait de la présence de Zeus et d’Arès, « le donjon des dieux », φρούριον θεῶν (v. 918), éclatant rempart des saints autels de la Grèce. Par une sorte de renversement, elle n’est plus rempart des hommes, mais refuge militaire des dieux. L’habitat est tout autant laissé à l’arrière-plan que chez Homère pour dire la ville. D’autre part, dans cette tragédie, Athènes n’appartient plus à un roi, mais à Athéna, et tout οἶκος disparaît au profit du δόμος de la déesse, à la fois demeure et temple, étroitement associé à la ville52.

Articulation entre maison et ville chez Thucydide : quelques remarques

  • 53 Sur cette question, voir notamment Hornblower 1997.
  • 54 Πᾶσα γὰρ ἡ Ἑλλὰς ἐσιδηροφόρει διὰ τὰς ἀφάρκτους τε οἰκήσεις καὶ οὐκ ἀσφαλεῖς παρ’ἀλλήλους ἐφόδους (...)
  • 55 La référence à Homère est bien sûr omniprésente dans tout le passage (voir notamment « les anciens (...)

26L’historien Thucydide, dans « l’archéologie », recourt aux notions du présent pour parler du passé de la Grèce53 et nous offre le tableau d’une histoire reconstruite à partir des critères du ve s. Il utilise à la fois les mots de la ville et ceux de la maison pour décrire la situation d’avant la mise en place des cités : ἡ οἴκησις, terme le plus général (tabl. 1) qui désigne l’habitation au sens large (I, 6, 154) est privilégié. Conformément à la tradition homérique55, la ville n’est jamais définie sur le plan matériel par le nombre de ses habitations, mais nettement par ses remparts qui sont le signe de la richesse de l’agglomération (I, 8) : « … certains même, se sentant devenir riches, s’entouraient de remparts ».

  • 56 Thuc., I, 10, 1‑2 : Καὶ ὅτι μὲν Μυκῆναι μικρὸν ἦν, ἢ εἴ τι τῶν τότε πόλισμα νῦν μὴ ἀξιόχρεων δοκεῖ (...)
  • 57 (frg. 140 Z) ὡς ἄρα οὐ λίθοι οὐδὲ ξύλα οὐδὲ τέχνη τεκτόνων αἱ πόλεις εἶεν, ἀλλ’ ὅπου ποτ’ ἂν ὦσιν (...)
  • 58 Les ἔργα caractéristiques de la puissance d’une cité (Hornblower 1991, p. 33‑34).

27Plus loin dans le passage, Thucydide insiste sur l’absence de corrélation entre les dimensions d’une ville et sa puissance : il s’appuie pour cela sur l’exemple de Mycènes (I, 10), « une petite ville » aujourd’hui, selon lui sans rapport avec sa gloire passée56. Cette remarque, en apparence anodine, montre combien la façon de percevoir les rapports entre espace urbain et maisons a pu changer. Au temps de Thucydide, ce sont les οἰκίαι qui font l’extension et la puissance d’une ville. C’est ce qui explique la nécessité pour lui de souligner le paradoxe du cas de Mycènes. Mais pour l’historien, les maisons d’habitation ne constituaient pas un critère de définition des premiers espaces urbains, au contraire : « Supposons », dit Thucydide en I, 10, 2, « que Sparte soit dévastée et qu’il subsiste seulement les temples avec les fondations des édifices (Λακεδαιμονίων γὰρ εἰ ἡ πόλις ἐρημωθείη, ρλειφθείη δὲ τά τε ἱερὰ καὶ τῆς κατασκευῆς τὰ ἐδάφη) ; après un long espace de temps, sa puissance soulèverait, je crois, par rapport à son renom, des doutes sérieux chez les générations futures… » (trad. Romilly 2009). Plus loin, l’historien rappelle que les Lacédémoniens ont une ville qui n’est pas centralisée, qui n’a pas de temples, ni d’édifices fastueux, mais qui se compose de bourgades, comme c’était autrefois l’usage en Grèce : ὅμως δὲ οὔτε ξυνοικισθείσης πόλεως οὔτε ἱεροῖς καὶ κατασκευαῖς πολυτελέσι χρησαμένης, κατὰ κώμας δὲ τῷ παλαιῷ τῆς Ἑλλάδος τρόπῳ οἰκισθείσης. L’utilisation du terme général de κατασκευή dans les deux passages mérite le commentaire : le mot désigne à l’origine une construction, le résultat de l’action de préparer, puis prend le sens de biens meubles d’une maison, mobilier, ce qui renforce le caractère précaire de l’établissement. Autre caractéristique de la ville dans ce passage, elle existe par le nombre de citoyens, jamais par le nombre d’habitations, reprenant ainsi le vieil adage du poète archaïque Alcée comme quoi « ce ne sont pas les pierres, ni les bois de charpentes, ni l’art des charpentiers qui font la cité. Mais partout où se trouvent des hommes qui savent comment assurer leur salut, là se trouvent les remparts, là se trouve la cité »57. Car la cité intéresse Thucydide et non à proprement parler la ville dans ce livre I et la maison ne sert guère à la définir. En d’autres termes, l’historien se fait le relais de rapports désormais distendus entre ville et maison : l’identité urbaine ne repose pas sur l’ensemble et la cohésion des οἶκοι, mais sur la force politique de chaque citoyen58.

28Dans l’œuvre de l’historien, ἡ οἰκία prime sur tout autre mot de la maison. Dans le cas très particulier du siège de Platées (II, 75), la ville se réduit à son rempart et aux murs érigés à la va-vite pour contrer la terrasse mise en place par les Péloponnésiens. Les maisons fournissent des matériaux : « à l’intérieur de cet appareil, ils empilèrent des briques qu’ils enlevèrent aux maisons du voisinage (ἐκ τῶν ἐγγὺς οἰκιῶν καθαιροῦντες). Le coffrage de bois soutenait l’ouvrage… ». Dans ce cas, οἰκία au pluriel dans son acception matérielle est utilisé, mais seul compte le rempart.

29Sans sous-estimer la place de la maison dans les représentations de la ville, force est de constater que dès l’épopée homérique, elle n’en constitue qu’un élément de définition parmi d’autres plus explicites (portes, remparts, temples) et qu’οἶκος est le terme de prédilection pour dire chez Homère la maison dans la ville, à distinguer du vocabulaire de l’habitat individualisé (ὁ δόμος, τὸ δῶμα), souvent habitat de héros. La ville est appréhendée comme l’addition de multiples foyers. Dans l’épopée hellénistique d’Apollonios de Rhodes, le modèle homérique est adapté à des représentations différentes : la ville est la somme des οἰκίαι, des habitations, et la maison du roi, fortement singularisée – l’expression ὁ βασιλήιος δόμος désigne le « palais » –, résume parfois la ville au point d’en devenir le centre, voire d’être conçue comme une ville dans la ville, avec des πύλαι, des portes urbaines. Ce processus de modification et d’émergence de la maison royale comme palais au cœur du cadre urbain se retrouve chez les Tragiques, où la maison familiale (δόμος) se confond avec la lignée royale. Ces mots de la maison et leur place respective dans le cadre urbain relèvent de la construction poétique. Les premières observations des mots de la maison dans la ville chez Thucydide montrent au contraire la primauté d’οἶκος et de ses dérivés pour dire l’habitat dans sa dimension la plus concrète.

Tableaux synthétiques sur les mots de la maison

30Les principaux mots de la maison et leurs sens sont présentés tels qu’ils sont inventoriés dans le DAGR. À l’appui, le contexte d’emploi est précisé (prose/poésie) en privilégiant le premier auteur qui a utilisé le terme dans le sens donné et en proposant quelques exemples d’attestations épigraphiques parmi les plus anciennes.

Tabl. 1 – Les mots de la maison (I). Οἶκος et les principaux mots de la même famille : panorama des sens principaux et premières attestations.

Tabl. 1 – Les mots de la maison (I). Οἶκος et les principaux mots de la même famille : panorama des sens principaux et premières attestations.

Tabl. 2 – Les mots de la maison (II) : termes grecs autres qu’οἶκος et ses dérivés. Principaux emplois, exemples d’attestations et contexte.

Tabl. 2 – Les mots de la maison (II) : termes grecs autres qu’οἶκος et ses dérivés. Principaux emplois, exemples d’attestations et contexte.

Tabl. 3 – Les mots de l’habitat rural ou non pérenne.

Tabl. 3 – Les mots de l’habitat rural ou non pérenne.

Bibliographie

Sources antiques

Apollonios de Rhodes, Argonautiques, tome I, chants I‑II, texte établi par Fr. Vian, traduit par E. Delage, CUF, série grecque 233, Paris, 2009 (1er tirage, 1974).

Apollonios de Rhodes, Argonautiques, tome II, chant III, texte établi par Fr. Vian, traduit par E. Delage, CUF, série grecque 273, Paris, 2017 (1er tirage, 1980).

Apollonios de Rhodes, Argonautiques, tome III, chant IV, texte établi par Fr. Vian, traduit par E. Delage, CUF, série grecque 279, Paris, 1996 (1er tirage, 1981).

Eschyle, Œuvres, tome II, Agamemnon - Les Choéphores - Les Euménides, texte établi et traduit par P. Mazon, CUF, série grecque 33, Paris, 2009 (1er tirage, 1925).

Homère, Iliade, tome I, chants I‑VI, texte établi et traduit par P. Mazon, avec la contribution de P. Chantraine, P. Collart, R. Langumier, CUF, série grecque 84, Paris, 2009 (1er tirage, 1937).

Homère, Iliade, tome II, chants VII‑XII, texte établi et traduit par P. Mazon, avec la contribution de P. Chantraine, P. Collart, R. Langumier, CUF, série grecque 83, Paris, 1992 (1er tirage, 1937).

Homère, Iliade, tome III, chants XIII‑XVIII, texte établi et traduit par P. Mazon, avec la contribution de P. Chantraine, P. Collart, R. Langumier, CUF, série grecque 85, Paris, 2002 (1er tirage, 1937).

Homère, L’Odyssée, tome I, chants I‑VII, texte établi et traduit par V. Bérard, CUF, série grecque 23, Paris, 2002 (1er tirage, 1924).

Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, tome I, introduction - livre I, texte établi et traduit par J. de Romilly, CUF, série grecque 117, Paris, 2009 (1er tirage, 1953).

Études

Chalkia I. 1986, Lieux et espace dans la tragédie d’Euripide. Essai d’analyse socio-culturelle, Thessalonique.

DAGR III = Ginouvès R. 1998, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, t. III, Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, CEFR 84, Rome-Athènes.

Fartzoff M. 1984, « Oikos et polis dans l’Orestie : quelques considérations », Ktèma 9, p. 175‑177.

Game J. 2008, Actes de vente dans le monde grec. Témoignages épigraphiques des ventes immobilières, TMO 50, Lyon.

Hellmann M.‑Chr. 1992, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque d’après les inscriptions de Délos, BEFAR 278, Athènes.

Hellmann M.‑Chr. 1994, « La maison grecque : les sources épigraphiques », Topoi 4/1, p. 131‑146.

Hellmann M.‑Chr. 1999, Choix d’inscriptions architecturales grecques, traduites et commentées, TMO 30, Lyon.

Hornblower S. 1997, A commentary on Thucydides. Volume I, Books I‑III, Oxford.

Mathé V., Lopez-Rabatel L. 2020, « Les mots grecs de la maison dans l’Onomasticon de Pollux de Naucratis », in A. Bourgois, M. Pomadère (dir.), La forme de la maison dans l’Antiquité. Actes des journées d’étude d’Amiens, 19‑20 novembre 2015, AHR 43, Rennes, p. 159‑167.

Perceau S. 2015, « La ville tragique a-t-elle une forme ? L’exemple de Thèbes chez Euripide », in St. Bourdin, M. Paoli et A. Reltgen-Talloi (éd.), La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes.

Papanghelis T.D., Rengakos A. (éd.) 2001, A Companion to Apollonius Rhodius, Leyde.

Perdicoyianni H. 1996, « Le vocabulaire de l’habitation chez Euripide », Les Études classiques 64/1, p. 21‑50.

Pernin I. 2014, Les baux ruraux en Grèce ancienne. Corpus épigraphique et étude, TMO 66, Lyon.

Rougier-Blanc S. 2005, Les maisons homériques. Vocabulaire architectural et sémantique du bâti, Nancy.

Rougier-Blanc S. 2009, « Architecture et urbanisme troyen : données littéraires et données archéologiques », in M. Fartzoff, M. Faudot, E. Geny, M. R. Guelfucci (éd.), Reconstruire Troie. Permanence et renaissances d’une cité emblématique, Besançon, p. 469‑488.

Rougier-Blanc S. 2013, « Le regard des poètes sur l’architecture dans la poésie grecque d’Homère à Apollonios de Rhodes : remarques sur une poétique de la maison », Pallas 92, p. 87‑101.

Scully St. 1990, Homer and the sacred city, Ithaca.

Thomas C.G., Conant G. 1999 (éd.), Citadel to city-state. The Transformation of Greece. 1200‑700 B.C.E., Bloomington-Indianapolis.

Visa-Ondarçuhu V. 2005, « Le palais et la cité. Quelques considérations sur les espaces politique et domestique dans l’Agamemnon d’Eschyle », BAGB, fasc. 2, p. 59‑74.

Notes

1 Je remercie les organisateurs du colloque pour leur accueil chaleureux, leur patience et leurs remarques précieuses.

2 Topalov et al. 2010, p. 698‑703.

3 Topalov et al. 2010, p. 595‑600. « Home » n’a pas d’entrée, car sans lien direct avec le cadre urbain.

4 Topalov et al. 2010, p. 567‑573.

5 Topalov et al. 2010, p. 210‑229.

6 La transition de Pollux est la suivante (IX, 6) : Ἵν’ οὖν καὶ περὶ πόλεώς τι καὶ τῶν τῆς πόλεως μερῶν ὑπείπωμεν, οὕτω λέγομεν. Οἰκιστής, οἰκίζων, πολίζων, οὐ μὴν καὶ πολιστὴς καὶ κτίζων καὶ κτίστης· « Pour dire quoi que ce soit qui concerne la ville et les parties de la ville, nous utilisons les mots suivants : fondateur (oikistês), oikizôn, polizôn, et pas polistês, ktizôn et ktistês ».

7 IX, 39 : καὶ τὸ μὲν πλῆθος τῶν οἰκοδομημάτων οἰκίαι καὶ συνοικίαι, καὶ οἰκίας περίδρομος, … : « La majorité des édifices sont appelés maisons, habitats en commun, et galerie de la maison, … ».

8 Voir Mathé et Lopez-Rabatel 2020.

9 DAGR III, p. 152‑155.

10 Hellmann 1994.

11 Voir supra p. 77‑98.

12 Sur cette question complexe, Thomas et Conant 1999.

13 Entre autres, Scully 1990.

14 Pour une analyse du passage et du vocabulaire utilisé, Rougier-Blanc 2005, p. 55‑56.

15 Pour une synthèse, Papanghelis et Rengakos (éd.) 2001.

16 Pour une analyse détaillée, Rougier-Blanc 2009.

17 Respectivement Od. XX, 302 et Il. VII, 71.

18 En Il. IV, 52 ; Athènes en VII, 80, ou la ville natale d’Eumée en Od. XV, 384.

19 Topalov et al. 2010, p. 699.

20 Il. II, 803 ; VII, 286 ; IX, 136, 278 ; XV, 681 ; XVII, 160 ; XX, 309 ; XXI, 351. Les épithètes désignent aussi une ville en hauteur.

21 Hesseln 1771.

22 Rougier-Blanc 2009, p. 481‑486.

23 Il. VI, 242‑252.

24 Le passage est corrompu. Fr. Vian, que nous suivons, suit la proposition de Fränkel : στύλοισιν ἐπ’, à la place de la leçon des manuscrits, incompréhensible.

25 Théogonie 933. Voir Rougier-Blanc 2005, p. 19‑21.

26 Rougier-Blanc 2005, p. 29‑33.

27 Rougier-Blanc 2005, p. 51 pour l’histoire du mot.

28 Il n’existe que 4 mentions sous ce nombre dans l’épopée.

29 Il. XVII, 736‑739 : « Le combat sauvage s’étendait sur eux,/ comme le feu, qui, en s’élançant, consume une ville pleine d’hommes,/ après s’être précipité subitement, et les maisons s’effondrent/ dans une grande lueur ». Od. II, 139‑140, dans un contexte légèrement différent, Télémaque s’écrit : « Sortez de ma maison (μεγάρων), et préoccupez-vous d’autres festins/ en dévorant vos propres biens, à tour de rôle dans vos propriétés (κατὰ οἴκους) ».

30 Sur cette question, Rougier-Blanc 2005, p. 84‑85.

31 Les portes urbaines sont citées à 64 reprises dans l’Iliade.

32 Par exemple la place de Mycènes (Arg. I, 128) ou chez les Lemniennes (I, 654).

33 Rougier-Blanc 2005, p. 78‑80.

34 Rougier-Blanc 2005, p. 87.

35 Ὡς δ’ ὁπότε Κρονίδης πυκινὴν ἐφέηκε χάλαζαν
ἐκ νεφέων ἀνά τ’ ἄστυ καὶ οἰκία, τοὶ δ’ ὑπὸ τοῖσιν
ἐνναέται, κόναβον τεγέων ὕπερ εἰσαΐοντες,
ἧνται ἀκήν, … (Arg. II, 1083‑1086).
« Lorsque le Cronide fait tomber des nuages une grêle drue sur la ville et les maisons, les habitants qui, sous ces nuages, entendent le crépitement sur les toits restent assis bien tranquilles… » (trad. Delage 2009).

36 Il. VII, 345‑346 :
Τρώων αὖτ’ ἀγορὴ γένετ’ Ἰλίου ἐν πόλει ἄκρῃ
δεινὴ τετρηχυῖα, παρὰ Πριάμοιο θύρῃσι·
« Mais les Troyens aussi tiennent assemblée sur l’acropole d’Ilion, une assemblée terriblement houleuse, près des portes de Priam » (trad. Mazon 1992).

37 Od. VI, 300‑301 :
ῥεῖα δ’ ἀρίγνωτ’ ἐστί, καὶ ἂν πάϊς ἡγήσαιτο
νήπιος·
« … c’est facile à trouver : le plus petit enfant te servira de guide » (trad. Bérard 2002).

38 Par exemple, Game 2008, inscription n° 31, p. 78‑79, l. 3‑4 (Chalcidique, milieu du ive s. av. J.‑C.), qui désigne οἰκία ἐν πόλει en fonction des maisons voisines. Voir aussi Pernin 2014 et plus particulièrement par exemple l’inscription n° 13, p. 69‑74, I, l. 8‑11 (décret du dème de Teithras sur la location des biens-fonds et la liste de preneurs du milieu du ivs. av. J.‑C.), où un fonds est localisé de la sorte : « … le fonds situé à Teithras et dont sont voisins au nord le fonds d’Égée et l’hérôon d’Épigonos, et au sud, l’Hérakleion et le fonds du héros (?) ».

39 Hellmann 1992, p. 157‑161.

40 Il. XVIII, 496.

41 D’autant plus que les larges portes rappellent les larges rues des villes homériques.

42 Chalkia 1986, p. 16‑22 pour les usages chez Euripide.

43 Arg. I, 782‑787.

44 Chalkia 1986, p. 21‑22 a bien montré la place du palais dans les pièces d’Euripide, à la fois espace politique et familial.

45 Je remercie Jean-Charles Moretti d’avoir attiré mon attention sur ce point.

46 Pour l’assimilation et les rapprochements dans l’ensemble de l’Ag. Voir Fartzoff 1984, p. 172‑175.

47 Fartzoff 1984, p. 180‑184.

48 Visa-Ondarçuhu 2005, p. 66‑67.

49 Fartzoff 1984, p. 174‑175.

50 Rougier-Blanc 2013.

51 Eschyle, Agamemnon, 427‑428 : τὰ μὲν κατ’ οἴκους ἐφ’ ἑστίας ἄχη/ τάδ’ ἐστὶ καὶ τῶνδ’ ὑπερβατώτερα. « Tels sont les chagrins qu’aux pieds même de son foyer enferme cette demeure – tels et plus cruels encore » (trad. Mazon 2009).

52 Fartzoff 1984, p. 183.

53 Sur cette question, voir notamment Hornblower 1997.

54 Πᾶσα γὰρ ἡ Ἑλλὰς ἐσιδηροφόρει διὰ τὰς ἀφάρκτους τε οἰκήσεις καὶ οὐκ ἀσφαλεῖς παρ’ἀλλήλους ἐφόδους (…) : « Car toute la Grèce portait les armes, faute d’habitations protégées et de communications sûres (…) » (trad. Romilly 2009).

55 La référence à Homère est bien sûr omniprésente dans tout le passage (voir notamment « les anciens poètes » dont il est question en I, 5, 2).

56 Thuc., I, 10, 1‑2 : Καὶ ὅτι μὲν Μυκῆναι μικρὸν ἦν, ἢ εἴ τι τῶν τότε πόλισμα νῦν μὴ ἀξιόχρεων δοκεῖ εἶναι, οὐκ ἀκριβεῖ ἄν τις σημείῳ χρώμενος ἀπιστοίη μὴ γενέσθαι τὸν στόλον τοσοῦτον ὅσον οἵ τε ποιηταὶ εἰρήκασι καὶ ὁ λόγος κατέχει. « Et sans doute s’il est vrai que Mycènes était petite, ou si telle ou telle place d’alors nous paraît aujourd’hui peu importante, on ne saurait en tirer une indication sûre pour mettre en doute que l’expédition ait eu l’ampleur que lui donnent les poètes et dont la tradition s’est maintenue » (trad. Romilly 2009).

57 (frg. 140 Z) ὡς ἄρα οὐ λίθοι οὐδὲ ξύλα οὐδὲ τέχνη τεκτόνων αἱ πόλεις εἶεν, ἀλλ’ ὅπου ποτ’ ἂν ὦσιν ἄνδρες αὑτοὺς σώζειν εἰδότες.

58 Les ἔργα caractéristiques de la puissance d’une cité (Hornblower 1991, p. 33‑34).

Table des illustrations

Titre Tabl. 1 – Les mots de la maison (I). Οἶκος et les principaux mots de la même famille : panorama des sens principaux et premières attestations.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Tabl. 2 – Les mots de la maison (II) : termes grecs autres qu’οἶκος et ses dérivés. Principaux emplois, exemples d’attestations et contexte.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tabl. 3 – Les mots de l’habitat rural ou non pérenne.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/9302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Université Toulouse – Jean Jaurès, PLH-CRATA (EA 4601)

Acheter

Volume papier

LCDPU
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search